ACTIONS SOCIALES. Mieux voir. pour mieux apprendre. Don pour les enfants. de Gaza SOUTIEN A LA SCOLARISATION DES FILLES RURALES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ACTIONS SOCIALES. Mieux voir. pour mieux apprendre. Don pour les enfants. de Gaza SOUTIEN A LA SCOLARISATION DES FILLES RURALES"

Transcription

1 ACTIONS SOCIALES Mieux voir pour mieux apprendre Don pour les enfants de Gaza SOUTIEN A LA SCOLARISATION DES FILLES RURALES

2

3 SA MAJESTÉ MOHAMMED VI PRÉSIDENT D HONNEUR DU ROTARY AU MAROC

4 01 MOT DU PRÉSIDENT FONDATEUR 05 L ABANDON SCOLAIRE 09 SOUTIEN A LA SCOLARISATION DES FILLES RURALES 11 DON POUR LES ENFANTS DE GAZA 12 MIEUX VOIR POUR MIEUX APPRENDRE 13 SOUTIEN À L ECOLE BIKRI 14 UN PARCOURS DE GOLF POUR L ABLATION D UNE CATARACTE 15 LE 8 MARS, C EST TOUS LES JOURS 17 INSIDENCE DES MALADIES PARODONTALES SUR LES MALADIES CARDIOVASCULAIRES 19 LES CELLULES SOUCHES : DES SUPER CELLULES! 21 AMIS D ABORD 23 INTRONISATIONS 26 VISITE DU GOUVERNEUR

5 SOMMAIRE

6 02 L on cherchera longtemps le secret de la réussite de Casa Anfa, mais on s apercevra qu elle s explique par un mot tout simple «l amitié» qui a été le premier ciment injecté dans les fondations du Club et sur laquelle s est construit l édifice imposant au sein duquel sont nés un nombre de gouverneurs et de responsables à l échelon international du Rotary, non égalé dans aucun des Clubs : ce n est pas la moindre des raisons de la fierté des rotariens de Casablanca Anfa que de dire et de laisser dire que ce Club a enfanté 4 Gouverneurs, 2 Instructeurs, tous ayant ensuite occupé des fonctions internationales importantes. Ce n est pas le moindre des motifs de fierté non plus que d avoir été le premier Club à accueillir une femme au Rotary aussi bien dans le monde arable qu en Afrique et dans le bassin méditerranéen, laquelle est devenue rapidement Présidente, puis Gouverneur, puis Instructeur, puis représentant du Président international à diverses conférences de districts. C est en hommage au Club et à elle que l un des Présidents en exercice du Rotary International, Rick King, est venu assister à sa conférence de district. Ce n est pas non plus la moindre des raisons d être fiers, que de savoir que la plupart des Présidents internationaux de ces dernières années connaissent notre Club pour avoir été au service du Rotary International dans diverses positions en même temps que votre Président Fondateur. Pour ne citer que les plus récents, voilà Chong Dai Kim ou encore le Président actuel, Sakuji Tanaka ou encore Ron Burton qui prendra ses fonctions le 1er Juillet 2013, ou enfin Gary Huang, avec lesquels votre serviteur a été en même temps, en 1993 et 1994, Instructeur, puis Rotary Foundation Coordinator de 1996 à 1998 (voir par exemple les 2 photos ci-contre qui remontent à 1993). Ils connaissent tous votre Club et le considèrent parmi les clubs phares de notre zone. Les actions menées sur le plan social parlent pour nous, que ce soit celles au long cours, comme «E Alpha» ou celles plus ponctuelles, mais susceptibles d être rééditées comme «la Caravane Médicale» qui va se déployer le 8 Juin 2013 ou encore «l opération Cataracte», sans compter «l opération Gaza» qui a enfin pu être finalisée grâce à l heureuse obstinence de notre comité, les tournois de golf, «l opération Moulay Thami» ou celle au profit de «l école El Bikri» et autres actions comme «l opération lunettes» etc Le Club est également à 100 % Paul Harris Fellow, ce qui lui donne une considération particulière de la part de la Fondation Rotary à laquelle il continue à contribuer généreusement. Peu de clubs peuvent se vanter d avoir un tel palmarès et c est pour moi l occasion de saluer non seulement nos dirigeants qui lui ont permis d acquérir la place dans laquelle il est, mais aussi notre Président Moulay Hassan Elalamy, dont l expérience acquise au cours d une autre présidence, a permis de gratifier le Club de ce qu il y a de mieux au niveau de l organisation et de la gestion de nos affaires. Je ne voudrais pas terminer ce mot sans une pensée amicale et profonde à ceux de nos amis dont l état de santé nous préoccupe et à qui je souhaite du fond du cœur un complet et prompt rétablissement et un retour rapide parmi nous. La roue va tourner et, avec elle, Sakuji Tanaka et le thème de l année «La Paix par le Service» qui a été mis en œuvre par notre Club vont céder la place à Ron Burton avec son thème «Engage Rotary Change Lives». Mes bons vœux accompagnent les nouvelles équipes et parmi elles, celle qui, le 1er Juillet 2013, prendra en main les destinées du Club. Vive Casablanca Anfa! Votre Ami. Cela est aussi dû à l action inlassable de nos comités successifs et à celle de nos Présidents qui, par leur détermination ont porté, chaque année, le plus haut possible, l étendard du Club.

7 MOT DU PRÉSIDENT FONDATEUR AZZEDINE KETTANI PAST GOUVERNEUR IL y Avril 2013, le Rotary Club de Casablanca Anfa a quelques mois, le 22 éteignait dans la discrétion la plus totale sa 27ème bougie. Oui, 27 ans se sont déjà écoulés depuis que le 22 Avril 1986, le Club a été admis au sein du Rotary International et que nous avons fêté (le 28 Juin 1986) cet événement dans les salons de l hôtel appelé alors Hyatt Regency de Casablanca. Même si je ne suis pas un adepte des rétroviseurs, en raison de ce qu ils peuvent montrer parfois, je ne peux m empêcher de jeter un œil sur celui dans lequel se déroulent les faits qui ont jalonné toutes ces années et à ma grande joie, celles-ci sont toutes marquées de nombreuses pierres blanches qui attestent de la vigueur de chacune des branches de ce qui est à présent un grand arbre vigoureux qui déploie ses branches avec fierté et à l ombre duquel se sont retrouvés régulièrement et continuent de se retrouver, des hommes et des femmes de bonne volonté, que, seule la devise «servir d abord» anime. Avec abnégation, esprit de sacrifice et foi profonde dans l idéal rotarien, ils se sont activés depuis plus ou moins longtemps selon la date à laquelle ils ont été invités à rejoindre le Club. Plusieurs fondateurs sont toujours là bien heureusement plusieurs anciens le sont aussi et tous font de leur mieux pour que leur exemple soit suivi et il l est par les nouveaux membres. 01

8

9 Khalil NABAA Moulay El Hassan ELALAMY Hakim TAHRI Nourdin RHALEB Hicham BENNAGHMOUCH Khalid BELYAMANI Mohamed EL HOUARI Aziz BENNANI Mohamed HAMDOUCH Malika NACIRI Abderrahim BENKIRANE Oumkeltoum BOUSFIHA Aziz SMIRES Said NEJJAR Fadhel EL KATEB Abderrahmane EL KHADIRYENNE Ali MOHSEN Naïma Smires KETTANI Ahmed HASSAR Abderrazak AKESBI Rachid CHERKAOUI Mohamed DRISSI Mohamed CHERKAOUI Abdelmoula BENABDELLAH Abdelkrim BENOMAR Moh TAZI AZZEDINE KETTANI PRÉSIDENT FONDATEUR 22 Avril 1986 : Remise de la charte éxé magazine rotary modifs.indd 9 23/12/13 14:51

10 06 L importance de ce problème exige certainement une attention particulière. Une meilleure compréhension des causes et des conséquences de ce phénomène peut nous aider à produire des idées et des solutions potentielles. La recherche réalisée par l UNICEF au Maroc dans l année 2004 a identifié les principales causes d abandon scolaire, et les a regroupées dans deux catégories : les causes extra scolaire et les causes intra scolaires. LES CAUSES EXTRA SCOLAIRES La faiblesse du revenu familial (situation économique); Le travail des enfants; L état de santé de l élève; Les problèmes familiaux (séparation des parents, divorce ); L analphabétisme des parents; L attitude négative des parents vis-à-vis de l école ; L éloignement des écoles et des collèges; Le mariage précoce des filles. LES CAUSES INTRA SCOLAIRES Echec scolaire qui amène à un absentéisme répété; Mauvaises relations enseignant-élèves (inégalité /violence/exploitation ); Manque de matériel pédagogique / inadaptation de l infrastructure ; Démotivation / absentéisme des enseignants; Manque d activités para scolaires et ludiques. Le Maroc s est lancé dans une politique de réduction des disparités géographique, socioéconomiques et de genre dans le domaine de la scolarisation. Malgré les résultats très encourageants en termes de taux de scolarisation et de l égalité entre fille et garçons, il reste cependant beaucoup à faire pour améliorer la rétention des élèves. Les abandons annuels coutent très cher à l Etat comme aux familles qui font beaucoup de sacrifices (particulièrement en milieux rural et périurbain) pour que leurs enfants soient à l école. Tout abandon qui survient avant la 4éme année du primaire reconduit à l illettrisme pur et simple. ANALYSE GLOBALE Les statistiques scolaires et les indicateurs de l offre comme ceux de la demande d éducation produits annuellement par le Ministère de l éducation Nationale (MEN) montrent que le Maroc a réussi un développement appréciable de son système éducatif tant au plan de l accès qu au plan de la réduction des inégalités entre milieux et entre filles et garçons. L amélioration des indicateurs des performances scolaires a été relevée depuis quelques années déjà, et particulièrement depuis L effectif global des abandons en cours de l année 2011/2012 est de constituant ainsi presque le 1/3 de l ensemble des abandons constatés le long de l année dernière. Les filles représentent près de 42% des effectifs des abandons, et le milieu rural compte presque 45% de ces effectifs. Cependant les taux d abandons partiels révèlent une disparité entre milieux en défaveur du milieu rural, puisque celui-ci a enregistré un taux de 2,03% contre 1,40% pour le milieu urbain. Quant aux filles, elles accusent des taux inférieurs dans l ensemble ainsi que dans les deux milieux. Abandons scolaires en cours de l année scolaire par cycle, sexe et milieu (Recensement de Mai 2012)

11 L ABANDON SCOLAIRE «MALGRÉ LES RÉSULTATS TRÈS ENCOURAGEANTS EN TERMES DE TAUX DE SCOLARISATION ET DE L ÉGALITÉ ENTRE FILLE ET GARÇONS, IL RESTE CEPENDANT BEAUCOUP À FAIRE POUR AMÉLIORER LA RÉTENTION DES ÉLÈVES.» L abandon scolaire est un phénomène sans frontières qui affecte plusieurs sociétés et communautés dans le monde entier. Ses effets peuvent être très graves, contribuant à l analphabétisme répandu, au chômage, au crime et au gaspillage des ressources publiques des Etats. En fait, la prolifération de l abandon scolaire a des implications directes sur la performance économique d une société, avec un important effet sur le PIB et sur l augmentation des salaires. Le phénomène d abandon scolaire est très complexe. Par conséquent, il est très difficile d identifier exactement ses causes et d élaborer une liste exhaustive des raisons qui amènent les enfants à quitter l école. 05

12

13 Urbain + Rural Urbain Rural Primaire Effectif T F Taux d abandon T 0,92% 0,50% 1,27% F 0,91% 0,42% 1,32% Collégial Effectif T F Taux d abandon T 3,18% 2,86% 4,01% F 2,59% 2,39% 3,29% Qualifiant Effectif T F Taux d abandon T 2,01% 1,99% 2,15% F 2,16% 2,12% 2,48% Ensemble Effectif T F Taux d abandon T 1,63% 1,40% 2,03% F 1,48% 1,28% 1,86% La distribution des pourcentages des abandons en cours de l année par régions est dispersée, elle va globalement pour tous les cycles, d un minimum de 1,2% pour Gelmim es-smara à un maximum de 2,0% pour Tanger Tetouan, plaçant ainsi 8 régions en dessous de la moyenne nationale (1,6%).Les 8 régions ayant enregistré des proportions élevés d abandons sont Tanger-Tetouan, Taza-Taounate-Al Hoceima, Doukala-Abda, Chaouia-Ouerdidigha, Gharb-Chrarda-Bni Hssen, L oriental, Tadla-Azilal et Marakech- Tanseft-Al Haouz. Les proportions élevés sont surtout enregistré au cycle primaire. Abandon scolaire au primaire L effectif global des abandons en cours de l année 2011/2012 constitue presque le 1/3 des abandons de l année en se référant à l année précédente. Les garçons abandonnent un peu plus que les filles dans l ensemble, tandis que dans le milieu rural les filles abandonnent plus que les garçons. Les élèves ruraux abandonnent presque 3 fois plus que les élèves du milieu urbain. Quant au taux d abandon, il avoisine 1% globalement, tout en enregistrant une grande disparité entre milieu, puisque les taux enregistrées sont de l ordre de 0,5% pour l urbain et 1,27% pour le rural. Quant à la présentation des effectifs des abandons par niveau, il en ressort une accentuation du phénomène pour les niveaux de 1ère,5ème et 6ème année soupçonnant ainsi une difficile intégration des nouveaux inscrits en 1ère année et une offre scolaire inadapté pour les niveaux 5ème et 6ème (écoles à structures incomplètes, ). Les disparités entre milieu persistent surtout pour la 1ère et la 6ème année. Pour ces deux niveaux seulement le nombre d abandons du milieu rural constitue le1/3 de l ensemble des abandons du cycle. Il est à relever aussi les taux d abandon élevés des filles en 6ème année (1,6%), surtout en milieu rural (2,8%). Abandon scolaire au collégial Les abandons de l enseignement collégial représentent un peu moins que le 1/3 des abandons de l année. Les filles abandonnent beaucoup moins que les garçons, pour 3 abandons on trouve seulement une seule fille. La proportion des abandons dans l effectif globale des élèves est de l ordre de 3,18%, cependant la disparité de cette proportion persiste entre milieu, puisqu elle atteint 4,01% au milieu rural contre seulement 2,86% pour le milieu urbain. La répartition des abandons par niveaux d enseignement fait apparaitre des chiffres relativement élevés en 1ère et 3ème année, cependant c est la 3ème année collégiale du milieu urbain qui rafle le maximum d abandons parmi un total de , c est-à-dire 28% des abandons. Abandon scolaire au qualifiant Les abandons de l enseignement secondaire qualifiant en cours de l année représentent un peu moins que le ¼ des abandons de l année. Les disparités genre sont un peu au profit des garçons, la part des abandons filles est plus que 52% de l ensemble des abandons. La proportion des abandons dans l effectif globale des élèves est de 2,01%. Cette proportion est en faveur du milieu urbain avec 1,99% contre 2,15% pour le milieu rural. La répartition des abandons par niveau d enseignement est presque uniforme pour le tronc commun et la 1ère année baccalauréat, avec des effectifs d abandons un peu accentuée pour la 2ème année baccalauréat. MERIEME EL HADRAOUI L ABANDON SCOLAIRE 07

14 10 Pour de multiples raisons : réticence des familles, manque de moyens, poids des traditions, mariage précoce, éloignement du collège, les petites filles marocaines sont exclues de l enseignement secondaire et supérieur. Ainsi est né en 1998 le concept de foyers d accueil des filles rurales, à proximité des collèges. L initiative est à mettre à l actif d un certain nombre de militantes féminines. Ainsi est né le comité du soutien à la scolarité des filles rurales, avec comme mot d ordre mobilisateur une bourse pour réussir Aujourd hui ces foyers sont baptisés Dar Taliba crées ça et là en partenariat avec les ONG locales. Notre Club a adhéré à ce concept dès sa naissance. En 1999 nous avons participé à l équipement de 3 foyers : celui à Ouarzazate, Ouazzane, et Lalla Takarkoust. Nous sommes dans la continuité en parrainant le foyer de Dar Taliba à Akermoud depuis Ce foyer situé dans la localité de Akermoud entre Safi et Essaouira, héberge des jeunes filles des environs qui poursuivent leur cursus secondaire. Leur nombre varie entre 60 et 110 selon les années. Le foyer est situé sur les lieux même du collège. Nous fournissons pour eux, elles, l aide alimentaire, vestimentaire Les produits d hygiène corporelle, la literie. Nous assurons l entretien et l équipement des lieux. Cette aide n aurait pas été possible sans la générosité de certains membres du club et de nos partenaires que nous remercions. Nous souhaitons aller plus loin en assurant une formation professionnelle génératrice de revenus et une bourse d enseignement supérieur pour celles qui auront le mérite d y accéder. «CETTE AIDE N AURAIT PAS ÉTÉ POSSIBLE SANS LA GÉNÉROSITÉ DE CERTAINS MEMBRES DU CLUB ET DE NOS PARTENAIRES QUE NOUS REMERCIONS.» DR MALIKA NACIRI PRÉSIDENTE DE LA COMMISSION D INTÉRÊT PUBLIC. Nos partenaires : Banque Alimentaire. Moulins Tria Unilever

15 SOUTIEN A LA SCOLARISATION DES FILLES RURALES «L ENSEIGNEMENT SECONDAIRE EST NETTEMENT EN RETARD DANS LE MONDE RURAL POUR LES FILLES.» N ous venons de quitter la décennie , décennie de l alphabétisation proclamée par les Nations Unies. Le Maroc a fait des efforts dans ce domaine affichant un recul de 4 points. Ce recul est notable dans les grandes villes. Le rapport du cinquantenaire, publié en 2009 met l accent sur les inégalités de développement humain entre les filles et les garçons. L offre de base, à savoir l alphabétisation et le cycle primaire ne suffit plus, il faut aller plus loin et assurer l accès à l enseignement secondaire, au baccalauréat, voire à l université. L enseignement secondaire est nettement en retard dans le monde rural pour les filles. Or la loi a décrété l enseignement obligatoire jusqu à l âge de 15 ans. Comment mettre en conformité loi et réalité? 09

16 12 OPÉRATION LUNETTES MIEUX VOIR POUR MIEUX APPRENDRE Dépister les déficits visuels dès l arrivée dans les petites classes est l une de nos actions phares. Notre association partenaire AINI est habituée du terrain. Elle nous aide à cibler les enfants en déficit visuel et à nous permettre de leur offrir des lunettes. Ainsi pour cette rentrée scolaire 2012, ce sont plus de 130 enfants de milieux défavorisés qui ont reçu une paire de lunettes. Afin de faciliter la tache à l Association. Ainsi notre Club a fait don à cette dernière d un réfractomètre d une valeur de DH. Une belle action témoin de l engagement du Rotary Club Thonon-Genève à nos côtés. Merci également à l association des opticiens lunetiers pour leur générosité. DR MALIKA NACIRI

17 DON POUR LES ENFANTS DE GAZA ENFANTS DE GAZA Personne n est resté insensible au drame vécu par la population de Gaza en cette fin d année Tous les membres de notre Club se sont mobilisés pour récolter des fonds destinés à atténuer la souffrance des enfants dollars ont servi à acheter du matériel destiné à l hôpital Civil Fatima-Zohra à Gaza. Merci à tous ceux qui ont œuvré à concrétiser cette action. DR MALIKA NACIRI 11

18 14 OPÉRATION CATARACTE UN PARCOURS DE GOLF POUR L ABLATION D UNE CATARACTE L idée est de nos Pasts-Présidents, Nourdin Rhaleb et Hakim Tahri. Ils ont organisé le février 2013 un tournoi international de Golf à Marrakech. Une belle action alliant l utile et l agréable. Les fonds récoltés serviront à financer l opération Cataracte qui a lieu au mois de juin. A l année prochaine les golfeurs! Grâce à vous des hommes et des femmes recouvreront la vue. DR MALIKA NACIRI Remerciement le ROTARY remercie l entreprise SOMAGEC pour sa contribution et son implication dans les projets et les actions ROTARY CLUB CASA ANFA

19 SOUTIEN À L ECOLE BIKRI N otre Club a pris en charge la remise en état des sanitaires défectueux de l Etablissement : Travaux de maçonnerie, de plomberie, de peinture afin d améliorer les conditions d hygiène des enfants. Parallèlement, une distribution de chaussures, de vêtements, et de fournitures scolaires, de lunettes. Merci pour leur générosité et leur disponibilité aux membres du Club. A Mme Hayat Mejdoubi et à notre Chère regrettée Zoubida Karam épouse de Abderrahmane El Khadiryene. DR MALIKA NACIRI Canalisation & robinet d arrêt Mur d enceinte Nouvelle tuyauterie+robinets (pour boire) Portes des toilettes repeintes Robinets côté cour Sièges toilettes côtés garcons 13

20 16 Ce n est qu en 1975 que les Nations Unies déclarèrent officiellement le 8 mars journée internationale de la femme. Aucune solution durable aux problèmes sociaux, économiques et politiques les plus pressants de la société ne peut être trouvée sans la pleine participation et la pleine autonomisation des femmes du monde entier La commission onusienne de la condition féminine, dans sa session 2013, a été consacrée à la thématique de la violence contre les femmes. Elle recommande aux Etats membres d élaborer un plan d action pour l élimination de toutes les formes de violence contre les femmes. Ce plan doit être hissé comme un domaine d action prioritaire. Et pour cause, la violence contre les femmes est un phénomène planétaire. Aucun pays n est épargné quel que soit le niveau de son développement humain. L accès à l éducation, à l emploi, aux postes de décision, ne met pas les femmes à l abri de la violence. En 1993, les Nations Unies ont défini la violence comme un ensemble d actes dirigés contre le sexe féminin pouvant causer un préjudice ou des souffrances physiques, sexuelles ou psychologiques, y compris la menace de tels actes, la contrainte ou la privation de liberté, que ce soit dans l espace public ou la sphère privée. A l heure d internet et des réseaux sociaux, les violences dirigées contre les femmes ont ému les opinions publiques mondiales. Ainsi, Malala, la fillette pakistanaise de 13 ans ; pour avoir réclamé pour ses semblables Le droit à l éducation, a été agressée, défigurée. Dans la plus grande démocratie du monde, à New Delhi, une femme, à tout moment, peut être victime d un viol collectif. Le cas de l étudiante indienne, morte des suites de ce viol, soulève tous les jours l indignation de toutes les femmes indiennes qui réclament des lois protectrices. Plus près de nous, au Maroc, en 2012, Amina Filali s est suicidée. Mineure, elle a été violée et contrainte d épouser son violeur. Dans les pays en situation de conflit, les femmes subissent la double peine : le viol la perte des leurs. Les actes de violence, quels que soient leurs auteurs, leur nature, portent toujours atteinte à l intégrité physique, à l équilibre psychologique de la victime. L acte de violence se fonde toujours sur les inégalités entre les deux sexes, en terme de ressources, de capacités physiques, de disparités socioéconomiques, de lois discriminatoires, de pesanteurs socioculturelles et familiales. Elle est subie comme un acte banal relevant de la sphère privée où les autres ne doivent pas intervenir. La violence est souvent un acte commis par un proche : père, frère, conjoint ou ex-conjoint, une femme parfois. Le coût économique assumé par la victime, la famille et la société est énorme. De plus en plus, les chercheurs attirent l attention des pouvoirs publics sur cet autre aspect du problème. Les frais de justice, les dépenses liées aux soins de santé, la perte de l emploi, les arrêts de travail, la dislocation de la personnalité, la déscolarisation des enfants ont un coût économique insoupçonné. Ainsi, si l on se situe dans un taux médian de violence, le coût économique au Maroc serait de 0,50% du produit intérieur brut (PIB), soit 1,78 milliards de dirhams par an! Dans notre contexte régional, la vigilance est de mise. Ayant participé aux révolutions arabes, les femmes sont invitées par les vainqueurs à rentrer chez elles, à abandonner toute velléité de progrès, pire encore à se préparer à renoncer aux acquis. L irruption de la religion dans la sphère politique, le retour des idéologies rétrogrades, des cultures et traditions ancestrales, révèlent la fragilité de nos acquis. Les tunisiennes ont de quoi manifester et revendiquer, elles qui jouissaient depuis l indépendance, d un statut régional privilégié. Au Maroc, en dépit d un code de la famille qui a soulevé des espoirs d une constitution qui se veut égalitaire et universaliste. La loi semble incapable d appliquer les normes. Malgré quelques avancées, les femmes restent encore des précaires, des analphabètes, exclues du monde du travail, de la connaissance, du pouvoir économique, du pouvoir politique. Evidement, celles qui y ont accédé peuvent ronronner. Pour tous les autres ce sera chaque jour un 8 mars. DR MALIKA NACIRI

21 LE 8 MARS, C EST TOUS LES JOURS «AUCUN PAYS N EST ÉPARGNÉ QUEL QUE SOIT LE NIVEAU DE SON DÉVELOPPEMENT HUMAIN. L ACCÈS À L ÉDUCATION, À L EMPLOI, AUX POSTES DE DÉCISION, NE MET PAS LES FEMMES À L ABRI DE LA VIOLENCE.» L e 8 mars est une journée célébrée internationalement comme une occasion de faire le bilan des acquis et de dresser le cahier des revendications. En dépit des progrès réalisés ca et là, l égalité hommes-femmes est loin d être une réalité. Il ne suffit pas de manifester, d agir, de revendiquer un jour par an. Le 8 mars c est tous les jours. La longue marche des femmes pour l égalité n est pas prête d aboutir. Elle a commencé il y a des siècles, Jalonné de luttes, parfois violentes, se confondant avec les luttes des peuples pour la liberté, la dignité, l égalité. Pour du pain et des roses en 1857 à New York, pour du pain et de la paix en 1917 en URSS : D un bout à l autre de la planète, et a des décennies d intervalle, les femmes ont réclamé du bien être et de la dignité. L internationale socialiste réunie à Copenhague en 1910 a institué une journée dédiée à la promotion des droits des femmes. De nombreuses figures féminines ayant participé à cette conférence ont assumé plus tard des responsabilités politiques de premier plan en Europe. La charte des Nations Unies signée à San Francisco en 1945 peut être considérée comme le 1er instrument international ayant proclamé l égalité des droits entre les deux sexes. 15

22 18 Les données sont issues d une base de données nationale existant à Taiwan. Les investigateurs ont comparé deux groupes appariés de sujets ayant eu, ou pas, un détartrage. Chaque groupe comprenait près de sujets. Les groupes étaient appariés pour les facteurs de risque, en particulier l hypertension, le diabète et la dyslipidémie. La durée de suivie médiane dans cette étude est de 8 ans. La population étudiée est jeune avec un âge moyen de 38 ans et il s agit globalement de sujets à bas risque puisque 9% étaient hypertendus, 5% diabétiques, 5% dyslipidémiques et 4% avaient une pathologie coronaire. «Notre première constatation est que le recours à un détartrage dentaire était associé à une diminution significative des infarctus, des AVC ischémiques et des événements cardiovasculaires dans leur globalité» a expliqué Dr Chen. De nombreux aspects de votre santé doivent être pris en compte pour le diagnostic et la mise en place d un traitement adéquat. Pour les personnes à risque et les personnes ayant des antécédents de maladies cardiovasculaires, les facteurs à prendre impérativement en compte sont la gravité et l ancienneté de la maladie ainsi que la présence d autres pathologies comme un diabète, qui peut avoir une incidence sur la maladie cardio-vasculaire. La présence de facteurs additionnels augmente le risque de maladies parodontales. De plus, votre dentiste pourra contacter votre médecin pour en savoir plus sur votre état de santé général, le suivi dont vous faites l objet et les médicaments qui vous sont prescrits. Pour une hygiène bucco-dentaire idéale, il est nécessaire d éliminer les bactéries et le biofilm bactérien présents autour du liseré gingival. Pour ce faire, un détartrage, un surfaçage ainsi que de bonnes habitudes à domicile sont essentiels. Une bonne hygiène bucco-dentaire est un élément primordial du traitement de tous les patients, surtout des patients à risque cardiovasculaire. Le traitement doit se concentrer sur la prévention des maladies parodontales et des inflammations buccales, essentielles pour le traitement des complications bucco-dentaires associées aux maladies cardiovasculaires. Et, parce que les bactéries sont souvent la cause des gingivites, même chez les personnes en bonne santé, les patients doivent être particulièrement soucieux de se brosser les dents deux fois par jour avec un dentifrice antibactérien et d utiliser régulièrement le fil dentaire. Les détartrages dentaires diminuent l incidence des événements cardiovasculaires Orlando, Floride - Une mauvaise hygiène dentaire a souvent été corrélée à une augmentation du risque cardiovasculaire. «Mais si les précédentes études se sont intéressées à l hygiène dentaire par brossage des dents, aucune n avait été faite sur l impact du détartrage dentaire» a expliqué le Dr Zu-Yin Chen (Taipei, Taiwan) principal investigateur de l étude, qui a été présentée au congrès de l American Heart Association 2011 CONCLUSION La prise en charge du patient cardiaque doit être basée sur une collaboration étroite avec le cardiologue. Ce médecin doit être contacté avant de réaliser le moindre acte diagnostique ou thérapeutique afin d établir un plan de traitement réfléchi tenant compte des risques encourus par le patient. Par ailleurs, il convient de souligner l importance de la prise en charge buccodentaire et surtout parodontale des patients exposés au risque infectieux, qui permet de diminuer le taux de bactériémie occasionnée par la maladie parodontale, et par conséquent de diminuer le risque d endocardite.

23 INCIDENCE DES MALADIES PARODONTALES SUR LES MALADIES CARDIOVASCULAIRES «LES FACTEURS À PRENDRE IMPÉRATIVEMENT EN COMPTE SONT LA GRAVITÉ ET L ANCIENNETÉ DE LA MALADIE AINSI QUE LA PRÉSENCE D AUTRES PATHOLOGIES COMME UN DIABÈTE, QUI PEUT AVOIR UNE INCIDENCE SUR LA MALADIE CARDIO- VASCULAIRE» L es maladies cardiovasculaires touchent le cœur et/ou les vaisseaux sanguins. Aux États-Unis, les troubles cardiovasculaires concernent plus de 50 millions de personnes et sont la première cause de mortalité et de handicap. Au moment où le problème cardiaque est diagnostiqué, sa cause sousjacente (athérosclérose) est souvent déjà bien avancée. La prévention est donc primordiale. Il est important d avoir une alimentation équilibrée, de faire de l exercice et de ne pas fumer. Des études récentes ont indiqué que la parodontite peut être liée au développement de maladies cardiovasculaires. L une des théories avancées est que les protéines inflammatoires et les bactéries dans les tissus parodontaux pénètrent dans le sang et affectent le système cardiovasculaire. Une étude récente a porté sur la présence des bactéries considérées comme responsables de la parodontite et de la thrombose régulièrement observées dans les maladies cardiovasculaires. Après avoir analysé les échantillons de plus de 650 patients, les chercheurs ont conclu qu une thrombose accrue était associée à la présence des mêmes bactéries que celles trouvées dans la plaque dentaire et incriminées pour leur rôle dans la parodontite. Une étude menée à Taiwan 17

24 20 Récemment, un troisième type de cellules souches a été obtenu par manipulation génétique. En effet, les chercheurs John Gurdon (Britannique) et Shinya Yamanaka (Japonais) ont reçu le prix Nobel de Médecine en 2012 pour leurs travaux de reprogrammation des cellules adultes en cellules souches pluripotentes induites (cellules IPS). En l état actuel de la recherche, aucune des deux techniques, cellules souches embryonnaires ou induites, n a pris l avantage sur l autre. L intérêt de ces cellules souches réside, entre autres, dans le fait qu elles peuvent remplacer les cellules manquantes dans beaucoup de maladies dévastatrices pour lesquelles il n existe actuellement aucun traitement durable. Aujourd hui, les dons de tissus et d organes sont souvent utilisés pour remplacer les tissus endommagés, mais la demande dépasse largement l offre. Par exemple, en France, en 2011, sur les personnes en attente d une greffe d organe (rein, foie, cœur, poumon, pancréas et intestins), personnes en ont bénéficié et il restait, au 1er Janvier 2012, personnes en attente! De plus, ces cellules souches embryonnaires, peuvent constituer une ressource illimitée de cellules comme alternative thérapeutique pour les grands brûlés. Depuis deux décennies, les médecins prélèvent un échantillon de peau et le mettent en culture pendant 3 semaines afin d obtenir une surface suffisante d épiderme pour recouvrir les zones affectées ce qui laisse le patient, dans l intervalle, sans protection. Ces cellules «toutes prêtes» seraient donc une réponse aux problèmes posés par les techniques existantes. De plus, les greffes d épiderme seraient également utiles pour d autres pathologies cutanées telles que les ulcérations des diabétiques. Une équipe médicale internationale a réussi à greffer une trachée entièrement artificielle, obtenue à partir de cellules souches. L espoir des scientifiques : pouvoir à terme se passer complètement des donneurs et proposer aux personnes en attente de greffes des organes sur mesure. Ainsi, les cellules souches appelées, «cellules de l espérance», «cellules médicaments», représentent très clairement, une voie d avenir qui va révolutionner la médecine de demain. Par ailleurs, il est important de souligner que la recherche sur les cellules souches embryonnaires pose un problème éthique et sujette à de nombreuses critiques notamment le problème d instrumentalisation d embryons humains. Dans la majorité des cas, comme en France, il est interdit de créer des embryons à des fins de recherche. Mais la Belgique, la Grèce, l Espagne, la Finlande, les Pays-Bas ou le Royaume-Uni autorisent, comme la France, l obtention de cellules souches embryonnaires à partir d embryons surnuméraires créés dans le cadre d assistance médicale à la procréation. Du point de vue de la recherche, la France, avec un régime d autorisation encadrée, peut se comparer à l Australie, au Brésil, au Canada, au Japon, à la Suisse ou à Taïwan. Les Etats- Unis, la Chine, l Inde, Israël ou le Royaume-Uni vont plus loin, en autorisant la recherche et le clonage de cellules souches embryonnaires. De la médecine du futur..à l alimentation du futur : le «Frankenburger est arrivé! Le Professeur Mark Post de l université de Maastricht a réalisé le 1er burger à partir des cellules souches de vache. La viande crue est grise et de texture semblable à un calamar. Le développement de ce burger éprouvette a coûté Euros! Ceci, bien entendu, ouvre la possibilité de trouver des alternatives à l élevage intensif Mais A Quel Prix? JOUMANA EL-TURK Ressources bibliographiques : 1. INSERM, CHU Toulouse, Juin Mark Peschanski, Lancet, Nov Mark Post, University of California, Santa Cruz, March 2012

25 LES CELLULES SOUCHES : DES SUPER CELLULES! PAR JOUMANA EL-TURK, PHD «L INTÉRÊT DE CES CELLULES SOUCHES RÉSIDE, ENTRE AUTRES, DANS LE FAIT QU ELLES PEUVENT REMPLACER LES CELLULES MANQUANTES DANS BEAUCOUP DE MALADIES DÉVASTATRICES POUR LESQUELLES IL N EXISTE ACTUELLEMENT AUCUN TRAITEMENT DURABLE.» L es cellules souches sont une réserve naturelle de l organisme, reconstituant le stock de cellules spécialisées qui ont été épuisées ou endommagées. Nous devons fabriquer en continu de nouvelles cellules pour maintenir le bon fonctionnement de notre organisme. Plusieurs types de cellules souches existent : Les cellules souches embryonnaires pluripotentes, capables de produire les 200 familles cellulaires spécialisées de notre organisme pour former des tissus et des organes : foie, pancréas, peau, muscles, etc. les cellules souches adultes : ont un moindre potentiel de renouvellement et de différenciation que les cellules souches embryonnaires, 19

26 22 BENADOU Ali Voyage Tourisme Tél.: Fax : BENNAGHMOUCH Hicham Climatisation Ventilation-Froid Tél.: Fax : BENNANI Aziz Import-Export Tél.: Fax : BELYAMANI Khalid Radiologue Tél.: Fax : DORLIAN Jacques El HASSAR Ahmed EL HOUARI Mohamed EL KATEB Fadhel Audit Tél.: Fax : Import-Export Bâtiment Tél.: Fax : Pédiatre Tél.: /39 Fax : Biologie Médicale Tél.: Fax : HAMDOUCH Mohamed HAYAT Nezha KETTANI Azzedine MEJDOUBI Tahar Radiologue Banque Avocat Consultant Tél.: Fax : Tél.: Fax : Tél.: Fax : Tél.: Fax : ROUHANA Fadi Télécom Tél.: Fax : ROUHY Abdelwahed Textile Tél.: Fax : SMIRES Naima Assureur Tél.: Fax : TAHRI Abdelhakim Industrie Pharmaceutique Tél.: Fax : NOUVEAUX MEMBRES El Khiati Cyriane Drissi Kamili Hanane El Hadraoui Meriem Serghini Rachida Conseil Exécutive Coach Délegué du ministre de l éducation national Coach professionnel Tél.: Tél.: Tél.: Tél.: Benchakroune Mohamed Dr Mesbahi Mohamed Lemseffer Abdelaziz Walid Aziza Chirurgien Dentiste Tél.: Gynécologue Tél.: Biologiste Tél.: Secrétaire permanente administratif du club Rotary Casa-anfa Tél.: Tel/Fax:

27 AMIS D ABORD AKESBI Abderrazak Emballage Conditionnement Tél.: Fax: ALTURK Joumana Biologiste Tél.: Fax : ATTA Adil Communication Tél.: BERTO Fisler Assurance Zurich Tél.: Fax : BOUSFIHA Oumkaltoum Consultant Assurances Tél.: Fax : CHERKAOUI Mohamed Consultant Tél.: Fax : EL KHADIRYENE Abderrahmane Consultant Tél.: Fax : EL WADY F.Zohra Dermatologue Tél.: Cabinet : EL YOUSSOUFI Farilda Pharmacie Tél.: Fax : NABAA Khalil Textile Tél.: Fax : NACIRI Malika Endrocrinologue Tél.: Fax : RHALEB Nourdin Publicité Communication Tél.: Fax : ELALAMY Moulay Hassan Gérant de sté de transport et logistique Tél.:

28 INTRONISATION DE DR. MESBAHI MOHAMED 24

29 INTRONISATIONS INTRONISATION DE MR. BENCHAKROUNE MOHAMED 23

30 26 VISITE DU GOUVERNEUR

31

32

Les gencives et la santé générale. Qu est-ce qu une maladie des gencives? d autres types de problèmes de santé ou en causer de nouveaux.

Les gencives et la santé générale. Qu est-ce qu une maladie des gencives? d autres types de problèmes de santé ou en causer de nouveaux. Les gencives et la santé générale Nous savons tous que la prévention est l une des clés du maintien de la santé générale. Nous faisons de l exercice et nous surveillons notre alimentation pour nous aider

Plus en détail

asdf Deuxième Assemblée mondiale sur le vieillissement Madrid (Espagne) 8-12 avril 2002 madrid

asdf Deuxième Assemblée mondiale sur le vieillissement Madrid (Espagne) 8-12 avril 2002 madrid Madrid (Espagne) 8-12 avril 2002 Promouvoir la santé et le bien-être des personnes âgées : actif «Nous sommes témoins d une révolution silencieuse qui bien au-delà de la sphère démographique a des incidences

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

Aspects juridiques de la transplantation hépatique. Pr. Ass. F. Ait boughima Médecin Légiste CHU Ibn Sina, Rabat

Aspects juridiques de la transplantation hépatique. Pr. Ass. F. Ait boughima Médecin Légiste CHU Ibn Sina, Rabat Aspects juridiques de la transplantation hépatique Pr. Ass. F. Ait boughima Médecin Légiste CHU Ibn Sina, Rabat CONTEXTE - La greffe, longtemps image expérimentale, est une thérapeutique éprouvée - Première

Plus en détail

EN COLLABORATION AVEC LE SERVICE INFIRMIER DE LA SANTE SCOLAIRE DE L INSPECTION ACADEMIQUE DU DOUBS

EN COLLABORATION AVEC LE SERVICE INFIRMIER DE LA SANTE SCOLAIRE DE L INSPECTION ACADEMIQUE DU DOUBS EN COLLABORATION AVEC LE SERVICE INFIRMIER DE LA SANTE SCOLAIRE DE L INSPECTION ACADEMIQUE DU DOUBS UN DISPOSITIF : 3 OBJECTIFS COMPLEMENTAIRES Apprendre... et habituer les enfants aux Apprendre... bonnes

Plus en détail

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Déclaration finale de la Réunion mondiale sur l EPT 2014 Accord de Mascate Préambule 1. Nous, ministres, chefs de délégations,

Plus en détail

Le contexte. Définition : la greffe. Les besoins en greffons en constante augmentation

Le contexte. Définition : la greffe. Les besoins en greffons en constante augmentation Présentation Le contexte Quels donneurs, quels organes? Le don Pour quels malades? Les étapes d une greffe d organes Faites connaître votre choix! 01/04/2014 Union Nationale des associations de donneurs

Plus en détail

Cinzia Grassi, Loredana Ceccacci, Anna Elisa D Agostino Observatoire pour le contraste de la pédophilie et de la pornographie enfantine

Cinzia Grassi, Loredana Ceccacci, Anna Elisa D Agostino Observatoire pour le contraste de la pédophilie et de la pornographie enfantine 14. La collecte de données sur la violence envers les enfants Cinzia Grassi, Loredana Ceccacci, Anna Elisa D Agostino Observatoire pour le contraste de la pédophilie et de la pornographie enfantine Introduction

Plus en détail

LE GRAND LIVRE Du. Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel. Prévenir les complications. et surveiller la maladie

LE GRAND LIVRE Du. Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel. Prévenir les complications. et surveiller la maladie Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel LE GRAND LIVRE Du diabète Vivre avec le diabète à tout âge Traiter et surveiller la maladie Prévenir les complications, 2012 ISBN : 978-2-212-55509-7

Plus en détail

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre

La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre La prévention : caractéristique du positionnement de la Mutualité Française sur l ensemble de son offre Avril 2011 La longue expérience de la Mutualité Française dans la mise en œuvre d actions de prévention,

Plus en détail

Information au patient

Information au patient Information au patient Hôpital de jour médico-chirurgical Je vais subir une intervention chirurgicale en hôpital de jour, cela signifie que l intervention et le retour à domicile s effectueront le même

Plus en détail

Aspects réglementaires du don et de la transplantation des organes. Mohamed Arrayhani - Tarik Sqalli Service de Néphrologie CHU Hassan II - Fès

Aspects réglementaires du don et de la transplantation des organes. Mohamed Arrayhani - Tarik Sqalli Service de Néphrologie CHU Hassan II - Fès Aspects réglementaires du don et de la transplantation des organes Mohamed Arrayhani - Tarik Sqalli Service de Néphrologie CHU Hassan II - Fès Cadre législatif au Maroc Loi 16/98 relative au don, au prélèvement

Plus en détail

L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest

L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest Cancers, Individu id & Société L état des lieux d un pari Le Rapport Cordier 1 Biomarqueurs prédictifs 2 L axe 5 du Cancéropole Nord Ouest Cancers, Individu & Société

Plus en détail

Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine

Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine Ethique, don d organe et Agence de la Biomédecine Patrick Niaudet Président du Conseil d Orientation de l ABM Servie de Néphrologie Pédiatrique Hôpital Necker-Enfants Malades, Paris Mon intervention ne

Plus en détail

Don d organes et mort cérébrale. Drs JL Frances & F Hervé Praticiens hospitaliers en réanimation polyvalente Hôpital Laennec, Quimper

Don d organes et mort cérébrale. Drs JL Frances & F Hervé Praticiens hospitaliers en réanimation polyvalente Hôpital Laennec, Quimper Don d organes et mort cérébrale Drs JL Frances & F Hervé Praticiens hospitaliers en réanimation polyvalente Hôpital Laennec, Quimper La mort cérébrale Cessation irréversible de toute fonction cérébrale

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

Canada. Bulletin d information. Réfugiés pris en charge par le gouvernement. Réinstallation des réfugiés au

Canada. Bulletin d information. Réfugiés pris en charge par le gouvernement. Réinstallation des réfugiés au Réfugiés pris en charge par le gouvernement Canada Réinstallation des réfugiés au Bulletin d information Vous souhaitez vous réinstaller au Canada et votre demande a fait l objet d un examen initial par

Plus en détail

2012-2016 4+4 4+4 2012-2016. Stratégie du Pôle Social. Stratégie du Pôle Social

2012-2016 4+4 4+4 2012-2016. Stratégie du Pôle Social. Stratégie du Pôle Social 2012-2016 Stratégie du Pôle Social 4+4 4+4 Stratégie du Pôle Social 2012-2016 »YɪàL G Ö dg á«é«jgî SG 4+4 2012-2016 Introduction Notre pays entre dans une nouvelle phase de construction d un projet national

Plus en détail

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES POLITIQUE D ÉGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES MAI 2008 POLITIQUE D EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES 1. LE CONTEXTE L égalité entre les femmes et les hommes est une condition essentielle au développement

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC SOMMAIRE UN QUIZ POUR FAIRE UN POINT SUR MES CONNAISSANCES Un quiz pour faire un point sur mes connaissances 3 Vrai Faux Qu est-ce que l on

Plus en détail

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers

Maisons de Santé Pluridisciplinaires. Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Maisons de Santé Pluridisciplinaires Conditions d éligibilité à des soutiens financiers Les maisons de santé pluridisciplinaires (MSP) visent à offrir à la population, sur un même lieu, un ensemble de

Plus en détail

Combien coûtent vos soins dentaires?

Combien coûtent vos soins dentaires? Combien coûtent vos soins dentaires? Enquête nationale MC sur les soins dentaires Alliance nationale des Mutualités chrétiennes 03-04-2014 Research & Development Bram Peters et Pauline van Cutsem Table

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à :

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à : Ma vie Mon plan Cette brochure est pour les adolescents(es). Elle t aidera à penser à la façon dont tes décisions actuelles peuvent t aider à mener une vie saine et heureuse, aujourd hui et demain. Cette

Plus en détail

Mission France Réseau Social Dentaire Val de Marne 2015

Mission France Réseau Social Dentaire Val de Marne 2015 Mission France Réseau Social Dentaire Val de Marne 2015 Objectif AOI Accompagner une amélioration de la santé dentaire de populations démunies Pays en développement France AOI - France - Val de Marne Faciliter

Plus en détail

9.11 Les jeux de hasard et d argent

9.11 Les jeux de hasard et d argent 9.11 Les jeux de hasard et d argent Maud Pousset, Marie-Line Tovar 288 Les jeux de hasard et d argent (JHA) constituent une activité ancienne et répandue, mais longtemps interdite. Leur offre s est étoffée,

Plus en détail

SOIXANTE-SEPTIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A67/18 Point 13.5 de l ordre du jour provisoire 21 mars 2014. Psoriasis. Rapport du Secrétariat

SOIXANTE-SEPTIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A67/18 Point 13.5 de l ordre du jour provisoire 21 mars 2014. Psoriasis. Rapport du Secrétariat SOIXANTE-SEPTIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A67/18 Point 13.5 de l ordre du jour provisoire 21 mars 2014 Psoriasis Rapport du Secrétariat 1. Le Conseil exécutif, à sa cent trente-troisième session,

Plus en détail

I. Une nouvelle loi anti-discrimination

I. Une nouvelle loi anti-discrimination Extrait du Bulletin de Liaison Le Défi n 17, LHFB, Juillet 2004 Discriminations et assurances ; les apports de la Loi du 25 février 2003 et le rôle du Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

ÉLUS MUNICIPAUX RETRAITÉS Groupe 71H64

ÉLUS MUNICIPAUX RETRAITÉS Groupe 71H64 ÉLUS MUNICIPAUX RETRAITÉS Groupe 71H64 SSQ, Société d assurance-vie inc. 90 Dispositions générales Le présent document décrit les dispositions contractuelles en vigueur le 1 er janvier 2009. Catégorie

Plus en détail

Connaître. facultatif. le régime. de complémentaire. santé Pour les anciens salariés

Connaître. facultatif. le régime. de complémentaire. santé Pour les anciens salariés 1 Connaître le régime facultatif de complémentaire santé Pour les anciens salariés Préambule Le 12 août 2008, l Union des Caisses Nationales de Sécurité sociale et des organisations syndicales ont signé

Plus en détail

Instructeur du dossier : Adresse : Téléphone : E-mail :

Instructeur du dossier : Adresse : Téléphone : E-mail : Commission Permanente d Action Sociale. DEMANDE d AIDE FINANCIERE 2015 Vacances Familiales ou Individuelles, Cures, Voyages pour Insuffisants Respiratoires, Maladies rares, Neurologiques, Asthme Séjours

Plus en détail

www Sécurité sociale en Suisse: www.ofsp.admin.ch > Thèmes > Aperçu > Données de base

www Sécurité sociale en Suisse: www.ofsp.admin.ch > Thèmes > Aperçu > Données de base Vivre et travailler en Suisse + Le système de sécurité sociale en Suisse + Le système social* Le système suisse de sécurité sociale est relativement complexe: chaque branche a ses particularités. Cela

Plus en détail

La Loi sur l aide aux personnes et aux familles

La Loi sur l aide aux personnes et aux familles La Loi sur l aide aux personnes et aux familles (L.R.Q., chapitre A-13.1.1) Par : Olivia Dugré, étudiante en droit à l Université Laval Sous la supervision de Christian Loupret Avril 2012 TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie

Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie Campagne nationale pour l élimination des fistules obstétricales en Mauritanie Contexte de la fistule obstétricale Situation en Mauritanie Progrès au niveau Pays/ Mise en œuvre Défis pour les années à

Plus en détail

Maîtriser l essentiel du code de travail

Maîtriser l essentiel du code de travail Vendredi 31 Octobre à Casablanca Maîtriser l essentiel du code de travail Contrat de Travail Régime de salaire Durée de Travail Hygiène et sécurité Rupture du contrat de travail Licenciement Droit Disciplinaire

Plus en détail

Garantie Harmonie Santé Partenaires. Régime général. www.harmonie-mutuelle.fr

Garantie Harmonie Santé Partenaires. Régime général. www.harmonie-mutuelle.fr Garantie Harmonie Santé Partenaires Régime général www.harmonie-mutuelle.fr Votre santé mérite toute notre attention Les avantages de Harmonie Santé Partenaires Le partenariat conclu entre notre mutuelle

Plus en détail

des banques pour la recherche

des banques pour la recherche ADN, cellules, tissus... des banques pour la recherche FÉVRIER 2009 Les banques d échantillons de matériel biologique (tissus, cellules, ADN ), appelées biobanques, mettent à disposition des chercheurs

Plus en détail

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Rio de Janeiro (Brésil), 21 octobre 2011 1. À l invitation de l Organisation mondiale de la Santé, nous, Chefs de Gouvernement, Ministres

Plus en détail

VIVRE ET TRAVAILLER EN SUISSE

VIVRE ET TRAVAILLER EN SUISSE VIVRE ET TRAVAILLER EN SUISSE + LE SYSTÈME DE SÉCURITÉ SOCIALE EN SUISSE + LE SYSTÈME SOCIAL Le système suisse de sécurité sociale est relativement complexe: chaque branche a ses particularités. Cela tient

Plus en détail

Je suis sous procédure Dublin qu est-ce que cela signifie?

Je suis sous procédure Dublin qu est-ce que cela signifie? FR Je suis sous procédure Dublin qu est-ce que cela signifie? B Informations pour les demandeurs d une protection internationale dans le cadre d une procédure de Dublin en vertu de l article 4 du Règlement

Plus en détail

Déclaration des droits sur Internet

Déclaration des droits sur Internet Déclaration des droits sur Internet 1 Préambule Internet a décisivement contribué à redéfinir l espace public et privé, à structurer les rapports entre les personnes et entre celles-ci et les institutions.

Plus en détail

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit J ai droit, tu as droit, il/elle a droit Une introduction aux droits de l enfant Toutes les personnes ont des droits. Fille ou garçon de moins de 18 ans, tu possèdes, en plus, certains droits spécifiques.

Plus en détail

Pour certains, la maladie est assimilée à une faiblesse (consulter constitue un aveu de défaillance physique).

Pour certains, la maladie est assimilée à une faiblesse (consulter constitue un aveu de défaillance physique). P.R ALPS. Re tour sommaire P ages précédentes Les professionnels de santé ne sont pas toujours bien perçus par les bénéficiaires du RMI, ils éprouvent souvent une certaine méfiance (peur du diagnostic?

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

L ÉCHO de GUSTAVE La Page d Economie du Lycée Gustave Eiffel de Budapest

L ÉCHO de GUSTAVE La Page d Economie du Lycée Gustave Eiffel de Budapest L ÉCHO de GUSTAVE La Page d Economie du Lycée Gustave Eiffel de Budapest Atelier de la classe de premiere en Sciences Economiques & Sociales Revue de presse économique, politique et sociale française Janvier

Plus en détail

Compte rendu de l audit de la d implantologie d Obuda

Compte rendu de l audit de la d implantologie d Obuda Compte rendu de l audit de la d implantologie d Obuda Audit réalisé le 3 mars 2012 Dernier contrôle effectué sur place le 20 Avril 2012 La clinique d implantologie d Obuda répondant parfaitement à nos

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Garantie Harmonie Santé Partenaires. Régime général. www.harmonie-mutuelle.fr

Garantie Harmonie Santé Partenaires. Régime général. www.harmonie-mutuelle.fr Garantie Harmonie Santé Partenaires Régime général www.harmonie-mutuelle.fr Votre santé mérite toute notre attention Les avantages de Harmonie Santé Partenaires Le partenariat conclu entre notre mutuelle

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

Vous et votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamine K)

Vous et votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamine K) Ce carnet a été réalisé sous la coordination de l Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps). Vous et votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamine K) Carte à découper

Plus en détail

Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir

Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir Extrait Communiqué de presse Saint-Denis, le 12 avril 2012 Nouveau plan greffe : Axes stratégiques pour l avenir La dynamique du plan greffe 2000-2003 a généré un essor sans précédent de près de 50 % de

Plus en détail

Ministère de la Santé et de la Qualité de la Vie. Colloque sur le prélèvement de tissus et d organes Humains

Ministère de la Santé et de la Qualité de la Vie. Colloque sur le prélèvement de tissus et d organes Humains Ministère de la Santé et de la Qualité de la Vie Colloque sur le prélèvement de tissus et d organes Humains Venue: Salle de Conférence Hôtel Gold Crest Quatre Bornes Jeudi 27 août à 14 heures 1 Miss How

Plus en détail

ptimalis santé ... une solution de santé adaptée au moment où vous en avez le plus besoin [ Santé ] [ Prévoyance profession [ Prévoyance particulier

ptimalis santé ... une solution de santé adaptée au moment où vous en avez le plus besoin [ Santé ] [ Prévoyance profession [ Prévoyance particulier [ Prévoyance profession PERSONNES [ COMPLÉMENTAIRE SANTÉ ] PARTICULIERS [ Santé ] [ Prévoyance particulier [ Mobilité ] ptimalis santé [ Assurance de prêt ] [ Patrimoine ]... une solution de santé adaptée

Plus en détail

Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo

Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo Evaluation du projet Fonds pour la consolidation de la paix, Welthungerhilfe Butembo République Démocratique du Congo Numéro WHH du projet: AF 1519 / COD 1063-07 Numéro KfW du projet : KfW 2007 65 537

Plus en détail

Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction

Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction OFDT Note n 2010-12 Saint-Denis, le 09/08/2010 Introduction Les premières structures

Plus en détail

A - Nomenclature des préjudices de la victime directe

A - Nomenclature des préjudices de la victime directe ANNEXE NOMENCLATURE DES PREJUDICES RESULTANT D UNE ATTEINTE A LA PERSONNE A - Nomenclature des préjudices de la victime directe 1 ) Préjudices patrimoniaux a) Préjudices patrimoniaux temporaires (avant

Plus en détail

EXECUTIVE MBA ORIENTATION INGENIERIE FINANCIERE ET JURIDIQUE

EXECUTIVE MBA ORIENTATION INGENIERIE FINANCIERE ET JURIDIQUE En partenariat avec ORGANISE EXECUTIVE MBA ORIENTATION INGENIERIE FINANCIERE ET JURIDIQUE KICK OFF MEETING «Samedi 27 Juin 2015 à 22h» Démarrage de la 1ère promotion «Samedi 11 Juillet 2015» Lieu de formation

Plus en détail

L Union des Femmes Investisseurs Arabes est une entité dépendant de la Ligue Arabe.

L Union des Femmes Investisseurs Arabes est une entité dépendant de la Ligue Arabe. 1 1 2 2 Qui est l Union des Femmes Investisseurs Arabes? FICHE D IDENTITÉ L Union des Femmes Investisseurs Arabes est une entité dépendant de la Ligue Arabe. Elle a été créée par l Union économique arabe

Plus en détail

COMMISSION DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS DE L OCEAN INDIEN

COMMISSION DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS DE L OCEAN INDIEN COMMISSION DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS DE L OCEAN INDIEN COMMISSION DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS DE L OCEAN INDIEN Procès verbal n 47 Comité des experts 07 et 08 décembre 2009 Djibouti Palace Kempinski

Plus en détail

SPÉCIMEN. Couverture Maladie Universelle. Protection de base. Nous sommes là pour vous aider

SPÉCIMEN. Couverture Maladie Universelle. Protection de base. Nous sommes là pour vous aider Nous sommes là pour vous aider Couverture Maladie Universelle Protection de base SPÉCIMEN Vous trouverez dans ce dossier tout ce dont vous avez besoin pour obtenir la CMU : une présentation de la CMU,

Plus en détail

E-Forum sur l Approche par les Compétences

E-Forum sur l Approche par les Compétences E-Forum sur l Approche par les Compétences Exposé liminaire Deux conceptions de l approche par compétences BIEF / 05.09.19 1 Quand on parle d approche par les compétences dans les curriculums, on pense

Plus en détail

Business Intelligence RH

Business Intelligence RH Vendredi 03 Octobre à Casablanca Business Intelligence RH Indicateurs et tableaux de bord RH de performance Analyser l absentéisme et mettre en place les actions correctives Mesurer et interpréter les

Plus en détail

Don d organes. Notre pays a une nouvelle loi sur la transplantation depuis juillet 2007.

Don d organes. Notre pays a une nouvelle loi sur la transplantation depuis juillet 2007. Don d organes Donner ses organes et ses tissus à son décès est un geste généreux qui permet de sauver la vie de plusieurs personnes et d en aider de nombreuses autres à recouvrer la santé. La transplantation

Plus en détail

PLAN VISION POUR L AVENIR

PLAN VISION POUR L AVENIR FRENCH (FR) PLAN VISION POUR L AVENIR Subventions mondiales Bourse d études Candidature Les subventions mondiales de la Fondation Rotary peuvent servir à financer des bourses à l impact tangible et durable

Plus en détail

Projet de loi n o 491

Projet de loi n o 491 PREMIÈRE SESSION QUARANTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 491 Loi sur la neutralité religieuse de l État et la lutte contre l intégrisme religieux et modifiant la Charte des droits et libertés de la personne

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

Notice d Information Assurance de Groupe - Frais de Santé Contrat n 2431318401020

Notice d Information Assurance de Groupe - Frais de Santé Contrat n 2431318401020 Notice d Information Assurance de Groupe - Frais de Santé Contrat n 2431318401020 A effet du 1 er janvier 2007 Le Syndicat REUSSIR. 21 BOULEVARD POISSONNIERE 75002 PARIS souscrit auprès d AXA France Vie,

Plus en détail

Parce que tout repose sur vous Reposez-vous sur nous pour votre couverture Prévoyance et Santé! Conjugo TNS : offre Prévoyance/Santé

Parce que tout repose sur vous Reposez-vous sur nous pour votre couverture Prévoyance et Santé! Conjugo TNS : offre Prévoyance/Santé www.alico.fr Document à caractère non contractuel Votre courtier Alico, l expert en assurance emprunteur et en prévoyance Alico est un acteur international de premier plan en assurances de personnes depuis

Plus en détail

Vous divorcez, vous vous séparez?

Vous divorcez, vous vous séparez? Service Com&Doc - Crédit image : drx - Fotolia.com - Imprimerie Caf35 - Mars 2014 Vous divorcez, vous vous séparez? 5 questions pour mieux comprendre Vous informer et vous aider dans vos démarches Vous

Plus en détail

VOTRE COMPLEMENTAIRE SANTE

VOTRE COMPLEMENTAIRE SANTE Version octobre 2012 VOTRE COMPLEMENTAIRE SANTE ASSISTANTES MATERNELLES & SALARIES DE PARTICULIERS EMPLOYEURS Une équipe de conseillers est à votre service du lundi au vendredi de 9h00 à 12h30 et de 13h30

Plus en détail

Le système de protection sociale en santé en RDC

Le système de protection sociale en santé en RDC REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO MINISTERE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE Le système de protection sociale en santé en RDC 13/09/2013 1 I. Contexte national Plan II. Mesures de protection

Plus en détail

Article 1654 Le mariage est un contrat solennel entre deux personnes de sexe opposé qui souhaitent s unir et former une famille.

Article 1654 Le mariage est un contrat solennel entre deux personnes de sexe opposé qui souhaitent s unir et former une famille. Concours European Law Moot Court 2013-2014 Affaire M- 564/13, Spyridon et autres c. le Ministre de l Immigration et de la Naturalisation et le Directeur Général de la Santé 1. La Principauté de Brandoa

Plus en détail

COOPERATION BELGIQUE - BURUNDI Programme 2012 de bourses d études et de stage hors-projet

COOPERATION BELGIQUE - BURUNDI Programme 2012 de bourses d études et de stage hors-projet COOPERATION BELGIQUE - BURUNDI Programme 2012 de bourses d études et de stage hors-projet Les bourses d études ou de stages sont financées par la coopération belge dans le cadre d un accord de coopération

Plus en détail

Mutuelles communautaires. Une initiative d appui à la Couverture médicale de base

Mutuelles communautaires. Une initiative d appui à la Couverture médicale de base Mutuelles communautaires Une initiative d appui à la Couverture médicale de base La population rurale n a pas ou peu accès aux médicaments En choisissant d axer son développement sur la valorisation du

Plus en détail

ALLOCUTION DE M. BENJAMIN HOUNTON CHARGE DU BUREAU DU HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME POUR L AFRIQUE DE L OUEST

ALLOCUTION DE M. BENJAMIN HOUNTON CHARGE DU BUREAU DU HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME POUR L AFRIQUE DE L OUEST ALLOCUTION DE M. BENJAMIN HOUNTON CHARGE DU BUREAU DU HAUT COMMISSARIAT DES NATIONS UNIES AUX DROITS DE L HOMME POUR L AFRIQUE DE L OUEST CONFERENCE REGIONALE SUR LA RATIFICATION DES INSTRUMENTS INTERNATIONAUX

Plus en détail

Reflexio Santé. La complémentaire santé qui évolue avec vous. www.francemutuelle.fr

Reflexio Santé. La complémentaire santé qui évolue avec vous. www.francemutuelle.fr Reflexio Santé La complémentaire santé qui évolue avec vous. www.francemutuelle.fr Sécurité sociale et complémentaire, essayons d y voir plus clair! Qui rembourse quoi? La Sécurité sociale rembourse une

Plus en détail

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca Investissement étranger à la Bourse de Casablanca Juin 2014 Page 1 898 SYNTHESE En 2013, le nombre des investisseurs étrangers en actions cotées à la Bourse de Casablanca a enregistré une hausse ; il est

Plus en détail

Foire aux questions Régime d assurance étudiante

Foire aux questions Régime d assurance étudiante Foire aux questions Régime d assurance étudiante 1- Qu est-ce que couvrent les soins de santé et à quel pourcentage? 2- Qu est-ce que couvrent les soins dentaires et à quel pourcentage? 3- Combien coûte

Plus en détail

CONTENU DU CAHIER DE GESTION

CONTENU DU CAHIER DE GESTION COMMISSION SCOLAIRE DE KAMOURASKA RIVIÈRE-DU-LOUP CONTENU DU CAHIER DE GESTION SECTION I CONSEIL DES COMMISSAIRES Règlement fixant le jour, l heure et le lieu des séances ordinaires du conseil des commissaires

Plus en détail

CORRECTION BREVET PONDICHERY 2014

CORRECTION BREVET PONDICHERY 2014 CORRECTION BREVET PONDICHERY 2014 PREMIERE PARTIE : HISTOIRE (13 POINTS) 1. Questions (6 points) 1. A quels siècles correspond l «âge des églises gothiques»? (1 point) L «âge des églises gothiques» va

Plus en détail

AIDES FORMATION / ACCES A LA QUALIFICATION. Région Département 04 05 06 13 83 84 Local

AIDES FORMATION / ACCES A LA QUALIFICATION. Région Département 04 05 06 13 83 84 Local AIDES FORMATION / ACCES A LA QUALIFICATION Bourse d études Conseil régional Provence-Alpes-Côte d Azur Mise à jour : Février 2011 (Réf. FO00001) Secteur géographique concerné Région Département 04 05 06

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

Profil professionnel

Profil professionnel Profil professionnel Contenu 1. Introduction 5 2. La profession en bref 7 3. Cahier des charges et compétences 8 d une hygiéniste dentaire dipl. ES 4. Exigences posées à l hygiéniste dentaire dipl. ES

Plus en détail

PRESENTATION ACTION SOCIALE PREVOYANCE MICHELIN

PRESENTATION ACTION SOCIALE PREVOYANCE MICHELIN PRESENTATION ACTION SOCIALE PREVOYANCE MICHELIN 1 1 L ACTION SOCIALE NOS VALEURS SOLIDARITÉ Valeur centrale, elle s exprime par la mise en œuvre d interventions au profit de tous ses clients : entreprises,

Plus en détail

Allocution d ouverture M. Philippe Boillat, Directeur général, Direction générale Droits de l'homme et Etat de droit, Conseil de l'europe

Allocution d ouverture M. Philippe Boillat, Directeur général, Direction générale Droits de l'homme et Etat de droit, Conseil de l'europe SEUL LE PRONONCE FAIT FOI! 17.06.2014 Allocution d ouverture M. Philippe Boillat, Directeur général, Direction générale Droits de l'homme et Etat de droit, Conseil de l'europe 19 e Conférence du Conseil

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

Clinique de chirurgie dentaire (Budapest) Résultat Audit

Clinique de chirurgie dentaire (Budapest) Résultat Audit Clinique de chirurgie dentaire (Budapest) Résultat Audit Cet audit se présente sous forme d affirmations ou d infirmations à des critères simples, qui regroupées par thème, permettent de définir la qualité

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

C est votre santé Impliquez-vous

C est votre santé Impliquez-vous C est votre santé Impliquez-vous Le financement de ce projet a été fourni par le ministère de la Santé et des Soins de longue durée de l Ontario www.oha.com 1. Impliquez-vous dans vos soins de santé. Dites-nous

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

Comment se déroule le droit de visite et d hébergement d un parent en cas de fixation de la résidence habituelle chez l autre parent?

Comment se déroule le droit de visite et d hébergement d un parent en cas de fixation de la résidence habituelle chez l autre parent? Comment se déroule le droit de visite et d hébergement d un parent en cas de fixation de la résidence habituelle chez l autre parent? Lorsque l enfant vit au domicile de l un de ces parents, ce qui est,

Plus en détail

ANNEXE 3 ASSISTANCE MÉDICALE

ANNEXE 3 ASSISTANCE MÉDICALE ANNEXE 3 ASSISTANCE MÉDICALE - 30 - ANNEXE N 3 ASSISTANCE MÉDICALE (Mutuelle Assistance International, Mutuelle Assistance France) I. CONDITIONS GÉNÉRALES En cas de besoin, chaque bénéficiaire peut, 24

Plus en détail

Réflexions sur les possibilités de réponse aux demandes des chirurgiens orthopédistes avant arthroplastie

Réflexions sur les possibilités de réponse aux demandes des chirurgiens orthopédistes avant arthroplastie Bull. Acad. Natle Chir. Dent., 2007, 50 113 Commission de l exercice professionnel et Groupe de réflexion Réflexions sur les possibilités de réponse aux demandes des chirurgiens orthopédistes avant arthroplastie

Plus en détail

DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES

DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES 327 Allaitement maternel inefficace (00104) 327 Allaitement maternel interrompu (00105) 328 Motivation à améliorer l allaitement maternel (00106) 329 Tension dans l exercice

Plus en détail

La santé des jeunes Rhônalpins en insertion

La santé des jeunes Rhônalpins en insertion La santé des jeunes Rhônalpins en insertion Diagnostic commun et actions partenariales URML, URHAJ et MFRA CRDSU (centre de ressources et d'échanges pour le développement social urbain) 12 octobre 2012

Plus en détail

REGLEMENT D INTERVENTION BOURSES D ETUDES POUR LES FORMATIONS SANITAIRES ET SOCIALES

REGLEMENT D INTERVENTION BOURSES D ETUDES POUR LES FORMATIONS SANITAIRES ET SOCIALES REGLEMENT D INTERVENTION BOURSES D ETUDES POUR LES FORMATIONS SANITAIRES ET SOCIALES Septembre 2008 1 Direction Générale Adjointe Solidarités Formations tout au long de la vie Direction des Solidarités

Plus en détail

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS

GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH) QUESTIONNAIRE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS Strasbourg, 17 février 2010 [cdcj/cdcj et comités subordonnés/ documents de travail/cj-s-ch (2010) 4F final] CJ-S-CH (2010) 4F FINAL GROUPE DE SPECIALISTES SUR UNE JUSTICE ADAPTEE AUX ENFANTS (CJ-S-CH)

Plus en détail

EOVI MANAGER. des solutions au tempo de votre équipe. qui renouvelle la mutuelle

EOVI MANAGER. des solutions au tempo de votre équipe. qui renouvelle la mutuelle EOVI MANAGER des solutions au tempo de votre équipe SANTé Intégral la qui renouvelle la mutuelle GARANTIE SANTÉ : VOUS la CHOISISSEZ, VOS SALARIÉS la RENFORCENT 1 Vous choisissez la garantie collective

Plus en détail