d'un Congrès à l'autre...

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "d'un Congrès à l'autre..."

Transcription

1 110e session Post Scriptum d'un Congrès à l'autre... N e session : le second rapport du CPNLF Conférence Warot : qu'apportent les neurosciences aux psychiatres? Les Échos du CPNLF

2 Post Scriptum, ce mois-ci comme chaque mois, rapporte dans la rubrique "Les Échos du CPNLF" une partie des interventions communiquées dans le cadre du 110e congrès du CPNLF. Les psychothérapies de soutien, tel était le thème du second rapport annuel de l'association. Cette pratique semble être de plus en plus appliquée par les thérapeutes, d'où l'intétêt de débattre de ses voies et moyens en France. "Modernité" encore, avec les neurosciences évoquées au cours de la conférence Warot. Qu'apportent-elles aux psychiatres? Enfin, saluons les efforts constants du CNPP-CNQSP dont les actions pour l'amélioration de la qualité des soins en psychiatrie méritent d'être mentionnés. Sous la présidence du Pr Guy Darcourt (Nice), le Pr Laurent Schmitt (Toulouse) a présenté le second Rapport sur "Les Psychothérapies de soutien" objet de son ouvrage, rédigé dans le but d offrir une aide aux psychothérapeutes et professionnels de santé engagés dans une relation de soutien avec leurs patients. Celle-ci s applique à des cas difficiles et à des situations cliniques aussi différentes que le deuil, l anxiété, les maladies graves, la dépression, l alcoolisme, la schizophrénie, les troubles de la personnalité notions est indispensable pour que le professionnel sache comment définir solidement son approche par rapport à une autre. De même, il a rappelé les quatre éléments à explorer, le carré dans lequel le thérapeute doit évoluer lors d un premier entretien avec son patient : instaurer une alliance, repérer les failles du sujet (les traumatismes, les problèmes identitaires, les pathologies du narcissisme, les addictions), repérer la structure du sujet, et bien sur partager des objectifs de soins le Pr Laurent Schmitt, auteur du second rapport annuel du CPNLF ou les conséquences du vieillissement. Lorsque le niveau de gravité clinique diminue, les professionnels peuvent choisir de progressivement remplacer la thérapie de soutien par des techniques de soins plus spécialisées. La psychothérapie de soutien est la psychothérapie la plus pratiquée par les professionnels de santé. Paradoxalement, en France, elle ne bénéficie pas d un enseignement formel. D où de nombreuses zones floues dans sa pratique. Le Pr Schmitt a donc choisi de revenir sur plusieurs définitions de base notamment, ce qui permet de distinguer le simple soutien de la psychothérapie de soutien au risque "d enfoncer certaines portes ouvertes" a-t-il remarqué, mais pour rappeler que l intégration de ces 2 (améliorer un comportement, rétablir une capacité pour penser, promouvoir une autonomie). Le Pr Schmitt a présenté plusieurs domaines dans lesquels la psychothérapie de soutien s applique désormais de manière quasi systématique. Pour traiter des épisodes de dépression majeure, par exemple, de nombreux thérapeutes choisissent la thérapie de soutien par choix, et non par défaut, pour de nombreux patients : ceux qui rencontrent la maladie psychique pour la première fois, ceux qui n arrivent pas à penser les choses, ceux dont le niveau de détresse, de rumination ou de focalisation symptomatique les empêchent d aller vers une autre approche. Les objectifs du soutien, dans ces contextes, sont une psychoéducation, une N 14 Directeur de la publication : Pierre Thomas - Rédacteur en Chef : Patrick Martin Infographiste : Vivianne Lambert - Photos de ce numéro : Martine Bertheuil Post Scriptum

3 exploration des représentations, une recherche de l origine du trouble, des événements qui ont pu survenir, une mise à disposition d un espace d expression et une amélioration des capacités d élaboration. Le Pr Schmitt a aussi abordé certaines interrogations difficiles que peuvent rencontrer les thérapeutes praticiens, par exemple face à des patients schizophréniques : quelle est la bonne attitude à adopter? Comment arriver à maintenir une relation dans la durée avec ces patients qui ont finalement assez peu d expression? Comment gérer le délire et l hallucination? Comment peut-on soutenir une personne attachée à son symptôme? La psychologie de soutien est aussi une des stratégies de prise de charge des états limites de la personnalité : pour beaucoup de patients, notamment éloignés des centres spécialisés, la psychothérapie de soutien permet d établir un cadre régulier, de relativiser les angoisses, de maintenir une stabilité des intervenants. Le Pr Guilaume Vaiva le Pr Dominique Drapier Enfin, le Pr Schmitt a conclut son intervention en réitérant sa revendication pour un enseignement formel de la psychothérapie de soutien en France, comme il en est dans les pays anglo-saxons, ne serait-ce que pour clarifier les frontières entre les différentes modalités psychothérapeutique. Au cours de la session de communications sur le thème du Rapport, avec pour modérateurs les Prs Laurent Schmitt (Toulouse) & Pr Dominique Drapier (Rennes), le Pr Guillaume Vaiva (Lille) a évoqué "Le soutien en télémédecine". Le Pr Guillaume Vaiva a présenté quelques unes des expériences les plus innovantes de "télémédecine" (médecine à distance) mises en place ces dernières décennies aux Etats Unis, en Angleterre, en Australie et plus récemment en France. De par sa spécialisation en suicidologie, le Pr Vaiva s est particulièrement intéressé à décrire certains systèmes de télémédecine dédiés à la "veille" de patients suicidaires, c est-à-dire dont le but est de maintenir un lien entre l équipe de soin et le patient après sa sortie de l hôpital ou des urgences. Il s agit pour les soignants de tenter de détecter à temps les signes d une éventuelle rechute, ou simplement de rappeler discrètement au patient que les équipes sont toujours présentes en cas de besoin ou de crise. Certains aspects restent cependant à définir : quels sont les patients les plus appropriés pour cette approche? Quel est le contenu le plus adapté? Mais aussi quand commencer la prise de contact, sous quelle forme, avec quelle fréquence et durant combien de temps? Les diverses expériences tentent des approches variées. Parmi ses exemples, le Pr Vaiva a fait état de l étude menée pendant 15 ans par le Pr Jerôme Motto, de l Université de Californie à San Francisco, sur presque patients qui avaient été admis dans son service pour une tentative de suicide. Dès le premier mois suivant leur sortie de l établissement, chaque patient recevait une carte personnalisée, rappelant par exemple une anecdote de leur séjour hospitalier. Il s agissait de rappeler aux patients que l hôpital n est pas une structure anonyme, que leur passage a marqué des individus empathiques, prêts à les recevoir à nouveau en cas de nécessité. La première année, les patients recevaient 8 cartes. Les cinq années suivantes, une carte tous les 3 mois. Les résultats ont révélé une différence Post Scriptum 3

4 significative en terme de taux de mortalité par suicide en faveur du dispositif de soutien à distance. En France, une expérience similaire a été menée dans le Nord-Pas-de-Calais, où 13 des 16 services d urgence de la région se sont associés pour tester un système de veille téléphonique des sujets récemment admis aux urgences pour une tentative de suicide. Les résultats se sont révélés positifs, avec deux fois mois de tentatives enregistrées à un an. Une étude randomisée de grande envergure vient d être mise en route, visant à tester plusieurs modèles pour dégager le meilleur algorithme de veille et de soutien à distance, qui pourrait ensuite être déployé sur tout le territoire Français à un coût raisonnable. Mais "Peut-on évaluer l'efficacité d'une psychothérapie?" s'interroge le Dr Jérôme Palazzolo (Nice). Alors que la méthodologie d évaluation des thérapeutiques médicamenteuses est aujourd hui bien établie, quand il s agit d évaluer "l efficacité" d une psychothérapie, les avis Le Dr Jérôme Palazzolo divergent systématiquement et donnent lieu à de nombreux débats. Lors de son intervention, le Dr Palazzolo a présenté l évolution actuelle des tentatives d évaluation, en gardant à l esprit une question centrale: "Peut-on vraiment parler d évaluation dans un domaine qui a avant tout à voir avec l humain et la rencontre singulière entre un patient et un thérapeute?" Comme dans tout domaine scientifique, les psychothérapies ont d abord été soumises aux critères d efficacité et de rentabilité de l evidence-based medicine. L'efficacité générale des psychothérapies puis l'efficacité relative des différentes approches ont été évaluées. Cependant, cette méthode d analyse ne faisant pas consensus, la dynamique de recherche s est petit à petit recentrée sur une question en lien direct avec la pratique clinique : "Pourquoi et comment une psychothérapie marche-t-elle?" Ainsi, aujourd hui, au-delà des querelles d écoles, ce sont l'expertise clinique et la dimension qualitative des psychothérapies qui sont passées au crible. Il s agit de prendre en compte les variables individuelles, l'interaction entre le soignant et le soigné, tout en s'efforçant de saisir les principes fondamentaux de la méthode utilisée face à une situation psychopathologique spécifique. Le Dr Palazzolo a passé en revue certaines études ayant rapporté que le facteur thérapeute influence plus la variabilité des résultats obtenus que la technique utilisée. En analysant la pratique de thérapeutes rapportant "peu de résultats satisfaisants", les chercheurs ont mis en évidence l existence accrue d expériences déstabilisantes, stressantes, voire à terme de désengagement chez ces praticiens. D autres études ont suggéré que les résultats de la thérapie dépendent en grande partie de la capacité d adaptation du thérapeute. Les praticiens rapportant les meilleurs résultats seraient les thérapeutes capables d ajuster leurs approches au profil de leur interlocuteur, c est-à-dire à être attentifs au feedback de leurs patients, ou même des proches du patient. Dans ce cadre, le thérapeute devient plus sensible au contexte interactif et à l expérience subjective du patient, tout en restant à l écoute sur sa propre expérience émotionnelle. Ainsi, un certain profil de thérapeutes serait en train de se dégager aujourd hui ; des thérapeutes qui bien sûr doivent maitriser des théories, des techniques mais qui sont aussi capables de les utiliser sans rigidité dogmatique et de s adapter au contexte en fonction du feedback de leur patient. De son côté, le Dr Philippe Huguelet (Genève) pose une autre question : "La religion peut-elle être utile au soutien de nos patients?" Le Dr Huguelet est directeur de la consultation des Eaux- Vives à l hôpital universitaire de Genève. Lors du CPNLF, ce spécialiste de l interface entre religion et psychiatrie a exposé les raisons pour lesquelles il juge audacieux de prendre en compte la religiosité potentielle des patients dans l échange thérapeutique, même lorsque le thérapeute est lui-même agnostique ou issu d une culture à spiritualité autre que celle du patient. La religion et la psychiatrie n ont pas toujours fait bonne entente, surtout en France, où les psychiatres sont très peu formés à l interface religion-psychiatrie. Cependant, note le Dr Huguelet, le fait est que la religion est pourvoyeuse de sens existentiel chez de nombreux individus. La spiritualité permet en effet de générer chez certains un but, un espoir, et peut ainsi être qualifiée de méthode de "coping" - une stratégie que l on met en place pour faire face aux difficultés de la vie. Le coping religieux peut être positif (par exemple la prière peut aider un individu à diminuer ses anxiétés) ou négatif (par exemple la lecture de la Bible qui renforcerait la 4 Post Scriptum

5 Le Dr Philippe Huguelet La psychothérapie de soutien Laurent Schmitt La psychothérapie de soutien est la psychothérapie la plus pratiquée par les professionnels de santé. Elle s applique souvent à des cas difficiles et à des situations cliniques aussi différentes que le deuil, l anxiété, les maladies graves, la dépression, l alcoolisme, la schizophrénie, les troubles de la personnalité ou les conséquences du vieillissement. Quelles demandes orientent vers une psychothérapie de soutien? Comment poser le cadre d une psychothérapie de soutien? Comment la faire évoluer en fonction des difficultés rencontrées? Cet ouvrage répond à ces questions en expliquant les fondements théoriques de la psychothérapie de soutien et en présentant les outils, les stratégies et les contextes dans lesquels elle s exerce. Des indications sur le contenu et le nombre des séances sont également proposées. Ouvrage rédigé par des cliniciens de terrain dans ce domaine, il offre une aide originale aux psychothérapeutes et professionnels de santé engagés dans une relation de soutien. tendance paranoïaque d un patient vis-à-vis son entourage). Une étude récente d envergure internationale et portant sur des patients souffrant de psychoses a révélé que dans 70% des cas, les patients psychotiques utilisaient la religion de manière positive pour faire face à leurs difficultés, 15% l utilisaient de manière négative, et 15% ne l utilisaient pas par absence de croyances. En parallèle de ce rôle de coping, la religion peut aussi offrir à certains patients un modèle explicatif vis-à-vis leur maladie. Ainsi, la religion peut être à la fois une manière de faire face et une manière de donner du sens à un événement. Le Dr Huguelet plaide donc l intérêt d une évaluation spirituelle des patients en thérapie. Par l intermédiaire de situations cliniques communes, le Dr Huguelet a présenté comment un thérapeute peut choisir d adapter son interaction avec le patient. Le dialogue peut être un déni de religiosité un mur s érige alors, mettant de côté tout une dimension du vécu du patient. Le thérapeute peut au contraire se centraliser complètement sur l aspect religieux. Mais dans ces conditions peut-il exercer son rôle correctement? Enfin, la situation qui semble plus adaptée pour une interaction productive, quelle que soit la distance de croyance entre le patient et le thérapeute, est une approche intégrée. Il s agit pour le thérapeute de prendre en compte le problème du patient dans une dimension existentialiste mettant en évidence par exemple aux yeux du patient le désaccord qui réside entre son besoin de liberté et son engagement religieux. L approche intégrée, souligne le Dr Huguelet, permet un débat plus riche, ou qui répond à une logique de psychothérapie de soutien, de psychologie humaniste. Post Scriptum 5

6 C est le Pr Joël Bockaert, de l Université de Montpellier, qui a été invité à communiquer cette année lors de la Conférence Warot, avec pour modérateurs le Pr Michel Hamon (Paris) et Dr Emilie Olié (Montpellier), sur le thème "Qu apportent les neurosciences aux psychiatres? ". Son intervention a porté sur les grandes découvertes des 50 dernières années concernant le fonctionnement du cerveau, et comment ces avancées ont fait progresser non seulement les neurosciences mais aussi la psychiatrie. Si les relations entre neurobiologistes et psychiatres ont longtemps été mêlées d attirance et de méfiance, il est désormais évident que les deux disciplines se sont rapprochées, et que se dessine une approche commune des activités cérébrales et de leurs dysfonctionnements au cours des maladies mentales. Le Pr Bockaert est donc revenu sur les connaissances accumulées au cours du dernier demi-siècle et qui correspondent aujourd hui à des "vérités" scientifiques à partir desquelles d autres découvertes peuvent être réalisées. Notamment, le rôle central de la génétique dans l établissement de la matrice cérébrale, l influence des gènes et de l environnement sur le développement du cerveau, sur l apprentissage, les états émotionnels, l inconscient cognitif, et bien d autres fonctions. L importance de l influence épigénétique de l environnement a aussi été soulignée. Le Pr Bockaert a rappelé l existence de périodes critiques au cours du développement du cerveau périodes pendant lesquelles certaines influences environnementales peuvent favoriser l émergence de troubles psychiatriques. Ainsi, l adolescence se révèle être une étape clé au cours de laquelle certaines modifications des réseaux neuronaux peuvent contribuer à l apparition de la schizophrénie. La neuropharmacologie et la neurogénomique ont été évoquées, pour illustrer l apport de la neurobiologie non seulement dans le domaine de la compréhension, mais aussi du traitement des maladies psychiatriques. Aujourd hui, l hypothèse selon laquelle toute modification de l activité de l esprit s accompagne de modifications de l activité cérébrale ne fait plus de doute. Le Pr Joël Bockaert Le Dr Emilie Olié et le Pr Michel Hamon 6 Post Scriptum

7 Le Bureau du Conseil National Professionnel de Psychiatrie - Collège National pour la Qualité des Soins en Psychiatrie (CNPP- CNQSP) œuvre pour une psychiatrie de progrès, qui répond aux exigences de son temps, qui intègre les arguments de preuve et la diversité de nos types d exercice. Cette psychiatrie doit aussi accepter de rendre des comptes sur ses pratiques, et donner aux professionnels - et non à la technocratie sanitaire - un rôle essentiel dans l amélioration de la qualité et de l organisation des soins en psychiatrie. Le Dr Maurice Bensoussan (centre) Président d exercice libéral, le Dr Nadine Bazin, membre du bureau (à g.) et le Pr Emmanuelle Corruble (à dr.) Président d exercice universitaire. Notre implication est aussi la vôtre, et par la mobilisation de tous nos membres, nous parviendrons à défendre nos pratiques psychiatriques dans une dynamique constante d amélioration. La représentativité Institutionnelle du CNPP-CNQSP ne fait qu'augmenter. Et différents projets renforcent le positionnement du CNPP-CNQSP sur la Qualité des Soins : - ministère du Travail et des Affaires Sociales : des travaux sont en cours avec la Direction des Affaires Européennes et Internationales (DAEI) du ministère du Travail et des Affaires Sociales. Le CNPP-CNQSP est le correspondant du ministère pour la question de la qualité en psychiatrie, notamment dans ses partenariats à l Organisation de Coopération et Développement Economique (OCDE). - HAS : La HAS a constitué un groupe de conseillers pour la santé mentale. Le CNPP-CNQSP est représenté dans ce groupe, afin de traiter les requêtes des administrations centrales et déterminer les thématiques des recommandations. De plus, la HAS sollicite régulièrement le bureau du CNPP-CNQSP pour obtenir des noms de professionnels susceptibles de participer à l élaboration de ses recommandations. - De nombreux échanges et réunions avec la DGS, la DGOS et la FSM ont eu lieu tout au long de l année. - Certains membres du Bureau ont participé aux négociations sur le Pacte de Confiance. Le rapport de M. Couty (chargé de mission) a été présenté le 9 Janvier 2013 à la ministre. Post Scriptum Le 111e congrès de l'association du CPNLF aura lieu à Strasbourg du 4 au 7 juin 2013 inscrivez-vous via notre site cpnlf.fr ou cpnlf.org 7

8 Le CPNLF remercie ses partenaires 2012

«Tout le monde devrait faire une psychothérapie.»

«Tout le monde devrait faire une psychothérapie.» «Tout le monde devrait faire une psychothérapie.» Moins je me connais, mieux je me porte. Clément Rosset, Loin de moi, 1999 Faut-il tout «psychiatriser»? Tout événement de vie difficile tel qu une rupture

Plus en détail

DIPLOMES UNIVERSITAIRES DE PSYCHIATRIE Faculté Médecine Poitiers Année 2002 Professeur J. L. SENON Psychiatrie

DIPLOMES UNIVERSITAIRES DE PSYCHIATRIE Faculté Médecine Poitiers Année 2002 Professeur J. L. SENON Psychiatrie DIPLOMES UNIVERSITAIRES DE PSYCHIATRIE Faculté Médecine Poitiers Année 2002 Professeur J. L. SENON Psychiatrie Accompagnement des Personnes Atteintes de Maladies Génétiques et de leur Famille D.U. - 1

Plus en détail

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite Guide à l intention des familles AU COEUR du trouble de personnalité limite À propos du trouble de personnalité limite Ce document a été élaboré en 2001 par madame France Boucher, infirmière bachelière,

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

PSYCHOSOMATIQUE, RELAXATION, PSYCHOTHERAPIES A MEDIATION CORPORELLE

PSYCHOSOMATIQUE, RELAXATION, PSYCHOTHERAPIES A MEDIATION CORPORELLE UNIVERSITE MONTPELLIER 1 DIPLOME UNIVERSITAIRE PSYCHOSOMATIQUE, RELAXATION, PSYCHOTHERAPIES A MEDIATION CORPORELLE Option A: Psychosomatique, thérapies de relaxation. Option B: Psychosomatique et psychothérapies

Plus en détail

Président du comité d organisation. Pr Philippe Courtet (Montpellier),

Président du comité d organisation. Pr Philippe Courtet (Montpellier), 110 e Président du comité d organisation Pr Philippe Courtet (Montpellier) Comité scientifique Pour les thématiques Histoire & Sciences Humaines : Pr Pierre Michel Llorca (Clermont-Ferrand), Pr Julien

Plus en détail

La supervision en soins infirmiers

La supervision en soins infirmiers La supervision en soins infirmiers (article en deux parties : version jumelée) La pratique de la supervision en soins infirmiers étant peu courante en France et les écrits la concernant de même, bien que

Plus en détail

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant Vivre avec un trouble dépressif Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin

Plus en détail

Projet de loi n o 21 (2009, chapitre 28)

Projet de loi n o 21 (2009, chapitre 28) PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 21 (2009, chapitre 28) Loi modifiant le Code des professions et d autres dispositions législatives dans le domaine de la santé mentale et

Plus en détail

Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003

Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003 Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19 Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003 Plans et objectifs Pendant la grossesse Troubles mineurs, dépressions

Plus en détail

ATELIER 2: Les «bénéfices psychologiques» de l ETP: psychothérapie, thérapie cognitivocomportementale. quels équilibres?

ATELIER 2: Les «bénéfices psychologiques» de l ETP: psychothérapie, thérapie cognitivocomportementale. quels équilibres? 12èmes Journées Régionales d échanges en Education du Patient EDUCATION DU PATIENT : «Entre bénéfices possibles et attendus.vers de nouveaux équilibres» jeudi 29 et vendredi 30 novembre 2012 ATELIER 2:

Plus en détail

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009 L aide aux aidants Aude Comberieu Psychologue clinicienne Hôpital Émile Roux Capacité de gériatrie mars 2009 Définition L aidant naturel L aidant non professionnel L aidant familial «L aidant familial

Plus en détail

Programme Scientifique

Programme Scientifique Programme Scientifique L AFTAD est un organisme de FMC Agrément n 100381 Le Congrès Les Journées de l AFTAD donne droit à 12 crédits de FMC au titre de la Formation Présentielle, pour les médecins libéraux

Plus en détail

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE!

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! rétablissement et psychose / Fiche 1 JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! JJérôme s énerve : «Je ne suis pas psychotique! Vous ne dites que des conneries! Je suis moi, Jérôme, et je ne vois pas le monde comme vous,

Plus en détail

TNS Behaviour Change. Accompagner les changements de comportement TNS 2014 TNS

TNS Behaviour Change. Accompagner les changements de comportement TNS 2014 TNS Accompagner les changements de comportement TNS 2014 Comprendre et accompagner les changements de comportement Inciter et accompagner les changements de comportements des individus est un enjeu fondamental

Plus en détail

Comment la proposer et la réaliser?

Comment la proposer et la réaliser? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment la proposer et la réaliser? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les professionnels de santé dans la mise en œuvre d un programme

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

Se libérer de la drogue

Se libérer de la drogue Chacun doit savoir qu il peut se libérer de la drogue à tout moment. Se libérer de la drogue Je ne maîtrise plus la situation Longtemps encore après la première prise de drogue, le toxicomane croit pouvoir

Plus en détail

9.11 Les jeux de hasard et d argent

9.11 Les jeux de hasard et d argent 9.11 Les jeux de hasard et d argent Maud Pousset, Marie-Line Tovar 288 Les jeux de hasard et d argent (JHA) constituent une activité ancienne et répandue, mais longtemps interdite. Leur offre s est étoffée,

Plus en détail

SUPPLEMENT AU DIPLÔME

SUPPLEMENT AU DIPLÔME SUPPLEMENT AU DIPLÔME Le présent supplément au diplôme (annexe descriptive) suit le modèle élaboré par la Commission européenne, le Conseil de l'europe et l'unesco/cepes. Le supplément vise à fournir des

Plus en détail

La psychothérapie. Se poser les bonnes questions

La psychothérapie. Se poser les bonnes questions La psychothérapie Se poser les bonnes questions? LA PSYCHOTHÉRAPIE Au Québec, la psychothérapie est une activité réservée par la loi * depuis juin 2012, ce qui signifie que seules les personnes autorisées,

Plus en détail

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être CONFERENCE DE HAUT-NIVEAU DE L UE ENSEMBLE POUR LA SANTÉ MENTALE ET LE BIEN-ÊTRE Bruxelles, 12-13 juin 2008 Slovensko predsedstvo EU 2008 Slovenian

Plus en détail

testez-vous! Préparez vos partiels en toute sénérité!

testez-vous! Préparez vos partiels en toute sénérité! : t i u t a r g t i Extra testez-vous! Préparez vos partiels en toute sénérité! Enoncé Un fan de casino Vous êtes praticien dans la belle ville d Enghien (célèbre pour son casino ). Vous recevez Joël 43

Plus en détail

L impact des avis des usagers sur l amélioration de la prise en charge du patient dans un CHU

L impact des avis des usagers sur l amélioration de la prise en charge du patient dans un CHU L impact des avis des usagers sur l amélioration de la prise en charge du patient dans un CHU Michèle WOLF, MCU-PH, Direction de la qualité, de la coordination des risques et des relations avec les usagers,

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

Coaching et Team Building

Coaching et Team Building recherché par les entreprises Ils représentent deux leviers ENTREPRISE Coaching et Team Building des outils de management au service de la personne, des entreprises et des organisations Serge LANTEAUME

Plus en détail

Esprit critique et dérives psychologique

Esprit critique et dérives psychologique Esprit critique et dérives psychologique L'esprit critique et l'autodéfense intellectuelle... Psy : clés d interprétation de notre environnement La construction et la transmission du savoir recouvre des

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

PLAN D ACTIONS PSYCHIATRIE & SANTE MENTALE 15-09-2003 page 1 / 106 PLAN D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DE LA PSYCHIATRIE

PLAN D ACTIONS PSYCHIATRIE & SANTE MENTALE 15-09-2003 page 1 / 106 PLAN D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DE LA PSYCHIATRIE PLAN D ACTIONS PSYCHIATRIE & SANTE MENTALE 15-09-2003 page 1 / 106 PLAN D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DE LA PSYCHIATRIE ET LA PROMOTION DE LA SANTE MENTALE Philippe CLERY-MELIN, Vivianne KOVESS, Jean-Charles

Plus en détail

La schizophrénie est une maladie évolutive; elle comporte 5 phases, qui se succèdent souvent dans l ordre 2 :

La schizophrénie est une maladie évolutive; elle comporte 5 phases, qui se succèdent souvent dans l ordre 2 : Qui peut être atteint de schizophrénie? La schizophrénie est une maladie mentale qui touche environ 1 % de la population canadienne. Elle frappe autant les hommes que les femmes, et se déclare généralement

Plus en détail

Lecture critique et pratique de la médecine

Lecture critique et pratique de la médecine 1-00.qxp 24/04/2006 11:23 Page 13 Lecture critique appliquée à la médecine vasculaireecture critique et pratique de la médecine Lecture critique et pratique de la médecine Introduction Si la médecine ne

Plus en détail

IMAGES ET REALITES DE LA SANTE MENTALE EN POITOU-CHARENTES

IMAGES ET REALITES DE LA SANTE MENTALE EN POITOU-CHARENTES Association Régionale Poitou-Charentes pour l Information Médicale et l Epidémiologie en Psychiatrie (ARPCIMEP) Observatoire Régional de la Santé de Poitou-Charentes (ORSPEC) IMAGES ET REALITES DE LA SANTE

Plus en détail

HABITAT INDIGNE, SOUFFRANCE PSYCHIQUE. ET DEFENSES DELIRANTES DANS LES EXCLUSIONS (internes et externes) Lyon, 2014

HABITAT INDIGNE, SOUFFRANCE PSYCHIQUE. ET DEFENSES DELIRANTES DANS LES EXCLUSIONS (internes et externes) Lyon, 2014 HABITAT INDIGNE, SOUFFRANCE PSYCHIQUE ET DEFENSES DELIRANTES DANS LES EXCLUSIONS (internes et externes) Lyon, 2014 Les évolutions récentes Remplacer «incurie» par «abandon» Abandon de soi, de son soin

Plus en détail

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon

Le prélèvement d organes anticipé/prémédité. Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Le prélèvement d organes anticipé/prémédité Ethique et Greffe Journée du 9 octobre 2012 Dr Laurent Martin-Lefèvre Réanimation La Roche-sur-Yon Déclaration des conflits d intérêt Médecin de la coordination

Plus en détail

L AFMD et l ISTR brisent le tabou de la religion en entreprises

L AFMD et l ISTR brisent le tabou de la religion en entreprises Communiqué de presse L AFMD et l ISTR brisent le tabou de la religion en entreprises Objectif : Aider les managers à gérer la diversité religieuse au quotidien Alors que la question de l expression religieuse

Plus en détail

Partenaires: w w w. c o g m a s t e r. n e t

Partenaires: w w w. c o g m a s t e r. n e t Partenaires: w w w. c o g m a s t e r. n e t Une approche interdisciplinaire et intégrative neuropsychologie psychologie neuroanatomie linguistique philosophie SCIENCES COGNITIVES logique/probas neurosciences

Plus en détail

Une échelle d évaluation semistructurée. B. Gravier

Une échelle d évaluation semistructurée. B. Gravier Une échelle d évaluation semistructurée : la HCR-20 B. Gravier Exemple de jugement clinique structuré: The Historical Clinical Risk Management 20 item scale HCR - 20 Echelle utilisée par les cliniciens

Plus en détail

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Université d été de la performance en santé - 29 août 2014- Lille Monsieur le président, Monsieur le directeur général,

Plus en détail

LES PROFESSIONNELS DE LA SANTE

LES PROFESSIONNELS DE LA SANTE AD'PROSANTE : DES FORMATIONS POUR LES PROFESSIONNELS DE LA SANTE AD'PROSANTE - GROUPE SOFT FORMATION 84, Boulevard de la Corderie 13007 Marseille Tél : 04.91.15.71.03 Fax : 04.91.81.52.62 1 NOTRE OFFRE

Plus en détail

Dr Julie Dauphin, Ph.D. Psychologue clinicienne

Dr Julie Dauphin, Ph.D. Psychologue clinicienne CHAMPS D EXPERTISE Dr Julie Dauphin, Ph.D. Psychologue clinicienne Hôpital Louis- H. Lafontaine Institut Universitaire en santé mentale Programme des troubles psychotiques - Clinique Sherbrooke 7401 Hochelaga

Plus en détail

Les ateliers de pratique réflexive lieu d intégration des données probantes, moteur de changement de la pratique

Les ateliers de pratique réflexive lieu d intégration des données probantes, moteur de changement de la pratique Les ateliers de pratique réflexive lieu d intégration des données probantes, moteur de changement de la pratique Préparé par: Rose-Anne Buteau, Inf. Ph D. (c) Sylvie Garand-Rochette, M.Sc.. Monique Thibault,

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Questions / Réponses Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Quelques chiffres sur les troubles du sommeil et la consommation de benzodiazépines

Plus en détail

La prise en charge d un trouble bipolaire

La prise en charge d un trouble bipolaire GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge d un trouble bipolaire Vivre avec un trouble bipolaire Décembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

Évaluation et recommandations

Évaluation et recommandations ÉVALUATION ET RECOMMANDATIONS 13 Évaluation et recommandations Les personnes souffrant de troubles mentaux s intègrent mal sur le marché du travail. En Belgique, par rapport aux personnes qui ont une bonne

Plus en détail

Cecile Meignant. Infographie - Illustration - photographie. 42 ans. cecile.meignant@wanadoo.fr 06 88 75 07 99

Cecile Meignant. Infographie - Illustration - photographie. 42 ans. cecile.meignant@wanadoo.fr 06 88 75 07 99 Formation a l ESAG (atelier Met de Penninghen), Paris en 5 ans Salariée en milieu associatif : responsable de communication et monteuse de projets culturels En Free lance depuis 7 ans Cecile Meignant 42

Plus en détail

FORMATIONS 2015 PRATIQUES ÉDUCATIVES & SOCIALES PRATIQUES EN MANAGEMENT & COACHING PRATIQUES EN PSYCHOTHÉRAPIE

FORMATIONS 2015 PRATIQUES ÉDUCATIVES & SOCIALES PRATIQUES EN MANAGEMENT & COACHING PRATIQUES EN PSYCHOTHÉRAPIE FORMATIONS 2015 Centre de Formation et de Perfectionnement aux Pratiques Éducatives, Sanitaires, Sociales et Psychothérapeutiques PRATIQUES ÉDUCATIVES & SOCIALES PRATIQUES EN MANAGEMENT & COACHING PRATIQUES

Plus en détail

www.sorbonne-paris-cite.fr MASTER ARTS THÉRAPIES ANNÉE UNIVERSITAIRE 2012 WWW.UNIV-PARIS3.FR

www.sorbonne-paris-cite.fr MASTER ARTS THÉRAPIES ANNÉE UNIVERSITAIRE 2012 WWW.UNIV-PARIS3.FR www.sorbonne-paris-cite.fr MASTER ARTS THÉRAPIES ANNÉE UNIVERSITAIRE 2011 2012 WWW.UNIV-PARIS5.FR WWW.UNIV-PARIS3.FR MASTER SORBONNE PARIS CITÉ mention ARTS THÉRAPIES PRÉSENTATION Domaine de formation

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE. Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE LA LIRONDE Saint-Clément-de-Rivière 34980 Saint-Gély-du-Fesc Avril 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

Description des résidants dans les IHP et les MSP

Description des résidants dans les IHP et les MSP I RAPPORT NATIONAL RPM 1999 Description des résidants dans les IHP et les MSP Données d admission D après le tableau 1 A (p.1), au 30 juin 1999, les initiatives d habitation protégée comptaient 2853 résidants

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie Une formation approfondie à la réflexion éthique appliquée aux secteurs du soin et de la santé En formation continue,

Plus en détail

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie Etudes cliniques dans l autisme Marie-Christine Picot Congrès Epsylon 5 avril 2013 Introduction Mesurer la Qualité de Vie liée à la Santé : Evaluer les

Plus en détail

Programme d Enseignement EPTHECC «Enseignement de la Psychopathologie et des Thérapies Comportementales et Cognitives»

Programme d Enseignement EPTHECC «Enseignement de la Psychopathologie et des Thérapies Comportementales et Cognitives» Programme d Enseignement EPTHECC «Enseignement de la Psychopathologie et des Thérapies Comportementales et Cognitives» SOMMAIRE Pages Présentation de la Formation EPTHECC 2 Les objectifs de la Formation

Plus en détail

Université d été de l AFORPEL 30 juillet 4 août 2012. La Gestalt et les «état limite» (Borderline)

Université d été de l AFORPEL 30 juillet 4 août 2012. La Gestalt et les «état limite» (Borderline) La Gestalt et les «état limite» (Borderline) Les patients qui souffrent du trouble borderline (plus de 2% de la population active, 10% des consultations externes des médecins psychiatres et 15 à 20% des

Plus en détail

Les stagiaires, au nombre de 12 maximum, disposent de tables de travail et de chaises.

Les stagiaires, au nombre de 12 maximum, disposent de tables de travail et de chaises. Créé en 2005, l Institut Mots pour Maux est une association d accompagnement et d aide à la personne. Son objectif est de favoriser et de développer l amélioration de la condition de l être humain et son

Plus en détail

Démence et fin de vie chez la personne âgée

Démence et fin de vie chez la personne âgée Démence et fin de vie chez la personne âgée Dr C le Provost Gériatre C.H.B.A Vannes Dr M Michel Gériatre C.H.U Rennes Démence et fin de vie Sujet grave: la mort la «de mens» = être privé de son esprit

Plus en détail

Rapport sur les maladies mentales au Canada

Rapport sur les maladies mentales au Canada Rapport sur les maladies mentales au Canada + La société pour les + Association des + Association des + Instituts de troubles de l'humeur du Canada directeurs de départements de psychiatrie du Canada +

Plus en détail

Sans remettre en cause le fait de punir les criminels, les psychiatres. s intéressent de plus en plus à la prise en charge des pédophiles.

Sans remettre en cause le fait de punir les criminels, les psychiatres. s intéressent de plus en plus à la prise en charge des pédophiles. 1 Peut-on soigner les pédophiles? Sans remettre en cause le fait de punir les criminels, les psychiatres s intéressent de plus en plus à la prise en charge des pédophiles. Une prévention est même envisagée.

Plus en détail

A PROPOS DES CRITERES D ATTRIBUTION DES EQUIVALENCES

A PROPOS DES CRITERES D ATTRIBUTION DES EQUIVALENCES IED PARIS 8 A PROPOS DES CRITERES D ATTRIBUTION DES EQUIVALENCES La procédure d équivalence permet de dispenser les étudiants de certains enseignements dans la mesure où ils peuvent justifier de l acquisition

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

pas de santé sans ressources humaines

pas de santé sans ressources humaines Résumé Une vérité universelle : pas de santé sans ressources humaines + alliance mondiale pour les personnels de santé Résumé Objectif Le présent rapport est destiné à éclairer les débats du troisième

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

Programme intercantonal de lutte contre la dépendance au jeu (PILDJ) Actions neuchâteloises

Programme intercantonal de lutte contre la dépendance au jeu (PILDJ) Actions neuchâteloises 1 Programme intercantonal de lutte contre la dépendance au jeu (PILDJ) Actions neuchâteloises Luca Fumagalli Adjoint au chef du Service des établissements spécialisés et délégué du canton au groupe d accompagnement

Plus en détail

Sommaire. Sommaire. L Entreprise Page 3. Qu est-ce que la PNL? Page 4. Thérapie PNL et hypnose ericksonienne Page 7

Sommaire. Sommaire. L Entreprise Page 3. Qu est-ce que la PNL? Page 4. Thérapie PNL et hypnose ericksonienne Page 7 Sommaire L Entreprise Page 3 Qu est-ce que la PNL? Page 4 Thérapie PNL et hypnose ericksonienne Page 7 Préparation mentale pour sportif Page 8 Arrêter de fumer Page 11 Mincir par l hypnose Page 12 Traitement

Plus en détail

Critères de l'addiction et de la dépendance affective chez la victime de manipulateur pervers narcissique

Critères de l'addiction et de la dépendance affective chez la victime de manipulateur pervers narcissique Critères de l'addiction et de la dépendance affective chez la victime de manipulateur pervers narcissique Dépendance de la victime à une illusion, un fantasme Ces critères ont été élaborés par Goodman

Plus en détail

Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés

Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés IEN/CTR ASH 2011-2012 Comportements inappropriés / Troubles de la conduite et du comportement

Plus en détail

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale :

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Docteur DARY Patrick, Cardiologue, Praticien Hospitalier Centre Hospitalier de St YRIEIX - Haute Vienne 87500 Situé

Plus en détail

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 2.1. ETUDES REALISEES PAR LES SERVICES DES CAISSES D ASSURANCE MALADIE 5 2.2. ANALYSE DE LA LITTERATURE 5 2.3. ANALYSE DES VENTES 6 2.4. COMPARAISONS

Plus en détail

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession Position adoptée par Conseil national de l Ordre des infirmiers le 14 septembre 2010 Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Plus en détail

SOINS ET ACCOMPAGNEMENTS. Professionnels de la psychiatrie. www.psycom.org

SOINS ET ACCOMPAGNEMENTS. Professionnels de la psychiatrie. www.psycom.org SOINS ET ACCOMPAGNEMENTS Professionnels de la psychiatrie www.psycom.org Professionnels de la psychiatrie SOMMAIRE Organisation des soins psychiatriques Professionnels de la psychiatrie Psychiatre et pédopsychiatre

Plus en détail

DEVENIR INTERVENANT CERTIFIE WELLSCAN

DEVENIR INTERVENANT CERTIFIE WELLSCAN DEVENIR INTERVENANT CERTIFIE WELLSCAN Vous êtes un professionnel consultant, coach, formateur et vous accompagnez les individus ou les entreprises dans leurs enjeux de performance sociale, managériale

Plus en détail

TRAITEMENT DES MAUX DE TÊTE PAR EMDR INTÉGRÉ

TRAITEMENT DES MAUX DE TÊTE PAR EMDR INTÉGRÉ TRAITEMENT DES MAUX DE TÊTE PAR EMDR INTÉGRÉ «Un atelier de deux jours en spécialité EMDR» Présenté par Dr Steven MARCUS,, Ph.D 30 AVRIL & 1er MAI 2011 A PARIS SAMEDI 30 AVRIL : 9H - 16H30 - DIMANCHE 1ER

Plus en détail

!! "! # $ % &'%( % )&'* & +, ( % %- (%. / +% + 0%

!! ! # $ % &'%( % )&'* & +, ( % %- (%. / +% + 0% !! "! # $ % &'%( % )&'* & +, ( % %- (%. / +% + 0% Note aux lecteurs «Il s agit d un travail personnel et il ne peut faire l objet d une publication en tout ou partie sans l accord de son auteur.» REMERCIEMENTS

Plus en détail

LA FIN DE VIE AUX URGENCES: LES LIMITATIONS ET ARRÊTS DES THÉRAPEUTIQUES ACTIVES. Dr Marion DOUPLAT SAMU- Urgences Timone

LA FIN DE VIE AUX URGENCES: LES LIMITATIONS ET ARRÊTS DES THÉRAPEUTIQUES ACTIVES. Dr Marion DOUPLAT SAMU- Urgences Timone LA FIN DE VIE AUX URGENCES: LES LIMITATIONS ET ARRÊTS DES THÉRAPEUTIQUES ACTIVES Dr Marion DOUPLAT SAMU- Urgences Timone SOMMAIRE 1. La mort aux urgences 2. Les Limitations et Arrêts des Thérapeutiques

Plus en détail

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris)

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) 1. Contexte local Géographie La psychiatrie adulte de l hôpital Sainte-Anne est orientée vers 7 secteurs psychiatriques adultes, que ce soit pour les hospitalisations,

Plus en détail

Qu est-ce que la maladie de Huntington?

Qu est-ce que la maladie de Huntington? Qu est-ce que la maladie de Huntington? Description sommaire Qu est-ce que la maladie de Huntington? La maladie de Huntington (MH) est une maladie neurodégénérative longtemps connue sous le nom de Chorée

Plus en détail

CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI

CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI Comprendre ses propres stratégies d échec et de réussite Mettre à jour ses freins, ses propres croyances Développer son potentiel et repousser ses

Plus en détail

Le coaching d entreprise. Réalisé par: Tarik KELLAF

Le coaching d entreprise. Réalisé par: Tarik KELLAF Le coaching d entreprise Réalisé par: Tarik KELLAF L intérêt du sujet L importance de la pratique du coaching au sein de l entreprise afin d orienter le personnel, booster sa motivation et mettre en place

Plus en détail

Depuis l'an 2000, le Ministère de la Santé Publique (MSP) a mis en place une procédure d accréditation pour améliorer la qualité des services

Depuis l'an 2000, le Ministère de la Santé Publique (MSP) a mis en place une procédure d accréditation pour améliorer la qualité des services Depuis l'an 2000, le Ministère de la Santé Publique (MSP) a mis en place une procédure d accréditation pour améliorer la qualité des services hospitaliers. Ce projet d amélioration de la qualité porte

Plus en détail

Formation Professionnelle. Orienté Solution

Formation Professionnelle. Orienté Solution UNIQUE EN EUROPE Formation Professionnelle de Thérapeute Orienté Solution (PNL, Hypnose Ericksonienne, Thérapie Brève Solutionniste) Certificat international de «NLP, Brief Therapy and Hypnosis Therapist»

Plus en détail

Annonce. Beyrouth, le 4/6/2013. La Doyenne. Nina SAADALLAH. UNIVERSITE LIBNAISE Faculté de Santé Publique Décanat

Annonce. Beyrouth, le 4/6/2013. La Doyenne. Nina SAADALLAH. UNIVERSITE LIBNAISE Faculté de Santé Publique Décanat UNIVERSITE LIBNAISE Faculté de Santé Publique Décanat Annonce La Doyenne de la Faculté de Santé Publique annonce le début du dépôt des dossiers de candidature pour les différents Masters Professionnels

Plus en détail

Transformez votre relation au monde!

Transformez votre relation au monde! Transformez votre relation au monde! Formations certifiantes PNL QUEST interactive 2013-2014 Qu est-ce que la PNL? La PNL (Programmation Neuro-linguistique) est une discipline développée dans les années

Plus en détail

Formation obligatoire d adaptation à l emploi

Formation obligatoire d adaptation à l emploi Cycle de formation Praxis Conforme à l arrêté du 16 juillet 2009 Formation obligatoire d adaptation à l emploi Agent de service mortuaire Madame, Monsieur, Depuis l arrêté du 16 juillet 2009 relatif à

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

Présentation de la note Perspectives & Propositions Fin de vie, penser les enjeux, soigner les personnes

Présentation de la note Perspectives & Propositions Fin de vie, penser les enjeux, soigner les personnes Présentation de la note Perspectives & Propositions Fin de vie, penser les enjeux, soigner les personnes par Dominique Folscheid et Brice de Malherbe, co-directeurs du département d Ethique biomédicale,

Plus en détail

Certificat en interventions de group et leadership

Certificat en interventions de group et leadership Certificat en interventions de groupe et leadership (30 crédits) Cours obligatoires (9 crédits) HUM1503 Introduction à la vie de groupe IGL 2536 Laboratoire d interventions auprès des groupes I IGL 2538

Plus en détail

Le case management de transition (CMT) Une illustration de pratique avancée en soins infirmiers

Le case management de transition (CMT) Une illustration de pratique avancée en soins infirmiers XIIe Congrès Européen Lausanne, le 22 novembre 2013 Le case management de transition (CMT) Une illustration de pratique avancée en soins infirmiers Cécile Morgan & Patricia Jaunin, Infirmières spécialisées

Plus en détail

Région Nord-Pas de Calais

Région Nord-Pas de Calais Psychothérapeute - Formatrice - Spécialiste de l enfant CYCLE DE FORMATION SPÉCIALISÉE SÉMINAIRES DE DÉVELOPPEMENT PERSONNEL SUPERVISIONS DE PRATIQUE FORMATIONS SUR MESURE Région Nord-Pas de Calais Béthune

Plus en détail

Béatrice Darot, révélatrice de potentiel

Béatrice Darot, révélatrice de potentiel 1/7 À propos Béatrice Darot est thérapeute en PNL 1 et en hypnose ericksonienne 2. En septembre 2014, elle lance de nouvelles activités de coaching individuel et d animation de conférences. En public ou

Plus en détail

Les Migraines et les céphalées. Dr G.Hinzelin Migraines et Céphalées Migraines et Céphalées La migraine représente entre 5 à 18% de la population française selon le sexe et en fonction des études. Est

Plus en détail

LES MECANISMES DE DEFENSE

LES MECANISMES DE DEFENSE LES MECANISMES DE DEFENSE Table des matières Table des matières 3 I - GENERALITES, DEFINITION 7 A. GENERALITES, DEFINITION...7 II - LES PRINCIPAUX MECANISMES DE DEFENSE 9 A. le refoulement :...9 B. la

Plus en détail

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines

L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines L hôpital de jour ( HDJ ) en Hôpital général Intérêt d une structure polyvalente? Dr O.Ille Centre hospitalier Mantes la Jolie, Yvelines Hôpital de jour (HDJ) Permet des soins ou examens nécessitant plateau

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Note de recommandation Médecins du Monde. Concertation sur la Réforme de l Asile. Octobre 2013

Note de recommandation Médecins du Monde. Concertation sur la Réforme de l Asile. Octobre 2013 Note de recommandation Médecins du Monde Concertation sur la Réforme de l Asile Octobre 2013 Introduction Cette note de contribution est rédigée dans le cadre de la concertation sur la Réforme de l Asile,

Plus en détail

Le dispositif de la maladie imputable au service

Le dispositif de la maladie imputable au service LA QUESTION DE L IMPUTABILITÉ AU SERVICE DES MALADIES RÉSULTANT DE LA FRAGILITÉ PSYCHOLOGIQUE D UN FONCTIONNAIRE EN DEHORS DE TOUTE FAUTE DE L EMPLOYEUR PUBLIC Le dispositif de la maladie imputable au

Plus en détail

Partenariat patient-pair aidant-équipe soignante, un trio gagnant favorisant l espoir du rétablissement.

Partenariat patient-pair aidant-équipe soignante, un trio gagnant favorisant l espoir du rétablissement. Partenariat patient-pair aidant-équipe soignante, un trio gagnant favorisant l espoir du rétablissement. Automne 2014 MOT DE BIENVENUE ET PRÉSENTATION DES FORMATRICES Réjeanne Bouchard Guylaine Cloutier

Plus en détail

Organisation des enseignements au semestre 7

Organisation des enseignements au semestre 7 Organisation des enseignements au semestre 7 UE1 : Pratiques pédagogiques différenciées et adaptées aux besoins éducatifs particuliers (responsable : J. Divry) Transmettre des connaissances et des références

Plus en détail