RadioCommunications CDMA

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RadioCommunications CDMA"

Transcription

1 Conservtoire tionl es Arts et Métiers Cours u Conservtoire tionl es Arts et Métiers RioCommunitions CDMA (Version 7) Mihel Terré Eletronique C4 /

2 Conservtoire tionl es Arts et Métiers Les performnes es systèmes e rioommunitions sont fortement liées ux hoix tehniques qui permettent à es utilisteurs multiples (multi user) 'éer à un nl e trnsmission Ce hoix ruil u système 'ès onerne ussi ien les systèmes e rioommunitions ellulires terrestres (GSM, UMTS) que les systèmes stellitires, ou enfin que les réseux loux sns fils (WiFi, Bluetooth) Ce oument est une introution à l'une es méthoes 'ès multiple sée sur un prtge e l ressoure u moyen e oes 'étlement : Coe Division Multiple Aes (CDMA) Cette méthoe 'ès est issue es trnsmissions étlées utilisées ns le ontexte es trnsmissions militires epuis e nomreuses nnées L'ojetif es premières trnsmissions militires étlées étit e résister u mieux à es rouilleurs nes étroites ou/et e réliser es trnsmission "isrètes" L'utilistion e l'étlement en CDMA répon à un tout utre ojetif, il s'git, en l'ourrene, e mximiser l pité 'un réseu 'ès rio Ce ours pour ut e situer le CDMA pr rpport ux utres fmilles e méthoes 'ès et e préiser les priniples iffiultés qui lui sont inhérentes Introution ux tehniques 'ès multiples Il y plusieurs méthoes pour prtger une ressoure rio entre utilisteurs Une solution simple onsiste à iviser l ne e fréquene en sous nes isjointes et à llouer une sous ne à hque utilisteur Si on introuit le lrgeur totle e l ne e fréquene isponile : B, hque utilisteur peut iélement isposer 'une sous ne e lrgeur : W = B (DSP: Densité Spetrle e Puissne) DSP Sous Bne : W Be Be Be fréquene Bne e fréquene : B - Shém type 'un prtge FDMA - Cette méthoe est ppelée Frequeny Division Multiple Aess (FDMA) Elle est utilisée ns e nomreux systèmes e trnsmissions filires L iffiulté mjeure e mise en œuvre résie ns l séprtion es ifférentes sous nes e fréquene En prtique es ernières ne peuvent ps être jointives et sont séprées pr un intervlle e gre ou ne e gre e lrgeur spetrle W g Eletronique C4 /

3 Conservtoire tionl es Arts et Métiers Sous Bne : W DSP Bne e gre : W g Be Be Be ' Bne e fréquene : B - Shém 'un prtge FDMA ve ne e gre - fréquene Le nomre réels ' 'utilisteurs qui peuvent prtger l ne B est lors inférieur u nomre iél et s'otient u moyen e l'éqution suivnte : B = ' W ( ' ) W g Si l'on onsière ussi les intervlles e gre ux extrémités e l ne e fréquene l'éqution prééente evient : B = ' W ( ' ) W g Une utre méthoe pour éomposer une ressoure en sous nux lloules à ifférents utilisteurs onsiste à éfinir Tt une urée e trme T t et à éomposer ette ernière en intervlles enore ppelés times slots e urée Ts = DSP Times slots T s slot slot slot temps Trme T t - Shém 'un prtge TDMA - Chque utilisteur qui souhite trnsmettre es onnées se voit llouer un time slot prtiulier ns hque trme Ce système 'ès multiple est ppelé Time Division Multiple Aess (TDMA) Il est fréquemment utilisé pour les trnsmissions rio e voix et e onnées Dns les systèmes e rioommunitions ve les moiles fontionnnt en TDMA, une es priniples iffiultés résie ns le fit qu'il fut synhroniser, sur l même horloge, l'ensemle es terminux et qu'il fut éviter que les pquets e onnées (urs émis pr eux terminux qui utilisent es times slots jents, ne se reouvrent, même prtiellement, à l'rrivée à l sttion e se Pour éviter e type e prolème, il fut prévoir un intervlle e gre, e qui revient à voir une urée u time slot supérieure à l urée u urst émis Eletronique C4 3/3

4 Conservtoire tionl es Arts et Métiers Times slots T s DSP Durée u Burst temps Trme T t - Shém 'un prtge TDMA ve éli e gre - Rppel sur le GSM : Le système GSM fontionne selon un prinipe e TDMA L trme ure environ 46 ms, elle est ivisée en 8 times slots e 577 µs Un terminl trnsmet 6 its utiles urnt e time slot e 577 µs Le time slot ne "revient" qu'une fois sur 8, 6 its le éit utile nl u terminl est on égl à = 5 3 kits / s Si l'on onsière les intervlles e gre et 8x577µ s les its e l séquene 'pprentissge, on s'perçoit que le time slot "ure" en fit 56 5 its Le éit sur le nl est lors égl à 56 5 its = 7 8 kits / s 8x577µ s Pour les moes 'ès en FDMA ou en TDMA on onstte que le nl est éomposé en sous nux inépennts, hque sous nl étnt lloué à un utilisteur On se retrouve insi ns une pprohe e trnsmission ssez lssique où l iffiulté priniple onsiste à llouer les ressoures lires (sous nes ou times slots) ux utilisteurs Lorsque l'on est onfronté à un système e ommunitions ve e nomreux utilisteurs ynt un trfi sporique 'envoi e pquets e onnées, les ménismes 'llotion e ressoures oivent être ynmiques De tels ménismes sont mis en œuvre ns l'évolution GPRS u GSM Pour éviter 'voir à llouer es ressoures à es utilisteurs on peut imginer un système ns lequel es utilisteurs pourrient émettre simultnément sur une même ne e fréquene Iélement es utilisteurs pourrient tirer létoirement es séquenes u moyen esquelles ils enoerient les its qu'ils oivent trnsmettre Le réepteur pourrit lors "essyer" toutes les séquenes possiles pour "retrouver" les trins inires es ifférents utilisteurs Une telle méthoe 'ès multiple est ppelée Coe Division Multiple Aess (CDMA) Pour simplifier l'exposé e ette méthoe on v se pler ns un moe "lloué" ns lequel les ifférents utilisteurs se verrient llouées es séquenes 'étlement Les séquenes représentent on en quelque sorte les signtures es utilisteurs et elles permettent 'étler leur trfi sur toute l ne e fréquene Les signux es ifférents utilisteurs sont séprés u niveu u réepteur pr orréltion u signl reçu ve les ifférentes séquenes 'étlement Avnt e étiller quelques propriétés u CDMA illustrons son prinipe u moyen 'un exemple simple Eletronique C4 4/4

5 Conservtoire tionl es Arts et Métiers Le CDMA pr l'exemple Consiérons un s extrêmement simple 'une voie montnte 'un système ellulire terrestre On onsière le s où 4 utilisteurs souhitent utiliser l même ressoure rio pour trnsmettre hun un trin inire ifférent Consiérons, ns un premier temps, que les utilisteurs sont synhronisés en temps lorsqu'ils rrivent à l sttion e se et qu'il n'y ps e élge Doppler Supposons enfin que es 4 utilisteurs ient utilisé les 4 séquenes 'étlement orthogonles suivntes (séquenes e Hmr): Utilisteur n it à trnsmettre : = { ± } séquene 'étlement : hips émis urnt un temps it : T : temps it it e l'utilisteur n Utilisteur n it à trnsmettre : = { ± } séquene 'étlement : hips émis urnt un temps it : Utilisteur n 3 it à trnsmettre : = { ± } séquene 'étlement : hips émis urnt un temps it : T : temps hip T : temps it it e l'utilisteur n 3 séquene létoire e l'utilisteur n Utilisteur n 4 it à trnsmettre : = { ± } séquene 'étlement : hips émis urnt un temps it : séquene létoire e l'utilisteur n 3 Les éléments es séquenes 'étlement sont ppelés es "hips" Dns et exemple hque séquene est onstituée e 4 hips On introuit lors T qui représente le temps hip et qui est égl, ns le s e l'exemple trité, à un qurt u temps it T = T 4 T Eletronique C4 5/5

6 Conservtoire tionl es Arts et Métiers Eletronique C4 6/6 On se ple mintennt à l sttion e se, en supposnt les prolèmes e synhronistion résolus et en onsiérnt une trnsmission sns ruit Le signl reçu r urnt un temps it est onstitué pr 4 hips et il s'érit : ( ) ( ) ( ) ( ) r = Pour retrouver le it émis pr un utilisteur, il suffit e orréler e signl reçu pr l séquene utilisée pr et utilisteur Si l'on pren l'exemple u premier utilisteur, on otient : ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) 4 = ˆ 'où : $ = On retrouve ien le it émis pr le premier utilisteur Pour le euxième utilisteur on otient : ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) 4 = ˆ 'où : = ˆ Pour le troisième utilisteur on otient : ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) 4 = ˆ 'où : = ˆ Pour le qutrième utilisteur enfin, on otient : ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) 4 = ˆ 'où : = ˆ On onstte ussi que, même si les ifférents utilisteurs sont reçus u niveu e l sttion e se ve es niveux 'énergie très ifférents, les séquenes 'étlement étnt orthogonles et les hînes e trnsmission étnt supposées linéires, l réeption est insensile à es érts e puissne Le s 'éole présenté i-essus est un s iél pour lequel l'opértion e esétlement fontionne prfitement u fit es hypothèses suivntes : - (H ) les hips émis pr les ifférents utilisteurs ont été supposés synhronisés u niveu u réepteur - (H ) uun ruit n' été jouté u signl - (H ) les séquenes 'étlement utilisées étient orthogonles - (H 3 ) uun effet Doppler ifférentiel n' été onsiéré ous llons mintennt remettre en use progressivement toutes es hypothèses iéles et nlyser les égrtions qui vont pprître

7 Conservtoire tionl es Arts et Métiers Anon e l'hypothèse H Consiérons pour éuter que le euxième utilisteur est élé temporellement 'un temps hip pr rpport ux utres utilisteurs Préisons ussi le séquenement temporel es its émis pr les ifférents utilisteurs Soit insi : l séquene émise pr le premier utilisteur et : les séquenes émises pr les utres utilisteurs ( ), ( ),, ( t ), (, ( t ), ( t ), ( ), ( ),, ( t ), (, ( t ), ( t ), ( ), ( ),, ( t ), (, ( t ), ( t ), ( ), ( ),, ( t ), (, ( t ), ( t ), Le élge 'un temps hip u euxième utilisteur onuit on à un nouveu signl reçu : ( ( ( t ) ( ( ) ( ( ( ( ( ) ( ( ( ( ( ) ( ( ( ( ( )) r ( = t L orréltion ve l séquene 'étlement e l'utilisteur n onne lors : Anon es hypothèses H et H $( = ( ( t ) ( 4 ( ) Consiérons mintennt le s 'une trnsmission sur un nl ve un ruit ln gussien itif (Aitive White Gussin oise) Le signl reçu s'érit lors : ( ) ( ) ( ( ( ( ( n( t T )) ( ( ( ( ( n( t 3T )) r( = ( ( t ) ( ( n( ( ( ( ( n( t T ) expression ns lquelle n( représente un ruit ln gussien e vrine 4σ On introuit ette vrine 4σ pour prenre en ompte le fit que es éhntillons e ruit représentent un ruit e ensité iltérle e puissne onsiérée sur une ne e fréquene égle à Le signl été "étlé" en le multiplint pr les séquenes e 4 hips T et l ne ne étlée 4 = Le fteur 4 utilisé pour l vrine u ruit truit le fit que l'on onsière le ruit ns ette T T Après esétlement pr l séquene e l'utilisteur n, on otient : $( = ( ( ( t ) ( ) n' ( 4 expression ns lquelle n' ( représente un ruit ln gussien e vrine σ En effet 'est l somme e 4 éhntillons e ruit gussien inépennts et e vrine vrine 6 σ et en ivisnt et éhntillon pr 4, on retrouve une vrine égle à 4σ Cel onuit on à un éhntillon e ruit gussien e σ On peut ussi "omprenre" ette vrine en onsiérnt que l'opértion e esétlement "rmené" le signl ns une ne égle à Cette T Eletronique C4 7/7

8 Conservtoire tionl es Arts et Métiers ivision e l ne pr 4 onuit on, le ruit ynt une ensité iltérle onstnte égle à e l puissne e ruit, à une ivision pr 4 Consiérons mintennt le s prtiulier es its suivnts émis pr les eux premiers utilisteurs : ( =, ( t ) =, ( = On se retrouve lors ve un terme 'interférene "estrutif" û u euxième utilisteur ˆ( = 5 n' ( u lieu e ˆ( = n' (, soit une perte 'un fteur sur l'mplitue ou enore 6 B e perte en puissne Dns eux s sur 4 l'interférene ser nulle, ns un s sur 4 l'interférene ser estrutive (telle qu'elle été érite) et ns un s sur 4 elle ser onstrutive On peut insi, ns e s 'éole extrêmement simple, luler l égrtion e l oure e performnes Dns le s 'une trnsmission sns oge, on otient lors : TEB = Q σ Q σ Anon e l'hypothèse H 3 Le fit e éler un es utilisteurs rompu l'orthogonlité es séquenes 'étlement Or il est onnu que les séquenes orthogonles, lorsqu'elles ne sont plus ien synhronisées ont es pis 'interorréltion qui peuvent être très importnts A titre 'illustrtion on peut onsiérer l troisième et l qutrième séquenes e l mtrie e Hmr e imension 4 Si l'on éle l qutrième séquene 'un hip vers l roite, on se retrouve ve es séquenes ont l'interorréltion est égle à Lorsqu'il n'est ps possile 'ssurer une synhronistion temporelle es émissions es ifférents utilisteurs ve une préision inférieure à 5 % u temps hip, il est préférle 'utiliser es séquenes 'étlement non orthogonles mis ont les pis 'interorréltion sont ornés Cette reherhe e séquenes 'étlement optimles onné lieu à e nomreux trvux e reherhe Prmi les séquenes les plus élères on peut iter les séquenes e Gol [] à vleurs ns { ± } ou les séquenes e Kumr Hmons [] à vleurs ns { ± ± j } Anon e l'hypothèse H 4 Revenons mintennt u s iél e synhronistion prfite et e séquenes orthogonles, mis supposons que es effets Doppler ifférents ffetent les utilisteurs Il pourrit en être insi ns un système stellitire ouvrnt, ve une onstelltion LEO (Low Erth Ori, un ensemle e spots fixes u sol Un stellite pourrit insi voir une vitesse rile très ifférente vis à vis e eux utilisteurs grnement espés ns le spot Eletronique C4 8/8

9 Conservtoire tionl es Arts et Métiers Supposons qu'un ispositif 'justement e fréquene, isposé sur l hîne e réeption e l'utilisteur n, estime et orrige prfitement le élge Doppler e et utilisteur Il reste lors un élge Doppler ifférentiel entre et utilisteur n prfitement orrigé et les utres utilisteurs Introuisons f /, f 3/, f 4/ es élges Doppler Le signl r( s'érit lors : jπ f ( / t jπ f/ 3t jπ f/ 4t ) jπ f t T j f t T j f t T ( ( ( e / ( ) ( e / ( ) ( e / ( ) π 3 π 4 n( t T ) jπ f t T ( ( e / ( ) jπ f ( ( e / 3 ( t T ) jπ f t e / 4 ( t T ) ( ) n( t T )) jπ f t 3T j f t T j f t T ( t t e / ( ) π 3 t e / 3 ( ) π 3 t e / 4 ( ) ( ) ( ) ( ) ( ) n( t 3T )) r( = ( ( e ( e ( e n( On onstte lors que les "hips" es utres utilisteurs "tournent" urnt le temps symole et que l orréltion ve l séquene 'étlement e l'utilisteur n ne v ps les nnuler Le Doppler ifférentiel finlement rompu l'orthogonlité es séquenes 'étlement Cette remrque sur l'effet Doppler permet e fire pprître une quntité très importnte, il s'git u prouit f T s En règle générle on peut onsiérer que si les hips "tournent" e moins e quelques egrés (typiquement 3 à 5 ) urnt un temps symole lors l'effet Doppler peut être négligé Ainsi on peut esétler un signl, sns même estimer ni orriger son élge en fréquene f s, tnt que : f T s < Exemple, onsiérons un pquet (urs e 44 symoles BPSK, étlés u moyen 'une séquene e longueur 64 L urée u pquet est égle à 6 ms On on : 3 le temps symole : Ts = 6 = 4 µ s 44 (remrque : on prle plutôt e temps symole que e temps it r e sont en générl les symoles qui sont étlés pr es séquenes létoires Pour l moultion BPSK le temps symole est égl u temps it Pr ontre pour 'utres moultions e n'est ps forément le s Ainsi pour une moultion QPSK le temps symole est égl à eux fois le temps i Ts le temps hip : T = = µ s 64 on peut esétler e signl sns evoir mettre en œuvre une orretion e fréquene tnt que l'ért e fréquene reste inférieur à : f < = 7 Hz 4 µ s On montré quelques prtiulrités u CDMA à trvers une exemple simple Il insi été souligné que le CDMA orthogonl, 'est à ire utilisnt es séquenes 'étlement orthogonles, étit théoriquement très stisfisnt mis emnit es ontrintes e synhronistion en temps et en fréquene très préises Il ussi été montré que lorsque les séquenes 'étlement ne sont plus orthogonles les ifférents trins inires émis pr les utilisteurs interfèrent entre eux Reprenons mintennt une pprohe plus générle es prtiulrités u CDMA Eletronique C4 9/9

10 3 Le CDMA Conservtoire tionl es Arts et Métiers Le prinipe u CDMA ynt été exposé ns l'exemple simple prééent on essier ii e générliser u s 'un système où utilisteurs prtgent une même ne e fréquene Consiérons un utilisteur prtiulier à qui on ttriue l'inie et herhons à évluer l puissne e ruit interférente, ue ux utres utilisteurs 'inies à K, qui v "gêner" l réeption et émoultion e et utilisteur n Soit k s le k ième symole émis pr notre utilisteur e référene L'opértion 'étlement trnsforme e symole en, On note les éléments e l séquene 'étlement : p { p p p } une séquene pi = ± Enfin, les ifférentes séquenes 'étlement { p n } hips k i [, ] i (Pseuo oise) qui n'ont ps e propriétés 'orthogonlité prtiulières = L On onsière ii sont es séquenes létoires, ites P Au niveu u réepteur on reçoit lors le signl suivnt : ri k k K k = n i k i i n= L'opértion e esétlement onsiste à luler le prouit e orréltion e e signl pr l séquene D'où : p En utilisnt lors : et il vient : ou enore : k s l = k s l K k k k k s = pi n i i i i= n= = l ( p ) k k = s pi i k k n = s n n pi i K l k l k n k p i s l pi sn pi i i= n= K k n k k i s pi pi sn pi i i= n= i= i= Trois termes pprissent ns ette éqution : - Le premier terme ( ) k p i s i= est égl à k s - Le euxième terme représente l'interférene es utres utilisteurs Si les séquenes 'étlement sont ssez longues ( >> ), on peut onsiérer que : n pi pi = vn i= Eletronique C4 /

11 L vrile n Conservtoire tionl es Arts et Métiers v est l somme e vriles inomiles { } ± Pr pplition u théorème entrl limite on peut on onsiérer que v n ten vers une vrile létoire gussienne entrée e moyenne nulle et e vrine - Le troisième terme représente une somme e éhntillons inépennts e ruit ln gussien e vrine σ, ette somme est on équivlente à un terme e ruit itif e vrine σ que l'on noter k L vrine u ruit k est finlement égle à σ, elle est plus file que l vrine es ruits k i, e qui est norml r es ruits étient lrge ne et leur puissne étit on égle à l ensité spetrle e puissne e ruit multipliée pr l ne près étlement Pr ontre le ruit k orrespon u ruit ns l ne utile près esétlement L ensité spetrle e puissne est l même mis l ne ynt été ivisée pr ns l'opértion e esétlement on retrouve ien l ivision pr u niveu e l vrine u ruit Cette remrque est importnt en simultion lorsque l'on étuie un système CDMA, pour rester à un niveu fixe e rpport E, il ne fut ps oulier e multiplier les mplitues es éhntillons e ruit omplexes pr e ne pour truire l'effet e l'extension On otient finlement : K k k k k s ˆ = s vn sn n= K Le euxième terme v n étnt ientifile à un ruit ln gussien itif, on peut introuire une ensité e n= puissne iltérle e ruit 'interférene notée I e l même mnière que l'on introuit en générl l ensité e puissne iltérle e ruit thermique Cette prtiulrité u CDMA e trnsformer en ruit ln gussien les signux interférents est très importnte et représente un es grn tout u CDMA En effet, les strutures es ménismes e prise e éision ns les réepteurs sont générlement ptées à e type e ruit lors qu'elles résistent ml à es interférenes qui suivent l même forme 'one que le signl utile Pour poursuivre l'estimtion u rpport signl sur ruit plus interférene en voie montnte, on onsiérer le s 'un ontrôle e puissne prfit pour lequel tous les utilisteurs sont reçus ve l même puissne à l sttion e se, Pour exprimer le rpport signl sur ruit Γ près esétlement, il fut on introuire les quntités suivntes : - Puissne utile reçue près esétlement pr l séquene e l'utilisteur 'intérêt : P s Eletronique C4 /

12 Conservtoire tionl es Arts et Métiers - Puissne interférente P I reçue es K utres utilisteurs e l ellule qui prtgent le time slot ve l'utilisteur 'intérêt : PI = α K Ps (puissne orresponnt u terme K k v n sn n= u éveloppement prééen Le fteur provient u esétlement pr l séquene e l'utilisteur 'intérêt Le oeffiient α truit l'orthogonlité es oes, e oeffiient est égl à ns le s e oes orthogonux et à ns le s e oes sns uune propriétés 'orthogonlité entre eux - Puissne e ruit thermique ns l ne totle e trnsmission (ne utilisée pr les signux étlés) : P th Après esétlement ette puissne est on réuite u fteur e réution e ne ( ), e qui onuit finlement à P th - Puissne 'interférene (ns l ne omplète) vennt éventuellement, ns un système ellulire, es utres ellules u réseu : P Inter Après esétlement, elle evient P Inter Le rpport signl sur ruit est on égl à : Γ = Ps Pth PInter α Γ = Ps Pth PInter α ( K ) Ps ( K ) P s Cette ernière formule permet e mesurer l égrtion pportée pr les signux interférents Si l'on s'en tient à ette première nlyse on peut ssez rpiement s'perevoir que, ès que le nomre 'interférents épsse environ 4, l égrtion est très sensile mis épen ien entenu u point e fontionnement e l moultion utilisée Comprée ux pprohes FDMA ou TDMA pour lesquelles les ifférents signux n'interfèrent ps, il semle que le CDMA n'pporte uun gin e pité Cepennt, l'nlyse omprtive entre les pités que l'on peut ttenre e es ifférentes pprohes ne peut être menée ussi rpiement Plusieurs onsiértions oivent être prises en ompte - Dns un ontexte ellulire terrestre le prolème e l réutilistion e fréquene oit être onsiéré Dns e ontexte les pprohes FDMA ou TDMA imposent es ptterns e réutilistion e fréquene ( /3 /5 /7 ) Pr ontre l'emploi u CDMA peut permettre, à onition e istinguer les ifférentes ellules pr es séquenes ifférentes, e réutiliser prtout les mêmes fréquenes - Si l'on onsière un trfi e voix le fteur 'tivité vole ne peut être mis à profit en FDMA ou TDMA Pr ontre il joue nturellement en fveur u CDMA et il fut moifier l formule proposée pour le prenre en ompte - Les ménismes 'llotion e ressoures "onsomment" une prtie e l pité en FDMA ou TDMA Pr ontre ils peuvent être évités en CDMA On pourrit ojeter qu'il est mlgré tout néessire que eux terminux n'utilisent ps l même séquene 'étlement Cepennt il fut grer à l'esprit qu'une séquene élée 'un hip pr rpport à elle même se omporte omme une séquene totlement ifférente Ainsi on peut imginer un système ve un ertin nomre e séquenes 'étlement possiles ns lequel les terminux émettent en "tirnt" Eletronique C4 /

13 Conservtoire tionl es Arts et Métiers létoirement une e es séquenes Auun ménisme 'llotion e ressoures n'étnt mis en œuvre on peut s'ttenre à un gin e pité On pourrit ontinuer ette liste 'vntges et 'inonvénients ssez longtemps et le ét serit iffiile à lore Il onné lieu à e nomreuses pulitions sientifiques ont les onlusions sont souvent imétrlement opposées On noter simplement ii que l omprison, pour pouvoir être menée e mnière exte, oit intégrer, non seulement les rtéristiques e l ouhe physique (ouhe ISO : moultion, oge, ), mis ussi es ouhes plus hutes, telles que le Meium Aess Control (ouhe ISO : MAC) 4 Formlistion u CDMA Ce prgrphe présente une formlistion u CDMA (pour une moultion BPSK) Les trins inires onsiérés pr l suite ns e polyopié sont à vleurs ns { ± } et non ns { }, On onsière en premier lieu un trin inire noté : ( kt ) expression ns lquelle k représente un entier positif et T représente l urée 'un it, soit on l'inverse u éit R exprimé en its/se : T = R On peut formliser l'opértion 'étlement pr une séquene létoire P (Pseuo oise) e longueur, omme le filtrge u signl inire suréhntillonné pr les éléments e l séquene On introuit insi le signl suréhntillonné : ( it ) ( kt ) si i = k = si i k ve T qui représente le temps hip et T = T Le signl étlé pr les éléments e l séquene p ( T ) p( T ) K K K p( ( ) T ) s'érit lors : e ( nt ) = p( i T ) ) i= (( n i T ) ( k T ) e ( n T ) p( suréhntillonnge filtrge L séquene 'étlement peut être à vleur réelles ns { ± }, on prle lors 'un étlement BPSK Il s'git u s le plus simple et prmi les plus ournts Cepennt l séquene 'étlement peut ussi être à vleurs omplexes, pr exemple ns { ± j} ±, on prle lors 'étlement QPSK On pourrit ussi imginer es séquenes 'étlement à vleurs Eletronique C4 3/3

14 Conservtoire tionl es Arts et Métiers omplexes non quntifiées L'exemple es exponentielles omplexes ser oré ns e ours et une telle pprohe nous onuirit ssez nturellement à l'ofdm Consiérons essentiellement pour l'instnt une séquene 'étlement BPSK On otient lors un trin e hips qui vont être moulés Si on onsière le s extrêmement simple 'une moultion BPSK ve un fontion e mise en forme g (, le signl moulé en ne e se s'otient pr suréhntillonnge et filtrge On introuit lors le signl suréhntillonné e ( mt e ) : ve T e qui représente le temps éhntillon : e ( mt ) e T Te = M ( nt ) Le signl filtré s ( mt e ) éfini u rythme éhntillon, s'érit : e si m = nm = si m nm Q s ( mte ) = g( q Te ) e( mte qte ) q= ( k T ) e ( n T ) s ( mt e ) p( g( suréhntillonnge filtrge (étlemen suréhntillonnge M filtrge (mise en forme) trin inire (-) séquene 'étlement (-----) trin inire étlé trin inire étlé et mis en forme Les trés i essus orresponent à l mise en forme u signl u moyen 'une fontion porte : g g ( q Te ) = si q [, M ] ( q T ) = si q [, M ] e Eletronique C4 4/4

15 Conservtoire tionl es Arts et Métiers Si on onsière mintennt un filtre g ( en osinus surélevé, πqt e sin T g( qte ) = πqt expression ns lquelle β représente le fteur e rolloff, T e πqt e sin β T βqt e 4 T filtre g( en osinus surélevé Réponse impulsionnelle u filtre en osinus surélevé On otient lors les signux suivnts : trin inire (-) séquene 'étlement (-----) trin inire étlé trin inire étlé et mis en forme Si on onsière mintennt une somme e signux étlés provennt e K trins inires 'utilisteurs ifférents, il est lors néessire e préiser u moyen 'un inie supplémentire j l'pprtenne u trin inire à l'utilisteur Le trin u j ième utilisteur ser lors noté : j ( kt ) Cet utilisteur étler son trin inire u moyen e l séquene p i T ) Le signl CDMA orresponnt ux K utilisteurs s'érir lors : j ( Eletronique C4 5/5

16 Conservtoire tionl es Arts et Métiers K ( mte ) = x s ( mt ) j j= e soit en remplçnt : K Q ( mte ) = g( q Te ) e j (( m q Te ) x ) j= q= ve i= (( n i T ) e ( nt ) = p ( i T ) ) j j j Exemple e signux orresponnt à 8 utilisteurs émettnt hun un trin inire e 6 its utilisteur utilisteur utilisteur 3 utilisteur 4 utilisteur 5 utilisteur Somme es signux es 8 utilisteurs Conlusion Ce ref perçu sur le CDMA permis e préiser ertines e ses priniples rtéristiques Il est ussi possile e présenter les ifférentes tehniques 'ès multiple e mnière unifiée en les représentnt toutes omme une opértion Eletronique C4 6/6

17 Conservtoire tionl es Arts et Métiers 'étlement pr une séquene létoire Ainsi le TDMA peut être vu omme un s prtiulier u CDMA pour lequel on utiliserit es séquenes 'étlement à vleur ns {, } L séquene u premier utilisteur serit : L elle u euxième utilisteur serit : L et insi e suite jusqu'à l séquene u ième utilisteur : L L'OFDM pourrit pour s prt être vue omme un s e CDMA ve es séquenes 'étlement omplexes, l séquene u premier utilisteur serit lors : elle u euxième utilisteur serit : et insi e suite jusqu'à l séquene u ième utilisteur : j j π π jπ e e L L e j j π π jπ e e L L e j ( ) j ( ) ( ) π π jπ e e L L e C'est insi essentiellement les rtéristiques es séquenes 'étlement qui istinguent les ifférents moe 'ès multi utilisteurs Il resterit plusieurs points à orer pour ompléter et exposé u CDMA, le ontrôle e puissne et l synhronistion es séquenes étnt sns oute eux es plus importnts 6 Annexe : Les séquenes e Hmr Les séquenes 'étlement e Hmr sont es séquenes inires orthogonles qui se onstruisent réursivement à prtir 'une mtrie x e l mnière suivnte : H H H( n) H( n) H =, H4 =, Hn = H H H( n) H( n) ote : Il existe ussi es séquenes e Hmr e tilles multiples e ou e ont le prinipe e onstrution est similire à elui présenté, l ifférene vennt e l mtrie e éprt qui est soit une mtrie x, soit une mtrie x Pour voir le étil e es séquenes utilisez l ommne Mtl :"type hmr" 7 Référenes [] Digitl Communitions, J G Prokis, MGrw-Hill, In, thir e, 995 [] CDMA Priniples of Spre Spetrum Communition, Anrew J Viteri, Aison-Wesley Pulishing Compny, 996 Eletronique C4 7/7

18 Conservtoire tionl es Arts et Métiers 8 Quelques exeries Chîne e émoultion On onsière que le nl e propgtion est iél u type AWG (Aitive White Gussin oise Chnnel) On note y ( nt e ) les éhntillons u signl reçu orresponnt à l'émission e ( mt e ) s - Erivez le signl y ( nt e ) en fontion u signl émis et u ruit itif que l'on noter n ( s le plus générl possile :, en se plçnt ns le L fréquene 'éhntillonnge en réeption est exte mis l'instnt 'éhntillonnge n'est ps synhronisé ve l'éhntillonnge en émission Il reste un résiu e fréquene porteuse u à un effet Doppler non orrigé 3 Les synthétiseurs 'émission et e réeption ne sont ps en phse - Représentez le shém fontionnel e l hîne e émoultion Etlement QPSK On onsière ii l représenttion suivnte pour illustrer l'étlement u trin inire ( k T ) pr l séquene BPSK p ( i T ) i [, ] Cette représenttion orrespon ux polyopiés prééents insi qu'à l grne mjorité es ouments explitifs u CDMA ( i ) p T ( k T ) e ( n T ) Comme il été préisé u éut e e polyopié, on prt ii 'un trin inire ( k T ) à vleur ns { } BPSK, qui est étlé pr une séquene p ( i ) elle ussi à vleurs ns { } s e forme 'one étlée BPSK/BPSK - représentez les shéms orresponnt ux forme 'one étlées suivntes : BPSK/QPSK QPSK/BPSK QPSK/QPSK - représentez les onstelltions orresponntes à hque forme 'one T ±, on e type ±, on ussi e type BPSK On prle ns e Eletronique C4 8/8

19 Conservtoire tionl es Arts et Métiers 9 Annexe : progrmmes Mtl orresponnt ux trés es signux étlés %%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%% % Conservtoire tionl es Arts et Métiers % % M Terré /4/ % % Progrmme Mtl 'ompgnement u ours BE UMTS % %%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%%% ler ll; M=4; % fteur e suréhntillonnge es hips =8; % longueur e l séquene 'étlement L=6; % nomre e its tirés pr le progrmme Te=; % temps éhntillon, plus petit temps e l simu T=M*Te; % temps hip T=*T; % temps it % Tirges létoires it=[ - ]; % trin inire (à rempler pr it=sign(rnn(,l));) P=[ ]; % séquene 'étlement (à rempler pr P=sign(rnn());) % Etlement it=reshpe((it'*[ zeros(,-)])',,*l); % suréhntillonnge it_et=filter(p(,:),,i; % étlement pr filtrge % Mise en forme pr une fontion porte g=ones(,m); % filtre e mise en forme (porte) it_et=reshpe((it_et'*[ zeros(,m-)])',,m**l); % suréhntillonnge it_et_fil=filter(g,,it_e; % mise en forme % Trés u trin, e l séquene, u trin étlé, u trin étlé mis en forme figure() suplot(4,,) plot(it,'r'); hol on plot([:8:length(i],it(:8:length(i),'rx'); suplot(4,,) plot([p(,:) P(,:) P(,:) P(,:) P(,:) P(,:)]); hol on plot([p(,:) P(,:) P(,:) P(,:) P(,:) P(,:)],'x'); suplot(4,,3) plot(it_et,''); hol on plot(it_et,'x'); suplot(4,,4) plot(it_et_fil,''); hol on plot(it_et_fil,'x'); % Mise en forme pr un filtre en osinus surélevé % (5 hips ns le filtre et rolloff=5) g=[ ]; it_et=reshpe((it_et'*[ zeros(,m-)])',,m**l); % suréhntillonnge it_et_fil=filter(g,,it_e; % mise en forme % Trés u trin, e l séquene, u trin étlé, u trin étlé mis en forme figure() suplot(4,,) plot(it,'r'); hol on plot([:8:length(i],it(:8:length(i),'rx'); suplot(4,,) plot([p(,:) P(,:) P(,:) P(,:) P(,:) P(,:)]); hol on plot([p(,:) P(,:) P(,:) P(,:) P(,:) P(,:)],'x'); suplot(4,,3) plot(it_et,''); hol on plot(it_et,'x'); suplot(4,,4) Eletronique C4 9/9

20 Conservtoire tionl es Arts et Métiers plot(it_et_fil,''); hol on plot(it_et_fil,'x'); % Constitution 'un mélnge e signux ler ll; =8; L=6; M=4; H=hmr(); P=sign(rnn()); g=[ ]; it_et_fil_totl=zeros(,*m*l); for i=: it(i,:)=sign(rnn(,l)); % Etlement it(i,:)=reshpe((it(i,:)'*[ zeros(,-)])',,*l); it_et(i,:)=filter(p(i,:),,it(i,:)); % Mise en forme pr une fontion porte it_et(i,:)=reshpe((it_et(i,:)'*[ zeros(,m-)])',,m**l); it_et_fil(i,:)=filter(g,,it_et(i,:)); it_et_fil_totl=it_et_fil_totlit_et_fil(i,:); en; figure(3) suplot(6,,) plot(it_et_fil(,:)); suplot(6,,) plot(it_et_fil(,:)); suplot(6,,3) plot(it_et_fil(3,:)); suplot(6,,4) plot(it_et_fil(4,:)); suplot(6,,5) plot(it_et_fil(5,:)); suplot(6,,6) plot(it_et_fil(6,:)); figure(4) plot(it_et_fil_totl); hol on plot(it_et_fil_totl,'x'); Q Eletronique C4 /

Techniques d analyse de circuits

Techniques d analyse de circuits Chpitre 3 Tehniques d nlyse de iruits Ce hpitre présente différentes méthodes d nlyse de iruits. Ces méthodes permettent de simplifier l nlyse de iruits ontennt plusieurs éléments. Bien qu on peut résoudre

Plus en détail

La plateforme Next Generation Mini guide

La plateforme Next Generation Mini guide L plteforme Next Genertion Mini guie Ce guie onis été réé pour vous permettre e vous fmiliriser rpiement ve les nomreuses fontionnlités et outils isponiles sur l plteforme Next Genertion. Apprenez où trouver

Plus en détail

STI2D Logique binaire SIN. L' Algèbre de BOOLE

STI2D Logique binaire SIN. L' Algèbre de BOOLE L' Algère de BOOLE L'lgère de Boole est l prtie des mthémtiques, de l logique et de l'électronique qui s'intéresse ux opértions et ux fonctions sur les vriles logiques. Le nom provient de George Boole.

Plus en détail

Intégrale et primitives

Intégrale et primitives Chpitre 5 Intégrle et primitives 5. Ojetif On herhe dns e hpitre à onstruire l opérteur réiproue de l opérteur de dérivtion. Les deux uestions suivntes sont lors nturelles. Question : Soit f une pplition

Plus en détail

Synthèse de cours (Terminale S) Calcul intégral

Synthèse de cours (Terminale S) Calcul intégral Synthèse de cours (Terminle S) Clcul intégrl Intégrle d une onction continue positive sur un intervlle [;] Dns cette première prtie, on considère une onction continue positive sur un intervlle [ ; ] (

Plus en détail

McAfee Firewall Enterprise Control Center

McAfee Firewall Enterprise Control Center Guie e émrrge rpie Révision A MAfee Firewll Enterprise Control Center version 5.3.1 Ce guie e émrrge rpie fournit es instrutions générles sur l onfigurtion e MAfee Firewll Enterprise Control Center. 1

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mthémtiques nnée 2009-2010 Chpitre 2 Le prolème de l unicité des solutions 1 Le prolème et quelques réponses : 1.1 Un exemple Montrer que l éqution différentielle :

Plus en détail

Chapitre VI Contraintes holonomiques

Chapitre VI Contraintes holonomiques 55 Chpitre VI Contrintes holonomiques Les contrintes isopérimétriques vues u chpitre précéent ne sont qu un eemple prticulier e contrintes sur les fonctions y e notre espce e fonctions missibles. Dns ce

Plus en détail

FONDATION CLEMENTINE ET MAURICE ANTILLE

FONDATION CLEMENTINE ET MAURICE ANTILLE FONDATION CLEMENTINE ET MAURICE ANTILLE Règlement d ttriution de ourses et de prêts d études et de formtion du déemre 006 Artile premier Ojet et hmp d pplition Le présent règlement est étli en pplition

Plus en détail

INSTRUCTIONS POUR L INSTALLATION ET LE FONCTIONNEMENT DES SERRURES À POIGNÉE BÉQUILLE

INSTRUCTIONS POUR L INSTALLATION ET LE FONCTIONNEMENT DES SERRURES À POIGNÉE BÉQUILLE INSTRUCTIONS POUR L INSTALLATION ET LE FONCTIONNEMENT DES SERRURES À POIGNÉE BÉQUILLE POUR LES SERRURES D ENTRÉE À CLÉ EXTÉRIEURES VERROUILLABLES, À POIGNÉE DE BRINKS HOME SECURITY. POUR LES PORTES DE

Plus en détail

BASE DE BIOÉTHIQUE SECTION 1 : SYLLABUS PROGRAMME D ÉDUCATION EN ÉTHIQUE

BASE DE BIOÉTHIQUE SECTION 1 : SYLLABUS PROGRAMME D ÉDUCATION EN ÉTHIQUE COURS DE BASE DE BIOÉTHIQUE SECTION 1 : SYLLABUS PROGRAMME D ÉDUCATION EN ÉTHIQUE Seteur es sienes soiles et humines Division e l éthique es sienes et es tehnologies Design & Proution: Juli Cheftel SHS/EST/EEP/2008/PI/1

Plus en détail

Séquence 8. Probabilité : lois à densité. Sommaire

Séquence 8. Probabilité : lois à densité. Sommaire Séquence 8 Proilité : lois à densité Sommire. Prérequis 2. Lois de proilité à densité sur un intervlle 3. Lois uniformes 4. Lois exponentielles 5. Synthèse de l séquence Dns cette séquence, on introduit

Plus en détail

Wieland-Werke AG, 89070 Ulm, Allemagne Février 2012

Wieland-Werke AG, 89070 Ulm, Allemagne Février 2012 Wieln-Werke AG, 89070 Ulm, Allemgne Février 2012 Conitions générles e livrison 1. Conitions ontrtuelles, roit pplile Nous livrons et fournissons es presttions onformément à notre onfirmtion e ommne érite

Plus en détail

McAfee Firewall Enterprise, Multi Firewall Edition

McAfee Firewall Enterprise, Multi Firewall Edition Guie e émrrge rpie Révision A MAfee Firewll Enterprise, Multi Firewll Eition version 8.3.x Ce guie e émrrge rpie fournit es instrutions générles sur l onfigurtion e MAfee Firewll Enterprise, Multi Firewll

Plus en détail

L'algèbre de BOOLE ou algèbre logique est l'algèbre définie pour des variables ne pouvant prendre que deux états.

L'algèbre de BOOLE ou algèbre logique est l'algèbre définie pour des variables ne pouvant prendre que deux états. ciences Industrielles ystèmes comintoires Ppnicol Roert Lycée Jcques Amyot I - YTEME COMBINATOIRE A. Algère de Boole. Vriles logiques: Un signl réel est une grndeur physique en générl continue, on ssocie

Plus en détail

Tout ce qu il faut savoir en math

Tout ce qu il faut savoir en math Tout ce qu il fut svoir en mth 1 Pourcentge Prendre un pourcentge t % d un quntité : t Clculer le pourcentge d une quntité pr rpport à une quntité b : Le coefficient multiplicteur CM pour une ugmenttion

Plus en détail

COMPARAISON MULTIPLICATIVE DE GRANDEURS. schéma CE2 CM1 CM2

COMPARAISON MULTIPLICATIVE DE GRANDEURS. schéma CE2 CM1 CM2 référé ou orne supérieure référent ou orne inférieure COMPARAISON MULTIPLICATIVE DE GRANDEURS shém CE2 CM1 CM2 x : x : Il y 5 fois plus e hises à l ntine que ns l lsse. Il y en 25 ns l lsse. Comien y -t-il

Plus en détail

Outils pour un. partenariat. renouvelé. entre propriétaires et gestionnaires. résidences sociales et logements-foyers

Outils pour un. partenariat. renouvelé. entre propriétaires et gestionnaires. résidences sociales et logements-foyers Outils pour un prtenrit renouvelé entre propriétires et gestionnires résienes soiles et logements-foyers éition septemre 2011 Outils pour un prtenrit renouvelé entre propriétires et gestionnires résienes

Plus en détail

Statuts ASF Association Suisse Feldenkrais

Statuts ASF Association Suisse Feldenkrais Sttuts ASF Assocition Suisse Feldenkris Contenu Pge I. Nom, siège, ojectif et missions 1 Nom et siège 2 2 Ojectif 2 3 Missions 2 II. Memres 4 Modes d ffilition 3 5 Droits et oligtions des memres 3 6 Adhésion

Plus en détail

/HVV\VWqPHVFRPELQDWRLUHV

/HVV\VWqPHVFRPELQDWRLUHV /HVV\VWqPHVFRPELQDWRLUHV I. Définition On ppelle système combintoire tout système numérique dont les sorties sont exclusivement définies à prtir des vribles d entrée (Figure ). = f(x, x 2,,, x n ) x x

Plus en détail

ANALYSE NUMERIQUE NON-LINEAIRE

ANALYSE NUMERIQUE NON-LINEAIRE Université de Metz Licence de Mthémtiques - 3ème nnée 1er semestre ANALYSE NUMERIQUE NON-LINEAIRE pr Rlph Chill Lbortoire de Mthémtiques et Applictions de Metz Année 010/11 1 Tble des mtières Chpitre

Plus en détail

Chapitre 11 : L inductance

Chapitre 11 : L inductance Chpitre : inductnce Exercices E. On donne A πr 4π 4 metn N 8 spires/m. () Selon l exemple., µ n A 4π 7 (8) 4π 4 (,5) 5 µh (b) À prtir de l éqution.4, on trouve ξ ξ 4 3 5 6 6,3 A/s E. On donne A πr,5π 4

Plus en détail

Commencer MFC-J4410DW

Commencer MFC-J4410DW Guie instlltion rpie Commener MFC-J440DW MFC-J460DW Veuillez lire le Guie e séurité u prouit vnt 'instller l'ppreil. Lisez ensuite e Guie 'instlltion rpie pour onnître l proéure e onfigurtion et 'instlltion

Plus en détail

Théorème de Poincaré - Formule de Green-Riemann

Théorème de Poincaré - Formule de Green-Riemann Chpitre 11 Théorème de Poincré - Formule de Green-Riemnn Ce chpitre s inscrit dns l continuité du précédent. On vu à l proposition 1.16 que les formes différentielles sont bien plus grébles à mnipuler

Plus en détail

l appareil et vérifier les composants Module tambour-cartouche de toner (pré-installé)

l appareil et vérifier les composants Module tambour-cartouche de toner (pré-installé) Guide d instlltion rpide Commener MFC-8510DN MFC-8520DN Commenez pr lire le Guide de séurité du produit, puis suivez ttentivement l proédure d instlltion et de onfigurtion dérite dns e Guide d'instlltion

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E. UFR Mathématiques de la décision. Notes de cours. Analyse 2. Filippo SANTAMBROGIO

Université Paris-Dauphine DUMI2E. UFR Mathématiques de la décision. Notes de cours. Analyse 2. Filippo SANTAMBROGIO Université Pris-Duphine DUMI2E UFR Mthémtiques de l décision Notes de cours Anlyse 2 Filippo SANTAMBROGIO Année 2008 2 Tble des mtières 1 Optimistion de fonctions continues et dérivbles 5 1.1 Continuité........................................

Plus en détail

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) (

Correction de l épreuve CCP 2001 PSI Maths 2 PREMIÈRE PARTIE ) ( Correction de l épreuve CCP PSI Mths PREMIÈRE PARTIE I- Soit t u voisinge de, t Alors ϕt t s = ϕt ρt s ρs Pr hypothèse, l fonction ϕt ϕt est lorsque t, il en est donc de même de ρt s ρt s ρs cr ρ s est

Plus en détail

Solutions électriques VELUX

Solutions électriques VELUX Solutions életriques VELUX Les produits életriques VELUX utilisent l tehnologie io-homeontrol, protoole de ommunition sns fil séurisé, prtgé ve de grnds frints dns l univers du Bâtiment. Les téléommndes

Plus en détail

Notes de révision : Automates et langages

Notes de révision : Automates et langages Préprtion à l grégtion de mthémtiques 2011 2012 Notes de révision : Automtes et lngges Benjmin MONMEGE et Sylvin SCHMITZ LSV, ENS Cchn & CNRS Version du 24 octore 2011 (r66m) CC Cretive Commons y-nc-s

Plus en détail

NE connectez PAS le câble USB à ce stade (si vous utilisez un câble USB). de l'appareil et vérification des composants. Noir Jaune Cyan Magenta

NE connectez PAS le câble USB à ce stade (si vous utilisez un câble USB). de l'appareil et vérification des composants. Noir Jaune Cyan Magenta Guie instlltion rpie Commener MFC-495CW Avnt 'utiliser l'ppreil, veuillez lire e Guie 'instlltion rpie pour otenir les instrutions sur les proéures 'instlltion et e onfigurtion équtes. AVERTISSEMENT ATTENTION

Plus en détail

638604 CTC Generic 815446 LITHO FLEXO. PANTONE 000 05a mm/dd/yy xxxxxx. PANTONE 000 06a mm/dd/yy xxxxxx PANTONE 000. 07a mm/dd/yy xxxxxx.

638604 CTC Generic 815446 LITHO FLEXO. PANTONE 000 05a mm/dd/yy xxxxxx. PANTONE 000 06a mm/dd/yy xxxxxx PANTONE 000. 07a mm/dd/yy xxxxxx. Trez un erle de po (5, mm) de dimètre u entre du ord de l porte. " /" 9/6" /8" 5 5 0 5 POUR DISTANCE D ENTRÉE de /8 po (60 mm) Pliez e grit sur l ligne pointillée et plez elle-i sur l ngle de l porte POUR

Plus en détail

L éditorial. rapport d activité 2010-2012. Francis Daumas. décembre 2014 éditorial

L éditorial. rapport d activité 2010-2012. Francis Daumas. décembre 2014 éditorial déemre 2014 éditoril L éditoril Frnis Dums Direteur Conernnt l onservtion à long terme des Un premier oup d œil dns le rétroviseur nous L onstrution du nouveu «pôle énergie» données numériques, à ôté des

Plus en détail

Guide d'utilisation Easy Interactive Tools Ver. 2

Guide d'utilisation Easy Interactive Tools Ver. 2 Guide d'utilistion Esy Interctive Tools Ver. 2 Guide d'utilistion Esy Interctive Tools Ver.2 Présenttion de Esy Interctive Tools 3 Crctéristiques Fonction de dessin Vous pouvez utiliser Esy Interctive

Plus en détail

semestre 3 des Licences MISM annnée universitaire 2004-2005

semestre 3 des Licences MISM annnée universitaire 2004-2005 MATHÉMATIQUES 3 semestre 3 des Licences MISM nnnée universitire 24-25 Driss BOULARAS 2 Tble des mtières Rppels 5. Ensembles et opértions sur les ensembles.................. 5.. Prties d un ensemble.........................

Plus en détail

1. 1.1. 1.2. 1.3. 1.4. 1.5. 1.6. 2. 2.1.

1. 1.1. 1.2. 1.3. 1.4. 1.5. 1.6. 2. 2.1. T/TR 01-01 Pge 3 r+ 1. EQUIPMENT CONCERNE L interconnexion numerique interntionl pour le service visiophonique et de visioconf&ence necessite l stndrdistion des principux prmttres num&iques tels que d~it,

Plus en détail

SYSTEME DE TELEPHONIE

SYSTEME DE TELEPHONIE YTEME DE TELEPHOIE LE OUVEUTE PTIE MOITEU COULEU Le système de téléphonie comporte un moniteur vec un écrn couleurs de intégré u téléphone. Cette prtie est disponile en lnc, nthrcite et Tech. TLE DE MTIEE

Plus en détail

LANGAGES - GRAMMAIRES - AUTOMATES

LANGAGES - GRAMMAIRES - AUTOMATES LANGAGES - GRAMMAIRES - AUTOMATES Mrie-Pule Muller Version du 14 juillet 2005 Ce cours présente et met en oeuvre quelques méthodes mthémtiques pour l informtique théorique. Ces notions de bse pourront

Plus en détail

essais dossier Oser s équi Prothèses auditives

essais dossier Oser s équi Prothèses auditives essis dossier u LES AUDIOPROTHÉSISTES AU BANC D ESSAI p. 46 u UN APPAREIL ADAPTÉ À VOS BESOINS p. 50 u FAIRE BAISSER LA FACTURE? PAS SI SIMPLE p. 52 Prothèses uditives Oser s équi AUDIOPROTHÉSISTES Fe

Plus en détail

LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE. Unité d enseignement LCMA 4U11 ANALYSE 3. Françoise GEANDIER

LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE. Unité d enseignement LCMA 4U11 ANALYSE 3. Françoise GEANDIER LICENCE DE MATHÉMATIQUES DEUXIÈME ANNÉE Unité d enseignement LCMA 4U ANALYSE 3 Frnçoise GEANDIER Université Henri Poincré Nncy I Déprtement de Mthémtiques . Tble des mtières I Séries numériques. Séries

Plus en détail

Turbine hydraulique Girard simplifiée pour faibles et très faibles puissances

Turbine hydraulique Girard simplifiée pour faibles et très faibles puissances Turbine hydrulique Girrd simplifiée pour fibles et très fibles puissnces Prof. Ing. Zoltàn Hosszuréty, DrSc. Professeur à l'université technique de Kosice Les sites hydruliques disposnt de fibles débits

Plus en détail

- Phénoméne aérospatial non identifié ( 0.V.N.I )

- Phénoméne aérospatial non identifié ( 0.V.N.I ) ENQUETE PRELIMINAIRE ANALYSE ET REFEREWCES : Phénoméne érosptil non identifié ( 0VNI ) B8E 25400 DEF/GEND/OE/DOlRENS du 28/9/1992 Nous soussigné : M D L chef J S, OPJ djoint u commndnt de l brigde en résidence

Plus en détail

l'appareil et vérifiez les composants Cartouches d'encre incluses [x4] CD-ROM d'installation CD-ROM de documentation

l'appareil et vérifiez les composants Cartouches d'encre incluses [x4] CD-ROM d'installation CD-ROM de documentation Guide d instlltion rpide Commener DCP-J35W Veuillez lire ttentivement e Guide d'instlltion rpide pour onnître l proédure de onfigurtion et d'instlltion vnt d'utiliser l'ppreil. AVERTISSEMENT ATTENTION

Plus en détail

Cours d Analyse IV Suites et Séries de fonctions

Cours d Analyse IV Suites et Séries de fonctions Université Clude Bernrd, Lyon I Licence Sciences, Technologies & Snté 43, boulevrd 11 novembre 1918 Spécilité Mthémtiques 69622 Villeurbnne cedex, Frnce L. Pujo-Menjouet pujo@mth.univ-lyon1.fr Cours d

Plus en détail

Toyota Assurances Toujours la meilleure solution

Toyota Assurances Toujours la meilleure solution Toyot Assurnces Toujours l meilleure solution De quelle ssurnce vez-vous besoin? Vous roulez déjà en Toyot ou vous ttendez s livrison. Votre voiture est neuve ou d occsion. Vous vlez les kilomètres ou

Plus en détail

Module 2 : Déterminant d une matrice

Module 2 : Déterminant d une matrice L Mth Stt Module les déterminnts M Module : Déterminnt d une mtrice Unité : Déterminnt d une mtrice x Soit une mtrice lignes et colonnes (,) c b d Pr définition, son déterminnt est le nombre réel noté

Plus en détail

Algorithmes sur les mots (séquences)

Algorithmes sur les mots (séquences) Introduction Algorithmes sur les mots (séquences) Algorithmes sur les mots (textes, séquences, chines de crctères) Nomreuses pplictions : ses de données iliogrphiques ioinformtique (séquences de iomolécules)

Plus en détail

Partie 4 : La monnaie et l'inflation

Partie 4 : La monnaie et l'inflation Prtie 4 : L monnie et l'infltion Enseignnt A. Direr Licence 2, 1er semestre 2008-9 Université Pierre Mendès Frnce Cours de mcroéconomie suite 4.1 Introduction Nous vons vu dns l prtie introductive que

Plus en détail

COURS D ANALYSE. Licence d Informatique, première. Laurent Michel

COURS D ANALYSE. Licence d Informatique, première. Laurent Michel COURS D ANALYSE Licence d Informtique, première nnée Lurent Michel Printemps 2010 2 Tble des mtières 1 Éléments de logique 5 1.1 Fbriquer des énoncés........................ 5 1.1.1 Enoncés élémentires.....................

Plus en détail

ManSafe. pour les Utilitiés. La Protection antichute pour les Industries de l'energie. Français. TowerLatch LadderLatch

ManSafe. pour les Utilitiés. La Protection antichute pour les Industries de l'energie. Français. TowerLatch LadderLatch MnSfe pour les Utilitiés L Protection ntichute pour les Industries de l'energie Frnçis TowerLtch LdderLtch Les questions de protection nti-chute Les chutes de huteur sont l cuse de mortlité l plus importnte

Plus en détail

Théorie des graphes et optimisation dans les graphes

Théorie des graphes et optimisation dans les graphes Théorie es graphes et optimisation ans les graphes Christine Solnon Tale es matières 1 Motivations 2 Définitions Représentation es graphes 8.1 Représentation par matrice ajacence......................

Plus en détail

Métrologie des paramètres S : vers une meilleure traçabilité des analyseurs de réseaux vectoriels en France

Métrologie des paramètres S : vers une meilleure traçabilité des analyseurs de réseaux vectoriels en France 6 th Interntionl Congress of Metrology, 3 (3) DOI:.5/ metrology/ 33 C Owned by the thors, pblished by EDP Sienes, 3 Métrologie des prmètres S : vers ne meillere trçbilité des nlysers de résex vetoriels

Plus en détail

AVENTICUM. Petit guide actif pour découvrir l ancienne capitale de l Helvétie romaine cycle 2 degré 5-6 PER. Un jour à. Moi c est Camillus, et toi?

AVENTICUM. Petit guide actif pour découvrir l ancienne capitale de l Helvétie romaine cycle 2 degré 5-6 PER. Un jour à. Moi c est Camillus, et toi? Petit guide tif pour déouvrir l nienne pitle de l Helvétie romine yle 2 degré 5-6 PER Moi est Cmillus, et toi? Dniel Stevn 2011 1 Mode d emploi Je suis un Romin d Aventium, une ville que j ime utnt que

Plus en détail

Production statistique: passage d une démarche axée sur les domaines à une démarche axée sur les processus

Production statistique: passage d une démarche axée sur les domaines à une démarche axée sur les processus Nations Unies Conseil éonomique et soial Distr. générale 31 mars 2015 Français Original: anglais ECE/CES/2015/26 Commission éonomique pour l Europe Conférene des statistiiens européens Soixante-troisième

Plus en détail

3- Les taux d'intérêt

3- Les taux d'intérêt 3- Les tux d'intérêt Mishkin (2007), Monnie, Bnque et mrchés finnciers, Person Eduction, ch. 4 et 6 Vernimmen (2005), Finnce d'entreprise, Dlloz, ch. 20 à 22 1- Mesurer les tux d'intérêt comprer les différents

Plus en détail

Comment évaluer la qualité d un résultat? Plan

Comment évaluer la qualité d un résultat? Plan Comment évaluer la qualité d un résultat? En sienes expérimentales, il n existe pas de mesures parfaites. Celles-i ne peuvent être qu entahées d erreurs plus ou moins importantes selon le protoole hoisi,

Plus en détail

Conditions Générales d Assurances Edition 2012.10

Conditions Générales d Assurances Edition 2012.10 Assurne ménge Etudints Conditions Générles d Assurnes Edition 2012.10 Index Pge Art. A Couverture de se...... 2 Choses ssurées, risques ssurles... 2 Presttions et sommes d ssurne....... 4 Art. B Couverture

Plus en détail

Conseils et astuces pour les structures de base de la Ligne D30

Conseils et astuces pour les structures de base de la Ligne D30 Conseils et stuces pour les structures de bse de l Ligne D30 Conseils et stuces pour l Ligne D30 Ligne D30 - l solution élégnte pour votre production. Rentbilité optimle et méliortion continue des séquences

Plus en détail

Chapitre 1 : Fonctions analytiques - introduction

Chapitre 1 : Fonctions analytiques - introduction 2e semestre 2/ UE 4 U : Abrégé de cours Anlyse 3: fonctions nlytiques Les notes suivntes, disponibles à l dresse http://www.iecn.u-nncy.fr/ bertrm/, contiennent les définitions et les résultts principux

Plus en détail

Avant d utiliser l appareil, lisez ce Guide de référence rapide pour connaître la procédure de configuration et d installation.

Avant d utiliser l appareil, lisez ce Guide de référence rapide pour connaître la procédure de configuration et d installation. Guide de référence rpide Commencer Avnt d utiliser l ppreil, lisez ce Guide de référence rpide pour connître l procédure de configurtion et d instlltion. NE rccordez PAS le câle d interfce mintennt. 1

Plus en détail

Pour développer votre entreprise LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI!

Pour développer votre entreprise LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI! Pour développer votre entreprise Gestion Commercile Gérez le cycle complet des chts (demnde de prix, fcture fournisseur), des stocks (entrée, sortie mouvement, suivi) et des ventes (devis, fcture, règlement,

Plus en détail

GABARIT À PÊNE DORMANT ÉLECTRONIQUE

GABARIT À PÊNE DORMANT ÉLECTRONIQUE Trez un erle de 1 po (25,4 mm) de dimètre u entre du ord de l porte. 2" 1 3/4" 1 9/16" 1 3/8" 51 45 40 35 POUR DISTANCE D'ENTRÉE de 2 3/8 po (60 mm) Pliez e grit sur l ligne pointillée et plez elle-i sur

Plus en détail

LE PENETROMETRE STATIQUE Essais CPT & CPTU

LE PENETROMETRE STATIQUE Essais CPT & CPTU LE PENETROMETRE STATIQUE Essais CPT & CPTU Mesures Interprétations - Appliations Doument rédigé par des ingénieurs géotehniiens de GINGER CEBTP sous la diretion de : Mihel KHATIB Comité de releture : Claude-Jaques

Plus en détail

ANALYSE : FONCTIONS D UNE VARIABLE RÉELLE

ANALYSE : FONCTIONS D UNE VARIABLE RÉELLE Jen-Pierre Dedieu, Jen-Pierre Rymond ANALYSE : FONCTIONS D UNE VARIABLE RÉELLE Institut de Mthémtiques Université Pul Sbtier 31062 Toulouse cedex 09 jen-pierre.dedieu@mth.univ-toulouse.fr jen-pierre.rymond@mth.univ-toulouse.fr

Plus en détail

Licence M.A.S.S. Cours d Analyse S4

Licence M.A.S.S. Cours d Analyse S4 Université Pris I, Pnthéon - Sorbonne Licence MASS Cours d Anlyse S4 Jen-Mrc Brdet (Université Pris 1, SAMM) UFR 27 et Equipe SAMM (Sttistique, Anlyse et Modélistion Multidisiplinire) Université Pnthéon-Sorbonne,

Plus en détail

Baccalauréat S Asie 19 juin 2014 Corrigé

Baccalauréat S Asie 19 juin 2014 Corrigé Bcclurét S Asie 9 jui 24 Corrigé A. P. M. E. P. Exercice Commu à tous les cdidts 4 poits Questio - c. O peut élimier rpidemet les réposes. et d. cr les vecteurs directeurs des droites proposées e sot ps

Plus en détail

LITE-FLOOR. Dalles de sol et marches d escalier. Information technique

LITE-FLOOR. Dalles de sol et marches d escalier. Information technique LITE-FLOOR Dlles de sol et mrches d esclier Informtion technique Recommndtions pour le clcul et l pose de LITE-FLOOR Générlités Cette rochure reprend les règles de se à respecter pour grntir l rélistion

Plus en détail

Commencer DCP-7055W / DCP-7057W /

Commencer DCP-7055W / DCP-7057W / Guide d instlltion rpide Commencer DCP-7055W / DCP-7057W / DCP-7070DW Veuillez lire ttentivement le livret Sécurité et réglementtion vnt d'effectuer les réglges de votre ppreil. Consultez ensuite le Guide

Plus en détail

L élia 40% 13% Chaudière gaz à condensation. Son secret : Chauffage et Eau Chaude Sanitaire Murale ou sol Cheminée ou ventouse

L élia 40% 13% Chaudière gaz à condensation. Son secret : Chauffage et Eau Chaude Sanitaire Murale ou sol Cheminée ou ventouse Chudière gz à ondenstion L éli Jusq 40% u à d éo no r hu ppor mie tàu dière pr trd ne ition nelle Chuffge et Eu Chude Snitire Murle ou sol Cheminée ou ventouse Instlltion simple dns le neuf omme dns l

Plus en détail

INFORMATIONS TECHNIQUES

INFORMATIONS TECHNIQUES 0 INFORMATIONS TECHNIQUES tle des mtieres 06 Alimenttions et ccessoires 08 Postes extérieurs Sfer Postes extérieurs minisfer 9 Postes internes Accessoires d instlltion Centrux téléphoniques PABX Cmérs

Plus en détail

La pratique institutionnelle «à plusieurs»

La pratique institutionnelle «à plusieurs» L prtique institutionnelle «à plusieurs» mury Cullrd Février 2013 Nicols, inquiet: «Qund je suis seul vec quelqu un, il se psse des choses» Vlentin, à propos de l institution : «Ici, y beucoup de gens,

Plus en détail

SSNV143 - Traction biaxiale avec la loi de comportement BETON_DOUBLE_DP

SSNV143 - Traction biaxiale avec la loi de comportement BETON_DOUBLE_DP Titre : SSNV14 - Traction biaxiale avec la loi e comport[...] Date : 17/02/2011 Page : 1/14 Manuel e Valiation Fascicule V6.04 : Statique non linéaire es structures volumiques Document V6.04.14 SSNV14

Plus en détail

Le canal étroit du crédit : une analyse critique des fondements théoriques

Le canal étroit du crédit : une analyse critique des fondements théoriques Le cnl étroit du crédit : une nlyse critique des fondements théoriques Rfl Kierzenkowski 1 CREFED Université Pris Duphine Alloctire de Recherche Avril 2001 version provisoire Résumé A l suite des trvux

Plus en détail

Sciences Industrielles Précision des systèmes asservis Papanicola Robert Lycée Jacques Amyot

Sciences Industrielles Précision des systèmes asservis Papanicola Robert Lycée Jacques Amyot Scence Indutrelle Précon de ytème erv Pncol Robert Lycée Jcque Amyot I - PRECISION DES SYSTEMES ASSERVIS A. Poton du roblème 1. Préentton On vu que le rôle d un ytème erv et de fre uvre à l orte (t) une

Plus en détail

Compte rendu de la validation d'un observateur cascade pour la MAS sans capteurs mécaniques sur la plate-forme d'essai de l'irccyn

Compte rendu de la validation d'un observateur cascade pour la MAS sans capteurs mécaniques sur la plate-forme d'essai de l'irccyn Compte rendu de l vlidtion d'un oservteur cscde pour l MAS sns cpteurs mécniques sur l plte-forme d'essi de l'irccyn Mlek GHANES, Alin GLUMINEAU et Roert BOISLIVEAU Le 1 vril IRCCyN: Institut de Recherche

Plus en détail

remboursements factures prêts chômage dettes Le surendettement

remboursements factures prêts chômage dettes Le surendettement les hiers de l tion soile remoursements ftures prêts hômge dettes Le surendettement Repères Selon l Assoition frnçise des soiétés finnières (ASF), reprennt les sttistiques présentées pr l Bnque de Frne

Plus en détail

Simulation Matlab/Simulink d une machine à induction triphasée. Constitution d un référentiel

Simulation Matlab/Simulink d une machine à induction triphasée. Constitution d un référentiel Simulation Matlab/Simulink une machine à inuction triphasée Constitution un référentiel Capocchi Laurent Laboratoire UMR CNRS 6134 Université e Corse 3 Octobre 7 1 Table es matières 1 Introuction 3 Moélisation

Plus en détail

Classeur courtier d assurance. Comment organiser son activité et se préparer à un contrôle

Classeur courtier d assurance. Comment organiser son activité et se préparer à un contrôle Clsseur courtier d ssurnce Comment orgniser son ctivité et se préprer à un contrôle 67, venue Pierre Grenier 92517 BOULOGNE-BILLANCOURT CEDEX Tél : 01.46.10.43.80 Fx : 01.47.61.14.85 www.streevocts.com

Plus en détail

Le compte satellite des institutions sans but lucratif

Le compte satellite des institutions sans but lucratif Institut des omptes nationaux Le ompte satellite des institutions sans ut luratif 2000-2001 Contenu de la puliation Le ompte satellite des institutions sans ut luratif (ISBL) est élaoré d après les définitions

Plus en détail

EnsEignEmEnt supérieur PRÉPAS / BTS 2015

EnsEignEmEnt supérieur PRÉPAS / BTS 2015 Enseignement supérieur PRÉPAS / BTS 2015 Stnisls pour mbition de former les étudints à l réussite d exmens et de concours des grndes écoles de mngement ou d ingénieurs. Notre objectif est d ccompgner chque

Plus en détail

Introduction à la modélisation et à la vérication p. 1/8

Introduction à la modélisation et à la vérication p. 1/8 Introduction à l modélistion et à l vériction Appliction ux systèmes temporisés Ptrici Bouyer LSV CNRS & ENS de Cchn Introduction à l modélistion et à l vériction p. 1/8 Modélistion & Vériction Introduction

Plus en détail

Les deux points les plus proches

Les deux points les plus proches MPSI Option Informatique Année 2001, Deuxième TP Caml Vcent Simonet (http://cristal.ria.fr/~simonet/) Les eux pots les plus proches Lors e cette séance, nous allons nous téresser au problème suivant :

Plus en détail

et les Trois Marches d'assurance

et les Trois Marches d'assurance The Geneva Papers on Risk an Insurance, 20 (juillet 98), 36-40 Asymétrie 'Information et les Trois Marches 'Assurance par Jean-Jacques Laffont * La proposition stimulante e Monsieur Ic Professeur Borch

Plus en détail

CNAM UE MVA 210 Ph. Durand Algèbre et analyse tensorielle Cours 4: Calcul dierentiel 2

CNAM UE MVA 210 Ph. Durand Algèbre et analyse tensorielle Cours 4: Calcul dierentiel 2 CNAM UE MVA 210 Ph. Duran Algèbre et analyse tensorielle Cours 4: Calcul ierentiel 2 Jeui 26 octobre 2006 1 Formes iérentielles e egrés 1 Dès l'introuction es bases u calcul iérentiel, nous avons mis en

Plus en détail

Guide des bonnes pratiques

Guide des bonnes pratiques Livret 3 MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L'ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE 3 Guide des bonnes prtiques OUTILS DE LA GRH Guide des bonnes prtiques Tble des mtières 1. Introduction p.

Plus en détail

Electrovanne double Dimension nominale Rp 3/8 - Rp 2 DMV-D/11 DMV-DLE/11

Electrovanne double Dimension nominale Rp 3/8 - Rp 2 DMV-D/11 DMV-DLE/11 Electrovnne double Dimension nominle 3/8 - DMV-D/11 DMV-DLE/11 7.30 M Edition 11.13 Nr. 223 926 1 6 Technique L électrovnne double DUNGS DMV intère deux électrovnnes dns un même bloc compct : - vnnes d

Plus en détail

6 Equations du première ordre

6 Equations du première ordre 6 Equations u première orre 6.1 Equations linéaires Consiérons l équation a k (x) k u = b(x), (6.1) où a 1,...,a n,b sont es fonctions continûment ifférentiables sur R. Soit D un ouvert e R et u : D R

Plus en détail

Nécessité de prendre en compte des termes d ordre G 3 pour mesurer γ à 10 8 près

Nécessité de prendre en compte des termes d ordre G 3 pour mesurer γ à 10 8 près Néessité de prendre en ompte des termes d ordre G 3 pour mesurer γ à 10 8 P. Teyssandier Observatoire de Paris Dépt SYRTE/CNRS-UMR 8630UPMC P. Teyssandier ( Observatoire de Paris Dépt SYRTE/CNRS-UMR Néessité

Plus en détail

Influence du milieu d étude sur l activité (suite) Inhibition et activation

Influence du milieu d étude sur l activité (suite) Inhibition et activation Influence du milieu d étude sur l ctivité (suite) Inhibition et ctivtion Influence de l tempérture Influence du ph 1 Influence de l tempérture Si on chuffe une préprtion enzymtique, l ctivité ugmente jusqu

Plus en détail

Pour développer votre entreprise. Compta LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI!

Pour développer votre entreprise. Compta LES LOGICIELS EN LIGNE, VOUS ALLEZ DIRE OUI! Pour développer votre entreprise Compt Avec EBP Compt, vous ssurez le suivi de l ensemble de vos opértions et exploitez les données les plus complexes en toute sécurité. Toutes les fonctionnlités essentielles

Plus en détail

Theorie des mrches Dns ce chpitre, on etudie l'interction de l'ore et de l demnde sur un mrche d'un bien donne. On etudier, en prticulier, l'equilibre du mrche. Etnt donne qu'on s'interesse uniquement

Plus en détail

Sommaire. 6. Tableau récapitulatif... 10. Sophos NAC intégré Vs. NAC Advanced - 17 Février 2009 2

Sommaire. 6. Tableau récapitulatif... 10. Sophos NAC intégré Vs. NAC Advanced - 17 Février 2009 2 Sommire 1. A propos de Sophos... 3 2. Comprtif des solutions Sophos NAC... 4 3. Sophos NAC pour Endpoint Security nd Control 8.0... 4 3.1. Administrtion et déploiement... 4 3.2. Gestion des politiques

Plus en détail

AUTOUR D UN MÉMOIRE INÉDIT : LA CONTRIBUTION D HERMITE AU DÉVELOPPEMENT DE LA THÉORIE DES FONCTIONS ELLIPTIQUES. Bruno BELHOSTE (*)

AUTOUR D UN MÉMOIRE INÉDIT : LA CONTRIBUTION D HERMITE AU DÉVELOPPEMENT DE LA THÉORIE DES FONCTIONS ELLIPTIQUES. Bruno BELHOSTE (*) Revue d histoire des mthémtiques, 2 (1996), p. 1 66. AUTOUR D UN MÉMOIRE INÉDIT : LA CONTRIBUTION D HERMITE AU DÉVELOPPEMENT DE LA THÉORIE DES FONCTIONS ELLIPTIQUES Bruno BELHOSTE (*) RÉSUMÉ. Dns cet rticle,

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR POUR LE BREVET

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR POUR LE BREVET TOUT E QU IL FUT SVOIR POUR LE REVET NUMERIQUE / FONTIONS eci n est qu un rappel de tout ce qu il faut savoir en maths pour le brevet. I- Opérations sur les nombres et les fractions : Les priorités par

Plus en détail

Hydrodynamique des lits fluidisés en régime de bullage

Hydrodynamique des lits fluidisés en régime de bullage Hyroynamique es lits fluiisés en régime e ullage M. HEMATI Régime e ullage. La plupart es lits fluiisés inustriels fonctionnent en régime e ullage. Ce régime est oservé ès que la vitesse u gaz épasse la

Plus en détail

Guide de l'utilisateur

Guide de l'utilisateur Guide de l'utilisteur Symboles Utilisés Dns ce Guide Indictions de sécurité L documenttion et le projecteur utilisent des symboles grphiques qui indiquent comment utiliser l ppreil en toute sécurité. Veillez

Plus en détail

Mesures du coefficient adiabatique γ de l air

Mesures du coefficient adiabatique γ de l air Mesures du oeffiient adiabatique γ de l air Introdution : γ est le rapport des apaités alorifiques massiques d un gaz : γ = p v Le gaz étudié est l air. La mesure de la haleur massique à pression onstante

Plus en détail

TUBES ET PROFILS CREUX

TUBES ET PROFILS CREUX TUBES GAZ SOUDÉS SÉRIE LÉGÈRE DITS «TARIF 1 et 2» Norme de référene : NF EN 10255 (ex NF A 49-145) Nune : S195T Étt de surfe : noir ou glvnisé ÉPAISSEUR DÉNOMINATION en poues Tubes noirs lisses MASSE LINÉIQUE

Plus en détail

La protection différentielle dans les installations électriques basse tension

La protection différentielle dans les installations électriques basse tension Juin 2001 La protetion différentielle dans les installations életriques basse tension Ce guide tehnique a pour objetif de mettre en évidene les prinipes de fontionnement des protetions différentielles

Plus en détail

LOGICIEL FONCTIONNEL EMC VNX

LOGICIEL FONCTIONNEL EMC VNX LOGICIEL FONCTIONNEL EMC VNX Améliortion des performnces des pplictions, protection des données critiques et réduction des coûts de stockge vec les logiciels complets d EMC POINTS FORTS VNX Softwre Essentils

Plus en détail