Art. L Les articles L à L sont applicables à la Nouvelle-Calédonie dans la rédaction suivante :

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Art. L. 243-1. Les articles L.234-1 à L.234-11 sont applicables à la Nouvelle-Calédonie dans la rédaction suivante :"

Transcription

1 0BUCIRCULATION ROUTIERE Partie législative du code de la route métropolitain. 1BUCHAPITRE 3 3BUDISPOSITIONS APPLICABLES A LA NOUVELLE-CALEDONIE Art. L Les articles L à L sont applicables à la Nouvelle-Calédonie dans la rédaction suivante : «Art. L I.- Même en l absence de tout signe d ivresse manifeste, le fait de conduire un véhicule sous l empire d un état alcoolique caractérisé par une concentration d alcool dans le sang égale ou supérieure à 0.80 gramme par litre ou par une concentration d alcool dans l air expiré égale ou supérieure à 0.40 milligramme par litre est puni de deux ans d emprisonnement et de Frs d amende. II. Le fait de conduire un véhicule en état d ivresse manifeste est puni des même peines.» «Art. L Toute personne coupable de l un des délits prévus à l article L encourt également les peines complémentaires suivantes : 1 La peine de travail d intérêt général selon des modalités prévues à l article du code pénal et selon les conditions prévues aux articles à du même code et à l article 20-5 de l ordonnance n du 2 février 1945 relative à l enfance délinquante ; 2 La peine de jours amende dans les conditions fixées aux articles et du code pénal.» «Art. L Les officiers ou agents de police judiciaire soumettent à des épreuves de dépistage de l imprégnation alcoolique par l air expiré l auteur présumé de l une des infractions prévues par les dispositions applicables localement susceptibles d entraîner une suspension du permis de conduire, ou le conducteur impliqué dans un accident de la circulation ayant occasionné un dommage corporel. Il peuvent soumettre aux mêmes épreuves tout conducteur impliqué dans un quelconque accident de la circulation ou l auteur présumé de l une des infractions aux prescriptions applicables localement relatives à la vitesse des véhicules et au port de la ceinture de sécurité ou du casque.» «Art. L Lorsque les épreuves de dépistage permettent de présumer l existence d un état alcoolique ou lorsque le conducteur refuse de les subir, les officiers ou agents de police judiciaire font procéder aux vérifications destinées à établir la preuve de l état alcoolique. Ces vérifications sont faites soit au moyen d analyses et examens médicaux, cliniques et biologiques, soit au moyen d un appareil permettant de déterminer la concentration d alcool par l analyse de l air expiré, à la condition que cet appareil soit conforme à un type homologué.» «Art. L Lorsque les vérifications sont faites au moyen d analyses et examens médicaux, cliniques et biologiques, un échantillon est conservé. Lorsqu elles sont faites au moyen d un appareil permettant de déterminer la concentration d alcool par l analyse de l air expiré, un second contrôle peut être immédiatement effectué, après vérification du bon fonctionnement de l appareil ;ce contrôle est de droit lorsqu il est demandé par l intéressé.» «Art. L L auteur présumé de conduite en état d ivresse manifeste peut être soumis directement aux vérifications destinées à établir l état alcoolique.» «Art. L Un décret en conseil d Etat détermine les conditions dans lesquelles sont effectuées les opérations de dépistage et les vérifications prévues aux articles L à L »

2 «Art. L I. Le fait de refuser de se soumettre aux vérifications prévues par les articles L à L est puni de deux ans d emprisonnement et de Frs d amende. II. Toute personne coupable de ce délit encourt également les peines complémentaires suivantes : 1 La peine de travail d intérêt général selon des modalités prévues à l article du code pénal et selon les conditions prévues aux articles à du même code et à l article 20-5 de l ordonnance n du 2 février 1945 relative à l enfance délinquante ; 2 La peine de jours amende dans les conditions fixées aux articles et du code pénal.» «Art. L Les officiers de police judiciaire, soit sur instruction du procureur de la République, soit à leur initiative, et, sur l ordre et sous la responsabilité des officiers de police judiciaire, les agents de police judiciaire peuvent, même en l absence d infraction préalable ou d accident, soumettre toute personne qui conduit un véhicule à des épreuves de dépistage de l imprégnation alcoolique par l air expiré. Lorsque les épreuves de dépistage permettent de présumer l existence d un état alcoolique, les officiers ou agents de police judiciaire font procéder aux vérifications destinées à établir la preuve de l état alcoolique au moyen de l appareil permettant de déterminer la concentration d alcool par l analyse de l air expiré, mentionné aux articles L et L et dans les conditions prévues par ces mêmes articles. En cas d impossibilité de subir ces épreuves résultant d une incapacité physique attestée par le médecin requis, les officiers ou agents de police judiciaire font procéder aux vérifications destinées à établir la preuve de l état alcoolique au moyen d analyses et examens médicaux, cliniques et biologiques, dans les conditions prévues par les articles L et L » «Art. L Le fait de refuser de se soumettre aux vérifications prévues par l article L est puni de deux ans d emprisonnement et de Frs d amende.» «Art. L Les peines prévues aux articles et du code pénal sont portées au double en cas de commission simultanée d une des infractions prévues aux articles L et L Les peines prévues à l article du code pénal sont applicables si l atteinte à l intégrité physique ou psychique de la personne n a pas entraîné une incapacité totale de travail pendant plus de trois mois en cas de commission simultanée d une des infractions prévues aux articles L et L »

3 UCHAPITRE III 2BUDISPOSITIONS APPLICABLES A LA NOUVELLE-CALEDONIE Art. R Les articles R.234-1, R et R sont applicables à la Nouvelle-Calédonie dans la rédaction suivante : «Art.R Même en l absence de tout signe d ivresse manifeste, le fait de conduire un véhicule sous l empire d un état alcoolique caractérisé par une concentration d alcool dans le sang égale ou supérieure à 0.50 gramme par litre ou par une concentration d alcool dans l air expiré égale ou supérieure à 0.25 milligramme par litre, sans atteindre les seuils fixés à l article L est puni de l amende prévue pour les contraventions de la quatrième classe.» «Art. R Les opérations de dépistage de l imprégnation alcoolique par l air expiré, prévues par les articles L à L et L sont effectuées au moyen d un appareil conforme à un type homologué selon des modalités définies par arrêté du ministre chargé de la santé publique, après avis du ministre chargé des transports, du ministre de l intérieur et du ministre chargé des armées.» «Art. R Lorsque, pour procéder aux vérifications prévues par les articles L , L et L l officier ou l agent de police judiciaire fait usage d un appareil homologué permettant de déterminer le taux d alcool par l analyse de l air expiré, la vérification est faite selon les modalités ci-après : 1 Le délai séparant l heure, selon le cas, de l infraction ou de l accident ou d un dépistage positif effectué dans le cadre d un contrôle ordonné par le procureur de la République ou effectué sur initiative de l officier ou de l agent de police judiciaire et l heure de la vérification doit être le plus court possible ; 2 L officier ou l agent de police judiciaire, après avoir procéder à la mesure du taux d alcool, en notifie immédiatement le résultat à la personne faisant l objet de cette vérification. Il l avise qu il peut demander un second contrôle. Le procureur de la République, le juge d instruction ou l officier ou l agent de police judiciaire ayant procéder à la vérification peuvent également décider qu il sera procédé à un second contrôle. Celui-ci est alors effectué immédiatement, après vérification du bon fonctionnement de l appareil ; le résultat en est immédiatement porté à la connaissance de l intéressé.»

4 DELIBERATION N 393 Article 1 er -Les opérations de dépistage de l imprégnation alcoolique par l air expiré prévues par la loi n du 9 juillet 1970 sont effectuées au moyen d un appareil conforme à un type homologué selon des modalités définies par arrêté pris en conseil de gouvernement. Article 2-Les vérifications médicales, cliniques et biologiques opérées en application de l article 1 er de la loi du 9 juillet 1970 et destinées à établir la preuve de l état alcoolique sont effectuées dans les conditions prévues au chapitre 1 er de la délibération n 244 du 8 décembre 1960 déterminant les modalités de dépistage de l imprégnation alcoolique, sous les réserves suivantes : 1/ Les fiches d examen de comportement (fiche A), d examen clinique médical (fiche B) et d analyse de sang (fiche C) ne sont pas transmises à un médecin expert mais adressées directement, sous pli fermé et timbre confidentiel, au procureur de la République ainsi qu au chef du Territoire et au directeur de la santé et de l hygiène publique ; 2/ Le procureur de la République peut requérir l interprétation médicale des indications portées sur les fiches A, B et C ; dans cette hypothèse, il adresse, sous pli fermé et timbre confidentiel, ces documents accompagnés du procès verbal constatant l infraction ou l accident, au médecin expert qui procède conformément aux dispositions de la délibération n 244 du 8 décembre 1960 relatives à l interprétation médicale des vérifications destinées à établir la preuve de l état alcoolique. Article 3 Les articles 21 à 26 (chapitre II) de la délibération n 244 du 8 décembre 1960 susvisée sont abrogées.

5 DELIBERATION N 244 DU 8 DECEMBRE 1960 UCHAPITRE 1 ER : MESURES CONCERNANT LES CAS DE CRIME DE DELITS OU D ACCIDENT DE LA CIRCULATION SUIVI DE MORT OU DE BLESSURE Article 1 er Lorsqu il semble qu un crime, un délit ou un accident de la circulation suivi de mort ou de blessure a été commis ou causé sous l empire d un état alcoolique, les officiers ou agents de la police administrative ou judiciaire font procéder aux vérifications destinées à établir la preuve de la présence d alcool dans l organisme, dans les conditions prévues par le présent chapitre. Article 2 Les vérifications sont pratiquées sur la personne de l auteur présumé de l infraction ou de l accident, ainsi que, si cela est utile, sur la victime. S il n y est pas procédé d office, les mêmes vérifications peuvent être faites à la demande de l auteur présumé ou de la victime, sur sa propre personne. Article 3 Les vérifications consistent dans les opérations suivantes : Examen clinique médical avec prise de sang. Analyse du sang. Interprétation médicale des résultats recueillis. Elles sont précédées de l examen de comportement prévu aux articles 5 et 6. Article 4 L examen clinique médical avec prise de sang doit être fait dans le plus court délai possible après l infraction ou l accident. sauf dans le cas prévu à l article 12, il ne doit plus avoir lieu, lorsque ce délai dépasse six heures. S il ne peut y être procédé en temps utile, mention de cette circonstance est portée au procès verbal. Article 5 L examen de comportement est effectué par l officier ou agent de police administrative ou judiciaire appelé à constater le crime, le délit ou l accident de la circulation suivi de mort ou de blessure. Il est pratiqué dans le plus court délai après celui-ci. Le résultat en est consigné sur une fiche d examen de comportement (fiche A) qui est adressée au médecin expert, prévu à l article 14 ci après : Mention de l établissement de cette fiche est faite au procès verbal de l infraction ou de l accident. Article 6 En cas de mort ou de blessures graves empêchant de procéder à l examen de comportement, la fiche A se borne à expliquer sommairement les circonstances de l infraction ou de l accident. USECTION I Examen clinique médical et prise de sang Article 7 L examen clinique médical et la prise de sang sont effectuées dans le plus bref délai possible par un médecin requis à cet effet, en application de l article 16 de l ordonnance du 24 septembre La réquisition est faites par l officier ou agent de la police administrative ou judiciaire appelé à constater l infraction ou l accident. Article 8 Ce médecin effectue la prise de sang, en se conformant aux méthodes prescrites par arrêté pris en conseil de Gouvernement sur la proposition du Ministre de la santé, à l aide du nécessaire pour prélèvement mis à sa disposition à cet effet par l autorité requérante. Article 9 Il consigne les résultats de l examen clinique médical, ainsi que l heure de la prise de sang, sur une fiche (fiche B) ; il place cette fiche, dont il peut conserver copie, sous pli cacheté.

6 Article 10 Le pli renfermant cette fiche, ainsi que les échantillons de sang, accompagnés d une fiche d analyse (fiche C) sont remis à l autorité requérante. Celle-ci adresse immédiatement le pli au médecin expert prévu à l article 14 et les échantillons de sang accompagnés de la fiche C au biologiste prévu à l article 13 ; ces envois sont faits sous plis recommandés. Mentions de la prise de sang, de l établissement de la fiche d examen clinique médical et de leur envoi sont faites au procès verbal de l infraction. Article 11 Dans le cas où l état de la personne, sur laquelle les vérifications doivent être faites, nécessite son transport dans un établissement hospitalier, le prélèvement de sang et l examen clinique médical sont pratiqués, à la demande des autorités visées à l article 1 er ou de cette personne, par le médecin de l établissement ou son délégué. Les échantillons de sang, accompagnés d une fiche d analyse (fiche C) sont adressés directement, sous pli recommandé, au biologiste prévu à l article 13. La fiche d examen clinique médical (fiche B) établie par le médecin qui a fait le prélèvement de sang, est adressée par ses soins directement sous pli recommandé, au médecin expert prévu à l article 14. Article 12 En cas de mort, les vérifications sont faites soit dans les conditions prévues à l article précédant, soit par le médecin légiste, au cours de l autopsie judiciaire. Les dispositions des deux derniers alinéas de l article précédant sont, dans ce cas, applicables ; toutefois, la fiche d examen clinique médical (fiche B) indique seulement les constatations faites sur le cadavre. USECTION II Analyse du sang Article 13 La recherche et le dosage de l alcool dans le sang sont pratiqués par un biologiste, suivant les techniques prescrites par arrêté pris en conseil de Gouvernement sur la proposition du ministre de la santé. Les résultats sont consignés sur la fiche d analyse (fiche C) qui est envoyée au médecin expert prévu à l article suivant. USECTION III Interprétation médicale et vérifications Article 14 Un médecin expert, désigné dans les conditions prévues à l article 19, est chargé de donner son avis, aux autorités judiciaires, près desquelles il exerce ses fonctions, sur l imprégnation alcoolique des personnes qui ont subi les vérifications précédentes. Ce praticien, après avoir pris connaissance de la fiche d examen de comportement (fiche A), de la fiche d examen clinique médical (fiche B) et de la fiche d analyse du sang (fiche C) établit, pour chaque affaire un rapport d'expertise où il expose son avis circonstancié et ses conclusions. Article 15 Il adresse ce rapport, ainsi que les trois fiches mentionnées à l alinéa précédent, au procureur de la République compétent, sous pli fermé et sous timbre confidentiel. Il adresse également une copie du rapport d expertise au directeur du service de santé et d hygiène publique de la Nouvelle Calédonie et dépendances, dans la circonscription duquel l infraction a été commise. USECTION IV Règlement des frais. Article 16 Les honoraires et indemnités de déplacement des médecins requis conformément aux dispositions de l article 7, les frais afférents aux examens de laboratoire prévus à l article 13 de la présente délibération sont fixés par référence à l article 23 de l arrêté N 1026 du 17 décembre 1928 tel que modifié par la délibération 202 du 16 juin Les honoraires alloués aux médecins experts visés à l article14 de la présente délibération sont fixés conformément aux mêmes textes.

7 Article 17 Les dépenses visées à l article précédent sont des frais de justice criminelle. Le paiement et la liquidation de ces frais ont lieu conformément aux dispositions de l arrêté 1026 du 17 décembre 1928 modifié. USECTION V Dispositions générales. Article 18 Les modèles de la fiche d examen de comportement (fiche A), de la fiche d examen médical (fiche B) et de la fiche d analyse de sang (fiche C) sont fixés par arrêté pris en conseil de Gouvernement. Article 19 Il est nommé, en principe, dans le ressort de la cour d appel de Nouméa, un biologiste chargé d effectuer les analyses prévues à la Section II et un médecin expert, dont les attributions sont fixées à la section III, ainsi qu un suppléant de chacun d eux. Ils sont désignés par arrêté pris en conseil de Gouvernement sur la proposition du ministre de la santé publique. L arrêté précité peut toutefois, en cas de nécessité, désigner plusieurs biologistes chargés d effectuer les analyses prévues à la Section II dans le ressort de la cour d appel. La même disposition est applicable aux médecins experts de l'article 14. Article 20 Un arrêté pris en conseil de Gouvernement fixe les conditions de répartition et d entretien du matériel servant aux prélèvements prévus à l article 8 ainsi que des fiches mentionnées à l article 18. Les dépenses afférentes à ces opérations ont le caractère de dépense d hygiène et sont imputables au budget territorial Article 27 La présente délibération entrera en vigueur le 1 er juillet 1961.

8 ARRETE N /CG DU 1 ER JUIN 1972 Déterminant les méthodes de prise de sang en vue de la recherche et du dosage de l alcool dans le sang. 1- Dans les cas prévus par les délibérations n 244 du 8 décembre 1960 et n 393 du 27 avril 1972 le prélèvement de sang est effectué par ponction veineuse, après aseptie de la peau réalisée au moyen d un désinfectant ne contenant ni alcool ni éther. L échantillon prélevé est réparti en deux récipients contenant chacun, dans la mesure du possible, dix centimètres cubes de sang. 2- Les récipients destinés à recevoir les échantillons de sang sont mis à la disposition du médecin par l autorité requérante. Chaque récipient est constitué par un flacon ou un tube sec bouché hermétiquement, contenant cinq centigrammes de fluorure de sodium et placé dans un emballage qui en permet le transport. 3- Le médecin requis utilise son matériel personnel de ponction veineuse. 4- Après l opération, les récipients utilisés sont scellés par l autorité requérante, en présence du médecin et de l intéressé.

9 ARRETE N /CG DU 1 ER JUIN 1972 Déterminant la recherche et le dosage d alcool dans le sang par un biologiste. 1- Dans les cas prévus par les délibérations n 244 du 8 décembre 1960 et n 393 du 27 avril 1972, la recherche et le dosage de l alcool dans le sang sont pratiqués suivant les modalités fixées par le présent arrêté. 2- Il est procédé tout d abord à la séparation de l alcool, selon la méthode suivante : Un volume de sang, aussi proche que possible de dix centimètres cube, exactement mesuré, prélevé de l un des deux échantillons constitués, est introduit dans le ballon d un appareil distillatoire approprié, entièrement en verre, tel que l appareil Scloesing-Aubin, contenant déjà soixante-cinq centimètres cubes de solution aqueuse saturée d acide picrique. Il est recueilli environ quarante centimètres cubes de distillat, avec les précautions d usage. Le volume ainsi obtenu est complété à quarante centimètres cubes exactement avec de l eau distillée. cubes. Ces opérations ne peuvent être effectuées que sur un volume de sang au moins égal à cinq centimètres 3 Il est procédé ensuite au dosage de l alcool dans le distillat, selon la méthode suivante : Cinq centimètres cubes N/20 de bichromate de potassium dans l acide nitrique pur sont mesurés dans une fiole conique de 70 centimètres cubes, bouchée à l émeri. Il est ajouté à cette solution un centimètre cube rigoureusement mesuré du distillat. Dix minutes après cette opération, il est ajouté vingt centimètres cubes d eau distillée, puis dix centimètres cubes de solution aqueuse d iodure de potassium à un pour cent. exacte. L iode libéré est dosé par addition de la solution d hyposulfite de sodium N/20, jusqu à décoloration La quantité d alcool, exprimé en grammes par litre de sang, est donnée par la formule suivante, dans laquelle (n) représente le volume en centimètres cubes de solution titrée d hyposulfite de sodium utilisée et (p) le volume en centimètres cubes de la prise d essai de sang : U(5-n) x x 40 p 4 Le deuxième échantillon de sang est conservé dans le laboratoire, en réfrigérateur, à une température aussi basse que possible, inférieure à zéro degré, aux fins de contre-expertise éventuelle.

10 ARRETE N /CG DU 1 ER JUIN 1972 Fixant les modèles de fiches de comportement, d examen médical et d analyse de sang. Les fiches d examens de comportement, les fiches d examen médical et les fiches d analyse de sang, respectivement visées aux articles 5, 9 et 10 de la délibération n 244 du 8 décembre 1960 sont établies conformément aux modèles annexés au présent arrêté.

11 ARRETE N /CG du 1 er juin 1972 Désignant les biologistes et les médecins experts chargés de procéder aux vérifications destinées à établir la preuve de la présence d alcool dans l organisme en cas de crime, de délits ou d accident de la circulation. 1. Sont nommés biologistes titulaire et suppléant chargés d effectuer les analyses prévues à la section 2 de la délibération n 244 du 8 décembre 1960, et médecins experts titulaire et suppléant dont les attributions sont fixées à la section 3 de ladite délibération, les praticiens désignés ci-dessous. 2. Pour le ressort de la cour d appel de Nouméa : Biologiste titulaire : Biologiste suppléant : Médecin expert titulaire : Médecin expert suppléant : M. le pharmacien-chimiste, chef du laboratoire de l hôpital Gaston Bourret. M. le pharmacien-chimiste, adjoint au directeur de l Institut Pasteur de Nouméa. M. le médecin chef du service de neuro-psychiatrie de l hôpital Gaston Bourret. M. le médecin chargé du dispensaire d hygiène mentale de Nouméa.

12 ARRETE N /CG DU 1 ER JUIN 1972 Déterminant les conditions de répartition et d entretien du matériel et des fiches utilisés pour le dosage d alcool dans le sang. 1. Les conditions de répartition du matériel servant aux prélèvements prévus par la délibération n 244 du 8 décembre 1960 sont arrêtées comme suit : Le directeur de la santé et de l hygiène publique effectue, par l intermédiaire du laboratoire de l hôpital Gaston Bourret, les commandes des flacons destinés à recevoir les prélèvements sanguins. Ces flacons sont munis d une bande de contrôle qui permet d en vérifier l intégrité au moment du prélèvement et placés dans un emballage utilisable pour leur réexpédition après usage. La livraison des flacons prêts à recevoir les prélèvements est effectuée directement par le laboratoire de l hôpital Gaston Bourret, sur les indications du directeur de la santé et de l hygiène publique, au siège du commissariat de police de Nouméa, et de la légion de gendarmerie du pacifique, ainsi qu aux endroits où il paraît utile de constituer de tels dépôts. Le commissaire de police et le commandant de la légion de gendarmerie du pacifique rendent compte au directeur de la santé et de l hygiène publique des quantités reçues et lui font connaître en temps utile leurs besoins de renouvellement de matériel. Le directeur de la santé et de l hygiène publique s assure de la bonne tenue des dépôts de matériel par des contrôles périodiques fixés en accord avec les autorités intéressées. 2. Les conditions de répartition des fiches visées aux articles 5, 9 et 10 de la délibération du 8 décembre 1960 sont arrêtées comme suit : Les directeurs de la santé et de l hygiène publique effectue les commandes de fiches A, B et C nécessaires pour l ensemble des besoins du territoire. Il effectue ensuite la répartition de ces imprimés entre le commissariat de police de Nouméa et la légion de gendarmerie du pacifique, qui lui font connaître leurs besoins en temps utile.

13 ARRETE N /CG DU 1 ER JUIN 1972 Portant agrément d appareils destinés au dépistage de l imprégnation alcoolique. Sont agréés, aux fins de dépistage de l imprégnation alcoolique par l air expiré, les appareils cidessous : Alcootest «Draeger», Alcoomille «Etzlinger», Ethanographe «Etzlinger».

Guide. d ivresse. de gestion de la crise. en entreprise

Guide. d ivresse. de gestion de la crise. en entreprise Guide de gestion de la crise d ivresse en entreprise L IVRESSE SUR LES LIEUX DE TRAVAIL Ce guide pratique se veut un outil répondant aux besoins exprimés par les entreprises. Il répond uniquement à la

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Circulaire du 6 juillet 2011 relative à la présentation des dispositions de droit pénal et de procédure pénale relatives à la lutte contre la violence routière résultant de la loi n 2011-267 du 14 mars

Plus en détail

Emplacement de la photo d ouverture du domaine

Emplacement de la photo d ouverture du domaine FORMATION INITIATEUR Emplacement de la photo d ouverture du domaine Commission pédagogique de la Direction Technique Nationale 28/11/03 Une dimension morale «Être responsable» c est accepter et subir,

Plus en détail

(juillet 2007) En France en 2007 il est préférable de tuer une petite vieille que de ne pas payer ses contraventions de stationnement

(juillet 2007) En France en 2007 il est préférable de tuer une petite vieille que de ne pas payer ses contraventions de stationnement (juillet 2007) En France en 2007 il est préférable de tuer une petite vieille que de ne pas payer ses contraventions de stationnement Cette phrase, à ne surtout pas prendre au premier degré, aurait pu

Plus en détail

BEPECASER. Mercredi 13 mai 2015

BEPECASER. Mercredi 13 mai 2015 MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR BEPECASER ÉPREUVE DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES Mercredi 13 mai 2015 Question 1 A Tout dépassement est interdit aux traversées de voies ferrées non munies de barrières ou de demi-barrières.

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 180 27 septembre 2007. S o m m a i r e

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 180 27 septembre 2007. S o m m a i r e MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 3347 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 180 27 septembre 2007 S o m m a i r e ABAISSEMENT DU TAUX D ALCOOLEMIE

Plus en détail

EPREUVE DU CONTRÔLE DES CONNAISSANCES. 7 septembre 2011

EPREUVE DU CONTRÔLE DES CONNAISSANCES. 7 septembre 2011 J. 11 1203 MINISTERE DE L INTERIEUR, DE L OUTRE-MER, DES COLLECTIVITES TERRITORIALES ET DE L IMMIGRATION BEPECASER EPREUVE DU CONTRÔLE DES CONNAISSANCES 7 septembre 2011 Question 1 Dans le cadre de l apprentissage

Plus en détail

- La mise en cause d une personne déterminée qui, même si elle n'est pas expressément nommée, peut être clairement identifiée ;

- La mise en cause d une personne déterminée qui, même si elle n'est pas expressément nommée, peut être clairement identifiée ; E-réputation : la poursuite et les sanctions des propos injurieux ou diffamatoires sur internet Article juridique publié le 15/07/2014, vu 4483 fois, Auteur : MAITRE ANTHONY BEM L'injure et la diffamation

Plus en détail

La responsabilité civile et pénale. Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman

La responsabilité civile et pénale. Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman La responsabilité civile et pénale Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman La responsabilité civile est la conséquence, soit de l'inexécution d'un contrat, soit d'un acte volontaire ou

Plus en détail

RESPONSABILITÉ, SANCTION Introduction: Être responsable de ses actes ET ASSURANCE. Il existe deux types de responsabilité

RESPONSABILITÉ, SANCTION Introduction: Être responsable de ses actes ET ASSURANCE. Il existe deux types de responsabilité Introduction: Être responsable de ses actes Vivre en société exige l existence et le respect de règles visant à garantir la liberté des individus qui la composent, 2 mais aussi à les protéger sur les plans

Plus en détail

Les infractions au. Code criminel PERMIS DE CONDUIRE

Les infractions au. Code criminel PERMIS DE CONDUIRE Les infractions au Code criminel PERMIS DE CONDUIRE Les infractions au Code criminel PERMIS DE CONDUIRE Le Code criminel et la conduite d un véhicule routier Certains comportements ou certaines actions

Plus en détail

La responsabilité pénale dans l entreprise

La responsabilité pénale dans l entreprise La responsabilité pénale dans l entreprise PLATO Le Lieu : CCI Granville. 1 Plan de l intervention Déterminer les zones de risques pénales dans l entreprise. Qui peut voir sa responsabilité pénale engagée?

Plus en détail

LA RESPONSABILITE DU MEDECIN DU SPORT. par le Dr. Marc LEWINSKI EXPERTISES MEDICALES 5bis, rue ANTOINE CHANTIN 75014 PARIS

LA RESPONSABILITE DU MEDECIN DU SPORT. par le Dr. Marc LEWINSKI EXPERTISES MEDICALES 5bis, rue ANTOINE CHANTIN 75014 PARIS LA RESPONSABILITE DU MEDECIN DU SPORT par le Dr. Marc LEWINSKI EXPERTISES MEDICALES 5bis, rue ANTOINE CHANTIN 75014 PARIS INTRODUCTION la responsabilité médicale,c est l obligation morale ou juridique

Plus en détail

N O S L I M I T E S?!

N O S L I M I T E S?! NOS LIMITES?! Cette brochure contient des informations essentielles sur l alcool et peut vous permettre de calculer votre. L alcool L alcool est une drogue licite et réglementée dont la substance psychoactive

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 19 décembre 2014 de présentation des dispositions applicables à compter du 1 er janvier 2015 de la loi n 2014-535 du 27 mai 2014 portant transposition de la directive 2012/13/UE du Parlement

Plus en détail

Les responsabilités des professionnels de santé

Les responsabilités des professionnels de santé Chapitre 5 : UE6 - Le Droit pharmaceutique Les responsabilités des professionnels de santé Martine DELETRAZ-DELPORTE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Guide des bonnes pratiques. Les différentes manières dont on saisit la justice pénale

Guide des bonnes pratiques. Les différentes manières dont on saisit la justice pénale Guide des bonnes pratiques Les différentes manières dont on saisit la justice pénale Le droit pénal est une matière transversale présente dans tous les domaines du droit: en droit de la famille, en droit

Plus en détail

ASSOCIATION DES ACCIDENTÉS DE LA VIE. Quelles procédures après un accident de la route? Informations pour les victimes de dommages corporels

ASSOCIATION DES ACCIDENTÉS DE LA VIE. Quelles procédures après un accident de la route? Informations pour les victimes de dommages corporels ASSOCIATION DES ACCIDENTÉS DE LA VIE Quelles procédures après un accident de la route? Informations pour les victimes de dommages corporels janvier 2014 SOM MAIRE Après l accident p. 4 Procédure pénale

Plus en détail

Les responsabilités civile et pénale de l'élu local. > Observatoire SMACL des risques de la vie territoriale

Les responsabilités civile et pénale de l'élu local. > Observatoire SMACL des risques de la vie territoriale Les responsabilités civile et pénale de l'élu local des risques de la vie territoriale Nombre de poursuites contre les élus locaux, les fonctionnaires territoriaux, et les collectivités territoriales (toutes

Plus en détail

BEPECASER ÉPREUVE DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES. 16 mai 2012

BEPECASER ÉPREUVE DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES. 16 mai 2012 J. 121300 MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE L OUTRE-MER, DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES ET DE L IMMIGRATION BEPECASER ÉPREUVE DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES 16 mai 2012 Question 1 Le fait pour un conducteur

Plus en détail

Commentaires du Barreau du Québec sur la modernisation des dispositions du Code criminel relatives aux moyens de transport Document de travail

Commentaires du Barreau du Québec sur la modernisation des dispositions du Code criminel relatives aux moyens de transport Document de travail PAR COURRIEL Le 30 avril 2010 Consultation sur la conduite avec facultés affaiblies Section de la politique en matière de droit pénal Ministère de la Justice Édifice commémoratif de l Est 284, rue Willington

Plus en détail

LA RESPONSABILITÉ PÉNALE EN CAS D INFRACTION AU CODE DE LA ROUTE AVEC UN VÉHICULE D ENTREPRISE

LA RESPONSABILITÉ PÉNALE EN CAS D INFRACTION AU CODE DE LA ROUTE AVEC UN VÉHICULE D ENTREPRISE LA RESPONSABILITÉ PÉNALE EN CAS D INFRACTION AU CODE DE LA ROUTE AVEC UN VÉHICULE D ENTREPRISE Différence entre véhicule de foncdon et véhicule de service Véhicule de foncdon : mise à disposi,on personnelle

Plus en détail

LOI N 2006-01 portant Code des Postes

LOI N 2006-01 portant Code des Postes REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi LOI N 2006-01 portant Code des Postes EXPOSE DES MOTIFS Le secteur postal connaît actuellement des mutations liées notamment aux avancées technologiques,

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 130 11 août 2010. S o m m a i r e MISE SUR LE MARCHÉ DES DÉTERGENTS

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 130 11 août 2010. S o m m a i r e MISE SUR LE MARCHÉ DES DÉTERGENTS MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 2157 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 130 11 août 2010 S o m m a i r e MISE SUR LE MARCHÉ DES DÉTERGENTS

Plus en détail

La responsabilité juridique des soignants

La responsabilité juridique des soignants La responsabilité juridique des soignants Les soignants, face à des conditions de travail parfois difficiles et aux aléas de la médecine, songent plus souvent aux risques thérapeutiques qu aux risques

Plus en détail

Numéro du rôle : 5020. Arrêt n 131/2011 du 14 juillet 2011 A R R E T

Numéro du rôle : 5020. Arrêt n 131/2011 du 14 juillet 2011 A R R E T Numéro du rôle : 5020 Arrêt n 131/2011 du 14 juillet 2011 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant les articles 55 et 55bis des lois relatives à la police de la circulation routière, coordonnées

Plus en détail

Table des matières. La responsabilité civile du fait des mineurs d âge 11 Chronique de jurisprudence (2010-2015)

Table des matières. La responsabilité civile du fait des mineurs d âge 11 Chronique de jurisprudence (2010-2015) Table des matières Préface 7 Marie-Eve Materne La responsabilité civile du fait des mineurs d âge 11 Chronique de jurisprudence (2010-2015) Valéry De Wulf Introduction 11 Chapitre 1. La responsabilité

Plus en détail

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes victime. Ministère de la Justice

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes victime. Ministère de la Justice La Justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Ministère de la Justice Vous êtes victime Vous pouvez, en tant que victime d une infraction, déposer une plainte

Plus en détail

CONDUIRE UNE VOITURE EN ALBERTA

CONDUIRE UNE VOITURE EN ALBERTA CONDUIRE UNE VOITURE EN ALBERTA QUELLES SONT LES CONDITIONS POUR POUVOIR CONDUIRE UNE VOITURE EN ALBERTA? Vous devez être âgé d au moins 16 ans et être détenteur d un permis de conduire valide. Il y a

Plus en détail

Les articles modifiés par la loi Macron au 30 janvier 2015

Les articles modifiés par la loi Macron au 30 janvier 2015 Les articles modifiés par la loi Macron au 30 janvier 2015 Pour faciliter lecture, les textes nouveaux ou ajouts à des textes existants figurent en bleu, les suppressions en rouge. Les textes en noir ne

Plus en détail

Notions de responsabilité. Commission Technique Régionale Est

Notions de responsabilité. Commission Technique Régionale Est Notions de responsabilité 1 Notions de responsabilité Responsabilité: l auteur d une faute a l obligation d assumer les conséquences de ses actes Quand une personne cause un dommage à autrui : obligation

Plus en détail

Mise en œuvre de la responsabilité du maire

Mise en œuvre de la responsabilité du maire Mise en œuvre de la responsabilité du maire Les conditions d engagement de la responsabilité du maire relèvent du droit commun de l engagement de la responsabilité des personnes publiques. A ce titre,

Plus en détail

Alcool au volant : tous responsables? La question de la co-responsabilité sera enfin posée au Tribunal de Saint Nazaire

Alcool au volant : tous responsables? La question de la co-responsabilité sera enfin posée au Tribunal de Saint Nazaire DOSSIER DE PRESSE 01/09/2014 Alcool au volant : tous responsables? La question de la co-responsabilité sera enfin posée au Tribunal de Saint Nazaire Avec l appui de la Ligue Contre la Violence Routière,

Plus en détail

Service pénal Fiche contrevenant

Service pénal Fiche contrevenant Service pénal Fiche contrevenant SOMMAIRE : 1 Vous avez été verbalisé(e), vous recevez une amende forfaitaire : concernant le paiement concernant la contestation 2 Vous êtes poursuivi devant la juridiction

Plus en détail

Convention. Assurance Protection Juridique de Generali Belgium SA

Convention. Assurance Protection Juridique de Generali Belgium SA Convention La durée du contrat est fixée aux conditions particulières. Elle ne peut excéder un an. A chaque échéance annuelle, le contrat est reconduit tacitement pour des périodes consécutives d un an.

Plus en détail

2. Le placement sous surveillance. électronique mobile 162 3. La rétention de sûreté 164

2. Le placement sous surveillance. électronique mobile 162 3. La rétention de sûreté 164 13 Les mesures de sûreté 1. La surveillance judiciaire 160 2. Le placement sous surveillance électronique mobile 162 3. La rétention de sûreté 164 4. La surveillance de sûreté 167 5. L inscription au fichier

Plus en détail

30 AVRIL 1999 - Loi relative à l'occupation des travailleurs étrangers (M.B. 21 mai 1999) - coordination officieuse au 1 er juillet 2011

30 AVRIL 1999 - Loi relative à l'occupation des travailleurs étrangers (M.B. 21 mai 1999) - coordination officieuse au 1 er juillet 2011 30 AVRIL 1999 - Loi relative à l'occupation des travailleurs étrangers (M.B. 21 mai 1999) (coordination officieuse au 1 er juillet 2011 ; modifié par l arrêté royal du 20 juillet 2000 introduction de l

Plus en détail

Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C

Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C Secret de la défense nationale Circulaire de la DACG n CRIM 08-01/G1 du 3 janvier 2008 relative au secret de la défense nationale NOR : JUSD0800121C Textes source : Articles 413-5, 413-7, 413-9 à 413-12,

Plus en détail

Secourisme en milieu de travail et responsabilité des différents acteurs.

Secourisme en milieu de travail et responsabilité des différents acteurs. 1 Secourisme en milieu de travail et responsabilité des différents acteurs. S. ARTIGNAN 1 (1) assistant en médecine du travail, Ecole d application du service de santé des armées, BP n 1, 00466 - Armées

Plus en détail

La responsabilité juridique des infirmiers. Carine GRUDET Juriste

La responsabilité juridique des infirmiers. Carine GRUDET Juriste La responsabilité juridique des infirmiers Carine GRUDET Juriste Introduction Dans notre société civile, la responsabilité est un principe juridique selon lequel chacun doit répondre des conséquences de

Plus en détail

COUPABLE D ETRE IRRESPONSABLE A propos de la réforme des procédures de déclaration d irresponsabilité pénale pour cause de trouble mental

COUPABLE D ETRE IRRESPONSABLE A propos de la réforme des procédures de déclaration d irresponsabilité pénale pour cause de trouble mental 1 COUPABLE D ETRE IRRESPONSABLE A propos de la réforme des procédures de déclaration d irresponsabilité pénale pour cause de trouble mental La loi du 25 février 2008 instaurant la rétention de sureté,

Plus en détail

TRIBUNAL DE POLICE ET SANCTIONS PENALES : PEINES PRINCIPALES, SUBSIDIAIRES & ACCESSOIRES

TRIBUNAL DE POLICE ET SANCTIONS PENALES : PEINES PRINCIPALES, SUBSIDIAIRES & ACCESSOIRES TRIBUNAL DE POLICE ET SANCTIONS PENALES : PEINES PRINCIPALES, SUBSIDIAIRES & ACCESSOIRES Adrien MASSET Avocat Professeur U.Lg Le 26.01.2012 Jeune Barreau de Verviers Voir notre étude in Chronique de droit

Plus en détail

Conditions tarifaires

Conditions tarifaires Conditions tarifaires 1 : Prix des prestations 2 : Assurances 2.1 Assurances véhicules à 4 roues 2.1.1 Couverture a) Responsabilité civile, protection juridique, PAI Responsabilité civile conformément

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006)

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) Circulaires de la Direction des affaires criminelles Signalisation des circulaires du 1 er avril au 30 juin 2006 Circulaire

Plus en détail

RESPONSABILITÉ INDEMNITAIRE

RESPONSABILITÉ INDEMNITAIRE RESPONSABILITÉ INDEMNITAIRE (CIVILE ET ADMINISTRATIVE) Pr Scolan Clinique de médecine légale RESPONSABILITÉ CIVILE Introduction Obligation de répondre devant la justice d un dommage et de le réparer Délictuelle

Plus en détail

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF L ASSOCIATION : Construction humaine, Construction juridique. RAPPEL Un cadre législatif fondamental - article 1 loi du 1 juillet 1901 : «l association

Plus en détail

Responsabilité professionnelle des Infirmiers

Responsabilité professionnelle des Infirmiers Responsabilité professionnelle des Infirmiers Diplômés s d Etatd Direction des Affaires Juridiques et des Droits du Patient Bureau de la Responsabilité Médicale et du Contentieux des Personnels Emily THIBAULT

Plus en détail

LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT. Formation AVS Janvier 2013

LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT. Formation AVS Janvier 2013 LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT Formation AVS Janvier 2013 LES RESPONSABILITES GENERALES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT Les responsabilités des agents publics de l État sont de trois ordres:

Plus en détail

Responsabilité civile et pénale de l instituteur

Responsabilité civile et pénale de l instituteur Responsabilité civile et pénale de l instituteur 1 Responsabilité civile et pénale de l instituteur Le terme instituteur désigne toute personne mandatée ou agréée par l administration pour assurer un enseignement

Plus en détail

Les victimes et auteur-e (s) de violences domestiques dans la procédure pénale

Les victimes et auteur-e (s) de violences domestiques dans la procédure pénale Les victimes et auteur-e (s) de violences domestiques dans la procédure pénale (Le contenu de cette présentation n engage pas le Ministère public) 1 Objectifs et plan I. Tour d horizon des différentes

Plus en détail

Habitat indigne Habitat dangereux Habitat insalubre Immeuble menaçant ruine

Habitat indigne Habitat dangereux Habitat insalubre Immeuble menaçant ruine Habitat indigne Habitat dangereux Habitat insalubre Immeuble menaçant ruine Circulaire de la DACG n CRIM07 14/G4 du 4 octobre 2007 relative à la présentation des dispositions de la loi du 13 juillet 2006

Plus en détail

Conduite d un véhicule et consommation d alcool et de drogues

Conduite d un véhicule et consommation d alcool et de drogues Community Legal Information Association of Prince Edward Island, Inc. Conduite d un véhicule et consommation d alcool et de drogues Introduction Les lois concernant la conduite d un véhicule en état d

Plus en détail

Introduction au droit La responsabilité professionnelle

Introduction au droit La responsabilité professionnelle Introduction au droit La responsabilité professionnelle I. Introduction au droit 2 ordres de juridiction : Judiciaire : o Juridiction civiles : conflit entre particulier Tribunal de gde instance : litige

Plus en détail

Loi n 1.162 du 7 juillet 1993 relative à la participation des organismes financiers à la lutte contre le blanchiment de capitaux

Loi n 1.162 du 7 juillet 1993 relative à la participation des organismes financiers à la lutte contre le blanchiment de capitaux PRINCIPAUTÉ DE MONACO Loi n 1.162 du 7 juillet 1993 relative à la participation des organismes financiers à la lutte contre le blanchiment de capitaux RAINIER III PAR LA GRACE DE DIEU PRINCE SOUVERAIN

Plus en détail

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage.

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Une des problématiques récurrente pour les collectivités en matière d occupation illégale de son territoire tient

Plus en détail

Document de travail Ne pas reproduire Pour toute interprétation ou copie officielle contacter le greffe

Document de travail Ne pas reproduire Pour toute interprétation ou copie officielle contacter le greffe Document de travail Ne pas reproduire Pour toute interprétation ou copie officielle contacter le greffe PROVINCE DE QUÉBEC M.R.C. DE L ÉRABLE VILLE DE PLESSISVILLE RÈGLEMENT 1420 SUR LES SYSTÈMES D ALARMES

Plus en détail

Question N 2 1. Quelles sont les catégories de véhicules à moteur pour lesquelles l assurance est obligatoire?

Question N 2 1. Quelles sont les catégories de véhicules à moteur pour lesquelles l assurance est obligatoire? Page 1 of 5 P : Portugal Question N 1 Quelle est la date de la loi ayant introduit l assurance responsabilité civile automobile obligatoire et celle de son entrée en vigueur? Décret-Loi n 408/79 du 25

Plus en détail

Nous constatons de nos jours

Nous constatons de nos jours LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS DE SOCIETES par Me Jean Brucher Nous constatons de nos jours que l internationalisation et la globalisation des problèmes relatifs à l activité des entreprises ainsi que

Plus en détail

1. POLICE ADMINISTRATIVE (sous l angle des compétences de l agent de police administrative conformément à l article 3.5 de la LFP)

1. POLICE ADMINISTRATIVE (sous l angle des compétences de l agent de police administrative conformément à l article 3.5 de la LFP) En ce qui concerne l'accès à www.poldoc.be, il est utile de consulter l'infonouvelles n 1719 du 19 octobre 2006 avec comme titre: " PolDoc, le site documentaire de la police, accessible à tous sur l'internet!

Plus en détail

Que l on sache par les présentes - puisse Dieu en élever et en fortifier la teneur! Que Notre majesté Chérifienne, A DECIDE CE QUI SUIT :

Que l on sache par les présentes - puisse Dieu en élever et en fortifier la teneur! Que Notre majesté Chérifienne, A DECIDE CE QUI SUIT : '$+,53257$17/2,1ƒ'8&+$28$/2&72%5( 5(/$7,)$/ (175(7,(1'(6,00(8%/(6(7$/,167$//$7,21 '(&21&,(5*(5,(6'$16/(6,00(8%/(6' +$%,7$7,21 ( B.O n 3388 bis du 10.10.1977, page 1117) LOUANGE A DIEU SEUL! (Grand Sceau

Plus en détail

Immatriculation et assurances. Immatriculation et assurances

Immatriculation et assurances. Immatriculation et assurances 7 171 7 Le chapitre 7 contient des renseignements sur l immatriculation des véhicules et d autres renseignements utiles pour les propriétaires de véhicules. 172 Avant de conduire un véhicule sur le réseau

Plus en détail

DAS Canada Legal Protection Insurance Company Limited. («DAS Canada») CONVENTION DE COURTAGE

DAS Canada Legal Protection Insurance Company Limited. («DAS Canada») CONVENTION DE COURTAGE DAS Canada Legal Protection Insurance Company Limited («DAS Canada») CONVENTION DE COURTAGE En soumettant les informations relatives à vos activités de courtage sur le formulaire d enregistrement en ligne

Plus en détail

CODE DE PROCEDURE PENALE TITRE PRILIMINAIRE De l action publique et de l action civile Art. 1 à 9

CODE DE PROCEDURE PENALE TITRE PRILIMINAIRE De l action publique et de l action civile Art. 1 à 9 CODE DE PROCEDURE PENALE TITRE PRILIMINAIRE De l action publique et de l action civile Art. 1 à 9 LIVRE I De l exercice de l action publique et de l instruction TITRE I : Des autorités chargées de l action

Plus en détail

conforme à l original

conforme à l original REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE Union - Discipline - Travail Copie certifiée -------------- conforme à l original DECISION N 020/2012/ANRMP/CRS DU 30 AOÛT 2012 SUR LE RECOURS DE LA SOCIETE MEDICAL PROGRESS

Plus en détail

DISPOSITIF FEMMES EN TRES GRAND DANGER BILAN D UNE ANNÉE D EXPÉRIMENTATION

DISPOSITIF FEMMES EN TRES GRAND DANGER BILAN D UNE ANNÉE D EXPÉRIMENTATION DISPOSITIF FEMMES EN TRES GRAND DANGER BILAN D UNE ANNÉE D EXPÉRIMENTATION 30 téléphones portables disponibles 27 femmes ont été admises au dispositif. Le bénéfice du TGD pendant une durée de 6 mois a

Plus en détail

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE 1 SOMMAIRE I. NOTION DE RESPONSABILITES A. La responsabilité civile 1. La responsabilité civile délictuelle 2. La responsabilité civile contractuelle B. La responsabilité pénale

Plus en détail

LA REBELLION. a) il faut que l'agent ait agi dans l'exercice de ses fonctions.

LA REBELLION. a) il faut que l'agent ait agi dans l'exercice de ses fonctions. LA REBELLION La rébellion est le fait de s'opposer violemment aux fonctionnaires et officiers publics qui agissent pour l'exécution et l'application des lois. I - ELEMENTS CONSTITUTIFS A - L ELEMENT LEGAL

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 11 mars 2015 relative à la communication aux administrations publiques et aux organismes exerçant une prérogative de puissance publique d informations ou copies de pièces issues des procédures

Plus en détail

Loi sur le transport de voyageurs

Loi sur le transport de voyageurs Projet de la Commission de rédaction pour le vote final Loi sur le transport de voyageurs (LTV) Modification du 26 septembre 2014 L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil

Plus en détail

En devenant majeur-e, vous devenez responsable de vos actes, c est-à-dire que vous en mesurez toutes les conséquences.

En devenant majeur-e, vous devenez responsable de vos actes, c est-à-dire que vous en mesurez toutes les conséquences. 3La responsabilité La responsabilité civile La responsabilité pénale La procédure judiciaire applicable La protection judiciaire pour les jeunes majeurs En devenant majeur-e, vous devenez responsable de

Plus en détail

Nathalie Calatayud - Responsabilité juridique de l'infirmière

Nathalie Calatayud - Responsabilité juridique de l'infirmière Responsabilité de l infirmière Que signifie être responsable? Dans le langage juridique Dans le langage courant c'est répondre des conséquences dommageables de ses actes ou de ses abstentions obligation

Plus en détail

avant-propos Goodshot : Business and Euro Photo Alto : Crowds by Frédéric Cirou Corbis : Crime and Justice

avant-propos Goodshot : Business and Euro Photo Alto : Crowds by Frédéric Cirou Corbis : Crime and Justice Vous êtes condamné avant-propos Vous êtes condamné par le juge. Selon la nature des faits qui vous ont été imputés et des circonstances dans lesquelles ils ont été commis, le juge peut vous infliger une

Plus en détail

CHEZ LES ADOLESCENTS ET LES JEUNES, À DESTINATION DES ADULTES. Risques routiers et consommation de produits psychoactifs

CHEZ LES ADOLESCENTS ET LES JEUNES, À DESTINATION DES ADULTES. Risques routiers et consommation de produits psychoactifs ZAP06 Zoom Addictions Prevention 06 LETTE D INFOMATIONS PATAGÉES SU LA PÉVENTION DES ADDICTIONS CHEZ LES ADOLESCENTS ET LES JEUNES, À DESTINATION DES ADULTES isques routiers et consommation de produits

Plus en détail

Chapitre II : Préjudices Indemnisables

Chapitre II : Préjudices Indemnisables Dahir portant loi n 1-84-177 (6 moharrem 1405) rel atif à l'indemnisation des victimes d'accidents causés par des véhicules terrestres à moteur (B.O. du 3 octobre 1984) Vu la Constitution, notamment son

Plus en détail

Congo. Loi règlementant l exercice de la profession de commerçant en République du Congo

Congo. Loi règlementant l exercice de la profession de commerçant en République du Congo Loi règlementant l exercice de la profession de commerçant en République du Loi n 19-2005 du 24 novembre 2005 Titre 1 - Dispositions générales Art.1.- La présente loi définit les conditions d exercice

Plus en détail

Leçon n 3 : La justice garante du respect du droit

Leçon n 3 : La justice garante du respect du droit Leçon n 3 : La justice garante du respect du droit Introduction : La déesse grecque de la justice se nomme Thémis, elle aurait reçu de Zeus un glaive et une balance afin de peser le pour et le contre,

Plus en détail

dans la poursuite pénale dirigée contre en présence du Ministère Public l arrêt qui suit :

dans la poursuite pénale dirigée contre en présence du Ministère Public l arrêt qui suit : N 8 / 2012 pénal. du 2.2.2012. Not. 4066/08/CD Numéro 3029 du registre. La Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg, formée conformément à la loi du 7 mars 1980 sur l'organisation judiciaire, a rendu

Plus en détail

Procédures. L extrait de casier judiciaire

Procédures. L extrait de casier judiciaire Vos droits Institutions Acteurs Procédures L extrait de casier judiciaire F i c h e P r a t i q u e Qu est-ce que le casier judiciaire? Le casier judiciaire conserve les condamnations prononcées par les

Plus en détail

R E C R U T E M E N T S D E M A G I S T R A T S C O N C O U R S C O M P L E M E N T A I R E S 2 0 1 4

R E C R U T E M E N T S D E M A G I S T R A T S C O N C O U R S C O M P L E M E N T A I R E S 2 0 1 4 LES TEXTES Ordonnance n 58-1270 du 22 décembre 1958 modifiée portant loi organique relative au statut de la magistrature. Décret n 2001-1099 du 22 novembre 2001 relatif aux modalités du recrutement de

Plus en détail

Forum sur la Gouvernance de l'internet en Afrique Centrale : Douala Cameroun, du 29 au 31 Mai 2012

Forum sur la Gouvernance de l'internet en Afrique Centrale : Douala Cameroun, du 29 au 31 Mai 2012 Forum sur la Gouvernance de l'internet en Afrique Centrale : Douala Cameroun, du 29 au 31 Mai 2012 Instruments juridiques de protection des infrastructures et de la vie privée des citoyens contre les cyber

Plus en détail

L Assemblée Nationale a délibéré et adopté en sa séance du 14 décembre 1996 1995 ;

L Assemblée Nationale a délibéré et adopté en sa séance du 14 décembre 1996 1995 ; Loi n 96-022/ Régissant la mutualité en République du Mali. L Assemblée Nationale a délibéré et adopté en sa séance du 14 décembre 1996 1995 ; Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur

Plus en détail

REGLEMENT D'UTILISATION DES VEHICULES DE

REGLEMENT D'UTILISATION DES VEHICULES DE 15 juin 2015 COMUE AQUITAINE REGLEMENT D'UTILISATION DES VEHICULES DE SERVICE pôle Ressources SOMMAIRE I. Catégories des véhicules mis à disposition... 3 II. Conditions relatives aux personnes... 3 2.1

Plus en détail

Facilitez vos démarches,

Facilitez vos démarches, Facilitez vos démarches, renseignez-vous avant de vous déplacer DÉMARCHES ADMINISTRATIVES Permis de conduire : comment l obtenir? Pour obtenir une information ou connaître l adresse du point d accueil

Plus en détail

Vu la loi modifiée du 14 février 1955 concernant la réglementation de la circulation sur toutes les voies publiques;

Vu la loi modifiée du 14 février 1955 concernant la réglementation de la circulation sur toutes les voies publiques; Projet de règlement grand-ducal modifiant le règlement grand-ducal modifié du 26 août 1993 relatif aux avertissements taxés, aux consignations pour contrevenants non résidents ainsi qu'aux mesures d'exécution

Plus en détail

Providis. Conditions Générales. Assurance Protection Juridique Auto - Formule étendue. is part of

Providis. Conditions Générales. Assurance Protection Juridique Auto - Formule étendue. is part of Providis Conditions Générales Assurance Protection Juridique Auto - Formule étendue 0079-2074207F-24112012 AG Insurance sa RPM Bruxelles TVA BE 0404.494.849 www.aginsurance.be Bd. E. Jacqmain 53, B-1000

Plus en détail

7.2 - Le traitement administratif des accidents de service, de travail et des maladies professionnelles

7.2 - Le traitement administratif des accidents de service, de travail et des maladies professionnelles CHAPITRE 7 Les accidents et les maladies professionnelles 7.2 - Le traitement administratif des accidents de service, de travail et des maladies professionnelles 7.2.1 Méthodologie Définitions L accident

Plus en détail

AT/MP 3. - Responsabilité pénale et délégation de pouvoirs. Maître Olivier BARRAUT 09/10/2014

AT/MP 3. - Responsabilité pénale et délégation de pouvoirs. Maître Olivier BARRAUT 09/10/2014 AT/MP 3. - Responsabilité pénale et délégation de pouvoirs Maître Olivier BARRAUT 09/10/2014 Plan 1. Le responsable pénal dans l entreprise La responsabilité du chef d entreprise La responsabilité de la

Plus en détail

RESPONSABILITE ET ASSURANCES

RESPONSABILITE ET ASSURANCES RESPONSABILITE ET ASSURANCES 1 CHAPITRES Pages 1 RESPONSABILITE CIVILE 3 2 RESPONSABILITE PENALE 4 3 DIRIGEANTS D ASSOCIATION ET RESPONSABILITE 4 4 OBLIGATION D INFORMATION DES ASSOCIATIONS SUR LES ASSURANCES

Plus en détail

Les 12 points pour protéger son permis de conduire en 2012

Les 12 points pour protéger son permis de conduire en 2012 Les 12 points pour protéger son permis de conduire en 2012 Si en 2012 la législation se durcit en matière de répression des infractions au code de la route, le cap pour tous les automobilistes reste le

Plus en détail

Guide juridique du militant

Guide juridique du militant Guide juridique du militant Ce guide a pour objectif d exposer les règles auxquelles vous pouvez être confronté dans votre vie de militant mais également les droits dont vous bénéficiez si vous faites

Plus en détail

(version coordonnée du 23 février 2010) SOMMAIRE

(version coordonnée du 23 février 2010) SOMMAIRE Règlement grand-ducal du 11 novembre 2003 pris en exécution de la loi du 16 avril 2003 relative à l assurance obligatoire de la responsabilité civile en matière de véhicules automoteurs, tel qu il a été

Plus en détail

La responsabilité des directeurs d unité

La responsabilité des directeurs d unité 9 mai 2012 - Journée des administrateurs et responsables des laboratoires de l INSIS La responsabilité des directeurs d unité Direction des affaires juridiques CNRS/DAJ/MF l 9 mai 2012 Journée INSIS P.

Plus en détail

Démystifier l assurance juridique

Démystifier l assurance juridique Démystifier l assurance juridique Janvier 2014 2 Présentateurs: Diane Bélanger FBA Solutions Présidente Présidente et co-fondatrice de FBA Solutions depuis 1998, ainsi que Membre du Barreau du Québec depuis

Plus en détail

Textes de référence : Table des matières

Textes de référence : Table des matières Les alternatives aux peines d'emprisonnement et le Juge d'application des peines au Niger Textes de référence :! Code pénal du NIGER, Niamey1993.! Code de procédure pénale du NIGER.! Décret n 96-069 du

Plus en détail

Mémento législatif. En 1916, l absinthe est interdite.

Mémento législatif. En 1916, l absinthe est interdite. Mémento législatif Juillet 2003 La législation antialcoolique a commencé à s esquisser au 19 ème siècle avec deux dispositions fondamentales : la loi de 1838 sur l internement des aliénés, et la loi de

Plus en détail

Le ministre de l'intérieur. La ministre des sports, de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative

Le ministre de l'intérieur. La ministre des sports, de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative MINISTERE DE L INTERIEUR MINISTERE DES SPORTS, DE LA JEUNESSE, DE L EDUCATION POPULAIRE ET DE LA VIE ASSOCIATIVE SECRETARIAT GENERAL DIRECTION DE LA MODERNISATION ET DE L ACTION TERRITORIALE SOUS-DIRECTION

Plus en détail

FICHE PRATIQUE R3 TEXTES REGLEMENTAIRES

FICHE PRATIQUE R3 TEXTES REGLEMENTAIRES FICHE PRATIQUE R3 REGIME JURIDIQUE VENTES AU DEBALLAGE BROCANTES, VIDE-GRENIERS VENTE D'OBJETS MOBILIERS USAGES TEXTES REGLEMENTAIRES Réglementation janvier 2 0 1 4 Cette fiche pratique est de nature purement

Plus en détail

Les droits des victimes

Les droits des victimes SERVICE DE L ACCÈS AU DROIT ET À LA JUSTICE ET DE LA POLITIQUE DE LA VILLE Avocat Dépôt de plainte Soutien psychologique? Association d'aide aux victimes Aide juridictionnelle Indemnisation I Les droits

Plus en détail

N 1644 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 1644 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 1644 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 8 juin 2004. PROPOSITION DE LOI visant à établir un lien entre le bon

Plus en détail

RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL

RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL 02/06/2015 En matière de droit du travail, la responsabilité de l employeur peut être engagée dans de nombreuses situations que nous allons examiner ci-dessous.

Plus en détail