L année touristique 2014 démarre de façon positive pour Paris avec un taux d occupation des hôtels de 72,5 % en progression de 0,6 point en janvier.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L année touristique 2014 démarre de façon positive pour Paris avec un taux d occupation des hôtels de 72,5 % en progression de 0,6 point en janvier."

Transcription

1 L année touristique 2014 démarre de façon positive pour Paris avec un taux d occupation des hôtels de 72,5 % en progression de 0,6 point en janvier. Sommaire Synthèse 1 Arrivées hôtelières par pays 2 Nuitées hôtelières par pays 3 Taux d occupation dans l hôtellerie parisienne Proportion des clientèles affaires/loisirs Note méthodologique 5 Prix moyen et RevPAR globaux Prix moyen et RevPAR par catégorie Hôtellerie par zone touristique TO, Prix moyen et RevPAR des résidences de tourisme Trafic dans les Aéroports de Paris La fréquentation touristique parisienne «boostée» en 2013 par la vitalité des clientèles étrangères La fréquentation des hôtels parisiens en 2013 s est avérée stable par rapport à 2012 : -0,1 % d arrivées en moins à Paris intra-muros et 0,5 % pour les nuitées. Les premières se sont montées à 15,6 millions et les secondes à 36,7 millions, faisant de 2013 la troisième meilleure année pour l hôtellerie parisienne après 2012 et Le maintien à un niveau aussi élevé n est pas sans aller sans contrastes dus à la disparité des croissances économiques dans le monde. La fréquentation française, qui représente 41,8 % des arrivées hôtelières parisiennes a baissé de 5,4 % en Cette diminution est sans doute la cause principale de la baisse des nuitées d affaires de 4 points. Certains marchés européens tels l Espagne et l Italie ont également affiché des diminution de leur fréquentation mais à un rythme laissant espérer un rétablissement en Ces baisses ont été compensées par la grande vitalité des clientèles étrangères s étant rendues à Paris en La croissance des arrivées hôtelières à Paris a été de 4,1 %. Cette dernière performance place l augmentation des arrivées étrangères au-niveau de la moyenne constatée par l Organisation Mondiale du Tourisme (OMT), qui fait état d une croissance des arrivées de touristes internationaux dans le monde de 5 % en La saison estivale (juin à septembre), particulièrement recherchée par les étrangers mais moins par les Français, a profité de ce remarquable dynamisme et permis de faire de l été 2013 le meilleur en termes de fréquentation hôtelière à Paris : 5,4 millions d arrivées, un record, en progression de 1,2 % par rapport à l été La meilleure surprise de 2013 a été la très bonne croissance des Américains (Etats-Unis), premier marché touristique parisien, qui ont retrouvé leur niveau de 2005: +15,1 % d ar- rivées hôtelières supplémentaires pour atteindre 1,6 million! La Chine est le pays dont la hausse des arrivées hôtelières est la plus importante en 2013 : +37,6 % dans Paris et sa petite couronne pour se fixer à arrivées. Les Proches et Moyen Orientaux ont également enregistré une progression à deux chiffres (+20 %) avec pour la première fois près de arrivées dans les hôtels parisiens. Avec des volumes moins importants, la Russie et l Australie (respectivement et arrivées), font parti du club des marchés à la croissance est à deux chiffres : +13,7 % pour la Russie et + 20 % pour l Australie. Ces bons résultats de la fréquentation touristique a permis au taux d occupation moyen des hôtels parisiens d afficher 79 %, en légère baisse de 0,6 point par rapport à Le prix moyen d une chambre d hôtel s est fixé à 171,8 euros, en augmentation de 1,9 % par rapport à Cours de l euro par rapport au Dollar et au Yen Tableau de bord Directeur de la publication Nicolas Lefebvre Directeur général Réalisation : Charles-Henri Boisseau : en bref... Arrivées hôtelières identiques à 2012: 15,6 millions (-0,1%) Taux d occupation: 79 % Nuitées hôtelières: 36,7 millions (-0,5%) Récapitulez ici de façon brève mais efficace les produits ou services que vous proposez. 79 % (-0,6 pt) Prix moyen des hôtels: 39 % de clientèle Affaires (- 4 pts) RevPAR: 141,0 (+2,0%) 171,8 (+1,9%) Taux d occupation des résidences de tourisme: 77,9 % (+0,9 pt)

2 Arrivées hôtelières par pays Tableau Tableau de bord de bord mars juin Page Page 2 2 Arrivées hôtelières (Données Insee) Cinquième mois de hausse consécutif des arrivées avec +0,8 % au mois de décembre Arrivées décembre 2013 Arrivées hôtelières Décembre 2007 Décembre 2012 Décembre 2013 ETRANGERS ,3 % FRANCAIS ,9 % TOTAL ,8 % Arrivées hôtelières étrangères Décembre 2007 Décembre 2012 Décembre Etats-Unis ,2 % 2. Royaume-Uni ,4 % 3. Italie ,7 % 4. Japon ,0 % 5. Allemagne ,9 % 6. Espagne ,0 % 7. Belgique ,7 % 8. Suisse ,1 % 9. Chine ,3 % 10. Russie / ,1 % Plus forte hausse mensuelle de l année pour les Britanniques: +10,4 % 11. Pays-Bas ,2 % 12. Australie / ,1 % 13. Canada / ,7 % Autres nationalités ,0 % Arrivées 2013* Arrivées hôtelières ETRANGERS ,1 % FRANCAIS ,4 % TOTAL ,1 % Arrivées hôtelières étrangères Etats-Unis ,1 % 2. Royaume-Uni ,1 % 3. Italie ,9 % 4. Allemagne ,8 % 5. Japon ,4 % 6. Espagne ,3 % 7. Russie / ,7 % 8. Suisse ,7 % 9. Belgique ,0 % Stabilisation globale des arrivées hôtelières en 2013: -0,1 % 10. Australie / ,0 % 11. Chine ,4 % 12. Pays-Bas ,8 % 12. Canada / ,6 % Autres nationalités ,6 % *L Insee a modifié son échantillon en Les données cumulées sur 2013 sont ici comparées à des données rétropolées pour 2012, à l exception du mois de décembre 2012 dont les données rétropolées ne sont pas encore disponibles.

3 Nuitées hôtelières par pays Page 3 Nuitées hôtelières (Données Insee) Les nuitées étrangères poursuivent leur hausse: +3,8 % en décembre 2013 Nuitées décembre 2013 Nuitées hôtelières Décembre 2007 Décembre 2012 Décembre 2013 ETRANGERS ,8 % FRANCAIS ,0 % TOTAL ,1 % Nuitées hôtelières étrangères Décembre 2007 Décembre 2012 Décembre Etats-Unis ,8 % 2. Royaume-Uni ,2 % 3. Italie ,5 % 4. Japon ,3 % 5. Allemagne ,9 % 6. Espagne ,6 % 7. Belgique ,3 % 8. Suisse ,8 % 9.Russie* / ,6 % Hausse de +20,8 % des nuitées américaines au mois de décembre 10. Pays-Bas ,4 % 11. Australie / ,1 % 12. Chine ,8 % 13. Canada / ,9 % Autres nationalités ,2 % Nuitées 2013* Nuitées hôtelières ETRANGERS ,9 % FRANCAIS ,1 % TOTAL ,5 % Nuitées hôtelières étrangères Etats-Unis ,2 % 2. Royaume-Uni ,6 % 3. Italie ,4 % 4. Allemagne ,0 % 5. Japon ,5 % 6. Espagne ,3 % 7 Russie* / ,8 % 8. Suisse ,2 % 9. Australie* / ,8 % 10. Canada* / ,0 % 11. Belgique ,4 % 12. Chine ,7 % 13. Pays-Bas ,4 % Autres nationalités ,4 % Les nuitées japonaises, en recul de 14,5 % *L Insee a modifié son échantillon en Les données cumulées sur 2013 sont ici comparées à des données rétropolées pour 2012, à l exception du mois de décembre 2012 dont les données rétropolées ne sont pas encore disponibles.

4 Arrivées et nuitées hôtelières par zone géographique Page 4 Arrivées et nuitées hôtelières par zone géographique (Données Insee) Troisième baisse consécutive en décembre 2013 des nuitées en provenance des autres pays d Asie. AUTRE EUROPE Arrivées : (+7,0%) Nuitées : (+2,3%) AMERIQUES LATINE Arrivées : (+6,8%) Nuitées : (+1,6%) PROCHE ET MOYEN ORIENT Arrivées : (+33,0%) Nuitées : (+26,3%) AFRIQUE Arrivées : (+18,8%) Nuitées : (+14,3%) AUTRE ASIE/OCEANIE Arrivées : (+0,7%) Nuitées : (-3,5%) Autres Amériques* : données pour le continent américain sans compter les Etats-Unis et le Canada. Autre Asie/Océanie* : données pour les pays d Asie et d Océanie sans compter l Australie, la Chine et le Japon Autre Europe* : données pour le continent européen, sans compter la Russie, le Royaume-Uni, l Italie, l Espagne, l Allemagne, la Belgique, la Suisse et les Pays-Bas Arrivées hôtelières AUTRE EUROPE ,2 % AMERIQUES LATINE ,6 % AUTRE ASIE/OCEANIE ,8 % PROCHE ET MOYEN ORIENT ,0 % AFRIQUE ,1 % TOTAL ,6 % Nuitées hôtelières 2012 AUTRE EUROPE AMERIQUES LATINE AUTRE ASIE/OCEANIE PROCHE ET MOYEN ORIENT AFRIQUE TOTAL ,9 % -1,7 % 0,0 % +14,8 % +9,9 % +2,4 % Stabilité du volume des arrivées des pays «Autre Europe» en 2013 (+0,2 %) *Contrairement aux éditions de 2012, la Russie, l Australie et le Canada sont dorénavant retirés des zones «Autre Europe», «Autre Asie/Océanie» et «Autres Amériques».

5 Taux d occupation hôtelier et tourisme d affaires Page 5 Taux d occupation dans l hôtellerie homologuée parisienne (Données Insee) Le taux d occupation des hôtels parisiens en légère baisse de 0,7 pt en décembre % 95% 90% 85% 80% 75% 70% 65% 60% 55% Evolution mensuelle du taux d'occupation hôtelier à Paris Le taux d occupation en recul pour toutes les catégories hôtelières Déc. 0* 1* 2* 3* 4* et 5* TCC ,8 % 69,3 % 75,3 % 74,5 % 72,6 % 74,2 % ,1 % 71,0 % 70,3 % 74,0 % 73,1 % 72,8 % ,0 % 68,0 % 69,1 % 73,2 % 72,9 % 72,1 % 2013 Var n-1 78,4 % +3,2 pts 79,6 % +0,1 pt 79,0 % -0,6 pt Tourisme d affaires dans l hôtellerie homologuée parisienne (Données Insee) 41 % : la proportion de la clientèle affaires en baisse de 3 pts par rapport à déc % 50% 40% 30% 20% 10% 0% Part de la clientèle d'affaires dans l'hôtellerie parisienne 46% 50% 44% 47% 49% 35% 42% 45% 41% 33% 28% 15% Le nombre de nuitées d affaires en baisse de -6,9 % par rapport à décembre

6 Prix moyen et RevPAR hôtelier à Paris Page 6 Note méthodologique Prix moyen et RevPAR globaux (Données MKG Hospitality) Insee et MKG : des bases de données différentes Le parc hôtelier parisien est constitué de plus de hôtels, dont plus de 80 % sont des indépendants. L enquête de fréquentation hôtelière de l Insee s appuie sur un échantillon représentatif de cette structure en interrogeant chaque mois plus de 800 hôtels homologués, dont 77 % d indépendants. Cette enquête nous fournit les arrivées et les nuitées dans l hôtellerie, pour les principales nationalités, ainsi que les taux d occupation globaux par catégorie. Les hôtels sondés par l Insee couvrent entre 50 % et 55 % de l offre en chambres. Depuis 2006, l Observatoire économique du tourisme parisien a mis en place, avec MKG Hospitality, un dispositif de suivi complémentaire à celui de l enquête Insee. Ce dispositif nous apporte des données hôtelières que l enquête Insee ne fournit pas : les prix moyens, les RevPAR et les taux d occupation par zones touristiques. Cependant, la base de données MKG reflète moins précisément la structure hôtelière globale parisienne. En effet, elle ne suit l activité que de 333 hôtels représentant, en nombre de chambres, 44 % de l offre hôtelière globale parisienne. Mais surtout, cette base s appuie sur les résultats hôteliers des chaînes parisiennes et fort peu sur les hôtels indépendants. La quasi totalité des grandes enseignes internationales sont intégrées dans le panel ,5 % pour le RevPAR en décembre 2013 Evolution mensuelle des prix moyens et RevPAR globaux à Paris en 2013 et 2012 Prix moyen 2012 Prix moyen 2013 RevPAR 2012 RevPAR 2013 Var déc. PM déc. 2013: 162,4 (+1,7 %) RevPAR déc. 2013: 122,6 (+1,5 %) Prévisions var Jan. 2014/2013 Prix moyen +1,7 % -1,8 % RevPAR +1,5% -0,6 % 2013 Prix moyen 171,8 +1,9 % RevPAR 141,0 +2,0 % Prix moyen et RevPAR par catégorie (Données MKG Hospitality) Le RevPAR en hausse de +2,4 % pour l hôtellerie économique au mois de décembre Prix moyens et RevPAR par catégorie de décembre 2013 et évolution (%) par rapport à décembre ,4 74,5 128,3 99,3 239,0 174,7 +1,3 % +2,4 % +0,9 % +0,5 % +2,3 % +1,4 % Economique Moyen de gamme Haut de gamme Prix moyen RevPAR 2013 Prix moyen RevPAR Hôtellerie Economique 95,9 81,5 +1,9 % +1,4 % Var. 13/12 Hôtellerie 136,4 112,6 Moyen de gamme +1,0 % +1,1 % Var. 13/12 Hôtellerie 254,5 204,5 Haut de gamme +1,9 % +2,4 % Var. 13/12

7 Hôtellerie par zones touristiques Page 7 Taux d occupation hôteliers par zone touristique au mois de décembre 2013 (Données MKG Hospitality) Le taux d occupation en hausse dans six zones de la capitale 72,7 % +1,0 pt 77,5 % +2,7 pts 77,6 % +1,0 pt 76,8 % +2,2 pts 79,0 % -1,2 pt 75,5 % -1,2 pt 73,7 % -3,5 pts 78,7 % +2,0 pts 74,4 % -1,3 pt 71,6 % -4,7 pts 81,5 % +2,5 pts 75,5 % -0,2 pt Taux d occupation hôtelier à décembre 2013 par rapport à décembre 2012 Prix moyens et RevPAR hôteliers par zone touristique au mois de décembre 2013 (Données MKG Hospitality) Le prix moyen en hausse dans la majorité des zones de la capitale, avec la progression notable des hôtels de la zone «Opéra Grands magasins» (+3,7 %) Zones touristiques - Décembre 2013 Prix moyens RevPAR Champs Elysées - Louvre 275,1 +2,2 % 213,2 +5,9 % Montmartre - Pigalle - Trinité 98,3 +0,3 % 71,4 +2,2 % La Villette - Belleville - Canal Saint Martin 88,1-3,9 % 67,7-1,1 % République - Bastille 104,2 +3,6 % 77,6 +1,8 % Bercy - Tolbiac - Bois de Vincennes 120,4 +3,4 % 98,1 +6,7 % Saint-Germain-des-Prés - Montparnasse 136,7-2,1 % 100,8-6,6 % Tour Eiffel - Trocadéro 144,9 +2,7 % 103,8-3,6 % Passy - Bois de Boulogne 160,9-8,0 % 121,5-9,4 % Opéra - Grands Magasins 241,8 +3,7 % 187,7 +5,1 % Les Halles - le Marais 174,6 +1,7 % 136,2 +0,1 % Notre Dame - Quartier Latin 141,4 +2,6 % 111,3 +5,3 % Progression du RevPAR de plus 6,7 % dans la zone «Bercy Tolbiac Bois de Vincennes»

8 Résidences de tourisme Page 8 Taux d occupation des résidences de tourisme au mois de décembre 2013 (Données MKG Hospitality) Un taux d occupation de 73,6 % en décembre 2013 (+3,2 %) 90,0% 85,0% 80,0% 75,0% 70,0% 65,0% 60,0% TO décembre 2013: 73,6 % Le TO des résidences de tourisme en hausse de +0,9 pts par rapport à Taux d occupation 77,9 % +0,9 pt Ces données MKG Hospitality sont issues d un panel de résidences composé de 34 établissements pour appartements, soit près de 70 % de l offre parisienne. Evolution du prix moyen et du RevPAR des résidences de tourisme à Paris (Données MKG Hospitality) RevPAR de 99,9 en déc : une hausse de +2,5 % par rapport à déc Evolution du prix moyen et du RevPAR des résidences de tourisme à Paris 180,0 160,0 Prix moyen décembre 2013: 135,8 (-2,0 %) 140,0 120,0 100,0 80,0 60,0 40,0 Prix moyen 2012 Prix moyen 2013 RevPAR 2012 RevPAR 2013 RevPAR décembre 2013: 99,9 (+2,5 %) 2013 Prix moyen 144,5 +1,2 % RevPAR 112,6 +2,4 % Le prix moyen des résidences de tourisme en hausse de +1,2 % en 2013

9 Aéroports et cours de l euro Page 9 Trafic dans les Aéroports de Paris (Données ADP) Le trafic de passagers internationaux* en augmentation de +5,0 % en décembre 2013 Trafic des passagers des vols internationaux dans les aéroports de Paris - Données brutes, en milliers de passagers ,7 millions de passagers internationaux en décembre Nombre de passagers Décembre 2013 Un trafic avec l Amérique latine en hausse de +7,2 % Moyen Courrier ,4 % Long Courrier ,3 % Total international ,0 % Cours de l euro par rapport au dollar américain et au yen (Données Banque de France) *Le trafic passagers internationaux correspond au cumul des départs et des arrivées en liaison avec les aéroports ADP. 1,5 1,4 1,3 1,2 1,1 1,0 0,9 0,8 Cours de l'euro contre le dollar US - moyenne mensuelle - Décembre 2013 : 1 = 1,37 USD Cours de l'euro contre le yen japonais - moyenne mensuelle - Décembre 2013: 1 = 141,7 JPY Retrouvez sur le site les études réalisées par l Observatoire économique du tourisme parisien, ainsi que la publication «Le tourisme à Paris - Chiffres-clés 2012». Pour vous inscrire au tableau de bord : CONTACT Tableau de bord Observatoire économique du tourisme parisien Charles-Henri Boisseau Office du Tourisme et des Congrès de Paris 25, rue des Pyramides, Paris Téléphone : / Télécopie :

Les touristes français et internationaux de la destination Paris Ile-de-France

Les touristes français et internationaux de la destination Paris Ile-de-France Les touristes français et internationaux de la destination Paris Ile-de-France Résultats annuels 2014 des dispositifs permanents d enquêtes dans les aéroports, dans les trains et sur les aires d autoroutes

Plus en détail

I) Le contexte HIGH HOSPITALITY ACADEMY. II) Le programme HIGH HOSPITALITY ACADEMY

I) Le contexte HIGH HOSPITALITY ACADEMY. II) Le programme HIGH HOSPITALITY ACADEMY I) Le contexte II) Le programme I) Le contexte II) Le contexte La destination France 1 ère destination mondiale en nombre de touristes avec 84,7 millions de visiteurs étrangers (en 2013). 1 touriste sur

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

COMMUNIQUÉ DE PRESSE COMMUNIQUÉ DE PRESSE La croissance mondiale des investissements publicitaires se poursuit : les achats publicitaires devraient croître de 4,8% en 2012. Un chiffre en légère progression par rapport aux

Plus en détail

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Janone Ong, département des Marchés financiers La Banque du Canada a créé un nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien,

Plus en détail

LA VISIBILITÉ NATURELLE DES ACTEURS DANS LE SECTEUR HÔTELIER PARISIEN http://www.referencement-vrdci.com

LA VISIBILITÉ NATURELLE DES ACTEURS DANS LE SECTEUR HÔTELIER PARISIEN http://www.referencement-vrdci.com Novembre 2013 LA VISIBILITÉ NATURELLE DES ACTEURS DANS LE SECTEUR HÔTELIER PARISIEN http://www.referencement-vrdci.com SITES AUDITÉS HÔTEL PARIS www.accorhotels.com www.bestwestern.fr www.booking.com www.campanile.com

Plus en détail

Les banques suisses 2013 Résultats des enquêtes de la Banque nationale suisse

Les banques suisses 2013 Résultats des enquêtes de la Banque nationale suisse Communiqué presse Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 19 juin 2014 Les banques suisses 2013 Résultats s enquêtes la Banque nationale suisse

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca Investissement étranger à la Bourse de Casablanca Juin 2014 Page 1 898 SYNTHESE En 2013, le nombre des investisseurs étrangers en actions cotées à la Bourse de Casablanca a enregistré une hausse ; il est

Plus en détail

L accueil comme priorité. Fréquentation des principaux sites touristiques en millions de visiteurs

L accueil comme priorité. Fréquentation des principaux sites touristiques en millions de visiteurs 27 millions de visiteurs, dont 7 millions d étrangers et 0 millions de Français 44 millions de visiteurs au total pour Paris et sa région Basilique du Sacré-Cœur de Montmartre Principales nationalités

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

Le Conseil d administration. L Article VI du Statut du PAM définit comme suit les fonctions du Conseil:

Le Conseil d administration. L Article VI du Statut du PAM définit comme suit les fonctions du Conseil: 1. L E C O N S E I L D A D M I N I S T R A T I O N E T S E S F O N C T I O N S 1er janvier 1996, suite à l adoption de résolutions parallèles par l Assemblée générale des Nations Unies et la Conférence

Plus en détail

BILAN ÉCONOMIQUE PRÊT-À-PORTER FÉMININ 1 ER SEMESTRE 2014

BILAN ÉCONOMIQUE PRÊT-À-PORTER FÉMININ 1 ER SEMESTRE 2014 BILAN ÉCONOMIQUE PRÊT-À-PORTER FÉMININ 1 ER SEMESTRE 2014 INTERVENANTS Daniel Wertel, Président de la Fédération Française du Prêt à Porter Féminin François-Marie Grau, Secrétaire Général de la Fédération

Plus en détail

Progression soutenue du chiffre d affaires au T1 2015 Croissance de 5,6% à données comparables. * * * HotelServices : +7,6% - HotelInvest : +4,8%

Progression soutenue du chiffre d affaires au T1 2015 Croissance de 5,6% à données comparables. * * * HotelServices : +7,6% - HotelInvest : +4,8% Communiqué de presse Paris, le 16 avril 2015 Progression soutenue du chiffre d affaires au Croissance de 5,6 à données comparables * * * HotelServices : +7,6 - HotelInvest : +4,8 L activité au 1 er trimestre

Plus en détail

Nouvelle Classification Europerformance. Règles de mapping - Ancien schéma versus nouveau schéma

Nouvelle Classification Europerformance. Règles de mapping - Ancien schéma versus nouveau schéma Nouvelle Classification Europerformance Règles de mapping - Ancien schéma versus nouveau schéma ANCIENNE CLASSIFICATION EUROPERFORMANCE NOUVELLE CLASSIFICATION EUROPERFORMANCE Famille Trésorerie Tresorerie

Plus en détail

Vue d ensemble sur le tourisme

Vue d ensemble sur le tourisme FICHES THÉMATIQUES 1.1 Vue d ensemble sur le tourisme Depuis 1945, le tourisme est l'un des secteurs qui se développent le plus rapidement. Conformément aux conventions internationales, les statistiques

Plus en détail

Fonds de secours des employés Demande de bourse

Fonds de secours des employés Demande de bourse Fonds de secours des employés Demande de bourse Le fonds de secours des employés de MeadWestvaco a été établi pour répondre aux besoins immédiats des employés éligibles pendant les premières semaines cruciales

Plus en détail

1 er trimestre 2014-2015 : Résultats en ligne avec les objectifs annuels

1 er trimestre 2014-2015 : Résultats en ligne avec les objectifs annuels COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 10 mars 2015 1 er trimestre : Résultats en ligne avec les objectifs annuels Solide croissance organique de 3,3% EBITDA en hausse de 1,5% Résultat net multiplié par 3,3 Perspectives

Plus en détail

Revue des Marchés. Charles Gagné 2015-04-16

Revue des Marchés. Charles Gagné 2015-04-16 9. Revue des Marchés Charles Gagné 2015-04-16 Les faits saillants 1. Inventaires de porcs aux É.-U. ( Hogs & Pigs) Croissance de 2 % du troupeau reproducteur 2. Baisse des exportations américaines Valeur

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/12/INF/4 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 3 OCTOBRE 2013 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Douzième session Genève, 18 21 novembre 2013 RÉSUMÉ DE L ÉTUDE SUR LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

Bienvenue dans votre FIBENligne

Bienvenue dans votre FIBENligne Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

TARIFS DE COURTAGE. OFFRE ZONEBOURSE.COM / INTERACTIVE BROKERS Au 7 juillet 2015

TARIFS DE COURTAGE. OFFRE ZONEBOURSE.COM / INTERACTIVE BROKERS Au 7 juillet 2015 TARIFS DE COURTAGE OFFRE ZONEBOURSE.COM / INTERACTIVE BROKERS Au 7 juillet 2015 La présente brochure a pour objet de vous présenter les principales conditions tarifaires appliquées aux services financiers

Plus en détail

Euronext simplifié (dérivés: level 1, actions: level 2) Pays-bas, France, Belgique 2,00 EUR 59,00 EUR

Euronext simplifié (dérivés: level 1, actions: level 2) Pays-bas, France, Belgique 2,00 EUR 59,00 EUR Cours en temps réel - Europe Euronext simplifié (dérivés: level 1, actions: level 2) -bas, France, Belgique 2,00 EUR 59,00 EUR Euronext total (dérivés: level 2, actions: level 2) -bas, France, Belgique

Plus en détail

Le commerce extérieur de la Suisse en 2013

Le commerce extérieur de la Suisse en 2013 Le commerce extérieur de la Suisse en 2013 Résumé L excédent commercial suisse affiche un nouveau record en 2013, à 26,6 Mds CHF (environ 4,5% du PIB). Recevant près de 55% des exportations suisses, l

Plus en détail

Le ver est dans le fruit Délais et retards de paiement, impayés et défaillances d entreprises : nos prévisions pour 2015

Le ver est dans le fruit Délais et retards de paiement, impayés et défaillances d entreprises : nos prévisions pour 2015 Les défaillances d entreprises dans le monde Le Bulletin Économique N 1211-1212 CE DOCUMENT est un extrait de notre Bulletin économique N 1211-1212 (octobre novembre 2014). Pour recevoir ce numéro et vous

Plus en détail

Conditions tarifaires

Conditions tarifaires Conditions tarifaires CFD-Contracts for Difference Octobre 2013 Conditions Tarifaires Vous trouverez ci-dessous les conditions tarifaires applicables à votre Compte de trading. Les termes, utilisés dans

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 211 15 1 5-5 -1-15 -2 - -3-35 21 22 23 24 26 27 28 29 21 211 Série dessaisonalisée

Plus en détail

CMC MARKETS UK PLC. Conditions Tarifaires CFDs. Plateforme Next Generation. Janvier 2015. RCS Paris: 525 225 918

CMC MARKETS UK PLC. Conditions Tarifaires CFDs. Plateforme Next Generation. Janvier 2015. RCS Paris: 525 225 918 CMC MARKETS UK PLC Conditions Tarifaires CFDs Plateforme Next Generation Janvier 2015 RCS Paris: 525 225 918 Société immatriculée en Angleterre sous le numéro 02448409 Société agréée et réglementée par

Plus en détail

DIVERSITÉ CULTURELLE JOURS FÉRIÉS Pour en savoir Plus, veuillez vous adresser à :

DIVERSITÉ CULTURELLE JOURS FÉRIÉS Pour en savoir Plus, veuillez vous adresser à : Le Manitoba en bref Le Manitoba : Province du Canada depuis 1870. Manitoba signifie «lieu où vit l Esprit» dans les langues des peuples autochtones de la province. Chef politique : Premier ministre (Greg

Plus en détail

Bilan statistique. Assemblée générale du 16 juin 2015 l Côte-d Or Tourisme. Pressmaster - Fotolia.com

Bilan statistique. Assemblée générale du 16 juin 2015 l Côte-d Or Tourisme. Pressmaster - Fotolia.com Bilan statistique Assemblée générale du 16 juin 2015 l Côte-d Or Tourisme Pressmaster - Fotolia.com Les principaux facteurs qui ont pu influer sur la fréquentation touristique en Côte-d Or en sont les

Plus en détail

TARIFICATION DES INSTRUMENTS FINANCIERS AU 01 JANVIER 2015

TARIFICATION DES INSTRUMENTS FINANCIERS AU 01 JANVIER 2015 TARIFICATION DES INSTRUMENTS FINANCIERS AU 01 JANVIER 2015 I. Organismes de Placements Collectifs 1. SICAV émises par la BCEE Sous réserve d exceptions éventuelles prévues dans le prospectus d émission,

Plus en détail

La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations

La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations par Robert Fluri et Robert Müller, Direction de la statistique, Banque nationale suisse, Zurich BNS 42

Plus en détail

Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi

Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi Améliorer la gouvernance des Services Publics d'emploi pour de meilleurs résultats sur l'emploi Congrès Mondial de l AMSEP Istanbul, 6 mai 2015 Sylvain Giguère, Directeur de la division LEED, OCDE Pourquoi

Plus en détail

L Observatoire officiel hôtelier & para-hôtelier du Grand Lyon réalisé pour le compte de la CCI de Lyon et du Grand Lyon

L Observatoire officiel hôtelier & para-hôtelier du Grand Lyon réalisé pour le compte de la CCI de Lyon et du Grand Lyon Les résultats du mois de février 2014 L Observatoire officiel hôtelier & para-hôtelier du Grand Lyon réalisé pour le compte de la CCI de Lyon et du Grand Lyon GRAND LYON, les performances de février 2014

Plus en détail

POURQUOI INVESTIR EN FRANCE

POURQUOI INVESTIR EN FRANCE POURQUOI INVESTIR EN FRANCE UN PAYS SITUÉ AU CŒUR DU MARCHÉ EUROPÉEN AVEC UNE PORTE D ACCÈS À LA ZONE EMEA 10 L ESSENTIEL EN POINTS 1 UNE PUISSANCE ÉCONOMIQUE DE RANG MONDIAL La France est la 2 e puissance

Plus en détail

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013 LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES 1. Facteurs structurels du ralentissement de la croissance dans les BRIC 2. Interdépendances commerciales entre les BRIC et le reste du monde Françoise Lemoine, Deniz

Plus en détail

Flavien Neuvy Responsable de L Observatoire Cetelem

Flavien Neuvy Responsable de L Observatoire Cetelem 1 Flavien Neuvy Responsable de L Observatoire Cetelem 2 Méthodologie Enquête réalisée par TNS Sofres : interrogation par Internet d échantillons représentatifs des populations nationales (18 ans et plus)

Plus en détail

Communiqué de Presse - 10 septembre 2009

Communiqué de Presse - 10 septembre 2009 Communiqué de Presse - 10 septembre 2009 L inauguration prochaine du nouveau Palais des Congrès (Square) repose la question de la diminution indispensable de la TVA dans l Horeca, particulièrement pour

Plus en détail

Perspectives économiques 2013-2014

Perspectives économiques 2013-2014 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2013-2014 L amélioration de l économie atténuée par l incertitude politique Prix du pétrole:

Plus en détail

8 COUTS DES ENTREPRISES. 8.1 Coût du capital. 8.2 L immobilier non résidentiel à Genève. 8.3 L immobilier non résidentiel en Europe

8 COUTS DES ENTREPRISES. 8.1 Coût du capital. 8.2 L immobilier non résidentiel à Genève. 8.3 L immobilier non résidentiel en Europe 8 COUTS DES ENTREPRISES 8.1 Coût du capital 8.2 L immobilier non résidentiel à Genève 8.3 L immobilier non résidentiel en Europe 8.4 Tarifs hôteliers COMPARAISONS INTERNATIONALES 13 ème EDITION 8.1 COUT

Plus en détail

Solution Citi pour les comptes de paiement internationaux (IPA) Activé pour la globalisation

Solution Citi pour les comptes de paiement internationaux (IPA) Activé pour la globalisation Solution Citi pour les comptes de paiement internationaux (IPA) Activé pour la globalisation Pour les sociétés multinationales qui opèrent dans différents marchés du monde, il est essentiel de pouvoir

Plus en détail

FISCALITÉ COMPARÉE : LA TRANSMISSION D ENTREPRISE. Master 223 Droit du patrimoine professionnel Université Paris Dauphine

FISCALITÉ COMPARÉE : LA TRANSMISSION D ENTREPRISE. Master 223 Droit du patrimoine professionnel Université Paris Dauphine FISCALITÉ COMPARÉE : LA TRANSMISSION D ENTREPRISE Master 223 Droit du patrimoine professionnel Université Paris Dauphine Clément DORNIER Caroline FERTÉ Audrey LEGRAND Marie-Anne MILAN 1 UN ÉVENTAIL DE

Plus en détail

EQUIPEMENT COMMERCIAL

EQUIPEMENT COMMERCIAL e > Offre globale Chiffres clés Vocation > Composition commerciale Les grandes enseignes Les magasins > Cartographies EQUIPEMENT COMMERCIAL OFFRE GLOBALE Chiffres-clés Nombre et surface GLA Départements

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 212 1 1 - -1-1 -2-2 -3-3 22 23 24 2 26 27 28 29 21 211 212 Série dessaisonalisée

Plus en détail

Antivirus : les Français, rois du gratuit, les Russes, rois du payant

Antivirus : les Français, rois du gratuit, les Russes, rois du payant Antivirus : les Français, rois du gratuit, les Russes, rois du payant La société allemande G Data Software, spécialisée dans les logiciels de sécurités (dont les antivirus), a publié il y a peu une étude

Plus en détail

Accor : une nouvelle dynamique

Accor : une nouvelle dynamique Communiqué de presse Paris, le 19 mai 2010 Accor : une nouvelle dynamique Accor devient un «pure player» hôtelier concentré sur : Son portefeuille de marques et ses clients Son métier d opérateur et de

Plus en détail

Activités et résultats 2011

Activités et résultats 2011 Activités et résultats rci en bref RCI Banque est la captive financière de l Alliance Renault Nissan et assure à ce titre le financement des ventes des marques Renault, Renault Samsung Motors (RSM), Dacia,

Plus en détail

2013 : une activité stable dans un environnement contrasté. Une rentabilité opérationnelle préservée.

2013 : une activité stable dans un environnement contrasté. Une rentabilité opérationnelle préservée. COMMUNIQUE DE PRESSE 6 décembre 2013 Résultats annuels 2013 2013 : une activité stable dans un environnement contrasté. Une rentabilité opérationnelle préservée. Volume d activité Villages stable à taux

Plus en détail

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Le

Plus en détail

Canada-Inde Profil et perspective

Canada-Inde Profil et perspective Canada-Inde Profil et perspective Mars 2009 0 L Inde et le Canada : un bref profil Vancouver Calgary Montréal Toronto INDE 3 287 263 km² 1,12 milliard 1 181 milliards $US 1 051 $US Source : Fiche d information

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

/// COMMUNIQUÉ DE PRESSE

/// COMMUNIQUÉ DE PRESSE 22 avril 2015 /// www.id-logistics.com /// COMMUNIQUÉ DE PRESSE Poursuite de la croissance au 1 er trimestre 2015 Chiffre d affaires de 214,3M en hausse de 6,1% (5,1% à données comparables) Croissance

Plus en détail

Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux

Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux 7 avril Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux La crise de 9 a eu des conséquences néfastes pour

Plus en détail

COMMENT COMMANDER? Par courrier. En ligne sur le site www.quae.com. Par fax. Par email

COMMENT COMMANDER? Par courrier. En ligne sur le site www.quae.com. Par fax. Par email COMMENT COMMANDER? Par courrier Adresser votre commande à l aide du bon de commande proposé en page 4 que vous aurez imprimé ou sur papier libre en mentionnant bien le titre de l ouvrage et la quantité

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

La fiscalité française source d attractivité pour les non-résidents propriétaires d une résidence secondaire?

La fiscalité française source d attractivité pour les non-résidents propriétaires d une résidence secondaire? Page 1 sur 5 Communiqué de presse Le 28 août 2014 6ème ÉDITION DE L OBSERVATOIRE BNP PARIBAS INTERNATIONAL BUYERS «Investing & Living abroad» 2014 La fiscalité française source d attractivité pour les

Plus en détail

Atlas économique de Paris 2013 du greffe du tribunal de commerce de Paris

Atlas économique de Paris 2013 du greffe du tribunal de commerce de Paris Atlas économique de Paris 213 du greffe du tribunal de commerce de Paris Sommaire INTRODUCTION... 3 PARTIE 1 PARIS DANS SA GLOBALITÉ... 4 GÉOGRAPHIE DES ENTREPRISES PARISIENNES... 5 DENSITÉ DES ENTREPRISES

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

E-commerce B2B en France : un secteur méconnu mais au fort potentiel de croissance

E-commerce B2B en France : un secteur méconnu mais au fort potentiel de croissance Bureau de Paris 18, boulevard Montmartre 75009 Paris Tel : (33) 1 42 77 76 17 Internet : www.sia-partners.com Paris Lyon Bruxelles Amsterdam Roma Milano Casablanca Dubaï New-York E-commerce B2B en France

Plus en détail

Commerce électronique et tourisme: Guide pratique pour les destinations et les entreprises

Commerce électronique et tourisme: Guide pratique pour les destinations et les entreprises Commerce électronique et tourisme: Guide pratique pour les destinations et les entreprises Septembre 2001 Commerce éléctronique et tourisme AVANT-PROPOS Pour toute destination touristique ou tout fournisseur

Plus en détail

Chiffre d affaires du premier trimestre 2015

Chiffre d affaires du premier trimestre 2015 Chiffre d affaires du premier trimestre 2015 Chiffre d affaires : 286,6 millions d euros, croissance organique de +4,0% Flux de trésorerie disponible : 31,9 millions d euros, en progression de +10,4% Croissance

Plus en détail

Logement aux frais du membre du personnel 3,82 EUR 19,22 EUR 43,78 EUR 23,04 EUR

Logement aux frais du membre du personnel 3,82 EUR 19,22 EUR 43,78 EUR 23,04 EUR boulevard du Souverain 280-1160 Bruxelles - Belgique T +32 2 761 46 00 F +32 2 761 47 00 info@claeysengels.be Avocats Date : Août 2015 Sujet : Les frais de séjour (missions) en Belgique et à l étranger

Plus en détail

125 700 m² LE MARCHÉ LOCATIF - 3T 2014 LA DÉFENSE. Demande placée. Taille des transactions 2010 2011 2012 2013 3T2014 2010 2011 2012 2013 3T2014

125 700 m² LE MARCHÉ LOCATIF - 3T 2014 LA DÉFENSE. Demande placée. Taille des transactions 2010 2011 2012 2013 3T2014 2010 2011 2012 2013 3T2014 LE MARCHÉ LOCATIF - 3T 2014 LA DÉFENSE Demande placée 125 700 m² +41% : confirme son retour en grâce sur le marché locatif, en dépit d un 3 ème trimestre 2014 beaucoup moins flamboyant que le précédent,

Plus en détail

BILAN DES ACTIONS OPERATIONNELLES MARKETING 2ème TRIMESTRE 2011

BILAN DES ACTIONS OPERATIONNELLES MARKETING 2ème TRIMESTRE 2011 BILAN DES ACTIONS OPERATIONNELLES MARKETING 2ème TRIMESTRE 2011 En Tourisme de Loisirs comme en Affaires, de nombreux démarchages ont eu lieu, au cours du 2 ème trimestre, en France ainsi que sur les marchés

Plus en détail

Présentation Macro-économique. Mai 2013

Présentation Macro-économique. Mai 2013 Présentation Macro-économique Mai 2013 1 Rendement réel des grandes catégories d actifs Janvier 2013 : le «sans risque» n était pas une option, il l est moins que jamais Rendement réel instantané 2,68%

Plus en détail

La publication, au second

La publication, au second Les entreprises industrielles françaises de plus en plus impliquées dans les NTIC Malgré l adoption accélérée des différents outils des nouvelles technologies de l information et de la communication (NTIC)

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. 1 er TRIMESTRE 2015 : LA DYNAMIQUE DE CROISSANCE DES ACTIVITES COMMUNICATION & SHIPPING SOLUTIONS SE POURSUIT

COMMUNIQUÉ DE PRESSE. 1 er TRIMESTRE 2015 : LA DYNAMIQUE DE CROISSANCE DES ACTIVITES COMMUNICATION & SHIPPING SOLUTIONS SE POURSUIT CHIFFRE D AFFAIRES PREMIER TRIMESTRE 2015 1 er TRIMESTRE 2015 : LA DYNAMIQUE DE CROISSANCE DES ACTIVITES COMMUNICATION & SHIPPING SOLUTIONS SE POURSUIT Forte croissance du chiffre d affaires Communication

Plus en détail

les étudiants d assas au service des professionnels

les étudiants d assas au service des professionnels les étudiants d assas au service des professionnels 2 3 Présentation Générale Les avantages de l Association Pour les professionnels QUI SOMMES-NOUS? Assas Junior Conseil est une association à caractère

Plus en détail

2 analyses. Encadré 2.1 : Répartition géographique des investissements de portefeuille du luxembourg 106. bulletin bcl 2010 3 97

2 analyses. Encadré 2.1 : Répartition géographique des investissements de portefeuille du luxembourg 106. bulletin bcl 2010 3 97 analyses 2 2 analyses 1 La position extérieure globale du Luxembourg 98 1.1 Introduction 98 1.2 La position nette par catégorie d actifs : vue d ensemble 99 1.3 La position d investissements directs 11

Plus en détail

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 366 Novembre 2012 Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 OBRVATION ET STATISTIQU ÉNERG En 2011, le prix du gaz a augmenté dans tous

Plus en détail

Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 8 ème ÉDITION

Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 8 ème ÉDITION Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 8 ème ÉDITION S.M.A.R.T. Production 2004-2005 - Tous droits de reproduction réservés. Par les mêmes organisateurs : 40 ateliers gratuits sur

Plus en détail

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1 Affaires étrangè et Commerce International Canada Le Bureau de l économiste en chef Série de papiers analytiques L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada

Plus en détail

ORGANISATION DE l AVIATION CIVILE INTERNATIONALE BULLETIN D INFORMATION

ORGANISATION DE l AVIATION CIVILE INTERNATIONALE BULLETIN D INFORMATION ORGANISATION DE l AVIATION CIVILE INTERNATIONALE Séminaire de l OACI sur la transition de l AIS à l AIM de la région AFI: Phase 1 à 3 (Dakar, Sénégal, 25-26 novembre 2013). 1. Lieu du séminaire BULLETIN

Plus en détail

Observatoire des Investissements Internationaux dans les 2015 Principales Métropoles Mondiales 2011

Observatoire des Investissements Internationaux dans les 2015 Principales Métropoles Mondiales 2011 Observatoire des Investissements Internationaux dans les 2015 Principales Métropoles Mondiales 2011 Présentation à la Presse 14 avril L édition 2015 de l Observatoire L Edition 2015 est la 6ème édition

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARI GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 461 Novembre 2013 Prix du gaz et de l électricité en France et dans l Union européenne en 2012 OBRVION ET STISTIQU ÉNERG En 2012, le prix du gaz a augmenté

Plus en détail

COMPRENDRE, EVALUER ET PREVENIR LE RISQUE DE CORRUPTION

COMPRENDRE, EVALUER ET PREVENIR LE RISQUE DE CORRUPTION COMPRENDRE, EVALUER ET PREVENIR LE RISQUE DE CORRUPTION Philippe Montigny, Président, ETHIC Intelligence EIFR Paris, le 3 juillet 2013 1 Le monde a changé La responsabilité d une entreprise peut être engagée

Plus en détail

INDICE CPQ-LÉGER MARKETING DE CONFIANCE DANS L ÉCONOMIE QUÉBÉCOISE

INDICE CPQ-LÉGER MARKETING DE CONFIANCE DANS L ÉCONOMIE QUÉBÉCOISE INDICE CPQ-LÉGER MARKETING DE CONFIANCE DANS L ÉCONOMIE QUÉBÉCOISE Juin 2003 Constats L indice CPQ-Léger Marketing de confiance des consommateurs et des entreprises dans l économie québécoise enregistre

Plus en détail

économi ue Les annonces de suppressions et de créations/maintiens de postes entre janvier et décembre 2013 indreet-loire

économi ue Les annonces de suppressions et de créations/maintiens de postes entre janvier et décembre 2013 indreet-loire tableau de bord économi ue n#40# FÉVRIER 2014 Période de référence : Septembre - Décembre 2013 DE LA RÉGION CENTRE Cinq années après le début de la crise, l économie européenne semble reprendre des couleurs.

Plus en détail

Estimations des résultats consolidés du premier semestre clos le 31 mars 2014 Évaluation de l option de vente Áreas

Estimations des résultats consolidés du premier semestre clos le 31 mars 2014 Évaluation de l option de vente Áreas C O M M U N I Q U É D E P R E S S E Paris, le 9 mai 2014 Estimations des résultats consolidés du premier semestre clos le 31 mars 2014 Évaluation de l option de vente Áreas 1. Estimations des résultats

Plus en détail

Estimations définitives des prix pour les bobines d acier laminé à chaud européens, reconnues par le secteur

Estimations définitives des prix pour les bobines d acier laminé à chaud européens, reconnues par le secteur Estimations définitives des prix pour les bobines d acier laminé à chaud européens, reconnues par le secteur Marchés concernés Rejoignez la tendance Si vous êtes activement impliqué sur le marché des tôles

Plus en détail

Aperçu des prix des opérations de placement. Édition de janvier 2015

Aperçu des prix des opérations de placement. Édition de janvier 2015 Aperçu des prix des opérations de placement Édition de janvier 2015 2 Aperçu des prix des opérations de placement Remarques générales Remarques générales Votre conseiller/conseillère à la clientèle vous

Plus en détail

LISTE DES HOTELS. Absolute Paris ( Auberge de jeunesse)

LISTE DES HOTELS. Absolute Paris ( Auberge de jeunesse) LISTE DES HOTELS Absolute Paris ( Auberge de jeunesse) 1, rue de la Fontaine au Roi Site internet : www.absolute-paris.com E-mail : bonjour@absolute-paris.com tel : 01 47 00 47 00 fax : 01 47 00 47 02

Plus en détail

Jean-Daniel Borboën Xuan Champrenaud CALCULS ÉCONOMIQUES. Volume 1

Jean-Daniel Borboën Xuan Champrenaud CALCULS ÉCONOMIQUES. Volume 1 Jean-Daniel Borboën Xuan Champrenaud CALCULS ÉCONOMIQUES Volume 1 6 1.1 LES CHANGES EN SUISSE ET À L ÉTRANGER 1.1 Les changes en Suisse et à l étranger Introduction Chaque pays possède sa propre monnaie

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

Présentation Altran. Octobre 2008

Présentation Altran. Octobre 2008 Présentation Altran Octobre 2008 Le Groupe Altran: identité Pionnier du conseil en innovation technologique Leader en Europe Créé en 1982, soit plus de 25 années d expertise dans le domaine du conseil

Plus en détail

BASE DE DONNEES - MONDE

BASE DE DONNEES - MONDE BASE DE DONNEES - MONDE SOMMAIRE Partie I Monnaies Partie II Epargne/Finances Partie III Démographie Partie IV Finances publiques Partie V Matières premières Partie I - Monnaies Cours de change euro/dollar

Plus en détail

Comment régler vos dépenses à l étranger?

Comment régler vos dépenses à l étranger? 007 www.lesclesdelabanque.com Le site d informations pratiques sur la banque et l argent Comment régler vos dépenses à l étranger? LES MINI-GUIDES BANCAIRES FBF - 18 rue La Fayette - 75009 Paris cles@fbf.fr

Plus en détail

Des TIC de plus en plus diversifiées dans les entreprises

Des TIC de plus en plus diversifiées dans les entreprises Des TIC de plus en plus diversifiées dans les entreprises Sonia Besnard, Pascale Chevalier, Patrice Victor, Insee Pays de la Loire Danièle Guillemot, Yusuf Kocoglu, Centre d études de l emploi En France,

Plus en détail

1. La production d électricité dans le monde : perspectives générales

1. La production d électricité dans le monde : perspectives générales Quinzième inventaire Édition 2013 La production d électricité d origine renouvelable dans le monde Collection chiffres et statistiques Cet inventaire a été réalisé par Observ ER et la Fondation Énergies

Plus en détail

Image de la carte bancaire auprès des porteurs - France

Image de la carte bancaire auprès des porteurs - France Image de la carte bancaire auprès des porteurs - France Rapport d étude 7 novembre 2005 Contacts TNS SOFRES : Florence de MARIEN 01.40.92.45.59 Benjamine DUROUCHOUX 01.40.92.45.14 BDX R_42GV07_01 Département

Plus en détail

le taxi partagé, lance Dossier de Presse le bon plan pour se rendre aux aéroports parisiens Réservation wecab.com - 01 41 27 66 77 15 mai 2012

le taxi partagé, lance Dossier de Presse le bon plan pour se rendre aux aéroports parisiens Réservation wecab.com - 01 41 27 66 77 15 mai 2012 Dossier de Presse 15 mai 2012 lance le taxi partagé, le bon plan pour se rendre aux aéroports parisiens Réservation wecab.com - 01 41 27 66 77 CONTACTS PRESSE Communication & Cie - 01 46 67 13 23 Martine

Plus en détail

La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai

La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai 25-5-27 29-5-26 Liens: NBB.Stat Information générale Enquête mensuelle de conjoncture auprès des entreprises - mai 25 La confiance des chefs d entreprise continue de se renforcer en mai Le baromètre de

Plus en détail

Observatoire de la Démographie

Observatoire de la Démographie - INSTITUT MONÉGASQUE DE LA STATISTIQUE ET DES ÉTUDES ÉCONOMIQUES Observatoire de la Démographie Données 2013 Publication 2014 - 2 - 1 INTRODUCTION...5 1.1 CONTEXTE DE REALISATION ET SPECIFICITES...5 1.2

Plus en détail