Complexe ostéo articulaire de l épaule

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Complexe ostéo articulaire de l épaule"

Transcription

1 Complexe ostéo articulaire de l épaule Epaule : Articulation (énarthrose) de l humérus avec la cavité glénoïde de la scapula Tête humérale Scapula Clavicule (articulaire avec l acromion)

2 Epaule de face Rotation neutre du bras «Oblique» antéro-postérieure

3 Epaule de face (R N B) Position du patient Assis sur un tabouret tournant OAG pour une épaule droite OAD pour une épaule gauche Tête tournée du côté opposé Bras pendant en rotation neutre (axe epicondyle-épitrochlée // au plan d appui) Apnée après expiration 45

4 Epaule de face (R N B) Rayon directeur - Centrage Inclinaison cranio- caudale de 15 Centré 2cm sous la fossette sous acromiale Tangentiellement au thorax dans le creux axillaire

5 Epaule de face (R N B) Critères de réussite Identification (Nom Prénom DN Date de l acte Heure de l acte) Latéralisation - Informations conditions de réalisation Paramètres d acquisition Tête humérale centrée sur le cliché Interligne gléno huméral dégagé Espace sous acromial dégagé Superposition des bords antérieur et postérieur de la cavité glénoïde Les bords interne de l humérus et externe de la scapula forment un cintre harmonieux, ouvert en bas Superposition de la clavicule et de l acromion

6 Epaule de face (R I B) Variantes Décubitus dorsal OAG pour une épaule droite OAD pour une épaule gauche Mettre une cale sous l épaule et une autre sous le fessier Incliaison caudale de 15 Tête tournée du côté opposé Bras en rotation neutre Apnée après expiration

7 Epaule de face (R I B) RD RD = Variantes Décubitus dorsal strict (traumatismes++) Inclinaison externe du RD de 35 Inclinaison caudale de 15 Bras en rotation neutre Apnée après expiration

8 Epaule de face (R N B) Résultats Interligne gléno huméral 2 Espace sous acromial 3 Clavicule 4 Superposition clavicule acromion 5 Trochiter 6 Coulisse bicipitale 7 Processus coracoïde 8 cintre 8

9 Epaule de face (R N B) Résultats 1 Col anatomique 2 Trochiter 3 Coulisse bicipitale 4 Humérus 5 Tête humérale 6 Scapula (glène) 7 Apophyse coracoïde 8 Acromion 9 Clavicule

10 Epaule de face (R I B) Variantes : Rotations Recherche de calcifications Cf i fondamentale Rotation interne du bras Main derrière le dos, paume contre le plan d appui Main en pronation forcée sur l abdomen

11 Epaule de face (R I B) 2

12 Epaule de face (R E B) Variantes : Rotations Recherche de calcifications Cf i fondamentale Légère abduction du bras Rotation externe du bras Paume de la main tournée vers le haut Axe épicondyle-épitrochlée perpendiculaire au plan d appui

13 Epaule de face (R E B)

14 Epaule de face (R E B) Rotations en pratique 2 Rotation neutre : paume de la main contre la cuisse Rotation interne : «forcée» Rotation 3 externe : «forcée» Les suppléments : 3 Pronation Supination 1 1

15 Rappel anatomique : La coiffe des rotateurs est constituée de cinq muscles se prolongeant par leurs tendons qui s'attachent tout autour de la tête de l'humérus, entourant ainsi cette tête humérale. Ce sont : le sus-épineux, le sous-épineux, le sous-scapulaire, le petit rond le tendon du long biceps.

16 Epaule de face (R I B) Variantes Manœuvre de Leclerc Suspicion rupture de coiffe Bras en abduction contrariée à 20

17 Epaule de face Variantes BRAS EN ELEVATION Faux profil Patient à plat Main posée sur la tête RD horizontal Centré sous l articulation acromio-claviculaire

18 Epaule de face Elévation du bras Résultats 1 Articulation acromio claviculaire 2 Clavicule 3 acromion 4 espace acromio huméral 5 coracoïde 6 diaphyse humérale 7 Tête humérale 8 articulation gléno humérale 9 col de la scapula 10 côte 11 écaille de la scapula

19 Epaule de profil Incidence Profil interne ou profil axillaire Etude des luxations antérieures de la tête humérale Particulièrement indiqué dans la recherche de lésions du tendon du sous scapulaire

20 Profil axillaire Position du malade Assis en bout de table Paroi thoracique contre le bord, Paroi thoracique contre le bord, inclinée du côté à RX Bras en abduction maximale Coude fléchi à 90, main en appui ulnaire Tête du côté opposé Apnée après expiration Cassette dans le creux axillaire

21 Profil axillaire Rayon directeur - Centrage Inclinaison distale (vers le coude) de 10, dans le plan longitudinal du bras Centré 5 cm en dedans du bord externe de l acromion

22 Profil axillaire Critères de réussite Identification (Nom Prénom DN Date du jour Heure de l acte) Latéralisation - Informations conditions de réalisation Paramètres d acquisition Noircissement : mas = résolution spatiale Pénétration : kv = densités radiologiques visibles (air eau graisse os) Trame osseuse nette Interligne scapulo-huméral dégagé Articulation acromio-claviculaire dégagée Pointe de l acromion sur la tête humérale Coracoïde dégagée à l avant

23 Profil axillaire Variantes Utilisation d une cassette courbe Profil de Lawrence Traumato DD, bras en abduction et appui cubital, Cassette sur face sup. de l épaule, RD dans le creux axillaire, tangent au gril costal, et perpendiculaire à la cassette.

24 Profil axillaire 12 1 Tête humérale 4 Diaphyse humérale 6 Glène 7 Coracoïde 8 Acromion 9 Clavicule 10 Epine de la scapula 11 Côte 12 Interligne scapulo huméral

25 Epaule de profil Incidence Profil de Bernageau ou profil glénoïdien Etude de la glène, du col Luxations récidivantes de l épaule

26 Profil de Bernageau Position du malade Le Côté à radiographier repose sur la table Oblique antérieur du côté à examiner de 40 Bras en élévation, creux axillaire contre le potter, avant-bras fléchi sur la tête Apnée après expiration

27 Profil de Bernageau Rayon directeur - Centrage Incliné de 20 vers les pieds Centré sur la fossette sous-acromiale

28 Profil de Bernageau Critères de réussite Identification (Nom Prénom DN Date du jour Heure de l acte) Latéralisation Conditions de réalisation Paramètres d acquisition Noircissement : mas = résolution spatiale Pénétration : kv = densités radiologiques visibles (air eau graisse os) Trame osseuse nette Le rebord glénoïdien antérieur se projette à l avant. Il doit être perceptible (d~5mm)

29 Profil de Bernageau Variantes Incidence de Neer: profil d omoplate OPG 60 (pour une épaule droite), bras en élévation maximale, main sur l épaule opposée, centré au milieu du bord spinal, RD 20 vers le bas

30 Profil de Bernageau Résultats 1 Rebord antéro supérieur de la glène 2 glène 3 Rebord antéro inférieur de la glène 4 coracoïde 5 clavicule 6 Tête humérale 7 Acromion 8 scapula

31 Profil de Bernageau Résultats Incidence de Neer Omoplate en forme de Y, écaille de profil, articulation gléno-humérale bien dégagée 1 Humérus 2 Clavicule 3 Articulation acromio clav 4 Acromion 5 Tête humérale 6 Coracoïde 7 articulation gléno humérale 8 glène 9 épine de la scapula 10 écaille de la scapula 11 Face externe scapula 12 Face interne scapula 13 pointe de la scapula

32 Epaule de profil Incidence Profil de Bloom et Obatta Profil gléno-huméral Intéressant chez les patients immobilisés

33 Profil de Bloom et Obatta Position du malade Assis, dos contre le bord de la table Coude au corps Hyper lordose contre la table horizontale Apnée après expiration

34 Profil de Bloom et Obatta Rayon directeur - Centrage Vertical Centré sur la pointe de l acromion

35 Profil de Bloom et Obatta Critères de réussite Identification Nom Prénom DN Date du jour Heure de l acte Latéralisation Conditions de réalisation Paramètres d acquisition Noircissement : mas = résolution spatiale Pénétration : kv = densités radiologiques visibles (air eau graisse os) Trame osseuse nette Épaule dégagée de toute superposition Glène et tête humérale vues presque de profil

36 Profil de Bloom et Obatta Variantes Incidence de Pallardy-Chevrot : Cassette posée sur l épaule, RD ascendant, oblique en avant

37 Profil de Bloom et Obatta Variantes Incidence de l hôpital de la pitié : Patient dos droit, Cassette sur une cale inclinée vers le patient, RD descendant et perpendiculaire à la cassette

38 Profil de Bloom et Obatta Résultats 1 Acromion 2 Tête humérale 3 Glène 4 Clavicule 5 scapula 6 coracoïde 7 côte

39 Epaule de profil Incidence Profil trans-thoracique Visualise les lésions hautes de l humérus Souvent le seul profil réalisable en cas de trauma

40 Profil trans thoracique Position du malade Assis sur un tabouret De profil, voire légère rotation en avant du tronc Épaule traumatisée contre la table et abaissée au maxi Bras opposé en élévation, main sur poignée ou sur la tête Laisser respirer

41 Profil trans thoracique Rayon directeur - Centrage Horizontal Centré sur la tête humérale Un travers de main sous le creux axillaire opposé

42 Profil trans thoracique Critères de réussite Identification (Nom Prénom DN Date du jour Heure de l acte) Latéralisation Conditions de réalisation Paramètres d acquisition Noircissement : mas = résolution spatiale Pénétration : kv = densités radiologiques visibles (air eau graisse os) Trame osseuse nette Sternum et rachis dorsal de profil Bonne visualisation de la tête humérale et du col chirurgical au travers du thorax

43 Profil trans thoracique Résultats 1 clavicule 2 articulation sterno claviculaire 3 sternum 4 tête humérale 5 articulation gléno humérale 6 glène 7 rachis dorsal 8 cintre scapulo huméral 9 col de l humérus 10 diaphyse humérale 11 côte

44 Epaule de profil Incidence Profil de Lamy Indiqué dans les traumatismes associés (humérus omoplate) Ruptures de la coiffe Recherche de calcifications

45 Profil de Lamy Position du malade Assis, OPD (pour une épaule gauche) de 50 du côté à examiner(cale) Bras pendant, légèrement en arrière Avant-bras fléchi Apnée après expiration

46 Profil de Lamy Rayon directeur - Centrage Horizontal Centré sur le milieu du bord interne de la scapula

47 Profil de Lamy Critères de réussite Identification (Nom Prénom DN Date du jour Heure de l acte) Latéralisation Conditions de réalisation Paramètres d acquisition Noircissement : mas = résolution spatiale Pénétration : kv = densités radiologiques visibles (air eau graisse os) Trame osseuse nette La scapula est de profil : forme un Y La glène est vue de face Le cintre acromio-claviculaire est dégagé Diaphyse humérale dégagée de la scapula

48 Profil de Lamy Résultats 1 acromion 2 articulation acromio claviculaire 3 clavicule 4 épine de la scapula 5 cintre acromio claviculaire 6tête de l humérus 7 apophyse coracoïde 8 bord postérieur de la glène 9 glène 10 bord antérieur de la glène 11 trochin 12 côte 13 col de l humérus 14 écaille 15 diaphyse

49 Epaule de profil Incidence Incidence de Garth Oblique apicale Proche du Bernageau pour les épaules immobilisées

50 Profil de Garth Position du malade Oblique postérieur de 45 du côté radiographié (cale) Tête tournée du côté opposé Bras en position antalgique Apnée après expiration

51 Profil de Garth Rayon directeur - Centrage Descendant de 45 Centré sur la fossette sous-acromiale

52 Profil de Garth Critères de réussite Identification (Nom Prénom DN Date du jour Heure de l acte) Latéralisation Conditions de réalisation Paramètres d acquisition Noircissement : mas = résolution spatiale Pénétration : kv = densités radiologiques visibles (air eau graisse os) Trame osseuse nette Dégagement de l angle inférieur de la glène Contour de la tête humérale bien visible Coracoïde sous la glène

53 Profil de Garth Variantes Inclinaison antérieure du torse pour limiter l inclinaison du tube Cales+++

54 Profil de Garth Résultats 1 tête humérale 2 angle inférieur de la glène 3 coracoïde 4 clavicule 5 scapula 6 côte

55 L épaule en résumé Epaule de face Rotation neutre Rotation interne Rotation externe Condition particulière de réalisation : Manœuvre de Leclerc Profil axillaire (profil interne) Profil de Lawrence (profil externe) Profil de Bernageau (profil glénoïdien) Incidence de Neer Profil de Bloom et Obatta (profil de glène) Incidence de Pallardy-Chevrot Incidence de la pitié Profil trans thoracique (lésion hautes de l humérus) Profil de Lamy (ruptures de coiffe) Profil de Garth (profil glénoïdien pour patients immobilisés)

Institut de Thérapie Manuelle de Paris!!!!

Institut de Thérapie Manuelle de Paris!!!! Institut de Thérapie Manuelle de Paris!!!! LES LEVÉES DE TENSION Principe Obtenir un relâchement musculaire en pratiquant une contraction musculaire de 6 secondes puis un étirement lors du relâchement

Plus en détail

- Gymnase de Mont Saint Aignan - Vendredi 13 janvier 2012

- Gymnase de Mont Saint Aignan - Vendredi 13 janvier 2012 - Les formations du CREF - - Préparation physique - PREVENTION DES MEMBRES SUPERIEURS (POIGNET, EPAULE) DANS LES ACTIVITES GYMNIQUES Vendredi 13 janvier 2012 - Gymnase de Mont Saint Aignan - La pratique

Plus en détail

LES ABDOMINAUX. Le grand droit. Le grand droit: partie haute et basse. Exercices proposés. schémas. Les différents muscles et leurs actions

LES ABDOMINAUX. Le grand droit. Le grand droit: partie haute et basse. Exercices proposés. schémas. Les différents muscles et leurs actions LES ABDOMINAUX schémas Le grand droit: partie haute et basse Le grand droit A. Crunch Origine du muscle : 5, 6, 7e côtes et apophyse xiphoïde jusqu à l épine pubis. Action: abaisseur des côtes, fléchisseurs

Plus en détail

Examen clinique de l épaule douloureuse chronique (306b) Docteur Hervé PICHON Mars 2003

Examen clinique de l épaule douloureuse chronique (306b) Docteur Hervé PICHON Mars 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Examen clinique de l épaule douloureuse chronique (306b) Docteur Hervé PICHON Mars 2003 Principe de base de l examen clinique Anatomie fonctionnelle

Plus en détail

Ostéoarticulaire 363

Ostéoarticulaire 363 Ostéoarticulaire 363 OS Fiche 1 Bilan avant prothèse pour omarthrose : radiographie Objectif Faire le diagnostic positif d omarthrose. Distinguer une omarthrose primitive d une omarthrose secondaire. Distinguer

Plus en détail

5) L humérus A) La coulisse bicipitale débute entre les 2 tubercules sur la face antérieure de l os B) Unique os du bras

5) L humérus A) La coulisse bicipitale débute entre les 2 tubercules sur la face antérieure de l os B) Unique os du bras ANNEE UNIVERSITAIRE 2010-2011 LICENCE 1 2 ème SESSION 2 ème SEMESTRE Juin 2011 UNITE 7 ANATOMIE DUREE : 30 mn COEFFICIENT : 3 Sujet proposé par V. ARSAC : 1) La scapula : A) Est un os plat et triangulaire

Plus en détail

Entraînement de compensation

Entraînement de compensation Entraînement de compensation Exercices pour le renforcement musculaire et la mobilité de la ceinture scapulaire Sport suisse en fauteuil roulant ÉDITION TABLE DES MATIÈRES 2e édition 2014 Introduction

Plus en détail

EPAULE DOULOUREUSE CHRONIQUE DU SPORTIF

EPAULE DOULOUREUSE CHRONIQUE DU SPORTIF EPAULE DOULOUREUSE CHRONIQUE DU SPORTIF Orthopédie Traumatologie Annaba Sacot décembre 2011 Oran Introduction Epaule douloureuse chronique du sportif Traumatisme : Activité : ( propulsion)_ (Centre de

Plus en détail

Fractures du coude chez l enfant: Pièges diagnostiques radiologiques

Fractures du coude chez l enfant: Pièges diagnostiques radiologiques Fractures du coude chez l enfant: Pièges diagnostiques radiologiques M-A Camezind-Vidal, B Caire-Gana, F Castaing, * N Orsoni*, M Pouquet, P de Brunanchon,I Jammet, E Pascaud, D Mouliès* *, A Maubon Services

Plus en détail

De l huile de massage et une serviette de bain.

De l huile de massage et une serviette de bain. 1 er Séminaire / 29 et 30 Octobre 2011 Introduction théorique du Yin Yang et les 12 méridiens. Le concept viscéral les massages libération LE SACRUM : Les muscles fessiers méridien de Vessie Sacrum postérieur

Plus en détail

Le Placement des Omoplates

Le Placement des Omoplates N 6 OMOPLATES_FFTA 04/11/10 10:23 Page1 Collection Enseigner le Tir à l Arc N 6 268/270 rue de Brément - 93 561 Rosny sous Bois Cedex Tél. : 01 48 12 12 20 - Fax : 01 48 94 23 48 e-mail : ffta@ffta.fr

Plus en détail

Muscles sollicités : Muscles de la cuisse (Quadriceps, Psoas iliaque )

Muscles sollicités : Muscles de la cuisse (Quadriceps, Psoas iliaque ) Muscles sollicités : Muscles de la cuisse (Quadriceps, Psoas iliaque ) Vaste interne Premier adducteur Grand adducteur Vaste externe Droit antérieur Assis, jambes pliées, les fesses en appui sur les talons,

Plus en détail

Docteur Pierre WAGNER médecin physique et du sport MEDECINE MANUELLE - OSTEOPATHIE REEDUCATION FONCTIONNELLE ECHOGRAPHIE DYNAMIQUE SOMMAIRE

Docteur Pierre WAGNER médecin physique et du sport MEDECINE MANUELLE - OSTEOPATHIE REEDUCATION FONCTIONNELLE ECHOGRAPHIE DYNAMIQUE SOMMAIRE Docteur Pierre WAGNER médecin physique et du sport MEDECINE MANUELLE - OSTEOPATHIE REEDUCATION FONCTIONNELLE ECHOGRAPHIE DYNAMIQUE L EPAULE ANATOMIE FONCTIONNELLE, PATHOLOGIE DE LA COIFFE DES ROTATEURS

Plus en détail

LA MUSCULATION AU LYCEE

LA MUSCULATION AU LYCEE LA MUSCULATION AU LYCEE 1 LA MUSCULATION permet de développer la force d un muscle grâce a des contractions musculaires répétées. Elle répond a 3 objectifs différents: être plus développé être plus performant

Plus en détail

Articulations du coude et de l avant-bras

Articulations du coude et de l avant-bras Articulations du coude et de l avant-bras 1 Articulation du coude 1.1 Définition Le coude est l articulation intermédiaire du membre supérieur. Elle comprend trois articulations distinctes entre l humérus,

Plus en détail

Fiches de musculation du kayakiste et céiste

Fiches de musculation du kayakiste et céiste Fiches de musculation du kayakiste et céiste 3. Les deltoïdes Deltoïdes Roudneff Le deltoïde est un muscle mobilisateur de l épaule, il se compose de trois faisceaux mobilisant le bras en flexion, extension,

Plus en détail

Le cliché thoracique

Le cliché thoracique Le cliché thoracique Date de création du document 2008-2009 Table des matières * Introduction... 1 1 Nomenclature radiologique... 1 2 Le cliché thoracique de face... 2 2. 1 Qualité du cliché... 1 2. 2

Plus en détail

WIECZOREK Valérie Le 18 juin 2011 - Oignies AMPR Nord-Picardie

WIECZOREK Valérie Le 18 juin 2011 - Oignies AMPR Nord-Picardie L EPAULE DU DU SPORTIF WIECZOREK Valérie Le 18 juin 2011 - Oignies AMPR Nord-Picardie GENERALITES 0 Epaule = mobilité + stabilité 0 3 articulations : Gléno-humérale, acromio et sternoclaviculaire 0 2 plans

Plus en détail

DES Radiologie Module rayons X mardi 12 janvier 2010

DES Radiologie Module rayons X mardi 12 janvier 2010 DES Radiologie Module rayons X mardi 12 janvier 2010 La Radiologie standard Formation et qualité de l image Résolution en densité : le contraste Résolution spatiale : le plus petit élément visible Quelle

Plus en détail

Biomécanique du conflit ****

Biomécanique du conflit **** : Coiffe des rotateurs Stabilité & sport Ceinture scapulaire Dr JL JULLY L Biomécanique du conflit **** Différents tableaux: Selon la topographie de l atteinte L3 STAPS C7b 2015 Avril 1 3 articulations

Plus en détail

Pompes équilibre (Pectoraux, épaules, bras et abdominaux)

Pompes équilibre (Pectoraux, épaules, bras et abdominaux) Pompes équilibre (Pectoraux, épaules, bras et abdominaux) Saisissez le ballon fermement pour éviter qu il ne vous échappe, votre corps est gainé, les mains placées de part et d autre du ballon à largeur

Plus en détail

LE TRICEPS BRACHIAL (face postérieure du bras)

LE TRICEPS BRACHIAL (face postérieure du bras) LE TRICEPS BRACHIAL (face postérieure du bras) Origine : la longue portion : tubercule sous-glénoïdien de l omoplate. Le vaste externe : partie supérieure de la face postérieure de l humérus. Le vaste

Plus en détail

Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron?

Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron? ÉTIREMENTS Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron? Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives, quels que soient l âge et le niveau

Plus en détail

LES TROUBLES MUSCULO- SQUELETTIQUES

LES TROUBLES MUSCULO- SQUELETTIQUES LES TROUBLES MUSCULO- SQUELETTIQUES DE L EPAULE CHEZ DES TECHNICIENNES DE LABORATOIRE L. MERIGOT, F. MARTIN, Avec la participation des Drs G. DALIVOUST, G. GAZAZIAN 26 Janvier 2010 1 SOMMAIRE 1. Introduction

Plus en détail

RTC 3D ORGANE Radiothérapie conformationnelle du cancer du sein. pn+

RTC 3D ORGANE Radiothérapie conformationnelle du cancer du sein. pn+ RTC 3D ORGANE Radiothérapie conformationnelle du cancer du sein Après mastectomie Après mastectomie pn+ Patiente de 64 ans Antécédents personnels: - Ménarche à 15 ans HISTOIRE DE LA MALADIE - 2 enfants

Plus en détail

Ergonomie Poste de Travail de Bureau

Ergonomie Poste de Travail de Bureau La prévention santé pour chacun Ergonomie Poste de Travail de Bureau Céline Jouve Ostéopathe Pierre-Jean Gallo CSL42 A l époque, on ne perdait pas de temps avec l ergonomie. POSITION 1. Réglage de la chaise

Plus en détail

Exercices de mise en forme avec ballon

Exercices de mise en forme avec ballon Exercices de mise en forme avec ballon 1 Contenu de la présentation 1. 1. Avantages de de l entraînement nement avec ballon 2. 2. Qu est-ce que le le «core training»? 3. Choix du ballon et précautions

Plus en détail

Athénée Royal d Evere

Athénée Royal d Evere Athénée Royal d Evere Prévention des hernies discales en milieu scolaire et dans la vie de tous les jours Présenté par Didier Vanlancker LEVAGE DE CHARGES POSITION INITIALE Levage de charges Jambes légèrement

Plus en détail

Fiche AP5 - Les étirements :

Fiche AP5 - Les étirements : Fiche AP5 - Les étirements : pourquoi faut-il s étirer quand on fait du sport? Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives (qu il s agisse de sport au quotidien

Plus en détail

La technique en 7 étapes. Déroulement du mouvement. ASTA Association Suisse de Tir à l Arc. Conseil des entraîneurs

La technique en 7 étapes. Déroulement du mouvement. ASTA Association Suisse de Tir à l Arc. Conseil des entraîneurs Déroulement du mouvement 1. Position Position des pieds Jambes Hanches Buste Tête 2. Bras d arc Main d arc Point de pression Coude Bras de l arc Epaule 3. Bras de corde Prise de corde Position des doigts

Plus en détail

DEMI SQUAT & SQUAT, EPAULE JETE, DEVELOPPE COUCHE

DEMI SQUAT & SQUAT, EPAULE JETE, DEVELOPPE COUCHE DEMI SQUAT & SQUAT, EPAULE JETE, DEVELOPPE COUCHE Pascal Canciani, Philippe Couture, Pierre Grenet Novembre 2006 DEMI SQUAT ET SQUAT 1. Demi squat et squat complet bras tendus 1. Position de départ 2.

Plus en détail

Échographie normale et pathologique du grand pectoral

Échographie normale et pathologique du grand pectoral Échographie normale et pathologique du grand pectoral JL Brasseur, N Gault, B Mendes, D Zeitoun-Eiss, J Renoux, P Grenier G H Pitié-Salpêtrière Introduction La pathologie du grand pectoral est relativement

Plus en détail

Les étirements. Objectifs. Conseils

Les étirements. Objectifs. Conseils Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives (qu il s agisse de sport au quotidien ou de sport de haut niveau), quels que soient l âge et le niveau du pratiquant.

Plus en détail

Atelier d infiltration. Guylaine Arsenault, M.D., F.R.C.P.C, Service de rhumatologie Université de Sherbrooke

Atelier d infiltration. Guylaine Arsenault, M.D., F.R.C.P.C, Service de rhumatologie Université de Sherbrooke Atelier d infiltration Guylaine Arsenault, M.D., F.R.C.P.C, Service de rhumatologie Université de Sherbrooke Plan Généralités sur la ponction articulaire Contre-indications Complications Matériel Corticoïdes

Plus en détail

Etirement des adducteurs

Etirement des adducteurs Etirement des adducteurs En cyclisme, les muscles adducteurs de la hanche sont principalement sollicités en montée, lorsque l on se met en danseuse. Consigne d étirement : debout, jambes écartées d environ

Plus en détail

Exercices pour lombalgiques

Exercices pour lombalgiques Exercices pour lombalgiques Ces exercices simples sont à effectuer au moins 3 fois par semaine ou mieux quotidiennement, au moment où vous le désirez. Ils doivent être exécutés sur une surface dure (par

Plus en détail

I : Introduction II : Échauffement III : Exercices avec élastiques IV : Étirements / relaxation

I : Introduction II : Échauffement III : Exercices avec élastiques IV : Étirements / relaxation PLAN : I : Introduction II : Échauffement III : Exercices avec élastiques IV : Étirements / relaxation I/ INTRODUCTION : Les 2 applications principales du travail avec élastique sont la re-musculation

Plus en détail

DIAPASON, Collège d'études ostéopatiques de Montréal, 1er avril 2011.

DIAPASON, Collège d'études ostéopatiques de Montréal, 1er avril 2011. LES TENDINOPATHIES ET LÉSIONS DE LABRUM DE L ÉPAULE GLOBALITÉ VS SPÉCIFICITÉ Journée diapason, 1 er avril 2011 Charlen Berry B.Sc., CAT(C), DO Thérapeute du sport, ostéopathe 1 2 BOURSES VASCULARISATION

Plus en détail

Les principales pathologies du cycliste

Les principales pathologies du cycliste Les principales pathologies du cycliste Très peu de personnes qui pratiquent le cyclisme ont de véritables pathologies liées à un problème physique Les douleurs ressenties par le cycliste sont souvent

Plus en détail

DOCUMENT ALEX PATIRAS OSTEOPATHE CSSM BASKET ALTKIRCH. Etirement spécifique à la pratique du basket

DOCUMENT ALEX PATIRAS OSTEOPATHE CSSM BASKET ALTKIRCH. Etirement spécifique à la pratique du basket DOCUMENT ALEX PATIRAS OSTEOPATHE CSSM BASKET ALTKIRCH Etirement spécifique à la pratique du basket 1 : Tension du cou.2 Durée : 14 minutes Penchez la tête d un côté. Gardez les épaules relâchées. Laissez

Plus en détail

Imagerie de l épaule douloureuse démêler la coiffe avant tout!

Imagerie de l épaule douloureuse démêler la coiffe avant tout! La radiologie Imagerie de l épaule douloureuse 4 démêler la coiffe avant tout! Thomas Moser et Mélanie Deslandes Quand faut-il soupçonner un conflit sous-acromial, une tendinobursopathie calcifiante, une

Plus en détail

TRAUMATOLOGIE DU TRONC EN PRATIQUE SPORTIVE

TRAUMATOLOGIE DU TRONC EN PRATIQUE SPORTIVE TRAUMATOLOGIE DU TRONC EN PRATIQUE SPORTIVE Les traumatismes ouverts (plaies) thoraco-abdominaux sont exceptionnels : leur gravité potentielle impose l hospitalisation pour bilan. D.U et Capacité de Biologie

Plus en détail

PARAMÈTRES INFLUANT L IMAGE EN RADIOLOGIE

PARAMÈTRES INFLUANT L IMAGE EN RADIOLOGIE DES module national Lundi 3 Février 2014 PARAMÈTRES INFLUANT L IMAGE EN RADIOLOGIE Antoine Feydy, Jean-Luc Drapé Université Paris Descartes CHU Cochin - APHP Service de Radiologie B Effet Compton Effet

Plus en détail

C est un ensemble qui comprend les os unis entre eux par des articulations et mis en mouvement par des muscles.

C est un ensemble qui comprend les os unis entre eux par des articulations et mis en mouvement par des muscles. C est un ensemble qui comprend les os unis entre eux par des articulations et mis en mouvement par des muscles. Généralités : Les os s articulent entre eux pour fixer le squelette sur lequel s insèrent

Plus en détail

Faire des étirements pour améliorer la flexibilité

Faire des étirements pour améliorer la flexibilité MINTO PREVENTION & REHABILITATION CENTRE CENTRE DE PREVENTION ET DE READAPTATION MINTO Faire des étirements pour améliorer la flexibilité Aperçu de la trousse Les exercices d étirement font partie intégrante

Plus en détail

L OS. - de tissu spongieux (déformable, composé de collagène), - de tissu compact (rigidité, composé de minéraux).

L OS. - de tissu spongieux (déformable, composé de collagène), - de tissu compact (rigidité, composé de minéraux). L OS L os est composé : - d épiphyse (extrémité), - d une diaphyse (corps), - de tissu spongieux (déformable, composé de collagène), - de tissu compact (rigidité, composé de minéraux). L os se défait :

Plus en détail

Plan de traitement en massothérapie clinique Par: Roberto poirier PATHOLOGIES CERVICALES

Plan de traitement en massothérapie clinique Par: Roberto poirier PATHOLOGIES CERVICALES Plan de traitement en massothérapie clinique Par: Roberto poirier PATHOLOGIES CERVICALES PRINCIPE DE BASE POUR LE COU On travaille sur environ 6 pouces qui retient la boîte crânienne et son contenu De

Plus en détail

Programme de renforcement, d étirement et de proprioception pour la prévention des blessures

Programme de renforcement, d étirement et de proprioception pour la prévention des blessures Programme de renforcement, d étirement et de proprioception pour la prévention des blessures Compte tenu des conclusions de l étude par rapport à la flexibilité et la force des joueurs (voir dernière page),

Plus en détail

Chapitre II. L épaule. Diagnostic différentiel 35. Anatomie pratique 37. Histoire et examen 39. Examens radiologiques 43

Chapitre II. L épaule. Diagnostic différentiel 35. Anatomie pratique 37. Histoire et examen 39. Examens radiologiques 43 Chapitre II L épaule Diagnostic différentiel 35 Anatomie pratique 37 Histoire et examen 39 Examens radiologiques 43 Blessures de la coiffe des rotateurs 44 Problèmes de l articulation glénohumérale 48

Plus en détail

LE STRETCHING 1. Maryse BECKERS LEDENT

LE STRETCHING 1. Maryse BECKERS LEDENT LE STRETCHING 1 Maryse BECKERS LEDENT Maryse LEDENT est licenciée en éducation physique (ULg, prom. 1991). Elle occupe actuellement les fonctions d assistante dans le service de pédagogie des activités

Plus en détail

Les postures, l appareillage Point de vue du médecin MPR. Dr. P. LUBLIN MOREL CMPR de COUBERT 2011

Les postures, l appareillage Point de vue du médecin MPR. Dr. P. LUBLIN MOREL CMPR de COUBERT 2011 Les postures, l appareillage Point de vue du médecin MPR Dr. P. LUBLIN MOREL CMPR de COUBERT 2011 Introduction Le rôle du médecin MPR : poser les indications Réflexion pluridisciplinaire Définir les objectifs

Plus en détail

Table des matières. Introduction. L ergonomie au bureau

Table des matières. Introduction. L ergonomie au bureau 5e édition Résumé L ergonomie s intéresse à l adaptation du travail au travailleur. Par «travail», on entend ici le milieu de travail, le poste de travail et les tâches à accomplir. Les conditions ergonomiques

Plus en détail

PROGRAMME FORMATION EPREUVE PROPULSION «BALLET»

PROGRAMME FORMATION EPREUVE PROPULSION «BALLET» PROGRAMME FORMATION EPREUVE PROPULSION «BALLET» Logique : développer et perfectionner les qualités de propulsions selon les exigences d un ballet. Parcours de 50m. Support musical et chorégraphique de

Plus en détail

AU DELA DU TEST 3 vers les nages codifiées, le sauvetage, la natation synchronisée

AU DELA DU TEST 3 vers les nages codifiées, le sauvetage, la natation synchronisée AU DELA DU TEST 3 vers les nages codifiées, le sauvetage, la natation synchronisée Pour aborder ce travail, les élèves doivent avoir acquis au minimum le test N 3 départemental Possibilité de travailler

Plus en détail

Pauses réparatrices. Votre santé avant tout

Pauses réparatrices. Votre santé avant tout Pauses réparatrices Votre santé avant tout Accordez davantage de place à l activité physique et à la détente dans votre journée de travail, vous augmenterez ainsi votre bienêtre et votre performance. Vous

Plus en détail

Mobilité analytique des doigts

Mobilité analytique des doigts Au niveau de l IPP la flexion est d environ 100 Au niveau de l IPD la flexion est un peu inférieure à l angle droit, environ 85 pour Desgeorges et Oberlin 85 Glissement distal Ce sont les structures situées

Plus en détail

les chaînes musculaires Selon L.Busquet

les chaînes musculaires Selon L.Busquet les chaînes musculaires Selon L.Busquet Les chaînes musculaires L BUSQUET Circuit en continuité de direction et de plan à travers lesquels se propagent les forces organisatrices du corps 28/12/04 J.Casali

Plus en détail

TRAVAIL SUR L ATTITUDE MORPHO- STATIQUE CHEZ UN ADOLESCENT DE 14 ANS

TRAVAIL SUR L ATTITUDE MORPHO- STATIQUE CHEZ UN ADOLESCENT DE 14 ANS MEMOIRE DE FIN DE FORMATION A LA METHODE MEZIERES TRAVAIL SUR L ATTITUDE MORPHO- STATIQUE CHEZ UN ADOLESCENT DE 14 ANS AMIK PROMOTION 2010-2012. SOPHIE DAUDIN 1 2 SOMMAIRE : I. INTRODUCTION p.4 II. PRESENTATION

Plus en détail

1. Anatomie de l articulation de l épaule... 3

1. Anatomie de l articulation de l épaule... 3 Guido A. Zäch Strasse 1 CH-6207 Nottwil T +41 41 939 54 54 F +41 41 939 54 40 spz@paraplegie.ch www.paraplegie.ch Ein Unternehmen der Schweizer Paraplegiker-Stiftung Table des matières 1. Anatomie de l

Plus en détail

ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR

ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR ANESTHESIE ET ANALGESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR Dr A. PULCINI CHU NICE ANESTHESIE LOCO REGIONALE DU MEMBRE SUPERIEUR 1 - RAPPELS 2 - PRINCIPES GENERAUX 3 - BLOCS DU MEMBRE SUPERIEUR 4 - BLOCS

Plus en détail

POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER?

POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER? POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER? Il faut s'échauffer pour: être en sécurité dès le début : une activité physique progressivement plus intense est indispensable pour ne pas mettre son coeur, ses artères, ses

Plus en détail

Comment mieux se tenir sans peine. ( ou presque sans peine )

Comment mieux se tenir sans peine. ( ou presque sans peine ) Comment mieux se tenir sans peine ( ou presque sans peine ) Notre structure rigide est le squelette, composé de nombreux segments mobiles les uns par rapport aux autres. Et maintenu dans l espace par le

Plus en détail

En salle. Fiches pratiques Activité physique régulière Sommaire

En salle. Fiches pratiques Activité physique régulière Sommaire Fiches pratiques Activité physique régulière Sommaire Étirement Fessiers 1/2 p.02 Fessiers 2/2 p.03 Ischio-jambiers 1/3 p.04 Ischio-jambiers 2/3 p.05 Ischio-jambiers 3/3 p.06 Quadriceps 1/2 p.07 Quadriceps

Plus en détail

Journal de Traumatologie du Sport 24 (2007) 128 134. Mémoire

Journal de Traumatologie du Sport 24 (2007) 128 134. Mémoire Journal de Traumatologie du Sport 24 (2007) 128 134 Mémoire Notre approche pour la prise en charge des disjonctions acromioclaviculaires chez le rugbyman professionnel Acromio clavicular separation in

Plus en détail

Préparation à la pratique

Préparation à la pratique Debout, Préparation à la pratique Frotter le visage Pour faire circuler l énergie Taper sur tout le corps (2 fs) pour réchauffer le corps pour réveiller le Yang, même l après midi après la sieste pour

Plus en détail

Manuel des Entraîneurs FITA. Avant-propos

Manuel des Entraîneurs FITA. Avant-propos Manuel des Entraîneurs FITA Avant-propos Avant-propos C hers entraîneurs,, En tant que Président de la FITA je suis pleinement satisfait de ce second niveau du Manuel des Entraîneurs. Pour qu un sport

Plus en détail

Travail sécuritaire NB. Lignes directrices en matière de durée d invalidité du Nouveau-Brunswick

Travail sécuritaire NB. Lignes directrices en matière de durée d invalidité du Nouveau-Brunswick Travail sécuritaire NB Lignes directrices en matière de durée d invalidité du Nouveau-Brunswick Édition : juillet 2009 Table des matières Introduction et utilisation...page 7 Renonciation...Page 8 Remerciements...Page

Plus en détail

Conflits d intérêt Rien à déclarer!

Conflits d intérêt Rien à déclarer! Conflits d intérêt Rien à déclarer! Lily Han, MD 28 novembre 2012 Plan de match - Tendinopathies Tendinopathie de l épaule Anatomie Clinique DDx Examen physique Imagerie Traitement Techniques d infiltration

Plus en détail

www.innoprev.com Gestes et Postures www.innoprev.com À chaque instant je pourrais mieux me servir de mon corps...

www.innoprev.com Gestes et Postures www.innoprev.com À chaque instant je pourrais mieux me servir de mon corps... Gestes et Postures À chaque instant je pourrais mieux me servir de mon corps... INTRODUCTION La compétence que vous avez développé pendant ce stage et qui s affinera avec le temps s inscrit dans le cadre

Plus en détail

Scoliose [ syndrome de déviation vertébrale ]

Scoliose [ syndrome de déviation vertébrale ] DÉFINITION : La scoliose est caractérisée par une déviation latérale ou transversale du rachis. On en distingue cinq types : congénitale, neuropathologique, antalgique ou cicatricielle, malpositionnement

Plus en détail

Muscles de l'avant-bras et de la main

Muscles de l'avant-bras et de la main Muscles de l'avant-bras et de la main CHAPITRE PLAN DU CHAPITRE Vue d'ensemble des actions : muscles de l'articulation du coude et des articulations radio-ulnaires, 182 Vue d'ensemble des actions : muscles

Plus en détail

EXEMPLE D UNE SEANCE D ETIREMENTS avec progression en difficulté (de position basse à position haute)

EXEMPLE D UNE SEANCE D ETIREMENTS avec progression en difficulté (de position basse à position haute) EXEMPLE D UNE SEANCE D ETIREMENTS avec progression en difficulté (de position basse à position haute) L ensemble de cette séance d étirements doit se faire après une journée d entraînement dans un esprit

Plus en détail

Ce présent guide a pour objet : d identifier les situations de travail pouvant entrainer des problématiques de gestes et postures,

Ce présent guide a pour objet : d identifier les situations de travail pouvant entrainer des problématiques de gestes et postures, Copyright Leem 2011 L'emploi des seniors en France est un véritable défi que l ensemble des acteurs concernés doit relever. Pour se faire, les partenaires sociaux des entreprises du médicament ont signé,

Plus en détail

Pecs blocks. DAR CHU Antoine Béclère. PARROT Adrien 03/07/2014 Staff junior

Pecs blocks. DAR CHU Antoine Béclère. PARROT Adrien 03/07/2014 Staff junior Pecs blocks PARROT Adrien 03/07/2014 Staff junior Indications Prothèse mammaire Anesthesia, 2011 The pecs block : a novel technique for providing analgesia after breast surgery: R. Blanco PAC, pacemaker

Plus en détail

- Au contact gauche, le lanceur bascule sa ligne d épaules en abaissant et fixant son coude gauche à la hanche (1), il entame le face avant.

- Au contact gauche, le lanceur bascule sa ligne d épaules en abaissant et fixant son coude gauche à la hanche (1), il entame le face avant. Former un jeune lanceur de javelot : cultiver le paradoxe! Le lancer de javelot est tout à fait remarquable tant visuellement que par les données biomécaniques et balistiques. Rythme, explosivité et souplesse

Plus en détail

Les blessures communes au baseball. Par Dr Loudevick Lapalme, chiropraticien

Les blessures communes au baseball. Par Dr Loudevick Lapalme, chiropraticien Les blessures communes au baseball Par Dr Loudevick Lapalme, chiropraticien Objectifs Présentation de 3 types de blessures fréquemment rencontrées au baseball Épaule Coude Dos Savoir reconnaître les signes

Plus en détail

Analyse biomécanique du mouvement

Analyse biomécanique du mouvement Analyse biomécanique du mouvement Introduction Les 4 mouvements qui seront étudiés dans cette section 1. Squat 2. Développé couché 3. Rameur tronc penché 4. Planche abdominale Squat arrière Squat Technique

Plus en détail

Lesétirements : Quand, Comment, Pourquoi?

Lesétirements : Quand, Comment, Pourquoi? Lesétirements : Quand, Comment, Pourquoi? Généralités : Pour exécuter un geste efficace, au «Imaginons un bateau à voile handball ou ailleurs, il faut d abord être qui prépare sa course : le bien placé,

Plus en détail

IMMOBILISATION DU MEMBRE SUPERIEUR

IMMOBILISATION DU MEMBRE SUPERIEUR Notice B2-1 09/07 IMMOBILISATION DU MEMBRE SUPERIEUR GILET ORTHOPEDIQUE INDICATIONS Le Gilet Orthopédique est spécialement adapté aux lésions de l épaule et de la ceinture scapulaire: luxation, fracture

Plus en détail

ANATOMIE DE L AVANT-BRAS

ANATOMIE DE L AVANT-BRAS ANATOMIE DE L AVANT-BRAS Marc Revol, Jean-Marie Servant Compris entre le coude et le poignet, l'avant-bras (forearm) possède 2 os reliés entre eux par une membrane interosseuse. Il présente donc 2 loges

Plus en détail

Extraits et adaptations

Extraits et adaptations Extraits et adaptations Guide de prévention des troubles musculo-squelettiques (TMS) en clinique dentaire - 2007 MOYENS DE RÉCUPÉRATION MUSCULAIRE Il est difficile de donner des soins dentaires en évitant

Plus en détail

MOUVEMENTS DE BASE (global) EN MUSCULATION. bphiver2013 Hamrouni Samy 1

MOUVEMENTS DE BASE (global) EN MUSCULATION. bphiver2013 Hamrouni Samy 1 MOUVEMENTS DE BASE (global) EN. bphiver2013 Hamrouni Samy 1 Squat Développé Couché Traction Traction bphiver2013 Hamrouni Samy 2 Un travail de ces mouvements sur appareils guidés est plus sécurisant mais

Plus en détail

REEDUCATION DE L EPAULE

REEDUCATION DE L EPAULE REEDUCATION DE L EPAULE L épaule est une articulation très particulière à plus d un titre Sa structure osseuse en fait une articulation instable : une tête humérale de gros volume s articule avec une petite

Plus en détail

Programme Performance Spécifique. Kayak

Programme Performance Spécifique. Kayak Programme Performance Spécifique Kayak Introduction. La chiropratique augmente notre potentiel et améliore nos performances sportives en s assurant du fonctionnement optimal de la colonne vertébrale et

Plus en détail

Les pathologies de la coiffe des rotateurs

Les pathologies de la coiffe des rotateurs Les tendinopathies de l épaule : un éventail de pathologies Frédéric Balg, MD, FRCSC Mise à Présenté dans le cadre de la conférence : L appareil locomoteur, Université de Sherbrooke, septembre 2006. j

Plus en détail

LESIONS PERI- ARTICULAIRES ET LIGAMENTAIRES DU GENOU, DE LA CHEVILLE ET DE L'EPAULE

LESIONS PERI- ARTICULAIRES ET LIGAMENTAIRES DU GENOU, DE LA CHEVILLE ET DE L'EPAULE LESIONS PERI- ARTICULAIRES ET LIGAMENTAIRES DU GENOU, DE LA CHEVILLE ET DE L'EPAULE Question Dr Romain ROUSSEAU Service de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique Hôpital de la Pitié Salpétrière APHP

Plus en détail

Vélo ergomètre. acti vdis pens.ch EN GÉNÉRAL. Variables de charge Rythme lent à modéré. Activité d endurance. 10 à 20 minutes

Vélo ergomètre. acti vdis pens.ch EN GÉNÉRAL. Variables de charge Rythme lent à modéré. Activité d endurance. 10 à 20 minutes 3 Vélo ergomètre Variables de charge Intensité Rythme lent à modéré Activité d endurance Durée 10 à 20 minutes Pas de pause Possible 3 à 4 fois par semaine EN GÉNÉRAL 3 10 à 20 minutes de vélo à vitesse

Plus en détail

LE POIGNET. Le Titan Tape, ainsi collé n'empêchera pas la mobilité complète de votre coude. Certaines personnes pourront ressentir une

LE POIGNET. Le Titan Tape, ainsi collé n'empêchera pas la mobilité complète de votre coude. Certaines personnes pourront ressentir une NOS CONSEILS D'UTILISATION DU TITAN TAPE Le Titan Tape de Phiten, sous forme de bandes adhésives, est préconisé pour les tensions musculaires et articulaires. Sa fibre est entièrement imprégnée d'aqua

Plus en détail

Renforcer ses abdominaux correctement et sans en oublier! 1

Renforcer ses abdominaux correctement et sans en oublier! 1 Renforcer ses abdominaux correctement et sans en oublier! 1 Sandro ZATTA L'auteur est licencié en Education physique et agrégé de l'enseignement secondaire supérieur (ULg, 1997). Il travaille actuellement

Plus en détail

LE TRAVAIL SUR ÉCRAN DANS LA BRANCHE DES TÉLÉCOMMUNICATIONS

LE TRAVAIL SUR ÉCRAN DANS LA BRANCHE DES TÉLÉCOMMUNICATIONS LE TRAVAIL SUR ÉCRAN DANS LA BRANCHE DES TÉLÉCOMMUNICATIONS DOCUMENT ÉTABLI PAR LA COMMISSION PARITAIRE SANTÉ ET PRÉVENTION DES RISQUES DES TÉLÉCOMMUNICATIONS LE CONTEXTE Quel que soit le secteur d activité,

Plus en détail

Quelques règles de description des mouvements

Quelques règles de description des mouvements Introduction 1 9 Quelques règles de description des mouvements Dans ce livre, tout autant que de voix, il sera souvent question de mouvement. Nommer et décrire les mouvements est une tâche complexe, car

Plus en détail

FICHE PATIENT : LE POST PARTUM

FICHE PATIENT : LE POST PARTUM FICHE PATIENT : LE POST PARTUM Le post partum est la période qui suit immédiatement un accouchement ; il s agit de la période comprise entre l expulsion du bébé et le retour des organes à un stade pré-gravidique.

Plus en détail

Validation du Passeport «Joueur/Joueuse de devant». Guide de Procédure

Validation du Passeport «Joueur/Joueuse de devant». Guide de Procédure Validation du Passeport «Joueur/Joueuse de devant». Evaluation des aptitudes pour les catégories Moins de 14 ans Garçons Moins de 15 Filles et Moins de 18 ans Filles Guide de Procédure Saison 2015 2016

Plus en détail

Ergonomie dans les services publics Expérience du service Empreva. Christophe Janssens, CP Ergonome - Empreva

Ergonomie dans les services publics Expérience du service Empreva. Christophe Janssens, CP Ergonome - Empreva Ergonomie dans les services publics Expérience du service Empreva Christophe Janssens, CP Ergonome - Empreva SICPPT fédéral AFFILIES Comité de gestion SIPPT 1 SIPPT SIPPT n 2 EMPREVA Management Office

Plus en détail

Peyron C (1), Aubry S (1,2), Uhring J (3), Boudard J (3), Rochet S (3), Gallinet D(3), Gasse N (3), Lascar T (4), Obert L (2,3)

Peyron C (1), Aubry S (1,2), Uhring J (3), Boudard J (3), Rochet S (3), Gallinet D(3), Gasse N (3), Lascar T (4), Obert L (2,3) Analyse par 137 scanners de la distance apex tête humérale / grand pectoral : validation d un repère fiable de positionnement des prothèses d épaule en traumatologie quel que soit la voie d abord Peyron

Plus en détail

TECHNIQUES DE RENFORCEMENT MUSCULAIRE SOUS LA DIRECTION DE A. A. BELKHIRIA

TECHNIQUES DE RENFORCEMENT MUSCULAIRE SOUS LA DIRECTION DE A. A. BELKHIRIA TECHNIQUES DE RENFORCEMENT MUSCULAIRE SOUS LA DIRECTION DE A. A. BELKHIRIA OBJECTIF : Cette formation a pour objectif de favoriser la capacité de l étudiant à maitriser les fondamentaux du renforcement

Plus en détail

Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme

Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme Les douleurs osseuses et articulaires: quelles sont-elles? Valérie Gangji Service de Rhumatologie et Médecine physique Hôpital Erasme Les douleurs osseuses et articulaires La Lombalgie Douleur rachidienne

Plus en détail

TP Etude d un vertébré, la souris : correction. Pb : Quels sont les caractères communs à tous les vertébrés

TP Etude d un vertébré, la souris : correction. Pb : Quels sont les caractères communs à tous les vertébrés TP Etude d un vertébré, la souris : correction. Pb : Quels sont les caractères communs à tous les vertébrés Pour étudier méthodiquement les animaux, on étudie leur construction dans l espace : leur plan

Plus en détail

Les douleurs projetées d origine cervicale 1

Les douleurs projetées d origine cervicale 1 Les douleurs projetées d origine cervicale 1 Les douleurs provenant du rachis cervical se caractérisent par la fréquence avec laquelle elles s associent à des projections dans des territoires à distance

Plus en détail

J. Manelfe, E. Desportes, B. Dallaudière, P. Copin, G. Juillien, P. Loriaut, E. Schouman- Claeys, P. Ou

J. Manelfe, E. Desportes, B. Dallaudière, P. Copin, G. Juillien, P. Loriaut, E. Schouman- Claeys, P. Ou J. Manelfe, E. Desportes, B. Dallaudière, P. Copin, G. Juillien, P. Loriaut, E. Schouman- Claeys, P. Ou Service de Radiologie Hôpital Bichat Claude-Bernard Université Paris VII Les fractures de l extrémité

Plus en détail