Les fondements de la réussite d un projet de veille stratégique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les fondements de la réussite d un projet de veille stratégique"

Transcription

1 Les fondements de la réussite d un projet de veille stratégique Yann GUILAIN (DIGIMIND, 12, rue Ampère BP267, Grenoble Cedex 01) Mots clefs : veille stratégique, intelligence économique, décision stratégique, intelligence collective, veille technologique, veille concurrentielle, veille commerciale, projet de veille, dispositif de veille, conduite du changement, enjeux organisationnels Keywords: competitive intelligence, strategic decision, collective intelligence, technological watch, commercial intelligence, CI project, CI team, change management, organizational stakes Palabras clave : inteligencia competitiva, decisión estratégica, inteligencia colectiva, inteligencia tecnológica, proyecto del inteligencia competitiva, equipo del inteligencia competitiva, cambie a gerencia, estacas de organización Résumé Les organisations évoluent dans un environnement de plus en plus instable. Dans ce contexte, elles doivent être capables de détecter les événements pouvant avoir un impact sur leur activité. Cette capacité passe par la mise en place de dispositifs de veille dont la réussite dépend pour la grande majorité d enjeux organisationnels et managériaux, soutenus par un système d information adapté. Premier enjeu : la veille doit s inscrire au cœur de la stratégie de l entreprise et être soutenue par le top management, qui mobilisera les ressources nécessaires et motivera l implication des participants. Deuxième enjeu : les projets de veille doivent être animés en continu et «facilités» par un système d information adapté. Pratique transversale par essence, la veille s organise et s anime avec des techniques de conduite du changement, et s appuie sur un système de veille adapté finement aux contraintes organisationnelles de l entreprise. Troisième enjeu : le déploiement d un dispositif de veille s inscrit dans le temps. Suivant la maturité de l entreprise en terme de veille stratégique, sa culture de gestion de l information, et son système d information, la mise en place de dispositifs de veille prendra plus ou moins de temps. La politique des «petits pas», avec la mise en place de projets pilotes et la validation d étapes clés, apporte de bien meilleures chances de réussite.

2 1 Introduction La mondialisation des marchés, la déréglementation, l'accélération des innovations technologiques, concourent à complexifier l'environnement économique des organisations. Dans ce contexte à hauts risques, celles-ci doivent être capables de détecter les événements pouvant avoir un impact sur leur activité afin de prendre des décisions stratégiques et tactiques rapides, basées sur des informations fiables et à forte valeur ajoutée. La veille répond à cet enjeu majeur en permettant à l'entreprise de développer son intelligence collective à travers un processus de surveillance, collecte, analyse et diffusion aux décideurs d'informations à caractère stratégique. Quel que soit le type de veille (veille technologique, veille concurrentielle, commerciale), ce processus vise à garantir à l'entreprise son avantage compétitif, en lui permettant par exemple de détecter des opportunités du marché ou d'anticiper des menaces de concurrents. La mise en œuvre d'un processus de veille, comme tout changement des habitudes de fonctionnement d une organisation, soulève néanmoins des freins qu il convient de gérer en amont. L objet de cette communication est de détailler les trois principaux enjeux rencontrés dans la mise en place de projets de veille par l équipe Consulting de Digimind, qui a mené à bien le déploiement d une vingtaine de dispositifs de veille nationaux et internationaux s appuyant sur sa plateforme intégrée de veille Digimind Evolution. Ces trois enjeux sont avant tout organisationnels : - la veille s'inscrit au cœur de la stratégie, - la veille s'appuie sur un management et des outils adaptés, - la veille fait évoluer l'organisation et la culture d'entreprise. 2 Le projet de veille «au cœur» de la stratégie Nous rencontrons fréquemment des entreprises qui ont essayé sans succès de mettre en place un processus de veille. Les principales raisons étaient organisationnelles: la dynamique était retombée "comme un soufflet" après plusieurs semaines et la veille était considérée comme un projet " en plus " pour lequel les personnes n'avaient pas de temps disponible. Dans d autres cas, le management avait du même imposer à ses collaborateurs de «livrer» chaque mois des rapports. Résultat : la veille était effectuée de manière «scolaire», le management ayant intéressé les membres des projets sur des bases uniquement quantitatives. Ceux-ci rendaient leur copie chaque mois sur des sujets n ayant parfois aucun rapport avec l identification de risques et potentiels, et encore moins avec la stratégie de l entreprise. Or loin d'être une activité périphérique, la veille est le «système sensoriel» de la stratégie : elle s'inscrit pleinement dans les objectifs stratégiques de l'entreprise et les irriguent de signaux indispensables à leur application tactique et opérationnelle. En conséquence, elle nécessite d'obtenir une implication des décideurs au plus haut niveau. Celle-ci passe par : - une communication claire sur les enjeux stratégiques de la veille ; - la validation des choix organisationnels sur le projet ; - la mobilisation de ressources internes et externes nécessaires ;

3 - et l implication concrète du management via une participation à des points de pilotage ou à des feed-back réguliers. 2.1 Implication du management Cette implication au plus haut niveau est essentielle pour des raisons de positionnement, de validation et de motivation : - Positionnement : nous l avons dit, le projet de veille s inscrit dans la stratégie groupe, et donc il concerne directement les postes stratégiques occupés par les décideurs. Les directeurs sont ici les premiers clients internes à satisfaire, et ils seront les premiers juges du niveau de retour sur investissement. A ce titre, il est profitable d expliquer la démarche dès le départ aux directeurs clients et de leur faire valider les choix de projet afin qu ils soient partie prenante des résultats obtenus, et non pas simple clients externes au projet. - Validation : pour les membres de l équipe projet, l organisation de travail est soumise à quelques changements : fonctionnement en réseau, nouvelles réunions, nouvelle application logicielle, nouveau rapport à l information, redéfinition de certaines missions etc. A ce niveau il est bon que les directeurs concernés valident de manière claire et officielle ces changements annoncés. Fort de cette validation hiérarchique les personnes ne perçoivent plus le projet comme un surplus d activité mais bien comme une évolution de poste, une nouvelle manière de travailler. Cette validation des directeurs s inscrit dans un accompagnement global du changement pour chacun des membres du projet sur lequel nous reviendrons plus tard. - Motivation : en tant que clients internes les directeurs sont des membres à part entière du projet. A ce titre, la participation de ces derniers, quel qu en soit la forme (feedbacks, réunions, comités de pilotage etc.), est perçu comme un réel engagement par les veilleurs de l équipe. Cette perception a un impact fort sur la motivation du groupe. Comment amenons-nous les décideurs à s impliquer sur les projets de veille? Via des entretiens «d implication» ciblés : - Après une brève présentation de la société prestataire de services et de l historique du projet depuis le départ, la première étape (10 min) consiste à faire s exprimer le directeur sur son activité, ses missions et son parcours personnel. - La seconde étape consiste à faire exprimer le directeur sur la stratégie : nous demandons quelle est sa vision de la veille dans l entreprise, des questions de stratégie en général et de ce projet en particuliers. Il s agit là d un moment privilégié pour entendre de la part des interlocuteurs, et dans la discrétion d un échange avec une personne externe, leur sentiment réel sur la manière de traiter les questions de prospective et de stratégie au sein de l entreprise. Dans le cas qui nous intéresse ici, cette étape a permis de montrer que chacun des directeurs avait une forte maturité sur ces questions et une bonne vision des enjeux sur les années à venir. L expérience montre qu il s agit là d une caractéristique du secteur pharmaceutique, qui évolue dans un environnement de marché très tendu. Notons au passage que cette bonne vision stratégique n est pas un acquis du fait que l on s adresse à des directeurs. Il est des secteurs ou de hauts responsables n en sont pas du tout à ce niveau.

4 Parallèlement, les différents directeurs interrogés ont aussi mis en évidence le fait qu il n existait pas à proprement parler de culture de partage de l information en interne. Chacun des collaborateurs subit une pression assez forte et peu d entre eux consacre du temps à créer des synergies internes peu rentables à première vue, alors même qu elles pourraient être des facteurs-clés de réussite. - Une fois ce bilan réalisé, la troisième étape de l entretien consiste à motiver notre interlocuteur. Pour cela nous commençons par positionner notre discours dans ce qui l intéresse réellement. Ainsi nous lui expliquons que notre approche est de positionner le projet de veille au cœur de la stratégie de l entreprise : faire en sorte que la veille alimente la stratégie au quotidien, la définisse, la modèle. Puis nous lui demandons quelles sont les questions réellement stratégiques à ses yeux à ce jour pour l entreprise? Quels sont les sujets, les thématiques incontournables à traiter pour faire réussir l entreprise. Chacun des directeurs exprime alors son point de vue sur les enjeux-clés de l entreprise et ce qu il lui semble stratégique de traiter à court terme. C est à ce stade que nous proposons d inscrire au cahier des charges du projet de veille l atteinte de ces objectifs. - La quatrième étape consiste enfin à formaliser avec le directeur la manière de travailler avec lui. Nous avons ainsi défini plus précisément : o La forme que pourraient prendre les «outputs», les livrables produits à son intention par l équipe de veille et la solution logicielle. o Les modalités de sa participation au projet : petits briefings informels chaque lundi matin, comité de pilotage ou encore communication via mail et téléphone. C est à ce moment là que nous expliquons à notre interlocuteur l importance de respecter ces règles du jeu de participation, afin qu il soit bien perçu comme impliqué et qu il joue un rôle motivant pour les autres membres de l équipe. La solution retenue ici fut un comité de pilotage avec l animateur du projet et le consultant externe pour deux des trois directeurs, et un point hebdomadaire de 15 minutes pour le troisième. Il est important d obtenir en fin de rencontre la validation de cet engagement, sous forme d un accord verbal clair afin de : Responsabiliser le directeur rencontré. Avoir des éléments tangibles de l implication du directeur pour les autres membres du projet. Pour l anecdote, le seul fait d annoncer ensuite à l animateur projet que ces différents directeurs s engagent bel et bien sur le projet, de manière organisée, a eu un effet de motivation très important pour ce responsable qui s est senti soutenu dans sa démarche. 2.2 Structure de pilotage stratégique Un autre élément-clé est de mettre en place une structure de pilotage stratégique du projet de veille. Par exemple, jusqu alors chez un de nos clients, la veille souffrait d un manque de pilotage stratégique. Seule une séance de «Wargame» avait permis l émergence d analyses et un début de prise de décision opérationnelles. Cette formule de pilotage a un intérêt fort : l ensemble de la Team est présente et se met «en situation» pour éprouver différents scénarios d attaques permettant de définir ensemble des tactiques et stratégies de contre attaques. A ce titre, le Wargame a sa place dans le dispositif de pilotage stratégique. Mais il manque cependant un organe plus réduit pouvant analyser de manière plus régulière et réactive les résultats de la veille réalisée par l ensemble de l équipe missionnée. La mission de pilotage de cet organe consiste à :

5 - Analyser les informations de veille stratégique - A tirer les conséquences opérationnelles adéquates pour le lancement du produit qui faisait l objet d une veille. - A redéfinir ou prioriser autrement les axes et thèmes surveillés en fonction des résultats de l analyse ou d informations stratégiques externes. Etant donné les missions du comité d analyse stratégique du projet de veille, il faut que ses membres soient à même : d analyser le résultat des informations, de prendre des décisions opérationnelles, et d être en contact avec les informations stratégiques externes au projet. Les membres du comité doivent donc avoir un profil de décideurs sur le projet, mais aussi être en lien avec les décisions opérationnelles de l entreprise afin que les décisions d actions soient suivies d effets. Ce qui nous amènent au troisième point important : coordonner, relier concrètement les processus du projet de veille aux processus de définition de la stratégie en interne pour que les résultats de la veille puisse façonner, définir le contenu de la stratégie. Dans le cas de notre client, nous avons donc rencontré et audité le directeur de la stratégie afin de décrire avec lui le processus de création du plan stratégique. En l occurrence, plusieurs équipes, une par direction, se réunissent en mars et en mai de chaque année pour produire ensemble des propositions de plan stratégique étudiées une première fois en juin et une seconde en septembre, pour aboutir enfin au plan finalisé en octobre. Nous avons donc fait en sorte que les comités d analyse du projet de veille rassemblent les membres de ces équipes, et qu en fait les réunions de préparation de mars et de mai soient en partie consacrées à la prise de décisions stratégiques à partir des analyses des informations de veille. Par ailleurs, nous avons planifié la date des wargames à venir en février et en avril afin d injecter les conclusions des wargames dans les propositions à l ordre du jour des réunions de préparation du plan de mars et de juin. 3 L organisation et l animation du projet Deuxième facteur-clé de succès, souvent sous-estimé par les entreprises: l'animation du processus de veille et l organisation de la «team veille». 3.1 Animation du processus de veille Pratique transversale par essence, la veille fait collaborer des départements et des niveaux hiérarchiques qui n ont pas l habitude de communiquer. Ce fonctionnement en réseau et projets transversaux provoque des résistances naturelles qu un outil seul ne peut parvenir à assouplir : les managers de projets de veille ont un rôle clé dans leur réussite. Le manager du projet de veille doit disposer tout autant de compétences organisationnelles, managériales et métiers, avec des missions pouvant être partagées entre une personne en interne et un consultant externe. Compétences organisationnelles et managériales : Les missions de l'animateur sont principalement des missions de management, de coaching et d'aide à l'analyse : Le management commence dès la sélection des membres du réseau de veille. Cette constitution d'équipe doit pouvoir se faire de manière individualisée, ouverte, et en montrant bien aux membres participants les bénéfices qu'ils auront à participer à ce projet. Le management passe ensuite par l'organisation et la planification des différentes étapes, tâches, réunions liées au projet.

6 Enfin, l'animateur doit apporter des compétences et consacrer du temps à l'organisation des phases d'analyse des informations durant le projet. Une des raisons classiques d'un projet qui " retombe " au bout de quelques semaines, est l'absence d'exploitation régulière et systématique des informations pour en dégager la valeur ajoutée. Compétences métiers : Loin de devoir être un expert dans les différents métiers de l entreprise, le manager du projet de veille doit néanmoins disposer d une culture métier forte et d une bonne connaissance de la stratégie de l entreprise. C est pourquoi des Market/Business analysts ou des documentalistes expérimentées, éventuellement coachés par un consultant pour l organisation du dispositif, sont souvent de bons candidats au poste de Manager de Projets de veille. Ces différentes démarches sont soutenues par l'outil logiciel qui va automatiser les tâches chronophages à faible valeur ajoutée. Il s'agit par exemple de la surveillance automatisée de centaines de sources électroniques via un outil de monitoring, de la facilitation de la remontée des informations terrains, du partage et de l'analyse collaborative des alertes collectées, et de la diffusion automatique des informations stratégiques à forte valeur ajoutée via mail ou intranet, ou enfin de la génération de rapports papier ou intranets pré-formatés en quelques clics de souris. A certains outils complexes nécessitant la mobilisation de ressources techniques internes supplémentaires, on préférera une plateforme ouverte et évolutive, simple à paramétrer. En effet, nous avons rencontré plusieurs cas où l entreprise avait investi des sommes importantes dans la mise en place d un outil technique avancé, spécialisé sur un traitement spécifique de l information (métamoteur de recherche et collecte, text-mining, cartographie, ), en sous-estimant les ressources techniques inhérentes à mobiliser en interne, et sans disposer de l organisation adaptée pour traiter le workflow complet de veille. A chaque fois, le résultat a été l abandon du projet, après plusieurs millions d euros investis vainement, et sans compter une résistance au changement plus forte résultant de ce premier échec. Face à cette approche de la «boite noire magique» sensée faire la veille à elle toute seule, nous militons pour le déploiement d un processus harmonieux de veille, couvrant l intégralité du workflow depuis la surveillance jusqu à la diffusion ciblée, en passant par l analyse collaborative, et faisant appel, si le besoin est réel, à des traitements spécifiques toujours orientés livrables décisionnels. Un projet réussi de veille se caractérise ainsi par un bon équilibre entre des activités humaines de management et d'analyses à forte valeur ajoutée, et un système d information adapté finement aux contraintes organisationnelles et enjeux stratégiques de l entreprise. Un projet de veille stratégique soulève des enjeux des enjeux stratégiques auxquels il faut d abord sensibiliser l animateur de l équipe de veille. Ces enjeux sont de trois ordres : vis à vis du poste même du porteur de projet, vis à vis de la stratégie de l entreprise, et vis à vis de l animateur joué dans l équipe projet. - A titre personnel le responsable d un projet de veille joue une carte professionnelle importante car très exposée dans l entreprise. En effet, même si un tel projet peut démarrer en douceur en impliquant peu de personnes au départ, il demeure de toute façon très visible puisque les décideurs-clés de l entreprise sont sensibilisés et impliqués dès le début. Il est donc important que le responsable du projet ai une vision claire de ses objectifs personnels dans l entreprise afin que le projet de veille puisse être au mieux une opportunité d évaluation personnelle, ou tout au moins lui garantir une évaluation juste de son activité en fixant clairement le périmètre et les limites du projet.

7 - Le projet de veille est positionné au cœur de la stratégie de l entreprise. A ce titre, les enjeux soulevés sont importants : une telle position génère de la pression, mais aussi des opportunités en termes de ressources et de moyens pour la mise en œuvre opérationnelle. - Enfin, l animateur est aussi un «chef de projet» avec ses enjeux propres : vérifier la présence des moyens, la suffisance des ressources pour faire face au charges, ou encore la disponibilité de tous les éléments d information pour réaliser une planification réaliste. Pour finir, l un des enjeux du chef de projet est la réussite de l animation de l équipe-projet : Au départ du projet, il s agit de sensibiliser l animateur au management qu il faut mettre en place, et à la nécessité par exemple de l accompagnement de consultants externes pour garantir la réussite de l animation, véritable clef de voûte de tout projet de veille. Lorsque l entreprise a missionné officiellement une personne pour conduire le projet de veille, la première mission de Digimind va consister à «investir» une seconde fois cette personne de la mission, en insistant sur les enjeux liés au projet. L objectif étant : - de valider que cette personne sera à même d assumer pleinement cette responsabilité. - d être certain que le porteur du projet à bien connaissance et conscience de son rôle stratégique dans le projet. - de préparer le chef de projet à son rôle d animateur, de fédérateur d énergies autour des enjeux du projet. En ce qui concerne la capacité à assumer la conduite du projet, nous validons que notre interlocuteur a les qualités essentielles à la réussite de la mission : - plusieurs missions stratégiques menées dans le passé. - vision pragmatique et opérationnelle sans mythes de veille idéale à l esprit. - bonne sensibilisation à la démarche de veille stratégique via quelques formations continues ponctuelles. - capacité à bien s entourer et à déléguer l activité. Au delà de ces qualités personnelles du chef de projet et de l accompagnement adapté, revenons plus en détail sur la fonction animation. Cette tâche est bien souvent sous-estimée par les entreprises initiant une telle démarche. S'il est un poste pour lequel il faut prévoir les ressources nécessaires, c'est bien celui d'animateur. Dans l'idéal, ce poste peut-être partagé entre une personne en interne et un consultant externe. Les missions de l'animateur sont principalement des missions : - de management - de coaching - d'aide à l'analyse Le management d'équipe commence dès la sélection des membres du réseau de veille. Cette constitution d'équipe doit pouvoir se faire de manière individualisée, ouverte, et en montrant bien aux membres participants les bénéfices qu'ils auront à participer à ce projet. Ensuite, le management passe par l'organisation et la planification des différentes étapes, tâches, réunions liées au projet. Cette démarche s'accompagne également d'un coaching personnalisé des veilleurs : aide à l'utilisation des outils logiciels, écoute de chacun dans les obstacles rencontrés ou encore encouragements divers. C est à ce niveau que l animateur joue un rôle essentielle dans la motivation des veilleurs. A chacune de nos interventions en entreprise, nous avons constaté que, quelle que soit la taille ou le domaine d activité, la motivation des personnes engagées dans un projet de veille apparaît comme le sujet le plus difficile à maîtriser par les managers et en particuliers par l animateur du projet. La motivation désigne l ensemble des forces conscientes et inconscientes qui vont déterminer la participation active des personnes à la veille. Et l animateur joue un rôle clé dans ce processus.

8 3.2 A propos de la sélection des membres de la team veille Tout d'abord, le nombre de veilleurs sélectionnés au départ ne doit pas être trop élevé: les personnes n'étant pas familières de l'environnement informatique, un temps de formation, de sensibilisation, et d'apprivoisement est donc à prévoir. Pour un projet-pilote programmé sur une durée de trois mois, le nombre de personnes impliquées ne doit donc pas dépasser la quinzaine. Néanmoins, on constate toujours qu il n'existe pas de recette standard de sélection des traqueurs pour assurer la réussite d'un projet pilote de veille. Cependant, certains principes structurants peuvent être retenus : Le nombre de veilleurs à sélectionner dépend de leur profil. Plus les métier des traqueurs sont différents, plus le travail de coordination sera important et donc plus le nombre de personnes impliquées sera à limiter. Il faut donc favoriser la transversalité des profils, des zones géographique et des niveaux hiérarchiques sans entraver la coordination du projet pilote. Un bon veilleur est une personne susceptible d'apporter des réponses pertinentes à une problématique de veille stratégique pour l'entreprise. Dans le cadre d'un projet-pilote, il faut donc sélectionner uniquement ces personnes, quitte, plus tard, à intégrer progressivement des profils complémentaires par "effet boule de neige". Un bon veilleur est un veilleur motivé. Les "leviers" de motivations sont nombreux et propres à chaque entreprise ( la rémunération pour les uns, la valorisation pour les autres ou encore tout simplement la curiosité naturelle). Il subsiste néanmoins des principes communs selon lesquels la veille doit apporter une valeur ajoutée individuelle à chacun des membres de l équipe, elle ne doit pas représenter une surcharge de travail, et elle doit pouvoir s'intégrer naturellement dans les "manières de faire" de chacun. A contrario, les pièges classiques à éviter sont : - Lancer un projet-pilote intégrant l'ensemble des employés en supposant que plus les traqueurs sont nombreux plus le nombre d'informations stratégiques le sera. - Confier la veille au service documentation en supposant a priori qu'ils seront les seuls et les mieux placés pour apporter des informations stratégiques. - Faire du projet de veille l'occasion d'augmenter les charges, de donner de nouvelles missions, et de changer les façons de travailler (passage à l'informatique etc.) ce qui fait beaucoup pour un seul projet (!). Au delà de cette simple conception de réseau, nous avons validé avec chacun des membres de la team son intérêt personnel à participer à ce projet. Pour cela, nous avons mis en place une procédure qualité de participation au projet sous le titre de «contrat client-fournisseur». Cette procédure consiste à faire exprimer les membres du projet de veille sur leur besoins personnels en informations stratégique. Les membres du comité de pilotage formalisent ensuite ces besoins dans une fiche dédiée qui est validée par les membres du réseau de veille et qui sert de référence pour les évaluations régulières de la veille. Nous présentons ci-dessous un exemple de cette fiche pour un visiteur médical participant au projet Mais la seule validation des décideurs ne suffit pas à enraciner un projet de veille : cela passe aussi par un accompagnement fin du changement auprès de chaque membre de l'équipe et par un bonne utilisation des méthodes et outils disponibles.

9 3.3 Aide à l analyse Enfin, l'animateur doit apporter des compétences et consacrer du temps à l'organisation des phases d'analyse des informations durant le projet. Une des raisons classiques d'un projet qui «retombe» au bout de quelques semaines, est l'absence d'exploitation régulière et systématique des informations pour en dégager la valeur ajoutée. Après les phases de collecte et de synthèse des informations, le processus de veille stratégique passe donc par une phase de traitement et d analyse indispensable à la prise de décision. Pour accompagner cette phase de manière efficace, l approche Digimind consiste à construire les supports d analyse et de traitement en amont, avant même la phase de collecte d informations. En effet, cette démarche permet de se focaliser sur les objectifs opérationnels de la veille et donc de concentrer les efforts de recherche d informations sur les données réellement utiles. La première étape est l identification des besoins : elle consiste à faire exprimer les objectifs opérationnels des clients internes et identifier quelles sont les décisions nécessaires pour l atteinte de ces objectifs. Exemple : je suis directeur marketing de mon laboratoire pour l Angleterre, mon objectif est de concevoir les meilleurs outils, arguments et évènements pour soutenir l activité des ventes. J ai pour objectif de planifier au mieux nos propres évènement sur l année à venir ainsi que de réaliser un ciblage adapté des leaders d opinion invités. Ensuite la démarche consiste à définir les livrables adaptés (format / fréquence) pour la prise des décisions exprimées. Exemple : j ai besoin d avoir une vision claire des évènements parrainés ou organisés par nos concurrents au niveau local, de savoir qui intervient, qui est invité et qui répond positivement aux invitations. Le tout pourrait être idéalement présenté sous la forme d un «tableau calendrier» avec un positionnement des évènements en ligne, et le nom des invités et intervenants en colonne. L idée serait ainsi d avoir un chiffrage et une vue qualitative des présents par évènement, ainsi qu une vision claire de la stratégie de chacune des personnes identifiées. Par ailleurs j ai également besoin du «profile» de chacun des évènements identifiés avec un certain nombre de champs renseignés (budget, concept de l animation, etc.). Nota : la notion de «livrables» doit être entendu au sens large : il peut s agir de productions physiques telles que des matrices, tableaux de bord, rapport d informations, ou encore des réunions ou ateliers (brainstorm, réunion créativité autour de différents scénarios simulés ou encore des wargames). Ces productions sont fondées sur des techniques d analyse traditionnelles type créativité, scénario planning, analyse concurrentielle (SWOT, 5 forces de Porter, matrice BCG), analyse de la demande ou de l offre (portefeuilles), cartographie de liens entre des personnes et des entreprises. Ce n est qu après cette première étape que l on peut définir avec précision les informations à collecter (étape 2). Lorsque la phase de collecte est accompli, les chargés de veille, d analyse ou le responsable du projet réalisent le travail de synthèse, renseignent les livrables formalisés lors de l étape 1, et identifient les lacunes en termes d information (étape 3). Enfin une séance de restitution avec les clients internes permet de recueillir leur feed-back en direct et de définir les nouveaux besoins de veille stratégique (étape 4). 4 Les enjeux organisationnels et culturels Au final, un projet de veille soulève des enjeux organisationnels et culturels importants : au cœur de la stratégie, il réorganise des manières de travailler, impose parfois un nouvel outil or toute évolution

10 du fonctionnement habituel de l'entreprise est confrontée à des inerties qui s'alimentent parfois de résistances culturelles liées au cloisonnement des organisations et à "l'information pouvoir". La réussite d'un tel challenge passe donc forcément par un accompagnement du changement qui s'inscrit dans la durée. Imposer du jour au lendemain un nouveau système d'informations et une réorganisation est voué à l'échec. La méthode des "petits pas", avec la mise en place d'un premier projet pilote, basé sur un enjeu prioritaire de l'entreprise comme le lancement d'un produit, et organisé avec une équipe restreinte pluridisciplinaire motivée, donne beaucoup plus de résultats qui par euxmêmes valident la démarche et permettent son déploiement. Une telle démarche implique des investissements financiers (consulting, logiciel) et humains (organisation, recrutements etc.) à la hauteur des enjeux que sont la mise en place du système sensoriel de l'entreprise. Illustration : Chez notre client, il n y avait pas de culture de travail en réseau, ni d ailleurs de ressources disponibles, les cadres étant employés en moyenne à «120% de leur temps» comme ils le disent eux même. Il s agit là d une situation courante, notamment pour des sociétés comme celle-ci soumises à une sévère concurrence sur le marché mondial avec une forte visibilité financière. Dans ce contexte, la mission peut souvent tourner à la quadrature du cercle car des résultats concrets sont attendus rapidement et avec un minimum d investissement humain et financier! De fait, le premier projet de veille collaborative mis en place par cette société s était arrêté rapidement étant donné le manque d implication des veilleurs. Lorsque la culture locale est éloignée à ce point des logiques de la veille, l expérience montre qu il faut agir modestement, localement et pas à pas. Ce principe de réalité dans l esprit, nous avons donc accompagné l animateur dans différentes actions au cœur de son activité et qui se sont révélées payantes. Tout d abord les cibles visées par la veille ont été révisées à la baisse afin de permettre la création de petits groupes de travail concentrés sur des problématiques opérationnelles et précises. Les membres de ces groupes ont pu se rencontrer pour la première fois dans ce nouveau cadre, échanger, et constater qu ils avaient une place à part entière dans un réseau qui n avait plus rien de virtuel. En ce qui concerne la constitution des équipes, nous avons tout d abord intégré des profils moteurs: une professionnelle de la recherche d information, un chef de produit et un responsable commercial spontanément enclins à participer à une aventure d intelligence économique. Ensuite, nous avons rencontré individuellement l ensemble des veilleurs pressentis, moteur ou non, afin d identifier chez chacun les fondements de leur motivation. De manière générale, une personne motivée pour collecter des informations de veille doit pouvoir y trouver un intérêt personnel évident. Nous avons ainsi découvert que certains recherchaient une valorisation symbolique de la part de leur hiérarchie, d autres attendaient une valorisation financière, d autres souhaitaient s impliquer dans les processus de décisions stratégiques, tandis que d autres encore abordaient la veille comme une sorte de «jeu» opérant une cassure avec d autres projets plus classiques. Quelles qu elles soient, ces motivations ont été prises au sérieux et elles ont notablement amélioré l activité globale de la veille. Tous ces efforts ont des impacts financiers en termes de ressources humaines, c est pourquoi nous avons dimensionné le projet à une échelle réduite, pour ensuite seulement procéder à des déploiements progressifs. Si les moyens sont là, si la veille participe bien de la stratégie, et si les enjeux organisationnels sont pris en compte, toutes les chances de réussite du projet "veille" seront réunies pour doter l'entreprise d'un système sensoriel au service de sa stratégie et de ses avantages compétitifs.

11 5 Conclusion On aura compris que pour réussir le challenge de la veille, les entreprises doivent comprendre qu une telle démarche implique des investissements financiers et humains. Pour autant, un projet de veille peut aussi faire un usage optimal des ressources disponibles sans bouleverser en soi toute l organisation interne. Il s agit simplement de prendre au sérieux une telle démarche aussi sérieusement que les enjeux soulevés par la veille stratégique. Si les moyens sont là et si la veille participe bien de la stratégie, alors la question régulière du retour sur investissement de tels projets s effondre d elle même : comment refuser un investissement qui répond à la préoccupation stratégique centrale de l entreprise? Et pour ceux qui doutent encore d investir dans de l information stratégique, concédons-leur que les informations «pierre philosophale» capable de transmuter en Or toutes les autres données recueillies sont rares Mais qu ils retiennent une chose : la veille apporte une assurance : celle de réduire l incertitude sur son environnement, et de prendre les meilleures décisions en l état des connaissances recueillies à un moment donné.

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

360 feedback «Benchmarks»

360 feedback «Benchmarks» 360 feedback «Benchmarks» La garantie d un coaching ciblé Pour préparer votre encadrement aux nouveaux rôles attendus des managers, Safran & Co vous propose un processus modulable, adapté aux réalités

Plus en détail

WHY CONSULTING. Performance Commerciale en B2B

WHY CONSULTING. Performance Commerciale en B2B É t u d e WHY CONSULTING Performance Commerciale en B2B La performance commerciale d une entreprise est un sujet complexe qui emprunte des chemins différents selon les organisations et les marchés, car

Plus en détail

Prestations d audit et de conseil 2015

Prestations d audit et de conseil 2015 M. Denis VIROLE Directeur des Services +33 (0) 6 11 37 47 56 denis.virole@ageris-group.com Mme Sandrine BEURTHE Responsable Administrative +33 (0) 3 87 62 06 00 sandrine.beurthe@ageris-group.com Prestations

Plus en détail

ZOOM SUR. le métier du SFE. N 5 Janvier 2012. Un nouveau regard sur la stratégie opérationnelle de l industrie pharmaceutique

ZOOM SUR. le métier du SFE. N 5 Janvier 2012. Un nouveau regard sur la stratégie opérationnelle de l industrie pharmaceutique Un nouveau regard sur la stratégie opérationnelle de l industrie pharmaceutique N 5 Janvier 2012 Prochain numéro Mai 2012 ZOOM SUR le métier du SFE Magazine réalisé par l équipe de consultants du cabinet

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis

repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis repères pour agir et mettre en place un projet de consolidation des compétences de Base des Apprentis Version 2 : 20 juillet 2012 L expérimentation conduite par l Agence nationale de lutte contre l illettrisme

Plus en détail

Comprendre ITIL 2011

Comprendre ITIL 2011 Editions ENI Comprendre ITIL 2011 Normes et meilleures pratiques pour évoluer vers ISO 20000 Collection DataPro Extrait 54 Comprendre ITIL 2011 Normes et meilleures pratiques pour évoluer vers ISO 20000

Plus en détail

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas :

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : Introduction Le CRM se porte-t-il si mal? Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : «75 % de projets non aboutis» «La déception du CRM» «Le CRM : des

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

PÉRENNISER LA PERFORMANCE

PÉRENNISER LA PERFORMANCE PÉRENNISER LA PERFORMANCE La recherche de performance est aujourd hui au cœur des préoccupations des organisations : succession des plans de productivité et de profitabilité, plans de reprise d activités,

Plus en détail

La boite à outils du dirigeant, Dispositif packagé ou modularisable en fonction des besoins

La boite à outils du dirigeant, Dispositif packagé ou modularisable en fonction des besoins La boite à outils du dirigeant, Dispositif packagé ou modularisable en fonction des besoins Durée : Minimum 14h Maximum 182h (Ce choix permet de valider 10% du Titre de niveau II «chef d entreprise développeur

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

3 Les premiers résultats des plans d'actions

3 Les premiers résultats des plans d'actions 3 Les premiers résultats des plans d'actions Les résultats que nous avons obtenus en ce qui concerne les plans d'action, résultent de l'analyse de 48 entreprises seulement. Revenons sur notre échantillon.

Plus en détail

Conform. Le Manager Coach Le Coach Professionnel

Conform. Le Manager Coach Le Coach Professionnel Conform Le Manager Coach Le Coach Professionnel 1 : Le Leadership Identifier les clés essentielles du leadership Exercer son leadership au quotidien Stimuler et mettre en mouvement ses équipes grâce à

Plus en détail

Programme détaillé MASTER DE MANAGEMENT ET DE STRATEGIE D ENTREPRISE. Objectifs de la formation. Les métiers. Niveau et durée de la formation

Programme détaillé MASTER DE MANAGEMENT ET DE STRATEGIE D ENTREPRISE. Objectifs de la formation. Les métiers. Niveau et durée de la formation Objectifs de la formation Les métiers Ce Master valide votre qualification professionnelle et votre aptitude à tenir les emplois de cadres et futurs cadres supérieurs dans les professions industrielles

Plus en détail

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 PGE 2 Fall Semester 2015 Purchasing Track Course Catalogue Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 Méthodes Outils associés au Processus Opérationnel des Achats p. 3 Gestion d un Projet Achat

Plus en détail

Des consultants forment des consultants Comment créer ma boite de consultant

Des consultants forment des consultants Comment créer ma boite de consultant Des consultants forment des consultants Comment créer ma boite de consultant Ce document a comme objectif de présenter le contenu d'un cycle d ateliers de formations à la création d entreprise, spécifique

Plus en détail

Chapitre 9 : Informatique décisionnelle

Chapitre 9 : Informatique décisionnelle Chapitre 9 : Informatique décisionnelle Sommaire Introduction... 3 Définition... 3 Les domaines d application de l informatique décisionnelle... 4 Architecture d un système décisionnel... 5 L outil Oracle

Plus en détail

Optimiser ses pratiques de veille avec Digimind. Journée Juriconnexion «Veille juridique : un atout stratégique» 25 novembre 2014

Optimiser ses pratiques de veille avec Digimind. Journée Juriconnexion «Veille juridique : un atout stratégique» 25 novembre 2014 Optimiser ses pratiques de veille avec Digimind Journée Juriconnexion «Veille juridique : un atout stratégique» 25 novembre 2014 12/12/2013 SHAREPOINT integration avec Digimind 1 Agenda 1. Digimind en

Plus en détail

La méthode des cas et le plan marketing : énoncé seul

La méthode des cas et le plan marketing : énoncé seul La méthode des cas et le plan marketing : énoncé seul 12_07_2011 Table des matières Table des matières 3 I - 1. Point méthodologique 7 A. 1.1. Définitions...7 B. 1.2. Plan d'analyse type...8 C. 1.3. Synthèse...13

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312 REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre Bac+4 certifié Niveau II J.O du 09 Août 2014 - code NSF 312 1 REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIALE TITRE CERTIFIE

Plus en détail

PARTENARIAT DE L OBSERVATOIRE TECHNOLOGIQUE

PARTENARIAT DE L OBSERVATOIRE TECHNOLOGIQUE PARTENARIAT DE L OBSERVATOIRE TECHNOLOGIQUE Gouvernance du Système d Information Comment bien démarrer? Page 1 Soirée «Gouverner son informatique et sa sécurité : le défi des entreprises» CLUSIS / ISACA

Plus en détail

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS)

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS) RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS) Intitulé (cadre 1) Master Droit Economie Gestion, mention Management des Systèmes d Information, spécialité Management et Technologies

Plus en détail

Le 360 T&I Evaluations

Le 360 T&I Evaluations Le 360 T&I Evaluations Du développement personnel à la cartographie managériale Qui sommes-nous? Options RH, un cabinet de conseil spécialisé en Management des Hommes et des Organisations Depuis 14 ans,

Plus en détail

Mastère spécialisé. «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché»

Mastère spécialisé. «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché» Mastère spécialisé «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché» I- Présentation détaillée du programme d enseignement Répartition par modules et crédits ECTS : Intitulé

Plus en détail

Alignement stratégique du SI et gestion de portefeuille de projets

Alignement stratégique du SI et gestion de portefeuille de projets Alignement stratégique du SI et gestion de portefeuille de projets Le CIGREF, dans son livre blanc de 2002, précise que «l alignement stratégique de l organisation sur le métier est le fait de mettre en

Plus en détail

Des consultants forment des consultants Comment créer ma boite de consultant

Des consultants forment des consultants Comment créer ma boite de consultant Des consultants forment des consultants Comment créer ma boite de consultant Ce document a comme objectif de présenter le contenu d'un cycle d ateliers de formations à la création d entreprise, spécifique

Plus en détail

MESURER LA VALEUR ET LE ROI D UN PROJET DE RÉSEAU SOCIAL D ENTREPRISE

MESURER LA VALEUR ET LE ROI D UN PROJET DE RÉSEAU SOCIAL D ENTREPRISE Livre Blanc MESURER LA VALEUR ET LE ROI D UN PROJET DE RÉSEAU SOCIAL D ENTREPRISE Une méthode opérationnelle proposée par un groupe de professionnels (DSI et experts des RSE) pour analyser la valeur d

Plus en détail

JOURNÉE THÉMATIQUE SUR LES RISQUES

JOURNÉE THÉMATIQUE SUR LES RISQUES Survol de Risk IT UN NOUVEAU RÉFÉRENTIEL DE GESTION DES RISQUES TI GP - Québec 2010 JOURNÉE THÉMATIQUE SUR LES RISQUES 3 mars 2010 - Version 4.0 Mario Lapointe ing. MBA CISA CGEIT mario.lapointe@metastrategie.com

Plus en détail

Contexte : «l e-business» TECHNIQUES DE MARKETING EN LIGNE. Contexte : «l e-business» Création de valeur 02/02/12

Contexte : «l e-business» TECHNIQUES DE MARKETING EN LIGNE. Contexte : «l e-business» Création de valeur 02/02/12 Contexte : «l e-business» TECHNIQUES DE MARKETING EN LIGNE La notion «d E-Business» recouvre les différentes applications possibles de l'informatique faisant appel aux technologies de l'information et

Plus en détail

LE DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL

LE DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère du Développement Industriel et de la Promotion de l Investissement LE DÉVELOPPEMENT COMMERCIAL PROGRAMME NATIONAL DE MISE A NIVEAU DES PME Édition

Plus en détail

APPELS D OFFRE: COMMENT BIEN DÉFINIR VOS BESOINS EN AMONT

APPELS D OFFRE: COMMENT BIEN DÉFINIR VOS BESOINS EN AMONT APPELS D OFFRE: COMMENT BIEN DÉFINIR VOS BESOINS EN AMONT POUR NE PAS LE REGRETTER ENSUITE? POUR UNE MISE EN PLACE SEREINE MICHAEL MONCHALIN INGÉNIEUR COMMERCIAL EUDONET JENNIFER STEPHENSON RESPONSABLE

Plus en détail

Extrait du site de l'oseo (ex.anvar) http://www.anvar.fr/projlanc.htm. Reste à déterminer les points incontournables

Extrait du site de l'oseo (ex.anvar) http://www.anvar.fr/projlanc.htm. Reste à déterminer les points incontournables Extrait du site de l'oseo (ex.anvar) http://www.anvar.fr/projlanc.htm Notez que vous trouverez les fiches citées à chaque étape sur le site (Normalement, les liens ont été conservés et fonctionnent) Reste

Plus en détail

Les nouveaux tableaux de bord des managers

Les nouveaux tableaux de bord des managers Alain Fernandez Les nouveaux tableaux de bord des managers Le projet Business Intelligence clés en main Sixième édition Tableaux bord NE.indd 3 26/03/13 15:22 Le site www.piloter.org, dédié au pilotage

Plus en détail

CONNAISSEZ-VOUS LES GISEMENTS INEXPLOITES DE VOTRE POTENTIEL?

CONNAISSEZ-VOUS LES GISEMENTS INEXPLOITES DE VOTRE POTENTIEL? M O D E D E M P L O I 3 6 0 F E E D B A C K E N L I G NE La MODE D EMPLOI CONNAISSEZ-VOUS LES GISEMENTS INEXPLOITES DE VOTRE POTENTIEL? Joceline HAMON Ce mode d emploi vous aide à vous lancer dans un 360

Plus en détail

ÉCONOMIE ET GESTION LYCÉES TECHNOLOGIQUE ET PROFESSIONNEL

ÉCONOMIE ET GESTION LYCÉES TECHNOLOGIQUE ET PROFESSIONNEL ÉCONOMIE ET GESTION LYCÉES TECHNOLOGIQUE ET PROFESSIONNEL Au niveau du second degré, l'économie et gestion recouvre un ensemble de champs disciplinaires relevant de l'économie, du droit, des sciences de

Plus en détail

De la production collaborative à la capitalisation des connaissances Le rôle des documentalistes

De la production collaborative à la capitalisation des connaissances Le rôle des documentalistes De la production collaborative à la capitalisation des connaissances Le rôle des documentalistes Le 13 mars 2008 Introduction 2 Le développement de la pratique collaborative dans les entreprises et les

Plus en détail

Projet INPED / Business School

Projet INPED / Business School Préambule Dans le cadre de la transformation de l INPED en Ecole de Mangement / Business School, une enquête a été menée auprès des Chefs d Entreprises, Top Managers, Cadres Dirigeants et Cadres Supérieurs

Plus en détail

Les nouveaux tableaux de bord des managers

Les nouveaux tableaux de bord des managers Alain Fernandez Les nouveaux tableaux de bord des managers Le projet Business Intelligence clés en main Sixième édition Tableaux bord NE.indd 3 26/03/13 15:22 Introduction Piloter la performance, un travail

Plus en détail

Les projets d investissement en PME

Les projets d investissement en PME Le point sur Les projets d investissement en PME Concilier performance économique et conditions de travail L investissement reste un moment clé du développement d une entreprise. C est l occasion de repenser

Plus en détail

Auteur : Françoise NICOLAS, Responsable Qualité. Approuvé par : Michel ROUVELLAT, Président. Dernière date de mise à jour : 01 avril 2015

Auteur : Françoise NICOLAS, Responsable Qualité. Approuvé par : Michel ROUVELLAT, Président. Dernière date de mise à jour : 01 avril 2015 Manuel Qualité Auteur : Françoise NICOLAS, Responsable Qualité Approuvé par : Michel ROUVELLAT, Président Dernière date de mise à jour : 01 avril 2015 CIS Valley Manuel Qualité- MAQ_V08 page 1/16 Engagement

Plus en détail

Développer une culture d efficience

Développer une culture d efficience point de vue services financiers Développer une culture d efficience dans les Back Offices Hughes ROY Partner au sein de l'équipe Services Financiers de Sopra Consulting, Hughes Roy est porteur de l offre

Plus en détail

Association ESSONNE CADRES

Association ESSONNE CADRES Association ESSONNE CADRES 10 avenue du Noyer Lambert - 91300 MASSY : 01 60 12 01 45 Email : competences91@essonnecadres.org Site web : www.essonnecadres.org Besoin d un Professionnel pour une situation

Plus en détail

PROGRAMME DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS

PROGRAMME DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS PROGRAMME DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS Cycle terminal de la série sciences et technologies du management et de la gestion I. INDICATIONS GÉNÉRALES L enseignement de management des organisations vise

Plus en détail

Octobre 2013. Contact Inergie. Luc Vidal Directeur général lvidal@inergie.com 01 41 09 05 45

Octobre 2013. Contact Inergie. Luc Vidal Directeur général lvidal@inergie.com 01 41 09 05 45 Baromètre Afci ANDRH Inergie 2013 sur la Communication Managériale 4 ème édition «L implication des managers dans une communication de proximité avec leurs équipes» Octobre 2013 Contact Inergie Toute publication

Plus en détail

Le catalyseur de vos performances

Le catalyseur de vos performances MCRM Consulting, 43 Rue Tensift Agdal Rabat Maroc Tel: 212 (0) 5 37 77 77 41 Fax: 212 (0) 5 37 77 77 42 Email: Contact@mcrmconsulting.com Site: www.mcrmconsulting.com P e r f o r m a n c e c o m m e r

Plus en détail

Baromètre Inergie-Afci 2012 de la fonction Communication Interne

Baromètre Inergie-Afci 2012 de la fonction Communication Interne Baromètre Inergie-Afci 2012 de la fonction Communication Interne Contact Afci Aurélie Renard Déléguée Générale de l Afci arenard@afci.asso.fr Contacts Inergie Luc Vidal DGA Directeur associé pôle Opinion

Plus en détail

La formule Leadership en Action TM. Améliorer de façon durable les compétences managériales de vos cadres. Leadership en Action TM

La formule Leadership en Action TM. Améliorer de façon durable les compétences managériales de vos cadres. Leadership en Action TM La formule Améliorer de façon durable les compétences managériales de vos cadres. Nous contacter : Monique Cumin, monique.cumin@lasting-success.com Tel : 06 95 09 10 31 La formule Formation-action : entraînement

Plus en détail

COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD

COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD Pôle de compétitivité mondial Aéronautique, Espace, Systèmes embarqués COMMANDE REF ADMIN-CS-540-CDD Objet : Prestation d assistance dans le cadre de l action collective AEROLEAN K portée par le pôle de

Plus en détail

Rentabilité économique. Pourquoi. 3 expertises à la carte

Rentabilité économique. Pourquoi. 3 expertises à la carte Rentabilité économique Améliorer le résultat d exploitation Vous avez besoin de prendre du recul pour choisir les bons leviers d amélioration de votre rentabilité? Dans cette réflexion complexe, FTC vous

Plus en détail

Comment réussir la mise en place d un ERP?

Comment réussir la mise en place d un ERP? 46 Jean-François Lange par Denis Molho consultant, DME Spécial Financium La mise en place d un ERP est souvent motivée par un constat d insuffisance dans la gestion des flux de l entreprise. Mais, si on

Plus en détail

Travail en groupe Apprendre la coopération

Travail en groupe Apprendre la coopération Travail en groupe Apprendre la coopération Travailler en groupe, en atelier peut répondre à de nombreux objectifs qui peuvent être très différents les uns des autres. Nous insisterons ici sur les pratiques

Plus en détail

INTELLIGENCE ECONOMIQUE : ENJEUX ET RETOUR D EXPERIENCE PILOTE DANS SEPT PMI DE BOURGOGNE

INTELLIGENCE ECONOMIQUE : ENJEUX ET RETOUR D EXPERIENCE PILOTE DANS SEPT PMI DE BOURGOGNE INTELLIGENCE ECONOMIQUE : ENJEUX ET RETOUR D EXPERIENCE PILOTE DANS SEPT PMI DE BOURGOGNE BUSINESS INTELLIGENCE : GOALS AND RESULTS OF A PILOT EXPERIMENT INVOLVING SEVEN SMEs FROM BOURGOGNE Ludovic DENOYELLE,

Plus en détail

CIHEAM-IAMM - Janvier 2002 Synthèse documentaire - C. Adamolle. VEILLE STRATEGIQUE & RESEAU INTERNET des outils et méthodes à maîtriser

CIHEAM-IAMM - Janvier 2002 Synthèse documentaire - C. Adamolle. VEILLE STRATEGIQUE & RESEAU INTERNET des outils et méthodes à maîtriser CIHEAM-IAMM - Janvier 2002 Synthèse documentaire - C. Adamolle VEILLE STRATEGIQUE & RESEAU INTERNET des outils et méthodes à maîtriser 2 PLAN : 1 ère Partie : L information : un outil de gestion stratégique

Plus en détail

FORMATION RESPONSABLE COMMERCIAL EN AGROBUSINESS TITRE DE NIVEAU II contenu des modules de formation

FORMATION RESPONSABLE COMMERCIAL EN AGROBUSINESS TITRE DE NIVEAU II contenu des modules de formation Niveau Code Module Intitulé Unité d Enseignement Objectifs B B AF 2 Agro-fourniture Agro-ressources Acquérir une connaissance approfondie du marché des céréales alimentaires et non alimentaires dans un

Plus en détail

Conduite de projets informatiques Développement, analyse et pilotage (2ième édition)

Conduite de projets informatiques Développement, analyse et pilotage (2ième édition) Avant-propos 1. Objectifs du livre 13 2. Structure du livre 14 Un projet informatique 1. Les enjeux 17 1.1 Les buts d'un projet 17 1.2 Les protagonistes d'un projet 18 1.3 Exemples de projets 19 2. Les

Plus en détail

Ressources Humaines Enjeux et Stratégie dans un contexte international

Ressources Humaines Enjeux et Stratégie dans un contexte international Ressources Humaines Enjeux et Stratégie dans un contexte international 1 LES ENJEUX DE LA FONCTION R.H. Environnement : La mondialisation L accélération des changements L incontournable performance Le

Plus en détail

1. Étude réalisée par l AFOPE en 2005. 2. Hellriegel D., Slocum J. W., Woodman R. W., Management des organisations, Bruxelles, De Boeck, 1992.

1. Étude réalisée par l AFOPE en 2005. 2. Hellriegel D., Slocum J. W., Woodman R. W., Management des organisations, Bruxelles, De Boeck, 1992. Introduction 1 I n t r o d u c t i o n Créer des usines, des entreprises, des organisations, des méthodes, des produits, des services nouveaux suppose d avoir des équipes motivées, obéissant à un calendrier

Plus en détail

Place de Wallonie, 1 à 5100 Jambes Secrétariat : 081/33.44.84 Accompagnement.recherche@spw.wallonie.be. Guide pratique pour les études de faisabilité

Place de Wallonie, 1 à 5100 Jambes Secrétariat : 081/33.44.84 Accompagnement.recherche@spw.wallonie.be. Guide pratique pour les études de faisabilité Direction générale opérationnelle Économie, Emploi et Recherche Département du Développement technologique Direction de l Accompagnement de la Recherche Place de Wallonie, 1 à 5100 Jambes Secrétariat :

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC

FICHE TECHNIQUE : METTRE EN PLACE UNE GPEC METTRE EN PLACE UNE GPEC Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences Cette fiche technique aborde la mise en place d une démarche GPEC sous l angle de la description d un processus. Elle présente

Plus en détail

Conseil & Audit Les leviers de la croissance

Conseil & Audit Les leviers de la croissance Conseil & Audit Les leviers de la croissance Les cabinets de conseil et d audit vivent une évolution de fond qui remet en cause certains fondamentaux de leur culture : Concurrence accrue, moindre différenciation,

Plus en détail

L évolution du travail en réseau : une nouvelle donne stratégique

L évolution du travail en réseau : une nouvelle donne stratégique L évolution du travail en réseau : une nouvelle donne stratégique Les nouvelles formes d'organisation de l'entreprise, fondées sur le partenariat, l'externalisation, les réseaux, se multiplient. Les frontières

Plus en détail

Des consultants forment des consultants Comment créer ma boite de consultant

Des consultants forment des consultants Comment créer ma boite de consultant Des consultants forment des consultants Comment créer ma boite de consultant Ce document a comme objectif de présenter le contenu d'un cycle d ateliers de formations à la création d entreprise, spécifique

Plus en détail

Cohésion d Equipe - Team Building

Cohésion d Equipe - Team Building Public concerné : Cadres et cadres supérieurs. Cohésion d Equipe - Team Building Objectifs : Comprendre les mécanismes de fonctionnement d une équipe. Comprendre les rôles de chacun et le rôle de l encadreur.

Plus en détail

Synthèse du «Schéma Directeur des Espaces Numériques de Travail» A l attention du Premier degré (doc réalisé par Les MATICE 76)

Synthèse du «Schéma Directeur des Espaces Numériques de Travail» A l attention du Premier degré (doc réalisé par Les MATICE 76) Synthèse du «Schéma Directeur des Espaces Numériques de Travail» A l attention du Premier degré (doc réalisé par Les MATICE 76) 1. Qu est-ce que le SDET : schéma directeur des espaces numériques de travail?

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

LES TABLEAUX DE BORD DE COORDINATION

LES TABLEAUX DE BORD DE COORDINATION LES TABLEAUX DE BORD DE COORDINATION Trois constats généraux sont encore prépondérants dans bon nombre d organisations actuelles : Un fonctionnement avec une planification a priori et des constats a posteriori.

Plus en détail

2011 2012 Animateur de la démarche Lean Contrat de professionnalisation

2011 2012 Animateur de la démarche Lean Contrat de professionnalisation 2011 2012 Animateur de la démarche Lean Contrat de professionnalisation "Confrontés chaque jour à une compétition plus vive et qui se livre désormais à l'échelle de la planète, les industriels doivent

Plus en détail

Les démarches qualités

Les démarches qualités Les démarches qualités Sommaire : Introduction... 2 Un levier d'innovation organisationnelle et sociale... 3 Les enjeux... 5 1.1 Le marché... 5 1.2 L innovation incrémentale (amélioration continue) ou

Plus en détail

Mastère spécialisé MS : «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau

Mastère spécialisé MS : «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau Mastère spécialisé MS : «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché» 1- Présentation détaillée du programme d enseignement Répartition par modules et crédits ECTS :

Plus en détail

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales.

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales. Chapitre 11 LA FONCTION CONTRÔLE DE GESTION REPORTING AUDIT INTERNE Un système de reporting homogène dans toutes les filiales permet un contrôle de gestion efficace et la production d un tableau de bord

Plus en détail

Améliorer l efficacité de votre fonction RH

Améliorer l efficacité de votre fonction RH Améliorer l efficacité de votre fonction RH Des tendances accentuées par un environnement économique et social en constante évolution La fonction RH doit répondre à des exigences croissantes en termes

Plus en détail

SEMINAIRES INTERNATIONAUX

SEMINAIRES INTERNATIONAUX n, Conseil Formation Recrutement-Intérim SEMINAIRES INTERNATIONAUX Programmes de Formation de Certification Conçus et Dispensés Entièrement en Français Par Illinois State University et GSBO Niamey - Lomé

Plus en détail

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS)

RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS) RESUME DESCRIPTIF DE LA CERTIFICATION (FICHE OPERATIONNELLE METIERS) Intitulé (cadre 1) Licence professionnelle commerce spécialité commerce B to B en milieu industriel Autorité responsable de la certification

Plus en détail

L évaluation des risques au travail

L évaluation des risques au travail L évaluation des risques au travail Un outil au service de vos politiques de prévention pour la santé et les RPS Connection creates value Le contexte Au cours des dernières années, la prise en compte des

Plus en détail

Lean Management : une stratégie de long terme. Pourquoi l évolution des comportements est-elle essentielle à une réussite durable?

Lean Management : une stratégie de long terme. Pourquoi l évolution des comportements est-elle essentielle à une réussite durable? Lean Management : une stratégie de long terme Pourquoi l évolution des comportements est-elle essentielle à une réussite durable? Au cours de ces deux dernières années, les grandes entreprises du monde

Plus en détail

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1

MMA - Projet Capacity Planning LOUVEL Cédric. Annexe 1 Annexe 1 Résumé Gestion Capacity Planning Alternance réalisée du 08 Septembre 2014 au 19 juin 2015 aux MMA Résumé : Ma collaboration au sein de la production informatique MMA s est traduite par une intégration

Plus en détail

BI2B est un cabinet de conseil expert en Corporate Performance Management QUI SOMMES-NOUS?

BI2B est un cabinet de conseil expert en Corporate Performance Management QUI SOMMES-NOUS? SOMMAIRE Qui sommes nous? page 3 Notre offre : Le CPM, Corporate Performance Management page 4 Business Planning & Forecasting page 5 Business Intelligence page 6 Business Process Management page 7 Nos

Plus en détail

INNOVATION TECHNOLOGIQUE ET FINANCEMENTS DU PREDIT DANS LE SECTEUR AUTOMOBILE

INNOVATION TECHNOLOGIQUE ET FINANCEMENTS DU PREDIT DANS LE SECTEUR AUTOMOBILE MINISTERE DE L EQUIPEMENT, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT DIRECTION DE LA RECHERCHE ET DES AFFAIRES SCIENTIFIQUES ET TECHNIQUES INNOVATION TECHNOLOGIQUE ET FINANCEMENTS DU PREDIT DANS LE SECTEUR AUTOMOBILE

Plus en détail

A. Le contrôle continu

A. Le contrôle continu L audit d achat est une action volontaire décidée par l entreprise avec pour objet d apprécier la qualité de l organisation de sa fonction achats et le niveau de performance de ses acheteurs. L audit achat

Plus en détail

A-t-on le temps de faire les choses?

A-t-on le temps de faire les choses? A-t-on le temps de faire les choses? A-t-on le temps de faire les choses? Un parcours de 25 ans dans le domaine des Systèmes d'information de 6 grandes entreprises Consultante depuis 19 ans Mission / contrats

Plus en détail

étude de rémunérations

étude de rémunérations étude de rémunérations dans la finance de marché Les salaires des métiers de la Moe et de la Moa AVEC NOUS, VOTRE TALENT PREND DE LA VALEUR 1 Sommaire Le mot des dirigeants Présentation METIERS DE LA MOE

Plus en détail

AVIS DE SOLLICITATION DE MANIFESTATION D INTERET AUPRES DE CONSULTANT INDIVIDUEL

AVIS DE SOLLICITATION DE MANIFESTATION D INTERET AUPRES DE CONSULTANT INDIVIDUEL REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE DE SFAX FACULTE DES LETTRES ET SCIENCES HUMAINES CENTRE DE DOCUMENTATION NUMERIQUE ET DE FORMATION

Plus en détail

Démarche 360 et 180. Institut du Selfcoaching Tél. : 09 75 61 33 17 Mob. 06 10 18 63 93 info@selfcoaching.fr www.selfcoaching.

Démarche 360 et 180. Institut du Selfcoaching Tél. : 09 75 61 33 17 Mob. 06 10 18 63 93 info@selfcoaching.fr www.selfcoaching. Démarche 360 et 180 Institut du Selfcoaching Tél. : 09 75 61 33 17 Mob. 06 10 18 63 93 info@selfcoaching.fr www.selfcoaching.fr 1 Développer les compétences Managériales Le 360 n est pas un produit standard,

Plus en détail

Une véritable aventure humaine avant tout! Un projet ITIL est une couche fonctionnelle ajoutée au sein d une organisation informatique.

Une véritable aventure humaine avant tout! Un projet ITIL est une couche fonctionnelle ajoutée au sein d une organisation informatique. Introduction Un projet ITIL n est pas anodin Une véritable aventure humaine avant tout! Un projet ITIL est une couche fonctionnelle ajoutée au sein d une organisation informatique. Un projet ITIL ne peut

Plus en détail

(DAS) DIPLÔME & (CAS) CERTIFICAT DE FORMATION CONTINUE UNIVERSITAIRE MANAGEMENT DE PROJETS 2015/2016 PROJET.UNIGE.CH

(DAS) DIPLÔME & (CAS) CERTIFICAT DE FORMATION CONTINUE UNIVERSITAIRE MANAGEMENT DE PROJETS 2015/2016 PROJET.UNIGE.CH (DAS) DIPLÔME & (CAS) CERTIFICAT DE FORMATION CONTINUE UNIVERSITAIRE MANAGEMENT DE PROJETS 2015/2016 PROJET.UNIGE.CH SOMMAIRE > OBJECTIFS 03 > DIRECTEUR DU DIPLÔME / COMITÉ SCIENTIFIQUE 05 > PUBLIC CONCERNÉ

Plus en détail

Cahier des charges pour la réalisation d une mission d expertise et de conseil (mission Cagir),

Cahier des charges pour la réalisation d une mission d expertise et de conseil (mission Cagir), Cahier des charges pour la réalisation d une mission d expertise et de conseil (mission Cagir), préalable à la mise en place d un système de gestion des identités et des rôles dans le SI Inra V1.0 5/10/2007

Plus en détail

Colloque International IEMA-4

Colloque International IEMA-4 Comment mettre en place un dispositif coordonné d intelligence collective au service de la stratégie de l entreprise. Conférence de Mr. Alain JUILLET - Le 17/05/2010 IEMA4 Pour ne pas rester dans les banalités

Plus en détail

Livre Blanc Oracle Novembre 2010. Le Bureau des Projets (PMO) : un levier stratégique de création de valeur pour l industrie

Livre Blanc Oracle Novembre 2010. Le Bureau des Projets (PMO) : un levier stratégique de création de valeur pour l industrie Livre Blanc Oracle Novembre 2010 Le Bureau des Projets (PMO) : un levier stratégique de création de valeur pour l industrie Présentation générale Les entreprises industrielles sont confrontées à un environnement

Plus en détail

UDSG CLASSIFICATION DOSSIER DOCUMENTAIRE

UDSG CLASSIFICATION DOSSIER DOCUMENTAIRE UDSG CLASSIFICATION DOSSIER DOCUMENTAIRE 2 SOMMAIRE I. LES FAMILLES PROFESSIONNELLES... 5 II. LES FONCTIONS GENERIQUES... 12 FAMILLE ETUDES ET CONCEPTION......... 15 ASSISTANT D ETUDES ET CONCEPTION...16

Plus en détail

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE

Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE Accompagnement renforcé du public PLIE Cadre de référence de Plaine Commune, Le PLIE I- PREAMBULE 2 II- CAHIER DES CHARGES 2 II-1-Objectifs /Finalité 2 II-2-Public visé 3 II-3-Durée des parcours 3 II-4-Missions

Plus en détail

Formations dédiées aux acteurs du logement social

Formations dédiées aux acteurs du logement social Gestion et communication de crise Formations dédiées aux acteurs du logement social Arjuna est un cabinet conseil dédié, depuis 1993, à la gestion et la communication de crise. Lors des formations qu ils

Plus en détail

Cohésion et coaching d équipe

Cohésion et coaching d équipe Cohésion et coaching d équipe Institut du Selfcoaching Tél. : 09 75 61 33 17 Mob. 06 10 18 63 93 info@selfcoaching.fr www.selfcoaching.fr 1 Notre Vision du Coaching LE COACHING est un accompagnement sur

Plus en détail

Le rôle croissant de la mobilité au travail

Le rôle croissant de la mobilité au travail Un profil du choix de technologie personnalisée commandé par Cisco Systems Février 2012 Les initiatives liées à la mobilité des entreprises se développent Les employés sont de plus en plus mobiles et une

Plus en détail

L évaluation des résultats

L évaluation des résultats L évaluation des résultats Process 14 «Aide-toi, le tableau de bord t aidera!» Chapitre 23 Analyse et réactivité P. 227 Certains dirigeants suivent la marche de leurs affaires avec un simple tableur. Les

Plus en détail