TEST DE POSITIONNEMENT EN FRANÇAIS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "TEST DE POSITIONNEMENT EN FRANÇAIS"

Transcription

1 TEST DE POSITIONNEMENT EN FRANÇAIS Le test de positionnement comprend deux supports : un texte littéraire (extrait des Misérables, V. Hugo) et un texte argumentatif (extrait d un article de D. Olson, publié dans la revue Sciences Humaines) ainsi que des questions qui visent quatre domaines de compétences : - la compétence de lecture rapide ; - la compréhension de textes littéraire et argumentatif ; - les compétences grammaticales en grammaire de phrase et grammaire de texte ; - le niveau orthographique. Vous avez besoin de ces savoirs pour réussir au concours de recrutement de professeurs des écoles. Le test a pour objectif de vous aider à programmer votre travail en français. En fonction de vos résultats, vous pourrez vous perfectionner et vous entrainer avec les cours et exercices mis à votre disposition sur la plate-forme interactive Chamilo. Ce test doit pouvoir être réalisé en 1h 30. Les tests sont rédigés en orthographe rectifiée. Le document comporte 12 pages Texte La nuit continuait de tomber. Le vent froid des Alpes soufflait. À la lueur du jour expirant, l'étranger aperçut dans un des jardins qui bordent la rue une sorte de hutte qui lui parut maçonnée en mottes de gazon. Il franchit résolument une barrière de bois et se trouva dans le jardin. Il s approcha de la hutte ; elle avait pour porte une étroite ouverture très basse et elle ressemblait à ces constructions que les cantonniers se bâtissent au bord des routes. Il pensa sans doute que c'était en effet le logis d'un cantonnier ; il souffrait du froid et de la faim ; il s'était résigné à la faim, mais c'était du moins là un abri contre le froid. Ces sortes de logis ne sont habituellement pas occupés la nuit. Il se coucha à plat ventre et se glissa dans la hutte. Il y faisait chaud, et il y trouva un assez bon lit de paille. Il resta un moment étendu sur ce lit, sans pouvoir faire un mouvement tant il était fatigué. Puis, comme son sac sur son dos le gênait et que c'était d'ailleurs un oreiller tout trouvé, il se mit à déboucler une des courroies. En ce moment un grondement farouche se fit entendre. Il leva les yeux. La tête d'un dogue énorme se dessinait dans l'ombre à l'ouverture de la hutte. C'était la niche d'un chien. 1

2 15 Il était lui-même vigoureux et redoutable ; il s'arma de son bâton, il se fit de son sac un bouclier et sortit de la niche comme il put, non sans élargir les déchirures de ses haillons. II sortit également du jardin, mais à reculons, obligé, pour tenir le dogue en respect, d'avoir recours à cette manœuvre du bâton que les maitres en ce genre d'escrime appellent la rose couverte Quand il eut, non sans peine, repassé la barrière et qu'il se retrouva dans la rue, seul, sans gite, sans toit, sans abri, chassé même de ce lit de paille et de cette niche misérable, il se laissa tomber plutôt qu'il ne s'assit sur une pierre, et il parait qu'un passant qui traversait l'entendit s'écrier : Je ne suis pas même un chien! Bientôt il se releva et se remit à marcher. Il sortit de la ville, espérant trouver quelque arbre ou quelque meule dans les champs, et s'y abriter. Il chemina ainsi quelque temps, la tête toujours baissée. Quand il se sentit loin de toute habitation humaine, il leva les yeux et chercha autour de lui. Il était dans un champ ; il avait devant lui une de ces collines basses couvertes de chaume coupé ras, qui après la moisson ressemblent à des têtes tondues L'horizon était tout noir ; ce n'était pas seulement le sombre de la nuit ; c'étaient des nuages très bas qui semblaient s'appuyer sur la colline même et qui montaient, emplissant tout le ciel. Cependant, comme la lune allait se lever et qu'il flottait encore au zénith un reste de clarté crépusculaire, ces nuages formaient au haut du ciel une sorte de voute blanchâtre d'où tombait sur la terre une lueur. La terre était donc plus éclairée que le ciel, ce qui est un effet particulièrement sinistre, et la colline, d'un pauvre et chétif contour, se dessinait vague et blafarde sur l'horizon ténébreux. Tout cet ensemble était hideux, petit, lugubre et borné. Rien dans le champ ni sur la colline qu'un arbre difforme qui se tordait en frissonnant à quelques pas du voyageur. Cet homme était évidemment très loin d'avoir de ces délicates habitudes d'intelligence et d'esprit qui font qu'on est sensible aux aspects mystérieux des choses ; cependant il y avait dans ce ciel, dans cette colline, dans cette plaine et dans cet arbre, quelque chose de si profondément désolé qu'après un moment d'immobilité et de rêverie, il rebroussa chemin brusquement. Il y a des instants où la nature semble hostile. Il revint sur ses pas. Victor Hugo, Les Misérables, 1862, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, p. 71 à 73. 2

3 Questions : 1 Quel titre convient-il le mieux pour cet extrait? A Un chien méchant B Un pauvre hère C Le vaurien D Un homme borné 2 Caractérisez le point de vue de cet extrait : A point de vue externe B interne C omniscient D narratif 3 Expirant (l. 1) est A une subordonnée participiale B un adjectif verbal C un gérondif D un adjectif qualificatif 4 Dans «L horizon était tout noir» (l. 30), tout est : A un adverbe B une préposition C un adjectif indéfini D un pronom indéfini 3

4 5 «Il était lui-même vigoureux et redoutable ; il s'arma de son bâton, il se fit de son sac un bouclier et sortit de la niche comme il put, non sans élargir les déchirures de ses haillons.» (l ) Réécrivez cette phrase en soulignant une relation cause/conséquence par la subordination. 6 Dans «quand il eut repassé la barrière» (l. 20), le verbe eut repassé est : A à l imparfait passif B au plus-que-parfait C au passé antérieur D au subjonctif imparfait 7 «que c était d ailleurs un oreiller tout trouvé» (l. 11) est une A proposition subordonnée complétive B proposition subordonnée relative C proposition subordonnée circonstancielle de temps D proposition subordonnée circonstancielle causale 8 Dans «il était lui-même vigoureux» (l.15), lui-même est un : A pronom personnel B adjectif indéfini C adjectif démonstratif D pronom démonstratif 9 Dans «la colline ( ) se dessinait vague et blafarde» (l.36), le mot blafarde signifie : A sombre B pauvre C pâle D triste 10 Dans «Il avait devant lui une de ces collines basses couvertes de de chaume coupé ras» (l.28), la fonction du groupe de chaume coupé ras est : 4

5 A B C D complément du nom collines complément de l adjectif couvertes sujet du verbe coupé nom commun 11 Dans «Il avait devant lui une de ces collines basses couvertes de chaume coupé ras» (l. 28), le mot devant est : A une conjonction B un adverbe C un adjectif D une préposition Dans «Il y a des instants où la nature semble hostile.» (l. 43), le mot hostile est : A un nom B un adverbe C un adjectif D une préposition 13 «une voute blanchâtre» (l. 33) ; en analysant la fin du mot blanchâtre, indiquez l intrus : A marâtre B verdâtre C théâtre D opiniâtre 14 «un arbre difforme» (l.38) ; en analysant le début du mot difforme, indiquez l intrus : A dissonance B disjoint C dimanche D différent 15 Dans «seul, sans gite, sans toit, sans abri» (l. 20) le mot seul est : 5

6 A B C D un adverbe un attribut un adjectif un nom 16 «sans gite, sans toit, sans abri» (l. 20) ; ces mots forment : A un champ sémantique B un champ lexical C une répétition D un climax 17 «en frissonnant» (l. 38) est : A un adverbe B un gérondif C un participe présent D un verbe 18 Transformer la phrase suivante, complexe par juxtaposition, en phrase complexe par subordination : Cet homme était évidemment très loin d'avoir de ces délicates habitudes d'intelligence et d'esprit qui font qu'on est sensible aux aspects mystérieux des choses ; cependant il y avait dans ce ciel, dans cette colline, dans cette plaine et dans cet arbre, quelque chose de si profondément désolé qu'après un moment d'immobilité et de rêverie, il rebroussa chemin brusquement (l. 39 à 43). Quel lien logique est alors marqué? 19 Dans «Il y a des instants où la nature semble hostile» (l. 43), le mot où est : A un adverbe B un pronom C une conjonction D une préposition 6

7 20 Dans «il s'était résigné à la faim» (l. 7), le verbe est : A à l imparfait passif B au plus-que-parfait C au passé antérieur D au subjonctif imparfait Texte 2 L'ORALITÉ AU PAYS DES LIVRES Les spécialistes qui, il y a vingt ans, célébraient les conséquences de l'invention de l'écriture sont aujourd'hui plus mesurés : la parole, elle aussi, a ses vertus propres. LES USAGES DE L'ÉCRIT Les avantages de l'écrit sont connus : l'écriture permet la conservation du discours dans le temps et l'espace. Cela suffit à justifier ses deux usages principaux : l'enregistrement des faits historiques et l'envoi de messages. Ces usages volontaires ne représentent toutefois que le début de l'histoire : d'autres effets, involontaires, se manifestent sitôt qu'on a recours à l'écrit. En effet, c'est bien parce que des documents survivent aux circonstances qui les ont vus naitre que le problème de leur (mauvaise) interprétation et de leur (mauvais) usage peut devenir crucial. Comment être certain qu'un message écrit atteindra sa cible et sera bien compris? À l'oral, tout un ensemble de dispositifs contribue à garantir la bonne compréhension des messages émis. Ces procédés comprennent non seulement les ressources de la langue, de l'accentuation et de l'intonation, mais aussi quantité d'autres éléments d'information contenus dans l'environnement, dans les savoirs partagés, et renseignés par l'identité des interlocuteurs. Les systèmes d'écriture, ceux qui existent actuellement, ne retiennent que certains aspects de la production langagière. Ils sont incapables de transcrire l'accentuation et l'intonation de la parole, la gestuelle, les hochements de tête et les clins d'œil, tous ces petits détails d'expression qui sont utiles à l'interprétation correcte du discours à l'oral. De plus, lorsqu'un énoncé est déplacé dans le temps ou dans l'espace par le moyen de l'écriture, il est susceptible d'atteindre une audience différente de celle à laquelle il était destiné, et échappe plus ou moins au contrôle de son auteur. Cet énoncé écrit est placé comme «entre guillemets», car son récepteur n'est pas son destinataire premier, celui pour lequel il a été profilé. La difficulté voire l'impossibilité de restituer l'interprétation correcte du texte original a amené certains commentateurs à proclamer la supériorité de l'oral sur l'écrit. Ainsi, l'historien Jules Michelet récusait-il, en 1842, la prise de notes pendant ses cours : «La sténographie la plus complète, la plus exacte, reproduira-t-elle le 7

8 dialogue? Non! Elle reproduira seulement ce que j'ai dit, et pas même ce que j'ai dit. Je parle aussi du regard et du geste : ma présence et ma personne, c'est une partie considérable de mon enseignement. La meilleure sténographie paraitra ridicule, parce qu'elle reproduira des longueurs, des répétitions très utiles ici, les réponses que je fais souvent aux objections que je vois dans vos yeux, les développements que je donne sur un point où l'approbation de telle ou telle personne m'indique qu'elle voudrait m'arrêter». Ces faiblesses de l'écrit ont trois conséquences importantes. D'abord, lorsque l'auteur perd le contrôle de l'interprétation des énoncés qu'il a émis à cause de leur mise à distance, un écart s'ouvre entre l'intention de l'auteur et la signification attribuée à ces énoncés. La mise par écrit, tout comme la mise entre guillemets, ouvre un écart entre le sens d'une phrase et l'intention de son auteur. Les auteurs ont donc des efforts à faire s'ils veulent que leurs énoncés conservent et transmettent le sens qu'ils y ont mis. Selon le linguiste Roy Harris, l'histoire du développement de l écriture est essentiellement celle des efforts que l'homme a déployés pour récupérer tout ce qu'il avait perdu en passant de l'oral à l'écrit. Le contexte d'énonciation du message, les gestes, les accents et les intonations qui signalent la manière dont un énoncé oral doit être compris ont dû être portés à la conscience et transcrits en mots, en signes grammaticaux et soigneusement codifiés pour entrer dans le contenu de la phrase écrite. Penser une phrase écrite, c'est faire en sorte que sa structure lexicale et sa syntaxe portent le maximum d'indications permettant au destinataire d'en reconstruire le sens. L'auteur doit, par exemple, notifier au lecteur si sa phrase est conjecture plausible ou fait établi, si son texte est simple suggestion ou énoncé contractuel. La formulation, le vocabulaire et la ponctuation sont chargés d'accomplir ce qu'auraient fait à l'oral l'intonation et le contexte. On se fait souvent des illusions sur le succès de cette opération, mais c'est par leur qualité d'édition que les textes écrits ont pu gagner en autorité, autorité que Richard de Bury reconnaissait dès le XIV e siècle lorsqu'il affirmait que «tout le savoir est dans les livres». La croyance dans l'intégrité des textes écrits est un trait particulier à l'esprit des Modernes. Leurs efforts ont en effet consisté à rechercher une écriture si claire et transparente qu'un lecteur soit assuré de parvenir au sens exact, le vrai, l'unique. La deuxième faiblesse de l'écrit se manifeste dans le fait qu'il a besoin d'être soutenu par tout un appareil de discours oral. Jusqu'il y a peu de temps, les textes étaient écrits pour être lus à haute voix. Cependant, même profilé pour la consultation muette, même rédigé le plus soigneusement du monde, tout texte appelle des interprétations multiples. Les tribunaux, les jurys savants, les Églises, les instances morales et les gens s'affairent donc à commenter ces interprétations, à en déclarer certaines légitimes et d'autres hérétiques. L'historienne Françoise Waquet a montré 8

9 60 comment, du XVI e siècle à nos jours, la culture occidentale s'est dotée d'une «oralité savante» dans laquelle le discours parlé ne fonctionne pas seulement dans les marges et dans l'informalité, mais occupe une place centrale, à égalité avec l'écrit et la haute culture, dans nos assemblées, dans les sciences, les arts et les humanités. «Dans la civilisation de l'imprimé, écrit-elle, le monde intellectuel a non seulement beaucoup parié mais il a manifesté une confiance durable dans une oralité qu'il a investie d'une forte valeur cognitive.» Lorsque l'oral s'appuie sur l'écrit L'anthropologue Ruth Finnegan a également montré que dans les cultures de l'écrit, paroles et textes sont étroitement liés et fonctionnent en s'appuyant l'une sur l'autre. Les textes écrits trouvent place dans des communautés de parole : le foyer domestique, l'église, l'état, la spécialité scientifique. Ces communautés examinent, discutent et font en sorte d'établir la véritable et unique signification des textes. Comme dit le proverbe, il n'y a pas de lois sans tribunaux, pas de religions sans Églises. L'illusion durable de l'ère moderne a été de croire qu'un sens véritable et définitif se trouvait enfoui dans les textes, et qu'il pouvait être redécouvert par une lecture attentive. Autrement dit, que le sens pouvait être intégralement et définitivement placé dans le texte de manière à en limiter l'interprétation. Cette conviction anime actuellement les différents fondamentalismes qui prétendent contrôler le discours et parfois menacent nos sociétés civiles. Troisième conséquence, enfin : la maitrise de l écriture exige des compétences nouvelles de la part des scripteurs et des lecteurs. N'oublions pas qu'un texte écrit ne retient que les composantes linguistiques des énoncés. Comme nous l avons dit, l'histoire de l'écriture est celle des efforts déployés par les hommes pour compenser les pertes de sens subies par le discours lors du passage à l'écrit. L'ambition de faire dire aux textes exactement ce que nous voulons leur faire dire continue d'animer nos efforts de rédaction des textes, de conception des documents, et de perfectionnement des outils d'écriture (typographie, ponctuation, etc.). À l'oral, un locuteur maitrise une bien plus large palette de ressources qu'à l'écrit. Pour faire bonne mesure, les rédacteurs de textes doivent inventer des substituts lexicaux ou grammaticaux aux aspects non linguistiques de la communication (expression faciale, ton de voix, etc.). Les psychologues disent que notre «vocabulaire écrit» excède largement en volume notre «vocabulaire oral», car nous avons besoin de plus de mots à l'écrit pour compenser ce que nous perdons de l'expression orale. Les rédacteurs font appel à un vocabulaire élargi, à une grammaire plus formalisée, à des structures de discours plus organisées. En outre, ils font appel à des outils graphiques tels que la ponctuation, les guillemets, et toutes sortes de tournures 9

10 90 95 modalisant le discours, comme «affirmer que», «insinuer que», «réclamer», «conclure», etc., qui précisent la manière dont les énoncés doivent être entendus. Il ne s'agit d'ailleurs pas seulement de remplacer ce qui, de l'oral, a été perdu à l'écrit. Mais de rendre explicites, réfléchis et contrôlés certains aspects langagiers qui à l'oral restent largement implicites. À l'oral en effet, un simple changement de ton par exemple peut signifier qu'on parle sérieusement. À l'écrit, il faut prendre une décision consciente : est-ce une suggestion ou un ordre, une supposition ou une affirmation? Il faut le préciser en choisissant entre plusieurs expressions telles que «je suggère que» ou «affirme que». Or, c'est ce genre de réflexion métalinguistique qui nous permet d'accéder à la pensée conceptuelle. Article extrait de Sciences humaines, n 159, Avril 2005, p. 30 à 33 David R. Olson Professeur de sciences cognitives à l'institut de recherche en éducation de l'ontario (Canada), auteur de l'univers de l'écrit, comment la culture écrite donne forme à la pensée, Retz, 1999 Questions : 1 Justifiez les deux-points (:) répétés des lignes 3 à 5 en les remplaçant par un mot de liaison ou une construction syntaxique. 2 «Cela suffit à justifier ses deux usages principaux» (l. 3) : donnez la classe du mot en italique ; indiquez ce qu il désigne. 3 «ses usages» (l. 3) ; «ces usages» (l. 4) : faites l analyse grammaticale des mots en italique. Justifiez l emploi de ces deux mots. 4 «La formulation, le vocabulaire et la ponctuation sont chargés d'accomplir ce qu'auraient fait à l'oral l'intonation et le contexte.» (l ) Justifiez l orthographe des mots en italique par une explication grammaticale précise. 10

11 5 De la ligne 9 à la ligne 16, relevez les substituts en précisant les mots ou groupes de mots qu ils remplacent. 6 Choisissez la reformulation pertinente de la citation de J. Michelet (l. 23 à l. 29) parmi ces trois propositions : A La meilleure retranscription de l enseignement rend compte des regards. B Une sténographie complète ne tiendra compte que d une partie de l enseignement de l auteur, lequel s appuie sur du langage non verbal. C Il est ridicule de croire qu une sténographie puisse reproduire un dialogue. 7 Les phrases A à H ci-après constituent le paragraphe qui suit le texte que vous venez de lire. 1) Retrouvez l ordre initial du paragraphe en donnant les lettres placées qui commencent chaque phrase ; A Parce que l'objectif de la connaissance scientifique est de décrire les propriétés des choses à l'aide de lois et de principes sans ambigüité. B Ainsi dit le Coran : «Ô croyants, lorsque vous contractez une dette, entre vous et à date fixe, faites-le par écrit, et recourez au scribe pour en fixer le contenu exact.» C Dans le cas contraire, il y a peu de chances que la discussion amène un progrès du savoir. D Lorsque les désaccords menacent, la précision devient indispensable et le besoin d'écrire se fait sentir. E Pourquoi les sciences? F Mais les discussions et les lectures divergentes ne sont intéressantes que lorsque l'énoncé est rédigé avec précision. G L'écrit est donc fondamental dans le domaine des lois et des contrats, et sans doute aussi celui des sciences. H La science évolue lorsque l'interprétation d'un énoncé bien établi commence à prêter à discussion. 11

12 2) Relevez trois conjonctions de subordination (ou locutions conjonctives) et précisez celles qui permettent d établir un lien entre les phrases. 8 corrigez les erreurs orthographiques du texte suivant en réécrivant les mots erronés. Arriver devant le cabaret dont les arrières-salles étaient éclairées, ils hésitèrent à entrer, puis convinre de ni rester que quelques minutes. 8 Corrigez les erreurs orthographiques de ce texte en réécrivant les mots erronés : «Essuye-toi les pieds» dît la tenencière au premier ; «quelque soit l heure où les clients arrivent, ils sont toujours crottés. Et j ai mieux à faire que de passer derière eux pour nettoyer» conclu-t-elle d un ton rogue. «Que boirez-vous?» s enquit-elle. 9 en une dizaine de lignes, donnez votre avis sur les usages de l écrit (vous pouvez, à votre choix, reprendre ou non les arguments de l auteur). 12

Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année

Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année PALIER 2 CM2 La maîtrise de la langue française DIRE S'exprimer à l'oral comme à l'écrit dans un vocabulaire approprié

Plus en détail

ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES

ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES référence pour les langues ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES Activités de production et stratégies PRODUCTION ORALE GÉNÉRALE MONOLOGUE SUIVI : décrire l'expérience MONOLOGUE SUIVI : argumenter

Plus en détail

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 Résultats aux évaluations nationales CM2 Annexe 1 Résultats de l élève Compétence validée Lire / Ecrire / Vocabulaire / Grammaire / Orthographe /

Plus en détail

Livret personnel de compétences

Livret personnel de compétences Livret personnel de compétences Grilles de références pour l évaluation et la validation des compétences du socle commun au palier 2 Janvier 2011 MENJVA/DGESCO eduscol.education.fr/soclecommun LES GRILLES

Plus en détail

majuscu lettres accent voyelles paragraphe L orthographe verbe >>>, mémoire préfixe et son enseignement singulier usage écrire temps copier mot

majuscu lettres accent voyelles paragraphe L orthographe verbe >>>, mémoire préfixe et son enseignement singulier usage écrire temps copier mot majuscu conjugaison >>>, L orthographe singulier syllabe virgule mémoire lettres et son enseignement graphie suffixe usage accent ; écrire féminin temps voyelles mot point Renforcer l enseignement de l

Plus en détail

Et si j étais Marty Mac Fly Ou comment remonter le temps avec une tablette tactile (Ipad)

Et si j étais Marty Mac Fly Ou comment remonter le temps avec une tablette tactile (Ipad) Et si j étais Marty Mac Fly Ou comment remonter le temps avec une tablette tactile (Ipad) Résumé L'idée de départ pour ce projet est de permettre à des élèves de CP/CE1 et de CM2 de prendre conscience

Plus en détail

GRAMMATICAUX DE MÊME CATÉGORIE AUSSI TÔT / BIENTÔT BIEN TÔT / PLUTÔT PLUS TÔT / SITÔT SI TÔT 1 Homophones grammaticaux de même catégorie

GRAMMATICAUX DE MÊME CATÉGORIE AUSSI TÔT / BIENTÔT BIEN TÔT / PLUTÔT PLUS TÔT / SITÔT SI TÔT 1 Homophones grammaticaux de même catégorie GRAMMATICAUX DE MÊME CATÉGORIE AUSSITÔT HOMOPHONES AUSSI TÔT / BIENTÔT BIEN TÔT / PLUTÔT PLUS TÔT / SITÔT SI TÔT 1 Homophones grammaticaux de même catégorie aussitôt aussi tôt aussitôt : Il signifie au

Plus en détail

PLAN D ÉTUDES. école fondamentale

PLAN D ÉTUDES. école fondamentale PLAN D ÉTUDES école fondamentale Nous Henri, Grand-Duc de Luxembourg, Duc de Nassau, Vu la loi du 6 février 2009 portant organisation de l enseignement fondamental; Notre Conseil d État entendu; Sur le

Plus en détail

Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire

Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire Date d envoi : Demande d admission au Centre pédagogique Lucien-Guilbault Secteur primaire QUESTIONNAIRE AU TITULAIRE Ce document doit être complété par le titulaire de classe et/ou par l orthopédagogue

Plus en détail

DESCRIPTEURS NIVEAU A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues

DESCRIPTEURS NIVEAU A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues DESCRIPTEURS NIVEAU A2 du Cadre européen commun de référence pour les langues ACTIVITÉS DE COMMUNICATION LANGAGIÈRE ET STRATÉGIES Activités de production et stratégies PRODUCTION ORALE MONOLOGUE SUIVI

Plus en détail

Compte rendu de la formation

Compte rendu de la formation Compte rendu de la formation «Expertise de vos pratiques en Méthode Naturelle de la Lecture et de l Ecriture (MNLE)» Animée par Sybille Grandamy Le 10 mars 2015 BILAN QUALITATIF ET QUANTITATIF 9 participant(e)s

Plus en détail

LIVRET PERSONNEL DE COMPÉTENCES

LIVRET PERSONNEL DE COMPÉTENCES Nom... Prénom... Date de naissance... Note aux parents Le livret personnel de compétences vous permet de suivre la progression des apprentissages de votre enfant à l école et au collège. C est un outil

Plus en détail

L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s

L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s Stéphane Safin Psychologue - Ergonome Lucid Group -

Plus en détail

Subordonnée circonstancielle de cause, de conséquence et de but

Subordonnée circonstancielle de cause, de conséquence et de but DE MATÉRIEL CONSÉQUENCE POUR ET DE BUTALLOPHONES 1 Notion de phrase Subordonnée circonstancielle de cause, de conséquence et de but 1 LA SUBORDONNÉE CIRCONSTANCIELLE DE CAUSE La subordonnée circonstancielle

Plus en détail

Modulo Bank - Groupe E.S.C Chambéry - prérequis à la formation - doc. interne - Ecoute active.doc Page 1

Modulo Bank - Groupe E.S.C Chambéry - prérequis à la formation - doc. interne - Ecoute active.doc Page 1 Généralités, l'écoute active : présentation et techniques... 3 Introduction... 3 Plan... 3 La présentation de l'écoute active... 4 Définition... 4 Fondement... 4 Application... 4 de l'écoute active...

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D UTILISATION

CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D UTILISATION CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D UTILISATION 1) Mentions Légales 1.1 - Le site internet FacileSMS est édité la société FACILE SOLUTION S.A.R.L. dont le siège est situé 68 Avenue de la Liberté, 1930 Luxembourg

Plus en détail

ETRE PRESIDENT D'UNE ASSOCIATION

ETRE PRESIDENT D'UNE ASSOCIATION ETRE PRESIDENT D'UNE ASSOCIATION Etre président d'une association, c'est accepter de prendre des responsabilités et de travailler, bénévolement, pour promouvoir une activité, des valeurs, des idées et

Plus en détail

La contrefaçon par équivalence en France

La contrefaçon par équivalence en France BREVETS La contrefaçon par équivalence en France I. Introduction Si l'on considère une revendication de brevet qui remplit les conditions de validité au regard de l'art antérieur, le cas de contrefaçon

Plus en détail

Activité : Élaboration, mise en forme et renseignement de documents

Activité : Élaboration, mise en forme et renseignement de documents ACTIVITÉS ADMINISTRATIVES À CARACTÈRE TECHNIQUE Activité : Élaboration, mise en forme et renseignement de documents Tâche : Rédaction de messages et de courriers professionnels simples liés à l activité

Plus en détail

1. Productions orales en continu après travail individuel

1. Productions orales en continu après travail individuel Tâches de production orale 2 niveau A2/B1 (Les tâches sont réalisables aussi bien au niveau A2 qu au niveau B1 suivant la complexité des énoncés et des interactions que les élèves sont capables de produire)

Plus en détail

La série L est revalorisée

La série L est revalorisée La série L est revalorisée «elle devient une série d excellence pour les langues» Option LVE de 3 H = Un enseignement obligatoire de 2H = LV1 ou 2 ou LV3 approfondie education.gouv.fr Bulletin officiel

Plus en détail

Document d aide au suivi scolaire

Document d aide au suivi scolaire Document d aide au suivi scolaire Ecoles Famille Le lien Enfant D une école à l autre «Enfants du voyage et de familles non sédentaires» Nom :... Prénom(s) :... Date de naissance :... Ce document garde

Plus en détail

Diapo 1. Objet de l atelier. Classe visée. Travail en co-disciplinarité (identité et origine académique des IEN)

Diapo 1. Objet de l atelier. Classe visée. Travail en co-disciplinarité (identité et origine académique des IEN) COMMENTAIRE Séminaire national Réforme de la série Gestion-administration Lyon 10 et 11 mai 2012 Vendredi matin Martine DECONINCK (IEN EG), Michèle SENDRE (IEN L), Isabelle VALLOT (IEN EG) Diapo 1. Objet

Plus en détail

Méthode universitaire du commentaire de texte

Méthode universitaire du commentaire de texte Méthode universitaire du commentaire de texte Baptiste Mélès Novembre 2014 L objectif du commentaire de texte est de décrire la structure argumentative et de mettre au jour les concepts qui permettent

Plus en détail

Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches

Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches Niveau C1 Descripteur global Français langue étrangère Savoir-faire - Actes de paroles - Supports d apprentissage -Tâches La personne peut : comprendre en détail de longs discours et des échanges complexes

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION

RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION BEP métiers des services administratifs ANNEXE I b RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION ACTIVITÉS ADMINISTRATIVES À CARACTÈRE TECHNIQUE Connaissances communes aux activités administratives à caractère technique

Plus en détail

COMMUNICATION DE LA COMMISSION RELATIVE A LA METHODOLOGIE D ANALYSE DES AIDES D ETAT LIEES A DES COUTS ECHOUES

COMMUNICATION DE LA COMMISSION RELATIVE A LA METHODOLOGIE D ANALYSE DES AIDES D ETAT LIEES A DES COUTS ECHOUES COMMUNICATION DE LA COMMISSION RELATIVE A LA METHODOLOGIE D ANALYSE DES AIDES D ETAT LIEES A DES COUTS ECHOUES 1. INTRODUCTION La directive 96/92/CE du Parlement européen et du Conseil du 19 décembre 1996

Plus en détail

AMELIORER SES COMPETENCES LINGUISTIQUES les prépositions de lieu

AMELIORER SES COMPETENCES LINGUISTIQUES les prépositions de lieu AMELIORER SES COMPETENCES LINGUISTIQUES les prépositions de lieu JEUX : Jeu des paires Quelles différences? E.P.S. : - jeu Jacques a dit - Chasse au trésor - Mise en place d un parcours ÉCOUTER, MEMORISER

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Les Bases de Données occupent aujourd'hui une place de plus en plus importante dans les systèmes informatiques. Les Systèmes de Gestion de Bases de Données

Plus en détail

Concours 2008 / 2009 externe et interne réservé d ingénieurs des services culturels et du patrimoine, spécialité «services culturels»

Concours 2008 / 2009 externe et interne réservé d ingénieurs des services culturels et du patrimoine, spécialité «services culturels» Concours 2008 / 2009 externe et interne réservé d ingénieurs des services culturels et du patrimoine, spécialité «services culturels» Le présent rapport a pour objet de donner une appréciation générale

Plus en détail

Atelier rédactionnel

Atelier rédactionnel Baccalauréat professionnel Gestion - Administration Atelier rédactionnel Exemples de séances réalisées en première et au début de l année de terminale Joëlle PERRETIER & Patrice VIRIEUX Lycée professionnel

Plus en détail

PARCOURS COMPLET AU COURS MOYEN

PARCOURS COMPLET AU COURS MOYEN 81 I) UNE ENTAME DE TYPE "SOCIAL" : LE BUREAU DE POSTE Le bureau de poste de St Herblain Preux est récent. La classe de CM de l'école proche ("Les Crépinais") pouvait y découvrir divers aspects de l'informatique

Plus en détail

Traitement de texte : Quelques rappels de quelques notions de base

Traitement de texte : Quelques rappels de quelques notions de base Traitement de texte : Quelques rappels de quelques notions de base 1 Quelques rappels sur le fonctionnement du clavier Voici quelques rappels, ou quelques appels (selon un de mes profs, quelque chose qui

Plus en détail

Langue Française. Syllabus A1. Description globale du niveau A1 utilisateur élémentaire

Langue Française. Syllabus A1. Description globale du niveau A1 utilisateur élémentaire Langue Française Redatto da Dott.ssa Annie Roncin Syllabus A1 Description globale du niveau A1 utilisateur élémentaire L étudiant peut : -comprendre et utiliser des expressions familières et quotidiennes

Plus en détail

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE Fiche n 1 : Les 4 types de texte Fiche n 2 : La situation d énonciation 1- Le texte narratif qui sert à raconter 2- Le texte descriptif qui sert à faire voir 3- Le texte explicatif qui sert à faire comprendre

Plus en détail

FICHE S PEDAGOGIQUE S. Bilan personnel et professionnel Recherche active d emploi

FICHE S PEDAGOGIQUE S. Bilan personnel et professionnel Recherche active d emploi FICHE S PEDAGOGIQUE S Bilan personnel et professionnel Recherche active d emploi 2 TABLE DES MATIERES PREMIERE PHASE : BILAN 1. Organisation de la phase de bilan 5 2. Fiches relatives à l'expression orale

Plus en détail

GRAMMATICAUX DE CATÉGORIES DIFFÉRENTES QUANT QUAND 1 Homophones grammaticaux de catégories différentes

GRAMMATICAUX DE CATÉGORIES DIFFÉRENTES QUANT QUAND 1 Homophones grammaticaux de catégories différentes GRAMMATICAUX DE CATÉGORIES DIFFÉRENTES QU EN HOMOPHONES QUANT QUAND 1 Homophones grammaticaux de catégories différentes qu en quant quand qu en : que (e élidé devant une voyelle) suivie de en, pronom qui

Plus en détail

ENTRE LES MURS : L entrée en classe

ENTRE LES MURS : L entrée en classe ENTRE LES MURS : L entrée en classe Réalisation : Laurent Cantet Production : Haut et Court Genre : comédie dramatique Adaptation du livre «Entre les murs» de François Bégaudeau, éditions Gallimard 2006.

Plus en détail

Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015

Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015 Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015 1 LA REDACTION DU RAPPORT DE STAGE Le mémoire ne doit pas consister à reprendre tels quels des documents internes de l entreprise ou

Plus en détail

Spécialité auxiliaire en prothèse dentaire du brevet d études professionnelles. ANNEXE IIb DEFINITION DES EPREUVES

Spécialité auxiliaire en prothèse dentaire du brevet d études professionnelles. ANNEXE IIb DEFINITION DES EPREUVES ANNEXE IIb DEFINITION DES EPREUVES 51 Epreuve EP1 : ANALYSE ET COMMUNICATION TECHNOLOGIQUES UP1 Coefficient 4 Finalité et objectifs de l épreuve L épreuve vise à évaluer la capacité du candidat à mobiliser

Plus en détail

Cégep de Saint Laurent Direction des communications et Direction des ressources technologiques. Projet WebCSL : Guide de rédaction web

Cégep de Saint Laurent Direction des communications et Direction des ressources technologiques. Projet WebCSL : Guide de rédaction web Cégep de Saint Laurent Direction des communications et Direction des ressources technologiques Projet WebCSL : Laurence Clément, conseillère en communication édimestre Marc Olivier Ouellet, webmestre analyste

Plus en détail

Formation Pédagogique 3h

Formation Pédagogique 3h Formation Pédagogique 3h Carole MOULIN Conseillère Pédagogique généraliste Bourgoin 2 20 mars 2013 Ecrire c est: Copier Ecrire sans erreurs sous la dictée Concevoir et écrire une phrase, des phrases, un

Plus en détail

MODIFICATIONS DES PRINCIPES DIRECTEURS CONCERNANT LA RÉDACTION DES DÉFINITIONS RELATIVES AU CLASSEMENT

MODIFICATIONS DES PRINCIPES DIRECTEURS CONCERNANT LA RÉDACTION DES DÉFINITIONS RELATIVES AU CLASSEMENT ANNEXE VI MODIFICATIONS DES PRINCIPES DIRECTEURS CONCERNANT LA RÉDACTION DES DÉFINITIONS RELATIVES AU CLASSEMENT RECOMMANDATIONS GÉNÉRALES Les utilisateurs s attendent à trouver dans les définitions des

Plus en détail

Formation Août 2013 Michèle Garello, IEN économie gestion Caroline Natta, professeur

Formation Août 2013 Michèle Garello, IEN économie gestion Caroline Natta, professeur Formation Août 2013 Michèle Garello, IEN économie gestion Caroline Natta, professeur Déroulement des deux journées Mardi 26 Matin : Intervention des IEN Jeudi 29 Matin : Production en binôme. Après-midi

Plus en détail

Compréhension de l oral

Compréhension de l oral 1 DOCUMENT RÉSERVÉ AUX CORRECTEURS CORRIGÉ ET BARÈME Compréhension de l oral 25 points Vous allez entendre trois documents sonores, correspondant à des situations différentes. Pour le premier et le deuxième

Plus en détail

Coordination de subordonnées relatives : identification et correction

Coordination de subordonnées relatives : identification et correction IDENTIFICATION SYNTAXE ET CORRECTION 1 Coordination Coordination de subordonnées relatives : identification et correction En cliquant sur le bouton «Rubrique grammaticale» dans notre site, vous pourrez,

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

LANGUE : UF1 - NIVEAU ELEMENTAIRE

LANGUE : UF1 - NIVEAU ELEMENTAIRE COMMUNAUTE FRANCAISE MINISTERE DE L'EDUCATION, DE LA RECHERCHE ET DE LA FORMATION ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION LANGUE : UF1 - NIVEAU ELEMENTAIRE

Plus en détail

5 semaines pour apprendre à bien jouer un morceau de piano

5 semaines pour apprendre à bien jouer un morceau de piano 5 semaines pour apprendre à bien jouer un morceau de piano Ce guide peut être librement imprimé et redistribué gratuitement. Vous pouvez pouvez l'offrir ou le faire suivre à vos amis musiciens. En revanche,

Plus en détail

Utiliser ma messagerie GMAIL

Utiliser ma messagerie GMAIL Utiliser ma messagerie GMAIL Doc réalisé par : Delphine BERTRAND Service AVAMN Décembre 2013 Version SOMMAIRE 1 Comment se connecter à Gmail --------------------------------------------- p.1 2 Comment

Plus en détail

I/ CONSEILS PRATIQUES

I/ CONSEILS PRATIQUES D abord, n oubliez pas que vous n êtes pas un enseignant isolé, mais que vous appartenez à une équipe. N hésitez jamais à demander des idées et des conseils aux autres collègues (linguistes et autres)

Plus en détail

CONNAISSANCE : LE PARTICIPE PRESENT ET L ADJECTIF VERBAL

CONNAISSANCE : LE PARTICIPE PRESENT ET L ADJECTIF VERBAL CONNAISSANCE : LE PARTICIPE PRESENT ET L ADJECTIF VERBAL Observons : 1. a) La chance aidant, les élèves pourraient trouver la solution à ce problème. b) Ce sont des garçons aidant volontiers les autres.

Plus en détail

COMMUNICATEUR BLISS COMMANDE PAR UN SENSEUR DE POSITION DE L'OEIL

COMMUNICATEUR BLISS COMMANDE PAR UN SENSEUR DE POSITION DE L'OEIL COMMUNICATEUR BLISS COMMANDE PAR UN SENSEUR DE POSITION DE L'OEIL J. TICHON(1) (2), J.-M. TOULOTTE(1), G. TREHOU (1), H. DE ROP (2) 1. INTRODUCTION Notre objectif est de réaliser des systèmes de communication

Plus en détail

1. Qu est-ce que la conscience phonologique?

1. Qu est-ce que la conscience phonologique? 1. Qu est-ce que la conscience phonologique? Définition La conscience phonologique est définie comme la connaissance consciente et explicite que les mots du langage sont formés d unités plus petites, à

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

Utilisation des auxiliaires avoir et être

Utilisation des auxiliaires avoir et être AVOIR MATÉRIEL ET ÊTRE POUR ALLOPHONES 1 Groupe verbal Utilisation des auxiliaires avoir et être 1 DIFFÉRENTS CONTEXTES D EMPLOI DU VERBE AVOIR Être dans un certain état physique, moral ou intellectuel.

Plus en détail

Réaliser la fiche de lecture du document distribué en suivant les différentes étapes de la méthodologie (consulter le support du TD!

Réaliser la fiche de lecture du document distribué en suivant les différentes étapes de la méthodologie (consulter le support du TD! Réaliser la fiche de lecture du document distribué en suivant les différentes étapes de la méthodologie (consulter le support du TD!) 1. Réaliser la note sur l auteur (bien lire le document, utiliser Internet)

Plus en détail

Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres

Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres Développement personnel La programmation neurolinguistique (P.N.L.) Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres. Historique et postulats de la

Plus en détail

École : Maternelle. Livret de suivi de l élève. Nom : Prénom : Date de naissance : Année d entrée à l école maternelle :

École : Maternelle. Livret de suivi de l élève. Nom : Prénom : Date de naissance : Année d entrée à l école maternelle : École : Maternelle Livret de suivi de l élève Nom : Prénom : Date de naissance : Année d entrée à l école maternelle : Livret de suivi de l élève à l école maternelle Chaque compétence est évaluée selon

Plus en détail

Savoirs associés aux compétences clés issues du RCCSP

Savoirs associés aux compétences clés issues du RCCSP Savoirs associés aux compétens s issues du RCCSP Travail réalisé de juillet à septembre 2012 par le groupe «Démarche qualité régionale de construction des parcours de formation Compétens s» 2 Sommaire

Plus en détail

Rapidolect Les Productions de la Columelle (1998-2006) Page 1

Rapidolect Les Productions de la Columelle (1998-2006) Page 1 Page 1 Page 2 Logiciel Rapidolect RATIONNEL DU JEU Un bon lecteur possède dans sa tête des images précises des mots écrits qu'il connaît. Lorsqu'il parcourt un texte, ses yeux se déplacent par saccades

Plus en détail

Commerce International. à référentiel commun européen

Commerce International. à référentiel commun européen Brevet de technicien supérieur Commerce International à référentiel commun européen Référentiel de formation SEPTEMBRE 2011 RÉFÉRENTIEL DE FORMATION Unités de formation UF1 Culture Générale et Expression

Plus en détail

Zazie : Être et avoir

Zazie : Être et avoir Zazie : Être et avoir Paroles et musique : Zazie / Philippe Paradis Mercury / Universal Music Thèmes La consommation, le bonheur. Objectifs Objectifs communicatifs : Décrire une pièce. Donner une définition

Plus en détail

Séquence. «Eduquer aux réseaux sociaux : créer, publier, maîtriser»

Séquence. «Eduquer aux réseaux sociaux : créer, publier, maîtriser» Séquence «Eduquer aux réseaux sociaux : créer, publier, maîtriser» CADRE PREALABLE : - Présentation du projet au CESC du collège en juin 2014. - Présentation du projet à Mme la Principale en septembre

Plus en détail

Convention européenne sur la promotion d'un service volontaire transnational à long terme pour les jeunes

Convention européenne sur la promotion d'un service volontaire transnational à long terme pour les jeunes Convention européenne sur la promotion d'un service volontaire transnational à long terme pour les jeunes Strasbourg, 11.V.2000 Préambule Les Etats membres du Conseil de l'europe et les autres Etats Parties

Plus en détail

Danseur / Danseuse. Les métiers du spectacle vivant

Danseur / Danseuse. Les métiers du spectacle vivant Les métiers du spectacle vivant Filière : artistique Domaine : art chorégraphique Appellations voisines : artiste chorégraphique Autres métiers du domaine : chorégraphe, maître de ballet, notateur Danseur

Plus en détail

Ecouter. Parler Lire. Ecouter. Lire. Ecouter. Parler. Ecouter. Lire parler

Ecouter. Parler Lire. Ecouter. Lire. Ecouter. Parler. Ecouter. Lire parler Macro- communic active communic active : inventer et présenter des mini-dialogues pr se diriger dans l espace DM-2.1 de la Ecte active du CD dans Alex et Zoé1, Unité 12, «Où habites-tu?» Ecter Ecter une

Plus en détail

Baccalauréat technologique

Baccalauréat technologique Baccalauréat technologique Épreuve relative aux enseignements technologiques transversaux, épreuve de projet en enseignement spécifique à la spécialité et épreuve d'enseignement technologique en langue

Plus en détail

Bibliothèque des Compétences clés

Bibliothèque des Compétences clés Bibliothèque des Compétences clés Modules Jours Heures S exprimer oralement 3 21 S exprimer à l écrit 4 28 Manipuler les chiffres et les ordres de grandeur 5 35 Utiliser les principaux outils bureautiques

Plus en détail

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Nom : Prénom :.. MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Récapitulatif pour la validation du Diplôme National du Brevet (Attestation du Niveau A2 en Langue Vivante) : ACTIVITES

Plus en détail

Synthèse «Le Plus Grand Produit»

Synthèse «Le Plus Grand Produit» Introduction et Objectifs Synthèse «Le Plus Grand Produit» Le document suivant est extrait d un ensemble de ressources plus vastes construites par un groupe de recherche INRP-IREM-IUFM-LEPS. La problématique

Plus en détail

MASTER LPL : LANGUE ET INFORMATIQUE (P)

MASTER LPL : LANGUE ET INFORMATIQUE (P) MASTER LPL : LANGUE ET INFORMATIQUE (P) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme := Master Domaine : Arts, Lettres, Langues Mention : LITTERATURE, PHILOLOGIE, LINGUISTIQUE Spécialité : LANGUE ET INFORMATIQUE

Plus en détail

ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE

ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE Pour défendre et faire valoir vos droits Imaginez un seul instant Vous avez été mordu par un chien Le mobilier que vous avez commandé n est pas conforme à la demande Votre

Plus en détail

Méthode du commentaire de document en Histoire

Méthode du commentaire de document en Histoire Méthode du commentaire de document en Histoire I. Qu est-ce qu un commentaire de document? En quelques mots, le commentaire de texte est un exercice de critique historique, fondé sur la démarche analytique.

Plus en détail

Activité pour développer le concept de phrase et de mot

Activité pour développer le concept de phrase et de mot Combien de mots? Activité d apprentissage : en petits groupes ou en grand groupe Faire prendre conscience aux élèves qu une phrase est formée de mots. Bâtonnets Déroulement Dire une courte phrase (p. ex.,

Plus en détail

Rédiger pour le web. Objet : Quelques conseils pour faciliter la rédaction de contenu à diffusion web

Rédiger pour le web. Objet : Quelques conseils pour faciliter la rédaction de contenu à diffusion web Rédiger pour le web Objet : Quelques conseils pour faciliter la rédaction de contenu à diffusion web Sommaire 1. Rédiger des contenus... 2 Lire à l écran : une lecture contraignante... 2 Ecrire des phrases

Plus en détail

Catalogue DIF. Formations linguistiques

Catalogue DIF. Formations linguistiques Catalogue DIF Formations linguistiques 2012 LANGUES STRATEGIES - Siège social : 2, Pôle Atlantis BP 72 28002 CHARTRES Cedex France Tel: +33. (0)2.37.34.70.70 Fax: +33. (0)2.37.34.31.25 contact@langues-strategies.fr

Plus en détail

Tableau mettant en relation les niveaux du CECRL et les programmes IFALPES par compétences.

Tableau mettant en relation les niveaux du CECRL et les programmes IFALPES par compétences. Tableau mettant en relation les niveaux du CCRL et les programmes IFALPS par compétences. A1 CCRL CONTNU DU PROGRAMM A1 IFALPS Compréhension orale. C Des formules de politesse et de salutation O Je peux

Plus en détail

Découvrir OpenOffice Comment optimiser et formater votre ebook avec OpenOffice

Découvrir OpenOffice Comment optimiser et formater votre ebook avec OpenOffice Comment optimiser et formater votre ebook avec OpenOffice Le blog : http://www.vendre-sur-kindle.com 1 Découvrir OpenOffice : comment optimiser et formater votre ebook avec OpenOffice 2013 Le blog : http://www.vendre-sur-kindle.com

Plus en détail

A1 Parler avec quelqu un Je peux dire qui je suis, où je suis né(e), où j habite et demander le même type d informations à quelqu un. Je peux dire ce que je fais, comment je vais et demander à quelqu un

Plus en détail

Qu est-ce qu une tâche?

Qu est-ce qu une tâche? Qu est-ce qu une tâche? «Tâches», «Perspective actionnelle», «activités centrées sur le sens» Ce sont des concepts dont on entend beaucoup parler dans notre profession, mais que signifient-ils exactement?

Plus en détail

Fiche d animation n 1 : Pêle-mêle

Fiche d animation n 1 : Pêle-mêle Fiche d animation n 1 : Pêle-mêle Cette animation permet au participants de découvrir les différents pièges du crédit à la consommation et plus particulièrement des ouvertures de crédit. Elle suscite également

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D UTILISATION

CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D UTILISATION CONDITIONS GENERALES DE VENTE ET D UTILISATION 1) Mentions Légales 1.1 - Le site internet Bookpolitan.fr est édité par la société GASTROPOLITAN Spółka handlowa au capital de 5000 PLN Z dont le siège social

Plus en détail

Liste des formations : Développement personnel

Liste des formations : Développement personnel Liste des formations : Développement personnel Gamme de formation 06 LES 5 OUTILS ESSENTIELS DE DEVELOPPEMENT PERSONNEL POUR... 7108 DEVELOPPER SA PRESENCE POUR MIEUX COMMUNIQUER http://www.cegos.fr/formation-ameliorer-ses-relationsprofessionnelles/p-0106-

Plus en détail

Code de conduite Zoomit

Code de conduite Zoomit Code de conduite Zoomit Dans ce document : 1. Objectif 2. Champ d application 3. Qu est-ce que Zoomit et quelles parties sont concernées? 4. Organisation, contrôle et informations complémentaires 5. Sécurité

Plus en détail

Politique d'enregistrement en.paris

Politique d'enregistrement en.paris POLITIQUE D ENREGISTREMENT EN.PARIS 1 Politique d'enregistrement en.paris Sommaire 1. L acceptation de la présente Politique d'enregistrement 2. L enregistrement de Votre nom de domaine en.paris 2.1 Les

Plus en détail

Logiciels concernés. Situation. Ciel et le pont comptable. Note conçue et rédigée par Jalons sprl tous droits réservés - 27/06/2007.

Logiciels concernés. Situation. Ciel et le pont comptable. Note conçue et rédigée par Jalons sprl tous droits réservés - 27/06/2007. Logiciels concernés Ciel Gestion Commerciale Premium, Evolution, et Réseau et Ciel Compta Premium, Evolution et Réseau. Situation Ciel Gescom et Ciel Compta ne sont pas des logiciels intégrés. C'est-à-dire

Plus en détail

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand

LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand LE CADRE COMMUN DE REFERENCE LA CONVERGENCE DES DROITS 3 e forum franco-allemand Guillaume Wicker Professeur à l Université Montesquieu - Bordeaux IV 1 Je commencerais par cette interrogation : est-il

Plus en détail

Conseil d'état - 5ème et 4ème sous-sections réunies. Lecture du mercredi 30 mars 2011. Société Betclic Enterprises Limited

Conseil d'état - 5ème et 4ème sous-sections réunies. Lecture du mercredi 30 mars 2011. Société Betclic Enterprises Limited Conseil d'état - 5ème et 4ème sous-sections réunies Lecture du mercredi 30 mars 2011 Société Betclic Enterprises Limited M. Stirn, président M. Xavier de Lesquen, rapporteur M. Thiellay Jean-Philippe,

Plus en détail

Richard Abibon. «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée»

Richard Abibon. «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée» Richard Abibon «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée» Cette formule, on la trouve presque telle quelle dans l «Ouverture de ce recueil» qui introduit les «Ecrits» de Lacan.

Plus en détail

Sur la méthodologique et l organisation du travail. Difficultés d ordre méthodologique et d organisation

Sur la méthodologique et l organisation du travail. Difficultés d ordre méthodologique et d organisation PROFILS DES ELEVES Difficultés d ordre méthodologique et d organisation Les élèves commencent les exercices avant d avoir vu la leçon; ils ne savent pas utiliser efficacement les manuels. Ils ne se rendent

Plus en détail

Baccalauréat professionnel vente (prospection - négociation - suivi de clientèle) RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION

Baccalauréat professionnel vente (prospection - négociation - suivi de clientèle) RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 16 I. COMPÉTENCES C1. PROSPECTER C11. Élaborer un projet de prospection C12. Organiser une opération de prospection C13. Réaliser une opération de prospection C14. Analyser

Plus en détail

OUTILS DE GESTION ET D EVALUATION AU POSTE : Collecte/réparation/vente d électroménager. Assistant(e) secrétaire commercial(e)

OUTILS DE GESTION ET D EVALUATION AU POSTE : Collecte/réparation/vente d électroménager. Assistant(e) secrétaire commercial(e) OUTILS DE GESTION ET D EVALUATION AU POSTE : Collecte/réparation/vente d électroménager Assistant(e) secrétaire commercial(e) Référentiel d activités+analyse d activités Référentiel de compétences Référentiel

Plus en détail

Rapport de stage Nom de l entreprise. Date du stage. Rapport de stage Nom de l entreprise. Date du stage. Nom du professeur principal

Rapport de stage Nom de l entreprise. Date du stage. Rapport de stage Nom de l entreprise. Date du stage. Nom du professeur principal RAPPORT DE STAGE 3 ème Quels conseils méthodologiques pour la réalisation de votre rapport Voilà des conseils et des questions pour vous aider dans la réalisation de votre rapport. Ils vous sont proposés

Plus en détail

«L impact de l interculturel sur la négociation» construire des intérêts matériels ou des enjeux quantifiables

«L impact de l interculturel sur la négociation» construire des intérêts matériels ou des enjeux quantifiables Le Centre de Langues et de Traduction de l Université Libanaise vous invite à prendre part au colloque international : «L impact de l interculturel sur la négociation» qui se tiendra dans les locaux du

Plus en détail

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION

LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION LES CARTES À POINTS : POUR UNE MEILLEURE PERCEPTION DES NOMBRES par Jean-Luc BREGEON professeur formateur à l IUFM d Auvergne LE PROBLÈME DE LA REPRÉSENTATION DES NOMBRES On ne conçoit pas un premier enseignement

Plus en détail

Cour de cassation Chambre commerciale Cassation partielle 30 mars 2010 N 09-14.287

Cour de cassation Chambre commerciale Cassation partielle 30 mars 2010 N 09-14.287 Jurisprudence Cour de cassation Chambre commerciale 30 mars 2010 n 09-14.287 Sommaire : Texte intégral : Cour de cassation Chambre commerciale Cassation partielle 30 mars 2010 N 09-14.287 République française

Plus en détail

RECOMMANDATION 27 EFFICACITE DE LA COMMUNICATION, ENTRE LES CANAUX DE DISTRIBUTION ET LES ASSUREURS, ET RECIPROQUEMENT.

RECOMMANDATION 27 EFFICACITE DE LA COMMUNICATION, ENTRE LES CANAUX DE DISTRIBUTION ET LES ASSUREURS, ET RECIPROQUEMENT. RECOMMANDATION 27 EFFICACITE DE LA COMMUNICATION, ENTRE LES CANAUX DE DISTRIBUTION ET LES ASSUREURS, ET RECIPROQUEMENT. Dans la version de juin 1999 était encore mentionné «efficacité de la communication

Plus en détail

Langue, techniques de rédaction et correction d épreuves (412-2A1-LG)

Langue, techniques de rédaction et correction d épreuves (412-2A1-LG) Langue, techniques de rédaction et correction d épreuves (412-2A1-LG) Programme : Services paralangagiers (Recherche documentaire en traduction) Plan de cours Introduction Frais d inscription Ce cours

Plus en détail