Normaliser le contenu des dossiers patients à l aide de SNOMED CT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Normaliser le contenu des dossiers patients à l aide de SNOMED CT"

Transcription

1 Normaliser le contenu des dossiers patients à l aide de SNOMED CT François Macary co-chair SNOMED International French Translation Group (since 2018) SNOMED CT Authoring Level 1 certified (since 2021) Technical liaison of IHE International to SNOMED International (since 2018) 1

2 Plan de la session 1. Exemple concret d interopérabilité sémantique 2. SNOMED CT - terminologie clinique au cœur de l écosystème 3. Maintenance, distribution, utilisation 4. Couverture et composants de la terminologie 5. Exploitation des relations, ECL 6. Extensibilité : postcoordination de concepts 7. Synthèse : SNOMED langue de la santé pour les machines 2

3 Cas d usage prioritaire : l interopérabilité sémantique en production de soins - en particulier les e-prescriptions (biologie, imagerie, médicament) de la vague 2 du Ségur La capacité d échanger des données dotées d un sens non ambigu, non vague, inaltérable, interprétable par les professionnels et par leurs applications Examen cytobactériologique type de prélèvement? motif? traitements en cours? Température? Dossier patient Message combinant une syntaxe et des concepts codés interprétable par le système destinataire Demande : Examen : cytobactériologie Type de prélèvement : échantillon d expectoration Motif : bronchopneumonie aigüe Traitement médicamenteux en cours : - chlorhydrate de vancomycine en gélule orale 250 mg Température corporelle : 39,5 C Vérification prélèvement reçu Planification de l examen SI laboratoire 3

4 Standardisation des mots de l énoncé pour que les applications puissent agir ou raisonner dessus DPI SIL SNOMED CT: Examen de laboratoire ( ) LOINC : Cytobactériologie - expectoration ( ) LOINC: Motif de la demande Demande d examen de biologie médicale : Cytobactériologie sur expectoration Motif : bronchopneumonie aigüe Traitement en cours : chlorhydrate de vancomycine en gélule orale 250 mg Température : 39,5 C LOINC: température corporelle (8310-5) ( )? 39.5 UCUM degré celsius (Cel) SNOMED CT: échantillon d expectoration ( ) SNOMED CT: bronchopneumonie aigüe ( ) LOINC: traitement en cours ( )? SNOMED CT: chlorhydrate de vancomycine en gélule orale 250 mg ( ) Articulation normale : Question LOINC? -> réponse codée SNOMED CT 4

5 Retour des résultats DPI SIL LOINC : Bactérie identifiée par culture sur expectoration (6460-0) LOINC : sensibilité vancomycine ( ) LOINC : sensibilité linézolide ( ) LOINC : interprétation du biologiste ( ) Culture positive : Staphylocoque doré Antibiogramme : CMI CMI vancomycine 32 µg/ml CMI UCUM µg/ml (ug/ml) -> Résistant CMI linézolide < 3 mg/l -> Sensible CMI Conclusion : présence SARV Traitement recommandé : linézolide SNOMED CT: médicament contenant linézolide ( ) UCUM mg/l (mg/l) SNOMED CT: Staphylococcus aureus ( ) SNOMED CT: résistant ( ) SNOMED CT: sensible ( ) SNOMED CT: staphylocoque doré résistant à la vancomycine ( ) 5

6 Les mots des deux énoncés sont placés dans une structure standardisée : ressources HL7 FHIR ou message HL7 v2 ou compte rendu CDA profilé par IHE Un examen demandé HL7 v2 Message HL7 v2 de demande d examen de biologie MSH ^~\& OML^O33^OML_O33 EN PID EVERYMAN^ADAM^^JR^^^L M PV1 SPM 1 123^Card ^échantillon d expectoration^sct ORC TQ1 OBR 1 123^Card ^Microbiology CNAMTS panel - Sputum^LN OBX 1 CE ^Reason for test or procedure^ln ^Acute bronchopneumonia^sct OBX 2 CE ^Current medication, Name and Identifier^LN ^vancomycin chlorhydrate, oral caps 250 mg^sct Une observation HL7 V2 Prescription connectée SNOMED CT LOINC Extrait du niveau 3 du compte rendu CDA <observation classcode="obs" moodcode="evn"> <templateid /> <code code=" " codesystem=" " codesystemname="loinc" displayname="vancomycin susceptibility"/> <statuscode /> <effectivetime /> <value xsi:type="ivl_pq"> <low value="32" unit="ug/ml" inclusive="true"/> </value> <interpretationcode code=" " displayname="résistant" </observation> Diffusion de CR de biologie Code unité UCUM codesystem=" " codesystemname="snomed CT"/> 6

7 Cible première Structure Usages Terminologies de référence SNOMED CT, LOINC Données de soins des personnes Polyhiérarchique Interopérabilité des circuits de production de soins Echanges d extraits de dossiers médicaux pour la continuité des soins Accès aux sources externes de connaissance, aide à la décision Fourniture de données harmonisées aux entrepôts big data pour la recherche Déploiement de la santé numérique : télémédecine, télé-soin Terminologies d agrégation CIM-10,11, ATC, CCAM, GHM, CISP-2 Données de santé des populations Mono-hiérarchique (classes exclusives) Statistiques globales des causes de mortalité Statistiques des causes de morbidité (à tous les échelons, y compris global) PMSI établissements en France (appelé DRG dans les autres pays) Fourniture de données épidémiologiques générales Pilotage de l allocation de ressource en rapport avec la santé d une population Décrire et communiquer Classer et dénombrer 7

8 Les cas d usage auxquels répond SNOMED CT Représenter fidèlement et au niveau de granularité souhaité l information collectée ou produite par les cliniciens au cours de leurs activités de soins, sous une forme normalisée, interprétable par les systèmes, communicable de l un à l autre sans perte ni altération de sens, et favorisant l automatisation des traitements et des raisonnements au sein de chacun d eux. réutilisation de données de sources multiples, analyse, raisonnement. efficacité de la coopération entre les acteurs de la chaîne de soins. accélération de la boucle vertueuse entre soins et recherche médicale. 8

9 Projet commandité par la CE SNOMED CT terminologie de référence au centre de l écosystème terminologique pour le secteur santé Reco 2 : SNOMED CT est la meilleure terminologie de référence disponible pour servir la santé numérique, aux échelons global, européen, national et régional. Reco 3 : SNOMED CT devrait être adoptée en tant que terminologie de référence constituant le cœur d un écosystème comprenant d autres terminologies de référence et d agrégation. 9

10 Acronyme Nom Domaine Portée Type LOINC Logical Observations Identifiers Names & Codes Observations et examens Monde réf Principales terminologies de référence (réf) et d agrégation (agrég) utiles au secteur santé en France UCUM The Unified Code for Units of Measure Observations quantitatives Monde réf SNOMED CT Systematized Nomenclature of Medicine Clinical Terms Tout le champ de la santé Monde réf CIM Classification internationale des maladies (versions 10 puis 11) Statistiques + PMSI Monde agrég CIF Classification internationale du fonctionnement et du handicap Statistiques Monde agrég ICHI classification internationale des interventions en santé Statistiques Monde agrég CCAM Classification commune des actes médicaux PMSI France agrég GHM Groupes homogènes de malades PMSI France agrég UCD Unités communes de dispensation Médicament France réf ATC Classification anatomique, thérapeutique et chimique Médicament Monde agrég EDQM ST Standard Terms of European Directorate for Quality of Medicines Médicament Europe réf MedDRA Medical dictionary for regulatory activities Médicament Europe réf GMDN Global medical device nomenclature Dispositif medical Monde agrég EMDN European medical device nomenclature Dispositif medical Europe agrég LPP Liste des produits et prestations Dispositif medical France agrég CLADIMED Classification des dispositifs médicaux Dispositif medical France agrég ORPHA Codification des maladies rares Diagnostics Europe réf OMIM Online mendelian inheritance in man Gènes et phenotypes génétiques Monde réf HPO Human phenotype ontology Anormalités phénotypiques Monde réf CISP Classification internationale des soins primaires Médecine de ville (généralistes) Monde agrég de référence ou d agrégation 10

11 Exemple d écosystème terminologique pertinent pour la France ORPHAcodes CCAM, GHM, UCD, LPP, CLADIMED, NABM Mappings entre SNOMED CT et d autres terminologies Regenstrief Institute UCUM (codage des LOINC SNOMED CT EDQM Standard Terms observations) EMDN MedDRA CIM CISP-2 ATC OMS et classifications statistiques associées 11

12 Application dans deux catalogues de référence de PHAST UCD, CIP, CIS, NCHFS, LES EDQM Standard Terms médicament ATC NABM COFRAC RIHN LC biologie médicale 12

13 SNOMED CT distribuée par l association à but non lucratif Snomed International dont les membres sont des Etats Gouvernance : Mission : Association pilotée par l Assemblée Générale de ses 42 États membres (dont 22 en Europe). Plus haute instance de décision. Produire durablement une langue clinique mondiale pour les machines, et des services associés pour soutenir des échanges de données clairs, le raisonnement et l analyse des informations de santé, par toutes les parties prenantes. Evolution rapide : Jusque là semestrielle, la fréquence des versions est devenue mensuelle en 2022 : 31/01, 28/02, 31/03 13

14 France en cours d adhésion Finalisation en pays européens membres, 4 du Moyen Orient 14

15 Conditions d utilisation de la terminologie L association SNOMED International gouvernée par l assemblée de ses États membres, détient les droits de propriété intellectuelle de SNOMED CT. C est ce qui garantit la co-construction harmonieuse du bien commun. Dans un pays membre : licence gratuite contractée auprès du centre national de diffusion - National Release Center (NRC). Dans un pays non membre, «licence affilié» payante, contractée auprès de SNOMED International 15

16 SNOMED CT en France Adhésion de la France en L usage de SNOMED CT sur des données réelles sera donc gratuit. L implémentation dans les applications peut débuter dès à présent sans attendre la finalisation de l adhésion. Traduction française réalisée pour l ensemble de l espace francophone par le French Translation Project Group de SNOMED International, alliant les NRC de Belgique, Canada, Luxembourg, Suisse, et PHAST(*) pour la France. Le futur NRC français en cours d intégration au groupe. (*) PHAST dispose d un accord pour initier la traduction française de la terminologie, signé fin 2015 avec SNOMED International et avec l approbation du ministère en charge de la santé. Traduction visible dans le browser SNOMED CT et dans la visionneuse de PHAST 16

17 SNOMED CT est la terminologie la plus large et la plus évolutive couvrant le domaine de la santé humaine > concepts codés actifs pour représenter fidèlement l information clinique sous une forme standardisée Les 19 hiérarchies de premier niveau (par ordre décroissant) : 17

18 Les principales hiérarchies 1/2 : constatations : plaintes, symptômes, signes, états normaux et anormaux (finding) 1/2 : maladies, troubles, blessures, pathologies, affections (disorder) tous les actes intentionnels visant la santé : médicaux, chirurgicaux, diagnostiques, paramédicaux, administratifs, de conseil, transport, traitement, régime structures corporelles (body structure), structures cellulaires (cell structure) anomalies morphologiques (morphologic abnormality) 18

19 Composants principaux de Concepts SNOMED CT 19

20 Les 3 composants de base de SNOMED CT Concept Une signification clinique associée à un identifiant unique (ou code) La signification en clair est portée par le libellé de référence : Fully Specified Name (FSN). Le lien entre l identifiant et la signification du concept est permanent et non modifiable Numérique et non signifiant (6 à 18 chiffres) Description L expression dans une langue de la signification d un concept. Deux types principaux : FSN : la description de référence Synonyme : un libellé pour l affichage sur les écrans des applications Synonyme Synonyme 20

21 Le nombre de descriptions pour un concept n est pas limité L organisation en charge de la traduction dans une langue peut ajouter autant de synonymes que souhaité. en-us FSN - Chronic obstructive lung disease (disorder) fr - fr - fr - fr - maladie pulmonaire obstructive chronique pathologie pulmonaire obstructive chronique bronchopneumopathie obstructive chronique BPCO en-us en-us en-us en-us Chronic obstructive lung disease CAFL - Chronic airflow limitation CAO - Chronic airflow obstruction COPD - Chronic obstructive pulmonary disease 21

22 Les 3 composants de base de SNOMED CT Concept Une signification clinique associée à un identifiant unique (ou code) La signification en clair est portée par le libellé de référence : Fully Specified Name (FSN). Le lien entre l identifiant et la signification du concept est permanent et non modifiable Description L expression dans une langue de la signification d un concept. Deux types principaux : FSN : la description de référence Synonyme : un libellé pour l affichage sur les écrans des applications Synonyme Synonyme Relation du concept A vers le concept B La modélisation d une propriété toujours vraie du concept A, dont le concept B représente la valeur. Exemple : COVID-19 Agent responsable le SARS-CoV-2 a comme ( ) ( ) ( ) Concept A : source de la relation Concept représentant la propriété (la relation) Concept B représentant la valeur de la propriété (cible de la relation) 22

23 Un exemple de concept avec ses relations Constatation (finding) Maladie (disorder) Ascendants : Arthrite Maladie auto-immune sous-type de Attributs : structure articulaire site anatomique inflammation anomalie morphologique sous-type de auto-immun processus pathologique Arthrite rhumatoïde Polyhiérarchie Descendants : Arthrite rhumatoïde du coude de la hanche Syndrome de Felty Arthrite rhumatoïde en rémission coude gauche coude droit 23

24 L exploitation des plus de 3 millions de relations de SNOMED CT ouvre la porte au raisonnement et à l analyse Exemple : Chercher tous les concepts représentant une arthrite auto-immune : Les descendants du concept d arthrite ayant un processus pathologique auto-immun. La requête construite par l application et exécutée par le service de terminologies produit un jeu de valeurs de tous les concepts d arthrite auto-immune. Jeu de valeurs < arthrite : processus pathologique = << processus auto-immun Langage de requête de SNOMED CT (ECL) Aide à la décision : Déclenchement d une action ou d une proposition de traitement lors de l entrée dans le dossier de l un des concepts du jeu de valeurs. Recherche : Cohorte croisant les cas d arthrite auto-immune avec la BPCO, par exemple pour évaluer le risque d infection pulmonaire induit par un médicament abaissant l immunité pour soulager l arthrite. 24

25 Quelques exemples de requêtes ECL à copier/coller dans le browser international ou dans la visionneuse de PHAST ou à faire exécuter par un service de terminologies par exemple Snowstorm,Ontoserver ou STS Exemples de requêtes ECL en FHIR : Les problèmes de santé causés par le SARS-CoV-2 : *: agent responsable = << SARS-CoV-2 (organisme) Les maladies présentant une sténose de la valve pulmonaire et une hypertrophie du ventricule droit : < constatation clinique (constatation) : { localisation d'une constatation (attribut) = << valve pulmonaire (structure corporelle), morphologie associée (attribut) = << sténose (anomalie morphologique) }, { localisation d'une constatation (attribut) = << ventricule droit (structure corporelle), morphologie associée (attribut) = << hypertrophie (anomalie morphologique) } 25

26 Exploitation des relations hiérarchiques en cascade pour détecter une interaction entre traitement et examen à distance de agent antibactérien ( ) agent antiacide ( ) inhibiteur de la pompe à protons ( ) Patient accueilli au laboratoire avec une demande d examen : «test respiratoire à l urée pour recherche d Helicobacter pylori». Le référentiel CIOlab indique que cet examen doit être réalisé à distance de toute prise d'antibiotique, antiacide, ou inhibiteur de la pompe à protons. descendant de oméprazole comprimé oral 20 mg ( ) Le traitement en cours du patient est oméprazole, décrit dans le référentiel CIOdc. Le module d accueil détecte que le concept représentant la dénomination commune de ce médicament dans le référentiel CIOdc est un descendant du concept d inhibiteur de la pompe à protons. Alerte déclenchée : Le patient est renvoyé chez lui sans être prélevé. Il reviendra deux semaines après l arrêt du traitement oméprazole. 26

27 Grammaire compositionnelle : exploiter les relations pour créer dynamiquement de nouveaux concepts (extensibilité de SNOMED CT) Créer de nouvelles significations en assemblant plusieurs concepts selon la grammaire : L un des élément de la syntaxe - le raffinement d un concept : <concept> : <attribut> = <valeur> Exemple 1 : Création du sens «maladie de Crohn modérée à sévère» préciser la gravité d une maladie Crohn's disease (disorder) : gravité = modérée à sévère Exemple 2 : Création du sens «pose d une prothèse du genou gauche» préciser la latéralité d une intervention implantation d une prothèse de l articulation du genou : site anatomique indirect de l intervention = ( structure de l articulation du genou : latéralité = gauche ) 27

28 Utilisation de la grammaire compositionnelle pour représenter une indication figurant sur le RCP d un médicament «Traitement curatif des infections à Mycobacterium avium chez les patients infectés par le VIH, chez l'adulte» (Clarithromycine) traitement curatif des infections à Mycobacterium avium chez les patients infectés par le VIH administration de médicament (procédure) : a comme intention (attribut) = intention curative (qualificateur), a pour cible (attribut) = ( infection causée par Mycobacterium avium : associé à (attribut) = infection à VIH ) chez l adulte, catégorie de sujet (attribut) = adulte : = , = ( : = ), =

29 Bénéfices de l usage de la terminologie pivot dans son écosystème terminologique Soignants Chercheurs Payeurs données action connaissance alimentation de la recherche en données cliniques standardisées Connaissance spécimen d expectoration Klebsiella pneumoniae carbapénème résistant bactérie productrice de carbapénémase OXA-48 aide à la décision en temps réel, accès aux preuves (exemples vus précédemment) dérivation du codage médico-économique des dossiers SNOMED : retrait d un corps étranger de l articulation du coude par arthroscopie CCAM : MFPC001 Libération mobilisatrice de l'articulation du coude, par arthroscopie SNOMED : corps étranger dans le coude CIM-10 : S50.8 Autres lésions traumatiques superficielles de l'avant-bras analyse des données sur les populations Croisement entre pathologies, traitements et résultats. Exemple : Pour un medicament ciblant l arthrite rhumatoïde (autoimmune), évaluation de l accroissement du risque d infection pulmonaire chez un patient fumeur atteint de BPCO 29

30 Intégration dans les DPI En cible : Les praticiens notent leurs constatations et leurs actions dans leur langue naturelle avec les finesses et nuances souhaitées. Leurs applications informatiques traduisent ces notations dans la langue universelle de la santé comprise par les machines SNOMED CT. Des mappings semi-automatiques permettent de déduire le codage dans les terminologies d agrégation (CIM-10, CCAM ou ICHI) Un premier pas sur la trajectoire : Commencer à mettre en œuvre des jeux de valeurs SNOMED CT dans les échanges de données entre DPI et les systèmes périphériques, en production de soins (examens complémentaires ) 30

31 L écosystème terminologique minimum pour un pays en Europe LOINC + UCUM Observations Unités de mesure Classifications et systèmes de codages européens EDQM, EMDN, MedDRA SNOMED CT - Concepts couvrant l ensemble de la santé - Relations - Grammaire compositionnelle - Requêtage ECL Quelques ontologies spécialisées : ORPHAcodes, OMIM, HPO Classifications de l OMS ATC, CIM Systèmes de codage réglementaires nationaux France : CCAM, NABM, GHM, LPP, UCD Un écosystème en forme d archipel morcelé, qui placerait par exemple les microorganismes dans un premier silo terminologique, les médicaments dans un second silo, les substances dans un 3 e, l anatomie dans un 4 e etc, interdirait l exploitation des relations entre concepts, fermant ainsi la porte au raisonnement par les applications au détriment des acteurs de la santé. 31

32 Service PHAST accompagne les éditeurs (communauté SIPh) et les établissements Mapping des codes locaux vers les terminologies de référence Fourniture de jeux de valeurs SNOMED CT avec la traduction en français 32

33 Opérateur d interopérabilité sémantique 33

Interopérabilité des SI de santé : Standards internationaux, Profils IHE, Référentiels de l ASIP Santé

Interopérabilité des SI de santé : Standards internationaux, Profils IHE, Référentiels de l ASIP Santé Interopérabilité des SI de santé : Standards internationaux, Profils IHE, Référentiels de l ASIP Santé HOPITECH 2011 jeudi 13 octobre 2011 Session Technique Biomédicale François Macary - ASIP Santé Interopérabilité?

Plus en détail

Volet Compte-Rendu d Hospitalisation (CRH)

Volet Compte-Rendu d Hospitalisation (CRH) Cadre d interopérabilité des SIS Couche Contenu Volet Compte-Rendu d Hospitalisation (CRH) Identification du document Référence CI-SIS_CONTENU_VOLET-CR_HOSPITALISATION_V1.3.0.0.Docx Date de création 09/09/09

Plus en détail

Les tests d'interopérabilité pour la e-santé en France

Les tests d'interopérabilité pour la e-santé en France SOMMET ANTILOPE ZONE FRANCE SUISSE 20 MAI 2014 Les tests d'interopérabilité pour la e-santé en France François Macary ASIP Santé L'agence des systèmes d'information partagés de santé L ASIP Santé est l

Plus en détail

Informatique Médicale & Ingénierie des Connaissances Pour la e-santé

Informatique Médicale & Ingénierie des Connaissances Pour la e-santé Li ics Laboratoire d Informatique Médicaleet d Ingénierie des Connaissances en e-santé Projet de création d une UMR Inserm Université Pierre et Marie Curie, Université Paris Nord Informatique Médicale

Plus en détail

Anatomie Pathologique (PAT)

Anatomie Pathologique (PAT) Anatomie Pathologique (PAT) Co-chairs : C.Daniel (France), M.Garcia-Rojo (Spain),T.Schrader (Germany) ARPH Supplement : W.Scharber (USA), F.Macary (France) Réunion Annuelle IHE France 1 Deux profils d

Plus en détail

Intégration des données de prescription dans un entrepôt de données biomédicales Integration of prescription data in a clinical data warehouse

Intégration des données de prescription dans un entrepôt de données biomédicales Integration of prescription data in a clinical data warehouse Intégration des données de prescription dans un entrepôt de données biomédicales Integration of prescription data in a clinical data warehouse Kevin Dalleau1 Denis Delamarre1,2 Thibault Ledieu1,2 Marc

Plus en détail

Ainsi plusieurs dispositions ont été prises pour enrichir les informations disponibles sur les médicaments et dispositifs médicaux :

Ainsi plusieurs dispositions ont été prises pour enrichir les informations disponibles sur les médicaments et dispositifs médicaux : des produits et prestations en sus des tarifs d hospitalisation renforcent la nécessité d une information partagée sur l utilisation de ces produits au sein des établissements de santé. Ainsi plusieurs

Plus en détail

Révision des descriptions génériques Comment monter un dossier?

Révision des descriptions génériques Comment monter un dossier? DISPOSITIFS MEDICAUX Révision des descriptions génériques Comment monter un dossier? Guide pour le dossier déposé par les fabricants/distributeurs Adopté en séance de la CEPP* le 13 juillet 2005 *CEPP

Plus en détail

Contenu et format des fichiers téléchargeables de la base de données publique des médicaments. Base de données publique des médicaments

Contenu et format des fichiers téléchargeables de la base de données publique des médicaments. Base de données publique des médicaments Contenu et format des fichiers téléchargeables de la base de données publique des médicaments Base de données publique des médicaments Date de mise à jour : 15/12/2014 Table des matières : 1. Présentation

Plus en détail

Avis 29 mai 2013. XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA.

Avis 29 mai 2013. XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA. COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 29 mai 2013 XYZALL 5 mg, comprimé B/14 (CIP : 34009 358 502 4-9) B/28 (CIP : 34009 358 505 3-9) Laboratoire UCB PHARMA SA DCI Code ATC (2012) Motif de l examen Liste

Plus en détail

Journées de formation DMP

Journées de formation DMP Journées de formation DMP Le DMP dans l écosystème Chantal Coru, Bureau Etudes, ASIP Santé Mardi 26 juin 2012 Processus de coordination au centre des prises en charge Quelques exemples Maisons de santé

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

Un projet multi-établissements de territoire en Franche-Comté

Un projet multi-établissements de territoire en Franche-Comté Un projet multi-établissements de territoire en Franche-Comté Dr Denis BABORIER CH LONS-LE-SAUNIER 31 Août 2009 La géographie du projet ISYS Projet d informatisation du système de soins Franche-Comté EMOSIST-fc

Plus en détail

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 2 23 Octobre 2012

Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments. Avis 2 23 Octobre 2012 Assurance Maladie Obligatoire Commission de la Transparence des médicaments Avis 2 23 Octobre 2012 Titre I : Nom du médicament, DCI, forme pharmaceutique, dosage, présentation HUMIRA (DCI : Adalimumab

Plus en détail

Besoins cliniques et tendances en informatisation des services de santé. Fabien de Lorenzi Directeur principal, Orientation produits

Besoins cliniques et tendances en informatisation des services de santé. Fabien de Lorenzi Directeur principal, Orientation produits Besoins cliniques et tendances en informatisation des services de santé Fabien de Lorenzi Directeur principal, Orientation produits 1 Agenda Les dossiers patients partageables territoriaux (DSÉ) CSSS/RLS

Plus en détail

ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR

ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Dénomination du médicament ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR LYSOPAÏNE MAUX DE GORGE AMBROXOL CITRON 20 mg SANS SUCRE, pastille édulcorée au sorbitol et au sucralose. Chlorhydrate d ambroxol

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 2 avril 2014 DERMOVAL, gel flacon de 20 ml (CIP : 34009 326 130 4 5) DERMOVAL 0,05 POUR CENT, crème tube de 10 g (CIP : 34009 320 432 9 3) Laboratoire GLAXOSMITHKLINE

Plus en détail

Mise à jour Julie 3.31.0.(61)

Mise à jour Julie 3.31.0.(61) Mise à jour Julie 3.31.0.(61) Cher Docteur, Vous venez d effectuer avec succès la mise à jour de votre logiciel Julie. Veuillez trouver ci-dessous le récapitulatif de l installation : Mise à jour : UPD331_61

Plus en détail

Note de synthèse Assurance Maladie. Information des professionnels de santé sur les produits de santé mars 2011

Note de synthèse Assurance Maladie. Information des professionnels de santé sur les produits de santé mars 2011 Note de synthèse Assurance Maladie Information des professionnels de santé sur les produits de santé mars 2011 Au début des années 2000, l Assurance Maladie a commencé à construire puis développer une

Plus en détail

L arthrose, ses maux si on en parlait!

L arthrose, ses maux si on en parlait! REF 27912016 INFORMER UPSA BROCH ARTHROSE V2 08-12.indd 2 30/08/12 11:48 Qu est-ce que l arthrose? L arthrose est une maladie courante des articulations dont la fréquence augmente avec l âge. C est une

Plus en détail

Les différentes maladies du coeur

Les différentes maladies du coeur Auteur : Dr Pascal AMEDRO Les différentes maladies du coeur 1. Le cœur normal L oxygène capté dans l air va dans les poumons, où le sang «bleu» est alors oxygéné et devient «rouge». Il est conduit par

Plus en détail

PRADO, le programme de retour à domicile

PRADO, le programme de retour à domicile , le programme de retour à domicile Enjeux et objectifs du programme Répondre à une volonté croissante des patients Adapter et renforcer le suivi post hospitalisation Optimiser le retour à domicile et

Plus en détail

EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE. Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines

EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE. Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines EVALUATION DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ ANALYSE MÉDICO-ÉCONOMIQUE Efficacité et efficience des hypolipémiants Une analyse centrée sur les statines Juillet 2010 Mise à jour Septembre 2010 1 Le rapport complet

Plus en détail

COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE. AVIS DE LA COMMISSION 08 février 2011 CONCLUSIONS

COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE. AVIS DE LA COMMISSION 08 février 2011 CONCLUSIONS COMMISSION NATIONALE D EVALUATION DES DISPOSITIFS MEDICAUX ET DES TECHNOLOGIES DE SANTE AVIS DE LA COMMISSION 08 février 2011 Nom : Modèles et références retenus : Fabricant : Demandeur : Données disponibles

Plus en détail

Fiche Produit Profils Médicalisés PHMEV

Fiche Produit Profils Médicalisés PHMEV Guide méthodologique développé par l équipe de projets ci-dessous : Fiche Produit Profils Médicalisés PHMEV EQUIPE PROJET Chef de projet : Maryline CHARRA, Pharmacien Conseil Responsable de la mission

Plus en détail

Gestion des bases de données

Gestion des bases de données Gestion des bases de données DU Chef de Projet en Recherche Clinique 23/11/2012 Fabrice GOURMELON URC/CIC Necker - Cochin 2 A. Qu est-ce qu une donnée? B. Qu est-ce qu une base de données? C. Définition

Plus en détail

SOIXANTE-SEPTIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A67/18 Point 13.5 de l ordre du jour provisoire 21 mars 2014. Psoriasis. Rapport du Secrétariat

SOIXANTE-SEPTIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A67/18 Point 13.5 de l ordre du jour provisoire 21 mars 2014. Psoriasis. Rapport du Secrétariat SOIXANTE-SEPTIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A67/18 Point 13.5 de l ordre du jour provisoire 21 mars 2014 Psoriasis Rapport du Secrétariat 1. Le Conseil exécutif, à sa cent trente-troisième session,

Plus en détail

WHITE PAPER Une revue de solution par Talend & Infosense

WHITE PAPER Une revue de solution par Talend & Infosense WHITE PAPER Une revue de solution par Talend & Infosense Master Data Management pour les données de référence dans le domaine de la santé Table des matières CAS D ETUDE : COLLABORATION SOCIALE ET ADMINISTRATION

Plus en détail

Cohorte Observatoire Musculosquelettique (COMETT) Pénibilité et Vieillissement

Cohorte Observatoire Musculosquelettique (COMETT) Pénibilité et Vieillissement TITRE DU CONSORTIUM : Cohorte Observatoire Musculosquelettique (COMETT) Pénibilité et Vieillissement RESPONSABLES : Alexis Descatha, UMS 011, Villejuif ; Yves Roquelaure, LEEST, Angers ; Bradley Evanoff,

Plus en détail

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or

Plan. Introduction. Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé. Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Plan Introduction Les Nouveaux Anticoagulants Oraux et le sujet âgé Audit de prescription au Centre Hospitalier Geriatrique du Mont d Or Introduction NACO: une actualité brûlante! AVK: Plus forte incidence

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Le système d information (bases de données) l évaluation de la qualité des soins.

Le système d information (bases de données) l évaluation de la qualité des soins. www.inami.be www.coopami.org Le système d information (bases de données) l évaluation de la qualité des soins. Nouakchott 3 février 2011 Michel Vigneul Cellule Expertise&COOPAMI Se doter d un système d

Plus en détail

LE RAISONNEMENT ET LA DECISION EN MEDECINE : LES BASES EN ASSURANCE MALADIE

LE RAISONNEMENT ET LA DECISION EN MEDECINE : LES BASES EN ASSURANCE MALADIE LE RAISONNEMENT ET LA DECISION EN MEDECINE : LES BASES EN ASSURANCE MALADIE Dr J. BEZ, Médecin Conseil Chef du Service Médical de la Haute-Garonne CNAMTS Le Service du Contrôle Médical de l Assurance Maladie

Plus en détail

Bases de données pour la recherche : quels enjeux et quel rôle pour les patients?

Bases de données pour la recherche : quels enjeux et quel rôle pour les patients? Bases de données pour la recherche : quels enjeux et quel rôle pour les patients? Paul Landais Université Montpellier 1 Responsable de la Banque Nationale de Données Maladies Rares (BNDMR) Co-coordonnateur

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 er octobre 2008

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 1 er octobre 2008 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 1 er octobre 2008 Examen dans le cadre de la réévaluation du service médical rendu de la classe des IMAO B, en application de l article R 163-21 du code de la sécurité

Plus en détail

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance Maladie pour 2014

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance Maladie pour 2014 Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance Maladie pour 2014 RAPPORT AU MINISTRE CHARGÉ DE LA SÉCURITÉ SOCIALE ET AU PARLEMENT SUR L ÉVOLUTION DES

Plus en détail

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Sécrétion acide et peptique de l estomac Motricité œsophagienne et gastrique

Plus en détail

La migraine. Foramen ovale perméable. Infarctus cérébral (surtout chez la femme)

La migraine. Foramen ovale perméable. Infarctus cérébral (surtout chez la femme) La migraine 1/Introduction : Céphalée primaire (sans lésion sous-jacente). Deux variétés principales: Migraine sans aura (migraine commune). Migraine avec aura (migraine accompagnée). Diagnostic: interrogatoire

Plus en détail

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise.

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise. Qu est-ce qu une arthroscopie? Il s agit d une intervention chirurgicale mini-invasive dont le but est d explorer l articulation du genou et de traiter la lésion observée dans le même temps. Comment se

Plus en détail

Carte de soins et d urgence

Carte de soins et d urgence Direction Générale de la Santé Carte de soins et d urgence Emergency and Healthcare Card Porphyries Aiguës Hépatiques Acute Hepatic Porphyrias Type de Porphyrie* Déficit en Ala déhydrase Ala Dehydrase

Plus en détail

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes G Borgherini 1, A Gouix 1, F Paganin 1, A Jossaume 1, L Cotte 2, C Arvin-Berod 1, A Michault

Plus en détail

Hôpital performant et soins de qualité. La rencontre des extrêmes estelle

Hôpital performant et soins de qualité. La rencontre des extrêmes estelle Hôpital performant et soins de qualité. La rencontre des extrêmes estelle possible? 18 octobre 2012 Professeur Philippe KOLH CIO, Directeur du Service des Informations Médico-Economiques CHU de LIEGE Plan

Plus en détail

STACCINI Pascal UFR Médecine Nice Université Nice-Sophia Antipolis

STACCINI Pascal UFR Médecine Nice Université Nice-Sophia Antipolis 3.2 : S initier à l organisation, la mise en œuvre et l utilisation d un système d information Chapitre 3 : Systèmes d information Systèmes d information hospitaliers (S.I.H.) STACCINI Pascal UFR Médecine

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE. Prof. G. DURANT

LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE. Prof. G. DURANT LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE Prof. G. DURANT La Belgique (11 millions d habitants) est un pays fédéral. Le financement est organisé au niveau national sauf le financement des infrastructures

Plus en détail

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE 1- Définition : Le diabète sucré se définit par une élévation anormale et chronique de la glycémie. Cette anomalie est commune à tous les types de diabète sucré, mais

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Les Data Sciences pour la santé: Qui, Quoi, Comment?

Les Data Sciences pour la santé: Qui, Quoi, Comment? Les Data Sciences pour la santé: Qui, Quoi, Comment? Pascal Staccini IRIS Department - School of Medicine of Nice Nice-Sophia Antipolis University UMR 912 - SESSTIM - INSERM et pour quoi faire? Les données

Plus en détail

LOMBALGIES CHRONIQUES & MALADIES PROFESSIONNELLES

LOMBALGIES CHRONIQUES & MALADIES PROFESSIONNELLES LOMBALGIES CHRONIQUES & MALADIES PROFESSIONNELLES CODE DE LA SÉCURITÉ SOCIALE : «Toute personne salariée ou travaillant à quelque titre ou en quelque lieu que ce soit, pour un ou plusieurs employeurs ou

Plus en détail

Résumé CONCEPTEUR, INTEGRATEUR, OPERATEUR DE SYSTEMES CRITIQUES

Résumé CONCEPTEUR, INTEGRATEUR, OPERATEUR DE SYSTEMES CRITIQUES Aristote ----- Cloud Interopérabilité Retour d'expérience L A F O R C E D E L I N N O V A T I O N Résumé Les systèmes d'information logistique (SIL) sont des outils qui amènent des gains de productivité

Plus en détail

Ordonnance collective

Ordonnance collective Centre de Santé et de Services sociaux de Québec-Nord NUMÉRO DE L ORDONNANCE: OC-31 Ordonnance collective Nom de l ordonnance: Initier des analyses de laboratoire pour le suivi de la clientèle présentant

Plus en détail

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2014

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2014 Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2014 Rapport au ministre chargé de la sécurité sociale et au Parlement sur l'évolution des

Plus en détail

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Apixaban, Dabigatran, Rivaroxaban Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046 et CIC 9301 INSERM-CHRU, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Intégration à la plateforme

Intégration à la plateforme Intégration à la plateforme Séance de présentation aux éditeurs et partenaires 26 mars 2013 Dr Alex Gnaegi Cédric Michelet Agenda Rappel des objectifs du projet Infomed Phases du projet Démo plateforme

Plus en détail

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales.

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales. Chapitre 11 LA FONCTION CONTRÔLE DE GESTION REPORTING AUDIT INTERNE Un système de reporting homogène dans toutes les filiales permet un contrôle de gestion efficace et la production d un tableau de bord

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 10 mai 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 10 mai 2006 METOJECT 10 mg/ml, solution injectable en seringue pré-remplie 1 seringue pré-remplie en verre de 0,75 ml avec aiguille : 371 754-3 1 seringue pré- remplie

Plus en détail

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer DOCUMENT D INFORMATION POUR LES PROFESSIONNELS Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer Septembre 2009 DÉFINITION ET OBJECTIF Dès lors qu ils expriment un projet de

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

En 2011, le service Ameli-direct, anciennement appelé «Infosoins» puis «Adresses et Tarifs» connaît les modifications suivantes :

En 2011, le service Ameli-direct, anciennement appelé «Infosoins» puis «Adresses et Tarifs» connaît les modifications suivantes : @ AMELI-DIRECT VERSION 3.3 2006-2011 : INFOSOINS DEVIENT AMELI-DIRECT Dès la COG 2006-2009, l Assurance Maladie s engage à développer à l intention de ses assurés un système d information tant sur le fonctionnement

Plus en détail

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE

DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE DÉFICITS IMMUNITAIRE COMMUN VARIABLE Le présent livret a été rédigé à l attention des patients et de leurs familles. Il ne doit pas remplacer les conseils d un spécialiste en immunologie. 1 Egalement Disponible

Plus en détail

Compte Qualité. Maquette V1 commentée

Compte Qualité. Maquette V1 commentée Compte Qualité Maquette V1 commentée Élaborée suite à l expérimentation conduite par la Haute Autorité de santé au second semestre 2013 auprès de 60 établissements testeurs. Direction de l Amélioration

Plus en détail

Un outil de visualisation de classifications et d intégration de données phénotypiques et génétiques pour faciliter le codage des maladies rares

Un outil de visualisation de classifications et d intégration de données phénotypiques et génétiques pour faciliter le codage des maladies rares Un outil de visualisation de classifications et d intégration de données phénotypiques et génétiques pour faciliter le codage des maladies rares Coding rare diseases in health information systems: a tool

Plus en détail

Service évaluation des actes professionnels

Service évaluation des actes professionnels TRAITEMENT DES AGÉNÉSIES DENTAIRES MULTIPLES LIÉES AUX DYSPLASIES ECTODERMIQUES OU À D'AUTRES MALADIES RARES, CHEZ L ENFANT ATTEINT D OLIGODONTIE, AVEC POSE DE 2 IMPLANTS (VOIRE 4 MAXIMUM) UNIQUEMENT DANS

Plus en détail

QUI PEUT CONTRACTER LA FA?

QUI PEUT CONTRACTER LA FA? MODULE 1 : COMPRENDRE LA FIBRILLATION AURICULAIRE 16 QUI PEUT CONTRACTER LA FA? La FA est plus fréquente chez les personnes âgées. Par contre, la FA dite «isolée» (c.-à-d. sans qu il y ait de maladie du

Plus en détail

I Identification du bénéficiaire (nom, prénom, N d affiliation à l O.A.) : II Eléments à attester par un médecin spécialiste en rhumatologie :

I Identification du bénéficiaire (nom, prénom, N d affiliation à l O.A.) : II Eléments à attester par un médecin spécialiste en rhumatologie : ANNEXE A : Formulaire de première demande Formulaire de première demande de remboursement de la spécialité HUMIRA pour une spondylarthrite axiale sévère sans signes radiographiques de spondylarthrite ankylosante

Plus en détail

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène

La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène 1 La Dysplasie Ventriculaire Droite Arythmogène Document rédigé par l équipe pluridisciplinaire du centre de référence pour les maladies cardiaques héréditaires (Paris), en collaboration avec des patients

Plus en détail

Dossier communicant de cancérologie (DCC) et dossier médical personnel (DMP)

Dossier communicant de cancérologie (DCC) et dossier médical personnel (DMP) Dossier communicant de cancérologie (DCC) et dossier médical personnel (DMP) Cadre national Octobre 2010 Mesure 18 : Personnaliser la prise en charge des malades et renforcer le rôle du médecin traitant

Plus en détail

mederp Logiciel complet de gestion de dossiers médicaux Version Clinique 1.4 beta Novembre 2014

mederp Logiciel complet de gestion de dossiers médicaux Version Clinique 1.4 beta Novembre 2014 mederp Logiciel complet de gestion de dossiers médicaux Version Clinique 1.4 beta Novembre 2014 2 Plan Ergonomie Menu accueil, zones fixes Ecrans applicatifs. Dossier patient Identification, recherche,

Plus en détail

recommandations pour les médecins de famille

recommandations pour les médecins de famille BPCO: recommandations pour les médecins de famille BPCO: recommandations pour les médecins de famille Dr. med. Werner Karrer, Prof. Dr. med. Jörg D. Leuppi Les médecins de famille jouent un rôle central

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Fiche descriptive de l indicateur : Tenue du dossier anesthésique (DAN)

Fiche descriptive de l indicateur : Tenue du dossier anesthésique (DAN) Définition Score individuel Score global Echantillon Critère d inclusion Fiche descriptive de l indicateur : Tenue du dossier anesthésique (DAN) Cet indicateur évalue la tenue du dossier anesthésique.

Plus en détail

Communiqué. Abbott présente à Santé Canada une demande d homologation d HUMIRA pour le traitement du psoriasis POUR PUBLICATION IMMÉDIATE

Communiqué. Abbott présente à Santé Canada une demande d homologation d HUMIRA pour le traitement du psoriasis POUR PUBLICATION IMMÉDIATE POUR PUBLICATION IMMÉDIATE Communiqué Abbott présente à Santé Canada une demande d homologation d HUMIRA pour le traitement du psoriasis Media: Sylvie Légaré (514) 832-7268 Abbott Gabrielle Collu 514)

Plus en détail

Référentiels d Interopérabilité

Référentiels d Interopérabilité INFORMATION HOSPITALIERE STANDARDISEE Formation Maîtrise d Ouvrage Hospitalière Informatisation du circuit du médicament & des dispositifs médicaux Référentiels d Interopérabilité 7 ème édition : 14 janvier

Plus en détail

Les maladies rares sont définies comme étant des affections avec une prévalence de moins d 1 personne sur 2000. La Belgique s est engagée à suivre l

Les maladies rares sont définies comme étant des affections avec une prévalence de moins d 1 personne sur 2000. La Belgique s est engagée à suivre l Les maladies rares sont définies comme étant des affections avec une prévalence de moins d 1 personne sur 2000. La Belgique s est engagée à suivre l appel européen et à développer un plan d action pour

Plus en détail

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5

WHA63.12 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 WHA63/200/REC/ WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins... 9 WHA63.2 Disponibilité, innocuité et qualité des produits sanguins 4,5 La Soixante-Troisième Assemblée mondiale de la

Plus en détail

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie

Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Actualisation de la prescription en biologie rhumatologie Pathologies inflammatoires et connectivites Pathologies dégénératives Exclusion du métabolisme phosphocalcique et des marqueurs du remodelage osseux

Plus en détail

SUPPLEMENT AU DIPLÔME

SUPPLEMENT AU DIPLÔME SUPPLEMENT AU DIPLÔME Le présent supplément au diplôme (annexe descriptive) suit le modèle élaboré par la Commission européenne, le Conseil de l'europe et l'unesco/cepes. Le supplément vise à fournir des

Plus en détail

MEDICAMENTS CONTENANT L ASSOCIATION DEXTROPROPOXYPHENE / PARACETAMOL :

MEDICAMENTS CONTENANT L ASSOCIATION DEXTROPROPOXYPHENE / PARACETAMOL : REPUBLIQUE FRANÇAISE Juin 2009 MEDICAMENTS CONTENANT L ASSOCIATION DEXTROPROPOXYPHENE / PARACETAMOL : Recommandation de l EMEA de retrait de ces médicaments à la suite de l évaluation européenne et avis

Plus en détail

Exposé n 5: Bases IMS, Thalès Quel apport pour la sécurité d emploi des médicaments?

Exposé n 5: Bases IMS, Thalès Quel apport pour la sécurité d emploi des médicaments? 5 avril 2011 «Pharmaco-épidémiologie» Exposé n 5: Bases IMS, Thalès Quel apport pour la sécurité d emploi des médicaments? Dr Philippe Tcheng Vice-Président Affaires Publiques et Gouvernementales France

Plus en détail

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé Professeur Michèle Kessler CHU de Nancy et réseau Néphrolor L une des applications de la télémédecine est la télésurveillance à domicile,

Plus en détail

Réflexions sur les possibilités de réponse aux demandes des chirurgiens orthopédistes avant arthroplastie

Réflexions sur les possibilités de réponse aux demandes des chirurgiens orthopédistes avant arthroplastie Bull. Acad. Natle Chir. Dent., 2007, 50 113 Commission de l exercice professionnel et Groupe de réflexion Réflexions sur les possibilités de réponse aux demandes des chirurgiens orthopédistes avant arthroplastie

Plus en détail

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Traiter en urgence en présence de trophozoïtes Plus de 80% des paludismes d importation en

Plus en détail

Centre Antipoison et de Toxicovigilance Strasbourg Tél: 03 88 37 37 37

Centre Antipoison et de Toxicovigilance Strasbourg Tél: 03 88 37 37 37 Centre Antipoison et de Toxicovigilance Strasbourg Tél: 03 88 37 37 37 Les CAP français en 2009 Réponse téléphonique Toxicovigilance Flesch Françoise QU EST CE QU UN CENTRE ANTIPOISON Art D.711-9-1 1 (Décret

Plus en détail

Contribution du Syndicat national des pharmaciens praticiens hospitaliers (SNPHPU)

Contribution du Syndicat national des pharmaciens praticiens hospitaliers (SNPHPU) Contribution du Syndicat national des pharmaciens praticiens hospitaliers (SNPHPU) pour un cahier des charges des bases de données des produits de santé exigeant Rappelons pour mémoire que le législateur

Plus en détail

Conseils aux patients* Lutter activement. *pour les patients ayant subi une opération de remplacement de la hanche ou du genou

Conseils aux patients* Lutter activement. *pour les patients ayant subi une opération de remplacement de la hanche ou du genou Conseils aux patients* Lutter activement contre la thrombose *pour les patients ayant subi une opération de remplacement de la hanche ou du genou 2 Mentions légales Directeur de la publication : Bayer

Plus en détail

GESTION DES RISQUES Cartographie COVIRISQ

GESTION DES RISQUES Cartographie COVIRISQ GESTION DES RISQUES Cartographie COVIRISQ PLAN Préambule Historique de la démarche Cartographie Organigramme Situation actuelle Constat Préambule OVE comprend : Un secteur social Un secteur médico-social

Plus en détail

2011-2014. Plan national maladies rares. Axes, Mesures, Actions. Qualité de la prise en charge, Recherche, Europe : une ambition renouvelée

2011-2014. Plan national maladies rares. Axes, Mesures, Actions. Qualité de la prise en charge, Recherche, Europe : une ambition renouvelée 2011-2014 Plan national maladies rares Qualité de la prise en charge, Recherche, Europe : une ambition renouvelée Axes, Mesures, Actions 1 Axe A : Améliorer la qualité de la prise en charge du patient

Plus en détail

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas

Observation. Merci à l équipe de pharmaciens FormUtip iatro pour ce cas Cas clinique M. ZAC Observation Mr ZAC ans, 76 ans, 52 kg, est admis aux urgences pour des algies fessières invalidantes, résistantes au AINS. Ses principaux antécédents sont les suivants : une thrombopénie

Plus en détail

METHODE D APPLICATION DE L OSTÉOPATHIE. Liste des 155 modèles thérapeutiques du Référentiel RÉÉQUILIBRATION FONCTIONNELLE Méthode SOLÈRE

METHODE D APPLICATION DE L OSTÉOPATHIE. Liste des 155 modèles thérapeutiques du Référentiel RÉÉQUILIBRATION FONCTIONNELLE Méthode SOLÈRE METHODE D APPLICATION DE L OSTÉOPATHIE Liste des 155 modèles thérapeutiques du Référentiel RÉÉQUILIBRATION FONCTIONNELLE Méthode SOLÈRE Notre formation a pour objet la diffusion de connaissances dans le

Plus en détail

Fibrillation atriale chez le sujet âgé

Fibrillation atriale chez le sujet âgé Dr Benoit Blanchard LE HAVRE Le 18 MARS 2014 Fibrillation atriale chez le sujet âgé Le plus fréquent des trouble du rythme cardiaque, 750,000 personnes atteintes de FA en France, 100,000 nouveaux cas chaque

Plus en détail

glossaire Appellation commerciale Voir nom de marque.

glossaire Appellation commerciale Voir nom de marque. glossaire Accessibilité financière Le coût d un traitement par rapport au revenu de la population. dans cette enquête, le salaire journalier minimum d un employé non-qualifié du secteur public est comparé

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Cruralgie par hématome

Plus en détail

Parcours du patient cardiaque

Parcours du patient cardiaque Parcours du patient cardiaque Une analyse HAS à partir de la base QualHAS, des Indicateurs Pour l Amélioration de la Qualité & Sécurité des Soins (IPAQSS)- Infarctus du myocarde Linda Banaei-Bouchareb,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 janvier 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 18 janvier 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 18 janvier 2006 ADVATE 1500 UI, poudre et solvant pour solution injectable 1 flacon(s) en verre de 1 500 UI - 1 flacon(s) en verre de 5 ml avec matériel(s) de perfusion(s)

Plus en détail

prise en charge paramédicale dans une unité de soins

prise en charge paramédicale dans une unité de soins Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : prise en

Plus en détail

Pharmacovigilance des Essais cliniques

Pharmacovigilance des Essais cliniques Pharmacovigilance des Essais cliniques Edouard LECHAPTOIS DIU FIEC 22 janvier 2013 1 Introduction S o m m a i r e Eléments de réglementation Définitions Responsabilité des investigateurs / promoteurs Organisation

Plus en détail

Développement spécifique d'un système d information

Développement spécifique d'un système d information Centre national de la recherche scientifique Direction des systèmes d'information REFERENTIEL QUALITE Procédure Qualité Développement spécifique d'un système d information Référence : CNRS/DSI/conduite-proj/developpement/proc-developpement-si

Plus en détail

Ordonnance du DFI sur les prestations dans l assurance obligatoire des soins en cas de maladie

Ordonnance du DFI sur les prestations dans l assurance obligatoire des soins en cas de maladie Ordonnance du DFI sur les prestations dans l assurance obligatoire des soins en cas de maladie (Ordonnance sur les prestations de l assurance des soins, OPAS) Modification du 14 juin 2010 Le Département

Plus en détail

Décret n 2010-1229 du 19 octobre

Décret n 2010-1229 du 19 octobre Télémédecine et diabète : le plan d éducation personnalisé électronique para médical (epep) Lydie Canipel Colloque TIC Santé 2011, 8 et 9 février 2011, Paris Décret n 2010-1229 du 19 octobre 2010 relatif

Plus en détail