GUIDE DE FINANCEMENT DU FONDS D EQUIPEMENT COMMUNAL ELIGIBILITÉ AU FINANCEMENT MOBILISATION DU FINANCEMENT MISE EN PLACE DU FINANCEMENT QUI CONTACTER?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "GUIDE DE FINANCEMENT DU FONDS D EQUIPEMENT COMMUNAL ELIGIBILITÉ AU FINANCEMENT MOBILISATION DU FINANCEMENT MISE EN PLACE DU FINANCEMENT QUI CONTACTER?"

Transcription

1 Royaume du Maroc GUIDE DE FINANCEMENT DU FONDS D EQUIPEMENT COMMUNAL ELIGIBILITÉ AU FINANCEMENT MOBILISATION DU FINANCEMENT MISE EN PLACE DU FINANCEMENT QUI CONTACTER?

2 Publication du Fonds d'equipement Communal FEC - Tous droits réservés 2013 FONDS D EQUIPEMENT COMMUNAL Espace Oudayas, angle avenue Annakhil et avenue Ben Barka B.P Hay Ryad , Rabat, Maroc Tél. : +212 (0) à 93 Fax : +212 (0) Site web :

3 GUIDE DE FINANCEMENT DU FONDS D EQUIPEMENT COMMUNAL ELIGIBILITÉ AU FINANCEMENT MOBILISATION DU FINANCEMENT MISE EN PLACE DU FINANCEMENT QUI CONTACTER?

4 Le présent guide a pour objectifs de présenter : > Les critères d'éligibilité au financement du FEC ; > Les différentes phases de préparation des dossiers de demandes de prêts et de décaissements. Les procédures contenues au niveau de ce guide sont dictées par les dispositions légales et réglementaires applicables aux Collectivités Territoriales, notamment les textes relatifs à la Charte Communale, à l'organisation des Finances des Collectivités Locales et de leurs groupements et au règlement de la Comptabilité des Collectivités Locales et de leurs groupements. 2

5 LA BANQUE DU FINANCEMENT LOCAL Fort de son expérience de plus de 50 ans dans le domaine du financement du secteur public local, le Fonds d Equipement Communal (FEC) a développé une expertise et capitalisé un savoir-faire qui consolident son rôle de partenaire technique et financier des Collectivités Territoriales et des porteurs de projets d investissement locaux. Le FEC conseille ses clients et leur offre des produits et services financiers sous forme de prêts ou de Lignes de Crédit adaptés à leurs besoins de financement pour des projets qui visent l amélioration du cadre de vie du Citoyen et qui portent sur de nombreux domaines tels que : Les aménagements urbains qui couvrent l essentiel des équipements collectifs. Il s agit par exemple de la construction ou de la réhabilitation des voiries, de l éclairage public, de l aménagement des espaces verts, des équipements d entretien et de la réalisation de parkings. Ce domaine couvre également les opérations d aménagement de zones industrielles ou de zones d activités économiques ainsi que l aménagement et la viabilisation des lotissements communaux. Les équipements de proximité qui comprennent la construction d'espaces commerciaux, d équipements spécialisés ou d établissements scolaires en milieu rural. Les services de base qui répondent aux besoins quotidiens du citoyen, tels que l eau potable, l électricité, l assainissement liquide et solide, les routes communales et les transports urbains. Les équipements socio-culturels et sportifs qui englobent une variété d équipements et de services collectifs tels que l aménagement des sites touristiques et récréatifs, des auberges de campagnes et des gîtes touristiques ainsi que l aménagement et l équipement des parcs. Ce domaine concerne également la réalisation de campings, piscines ou l équipement des plages. Il englobe aussi la création de centres culturels, théâtres, bibliothèques, maisons de jeunes et salles polyvalentes ou encore la construction de complexes sportifs. 3

6 4

7 Eligibilité au financement du FEC Secteurs d intervention Critères d éligibilité de l emprunteur Critères d éligibilité des projets Conditions de financement Mobilisation du financement : Attribution du prêt 1 - Préparation et transmission du dossier de prêt au FEC 2 - Examen du dossier de prêt et accord du Comité de Crédit 3 - Arrêté conjoint et Autorisation de programme 4 - Etudes d exécution et appels d offres Mise en place du financement : Décaissement des fonds 1 - Préparation du dossier de décaissement 2 - Traitement de la demande de décaissement 3 - Autorisation spéciale 4 - Mandatement et règlement Programmation budgétaire des annuités des prêts Qui contacter?

8 6

9 DANS CETTE PARTIE Secteurs d intervention Critères d éligibilité de l emprunteur Critères d éligibilité des projets Conditions de financement 7

10 SECTEURS D INTERVENTION DU FEC Le FEC met tout son savoir faire au service des Collectivités Territoriales afin de leur permettre de réaliser leurs projets dans des secteurs variés tels que : 1 L eau potable Le financement peut concerner la production, le traitement, l'adduction, le stockage, la distribution et les branchements ainsi que les bâtiments d'exploitation. 2 L assainissement solide 3 L électricité Le financement peut concerner des projets liés à la collecte, à l'évacuation et au traitement des déchets solides. Il s'agit notamment de l'acquisition du matériel de collecte et d'évacuation des déchets solides, l'aménagement des décharges contrôlées avec leurs infrastructures annexes, la réalisation d'unités de traitement des déchets solides ainsi que les autres objets liés à leur collecte. Le financement peut concerner la production (centrales thermiques, groupes électrogènes...), le transport, les postes de transformation et de livraison, la distribution, les branchements, les bâtiments d'exploitation ainsi que l'éclairage public. 4 L assainissement liquide Le financement peut porter sur la réalisation d'émissaires des collecteurs primaires, de collecteurs secondaires et tertiaires, de stations d'épuration, de stations de refoulement et/ou de relevage, de branchements, de bâtiments et de matériel d'exploitation ainsi que d équipements d'entretien. 5 Les équipements spécialisés Le financement peut concerner les équipements suivants : Hammams, fours, abattoirs, installations frigorifiques, gares et haltes routières, fourrières et morgues. 6 Le transport urbain Le financement peut porter sur l'acquisition des véhicules de transport public, l'aménagement des arrêts de bus, la construction de bâtiments d'exploitation ainsi que d'autres aménagements liés à ce secteur. 8

11 7 Les aménagements urbains Le financement peut porter sur les aménagements et la viabilisation des lotissements communaux, la construction ou la réhabilitation de la voirie, l'aménagement des zones industrielles et des zones d'activités économiques, les parkings, les espaces verts ainsi que les équipements d'entretien. 8 Les routes communales 9 Le financement peut concerner la construction de routes communales qui présentent un caractère économique et social de grande importance permettant le désenclavement et l'accès aux services de proximité. Les aménagements sportifs, touristiques et récréatifs Le financement peut porter sur la construction de campings et de piscines, l'aménagement de sites touristiques et récréatifs, l'aménagement et l'équipement de parcs, l'équipement de plages, la construction de complexes sportifs, de centres culturels, de théâtres, de bibliothèques, de maisons de jeunes et de salles polyvalentes ainsi que d auberges de campagne et de gîtes touristiques. 10 Les équipements commerciaux Le financement peut concerner la construction et les installations de souks, de boutiques, de centres commerciaux, de marchés de quartier, de marchés à bestiaux et de marchés de gros. 9

12 CRITÈRES D ÉLIGIBILITÉ DE L EMPRUNTEUR Pour obtenir un prêt du FEC, la Collectivité doit remplir les conditions suivantes : 1 Avoir un taux d'endettement* qui ne doit pas excéder 40% ; 2 Dégager une épargne pouvant couvrir au moins l'intégralité de l annuité de remboursement ; 3 Participer au financement du projet avec un apport minimum de 20% de son coût. L'autofinancement de la Collectivité Territoriale peut se traduire soit par : > Les excédents de la Collectivité Territoriale affectés au projet ; > Un apport en nature, tels que les terrains acquis pour le projet ou des dépenses récentes déjà effectuées dans le cadre du projet lorsque celles-ci ont eu lieu dans les six mois précédent l approbation du prêt ; > Un don, une subvention ou une participation reçus d'organismes publics ou privés, nationaux ou étrangers. 4 Disposer des moyens humains, matériels et organisationnels pour la réalisation du projet ou faire appel à l assistance d un partenaire qualifié, le cas échéant. Annuité de remboursement *Taux d endettement = Recettes de fonctionnement 10

13 CRITÈRES D ÉLIGIBILITÉ DES PROJETS Les projets éligibles au financement du FEC doivent répondre aux critères suivants : 1 Le projet répond à une demande effective et prioritaire de l'emprunteur ; 4 L'emprunteur est à même de mener à bien le projet ou fera appel à des contrats de gérance ; 2 3 Le projet est économiquement et socialement justifié et remplit les critères de moindre coût ; Le projet est financièrement viable, pour les projets à caractère marchand ; 5 Le projet n'aura pas d'impact négatif sur l'environnement, autrement la Collectivité Territoriale prendra les mesures correctives pour réduire ledit impact. CONDITIONS DE FINANCEMENT Les taux d'intérêt appliqués sont soit fixes, soit révisables et varient en fonction de la durée du prêt qui peut aller jusqu'à 15 ans et des garanties reçues, le cas échéant. Les taux d'intérêt révisables sont les taux en vigueur à la date de décaissement des fonds. Le taux est révisé par application du taux en vigueur à chaque date anniversaire pour l'échéance à venir. 11

14 12

15 DANS CETTE PARTIE Les phases d attribution du prêt : Préparation et transmission du dossier de prêt au FEC Examen du dossier de prêt et accord du Comité de Crédit Arrêté conjoint et autorisation de programme Etudes d exécution et appels d offres 13

16 LES PHASES D ATTRIBUTION DU PRÊT Outre l'octroi de prêts destinés à financer des projets spécifiques, le FEC peut également mettre en place des financements sous forme de lignes de crédit pour la réalisation de programmes pluriannuels d'investissement. Les lignes de crédit permettent à la Collectivité Territoriale de disposer d'une visibilité pour le financement des différentes composantes de son programme pluriannuel d'investissement et de réallouer, le cas échéant, les financements accordés entre les différents projets qui le composent. Le processus de demande et d attribution du prêt se déroule comme suit : 1 COLLECTIVITÉ TERRITORIALE Délibération du Conseil autorisant le recours à l emprunt MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR Préparation et transmission du dossier de demande de prêt via l autorité locale Instruction et transmission du dossier de demande de prêt 4 Etude d exécution et préparation des dossiers d appels d offres 3 Arrêté Conjoint autorisant l emprunt Lancement des appels d offres Attribution des marchés Autorisation de programme 14

17 4 PHASES 4 INTERVENANTS MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES FONDS D EQUIPEMENT COMMUNAL 2 Examen du dossier de demande de prêt Présentation au Comité de Crédit pour approbation (MI - MEF - CDG - FEC) Arrêté Conjoint autorisant l emprunt Mise en vigueur du prêt (CT et FEC) 15

18 PHASE 1 Préparation et transmission du dossier de prêt au FEC Le dossier de demande de prêt doit comporter les éléments suivants : dossier technique dossier administratif et financier L étude de la situation actuelle ; L étude des besoins réels identifiés ; Les études techniques du projet ; L avis des tutelles sectorielles ; La liste des moyens humains et organisationnels pour mener à bien le projet (exécution et gestion) ou, à défaut, les conventions de partenariat mises en place auprès des services extérieurs compétents. La lettre de demande de prêt dûment renseignée et visée par l'autorité locale ; L'extrait du procès-verbal de la délibération du Conseil autorisant le recours à l'emprunt ; Les comptes administratifs des 3 derniers exercices ainsi que le budget de l'année en cours ; Une copie des contrats relatifs aux services rendus à la collectivité par une entreprise privée (collecte des déchets solides, décharge publique, éclairage public, espaces verts, gardiennage ou autres, ) ; Le dossier relatif à la situation juridique du terrain, le cas échéant ; Les dispositions prises ou à prendre pour la mise en place de l autofinancement à hauteur minimum de 20% du coût du projet à financer ; L étude financière du projet (si le projet est générateur de ressources, l étude de rentabilité du projet ). 16

19 PHASE 2 Examen du dossier de prêt et accord du Comité de Crédit Le FEC examine le dossier de demande de prêt et s'assure que tous les critères d'éligibilité prévus sont remplis. La demande de prêt et le rapport d'évaluation établi par le FEC, après une visite éventuelle du site du projet, sont soumis à l'appréciation du Comité de Crédit qui se réunit au moins une fois par mois et qui est présidé par le Directeur Général du FEC et est composé de : > 2 représentants du Ministère de l Intérieur ; > 2 représentants du Ministère de l Economie et des Finances ; > 1 représentant de la Caisse de Dépôt et de Gestion (CDG). Suite à l'accord du Comité de Crédit, le FEC adresse à la Collectivité Territoriale une lettre pour l'informer de la décision du Comité de Crédit. Le contrat de prêt, établi en cinq (5) exemplaires par le FEC, est soumis à la signature de l'ordonnateur de la Collectivité Territoriale puis à celle du Directeur Général du FEC. Après signature par les deux parties : > 2 exemplaires sont remis à la Collectivité Territoriale dont un pour transmission à la Perception de rattachement ; > 2 exemplaires sont transmis à la Direction des Finances Locales du Ministère de l'intérieur, dont un est destiné à la Province / Préfecture ; > 1 exemplaire est conservé au FEC. 17

20 PHASE 3 Arrêté conjoint et autorisation de programme L'Arrêté Conjoint est établi, visé et signé par le Ministre de l'intérieur et le Ministre chargé des Finances (Conformément aux dispositions de la loi n relative à l'organisation des Finances des Collectivités Locales et de leurs groupements). L'Autorisation de Programme portant ouverture des crédits d'engagement est établie et signée par le Ministère de l'intérieur ou par l'autorité locale pour les communes rurales. PHASE 4 Etudes d execution et appels d offres Parallèlement à la procédure de demande de prêt, la Collectivité Territoriale peut entamer la préparation des études d exécution et du dossier d appel d offres. Dès l attribution du marché et son approbation par les autorités compétentes, la Collectivité Territoriale introduit auprès du FEC une demande de décaissement et ce, suite à la notification de l ordre de commencement des travaux. 18

21 19

22 20

23 DANS CETTE PARTIE Les phases de décaissement des fonds : Préparation du dossier de décaissement Traitement de la demande de décaissement Autorisation spéciale Mandatement et règlement 21

24 Les phases de décaissement des fonds Le décaissement consiste à mettre les fonds à la disposition de la Collectivité Territoriale pour le règlement des dépenses prévues ou engagées dans le cadre de la réalisation d'un projet financé par un prêt du FEC. Les décaissements sont effectués en une ou plusieurs tranches en fonction de la nature du projet et des délais de réalisation des travaux. 1 COLLECTIVITÉ TERRITORIALE Marché(s) approuvé(s) Ordre de service et commencement des travaux Préparation et transmission de la demande de décaissement au FEC 2 Approbation des dispositions de la lettre d ouverture de crédit 4 Mandatement et règlement 22

25 4 PHASES 3 INTERVENANTS FONDS D EQUIPEMENT COMMUNAL MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR Traitement de la demande de décaissement et établissement de la lettre d ouverture de crédit Versement des fonds 3 Autorisation spéciale 23

26 PHASE 1 Préparation du dossier de decaissement Les fonds peuvent être mis à la disposition de la Collectivité Territoriale dès l'approbation du ou des marchés et l établissement de l ordre de service. La Collectivité Territoriale en formule la demande directement au FEC avec une copie pour information à l'autorité de tutelle. Demande de 1 er décaissement La demande de 1 er décaissement, qui est transmise directement au FEC, est accompagnée des documents suivants : Une copie du (ou des) marché(s) approuvé(s), contrats et bons de commande ; Une copie de l'ordre de service de commencement des travaux notifié à l'entreprise. 24

27 Demandes de décaissements ultérieurs Les demandes de décaissements ultérieurs suivent le même circuit que la demande de 1 er décaissement et sont transmises avec les documents suivants : Pour les marchés déjà reçus : Une copie des décomptes / états d'honoraires liquidés ou en instance de liquidation ; L état d'avancement physique des travaux visé par l'ingénieur communal ; Une situation des paiements par marché, visée par l Ordonnateur et par le Percepteur. Pour le dernier décaissement du prêt, fournir les documents suivants : Les derniers décomptes et dernières notes d honoraires ; Le procès-verbal de réception provisoire ; La situation actualisée des paiements, faisant ressortir l utilisation des fonds du prêt débloqués et la mobilisation de la totalité de la quote-part de la commune à hauteur des dépenses effectuées, signée par l Ordonnateur et visée par le Percepteur. Après le dernier décaissement, la Collectivité Territoriale doit transmettre au FEC un rapport d achèvement des travaux. 25

28 PHASE 2 Traitement de la demande de decaissement Dès réception du dossier de la demande de décaissement, le FEC s assure : > de l'exhaustivité et de la conformité des pièces transmises ; > de la capacité d endettement de la Collectivité Territoriale qui ne doit pas avoir des retards de paiement ou d impayés ; > du respect des engagements pris par la Collectivité Territoriale lors de la signature du contrat. Après traitement de la demande, une lettre d'ouverture de crédit est adressée à la Collectivité Territoriale pour l'informer du montant à débloquer ainsi que des conditions de taux. Après acceptation de la lettre d'ouverture de crédit par la Collectivité Territoriale, le FEC procède au virement des fonds et transmet une copie de la lettre d ouverture de crédit et l ordre de virement aux autorités locales (Communes Rurales) et aux autorités centrales (Communes Urbaines, Conseils Provinciaux, Conseils Régionaux), pour l'établissement de l'autorisation Spéciale. Dès réception de l'avis de débit du compte du FEC portant mention de la date de valeur appliquée au virement effectué, un tableau d amortissement est établi, puis soumis à l'ordonnateur de la Collectivité Territoriale pour signature. Ce tableau d'amortissement précise l'encours de la dette ainsi que l annuité à rembourser, ventilée en capital et intérêts (pour les prêts à taux révisable, seule la première annuité est ventilée en capital et intérêts ). Un exemplaire du tableau d'amortissement est transmis à la Collectivité Territoriale et à la Perception de rattachement. 26

29 PHASE 3 Autorisation spéciale L'Autorisation Spéciale portant ouverture des crédits de paiement est établie et signée par le Ministère de l'intérieur (Conformément aux dispositions de la loi n relative à l'organisation des Finances des Collectivités Locales et de leurs groupements). PHASE 4 Mandatement et règlement Après réception de l'autorisation Spéciale, la Collectivité Territoriale procède au mandatement de la dépense et transmet le dossier de mandatement à la Perception de rattachement pour règlement. 27

30 DES PROGRAMMATION BUDGETAIRE ANNUITES DES PRETS A l'occasion de la préparation du Budget, la Collectivité Territoriale inscrit dans son budget les annuités relatives au remboursement des prêts contractés auprès du FEC et ce, sur la base des tableaux d'amortissement et des états de programmation des annuités suivantes qui seront communiqués annuellement. Après approbation du Budget, le Percepteur procède, au plus tard à la date d'échéance, au règlement des montants dus. La Collectivité Territoriale doit veiller au remboursement des annuités de prêts au plus tard à leur date d'échéance en vue d'éviter tout retard de paiement qui pourrait engendrer des intérêts de retard. 28

31 29

32 30

33 31

34 Quatre zones d'opérations Quatre Zones d'opérations sont chargées de gérer la relation avec les clients à tous les stades de leurs projets. Ces Zones d'opérations sont notamment chargées de : >> Conseiller les Collectivités Territoriales pour le montage technique et financier de leurs projets ; >> Instruire les dossiers de demandes de prêts et de décaissements. Vous avez des questions spécifiques relatives à nos activités, solutions de financement ou services? Vous pouvez nous écrire à l adresse éléctronique : ou contacter directement la Zone d Opérations dont dépend votre commune FONDS D EQUIPEMENT COMMUNAL Espace Oudayas, angle avenue Annakhil et avenue Ben Barka B.P Hay Ryad , Rabat, Maroc Tél. : +212 (0) à 93 Fax : +212 (0)

35 ZONE NORD ZONE CENTRE Chaouia Ouardigha Doukkala Abda Grand Casablanca Marrakech Tensift El Haouz Tadla Azilal Gharb Chrarda Bni Hssen Rabat Salé Zemmour Zaër Tanger Tétouan ZONE SUD Guelmim Es Semara Lâayoune Boujdour Sakia El Hamra Oued Eddahab Lagouira Souss Massa Drâa ZONE EST Fès Boulemane L Oriental Meknès Tafilalt Taza El Hoceima Taounate Contact Zones d Opérations Tél. : Fax : +212 (0) (0)

LES PROGRAMMES D APPUI A LA COMPETITIVITE DES PME. Hanane SADEQ

LES PROGRAMMES D APPUI A LA COMPETITIVITE DES PME. Hanane SADEQ LES PROGRAMMES D APPUI A LA COMPETITIVITE DES PME Hanane SADEQ Date: 25-9-2013 Sommaire L APPUI AUX PME: AU CŒUR DES DIFFÉRENTES STRATÉGIES SECTORIELLES LES PROGRAMMES D APPUI A LA PME CONSISTANCE ET OBJECTIFS

Plus en détail

M.S - Direction de la réglementation et du contentieux - BASE DE DONNEES. Complété par l arrêté n 2333-12 du 13 juin 2012, B.O n 6084 du 20/09/2012

M.S - Direction de la réglementation et du contentieux - BASE DE DONNEES. Complété par l arrêté n 2333-12 du 13 juin 2012, B.O n 6084 du 20/09/2012 Complété par l arrêté n 2333-12 du 13 juin 2012, B.O n 6084 du 20/09/2012 Référence : B.O n 5958-5 chaabane 1432 (7-7-2011) Arrêté de la ministre de la santé n 1363-11 du 12 joumada II 1432 (16 mai 2011)

Plus en détail

I. Description générale du dispositif. 1) date limite de dépôt des dossiers :

I. Description générale du dispositif. 1) date limite de dépôt des dossiers : Fonds de soutien aux collectivités territoriales et à certains établissements publics ayant souscrit des contrats de prêt ou des contrats financiers structurés à risque les plus sensibles I. Description

Plus en détail

- à la forme des délibérations et des contrats d'emprunt (montant, durée, annuité,...) ;

- à la forme des délibérations et des contrats d'emprunt (montant, durée, annuité,...) ; BULLETIN OFFICIEL DU MINISTERE DE L'INTERIEUR Circulaire du 22 FEVRIER 1989. --------------------------------------------------------------------------------- Concours financiers à court terme offerts

Plus en détail

Manuel d'exécution (version 2)

Manuel d'exécution (version 2) ROYAUME DU MAROC Ministère de l'agriculture et de la Pêche Maritime Agence pour le Développement Agricole Projet Intégration du Changement Climatique dans la mise en œuvre du Plan Maroc Vert (PICCPMV)

Plus en détail

Le compte administratif 2011

Le compte administratif 2011 Le compte administratif 2011 Le compte administratif 2011 de MIONS en quelques chiffres Budget principal. 16 590 970 de recettes réalisées, dont :. 13 003 158 en fonctionnement dont 165 000 de rattachements.

Plus en détail

Après examen par le conseil des ministres, réuni le 15 chaoual 1413 (7 avril 1993),

Après examen par le conseil des ministres, réuni le 15 chaoual 1413 (7 avril 1993), Décret n 2-93-66 du 14 rebia II 1414 pris en application de la loi n 016-89 relative à l'exercice de la profession d'architecte et à l'institution de l'ordre national des architectes (B.O. 20 octobre 1993).

Plus en détail

* Les personnalités scientifiques : - Mabrouk El Mannai, - El Mouldi Lahmer, - Farouk El Omrani.

* Les personnalités scientifiques : - Mabrouk El Mannai, - El Mouldi Lahmer, - Farouk El Omrani. * Les personnalités scientifiques : - Mabrouk El Mannai, - El Mouldi Lahmer, - Farouk El Omrani. MINISTERE DE L'AGRICULTURE Par décret n 2013-4505 du 6 novembre 2013. Messieurs Ahmed Dhaoui et Khaled Gannouni,

Plus en détail

Ordonnance concernant la gestion et le contrôle financier et des prestations de la HES-SO Valais/Wallis du 16 décembre 2014

Ordonnance concernant la gestion et le contrôle financier et des prestations de la HES-SO Valais/Wallis du 16 décembre 2014 - 1-414.703 Ordonnance concernant la gestion et le contrôle financier et des prestations de la HES-SO Valais/Wallis du 16 décembre 2014 Le Conseil d'etat du canton du Valais vu l'article 57 de la Constitution

Plus en détail

PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015. Commune de Poisat 23 février 2015

PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015. Commune de Poisat 23 février 2015 PREPARATION BUDGET PRIMITIF 2015 Commune de Poisat 23 février 2015 Sommaire Le budget communal : quelques points de compréhension 1. Principes budgétaires 2. Préparation du budget 3. Exécution du budget

Plus en détail

BUDGET ANNEXE DE L ASSAINISSEMENT

BUDGET ANNEXE DE L ASSAINISSEMENT BUDGET ANNEXE DE L ASSAINISSEMENT Le service de l assainissement est un service public à caractère industriel et commercial, soumis à la comptabilité M4 différente de la comptabilité M14 applicable au

Plus en détail

La Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes. Le Ministre des finances et des comptes publics

La Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes. Le Ministre des finances et des comptes publics Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Direction Générale de l Offre de Soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de soins Bureau de l efficience

Plus en détail

Guide comptable. Les inscriptions comptables

Guide comptable. Les inscriptions comptables Guide comptable Les inscriptions comptables les ressources d emprunt Les emprunts sont exclusivement destinés à financer des investissements, qu'il s'agisse d'un équipement spécifique ou d'un ensemble

Plus en détail

Royaume du Maroc. Direction des Etudes et des Prévisions Financières

Royaume du Maroc. Direction des Etudes et des Prévisions Financières Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions Financières Tableau de bord social Juillet 2013 SOMMAIRE Note de présentation Population et ménages.... 1 Indicateurs relatifs à la population Indicateurs

Plus en détail

Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales

Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales Une épargne toujours importante, objectif prioritaire pour les collectivités locales Depuis maintenant plusieurs années, les collectivités locales s'efforcent d'augmenter leur épargne afin d'autofinancer

Plus en détail

Le coût prévisionnel TTC et le financement de l opération sont les suivants :

Le coût prévisionnel TTC et le financement de l opération sont les suivants : Ville de SAINT-BRIEUC ------------------------------- Conseil Municipal ---------------------- Séance du 17 mars 2000 ----------------- Rapporteur : Mme LE DOUARIN ----------------- N 22 GARANTIE D EMPRUNT

Plus en détail

TITRE 3 LE CADRE BUDGETAIRE

TITRE 3 LE CADRE BUDGETAIRE TITRE 3 LE CADRE BUDGETAIRE 101 CHAPITRE 1 LE BUDGET 1. LE REGIME BUDGETAIRE 1.1. GENERALITES Le budget est l acte par lequel l assemblée 13 prévoit et autorise les dépenses et les recettes de l exercice.

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE

REPUBLIQUE FRANCAISE REPUBLIQUE FRANCAISE AGGLOMERATION DE CHAUMONT SIREN : 245 200 456 BUDGET ANNEXE DU PORTAGE DE REPAS A DOMICILE POSTE COMPTABLE DE DEPARTEMENT DE LA HAUTE-MARNE TRESORERIE DE CHAUMONT EPCI de plus de 10000

Plus en détail

LOI N 99-64 DU 15 JUILLET 1999, RELATIVE AUX TAUX D'INTERET EXCESSIFS

LOI N 99-64 DU 15 JUILLET 1999, RELATIVE AUX TAUX D'INTERET EXCESSIFS LOI N 99-64 DU 15 JUILLET 1999, RELATIVE AUX TAUX D'INTERET EXCESSIFS Article premier. - Constitue un prêt consenti à un taux d'intérêt excessif, tout prêt conventionnel consenti à un taux d'intérêt effectif

Plus en détail

PRÉFET DE LA VIENNE. Poitiers, le 24 novembre 2014

PRÉFET DE LA VIENNE. Poitiers, le 24 novembre 2014 PRÉFET DE LA VIENNE LA PRÉFÈTE DE LA VIENNE Préfecture la Vienne Direction des Relations avec les Collectivités Locales et des Affaires Juridiques Bureau des Finances Locales et du Contrôle Budgétaire

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX BANQUES NON RESIDENTES N 86-13

CIRCULAIRE AUX BANQUES NON RESIDENTES N 86-13 Tunis, le 6 Mai 19861 CIRCULAIRE AUX BANQUES NON RESIDENTES N 86-13 OBJET : Activité des banques non-résidentes. La loi n 85-108 du 6 Décembre 1985, portant encouragement d'organismes financiers et bancaires

Plus en détail

DOL DE BRETAGNE ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011

DOL DE BRETAGNE ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011 DOL DE BRETAGNE ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011 Février 2011 1 LES ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2011 1. L EVOLUTION DU BUDGET DE FONCTIONNEMENT 2. L ENDETTEMENT 3. LES PERSPECTIVES POUR LES ANNEES A VENIR 4.

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DES PRETS POUR LE LOGEMENT LOCATIF SOCIAL AVEC PREFINANCEMENT - DUREE AJUSTABLE

CONDITIONS GENERALES DES PRETS POUR LE LOGEMENT LOCATIF SOCIAL AVEC PREFINANCEMENT - DUREE AJUSTABLE www.caissedesdepots.fr DIRECTION REGIONALE UNDEFINED Fascicule LSPA 04-01 CONDITIONS GENERALES DES PRETS POUR LE LOGEMENT LOCATIF SOCIAL AVEC PREFINANCEMENT - DUREE AJUSTABLE ARTICLE 5 - DEFINITIONS La

Plus en détail

Du budget à la comptabilité

Du budget à la comptabilité Du budget à la comptabilité 1 Plan de la présentation I-L élaboration du budget II-L exécution du budget III-La reddition des comptes 2 LE BUDGET -I- L ELABORATION DU BUDGET 3 QU EST-CE QUE LE BUDGET?

Plus en détail

ANNEXE C. ÉLÉMENTS D'ANALYSE FINANCIÈRE

ANNEXE C. ÉLÉMENTS D'ANALYSE FINANCIÈRE Annexe C. Éléments d'analyse financière 143 ANNEXE C. ÉLÉMENTS D'ANALYSE FINANCIÈRE Résumé Cette annexe présente quelques éléments comptables qui peuvent servir à l'analyse financière des entreprises.

Plus en détail

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015

BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION. Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 BUDGET PRIMITIF 2015 PRESENTATION Conseil Municipal du 19 JANVIER 2015 - Introduction - Tableaux de synthèse - Synthèse des grands équilibres du Budget Primitif 2015 1 INTRODUCTION Le Budget Primitif 2014,

Plus en détail

OPERATIONS NON BUDGETAIRES

OPERATIONS NON BUDGETAIRES OPERATIONS NON BUDGETAIRES 1 Dotation ou apport 2 Affectation services non dotés de la personnalité morale 3 Affectation services dotés de la personnalité morale 4 Désaffectation ou retour d un bien affecté

Plus en détail

SECRÉTARIAT D ETAT CHARGE DU BUDGET. publique. Le Ministre de l Intérieur,

SECRÉTARIAT D ETAT CHARGE DU BUDGET. publique. Le Ministre de l Intérieur, MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L INDUSTRIE SECRÉTARIAT D ETAT CHARGE DU BUDGET MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR Direction du Trésor Direction de la Comptabilité publique Direction générale des collectivités

Plus en détail

Conseil municipal du 19 décembre 2013

Conseil municipal du 19 décembre 2013 BUDGET PRIMITIF 2014 Conseil municipal du 19 décembre 2013 1 Un budget stable hors impact des rythmes scolaires Des dépenses de fonctionnement globales en croissance de 2,99 % par rapport au BP 2013. Mais

Plus en détail

Chasse-sur-Rhône 2014-2020 REUNION PUBLIQUE JEUDI 30 OCTOBRE 2014. Salle Jean MARION

Chasse-sur-Rhône 2014-2020 REUNION PUBLIQUE JEUDI 30 OCTOBRE 2014. Salle Jean MARION Chasse-sur-Rhône 2014-2020 REUNION PUBLIQUE JEUDI 30 OCTOBRE 2014 Salle Jean MARION Chasse-sur-Rhône 2014-2020 Claude BOSIO Maire de Chasse-sur-Rhône Vice-président de ViennAgglo VILLE DE CHASSE-SUR-RHONE

Plus en détail

OSNY D'UN MAITRE D'OUVRAGE DESIGNE CONVENTION PORTANT DESIGNATION POUR L'OPERATION DE CONSTRUCTION D'UNE MAISON DE L'ENFANCE A OSNY.

OSNY D'UN MAITRE D'OUVRAGE DESIGNE CONVENTION PORTANT DESIGNATION POUR L'OPERATION DE CONSTRUCTION D'UNE MAISON DE L'ENFANCE A OSNY. l'agglomération OSNY VAL DE V IOSNE CONVENTION PORTANT DESIGNATION D'UN MAITRE D'OUVRAGE DESIGNE POUR L'OPERATION DE CONSTRUCTION D'UNE MAISON DE L'ENFANCE A OSNY Convention Maîtrise d'ouvrage désignée

Plus en détail

La Redevabilité dans le Management Universitaire Marocain: Cas des Présidents et des Chefs d Etablissements A. AGRAR ENCG/GREMS

La Redevabilité dans le Management Universitaire Marocain: Cas des Présidents et des Chefs d Etablissements A. AGRAR ENCG/GREMS La Redevabilité dans le Management Universitaire Marocain: A. AGRAR ENCG/G La référence centrale de la redevabilité Le principe de la corrélation entre la responsabilité et la reddition des comptes (article

Plus en détail

Pour les interventions des régions : article L.4211-1 du Code général des collectivités territoriales

Pour les interventions des régions : article L.4211-1 du Code général des collectivités territoriales Régime cadre exempté de notification N X59/2008 relatif aux aides sous forme de capital-investissement en faveur des PME Les autorités françaises ont informé la Commission de la mise en œuvre d un régime

Plus en détail

EXTRAIT DU CODE DU SPORT ARTICLES R.

EXTRAIT DU CODE DU SPORT ARTICLES R. Septembre 2012 EXTRAIT DU CODE DU SPORT ARTICLES R. 331-18 à R. 331-45 et A. 331-23 et A. 331-32 Article R331-18 En savoir plus sur cet article... Les concentrations de véhicules terrestres à moteur se

Plus en détail

Décret n XXX du XX relatif aux effacements de consommation d électricité

Décret n XXX du XX relatif aux effacements de consommation d électricité Décret n XXX du XX relatif aux effacements de consommation d électricité Le premier ministre, Sur le rapport du ministre de l écologie, du développement durable et de l énergie, Vu le code de l énergie,

Plus en détail

SIVOM DE LA VALLEE DU CADY PRESENTATION DU BUDGET PRIMITIF 2015

SIVOM DE LA VALLEE DU CADY PRESENTATION DU BUDGET PRIMITIF 2015 SIVOM DE LA VALLEE DU CADY PRESENTATION DU BUDGET PRIMITIF 2015 PREAMBULE 1) POUR LA PREMIÈRE FOIS EN 2015, LE BUDGET M49 DES SERVICES EAU POTABLE ET ASSAINISSEMENT EST VOTÉ EN HORS TAXES. PAR CONSÉQUENT,

Plus en détail

GUIDE POUR LA REDACTION D UN REGLEMENT BUDGETAIRE ET FINANCIER POUR LES COLLECTIVITES TERRITORIALES ET LEURS GROUPEMENTS

GUIDE POUR LA REDACTION D UN REGLEMENT BUDGETAIRE ET FINANCIER POUR LES COLLECTIVITES TERRITORIALES ET LEURS GROUPEMENTS GUIDE POUR LA REDACTION D UN REGLEMENT BUDGETAIRE ET FINANCIER POUR LES COLLECTIVITES TERRITORIALES ET LEURS GROUPEMENTS Les régions et les départements ont l obligation de se doter d un règlement budgétaire

Plus en détail

Situation financière Capacité d'investissement 2009-2013

Situation financière Capacité d'investissement 2009-2013 Amt für Gemeinden GemA Rue de Zaehringen 1, 1701 Fribourg T +41 26 305 22 42, F +41 26 305 22 44 scom@fr.ch, www.fr.ch/scom Situation financière Capacité d'investissement 2009-2013 1. Comptes de fonctionnement

Plus en détail

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL Compte Administratif 2014 SECTION DE FONCTIONNEMENT DEPENSES CA 2013 CA 2014 Alloué Réalisé Alloué Réalisé 011 Charges à caractère général 445 615 424 289,55 448 291 411 184,65 012 Charges

Plus en détail

Madame la Maire, Je vous prie d agréer, Madame la Maire, l expression de ma considération la plus distinguée.

Madame la Maire, Je vous prie d agréer, Madame la Maire, l expression de ma considération la plus distinguée. La Présidente Lyon, le 22 Juillet 2013 N Recommandée avec A.R. REF : ma lettre n 508 du 20 juin 2013 P.J. : 1 Madame la Maire, Par lettre citée en référence, je vous ai communiqué le rapport d observations

Plus en détail

M.S.P - Direction de la réglementation et contentieux - BASE DE DONNEES. REFERENCE : B.O du 16 mars 1977, page 341

M.S.P - Direction de la réglementation et contentieux - BASE DE DONNEES. REFERENCE : B.O du 16 mars 1977, page 341 REFERENCE : B.O du 16 mars 1977, page 341 DAHIR portant loi n 1-75-168 du 25 safar 1397 (15 février 1977) relatif aux attributions du gouverneur Tel qu'il a été modifié et complété. LOUANGE A DIEU SEUL!

Plus en détail

AVENANT N 1 Á LA CONVENTION DE MANDAT DE MAITRISE D OUVRAGE POUR LA CONSTRUCTION DE L IMMEUBLE BIO OUEST ILE DE NANTES 2

AVENANT N 1 Á LA CONVENTION DE MANDAT DE MAITRISE D OUVRAGE POUR LA CONSTRUCTION DE L IMMEUBLE BIO OUEST ILE DE NANTES 2 DIRECTION GENERALE FINANCES ET GESTION DIRECTION DES PROJETS D EQUIPEMENTS AVENANT N 1 Á LA CONVENTION DE MANDAT DE MAITRISE D OUVRAGE POUR LA CONSTRUCTION DE L IMMEUBLE BIO OUEST ILE DE NANTES 2 AVENANT

Plus en détail

- 08 - PREVISION DU BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT - PRINCIPES

- 08 - PREVISION DU BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT - PRINCIPES - 08 - PREVISION DU BESOIN EN FONDS DE ROULEMENT - PRINCIPES Objectif(s) : o o Pré-requis : o Modalités : Relation Besoin en Fonds de Roulement (B.F.R.) et Chiffre d'affaires (C.A.), Eléments variables

Plus en détail

LES ETAPES DE LA CREATION

LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION DE VOTRE ENTREPRISE L ELABORATION DU PROJET p. 13 A/ L étude commerciale p. 13 B/ L étude financière p. 18 C/ L étude juridique p. 27 LES FORMALITES

Plus en détail

C O M M U N I Q U E D E P R E S S E

C O M M U N I Q U E D E P R E S S E Conclusion d un accord de partenariat pour l implantation d une usine au sein d Atlantic Free Zone à Kénitra De gauche à droite : M. Abdellatif Hadj Hamou, Président du Directoire de MEDZ, M. Alexandre

Plus en détail

Dahir n 1-09-16 du 22 safar 1430 (18 février 2009) portant promulgation de la loi n 42-08 portant création de l'agence pour le développement agricole.

Dahir n 1-09-16 du 22 safar 1430 (18 février 2009) portant promulgation de la loi n 42-08 portant création de l'agence pour le développement agricole. Dahir n 1-09-16 du 22 safar 1430 (18 février 2009) portant promulgation de la loi n 42-08 portant création de l'agence pour le développement agricole. LOUANGE A DIEU SEUL! (Grand Sceau de Sa Majesté Mohammed

Plus en détail

LE DEBAT D'ORIENTATION BUDGETAIRE 2011

LE DEBAT D'ORIENTATION BUDGETAIRE 2011 LE DEBAT D'ORIENTATION BUDGETAIRE 2011 LA LOI DE FINANCES POUR 2011 LA LOI DE FINANCES POUR 2011 En milliards d'euros 2010 2011 Dépenses du budget général dont charges de la dette dont pensions dont dépenses

Plus en détail

Décret du 27 décembre 2013 : précisions sur les délais de consultation du CE et la base de données économiques et sociales

Décret du 27 décembre 2013 : précisions sur les délais de consultation du CE et la base de données économiques et sociales Décret du 27 décembre 2013 : précisions sur les délais de consultation du CE et la base de données économiques et sociales La Loi «relative à la sécurisation de l emploi» du 14 juin 2013 a introduit plusieurs

Plus en détail

Le décret comptable. Quelques repères... ...pour mieux comprendre. Guide d information pour les copropriétaires

Le décret comptable. Quelques repères... ...pour mieux comprendre. Guide d information pour les copropriétaires direction générale de l Urbanisme de l Habitat et de la Construction Guide d information pour les copropriétaires Le décret comptable Quelques repères......pour mieux comprendre Juin 2007 Plan du guide

Plus en détail

La gestion déléguée. l expérience de la LYDEC

La gestion déléguée. l expérience de la LYDEC NOT AN OFFICIAL UNCTAD RECORD Partenariat Public-Privé Privé pour le développement du secteur énergétique en Afrique Vendredi 30 avril 2004 - Marrakech La gestion déléguée de la distribution de l'électricité

Plus en détail

SOLUTIONS ENERGETIQUES. professionnelles

SOLUTIONS ENERGETIQUES. professionnelles SOLUTIONS ENERGETIQUES professionnelles Afriquia Gaz Sommaire L énergie d un leader 5 6 8 11 14 15 21 22 Afriquia Gaz, un leader gazier tourné vers l avenir Chiffres clés Une offre complète de produits

Plus en détail

Guide d accompagnement à la création d entreprise au Maroc

Guide d accompagnement à la création d entreprise au Maroc Guide d accompagnement à la création d entreprise au Maroc Maghrib Entrepreneurs est un dispositif d accompagnement à la création d entreprise pour la diaspora marocaine en France financé par le ministère

Plus en détail

Vu la loi n 61-00 portant statut des établissements touristiques, promulguée par le dahir n 1-02-176 du 1er rabii Il 1423 (13 juin 2002) ;

Vu la loi n 61-00 portant statut des établissements touristiques, promulguée par le dahir n 1-02-176 du 1er rabii Il 1423 (13 juin 2002) ; Décret n 2-02-640 du 2 chaabane 1423 (9 Octobre 2002) pris pour l'application de la loi n 61-00 portant statut des établissements touristiques. (B O du 7 novembre 2002) Vu la loi n 61-00 portant statut

Plus en détail

LES GARANTIES D EMPRUNT

LES GARANTIES D EMPRUNT LES GARANTIES D EMPRUNT (Compte 801.5) Fiche n 1 Définition Les garanties d emprunt entrent dans la catégorie des engagements hors bilan parce qu une collectivité peut accorder sa caution à une personne

Plus en détail

Numérisation des salles de cinéma. Les instruments de financement du CNC

Numérisation des salles de cinéma. Les instruments de financement du CNC Numérisation des salles de cinéma Les instruments de financement du CNC Version du 30 octobre 2009 Le fonds de mutualisation Quel est son rôle? Le fonds de mutualisation a pour objet de collecter les contributions

Plus en détail

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AUVERGNE, STATUANT EN SECTION

AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D AUVERGNE, STATUANT EN SECTION CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES D'AUVERGNE COMMUNE DE CERILLY N codique : 003 015 048 Département : Allier Trésorerie de Cérilly-Ainay-Le-Château Exercices 2004 et 2005 Audience publique du 9 juin 2010 Lecture

Plus en détail

Direction Générale des Impôts. Taxe d'habitation et Taxe de Services Communaux

Direction Générale des Impôts. Taxe d'habitation et Taxe de Services Communaux Direction Générale des Impôts Taxe d'habitation et Taxe de Services Communaux Edition 2010 Direction Générale des Impôts Service de la Communication Rue Haj Ahmed Cherkaoui, Agdal, Rabat Tél. : 212 (0)

Plus en détail

Conseil communal du 18 mai 2015 à 19h30. Ordre du jour. Séance publique

Conseil communal du 18 mai 2015 à 19h30. Ordre du jour. Séance publique Conseil communal du 18 mai 2015 à 19h30 Ordre du jour Séance publique 1 Proposition d'actions de prévention en matière de déchets pour le compte de la commune en 2015. 1.777 Sur base de l'arrêté du Gouvernement

Plus en détail

LES ÉTABLISSEMENTS PUBLICS LOCAUX (E.P.L.) SITUES HORS DU CHAMP DE L INTERCOMMUNALITE

LES ÉTABLISSEMENTS PUBLICS LOCAUX (E.P.L.) SITUES HORS DU CHAMP DE L INTERCOMMUNALITE LES ÉTABLISSEMENTS PUBLICS LOCAUX (E.P.L.) SITUES HORS DU CHAMP DE L INTERCOMMUNALITE Les centres communaux d action sociale 2 (CCAS) Ils ont vocation à fournir des prestations d action sociale en nature

Plus en détail

FICHE PRATIQUE 05 TRAVAUX EN ESPACES PROTÉGÉS LES AUTORISATIONS DE TRAVAUX EN ESPACES PROTÉGÉS QUESTIONS / RÉPONSES

FICHE PRATIQUE 05 TRAVAUX EN ESPACES PROTÉGÉS LES AUTORISATIONS DE TRAVAUX EN ESPACES PROTÉGÉS QUESTIONS / RÉPONSES LES AUTORISATIONS DE TRAVAUX EN ESPACES PROTÉGÉS QUESTIONS / RÉPONSES FICHE PRATIQUE 05 TRAVAUX EN ESPACES PROTÉGÉS COMMENT PRÉPARER LES DEMANDES? QUELLES SONT LES RÈGLES A RESPECTER? MINISTÈRE DE LA CULTURE

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

DOSSIER DE GESTION. Sommaire

DOSSIER DE GESTION. Sommaire 102 Allée de Barcelone 31000 TOULOUSE Forme juridique : ENTREPRISE INDIVIDUELLE Régime fiscal : R. Simplifié Date exercice : 01/07/2012 au 30/06/2013-12 DOSSIER DE GESTION Sommaire Présentation de l'exploitation

Plus en détail

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL

DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL REUNION DU 20 JUILLET 2012 DELIBERATION N CR-12/05.340 DELIBERATION DU CONSEIL REGIONAL SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET DE L'EMPLOI Stratégie régionale de développement de l'économie sociale

Plus en détail

CHAPITRE 9 : SYSTEME MINIMAL DE TRESORERIE

CHAPITRE 9 : SYSTEME MINIMAL DE TRESORERIE 423 CHAPITRE 9 : SECTION 1 : PRINCIPE DU SYSTEME MINIMAL DE TRESORERIE Les très petites entreprises (T.P.E.), dont le chiffre d'affaires ne dépasse pas les seuils fixés par le présent Acte uniforme, distincts

Plus en détail

INSTRUCTION N 017-12-2010 RELATIVE A L'ORGANISATION DU CONTRÔLE INTERNE AU SEIN DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES

INSTRUCTION N 017-12-2010 RELATIVE A L'ORGANISATION DU CONTRÔLE INTERNE AU SEIN DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES INSTRUCTION N 017-12-2010 RELATIVE A L'ORGANISATION DU CONTRÔLE INTERNE AU SEIN DES SYSTEMES FINANCIERS DECENTRALISES Le Gouverneur de la Banque Centrale des Etats de l'afrique de l'ouest, Vu le Traité

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère des affaires sociales, du travail et de la solidarité

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère des affaires sociales, du travail et de la solidarité J.O n 247 du 24 octobre 2003 page 18112 texte n 5 Décrets, arrêtés, circulaires Textes généraux Ministère des affaires sociales, du travail et de la solidarité Décret n 2003-1010 du 22 octobre 2003 relatif

Plus en détail

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du

Le budget 2013. Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances. Conseil Municipal du Le budget 2013 Présentation par M. Pascal BOLO, Adjoint aux Finances Conseil Municipal du 8 février 2013 Les documents budgétaires : Le budget selon la nomenclature M14; Les documents annexes; Le budget

Plus en détail

LE RAPPORT ANNUEL DE GESTION ETABLI PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION

LE RAPPORT ANNUEL DE GESTION ETABLI PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION LE RAPPORT ANNUEL DE GESTION ETABLI PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION I- SOCIETE NE FAISANT PAS APPEL PUBLIC A L EPARGNE Le conseil d'administration doit établir un rapport de gestion écrit qui expose :

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE REGION CENTRE M 71 COMPTE ADMINISTRATIF

REPUBLIQUE FRANCAISE REGION CENTRE M 71 COMPTE ADMINISTRATIF REPUBLIQUE FRANCAISE REGION CENTRE M 71 COMPTE ADMINISTRATIF d'un budget voté par fonction ANNEE 2009 1 SOMMAIRE I - Informations générales IV - Annexes - Présentation croisée p. 3 1 - Informations statistiques

Plus en détail

Section 1 La Spécialité. Section 4 L unité. Section 2 L Annualité. Section 5 L Universalité. Section 3 Le caractère limitatif des crédits

Section 1 La Spécialité. Section 4 L unité. Section 2 L Annualité. Section 5 L Universalité. Section 3 Le caractère limitatif des crédits Section 1 La Spécialité Section 4 L unité Section 2 L Annualité Section 5 L Universalité Section 3 Le caractère limitatif des crédits Section 6 La Sincérité Raymond FERRETTI 2 Raymond FERRETTI 3 art. 7.I

Plus en détail

à l accès aux fonctions publiques selon le mérite ; à l accès à l eau et à un environnement sain ; au développement durable.»

à l accès aux fonctions publiques selon le mérite ; à l accès à l eau et à un environnement sain ; au développement durable.» 1 CONSTITUTION DU ROYAUME DU MAROC, TITRE II, LIBERTES ET DROITS FONDAMENTAUX, Article 31 «L Etat, les établissements publics et les collectivités territoriales œuvrent à la mobilisation de tous les moyens

Plus en détail

Cours VI : VIE POLITIQUE LOCALE, RELATIONS ENTRE SOCIETE CIVILE ET POUVOIR POLITIQUE

Cours VI : VIE POLITIQUE LOCALE, RELATIONS ENTRE SOCIETE CIVILE ET POUVOIR POLITIQUE Cours VI : VIE POLITIQUE LOCALE, RELATIONS ENTRE SOCIETE CIVILE ET POUVOIR POLITIQUE INTRODUCTION : Les collectivités territoriales Depuis la révision constitutionnelle du 28 mars 2003, sont définies comme

Plus en détail

Politique de remboursement des dépenses de fonction

Politique de remboursement des dépenses de fonction Adoption : 12 avril 2008 Les deux dernières révisions : Le 21 septembre 2013 Le 14 septembre 2014 Politique de remboursement des dépenses de fonction PRÉAMBULE La mission de la Fédération des comités de

Plus en détail

FONDS DE SOUTIEN À L INNOVATION. Règlement du Programme d Appui à l Innovation et au Développement Technologique PTR - Appel à projet ouvert -

FONDS DE SOUTIEN À L INNOVATION. Règlement du Programme d Appui à l Innovation et au Développement Technologique PTR - Appel à projet ouvert - FONDS DE SOUTIEN À L INNOVATION Règlement du Programme d Appui à l Innovation et au Développement Technologique PTR - Appel à projet ouvert - 2014 Sommaire 1. Introduction!... 3 2. Règles de participation!...

Plus en détail

Etapes administratives nécessaires pour la création de micro entreprises environnementales

Etapes administratives nécessaires pour la création de micro entreprises environnementales Etapes administratives Etapes administratives nécessaires pour la création de micro entreprises environnementales 1 2 3 4 Si l activité est soumise à un cahier de charges ou à une autorisation ; le promoteur

Plus en détail

Recueil des règles de conservation des documents des établissements universitaires québécois 04 RESSOURCES MOBILIÈRES ET IMMOBILIÈRES

Recueil des règles de conservation des documents des établissements universitaires québécois 04 RESSOURCES MOBILIÈRES ET IMMOBILIÈRES 04 RESSOURCES MOBILIÈRES ET IMMOBILIÈRES 04.01 Gestion des ressources immobilières - Fichier informatique Fichier contenant des données utilisées pour contrôler l'inventaire et la gestion des immeubles,

Plus en détail

LEVET COMMUNE DE LEVET

LEVET COMMUNE DE LEVET LEVET COMMUNE DE LEVET Conseil Municipal du 4 juin 2015 Le Compte Administratif présenté aujourd hui découle de la gestion de l exercice 2014 : il constitue notre socle de gestion pour l avenir. Compte

Plus en détail

LA COMPTABILITÉ DU COMITÉ D ENTREPRISE : DE NOUVELLES OBLIGATIONS DE TRANSPARENCE À PARTIR DU 1 er JANVIER 2015

LA COMPTABILITÉ DU COMITÉ D ENTREPRISE : DE NOUVELLES OBLIGATIONS DE TRANSPARENCE À PARTIR DU 1 er JANVIER 2015 Groupement des Métiers de l Imprimerie -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- DÉCEMBRE 2014 NOTE N 24 LA

Plus en détail

Pour un Plan d Investissement Communal plus Participatif

Pour un Plan d Investissement Communal plus Participatif MINISTERE DE L INTERIEUR CAISSE DES PRETS ET DE SOUTIEN DES COLLECTIVITES LOCALES 9, rue de l assistance Cité El Khadhra -1003 Tunis Pour un Plan d Investissement Communal plus Participatif Ines SALLEM

Plus en détail

monnaie Dar As-Sikkah, entité appartenant à Bank Al-Maghrib, fabrique les pièces de Et les billets de banque en circulation

monnaie Dar As-Sikkah, entité appartenant à Bank Al-Maghrib, fabrique les pièces de Et les billets de banque en circulation Monnaie Un peu d histoire... Avant l apparition de la monnaie, il y avait le troc, qui constitue l échange d un produit contre un autre d une valeur équivalente Mais celui-ci posait de nombreuses contraintes

Plus en détail

No 2487 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l'assemblée nationale le 21 juin 2000. PROJET DE LOI MODIFIE PAR LE SENAT EN NOUVELLE LECTURE

Plus en détail

La mise en oeuvre de la réforme du droit des sols. Laurent LEBON DDE 59 SUCT/ADS 1

La mise en oeuvre de la réforme du droit des sols. Laurent LEBON DDE 59 SUCT/ADS 1 La mise en oeuvre de la réforme du droit des sols Laurent LEBON DDE 59 SUCT/ADS 1 Les textes de référence : ordonnance n 2005-1527 du 8 décembre 2005 relative au permis de construire et aux autorisations

Plus en détail

Fonds de garantie. Objet : faciliter aux petites entreprises l accès au crédit d exploitation octroyés par les banques.

Fonds de garantie. Objet : faciliter aux petites entreprises l accès au crédit d exploitation octroyés par les banques. Fonds de garantie Fond Oxygen : Objet : faciliter aux petites entreprises l accès au crédit d exploitation octroyés par les banques. - PME existantes ayant au moins 6 mois d activité et des relations avec

Plus en détail

CONSEIL GENERAL DE TARN-ET-GARONNE. Séance du 21 avril 2011 GESTION DE LA DETTE

CONSEIL GENERAL DE TARN-ET-GARONNE. Séance du 21 avril 2011 GESTION DE LA DETTE CONSEIL GENERAL DE TARN-ET-GARONNE EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DE L ASSEMBLEE 3 ème RÉUNION DE 2011 Séance du 21 avril 2011 CG 11/3 è me /BP-I-25 GESTION DE LA DETTE Par délibération de l'assemblée

Plus en détail

Les avantages de la charte de l investissement

Les avantages de la charte de l investissement Les avantages de la charte de l investissement La charte de l investissement a pour objectif de fixer l action de l Etat en matière de promotion des investissements pour les dix années à venir. Elle remplace

Plus en détail

Architecture du système bancaire marocain

Architecture du système bancaire marocain Architecture du système bancaire marocain 2009-2010 SOMMAIRE RAPPEL HISTORIQUE LE PAYSAGE BANCAIRE MAROCAIN L'ACTIVITE DES BANQUES RAPPEL HISTORIQUE - 2 éme moitié du 19 ème siècle: apparition des premiers

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE REGION CENTRE M 71 COMPTE ADMINISTRATIF

REPUBLIQUE FRANCAISE REGION CENTRE M 71 COMPTE ADMINISTRATIF REPUBLIQUE FRANCAISE REGION CENTRE M 71 COMPTE ADMINISTRATIF d'un budget voté par fonction ANNEE 2010 1 SOMMAIRE I - Informations générales IV - Annexes - Présentation croisée p. 3 1 - Informations statistiques

Plus en détail

La mise en œuvre de la gouvernance du Conseil général de la Mayenne

La mise en œuvre de la gouvernance du Conseil général de la Mayenne RÈGLEMENT FINANCIER Préambule Lors de l exposé des objectifs du programme gestion budgétaire, il avait été indiqué qu un nouveau règlement financier serait soumis à l approbation du Conseil général précisant

Plus en détail

COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL SEANCE DU 16 DECEMBRE 2013

COMPTE RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL SEANCE DU 16 DECEMBRE 2013 DEPARTEMENT DES VOSGES Arrondissement de NEUFCHATEAU Canton de CHATENOIS Mairie de CHATENOIS 1 Rue de Lorraine BP 40 88 170 CHATENOIS : 03.29.94.51.09 Fax : 03.29.94.59.40 E-Mail : ville-chatenois88@wanadoo.fr

Plus en détail

Ville de Schiltigheim. Audit financier version définitive

Ville de Schiltigheim. Audit financier version définitive Ville de Schiltigheim Audit financier version définitive 10 octobre 2014 Préliminaire Le présent document vise à présenter les conclusions de l audit financier réalisé entre les mois de juillet 2014 et

Plus en détail

TEXTE ADOPTE no 511 Petite loi ASSEMBLEE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 ONZIEME LEGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 1999-2000 23 mai 2000 PROJET DE LOI ADOPTE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE EN NOUVELLE

Plus en détail

n 13-09 relative aux énergies renouvelables Royaume du Maroc Ministère de l'energie, des Mines, de l'eau et de l'environnement

n 13-09 relative aux énergies renouvelables Royaume du Maroc Ministère de l'energie, des Mines, de l'eau et de l'environnement Royaume du Maroc Ministère de l'energie, des Mines, de l'eau et de l'environnement n 13-09 relative aux énergies renouvelables énergie, eau et environnement Juin 2010 Loi n 13-09 relative aux énergies

Plus en détail

Le logiciel de gestion intégré conçu pour les Promoteurs Immobilier

Le logiciel de gestion intégré conçu pour les Promoteurs Immobilier Le logiciel de gestion intégré conçu pour les Promoteurs Immobilier Solution globale et intégrée qui couvre l'ensemble des principaux aspects de la gestion des projets immobiliers. Depuis l'étude d'une

Plus en détail

CONVENTION AVEC LE BÉNÉFICIAIRE CONVENTION N 08/RPC-LG-PF-00

CONVENTION AVEC LE BÉNÉFICIAIRE CONVENTION N 08/RPC-LG-PF-00 MISE EN ŒUVRE D UN DISPOSITIF REGIONAL D AIDE AU PORTAGE FONCIER ET IMMOBILIER DESTINÉ À DES OPERATIONS DE LOGEMENT SOCIAL EN POITOU-CHARENTES CONVENTION AVEC LE BÉNÉFICIAIRE CONVENTION N 08/RPC-LG-PF-00

Plus en détail

NC 21 Présentation des états financiers des établissements bancaires

NC 21 Présentation des états financiers des établissements bancaires NC 21 Présentation des états financiers des établissements bancaires Objectif 01. La Norme Comptable NC 01 -"Norme Comptable Générale" définit les règles relatives à la présentation des états financiers

Plus en détail

Agrément des associations de protection de l environnement

Agrément des associations de protection de l environnement 1 Agrément des associations de protection de l environnement (Articles L 141-1 et R 141-1 à R 141-20 du code de l environnement). Le cadre général Les conditions pour qu une association soit agréée Le

Plus en détail

3- TABLEAU DES CASH FLOW

3- TABLEAU DES CASH FLOW 0 3- TABLEAU DES CASH FLOW 2002 Créances de l'actif circulant 212 564 112 536 168 337 Dettes du passif circulant (2 632) (1 634) (909) Provisions cumulées Besoin en fond de roulement 209 932 110 902 167

Plus en détail

prêt copropriétés creditfoncier.fr FONCIER Copro 100 Le financement de travaux sur les parties communes de votre copropriété

prêt copropriétés creditfoncier.fr FONCIER Copro 100 Le financement de travaux sur les parties communes de votre copropriété prêt copropriétés creditfoncier.fr FONCIER Copro 100 Le financement de travaux sur les parties communes de votre copropriété Une copropriété doit être entretenue et nécessite parfois la réalisation de

Plus en détail

Direction départementale des territoires NOTE DE PROCEDURE A DESTINATION DES SERVICES INSTRUCTEURS OU SECRETARIATS DE MAIRIE

Direction départementale des territoires NOTE DE PROCEDURE A DESTINATION DES SERVICES INSTRUCTEURS OU SECRETARIATS DE MAIRIE PRÉFET DES ARDENNES Direction départementale des territoires Service Sécurité et bâtiment durable Accessibilité ddt-accessibilite@ardennes.gouv.fr NOTE DE PROCEDURE A DESTINATION DES SERVICES INSTRUCTEURS

Plus en détail

M.S - Direction de la réglementation et du contentieux - BASE DE DONNEES. REFERENCE : B O N 5070 du 2 janvier 2003

M.S - Direction de la réglementation et du contentieux - BASE DE DONNEES. REFERENCE : B O N 5070 du 2 janvier 2003 REFERENCE : B O N 5070 du 2 janvier 2003 Décret n 2-01-1643 du 2 chaabane 1423 9/10/2002 pris pour l'application de la loi n 16-98 relative au don, au prélèvement et à la transplantation d'organes et de

Plus en détail