TRANSFORMEZ VOTRE IMPÔT EN DON

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TRANSFORMEZ VOTRE IMPÔT EN DON"

Transcription

1 TRANSFORMEZ VOTRE IMPÔT EN DON

2 Transformez votre impôt en don! Particuliers, au titre de l ISF, vous bénéficiez d une réduction d impôts de 75% du montant du don, dans la limite de Vous avez 1000 pour nous soutenir? Faites un don de 4000! L Etat vous rembourse la différence sous forme de réduction d impôts. En 2015, donnez, si vous le souhaitez, pour des projets bien précis. Les fiches explicatives qui suivent vous permettent de choisir le projet auquel vous souhaitez contribuer(*). Donner, c est offrir aux chercheurs de l Ecole Centrale de Lyon la possibilité de se maintenir dans l élite de la recherche mondiale et d accélérer l arrivée sur le marché des nouvelles techniques. (*) en cas de dépassement du montant par la collecte, de nouvelles modalités vous seront proposées afin de rester dans l esprit de vos souhaits.

3 TRANSMISSION D ÉNERGIE TRANSCUTANÉE

4 Transmission d énergie transcutanée CONTEXTE, ENJEUX Les circuits implantés dans le corps de patients, ou «implants», sont parfois nécessaires pour la survie ou le confort de vie de certaines personnes. Comment les alimenter? Les stimulateurs cardiaques (pacemakers) fonctionnent avec une pile remplacée après quelques années au prix d un geste chirurgical. Lorsque la consommation d énergie est plus importante (plusieurs watts), l alimentation est réalisée par des conducteurs transcutanés, portes possibles aux infections. Troisième voie possible explorée par le laboratoire Ampère : la transmission d énergie sans contact via l utilisation de champs magnétiques. Pour des consommations faibles d énergie, la transmission d énergie par induction à travers la peau est d ores et déjà utilisée, (exemple des implants cochlaires pour la surdité profonde). Mais plusieurs difficultés existent : normes d exposition des personnes aux champs et courants induits dans la peau, robustesse vis à vis d un placement incertain des bobines dimensions du système, en particulier de la partie interne. AVANCÉE ACTUELLE DES TRAVAUX Un démonstrateur permettant de transmettre 15 W a été réalisé. Des travaux en collaboration avec l école polytechnique de l université de São Paulo ont porté sur le dimensionnement des bobines. Il faut désormais poursuivre la réduction de la taille des bobines, bien sûr en respectant normes et confort du patient. COMMENT NOUS AIDER? Réaliser un démonstrateur plus proche de l application finale (réduction de la taille des composants) et des tests plus poussés. Avec une aide de l ordre de : Financement d un stagiaire de master ou un travail de fin d études d élève ingénieur. test des bobines aux dimensions réduites validation expérimentale avec la carte électronique existante. insertion d un matériau ayant des propriétés électriques similaires à celles de la peau (fantôme) entre les bobines. mesures avec différentes positions relatives des bobines : de la puissance transmise de rendement du système de la température à la surface des bobines (critère important pour le confort du patient). Avec une aide de l ordre de : Idem + réalisation en sous-traitance de cartes électroniques. conception d une carte connectée à la bobine «émettrice» conception d une carte connectée à la bobine «réceptrice» à taille minimale (pour implantation) Avec une aide de l ordre de : Idem + quelques étapes supplémentaires (un post-doc pendant un an) dans la perspective de tests in vivo. >en particulier enrobage des bobines dans un matériau bio-compatible (choix de matériau, mise en œuvre, vieillissement, impact sur les aspects thermiques...). mouvement perpétuel - Crédits photos : Thinkstock, Fotolia, ECL, X. Fonds de dotation CENTRALYON 36 av. Guy de Collongue ECULLY cedex T + 33 (0)

5 LA MÉDECINE PERSONNALISÉE : UNE STRATÉGIE D AVENIR CONTRE LE CANCER

6 La médecine personnalisée : une stratégie d avenir contre le cancer AVANCÉE ACTUELLE DES TRAVAUX CONTEXTE, ENJEUX Le cancer est un problème majeur de santé publique mondiale : en 2012, ont été recensés par l OMS 14,1 millions de nouveaux cas de cancer, 8,2 millions de décès dus au cancer et 32,6 millions de personnes vivant avec le cancer (dans les 5 ans suivant le diagnostic). Or il existe diverses formes de cancer, et donc pas un traitement unique pour tous les patients, d où le concept de «médecine personnalisée» : le bon traitement, pour le bon groupe de patients, au bon moment. Pour cela, il est nécessaire de classer les malades par groupes ce qui passe par l identification et la détection de biomarqueurs spécifiques présents dans un échantillon biologique (sang, urine, tissu, etc.). A chaque traitement se voit associé un «test compagnon» détectant un ou plusieurs marqueurs (par exemple gène) et permettant la meilleure prise en charge du patient. Par ailleurs, les progrès récents dans la détection et l analyse de molécules comme l ADN et les protéines, ont permis le développement des tests de diagnostic moléculaire. Ceux-ci permettent : dépistage précoce ; diagnostic précis (classification des cancers) ; pronostic ; choix du traitement le plus adapté ; suivi de la réponse du patient au traitement et évolution. Les enjeux majeurs des années à venir sont : la découverte et la validation de marqueurs moléculaires pertinents (biomarqueurs) ; le développement d outils diagnostics sensibles et miniinvasifs pour suivre pas à pas l état de santé du patient. Depuis bientôt 10 ans, des chercheurs de l Ecole Centrale de Lyon (laboratoire INL) travaillent sur le développement de microsystèmes pour la détection simultanée de plusieurs biomarqueurs du cancer du sein et du cancer colorectal, à partir de quelques microlitres de sérum. La sensibilité et la spécificité du diagnostic ont été améliorées de 40% à plus de 80%. Il s agit maintenant de développer des microsystèmes encore plus précis pour l identification de «signatures moléculaires» du cancer du sein et du poumon. Ces signatures et ces microsystèmes permettront in fine une meilleure prise en charge des patients et la maitrise des coûts de santé. CE QU UNE AIDE FINANCIÈRE RENDRAIT POSSIBLE avec : achats de micropipettes avec : achat de matériel de fluidique ou de microscope optique avec : participation à l achat d un appareil SPR (Surface Plasmon Resonance), ou participation à l achat d un AFM bio (microscope à force atomique), ou financement d un post-doc sur 1 an. Fonds de dotation CENTRALYON 36 av. Guy de Collongue ECULLY cedex T + 33 (0) mouvement perpétuel - Crédits photos : Thinkstock, Fotolia, ECL, X.

7 ÉCONOMIE D ÉNERGIE DES APPAREILS EN VEILLE MAINTENANT, SUPPRIMER LA PILE INTÉGRÉE

8 Economie d énergie des appareils en veille : maintenant, supprimer la pile intégrée CONTEXTE ET ENJEUX En Europe, la consommation annuelle des appareils en veille (11 % de notre facture d électricité hors chauffage et cuisson) équivaut à la production annuelle de 2 centrales nucléaires (8 réacteurs). Dans les nouveaux bâtiments intelligents automatisés- l interrupteur, autrefois sobre en énergie, devient boulimique. Comment réduire ce gaspillage? AVANCÉE ACTUELLE DES TRAVAUX Développé par le laboratoire Ampère avec des industriels, RWU (Remote Wake Up) permet de diviser jusqu à MILLE la consommation de veille, tout en restant «à l écoute» de la télécommande. Si le système contient une pile, elle voit sa durée de vie augmenter. La carte électronique miniaturisée, intégrée dans un appareil conventionnel sans le modifier, agit en 3 phases : 1/ un émetteur -interrupteur ou télécommande- envoie de l énergie suivie d une trame d informations (pour éviter les réveils intempestifs) par radio fréquence à 2,4 GHz celle du wi-fi-; 2/ le récepteur (une carte électronique) placé dans l application (lampe, par exemple) reçoit l onde. Celle-ci réveille le circuit de démodulation de l application, puis la trame d informations avec l origine du signal et l ordre à exécuter est interprétée ; 3/ l application, qui ne consommait rien, se met en marche (la lampe s allume). RWU a permis le dépôt d un brevet et a été primé en plusieurs occasions. Seule la nécessité d une pile embarquée au sein du récepteur est encore un frein au développement de nouvelles applications. TRAVAUX QU UNE AIDE RENDRAIT POSSIBLES Afin d enlever la pile-bouton qui est enterrée dans le dispositif, on cherche à augmenter la tension reçue à l aide d un convertisseur autoalimenté, tout en gardant la distance de travail de quelques mètres. Avec une aide de l ordre de : Financement d un stagiaire de master ou le travail de fin d études d un élève ingénieur : étude en simulation et réalisation d un démonstrateur. Avec une aide de l ordre de : Financement d un stagiaire de master ou le travail de fin d études d un élève ingénieur ainsi que de la réalisation d un prototype intégré. Avec une aide de l ordre de : Financement d un post-doc pendant un an, pour rendre le système plus performant, en augmentant la distance de travail jusqu à plusieurs dizaines de mètres sans pile. Réalisation d un prototype intégré. *Fonds Unique Interministériel de soutien à la recherche appliquée mouvement perpétuel - Crédits photos : Thinkstock, Fotolia, ECL, X. DES RÉSULTATS INESPÉRÉS QU IL FAUT MAINTENANT DÉVELOPPER Trente mois après le lancement du projet en FUI*, les résultats en laboratoire dépassent les espérances. Rapidité du dispositif, portée de 15 m, respect des normes d émission d ondes électromagnétiques : ces bons résultats ouvrent des champs d applications plus larges. Fonds de dotation CENTRALYON 36 av. Guy de Collongue ECULLY cedex T + 33 (0)

9 VIEILLISSEMENT ET TOUCHER DES E-OBJETS : COMPRENDRE ET AMÉLIORER LA PERTE DE SENSIBILITÉ TACTILE

10 Vieillissement et toucher des e-objets : Comprendre et améliorer la perte de sensibilité tactile CONTEXTE, ENJEUX Comme l ouïe ou la vision, le sens du toucher diminue avec l âge. Avec l évolution constante d une population âgée et de nouvelles technologies, qui font de plus en plus appel à des notions de connections tactiles (le «e-toucher»), il est aujourd hui fondamental de s intéresser à cette déficience. Comprendre la perte de sensibilité tactile permettra de garantir l autonomie des personnes âgées, de conserver des relations sociales avec les nouveaux outils de communication, mais aussi, d améliorer le confort d utilisation des technologies d e-thérapie destinées à soigner les pathologies de flexibilité cognitive. Comment fonctionne le toucher? La pulpe du doigt est la zone de notre corps la plus sensible, elle contient plus de 1000 mécano-récepteurs par cm². Lorsque l on touche une surface, l ensemble des tissus sous cutanés de la pulpe du doigt est soumis à des déformations mécaniques liées aux mouvements du doigt. Les vibrations générées par le relief de l empreinte digitale lors du frottement sur la surface sont alors converties en signaux nerveux via un ensemble de terminaisons mécanosensibles. Sur le plan neurophysiologique, l information de la sensation tactile est ensuite transmise au cerveau par un signal électrique impulsionnel. Que se passe-t-il avec l âge? Les travaux internationaux du LTDS, spécialisé en bioingénierie, ont montré que les propriétés mécaniques de la peau évoluent avec l âge : l élasticité de la peau de l avant bras diminue d environ 50% entre 20 ans et 60 ans. Les conséquences sur la pulpe des doigts sont d ordre mécanique, c est à dire que les vibrations transmises aux mécanorécepteurs diminuent : ceci engendre une perte de sensibilité tactile. AVANCÉE ACTUELLE DES TRAVAUX Le LTDS est impliqué dans un programme de recherche national visant à comprendre la diminution d acuité tactile. Ces travaux permettront d apporter des solutions technologiques visant à améliorer le rendu tactile des e-objets pour les personnes âgées. COMMENT NOUS AIDER? Pour aller plus loin dans nos travaux, nous avons besoin de réaliser un dispositif nomade de mesure de l acuité tactile : avec : achat d un élément du dispositif avec : réalisation complète du dispositif nomade avec et plus : utilisation du dispositif nomade dans une campagne de mesure nationale Fonds de dotation CENTRALYON 36 av. Guy de Collongue ECULLY cedex T + 33 (0) mouvement perpétuel - Crédits photos : Thinkstock, Fotolia, ECL, X.

11 mouvement perpétuel - Crédits photos : Thinkstock, ECL, X. Fonds de dotation CENTRALYON 36 av. Guy de Collongue ECULLY cedex T + 33 (0)

12 Je souhaite que mon don contribue en priorité au développement des projets de recherche suivants : r Transmission d énergie transcutanée r La médecine personnalisée contre le cancer r Économie d énergie des appareils en veille r Vieillissement et toucher des e-objets r Je laisse l affectation de mon don au choix de l École Vos coordonnées : Civilité Nom Prénom Adresse CP Téléphone Promo Ville Je fais un don : r 500 (coût réel pour le donateur 125 ) r (coût réel pour le donateur 250 ) r (coût réel pour le donateur 750 ) r Autre montant : Vos coordonnées sont utilisées pour vous envoyer un reçu fiscal ; elles sont strictement confidentielles et ne seront pas utilisées à des fins commerciales. r Je ne souhaite pas être mentionné(e) sur la liste des donateurs. r Je ne souhaite pas que mes coordonnées soient transmises à l Association des Centraliens de Lyon. Vous pouvez adresser votre règlement par chèque à l attention de l École Centrale de Lyon - Mécénat 36 av. Guy de Collongue Ecully avec ce coupon-réponse. L École Centrale vous remercie. Avec nous, vous construisez l avenir de l École.

Consensus Scientifique sur. les. Champs statiques

Consensus Scientifique sur. les. Champs statiques page 1/8 Consensus Scientifique sur Source : OMS (2006) les Champs statiques Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - Les équipements d imagerie médicale par résonance magnétique (IRM), les trains et les

Plus en détail

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

Champ électromagnétique?

Champ électromagnétique? Qu est-ce qu un Champ électromagnétique? Alain Azoulay Consultant, www.radiocem.com 3 décembre 2013. 1 Définition trouvée à l article 2 de la Directive «champs électromagnétiques» : des champs électriques

Plus en détail

PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS

PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS Matériel : Un GBF Un haut-parleur Un microphone avec adaptateur fiche banane Une DEL Une résistance

Plus en détail

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Indicateur n 2-3 : Indicateurs sur le dépistage du cancer 1 er sous-indicateur : taux de participation au

Plus en détail

Nous avons augmenté de manière significative notre productivité avec le même effectif

Nous avons augmenté de manière significative notre productivité avec le même effectif Nous avons augmenté de manière significative notre productivité avec le même effectif SMART Automation, optimiser la productivité SMART Automation, optimiser la productivité Introduction Depuis plus de

Plus en détail

des banques pour la recherche

des banques pour la recherche ADN, cellules, tissus... des banques pour la recherche FÉVRIER 2009 Les banques d échantillons de matériel biologique (tissus, cellules, ADN ), appelées biobanques, mettent à disposition des chercheurs

Plus en détail

L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest

L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest Cancers, Individu id & Société L état des lieux d un pari Le Rapport Cordier 1 Biomarqueurs prédictifs 2 L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest Cancers, Individu & Société

Plus en détail

Le partenaire de votre innovation technologique

Le partenaire de votre innovation technologique w w w.. s y n e r r v v i a i a. f. r f r Quelques chiffres Création en 2002 Association loi 1901 20 salariés 17 Ingénieurs et techniciens experts dans leurs domaines et présents dans les centres de compétences

Plus en détail

Les sciences de l ingénieur appliquées à la prise en charge du

Les sciences de l ingénieur appliquées à la prise en charge du Les sciences de l ingénieur appliquées à la prise en charge du cancer : enjeux et opportunités Début de cartographie des enjeux cliniques et technologiques gq Jean-François MENUDET, Cluster I-Care Cartographie

Plus en détail

Acquisition et conditionnement de l information Les capteurs

Acquisition et conditionnement de l information Les capteurs Acquisition et conditionnement de l information Les capteurs COURS 1. Exemple d une chaîne d acquisition d une information L'acquisition de la grandeur physique est réalisée par un capteur qui traduit

Plus en détail

Le multiplexage. Sommaire

Le multiplexage. Sommaire Sommaire Table des matières 1- GENERALITES... 2 1-1 Introduction... 2 1-2 Multiplexage... 4 1-3 Transmission numérique... 5 2- LA NUMERATION HEXADECIMALE Base 16... 8 3- ARCHITECTURE ET PROTOCOLE DES RESEAUX...

Plus en détail

Objet : Radiofréquences émises par les compteurs intelligents : position des directeurs régionaux de santé publique du Québec

Objet : Radiofréquences émises par les compteurs intelligents : position des directeurs régionaux de santé publique du Québec Le 5 décembre 2013 Objet : Radiofréquences émises par les compteurs intelligents : position des directeurs régionaux de santé publique du Québec Vous retrouverez ci-dessous la position des directeurs régionaux

Plus en détail

Trousse du solliciteur. Projet «Assurer l Avenir»

Trousse du solliciteur. Projet «Assurer l Avenir» Trousse du solliciteur Projet «Assurer l Avenir» Janvier 2015 Table des matières 1. Présentation... 2 2. Les quatre partenaires de cette campagne... 3 Le comité directeur de «Faire la différence»... 3

Plus en détail

Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron. à Saint-Louis

Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron. à Saint-Louis Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron à Saint-Louis Cancers & imagerie médicale Un progrès majeur pour une meilleure prise en charge des patients. Accroitre les possibilités

Plus en détail

LA SOLUTION D ALARME, DE VIDÉOPROTECTION ET DE DOMOTIQUE INTELLIGENTE ET SANS FIL. Simple à installer, simple à utiliser, haute protection.

LA SOLUTION D ALARME, DE VIDÉOPROTECTION ET DE DOMOTIQUE INTELLIGENTE ET SANS FIL. Simple à installer, simple à utiliser, haute protection. LA SOLUTION D ALARME, DE VIDÉOPROTECTION ET DE DOMOTIQUE INTELLIGENTE ET SANS FIL Simple à installer, simple à utiliser, haute protection. Sommaire LA SOLUTION EVOLOGY EN UN COUP D OEIL L INNOVATION AU

Plus en détail

«SERVICES D INGENIERIE»

«SERVICES D INGENIERIE» PUNCH POWERGLIDE STRASBOURG 45 années d expériences Le pôle R & D de PPS rassemble plus d une centaine d experts, chefs de projet, ingénieurs et techniciens expérimentés en recherche et développement,

Plus en détail

L énergie sous toutes ses formes : définitions

L énergie sous toutes ses formes : définitions L énergie sous toutes ses formes : définitions primaire, énergie secondaire, utile ou finale. Quelles sont les formes et les déclinaisons de l énergie? D après le dictionnaire de l Académie française,

Plus en détail

Les lieux. Trajet - RER B. 20 km. Qu est-ce qu on fait au LPQM? La croix de Berny. Châtenay-Malabry. La salle de Manip. Le bureau

Les lieux. Trajet - RER B. 20 km. Qu est-ce qu on fait au LPQM? La croix de Berny. Châtenay-Malabry. La salle de Manip. Le bureau Trajet - RER B Paris 20 km La salle de Manip La croix de Berny Les lieux Le bureau Châtenay-Malabry Le Laboratoire de Photonique, Quantique et Moléculaire Qu est-ce qu on fait au LPQM? On y étudie la photonique

Plus en détail

Défi 1 Qu est-ce que l électricité statique?

Défi 1 Qu est-ce que l électricité statique? Défi 1 Qu estce que l électricité statique? Frotte un ballon de baudruche contre la laine ou tes cheveux et approchele des morceaux de papier. Décris ce que tu constates : Fiche professeur Après avoir

Plus en détail

Centrale d Alarme 32 zones sans fils

Centrale d Alarme 32 zones sans fils Centrale d Alarme 32 zones sans fils Ultra facile à installer et à programmer Sans fil : Aucune connexion nécessaire!!! Nombreux capteurs différents disponibles : permet de détecter une intrusion par infrarouge,

Plus en détail

Building Technologies

Building Technologies Building Technologies Sintony SI80 le système de sécurité intelligent pour la sphère privée et le bureau Sintony SI80: tout pour plaire Sintony SI80, c est le système de sécurité sans fil de Siemens. Le

Plus en détail

Sciences physiques Stage n

Sciences physiques Stage n Sciences physiques Stage n C.F.A du bâtiment Ermont 1 Activité 1 : 1) Observer les plaquettes d appareils électriques suivantes et relever les indications utiles pour un utilisateur quelconque : Four électrique

Plus en détail

G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge de votre mélanome cutané

G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E. La prise en charge de votre mélanome cutané G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre mélanome cutané Mars 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer sur le mélanome

Plus en détail

Miraboat. Système alarme autonome pour bateaux

Miraboat. Système alarme autonome pour bateaux Miraboat Système alarme autonome pour bateaux CATALOGUE 2013 INTRODUCTION 1 UN SYSTÈME ALARME DANS UN BATEAU, POURQUOI, COMMENT. Chaque année, les vols et dégradations dans les bateaux de plaisance sont

Plus en détail

Télémédecine. F. Brunet 28 octobre 2010

Télémédecine. F. Brunet 28 octobre 2010 Télémédecine F. Brunet 28 octobre 2010 Définition Idée générale : Faire voyager les informations plutôt que les patients Selon le CNOM (Conseil National de l Ordre des Médecins) : La télémédecine est une

Plus en détail

FAITES DE NOS PROJETS UNE RÉALITÉ

FAITES DE NOS PROJETS UNE RÉALITÉ FAITES DE NOS PROJETS UNE RÉALITÉ MÉCÉNAT ET DÉVELOPPEMENT LA PREMIÈRE AMBITION DE LA FONDATION HEI-INGÉNIEURS POUR LE MONDE EST D ACCOMPAGNER L ECOLE ET SES ÉLÈVES DANS LEUR DÉVELOPPEMENT. GRÂCE À VOTRE

Plus en détail

LASER DOPPLER. Cependant elle n est pas encore utilisée en routine mais reste du domaine de la recherche et de l évaluation.

LASER DOPPLER. Cependant elle n est pas encore utilisée en routine mais reste du domaine de la recherche et de l évaluation. LASER DOPPLER INTRODUCTION La technique qui utilise l effet Doppler à partir d un faisceau laser est l une des seules qui permette d enregistrer en continu le reflet de la perfusion superficielle de tissus

Plus en détail

Adaptabilité et flexibilité d une station de charge pour véhicules électriques

Adaptabilité et flexibilité d une station de charge pour véhicules électriques Adaptabilité et flexibilité d une station de charge pour véhicules électriques Mars 2012 / Livre blanc de Johan Mossberg et Maeva Kuhlich Sommaire Introduction... p 2 Qu est ce qu une station de charge

Plus en détail

BIOPSIE PAR ASPIRATION Sous stéréotaxie

BIOPSIE PAR ASPIRATION Sous stéréotaxie Vous avez appris qu une anomalie a été détectée lors de votre mammographie. Afin d investiguer cette anomalie, le radiologue a pris la décision d effectuer une biopsie par aspiration sous stéréotaxie.

Plus en détail

Le projet HBS. LETI/DSIS Jean-Jacques Chaillout jean-jacques.chaillout@cea.fr. CEA. All rights reserved

Le projet HBS. LETI/DSIS Jean-Jacques Chaillout jean-jacques.chaillout@cea.fr. CEA. All rights reserved Le projet HBS LETI/DSIS Jean-Jacques Chaillout jean-jacques.chaillout@cea.fr Les buts du projet HBS En 2010 : 8.3 milliards, 1.3 millions d implantations par an, forte croissance dans pays émergents Réduire

Plus en détail

PROTECTION DEs MAINs ET DEs BRAs INfORMATIONs TEChNIquEs

PROTECTION DEs MAINs ET DEs BRAs INfORMATIONs TEChNIquEs Les accidents qui touchent les mains sont la première cause d accidents avec arrêt de tra- tuer tous les gestes de notre quotidien et sont également un outil essentiel dans notre travail. Préservons-les,

Plus en détail

Notice de montage et d utilisation

Notice de montage et d utilisation BECK-O-TRONIC 5 Version : Centronic fr Notice de montage et d utilisation Commande de porte Informations importantes pour: l'installateur / l'électricien / l'utilisateur À transmettre à la personne concernée!

Plus en détail

La charge électrique C6. La charge électrique

La charge électrique C6. La charge électrique Fiche ACTIVIT UM 8. / UM 8. / 8. La charge électrique 8. La charge électrique C6 Manuel, p. 74 à 79 Manuel, p. 74 à 79 Synergie UM S8 Corrigé Démonstration La charge par induction. Comment un électroscope

Plus en détail

L ÉLECTROCUTION Intensité Durée Perception des effets 0,5 à 1 ma. Seuil de perception suivant l'état de la peau 8 ma

L ÉLECTROCUTION Intensité Durée Perception des effets 0,5 à 1 ma. Seuil de perception suivant l'état de la peau 8 ma TP THÈME LUMIÈRES ARTIFICIELLES 1STD2A CHAP.VI. INSTALLATION D ÉCLAIRAGE ÉLECTRIQUE SÉCURISÉE I. RISQUES D UNE ÉLECTROCUTION TP M 02 C PAGE 1 / 4 Courant Effets électriques 0,5 ma Seuil de perception -

Plus en détail

( ACCÉLÉRATEUR D INTELLIGENCE COLLECTIVE )

( ACCÉLÉRATEUR D INTELLIGENCE COLLECTIVE ) ( ACCÉLÉRATEUR D INTELLIGENCE COLLECTIVE ) LE LEARNINGLAB ( POUR QUOI FAIRE? ) DANS LE CADRE DE LEUR PROGRAMME COMMUN I.D.E.A., NÉ DE L ALLIANCE STRATÉGIQUE DE LA SCIENCE ET DU BUSINESS, L ÉCOLE CENTRALE

Plus en détail

SYSTÈME ANTI-INTRUSION SANS. fil. L œil sur la sécurité

SYSTÈME ANTI-INTRUSION SANS. fil. L œil sur la sécurité L œil sur la sécurité SYSTÈME ANTI-INTRUSION SANS fil SYSTÈME ANTI-INTRUSION SANS fil AVANTAGES Protège votre maison et donne plus de sécurité à votre famille. La sécurité est une valeur fondamentale pour

Plus en détail

Notice de montage et d utilisation

Notice de montage et d utilisation BECK-O-TRONIC 4 Version : Centronic fr Notice de montage et d utilisation Commande de porte Informations importantes pour: l'installateur / l'électricien / l'utilisateur À transmettre à la personne concernée!

Plus en détail

Les Applications industrielles et commerciales des cellules souches. Inserm Transfert Pôle Création d Entreprises

Les Applications industrielles et commerciales des cellules souches. Inserm Transfert Pôle Création d Entreprises Les Applications industrielles et commerciales s cellules souches Inserm Transfert Pôle Création d Entreprises Matthieu COUTET, Responsable du Pôle Jean-François RAX, Business Analyst 1 Plan Cellules souches

Plus en détail

Communications mobiles et santé

Communications mobiles et santé Communications mobiles et santé Les téléphones mobiles et d autres technologies sans fil font maintenant partie intégrante de notre vie quotidienne. Mais l utilisation régulière d un téléphone mobile ou

Plus en détail

Fondation PremUp. Mieux naître pour mieux vivre

Fondation PremUp. Mieux naître pour mieux vivre Fondation PremUp Mieux naître pour mieux vivre Une fondation de coopération scientifique initiée par les pouvoirs publics en 2007 6 membres fondateurs : L Assistance Publique des Hôpitaux de Paris, l Inserm,

Plus en détail

Approche expérimentale du rayonnement électromagnétique émis par un téléphone portable

Approche expérimentale du rayonnement électromagnétique émis par un téléphone portable Approche expérimentale du rayonnement électromagnétique émis par un téléphone portable RÉSUMÉ U N I O N D E S P R O F E S S E U R S D E P H Y S I Q U E E T D E C H I M I E par Lycée Victor Hugo - 25000

Plus en détail

Classification des actions d efficacité énergétique

Classification des actions d efficacité énergétique Gestion active des bâtiments Classification des actions d efficacité énergétique dans le cadre de la rénovation des bâtiments existants Les bâtiments représentent à eux seuls 43% de la consommation d énergie

Plus en détail

Module 3 : L électricité

Module 3 : L électricité Sciences 9 e année Nom : Classe : Module 3 : L électricité Partie 1 : Électricité statique et courant électrique (chapitre 7 et début du chapitre 8) 1. L électrostatique a. Les charges et les décharges

Plus en détail

ICI VOUS ÊTES QUELQU'UN CENTRE HOSPITALIER DE CORNOUAILLE "VOTRE IDENTITÉ C EST VOTRE SÉCURITÉ"

ICI VOUS ÊTES QUELQU'UN CENTRE HOSPITALIER DE CORNOUAILLE VOTRE IDENTITÉ C EST VOTRE SÉCURITÉ ICI VOUS ÊTES QUELQU'UN CENTRE HOSPITALIER DE CORNOUAILLE "VOTRE IDENTITÉ C EST VOTRE SÉCURITÉ" ICI VOUS ÊTES ICI VOUS ÊTES VOUS ÊTES UNIQUE UNIQUE < L espérance de vie augmente régulièrement. Cela est

Plus en détail

NFC Near Field Communication

NFC Near Field Communication NFC Near Field Communication 19/11/2012 Aurèle Lenfant NFC - Near Field Communication 1 Sommaire! Introduction! Fonctionnement! Normes! Codage! Intérêts! Usages! Sécurité NFC - Near Field Communication

Plus en détail

Physique, chapitre 8 : La tension alternative

Physique, chapitre 8 : La tension alternative Physique, chapitre 8 : La tension alternative 1. La tension alternative 1.1 Différence entre une tension continue et une tension alternative Une tension est dite continue quand sa valeur ne change pas.

Plus en détail

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION TOUT PUBLIC 1. Source de rayonnements ionisants 2. Les différents rayonnements ionisants et leur capacité à traverser le corps humain 3. Ecran de protection absorbant

Plus en détail

Master Energie spécialité Energie électrique

Master Energie spécialité Energie électrique 03/12/2013 http://www.univ-fcomte.fr Master Energie spécialité Energie UFR Sciences, techniques, et gestion de l'industrie http://stgi.univ-fcomte.fr/ Dénomination officielle : Master Sciences, technologies,

Plus en détail

Les tests génétiques à des fins médicales

Les tests génétiques à des fins médicales Les tests génétiques à des fins médicales Les tests génétiques à des fins médicales Nous avons tous hérité d une combinaison unique de gènes de la part de nos parents. Cette constitution originale et l

Plus en détail

DEPARTEMENT DES SCIENCES PHYSIQUES

DEPARTEMENT DES SCIENCES PHYSIQUES MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR UNIVERSITE DE NGAOUNDERE FACULTE DES SCIENCES B.P. 454 NGAOUNDERE TEL : 99 54 36 38 La Faculté des Sciences est un établissement à caractère scientifique régie par

Plus en détail

Montréal, 24 mars 2015. David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting. DL Consulting Strategies in Healthcare

Montréal, 24 mars 2015. David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting. DL Consulting Strategies in Healthcare Montréal, 24 mars 2015 David Levine Président et chef de la direction DL Strategic Consulting 1 RSSPQ, 2013 2 MÉDECINE INDIVIDUALISÉE Médecine personnalisée Médecine de précision Biomarqueurs Génomique

Plus en détail

Statistiques Canadiennes sur le Cancer, et HMR sur le poumon

Statistiques Canadiennes sur le Cancer, et HMR sur le poumon Statistiques Canadiennes sur le Cancer, et HMR sur le poumon Bernard Fortin Mars 2014 Source: Comité consultatif de la Société canadienne du cancer : Statistiques canadiennes sur le cancer 2013. Toronto

Plus en détail

UE 503 L3 MIAGE. Initiation Réseau et Programmation Web La couche physique. A. Belaïd

UE 503 L3 MIAGE. Initiation Réseau et Programmation Web La couche physique. A. Belaïd UE 503 L3 MIAGE Initiation Réseau et Programmation Web La couche physique A. Belaïd abelaid@loria.fr http://www.loria.fr/~abelaid/ Année Universitaire 2011/2012 2 Le Modèle OSI La couche physique ou le

Plus en détail

La sécurité des biens et des personnes Comment se protéger des intrusions?

La sécurité des biens et des personnes Comment se protéger des intrusions? Etablir un croquis du circuit d alimentation énergétique et un croquis du circuit ACOT-02 1/4 Problématique : Nous connaissons ce qu est un système d alarme, sa fonction et les différents éléments qui

Plus en détail

AUTOPORTE III Notice de pose

AUTOPORTE III Notice de pose AUTOPORTE III Notice de pose Vous avez acquis le système AUTOPORTE, nous vous en remercions. Veuillez lire attentivement cette notice, vous serez à même de faire fonctionner correctement ce système. FONCTIONNEMENT

Plus en détail

Systeme d alarme intrusion mixte. i-on40. La Sécurité Partagée

Systeme d alarme intrusion mixte. i-on40. La Sécurité Partagée Systeme d alarme intrusion mixte i-on40 La Sécurité Partagée I-ON 40 est un sytème d alarme destiné à la protection des sites résidentiels et tertiaires. Le système gère de manière transparente 16 zones

Plus en détail

Présentation formations SPI/EEA

Présentation formations SPI/EEA ISIFC Présentation formations SPI/EEA Université de Franche-Comté U.F.R. Sciences et Techniques ISIFC Besançon UFR Sciences et Techniques Licence: icence Bac+3 années d étude Licence professionnelle (1

Plus en détail

Un nouveau service d information et de mesures. Lignes électriques haute et très haute tension et champs magnétiques de très basse fréquence

Un nouveau service d information et de mesures. Lignes électriques haute et très haute tension et champs magnétiques de très basse fréquence Un nouveau service d information et de mesures Lignes électriques haute et très haute tension et champs magnétiques de très basse fréquence RTE aux côtés des maires Le 17 décembre 2008, Jacques Pélissard,

Plus en détail

Les technologies du RFID Les applications générales et médicales Les risques liés aux ondes électromagnétiques

Les technologies du RFID Les applications générales et médicales Les risques liés aux ondes électromagnétiques Les technologies du RFID Les applications générales et médicales Les risques liés aux ondes électromagnétiques Philippe KERVELLA Directeur commercial Mobile: 06 84 30 90 57 email : philippe.kervella@lc-i.com

Plus en détail

Synthèse des convertisseurs statiques DC/AC pour les systèmes photovoltaïques

Synthèse des convertisseurs statiques DC/AC pour les systèmes photovoltaïques Revue des Energies Renouvelables ICESD 11 Adrar (2011) 101 112 Synthèse des convertisseurs statiques DC/AC pour les systèmes photovoltaïques M. Meddah *, M. Bourahla et N. Bouchetata Faculté de Génie Electrique,

Plus en détail

GUIDE TECHNIQUE. Février 2012 P O R T A R O L PORTAROL FGDT-007-K 1

GUIDE TECHNIQUE. Février 2012 P O R T A R O L PORTAROL FGDT-007-K 1 GUIDE TECHNIQUE Février 2012 P O R T A R O L FGDT-007-K 1 Sommaire PORTAROL 3 - PORTAROL 4 - TABLIER LAMES ALUMINIUM 5 - LAME FINALE 6 - COULISSES 7-8 - DIAMETRE D ENROULEMENT 9 - FIXATION EXTERIEURE COFFRE

Plus en détail

La Nouvelle Solution. Pour les Lésions Pigmentaires & les Tatouages. Science. Results. Trust.

La Nouvelle Solution. Pour les Lésions Pigmentaires & les Tatouages. Science. Results. Trust. La Nouvelle Solution Pour les Lésions Pigmentaires & les Tatouages Science. Results. Trust. La technologie de PicoWay TM aux pulses ultra-courts nécessite des énergies plus faibles et génère des résultats

Plus en détail

Démonstrateur HOMES à la Préfecture de l Isère

Démonstrateur HOMES à la Préfecture de l Isère Démonstrateur HOMES à la Préfecture de l Isère 1 Un partenariat de 3 ans entre la Préfecture de l Isère et Schneider-Electric Instrumenter le site Innovation Créer une situation de référence Business Partenaires

Plus en détail

Dentiste Numérique Zfx. Un cabinet dentaire certifié avec la technologie innovante signée Zfx

Dentiste Numérique Zfx. Un cabinet dentaire certifié avec la technologie innovante signée Zfx Dentiste Numérique Zfx Un cabinet dentaire certifié avec la technologie innovante signée Zfx Dentiste Numérique Zfx Des technologies novatrices parfaitement adaptées Zfx offre aux dentistes des technologies

Plus en détail

protexial io Prop os ez vo tre exp e r ti s e da ns la s é c uri té de l ha b i ta t.

protexial io Prop os ez vo tre exp e r ti s e da ns la s é c uri té de l ha b i ta t. protexial io S Y S T ème D AL ARME S ANS FIL Prop os ez vo tre exp e r ti s e da ns la s é c uri té de l ha b i ta t. protexial io L al arme S ans fil somfy, une GrAnde MArque de l AlArMe acteur sur le

Plus en détail

DimNet Gradateurs Numériques Evolués Compulite. CompuDim 2000

DimNet Gradateurs Numériques Evolués Compulite. CompuDim 2000 DimNet Gradateurs Numériques Evolués Compulite La gamme des gradateurs Compulite est conçue autour des technologies les plus récentes et les plus évoluées que ces 20 dernières années ont vu apparaître.

Plus en détail

Les Champs Magnétiques

Les Champs Magnétiques Les Champs Magnétiques Guillaume Laurent To cite this version: Guillaume Laurent. Les Champs Magnétiques. École thématique. Assistants de prévention, Paris, France. 2014, pp.31. HAL Id:

Plus en détail

La physique quantique couvre plus de 60 ordres de grandeur!

La physique quantique couvre plus de 60 ordres de grandeur! La physique quantique couvre plus de 60 ordres de grandeur! 10-35 Mètre Super cordes (constituants élémentaires hypothétiques de l univers) 10 +26 Mètre Carte des fluctuations du rayonnement thermique

Plus en détail

Charte de la Banque ADN et de Cellules de Généthon

Charte de la Banque ADN et de Cellules de Généthon Sommaire 1. PREAMBULE... 2 2. DEFINITIONS... 2 3. CADRE LEGAL... 3 4. ORGANISATION DE LA BACG... 4 5. PRESTATIONS DE LA BACG... 5 6. MODALITES DE CONTRIBUTION ET D UTILISATION DES SERVICES... 5 7. REGLES

Plus en détail

Découvrez L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE

Découvrez L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE Découvrez L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE 2014 L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE L Institut universitaire du cancer de Toulouse (IUCT) est un nouveau modèle français d organisation

Plus en détail

Objectifs pédagogiques : spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre Savoir changer l ampoule d un

Objectifs pédagogiques : spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre Savoir changer l ampoule d un CHAPITRE 6 : LE SPECTROPHOTOMETRE Objectifs pédagogiques : Citer les principaux éléments d un dun spectrophotomètre Décrire les procédures d entretien d un spectrophotomètre p Savoir changer l ampoule

Plus en détail

Métiers d études, recherche & développement dans l industrie

Métiers d études, recherche & développement dans l industrie Les fiches Métiers de l Observatoire du Travail Temporaire Emploi, compétences et trajectoires d intérimaires cadres Métiers d études, recherche & développement dans l industrie R&D Production Ingénieur

Plus en détail

Mieux sur la route sur toute la ligne. Le package d efficacité DIWA

Mieux sur la route sur toute la ligne. Le package d efficacité DIWA Mieux sur la route sur toute la ligne. Le package d efficacité DIWA 1 Economiser le carburant. Réduire les émissions. Augmenter la disponibilité. Baisse des consommations de carburant, réduire la complexité,

Plus en détail

Choix multiples : Inscrire la lettre correspondant à la bonne réponse sur le tiret. (10 pts)

Choix multiples : Inscrire la lettre correspondant à la bonne réponse sur le tiret. (10 pts) SNC1D test d électricité Nom : Connaissance et Habiletés de la pensée compréhension (CC) (HP) Communication (Com) Mise en application (MA) 35 % 30 % 15 % 20 % /42 /31 grille /19 Dans tout le test, les

Plus en détail

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002.

La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. Le diagnostic de la tuberculose bovine La lutte contre la tuberculose est régie par l arrêté royal du 17 octobre 2002. 1. Tuberculination Dans la première phase d une infection de tuberculose bovine (Mycobacterium

Plus en détail

GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. La prise en charge du cancer du rein

GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE. La prise en charge du cancer du rein GUIDE PATIENT - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge du cancer du rein Novembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer sur le cancer du rein, son

Plus en détail

Parrainage par Monsieur Philippe PAREIGE de notre classe, presentation des nanotechnologies.

Parrainage par Monsieur Philippe PAREIGE de notre classe, presentation des nanotechnologies. LUDIVINE TASSERY 1ere S 5 Parrainage par Monsieur Philippe PAREIGE de notre classe, presentation des nanotechnologies. Lors de la seconde visite, Monsieur PAREIGE, nous a parlé des nanotechnologies et

Plus en détail

Gamme MyFox : Centrale MyFox

Gamme MyFox : Centrale MyFox Gamme MyFox : Centrale MyFox Réf. DIV006509 Désignation : Centrale MyFox Home Control 2 Référence : FO 0103 Code EAN : 3700530130310 Comptabilité 100% Récepteurs Domotique DIO/Chacon et accessoires My

Plus en détail

EXCELLENCE INNOVATION QUALITÉ SERVICE OUVERTURE

EXCELLENCE INNOVATION QUALITÉ SERVICE OUVERTURE FR www.exxelia.com «Fabricant de produits spécifiques de haute technicité, nous nous engageons à mettre au service de nos clients notre savoir-faire unique et nos solutions innovantes. La qualité et le

Plus en détail

Comment se déroule le prélèvement? Il existe 2 modes de prélèvements des cellules souches de la moelle osseuse:

Comment se déroule le prélèvement? Il existe 2 modes de prélèvements des cellules souches de la moelle osseuse: La greffe de moelle osseuse représente une chance importante de guérison pour de nombreuses personnes atteintes de maladies graves du sang. Le don de moelle osseuse est un acte volontaire, anonyme et gratuit

Plus en détail

Les ondes électromagnétiques dans les bâtiments

Les ondes électromagnétiques dans les bâtiments Développement durable en Limousin Mai 2012 Vivre mieux dans un bâtiment avec un air de qualité Fiche n 4 Les ondes électromagnétiques dans les bâtiments www. objectif.blogspot.com www.limousin.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

Module 3 : L électricité

Module 3 : L électricité Sciences 9 e année Nom : Classe : Module 3 : L électricité Sci9.3.1 : Électricité statique et courant électrique, Sci9.3.2 : Les circuits, la résistance et la Loi d Ohm Sci9.3.3 : La transmission de l

Plus en détail

BACTÉRIE PARTICULE D ARGENT

BACTÉRIE PARTICULE D ARGENT Tissu High-tech BACTÉRIE FIBRE MEDICAL STYLE FIBRE NORMALE PARTICULE D ARGENT FIBRE MEDICAL STYLE FIBRE NORMALE La partie interne des tissus Medical Style contient des particules d argent à l action biocide

Plus en détail

Scanner intra-oral Lava C.O.S. numérique. au cabinet dentaire

Scanner intra-oral Lava C.O.S. numérique. au cabinet dentaire Scanner intra-oral Lava C.O.S. L empreinte numérique au cabinet dentaire Bienvenue dans le futur 3M ESPE : l expertise de l empreinte Si 3M ESPE est l un des fournisseurs favoris des chirurgiens dentistes

Plus en détail

AF 2014-2015. Secteur. Titre. Comité. multimédia et récepteurs. Luminaires. nucléaires. Aspects systèmes Réseaux industriels

AF 2014-2015. Secteur. Titre. Comité. multimédia et récepteurs. Luminaires. nucléaires. Aspects systèmes Réseaux industriels Demandes approuvées au regard du CAN-P-2018 AF 2014-2015 Comité CEI/CISPR/A CEI/CISPR/I CEI/SC17A CEI/SC31G CEI/SC31J CEI/SC34D CEI/SC45A CEI/SC45B CEI/SC62A Titre Mesures des perturbations radioélectriques

Plus en détail

Chauffage par induction

Chauffage par induction Guide Power Quality Section 7: Efficacité Energétique www.leonardo-energy.org/france Edition Août 2007 Chauffage par induction Jean Callebaut, Laborelec Décembre 2006 1 Introduction... 3 2 Principes physiques...

Plus en détail

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE 1- Définition : Le diabète sucré se définit par une élévation anormale et chronique de la glycémie. Cette anomalie est commune à tous les types de diabète sucré, mais

Plus en détail

Chapitre 7. Circuits Magnétiques et Inductance. 7.1 Introduction. 7.1.1 Production d un champ magnétique

Chapitre 7. Circuits Magnétiques et Inductance. 7.1 Introduction. 7.1.1 Production d un champ magnétique Chapitre 7 Circuits Magnétiques et Inductance 7.1 Introduction 7.1.1 Production d un champ magnétique Si on considère un conducteur cylindrique droit dans lequel circule un courant I (figure 7.1). Ce courant

Plus en détail

Devenez mécène du Musée du Louvre Foire aux questions

Devenez mécène du Musée du Louvre Foire aux questions Devenez mécène du Musée du Louvre Foire aux questions POURQUOI LE LOUVRE A-T-IL BESOIN DE VOTRE SOUTIEN? Le musée du Louvre est une institution publique qui reçoit une subvention de la part de l Etat pour

Plus en détail

électricité Pourquoi le courant, dans nos maison, est-il alternatif?

électricité Pourquoi le courant, dans nos maison, est-il alternatif? CHAPITRE 4 : Production de l él électricité Pourquoi le courant, dans nos maison, est-il alternatif? D où vient le courant? Comment arrive-t-il jusqu à nous? 1 la fabrication du courant 2 Les transformateurs

Plus en détail

3Shape TRIOS. 3Shape TRIOS. Solution d empreinte numérique

3Shape TRIOS. 3Shape TRIOS. Solution d empreinte numérique 3Shape TRIOS 3Shape TRIOS Solution d empreinte numérique Une technologie conçue pour vos méthodes de travail 3Shape TRIOS Une nouvelle génération d empreintes numériques De plus en plus de dentistes utilisent

Plus en détail

Origine du courant électrique Constitution d un atome

Origine du courant électrique Constitution d un atome Origine du courant électrique Constitution d un atome Electron - Neutron ORIGINE DU COURANT Proton + ELECTRIQUE MATERIAUX CONDUCTEURS Électrons libres CORPS ISOLANTS ET CORPS CONDUCTEURS L électricité

Plus en détail

ELECTRICITE. Introduction

ELECTRICITE. Introduction Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) Introduction ELECTRICITE L'utilisation de l'énergie électrique est devenue tellement courante que nul ne saurait

Plus en détail

Projets proposés par le Laboratoire de Physique de l'université de Bourgogne

Projets proposés par le Laboratoire de Physique de l'université de Bourgogne Projets proposés par le Laboratoire de Physique de l'université de Bourgogne Titre : «Comprendre la couleur» Public : Collégiens, Lycéens. Nombre de participants : 5 à 10 (10 Maxi ) Lieu : Campus Universitaire

Plus en détail

ÉNERGIE : DÉFINITIONS ET PRINCIPES

ÉNERGIE : DÉFINITIONS ET PRINCIPES DÉFINITION DE L ÉNERGIE FORMES D ÉNERGIE LES GRANDS PRINCIPES DE L ÉNERGIE DÉCLINAISONS DE L ÉNERGIE RENDEMENT ET EFFICACITÉ DÉFINITION DE L ÉNERGIE L énergie (du grec : force en action) est ce qui permet

Plus en détail

L IRSN VOUS OUVRE TOUTES SES PORTES

L IRSN VOUS OUVRE TOUTES SES PORTES Dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine L IRSN VOUS OUVRE TOUTES SES PORTES SAMEDI 15 SEPTEMBRE 2012 ENTRÉE LIBRE DE 10H30 À 17H SUR PRÉSENTATION D UNE CARTE D IDENTITÉ 31, AVENUE DE LA DIVISION

Plus en détail

La copie sur support papier à usage privé est autorisée conformément à l article L122-5 du Code de la Propriété Intellectuelle.

La copie sur support papier à usage privé est autorisée conformément à l article L122-5 du Code de la Propriété Intellectuelle. CRÉDITS COPYRIGHT 2014 - Tous droits réservés La reproduction, représentation, adaptation, ou modification partielle ou totale du contenu de l ouvrage, à titre commerciale ou personnelle, sans l autorisation

Plus en détail

STI2D : Enseignements Technologiques Transversaux

STI2D : Enseignements Technologiques Transversaux STI2D : Enseignements Technologiques Transversaux Activité : Etude des transfert énergétiques dans la cafetière Nespresso Problématique : On calcule la puissance électrique consommée, on détermine l énergie

Plus en détail

RELEVÉ DES RÉVISIONS

RELEVÉ DES RÉVISIONS RELEVÉ DES RÉVISIONS Révision Paragraphe Description 0 s.o. Version originale 1 6.4 Exigences de conception Suppression de l exigence relative à la commande locale 6.14 Exigences de conception Suppression

Plus en détail