«Pensez REPI pour pérenniser votre entreprise»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«Pensez REPI pour pérenniser votre entreprise»"

Transcription

1 CHEFS D ENTREPRISES «Pensez REPI pour pérenniser votre entreprise» PROGRAMME ACTION PRÉVENTION REPI ENTREPRENEURIAT

2 Emmanuel Imberton, Imberton, Président Président la de CCI la de CCI Lyon de Lyon 02 La prise de risque et son corollaire, la gestion des difficultés, sont inhérentes à toute entreprise, quelle que soit sa taille et son activité, car le risque est l ADN de l entrepreneuriat. Face aux difficultés, qui peuvent parfois conduire à la défaillance d entreprise, le chef d entreprise ne doit surtout pas rester seul. L expérience et les chiffres prouvent qu avec de l aide ou le conseil d un expert, l entreprise peut franchir le cap et rebondir. Les difficultés que peut rencontrer toute entreprise sont de différentes natures : réduction d activité, tensions de trésorerie, problèmes de management, réduction de marge et de rentabilité, etc. Il est important, pour vous, chefs d entreprise, de connaître les principaux écueils auxquels vous pourrez être confrontés et de mettre en place des indicateurs de suivi, pour anticiper et agir dès la première difficulté. En réagissant au plus tôt avant que la situation ne se détériore, une difficulté traitée à temps peut demeurer un simple accident de parcours. La prévention est un acte de gestion nécessaire et quotidien du chef d entreprise. Le présent guide synthétise, de manière non exhaustive, les principaux outils et dispositifs qui peuvent vous aider à anticiper les aléas de votre entreprise. Son objectif est de vous permettre de mieux discerner les éventuels signaux de fragilité de votre structure, d identifier le bon interlocuteur, de mesurer la situation et de prendre les dispositions adéquates en temps utiles.

3 SOMMAIRE Programme Action Prévention REPI... Analyse de la situation de l entreprise... Quelques bons réflexes et outils pour prévenir les difficultés... Les mesures sociales... Les mesures financières et fiscales... Le cadre réglementaire... Les acteurs de la prévention

4 1. PROGRAMME ACTION PREVENTION REPI 04 Anticipation des difficultés : > REPI mis en place depuis 2003 permet aux chefs d entreprises de trouver auprès de la CCI de Lyon, une écoute et un conseil pour envisager les solutions à mettre en œuvre afin de résoudre une situation difficile. > L objectif de REPI est d identifier les premiers signaux de fragilité de l entreprise, après examen des principaux éléments chiffrés et des indicateurs financiers et commerciaux de l entreprise. > Suivant la problématique soulevée, les entreprises pourront être orientées vers les acteurs de la prévention ou du traitement des difficultés. > La cible : toute entreprise en activité, du secteur commerce, service industrie relevant de la CCI de Lyon. CONFIDENTIEL Appui REPI interagit avec ses partenaires, organismes sociaux, fiscaux et bancaires... Il vous accompagne dans les demandes vers les différents partenaires grâce à la mise en place de référents dédiés (tribunal de commerce, impôts, Urssaf, organismes sociaux et fiscaux)... Exemple d actions mises en œuvre : négociation avec les organismes sociaux, mise en relation avec le médiateur du crédit, orientation vers le tribunal pour mise en place d un mandat ad hoc ou autre procédure aimable Vous êtes un particulier : contactez la Banque de France (+ d infos page 14) Votre entreprise est radiée du registre du commerce et des sociétés : contactez le Greffe du Tribunal de Commerce de Lyon (+ d infos page 14) Quelles sont les garanties apportées par REPI? la confidentialité et la neutralité des entretiens, la gratuité des rendez-vous, des entretiens personnalisés, la pertinence des conseils. Votre entreprise relève de la compétence de la Chambre des Métiers et de l Artisanat du Rhône : contactez la CMA du Rhône (+ d infos page 14)

5 RDV Conseil et/ou Permanence juges Tribunal de commerce mandat ad hoc conciliation sauvegarde REPI Chambre de prévention du tribunal de commerce DÉLAIS OU ÉCHÉANCIER DÉLAIS redressement (continuation/cession) 04 liquidation Administration / Organismes sociaux et fiscaux CIRI/CODEFI/ CCSF ALERTE I CRISE I CHUTE DEGRÉ DE GRAVITÉ DES DIFFICULTÉS DANS LE TEMPS > Pour en savoir plus : TÉMOIGNAGE «Nous avions besoin d un avis extérieur pour nous dire où nous en étions et faire un point sur la situation de notre entreprise de manière confidentielle. Nous anticipions les difficultés mais ne savions pas vraiment par où commencer. L échange avec le Conseil Prévention nous a permis d identifier nos points faibles et nous a permis de négocier les délais avec le RSI, et l Urssaf, pour passer ce cap difficile» Restaurant en SARL CA : 100 K, Effectif : 3 personnes

6 2. ANALYSE DE LA SITUATION DE L ENTREPRISE Comment mesurer le degré de gravité des difficultés de votre entreprise? > On distingue cinq niveaux de gravité des difficultés dans l entreprise : Le niveau normal La structure fonctionne avec un bon volume d activité, elle dégage du résultat et la capacité d autofinancement est opérationnelle. C est un niveau 0 pour les difficultés d entreprise NIVEAUX Le niveau d alerte Le niveau de crise L entreprise perd de l argent, ses résultats fondent et des pertes sont parfois enregistrées. Deux exercices déficitaires sans réelle mesure engagée par le chef d entreprise entraînent l entreprise progressivement vers le 3 e niveau. L entreprise ne peut plus continuer son activité sans avoir à toucher à ses décaissements de trésorerie (report, non paiement, moratoire...) pour continuer à fonctionner. Le niveau de chute L entreprise ne peut plus honorer ses engagements malgré les mesures prises (ou non). C est l état de cessation des paiements. Le niveau d échec Aucune possibilité de traitement n est envisageable. L entreprise doit s arrêter à l amiable ou par une liquidation judiciaire.

7 LES 6 QUESTIONS QUE VOUS DEVEZ VOUS POSER : OUI NON 1) Vous constatez une baisse anormale de l activité ou vous ne réalisez pas le chiffre d affaires prévu (mauvaise conjoncture économique, blocage des prix, difficultés commerciales...) 2) Vous subissez des retards ou incidents de paiement de vos clients et/ou vous êtes dans l obligation de demander un délai à l un de vos fournisseurs 3) Vous avez perdu votre principal client ou vous subissez la faillite d un de vos clients 4) Vous avez un résultat déficitaire 5) Vous êtes depuis plus de trois mois en situation de plafond de votre autorisation de découvert, de suppression du concours autorisé ou du crédit fournisseur 6) Votre trésorerie ne vous permet pas de régler votre prochaine échéance de cotisations sociales ou une échéance fiscale, votre loyer, vos salariés > Si vous répondez OUI à une de ces questions, contactez-nous : > Évaluez la situation de votre entreprise en ligne sur notre site :

8 3. QUELQUES BONS RÉFLEXES ET OUTILS POUR PRÉVENIR LES DIFFICULTÉS D ENTREPRISE 08 > Le tableau de bord et le plan de trésorerie permettent d évaluer la situation de l entreprise. Le meilleur moyen de voir venir les difficultés est de disposer de tableaux de bord mensuels et comparatifs de gestion. Le plan de trésorerie est le document qui permettra d étudier la mise en place de soutiens financiers avec son ou ses partenaires bancaires. > Le dirigeant d une entreprise ne doit pas rester seul face à ses difficultés. Plus le dirigeant parlera tôt des difficultés de son entreprise avec ses partenaires de confiance, plus les moyens d action seront importants. Il ne faut pas hésiter à mobiliser ses partenaires de confiance (experts-comptables, avocats, conseil CCI ou autres) dès les premiers signes d une dégradation de la situation de son entreprise (perte d un client important, impayés, CA en baisse, résultats négatifs...). > Ce qui n est pas formalisé n existe pas. Toute demande de délais ou de différés de remboursement doit être formalisée par écrit. La formalisation d accords, avenants ou modifications contractuelles avec les partenaires créanciers de l entreprise est une preuve juridique à faire valoir par le dirigeant en cas de besoin. CONFIDENTIEL Des outils pour anticiper Diagnostics Identifier les signaux de fragilité et mesurer la santé de votre entreprise, en complétant les diagnostics en ligne. Boîte à outils de la prévention Guide pratique du chef d entreprise dans sa démarche de redressement. Informations, sur les procédures amiables et judiciaires, les assurances santé entreprise, chômage, la gestion des impayés

9 4. LES MESURES SOCIALES > En matière sociale, les alternatives qui s offrent à l entreprise sont multiples et variables en fonction du degré de difficultés auquel elle est confrontée : Si les difficultés sont ponctuelles Si les difficultés sont durables PONCTUELLES suivi rigoureux des indicateurs sociaux (ratio masse salariale/niveau activité), réduction de la main d œuvre intérimaire et épuration des compteurs CP, RTT, crédit d heures, report de paiement des charges sociales, recours au dispositif d activité partielle, aménagement des contrats de travail, optimisation et adaptation des compétences détenues dans l entreprise comme gestion curative de la crise : analyse des compétences : formalisation des métiers, réflexion sur la polyvalence comme moyen d ajuster/ adapter les savoirs-faire à l évolution de l activité de l entreprise, actions de formation pour renforcer les compétences pour l évolution de l activité DURABLES plan de départ volontaire, licenciement économique individuel, plan de restructuration ou plan social pour réajuster définitivement la masse salariale au volume d activité. 09 > Pour plus de renseignements, consulter nos pages

10 5. LES MESURES FINANCIÈRES ET FISCALES > L optimisation de sa situation de trésorerie Le plan de trésorerie est un instrument de pilotage de l activité à court terme. Il recense l ensemble des flux d encaissements et de décaissements dans l entreprise généralement au mois le mois. C est également un outil de contrôle (rapprochement entre les soldes bancaires et les soldes mensuels) et de communication avec ses partenaires financiers en phase de développement comme en phase de baisse d activité. Le principal danger pour une entreprise est la rupture de trésorerie > Le renforcement des encaissements 10 Le renforcement des fonds propres ou quasi - fonds propres par les associés ou actionnaires de l entreprise est le premier levier incontournable de renforcement des flux de la trésorerie de l entreprise. Le prêt de consolidation accordé par les partenaires bancaires est un crédit moyen terme destiné à consolider le fonds de roulement d une entreprise qui doit anticiper des difficultés qui ne sont pas d origine structurelle. Ce prêt s appuie sur la garantie des crédits de trésorerie BPI France. La mobilisation du poste client est un enjeu important dans l amélioration de la trésorerie d une entreprise. À ce titre, l affacturage est une technique de gestion financière par laquelle une société financière (le factor) gère, dans le cadre d un contrat, le poste «clients» d une entreprise en achetant ses factures, en recouvrant ses créances et en garantissant les créances sur ses débiteurs. Cette technique améliore la mobilisation du poste «clients». Ce service est néanmoins rémunéré par une commission sur le montant des factures. Le lease-back est une opération par laquelle une entreprise propriétaire de son bien le cède en général à un crédit bailleur qui lui loue par la suite le dit-bien (matériel ou immobilier). Cette opération est génératrice de cash immédiatement fongible dans la trésorerie de l entreprise.

11 > Les couvertures de solde Les lignes de crédit court terme (12 à 18 mois) accordées par les partenaires bancaires, ont vocation à intervenir pour le financement du cycle d exploitation de l entreprise qui connaît ou va connaître des difficultés de trésorerie qui ne sont pas d origine structurelle. Ces ouvertures de crédit peuvent prendre la forme de : découvert, billet de trésorerie, Dailly (cession de créances), mobilisation de créances nées à l export, facilités de caisse, lignes d escompte. > Les possibilités d allègement des décaissements Internes à l entreprise Des leviers d économies potentielles sont également intéressants à analyser dans le cadre d une meilleure maîtrise des flux de trésorerie : les achats matières, les charges externes, l organisation de l entreprise, l analyse du poste clients et l activation du recouvrement de créances impayées par la voie amiable ou judiciaire (mise en demeure, requête en injonction de payer, assignation en paiement). Enfin, la réalisation d actifs de l entreprise a une double vocation : l allègement de charges liées à ces actifs et le renforcement du cash disponible. Externes à l entreprise La Commission des Chefs de Services Financiers (CCSF) a vocation à étudier les demandes d étalement des créances publiques sociales et fiscales échues des entreprises qui en font la demande auprès du secrétaire permanent de la CCSF. Le report ou l étalement des loyers de crédits bancaires, de crédits-baux matériels ou immobiliers peut permettre de soulager une trésorerie trop tendue pour assurer le paiement de ses charges. Ces actions sont en général complémentaires d autres mesures. Les ressources de financement sont constituées par : les capitaux propres, les emprunts, les dettes aux fournisseurs, à l État et aux organismes sociaux. Ces ressources permettent de financer les moyens (actifs) suivants : > les immobilisations : corporelles, incorporelles, financières, > les stocks : marchandises, matières premières, produits finis, > les créances clients : La trésorerie correspond au solde entre les ressources de financement et les moyens utilisés. > Pour tout approfondissement ou demandes complémentaires : 11

12 6. Les LE CADRE RÉGLEMENTAIRE procédures amiables et collectives de prise en charge des difficultés d entreprise Lorsque le chef d entreprise connaît des difficultés de toute nature qu il n est pas en mesure de surmonter seul, il peut solliciter le bénéfice de mesure de prévention, lesquelles peuvent être des recours adaptés au règlement de la situation des difficultés de l entreprise Le mandat ad hoc : prévention par la négociation Dans le cas de difficultés de nature à compromettre la continuité de l exploitation, le chef d entreprise peut saisir le président du Tribunal de Commerce pour solliciter la nomination d un mandataire ad hoc qui aura pour mission de trouver une solution aux difficultés de l entreprise. Cette procédure est confidentielle et l entreprise ne doit pas être en état de cessation des paiements*. La sauvegarde : procédure collective d anticipation C est une procédure collective sans état de cessation des paiements qui a pour objectif de traiter le plus tôt possible les difficultés de l entreprise. L ouverture de cette procédure est large : les difficultés rencontrées par le chef d entreprise sont susceptibles de l amener vers une cessation des paiements. Ce sont donc des difficultés plus graves que les difficultés avérées ou prévisibles permettant l ouverture de la conciliation. Une période d observation de 6 mois renouvelable va s ouvrir et aura pour objectif d élaborer un bilan de la situation et de proposer un plan de sauvegarde. 2 La conciliation : objectif, anticiper les difficultés Le chef d entreprise qui «éprouve une difficulté juridique, économique ou financière avérée ou prévisible et ne se trouvant pas en situation de cessation des paiements depuis plus de 45 jours» peut demander l ouverture d une procédure de conciliation. La conciliation est ouverte pour une durée de 4 mois, prorogeable d un mois supplémentaire, pendant laquelle le conciliateur essaiera de trouver un accord pour faciliter le paiement des dettes (délais de paiement dans la limite de deux ans). 4 5 Le redressement judiciaire C est une procédure collective consécutive à un état de cessation des paiements. Cette procédure produit des effets, notamment celui de donner du répit à l entreprise pour lui permettre d étudier la faisabilité de mise en place d un plan de continuation avec apurement du passif ou la mise en place d un plan de cession. La liquidation judiciaire C est le traitement judiciaire de l arrêt de l activité de l entreprise qui n a pu faire face à ses obligations malgré les dispositifs mis en place par le législateur. * est en état de cessation de paiement, l entreprise qui n est plus en mesure de faire face à son passif exigible avec son actif disponible.

13 Synthèse ANTICIPATION TRAITEMENT 1 mandat Ad Hoc 2 procédure de conciliation plan de continuation 3 procédure de sauvegarde 4 5 redressement judiciaire liquidation judiciaire immédiate périodes d observation 5 plan de cession liquidation judiciaire 13 signaux d alerte difficultés prévisibles difficultés avérées date de cessation des paiements 45 jours temps

14 7. LES ACTEURS DE LA PRÉVENTION 14 L administrateur judiciaire L administrateur judiciaire intervient de manière privilégiée en matière de prévention des difficultés des entreprises (conciliation et mandat ad hoc). Il est également nommé par le juge lors d une procédure collective de «sauvegarde» et de redressement judiciaire. L avocat Spécialiste du droit, l avocat informe ses clients sur leurs droits et obligations, les démarches et les procédures, les conseille, les assiste et représente leurs intérêts devant la justice. Contact : Ordre des avocats de Lyon Banque de France Médiateur du Crédit En cas de refus de crédit, l entreprise peut saisir le médiateur du crédit pour trouver une solution amiable à ses problématiques de financement. Contact : La CCI de Lyon REPI, Programme Action Prévention de la CCI de Lyon, intervient auprès des dirigeants d entreprises de son territoire. Contact : Direction Générale des Finances Publiques, CCSF Si l entreprise rencontre des difficultés à honorer une multiplicité de dettes publiques, elle peut saisir la Commission des Chefs de Services Financiers (CCSF) qui peut proposer sous réserve de validation, un étalement des dettes. Contact : MAZZA Philippe RSI Le RSI peut accorder sous réserve de validation, des délais de paiements, une remise partielle ou totale des majorations et également recalculer les cotisations sur la base des estimations des revenus de l année en cours. Contact : Prestations et services : 3648 Cotisations : 3698 Tribunal de commerce de Lyon Les Tribunaux de Commerce sont des juridictions composées de juges élus. Ces juridictions connaissent en particulier les procédures collectives dirigées contre une personne physique ou morale. Contact : L expert-comptable L expert-comptable est le conseil permanent du chef d entreprise. Contact : Ordre des Experts Comptables Rhône-Alpes La médiation Processus amiable de résolution d un différend, qui suppose l intervention d un tiers, neutre et impartial, dont le rôle est de faciliter la recherche d une solution au conflit. Contact : Centre interprofessionnel de médiation et d arbitrage (CIMA) : L URSSAF du Rhône L URSSAF peut accorder des délais de paiements sous réserve de validation. Cette solution implique nécessairement le dépôt des déclarations et il faut préalablement s acquitter du règlement intégral de la part salariale. Contact : 39 57

15 DIRECCTE* Rhône-Alpes Acteur de la prévention sur le terrain social des entreprises, cet organisme peut proposer plusieurs solutions de soutien à l activité en période difficile. Contact : Le mandataire judiciaire Le mandataire judiciaire représente les créanciers et défend leurs intérêts. C est également lui qui procède à la liquidation de l entreprise. BPI France BPI dispose d un fonds spécifique de garantie (appelé «garantie des crédits de trésorerie») destiné à consolider le fonds de roulement de l entreprise, dans le cadre de la mise en place d un crédit par les partenaires bancaires de l entreprise. Contact : Compagnie Régionale des Commissaires aux Comptes Le CAC peut vous accompagner dans vos démarches de prévention. Contact : Chambre des Notaires du Rhône Le notaire, spécialiste du droit peut vous orienter vers les acteurs de la prévention suivant la situation de l entreprise. Contact : Tiers de confiance Le médiateur du crédit s appuie sur des tiers de confiance dont la CCI de Lyon fait partie. Le tiers de confiance a pour principale mission d accompagner le chef d entreprise dans la résolution de ses difficultés de financement, de l aider, en fonction du besoin identifié, dans sa démarche de saisine de médiateur du crédit. TCM Lyon : VOS CONTACTS : > Vous êtes un particulier et vous rencontrez des difficultés pour faire face à vos échéances personnelles (facture, électricité, gaz, prêt ) ou vous n arrivez pas honorer les engagements que vous avez conclu à titre personnel pour le compte de votre société. Contact : Banque de France - Service du traitement des dossiers de surendettement tél. : fax : bis cours Bayard CS LYON Cedex > Votre entreprise est radiée du registre du commerce et des sociétés, vous rencontrez des difficultés financières qui sont inhérentes à cette dernière. Contact : Greffe du Tribunal de Commerce de Lyon tél. : fax : rue de Bonnel LYON CEDEX 03 > Votre entreprise relève de la compétence de la Chambre des Métiers et de l Artisanat du Rhône. Contact : CMA du Rhône Cécile DURAND avenue Maréchal Foch LYON - > Pour plus de contacts, consulter l annuaire des acteurs de la prévention sur notre site * Direction Régionale des Entreprises de la Concurence, de la Consommation, du Travail et de l Emploi en Rhône-Alpes. 15

16 «La prévention consiste à éviter que les difficultés des entreprises ne deviennent si graves qu elles ne permettent plus d échapper au traitement judiciaire et à l ouverture de la procédure collective» (Vidal n 26) Droit & pratiques des procédures collectives Collections Dalloz Pierre Michel LE CORRE CCI de Lyon Contact REPI Place de la Bourse LYON cedex 02 Réalisation : CCI de Lyon / Marion Mazet - Illustration couverture : Elvis - Visuel p.02 : Jean Jacques Raynal. Juillet 2014 Source : Guide d information transmis par la CCI du Morbihan

ENTREPRISES EN DIFFICULTE. Gestion de la crise

ENTREPRISES EN DIFFICULTE. Gestion de la crise ENTREPRISES EN DIFFICULTE Gestion de la crise Gestion de la crise Faire face à la crise. S entourer: sortir de son environnement habituel pour s entourer de professionnels spécialisés: avocats, experts-comptables,

Plus en détail

Le besoin de trésorerie

Le besoin de trésorerie JUIN 2013 ENTREPRENEURS N 3 lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent FINANCEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES & banques-sepa.fr les banques accompagnent les entreprises pour le

Plus en détail

Pérennité Entreprise I. Une solution d'assurance garantissant le développement de la mission de conseil exceptionnel de l expert-comptable.

Pérennité Entreprise I. Une solution d'assurance garantissant le développement de la mission de conseil exceptionnel de l expert-comptable. 1 Pérennité Entreprise I Une solution d'assurance garantissant le développement de la mission de conseil exceptionnel de l expert-comptable. 2 PERENNITE ENTREPRISE I : Être acteur au moment critique Pour

Plus en détail

REQUETE AUX FINS D OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE CONCILIATION (Articles L. 611-6 et R. 611-22 du code de commerce)

REQUETE AUX FINS D OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE CONCILIATION (Articles L. 611-6 et R. 611-22 du code de commerce) REQUETE AUX FINS D OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE CONCILIATION (Articles L. 611-6 et R. 611-22 du code de commerce) Identification de la personne déposant la demande Nom de naissance : Nom d usage : Prénoms

Plus en détail

LA GESTION DE LA TRESORERIE : Les outils pour anticiper les difficultés et optimiser les excédents. Mardi 29 novembre 2011

LA GESTION DE LA TRESORERIE : Les outils pour anticiper les difficultés et optimiser les excédents. Mardi 29 novembre 2011 LA GESTION DE LA TRESORERIE : Les outils pour anticiper les difficultés et optimiser les excédents Mardi 29 novembre 2011 SOMMAIRE Introduction : pourquoi la gestion de la trésorerie est-elle indispensable?

Plus en détail

Le financement court terme des TPE (Très Petites Entreprises)

Le financement court terme des TPE (Très Petites Entreprises) SEPTEMBRE 2014 ENTREPRENEURS N 16 FINANCEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le financement court terme des TPE (Très Petites Entreprises)

Plus en détail

L assurance Santé Entreprise

L assurance Santé Entreprise L assurance Santé Entreprise Rendre la prévention accessible! Extrait du Sic n 306 d avril 2012 Le magazine de l Ordre des Experts-Comptables AVRIL 2012 Sic 306 17 Le dirigeant lui-même peut être le déclencheur

Plus en détail

Nouvelle réforme du droit des entreprises en difficulté. 1 er juillet 2014

Nouvelle réforme du droit des entreprises en difficulté. 1 er juillet 2014 Nouvelle réforme du droit des entreprises en difficulté 1 er juillet 2014 Nouvelle réforme du droit des entreprises en difficulté 2 S O M M A I R E PAGES Contexte 3 Rappel des différentes procédures existantes

Plus en détail

L Urssaf accompagne. les entreprises en difficulté

L Urssaf accompagne. les entreprises en difficulté L Urssaf accompagne les entreprises en difficulté Édition 2009 Le réseau Urssaf à l écoute des entreprises en difficulté Garant des ressources de la Sécurité sociale et des institutions qui lui confient

Plus en détail

Le suivi des règlements clients. Céline MONNIER Rapport de stage UE 7 Relations professionnelles DCG Session 2009

Le suivi des règlements clients. Céline MONNIER Rapport de stage UE 7 Relations professionnelles DCG Session 2009 Le suivi des règlements clients Céline MONNIER Rapport de stage UE 7 Relations professionnelles DCG Session 2009 SOMMAIRE La mise en relation des parties La facturation Les délais de règlement Le paiement

Plus en détail

D) Un pouvoir spécial si le déclarant n est pas le responsable légal de l entreprise (Cf. modèle en annexe 7)

D) Un pouvoir spécial si le déclarant n est pas le responsable légal de l entreprise (Cf. modèle en annexe 7) DEMANDE D OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE REDRESSEMENT JUDICIAIRE ou de LIQUIDATION JUDICIAIRE (anciennement dénomée «dépôt de bilan» ou «déclaration de cessation des paiements») Votre dossier doit être déposé

Plus en détail

Demande d'ouverture de sauvegarde

Demande d'ouverture de sauvegarde Demande d'ouverture de sauvegarde Identification de la personne déposant la demande Nom de naissance : Nom d usage : Prénoms : Né(e) le à Nationalité : Situation matrimoniale (en cas de mariage, préciser

Plus en détail

«Comment se faire payer par ses clients?»

«Comment se faire payer par ses clients?» «Comment se faire payer par ses clients?» Renforcer la trésorerie de son entreprise en limitant les frais financiers. Eviter les impayés grâce à des méthodes simples. 1 Vendredi 10 Octobre 2014 Comment

Plus en détail

B - La lecture du bilan

B - La lecture du bilan 8.2 La lecture des comptes annuels B - La lecture du bilan Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à ce chapitre actualisé

Plus en détail

Nom de naissance : Nom d usage : Prénoms : Né(e) le à Nationalité : Domicile : Fonction du dirigeant : Assisté(e) ou représenté(e) 1 par :

Nom de naissance : Nom d usage : Prénoms : Né(e) le à Nationalité : Domicile : Fonction du dirigeant : Assisté(e) ou représenté(e) 1 par : Demande d'ouverture de sauvegarde accélérée ou de sauvegarde financière accélérée (L. 628-1, R. 628-2, D. 628-3, R. 621-1 et le cas échéant L. 628-9 et R. 628-13 du code de commerce) Identification du

Plus en détail

Fiche pratique : CIDUNATI

Fiche pratique : CIDUNATI CIDUNATI. Fiche pratique : CIDUNATI Titre I : Tribunal de Commerce La procédure de conciliation Une procédure trop méconnue En France une entreprise sur 2 disparaît moins de 5 ans après sa création, les

Plus en détail

Comment me protéger face aux risques liés à ma fonction de dirigeant d'entreprise?

Comment me protéger face aux risques liés à ma fonction de dirigeant d'entreprise? Comment me protéger face aux risques liés à ma fonction de dirigeant d'entreprise? PASS RC des Dirigeants d'entreprise Prévention juridique ASSistance pénale d urgence Responsabilité Civile des Dirigeants

Plus en détail

L assurance Santé des entreprises Des garanties innovantes à moindre coût

L assurance Santé des entreprises Des garanties innovantes à moindre coût L assurance Santé des entreprises Des garanties innovantes à moindre coût L assurance Santé de l entreprise consiste en une garantie financière destinée à accompagner et assister les entreprises en difficulté.

Plus en détail

Déclaration de cessation des paiements d une société Demande d'ouverture de redressement judiciaire / liquidation judiciaire

Déclaration de cessation des paiements d une société Demande d'ouverture de redressement judiciaire / liquidation judiciaire Déclaration de cessation des paiements d une société Demande d'ouverture de redressement judiciaire / liquidation judiciaire Société : forme : Lieu du siège social : Numéro SIREN : Activité : Code APE/NAF

Plus en détail

Le financement de l entreprise

Le financement de l entreprise Le financement de l entreprise Lors de sa création, puis au cours de son développement, l entreprise au moment opportun, doit détenir les ressources financières nécessaires pour faire face à ses échéances,

Plus en détail

La procédure de sauvegarde

La procédure de sauvegarde La procédure de sauvegarde La procédure de sauvegarde est une procédure préventive, dont l objet principal est la prévention et l anticipation de la cessation des paiements d une entreprise. Elle est ouverte

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

Sommaire détaillé. Partie 1-Lemandat du trésorier CE... 25

Sommaire détaillé. Partie 1-Lemandat du trésorier CE... 25 Organisation de votre guide pratique du trésorier CE... 3 Guide de première connexion... 5 Accéder à votre publication sur : mode d emploi... 7 Rechercher un modèle sur www.editions-tissot.fr... 8 Sommaire

Plus en détail

ne restez pas seuls face à vos difficultés!

ne restez pas seuls face à vos difficultés! Pour plus d informations : www.tribunauxdecommerce.fr www.cngtc.fr www.infogreffe.fr www.service-public.fr www.redressement-productif.gouv.fr www.cip-national.fr ENTREPRENEURS ne restez pas seuls face

Plus en détail

Plan de soutien à l élevage français

Plan de soutien à l élevage français Plan de soutien à l élevage français MEMENTO Entreprises fragilisées dans le secteur agricole : quels outils pour quelles problématiques? Ce mémento récapitule de façon synthétique les outils existants

Plus en détail

GUIDE ASSOCIATION & DIFFICULTÉ. Quelles solutions économiques et financières pour les associations en difficulté?

GUIDE ASSOCIATION & DIFFICULTÉ. Quelles solutions économiques et financières pour les associations en difficulté? GUIDE ASSOCIATION & DIFFICULTÉ Quelles solutions économiques et financières pour les associations en difficulté? 1 2 SOMMAIRE 1 Introduction... 4 2 Anticiper les difficultés : outils de pilotage et relations

Plus en détail

Demande d'ouverture d une procédure de sauvegarde pour un commerçant

Demande d'ouverture d une procédure de sauvegarde pour un commerçant Demande d'ouverture d une procédure de sauvegarde pour un commerçant M Né(e) le à Nationalité : Situation matrimoniale : Demeurant : Lieu de l établissement principal : Numéro SIREN : Activité : Code APE/NAF

Plus en détail

JE SUIS CHEF D ENTREPRISE, ET APRÈS?

JE SUIS CHEF D ENTREPRISE, ET APRÈS? JE SUIS CHEF D ENTREPRISE, 57 nyul - Fotolia.com Étape 10 > Mes obligations administratives, comptables, fiscales, sociales > Je recrute > Je me forme > Je renforce la pérennité et la compétitivité de

Plus en détail

Déterminer et financer le cycle d exploitation. Animé par : Stéphane Carton Cabinet In Extenso, Rennes

Déterminer et financer le cycle d exploitation. Animé par : Stéphane Carton Cabinet In Extenso, Rennes Déterminer et financer le cycle d exploitation Animé par : Stéphane Carton Cabinet In Extenso, Rennes Définition du : C est l'ensemble des opérations réalisées, de l'achat (matières premières, fournitures,

Plus en détail

Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire

Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire Eléments de calendrier 1. Conférence nationale contre la pauvreté et pour l'inclusion sociale des 10 et 11 décembre 2012 Rapport de M. François

Plus en détail

Crédits. Trésorerie, Financement, Création et Rachat d entreprise... Des solutions de crédit pointues et adaptées à vos besoins!

Crédits. Trésorerie, Financement, Création et Rachat d entreprise... Des solutions de crédit pointues et adaptées à vos besoins! Pour en savoir plus sur les solutions CRÉDITS du Crédit Mutuel, appelez votre conseiller au : Connaissez-vous Bail-Immo-Nord? Filiale spécialisée dans le Crédit Bail Immobilier, Bail Immo Nord vous apporte

Plus en détail

La Médiation du crédit aux entreprises DOSSIER DE PRESSE. Juin 2014

La Médiation du crédit aux entreprises DOSSIER DE PRESSE. Juin 2014 La Médiation du crédit aux entreprises DOSSIER DE PRESSE Juin 2014 Sommaire 1. La mission de la Médiation du crédit aux entreprises 3 2. Comment saisir le Médiateur du crédit?.4 3. Les Tiers de confiance

Plus en détail

D)- un pouvoir spécial si le déclarant n'est pas le responsable légale de l'entreprise (Cf. modèle en annexe 7)

D)- un pouvoir spécial si le déclarant n'est pas le responsable légale de l'entreprise (Cf. modèle en annexe 7) DEMANDE D OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE REDRESSEMENT JUDICIAIRE ou DE LIQUIDATION JUDICIAIRE (anciennement dénommée «dépôt de bilan» ou «déclaration de cessation des paiements») Votre dossier doit être

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : JUSC1406675D Intitulé des textes : Décret pris pour l application de l ordonnance n 2014-326 du 12 mars 2014 portant réforme de la prévention des entreprises

Plus en détail

Le non-paiement répété par la société de la dette d impôt en matière de TVA, est, sauf preuve du contraire, présumé résulter d une faute.

Le non-paiement répété par la société de la dette d impôt en matière de TVA, est, sauf preuve du contraire, présumé résulter d une faute. 23. Je suis dirigeant d une société. Existe-t-il des cas dans lesquels je peux être tenu des dettes de ma société vis-à-vis de la TVA ou du précompte professionnel? Cette situation peut effectivement se

Plus en détail

Le Fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers

Le Fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers Note d information Le Fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers Face à l augmentation des difficultés que rencontraient les emprunteurs dans le remboursement de leurs

Plus en détail

en10 points L entrepreneur individuel à responsabilité limitée

en10 points L entrepreneur individuel à responsabilité limitée L entrepreneur individuel à responsabilité limitée en10 points Frédéric LEFEBVRE, Secrétaire d État chargé du Commerce, de l Artisanat, des Petites et Moyennes Entreprises, du Tourisme, des Services, des

Plus en détail

La procé duré dé suréndéttémént

La procé duré dé suréndéttémént La procé duré dé suréndéttémént Vous commencez à avoir des difficultés à rembourser vos crédits et plus généralement vos dettes non professionnelles? Il ne faut pas attendre que votre situation soit trop

Plus en détail

Prévenir et guérir les difficultés des entreprises Des outils pour maintenir l activité

Prévenir et guérir les difficultés des entreprises Des outils pour maintenir l activité Prévenir et guérir les difficultés des entreprises Des outils pour maintenir l activité édition 2012 Prévenir et guérir les difficultés des entreprises Des outils pour maintenir l'activité Une entreprise

Plus en détail

Formation Atmansoft :

Formation Atmansoft : La particularité de la mise en place d une gestion de trésorerie, c'est-à-dire afin de devancer ses engagements, de connaître ses besoins et de respecter ses lignes d autorisations de découvert est devenu

Plus en détail

LES OUTILS DE LA RELANCE

LES OUTILS DE LA RELANCE LES OUTILS DE LA RELANCE Dans ce contexte économique difficile, les pouvoirs publics ont mis en place de nombreuses mesures pour soutenir les entreprises et les aider à traverser cette période. Lors des

Plus en détail

LE référentiel des métiers

LE référentiel des métiers LE référentiel des métiers 2 Le référentiel des métiers de Pôle emploi FILIÈRE RELATION DE SERVICES Métiers MISSIONS ACTIVITÉS COMPÉTENCES Le référentiel des métiers de Pôle emploi 3 4 Le référentiel des

Plus en détail

Anticiper et gérer une crise financière dans une association

Anticiper et gérer une crise financière dans une association Anticiper et gérer une crise financière dans une association 1ère Partie: Qui sont les responsables de la gestion d une association? Toute association employeuse est considérée par la loi comme une entreprise

Plus en détail

Comment emprunter. L essentiel à connaître avant de souscrire un prêt

Comment emprunter. L essentiel à connaître avant de souscrire un prêt emprunter L essentiel à connaître avant de souscrire un prêt emprunter? A savoir avant à la adapter les 2 A SAVOIR AVANT D EMPRUNTER 3 S endetter de manière raisonnable Pour éviter l excès de crédit, avant

Plus en détail

LA PRIME. Date FICHE N 10 ACTUALISÉE : FICHE TECHNIQUE PROCÉDURE DE SAUVEGARDE

LA PRIME. Date FICHE N 10 ACTUALISÉE : FICHE TECHNIQUE PROCÉDURE DE SAUVEGARDE Date 2009 FICHE N 10 ACTUALISÉE : FICHE TECHNIQUE PROCÉDURE DE SAUVEGARDE QU EST-CE QUE LA PROCÉDURE DE SAUVEGARDE ET QUELS AVANTAGES POUR L ENTREPRISE EN DIFFICULTÉ? LA PRIME La procédure de sauvegarde

Plus en détail

Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme

Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme Commission Consultative Spéciale Alimentation CCE 2005-822 JPT/NB 12 septembre 2005 Les ratios financiers de l industrie alimentaire : définitions et évolution comparative à long terme Le présent document

Plus en détail

DEMANDE D OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE SAUVEGARDE

DEMANDE D OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE SAUVEGARDE DEMANDE D OUVERTURE D UNE PROCEDURE DE SAUVEGARDE Votre dossier doit être déposé par vous-même au Greffe ou par un avocat ou un mandataire muni d un pouvoir. Un dossier reçu par voie postale n est pas

Plus en détail

I. OUVERTURE D UNE PROCEDURE COLLECTIVE SUR ASSIGNATION DU CREANCIER

I. OUVERTURE D UNE PROCEDURE COLLECTIVE SUR ASSIGNATION DU CREANCIER DROITS DES CREANCIERS 23/07/2012 Lorsqu une entreprise éprouve des difficultés financières telles qu elle se trouve en état de cessation des paiements, il y a lieu d ouvrir une procédure judiciaire. Cette

Plus en détail

Insuffisance de fonds propres Mesures fiscales incitatives

Insuffisance de fonds propres Mesures fiscales incitatives Note 1.1 Insuffisance de fonds propres Mesures fiscales incitatives 1) Dispositif Loi TEPA ISF : réduction de 75 % de l investissement au titre de l ISF On peut réduire son ISF au 15 juin 2009 en investissant

Plus en détail

PIERRE MOSCOVICI, MINISTRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES, PRÉSENTE SON PLAN POUR LE RENFORCEMENT DE LA TRÉSORERIE DES ENTREPRISES

PIERRE MOSCOVICI, MINISTRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES, PRÉSENTE SON PLAN POUR LE RENFORCEMENT DE LA TRÉSORERIE DES ENTREPRISES PIERRE MOSCOVICI, MINISTRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES, PRÉSENTE SON PLAN POUR LE RENFORCEMENT DE LA TRÉSORERIE DES ENTREPRISES 1. Le constat : la trésorerie est l une des premières préoccupations des

Plus en détail

La cotation Banque de France

La cotation Banque de France ENTREPRISES PROFESSION BANCAIRE La cotation Banque de France Guide de référence 2011 Une référence pour le dialogue entre la banque et l entreprise Sommaire LA COTATION BANQUE DE FRANCE 1.1. UNE COTATION

Plus en détail

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL Il donne une vision plus économique, il présente la manière dont les emplois sont financés par les ressources. Il permet de mieux comprendre le fonctionnement de

Plus en détail

GROUPE D ALIMENTATION MTY INC.

GROUPE D ALIMENTATION MTY INC. États financiers consolidés de GROUPE D ALIMENTATION MTY INC. Exercices clos les 30 novembre 2013 et 2012 États consolidés des résultats Exercices clos les 30 novembre 2013 et 2012 2013 2012 $ $ Produits

Plus en détail

La lettre. La Gestion des comptes clients : les mesures à adopter très vite. Le poste client : l investissement le plus important à l actif du bilan

La lettre. La Gestion des comptes clients : les mesures à adopter très vite. Le poste client : l investissement le plus important à l actif du bilan Dossier : Gestion d entreprise 43 Direction financière à la demande La Gestion des comptes clients : les mesures à adopter très vite La gestion des comptes clients, est-ce seulement le boulot de la compta?

Plus en détail

Fiche. Le diagnostic financier. 1 Introduction. 2 Le contexte du diagnostic. A Les objectifs du diagnostic financier. B Les préalables du diagnostic

Fiche. Le diagnostic financier. 1 Introduction. 2 Le contexte du diagnostic. A Les objectifs du diagnostic financier. B Les préalables du diagnostic Le diagnostic financier Fiche 1 1 Introduction Le diagnostic financier permet d évaluer le potentiel de l entité. Il peut se faire en différentes occasions (achat d entreprise, placements, demande d emprunt,

Plus en détail

Dossier. Formalités et Procédures judiciaires. Déposer une déclaration de cessation des paiements. Contient :

Dossier. Formalités et Procédures judiciaires. Déposer une déclaration de cessation des paiements. Contient : Dossier Formalités et Procédures judiciaires Contient : Notice «demande d ouverture d une procédure de redressement ou de liquidation judiciaires» Note succincte «redressement judiciaire» Note succincte

Plus en détail

DOSSIER D INFORMATION

DOSSIER D INFORMATION DOSSIER D INFORMATION PRÉSENTATION DU PACTE NATIONAL POUR LA CROISSANCE, LA COMPÉTITIVITÉ ET L EMPLOI Mardi 5 mars 2013, à 9 heures 30 Préfecture de l Ardèche - Salle Jean Moulin CONTACTS PRESSE : Cabinet

Plus en détail

Le droit des faillites dans cinq États à haut niveau d efficience

Le droit des faillites dans cinq États à haut niveau d efficience Le droit des faillites dans cinq États à haut niveau d efficience Le Secrétariat d État à l économie (Seco) et l Office fédéral de la justice (OFJ) ont confié à Ernst&Young un mandat consistant à établir

Plus en détail

Diagnostic financier - Corrigé

Diagnostic financier - Corrigé Diagnostic financier - Corrigé Nous effectuerons ce diagnostic financier en présentant d abord une étude de rentabilité et de profitabilité du groupe Nestor, ensuite une étude de la structure financière

Plus en détail

Avec mes fournisseurs, je préfère être bien accompagné et régler mes litiges à l amiable.

Avec mes fournisseurs, je préfère être bien accompagné et régler mes litiges à l amiable. Avec mes fournisseurs, je préfère être bien accompagné et régler mes litiges à l amiable. Avec les juristes d Allianz 70 % des litiges trouvent une solution à l amiable. Protection Juridique Une assurance

Plus en détail

Entreprises. Extrait des Conditions Générales de Banque. Tarifs nets en vigueur au 1 er mai 2014 BANQUE ET ASSURANCES

Entreprises. Extrait des Conditions Générales de Banque. Tarifs nets en vigueur au 1 er mai 2014 BANQUE ET ASSURANCES Entreprises Extrait des Conditions Générales de Banque Tarifs nets en vigueur au 1 er mai 2014 BANQUE ET ASSURANCES Le FONCTIONNEMENT DU COMPTE FRAIS DE TENUE DE COMPTE - Commission de tenue de compte

Plus en détail

L'analyse de la structure financière

L'analyse de la structure financière 2 L'analyse de la structure financière Les différentes conceptions La structure financière d une entreprise dépend principalement des contraintes technico-économiques liées à la nature des activités développées

Plus en détail

GUIDE ASSOCIATION & TRÉSORERIE. Ce que révèlent les besoins de trésorerie

GUIDE ASSOCIATION & TRÉSORERIE. Ce que révèlent les besoins de trésorerie GUIDE ASSOCIATION & TRÉSORERIE Ce que révèlent les besoins de trésorerie 2 SOMMAIRE 1 Introduction... 4 Trésorerie, vous avez dit trésorerie?... 4 Pour qui et pourquoi un guide sur la trésorerie... 5 2

Plus en détail

S informer sur. Le médiateur de l AMF

S informer sur. Le médiateur de l AMF S informer sur Le médiateur de l AMF 04 Autorité des marchés financiers Le médiateur de l AMF Sommaire Quelle est la mission du médiateur de l AMF? 03 Quelles situations peuvent donner lieu à médiation?

Plus en détail

La Loi ALUR : les éléments importants. concernant la copropriété. et leurs délais d application

La Loi ALUR : les éléments importants. concernant la copropriété. et leurs délais d application La Loi ALUR : les éléments importants concernant la copropriété et leurs délais d application La loi ALUR a été signée par le Président de la République le 24 mars 2014 et publiée au Journal Officiel le

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

LOI ALUR Copropriétés dégradées prévention et traitement

LOI ALUR Copropriétés dégradées prévention et traitement LOI ALUR Copropriétés prévention et traitement Ministère Copropriétés les principales dispositions de la loi Alur Prévention de l endettement et de la dégradation Traitement curatif Prévention de l endettement

Plus en détail

Prestation de service Lieu d accueil enfants - parents. Juin 2013 1/5

Prestation de service Lieu d accueil enfants - parents. Juin 2013 1/5 LES CONDITIONS PARTICULIERES Prestation de service Lieu d accueil enfants - parents Juin 2013 1/5 2/5 L objet de la convention Elle encadre les modalités d intervention et de versement de la prestation

Plus en détail

INITIATION À LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE

INITIATION À LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE Comptabilité 155 INITIATION À LA COMPTABILITÉ GÉNÉRALE Etre capable d assurer le suivi quotidien des opérations courantes dans une entreprise afin de faciliter les échanges avec son expert comptable. Assistante

Plus en détail

Le compte bancaire est un compte ouvert. Foire aux questions. Le COMPTE et son fonctionnement. Trouvez des réponses à vos questions.

Le compte bancaire est un compte ouvert. Foire aux questions. Le COMPTE et son fonctionnement. Trouvez des réponses à vos questions. Foire aux questions Trouvez des réponses à vos questions Aout 2014 Le COMPTE et son fonctionnement Le compte bancaire est un compte ouvert par la banque à un ou plusieurs clients proposant des services

Plus en détail

PAR THEMATIQUE. N THEME Présentation

PAR THEMATIQUE. N THEME Présentation PAR THEMATIQUE N THEME Présentation A B C D Apprentissage/alternance Formation continue Développement/ investissement Hygiène, sécurité, accessibilité Les conseillères du Service Apprentissage ont pour

Plus en détail

PROTECTION DES DROITS DU TRADUCTEUR ET DE L INTERPRETE

PROTECTION DES DROITS DU TRADUCTEUR ET DE L INTERPRETE PROTECTION DES DROITS DU TRADUCTEUR ET DE L INTERPRETE Le traducteur ou l interprète non salarié doit en permanence veiller à la préservation de ses droits tant dans l établissement de sa relation avec

Plus en détail

DCG session 2010 UE4 Finance d entreprise Corrigé indicatif. Dossier 1 - Diagnostic financier

DCG session 2010 UE4 Finance d entreprise Corrigé indicatif. Dossier 1 - Diagnostic financier DCG session 2010 UE4 Finance d entreprise Corrigé indicatif Dossier 1 - Diagnostic financier 1. Intérêt des tableaux de flux de trésorerie - Analyse de l évolution de la trésorerie Les tableaux de flux

Plus en détail

Pratiques et besoins de financement des entreprises artisanales

Pratiques et besoins de financement des entreprises artisanales ÉTUDES et Recherches de l Institut Supérieur des Métiers Pratiques et besoins de financement des entreprises artisanales FÉVRIER 2014 Présentation des résultats Pratiques et besoins de financement des

Plus en détail

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE J O U R N É E S A J B E F N I A M E Y M A I 2 0 1 2 P R É S E N T É P A R M R D A O B A B A ( F G H M. S A / M A L I ) Préambule L objectif de la présente communication

Plus en détail

Règlement financier et de Gestion de la F.F.S.B.

Règlement financier et de Gestion de la F.F.S.B. Règlement financier et de Gestion de la F.F.S.B. du 26/02/2005 modifié les 15/03/2008, 21/04/2012 et 22/02/2014 I.REGLEMENT FINANCIER PREAMBULE La Fédération Française du Sport Boules, bénéficiant d une

Plus en détail

Le recouvrement des créances impayées

Le recouvrement des créances impayées P008 www.lesclesdelabanque.com Le site d informations pratiques sur la banque et l argent Le recouvrement des créances impayées LES MINI-GUIDES BANCAIRES DES PROFESSIONNELS FBF - 18 rue La Fayette - 75009

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE TABLE DES MATIÈRES 1 Introduction au droit des contrats... 1 I. La notion d obligation... 1 A. Les caractères de l obligation... 1 B. Les sources des obligations... 2 C. La typologie des obligations...

Plus en détail

OFFRE DE FINANCEMENT

OFFRE DE FINANCEMENT OFFRE DE FINANCEMENT ENTREPRISES EN DEVELOPPEMENT P.3 Financement de la Balance Clients (en TTC) P.3 Financement en Invoice Discounting (en TTC) P.4 Financement des Créances Commerciales (en TTC) P.5 Financement

Plus en détail

Procédures Questionnement Réponses apportées Recommandations et avis de l IT CCAPEX

Procédures Questionnement Réponses apportées Recommandations et avis de l IT CCAPEX En association avec PREFET DU RHÔNE Plan Départemental d Action pour le Logement des Personnes Défavorisées du Rhône 2012 2015 Commission de coordination des actions de prévention des expulsions locatives

Plus en détail

DISPOSITIF CO.RAIL PRET A TAUX ZERO-DOSSIER TYPE

DISPOSITIF CO.RAIL PRET A TAUX ZERO-DOSSIER TYPE DISPOSITIF CO.RAIL PRET A TAUX ZERO-DOSSIER TYPE Le plan CO.RAIL (Contrat de Reprise d Activité et d Initiative Locale) a été initié fin mars 2009 par le Secrétariat d Etat chargé de l Outre-mer (SEOM),

Plus en détail

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE A QUI INCOMBE LE RECOUVREMENT DES CHARGES? Le rôle du syndic : Le non-paiement des charges par un ou plusieurs copropriétaires oblige

Plus en détail

LA COMPTABILITE ASSOCIATIVE

LA COMPTABILITE ASSOCIATIVE LA COMPTABILITE ASSOCIATIVE 1. Pourquoi une comptabilité? 2. Les principes comptables 3. Le plan comptable associatif 4. La tenue de la comptabilité CDOS90-Formations/Juin 2009 1 1 1. POURQUOI UNE COMPTABILITE?

Plus en détail

DISPOSITIF CO.RAIL PRET A TAUX ZERO-DOSSIER TYPE

DISPOSITIF CO.RAIL PRET A TAUX ZERO-DOSSIER TYPE DISPOSITIF CO.RAIL PRET A TAUX ZERO-DOSSIER TYPE Le plan CO.RAIL (Contrat de reprise d activité et d initiative locale) a été initié fin mars 2009 par Yves Jégo, secrétaire d Etat chargé de l Outre-mer

Plus en détail

Annexe IV : rapport du Président du Conseil d Administration

Annexe IV : rapport du Président du Conseil d Administration Annexe IV : rapport du Président du Conseil d Administration joint au rapport de gestion rendant compte des conditions de préparation et d organisation des travaux du Conseil ainsi que des procédures de

Plus en détail

Médiation du crédit aux entreprises

Médiation du crédit aux entreprises Médiation du crédit aux entreprises DOSSIER DE PRESSE mai 2015 Sommaire 1. La mission de la Médiation du crédit aux entreprises 3 2. Comment saisir le Médiateur du crédit?.4 3. Les Tiers de confiance de

Plus en détail

copropriété et pour celles déjà dégradées d en améliorer leur redressement.

copropriété et pour celles déjà dégradées d en améliorer leur redressement. redressement immatriculation majorité copropriété syndic conseil par Vincent Faurie Christine Foury Sonia Hermès GROUPE immobilier 12. LA LOI ALUR : RECENSER - PRÉVENIR - LUTTER CONTRE LES COPROPRIÉTÉS

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE Décret n o 2014-736 du 30 juin 2014 pris pour l application de l ordonnance n o 2014-326 du 12 mars 2014 portant réforme de la prévention

Plus en détail

Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT. Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier

Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT. Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier Particuliers, la Banque de France vous informe LE SURENDETTEMENT SURENDETTEMENT Vos droits, vos obligations Les solutions possibles La vie de votre dossier Sommaire 1. Être surendetté : qu est-ce que c

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LES ACTEURS ET DISPOSITIFS DE SOUTIEN AUX ENTREPRISES

TOUT SAVOIR SUR LES ACTEURS ET DISPOSITIFS DE SOUTIEN AUX ENTREPRISES TOUT SAVOIR SUR LES ACTEURS ET DISPOSITIFS DE SOUTIEN AUX ENTREPRISES 1- Prévention 2- Accompagnement au développement des Entreprises 3- Accompagnement social 4- Innovation Sommaire Page 2 Prévention

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE

Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion I. PRESENTATION GENERALE 1. Les objectifs du programme Le système

Plus en détail

LES ETAPES DE LA CREATION

LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION LES ETAPES DE LA CREATION DE VOTRE ENTREPRISE L ELABORATION DU PROJET p. 13 A/ L étude commerciale p. 13 B/ L étude financière p. 18 C/ L étude juridique p. 27 LES FORMALITES

Plus en détail

2. La définition du chiffre d affaires prévisionnel, traduisant par secteur, l estimation du volume d activité raisonnablement réalisable;

2. La définition du chiffre d affaires prévisionnel, traduisant par secteur, l estimation du volume d activité raisonnablement réalisable; Le plan financier (Pacioli N 87) 1. Le Tableau de financement Le tableau de financement est un outil conçu spécialement pour assurer l équilibre "besoins-ressources" de l entreprise pour une politique

Plus en détail

PROFESSIONNELS. Financez. votre activité

PROFESSIONNELS. Financez. votre activité PROFESSIONNELS Financez votre activité Sommaire pages 4-5 Financez votre cycle d'exploitation Le financement de votre quotidien en toute sérénité Faites face à vos besoins de trésorerie. Gérez votre Poste

Plus en détail

Livret d Epargne Salariale

Livret d Epargne Salariale Livret d Epargne Salariale Octobre 2012 BANQUE DE GRANDE CLIENTÈLE / épargne / services financiers spécialisés Livret d Épargne Salariale Pour savoir l essentiel sur l épargne salariale Il existe différents

Plus en détail

TRAITÉ DE. G. Ripert/R. Roblot sous la direction de Michel Germain. TOME 2 Effets de commerce - Banque Contrats commerciaux Procédures collectives

TRAITÉ DE. G. Ripert/R. Roblot sous la direction de Michel Germain. TOME 2 Effets de commerce - Banque Contrats commerciaux Procédures collectives L.G.DJ TRAITÉ DE DROIT COMMERCIAL G. Ripert/R. Roblot sous la direction de Michel Germain Philippe Delebecque Professeur à l'université Panthéon-Sorbonne (Paris I) Michel Germain Professeur à l'université

Plus en détail

LES ENJEUX ÉCONOMIQUES DU DROIT DES ENTREPRISES EN DIFFICULTÉ

LES ENJEUX ÉCONOMIQUES DU DROIT DES ENTREPRISES EN DIFFICULTÉ LES ENJEUX ÉCONOMIQUES DU DROIT DES ENTREPRISES EN DIFFICULTÉ [Basé sur la note CAE écrite en collaboration avec Guillaume Plantin et David Thesmar] CDA - IAST - UT1C, 23 octobre 2013 Jean Tirole I. INTRODUCTION

Plus en détail