INVESTISSEMENTS D AVENIR

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INVESTISSEMENTS D AVENIR"

Transcription

1 INVESTISSEMENTS D AVENIR LABORATOIRES D EXCELLENCE (LABEX) SYNTHESE DU SUIVI 2012 Compte-rendu scientifique Relevé de dépenses Indicateurs Mai 2013

2 SYNTHESE DU SUIVI D ACTION LABEX (Années 2011 et 2012) PREAMBULE L action Laboratoires d excellence a pour objet de financer des laboratoires ayant déjà une visibilité internationale de moyens significatifs pour leur permettre de faire jeu égal avec leurs meilleurs homologues étrangers, d attirer des chercheurs et des enseignantschercheurs de renommée internationale et de construire une politique intégrée de recherche, de formation, de valorisation de haut niveau, ainsi qu une politique de large diffusion des connaissances. L ambition de ces laboratoires d excellence est: d augmenter l excellence et l originalité scientifique, le transfert des connaissances produites et, par là même, la visibilité internationale de la recherche française, tout en entraînant dans cette dynamique d autres laboratoires nationaux; de garantir l excellence des cursus et de jouer un rôle moteur dans les formations de niveau doctoral, mais aussi aux niveaux master et licence; de s inscrire dans la stratégie de leurs établissements de tutelle et de renforcer la dynamique des sites concernés. Les projets retenus comportent un projet de recherche de très haute qualité scientifique, associant un projet de formation et un projet de valorisation et de diffusion des résultats aussi bien vers l industrie que vers les services ou la sphère sociale et culturelle, notamment au regard des priorités telles que la SNRI et le PCRD. L appel à projets a donné les résultats suivants : Labex vague 1 Edition 2010 Labex vague 2 Edition 2011 Nombre de projets déposés Nombre de projet sélectionnés Tous les projets Labex labélisés se terminent en décembre Sur les 171 Labex labélisés, 170 ont été pris en compte pour cette synthèse, un projet de Labex n étant pas contractualisé sur la période de suivi. 1) SAISIE La plate-forme de collecte d informations du rapport annuel concernant l action «Laboratoires d excellence» a été ouverte le 14/02/2013. Les volets relatifs au compterendu scientifique et aux indicateurs ont été renseignés par le responsable scientifique et 1

3 technique de chaque projet. Le volet relatif aux éléments financiers a été rempli, soit par l Etablissement coordinateur du Labex, soit par l Etablissement porteur de l Idex dans le cas des Labex in Idex. Ces éléments financiers comprennent un relevé de dépenses par Etablissement partenaire, un récapitulatif de l ensemble des dépenses sur le projet et un tableau relatif aux autres financements. La clôture de la saisie s est effectuée le 3/04/2013. Tous les Labex sauf un avaient alors complété le compte-rendu scientifique et le relevé de dépenses. Exceptionnellement l application a été ré-ouverte pour la saisie du dernier Labex. Le suivi couvre toute l année civile 2012 mais également pro parte l année 2011 pour les Labex qui ont été conventionnés en Les données financières ont été remplies on line Les exemplaires papiers des relevés de dépenses des Etablissements partenaires ayant fait l objet d une convention de reversement (signés par le représentant légal de chaque Etablissement partenaire et certifiés par chaque agent comptable ou commissaire aux comptes, à défaut l expert-comptable) ont pratiquement tous été transmis. Pour rappel, les Labex ont systématiquement reçu un préfinancement (de l ordre de 10%). 2) COMPTE-RENDU D AVANCEMENT 2-a) Résumé Il ressort d une analyse qualitative que 90% des résumés sont de bonne facture; seuls 6% sont peu compréhensibles et, pour 6 projets, le résumé est un simple copier/coller du dossier de candidature. A noter que quelques résumés sont purement des résumés de résultats scientifiques tels qu ils sont présentés dans les publications et non des résumés d avancement du projet. 2-b) Avancement du projet La quasi-totalité des Labex ont réalisé un très bon ou bon lancement de projet, seuls 3 Labex sont défaillants sur ce point. La mise en place du suivi interne de l avancement des projets est un élément qui tarde à se mettre en place pour 50 des 170 Labex considérés, sans que pour cela la vague 2 (22 projets peu ou pas avancés) soit en retard par rapport à la vague 1 (28 projets peu ou pas avancés). 2-c) Résultats Les résultats de l activité scientifique des Labex ont été analysés suivant un certain nombre d axes : Actions de formation Publications Participations à des congrès et/ou workshop Innovation 2

4 Dépôts de brevets Le tableau ci-dessous recense le nombre de Labex ayant déclaré dans leur compterendu d activité avoir développé telles ou telles actions (réponses multiples par Labex). On se référera au chapitre «indicateurs» pour comptabiliser au total le nombre de publications produites et le nombre de brevets déposés Nombre de Labex Formation Publication Congrès / workshop Innovation Brevet Fig. 1 : Nombre de Labex ayant développé une action de formation, publication, En 2012, seuls 9 Labex (dont 1 de la vague 1) n ont engagé aucune action dans ces différentes rubriques. Remarque : L'engagement des Labex dans toutes les actions ne peut être significatif que pour les Labex hors SHS. En effet, la rubrique "Brevet" exclurait les Labex de ce domaine. 2-d) Recrutements Le recrutement de personnel ne concerne que 156 Labex sur les 170 analysés, 14 Labex dont 3 de la vague 1 (1 sans aucun renseignement) n ont procédé à aucun recrutement. Les Labex déclarent avoir recruté au total 1338 personnes. En grande majorité les recrutements ont été «ouverts» avec appels d offres au national ou à l international et la sélection a été effectuée par un comité, seuls 17 Labex ont eu des recrutements plus «confidentiels». 3

5 3,3% 16,5% 11,1% 31,5% 37,6% Doctorants Post Doc Autres Ingénieurs /Techniciens Enseignants chercheurs / Chercheurs Fig. 2 : Répartition des recrutements sur budget IA (Investissements d Avenir) Les 504 recrutements de doctorants dans les Labex sur budget IA sont à rapporter aux doctorants en cours de thèse ; avec un flux sortant de docteurs de à par an. Il s avère cependant que lorsque le recrutement a été ouvert, celui-ci a généré des candidatures internationales. Ceci est encore plus probant pour les post-doctorants, où les Labex, ayant affiché un salaire plus élevé que la moyenne, ont réellement attiré des candidatures d établissements de recherche mondialement reconnus. La répartition des salaires bruts pour les doctorants et les post-doctorants fait apparaître un différentiel de l ordre de 800 euros entre doctorants et post-doc. Le barycentre de la courbe de répartition des salaires bruts des doctorants reste très proche du montant brut des allocations de recherche (sans monitorat) ; les Labex et les établissements d inscription n ayant pas voulu créer des doctorants à deux vitesses. En revanche, on enregistre une légère augmentation du salaire brut des post-doctorants financés sur budget IA, tirée en cela par une volonté d attractivité à l international. A noter que les salaires bruts très bas ne reflètent pas toujours la réalité de «cheap labour» et peuvent être le résultat d un co-financement non exprimé dans le rapport. 4

6 40 35 Nombre de personnes Post Doc Doc 5 0 Fourchette de salaire brut Fig. 3 : Répartition du salaire brut des doctorants et des post-doctorants 3) RELEVES DE DEPENSES Sur un peu plus de 1,5 milliard d euros de dotation, conformément aux conventions 171 millions (soit 11,1%) ont été décaissés par l ANR. Sur ce versement globalement 33,1 %, soit 57 millions, ont été dépensés avec la répartition suivante : Dotation Versement % de la dotation Dépenses % du versement Vague ,9% ,8% Vague ,1% ,6% Total ,1% ,1% 5

7 0,3% 3,4% 7,5% 10,1% 16,5% 19,0% 43,2% Masse salariale Fonctionnement Equipements Prestations Missions Frais gestion Frais structure Fig. 4 : Répartition des dépenses par grandes rubriques Sept projets n ont pas ou pratiquement pas de dépenses (<1% du versement) dont 2 projets de la vague 1. A l opposé 3 projets ont dépensé plus que leur versement sans dépasser pour cela le montant de leur dotation. 60 Nombre de Labex Vague 1 Vague % de la dépenses Fig. 5 : Pourcentage de dépenses au 31/12/2012 par rapport au versement 6

8 4) LES INDICATEURS 1 Les indicateurs au nombre de 20 ont été répartis en 4 grands groupes : a) Reconnaissance scientifique b) Publications c) Etudiants en Master et Doctorants d) Brevets Seuls 3 Labex ont retourné tous les indicateurs à 0, les autres ont complètement ou partiellement renseigné les indicateurs. Dans certains cas au vu de l avancement des projets les indicateurs n étaient pas encore pertinents. Le compte rendu 2013 devrait donner des résultats plus complets. Les indicateurs faisant référence à l année 2011 sont inexploitables (sauf pour les thèses) ; certains porteurs de projet considérant que le Labex n était pas en place à ce moment n ont donc pas renseigné l indicateur ; pour information, ci-dessous le pourcentage, pour chaque indicateur de réponse non nulle ou non renseignée. 100% 90% 80% 70% 60% 50% 40% 30% 20% 10% 0% n-3 à n ERC n-3 à n IUF n-3 à n Autres distinctions n ERC n IUF n Autres distinctions Publications 2011 Publications 2012 monographies 2011 monographies 2012 Master 2011 Master 2012 thèses dans le Labex 2011 thèses dans le Labex 2012) thèses financées par le Labex 2011 thèses financées par le Labex 2012 thèses soutenues 2011 thèses soutenues 2012 brevets 2011 brevets 2012 Fig. 6 : Pourcentage de réponses aux différents items des indicateurs n-3 à n ERC : nombre de financements de l European Research Council pour les années 2009, 2010, 2011, 2012 n ERC : nombre de financements de l European Research Council pour l année Agro Eco : Agronomie Ecologie Bio Med : Biologie Médecine SMI : Sciences de la Matière et de l Ingénieur Num Math : Sciences du numérique, Mathématiques STUE : Sciences de la Terre, Univers Espace SHS : Sciences Humaines et Sociales 7

9 En revanche, il est normal pour certaines rubriques (exemple les brevets) que le pourcentage soit faible car une partie de la communauté scientifique n est pas concernée et que d autre part le dépôt de brevet intervient bien souvent en fin de la création de connaissance. 4-a) Reconnaissance scientifique 2 La reconnaissance scientifique basée sur trois indicateurs, les financements de l European Research Council (ERC), les nominations à l Institut Universitaire de France (IUF) et autres distinctions, doit être analysée avec beaucoup de prudence : i. Pour les ERC, si le nombre de 243 semble cohérent pour 4 ans de n-3 à n (il y a eu pour la France 275 ERC de 2007 à 2011 dont 160 Starting Grants et 115 Advanced Grants), 179 pour 2012 n est pas cohérent et doit prendre en compte à la fois les lauréats de 2012 mais aussi pour certains porteurs le «stock» des 4 dernières années (mauvaise lecture de la définition de l indicateur). ii. Pour les IUF, le nombre de 353 sur 4 ans est cohérent et représenterait 59 % de 4 années de promotions à 150 lauréats par an. En revanche, là encore, le nombre déclaré d IUF pour 2012 : 223 est bien supérieur à la promo 2012 (105) et résulte d une mauvaise lecture de la définition de l indicateur. Les Labex mobilisent en leur sein 47% des actuels IUF avec une répartition fort inégale dans les différents domaines : Bio Med 49% STUE 95% SMI 56% SHS 29% Num Math 63% 4-b) Publications Les publications, dans des revues internationales, déclarées comme dans les Labex passent de 5000 en 2011 à plus de 8000 en 2012, cette augmentation de 62% reflète à la fois la mise en place progressive des Labex et la progression du nombre de publications due à l effet Labex sans qu il ne soit possible d en définir les parts respectives. Ce chiffre de 8300 est à rapprocher de la part de la France (4,4%) dans les publications scientifiques mondiales (un million de publications). Les préfinancements ayant le plus souvent servi au recrutement de doctorants et de post - doc, l effet sur les publications devrait se faire sentir dans un à deux ans minimum. La répartition par domaine est faussement homogène avec des populations de chercheurs non comparables et avec certains Labex très «gros contributeurs». 2 Agro Eco : Agronomie Ecologie Bio Med : Biologie Médecine SMI : Sciences de la Matière et de l Ingénieur Num Math : Sciences du numérique, Mathématiques STUE : Sciences de la Terre, Univers Espace SHS : Sciences Humaines et Sociales 8

10 Publications 2012 Monographies, actes, ouvrages collectifs 2012 Agro Eco Bio Med SMI Num Math STUE SHS c) Masters et Doctorants 3 Le nombre d étudiants en Master dans les Labex passe de quelques unités à plus de 1000 suivant les domaines, cet indicateur n est pas pertinent pour Seul le nombre total d étudiants de Master (15169) peut être mis en perspective avec le nombre total d étudiants en Master en France ; dont hors discipline de santé. Les thèses en cours dans les Labex passent de 8329 en 2011 à en 2012 avec respectivement 89 et 554 thèses financées directement par les Labex. Cette augmentation rend compte de la mise en place en 2012 des Labex et d une attractivité certaine des Labex vis-à-vis des filières usuelles de financement de thèse (allocations, bourses régionales, Cifre, ). Les thèses en cours dans les Labex représentent le quart des thèses en cours en France (62000). Thèses en cours en 2012 dans les Labex SHS 32% Agro Eco 9% Bio Med 11% STUE 9% Num Math 17% SMI 22% 3 Agro Eco : Agronomie Ecologie Bio Med : Biologie Médecine SMI : Sciences de la Matière et de l Ingénieur Num Math : Sciences du numérique, Mathématiques STUE : Sciences de la Terre, Univers Espace SHS : Sciences Humaines et Sociales 9

11 Certains Labex ont été très réactifs pour mettre en place des financements de thèse dès septembre 2012 particulièrement les Labex Bio Med et STUE. thèses financées par Labex 2011 thèses financées par Labex 2012 Agro Eco 5 6% 21 4% Bio Med 40 45% % SMI 7 8% 96 17% Num Math 1 1% 95 17% STUE 23 26% 71 13% SHS 13 15% % % % Les thèses soutenues rendent compte d un état antérieur à l attribution de crédits dans le cadre des Investissements d Avenir et doivent être considérées comme un «point zéro» de l évolution des soutenances de thèses dans les Labex. Le nombre de thèses soutenues par rapport aux thèses en cours pour chaque domaine pointe bien les particularités de chaque domaine avec, entre autres, des soutenances rapides en Num Math et des thèses plus longues en SHS. thèses soutenues 2012 % de soutenances vs les thèses en cours Agro Eco Bio Med SMI Num Math STUE SHS % % % % % % 3386 Le nombre de thèses soutenues dans les Labex est de l ordre de 25% des thèses soutenues chaque année en France (12000 à 14000). 10

12 4. 4-d ) Brevets 4 Les dépôts de brevets ont un peu plus que doublé entre 2011 et 2012 avec une forte concentration de ces brevets sur les domaines Bio Med et SMI. brevets brevets % 2012 Agro Eco % Bio Med % SMI % Num Math % STUE % SHS % 4 Agro Eco : Agronomie Ecologie Bio Med : Biologie Médecine SMI : Sciences de la Matière et de l Ingénieur Num Math : Sciences du numérique, Mathématiques STUE : Sciences de la Terre, Univers Espace SHS : Sciences Humaines et Sociales 11

INVESTISSEMENTS D AVENIR

INVESTISSEMENTS D AVENIR INVESTISSEMENTS D AVENIR SYNTHESE DU SUIVI 2011-2013 Octobre 2014 Résumé En région Franche-Comté, 3 projets ont été sélectionnés suite aux deux éditions d appels à projets du Programme Investissements

Plus en détail

ALLOCATIONS DE THESE

ALLOCATIONS DE THESE ALLOCATIONS DE THESE La Région des Pays de la Loire finance depuis une dizaine d années des allocations destinées aux doctorants du territoire régional. L attractivité des laboratoires régionaux pour les

Plus en détail

Titulaires d un M1 à UT1 Capitole en 2009-2010. non inscrits en M2 dans l établissement en 2010-2011

Titulaires d un M1 à UT1 Capitole en 2009-2010. non inscrits en M2 dans l établissement en 2010-2011 Titulaires d un M1 à UT1 Capitole en 2009-2010 non inscrits en M2 dans l établissement en 2010-2011 La population étudiée est celle des étudiants ayant obtenu un M1 à en 2009-2010 (hors formation continue,

Plus en détail

INVESTISSEMENTS D AVENIR

INVESTISSEMENTS D AVENIR INVESTISSEMENTS D AVENIR COHORTES SUIVI 2013 Compte rendu scientifique Relevé de dépenses Indicateurs juin 2014 SYNTHESE DU SUIVI D ACTION COHORTES (Année 2013) INTRODUCTION L action «cohortes» vise à

Plus en détail

L appel d offres «Equipes labellisées FRM 2016 présélection 2015» sera diffusé en avril 2015. Critères généraux concernant les aides individuelles

L appel d offres «Equipes labellisées FRM 2016 présélection 2015» sera diffusé en avril 2015. Critères généraux concernant les aides individuelles PROGRAMME 2015 ESPOIRS DE LA RECHERCHE Le programme Espoirs de la recherche de la Fondation pour la Recherche Médicale soutient des projets de recherche dans tous les domaines de la biologie et de la santé.

Plus en détail

LABEX 2010 Appel à projets «Laboratoires d excellence» RAPPORT

LABEX 2010 Appel à projets «Laboratoires d excellence» RAPPORT LABEX 2010 Appel à projets «Laboratoires d excellence» RAPPORT Informations importantes à destination des rapporteurs (à lire attentivement) Les avis des experts, ainsi que les notes attribuées par ceux-ci,

Plus en détail

DISPOSITIONS FACULTAIRES FORMATION DOCTORALE ET DOCTORAT

DISPOSITIONS FACULTAIRES FORMATION DOCTORALE ET DOCTORAT DISPOSITIONS FACULTAIRES FORMATION DOCTORALE ET DOCTORAT Ce texte spécifie des dispositions propres à la Faculté de Psychologie et des Sciences de l Education (FPSE). Ces dispositions ne dérogent en aucune

Plus en détail

Atelier de formation en «Genre»

Atelier de formation en «Genre» RESEAU OUEST ET CENTRE AFRICAIN DE RECHERCHE EN EDUCATION (ROCARE), SECRETARIAT EXECUTIF Atelier de formation en «Genre» Termes de Référence Programme des subventions pour la recherche en éducation Octobre

Plus en détail

Fondation Objectif Grandes Ecoles Proposition de Partenariat

Fondation Objectif Grandes Ecoles Proposition de Partenariat Fondation Objectif Grandes Ecoles Proposition de Partenariat I Notre organisme a) Les Statuts juridiques La Fondation Objectif Grandes Ecoles ne dispose pas de statuts propres puisqu elle est sous égide

Plus en détail

RÈGLEMENT GÉNÉRAL DES LABORATOIRES DE L UNIVERSITÉ PARIS 8 VINCENNES SAINT-DENIS. (Approuvé par le CA séance du 30 septembre 2011)

RÈGLEMENT GÉNÉRAL DES LABORATOIRES DE L UNIVERSITÉ PARIS 8 VINCENNES SAINT-DENIS. (Approuvé par le CA séance du 30 septembre 2011) RÈGLEMENT GÉNÉRAL DES LABORATOIRES DE L UNIVERSITÉ PARIS 8 VINCENNES SAINT-DENIS (Approuvé par le CA séance du 30 septembre 2011) Vu le code de l Education et notamment ses articles L612-7 et L713-1 Vu

Plus en détail

Le premier. emploi. des. Enquête sur les diplômés 2011

Le premier. emploi. des. Enquête sur les diplômés 2011 Le premier emploi des Supélec Enquête sur les diplômés 2011 La recherche joue un rôle de plus en plus important dans la formation des ingénieurs. Dans les hautes technologies, les délais entre innovation

Plus en détail

Sorbonne Universités. Vision et projets

Sorbonne Universités. Vision et projets Sorbonne Universités Vision et projets Qu est-ce que Sorbonne Universités? Sorbonne Universités est un PRES (pôle de recherche et d enseignement supérieur) créé en 2010. Six partenaires sont au cœur du

Plus en détail

Rapport de gestion pour l exercice clos Le 31 décembre 2012

Rapport de gestion pour l exercice clos Le 31 décembre 2012 Rapport de gestion pour l exercice clos Le 31 décembre 2012 Les faits caractéristiques de l exercice : L exercice 2012 a été marqué par les faits suivants : La DTN a quitté ses fonctions en septembre 2012,

Plus en détail

Valorisation de la participation des personnels à des opérations de recherche scientifique ou de prestations de services

Valorisation de la participation des personnels à des opérations de recherche scientifique ou de prestations de services Comité technique du 23 avril 2015 Valorisation de la participation des personnels à des opérations de recherche scientifique ou de prestations de services Références : décret no 2010-619 du 7 juin 2010

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH Juillet 2012 Contexte Les prix et les bourses spéciales du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) forment

Plus en détail

Intervention de Monsieur Justin DANIEL, Vice-président du Conseil scientifique PRELEVEMENT SUR LES CREDITS DES LABORATOIRES

Intervention de Monsieur Justin DANIEL, Vice-président du Conseil scientifique PRELEVEMENT SUR LES CREDITS DES LABORATOIRES Intervention de Monsieur Justin DANIEL, Vice-président du Conseil scientifique Prélèvements sur les contrats de recherche Adopté au Conseil scientifique du 27 novembre 2009 Approuvé au Conseil d administration

Plus en détail

B. PROGRAMME ET BUDGET PROPOSE POUR L EXERCICE 2002-2003

B. PROGRAMME ET BUDGET PROPOSE POUR L EXERCICE 2002-2003 page 16 B. PROGRAMME ET BUDGET PROPOSE POUR L EXERCICE 2002-2003 Résumé 28. Le budget proposé pour 2002-2003 s élève à 678 400 000 francs suisses, soit une augmentation de 112 542 000 francs suisses, ou

Plus en détail

Ecoles doctorales. Histoire et situation actuelle. Ecoles doctorales 1

Ecoles doctorales. Histoire et situation actuelle. Ecoles doctorales 1 Ecoles doctorales Histoire et situation actuelle Ecoles doctorales 1 Historique de la formation doctorale en France 1997 : Ecoles doctorales généralisées, en charge des DEA, ~320 Ecoles Doctorales. 2002

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Informatique de l Université Paris 13 Paris-Nord Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Responsable grands comptes / comptes clés

Responsable grands comptes / comptes clés Responsable grands comptes / comptes clés DEFINITION DE FONCTION ET ETUDE DE REMUNERATIONS Le responsable grands comptes assure le suivi commercial des comptes clients ayant une importance stratégique

Plus en détail

Soutien pour la formation à la recherche translationnelle en cancérologie

Soutien pour la formation à la recherche translationnelle en cancérologie APPEL A CANDIDATURES 2011 Soutien pour la formation à la recherche translationnelle en cancérologie Action 1.2 Date limite de soumission en ligne du dossier : 06 décembre 2010 http://www.e-cancer.fr/aap/for2011

Plus en détail

Collège Doctoral Aix-Marseille Université. Principes de la formation doctorale CHARTE DE LA THESE DE DOCTORAT

Collège Doctoral Aix-Marseille Université. Principes de la formation doctorale CHARTE DE LA THESE DE DOCTORAT Collège Doctoral Aix-Marseille Université Principes de la formation doctorale CHARTE DE LA THESE DE DOCTORAT Approuvée par le Conseil Scientifique du 18 septembre 2012 Page 1 / 5 Collège Doctoral Aix-Marseille

Plus en détail

Démarche méthodologique pour la constitution des dossiers «LABEX»

Démarche méthodologique pour la constitution des dossiers «LABEX» Démarche méthodologique pour la constitution des dossiers «LABEX» Pour les porteurs de projets de l Université Joseph Fourier de Grenoble 24 Septembre 2010 Sommaire Quelques rappels sur LABEX Démarche

Plus en détail

Service de Coopération et d Action Culturelle

Service de Coopération et d Action Culturelle AMBASSADE DE FRANCE SERVICE DE COOPERATION ET D ACTION CULTURELLE - Bourses de thèse par alternance - Bourses de Master REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE

Plus en détail

Structure du patrimoine des ménages et assurance vie

Structure du patrimoine des ménages et assurance vie Structure du patrimoine des ménages et assurance vie Résumé L assurance-vie est une composante essentielle du patrimoine financier des ménages. Les encours d assurance-vie atteignaient 1 391 milliards

Plus en détail

Equipe porteuse du projet Nom du porteur de projet. Titre du projet. N de téléphone et adresse mail du porteur

Equipe porteuse du projet Nom du porteur de projet. Titre du projet. N de téléphone et adresse mail du porteur Appels à projets internes Demande de soutien financier 2013 Dossier de candidature à déposer au plus tard le 22 avril 2013 adresser à : valerie.fromentin@u-bordeaux3.fr pierre.guibert@u-bordeaux3.fr b.maureille@pacea.u-bordeaux1.fr

Plus en détail

(a) Pourcentage du solde des créances forfaitaires et des créances sur factures par rapport aux créances totales.

(a) Pourcentage du solde des créances forfaitaires et des créances sur factures par rapport aux créances totales. LA PLACE DE LA FRANCE PARMI LES CREANCIERS EUROPEENS EN MATIERE DE SOINS DE SANTE AU SEIN DE L UNION EUROPENNE ENTRE LE 31.12.1999 ET LE 31.12.2008 (REGLEMENTS CEE 1408/71 et 574/72) Les prestations versées

Plus en détail

Appel lancé et géré par la DUI Délégation aux Usages de l Internet - pour le Secrétariat d Etat. l économie numérique (SEDEN) dans le cadre du

Appel lancé et géré par la DUI Délégation aux Usages de l Internet - pour le Secrétariat d Etat. l économie numérique (SEDEN) dans le cadre du AAP ProximaMobile Description Appel lancé et géré par la DUI Délégation aux Usages de l Internet - pour le Secrétariat d Etat chargé de la Prospective et du Développement de l économie numérique (SEDEN)

Plus en détail

Les Masters Erasmus Mundus. Journées d information Erasmus + dimension internationale 16 et 17 novembre 2015

Les Masters Erasmus Mundus. Journées d information Erasmus + dimension internationale 16 et 17 novembre 2015 Les Masters Erasmus Mundus Journées d information Erasmus + dimension internationale 16 et 17 novembre 2015 Erasmus + enseignement supérieur Charte Erasmus Ens. Sup obligatoire AC1 - Organiser la mobilité

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Administration économique et sociale (AES) de l Université Montpellier 1 UM1 Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section

Plus en détail

LE HUB DE LA FINANCE GUIDE UTILISATEUR DE LA PLATEFORME FONDS PROPRES POUR LES EXPERTS COMPTABLES

LE HUB DE LA FINANCE GUIDE UTILISATEUR DE LA PLATEFORME FONDS PROPRES POUR LES EXPERTS COMPTABLES LE HUB DE LA FINANCE GUIDE UTILISATEUR DE LA PLATEFORME FONDS PROPRES POUR LES EXPERTS COMPTABLES 1 1) LA CREATION D UN POLE D ORIENTATION FINANCIERE EN RHONE-ALPES LA GENESE La création de ce pôle de

Plus en détail

RÉSUMÉ DE RECHERCHE. Fondé sur un rapport de recherche préparé pour l IB par : Ling Tan et Yan Bibby, Australian Council for Educational Research

RÉSUMÉ DE RECHERCHE. Fondé sur un rapport de recherche préparé pour l IB par : Ling Tan et Yan Bibby, Australian Council for Educational Research RÉSUMÉ DE RECHERCHE Comparaison des résultats d élèves issus ou non d établissements dispensant les programmes de l IB au programme ISA d évaluation des écoles internationales, et au questionnaire sur

Plus en détail

L histoire économique, sociale et des techniques

L histoire économique, sociale et des techniques Département d histoire 2, rue du facteur Cheval 91000 Evry, France L histoire économique, sociale et des techniques pour les entreprises Octobre 2007 Votre contact : Alain Pichon alain.pichon@univ-evry.fr

Plus en détail

Fonds de soutien au fonctionnement associatif, organisé et géré par Bénévolat-Vaud, centre de compétences pour la vie associative

Fonds de soutien au fonctionnement associatif, organisé et géré par Bénévolat-Vaud, centre de compétences pour la vie associative Fonds de soutien au fonctionnement associatif, organisé et géré par Bénévolat-Vaud, centre de compétences pour la vie associative Règlement (octobre 2012) Article 1 : Objet du Fonds de soutien au fonctionnement

Plus en détail

Guide d'établissement du budget

Guide d'établissement du budget Guide d'établissement du budget IRESEN 2015 SOMMAIRE Introduction... 2 Calcul du coût du projet... 2 Coût du Personnel... 3... 3... 3 Check-list... 3 Notes... 3 Coût des Équipements... 4... 4... 4 Check-list...

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL 2013-2014

CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL 2013-2014 CONVENTION COLLECTIVE DE TRAVAIL 2013-2014 Article 1 Chapitre I CADRE DES EMPLOYES ET ECHELLE DES SALAIRES Le cadre des employés de banque est divisé comme suit: 1 - Le cadre de la direction générale (le

Plus en détail

COMITÉ DE PERFECTIONNEMENT

COMITÉ DE PERFECTIONNEMENT COMITÉ DE PERFECTIONNEMENT PROFESSIONNELLES ET PROFESSIONNELS DE RECHERCHE DE L UNIVERSITÉ LAVAL Règles de fonctionnement Le fonds de perfectionnement a pour objectif de favoriser le perfectionnement des

Plus en détail

Informations. Nous rappelons que les informations communiquées par l intermédiaire de ce document sont susceptibles de changer.

Informations. Nous rappelons que les informations communiquées par l intermédiaire de ce document sont susceptibles de changer. Informations Ce document a été créé par l association de doctorant EDIFICE et ne peut être utilisé à des fins commerciales ou copié sans autorisations au préalable. Ce document a été réalisé dans le but

Plus en détail

PERFORMANCES FINANCIÈRES COMPARÉES DE PROJETS D INVESTISSEMENTS HOSPITALIERS

PERFORMANCES FINANCIÈRES COMPARÉES DE PROJETS D INVESTISSEMENTS HOSPITALIERS PROJETS PERFORMANCES FINANCIÈRES COMPARÉES DE PROJETS D INVESTISSEMENTS HOSPITALIERS 2 Exemple simplifié tiré d un cas concret : le remplacement de la cuisine centrale de l hôpital X Si les données de

Plus en détail

PROCEDURE D ADMISSION COMPLEMENTAIRE

PROCEDURE D ADMISSION COMPLEMENTAIRE PROCEDURE D ADMISSION COMPLEMENTAIRE 2012 LES QUATRE ETAPES La procédure complémentaire a pour but de mettre en relation les établissements qui ont encore des places vacantes et les candidats n ayant pas

Plus en détail

Analyse des besoins pour la réalisation d un «outils de capitalisation des savoirs en génie parasismique en France»

Analyse des besoins pour la réalisation d un «outils de capitalisation des savoirs en génie parasismique en France» Plan Séisme Chantier N 1- Action 1.4.2 Analyse des besoins pour la réalisation d un «outils de capitalisation des savoirs en génie parasismique en France» Rapport AFPS Contrat AFPS / MEDD N CV05000137

Plus en détail

FORMULAIRE UNITE DE RECHERCHE (2016-2018)

FORMULAIRE UNITE DE RECHERCHE (2016-2018) REPUBLIQUE TUNISIENNE Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique FORMULAIRE UNITE DE RECHERCHE (2016-2018) «Les unités de recherche (U.R) sont chargées des missions de formation,

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Gestion de la paie et du social de l Université Montpellier 1 UM1 Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014

Plus en détail

Licence Comptabilité - contrôle

Licence Comptabilité - contrôle Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Comptabilité - contrôle Université Toulouse 1 Capitole - UT1 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

ADOPTION : Comité de direction

ADOPTION : Comité de direction PROGRAMME PROGRAMME DE PERFECTIONNEMENT DU PERSONNEL PROFESSIONNEL DATE : 28 avril 2015 SECTION : Programme NUMÉRO : PG304 RESPONSABLE : Direction des ressources humaines ADOPTION : Comité de direction

Plus en détail

Règles pour le calcul de l expérience et de l échelon salarial

Règles pour le calcul de l expérience et de l échelon salarial Règles pour le calcul de l expérience et de l échelon salarial Lorsqu un prof dépose un document attestant son expérience, il faut d abord déterminer s il s agit d une expérience pertinente. Afin de calculer

Plus en détail

LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN DÉCEMBRE 1997

LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN DÉCEMBRE 1997 LA COMPOSITION DES PLANS D ÉPARGNE EN ACTIONS (PEA) À FIN DÉCEMBRE Selon les données communiquées par les établissements participant à l enquête-titres de la Banque de France, l encours des capitaux placés

Plus en détail

Analyse financière. + de 20 fiches de cours + de 160 QCM commentés + de 40 exercices corrigés. L essentiel. 2 e ÉDITION LES INDISPENSABLES VUIBERT

Analyse financière. + de 20 fiches de cours + de 160 QCM commentés + de 40 exercices corrigés. L essentiel. 2 e ÉDITION LES INDISPENSABLES VUIBERT LES INDISPENSABLES VUIBERT Analyse financière 2 e ÉDITION Emmanuelle Plot-Vicard Madeleine Deck-Michon L essentiel + de 20 fiches de cours + de 160 QCM commentés + de 40 exercices corrigés Sommaire Mode

Plus en détail

Université Pierre et Marie Curie. Réunion des DU. www.upmc.fr

Université Pierre et Marie Curie. Réunion des DU. www.upmc.fr Université Pierre et Marie Curie Réunion des DU www.upmc.fr 26 juin 2013 Accompagnement du DU Donner une lettre de mission à chaque DU Mettre en place une formation UPMC sur la fonction de DU, en articulation

Plus en détail

APPEL A PROJETS 2010 CENTRE PIERRE POTIER/ITAV

APPEL A PROJETS 2010 CENTRE PIERRE POTIER/ITAV APPEL A PROJETS 2010 CENTRE PIERRE POTIER/ITAV!""#!$%&' # (#( PREAMBULE Le Conseil Régional Midi-Pyrénées Depuis les assises régionales de la recherche, le Conseil Régional Midi-Pyrénées a financé pour

Plus en détail

L IDEX DE TOULOUSE EN BREF

L IDEX DE TOULOUSE EN BREF L IDEX DE TOULOUSE EN BREF Pourquoi des Initiatives D EXcellence (IDEX)? Depuis 18 mois, les universités, les grandes écoles et les organismes de recherche ont travaillé ensemble pour répondre à l appel

Plus en détail

Août 2013. Service Information sur la Performance des établissements de santé (IP) Pôle Analyse des Données et Indicateurs de la performance (ADI)

Août 2013. Service Information sur la Performance des établissements de santé (IP) Pôle Analyse des Données et Indicateurs de la performance (ADI) Août 2013 Service Information sur la Performance des établissements de santé (IP) Pôle Analyse des Données et Indicateurs de la performance (ADI) Effectifs et masse salariale prévisionnels de l activité

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Mathématiques appliquées et sciences sociales de l Université Paris 1 - Panthéon Sorbonne Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation

Plus en détail

L exposé oral et la note de référence ont été préparés conformément à la décision 2011/4 du Conseil d administration.

L exposé oral et la note de référence ont été préparés conformément à la décision 2011/4 du Conseil d administration. 19 décembre 2011 Fonds des Nations Unies pour l enfance Conseil d administration Première session ordinaire de 2012 7-10 février 2012 Point 10 de l ordre du jour provisoire * Compte rendu oral sur les

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Sécurité informatique de l Université d'artois Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section des Formations

Plus en détail

Principes et définitions. Titre I - Objet et principes de la comptabilité

Principes et définitions. Titre I - Objet et principes de la comptabilité Principes et définitions Titre I - Objet et principes de la comptabilité Chapitre I - Champ d'application 110-1. Les dispositions du présent règlement s appliquent à toute personne physique ou morale soumise

Plus en détail

Les investissements municipaux au titre de la culture de cinq grandes villes du Canada : Sommaire

Les investissements municipaux au titre de la culture de cinq grandes villes du Canada : Sommaire Les investissements municipaux au titre de la culture de cinq grandes villes du Canada : Sommaire Étude préparée pour les villes de Vancouver, Calgary, Toronto, Ottawa et Montréal Par Kelly Hill, Hill

Plus en détail

Conseil de gestion de la Fondation de l Université Jean- Monnet - 24 février 2015 Bilan moral et financier

Conseil de gestion de la Fondation de l Université Jean- Monnet - 24 février 2015 Bilan moral et financier Conseil de gestion de la Fondation de l Université Jean- Monnet - 24 février 2015 Bilan moral et financier En 2014, la Fondation de l Université Jean- Monnet (UJM) a poursuivi son objectif de rapprochement

Plus en détail

Notice Annexe financière utilisée dans le cadre des projets du FUI

Notice Annexe financière utilisée dans le cadre des projets du FUI Notice Annexe financière utilisée dans le cadre des projets du FUI Lors du dépôt de la demande d aide, chaque partenaire renseigne une annexe financière provisoire qui est, lors de la phase d instruction,

Plus en détail

La formation continue dans le secteur de la presse écrite en 2009, financée par l OPCA Médiafor

La formation continue dans le secteur de la presse écrite en 2009, financée par l OPCA Médiafor La formation continue dans le secteur de la presse écrite en 2009, financée par l OPCA Médiafor Etude statistique des données fournies par Médiafor L observatoire des métiers de la presse réalise une photographie

Plus en détail

Fiche 1 Les objectifs de la comptabilité d entreprise

Fiche 1 Les objectifs de la comptabilité d entreprise Fiche 1 Les objectifs de la comptabilité d entreprise La comptabilité dite générale ou privée est une technique quantitative conventionnelle de traitement de l information à caractère monétaire prenant

Plus en détail

PRESENTATION DU PASS PERMIS CITOYEN

PRESENTATION DU PASS PERMIS CITOYEN PRESENTATION DU PASS PERMIS CITOYEN Qu est-ce que le Pass permis citoyen? Une aide forfaitaire de 600 octroyée par le Département aux jeunes qui souhaitent obtenir leur permis B, en contrepartie d une

Plus en détail

Diplômés de Dauphine : 95% en poste et une rémunération en forte hausse

Diplômés de Dauphine : 95% en poste et une rémunération en forte hausse Communiqué de presse Enquête 2011 Apec / Université Paris-Dauphine sur l insertion professionnelle Diplômés de Dauphine : 95% en poste et une rémunération en forte hausse Paris, le 12 mai 2011 Pour la

Plus en détail

Activité du 115 de Paris et évolution de la population des usagers du 115 et des EMA.

Activité du 115 de Paris et évolution de la population des usagers du 115 et des EMA. Activité du 115 de Paris et évolution de la population des usagers du 115 et des EMA. Carole Lardoux 1 Introduction Les données saisies par les agents de téléphonie du 115 de Paris sont extraites chaque

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Moteurs thermiques et vibrations acoustiques de l Université d'artois Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014

Plus en détail

LE PORTAIL INTERNET / INTRANET DES ARS www.ars.sante.fr. Agence Régionale desanté

LE PORTAIL INTERNET / INTRANET DES ARS www.ars.sante.fr. Agence Régionale desanté LE PORTAIL INTERNET / INTRANET DES ARS www.ars.sante.fr Agence Régionale desanté Le portail ARS en trois points 1 Un site national et 26 sites régionaux Le portail regroupe un site Internet / national

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Commercialisation de produits et services financiers de l Université de Lorraine Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation

Plus en détail

Master Génie pétrolier

Master Génie pétrolier Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Génie pétrolier Université de Pau et des Pays de l Adour - UPPA Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

Pourcentages et évolutions

Pourcentages et évolutions Pourcentages et évolutions Christophe ROSSIGNOL Année scolaire 2008/2009 Table des matières 1 Part en pourcentage 2 1.1 Ensemble de référence.......................................... 2 1.2 Addition et

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Chargé d'affaires en contrôle électrique de l Université Paris-Est Créteil Val de Marne - UPEC Vague E 2015-2019

Plus en détail

Conseil de la bibliothèque publique de Trillium. Politique du service de référence

Conseil de la bibliothèque publique de Trillium. Politique du service de référence EXEMPLE 1 POLITIQUE DU SERVICE DE RÉFÉRENCE Conseil de la bibliothèque publique de Trillium Politique du service de référence Mars 1994 Cet exemple de politique a été inclus dans ce Guide pour vous aider

Plus en détail

Convention pour l attribution d une subvention à l Ecole Nationale Supérieure Maritime afin de financer un colloque en 2011

Convention pour l attribution d une subvention à l Ecole Nationale Supérieure Maritime afin de financer un colloque en 2011 Convention pour l attribution d une subvention à l Ecole Nationale Supérieure Maritime afin de financer un colloque en 2011 ENTRE La Communauté de l Agglomération havraise, dont le siège est situé 19,

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 L équilibre général du budget primitif 2014 s est établi à 3 822,6 M, dont 2 790,9 M au titre de la section de fonctionnement et 1 031,7

Plus en détail

Programmes Opérationnels Européens 2007-2013 CADRE D INTERVENTION FSE

Programmes Opérationnels Européens 2007-2013 CADRE D INTERVENTION FSE Programmes Opérationnels Européens Page 1 Mesure Axe 1 - Répondre aux nouveaux défis en développant une offre de formation innovante et ouverte sur l extérieur Service instructeur Conseil Général de la

Plus en détail

Note générale sur la facturation du CASD 1

Note générale sur la facturation du CASD 1 Note générale sur la facturation du CASD 1 Depuis 2010, année de mise en place du service, le CASD a adopté une démarche de montée en charge progressive pour roder l infrastructure et l organisation, afin

Plus en détail

Version Du Commentaire Rédigé par. 1.0 17/12/2010 Document ProGsoft D. Reynaud. 1.1 29/03/2011 Rajout éléments complémentaires D.

Version Du Commentaire Rédigé par. 1.0 17/12/2010 Document ProGsoft D. Reynaud. 1.1 29/03/2011 Rajout éléments complémentaires D. Fiche Expert Les étapes de l inventaire Du Commentaire Rédigé par 1.0 17/12/2010 Document ProGsoft D. Reynaud 1.1 29/03/2011 Rajout éléments complémentaires D. Reynaud 10/12/2014 Rajout d éléments complémentaires

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR. Applicable au 19 décembre 2013 (Décisions du Conseil d Administration du 19/12/2013) I ADHÉSION

RÈGLEMENT INTÉRIEUR. Applicable au 19 décembre 2013 (Décisions du Conseil d Administration du 19/12/2013) I ADHÉSION RÈGLEMENT INTÉRIEUR Applicable au 19 décembre 2013 (Décisions du Conseil d Administration du 19/12/2013) PRÉAMBULE Dans le cadre du présent règlement : - l association sera dénommée «SIMT», - le membre

Plus en détail

SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS DM, D3 ET D1

SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS DM, D3 ET D1 RÉPONSE DE GAZ MÉTRO À UNE DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS Origine : Demande de renseignements n o 1 en date du 14 juin 2010 Demandeur : Fédération canadienne de l entreprise indépendante SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS

Plus en détail

Les Écoles Doctorales en France

Les Écoles Doctorales en France Du dispositif national à sa mise en oeuvre L École Doctorale en Sciences de la Vie et de la Santé des Universités d Aix-Marseille (EDSVS) et Le Collège Doctoral Aix-Marseille Université André Nieoullon

Plus en détail

CONVENTION MASTERS METIERS DE L ENSEIGNEMENT CO-HABILITES

CONVENTION MASTERS METIERS DE L ENSEIGNEMENT CO-HABILITES CONVENTION MASTERS METIERS DE L ENSEIGNEMENT CO-HABILITES Entre L université,,, d une part,, d une part ( ),, d une part,, d une part ),, d une part,, d une part 1/5 L intégration des IUFM dans les universités

Plus en détail

APPEL A PROPOSITIONS BOURSES DOCTORALES REGIONALES 2015

APPEL A PROPOSITIONS BOURSES DOCTORALES REGIONALES 2015 Direction de l Enseignement Supérieur de la Recherche et du Transfert de Technologie APPEL A PROPOSITIONS BOURSES DOCTORALES REGIONALES 2015 1. CADRE GENERAL Comme les années précédentes, la Région attribuera

Plus en détail

Les salaires minima. La revalorisation des salaires minima

Les salaires minima. La revalorisation des salaires minima La progression des salaires des emplois autres qu artistiques prévue par la Convention collective nationale des entreprises artistiques et culturelles - CCNEAC - La progression des salaires, dans la convention

Plus en détail

Appel à Projet Innovation Sociale - Cahier des charges. APPEL A PROJETS INNOVATION SOCIALE. Octobre 2011 Stratégie Régionale Innovation

Appel à Projet Innovation Sociale - Cahier des charges. APPEL A PROJETS INNOVATION SOCIALE. Octobre 2011 Stratégie Régionale Innovation APPEL A PROJETS INNOVATION SOCIALE Octobre 2011 Stratégie Régionale Innovation E Collectivité Territoriale de Corse propose un modèle économique qui peut jouer un rôle de vecteur de omiques des dimensions

Plus en détail

APPEL D OFFRES ARTHRITIS 2015 NOTICE POUR LA CONSTITUTION DES DOSSIERS

APPEL D OFFRES ARTHRITIS 2015 NOTICE POUR LA CONSTITUTION DES DOSSIERS APPEL D OFFRES ARTHRITIS 2015 NOTICE POUR LA CONSTITUTION DES DOSSIERS Tous les dossiers de candidatures sont soumis via la page dédiée du site internet de ARTHRITIS Fondation COURTIN : https://application.fondation-arthritis.org/ao/

Plus en détail

Licence professionnelle Management du risque dans le BTP

Licence professionnelle Management du risque dans le BTP Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Management du risque dans le BTP Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES,

Plus en détail

Charte des PLATEAUX TECHNIQUES

Charte des PLATEAUX TECHNIQUES Charte des PLATEAUX TECHNIQUES L université Blaise Pascal affiche sa volonté de mutualisation de ses équipements scientifiques et sa volonté d ouverture vers son environnement institutionnel et économique.

Plus en détail

La planification de l offre médicale en Belgique: les kinésithérapeutes

La planification de l offre médicale en Belgique: les kinésithérapeutes La planification de l offre médicale en Belgique: les kinésithérapeutes ETAT DE LA SITUATION 2007 V1.1 Direction générale Soins de Santé primaires et Gestion de Crise Bruxelles, octobre 2008 1. Les Kinésithérapeutes

Plus en détail

Appel à projets 2013

Appel à projets 2013 IdEx Bordeaux Université de Bordeaux Campus d excellence Appel à projets 2013 Axe 2. Innover en matière de formation Objectif 2.1 Développer et promouvoir, sur la base de l excellence de la recherche scientifique

Plus en détail

PLAN D ACTION SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE 2013

PLAN D ACTION SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE 2013 PLAN D ACTION SUR L EGALITE PROESSIONNELLE 2013 PREAMBULE Depuis 2005, nous avons, dans l entreprise, un accord sur «le développement de la mixité dans le Groupe». Celuici définit, dans de nombreux domaines,

Plus en détail

Rapport de gestion. Exercice 2013/2014

Rapport de gestion. Exercice 2013/2014 Rapport de gestion Exercice 2013/2014 COMPTE DE RESULTAT 1- Données générales Le montant des produits d exploitation de l exercice est de 990 035 euros. Les produits sont en diminution de 11 % par rapport

Plus en détail

Administration des subventions aux institutions

Administration des subventions aux institutions Administration des subventions aux institutions Dépenses de projet admissibles Division de l administration des subventions Personnel Consultants Évaluation Biens d'équipement Déplacements à l'étranger

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Logistique et performance industrielles de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012

Plus en détail

OBLIGATIONS COMPTABLES DES ASSOCIATIONS

OBLIGATIONS COMPTABLES DES ASSOCIATIONS OBLIGATIONS COMPTABLES DES ASSOCIATIONS 1. LE CADRE JURIDIQUE. Le nouveau règlement (n 99-01 adopté le 16 février 1999 par le Comité de la réglementation comptable) relatif au plan comptable des associations,

Plus en détail

I. L intérêt d une comptabilité de gestion pour la PME. A. La comptabilité financière et la comptabilité de gestion

I. L intérêt d une comptabilité de gestion pour la PME. A. La comptabilité financière et la comptabilité de gestion Chap. 6 : Analyser les coûts des centres de responsabilité I. L intérêt d une comptabilité de gestion pour la PME A. La comptabilité financière et la comptabilité de gestion 1. La comptabilité financière

Plus en détail

GESTION D APRES REMISE DE L OFFRE

GESTION D APRES REMISE DE L OFFRE GESTION D APRES REMISE DE L OFFRE VERSION 6.08 EURO ID TECHNOLOGIES 1, rue de la Martinerie 78610 LE PERRAY EN YVELINES Tél : +33-(0)1.34.57.86.00 Fax : +33-(0)1.34.57.86.01 Table des matières A. MODIFIER

Plus en détail

L Université de Strasbourg en chiffres

L Université de Strasbourg en chiffres L Université de Strasbourg en chiffres 46 627 étudiants dont 6 178 nouveaux bacheliers 2 778 enseignants et enseignants-chercheurs 2 033 personnels des bibliothèques, ingénieurs, administratifs, techniciens,

Plus en détail

Guide pour la rédaction du compte-rendu des activités au titre du Service Civique

Guide pour la rédaction du compte-rendu des activités au titre du Service Civique Guide pour la rédaction du compte-rendu des activités au titre du Service Civique A l attention des organismes agréés au titre de l engagement de Service Civique ayant recruté des volontaires avant le

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE MONCTON

UNIVERSITÉ DE MONCTON UNIVERSITÉ DE MONCTON POLITIQUE DE PERFECTIONNEMENT ET DE FORMATION POUR LE PERSONNEL ADMINISTRATIF, PROFESSIONNEL, TECHNIQUE, D ENTRETIEN, DE MÉTIERS ET DE SOUTIEN ADMINISTRATIF Mai 2003 VRARH TABLE DES

Plus en détail

Les employeurs des salariés intermittents du spectacle Situation à fin septembre 2011

Les employeurs des salariés intermittents du spectacle Situation à fin septembre 2011 DIRECTION ETUDES, STATISTIQUES ET PRÉVISIONS Les employeurs des salariés intermittents du spectacle Situation à fin septembre 2011 Mars 2012 Avertissement : Pour cette première publication, le champ d

Plus en détail

Réunion d information du 16 avril 2015

Réunion d information du 16 avril 2015 Réunion d information du 16 avril 2015 «le statut des non titulaires de la fonction publique territoriale» La déclaration de vacance de poste sur le site www.emploi-territorial.fr BOUCLY Priscillia Assistante

Plus en détail