LE NOUVEAU RÈGLEMENT F-Gaz. Promouvoir l efficacité énergétique et une gestion responsable des fluides frigorigènes

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE NOUVEAU RÈGLEMENT F-Gaz. Promouvoir l efficacité énergétique et une gestion responsable des fluides frigorigènes"

Transcription

1 Promouvoir l efficacité énergétique et une gestion responsable des fluides frigorigènes Heating and cooling is your life and our mission LE NOUVEAU RÈGLEMENT F-Gaz

2 Introduction L EPEE (European Partnership for Energy and the Environment) est une association européenne pour l énergie et l environnement représentant l industrie de la réfrigération, de la climatisation et des pompes à chaleur en Europe. L EPEE compte 27 sociétés membres et 17 associations membres produisant des équipements de climatisation, des composants, des systèmes de réfrigération, des pompes à chaleur et des fluides frigorigènes. Les sociétés membres de l EPEE disposent de sites de fabrication ainsi que de laboratoires de recherche et de développement dans toute l UE qui innovent pour le marché mondial. La mission de l EPEE est de promouvoir une meilleure compréhension du secteur CVCR au sein de l UE et de contribuer au développement de polices européennes efficaces afin de respecter un agenda du développement durable sur le long terme. Les membres de l EPEE s engagent à faire respecter et appliquer les règles du règlement UE F-Gaz et ont travaillé au développement de ce document d orientation afin d aider l industrie à mieux comprendre ses nouvelles obligations et responsabilités. Pour toute question n ayant pas fait l objet d une réponse dans ce document, veuillez contacter l EPEE à l adresse suivante : Les informations ci-dessus sont fournies de bonne foi et nous faisons tous les efforts possibles pour en assurer l exactitude et la mise à jour. Ces informations sont donc fournies en l état sans garantie d aucune sorte. En aucun cas l EPEE ne peut être tenu responsable de quelque dommage que ce soit dû directement ou indirectement à l utilisation des informations contenues dans ce document, notamment les dommages liés à des inexactitudes, des omissions ou des erreurs. Toute personne faisant confiance à une information contenue dans ce document le fait à ses propres risques et périls. L EPEE décline ici toute responsabilité et ne pourra être tenu responsable de quelque dommage que ce soit, comprenant mais ne se limitant pas aux dommages directs, indirects ou conséquents incluant les pertes de revenus, les pertes de profits, les pertes d opportunités ou toute autre perte. SEPTEMBRE 2014 Cover : Thinkstock, ViktorCap Secrétariat de l EPEE, 46 Avenue des Arts 1000 Bruxelles, Belgique T : F :

3 Promouvoir l efficacité énergétique et une gestion responsable des fluides frigorigènes Heating and cooling is your life and our mission Structure du document d orientation 01 LE NOUVEAU RÈGLEMENT F-Gaz EN QUELQUES LIGNES 2 02 À L ATTENTION DE TOUS CEUX QUI UTILISENT DES HFC EN VRAC 4 03 À L ATTENTION DE TOUS CEUX QUI FABRIQUENT DES PRODUITS PRÉCHARGÉS 6 04 À L ATTENTION DES EXPLOITANTS ET UTILISATEURS DE GAZ FLuorÉS 9 05 À L ATTENTION DES INSTALLATEURS D ÉQUIPEMENTS 13

4 Le nouveau RÈglement F-Gaz Ce que vous devez savoir sur le nouveau Règlement F-Gaz 2 01 LE NOUVEAU RÈGLEMENT F-Gaz EN QUELQUES LIGNES 1. Qu est-ce que le règlement F-Gaz 2014 UE? Le règlement F-Gaz, ou «Règlement du parlement européen et du conseil relatif aux gaz à effet de serre fluorés et abrogeant le règlement (CE) n 842/2006» est un instrument législatif européen directement applicable dans tous les États membres. Il a pour objectif la réduction des émissions provenant des gaz flourés et fait partie de l agenda européen sur le changement climatique tel qu il a été fixé dans la feuille de route européenne vers une faible intensité de carbone. Le règlement F-Gaz (UE) n 517/2014 a été publié au journal officiel le 20 mai Le règlement de 2014 remplace intégralement le règlement F-Gaz de 2006 à compter du mois de janvier Certains règlements de la Commission liés au règlement F-Gaz 2006 restent valides à l heure actuelle et feront l objet d une révision par la Commission dans une étape ultérieure Est-ce la même chose que le règlement F-Gaz 2006 UE? Le nouveau règlement introduit des exigences supplémentaires comparé au règlement Bien que les nouvelles règles maintiennent les principes du règlement 2006, elles vont plus loin dans le sens où elles introduisent un mécanisme complètement nouveau pour assurer la réduction des émissions. Ce mécanisme est appelé la réduction progressive ou «phase-down» et permet de réduire progressivement la consommation de HFC. Il change également de façon massive la façon dont l industrie est autorisée à utiliser les HFC. 3. Quels sont les gaz concernés par le règlement F-Gaz? Sont concernés par le règlement UE ce qu on appelle les gaz à effet de serre fluorés : HFC, PFC et SF6. Toutes les dispositions du nouveau règlement ne s appliquent pas à tous les types de gaz flourés. Par exemple, la réduction progressive s applique uniquement aux HFC et pas aux PFC ou au SF6. 4. Quels sont les principaux piliers du règlement F-Gaz UE? Le règlement 2014 est basé sur les mêmes principes de confinement et de compétence que le règlement 2006, mais introduit des exigences supplémentaires substantielles ayant pour objectif de réduire les émissions de gaz flourés et/ou leur PRP lorsque cela est possible et faisable : Exigences permettant de prévenir les émissions (basées principalement sur le règlement 2006) : Prévention des émissions et contrôles des fuites (art. 2-6) Contrôle de la production de sous-produits (art. 7) Traitement en fin de vie des produits et équipements (art. 8-9) Formation et qualification (art. 10) Informations à l attention des utilisateurs (art. 12) Exigences permettant de réduire l utilisation des gaz flourés à PRP élevé lorsque cela est possible et faisable 1 Par exemple le règlement de la Commission sur l étiquetage 1494/2007, sur les exigences de vérification des fuites 1516/2007 et sur la certification 303/2008. Formation et qualification (art. 10) Restrictions concernant les nouvelles applications (art. 11) Restrictions d utilisation (art. 13) Réduction progressive de la consommation de HFC (art. 14 et suivants)

5 Le nouveau RÈglement F-Gaz Ce que vous devez savoir sur le nouveau Règlement F-Gaz 3 5. Quel est le principal changement introduit par les nouvelles règles? La nouvelle exigence la plus importante est l introduction de la réduction progressive qui change de façon substantielle la façon dont l industrie utilise les gaz fluorés. 6. Qu est-ce que la réduction progressive? La réduction progressive est une approche étape par étape qui consiste à réduire graduellement les quantités de HFC exprimées en équivalent CO 2 placées sur le marché par l allocation de quotas par la Commission européenne aux producteurs et importateurs de HFC en vrac. La réduction progressive doit ainsi permettre de réduire la consommation de HFC de 79 % d ici Il s agit d une réduction sans précédent qui signifie que l industrie et les utilisateurs doivent assurer la transition vers des fluides frigorigènes affichant un Potentiel de Réchauffement Planétaire (PRP) moins élevé. La réduction progressive s applique uniquement aux HFC et non aux autres gaz fluorés comme les fluorocarbures et l hexafluorure de soufre ou les HFC insaturés (HFO). Bien entendu, d autres dispositions du règlement de 2014 peuvent quant à elles s appliquer à ces substances. L ensemble de l industrie est concerné par la réduction progressive, des producteurs de HFC aux fabricants d équipements, aux utilisateurs de HFC et au personnel manipulant les HFC. Les conséquences sont expliquées dans les paragraphes suivants. % 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 93% 63% 45% 31% 24% 21% 0% YEAR Sur la base d une moyenne Baseline is annuelle annual average de la quantité of total quantity totale (CO2 (équivalent equivalent) CO 2 ) placée sur le marché de l UE entre placed 2009 on et the EU Il market s agit from d une 2009 réduction to 2012sans précédent! 7. La législation peut-elle être encore modifiée ultérieurement? Le règlement n est pas gravé dans le marbre puisque la Commission Européenne a encore le pouvoir d amender certains éléments de ce règlement qui ne sont pas essentiels afin d assurer sa bonne mise en œuvre. La Commission Européenne a en particulier la responsabilité de surveiller continuellement les effets de la réduction progressive. Pour ce faire, il lui faudra dans les années à venir rédiger un certain nombre de rapports sur la disponibilité des HFC. La Commission Européenne effectuera également à la fin de l année 2022, un passage en revue complet afin d évaluer l efficacité de la législation à la lumière des nouveaux développements et des engagements internationaux. 8. Les États membres peuvent-ils introduire des règles plus strictes à un niveau national? Ce règlement n empêche nullement les États membres d introduire des mesures plus contraignantes au niveau national. Cependant, plusieurs conditions doivent être remplies. Par exemple, ces mesures nationales doivent être compatibles avec le traité sur le fonctionnement de l Union Européenne (TFUE) et doivent être notifiées à la Commission Européenne. 9. Que se passe-t-il en cas de nonconformité avec ce règlement? Si les exploitants/les sociétés ne se conforment pas aux dispositions prises dans le règlement et les normes qui en découlent, ils/elles feront l objet de pénalités. Le niveau de ces pénalités doit être défini par chaque État membre de l UE individuellement, cependant le règlement stipule qu elles doivent être «efficaces, proportionnées et dissuasives».

6 Le nouveau RÈglement F-Gaz Ce que vous devez savoir sur le nouveau Règlement F-Gaz 4 02 À L ATTENTION DE TOUS CEUX QUI UTILISENT DES HFC EN VRAC 10. Qu est-ce que les HFC en vrac? Les HFC en vrac sont les HFC qui n ont pas été intégrés à un quelconque équipement. Les HFC en vrac sont typiquement contenus dans des bouteilles ou des conteneurs. Les HFC qui sont intégrés à des équipements pré-chargés ne peuvent pas être considérés comme des HFC en vrac. 11. Quelles sont les principales dispositions que je dois connaître? Le principal changement pour les sociétés qui utilisent des HFC en vrac (c.-à-d. les producteurs de HFC, les importateurs de HFC) est l introduction de la réduction progressive des HFC en 2015 qui entraîne une réduction progressive de la disponibilité des HFC sur le marché de l UE. Afin de mettre en œuvre cette réduction graduelle, la Commission Européenne limite la quantité totale de HFC pouvant être placée sur le marché. Plus précisément, la Commission Européenne détermine la quantité de HFC que chaque société qui produit ou importe des HFC en vrac est autorisée à placer sur le marché. Ces quantités, appelées quotas, sont exprimées en équivalent CO 2 et ne sont pas spécifiques à chaque fluide frigorigène. Les sociétés recevant un quota doivent s assurer qu elles ne le dépassent pas. En introduisant la réduction progressive et l allocation de quota qui en découle, la Commission Européenne garantit au marché la flexibilité d utilisation des différents types de HFC, tout en encourageant l innovation à adopter les HFC au PRP le plus bas et en atteignant les objectifs environnementaux de l UE. Le choix du PRP et des équivalents CO 2 (plutôt que le poids comme c était le cas dans le règlement 2006) se poursuit au-delà de la réduction progressive et se retrouve dans d autres dispositions pertinentes du nouveau règlement. Par exemple, les contrôles des fuites reposent dorénavant sur les équivalents CO 2 plutôt que sur les kilogrammes. De plus amples informations concernant ce point sont fournies plus bas. D autres dispositions pertinentes concernent l étiquetage, l établissement de rapports et la charge d alimentation. De plus, les distributeurs de fluides frigorigènes doivent dorénavant également vérifier que les acheteurs de fluides frigorigènes sont certifiés 2. 2 Pour de plus amples informations concernant ces exigences, veuillez contacter le secrétariat de l EPEE : 12. Comment fonctionne le système de quotas? Les quotas sont exprimés en équivalent CO 2. Cela signifie que plus le Potentiel de Réchauffement Planétaire (PRP) d un fluide frigorigène est élevé, plus la quantité d équivalent CO 2 pour un nombre de kilogrammes donné sera élevée et plus le quota nécessaire devra l être lui aussi. Par exemple, 10 kg du fluide frigorigène R134a, qui dispose d un PRP de 1430, correspondront à une quantité de 10 kg x PRP 1430 = kg d équivalent CO 2, tandis que 10 kg de R404A (PRP 3922) correspondront à kg d équivalent CO 2. Les quotas sont calculés annuellement et la Commission Européenne a prévu une réserve pour les nouveaux arrivants appelée la réserve nouveaux entrants, afin de leur assurer la possibilité d entrer eux aussi sur le marché des HFC. La Commission Européenne décide du quota que chaque société reçoit sur la base d un calcul au prorata défini dans le règlement 3. La date butoir de demande de quota pour les quotas 2015 était le 1 er juillet La notice de la Commission Européenne à ce sujet peut être consultée ici. 13. Puis-je effectuer une demande de quota? Oui. Les sociétés utilisant des HFC en vrac (contrairement aux HFC contenus dans des équipements pré-chargés) peuvent effectuer une demande de quotas, qu elles soient basées en Union Européenne ou pas. Si elles sont basées à l extérieur de l UE, elles doivent mandater un «représentant unique» dans l UE pour pouvoir effectuer une demande de quota. 3 Voir annexe VI pour les méthodes de calcul.

7 Le nouveau RÈglement F-Gaz Ce que vous devez savoir sur le nouveau Règlement F-Gaz Est-ce que quelqu un d autre peut effectuer une demande de quota? Non. Seules les sociétés produisant ou important des HFC en vrac peuvent effectuer une demande de quota. Les fabricants ou les importateurs d équipements ne peuvent pas demander directement de quota (à moins qu ils établissent une société qui importe des HFC en vrac). 15. Les quotas sont-ils gratuits? Les quotas sont attribués gratuitement sur la base de ce que l on appelle les «droits acquis». La question de la fixation éventuelle d un prix pour le quota, est susceptible d être débattue en 2017.

8 Le nouveau RÈglement F-Gaz Ce que vous devez savoir sur le nouveau Règlement F-Gaz 6 03 À L ATTENTION DE TOUS CEUX QUI FABRIQUENT DES PRODUITS PRÉ-CHARGÉS 16. Qu entend-on par équipements pré-chargés? Peuvent être considérés comme des équipements pré-chargés les équipements de réfrigération, de climatisation et les pompes à chaleur qui ont été pré-chargés en HFC en usine. 17. Quelles sont les nouvelles obligations pour les fabricants d équipements pré-chargés? Bien que les fabricants d équipements pré-chargés ne puissent pas directement effectuer une demande de quota, ils devront s assurer que les HFC contenus dans les équipements sont pris en compte dans la réduction progressive, c est à dire qu ils sont couverts par le quota. Il sera nécessaire d en apporter la preuve sous la forme d un «système de traçabilité» basé sur l établissement de rapports et une déclaration de conformité. Le système de traçabilité s applique à la fois aux fabricants basés au sein de l Union Européenne et à ceux basés à l extérieur de l UE (via leurs importateurs). 18. Comment le système de traçabilité fonctionne-t-il exactement? HSITE DE FABRICATION DE L ÉQUIPEMENT DANS l UE : L équipement est pré-chargé dans une usine située dans l UE & placé sur le marché de l UE À L EXTÉRIEUR DE l UE : L équipement est pré-chargé dans une usine située en dehors de l UE et placé sur le marché de l UE par l intermédiaire d une société importatrice basée dans l UE POSSIBILITÉS Les fabricants des équipements ont acheté les HFC auprès d un fournisseur de HFC dans l UE, ce qui veut dire qu ils sont automatiquement «couverts» par la réduction progressive. Les options sont les suivantes : Un producteur de HFC dans l UE : le producteur de HFC a besoin de quota. Un importateur de HFC dans l UE : l importateur de HFC a besoin de quota. Un «distributeur» de HFC dans l UE : ce distributeur n a pas besoin de quota, mais l entité qui a placé les HFC sur le marché de l UE pour la première fois a besoin de quota (le producteur ou l importateur de HFC d origine). A. Les fabricants des équipements ont acheté les HFC à un producteur ou un importateur de HFC qui dispose d un quota. Les options sont les suivantes : Un producteur ou un importateur de HFC basé dans l UE disposant de quota et plaçant pour la première fois les HFC sur le marché de l UE puis les expédiant à l extérieur de l UE. Un producteur de HFC non basé dans l UE qui détient des quotas par l intermédiaire d un «représentant unique» dans l UE. B. Les fabricants des équipements ont acheté les HFC auprès d un producteur ou d un négociant de HFC qui ne dispose pas de quota. Tout «titulaire» déjà en possession d un quota de HFC peut fournir à l importateur des équipements l autorisation d utiliser un quota.

9 Le nouveau RÈglement F-Gaz Ce que vous devez savoir sur le nouveau Règlement F-Gaz Les fabricants situés au sein de l UE ont-ils des obligations différentes de celles des fabricants situés à l extérieur de l UE? Dans les deux cas, les fabricants doivent prouver que les HFC pré-chargés dans les équipements sont pris en compte dans le mécanisme de réduction progressive de l UE en établissant une déclaration de conformité d ici Les fabricants situés à l extérieur de l UE et/ou leurs importateurs dans l UE doivent par ailleurs remplir les obligations supplémentaires suivantes : A partir de 2015, les importateurs d équipements pré-chargés qui ont placé 500 tonnes d équivalent CO 2 ou plus sur le marché au cours de l année précédente doivent déclarer à la Commission Européenne leurs importations par l intermédiaire d un registre en ligne. A partir de 2018, la déclaration de conformité doit faire l objet d une vérification par un auditeur indépendant. 20. Quelles sont les autres obligations incombant aux fabricants? Il existe deux séries de dispositions qui s appliquent en particulier aux fabricants d équipements : les interdictions élargies et les nouvelles dispositions en matière d étiquetage. Toutes deux sont expliquées plus bas. 21. Quelles sont les nouvelles interdictions qui ont été introduites? Les nouvelles interdictions ciblent en particulier les applications de réfrigération et de climatisation. Vous trouverez plus bas un aperçu des différentes interdictions et leur date d entrée en vigueur. Ces interdictions viennent compléter les interdictions qui sont déjà entrées en vigueur depuis le règlement Réfrigérateurs et congélateurs domestiques contenant des HFC dont le PRP est supérieur ou égal à er janvier Réfrigérateurs et congélateurs [ ] à usage commercial (équipements hermétiquement scellés) qui contiennent des HFC dont le PRP 1 er janvier 2020 est supérieur ou égal à 2500 qui contiennent des HFC dont le PRP 1 er janvier 2022 est supérieur ou égal à Équipements de réfrigération fixes qui contiennent des HFC dont le PRP est supérieur ou égal à 2500 ou 1 er janvier 2020 qui en sont tributaires, à l exception des équipements destinés à des applications conçues pour refroidir des produits à une température inférieure à -50 C 13. Systèmes de réfrigération centralisés multipostes à usage commercial d une capacité nominale supérieure 1 er janvier 2022 ou égale à 40 kw et qui contiennent des gaz à effet de serre fluorés dont le PRP est supérieur ou égal à 150, ou en sont tributaires, à l exception des circuits primaires de réfrigération des systèmes en cascade dans lesquels des gaz à effet de serre fluorés dont le PRP est inférieur à 1500 peuvent être utilisés 14. Équipements de climatisation mobiles autonomes (équipements hermétiquement scellés déplaçables 1 er janvier 2020 d une pièce à l autre par l utilisateur final) contenant des HFC dont le PRP est supérieur ou égal à Systèmes de climatisation bi-blocs qui contiennent moins de 3 kg de gaz à effet de serre fluorés et qui 1 er janvier 2025 contiennent des gaz à effet de serre fluorés dont le PRP est supérieur ou égal à 750, ou qui en sont tributaires 16. Mousses contenant des HFC dont le PRP est supérieur ou ou égal à 150, sauf si ce type de mousse est nécessaire pour satisfaire aux normes de sécurité nationale Mousses en polystyrène extrudé (XPS) 1 er janvier 2020 Autres mousses 1 er janvier Aérosols techniques contenant des HFC dont le PRP est supérieur ou égal à 150, sauf si ce type d aérosol est 1 er janvier 2018 nécessaire pour satisfaire aux normes de sécurité nationales ou lorsqu il est utilisé pour des applications médicales

10 Le nouveau RÈglement F-Gaz Ce que vous devez savoir sur le nouveau Règlement F-Gaz Certains fabricants et/ou produits peuvent-ils être exemptés de ces interdictions? Oui. Le règlement prévoit deux options : Lorsqu aucune alternative n est disponible ou que les alternatives ne peuvent pas être utilisées pour des raisons techniques ou de sécurité, ou lorsque l utilisation de ces alternatives entraînerait des coûts disproportionnés, il est possible d obtenir une exemption pour une période de quatre ans. Afin d obtenir cette exemption, l État membre concerné doit effectuer une demande d exemption au nom du fabricant et cette demande doit ensuite être approuvée par tous les autres États membres ainsi que par la Commission Européenne. Si, au cours du cycle de vie, les équipements génèrent moins d émissions de gaz à effet de serre avec des HFC (en prenant en compte les taux de fuite et de récupération) que les mêmes équipements sans HFC. Ceci devrait être exposé dans les mesures de mise en œuvre correspondantes qui sont adoptées dans la directive Ecodesign. 23. Est-il nécessaire de changer l étiquetage? D ici la fin de l année 2016, l étiquetage des équipements existants (tels que les équipements de climatisation et de pompes à chaleur 4 ) peut être utilisé. À partir de 2017, l étiquetage des nouveaux équipements placés sur le marché devra être changé, la nouvelle législation nécessitant de légères adaptations par rapport au règlement Les obligations d étiquetage existantes (lisibilité, indélébilité, indication des valeurs de PRP, traduction et localisation) seront maintenues, mais à partir de 2017, les quantités de fluide frigorigène devront être indiquées aussi en équivalent CO 2. Il sera également nécessaire d inclure des informations sur le PRP (pour les gaz dont le PRP est supérieur à 150) dans les descriptions utilisées à des fins publicitaires. La Commission n a pas encore spécifié d autres détails concernant ces exigences en matière de publicité. En cas d utilisation de fluides frigorigènes recyclés ou régénérés, le numéro de série ainsi que le nom et l adresse de l usine de recyclage ou de récupération doivent être mentionnés. 4 L article 12.1 donne un aperçu exhaustif des équipements qui devront porter une étiquette : les équipements de réfrigération ; les équipements de climatisation ; les pompes à chaleur ; les équipements de protection contre les incendies ; les appareils de commutation électrique ; les générateurs d aérosol contenant des gaz à effet de serre fluorés, à l exception des inhalateurs doseurs destinés à l administration de produits pharmaceutiques ; l ensemble des conteneurs de gaz à effet de serre fluorés ; les solvants à base de gaz à effet de serre fluorés ; les cycles organiques de Rankine.

11 Le nouveau RÈglement F-Gaz Ce que vous devez savoir sur le nouveau Règlement F-Gaz 9 04 À L ATTENTION DES EXPLOITANTS ET DES UTILISATEURS DE F-GAZ 24. Qu est-ce qu un exploitant? L exploitant est la personne physique ou morale exerçant le pouvoir actuel sur le fonctionnement technique des produits et équipements. Un État Membre peut dans certaines situations spécifiques désigner le propriétaire comme étant responsable des obligations de l exploitant. Thinkstock 25. Dans quelle mesure la réduction progressive et les interdictions me concernent-elles? Bien qu un exploitant soit susceptible de ne pas être la société produisant les HFC ou fabricant les équipements, la réduction progressive aura tout de même un impact, étant donné qu il y aura de moins en moins de HFC disponibles et qu ils risquent de devenir de plus en plus chers. C est une donnée qu il est important de garder en tête lors de la planification des entretiens et de la maintenance future. Il faut s attendre à une augmentation de l utilisation des fluides frigorigènes alternatifs, notamment dans les applications concernées par l entrée en vigueur des nouvelles interdictions. Étant donné que la plupart des alternatives sont inflammables, il est très important d être informé de l existence de ces alternatives et de leurs spécificités afin de s assurer qu elles sont manipulées de façon sûre, appropriée et efficace. Pour une explication du principe clé de la réduction progressive et des interdictions, veuillez vous référer aux paragraphes précédents. 26. Les HFC peuvent-ils continuer d être utilisés pour l entretien et la maintenance des équipements? Oui, mais il existe certaines restrictions. À partir de 2020, l utilisation de gaz à effet de serre fluorés vierges dont le PRP est supérieur ou égal à 2500 pour l entretien ou la maintenance des équipements de réfrigération ayant une charge de 40 tonnes équivalent CO 2 ou plus, est interdite. Cette interdiction ne s applique pas aux équipements militaires ou aux équipements destinés à des applications conçues pour refroidir des produits à une température inférieure à -50 C. Jusqu en 2030, les HFC recyclés ou régénérés dont le PRP est supérieur à 2500 peuvent encore être utilisés pour la maintenance et l entretien des équipements. Aucune restriction concernant l utilisation pour l entretien et la maintenance des HFC dont le PRP est inférieur à Les exploitants doivent-ils continuer à prévenir les émissions de gaz fluorés? Oui. Les exploitants prennent toutes les mesures disponibles pour prévenir les émissions de F-gaz, par exemple : La détection régulière des fuites sur les équipements installés sur le marché et la réparation sans délai de toute fuite sur un équipement de réfrigération, de climatisation et de pompe à chaleur. Lorsqu une fuite a été réparée, l exploitant veille à ce que l équipement soit vérifié par une personne certifiée dans le mois qui suit la réparation afin de vérifier l efficacité de cette réparation. La récupération au cours des interventions de maintenance et d entretien ainsi qu en fin de vie des équipements (pas de rejet dans l atmosphère).

12 Le nouveau RÈglement F-Gaz Ce que vous devez savoir sur le nouveau Règlement F-Gaz Quels sont les équipements devant être soumis à une vérification des fuites? Comme dans le règlement 2006, la régularité des contrôles dépend du contenu en fluides frigorigènes des équipements (par circuit de réfrigération). Cependant, au lieu de calculer le contenu en kilogrammes (comme c était le cas dans la législation de 2006), les contrôles de fuite dépendent dorénavant du nombre de tonnes équivalent CO 2 contenues dans le circuit de réfrigération : Pour les équipements contenant des gaz à effet de serre fluorés compris entre 5 et 50 tonnes d équivalent CO 2 par circuit, les contrôles sont à effectuer tous les 12 mois (ou 24 mois en présence d un système de détection des fuites). Certains équipements de moins de 3 kg de charge qui étaient jusqu alors exemptés peuvent dorénavant être soumis à l obligation de contrôle des fuites. Exemple : les systèmes de plus de 1,2 kg de 404A. Pour les équipements compris entre 50 et 500 tonnes d équivalent CO 2 par circuit, les contrôles sont à effectuer tous les 6 mois (ou 12 mois en présence d un système de détection des fuites). Pour les équipements de plus de 500 tonnes d équivalent CO 2 par circuit, les contrôles sont à effectuer tous les 3 mois (ou 6 mois en présence d un système de détection des fuites). Nombre de tonnes d équivalent CO 2 / circuit Fréquence de vérification des fuites Absence d un système de détection des fuites Présence d un système de détection des fuites Entre 5 et 50 Tous les Tous les tonnes 12 mois 24 mois Entre 50 et Tous les Tous les 500 tonnes 6 mois 12 mois Plus de 500 tonnes Tous les 3 mois Tous les 6 mois Lorsque l équipement est hermétiquement scellé, il ne fait pas l objet d une obligation de contrôle de fuite si la quantité dans le circuit est inférieure à 10 tonnes d équivalent CO 2, à condition que l équipement soit étiqueté comme tel. 29. Existe-t-il des exigences minimales pour les systèmes de détection des fuites? Oui. Les exigences applicables sont les suivantes : Les exploitants d équipements de réfrigération fixes, d équipements de climatisation fixes, de pompes à chaleur fixes et d équipements de protection contre les incendies fixes contenant des quantités de HFC supérieures ou égales à 500 tonnes d équivalent CO 2, veillent à ce que les équipements soient munis d un système de détection de fuite qui alerte l exploitant ou une société d entretien en cas de fuite. Les exploitants d appareils de commutation électrique et de cycles organiques de Rankine contenant des quantités de HFC supérieures ou égales à 500 tonnes d équivalent CO 2 et installés à partir du 1er janvier 2017, veillent à ce que ces équipements soient munis d un système de détection de fuite qui alerte l exploitant ou une société d entretien en cas de fuite. Les exploitants d équipements de réfrigération fixes, d équipements de climatisation fixes, de pompes à chaleur fixes, d équipements de protection contre les incendies fixes et de cycles organiques de Rankine veillent à ce que les systèmes de détection de fuite soient vérifiés au moins une fois tous les 12 mois afin de s assurer qu ils fonctionnent correctement. Les exploitants d appareils de commutation électrique veillent à ce que les systèmes de détection de fuite soient vérifiés au moins tous les 6 ans afin de s assurer qu ils fonctionnent correctement.

13 Le nouveau RÈglement F-Gaz Ce que vous devez savoir sur le nouveau Règlement F-Gaz Est-ce que tous les équipements doivent faire l objet d un contrôle de fuite? Non. Les exigences de contrôle de fuite ne s appliquent pas aux équipements ci-dessous : Les équipements de moins de 5 tonnes d équivalent CO 2 ; Les équipements étiquetés comme étant hermétiquement scellés qui contiennent moins de 10 tonnes d équivalent CO 2 ; Certains appareils de commutation électrique ; Jusqu au 31 décembre 2016, les équipements qui contiennent moins de 3 kg de gaz à effet de serre fluorés ou les équipements hermétiquement scellés qui sont étiquetés comme tels et contiennent moins de 6 kg de gaz à effet de serre fluorés. 31. Le système de détection de fuite est-il obligatoire? Cela dépend du type d équipement : Il n est pas obligatoire pour les équipements dont la charge est inférieure à 500 tonnes équivalent CO 2 de disposer d un système de détection des fuites. Cependant, si un système de détection de fuite est mis en place, la fréquence des contrôles de fuite est réduite. À partir de 2015, il est obligatoire pour les équipements fixes de réfrigération, de climatisation, de pompes à chaleur et d équipements de protection contre les incendies contenant des F-gaz représentant 500 tonnes d équivalent CO 2 ou plus (c était déjà obligatoire avec le règlement gaz fluorés 2006 pour les charges supérieures ou égales à 300 kg). 32. Sur quels critères doivent reposer les vérifications de fuite? Comme dans le règlement de 2006, la régularité des contrôles dépend du contenu en fluides frigorigènes des équipements (par circuit de réfrigération). Cependant, conformément aux nouvelles règles, les contrôles de fuite dépendront du nombre de tonnes équivalent CO 2 contenues dans le circuit de réfrigération (au lieu de baser les seuils sur les kilogrammes comme c était le cas dans la législation 2006). Dans la pratique, cela signifie que les obligations de contrôle de fuite peuvent dorénavant s appliquer à des équipements qui n étaient jusqu alors pas concernés. C est typiquement le cas lorsque le Potentiel de Réchauffement Planétaire du fluide frigorigène est élevé, puisqu alors le seuil exprimé en équivalent CO 2 risque d être atteint avant le seuil de charge exprimé en kg qui était appliqué jusqu alors. Les exigences de contrôle de fuite s appliquent uniquement aux HFC, PFC, et SF6 mentionnés en annexe I ou aux mélanges contenant l une de ces substances. Les exigences de vérification des fuites ne s appliquent pas aux équipements listés en annexe II, par exemple elles ne s appliquent pas aux HFC insaturés (HFO). La nouvelle réglementation utilise les valeurs d évaluation du 4 ème IPCC (et non les valeurs d évaluation du 3 ème IPCC qui étaient utilisées dans le règlement 2006) et différentes annexes font référence à ces valeurs : L annexe 1 létablit la liste de la valeur de PRP de chaque composant de gaz fluorés L annexe 2 couvre d autres gaz à effet de serre fluorés pour lesquels le contrôle de fuite n est pas obligatoire ; L annexe 4 décrit la méthode de calcul du PRP total d un mélange ou assemblage. Cette annexe établit également la liste des valeurs PRP à utiliser pour les substances non fluorées qui sont utilisées dans les mélanges ou assemblages. À partir de 2017, il est obligatoire pour les appareils de commutation électrique et les cycles organiques de Rankine.

14 Le nouveau RÈglement F-Gaz Ce que vous devez savoir sur le nouveau Règlement F-Gaz Qui est en charge de la récupération et de la régénération des fluides frigorigènes? Les exploitants d équipements fixes comme de camions et remorques réfrigérés doivent veiller à ce que la récupération, la régénération ou la destruction de gaz fluorés (non contenus dans des mousses) soient effectués par des personnes certifiées. Les trains, trams ou bus ne sont pas concernés par cette disposition. 34. Quand doit-on récupérer les gaz fluorés? La récupération dans un objectif de recyclage, de régénération ou de destruction des gaz à effet de serre fluorés doit avoir lieu avant l élimination finale des équipements et, si nécessaire, pendant les opérations d entretien et de maintenance.

15 Le nouveau RÈglement F-Gaz Ce que vous devez savoir sur le nouveau Règlement F-Gaz À L ATTENTION DES INSTALLATEURS D ÉQUIPEMENTS 35. Qui a besoin d une certification? Comme dans le règlement 2006, les personnes physiques utilisant des gaz fluorés comme les sociétés réalisant l installation, l entretien ou la maintenance doivent être certifiées. 36. Les exigences de formation et de certification vont-elles dorénavant être harmonisées au niveau de l UE? Non. Il n existe pas de système unique de formation ou de certification pour tous les États membres de l UE. La responsabilité de la mise en place et de l évaluation de programmes de certification continue d incomber aux États membres. Ils doivent veiller à ce que la formation soit disponible pour les personnes et les sociétés qui utilisent des gaz fluorés (c est-à-dire tous ceux impliqués dans l installation, l entretien/la maintenance, la désaffectation, e contrôle des fuites ou la récupération). 37. Les «anciens» certificats ou attestations de formation doivent-ils être renouvelés? Non. Les certificats et attestations de formation existants restent valides. 38. Avec l incorporation de fluides frigorigènes alternatifs, une formation à ces nouveaux fluides sera-t-elle nécessaire? Les programmes de certification et de formation doivent effectivement inclure des informations concernant les technologies pertinentes permettant de remplacer ou de réduire l utilisation de gaz à effet de serre fluorés et leur manipulation en toute sécurité. Le règlement maintient le principe de reconnaissance mutuelle, ce qui signifie qu un certificat ou une attestation de formation délivré par un État membre doit être reconnu par les autres États Membres. Pour de plus amples informations sur les exigences de formation et de certification, veuillez contacter le membre d EPEE, AREA via

16 Promouvoir l efficacité énergétique et une gestion responsable des fluides frigorigènes Heating and cooling is your life and our mission D AUTRES QUESTIONS? CONTACTEZ-NOUS À EPEE European Partnership for Energy and the Environment Avenue des Arts 46, 1000 Brussels Tel : +32 (0) Ou suivez-nous sur

Les devoirs du Détenteur d équipements

Les devoirs du Détenteur d équipements P o u r u n e u t i l i s a t i o n r e s p o n s a b l e d e s f l u i d e s f r i g o r i g è n e s AFCE - Association loi 1901, créée en 1995 : Groupement des industriels et utilisateurs du Froid et

Plus en détail

Réglementation européenne prise en application du Protocole de Montréal

Réglementation européenne prise en application du Protocole de Montréal Réglementation européenne prise en application du Protocole de Montréal Clarisse DURAND Chargée de mission Substances appauvrissant la couche d'ozone - Gaz à effet de serre fluorés Bureau des Substances

Plus en détail

CIRCULAIRE N 2983 DU 18/01/2010

CIRCULAIRE N 2983 DU 18/01/2010 CIRCULAIRE N 2983 DU 18/01/2010 Objet : Utilisation des fluides frigorigènes dans les installations de réfrigération A l'attention de(s) : Pour information : Monsieur l'administrateur général de l'administration

Plus en détail

Réduction progressive de la consommation de HFC dans l UE Évaluation des implications pour le secteur RAC RAPPORT FINAL

Réduction progressive de la consommation de HFC dans l UE Évaluation des implications pour le secteur RAC RAPPORT FINAL Réduction progressive de la consommation de HFC dans l UE Évaluation des implications pour le secteur RAC RAPPORT FINAL Version 11 Septembre 2012 Réduction progressive de la consommation de HFC dans l

Plus en détail

L 92/28 Journal officiel de l Union européenne 3.4.2008

L 92/28 Journal officiel de l Union européenne 3.4.2008 L 92/28 Journal officiel de l Union européenne 3.4.2008 RÈGLEMENT (CE) N o 308/2008 DE LA COMMISSION du 2 avril 2008 établissant, conformément au règlement (CE) n o 842/2006 du Parlement européen et du

Plus en détail

entourer les catégories E q u i p e m e n t c o n c e r n é Lieu d'implantation : Charge initiale : Kg

entourer les catégories E q u i p e m e n t c o n c e r n é Lieu d'implantation : Charge initiale : Kg FICHE D'INTERVENTION sur CIRCUIT de FROID, CLIMATISATION, POMPE A CHALEUR (fixe) CONTENANT des CFC HCFC ou HFC à conserver 5 ans par l'opérateur et le détenteur suivant le Code de l'environnement articles

Plus en détail

RÈGLEMENTS. Journal officiel de l Union européenne L 286/1. (Actes pris en application des traités CE/Euratom dont la publication est obligatoire)

RÈGLEMENTS. Journal officiel de l Union européenne L 286/1. (Actes pris en application des traités CE/Euratom dont la publication est obligatoire) 31.10.2009 Journal officiel de l Union européenne L 286/1 I (Actes pris en application des traités CE/Euratom dont la publication est obligatoire) RÈGLEMENTS RÈGLEMENT (CE) N o 1005/2009 DU PARLEMENT EUROPÉEN

Plus en détail

INFORMATIONS LES EXPLOITANTS D ÉQUIPEMENTS CONTENANT DES GAZ À EFFET DE SERRE FLUORÉS

INFORMATIONS LES EXPLOITANTS D ÉQUIPEMENTS CONTENANT DES GAZ À EFFET DE SERRE FLUORÉS INFORMATIONS pour LES EXPLOITANTS D ÉQUIPEMENTS CONTENANT DES GAZ À EFFET DE SERRE FLUORÉS Équipements fixes de réfrigération, de climatisation et de pompes à chaleur Règlement (CE) n 842/2006 relatif

Plus en détail

Guide du bon contrôle de fuite

Guide du bon contrôle de fuite Projet ZERO émissions et fuite de fluide frigorigène Guide du bon contrôle de fuite Traduit et adapté à la France par l www.afce.asso.fr Page 0 Guide du bon contrôle de fuite L Institut de Réfrigération

Plus en détail

Marquage CE Mode d emploi SOMMAIRE : I. Les produits concernés

Marquage CE Mode d emploi SOMMAIRE : I. Les produits concernés Marquage CE Mode d emploi Août 2014 SOMMAIRE : I. Les produits concernés II. Les acteurs concernés a. Le fabricant b. Le mandataire c. L importateur d. Le distributeur III. La mise en conformité des produits

Plus en détail

DIRECTIVE 2006/40/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL

DIRECTIVE 2006/40/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL L 161/12 FR Journal officiel de l'union européenne 14.6.2006 DIRECTIVE 2006/40/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 17 mai 2006 concernant les émissions provenant des systèmes de climatisation des

Plus en détail

Réglementation. Import/Export CHAPITRE 6

Réglementation. Import/Export CHAPITRE 6 CHAPITRE 6 Réglementation Import/Export Dans ce chapitre: Rubriques / pages Prescriptions du Traité/ 187 Mesures Législatives et Administratives / 191 Conformité / 194 Diffusion / 196 Programme d Assistance

Plus en détail

CONFINEMENT D UNE GROSSE INSTALLATION

CONFINEMENT D UNE GROSSE INSTALLATION CONFINEMENT D UNE GROSSE INSTALLATION Olivier ROBERT Responsable Qualité, Sécurité, Environnement de la société ENERTHERM Vice Président de CLIMAFORT Plan de la présentation : Introduction : L utilisation

Plus en détail

Demande d attestation de capacité sur www.datafluides.fr Guide de prise en main

Demande d attestation de capacité sur www.datafluides.fr Guide de prise en main Demande d attestation de capacité sur www.datafluides.fr Guide de prise en main 2 LES ETAPES DE VOTRE DEMANDE D ATTESTATION DE CAPACITE AVEC LE CEMAFROID Transmettre le bon de commande complété avec le

Plus en détail

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale des entreprises et de l industrie Document d orientation 1 Bruxelles, le 1 er février 2010 - L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures

Plus en détail

Emis le : 5/08/2011 Mis à jour : 10/2014

Emis le : 5/08/2011 Mis à jour : 10/2014 Emetteur : CRMA Limousin Page 1 sur 6 1. Quelle réglementation s applique à mon entreprise? Emis le : 5/08/2011 Toute entreprise artisanale ou industrielle est soumise au règlement sanitaire départemental.

Plus en détail

Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc.

Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc. 11 mars 2005 Marquage CE / Productions non en série / Projet de norme «portes et fenêtres» Position de EBC sur le projet révisé de «Guidance Paper M» (déc. 2004) Introduction Tous les produits de construction

Plus en détail

Le marquage CE vous ouvre les portes du marché européen!

Le marquage CE vous ouvre les portes du marché européen! Le marquage CE vous ouvre les portes du marché européen! Commission européenne Entreprises et industrie Table des matières Qu est-ce que le marquage CE? Qu est-ce que le marquage CE? 3 Obligations légales

Plus en détail

BILAN GAZ A EFFET DE SERRE THALES S.A. Réf : DENV/CG/sbs/12/171//COU Page 1

BILAN GAZ A EFFET DE SERRE THALES S.A. Réf : DENV/CG/sbs/12/171//COU Page 1 BILAN GAZ A EFFET DE SERRE THALES S.A Réf : DENV/CG/sbs/12/171//COU Page 1 SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 2. PRESENTATION DE THALES SA... 3 2.1. Informations relatives à la personne morale... 3 2.2. Personne

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre

Bilan des émissions de gaz à effet de serre Bilan des émissions de gaz à effet de serre SOMMAIRE 1 Contexte réglementaire 3 2 Description de la personne morale 4 3 Année de reporting de l exercice et l année de référence 6 4 Emissions directes de

Plus en détail

Capture et stockage du CO2 (CCS)

Capture et stockage du CO2 (CCS) European Technology Platform for Zero Emission Fossil Fuel Power Plants (ZEP) Capture et stockage du CO2 (CCS) Une solution majeure pour combattre le changement climatique 50% de réduction des émissions

Plus en détail

Nouvelle réglementation

Nouvelle réglementation Nouvelle réglementation [ ecodesign ] Directive 2009/125/EC à compter du 01/01/2013, les importations de produits à faible efficacité énergétique SEER et SCOP seront interdites en Europe La nouvelle réglementation

Plus en détail

ÉCOCONCEPTION ET ÉTIQUETAGE ÉNERGÉTIQUE

ÉCOCONCEPTION ET ÉTIQUETAGE ÉNERGÉTIQUE ÉCOCONCEPTION ET ÉTIQUETAGE ÉNERGÉTIQUE 2 1 LE CONTEXTE LES OBJECTIFS DES DIRECTIVES ÉCOCONCEPTION ET ÉTIQUETAGE ÉNERGÉTIQUE Protéger l environnement (1), sécuriser l approvisionnement énergétique (2)

Plus en détail

(Actes législatifs) DIRECTIVES

(Actes législatifs) DIRECTIVES 18.6.2010 Journal officiel de l Union européenne L 153/1 I (Actes législatifs) DIRECTIVES DIRECTIVE 2010/30/UE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 19 mai 2010 concernant l indication, par voie d étiquetage

Plus en détail

Administration canadienne de la sûreté du transport aérien

Administration canadienne de la sûreté du transport aérien Administration canadienne de la sûreté du transport aérien Norme relative au système de gestion des fournisseurs de services de contrôle de l ACSTA Octobre 2009 La présente norme est assujettie aux demandes

Plus en détail

Document d information 1. Principaux aspects de la proposition de la Commission COM (2000) 716 du point de vue de l alimentation animale

Document d information 1. Principaux aspects de la proposition de la Commission COM (2000) 716 du point de vue de l alimentation animale Proposition de la Commission COM (2000) 716 établissant les principes généraux et les prescriptions générales du droit alimentaire, instituant l Autorité Alimentaire Européenne et fixant des procédures

Plus en détail

Evaluation des émissions

Evaluation des émissions Evaluation des émissions de gaz à effet de serre générées par les activités de la Bourse de l Immobilier 28 Avenue thiers 33100 BORDEAUX Tél : 05 57 77 17 77 - Fax : 05 56 40 58 63 www.bourse-immobilier.fr

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre 2010-2011

Bilan des émissions de gaz à effet de serre 2010-2011 Bilan des émissions de gaz à effet de serre 21-211 Méthode Bilan Carbone - Rapport final - février 212 II. DESCRIPTION DE LA PERSONNE MORALE Page 6 Sommaire I. CONTEXTE III. ANNÉE DE REPORTING ET ANNÉE

Plus en détail

Systèmes R-22 : à quels fluides frigorigènes les convertir? Serge FRANÇOIS*

Systèmes R-22 : à quels fluides frigorigènes les convertir? Serge FRANÇOIS* TE HNIQUE Systèmes R-22 : à quels fluides frigorigènes les convertir? Serge FRANÇOIS* Le R-22, fluide frigorigène de type HCFC, sera interdit dans les installations neuves dès 2010. Dans l'existant, les

Plus en détail

Yutampo La solution 100 % énergie renouvelable

Yutampo La solution 100 % énergie renouvelable Chauffe-eau thermodynamique pour le résidentiel Yutampo La solution 100 % énergie renouvelable MAISONS INDIVIDUELLES NEUVES OU À RÉNOVER YUTAMPO u Idéal pour l eau chaude sanitaire Meilleur chauffe-eau

Plus en détail

Garantir aux enfants une protection maximale. Commission européenne DG Entreprises et industrie

Garantir aux enfants une protection maximale. Commission européenne DG Entreprises et industrie SÉCURITÉ DES JOUETS Garantir aux enfants une protection maximale Commission européenne DG Entreprises et industrie Fotolia Orange Tuesday L Union européenne (UE) compte environ 80 millions d enfants de

Plus en détail

que devez vous savoir avant le 26/09/2015?

que devez vous savoir avant le 26/09/2015? Réglementation ErP - éco-conception et étiquetage énergétique Réglementation ErP, éco-conception et étiquetage énergétique : que devez vous savoir avant le 26/09/2015? Préparez-vous au mieux à la réglementation

Plus en détail

( ) Fax : ( ) Courriel : Veuillez annexer une liste des adresses de toutes les succursales ou bureaux du proposant.

( ) Fax : ( ) Courriel : Veuillez annexer une liste des adresses de toutes les succursales ou bureaux du proposant. Chubb du Canada Compagnie d Assurance Montréal Toronto Oakville Calgary Vancouver PROPOSITION POLICE POUR DES INSTITUTIONS FINANCIÈRES Responsabilité civile professionnelle pour les planificateurs financiers

Plus en détail

Marquage CE des Granulats

Marquage CE des Granulats REFERENTIEL SECTORIEL POUR LA Page 1 sur 11 MAÎTRISE DE LA PRODUCTION DES GRANULATS (Système d'attestation de conformité 2+) SOMMAIRE : Article 1 Objet et domaine d application Article 2 Intervenants dans

Plus en détail

DIRECTIVE 2009/125/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL

DIRECTIVE 2009/125/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL L 285/10 Journal officiel de l Union européenne 31.10.2009 DIRECTIVES DIRECTIVE 2009/125/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 21 octobre 2009 établissant un cadre pour la fixation d exigences en matière

Plus en détail

allianceautopropane.com

allianceautopropane.com allianceautopropane.com QUI EST ALLIANCE AUTOPROPANE? LE PLUS GRAND RÉSEAU D AUTOPROPANIERS EN AMÉRIQUE Alliance AutoPropane est un réseau de propaniers qui se consacre à la distribution et à la vente

Plus en détail

la climatisation automobile

la climatisation automobile Un équipement en question : la climatisation automobile LES TRANSPORTS la climatisation en question La climatisation automobile, grand luxe il y a encore peu de temps, devient presque banale pour tous

Plus en détail

Prise de position du CCRE sur la proposition de directive relative à l efficacité énergétique

Prise de position du CCRE sur la proposition de directive relative à l efficacité énergétique COUNCIL OF EUROPEAN MUNICIPALITIES AND REGIONS CONSEIL DES COMMUNES ET REGIONS D EUROPE Inscrit au registre des représentants d intérêts de la Commission européenne. Numéro d inscription : 81142561702-61

Plus en détail

Système de management H.A.C.C.P.

Système de management H.A.C.C.P. NM 08.0.002 Norme Marocaine 2003 Système de management H.A.C.C.P. Exigences Norme Marocaine homologuée par arrêté du Ministre de l'industrie, du Commerce et des Télécommunications N 386-03 du 21 Février

Plus en détail

Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI

Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI 1 GUIDE DES POINTS FOCAUX NATIONAUX RSI Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI 1. Introduction Le Règlement sanitaire international (2005) (RSI(2005)) définit un point focal national

Plus en détail

Convention de Minamata sur le mercure

Convention de Minamata sur le mercure Convention de Minamata sur le mercure Les Parties à la présente Convention, Reconnaissant que le mercure est une substance chimique préoccupante à l échelle mondiale vu sa propagation atmosphérique à longue

Plus en détail

Fiche informative du Réseau Action Climat-France sur les certificats. d économie d énergie

Fiche informative du Réseau Action Climat-France sur les certificats. d économie d énergie Octobre 2006 Fiche informative du Réseau Action Climat-France sur les certificats d économie d énergie 1) Origine et objectif : C est en Angleterre, puis en Italie que le dispositif des certificats d économie

Plus en détail

Les outils de la transition énergétique ISO 50001

Les outils de la transition énergétique ISO 50001 Les outils de la transition énergétique ISO 50001 26 mars 2013 Michel HIRAUX +32 496 58 12 04 Le Management énergétique dans son contexte Management et Système de Management Objectif d un EnMS Facteurs

Plus en détail

CNAC. Appel à commentaires. Missions d examen. préparé par le Conseil des normes d audit et de certification

CNAC. Appel à commentaires. Missions d examen. préparé par le Conseil des normes d audit et de certification Appel à commentaires Missions d examen préparé par le Conseil des normes d audit et de certification Date limite de réception des commentaires : le 11 avril 2011 CNAC APPEL À COMMENTAIRES MISSIONS D EXAMEN

Plus en détail

Gestion des déchets dangereux dans les entreprises

Gestion des déchets dangereux dans les entreprises Actualités Gestion des déchets dangereux dans les entreprises Avril 2012 - Fiche n 1 Rédigée par Margot Liatard CCIR Champagne-Ardenne Qu est ce qu un déchet dangereux? Les déchets dangereux sont des déchets

Plus en détail

IFRS 10 États financiers consolidés

IFRS 10 États financiers consolidés IFRS 10 États financiers consolidés PLAN DE LA PRÉSENTATION Aperçu Application Dispositions transitoires Prochaines étapes Ressources PRÉSENTATEURS Alex Fisher, CPA, CA Directeur de projets, Orientation

Plus en détail

3 Guide pour développer un plan national de gestion des déchets de soins médicaux

3 Guide pour développer un plan national de gestion des déchets de soins médicaux 3 Guide pour développer un plan national de gestion des déchets de soins médicaux (111) Cette section présente une liste d actions recommandées qui devraient être mises en place par le gouvernement central

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e KYOTO: ECHANGE DE QUOTAS D EMISSION DE GAZ A EFFET DE SERRE

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e KYOTO: ECHANGE DE QUOTAS D EMISSION DE GAZ A EFFET DE SERRE MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 3791 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 210 30 décembre 2004 S o m m a i r e KYOTO: ECHANGE DE QUOTAS D EMISSION

Plus en détail

FLEGT Note d Information

FLEGT Note d Information Série 20 Note FLEGT Note APPLICATION DES REGLEMENTATIONS FORESTIERES, GOUVERNANCE ET ECHANGES COMMERCIAUX Directives sur le Contrôle Indépendant INTRODUCTION Le Plan d action de l UE pour l application

Plus en détail

Indicateurs Normes Codes de conduite. Françoise Berthoud Grenoble, 12 juin 2012

Indicateurs Normes Codes de conduite. Françoise Berthoud Grenoble, 12 juin 2012 Indicateurs Normes Codes de conduite Françoise Berthoud Grenoble, 12 juin 2012 Pas de normes globales.. Mais 2 initiatives importantes Recenser les Normes concevoir un document (2013) (Coordination Group

Plus en détail

Chauffage à granulés de bois

Chauffage à granulés de bois 0 Chauffage à granulés de bois Alliance pour le Climat Luxembourg Protection du climat à la base En partenariat avec plus de 00 villes et communes européennes, plusieurs communes de l Alliance pour le

Plus en détail

CHAÎNE DE TRACABILITÉ GLOSSAIRE DES TERMES ET DÉFINITIONS

CHAÎNE DE TRACABILITÉ GLOSSAIRE DES TERMES ET DÉFINITIONS CHAÎNE DE TRACABILITÉ GLOSSAIRE DES TERMES ET DÉFINITIONS Mars 2014 Sustainable Agriculture Network (SAN) and Rainforest Alliance, 2012-2014. Ce document est disponible sur les sites suivants: www.sanstandards.org

Plus en détail

Système d autorisation de mise en circulation de lots du CBER : vue d ensemble du processus actuel

Système d autorisation de mise en circulation de lots du CBER : vue d ensemble du processus actuel Système d autorisation de mise en circulation de lots du CBER : vue d ensemble du processus actuel DIAPOSITIVE 1 Cette présentation a trait au système d autorisation de mise en circulation de lots du CBER.

Plus en détail

Food. Notes de Doctrine IFS, Version 2

Food. Notes de Doctrine IFS, Version 2 Food Notes de Doctrine IFS, Version 2 Mars 2013 PrÉAMBULE Les notes de doctrine sont constituées de toutes les clarifications à caractère normatif apportées par l IFS depuis la publication de l IFS Food

Plus en détail

SERIE OCDE LES PRINCIPES DE BONNES PRATIQUES DE LABORATOIRE ET LA VERIFICATION DU RESPECT DE CES PRINCIPES. Numéro 2 (révisé)

SERIE OCDE LES PRINCIPES DE BONNES PRATIQUES DE LABORATOIRE ET LA VERIFICATION DU RESPECT DE CES PRINCIPES. Numéro 2 (révisé) DIFFUSION GÉNÉRALE OCDE/GD(95)66 SERIE OCDE LES PRINCIPES DE BONNES PRATIQUES DE LABORATOIRE ET LA VERIFICATION DU RESPECT DE CES PRINCIPES Numéro 2 (révisé) ORIENTATIONS A L INTENTION DES AUTORITES DE

Plus en détail

Achat de matériel informatique (PC, Portables, Serveurs) Aspects développement durable. Matinfo3 CNRS - 2013

Achat de matériel informatique (PC, Portables, Serveurs) Aspects développement durable. Matinfo3 CNRS - 2013 Achat de matériel informatique (PC, Portables, Serveurs) Aspects développement durable Matinfo3 CNRS - 2013 Questionnaire pour les postes fixes et portables : Questionnaire DD Dans le présent document,

Plus en détail

Lignes directrices concernant les contrôles à l importation dans le domaine de la sécurité et de la conformité des produits

Lignes directrices concernant les contrôles à l importation dans le domaine de la sécurité et de la conformité des produits COMMISSION EUROPÉENNE DIRECTION GÉNÉRALE FISCALITÉ ET UNION DOUANIÈRE Sécurité et sûreté, facilitation des échanges et coordination internationale Protection des citoyens et application des DPI Lignes

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

Bilan des émissions de gaz à effet de serre de la société Fromageries BEL SA

Bilan des émissions de gaz à effet de serre de la société Fromageries BEL SA Bilan des émissions de gaz à effet de serre de la société Fromageries BEL SA 1. Description de la société Fromageries Bel SA : Code NAF : 1051C Code SIREN : 542.088.067, les numéros SIRET associés sont

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document:

DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT. accompagnant le document: COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 22.4.2015 SWD(2015) 88 final DOCUMENT DE TRAVAIL DES SERVICES DE LA COMMISSION RÉSUMÉ DE L'ANALYSE D'IMPACT accompagnant le document: Rapport de la Commission au Parlement

Plus en détail

EXIGENCES COMPLÉMENTAIRES POUR L ATTRIBUTION ET LE SUIVI D'UNE QUALIFICATION PROFESSIONNELLE D'ENTREPRISE DANS L ACTIVITÉ :

EXIGENCES COMPLÉMENTAIRES POUR L ATTRIBUTION ET LE SUIVI D'UNE QUALIFICATION PROFESSIONNELLE D'ENTREPRISE DANS L ACTIVITÉ : 1/5 EXIGENCES COMPLÉMENTAIRES POUR L ATTRIBUTION ET LE SUIVI D'UNE QUALIFICATION PROFESSIONNELLE D'ENTREPRISE DANS L ACTIVITÉ : PLOMBERIE INSTALLATIONS SANITAIRES Date d application : 01 juillet 2015 2/5

Plus en détail

Entente administrative sur la certification de produits conclue entre. la Direction générale de Transports Canada, Aviation civile (TCAC)

Entente administrative sur la certification de produits conclue entre. la Direction générale de Transports Canada, Aviation civile (TCAC) Entente administrative sur la certification de produits conclue entre la Direction générale de Transports Canada, Aviation civile (TCAC) et l Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) (ci-après

Plus en détail

Exploitation maintenance

Exploitation maintenance Exploitation maintenance L exigence du service Air Climat en quelques mots Air Climat est un groupe indépendant, qui privilégie des valeurs essentielles : compétences des hommes, innovation et maîtrise

Plus en détail

2.3. Toute modification ou tout complément apporté au contrat nécessite impérativement un accord préalable écrit entre les deux parties.

2.3. Toute modification ou tout complément apporté au contrat nécessite impérativement un accord préalable écrit entre les deux parties. CONDITIONS générales de vente Poelmann Huizen B.V. Siège social : 7 Handelsweg - 1271 EJ Huizen Pays-Bas. I. GENERALITES Article 1 Applicabilité des conditions générales de vente 1.1. Ces conditions générales

Plus en détail

Notice d emploi. Module hydraulique hybride GENIA MODULE CRM BB MI

Notice d emploi. Module hydraulique hybride GENIA MODULE CRM BB MI Notice d emploi Module hydraulique hybride GENIA MODULE CRM BB MI Table des matières LIRE ATTENTIVEMENT AVANT UTILISATION 1 Lisez-moi... 2 1.1 Bienvenue... 2 1.2 Enregistrement de votre garantie... 2

Plus en détail

Position AMF n 2013-16 Notions essentielles contenues dans la directive sur les gestionnaires de fonds d investissement alternatifs

Position AMF n 2013-16 Notions essentielles contenues dans la directive sur les gestionnaires de fonds d investissement alternatifs Position AMF n 2013-16 Notions essentielles contenues dans la directive sur les gestionnaires de fonds Texte de référence : article L. 214-24, I du code monétaire et financier. L AMF applique l ensemble

Plus en détail

Acquisition. d une centrale de surveillance des températures CAHIER DES CHARGES. Maître de l'ouvrage :

Acquisition. d une centrale de surveillance des températures CAHIER DES CHARGES. Maître de l'ouvrage : Acquisition d une centrale de surveillance des températures CAHIER DES CHARGES Maître de l'ouvrage : INSTITUT NATIONAL DE LA RECHERCHE AGRONOMIQUE Etablissement public à caractère Scientifique et Technologique

Plus en détail

Module 6 Envois de matières infectieuses réfrigérés avec de la glace carbonique

Module 6 Envois de matières infectieuses réfrigérés avec de la glace carbonique Module 6 Envois de matières infectieuses réfrigérés avec de la glace Aperçu Page 2 de 28 Emballages appropriés Marquage et étiquetage Documentation exigée Exercice: emballage en présence de glace Page

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT LES GRANDS PRINCIPES. Un crédit d impôt : pourquoi? AVANT-PROPOS. Un crédit d impôt : comment? Un crédit d impôt : dans quels cas?

CRÉDIT D IMPÔT LES GRANDS PRINCIPES. Un crédit d impôt : pourquoi? AVANT-PROPOS. Un crédit d impôt : comment? Un crédit d impôt : dans quels cas? Mise à jour mars 2006 CRÉDIT D IMPÔT LES GRANDS PRINCIPES AVANT-PROPOS Le crédit d impôt en faveur des économies d énergie et du développement durable constitue une triple opportunité : Il offre à l utilisateur

Plus en détail

Responsabilité sociale et environnementale POLITIQUE SECTORIELLE PRODUCTION D ELECTRICITE A PARTIR DU CHARBON

Responsabilité sociale et environnementale POLITIQUE SECTORIELLE PRODUCTION D ELECTRICITE A PARTIR DU CHARBON Responsabilité sociale et environnementale POLITIQUE SECTORIELLE PRODUCTION D ELECTRICITE A PARTIR DU CHARBON P.1/11 Sommaire Préambule... 3 1. Politique sectorielle... 4 1.1 Objectif... 4 1.2 Portée...

Plus en détail

Bilan Carbone MAAF :

Bilan Carbone MAAF : Bilan Carbone MAAF MAAF ET LES GAZ À EFFET DE SERRE La loi Grenelle II, promulguée le 12 juillet 2010, a rendu obligatoire la réalisation d un Bilan des émissions de Gaz à Effet de Serre (BEGES) pour toutes

Plus en détail

Réforme des comptes d épargne réglementés

Réforme des comptes d épargne réglementés Réforme des comptes d épargne réglementés Liste des questions Liste des questions Pourquoi une réforme des comptes d épargne réglementés? 3 En quoi consiste concrètement la réforme? 3 Qui est touché par

Plus en détail

Foire aux questions sur le compte d épargne libre d impôt (CELI)

Foire aux questions sur le compte d épargne libre d impôt (CELI) PLANIFICATION FISCALE Foire aux questions sur le compte d épargne libre d impôt (CELI) Le compte d épargne libre d impôt (CELI) est un instrument d épargne lancé en 2009 permettant aux résidents canadiens

Plus en détail

Peut-on envisager un effet direct?

Peut-on envisager un effet direct? Les implications de la convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées sur la législation de l UE concernant le handicap Peut-on envisager un effet direct? Peut-on envisager

Plus en détail

«Les certificats blancs : comment lancer le système?»

«Les certificats blancs : comment lancer le système?» MINEFI DGEMP Bercy Paris 27 octobre 2005 «Les certificats blancs : comment lancer le système?» Discutant Jacques Percebois Professeur à l Université Montpellier I Directeur du CREDEN DISPOSITIFS EFFETS

Plus en détail

Annexe A : Tableau des exigences

Annexe A : Tableau des exigences E1 E1.1 E1.2 E1.3 E1.4 E1.5 E1.6 Exigences générales production Les végétaux destinés à la consommation humaine doivent être cultivés au Québec. Les végétaux destinés à la consommation humaine doivent

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG Version 1.0 1 Avant-propos Ce guide de bonnes pratiques a été préparé pour fournir des informations concernant la collecte

Plus en détail

Sondage sur le climat. scolaire. Guide d utilisation à l attention des administratrices et des administrateurs

Sondage sur le climat. scolaire. Guide d utilisation à l attention des administratrices et des administrateurs Sondage sur le climat scolaire Guide d utilisation à l attention des administratrices et des administrateurs SONDAGE EN LIGNE Table des matières Introduction...2 Instructions étape par étape à l intention

Plus en détail

PROGRAMMES D ENTRETIEN

PROGRAMMES D ENTRETIEN Page 1 sur 10 1 OBJET La présente fiche a pour objet de réunir les directives nécessaires à l élaboration du programme d entretien d un aéronef des catégories de ceux utilisés dans le vol à voile (remorqueurs,

Plus en détail

Marquage CE. pour structures en acier

Marquage CE. pour structures en acier Marquage CE pour structures en acier guide pratique - édition 2013 Marquage CE pour structures en acier Guide pratique Avant-propos La première édition de cette publication a été rédigée en 2010 et éditée

Plus en détail

Avis d Energie-Cités. Cette proposition est disponible sur : http://europa.eu.int/eur-lex/fr/com/dat/2001/fr_501pc0226.html

Avis d Energie-Cités. Cette proposition est disponible sur : http://europa.eu.int/eur-lex/fr/com/dat/2001/fr_501pc0226.html Avis d Energie-Cités Projet de Directive Performance énergétique des bâtiments Octobre 2001 Proposition de Directive du Parlement européen et du Conseil présentée par la Commission [COM(2001) 226 final

Plus en détail

Questionnaire de vérification pour l implantation de la norme ISO 14001 dans une entreprise

Questionnaire de vérification pour l implantation de la norme ISO 14001 dans une entreprise Questionnaire de vérification pour l implantation de la norme ISO 14001 dans une entreprise Questionnaire de vérification pour l implantation de la norme ISO 14001 dans une entreprise La politique environnementale

Plus en détail

Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse

Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse Récapitulatif de l étude Utilité écologique du recyclage du PET en Suisse réalisé par Dr. Fredy Dinkel Carbotech AG, Bâle par ordre de PRS - PET-Recycling Schweiz Contact PRS - PET-Recycling Schweiz Naglerwiesenstrasse

Plus en détail

Conditions Générales d Intervention du CSTB pour la délivrance d une HOMOLOGATION COUVERTURE

Conditions Générales d Intervention du CSTB pour la délivrance d une HOMOLOGATION COUVERTURE DEPARTEMENT ENVELOPPES ET REVETEMENTS Constructions Légères et Couvertures Conditions Générales d Intervention du CSTB pour la délivrance d une HOMOLOGATION COUVERTURE Livraison Cahier V1 de Mars 2010

Plus en détail

Bienvenue Helpdesk Chauffage PEB 03/10/2013 1

Bienvenue Helpdesk Chauffage PEB 03/10/2013 1 Bienvenue Helpdesk Chauffage PEB 03/10/2013 1 La réglementation Chauffage PEB en Région de Bruxelles Capitale: aujourd hui et demain Helpdesk Chauffage PEB /EPB Verwarming 03/10/2013 2 Agenda Introduction

Plus en détail

DOCUMENT DE CONSULTATION

DOCUMENT DE CONSULTATION COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 10.4.2015 C(2015) 2303 final DOCUMENT DE CONSULTATION Première phase de consultation des partenaires sociaux au titre de l article 154 du TFUE concernant une consolidation

Plus en détail

ESII. Une entreprise éco-citoyenne

ESII. Une entreprise éco-citoyenne ESII Une entreprise éco-citoyenne ESII s inscrit dans une politique de développement durable garantissant la mise en œuvre de pratiques sans danger pour l environnement ainsi que le respect des normes

Plus en détail

NOUVEAU PROGRAMME D ASSURANCE EXCLUSIF À INTERNACHI QUÉBEC PLAN VUE D ENSEMBLE.

NOUVEAU PROGRAMME D ASSURANCE EXCLUSIF À INTERNACHI QUÉBEC PLAN VUE D ENSEMBLE. NOUVEAU PROGRAMME D ASSURANCE EXCLUSIF À INTERNACHI QUÉBEC PLAN VUE D ENSEMBLE. Vue d ensemble: ce plan exclusif est le résultat de plus d un an de consultations, rencontres, recherches etc. avec des experts,

Plus en détail

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ 1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT NOR : SOCU 00611881A ARRÊTÉ relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments existants proposés à

Plus en détail

Bilan GES réglementaire d Eovi Mutuelle en France. Olivier Laguitton

Bilan GES réglementaire d Eovi Mutuelle en France. Olivier Laguitton Bilan GES réglementaire d Eovi Mutuelle en France Olivier Laguitton Saint Etienne, le 18 février 2013 Contenu de la présentation Le contexte du développement durable Passage en revue de la législation

Plus en détail

LA SOCIÉTÉ CANADIAN TIRE VIABILITÉ DE L ENTREPRISE EMPREINTE ÉCOLOGIQUE DE L ENTREPRISE ET DE LA CHAÎNE D APPROVISIONNEMENT 2007 (1)

LA SOCIÉTÉ CANADIAN TIRE VIABILITÉ DE L ENTREPRISE EMPREINTE ÉCOLOGIQUE DE L ENTREPRISE ET DE LA CHAÎNE D APPROVISIONNEMENT 2007 (1) Incorporées aux produits (2) LA SOCIÉTÉ CANADIAN TIRE VIABILITÉ DE L ENTREPRISE EMPREINTE ÉCOLOGIQUE DE L ENTREPRISE ET DE LA CHAÎNE D APPROVISIONNEMENT 2007 (1) TABLEAU 1 TOTAUX Émissions de gaz à effet

Plus en détail

Forum annuel Plan Climat des Alpes-Maritimes

Forum annuel Plan Climat des Alpes-Maritimes Forum annuel Plan Climat des Alpes-Maritimes 15 Novembre 2013 Franck Lavagna franck.lavagna@orange.com Directeur des relations avec les Collectivités Locales José-Pedro Machado josepedro.machado@orange.com

Plus en détail

Foire aux questions (FAQ)

Foire aux questions (FAQ) Règlement (CE) n 924/2009 concernant les paiements transfrontaliers dans la Communauté (Règlement concernant l égalité des frais pour les paiements nationaux et transfrontaliers) Foire aux questions (FAQ)

Plus en détail

Synthèse sur les réglementations et permis relatifs à l installation et à l exploitation de pompes à chaleur en Région wallonne

Synthèse sur les réglementations et permis relatifs à l installation et à l exploitation de pompes à chaleur en Région wallonne Synthèse sur les réglementations et permis relatifs à l installation et à l exploitation de pompes à chaleur en Région wallonne Version 1 28 mai 2009 Synthèse sur les réglementations et permis relatifs

Plus en détail

Obtenir le titre de prêteur. agréé. La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION

Obtenir le titre de prêteur. agréé. La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION Obtenir le titre de prêteur agréé La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION La SCHL aide les Canadiens à répondre à leurs besoins en matière de logement. En tant qu autorité en matière

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES CLAUSES ET CONDITIONS GENERALES

CAHIER DES CHARGES CLAUSES ET CONDITIONS GENERALES CAHIER DES CHARGES V 12/2009 CLAUSES ET CONDITIONS GENERALES Article 1 : modalités de la vente - inscription préalable obligatoire. La vente a lieu par lot, sauf exception et en une seule séance, et exclusivement

Plus en détail

Bureau du surintendant des institutions financières. Audit interne des Services intégrés : Services de la sécurité et de l administration

Bureau du surintendant des institutions financières. Audit interne des Services intégrés : Services de la sécurité et de l administration Bureau du surintendant des institutions financières Audit interne des Services intégrés : Services de la sécurité et de l administration Avril 2014 Table des matières 1. Contexte... 3 2. Objectif, délimitation

Plus en détail

Bonnes pratiques de l'ocde pour la gestion des sinistres d assurance

Bonnes pratiques de l'ocde pour la gestion des sinistres d assurance DIRECTION DES AFFAIRES FINANCIERES ET DES ENTREPRISES Bonnes pratiques de l'ocde pour la gestion des sinistres d assurance Ces bonnes pratiques, préparée par le Comité des assurance de l'ocde, ont été

Plus en détail

Surveillance du climat pour le stockage de produits pharmaceutiques au moyen du testo Saveris.

Surveillance du climat pour le stockage de produits pharmaceutiques au moyen du testo Saveris. Testo Solution Exemple d application Surveillance du climat pour le stockage de produits pharmaceutiques au moyen du testo Saveris. Les produits pharmaceutiques (peu importe qu il s agisse de substances

Plus en détail