Prévalence Incidence. Dr. Xavier Lainé. Maladie 1

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Prévalence Incidence. Dr. Xavier Lainé. Maladie 1"

Transcription

1 Prévalence Incidence Dr. Xavier Lainé Maladie 1

2 A quoi ça sert?? Prévalence Connaître l importance de l affection a un instant donné Incidence Projection estimée de l importance de l affection sur l avenir Renseigne sur les interventions autour de l affection Influence des divers éléments du diagnostic et de la prise en charge Influence des divers éléments de prévention Maladie 2

3 Avant 60 ans Individuellement caractère tragique Peu d études Pas de données fiables EUROMED ( 1991 ) 60-64ans < 60 ans Femmes 0,5 % 0,1 % Hommes 1,6 % 0,2 % personnes de moins de 65ans atteintes en France en 2004 Maladie 3

4 Estimation de la prévalence La majorité des cas après 65 ans, voire 75 ou 80 ans Ces cas sont nombreux Représentent un réel problème de santé publique Les données épidémiologiques portent essentiellement sur ces tranches d âges Maladie 4

5 Estimation de la prévalence 2003 France (réactualisation PAQUID) 2004 Etats Unis 2005 Italie Mais on note une grande disparité des résultats PAQUID ( ) Maladie 5

6 Estimation de la prévalence 4ème problème de santé en Europe Après Les Accidents Vasculaires Cérébraux Les accidents cardio-vasculaires Les cancers Une première estimation évalue à 6 millions de cas en 2020 en Europe 3,5 millions en 1999 La maladie d Alzheimer représente 70% des causes de démence ( Vasculaire: 20%) Maladie 6

7 Estimation de la prévalence Étude PAQUID 65 ans estimée 75 ans homme 6,1% 13,2 % femme 7,9% 20,5% Maladie 7

8 Estimation de la prévalence Estimation de la maladie d Alzheimer et des syndromes apparentés selon diverses études EURODERM PAQUID Faenza Granarolo CHS Hommes ,6 0,76 13, ,9 1,8 13, ,6 7,7 5,6 15, , ,3 > ,9 23,8 42,9 Femmes ,2 10, ,1 3,2 10, ,7 6 20, ,6 16,6 13,1 32,6 > ,4 34,6 50,9 Maladie 8

9 Estimation de la prévalence Prévalence étude PAQUID Femmes Hommes Maladie 9

10 Estimation de la prévalence En rapportant ces chiffres à la population métropolitaine française de l INSEE de 2004, on peut estimer, chez les plus de 65 ans, le nombre de sujets déments en France métropolitaine à % chez des femmes 73% chez les plus de 80 ans Maladie 10

11 Estimation de la prévalence Estimation du nombres de personnes atteintes de démence en France en 2004 Age Hommes Femmes Ensemble Total Total Maladie 11

12 Estimation de la prévalence Estimations du nombre de cas très variable d une étude à l autre Ces variations portent en fait sur les cas les plus difficiles à diagnostiquer, c est à dire à un stade précoce de la maladie. Moins d imprécision sur les cas avancés Maladie 12

13 Estimation de la prévalence PAQUID: individus 75 ans L évaluation a été faite à partir du Mini Mental Statut (MMS) Le score 15/30 : stade modérément sévère à sévère 43,4 % en 2004 Maladie 13

14 Estimation de la prévalence PAQUID: individus 75 ans La prise en compte du degré de sévérité est importante. En effet la dépendance pour les activités de base de la vie quotidienne Est de 57 % pour l ensemble des démences Est de 89 % pour le stade de modérément sévère à sévère Maladie 14

15 Estimation de l incidence Grandes variations dans les estimations Reprise de PAQUID sur les 13 ans d observation. En appliquant ces données sur la population de 2004, on estime que le nombre de nouveaux cas par an est Maladie 15

16 Estimation de l incidence Age Hommes Femmes Ensemble Total Maladie 16

17 Estimation de l incidence Ensemble Femmes Hommes Maladie 17

18 Estimation de l incidence Confrontation aux données nationales Aux données nationales de l Allocation Personnalisée d Autonomie APA personnes en septembre 2004 En reprenant PAQUID et en soumettant les patients à la grille AGGIR, même celles qui n ont pas fait de demande d APA. Maladie 18

19 Estimation de l incidence Confrontation aux données nationales 72,3% des bénéficiaires APA sont déments 41,6% des déments ne sont pas classés en GIR 1 à 4 C est à dire donnant droit à l APA En appliquant ces proportions aux bénéficiaires de l APA Maladie 19

20 Projections d avenir à partir des données de prévalence Augmentation de la proportion de personnes âgées 65 ans 8 % en ,6 % en % en ans 16,5 % en % en % en 2040 Maladie 20

21 Estimation du nombre de personnes atteintes en 2020 Age Hommes Femmes Ensemble Maladie 21

22 Estimation du nombre de personnes atteintes en 2040 Age Hommes Femmes Ensemble Maladie 22

23 Projections d avenir à partir des données de prévalence Notion de fécondité basse, normale et haute Hypothèse d une répartition constante de la sévérité (modérément sévère à sévère ) cas en cas en 2040 Maladie 23

24 Projections d avenir à partir des données de prévalence Peu raisonnable? Prévalence constante? PAQUID: prévalence est plus élevée après 10 ans Meilleurs sensibilisation au diagnostic Diagnostic plus précis au bout de 10 ans Résultats étude italienne montrent des résultats d incidence plus élevés Maladie 24

25 Projections d avenir évolution de l incidence et de la prévalence Grâce évolution du mode de vie, l âge de début de la maladie sera plus tardif Donc la prévalence diminuera Brookmeyer a montré que si on recule l âge d apparition de UN AN La prévalence diminue de 7,3 % en 10 ans Et de 8,5 % en 50 ans Maladie 25

26 Projections d avenir évolution de l incidence et de la prévalence En plus de l âge de début et de l incidence La durée de la maladie doit être prise en compte pour prédire la prévalence Nécessité de prise en charge des malades L objectif doit être d augmenter la durée de la phase précoce, avant les complications Maladie 26

27 Projections d avenir évolution de l incidence et de la prévalence Mais la prise en charge de certaines pathologies peut augmenter la prévalence à un âge donné Facteur de risque de maladie d Alzheimer Allèle ε4 ( provient de lipoprotéine E ) Les personnes qui portent 1 ou 2 allèles ε4 ont plus de risques de maladie d Alzheimer Or ce gène est un facteur de risque cardio vasculaire Maladie 27

28 Projections d avenir évolution de l incidence et de la prévalence Vraie difficulté de faire une projection réaliste On va considérer une fourchette de variation de la prévalence de -10% à + 10% Borne inférieure et borne supérieure Maladie 28

29 Projections d avenir évolution de l incidence et de la prévalence Nombre de personnes ensemble ensemble Borne inférieure Borne supérieure Taux de démences pour ha Borne inférieure 18,3 30,1 Borne supérieure 22,4 36,8 Maladie 29

30 Confrontation avec les projections pour l APA source INSEE Nombre de personnes classées en GIR 1 à 4: pour pour ,3 % des bénéficiaires potentiels de l'apa sont déments 41,6 % des déments ne sont pas classés en GIR 1 à 4 Maladie 30

31 Confrontation avec les projections pour l APA source INSEE en en 2040 Grandes difficultés d estimation Les études récentes sont en faveur d une augmentation de l incidence Les projections de l APA sont probablement sous estimées Maladie 31

32 Répartition régionale Du taux de personnes Atteintes de démences QuickTime et un décompresseur sont requis pour visionner cette image. Maladie 32

33 Répartition régionale Du taux de personnes Atteintes de démences QuickTime et un décompresseur sont requis pour visionner cette image. Maladie 33

34 Répartition départementale Du nombre de personnes Atteintes de démences en 2003 À partir de l APA QuickTime et un décompresseur sont requis pour visionner cette image. Maladie 34

35 Répartition régionale Du nombre de personnes Atteintes selon source INSEE QuickTime et un décompresseur sont requis pour visionner cette image. Maladie 35

36 Répartition régionale Du nombre de personnes Atteintes selon source INSEE QuickTime et un décompresseur sont requis pour visionner cette image. Maladie 36

37 Incertitudes Interrogations Cependant il apparaît une augmentation de l incidence Pose le problème de la prise en charge assez tôt dans l évolution de la maladie, avant le stade des complications. Maladie 37

Le Conseil général de la Loire s associe à la. Journée mondiale de la maladie d Alzheimer

Le Conseil général de la Loire s associe à la. Journée mondiale de la maladie d Alzheimer M e r c r e d i 2 1 s e p t e m b r e 2 0 1 1 Dossier de presse Le Conseil général de la Loire s associe à la Journée mondiale de la maladie d Alzheimer par Claude BOURDELLE, vice-président du conseil

Plus en détail

Le Conseil général de la Loire s associe à la. Journée mondiale de lutte contre la maladie

Le Conseil général de la Loire s associe à la. Journée mondiale de lutte contre la maladie V e n d r e d i 2 1 s e p t e m b r e 2 0 1 2 Dossier de presse Le Conseil général de la Loire s associe à la Journée mondiale de lutte contre la maladie d Alzheimer par Claude BOURDELLE, vice-président

Plus en détail

Des dépenses de santé très élevées chez les 80 ans et plus

Des dépenses de santé très élevées chez les 80 ans et plus Des dépenses de santé très élevées chez les 80 ans et plus Le vieillissement de la population s est accompagné d un accroissement de l espérance de vie et en particulier d un allongement de la durée de

Plus en détail

Prise en charge de la ménopause

Prise en charge de la ménopause Prise en charge de la ménopause Z. SADI Maternité CHU Mustapha Alger 5ème FORUM Est de l Omnipraticien Oum El Bouaghi, le 4 Novembre 2010 La ménopause signifie littéralement arrêt des règles. En fait,

Plus en détail

Simulation des durées d assurance validées par les salariés du secteur privé à l aide du modèle de microsimulation Destinie de l INSEE

Simulation des durées d assurance validées par les salariés du secteur privé à l aide du modèle de microsimulation Destinie de l INSEE CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Réunion plénière du 6 mars 2002 «Cycle de vie et retraite» Fiche n 5 Simulation des durées d assurance validées par les salariés du secteur privé à l aide du modèle

Plus en détail

nº 141 novembre 2012 la population franc-comtoise âgée (60 ans ou plus) augmenterait

nº 141 novembre 2012 la population franc-comtoise âgée (60 ans ou plus) augmenterait www.insee.fr/fc insee-contact@insee.fr 9 72 72 4 (tarif appel local) nº 141 novembre 212 D ici, la Franche-Comté devrait compter 331 personnes âgées de 6 ans ou plus, soit 5 de plus qu en 211. Parmi elles,

Plus en détail

Expérimenté depuis 2003, le. Dépistage organisé du cancer colorectal. Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France

Expérimenté depuis 2003, le. Dépistage organisé du cancer colorectal. Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France DÉPISTAGE Dépistage organisé du cancer colorectal Un moyen décisif pour lutter contre la 2 e cause de décès par cancer en France UN CANCER CURABLE À UN STADE PRÉCOCE LE DÉPISTAGE ORGANISÉ : UNE STRATÉGIE

Plus en détail

Etude quinquennale 2010 sur la consommation de vin en France

Etude quinquennale 2010 sur la consommation de vin en France 1 Etude quinquennale 2010 sur la consommation de vin en France 27 novembre 2012 caroline.blot@franceagrimer.fr philippe.janvier@franceagrimer.fr 2 La consommation de vin dans le monde Evolution de la consommation

Plus en détail

pour l économie du Languedoc-Roussillon

pour l économie du Languedoc-Roussillon pour l économie du Languedoc-Roussillon N 8 - Octobre 2012 En Languedoc-Roussillon, + 27 300 âgées dépendantes en Sophie AUDRIC - INSEE, Céline VERGNE-RICHARD - Agence Régionale de Santé En, le Languedoc-Roussillon

Plus en détail

9.1 Alcool. Christophe Palle

9.1 Alcool. Christophe Palle 9.1 Alcool Christophe Palle 204 Drogues et addictions, données essentielles Associé au plaisir de la table, à la richesse et la diversité des terroirs et des paysages de France, l alcool, consommé sous

Plus en détail

Vieillissement : et conséquences médicales et sociales. Service de Médecine Gériatrique CHU de Rennes

Vieillissement : et conséquences médicales et sociales. Service de Médecine Gériatrique CHU de Rennes Vieillissement : et conséquences médicales et sociales Professeur Pierre JOUANNY Service de Médecine Gériatrique CHU de Rennes La vieillesse Qu est-ce qu un sujet âgé? Définitions variables selon les besoins

Plus en détail

LES INEGALITES SOCIALES DE SANTE EN FRANCE.

LES INEGALITES SOCIALES DE SANTE EN FRANCE. LES INEGALITES SOCIALES DE SANTE EN FRANCE. INTRODUCTION. La France connaît une évolution favorable au plan sanitaire : record français des gains annuels d espérance de vie à la naissance. Elle fait partie

Plus en détail

Regards croisés sur. la maladie d Alzheimer et les maladies apparentées. Un enjeu de santé publique. Estimations du nombre de malades

Regards croisés sur. la maladie d Alzheimer et les maladies apparentées. Un enjeu de santé publique. Estimations du nombre de malades Regards croisés sur la maladie d Alzheimer et les maladies apparentées Un enjeu de santé publique Estimations du nombre de malades Publication réalisée par la Plate-forme de l Observation sociale et sanitaire

Plus en détail

EVALUATION DES COUTS DE L APPAREILLAGE DE MEMBRE INFERIEUR

EVALUATION DES COUTS DE L APPAREILLAGE DE MEMBRE INFERIEUR EVALUATION DES COUTS DE L APPAREILLAGE DE MEMBRE INFERIEUR Un amputé : Quel coût pour l Assurance Maladie? Le prix de la prothèse est il le facteur prépondérant du coût? Docteur Louis Philippe COUTIER

Plus en détail

LA MALADIE D ALZHEIMER ET LES TROUBLES APPARENTES A LA REUNION

LA MALADIE D ALZHEIMER ET LES TROUBLES APPARENTES A LA REUNION Observatoire régional de la santé de la TABLEAU DE BORD LA MALADIE D ALZHEIMER ET LES TROUBLES APPARENTES A LA REUNION Septembre 2008 SOMMAIRE Contexte Objectif Méthodologie Estimation de la prévalence

Plus en détail

COMPRENDRE LA MALADIE D ALZHEIMER. Ce n est pas seulement une question d oubli! Vaincre Alzheimer

COMPRENDRE LA MALADIE D ALZHEIMER. Ce n est pas seulement une question d oubli! Vaincre Alzheimer COMPRENDRE LA MALADIE D ALZHEIMER Ce n est pas seulement une question d oubli! Vaincre Alzheimer Comprendre la maladie d Alzheimer La maladie d Alzheimer La maladie d Alzheimer est connue pour l un des

Plus en détail

Le Patient Trisomique Vieillissant. Dr.Thus Bruno regards croisés sur les mondes de la gériatrie et du handicap CHAL le 24-11-15

Le Patient Trisomique Vieillissant. Dr.Thus Bruno regards croisés sur les mondes de la gériatrie et du handicap CHAL le 24-11-15 Le Patient Trisomique Vieillissant Dr.Thus Bruno regards croisés sur les mondes de la gériatrie et du handicap CHAL le 24-11-15 L amélioration des connaissances médicales et des techniques chirurgicales

Plus en détail

Eléments bibliographiques

Eléments bibliographiques Etude PATHOS sur l échantillon Ernest 00 Eléments bibliographiques L échantillon Ernest : Qu est-ce qu il dit Ernest? Ministère de l emploi et de la solidarité, mission Marthe, rapport d exploitation au

Plus en détail

N. Thomas a, J. Zitouni b, A. Bocquier c, E. Lewandowski d, S. Finkel e, O. Favier a, F. Champion b, M. Jardin c. Provence-Alpes-Côte d Azur

N. Thomas a, J. Zitouni b, A. Bocquier c, E. Lewandowski d, S. Finkel e, O. Favier a, F. Champion b, M. Jardin c. Provence-Alpes-Côte d Azur Congrès national des Observatoires régionaux de la santé 2008 - Les inégalités de santé Marseille, 16-17 octobre 2008 L3 - Évaluation de la qualité du chaînage des séjours hospitaliers : préalable nécessaire

Plus en détail

Etude socio-économique «Prendre en soin les personnes atteintes de la maladie d Alzheimer : le reste à charge» Principaux résultats 2010

Etude socio-économique «Prendre en soin les personnes atteintes de la maladie d Alzheimer : le reste à charge» Principaux résultats 2010 Etude socio-économique «Prendre en soin les personnes atteintes de la maladie d Alzheimer : le reste à charge» Principaux résultats 2010 Etude réalisée par Préambule L analyse de la littérature et des

Plus en détail

Les antipsychotiques en médecine générale diagnostic, surveillance et prise en charge du syndrome métabolique. Dr GIGNOUX-FROMENT F.

Les antipsychotiques en médecine générale diagnostic, surveillance et prise en charge du syndrome métabolique. Dr GIGNOUX-FROMENT F. Les antipsychotiques en médecine générale diagnostic, surveillance et prise en charge du syndrome métabolique Dr GIGNOUX-FROMENT F. 10 juin 2010 1 Sommaire Introduction Méthodes Résultats Discussion Conclusion

Plus en détail

profession d'avenir LE FRANCILIEN

profession d'avenir LE FRANCILIEN profession d'avenir L EMPLOI DANS LES CABINETS FRANCILIENS Des chiffres pleins de promesses Comment va l emploi dans les cabinets franciliens? Qui sont les collaborateurs qui y travaillent? Comment ont-ils

Plus en détail

Quel coût de la dépendance à l horizon 2040?

Quel coût de la dépendance à l horizon 2040? Quel coût de la dépendance à l horizon 2040? Projections à l aide du modèle de microsimulation Destinie C. Marbot D. Roy INSEE et CREST Niort - 16 mai 2012 Le contexte : coût de la dépendance La dépendance

Plus en détail

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL

15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS ALIMENTAIRES EN MEDECINE DU TRAVAIL 15 ème Journée du Sommeil Sommeil et Nutrition 27 Mars 2015 SURVEILLANCE DES COMPORTEMENTS Dr Albane CHAILLOT Service de santé au travail 27/03/2015 Introduction Evaluation Prise en charge Traitement Conclusion

Plus en détail

Hypertension artérielle et facteurs de risque associés Une nouvelle étude de l Assurance Maladie sur les évolutions entre 2000 et 2006

Hypertension artérielle et facteurs de risque associés Une nouvelle étude de l Assurance Maladie sur les évolutions entre 2000 et 2006 Point d information mensuel 19 octobre 2007 Hypertension artérielle et facteurs de risque associés Une nouvelle étude de l Assurance Maladie sur les évolutions entre 2000 et 2006 En France, 10,5 millions

Plus en détail

DIU Infirmières de Santé au Travail - IDF. Service Central de Santé au Travail de l AP-HP PLAN DE COURS

DIU Infirmières de Santé au Travail - IDF. Service Central de Santé au Travail de l AP-HP PLAN DE COURS DIU Infirmières de Santé au Travail - IDF Faculté de Médecine Paris VII - Denis Diderot Mardi 7 juin 2016 STATISTIQUES EN SANTE AU TRAVAIL : NOTIONS ESSENTIELLES Service Central de Santé au Travail de

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe du 6 août 2009 susceptibles d actualisation en fonction de l évolution des données. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE PANDEMIQUE A. TRAITEMENT ANTIVIRAL CURATIF 1 1. Adultes et enfants de plus d un an La prescription d un traitement antiviral

Plus en détail

Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne. Oncogériatrie

Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne. Oncogériatrie Centre Jean PERRIN Centre de Lutte contre le Cancer d'auvergne Clermont-Ferrand - France - Oncogériatrie Faut-il évaluer toutes les personnes âgées atteintes de cancer? Docteur Jean Goyard, UPCOG, Clermont-Ferrand

Plus en détail

DR VALÉRIE FOUSSIER. Diabète de type 1

DR VALÉRIE FOUSSIER. Diabète de type 1 Introduction Le diabète de type 1 et 2 concerne 3 millions de personnes en 2011 avec une prépondérance marquée pour le diabète de type 2. Véritable épidémie, cette maladie est un problème de santé publique,

Plus en détail

Pour ou Contre le dépistage du cancer de la prostate?

Pour ou Contre le dépistage du cancer de la prostate? Pour ou Contre le dépistage du cancer de la prostate? H. QUINTENS Institut A TZANCK Saint Laurent du Var 25 Mars 2014 Classification TNM Score de GLEASON L'antigène prostatique spécifique L'antigène prostatique

Plus en détail

Épidémiologie du cancer du sein en Algérie.

Épidémiologie du cancer du sein en Algérie. Épidémiologie du cancer du sein en Algérie. Mahnane A. Hamdi Cherif M. Registre du Cancer de Sétif. Laboratoire Santé Environnement des Hauts Plateaux Sétifiens. INTRODUCTION Le cancer du sein est le cancer

Plus en détail

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers)

Croissance annuelle moyenne de la population active en France (en milliers) 23 COMMENT PEUT-ON EXPLIQUER LE CHÔMAGE? A La population active augmente-t-elle trop vite? a) Le chômage : une population active supérieure à l'emploi 1. Au niveau d une économie nationale, le chômage

Plus en détail

CHAPITRE II : LE VIEILLISSEMENT NORMAL ; DONNEES

CHAPITRE II : LE VIEILLISSEMENT NORMAL ; DONNEES CHAPITRE II : LE VIEILLISSEMENT NORMAL ; DONNEES EPIDEMIOLOGIQUES ET SOCIOLOGIQUES I- Vieillissement démographique A- La démographie en général : définition, indicateurs utilisés B- La population âgée

Plus en détail

Facteurs de retard au diagnostic. du mélanome cutané

Facteurs de retard au diagnostic. du mélanome cutané Rapport d orientation sur les facteurs de retard au diagnostic du Mélanome cutané RAPPORT D ORIENTATION Facteurs de retard au diagnostic du mélanome cutané Juillet 2012 SYNTHESE Ce rapport d orientation

Plus en détail

Conséquences de l aide informelle sur la santé physique et mentale des aidants. XVIII ème journée de gériatrie Mardi 24/03/2015

Conséquences de l aide informelle sur la santé physique et mentale des aidants. XVIII ème journée de gériatrie Mardi 24/03/2015 Conséquences de l aide informelle sur la santé physique et mentale des aidants. XVIII ème journée de gériatrie Mardi 24/03/2015 Dr Florence Potier L aidant, un patient dans l ombre? Sommaire 1. Contexte

Plus en détail

Baromètre santé Poitou-Charentes 2010

Baromètre santé Poitou-Charentes 2010 Baromètre santé Poitou-Charentes 2010 CONTEXTE Le dépistage est défini par l OMS comme «l identification présomptive de maladies ou troubles non reconnus, par l application de tests, d examens ou d autres

Plus en détail

Pr Monnier Nous arrivons au dernier chapitre de cette présentation qui est consacrée à des questions diverses. Il y a plusieurs types de questions

Pr Monnier Nous arrivons au dernier chapitre de cette présentation qui est consacrée à des questions diverses. Il y a plusieurs types de questions Nous arrivons au dernier chapitre de cette présentation qui est consacrée à des questions diverses. Il y a plusieurs types de questions qui peuvent être posées. Bien sûr, la première question est : quels

Plus en détail

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe 24 août 2010.

Recommandations du Comité de lutte contre la grippe 24 août 2010. FICHE PRATIQUE D UTILISATION DES ANTIVIRAUX EN EXTRAHOSPITALIER ET EN PERIODE DE CIRCULATION DU VIRUS A(H1N1)v Ces recommandations sont justifiées par la circulation sporadique et modérée des virus grippaux

Plus en détail

SYNDROMES DEMENTIELS : IMPLICATIONS POUR LA PRATIQUE VÉRONIQUE CRESSOT PÔLE DE GÉRONTOLOGIE CLINIQUE CHU DE BORDEAUX

SYNDROMES DEMENTIELS : IMPLICATIONS POUR LA PRATIQUE VÉRONIQUE CRESSOT PÔLE DE GÉRONTOLOGIE CLINIQUE CHU DE BORDEAUX SYNDROMES DEMENTIELS : IMPLICATIONS POUR LA PRATIQUE VÉRONIQUE CRESSOT PÔLE DE GÉRONTOLOGIE CLINIQUE CHU DE BORDEAUX 1 LES DEMENCES : GÉNERALITÉS Démences vieillissement normal Vieillissement normal :

Plus en détail

Pour conduire à bien sa mission de diffusion des informations relatives aux situations

Pour conduire à bien sa mission de diffusion des informations relatives aux situations n octobre 2012 Le mot de l Observatoire Combien de pauvres en France? Répondant à cette question lors de la publication de son rapport en mars 2012, l ONPES délivrait des données statistiques qui, prises

Plus en détail

المجلةالصحية لشرق المتوسط منظمة الصحة العالمية المجلد الثالث عشر العدد ٢٠٠٧ ٣ Les maladies cardio-vasculaires sont la cause principale de morbidité et de mortalité dans les pays industrialisés. Elles sont

Plus en détail

LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque?

LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque? LE RISQUE CARDIO-VASCULAIRE CHEZ LA FEMME Pourquoi sont-elles plus à risque? Jean-Philippe BRETTES Hôpitaux Universitaires de Strasbourg Mourad DERGUINI Hôpital de Kouba - Alger SAERM, Alger 2015 Le risque

Plus en détail

Prise en charge des patients âgés atteints de troubles cognitifs. Muriel Rainfray

Prise en charge des patients âgés atteints de troubles cognitifs. Muriel Rainfray + Prise en charge des patients âgés atteints de troubles cognitifs Muriel Rainfray + Rôle du vieillissement dans l apparition des troubles cognitifs + Whitehall II Etude prospective - Suivi 10 ans 5 Tests

Plus en détail

DONNÉES PROBANTES CONCERNANT LES PRATIQUES EXEMPLAIRES EN MATIÈRE DE GESTION DE L INVALIDITÉ Sommaire

DONNÉES PROBANTES CONCERNANT LES PRATIQUES EXEMPLAIRES EN MATIÈRE DE GESTION DE L INVALIDITÉ Sommaire DONNÉES PROBANTES CONCERNANT LES PRATIQUES EXEMPLAIRES EN MATIÈRE DE GESTION DE L INVALIDITÉ Sommaire Citation: Thompson JM, MacLean MB. Données probantes concernant les pratiques exemplaires en matière

Plus en détail

UNE RÉALISATION DE L OBSERVATOIRE DE LA SANTÉ DE LA PROVINCE DE LUXEMBOURG À L INITIATIVE DU DÉPUTÉ PROVINCIAL EN CHARGE DU PÔLE SOCIAL ET SANTÉ

UNE RÉALISATION DE L OBSERVATOIRE DE LA SANTÉ DE LA PROVINCE DE LUXEMBOURG À L INITIATIVE DU DÉPUTÉ PROVINCIAL EN CHARGE DU PÔLE SOCIAL ET SANTÉ C A H I E R S A N T É N 3 UNE RÉALISATION DE L OBSERVATOIRE DE LA SANTÉ DE LA PROVINCE DE LUXEMBOURG À L INITIATIVE DU DÉPUTÉ PROVINCIAL EN CHARGE DU PÔLE SOCIAL ET SANTÉ Préface Le diabète est en augmentation

Plus en détail

L Exploitation des films recommandés Art et Essai. en salles, à la télévision, en vidéo

L Exploitation des films recommandés Art et Essai. en salles, à la télévision, en vidéo L Exploitation des films recommandés Art et Essai en salles, à la télévision, en vidéo octobre 2006 Centre National de la Cinématographie Service des études, des statistiques et de la prospective 12, rue

Plus en détail

La perte d autonomie

La perte d autonomie L Observatoire de la Santé Le Figaro Weber Shandwick La perte d autonomie Date : 16 avril 2013 OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Tél : 01 78 94 90 00 Toute publication totale ou partielle

Plus en détail

Vaincre Alzheimer DOSSIER DE PRESSE

Vaincre Alzheimer DOSSIER DE PRESSE Vaincre Alzheimer DOSSIER DE PRESSE Février 20 CONFÉRENCE DE PRESSE LECMA / Vaincre Alzheimer ALZHEIMER : QUE CONNAÎT-ON DES MÉCANISMES DE LA MALADIE? OÙ EN EST LA RECHERCHE? QUELS SONT LES NOUVEAUX AXES

Plus en détail

PRESSION ARTERIELLE ET PAROI VASCULAIRE. Docteur Etienne SAVIN Sce. Expl. Fonctionnelles Hôpital Lariboisière

PRESSION ARTERIELLE ET PAROI VASCULAIRE. Docteur Etienne SAVIN Sce. Expl. Fonctionnelles Hôpital Lariboisière PRESSION ARTERIELLE ET PAROI VASCULAIRE Docteur Etienne SAVIN Sce. Expl. Fonctionnelles Hôpital Lariboisière INTRODUCTION Quelques définitions 1. Pression artérielle Lorsque, dans le langage courant, on

Plus en détail

CONFÉRENCE DU 30/06/15

CONFÉRENCE DU 30/06/15 CONFÉRENCE DU 3/6/ Contact Presse ASSUREURS PRÉVENTION Benoît DANTON 1 42 47 93 8 6 48 24 77 81 b.danton@ffsa.fr DOSSIER DE PRESSE ASSUREURS PRÉVENTION - «4 ÈME BAROMÈTRE SUR LE NIVEAU D ACTIVITÉ PHYSIQUE

Plus en détail

La grippe & autres infections respiratoires hivernales : tout ce qu il faut savoir!

La grippe & autres infections respiratoires hivernales : tout ce qu il faut savoir! La grippe & autres infections respiratoires hivernales : tout ce qu il faut savoir! Dr Anne Guinard, Cire Midi-Pyrénées Rencontre des représentants des usagers et des professionnels de santé de Midi-Pyrénées

Plus en détail

Regards croisés sur le maintien dans l emploi et la prise en charge à domicile des malades Alzheimer jeunes

Regards croisés sur le maintien dans l emploi et la prise en charge à domicile des malades Alzheimer jeunes Regards croisés sur le maintien dans l emploi et la prise en charge à domicile des malades Alzheimer jeunes Dr V Langlois-Gey, MDPH 87 Dr L. Moreau, Conseil Général 87 11 ème journée ALOIS «Alzheimer et

Plus en détail

INTERVIEW. Dr K. MOUSSAYER. SUR L'AUTO-IMMUNITE

INTERVIEW. Dr K. MOUSSAYER. SUR L'AUTO-IMMUNITE INTERVIEW Dr K. MOUSSAYER Présidente de l Association Marocaine des Maladies Auto-immunes et Systémiques (AMMAIS) Pouvez vous nous définir les missions de l AMMAIS Les objectifs de l AMMAIS, créée en 2010

Plus en détail

LA PERTE D AUTONOMIE DES PERSONNES AGEES

LA PERTE D AUTONOMIE DES PERSONNES AGEES LA PERTE D AUTONOMIE DES PERSONNES AGEES En Moselle Observatoire de la Famille 2012/2013 UDAF de la Moselle, 1 Avenue Leclerc de Hauteclocque, 57000 METZ www.udaf57.fr Décembre 2013 EDITO DU PRESIDENT

Plus en détail

Accidentologie des sports d hiver

Accidentologie des sports d hiver Accidentologie des sports d hiver Contact : Médecins de Montagne Maison des Parcs et de la Montagne 256 r. de la République 73000 Chambéry T. 04 79 96 43 50 info@mdem.org DOSSIER DE PRESSE 2011 + d informations

Plus en détail

Forum territorial de santé Santerre Haute Somme 3 décembre 2009

Forum territorial de santé Santerre Haute Somme 3 décembre 2009 Forum territorial de santé Santerre Haute Somme 3 décembre 2009 Synthèse du diagnostic territorial Points positifs Si globalement l épidémiologie des cancers (cf. points négatifs) n est pas bonne sur le

Plus en détail

Les métiers de l aide à domicile : quelle place pour la santé au travail?

Les métiers de l aide à domicile : quelle place pour la santé au travail? Journée de la SMSTS du vendredi 22 octobre 2010 Les métiers de l aide à domicile : quelle place pour la santé au travail? Aide à domicile et prévention des risques professionnels LES CHIFFRES DU SECTEUR

Plus en détail

MOTION VOTEE PAR LES MEMBRES DU CODERPA DE MEURTHE-ET-MOSELLE LORS DE LA SEANCE PLENIERE DU 11 FEVRIER 2010

MOTION VOTEE PAR LES MEMBRES DU CODERPA DE MEURTHE-ET-MOSELLE LORS DE LA SEANCE PLENIERE DU 11 FEVRIER 2010 MOTION VOTEE PAR LES MEMBRES DU CODERPA DE MEURTHE-ET-MOSELLE LORS DE LA SEANCE PLENIERE DU 11 FEVRIER 2010 L analyse de la situation des personnes âgées en perte d autonomie dans le département de Meurthe-et-Moselle

Plus en détail

DEPISTAGE DE LA DEMENCE ET DECLIN COGNITIF RAPIDE EN EHPAD. Dr I. DESORMAIS, Dr S. MEYER, Pr T. DANTOINE POLE DE GERONTOLOGIE CHU Limoges

DEPISTAGE DE LA DEMENCE ET DECLIN COGNITIF RAPIDE EN EHPAD. Dr I. DESORMAIS, Dr S. MEYER, Pr T. DANTOINE POLE DE GERONTOLOGIE CHU Limoges DEPISTAGE DE LA DEMENCE ET DECLIN COGNITIF RAPIDE EN EHPAD Dr I. DESORMAIS, Dr S. MEYER, Pr T. DANTOINE POLE DE GERONTOLOGIE CHU Limoges Démence en EHPAD? Très peu de données dans les publications scientifiques

Plus en détail

MORTALITE AUX ANTILLES GUYANE

MORTALITE AUX ANTILLES GUYANE MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA FAMILLE ET DES PERSONNES HANDICAPÉES N 12 - OCTOBRE 2003 MORTALITE AUX ANTILLES GUYANE Taux brut de Mortalité (décès pour 1.000 habitants) Guadeloupe Martinique Guyane Métropole

Plus en détail

Résultats de simulations : à quel point les Québécois sont-ils vulnérables à une hausse de taux d intérêt?

Résultats de simulations : à quel point les Québécois sont-ils vulnérables à une hausse de taux d intérêt? Résultats de simulations : à quel point les Québécois sont-ils vulnérables à une hausse de taux d intérêt? juin 1 Comme ailleurs au pays, les dettes des Québécois ont augmenté beaucoup plus rapidement

Plus en détail

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Présentation faite en collaboration avec le Dr Gabriela BUFFET, Médecin-Conseil

Plus en détail

Pr Jean-Paul Moatti. la Méditerranée UMR SE4S, Sciences Economiques & Sociales, Systèmes de Santé, Sociétés

Pr Jean-Paul Moatti. la Méditerranée UMR SE4S, Sciences Economiques & Sociales, Systèmes de Santé, Sociétés L EVALUATION ECONOMIQUE DES INNOVATIONS BIOMEDICALES Mystères et paradoxes du progrès technique en santé Pr Jean-Paul Moatti UFR Sciences Economiques & Gestion, Université de la Méditerranée UMR SE4S,

Plus en détail

Evaluer l impact des réformes des retraites sur l activité des 55 ans et plus

Evaluer l impact des réformes des retraites sur l activité des 55 ans et plus Evaluer l impact des réformes des retraites sur l activité des 55 ans et plus M. Bachelet, M. Beffy et D. Blanchet Séminaire Fourgeaud - 8 juin 2011 Introduction Présentation précédente a détaillé évolutions

Plus en détail

LES PETITS-DÉJEUNERS PRESSE DE L ORS PACA

LES PETITS-DÉJEUNERS PRESSE DE L ORS PACA LES PETITS-DÉJEUNERS PRESSE DE L ORS PACA Semaine européenne de prévention du cancer du col de l utérus Le lundi 24 janvier 2011 à 9h30 à l Observatoire régional de la santé Provence-Alpes-Côte d'azur

Plus en détail

La maladie d Alzheimer

La maladie d Alzheimer La maladie d Alzheimer Titre: Alzheimer, diagnostiquer et annoncer la maladie Public : neurologues de niveau A2 Durée : 2 heures Objectif général : établir un diagnostic de la maladie d Alzheimer Mots-clés

Plus en détail

Le Cancer du Sein : Peut-on Agir Sur Son Destin? Dr Welter Centre Hospitalier Régional Metz Thionville 08 Avril 2014

Le Cancer du Sein : Peut-on Agir Sur Son Destin? Dr Welter Centre Hospitalier Régional Metz Thionville 08 Avril 2014 Le Cancer du Sein : Peut-on Agir Sur Son Destin? Dr Welter Centre Hospitalier Régional Metz Thionville 08 Avril 2014 Introduction Le cancer du sein est une maladie multifactorielle La susceptibilité génétique

Plus en détail

Je protège mon cerveau

Je protège mon cerveau Je protège mon cerveau en soignant mon hypertension Informations et conseils du Comité Français de Lutte contre l Hypertension Artérielle De très bonnes nouvelles L augmentation du nombre de patients traités

Plus en détail

Dépistage et diagnostic du cancer de la prostate chez les assurés du régime général en France

Dépistage et diagnostic du cancer de la prostate chez les assurés du régime général en France Dépistage et diagnostic du cancer de la prostate chez les assurés du régime général en France P. Tuppin, S. Samson, P. Perrin, A. Weill, P. Ricordeau, H. Allemand Caisse nationale d assurance maladie des

Plus en détail

Départs en retraite avec décote : des situations contrastées entre les hommes et les femmes

Départs en retraite avec décote : des situations contrastées entre les hommes et les femmes n o 28 03 / 2015 études, recherches et statistiques de la Cnav étude Julie Vanriet- Margueron, Cnav Départs en retraite avec décote : des situations contrastées entre les hommes et les femmes Lorsqu un

Plus en détail

Revenus fiscaux déclarés par les ménages

Revenus fiscaux déclarés par les ménages 4. FOCUS SUR LES PERSONNES ÂGÉES. Des revenus plutôt favorables pour les ménages âgés L fait partie des départements français relativement favorisés pour les revenus des ménages. Au 27 e rang pour le revenu

Plus en détail

Étude CASIM. DRTEFP Inspection médicale du travail de Haute-Normandie DEAUVILLE. Dr Blandine DEVAUX

Étude CASIM. DRTEFP Inspection médicale du travail de Haute-Normandie DEAUVILLE. Dr Blandine DEVAUX DRTEFP Inspection médicale du travail de Haute-Normandie Dr Blandine DEVAUX Étude CASIM 29 èmes journées nationales de santé au travail du BTP DEAUVILLE Contexte 1. Vieillissement de la population salariée

Plus en détail

DEPISTAGE PRECOCE ET REHABILITATION PSYCHOSOCIALE DE LA DEMENCE DE TYPE ALZHEIMER

DEPISTAGE PRECOCE ET REHABILITATION PSYCHOSOCIALE DE LA DEMENCE DE TYPE ALZHEIMER DEPISTAGE PRECOCE ET REHABILITATION PSYCHOSOCIALE DE LA DEMENCE DE TYPE ALZHEIMER INTRODUCTION LA MALADIE D ALZHEIMER : problème majeur de santé publique 1- Vieillissement démographique : Sur le plan mondial

Plus en détail

RESAOLAB Convention de Financement N AFD CZZ 1338 01 C. DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE et SURVEILLANCE DE L INSUFFISANCE RENALE

RESAOLAB Convention de Financement N AFD CZZ 1338 01 C. DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE et SURVEILLANCE DE L INSUFFISANCE RENALE RESAOLAB Convention de Financement N AFD CZZ 1338 01 C DIAGNOSTIC BIOLOGIQUE et SURVEILLANCE DE L INSUFFISANCE RENALE Objectifs 1-Citer deux éléments qui peuvent interférer dans le dosage de la créatininémie

Plus en détail

Ressources humaines et santé au Niger. Comment assurer la présence et l efficacité des ressources humaines dans les zones périphériques du Niger

Ressources humaines et santé au Niger. Comment assurer la présence et l efficacité des ressources humaines dans les zones périphériques du Niger Ressources humaines et santé au Niger Comment assurer la présence et l efficacité des ressources humaines dans les zones périphériques du Niger 1 Le contexte Le Niger : un immense pays d 1 267 000 km²

Plus en détail

Evaluation d impact de l accompagnement des demandeurs d emploi par les opérateurs privés de placement et le programme Cap vers l entreprise

Evaluation d impact de l accompagnement des demandeurs d emploi par les opérateurs privés de placement et le programme Cap vers l entreprise Evaluation d impact de l accompagnement des demandeurs d emploi par les opérateurs privés de placement et le programme Cap vers l entreprise Luc Behaghel, Bruno Crépon et Marc Gurgand Synthèse du rapport

Plus en détail

RECHERCHE D ANTICORPS ANTI-PROTÉINES

RECHERCHE D ANTICORPS ANTI-PROTÉINES RECHERCHE D ANTICORPS ANTI-PROTÉINES CITRULLINÉES LES ANTICORPS ANTI-KÉRATINE () Classement NABM : chapitre 8 Immunologie code : 1464 LES ANTICORPS ANTI-PEPTIDES CYCLIQUES CITRULLINÉS () Classement NABM

Plus en détail

Bon état de santé général et augmentation de l espérance de vie

Bon état de santé général et augmentation de l espérance de vie Etat de santé de la population valaisanne 2010 Sur mandat du Service de la santé publique du canton du Valais, l Observatoire valaisan de la santé, en collaboration avec l Institut universitaire de médecine

Plus en détail

L AOMI: qu attendre de la réadaptation en pratique?

L AOMI: qu attendre de la réadaptation en pratique? L AOMI: qu attendre de la réadaptation en pratique? Pourquoi réadapter l artériopathe? => Impact santé publique, Recommandations Qu attendre de la réadaptation? =>Nombreux bénéfices Comment faire? =>Spécificités

Plus en détail

LE DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL. Dre S. Lefebvre CHVO- Gatineau

LE DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL. Dre S. Lefebvre CHVO- Gatineau LE DÉPISTAGE DU CANCER COLORECTAL Dre S. Lefebvre CHVO- Gatineau Dépistage du cancer colorectal (CCR) Reconnaître l importance du dépistage du CCR. Comprendre la progression des lésions pré-néoplasiques

Plus en détail

La santé environnementale observée : quelques caractéristiques en Lorraine

La santé environnementale observée : quelques caractéristiques en Lorraine La santé environnementale observée : quelques caractéristiques en Lorraine 1 Introduction : estimations OMS 24% de la charge mondiale de morbidité et 23% des décès peuvent être attribués à des facteurs

Plus en détail

Diagnostic prénatal, Diagnostic préimplantatoire et maladies génétiques. Dominique Stoppa-Lyonnet Institut Curie et Université Paris Descartes

Diagnostic prénatal, Diagnostic préimplantatoire et maladies génétiques. Dominique Stoppa-Lyonnet Institut Curie et Université Paris Descartes Diagnostic prénatal, Diagnostic préimplantatoire et maladies génétiques Dominique Stoppa-Lyonnet Institut Curie et Université Paris Descartes APCH juin 202 Définition du DPN et de l IMG Organisation en

Plus en détail

UNE GÉNÉTICIENNE HUMANISTE

UNE GÉNÉTICIENNE HUMANISTE UNE GÉNÉTICIENNE HUMANISTE Aymé Ségolène mai 2008, par serge cannasse Médecin généticienne et épidémiologiste, Ségolène Aymé est directrice de recherche à l INSERM, directrice d Orphanet et membre du comité

Plus en détail

ntred 2007 Résultats de l étude Principaux résultats de l étude Entred 2007 EÉCHANTILLON NATIONAL TÉMOIN REPRÉSENTATIF DES PERSONNES DIABÉTIQUES

ntred 2007 Résultats de l étude Principaux résultats de l étude Entred 2007 EÉCHANTILLON NATIONAL TÉMOIN REPRÉSENTATIF DES PERSONNES DIABÉTIQUES Résultats de l étude ntred EÉCHANTILLON NATIONAL TÉMOIN REPRÉSENTATIF DES PERSONNES DIABÉTIQUES Dans la continuité de la première étude nationale Entred sur le diabète réalisée en, une nouvelle étude Entred

Plus en détail

L action gérontologique départementale en perspectives

L action gérontologique départementale en perspectives > Département autonomie et compensation L action gérontologique départementale en perspectives LA POLITIQUE GERONTOLOGIQUE DANS l HERAULT EN CHIFFRES 2 Le budget 2012 dédié aux personnes âgées : 185,5

Plus en détail

Claire Boutoleau- Bretonnière Neurologue, CMRR Laennec. cmrrneurologie@chu-nantes.fr

Claire Boutoleau- Bretonnière Neurologue, CMRR Laennec. cmrrneurologie@chu-nantes.fr Claire Boutoleau- Bretonnière Neurologue, CMRR Laennec cmrrneurologie@chu-nantes.fr 35% 30% 25% 20% 15% 10% 5% 0% 60-6 4 65-6 9 70-7 4 75-7 9 80-8 4 >85 Prévalence MA (Données PAQUID) Incidence: plus de

Plus en détail

document de travail Les bénéficiaires de l aide sociale départementale en 2011 SÉRIE STATISTIQUES N 176 FÉVRIER 2013

document de travail Les bénéficiaires de l aide sociale départementale en 2011 SÉRIE STATISTIQUES N 176 FÉVRIER 2013 Direction de la recherche, des études, de l évaluation et des statistiques DREES document de travail SÉRIE STATISTIQUES N 176 FÉVRIER 2013 Les bénéficiaires de l aide sociale départementale en 2011 Françoise

Plus en détail

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : tendances récentes

Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : tendances récentes Les crédits nouveaux à l habitat des ménages : tendances récentes Sylvain Gouteron et Évelyne Fam Direction des Statistiques monétaires et financières Service des Analyses et Statistiques monétaires Du

Plus en détail

Place du MG dans la PEC de la maladie d Alzheimer. Recommandation de la HAS Décembre 2011 Dr Azizi Fatima

Place du MG dans la PEC de la maladie d Alzheimer. Recommandation de la HAS Décembre 2011 Dr Azizi Fatima Place du MG dans la PEC de la maladie d Alzheimer Recommandation de la HAS Décembre 2011 Dr Azizi Fatima Nous vivons dans des sociétés vieillissantes Les démences un réel problème de santé mondial. le

Plus en détail

MANUTENTION MANUELLE

MANUTENTION MANUELLE MANUTENTION MANUELLE 22 mai 2014 Sommaire 1. Cadre légal 2. Analyse des risques et prévention 3. PREVENT 4. Application de la norme 5. Exercice 2 1 Sommaire 1. Cadre légal 2. Analyse des risques et prévention

Plus en détail

//////////////////////////////////////////////////////////// 14 e Rapport d activité. Synthèse. Fonds d Indemnisation des Victimes de l Amiante

//////////////////////////////////////////////////////////// 14 e Rapport d activité. Synthèse. Fonds d Indemnisation des Victimes de l Amiante 2014 //////////////////////////////////////////////////////////// 14 e Rapport d activité Synthèse Fonds d Indemnisation des Victimes de l Amiante 2014 lement du Conseil d administration au terme d un

Plus en détail

Niveau de vie des retraités selon la situation conjugale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Niveau de vie des retraités selon la situation conjugale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2015 à 9 h 30 «Structures familiales, transferts intergénérationnels, bien-être» Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil

Plus en détail

PERTINENCE DES SOINS. PROBLÉMATIQUE PERTINENCE Pertinence de la chirurgie de la lombalgie chronique de l adulte

PERTINENCE DES SOINS. PROBLÉMATIQUE PERTINENCE Pertinence de la chirurgie de la lombalgie chronique de l adulte PERTINENCE DES SOINS PROBLÉMATIQUE PERTINENCE Pertinence de la chirurgie de la lombalgie chronique de l adulte Février 2014 Cette note de problématique est téléchargeable sur : www.has-sante.fr Haute Autorité

Plus en détail

a dépendance Chiffres clés, les Français face à la dépendance, le rôle des aidants... APRIL vous aide à comprendre [ DÉPENDANCE] PARTICULIERS

a dépendance Chiffres clés, les Français face à la dépendance, le rôle des aidants... APRIL vous aide à comprendre [ DÉPENDANCE] PARTICULIERS APRIL vous aide à comprendre [ DÉPENDANCE] PARTICULIERS a dépendance Chiffres clés, les Français face à la dépendance, le rôle des aidants... L assurance n est plus ce qu elle était. [ DÉPENDANCE] PARTICULIERS

Plus en détail

Cet article a été remis à EndoFrance par le Pr Canis pour une utilisation strictement réservée à l association EndoFrance

Cet article a été remis à EndoFrance par le Pr Canis pour une utilisation strictement réservée à l association EndoFrance ENDOMETRIOSE ET INFERTILITE Dr. Michel CANIS On admet classiquement que 20 à 50 % des patientes qui consultent pour une infertilité ont une endométriose et que 30 à 40 % des patientes qui ont une endométriose

Plus en détail

Le dépistage organisé du cancer colorectal. Présentation aux médecins généralistes

Le dépistage organisé du cancer colorectal. Présentation aux médecins généralistes Le dépistage organisé du cancer colorectal Présentation aux médecins généralistes Sommaire Pourquoi cette réunion? Les conditions de la généralisation La dynamique en France Les acteurs du dépistage organisé

Plus en détail

LE DIABETE DANS LES DEPARTEMENTS D OUTRE MER CARACTERISTIQUES

LE DIABETE DANS LES DEPARTEMENTS D OUTRE MER CARACTERISTIQUES LE DIABETE DANS LES DEPARTEMENTS D OUTRE MER CARACTERISTIQUES PREVENTION SOMMAIRE EPIDEMIOLOGIE La prévalence du diabète traité est estimée en 2009 à 4,4 % de la population résidant en France soit 3 millions

Plus en détail

Une Circonscription d Action Médico-Sociale et un Centre Local d Information et de Coordination (CLIC) : un territoire identique

Une Circonscription d Action Médico-Sociale et un Centre Local d Information et de Coordination (CLIC) : un territoire identique COORDINATION GÉRONTOLOGIQUE TERRITORIALE Diagnostic gérontologique de territoire 1 I. UN TERRITOIRE 2 Une Circonscription d Action Médico-Sociale et un Centre Local d Information et de Coordination (CLIC)

Plus en détail

Charte de Paris contre le cancer

Charte de Paris contre le cancer Charte de Paris contre le cancer français french 7 8 Profondément troublés par les répercussions importantes et universelles du cancer sur la vie humaine, la souffrance humaine, et sur la productivité

Plus en détail

Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Incidence et mortalités des cancers féminins

Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Incidence et mortalités des cancers féminins Problématiques de recherche en chirurgie du sein Problématiques de recherche en chirurgie du sein C MATHELIN 1, MF BRETZ-GRENIER 2, S CROCE 3, D BRASSE 4, A GANGI 2 1. Pôle de gynécologie-obstétrique,

Plus en détail