Contenu de la présentation Programme

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Contenu de la présentation Programme 28.10.2010"

Transcription

1 Fire Safety Day octobre Leuven Note d information technique NIT 238 L application de systèmes de peinture intumescente sur structures en acier Source: Leighs Paints ir. Y. Martin CSTC/WTCB 1 Contenu de la présentation Programme Epaisseurs à mettre en œuvre? 3. Points d attention lors de la mise en œuvre 4. Contrôles et mesures sur site 5. Tâches et responsabilités: synthèse 6. Conclusions et références 28 octobre 2010 Y. Martin 2 Fire Safety Day

2 Contenu de la présentation Programme Qu est ce qu une NIT du CSTC? Historique de la NIT Epaisseurs à mettre en œuvre? 3. Points d attention lors de la mise en œuvre 4. Contrôles et mesures sur site 5. Tâches et responsabilités: synthèse 6. Conclusions et références 28 octobre 2010 Y. Martin 3 Qu est ce qu une NIT? Code de bonne pratique, indispensable pour les professionnels de la construction depuis la conception jusqu à la réception des travaux, en passant par la mise en œuvre et l entretien. 28 octobre 2010 Y. Martin 4 Fire Safety Day

3 Qu est ce qu une NIT (suite)? Fruit d un large consensus entre les représentants des entrepreneurs et divers spécialistes reconnus pour leur expertise. Les NIT servent de référence en cas de litige 28 octobre 2010 Y. Martin 5 Historique manque d un code de bonne pratique! Défaut cruel d un code de bonne pratique Protection «incendie» d une poutre en acier [ ]! 28 octobre 2010 Y. Martin 6 Fire Safety Day

4 Historique de la NIT 238 Groupe de travail restreint (2007 à 2009) + Groupe de travail élargi (service d incendie, architecte, peintres industriels, donneur d ordre, universités, fabricants, ) 28 octobre 2010 Y. Martin 7 Historique de la NIT 238 La NIT 238 traite des systèmes de peinture intumescente destinés à prolonger la stabilité au feu de structure en acier (et mixte). Ne traite pas - autres matériaux (béton, aluminium, bois,...) - de la réaction au feu. 28 octobre 2010 Y. Martin 8 Fire Safety Day

5 Contenu de la présentation Programme Epaisseurs à mettre en œuvre? Eléments et durées requises Températures critiques Evolution de la température (essai et évaluation) 3. Points d attention lors de la mise en œuvre 4. Contrôles et mesures sur site 5. Tâches et responsabilités: synthèse 6. Conclusions et références 28 octobre 2010 Y. Martin 9 2. Epaisseurs à mettre en œuvre Quels éléments à protéger? Eléments structurels Les éléments de construction assurant la stabilité de l ensemble ou d une partie du bâtiment et qui, en cas d affaissement, donnent lieu à un effondrement progressif élément porteur, mais pas structurel élément structurel 28 octobre 2010 Y. Martin 10 Fire Safety Day

6 2. Epaisseurs à mettre en œuvre Quelles exigences de stabilité au feu requises? Réglementation «incendie» en vigueur arrêté royal «normes de prévention de base» annexe 2 (bâtiment bas), 3 (bâtiment moyen), 4 (bâtiment élevé) et 6 (bâtiment industriel) 28 octobre 2010 Y. Martin Epaisseurs à mettre en œuvre Quelles exigences de stabilité au feu requises? Bâtiment Bâtiment Bâtiment Bâtiments industriels bas moyen élevé Toitures R30 R60 R120 Elément structurel I Autres R30 (1 niveau) R60 R120 R60 classe A R120 classe B et C R60 R120 (sous-sol) Elément structurel II R t éq R pas déterminé R30 Remarque: l arrêté royal «normes de prévention de base» est complété, pour certains bâtiments, par d autres réglementations (fédérales, régionales et communautaires ou communales). 28 octobre 2010 Y. Martin 12 Fire Safety Day

7 2. Epaisseurs à mettre en œuvre Températures critiques? Température à laquelle la ruine d un élément en acier est susceptible de se produire. Source: ULG Généralement entre 500 et 800 C Déterminée par calcul (NBN EN ANB:2010) - niveau de chargement de l élément, - type d élément de structure (poutre, colonne, ), - section du profilé (massivité) - résistance de l élément aux températures élevées 28 octobre 2010 Y. Martin Epaisseurs à mettre en œuvre Températures critiques? Valeurs forfaitaires par défaut NBN EN ANB:2010 Eléments de classe 1 à (poutres isostatiques et éléments tendus) 570 (poutres hyperstatiques) 500 (éléments comprimés et éléments soumis à la flexion et à la compression axiale). Eléments de classe 4 (sauf éléments tendus) octobre 2010 Y. Martin 14 Fire Safety Day

8 2. Epaisseurs à mettre en œuvre Principe du dimensionnement E fi,d R fi,d,t L élément structurel est stable au feu pendant x minutes si, sous exposition à un incendie ISO, il n a pas atteint sa température critique. 28 octobre 2010 Y. Martin Epaisseurs à mettre en œuvre Méthodes d essai et d évaluation Evolution de la température de l acier protégé par un système de peinture intumescente NBN EN (2010). 28 octobre 2010 Y. Martin 16 Fire Safety Day

9 2. Epaisseurs à mettre en œuvre Méthodes d essai et d évaluation Méthodes d évaluation 28 octobre 2010 Y. Martin 17 Contenu de la présentation Programme Epaisseurs à mettre en œuvre? 3. Points d attention lors de la mise en œuvre - Conditions hygrothermiques - Application de la peinture primaire - Application de la peinture intumescente - Application de la peinture de protection/finition 4. Contrôles et mesures sur site 5. Tâches et responsabilités: synthèse 6. Conclusions et références 28 octobre 2010 Y. Martin 18 Fire Safety Day

10 3. Application de systèmes de peinture intumescente Conditions hygrothermiques La température en l humitié relative de l air ambiant, la température de la surface de l acier (3 C de plus que le point de rosée). Les fiches techniques des fabricants Différences majeures entre les différents types de peintures (à base de solvant ou à base d eau) Avant, pendant et après (en fonction du temps de sèchage) l application des différentes couches 28 oktober 2010 Y. Martin Application de systèmes de peinture intumescente Application de la peinture primaire Le plus souvent nécessaire Compatibilité avec la peinture intumescente Temps de séchage à respecter avant l application des couches suivantes - Epaisseur à prévoir - Conditions de ventilation - Température de l ambiance - Taux d humidité de l air ambiant 28 oktober 2010 Y. Martin 20 Fire Safety Day

11 3. Application de systèmes de peinture intumescente Application de la peinture intumescente Méthodes d application Projection au pistolet (recommandé) Application à la brosse ou au rouleau (pour les endroits plus difficiles à atteindre) Finition dépendant du mode d application (il ne s agit pas de peintures à vocation esthétique) Temps de séchage entre couches de peinture intumescente et couche de finition 28 oktober 2010 Y. Martin Application de systèmes de peinture intumescente Application de la peinture intumescente Epaisseurs Valeur minimale de l épaisseur du feuil sec Epaisseur du feuil humide Mesures à effectuer en tant que contrôle pendant l application Limite maximale d épaisseur à appliquer par passage et nombre maximal de couches 28 oktober 2010 Y. Martin 22 Fire Safety Day

12 3. Application de systèmes de peinture intumescente Application de la couche de protection ou de finition Protection de la peinture intumescente vis-à-vis des agressions extérieures et durabilité Nécessaire dans la plupart des cas (en fonction des conditions d exposition) Ne peut en aucun cas avoir un effet défavorable sur l efficacité de la peinture intumescente. 28 oktober 2010 Y. Martin Application de systèmes de peinture intumescente Points d attention lors de l application sur chantier Couches existantes de peinture (rénovation de bâtiments) Solution sécuritaire: décapage complet et préparation de la surface Application de la peinture intumescente sur les couches existantes de peinture 1. Peinture primaire existante connue et conforme aux recommandations du fabricant : OK 2. Peinture primaire existante connue mais non conforme aux recommandations du fabricant: avis du fabricant 3. Peinture primaire existante inconnue: avis du fabricant après examen in situ (évaluation de l adhérence à froid et à chaud) (Généralement à déconseiller lorsque l épaisseur de la peinture existante dépasse 200 microns) 28 oktober 2010 Y. Martin 24 Fire Safety Day

13 Contenu de la présentation Programme Epaisseurs à mettre en œuvre? 3. Points d attention lors de la mise en œuvre 4. Contrôles et mesures sur site Mesures de l épaisseur du feuil sec 5. Tâches et responsabilités: synthèse 6. Conclusions et références 28 octobre 2010 Y. Martin Contrôles et mesures sur site Mesures de l épaisseur du feuil sec Confirmation de la bonne application, à la demande du donneur d ordre. Par une tierce partie (bureau de contrôle, fabricant) Le donneur d ordre informe l applicateur des contrôles prévus (pour un bon déroulement des travaux) Mesures de l épaisseur du feuil sec conformément à la norme NBN EN ISO 2808 (mesures magnétiques) 28 oktober 2010 Y. Martin 26 Fire Safety Day

14 4. Contrôles et mesures sur site Mesures de l épaisseur du feuil sec Nombre minimum et répartition des mesures - 20% de la surface traitée (5-10% après concertation avec toutes les parties concernées) - sur chaque face des profilés, tous les 100 cm - pas de mesures à moins de 25 mm des discontinuités Critères d acceptation 28 oktober 2010 Y. Martin 27 Contenu de la présentation Programme Epaisseurs à mettre en œuvre? 3. Points d attention lors de la mise en œuvre 4. Contrôles et mesures sur site 5. Tâches et responsabilités: synthèse Donneur d ordre Fabricant du système de peinture intumescente Applicateur 6. Conclusions et références 28 octobre 2010 Y. Martin 28 Fire Safety Day

15 5. Tâches et responsabilités: synthèse Le donneur d ordre = Maître d ouvrage, bureau d étude, entreprise générale, constructeur métallique Fournir un dossier complet à l applicateur - Exigence de stabilité au feu - Facteurs de massivité - Températures critiques - Conditions d exposition (classe environnementale) 28 oktober 2010 Y. Martin Tâches et responsabilités: synthèse Le fabricant du système de peinture intumescente Détermination des épaisseurs à mettre en œuvre pour satisfaire aux exigences (basées sur les informations fournies par le donneur d ordre) Fournir tous les prescriptions permettant à l applicateur de mettre en œuvre le système de peinture intumescente de manière correcte - type et épaisseur des différentes couches - temps de séchage - MSDS (material safety data sheet) - 28 oktober 2010 Y. Martin 30 Fire Safety Day

16 5. Tâches et responsabilités: synthèse L applicateur (le peintre) Transmettre le dossier du donneur d ordre au fabricant de peinture Responsable de l application du système de peinture, suivant les prescriptions du fabricant - épaisseurs exigées - conditions hygrothermiques - temps de séchage Responsable d effectuer l auto-contrôle de ses travaux 28 oktober 2010 Y. Martin 31 Conclusions et références Publications (NIT, articles, normes, ) 28 octobre 2010 Y. Martin 32 Fire Safety Day

17 Merci de votre attention Questions? 02/ / octobre 2010 Y. Martin 33 Fire Safety Day

18 mai 2013. Arrêté royal du 12 juillet 2012 Ce qui change Annexe 7 Dispositions communes

18 mai 2013. Arrêté royal du 12 juillet 2012 Ce qui change Annexe 7 Dispositions communes 18 mai 2013 Arrêté royal du 12 juillet 2012 Ce qui change Annexe 7 Dispositions communes Annexe 7 Dispositions communes Contenu de la présentation 1. Introduction à la problématique 2. Principes généraux

Plus en détail

Sécurité incendie des bâtiments industriels Séparation entre compartiments industriels contigus

Sécurité incendie des bâtiments industriels Séparation entre compartiments industriels contigus Sécurité incendie des bâtiments industriels Séparation entre compartiments industriels contigus CSTC Bruxelles, 5 juin 2012 Aanemingen Verelst Yves Martin René Goovaerts Contenu de la présentation 05.06.2012

Plus en détail

Se chauffer aux granulés de bois

Se chauffer aux granulés de bois Se chauffer aux granulés de bois Réglementation et règles de l art pour la mise en œuvre des poêles & chaudières à granulés www.propellet.fr CADRE GENERAL Se chauffer aux granulés de bois DEBOUCHE DU CONDUIT

Plus en détail

Murs Fiches d Application

Murs Fiches d Application Fiches d Application et Revêtement de Panneau Perforé Panneau Sandwich Consulter le Dossier Technique Viroc disponible dans www.viroc.pt, dans la langue FR, sur la page Téléchargements. Autres Fichiers

Plus en détail

I. Définitions et exigences

I. Définitions et exigences I. Définitions et exigences Classes d indicateurs chimiques [1] Stérilisation : synthèse des normes ayant trait Exigences générales : Chaque indicateur doit porter un marquage clair mentionnant le type

Plus en détail

Energie et construction

Energie et construction Energie et construction Cycle technique 2014 Formations supportées par la Wallonie Vincent Jadinon, ing. Conseiller Principal Division "Avis Techniques" Isolation thermique des toitures plates Les Isnes

Plus en détail

La réglementation incendie au Grand- Duché de Luxembourg

La réglementation incendie au Grand- Duché de Luxembourg La réglementation incendie au Grand- Duché de Luxembourg Robert Huberty Inspection du travail et des mines 1 Fire Safety Day Luxembourg 26.05.2011 Pourquoi réglementer? - L incendie est un danger «exceptionnel»,

Plus en détail

1. Description. 1.1 Généralités. 1.2 Les différents modèles de garde-corps

1. Description. 1.1 Généralités. 1.2 Les différents modèles de garde-corps Fiche de prévention Utilisation d un système de garde-corps périphériques temporaires 1. Description Un système de garde-corps temporaire est un équipement de protection collective temporaire dont la fonction

Plus en détail

6 juin 11.00 11.20 De la maison unifamiliale au bâtiment collectif: les exigences de sécurité contre l incendie Y. Martin CSTC

6 juin 11.00 11.20 De la maison unifamiliale au bâtiment collectif: les exigences de sécurité contre l incendie Y. Martin CSTC 6 juin 11.00 11.20 De la maison unifamiliale au bâtiment collectif: les exigences de sécurité contre l incendie Y. Martin CSTC 1 Contenu de la présentation 1. Les principes de base Réaction au feu Résistance

Plus en détail

éq studio srl Gestion des informations pour un choix- consommation raisonnée - GUIDE EXPLICATIVE

éq studio srl Gestion des informations pour un choix- consommation raisonnée - GUIDE EXPLICATIVE Résumé PREFACE 2 INTRODUCTION 2 1. BUT ET CHAMP D APPLICATION 2 2. REFERENCES DOCUMENTAIRES ET NORMES 3 3. TERMES ET DEFINITIONS 3 4. POLITIQUE POUR UNE CONSOMMATION RAISONNEE (PCC) 3 5. RESPONSABILITE

Plus en détail

Exemple d application du EN 1993-1-2 : Poutre fléchie avec section tubulaire reconstituée

Exemple d application du EN 1993-1-2 : Poutre fléchie avec section tubulaire reconstituée Exemple d application du EN 1993-1-2 : Poutre fléchie avec section tubulaire reconstituée P. Schaumann, T. Trautmann University of Hannover Institute for Steel Construction, Hannover, Germany 1 OBJECTIF

Plus en détail

ECONOMIE D ENERGIE Pourquoi isoler nos maisons?

ECONOMIE D ENERGIE Pourquoi isoler nos maisons? ECONOMIE D ENERGIE Pourquoi isoler nos maisons? La déperdition de chaleur se fait à travers les murs non isolés dû a un refroidissement interne des murs La limitation des flux de chaleur se fait grâce

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LE CONTRÔLE DE QUALITE DES AGC

CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LE CONTRÔLE DE QUALITE DES AGC CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LE CONTRÔLE DE QUALITE DES AGC Guide du contrôlé version 2015 PRESENTATION DES OBJECTIFS ET DES MODALITES DU CONTROLE DE QUALITE Notre profession s est

Plus en détail

Indice de révision n 5 Date : 04/03/2013 INSTRUCTION 04

Indice de révision n 5 Date : 04/03/2013 INSTRUCTION 04 REGLEMENT TECHNIQUE D EVALUATION DIAGNOSTIC IMMOBILIER EPREUVE DPE D HABITATIONS INDIVIDUELLES ET DE LOTS DANS LES BATIMENTS A USAGE PRINCIPAL D HABITATION. ATTESTATION DE PRISE EN COMPTE DE LA REGLEMENTATION

Plus en détail

Isolation thermique des toitures plates existantes

Isolation thermique des toitures plates existantes Isolation thermique des toitures plates existantes Notre société se préoccupe de plus en plus des économies d énergie, de la protection de l environnement et du confort, ce qui requiert une isolation thermique

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES DOCUMENTS ADMINISTRATIFS

POLITIQUE DE GESTION DES DOCUMENTS ADMINISTRATIFS 1. OBJET DE LA POLITIQUE La présente politique a pour objet l application d un ensemble de méthodes et de systèmes portant sur le classement, la conservation et la protection des informations contenues

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP) Maître de l ouvrage et Maître d Oeuvre. Commune de VUE.

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP) Maître de l ouvrage et Maître d Oeuvre. Commune de VUE. MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (CCTP) Maître de l ouvrage et Maître d Oeuvre Commune de VUE Objet du marché RENOVATION DE L EGLISE SAINTE ANNE à VUE Remise des offres

Plus en détail

Protection incendie dans le bâtiment

Protection incendie dans le bâtiment Protection incendie dans le bâtiment Rev. 20021128 Protection incendie passive 2 Quelques notions sur la protection incendie passive dans le bâtiment. Table des matières 2 Concepts de base Inflammabilité,

Plus en détail

Apporte confort et repos avec une isolation thermique et acoustique

Apporte confort et repos avec une isolation thermique et acoustique Apporte confort et repos avec une isolation thermique et acoustique Données techniques Isobet l conductivité thermique : 0,085 W/mK (λ Ui ) l résistance à la compression : > 0,3 N/mm 2 l masse volumique

Plus en détail

La fibre de la créativité

La fibre de la créativité La fibre de la créativité 1. 3. CRÉATIVITÉ DURABILITÉ 2. 1. 2. 3. PROFIL COLONIAL COLORIS GRIS AGATHE Programme Maisons-esprit-loft Groupe MCP Promotion (69) 4. Plus de 300 coloris différents, une durabilité

Plus en détail

Forum québécois sur l investissement multirésidentiel

Forum québécois sur l investissement multirésidentiel De nouvelles exigences de sécurité pour une sécurité accrue dans les bâtiments Forum québécois sur l investissement multirésidentiel 14 février 2013 Règlement visant à améliorer la sécurité dans le bâtiment

Plus en détail

Post-isolation des murs creux

Post-isolation des murs creux Post-isolation des murs creux Luc FIRKET, chef-adjoint de la Division Avis Techniques du CSTC Centre Scientifique et Technique de la Construction Historique du mur creux -Apparition progressive en Belgique

Plus en détail

INBTP_TECHNOBAT LECON_013 TECHNOBAT LECON_013

INBTP_TECHNOBAT LECON_013 TECHNOBAT LECON_013 INBTP_TECHNOBAT LECON_013 INBTP_TECHNOBAT LECON_013 www.inbtpmanlio.altervista.org ? inbtpmanlio@gmail.com PROGRAMME LECONS LECON_001 (T) Présentation Notions de technobat LECON_002 (T) Exigences et contraintes

Plus en détail

REVUE DE DIRECTION RICHARD MANUNU

REVUE DE DIRECTION RICHARD MANUNU REVUE DE DIRECTION 1. REFERENCES NORMATIVES Il existe de nombreuses normes et référentiels qui abordent différentes thématiques ayant des finalités spécifiques. Néanmoins, chaque norme et référentiel que

Plus en détail

REGLEMENT TECHNIQUE D EVALUATION DIAGNOSTIC IMMOBILIER EPREUVE DRIPP-CAT avec mention

REGLEMENT TECHNIQUE D EVALUATION DIAGNOSTIC IMMOBILIER EPREUVE DRIPP-CAT avec mention REGLEMENT TECHNIQUE D EVALUATION DIAGNOSTIC IMMOBILIER EPREUVE DRIPP-CAT avec mention page 1/6 GENERALITES La personne physique candidate à la certification avec mention DRIPP-CAT démontre qu elle possède

Plus en détail

Journée technique du CFMS

Journée technique du CFMS Journée technique du CFMS Groupe de Travail "Fondations d éoliennes" LE CONTEXTE FRANCAIS POUR LES EOLIENNES DE PLUS DE 12m (article R111-38 du CCH) ET LA NECESSITE D ELABORER DES REGLES COMMUNES POUR

Plus en détail

S arrêter, c est reculer. Ce dont vous avez besoin

S arrêter, c est reculer. Ce dont vous avez besoin SUPPORTED BY AGORIA S arrêter, c est reculer Vous utilisez des produits, systèmes 0 1 2 et solutions d automatisation? Alors vous avez besoin de conseils avisés et de services fiables. Exigez dès lors

Plus en détail

Swiss Tchoukball COMMISSION D ARBITRAGE

Swiss Tchoukball COMMISSION D ARBITRAGE 1. Introduction Règlement pour la formation des arbitres de tchoukball Swiss Tchoukball COMMISSION D ARBITRAGE Les expériences faites lors de rencontres de tchoukball ont montré la nécessité de disposer

Plus en détail

VILLE DE LORMONT. Personne publique : VILLE DE LORMONT Service des Marchés Publics rue André Dupin BP n 1-33305 LORMONT Cedex

VILLE DE LORMONT. Personne publique : VILLE DE LORMONT Service des Marchés Publics rue André Dupin BP n 1-33305 LORMONT Cedex VILLE DE LORMONT Personne publique : VILLE DE LORMONT Service des Marchés Publics rue André Dupin BP n 1-33305 LORMONT Cedex MARCHÉ PUBLIC DE TRAVAUX CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES REFECTION

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques

Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques Bruxelles Environnement ISOLATION PAR L INTERIEUR : LES TOITS Pierre DEMESMAECKER Institut de Conseil et d Etudes

Plus en détail

FSTT (France Sans Tranchée Technologie) Table ronde du Jeudi 04 juin 2015 Quelques éléments de la réglementation

FSTT (France Sans Tranchée Technologie) Table ronde du Jeudi 04 juin 2015 Quelques éléments de la réglementation FSTT (France Sans Tranchée Technologie) Eclatement et découpe de branchements en amiante-ciment Table ronde du Jeudi 04 juin 2015 Quelques éléments de la réglementation INTERVENANT : JC BEHRENS Responsable

Plus en détail

Filage Système de détection et alarme incendie Chapitre bâtiment - Code de construction CNB 2005 modifié Québec

Filage Système de détection et alarme incendie Chapitre bâtiment - Code de construction CNB 2005 modifié Québec Filage Système de détection et alarme incendie Chapitre bâtiment - Code de construction CNB 2005 modifié Québec Association Canadienne Alarme Incendie (ACAI) 14 novembre 2013 PLAN DE PRÉSENTATION Mandat

Plus en détail

EXIGENCES COMPLÉMENTAIRES POUR L ATTRIBUTION ET LE SUIVI D UNE QUALIFICATION PROFESSIONNELLE D'ENTREPRISE DANS L ACTIVITÉ : MENUISERIES EXTÉRIEURES

EXIGENCES COMPLÉMENTAIRES POUR L ATTRIBUTION ET LE SUIVI D UNE QUALIFICATION PROFESSIONNELLE D'ENTREPRISE DANS L ACTIVITÉ : MENUISERIES EXTÉRIEURES 1/18 EXIGENCES COMPLÉMENTAIRES POUR L ATTRIBUTION ET LE SUIVI D UNE QUALIFICATION PROFESSIONNELLE D'ENTREPRISE DANS L ACTIVITÉ : MENUISERIES EXTÉRIEURES Date d application : 01 juillet 2015 2/18 SOMMAIRE

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) Maître d œuvre : MAIRIE DE CASTELNAU-DE-MEDOC Maître d ouvrage : MAIRIE DE CASTELNAU-DE-MEDOC Objet du marché : REFECTION

Plus en détail

REGLEMENT TECHNIQUE D EVALUATION DIAGNOSTIC IMMOBILIER EPREUVE DPE ABCIDIA CERTIFICATION

REGLEMENT TECHNIQUE D EVALUATION DIAGNOSTIC IMMOBILIER EPREUVE DPE ABCIDIA CERTIFICATION REGLEMENT TECHNIQUE D EVALUATION DIAGNOSTIC IMMOBILIER EPREUVE DPE ABCIDIA CERTIFICATION page 1/5 GENERALITES La personne physique candidate à la certification démontre qu elle possède les connaissances

Plus en détail

MAITRE DE L OUVRAGE COMMUNE DE SAINT-PIERRE DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES. Objet de la consultation

MAITRE DE L OUVRAGE COMMUNE DE SAINT-PIERRE DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES. Objet de la consultation Pièce n 0 AHIPEL DE SAINT-PIERRE ET MIQUELON ILE DE SAINT-PIERRE MAITRE DE L OUVRAGE COMMUNE DE SAINT-PIERRE DOSSIER DE CONSULTATION DES ENTREPRISES Objet de la consultation Mise en Conformité du Centre

Plus en détail

Institut national de Recherche et d Études de la Finition. du DTU 59.1. Par Rolland CRESSON

Institut national de Recherche et d Études de la Finition. du DTU 59.1. Par Rolland CRESSON Institut national de Recherche et d Études de la Finition Réactualisation du Formation _06/11/2013 Par Rolland CRESSON I ) POURQUOI UNE VERSION RÉACTUALISÉE DU? Tenir compte des réalités de la Normalisation

Plus en détail

SOLUTIONS GAINES TECHNIQUES EN PLAQUES DE PLÂTRE

SOLUTIONS GAINES TECHNIQUES EN PLAQUES DE PLÂTRE FICHE CONSEIL N 11 SOLUTIONS GAINES TECHNIQUES EN PLAQUES DE PLÂTRE Cette fiche a pour objet d informer les intervenants concernés sur les nouveaux justificatifs des ouvrages de gaines techniques verticales

Plus en détail

Chapes et dalles sur plancher bois

Chapes et dalles sur plancher bois 4 ème Forum International Bois Construction 2014 Chapes et dalles sur plancher bois A. Onillon 1 Chapes et dalles sur plancher bois Arnaud Onillon Institut Technologique FCBA FR-Bordeaux 2 Chapes et dalles

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE PASSAGE ET LE CLASSEMENT DES ÉLÈVES EN CLASSE ORDINAIRE AUX ORDRES D ENSEIGNEMENT PRIMAIRE ET SECONDAIRE

POLITIQUE SUR LE PASSAGE ET LE CLASSEMENT DES ÉLÈVES EN CLASSE ORDINAIRE AUX ORDRES D ENSEIGNEMENT PRIMAIRE ET SECONDAIRE COMMISSION SCOLAIRE DE KAMOURASKA RIVIÈRE-DU-LOUP Code : SE 1999 03 En vigueur : 1999 01 13 Approbation : Conseil des commissaires CC 1999-01-97 POLITIQUE SUR LE PASSAGE ET LE CLASSEMENT DES ÉLÈVES EN

Plus en détail

Auto-évaluation. Section Sujet traité Page. 10000 Résumé.. 10-2. 10100 Guides de travail pour les évaluations.. 10-3

Auto-évaluation. Section Sujet traité Page. 10000 Résumé.. 10-2. 10100 Guides de travail pour les évaluations.. 10-3 Auto-évaluation Chapitre 10 Auto-évaluation Section Sujet traité Page 10000 Résumé.. 10-2 10100 Guides de travail pour les évaluations.. 10-3 10200 Lettre déclarative de responsabilité.. 10-4 10300 Résolution

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 493 RÈGLEMENT CONSTITUANT LE SITE DU PATRIMOINE DE L ÉGLISE SAINTE- JEANNE-DE-CHANTAL

RÈGLEMENT NUMÉRO 493 RÈGLEMENT CONSTITUANT LE SITE DU PATRIMOINE DE L ÉGLISE SAINTE- JEANNE-DE-CHANTAL RÈGLEMENT NUMÉRO 493 RÈGLEMENT CONSTITUANT LE SITE DU PATRIMOINE DE L ÉGLISE SAINTE- JEANNE-DE-CHANTAL AVIS DE MOTION : - résolution 2012-04-90 ADOPTION DU RÈGLEMENT : - résolution 2012-07-192 ENTRÉE EN

Plus en détail

REGLEMENT TECHNIQUE D EVALUATION DIAGNOSTIC IMMOBILIER EPREUVE ELECTRICITE ABCIDIA CERTIFICATION

REGLEMENT TECHNIQUE D EVALUATION DIAGNOSTIC IMMOBILIER EPREUVE ELECTRICITE ABCIDIA CERTIFICATION REGLEMENT TECHNIQUE D EVALUATION DIAGNOSTIC IMMOBILIER EPREUVE ELECTRICITE ABCIDIA CERTIFICATION page 1/6 GENERALITES La personne physique candidate à la certification démontre qu elle possède les connaissances

Plus en détail

Contenu de la présentation. 1. Historique et évolution future 2. Structure du projet d Annexe 6 3. Les exigences pour bâtiments industriels

Contenu de la présentation. 1. Historique et évolution future 2. Structure du projet d Annexe 6 3. Les exigences pour bâtiments industriels Contenu de la présentation Projet d Annexe 6 Bâtiments industriels Yves Martin, Chef de Laboratoire, CSTC Antenne Normes Prévention Incendie http://www.normes.be/feu 2. Structure du projet d Annexe 6 3.

Plus en détail

DEMANDE DE PERMIS DE CONSTRUIRE RESPONSABLE D ASSURANCE QUALITE EN PROTECTION INCENDIE

DEMANDE DE PERMIS DE CONSTRUIRE RESPONSABLE D ASSURANCE QUALITE EN PROTECTION INCENDIE DEMANDE DE PERMIS DE CONSTRUIRE RESPONSABLE D ASSURANCE QUALITE EN PROTECTION INCENDIE A partir du 1er janvier 2015, toute autorisation de construire est assujettie à un degré d assurance qualité concernant

Plus en détail

Installez vos sols stratifiés Berry Floor en un tour de main.

Installez vos sols stratifiés Berry Floor en un tour de main. 1. Préparation de la surface 2. Instructions préalables 3. Chauffage par le sol 4. La pose du revêtement stratifié Berry Floor 1. Préparation de la surface Un sol Berry Floor peut être installé sur la

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE SERVICE

MARCHE PUBLIC DE SERVICE MARCHE PUBLIC DE SERVICE CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) POUVOIR ADJUDICATEUR DEPARTEMENT DE LA CHARENTE OBJET DE LA CONSULTATION RÉALISATION D UNE MISSION DE DIAGNOSTIC SUR L ACCESSIBILITÉ

Plus en détail

Appel d offre N 03/2015 Pour la fourniture de matériels de laboratoire Lot N 9

Appel d offre N 03/2015 Pour la fourniture de matériels de laboratoire Lot N 9 Appel d offre N 03/2015 Pour la fourniture de matériels de laboratoire Lot N 9 Cahier des prescriptions spéciales 1 SOMMAIRE Article I. Objet de l appel d offre Article II. Engagements du fournisseur Article

Plus en détail

fermacell Conseil de pro

fermacell Conseil de pro Conseil de pro Revêtements coupe-feu de 0 à 0 minutes en plaques fibres-gypse pour piliers et poutres en acier Version avril 0 Si les éléments de construction en acier tels que les piliers ou les poutres

Plus en détail

Les blocs de maçonnerie en béton BELBLOCK et l isolation thermique la combinaison gagnante

Les blocs de maçonnerie en béton BELBLOCK et l isolation thermique la combinaison gagnante 2 La température intérieure constitue le premier paramètre du sentiment de confort dans un bâtiment. Pour maintenir, été comme hiver, une température agréable de manière économique, il est indispensable

Plus en détail

Fabricant français de panneaux solaires. Notice d installation pour module équipé du cadre solrif

Fabricant français de panneaux solaires. Notice d installation pour module équipé du cadre solrif Fabricant français de panneaux solaires 20 13 Mars Notice d installation pour module équipé du cadre solrif 1 Introduction 2 Sécurité 3 Montage et Raccordement 4 Maintenance et Entretien 5 Caractéristiques

Plus en détail

Plan d accessibilité

Plan d accessibilité Plan d accessibilité Le Règlement sur les Normes d accessibilité intégrées (R) en vertu de la Loi sur l accessibilité pour les personnes handicapées de l Ontario (LAPHO) exige que Hunter Douglas Canada

Plus en détail

Surveillance des hélistations

Surveillance des hélistations 1 Surveillance des hélistations Préparation et déroulement d un contrôle 2 SOMMAIRE Préparation 1.La revue documentaire 2.Liste de vérification: outil automatisé 3.Fiches réflexes 4.Matériel de mesures

Plus en détail

FICHES PEB & METIERS LES PROTECTIONS SOLAIRES

FICHES PEB & METIERS LES PROTECTIONS SOLAIRES FICHES PEB & METIERS LES PROTECTIONS SOLAIRES Introduction Les réglementations PEB régionales prennent en compte des consommations énergétiques pour le refroidissement. En outre, les réglementations d

Plus en détail

1. Introduction... 3. 2. Principes... 4. 3. Principales phases... 5. Phase 1 Surveillance des efforts pour mettre en œuvre Bâle II...

1. Introduction... 3. 2. Principes... 4. 3. Principales phases... 5. Phase 1 Surveillance des efforts pour mettre en œuvre Bâle II... CADRE D AGRÉMENT Agrément de l approche de notation interne (NI) avancée du risque de crédit Fonds propres Décembre 2007 TABLE DE MATIÈRES 1. Introduction... 3 2. Principes... 4 3. Principales phases...

Plus en détail

B. AVANT LE DÉBUT DU SALON OU DE L ÉVÉNEMENT, L ORGANISATEUR ENVOIE À KORTRIJK XPO LE PLAN DU SALON DÉFINI.

B. AVANT LE DÉBUT DU SALON OU DE L ÉVÉNEMENT, L ORGANISATEUR ENVOIE À KORTRIJK XPO LE PLAN DU SALON DÉFINI. GESTION DES RISQUES PENDANT LES SALONS OU LES EVENEMENTS A KORTRIJK XPO Lors de la préparation d un salon, Kortrijk Xpo prend un certain nombre de mesures préventives pour éliminer ou maintenir à un faible

Plus en détail

Classement au bruit des baies : BR1 BR2 BR3

Classement au bruit des baies : BR1 BR2 BR3 Fiche d application : Classement au bruit des baies : BR1 BR2 BR3 Date Contenu de la mise à jour Version 7 janvier 2009 2 Préambule : La détermination des classes BR1, BR2 BR3 s effectue en fonction du

Plus en détail

Le plan d intervention au service de la réussite de l élève. Cadre de référence pour l établissement des plans d intervention

Le plan d intervention au service de la réussite de l élève. Cadre de référence pour l établissement des plans d intervention Le plan d intervention au service de la réussite de l élève Cadre de référence pour l établissement des plans d intervention Objectif de la présentation Présenter les orientations ministérielles qui sous-tendent

Plus en détail

Rôle de l OHGPI: situation et perspectives. JM ROSSELLE 04 avril 2012 Les Rencontres de la Peinture Anticorrosion 1/13

Rôle de l OHGPI: situation et perspectives. JM ROSSELLE 04 avril 2012 Les Rencontres de la Peinture Anticorrosion 1/13 Rôle de l OHGPI: situation et perspectives 04 avril 2012 1/13 Qui sommes nous? OHGPI: Office d Homologation des Garanties de Peinture Industrielle Crééen 1958 185 adhérents: 153 entreprises d application

Plus en détail

Conditions Générales de Vente du site www.sahamassurance.com

Conditions Générales de Vente du site www.sahamassurance.com Conditions Générales de Vente du site www.sahamassurance.com Informations légales... 2 Généralités... 2 La déclaration du Souscripteur... 2 La procédure de conclusion du Contrat et prix... 2 Paiement...

Plus en détail

POURQUOI ISOLER LES COMBLES PERDUS?

POURQUOI ISOLER LES COMBLES PERDUS? POURQUOI ISOLER LES COMBLES PERDUS? Avec 30% des déperditions de chaleur de l habitat, le comble est la surface qui occasionne le plus de pertes calorifiques dans une maison peu ou non isolée. De même,

Plus en détail

F O R M A T I O N S 2011-2 0 1 2 C O N S T R U C T I O N D U R A B L E

F O R M A T I O N S 2011-2 0 1 2 C O N S T R U C T I O N D U R A B L E F O R M A T I O N S 2011-2 0 1 2 C O N S T R U C T I O N D U R A B L E Charline Boyer 02 545 58 35 charline.boyer@confederationconstruction.be M O D U L E S G É N É R A U X I N I T I A T I O N S 1. E CO-

Plus en détail

«CONSEILLER EN PREVENTION (H/F)»

«CONSEILLER EN PREVENTION (H/F)» L IFAPME RECRUTE POUR SA DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA LOGISTIQUE UN(E) : «CONSEILLER EN PREVENTION (H/F)» Description de l entreprise : MISSIONS DE L IFAPME L IFAPME Institut wallon de Formation

Plus en détail

PROJET DE TEXTE DECRET. relatif aux obligations de travaux d amélioration de la performance énergétique dans les bâtiments existants à usage tertiaire

PROJET DE TEXTE DECRET. relatif aux obligations de travaux d amélioration de la performance énergétique dans les bâtiments existants à usage tertiaire RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du logement, de l égalité des territoires et de la ruralité PROJET DE TEXTE DECRET relatif aux obligations de travaux d amélioration de la performance énergétique dans les

Plus en détail

TRAVAIL EMPLOI FORMATION

TRAVAIL EMPLOI FORMATION TRAVAIL EMPLOI FORMATION Equipement de protection Hygiène et sécurité Prévention Santé MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL Direction générale du travail

Plus en détail

AUDIT ENERGETIQUE. Selon la norme EN 16247-1 et 16247-2 : méthodes de référence d'audit énergétique pour le domaine du bâtiment

AUDIT ENERGETIQUE. Selon la norme EN 16247-1 et 16247-2 : méthodes de référence d'audit énergétique pour le domaine du bâtiment AUDIT ENERGETIQUE Selon la norme EN 16247-1 et 16247-2 : méthodes de référence d'audit énergétique pour le domaine du bâtiment Introduction L audit énergétique a pour but d identifier des opportunités

Plus en détail

GUIDE 2015 PROFESSIONNELS. Les informations clés pour tout comprendre!

GUIDE 2015 PROFESSIONNELS. Les informations clés pour tout comprendre! GUIDE 2015 PROFESSIONNELS L ÉTIQUETTE ENERGIE DES CHAUFFE-EAU ÉLECTRIQUES À ACCUMULATION ET DES CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUES Les informations clés pour tout comprendre! 1 Dès le 26 septembre 2015, un nouveau

Plus en détail

ORDRE DES HYGIÉNISTES DENTAIRES DU QUÉBEC POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE OBLIGATOIRE

ORDRE DES HYGIÉNISTES DENTAIRES DU QUÉBEC POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE OBLIGATOIRE ORDRE DES HYGIÉNISTES DENTAIRES DU QUÉBEC POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE OBLIGATOIRE Adoptée le 1 er avril 2008 Révisée le 27 janvier 2012 ORDRE DES HYGIÉNISTES DENTAIRES DU QUÉBEC POLITIQUE DE FORMATION

Plus en détail

>I En savoir plus I Le feu

>I En savoir plus I Le feu n L incendie d un bâtiment est la résultante de nombreux facteurs. Il entre dans son premier état, dit de démarrage, si trois conditions sont remplies : défaillance des installations d alarme, proximité

Plus en détail

Services Techniques MARCHE DE TRAVAUX DE RAVALEMENT DES FACADES DE L ECOLE BERLINGUEZ CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.

Services Techniques MARCHE DE TRAVAUX DE RAVALEMENT DES FACADES DE L ECOLE BERLINGUEZ CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T. 1 COMMUNE DE Services Techniques MARCHE DE TRAVAUX DE RAVALEMENT DES FACADES DE L ECOLE BERLINGUEZ CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P) Marché passé selon la procédure : En application

Plus en détail

Analyse des besoins pour la réalisation d un «outils de capitalisation des savoirs en génie parasismique en France»

Analyse des besoins pour la réalisation d un «outils de capitalisation des savoirs en génie parasismique en France» Plan Séisme Chantier N 1- Action 1.4.2 Analyse des besoins pour la réalisation d un «outils de capitalisation des savoirs en génie parasismique en France» Rapport AFPS Contrat AFPS / MEDD N CV05000137

Plus en détail

ISOLATION EN MOUSSE DE POLYURÉTHANE PULVÉRISÉE POUR BÂTIMENT RÉSIDENTIEL WALLTITE. Présenté par Emile Loiselle INTERNAL 1 6/5/2008

ISOLATION EN MOUSSE DE POLYURÉTHANE PULVÉRISÉE POUR BÂTIMENT RÉSIDENTIEL WALLTITE. Présenté par Emile Loiselle INTERNAL 1 6/5/2008 ISOLATION EN MOUSSE DE POLYURÉTHANE PULVÉRISÉE POUR BÂTIMENT RÉSIDENTIEL WALLTITE Présenté par Emile Loiselle 6/5/2008 INTERNAL 1 Résumé Présentation de la mousse de polyuréthane pulvérisée Utilisations

Plus en détail

SERVICES DU SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POLITIQUE RELATIVE À LA GESTION DE DOCUMENTS

SERVICES DU SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POLITIQUE RELATIVE À LA GESTION DE DOCUMENTS SERVICES DU SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POLITIQUE RELATIVE À LA GESTION DE DOCUMENTS Numéro du document : 0601-08 Adoptée par la résolution : _484 0601 En date du : 5 juin 2001 Signature du directeur général Signature

Plus en détail

Plan de la présentation

Plan de la présentation PERSPECTIVES DANS LE DOMAINE DU RADON: VISION DE l OFSP Christophe Murith OFSP Plan de la présentation Introduction Le plan d action national radon 2010-2020 Conclusions Introduction Situation nouvelle

Plus en détail

7.3 Le bétonnage. par temps chaud. par temps froid

7.3 Le bétonnage. par temps chaud. par temps froid 7.3 Le bétonnage par temps chaud par temps froid Le bétonnage par temps chaud Les conditions climatiques ont une grande influence sur la qualité finale du béton. Il convient de se préoccuper de cette sensibilité

Plus en détail

Patinoire épinal - Architectes Bouillon-Bouthier. Muralys. Et tout devient possible!

Patinoire épinal - Architectes Bouillon-Bouthier. Muralys. Et tout devient possible! Patinoire épinal - Architectes Bouillon-Bouthier Muralys Et tout devient possible! Muralys Passez du rêve à la réalité! Véritable révolution technologique et esthétique dans le monde de l architecture,

Plus en détail

Rénover les toitures plates : Points d attention pour l étancheur

Rénover les toitures plates : Points d attention pour l étancheur Rénover les toitures plates : Points d attention pour l étancheur L. Lassoie, CSTC Master title - 2/12/2013 - Page 1 Evolution du concept de toiture plate Jusqu'à la fin des années 80 : nombreuses pathologies

Plus en détail

LA VENTILATION EN TOITURE. Inventaire des solutions techniques

LA VENTILATION EN TOITURE. Inventaire des solutions techniques LA VENTILATION EN TOITURE Inventaire des solutions techniques Rappels sur les principes de la ventilation statique Effet cheminée Effet vent Sortie Entrée d air D après Institut de l Élevage Importance

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE TRANS/WP.9/004/63 0 juillet 004 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Forum mondial

Plus en détail

Règlement de la Consultation

Règlement de la Consultation MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX MAIRIE DE COULOGNE DIRECTION DES MARCHES SERVICE DES MARCHES 62137 COULOGNE Tél: 03 21 36 92 80 MODIFICATION DU SYSTEME D ALARME INCENDIE ET POSE D UN LIMITATEUR DE BRUIT A LA

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires 22 octobre 2011 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 9 sur 170 Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT

Plus en détail

Vario Xtra Xtra simple Xtra fiable

Vario Xtra Xtra simple Xtra fiable Vario Xtra Xtra simple Xtra fiable Vario Xtra. Xtra simple. Xtra fiable. La solution parfaite Xtra simple. Xtra fiable. Vario Xtra. Ce qui était bien est devenu meilleur! Avec son nouveau système d étanchéité

Plus en détail

technicien en bâtiments temps complet 35 heures/semaine chef de service des ressources financières, matérielles et informationnelles

technicien en bâtiments temps complet 35 heures/semaine chef de service des ressources financières, matérielles et informationnelles DESCRIPTION DE POSTE I IDENTIFICATION DE L'EMPLOI Titre : Statut : Supérieur immédiat : Direction : technicien en bâtiments temps complet 35 heures/semaine chef de service des ressources financières, matérielles

Plus en détail

Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage

Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage Energie et construction Cycle technique 2014 Formations supportées par la Wallonie Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage A.Tilmans Laboratoire caractéristiques énergétiques

Plus en détail

Préparation de l audit de renouvellement ISO 9001 des 21 et 22 novembre 2011

Préparation de l audit de renouvellement ISO 9001 des 21 et 22 novembre 2011 Préparation de l audit de renouvellement ISO 9001 des 21 et 22 novembre 2011 Rappel de quelques notions sur la démarche qualité L audit démystifié Utilisation du site Qualité de EME 212 Public concerné

Plus en détail

Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises

Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises Aptitude professionnelle des conducteurs professionnels affectés au transport de marchandises Objet : Arrêté royal du 4 mai 2007 relatif au permis de conduire, à l aptitude professionnelle et à la formation

Plus en détail

La certification au FCBA. Bayonne le 28 septembre 2010 Eric Debanne Auditeur Technique

La certification au FCBA. Bayonne le 28 septembre 2010 Eric Debanne Auditeur Technique La certification au FCBA La Certification Une activité qui couvre tous les secteurs, forestiers, construction, ameublement L un des trois grands dans le domaine de la construction avec le CSTB et le LNE

Plus en détail

Recommandation pour la maitrise de la fissuration - Thermo-Hydro-Mécanique

Recommandation pour la maitrise de la fissuration - Thermo-Hydro-Mécanique Recommandation pour la maitrise de la fissuration - Thermo-Hydro-Mécanique Francis Barré Géodynamique & Structure Ferraillage minimum des pièces épaisses (Chap 6) Hydratation à jeune âge Séchage du béton

Plus en détail

Agrément technique national

Agrément technique national DEUTSCHES INSTITUT FÜR BAUTECHNIK (INSTITUT ALLEMAND DU GENIE CIVIL) Etablissement de droit public 10829 Berlin, le 1 er Février 2008 Kolonnenstraße 30 L Téléphone : 030 78730-261 Fax : 030 78730-320 Référence

Plus en détail

Règlement de la Consultation

Règlement de la Consultation MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX VILLE DE GARDANNE DIRECTION DES SERVICES TECHNIQUES SERVICE Marché ENTRETIEN, AMENAGEMENT ET REPARATION DU RESEAU TELEPHONIE ET INFORMATIQUE DES BATIMENTS Date et heure limites

Plus en détail

BACCALAUREAT PROFESSIONNEL HYGIENE ET ENVIRONNEMENT

BACCALAUREAT PROFESSIONNEL HYGIENE ET ENVIRONNEMENT BACCALAUREAT PROFESSIONNEL HYGIENE ET ENVIRONNEMENT SESSION 2012 SUJET EPREUVE E2 B2 Epreuve scientifique et technique Etude technique de chantiers Durée : 3 heures Coefficient : 2 Les documents-réponses

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. Mise en œuvre de fenêtres en rénovation avec enlèvement partiel ou total du dormant existant

FICHE TECHNIQUE. Mise en œuvre de fenêtres en rénovation avec enlèvement partiel ou total du dormant existant FICHE TECHNIQUE CSTB CEBTP Bureau VERITAS APAVE QUALICONSULT SOCOTEC SNFA du COPREC N 52 - Indice : A Date : Juillet 2012 Nombre de pages : 8 Mise en œuvre de fenêtres en rénovation avec enlèvement partiel

Plus en détail

Règlement de la Consultation

Règlement de la Consultation MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES MAIRIE DE COULOGNE DIRECTION DES MARCHES SERVICE DES MARCHES Tél.: 03 21 36 92 80 ACQUISITION D UN CAMION BENNE Date et heure limites de réception des

Plus en détail

07-fiche-48 Version 11 MANUEL QUALITE, ENVIRONNEMENT & SECURITE ASTIC INJECTION INDUSTRIELLE DIFFUSION EXTERNE NON CONTROLEE

07-fiche-48 Version 11 MANUEL QUALITE, ENVIRONNEMENT & SECURITE ASTIC INJECTION INDUSTRIELLE DIFFUSION EXTERNE NON CONTROLEE MANUEL QUALITE, ENVIRONNEMENT & SECURITE ASTIC INJECTION INDUSTRIELLE DIFFUSION EXTERNE NON CONTROLEE 1 Présentation du Manuel Ce manuel présente la synthèse des dispositions prises par la Société ASTIC

Plus en détail

04 décembre 2015 version 00F-CE. Ensemble, construisons un monde plus sûr. Qualité, Hygiène, Sécurité et Santé, Environnement

04 décembre 2015 version 00F-CE. Ensemble, construisons un monde plus sûr. Qualité, Hygiène, Sécurité et Santé, Environnement Ensemble, construisons un monde plus sûr. Qualité, Hygiène, Sécurité et Santé, Environnement Qui sommes nous? notre mission et principe directeur Luxcontrol est un prestataire de service de contrôle, de

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES. «PRESTATION DE SURVEILLANCE et GARDIENNAGE DES LOCAUX D AGROCAMPUS OUEST»

MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES. «PRESTATION DE SURVEILLANCE et GARDIENNAGE DES LOCAUX D AGROCAMPUS OUEST» MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES «PRESTATION DE SURVEILLANCE et GARDIENNAGE DES LOCAUX D AGROCAMPUS OUEST» PROCEDURE ADAPTEE (Article 28 du Code des Marchés Publics) REGLEMENT DE CONSULTATION (R.C) Numéro

Plus en détail

La vérité sur MSSanté

La vérité sur MSSanté La vérité sur MSSanté Suite aux nombreuses informations erronées diffusées dans les médias depuis vendredi soir, l ASIP Santé souhaite rappeler les principes et la vocation de l espace de confiance MSSanté.

Plus en détail

CHANGEMENTS DE TVA AU 1 er JANVIER 2014 QUEL IMPACT SUR VOTRE FACTURATION?

CHANGEMENTS DE TVA AU 1 er JANVIER 2014 QUEL IMPACT SUR VOTRE FACTURATION? CHANGEMENTS DE TVA AU 1 er JANVIER 2014 QUEL IMPACT SUR VOTRE FACTURATION? Les taux de la Taxe sur la Valeur Ajoutée Désormais il existera trois taux différents : 5.5% (maintien) 10% (anciennement 7%)

Plus en détail

MISE EN PEINTURE DES CANDÉLABRES EN FONTE CCTP

MISE EN PEINTURE DES CANDÉLABRES EN FONTE CCTP MISE EN PEINTURE DES CANDÉLABRES EN FONTE CCTP CCTP - 1 - SOMMAIRE Article 1 : Article 2 : Article 3 : Article 4 : Article 5 : Article 6 : Article 7 : Consistance des travaux Etat et qualité des candélabres

Plus en détail

CONCLUSIONS MOTIVEES DU COMMISSAIRE ENQUETEUR

CONCLUSIONS MOTIVEES DU COMMISSAIRE ENQUETEUR Société CARTONS ET PLASTIQUES Avenue Bernard Chochoy à ARQUES CONCLUSIONS MOTIVEES DU COMMISSAIRE ENQUETEUR PORTANT SUR LA DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER UN ATELIER DE TRANSFORMATION ET D IMPRESSION

Plus en détail