Dossier de presse. Création de l observatoire sanef 1 ère étude scientifique des comportements au volant sur autoroute JUILLET 2012

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dossier de presse. Création de l observatoire sanef 1 ère étude scientifique des comportements au volant sur autoroute JUILLET 2012"

Transcription

1 Dossier de presse

2 SOMMAIRE Présentation...3 Une étude scientifique pour dresser un état des lieux des comportements sur autoroute...4 L occupation des voies : des résultats venant confirmer l importance de comportements inadaptés...5 Le non-respect des distances de sécurité : un comportement à risque très présent sur autoroute...6/7 Deux nouveaux comportements étudiés dans le cadre de l observatoire sanef...8 Des conducteurs pas encore assez respectueux de la vitesse règlementaire...9/10 Pour les vacances réussies, un rappel des conseils pour rouler en toute sécurité sur autoroute...11 Le groupe sanef

3 PRÉSENTATION Alors que des millions d automobilistes s apprêtent à partir en vacances, les résultats de la première étude menée par l observatoire sanef des comportements sur autoroute créé avec la collaboration du CETE Normandie Centre sont publiés par le groupe sanef. Pour la première fois, une étude établit des mesures précises sur l occupation des voies, l usage du clignotant, les dépassements par la droite. EN 2012, 1 ERE ÉDITION DE L OBSERVATOIRE SANEF Le nombre de tués sur autoroute a été divisé par deux en dix ans. L enjeu, aujourd hui, concerne la réduction des comportements à risques. Pour mieux les combattre, le groupe sanef a souhaité les mesurer. L étude s appuie sur une méthodologie pertinente et des indicateurs tangibles. Quelle est la part des excès de vitesse, dix ans après la mise en place des radars automatiques? Quelle est la part des conducteurs respectant les distances de sécurité? Sur une autoroute à 3 voies, la voie centrale est-elle souvent occupée lorsque la voie de droite est libre? L usage du clignotant est-il négligé lors des manœuvres de dépassement? Les comportements à risques : enjeu majeur de la sécurité routière. 1 automobiliste sur 3 occupe la voie centrale de manière abusive. Les distances de sécurité ne sont pas respectées par 1 conducteur sur 4 et par 16 % des chauffeurs poids lourds. Près de 2 conducteurs sur 3 n utilisent pas leur clignotant pour se rabattre. Ces comportements inappropriés peuvent se traduire par des accidents plus ou moins graves, sans compter les presqu accidents. La vitesse reste également un sujet de préoccupation car 1 conducteur sur 3 ne respecte pas la limitation à 130 km/h. L observatoire sanef sera réalisé chaque année afin de suivre l évolution des comportements sur autoroute. 3

4 UNE ÉTUDE SCIENTIFIQUE POUR DRESSER UN ÉTAT DES LIEUX DES COMPORTEMENTS SUR AUTOROUTE L ESSENTIEL À RETENIR Le groupe sanef a souhaité mesurer certains comportements relatifs au partage de l autoroute. Pour réaliser l étude, il a fait appel au CETE Normandie Centre, un organisme d Etat qui possède une expertise reconnue sur les thématiques liées aux déplacements. L observatoire sanef mesure les comportements à risques sur autoroute et évalue l évolution de ces comportements d une année sur l autre. Pour la première fois en France, une étude s appuyant sur des données tangibles et statistiques, et non sur des éléments déclaratifs des utilisateurs de l autoroute, révèle l importance et la fréquence de certains comportements. Jusqu à présent, seuls la vitesse et les distances de sécurité ont été observées de cette manière. Les indicateurs retenus permettant d évaluer les comportements sur autoroute L occupation des voies : - La répartition du trafic sur les 3 voies, - Les non-rabattements. Les interactions entre les véhicules - Les temps inter-véhiculaire ou interdistances, - L usage du clignotant, - Les dépassements par la droite. La vitesse et les excès de vitesse La vitesse et les temps inter-véhiculaires font l objet d études au niveau de l ASFA (Association française des sociétés d autoroutes) depuis plusieurs années. Les autres indicateurs demandés par le groupe sanef au CETE sont inédits. Une zone géographique neutre pour réaliser l étude Le groupe sanef a choisi un secteur autoroutier qui présente un profil d autoroute neutre sans particularités pouvant influer le comportement des automobilistes. L A13 au km 72, situé en rase campagne dans le département de l Eure, dans le sens Caen - Paris, a été choisi comme point d observation car ce tronçon répondait aux critères de l étude : Une autoroute linéaire sans courbe. Une autoroute enregistrant un trafic moyen de véhicules par jour et par sens de circulation proche de la moyenne enregistrée en France. Une autoroute avec un trafic PL de 12% alors que la moyenne nationale est de 14 %. Une autoroute à 3 voies. La collecte des données réalisée grâce à des moyens techniques et une observation dans le flux de circulation une station de comptage du trafic dont les données ont été utilisées de manière individuelle et non agrégée. 1 caméra fixe enregistrant les images de la circulation permettant de conforter les informations recueillies avec la station de comptage trafic. Trajet réalisé sur autoroute, sur la voie du milieu à 110 km/h, permettant une observation en roulant. La collecte des données a été effectuée sur une semaine complète, à la fin du mois de mars 2012, hors vacances scolaires et ne contenant pas de jours fériés. La semaine de l étude a bénéficié d une météo favorable sans pluie. 4

5 L OCCUPATION DES VOIES : DES RÉSULTATS VENANT CONFIRMER L IMPORTANCE DE COMPORTEMENTS INADAPTÉS L étude réalisée par l observatoire sanef des comportements a permis au groupe sanef de réunir, pour la première fois en France, des informations sur les comportements relatifs au partage de l autoroute, et plus précisément sur l occupation des voies. La répartition des conducteurs sur les trois voies Répartition entre les voies 36% OCCUPENT LA VOIE CENTRALE ABUSIVEMENT L ESSENTIEL À RETENIR Alors que les conducteurs doivent rouler sur la voie de droite lorsque celle-ci est libre, l observatoire sanef fait apparaître une proportion de 36 % de VL circulant sur la voie du milieu, soit plus d 1 conducteur VL sur 3! L occupation de la voie centrale peut induire pour les autres conducteurs des comportements dangereux et des manœuvres de dépassement plus délicates. Déboîter sur deux voies présente des risques en raison des problèmes de visibilité et d angles morts. L observatoire sanef montre que le positionnement des véhicules sur une autoroute à 3 voies est très fréquemment inadapté. Ce phénomène est encore plus accentué la nuit. Voie Véhicules Légers Poids Lourds droite 39% 96% milieu 48% 4% gauche 12% 0% L observatoire sanef montre qu 1 conducteur VL sur 2 circule sur la voie du milieu. Ce positionnement est approprié lorsque la voie de droite n est pas libre et lorsque les conducteurs effectuent une manœuvre de dépassement. La grande majorité des poids lourds roule sur la voie de droite. Ceux qui circulent sur la voie du milieu l empruntent temporairement lors de manœuvres de dépassement. Le comportement des poids lourds est assez exemplaire sur ce point. Plus d 1 automobiliste sur 3 occupe la voie du milieu de manière abusive Le groupe sanef a croisé les données avec l indicateur qui mesure la part des conducteurs VL qui auraient pu rouler sur la voie de droite. Cet indicateur recouvre les clients qui circulent sur la voie du milieu alors que la distance qui les sépare du véhicule devant eux est suffisante pour se rabattre en toute sécurité. Ils sont ainsi 36 % à occuper de manière abusive la voie centrale, soit plus d 1 conducteur sur 3. Ce comportement est plus accentué de nuit (y compris le WE) : le taux atteint alors 53 % pour les VL. Les situations de non-rabattements pour les VL circulant sur la voie du milieu VL circulant sur VL pouvant circuler VL ne pouvant la voie du milieu sur la voie de droite pas se rabattre semaine jour (hors WE) 36% 64% semaine nuit (hors WE) 53% 47% WE jour 26% 74% WE nuit 51% 49% Les situations de non-rabattements sont également observées sur la voie de gauche. Ainsi l étude détecte que 10% des clients circulant sur cette voie auraient pu se rabattre sur la voie du milieu. 5

6 LE NON-RESPECT DES DISTANCES DE SÉCURITÉ : UN COMPORTEMENT À RISQUE TRÉS PRÉSENT SUR AUTOROUTE L observatoire sanef permet de faire le point sur certains comportements à risques : le non-respect des distances de sécurité, la non-utilisation du clignotant et les dépassements par la droite. 1 CONDUCTEUR SUR 4 ROULE TROP PRÈS L ESSENTIEL À RETENIR Les conducteurs respectent les interdistances s ils laissent une distance d au moins 2 secondes, soit une centaine de mètres, avec le véhicule qui les précède. L observation révèle qu 1 conducteur VL sur 4 roule trop près du véhicule qui le précède. L observation précise que 32 % d entre eux sont positionnés sur la voie du milieu. Sur ce thème, l observatoire sanef montre que le comportement des chauffeurs PL est également inapproprié pour 16 % d entre eux. Si un événement imprévu survient devant ces conducteurs, il leur est quasiment impossible d éviter l accident. D ailleurs, 1 accident mortel sur 2 sur autoroute implique plusieurs véhicules. En 2011, un accident mortel sur 6 était causé par un suraccident. Le détail des mesures sur les temps inter-véhiculaires Les temps inter-véhiculaires (TIV) TIV VL < 1 s 10% < 2 s 26% L observatoire sanef montre qu 1 automobiliste sur 4 roule trop près du véhicule qui le précède. Ce chiffre est en cohérence avec les informations de l observatoire national réalisé par l ASFA sur le réseau autoroutier concédé. suite en page 7 6

7 suite de la page 6 LE NON-RESPECT DES DISTANCES DE SÉCURITÉ : UN COMPORTEMENT À RISQUE TRÉS PRÉSENT SUR AUTOROUTE Le détail des mesures sur les temps inter-véhiculaires (suite) Répartition par voie des véhicules légers ne respectant pas les interdistances 9% DES VL ROULENT TROP VITE ET TROP PRÈS VL Voie droite 18% Voie milieu 32% Voie gauche 30% L observatoire sanef montre que 32 % des automobilistes ne respectant pas les distances de sécurité circulent sur la voie du milieu. Le phénomène des véhicules rabatteurs L observatoire sanef a identifié une population à risque représentant une part de 9% des VL circulant sur autoroute. Il s agit des personnes qui ne respectent ni la vitesse ni les interdistances. Le comportement «trop vite / trop près» est plus souvent constaté sur la voie de gauche et est appelé phénomène du véhicule rabatteur par l ASFA. Le chiffre atteint 18 % dans le cadre de l observatoire sanef. Trop vite, trop près Trop vite/trop près VL 3 Voies 9% Voie droite 2% Voie milieu 13% Voie gauche 18% Zoom sur le comportement des chauffeurs poids lourds 16% des chauffeurs PL ne respectent pas l interdistance minimum de 50 mètres. Ce taux révélé par l étude montre l importance du phénomène. Le non-respect des distances de sécurité par les PL peut entraîner des conséquences dramatiques et des presqu accidents avec le personnel autoroutier intervenant sur le tracé. Dans le cadre d interventions d urgence et de la pose de balisages, il est le témoin de comportements dangereux. Les zones de travaux parfaitement signalées 800 mètres en amont d un chantier sont trop souvent le théâtre de manœuvres de rabattement tardives et de comportements à risques. 7

8 DEUX NOUVEAUX COMPORTEMENTS ÉTUDIÉS DANS LE CADRE DE L OBSERVATOIRE SANEF 2 CONDUCTEURS SUR 3 NE SIGNALENT PAS LEUR RABATTEMENT L ESSENTIEL À RETENIR Partager l autoroute, c est non seulement respecter les distances de sécurité et rouler sur la voie de droite lorsqu elle est libre mais c est aussi signaler aux autres conducteurs ses manœuvres de dépassement. L observatoire sanef a permis de mesurer pour la première fois le nombre de conducteurs utilisant correctement le clignotant. Obligatoire, il est un élément de sécurité car il permet de signaler tout changement de file. Compte tenu des vitesses pratiquées sur autoroute, il est nécessaire pour assurer une meilleure sécurité. Pourtant, 2 conducteurs sur 3 ne signalent pas leur manœuvre de rabattement après avoir doublé. L observatoire sanef permet de montrer que des dépassements par la droite peuvent survenir. L usage du clignotant pour la première fois mesuré Cet indicateur a été mesuré en situation de conduite au cœur du trafic autoroutier. Il constate que les automobilistes utilisent un peu plus régulièrement le clignotant pour dépasser que pour se rabattre. Ainsi, ils sont près de 2 conducteurs sur 3 à ne pas signaler leur manœuvre de rabattement. Usage du clignotant usage du clignantant usage du clignantant pour se déporter pour se rabattre sur la voie de gauche à partir de la voie de gauche oui 65% 41% non 35% 59% Les dépassements par la droite L observation en situation de conduite au cœur du trafic autoroutier montre que les dépassements par la droite sont présents. Sur 1 trajet de 150 km, le CETE a comptabilisé 7 dépassements par la droite. 8

9 DES CONDUCTEURS PAS ENCORE ASSEZ RESPECTUEUX DE LA VITESSE RÈGLEMENTAIRE Les vitesses moyennes et les taux de dépassement de la limite règlementaire ont fait partie de l étude car cela reste un sujet important. L observatoire sanef permet de compléter les informations délivrées par l ASFA (Association française des sociétés d autoroutes) qui réalise régulièrement des observations de même type. L ESSENTIEL À RETENIR Les résultats de la première étude de l observatoire sanef des comportements sur autoroute démontrent que la vitesse moyenne des véhicules légers s établit à 127 km/h. Peu de variations ont été observées entre le jour et la nuit ainsi que la circulation de la semaine et du week-end. En revanche, le nombre d excès de vitesse constitue un élément de préoccupation car l étude a mesuré que 37 % des automobilistes circulent à des vitesses supérieures à 130 km/h. Des vitesses moyennes très proches de la vitesse règlementaire Vitesses moyennes pour les véhicules légers Trop vite/trop près Moyenne des 3 Voies Voie droite Voie milieu Voie gauche VL 127 km/h 120 km/h 130 km/h 136 km/h L observatoire sanef montre que la vitesse moyenne des VL s établit à 127 km/h toutes voies confondues. Ce résultat se révèle légèrement supérieur aux mesures effectuées par l ASFA pour les autoroutes concédées en France qui se situe à 120 km/h. La connaissance de la position des radars fixes, le progrès des équipements embarqués, l utilisation d un régulateur de vitesse, d un localisateur GPS qui signale les zones à risques et les dépassements de la vitesse autorisée peuvent en partie expliquer ces résultats. Les automobilistes roulent à une vitesse proche de la limite autorisée. Depuis 2002, l ASFA a observé une baisse régulière des vitesses moyennes de 5 à 6 % sur les autoroutes concédées : c est le résultat de la politique globale de sécurité routière menée par l État avec la mise en place de dispositifs contrôle sanction. En termes de sécurité routière, l enjeu de la vitesse sur autoroute est moins fort qu il y a 10 ans. En effet, en 2011, la vitesse excessive cause 1 accident mortel sur 10 alors que ce facteur était la cause d un accident mortel sur 3 en suite en page KM/H VITESSE MOYENNE DES 3 VOIES 9

10 suite de la page 9 DES CONDUCTEURS PAS ENCORE ASSEZ RESPECTUEUX DE LA VITESSE RÈGLEMENTAIRE Les données collectées au cours de la semaine d étude montrent peu de variations de la vitesse moyenne entre le jour ou la nuit (contrairement aux idées reçues), la semaine et le week-end. Vitesses moyennes horaires Dimanche Samedi Vendredi Jeudi Mercredi Mardi 110 Lundi 0H 1H 2H 3H 4H 5H 6H 7H 8H 9H 10H 11H 12H 13H 14H 15H 16H 17H 18H 19H 20H 21H 22H 23H Des excès de vitesse persistants et nombreux Les excès de vitesse VL 130 km/h <V<140 km/h 24% 140 km/h <V<150 km/h 10% >150 km/h 3% Total >130 km/h 37% 37 % ROULENT AU DESSUS DE LA VITESSE RÈGLEMENTAIRE L observatoire sanef révèle un niveau d infractions encore important qui s établit à 37 % pour les véhicules légers. Au niveau national, le taux de dépassement de la vitesse réglementaire de 130 km/h s élève à 25% ces dernières années alors qu il était de 50 % en % des automobilistes roulent à des vitesses comprises entre 130 km/h et 140 km/h, soit 1 conducteur sur 4. 3 % des automobilistes circulent même à une vitesse supérieure à 150 km/h, ce qui représente véhicules sur la semaine d observation. 10

11 POUR DES VACANCES RÉUSSIES, UN RAPPEL DES CONSEILS POUR ROULER EN TOUTE SÉCURITÉ SUR AUTOROUTE AVEC SANEF.COM PRÉPAREZ VOTRE VOYAGE! Avant de partir Partir reposé sans déficit de sommeil. Prendre un repas léger et ne pas consommer d alcool et de drogues. Vérifier que le traitement médical en cours soit compatible avec la conduite. Vérifier l état du véhicule. Vérifier l arrimage du chargement (coffres de toit, caravane, remorques ). Vérifier les conditions de circulation et les prévisions de trafic. Durant le trajet Faire une pause dès les premiers signes de fatigue, le conducteur rencontre une aire aménagée toutes les 10 minutes sur autoroute. Adapter la vitesse au trafic et aux conditions météo Respecter une distance de sécurité suffisante avec le véhicule qui précède. Signaler les manœuvres de dépassement. Ne pas occuper la voie centrale lorsque la voie de droite est libre. Ne pas circuler sur la bande d arrêt d urgence en cas de bouchon. 11

12 LE GROUPE SANEF sanef est un groupe gestionnaire d infrastructures de mobilité et un opérateur de services. Mission Favoriser la mobilité durable des biens et des personnes, innover et déployer des services de haute qualité et contribuer au dynamisme des territoires par ses réseaux et ses solutions péage. Identité sanef fait partie du groupe abertis, premier opérateur européen de gestion d infrastructures de mobilité et de télécommunications. sanef est le premier réseau autoroutier au sein d abertis. Son modèle économique est fondé sur la qualité de la gestion de ses contrats de concessions orientée vers la satisfaction de ses clients et sur une stratégie de développement dans de nouvelles concessions et des grands projets de péage en Europe, ainsi que dans les services de télépéage interopérable. sanef exploite directement km d autoroutes et a des participations dans des sociétés représentant 280 km d autoroutes. Le groupe emploie personnes. Le total de ses revenus a atteint 1,507 milliard d euros en Principales filiales : sapn, eurotoll, bip&go. En savoir plus CONTACT PRESSE Isabelle Lacroix, chargée de communication du réseau Ouest tél : Portable :

La sécurité routière en France Bilan de l année 2007

La sécurité routière en France Bilan de l année 2007 La sécurité routière en France Bilan de l année 2007 Hôtel de Roquelaure 18 juin 2008 Jean CHAPELON Secrétaire général de l Observatoire national interministériel de sécurité routière (ONISR) La sécurité

Plus en détail

2004 2014 : un risque a chassé l autre

2004 2014 : un risque a chassé l autre 2004 2014 : un risque a chassé l autre En 10 ans, le profil des conducteurs français a évolué, leur rapport à la conduite aussi. Pour autant le poids des bons et mauvais conducteurs est resté stable, de

Plus en détail

En savoir plus? www.securite-routiere.gouv.fr

En savoir plus? www.securite-routiere.gouv.fr En savoir plus? www.securite-routiere.gouv.fr twitter.com/routeplussure Délégation à la sécurité et à la circulation routières Place des Degrés Tour Pascal B 92055 LA Défense Cedex DSCR - AVRIL 2013 -

Plus en détail

Identification des besoins : la méthode des Focus Group. Définition et descriptif de la méthode

Identification des besoins : la méthode des Focus Group. Définition et descriptif de la méthode Identification des besoins : la méthode des Focus Group Définition et descriptif de la méthode Identifier les besoins des utilisateurs Le Focus Group Le Focus Group est une activité de groupe ayant pour

Plus en détail

Campagne motards 2015 Les chiffres

Campagne motards 2015 Les chiffres Campagne motards 2015 Les chiffres Le printemps est synonyme du retour de nombreux motards sur nos routes. Le mois d avril marque également le début de la période la plus meurtrière pour les motards. Même

Plus en détail

BEPECASER ÉPREUVE DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES. 16 mai 2012

BEPECASER ÉPREUVE DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES. 16 mai 2012 J. 121300 MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE L OUTRE-MER, DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES ET DE L IMMIGRATION BEPECASER ÉPREUVE DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES 16 mai 2012 Question 1 Le fait pour un conducteur

Plus en détail

LES PNEUS HIVER SONT-ILS OBLIGATOIRES DANS TOUTE L EUROPE?

LES PNEUS HIVER SONT-ILS OBLIGATOIRES DANS TOUTE L EUROPE? LES PNEUS HIVER SONT-ILS OBLIGATOIRES DANS TOUTE L EUROPE? novembre 2013 Introduction En période hivernale, difficile de savoir si l équipement en pneus neige des voitures est obligatoire dans le(s) pays

Plus en détail

La Réforme 2010. - Je peux stationner dans une zone de rencontre uniquement sur des emplacements aménagés.

La Réforme 2010. - Je peux stationner dans une zone de rencontre uniquement sur des emplacements aménagés. La Réforme 2010 - La consommation de drogue peut être décelée avec un test salivaire ou urinaire. - La première cause de mortalité des jeunes de 18 à 24 ans au volant est l alcool. - Dans une «zone 30»les

Plus en détail

Les français et les jeunes conducteurs

Les français et les jeunes conducteurs DOSSIER DE PRESSE Paris, 4 mai 2015 www.jeune-conducteur-assur.com Les français et les jeunes conducteurs Révélation de l étude Jeune Conducteur Assur / Ifop Enquête menée auprès d un échantillon de 1000

Plus en détail

Art. 8, al. 3 OCR Routes à plusieurs voies, circulation à la file 3

Art. 8, al. 3 OCR Routes à plusieurs voies, circulation à la file 3 Règles et situations exceptionnelles Dépasser par la droite? Ravaldo Guerrini (Texte et graphiques) Dépasser par la droite, c est quoi finalement? Quand peut-on ou non devancer ou dépasser par la droite?

Plus en détail

autoroute N 25 Henri Stouff Président de l Asfa Quelques Notre DOSSIER Taux de tués par milliard 10 de kilomètres parcourus

autoroute N 25 Henri Stouff Président de l Asfa Quelques Notre DOSSIER Taux de tués par milliard 10 de kilomètres parcourus autoroute Juillet 2008 N 25 Quelques Henri Stouff Président de l Asfa Restons vigilants et mobilisés Tel est le fil conducteur de ce numéro consacré à la sécurité, car en la matière, rien n est définitivement

Plus en détail

CONCOURS EXTERNE 2012 POUR LE RECRUTEMENT D'AGENTS D'EXPLOITATION SPECIALISES 19 septembre 2012

CONCOURS EXTERNE 2012 POUR LE RECRUTEMENT D'AGENTS D'EXPLOITATION SPECIALISES 19 septembre 2012 N IDENTIFICATION : CONCOURS EXTERNE 2012 POUR LE RECRUTEMENT D'AGENTS D'EXPLOITATION SPECIALISES 19 septembre 2012 AGENTS D'EXPLOITATION SPECIALISES DES TRAVAUX PUBLICS DE L'ETAT spécialité «routes, bases

Plus en détail

Informations complémentaires au communiqué de presse conducteur-d-elit.ch

Informations complémentaires au communiqué de presse conducteur-d-elit.ch Le 29 janvier 2015 Informations complémentaires au communiqué de presse conducteur-d-elit.ch Campagne conducteur-d-elite.ch: suivre des cours, c est avoir une conduite plus sûre. L objectif de la campagne

Plus en détail

Le 31 octobre 2011, un Renault Trafic emprunte tranquillement et furtivement des petits chemins détournés, de la commune du Bugey.

Le 31 octobre 2011, un Renault Trafic emprunte tranquillement et furtivement des petits chemins détournés, de la commune du Bugey. ETUDE DU CAS N 1 Le 31 octobre 2011, un Renault Trafic emprunte tranquillement et furtivement des petits chemins détournés, de la commune du Bugey. A un croisement, les deux occupants sont contrôlés par

Plus en détail

PER I TURISTI STRANIERI: GUIDARE IN ITALIA. Documents normalement demandés pour conduire une voiture de location en Italie:

PER I TURISTI STRANIERI: GUIDARE IN ITALIA. Documents normalement demandés pour conduire une voiture de location en Italie: Location de voitures Documents normalement demandés pour conduire une voiture de location en Italie: - Permis de conduire en cours de validité, obtenu depuis au moins 1 an, donnant l'autorisation de conduire

Plus en détail

AUTOROUTES CONCÉDÉES ET MOBILITÉ DURABLE

AUTOROUTES CONCÉDÉES ET MOBILITÉ DURABLE AUTOROUTES CONCÉDÉES ET MOBILITÉ DURABLE Sommaire MAINTENIR UNE INFRASTRUCTURE SÛRE PAGE 2 DÉPLOYER DES DISPOSITIFS INNOVANTS PAGE 8 RENFORCER LA SÉCURITÉ DES PERSONNELS PAGE 12 SYSTÉMATISER LES ANALYSES

Plus en détail

Dans l Aude, 27 usagers de deux roues motorisées ont été tués depuis le 1 er janvier 2007.

Dans l Aude, 27 usagers de deux roues motorisées ont été tués depuis le 1 er janvier 2007. LA SEMAINE EUROPEENNE de la SECURITE ROUTIERE et de la MOBILITE En 2010 comme en 2009, la semaine nationale de la sécurité routière s associe avec la semaine européenne de la mobilité et devient ainsi

Plus en détail

- Les équipements. Route à accès réglementé. Autoroute

- Les équipements. Route à accès réglementé. Autoroute SECURITE ROUTIERE : QUELQUES ELEMENTS A RETENIR Pour réviser, vous pouvez vous entrainez sur le site : http://eduscol.education.fr/cid46889/preparation-auxepreuves-securite-routiere.html L ASSR est l attestation

Plus en détail

Convention relative : - aux échanges de données d'exploitation et de sécurité routière - à la gestion des crises routières. pour le département de

Convention relative : - aux échanges de données d'exploitation et de sécurité routière - à la gestion des crises routières. pour le département de Convention relative : - aux échanges de données d'exploitation et de sécurité routière - à la gestion des crises routières pour le département de entre L'État, représenté par M.., Préfet d., et La Direction

Plus en détail

le guide du bon conducteur

le guide du bon conducteur En savoir plus www.securite-routiere.gouv.fr twitter.com/routeplussure Délégation à la sécurité et à la circulation routières Place des Degrés Tour Pascal B 92055 La Défense Cedex Délégation à la sécurité

Plus en détail

GRANDS EXCÈS DE VITESSE : DES SANCTIONS PLUS SÉVÈRES

GRANDS EXCÈS DE VITESSE : DES SANCTIONS PLUS SÉVÈRES GRANDS EXCÈS DE VITESSE : DES SANCTIONS PLUS SÉVÈRES DES SANCTIONS PLUS SÉVÈRES POUR VITESSE EXCESSIVE Chaque année, sur les routes du Québec, la vitesse tue environ 175 personnes et en blesse près de

Plus en détail

Facilitez vos démarches,

Facilitez vos démarches, Facilitez vos démarches, renseignez-vous avant de vous déplacer DÉMARCHES ADMINISTRATIVES Permis de conduire : comment l obtenir? Pour obtenir une information ou connaître l adresse du point d accueil

Plus en détail

Motards et Scootéristes, le paradoxe : Un sentiment croissant d insécurité sur la route, mais toujours des prises de risque

Motards et Scootéristes, le paradoxe : Un sentiment croissant d insécurité sur la route, mais toujours des prises de risque Communiqué de presse Mardi 16 septembre 2014 Baromètre AXA Prévention sur le comportement des Français en deux-roues motorisés Motards et Scootéristes, le paradoxe : Un sentiment croissant d insécurité

Plus en détail

Projet CoDrive : utilisation des données de véhicules communicants, intégration avec un système de gestion de trafic (119)

Projet CoDrive : utilisation des données de véhicules communicants, intégration avec un système de gestion de trafic (119) Projet CoDrive : utilisation des données de véhicules communicants, intégration avec un système de gestion de trafic (119) Résumé : La diffusion large des smartphones et des suivis dédiés de flottes de

Plus en détail

LES DÉPLACEMENTS EN VÉHICULES un risque pour l entreprise

LES DÉPLACEMENTS EN VÉHICULES un risque pour l entreprise LES DÉPLACEMENTS EN VÉHICULES un risque pour l entreprise Guide de sensibilisation ACCIDENTS DE CIRCULATION AU TRAVAIL Mission - Trajet LES ENJEUX DE LA PREVENTION DU RISQUE ROUTIER ENCOURU PAR LES SALARIES

Plus en détail

Maîtriser le risque routier dans votre entreprise

Maîtriser le risque routier dans votre entreprise Maîtriser le risque routier dans votre entreprise De nombreux salariés utilisent un véhicule dans le cadre des missions que leur confie l employeur (le cadre, le commercial ou l agent technique qui rejoignent

Plus en détail

ÉVOLUTION DE L'ACCIDENTALITÉ ROUTIÈRE DANS LE DÉPARTEMENT DE LA HAUTE-VIENNE Valeurs cumulées sur les 12 derniers mois avec courbe de tendance

ÉVOLUTION DE L'ACCIDENTALITÉ ROUTIÈRE DANS LE DÉPARTEMENT DE LA HAUTE-VIENNE Valeurs cumulées sur les 12 derniers mois avec courbe de tendance ÉVOLUTION DE L'ACCIDENTALITÉ ROUTIÈRE DANS LE DÉPARTEMENT DE LA HAUTE-VIENNE Valeurs cumulées sur les 12 derniers mois avec courbe de tendance Définition Un accident corporel (mortel ou non mortel) de

Plus en détail

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014»

Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Projet d ensemble commercial Ametzondo Tableau 7: Emissions polluantes scénario «futur avec projet 2014» Remarques : Aucune émission ne sera prise en compte sur le parking pour un fonctionnement dominical.

Plus en détail

PNEUS HIVER EN EUROPE

PNEUS HIVER EN EUROPE PNEUS HIVER EN EUROPE En période hivernale, difficile de savoir si l équipement en pneus neige des voitures est obligatoire dans le(s) pays européen(s) que vous allez traverser pendant vos vacances ou

Plus en détail

Fiche d'inscription PARENTS

Fiche d'inscription PARENTS Fiche d'inscription PARENTS IDENTITE Nom : Prénom : Adresse :.. Tel : Portable : Courriel : @. VOTRE DEMANDE DE GARDE D ENFANTS Vos enfants : Nom Prénom Âge Lieu de garde : Garde souhaitée : Occasionnelle

Plus en détail

N i1007 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N i1007 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N i1007 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le. PROPOSITION DE LOI visant à renforcer la protection et la sécurité

Plus en détail

Responsabilité Civile et Pénale du chef d entreprise. Association Sécurité Routière en Entreprises de Maine et Loire.

Responsabilité Civile et Pénale du chef d entreprise. Association Sécurité Routière en Entreprises de Maine et Loire. Association Sécurité Routière en Entreprises de Maine et Loire Sensibilisation Responsabilité Civile et Pénale du chef d entreprise ou du délégataire 1N 2N Sommaire 1- La réglementation 1-1- La responsabilité

Plus en détail

DONNÉES DÉTAILLÉES DE L ACCIDENTALITÉ

DONNÉES DÉTAILLÉES DE L ACCIDENTALITÉ PARTIE 6 # DONNÉES DÉTAILLÉES DE L ACCIDENTALITÉ DONNÉES DÉTAILLÉES DE L ACCIDENTALITÉ / LES ACCIDENTS ET LES USAGERS Les accidents et les usagers Selon les modes de déplacement 161 DONNÉES GÉNÉRALES D

Plus en détail

La peur de la sanction, principale raison du changement de comportement des conducteurs La vitesse, un danger encore sous-estimé

La peur de la sanction, principale raison du changement de comportement des conducteurs La vitesse, un danger encore sous-estimé Filiale du COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 16 novembre 2009 La peur de la sanction, principale raison du changement de comportement des conducteurs La vitesse, un danger encore sous-estimé Alors que le

Plus en détail

BILAN ROUTIER UNE RESPONSABILITÉ PARTAGÉE! 7 principales causes de collisions à Montréal. Portrait de la sécurité routière et de la circulation

BILAN ROUTIER UNE RESPONSABILITÉ PARTAGÉE! 7 principales causes de collisions à Montréal. Portrait de la sécurité routière et de la circulation BILAN ROUTIER Portrait de la sécurité routière et de la circulation 2010 UNE RESPONSABILITÉ PARTAGÉE! Le partage de la route en milieu urbain est l enjeu qui pose le plus grand défi autant aux usagers

Plus en détail

BEPECASER EPREUVE DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES

BEPECASER EPREUVE DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES MINISTERE CHARGÉ DES TRANSPORTS J. 8 000990 BEPECASER EPREUVE DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES 03 SEPTEMBRE 2008 Question 1 Tout véhicule doit subir un contrôle technique pour être mis en circulation à l

Plus en détail

Moins d accidents et moins de victimes en 2009

Moins d accidents et moins de victimes en 2009 DIRECTION GÉNÉRALE STATISTIQUE ET INFORMATION ÉCONOMIQUE COMMUNIQUE DE PRESSE 12 avril 2011 Moins d accidents et moins de victimes en 2009 Les chiffres des accidents de la route portant sur 2009 viennent

Plus en détail

LES OPERATIONS (outils pédagogiques, types d'interventions) Département du Morbihan

LES OPERATIONS (outils pédagogiques, types d'interventions) Département du Morbihan LES OPERATIONS (outils pédagogiques, types d'interventions) Durant l'année scolaire, l'éducation routière cycliste Dans les écoles : Chaque année, le comité intervient auprès des élèves de CM des écoles

Plus en détail

Département du Val-de-Marne. Charte départementale de partenariat sécurité routière. entre l État,

Département du Val-de-Marne. Charte départementale de partenariat sécurité routière. entre l État, Département du Val-de-Marne Charte départementale de partenariat sécurité routière entre l État, la Caisse Régionale d Assurance Maladie d Ile-de-France (CRAMIF) et la profession du transport routier de

Plus en détail

LES ACCIDENTS DE TRAJET

LES ACCIDENTS DE TRAJET QUATRIEME SEMAINE NATIONALE DES ACCIDENTES DE LA VIE «STOP AUX ACCIDENTS DE TRAJET» Du 13 au 19 octobre 2008 LES ACCIDENTS DE TRAJET FNATH, association des accidentés de la vie - Siège national 47, rue

Plus en détail

L'OBJECTIF DE CE GUIDE

L'OBJECTIF DE CE GUIDE L'OBJECTIF DE CE GUIDE EST DE SENSIBILISER LES CHEFS D'ENTREPRISES AU RISQUE ROUTIER PROFESSIONNEL ET DE PROPOSER DES MESURES PRATIQUES À METTRE EN PLACE DANS LEURS ÉTABLISSEMENTS. LES PISTES D ACTIONS

Plus en détail

Unité d Ergonomie Faculté de Médecine Pitié-Salpêtrière 91, bd de l Hôpital 75 634 Paris cedex 13 www.ergonomie.chups.jussieu.fr

Unité d Ergonomie Faculté de Médecine Pitié-Salpêtrière 91, bd de l Hôpital 75 634 Paris cedex 13 www.ergonomie.chups.jussieu.fr Unité d Ergonomie Faculté de Médecine Pitié-Salpêtrière 91, bd de l Hôpital 75 634 Paris cedex 13 www.ergonomie.chups.jussieu.fr DIPLÔME D ERGONOMIE ET DE PHYSIOLOGIE DU TRAVAIL o p t i o n 5 Ergonomie

Plus en détail

SEGPA EREA. académie Versailles ENTRE : Nom du stagiaire : Prénom : Éducation Nationale Enseignement Supérieur Recherche

SEGPA EREA. académie Versailles ENTRE : Nom du stagiaire : Prénom : Éducation Nationale Enseignement Supérieur Recherche Convention relative à l organisation de stages d application en milieu professionnel. Élèves de 4 ème âgés de moins 15 ans Élèves de 3 ème âgés de plus 15 ans (Convention type approuvée par la cellule

Plus en détail

Strada del sole. Ferroutage Brigue-Iselle

Strada del sole. Ferroutage Brigue-Iselle Strada del sole. Ferroutage Brigue-Iselle Valable à partir du 12.12.2004 Réouverture. Ferroutage Brigue-Iselle. Le ferroutage reprend entre Brigue et Iselle: dès le 12 décembre 2004, vous pourrez à nouveau

Plus en détail

La prise en compte des 2RM dans les aménagements

La prise en compte des 2RM dans les aménagements La prise en compte des 2RM dans les aménagements Pourquoi les prendre en compte? Quels outils? Bérengère Varin novembre 2011 Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement durable et de l'aménagement

Plus en détail

Prévenir les risques routiers professionnels : lancement d un nouveau programme d information et de communication. «La route n est pas un jeu»

Prévenir les risques routiers professionnels : lancement d un nouveau programme d information et de communication. «La route n est pas un jeu» DOSSIER DE PRESSE Prévenir les risques routiers professionnels : lancement d un nouveau programme d information et de communication «La route n est pas un jeu» Un nouveau site d information : www.risque-routier-professionnel.fr

Plus en détail

CHARTE D UTILISATION DU VEHICULE

CHARTE D UTILISATION DU VEHICULE CHARTE D UTILISATION DU VEHICULE 1 A. MODALITÉS DE MISE A DISPOSITION DU VÉHICULE RESERVATION 1) Faire la demande auprès du CDH53, définir la date à laquelle vous viendrez chercher le véhicule (hors samedi

Plus en détail

Versailles Gare Versailles Rive Gauche é Vélizy-Villacoublay Vélizy 2. Du lundi au vendredi. Versailles. Vélizy-Villacoublay

Versailles Gare Versailles Rive Gauche é Vélizy-Villacoublay Vélizy 2. Du lundi au vendredi. Versailles. Vélizy-Villacoublay 20 Du lundi au vendredi é L Onde Maison des Arts Ravel Europe Sud Europe Sud Centre d Affaires Les Metz - Clair Bois Résidence les Bois (a) (b) 6.14 6.51 7.30 8.14 9.12 10.45 12.23 12.23 13.51 14.53 16.23

Plus en détail

La sécurité routière en Ille-et-Vilaine Bilan 2014 et évolutions

La sécurité routière en Ille-et-Vilaine Bilan 2014 et évolutions La sécurité routière en Ille-et-Vilaine Bilan 201 et évolutions Observatoire Départemental de la Sécurité Routière d Ille-et-Vilaine Sommaire, indicateurs et définitions Sommaire Les définitions Page

Plus en détail

LES RISQUES ROUTIERS EN MISSION

LES RISQUES ROUTIERS EN MISSION LES RISQUES ROUTIERS EN MISSION DEPUIS 10 ANS LES ACCIDENTS DE LA CIRCULATION LIÉS AU TRAVAIL REPRÉSENTENT : 54 à 59% des accidents mortels du travail 23 à 25% des accidents avec incapacité permanente

Plus en détail

ÉVALUATION EN FIN DE CM1. Année scolaire 2014 2015 LIVRET DE L'ÉLÈVE MATHÉMATIQUES

ÉVALUATION EN FIN DE CM1. Année scolaire 2014 2015 LIVRET DE L'ÉLÈVE MATHÉMATIQUES ÉVALUATION EN FIN DE CM1 Année scolaire 2014 2015 LIVRET DE L'ÉLÈVE MATHÉMATIQUES NOM :....... Prénom :....... Né le :./../ École :............ Classe : Domaine Score de réussite NOMBRES ET CALCUL GÉOMÉTRIE

Plus en détail

Présenté par Constable Perry Madelon Road Safety Unit Traffic Branch

Présenté par Constable Perry Madelon Road Safety Unit Traffic Branch Présenté par Constable Perry Madelon Road Safety Unit Traffic Branch Qu est-ce que la distraction au volant? La distraction au volant s entend de tout ce qui détourne l attention accordée à la conduite.

Plus en détail

Location de voitures en Thailande. Écrit par Administrateur Samedi, 29 Janvier 2011 06:22

Location de voitures en Thailande. Écrit par Administrateur Samedi, 29 Janvier 2011 06:22 La location de voitures en Thaïlande peut être un moyen très pratique de se déplacer à conditions de respecter certaines règles et d'être toujours très prudent. Louer une voiture en Thailande offre de

Plus en détail

Comment établir un Plan de Prévention du Risque Routier?

Comment établir un Plan de Prévention du Risque Routier? Comment établir un Plan de Prévention du Risque Routier? RADARR (Recueil d informations Appliqué aux Données Afférentes au Risque Routier) Préambule Prévenir le risque routier est un véritable enjeu économique

Plus en détail

guide de rapide démarrage INCLUS! découverte 24h

guide de rapide démarrage INCLUS! découverte 24h guide de démarrage rapide découverte 24h INCLUS! 1 Merci d avoir choisi Coyote à la carte! Coyote à la carte, l avertisseur Coyote sans engagement, est un Assistant d Aide à la Conduite qui vous aide à

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

LA ZONE 30. La «zone 30» est un ensemble de voiries à vitesse inférieure à 30 km/h. Elle peut être plus ou moins étendue.

LA ZONE 30. La «zone 30» est un ensemble de voiries à vitesse inférieure à 30 km/h. Elle peut être plus ou moins étendue. LA ZONE 30 DEFINITION 1 «zone 30» section ou ensemble de sections de voies constituant une zone affectée à la circulation de tous les usagers. Dans cette zone, la vitesse des véhicules est limitée à 30km/h.

Plus en détail

HORAIRES VACANCES SCOLAIRES 2012-2013*

HORAIRES VACANCES SCOLAIRES 2012-2013* horaires DU 27 AOÛT 2012 AU 7 JUIL. 2013 LIGNE 20 GARE DE VAISE LYCÉE JEAN PERRIN ST CYR - MONT CINDRE en avez-vous réellement besoin? téléchargez vos horaires sur tcl.fr PARTOUT, POUR TOUS, IL Y A TCL

Plus en détail

EPREUVE DU CONTRÔLE DES CONNAISSANCES. 7 septembre 2011

EPREUVE DU CONTRÔLE DES CONNAISSANCES. 7 septembre 2011 J. 11 1203 MINISTERE DE L INTERIEUR, DE L OUTRE-MER, DES COLLECTIVITES TERRITORIALES ET DE L IMMIGRATION BEPECASER EPREUVE DU CONTRÔLE DES CONNAISSANCES 7 septembre 2011 Question 1 Dans le cadre de l apprentissage

Plus en détail

Formulaire d abonnement au service e-bdl

Formulaire d abonnement au service e-bdl FORMULAIRE [1] : ENREGISTREMENT DU CLIENT ABONNE N d abonné :.... Raison sociale si Entreprise Sinon, Nom & Prénom : N de téléphone fixe : N de téléphone portable : Adresse postale : Client : Entreprise

Plus en détail

Rénovation de la banque de questions de l'etg

Rénovation de la banque de questions de l'etg Rénovation de la banque de questions de l'etg Présentation aux écoles de conduite Ministère de l'écologie, de l'énergie,du Développement durable et de la mer, en charge des technologies vertes et des négociations

Plus en détail

Benchmark Email marketing

Benchmark Email marketing Benchmark Email marketing Une étude Experian Marketing Services - Premier Semestre 2012 Septembre 2012 Table des matières Méthodologie usages et bonnes pratiques de l'objet d'un email Focus sur les objets

Plus en détail

smart mobility : gestion de la flotte automobile chez Orange

smart mobility : gestion de la flotte automobile chez Orange smart mobility : gestion de la flotte automobile chez Orange dossier de presse septembre 2013 Sylvie Duho Mylène Blin 01 44 44 93 93 service.presse@orange.com 1 la flotte automobile d Orange en chiffres

Plus en détail

Projet d action de prévention routière. la société xxxxxx

Projet d action de prévention routière. la société xxxxxx Projet d action de prévention routière À l attention de: Le aa/aa/ 2013 la société xxxxxx Comité du VAL D OISE CATALOGUE DES ACTIONS EN ENTREPRISE Association Prévention Routière (APR) Crée en 1949 loi

Plus en détail

ORIENTATIONS D'ACTION POUR LE PDASR 2013

ORIENTATIONS D'ACTION POUR LE PDASR 2013 ORIENTATIONS D'ACTION POUR LE PDASR 2013 Cocher la ou les orientations auxquelles répondent votre projet COMMUNICATION GRAND PUBLIC Travailler sur les représentations liées à l'alcool et aux drogues. Comprendre

Plus en détail

L A MAÎTRISE DU RISQUE ROUTIER EN ENTREPRISE. Édito

L A MAÎTRISE DU RISQUE ROUTIER EN ENTREPRISE. Édito Spécial Mars 2012 L A MAÎTRISE DU RISQUE ROUTIER EN ENTREPRISE Sommaire Page 1 Edito Le sens de l implication de PSRE pour que les milieux professionnels bannissent l usage du téléphone au volant. Pages

Plus en détail

Stage de Récupération de Points de Permis

Stage de Récupération de Points de Permis Stage de Récupération de Points de Permis STAGE DE RECUPERATION DE POINTS DE PERMIS Quand réaliser votre stage?! Nous vous conseillons de l'effectuer dès que votre capital point est diminué de 4 points.

Plus en détail

La vitesse dans la circulation routière

La vitesse dans la circulation routière Promotion de la sécurité: feuilles didactiques Safety Tool N o 1 La vitesse dans la circulation routière 16 18 ans bpa Bureau de prévention des accidents La vitesse dans la circulation routière Safety

Plus en détail

QUESTIONNAIRE ENTREPRISE

QUESTIONNAIRE ENTREPRISE ENQUETE CREATION CRECHE INTERENTREPRISES QUESTIONNAIRE ENTREPRISE 1. Votre entreprise Nom... Commune :... Nom, coordonnées et fonction de la personne répondant au questionnaire : Secteur d activité :...

Plus en détail

Annexe 4 CONVENTION RELATIVE À L ORGANISATION DE STAGE D'APPLICATION EN MILIEU PROFESSIONNEL

Annexe 4 CONVENTION RELATIVE À L ORGANISATION DE STAGE D'APPLICATION EN MILIEU PROFESSIONNEL 2007 Annexe 4 CONVENTION RELATIVE À L ORGANISATION DE STAGE D'APPLICATION EN MILIEU PROFESSIONNEL Vu le code du travail, et notamment son article L.211-1; Vu le code de l éducation, et notamment ses articles

Plus en détail

Service Prévention des Risques Professionnels. 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09

Service Prévention des Risques Professionnels. 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09 CAISSE RÉGIONALE D ASSURANCE MALADIE RHÔNE -ALPES Service Prévention des Risques Professionnels 26, rue d Aubigny - 69436 Lyon cedex 03 téléphone : 04 72 91 96 96 - télécopie : 04 72 91 97 09 FT 1022 OCTOBRE

Plus en détail

Les journées "Trajectoires" au service des motards

Les journées Trajectoires au service des motards PRÉFET DE LA HAUTE-SAVOIE Point presse Les journées "Trajectoires" au service des motards 19 avril 2015 Direction départementale des Territoires de la Haute-Savoie www.haute-savoie.gouv.fr Les journées

Plus en détail

L autopartage en trace directe : quelle alternative à la voiture particulière?

L autopartage en trace directe : quelle alternative à la voiture particulière? L autopartage en trace directe : quelle alternative à la particulière? Résultats de la première enquête sur l impact d un service d autopartage en trace directe (le cas d Autolib ) Cette étude réalisée

Plus en détail

Taxis parisiens : tarifs, réglementations, droits des usagers

Taxis parisiens : tarifs, réglementations, droits des usagers IRULER Á PARIS Taxis parisiens : tarifs, réglementations, droits des usagers Tout taxi parisien doit comporter : Un horodateur fixé sur la plage arrière, côté droit du véhicule, visible de l extérieur,

Plus en détail

TITRE 1 - DISPOSITIONS GÉNÉRALES

TITRE 1 - DISPOSITIONS GÉNÉRALES CONVENTION RELATIVE AUX PÉRIODES DE STAGE EN MILIEU PROFESSIONNEL Pour les étudiants de... Vu le code du Travail, notamment ses articles L 4153-1, R. 4153-41 à R. 4153-44 et R. 4153-46, Vu le code de l

Plus en détail

cyclomoteur Non autorisé En général non autorisé sinon 45 45 45

cyclomoteur Non autorisé En général non autorisé sinon 45 45 45 L ATTESTATION SCOLAIRE DE SECURITE ROUTIERE NIVEAU 3 L attestation scolaire de sécurité routière comporte : - une attestation scolaire de sécurité routière (ASSR) de premier niveau qui se passe en 5 e

Plus en détail

Dossier de presse. La non-assurance routière en France en 2013

Dossier de presse. La non-assurance routière en France en 2013 Dossier de presse La non-assurance routière en France en 2013 Dossier de presse Sommaire Le communiqué de presse Page 3 Quelle ampleur et quelle évolution? Page 5 Quel est le profil des non-assurés? Page

Plus en détail

édition janvier 2015 les horaires Z.I. Ouest / Stade Rennais Saint-Saëns / La Poterie

édition janvier 2015 les horaires Z.I. Ouest / Stade Rennais Saint-Saëns / La Poterie 2015 édition janvier 2015 les horaires du lundi 5 janvier à debut juillet 2015 Z.I. Ouest / Stade Rennais Saint-Saëns / La Poterie SOMMAIRE Plan de la ligne.............................................

Plus en détail

AGENCE D INFORMATIONS ROUTIERES Dossier de presse

AGENCE D INFORMATIONS ROUTIERES Dossier de presse AGENCE D INFORMATIONS ROUTIERES Dossier de presse 1. RÉFLEXION INITIALE La collecte et la diffusion d informations en temps réel sont deux éléments essentiels qui contribuent à une meilleure mobilité et

Plus en détail

Quelle qualité de l air au volant? Premiers éléments de réponse en Ile-de-France

Quelle qualité de l air au volant? Premiers éléments de réponse en Ile-de-France Quelle qualité de l air au volant? ---------------------------- Les automobilistes sont nettement plus exposés à la pollution atmosphérique que les piétons, même à proximité des grands axes. Tel est le

Plus en détail

Votre conduite est un exemple pensez-y!

Votre conduite est un exemple pensez-y! Sur la route en famille Votre conduite est un exemple pensez-y! Au volant aussi vous êtes chef de famille! Parents, vous êtes aussi des acteurs de l éducation routière Comme pour beaucoup d autres apprentissages,

Plus en détail

L Y C É E D E L A C O M M U N I C A T I O N

L Y C É E D E L A C O M M U N I C A T I O N L Y C É E D E L A C O M M U N I C A T I O N CONVENTION DE STAGE EN MILIEU PROFESSIONNEL Étudiants des Sections de Techniciens Supérieurs Vu le décret 2006-1093 du 29 août 2006 (J.O. du 31.08.2006), Vu

Plus en détail

TECHNOLOGIES DU DÉVELOPPEMENT DURABLE CANADA Politique de remboursement des frais de déplacement et d accueil

TECHNOLOGIES DU DÉVELOPPEMENT DURABLE CANADA Politique de remboursement des frais de déplacement et d accueil TECHNOLOGIES DU DÉVELOPPEMENT DURABLE CANADA Politique de remboursement des frais de déplacement et d accueil Objet La présente politique vise à établir des normes équitables et constantes de remboursement

Plus en détail

Section Responsabilités des exploitants d autobus scolaires et des conducteurs et conductrices d autobus Type Responsabilités.

Section Responsabilités des exploitants d autobus scolaires et des conducteurs et conductrices d autobus Type Responsabilités. exploitants d autobus scolaires et 1 de 6 Énoncé Les exploitants d autobus scolaires et les conducteurs et conductrices d autobus doivent respecter les modalités et conditions des ententes de transport

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS

ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS Cette étude a été réalisée auprès de six entreprises de transport urbain de voyageurs, sur le territoire de la CINOR, sur la base des déclarations des

Plus en détail

2. LES TYPES DE DISTRACTION 3. PERCEPTION DU RISQUE 4. ACTIONS ET CONCLUSION

2. LES TYPES DE DISTRACTION 3. PERCEPTION DU RISQUE 4. ACTIONS ET CONCLUSION 1. QUE DIT LA LOI? 2. LES TYPES DE DISTRACTION 3. PERCEPTION DU RISQUE 4. ACTIONS ET CONCLUSION 2 0 : Petite définition: La distraction suppose un détournement de l attention accordée à la conduite, parce

Plus en détail

Données générales à propos de l Estonie

Données générales à propos de l Estonie Données générales à propos de l Estonie Nom complet: République d Estonie Surface: 45,227 km² Capitale: Tallinn Autres grandes villes: Tartu, Narva et Pärnu Division régionale: il y a 15 comtés, 33 villes

Plus en détail

Rapport final d'enquête partiel fourni ultérieurement. le Service d'enquête sur les accidents des transports publics

Rapport final d'enquête partiel fourni ultérieurement. le Service d'enquête sur les accidents des transports publics Unfalluntersuchungsstelle Bahnen und Schiffe UUS Service d enquête sur les accidents des transports publics SEA Servizio d inchiesta sugli infortuni dei trasporti pubblici SII Investigation bureau for

Plus en détail

Vu la circulaire n 2033-134 du 8 septembre 2003 relative aux modalités d accueil en milieu professionnel des élèves mineurs de moins de seize ans :

Vu la circulaire n 2033-134 du 8 septembre 2003 relative aux modalités d accueil en milieu professionnel des élèves mineurs de moins de seize ans : CONVENTION RELATIVE A L ORGANISATION DE SEQUENCE D OBSERVATION EN MILIEU PROFESSIONNEL DANS LE CADRE DE L OPERATION «BRAVO LES ARTISANS de Charente-Maritime» Vu la circulaire n 2033-134 du 8 septembre

Plus en détail

CONCOURS EUROPEEN D EDUCATION ROUTIERE FIA REGLEMENT 2015

CONCOURS EUROPEEN D EDUCATION ROUTIERE FIA REGLEMENT 2015 CONCOURS EUROPEEN D EDUCATION ROUTIERE FIA REGLEMENT 2015 3-6 Septembre 2015 Vienne, Autriche 1. Objectifs et but du Concours Les dispositions juridiques et techniques touchant à la circulation routière,

Plus en détail

Conducteurs et passagers: à chacun ses responsabilités

Conducteurs et passagers: à chacun ses responsabilités Conducteurs et passagers: à chacun ses responsabilités La sécurité du passager dépend pour une grande part du conducteur, mais il a aussi sa part de responsabilité. Des règles spécifiques en fonction du

Plus en détail

MISSION D AFFAIRES PACA EN RUSSIE

MISSION D AFFAIRES PACA EN RUSSIE vous proposent, dans le cadre du programme consulaire régional, une : MISSION D AFFAIRES PACA EN RUSSIE du 23 au 29 Juin 2013 Prospections personnalisées à Moscou et/ou Saint-Pétersbourg Secteurs : agroalimentaire

Plus en détail

Comprendre le trafic routier

Comprendre le trafic routier direction générale des Infrastructures, des Transports et de la Mer Références Comprendre le trafic routier - Méthodes et calculs Certu Comprendre le trafic routier Méthodes et calculs Christine Buisson

Plus en détail

CONVENTION RELATIVE À LA MISE EN ŒUVRE D UNE PÉRIODE DE MISE EN SITUATION EN MILIEU PROFESSIONNEL N

CONVENTION RELATIVE À LA MISE EN ŒUVRE D UNE PÉRIODE DE MISE EN SITUATION EN MILIEU PROFESSIONNEL N CONVENTION RELATIVE À LA MISE EN ŒUVRE D UNE PÉRIODE DE MISE EN SITUATION EN MILIEU PROFESSIONNEL N Articles L.5135-1 et D.5135-1 et suivants du code du travail L ORGANISME PRESCRIPTEUR 13912*02 Dénomination

Plus en détail

Journée technique "Matériels routiers et normalisation" 1

Journée technique Matériels routiers et normalisation 1 DIRIF Essonne Sites de VILLABE et d ORSAY Main courante de patrouille informatisée Suivi des véhicules de Viabilité Hivernale Présentation du 21 mai 2008 Présentation du Système Locaux DIRIF - Essonne

Plus en détail

Mémoire sur l industrie du taxi

Mémoire sur l industrie du taxi Mémoire sur l industrie du taxi Présenté à la : Commission permanente du conseil d agglomération sur l environnement, le transport et les infrastructures et Commission permanente du conseil municipal sur

Plus en détail

Certaines situations de trafic peuvent-elles provoquer un risque accru d hypoglycémie?

Certaines situations de trafic peuvent-elles provoquer un risque accru d hypoglycémie? P a g e 1 Comment savoir que vous présentez une hypoglycémie? La plupart des personnes diabétiques sentent rapidement lorsque leur taux de glycémie est trop bas (inférieur à 60 mg/dl). Les premiers symptômes

Plus en détail

La conduite accompagnée

La conduite accompagnée La conduite accompagnée L âge minimal requis pour s inscrire en conduite accompagnée est 16 ans révolu. POUR ACCEDER A LA FORMATION CONDUITE ACCOMPAGNEE VOUS DEVEZ ETRE DETENTEUR de L A.S.S.R.2 ou de L

Plus en détail

ÉTUDE SUR L EFFICACITÉ DES PNEUS D HIVER EN ÉTÉ RÉALISÉE PAR CAA-QUÉBEC

ÉTUDE SUR L EFFICACITÉ DES PNEUS D HIVER EN ÉTÉ RÉALISÉE PAR CAA-QUÉBEC ÉTUDE SUR L EFFICACITÉ DES PNEUS D HIVER EN ÉTÉ RÉALISÉE PAR CAA-QUÉBEC SEPTEMBRE 2008 1. Introduction L étude avait pour but de comparer avec le plus de précision possible l efficacité des pneus d hiver

Plus en détail

LIVRET DE CONSIGNES DE SÉCURITÉ. Agents réalisant la collecte des déchets

LIVRET DE CONSIGNES DE SÉCURITÉ. Agents réalisant la collecte des déchets LIVRET DE CONSIGNES DE SÉCURITÉ Agents réalisant la collecte des déchets Sommaire 1- Enjeux et objectifs de ce livret... 3 2- Au départ (Avant la collecte)... 4 2.1 Les équipements de protection individuelle

Plus en détail