La loi sur l économie sociale et solidaire. Les principales dispositions et quelques angles de vue

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La loi sur l économie sociale et solidaire. Les principales dispositions et quelques angles de vue"

Transcription

1 La loi sur l économie sociale et solidaire Les principales dispositions et quelques angles de vue

2 La loi ESS du 31 juillet 2014 les racines de l ESS Un peu d histoire: Des lois sur les coopératives, les mutuelles et les associations jusqu à la loi de 2014 Le fait coopératif, quelques points de repères - Des premières fruitières - jusqu aux pionniers de Rochdale - Les premières coopératives de consommation et de protection (second Empire) les syndicats ou l Eglise? - Les sociétés de crédit mutuel - La loi de 1901 sur les associations 2

3 La loi du 31 juillet 2014 l INEXORABLE ASCENSION Un peu d histoire: Des lois sur les coopératives, les mutuelles et les associations jusqu à la loi de 2014 Après guerre? - Sécurité sociale - Coopératives - Années 70, innovation sociale et économie solidaire - La montée en puissance de l insertion et d autres modèles L ESS, un poids incontournable, une famille économique qui a appris à se reconnaître: La liberté d adhésion des membres qui possèdent une «double qualité» : sociétaires et bénéficiaires. La gestion démocratique : «une personne = une voix» La non lucrativité individuelle. L indépendance à l égard des pouvoirs publics. 3 mais aussi, l utilité sociale, l ancrage territorial

4 Une place de l ESS relativement récente dans la politique publique nationale 1981: délégation interministérielle à l économie sociale : Secrétariat d Etat à l économie solidaire 2010: Rapport Vercamer 2012: Benoît Hamon ministre de l ESS 31 juillet 2014: promulgation de la loi sur l ESS 4

5 .. et territoriales 1ères délégations à l ESS après 2001 Création du RTES en 2001 villes d abord et intercommunalités, puis régions en 2004 et 2008, et départements plus récemment 5

6 La loi du 31 juillet

7 Une loi pour quoi faire? 1.Pour définir l ESS 2.Pour structurer l ESS 3.Pour outiller son développement 4.Pour moderniser 7

8 Définition de l ESS (Article1) Un périmètre élargi : un mode d entreprendre ouvert aux sociétés commerciales Définition de l ESS Notion d entreprises de l ESS Conditions qui doivent être remplies par les personnes morales de droit privé: 1) Un but poursuivi autre que le seul partage des bénéfices 2) Une gouvernance démocratique 3) Une gestion conforme aux principes suivants : Bénéfices majoritairement consacrés au maintien ou développement de l entreprise Réserves constituées impartageables 8

9 Définition de l ESS (Article1) L ESS est composée : 1) Des entreprises qui par nature relèvent de l ESS 2) Des sociétés commerciales remplissant 3 conditions cumulatives Respecter les conditions fixées au I Poursuivre un objectif d utilité sociale Appliquer les principes de gestion suivants : prévoir un encadrement de la répartition des bénéfices distribuables Etre immatriculées auprès de l autorité compétente en tant qu entreprises de l ESS Décret à venir pour préciser les conditions d application de cet article 9

10 L utilité sociale (article 2) Définition de l entreprise recherchant une utilité sociale L objet social satisfait au moins l une des deux conditions suivantes : Apporter un soutien aux personnes en situation de fragilité Contribuer au lien social et au maintien de la cohésion territoriale Concourir également au développement durable 10

11 L agrément «entreprises solidaires d utilité sociale» (article 11) Définition de l entreprise recherchant une utilité sociale Distinction de trois catégories: 1. Les entreprises de l ESS (art.1) + 5 conditions : elles pourront solliciter l agrément. 2. Les entreprises d insertion, de travail temporaire d insertion : elles bénéficient de droit de l agrément 3. Les structures assimilées aux entreprises du point 1. : elles pourront solliciter l agrément. Décret (modalités de délivrance, retrait et contrôle) 11

12 1. Les points clefs de la loi L entreprise de l ESS : des principes, un périmètre, des bonnes pratiques La structuration de l ESS La structuration des politiques publiques Les mesures spécifiques aux différents statuts

13 Des principes Un but autre que le partage des bénéfices Une gouvernance démocratique / information et participation des parties prenantes (associés, salariés, ) Des bénéfices majoritairement consacrés au développement de l'entreprise Des réserves impartageables

14 Un périmètre Immatriculées ESS Les statuts Coopératives Mutuelles santé et assurance Associations Fondations Sociétés commerciales Respectent les principes Recherchent une utilité sociale Règle d'affectation des bénéfices faire état de la qualité "entreprise de l ESS"

15 Un guide des bonnes pratiques Liens avec les usagers réponse aux besoins non couverts Territorialisation des activités et des emplois Présentation en AG

16 Guide des bonnes pratiques Outil de démarche de progrès qui s impose à toute entreprise de l ESS (remplaçable par la révision coopérative ou équivalent) Sera mis en place par le Conseil supérieur de l ESS Présentation, en assemblée générale annuelle, de l application des pratiques définies par le guide

17 Structuration de l ESS Chambre Française de l Economie Sociale et Solidaire (CFESS) Mouvement national famille associative («Mouvemen t associatif») Mouvement national famille mutuelles de santé («FNMF») Mouvement national famille coopérative («COOP.FR») Mouvement national famille mutuelles d assurance («GEMA») Mouvement national famille fondations («CFF») Mouvement national entreprises commerciales («MOUVES» Instance nationale des transversaux régionaux («CNCRES»)

18 Structuration des politiques publiques Deux niveaux, le national et le régional Le CSESS (Conseil supérieur de l ESS), instance nationale de dialogue de l ESS avec les Pouvoirs publics sans oublier le CSC (Conseil supérieur de la coopération) ni le HCVA (Haut conseil à la vie associative) La conférence régionale de l ESS tous les deux ans (initiative Etat et Région) La stratégie régionale de l ESS élaborée par la Région en concertation avec la CRESS et les organismes et entreprises

19 Mesures spécifiques aux coopératives Généralisation de la révision coopérative Reprise d entreprise par les salariés Fonds de développement coopératif Les Scop (Société coopérative de production) : la Scop d amorçage ; Les groupements de Scop la forme SAS (Société par actions simplifiée) Les Scic (Société coopérative d intérêt collectif) : les collectivités jusqu à 50% ; la forme SAS Les CAE (coopérative d activité et d emploi) : adaptation du code du travail

20 Mesures spécifiques aux mutuelles Institution des certificats mutualistes La coassurance, un contrat nouveau pluripartite Possibilité d unions mutualistes entre mutuelles ou avec d autres structures de l ESS

21 Mesures spécifiques aux associations Simplification des relations Etat / associations Promotion de l engagement Financements : mesures visant à sécuriser et diversifier Capacité des associations à se grouper pour créer des fonds

22 Mesures spécifiques aux associations Institution d un titre spécial fondations pour le renforcement des fonds propres Transformation d un fonds de dotation en fondation reconnue d utilité publique

23 2. La loi sur l ESS : quelques angles de vue Module «définitions et concepts» Module ESS et collectivités Module associations Module coopératives Module structuration de l ESS Module financement et accompagnement Module positionnement des CRESS sur la loi

24 Définitions et concepts (1) Pas moins de 7 définitions, signe d une loi-cadre L ESS est définie par son côté entreprise, l ESS ne l est pas dans sa double dimension (organisation sociopolitique et entreprise) L utilité sociale s offre une définition large Soutien aux personnes en situation de fragilité Lutte contre l exclusion et les inégalités, éducation populaire Développement durable, transition énergétique ou solidarité internationale liée aux 2 précédents L entreprise solidaire d utilité sociale précise l ancienne entreprise solidaire

25 Définitions et concepts (2) L innovation sociale : innovation dans les produits ou services développés, mais aussi dans les process de réponse aux besoins La subvention publique enfin définie : l article vise à sécuriser la collectivité soutenant (l initiative de) «l organisme de droit privé» Le commerce équitable : définition précisée Les monnaies locales complémentaires mentionnées

26 Module ESS et collectivités territoriales ESS et collectivités : liens institutionnels Développer les relations : Sur des valeurs communes Les enjeux La loi sur l ESS, une opportunité

27 ESS et collectivités territoriales : l échelon régional La conférence régionale de l ESS tous les deux ans (initiative Etat et Région) propositions pour le développement de politiques publiques territoriales de l ESS La stratégie régionale de l ESS Élaborée par la Région en concertation avec la CRESS et les organismes et entreprises

28 ESS et collectivités territoriales : développer les relations (1) Sur des valeurs communes : Un souci de la réponse collective aux besoins des territoires et de leurs habitants Le souci de la démocratie locale et de l utilité sociale Le souci de l intérêt collectif Le développement durable et solidaire

29 ESS et collectivités territoriales : développer les relations (2) Les enjeux Donner toute sa place à une économie qui entreprend autrement, produit et consomme autrement, en réponse aux besoins des habitants et des entreprises Soutenir la création d activités et d emplois non «délocalisables» Favoriser l innovation sur les territoires Assurer une cohésion sociale et territoriale

30 ESS et collectivités territoriales : développer les relations (3) L opportunité de la loi ESS En s associant à un projet de Scic Forme sociétaire adaptée au développement local Participation des collectivités au capital portée de 20 à 50% En participant à des projets de PTCE (pôle territorial de coopération économique) En adoptant un schéma de promotion des achats publics socialement responsables En innovant dans des relations contractuelles sécurisées (places respectives des subventions, SIEG, marchés publics)

31 La loi et les coopératives Titre II Arts 18 à 22 Dispositions facilitant la transmission d entreprises à leurs salariés SC : société coopérative Cuma : coopérative d utilisation de matériel agricole Scop : société coopérative de production Scic : société coopérative d intérêt collectif CAE : coopérative d activité et d emploi TITRE III, Arts 23 à 50 : Coopératives Dispositions communes Modernisation de la loi de 1947 Révision coopérative : refonte et généralisation Fonds de développement coopératif SCOP Scop d amorçage Groupement de Scop Mesures diverses, dont forme SAS SC commerçants détaillants Solidarité financière Modernisation SC artisanales et de transport Epargne des associés dans la coopérative Cuma Travaux pour le compte des communes SCIC Adaptation du statut, Collectivités à 50% SC HLM Objet social SC agricoles Règles associés coopérateurs CAE Définition et Sécurisation juridique

32 Les coopératives: des améliorations pour les SCIC (sociétés coopératives d intérêt collectif) Statut créé en 2001 Part des collectivités peut monter à 50% Participation des salariés n est plus obligatoire (SCIC peut ne pas avoir de salarié, associés peuvent être des agriculteurs, des commerçants,..) 32

33 Des améliorations pour d autres coopératives Reconnaissance des Coopératives d Activités et d Emploi (CAE) Les CUMA, Coopératives d Utilisation de Matériel Agricole, pourront davantage travailler pour les collectivités (les importantes coopératives agricoles ne sont pas traitées dans cette loi, mais dans la loi sur l agriculture, en fin de débat) Les sociétés coopératives HLM pourront travailler pour des tiers (mais les coopératives d habitants sont dans la Loi Duflot sur le logement) 33

34 Création des SCOP d amorçage Une contrainte propres aux SCOP: les sociétaires doivent être majoritaires au «capital». Or en cas de reprise d entreprise les salariés ne peuvent pas toujours rassembler la somme nécessaire La SCOP d amorçage permet aux salariés d être majoritaires en voix mais minoritaires au capital pendant une durée transitoire de 7 ans. un outil pour «redonner du pouvoir d agir aux salariés» (avec, entre autres, la possibilité d activer le DIF pour des formations à la reprise d entreprises, le droit d information des salariés en cas de cession d entreprises, obligation 34 nouvelle de la loi «Florange )

35 La loi et les associations Simplification des relations Etat / associations et élargissement des compétences du HCVA Promotion de l engagement : congé d engagement, VAE des bénévoles et volontariat associatif comme nouvelle forme du volontariat de service civique Sécurisation et diversification des financements par la définition de la subvention, des titres associatif et des processus sécurisés de fusion et scission et apport partiel d actifs plus attractifs,de l investissement dans des fonds de garantie d apport en fonds associatifs Par l extension de la capacité à recevoir et conserver des immeubles Capacité des associations à se grouper pour créer des fonds (développement associatif, formation des dirigeants bénévoles)

36 Définition de la subvention Définition légale de la subvention Sécurisation du recours à la subvention publique Limites avec le champ d utilisation des marchés publics 36

37 Définition de la subvention Contribution facultative Accordée par : les autorités administratives Et les organismes chargés de la gestion d un service public industriel et commercial Justifiée par un intérêt général Qui ne peut rémunérer des prestations individualisées répondant aux besoins des autorités qui l accordent 37

38 Définition de la subvention Destinée à : La réalisation d une action ou d un projet d investissement La contribution au développement d activités Au financement global de l activité de l organisme de droit privé bénéficiaire 38

39 Définition de la subvention Trois formes possibles de contribution : Pécuniaire Matérielle En personnel Valorisation des contributions en nature dans l acte attributif Ex.: valeur du local mis à disposition 39

40 Définition de la subvention La convention à conclure avec le bénéficiaire de la subvention définit : L objet Le montant Les modalités de versement Les conditions d utilisation de la subvention Rappel: seuil pour la convention >

41 Structuration nationale de l ESS Chambre Française ESS Représentation / pouvoirs publics nationaux Représentants des différents statuts + CNCRES Reconnaissance d'utilité Publique La Chambre française regroupe les mouvements nationaux «verticaux» par «famille» statutaire et la coordination nationale des regroupements horizontaux régionaux que sont les CRESS

42 Structuration régionale de l ESS La CRESS CRESS Promotion et développement de l ESS en région Constituée des entreprises ESS de la région et des organisations professionnelles 5 missions dans la loi (représentation, appui développement entreprises, appui formation, données ESS, information / dimension européenne, le développement et l animation de la coopération internationale des collectivités des DOM) Capacité à ester en justice (/ périmètre ESS) Publication de la liste des entreprises de l ESS Reconnaissance d'utilité Publique Les CRESS se coordonnent au niveau national dans le CNCRES, qui les soutient et les anime

43 2. Structurer l ESS La CRESS : Une organisation territoriale des acteurs pour organiser, promouvoir, défendre et représenter l ESS dans les régions Dans le respect des acteurs et organisations existants En lien avec les pouvoirs publics nationaux et dans les régions En vue de permettre le développement d emplois, d activités, d entreprises de l ESS CNCRES : Une organisation nationale pour animer, coordonner, soutenir, représenter les CRESS 43

44 Les missions des CRESS 1 ère mission : La représentation auprès des pouvoirs publics des intérêts de l ESS et l information sur l ESS 2 e mission : L appui à la création, au développement et au maintien des entreprises 3 e mission : L appui à la formation des dirigeants et des salariés des entreprises de l ESS 4 e mission : La contribution à la collecte, à l exploitation et à la mise à disposition de données économiques et sociales aux entreprises de l ESS 5 e mission : L information des entreprises sur la dimension européenne de l ESS et l appui à l établissement de liens avec les entreprises des autres Etats membres de l Union Européenne. 6 e mission : dans les collectivités régies par l article 73 de la Constitution, le développement et l animation de la coopération internationale des collectivités concernées en matière d ESS 44

45 Loi ESS : la position des CRESS Globalement satisfaites, les CRESS. Des marges de progrès subsistent : L affirmation du caractère collectif de la propriété dans une entreprise de l ESS La révision coopérative élargie à l ensemble de l ESS, même si le guide des bonnes pratiques reprend l idée, car seule une telle mesure permettrait de sanctionner une entreprise statutaire de l ESS La «déclaration de principe», optionnelle, qui permettrait aux entreprises «militantes» d affirmer leur appartenance forte à l ESS ; de bonnes pratiques dans le cadre du guide pourront aussi mettre en valeur cette appartenance. L allongement des temps de recours des salariés lors d une cession d entreprise La sortie du périmètre de l ESS pour les associations cultuelles et politiques L obtention, pour les CRESS, d une mission d appui au développement de l éducation à l ESS La mise en place d une convention d agrément entre l Etat et le CNCRES

46 Loi ESS : financement et accompagnement Pas de dispositions financières sonnantes et trébuchantes l enjeu des Projets de Loi de Finances Capacité d investisseurs à investir dans les fonds européens d entrepreneuriat social Capacités juridiques nouvelles dans chaque famille permettant des financements le plus souvent internes à l ESS, ou «aidez-vous vous-mêmes» L agrément ESUS ouvre droit à des dispositifs financiers Accompagnement : inscription du DLA dans la loi

47 Financement : «Aidez-vous vousmêmes» Capacité des associations à se grouper pour créer des fonds (développement associatif, formation des dirigeants bénévoles) Titres associatifs plus attractifs Fonds de développement coopératif Institution des certificats mutualistes Institution d un titre spécial fondations pour le renforcement des fonds propres

48 Une loi, et après? Une reconnaissance de l'ess comme un acteur socioéconomique pertinent Des articles utiles pour résoudre des questions techniques Un cadre pour construire le changement d'échelle souhaité par tout le monde Quelles politiques publiques? Vers un changement d'échelle? Quels outils structurants?

49 Une loi, et après? (2) Les lois de finances : Quel financement, suite à la loi, pour l innovation sociale, pour les PTCE, Projets Essaimage / développement / changement d échelle Quels financements pour l action structurante et d appui au développement des CRESS et des mouvements fédératifs? Quelle réorientation du CICE (crédit d impôt compétitivité emploi) pour supprimer la distorsion de concurrence avec les entreprises classiques?

Une loi de reconnaissance de l'economie Sociale et Solidaire

Une loi de reconnaissance de l'economie Sociale et Solidaire Une loi de reconnaissance de l'economie Sociale et Solidaire Ensemble, Entreprendre Autrement 1 1. Principes, périmètre et bonnes pratiques : ce que dit la loi Ensemble, Entreprendre Autrement 2 Des principes

Plus en détail

LOI DU 31 JUILLET 2014 RELATIVE A L ESS 25 JUIN 2015

LOI DU 31 JUILLET 2014 RELATIVE A L ESS 25 JUIN 2015 LOI DU 31 JUILLET 2014 RELATIVE A L ESS 25 JUIN 2015 POINTS CLES DATES - 2000 Guy Hascoët - 1 er secrétaire d Etat à l ESS propose une loi - 2010 premier rapport par Francis Vercamer - 2011 Benoit Hamont

Plus en détail

Quels apports de la loi ESS de juillet 2014 pour les associations

Quels apports de la loi ESS de juillet 2014 pour les associations Quels apports de la loi ESS de juillet 2014 pour les associations Associations (artistiques et culturelles), quels liens avec l ESS Les associations font donc automatiquement partie du périmètre de l ESS

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques La loi ESS, enjeux et opportunités (Dossier réalisé par Michèle Lorillon, In Extenso) La loi relative à l Economie Sociale et Solidaire (ESS), qui était tant attendue par

Plus en détail

Impacts de la Loi ESS sur la culture...1

Impacts de la Loi ESS sur la culture...1 Impacts de la Loi ESS sur la culture Impacts de la Loi ESS sur la culture...1 1. Introduction...4 1.1. Qui suis-je?...4 1.2. Pourquoi une Loi ESS?...5 1.3. Contexte...5 1.4. Le contenu de la Loi...5 1.4.1.

Plus en détail

Principales dispositions la loi ESS

Principales dispositions la loi ESS 30 septembre 2014 Principales dispositions la loi ESS La loi relative à l'économie sociale et solidaire initiée par Benoit Hamon aura subie de nombreux changements tout au long de son élaboration. Elle

Plus en détail

LOI RELATIVE. du 31 juillet 2014

LOI RELATIVE. du 31 juillet 2014 LOI RELATIVE À L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE du 31 juillet 2014 Par LES ACTEURS DE l économie sociale et solidaire et le conseil national des cress 31/10/2014 SOMMAIRE Principes et champs de l ESS....P.

Plus en détail

LOI RELATIVE À L ÉCONOMIE

LOI RELATIVE À L ÉCONOMIE LOI RELATIVE À L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE DU 31 JUILLET 2014 PAR LES ACTEURS DE L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ET LE CONSEIL NATIONAL DES CRESS 20/11/2014 SOMMAIRE Principes et champs de l ESS....

Plus en détail

Loi n 2014-856 du 31 juillet 2014. Synthèse. 1. Un but poursuivi autre que le seul partage des bénéfices ;

Loi n 2014-856 du 31 juillet 2014. Synthèse. 1. Un but poursuivi autre que le seul partage des bénéfices ; La loi portant sur l Economie Sociale et Solidaire Loi n 2014-856 du 31 juillet 2014 Synthèse Ce que la loi apporte, ce qu elle va changer L économie sociale et solidaire est un mode d entreprendre et

Plus en détail

Le guide pour comprendre

Le guide pour comprendre ENTREPRISES D INSERTION ENTREPRENEURS SOCIAUX Le guide pour comprendre Une loi sur l Economie Sociale et Solidaire (ESS) pour permettre son changement d échelle Après plus de deux ans de travaux, la loi

Plus en détail

Qu est ce que l Economie Sociale?

Qu est ce que l Economie Sociale? Fiche n 2 Les entreprises : Qu est ce que l Economie Sociale? Les de toutes natures (salariés, usagers, ), les mutuelles (assurance ou prévoyance santé), les associations et les fondations constituent

Plus en détail

Loi Economie Sociale et Solidaire

Loi Economie Sociale et Solidaire Loi Economie Sociale et Solidaire Après un an de débats parlementaires, le texte de loi relatif à l'économie sociale et solidaire a été définitivement adopté par l Assemblée Nationale le 21 juillet et

Plus en détail

Livret d accueil. Présentation de l économie sociale et solidaire à destination de ses acteurs. S associer coopérer mutualiser

Livret d accueil. Présentation de l économie sociale et solidaire à destination de ses acteurs. S associer coopérer mutualiser Livret d accueil Présentation de l économie sociale et solidaire à destination de ses acteurs S associer coopérer mutualiser PRÉAMBULE Accueillir au sein des structures de l Économie Sociale et Solidaire

Plus en détail

LOIS. LOI n o 2014-856 du 31 juillet 2014 relative à l économie sociale et solidaire (1) NOR : ERNX1315311L. TITRE I er DISPOSITIONS COMMUNES

LOIS. LOI n o 2014-856 du 31 juillet 2014 relative à l économie sociale et solidaire (1) NOR : ERNX1315311L. TITRE I er DISPOSITIONS COMMUNES LOIS LOI n o 2014-856 du 31 juillet 2014 relative à l économie sociale et solidaire (1) NOR : ERNX1315311L L Assemblée nationale et le Sénat ont adopté, Le Président de la République promulgue la loi dont

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 387 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2013-2014 21 juillet 2014 PROJET DE LOI relatif à l économie sociale

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire

L Economie Sociale et Solidaire 1 L Economie Sociale et Solidaire L ESS EST UNE ÉCONOMIE QUI SE VEUT ÊTRE DIFFÉRENTE DE L ÉCONOMIE CLASSIQUE. DES PRINCIPES FONDAMENTAUX ONT ÉTÉ DÉFINIS ET CONSTITUENT LES PILIERS DE CE SECTEUR. 2 LES

Plus en détail

Entreprendre autrement: Introduction à l économie sociale et solidaire et à l Entrepreneuriat social

Entreprendre autrement: Introduction à l économie sociale et solidaire et à l Entrepreneuriat social Entreprendre autrement: Introduction à l économie sociale et solidaire et à l Entrepreneuriat social Université de Caen - Master 2 : Entrepreneuriat UFR - Sciences Economiques et de Gestion Février 2009

Plus en détail

Bienvenue dans. L économie Sociale et Solidaire!

Bienvenue dans. L économie Sociale et Solidaire! Bienvenue dans L économie Sociale et Solidaire! 1 Bienvenue dans L économie Sociale et Solidaire! Préambule Vous intégrez une Association? Une Coopérative? Une Mutuelle? Bienvenue dans l Économie Sociale

Plus en détail

Principales mesures du projet de loi Économie Sociale et Solidaire

Principales mesures du projet de loi Économie Sociale et Solidaire Principales mesures du projet de loi Adopté le 21 juillet 2014 Document édité le 22 juillet 2014 #loiess Sommaire Introduction aux principales mesures du projet de loi relatif à l Économie sociale et solidaire...

Plus en détail

Principales mesures de la loi relative à l Économie Sociale et Solidaire

Principales mesures de la loi relative à l Économie Sociale et Solidaire Principales mesures de la loi relative à l Promulguée le 31 juillet 2014 #loiess Sommaire Introduction aux principales mesures du projet de loi relatif à l Économie sociale et solidaire........................................................5

Plus en détail

Projet de loi «Économie sociale et solidaire»

Projet de loi «Économie sociale et solidaire» Jean-Matthieu Gauchard janvier 2013 Projet de loi «Économie sociale et solidaire» Rapporteur sur le fond (affaires économiques) : Yves Blein Responsable : Jean Grellier Commissions saisies pour avis :

Plus en détail

4.1. Sources. Champs. et méthodes. de l ESS. Liste des catégories juridiques incluses dans le champ de l économie sociale

4.1. Sources. Champs. et méthodes. de l ESS. Liste des catégories juridiques incluses dans le champ de l économie sociale 4.0 Sources et méthodes Le périmètre a été établi en collaboration avec l INSEE et les méthodologies de traitement sont harmonisées au sein du réseau national des observatoires des Chambres Régionales

Plus en détail

Introduction : reconnaître et développer

Introduction : reconnaître et développer Introduction : reconnaître et développer l Économie sociale et solidaire Qu est-ce que l ESS? chiffres clés z 200000 structures z 2,4 milions de salariés z + 23 % d emplois créés depuis 10 ans Coopératives

Plus en détail

amplifier le financement des entreprises et structures de l Économie sociale et solidaire

amplifier le financement des entreprises et structures de l Économie sociale et solidaire 1 amplifier le financement des entreprises et structures de l Économie sociale et solidaire 1 - Amplifier le financement des entreprises et structures de l Économie sociale et solidaire Les entreprises

Plus en détail

L écosystème de l ESS en Languedoc-Roussillon

L écosystème de l ESS en Languedoc-Roussillon L écosystème de l ESS en Languedoc-Roussillon Debate 7. Muriel Nivert-Boudou DG Cress LR www.cresslr.org www.coventis.org Bref historique de l ESS en France L Economie sociale est née et a pris son essor

Plus en détail

Projet de pôle de développement de l Économie Sociale et Solidaire

Projet de pôle de développement de l Économie Sociale et Solidaire Projet de pôle de développement de l Économie Sociale et Solidaire Étude de préfiguration Restitution aux acteurs 15 octobre 2008 Dossier remis aux participants 1 Version n 3 Sommaire Méthodologie Priorités

Plus en détail

Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury

Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury Lucile Manoury Chargée d études, Collège coopératif, Aix-en-Provence Bonjour à tous. Je vais vous faire une présentation un peu théorique

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE Définitions Un peu d histoire Quelques chiffres, les acteurs La finance solidaire Définitions L économie sociale et solidaire (ESS) rassemble deux concepts, rappelé dans

Plus en détail

Plan Local de Développement de l Économie Sociale et Solidaire 2011-2015

Plan Local de Développement de l Économie Sociale et Solidaire 2011-2015 Plan Local de Développement de l Économie Sociale et Solidaire 2011-2015 MAI 2011 1 Sommaire 1. Eléments de contexte... 3 1.1 L économie sociale et solidaire à Lille, Lomme et Hellemmes en quelques chiffres..4

Plus en détail

Rendez-vous de l ESS régionale. Chambre Régionale de l Économie Sociale Poitou-Charentes 60-68 rue Carnot 86000 POITIERS www.cres-pch.

Rendez-vous de l ESS régionale. Chambre Régionale de l Économie Sociale Poitou-Charentes 60-68 rue Carnot 86000 POITIERS www.cres-pch. Rendez-vous de l ESS régionale Chambre Régionale de l Économie Sociale Poitou-Charentes 60-68 rue Carnot 86000 POITIERS www.cres-pch.org %! "! $!!" # % " Les entreprises d économie sociale et solidaire

Plus en détail

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi

vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national innover et entreprendre créer son emploi vendredi 17 et samedi 18 octobre 2014 niort / salle de l acclameur Rendez-vous national de S l économie ociale & olidaire entrée libre innover et entreprendre créer son emploi FondeR son association epargner

Plus en détail

Les valeurs et les acteurs de l économie sociale et solidaire : une culture de réseaux pour développer le tiers secteur

Les valeurs et les acteurs de l économie sociale et solidaire : une culture de réseaux pour développer le tiers secteur Les valeurs et les acteurs de l économie sociale et solidaire : une culture de réseaux pour développer le tiers secteur L économie sociale et solidaire se caractérise par une manière différente d entreprendre

Plus en détail

L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire

L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire Contexte régional Créé en 2010 par l Atelier Centre de ressources régional de l économie sociale et solidaire et la Chambre régionale

Plus en détail

«Panorama transfrontalier de l économie sociale et solidaire»

«Panorama transfrontalier de l économie sociale et solidaire» Une implantation forte de l Economie Sociale et Solidaire de part et d autre de la frontière. Forte de plus de 13 000 établissements et de plus de 200 000 emplois sur le territoire transfrontalier, l économie

Plus en détail

Panorama. de l économie sociale et solidaire

Panorama. de l économie sociale et solidaire Panorama de l économie sociale et solidaire en France et dans les régions - Édition 2012 >>>>> >>>>> Réalisé par l Observatoire national de l économie sociale et solidaire, cette nouvelle édition du «Panorama

Plus en détail

L économie sociale et solidaire

L économie sociale et solidaire L économie sociale et solidaire Traditionnellement le mois de novembre est le mois de l Economie Sociale et Solidaire. Cette année comme les années précédentes de nombreuses actions et rencontres ont eu

Plus en détail

La Mutualité Française

La Mutualité Française La Mutualité Française en Pays de la Loire Un mouvement pour une santé solidaire en région en Pays de la Loire : une représentation régionale pour défendre l accès à la santé pour tous Les mutuelles Premier

Plus en détail

N 805 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2012-2013. Enregistré à la Présidence du Sénat le 24 juillet 2013 PROJET DE LOI PRÉSENTÉ

N 805 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2012-2013. Enregistré à la Présidence du Sénat le 24 juillet 2013 PROJET DE LOI PRÉSENTÉ N 805 SÉNAT SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2012-2013 Enregistré à la Présidence du Sénat le 24 juillet 2013 PROJET DE LOI relatif à l économie sociale et solidaire, PRÉSENTÉ au nom de M. Jean-Marc AYRAULT,

Plus en détail

Appel à projets Soutien à la dynamique des Pôles territoriaux de coopération économique (PTCE)

Appel à projets Soutien à la dynamique des Pôles territoriaux de coopération économique (PTCE) Appel à projets Soutien à la dynamique des Pôles territoriaux de coopération économique (PTCE) Date de l ouverture de l appel à projets : Mi-juillet 2013 Date de clôture de l appel à projets : 31 octobre

Plus en détail

COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE

COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE COMMUNICATION PREPAREE PAR M. BRUNO ROBINE AU NOM DE LA COMMISSION DE L EMPLOI ET DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE 4 MAI 2004 LA SITUATION DE L EMPLOI ET DE LA CONJONCTURE ECONOMIQUE EN REGION D ILE-DE-FRANCE

Plus en détail

1. Consolider l emploi dans les entreprises d insertion

1. Consolider l emploi dans les entreprises d insertion ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE SOUTIEN AUX EMPLOIS DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE ECONOMIE 17.12 DESCRIPTIF DE L'INTERVENTION OBJECTIFS Consolider l emploi des entreprises de l économie sociale et solidaire

Plus en détail

Renforcer la mobilisation du droit commun

Renforcer la mobilisation du droit commun Dossier ressources Comprendre le droit commun pour le renforcer dans les quartiers Dans son article 1 er, la loi pour la ville et la cohésion urbaine précise : «La politique de la ville mobilise et adapte,

Plus en détail

SOUTENEZ L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE!

SOUTENEZ L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE! La lettre d information des clients qui ont choisi d agir L INFO SOUTENEZ L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE! * * La loi sur l économie sociale et solidaire est entrée en vigueur. Le Crédit Coopératif vous

Plus en détail

donner du pouvoir d agir aux salariés

donner du pouvoir d agir aux salariés 2 donner du pouvoir d agir aux salariés 2 Donner du pouvoir d agir aux salariés Renforcer le «pouvoir d agir» des Français est une des clés du rebond de notre pays. En cela, l Economie sociale et solidaire

Plus en détail

Programme de formation des bénévoles et salariés de l ESS en Corse 2015

Programme de formation des bénévoles et salariés de l ESS en Corse 2015 Programme de formation des bénévoles et salariés de l ESS en Corse 2015 Cahier des charges pour le dépôt des réponses À l attention des Organismes de Formation, Ajaccio, le 4 février 2015 Objet : Appel

Plus en détail

Remise du Prix national des jeunes entrepreneurs solidaires. Le 1 er mars 2012

Remise du Prix national des jeunes entrepreneurs solidaires. Le 1 er mars 2012 Remise du Prix national des jeunes entrepreneurs solidaires Le 1 er mars 2012 - Dossier de presse - Contacts presse : - Service de presse de Roselyne Bachelot-Narquin : 01 70 91 94 42 - APCE / Agence Press

Plus en détail

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent Profondément humain Un peu d histoire pour éclairer le présent Créée depuis 1999 en région Rhône-Alpes par des mutuelles interprofessionnelles partageant les mêmes valeurs mutualistes de solidarité, de

Plus en détail

Territoire. Territoire. Parc d activités économiques. Quartier populaire

Territoire. Territoire. Parc d activités économiques. Quartier populaire rural Centre-ville Quartier populaire Parc d activités économiques Problématique Problématique enclavé Banlieue pavillonnaire Problematique Problematique Insertion Petite enfance Problématique Problématique

Plus en détail

«Challenging social reality, inspiring experiences»

«Challenging social reality, inspiring experiences» «Challenging social reality, inspiring experiences» Cornélia Federkeil-Giroux Mutualité Française représentante de l Association internationale de la mutualité (AIM) 1 L Association internationale de la

Plus en détail

PANORAMA. Economie sociale et solidaire dans l'entente. Décembre 2013. Chiffres-clés des entreprises et des emplois de l ESS

PANORAMA. Economie sociale et solidaire dans l'entente. Décembre 2013. Chiffres-clés des entreprises et des emplois de l ESS Economie sociale et solidaire dans l'entente PANORAMA Décembre 2013 Chiffres-clés des entreprises et des emplois de l ESS L économie sociale et solidaire (ESS) rassemble les entreprises qui cherchent à

Plus en détail

NOMENCLATURE ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE (ESS)

NOMENCLATURE ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE (ESS) NOMENCLATURE ECONOMIE SOCIALE SOLIDAIRE (ESS) Nomenclature ESS Nomenclature d'activité Nomenclature Catégorie Juridique 100 Coopérative 110 Coopérative secteur agricole 111 Sociétés de coop. agricole 112

Plus en détail

III L allégement de la loi n 12-96 La loi n 12-96 contient des dispositions diverses et transitoires conçues, au départ, pour assurer l application

III L allégement de la loi n 12-96 La loi n 12-96 contient des dispositions diverses et transitoires conçues, au départ, pour assurer l application ROYAUME DU MAROC Note de présentation du projet de loi modifiant et complétant la loi n 12-96 portant réforme du Crédit Populaire du Maroc telle que modifiée et complétée Depuis la promulgation de la loi

Plus en détail

Etre societaire, pour vivre la banque autrement.

Etre societaire, pour vivre la banque autrement. PREAMBULE Se fondant tout particulièrement sur la notion de valeurs, les coopératives ont montré qu elles constituaient un modèle commercial, robuste et viable, susceptible de prospérer même pendant les

Plus en détail

Projet de Loi d Economie sociale et solidaire EXPOSITION DES MOTIFS

Projet de Loi d Economie sociale et solidaire EXPOSITION DES MOTIFS MINISTÈRE XXXXXXXXXXXX Projet de Loi d Economie sociale et solidaire EXPOSITION DES MOTIFS 1 I Le cadre historique de naissance du concept moderne d Economie sociale se structure à partir des premières

Plus en détail

Contrat économique sectoriel Economie Sociale et Solidaire 2014-2016

Contrat économique sectoriel Economie Sociale et Solidaire 2014-2016 Contrat économique sectoriel Economie Sociale et Solidaire 2014-2016 La Région Rhône-Alpes, l Etat, la CRESS Rhône-Alpes et la Caisse des Dépôts et Consignations ont souhaité s engager dans un troisième

Plus en détail

SOLUTIONS DE FINANCEMENT SOLIDAIRE

SOLUTIONS DE FINANCEMENT SOLIDAIRE SOLUTIONS DE FINANCEMENT SOLIDAIRE Gamme complète 2015 France Active bénéficie du soutien de NOS SOLUTIONS DE FINANCEMENT SOLIDAIRE Garantie France Active Créateur, repreneur d entreprise, entreprise

Plus en détail

Contribuer au financement de l économie Sociale et Solidaire : Renforcer l existant, Approfondir les partenariats, Innover.

Contribuer au financement de l économie Sociale et Solidaire : Renforcer l existant, Approfondir les partenariats, Innover. Contribuer au financement de l économie Sociale et Solidaire : Renforcer l existant, Approfondir les partenariats, Innover. -- Rapport d étape à l attention du Ministre délégué auprès du ministre de l

Plus en détail

Economie Sociale et Solidaire, une invitation à vivre autrement!

Economie Sociale et Solidaire, une invitation à vivre autrement! Economie Sociale et Solidaire, une invitation à vivre autrement! Dossier de presse Rencontres Solidaires en Rhône-Alpes Novembre 2010 Plus de 100 rendez-vous en Rhône-Alpes! Service presse 04 72 59 40

Plus en détail

APFP. Les Pays, moteurs de stratégies de développement territorial et de gouvernance locale. Contribution de l Association de

APFP. Les Pays, moteurs de stratégies de développement territorial et de gouvernance locale. Contribution de l Association de Mars 2012 cahier d acteurs Association de Promotion et de Fédération des Pays APFP APFP Pays / Territoires de projet Contribution de l Association de Promotion et de Fédération des Pays dans le cadre des

Plus en détail

LOI n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi (1) Version consolidée au 4 avril 2015

LOI n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi (1) Version consolidée au 4 avril 2015 LOI n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi (1) Version consolidée au 4 avril 2015 Chapitre Ier : Créer de nouveaux droits pour les salariés Section 1 : De nouveaux droits individuels

Plus en détail

La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux. une enquête en Alsace et en Lorraine

La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux. une enquête en Alsace et en Lorraine La qualité de l emploi dans l économie sociale et solidaire: analyse et enjeux Les associations et la question de la qualité de l emploi: une enquête en Alsace et en Lorraine Etude réalisée pour la DIIESES

Plus en détail

Contribuer au Développement de Territoires Solidaires

Contribuer au Développement de Territoires Solidaires Contribuer au Développement de Territoires Solidaires des entreprises en mouvement! Les 500 adhérents* COORACE défendent depuis 1985 le droit au travail pour tous. Ils participent sur l ensemble du territoire

Plus en détail

autonome loi 1901 A. CREATION DE L ASSOCIATION Une Coopérative scolaire peut se constituer en Association autonome.

autonome loi 1901 A. CREATION DE L ASSOCIATION Une Coopérative scolaire peut se constituer en Association autonome. INFORMATIONS LEGALES ET REGLEMENTAIRES EN MATIERE DE FONCTIONNEMENT D'UNE COOPERATIVE SCOLAIRE SELON LA FORME JURIDIQUE (Circ. n 2008-095 du 23/07/2008) Association : ce que dit la loi 1901 La Constitution

Plus en détail

CHARTE DU SPORT DE HAUT NIVEAU

CHARTE DU SPORT DE HAUT NIVEAU CHARTE DU SPORT DE HAUT NIVEAU Préambule Le sport de haut niveau joue un rôle social et culturel de première importance. Conformément aux valeurs de l Olympisme énoncées dans la Charte olympique et aux

Plus en détail

Présentation du dispositif départemental d aide au «Microcrédit Personnel»

Présentation du dispositif départemental d aide au «Microcrédit Personnel» DOSSIER DE PRESSE Présentation du dispositif départemental d aide au «Microcrédit Personnel» Lundi 21 janvier 2013 à 15h30 A l Hôtel du Département, à Rouen En présence de : Didier MARIE, Président du

Plus en détail

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Direction de la ville et de la cohésion urbaine CONTRATT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Proposition d architecture Novembre 2014 Les contrats de ville de nouvelle génération qui succèderont, à compter

Plus en détail

Le service civique. réseau Uniopss-Uriopss / Site Guide de l employeur / Zoom sur / juin 2010 1

Le service civique. réseau Uniopss-Uriopss / Site Guide de l employeur / Zoom sur / juin 2010 1 Sans disparaître complètement, le volontariat associatif, introduit par la loi du 23 mai 2006, reçoit une nouvelle configuration et réapparaît dans la loi du 10 mars 2010 sous la dénomination de «service

Plus en détail

Agence pour le Développement des Entreprises Sociales et Solidaires. en Haute-Normandie

Agence pour le Développement des Entreprises Sociales et Solidaires. en Haute-Normandie Agence pour le Développement des Entreprises Sociales et Solidaires en Haute-Normandie VIDEO Entreprendre autrement Economie sociale et solidaire? Mutuelles, banques coopératives, fondations Associations

Plus en détail

PLAN D ACTION POUR L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE 2012-2015. - Plan d action pour l économie sociale et solidaire - 1

PLAN D ACTION POUR L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE 2012-2015. - Plan d action pour l économie sociale et solidaire - 1 PLAN D ACTION POUR L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE 2012-2015 - Plan d action pour l économie sociale et solidaire - 1 CONTEXTE DE LA DEMARCHE Etats Généraux de l ESS en région En 2011, La Région et ses

Plus en détail

Votre épargne s épanouit dans une mutuelle qui n oublie pas d être une mutuelle, elle

Votre épargne s épanouit dans une mutuelle qui n oublie pas d être une mutuelle, elle Votre épargne s épanouit dans une mutu qui n oublie pas d être une mutu, Votre épargne a tout à gagner des valeurs qui nous animent, Éditorial Fondée à l origine par et pour les anciens combattants, la

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

info ACTUALITÉ JURIDIQUE SPECIAL LOI ESS

info ACTUALITÉ JURIDIQUE SPECIAL LOI ESS n 14 > 29 juillet 2014 info ACTUALITÉ JURIDIQUE SPECIAL LOI ESS Ce troisième volet consacré au projet de loi relatif à la reconnaissance et au développement de l Economie sociale et solidaire intervient

Plus en détail

...... en quelques mots 1

...... en quelques mots 1 ... en quelques mots 1 Un nouveau Projet d'entreprise pourquoi faire? Le Projet d'entreprise 2006-2009 a porté l ambition de faire de l Assurance Maladie un assureur solidaire en santé reconnu en tant

Plus en détail

NOMINATION OBLIGATOIRE DU COMMISSAIRE AUX COMPTES (tableau de synthèse)

NOMINATION OBLIGATOIRE DU COMMISSAIRE AUX COMPTES (tableau de synthèse) NOMINATION OBLIGATOIRE DU COMMISSAIRE AUX COMPTES (tableau de synthèse) Entités Textes applicables Organes compétents (en cours de vie sociale) Observations Administrateurs et mandataires judiciaires C.

Plus en détail

L ORGANISATION GENERALE DE LA FONCTION PUBLIQUE

L ORGANISATION GENERALE DE LA FONCTION PUBLIQUE L ORGANISATION GENERALE DE LA FONCTION PUBLIQUE I - LES SOURCES DU DROIT DE LA FONCTION PUBLIQUE A - La Constitution et le bloc de constitutionnalité Certains grands principes du droit de la fonction publique

Plus en détail

au service de chacun!

au service de chacun! Les associations sanitaires et sociales : au service de chacun! Petite enfance Handicap Jeunes en danger Santé Personnes âgées Pauvreté, Exclusion * «L association est la convention par laquelle deux ou

Plus en détail

FICHE PRATIQUE DE GESTION

FICHE PRATIQUE DE GESTION janvier 2014 FICHE PRATIQUE DE GESTION En bref Les ressources provenant de la générosité du public sont spécifiques des associations et fondations et prennent la forme de dons manuels ou de donations et

Plus en détail

L Assemblée Nationale a délibéré et adopté en sa séance du 14 décembre 1996 1995 ;

L Assemblée Nationale a délibéré et adopté en sa séance du 14 décembre 1996 1995 ; Loi n 96-022/ Régissant la mutualité en République du Mali. L Assemblée Nationale a délibéré et adopté en sa séance du 14 décembre 1996 1995 ; Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur

Plus en détail

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 10 mai 2011. 5 mutuelles créent le groupe Istya, premier groupe mutualiste français de protection sociale complémentaire

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 10 mai 2011. 5 mutuelles créent le groupe Istya, premier groupe mutualiste français de protection sociale complémentaire 5 mutuelles créent le groupe Istya, premier groupe mutualiste français de protection sociale complémentaire Le 6 mai 2011, le groupe MGEN, le groupe MNH, la MNT, la MGET et la MAEE se sont réunis en assemblée

Plus en détail

1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE

1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE ADDITIF EXPLICATIF 1. STRUCTURATION FEDERALE BI POLAIRE Organisation de deux «secteurs» clairement identifiés dans leurs objectifs et missions. Sous la responsabilité d un pilotage unique, ces deux «secteurs»

Plus en détail

LA MOBILITÉ ET LES PARCOURS PROFESSIONNELS DANS LA FONCTION PUBLIQUE. Questions/réponses

LA MOBILITÉ ET LES PARCOURS PROFESSIONNELS DANS LA FONCTION PUBLIQUE. Questions/réponses LA MOBILITÉ ET LES PARCOURS PROFESSIONNELS DANS LA FONCTION PUBLIQUE Questions/réponses QUI EST CONCERNÉ PAR LA LOI DU 3 AOÜT 2009 RELATIVE A LA MOBILITÉ ET AUX PARCOURS PROFESSIONNELS DANS LA FONCTION

Plus en détail

Niger. Régime général des mutuelles de santé

Niger. Régime général des mutuelles de santé Régime général des mutuelles de santé Loi n 2008-10 du 30 avril 2008 [NB - Loi n 2008-10 du 30 avril 2008 portant régime général des mutuelles de santé en République du ] Titre 1 - Dispositions générales

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

Avant de commencer, merci de renseigner les données suivantes :

Avant de commencer, merci de renseigner les données suivantes : Le questionnaire ci dessous a pour objectif de faire le point sur le RESSOL, sur notre dernière action à savoir le mois de l Economie Sociale et Solidaire et sur nos pistes d évolution. Ce questionnaire

Plus en détail

Projet éolien d Herbitzhein un projet citoyen? Possibilités et avantages d un financement participatif.

Projet éolien d Herbitzhein un projet citoyen? Possibilités et avantages d un financement participatif. Projet éolien d Herbitzhein un projet citoyen? Possibilités et avantages d un financement participatif. Un projet citoyen Le citoyen devient actionnaire il permet la création de synergies entre les citoyens

Plus en détail

MEMORANDUM POSITIONNEMENT DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE SENEGALAISE SUR LA COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLE

MEMORANDUM POSITIONNEMENT DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE SENEGALAISE SUR LA COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLE MEMORANDUM MEMORANDUM POSITIONNEMENT DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE SENEGALAISE SUR LA COUVERTURE MALADIE UNIVERSELLE Novembre 2013 1. CONTEXTE DU MEMORANDUM Le Sénégal, à l image des pays de la

Plus en détail

Mutualisation des compétences

Mutualisation des compétences Premières Rencontres richesses humaines associatives 2 & 3 décembre 2014 ATELIER PROSPECTIF Mutualisation des compétences DEFINITIONS Mutualisation La mutualisation se définit comme la synergie entre deux

Plus en détail

SEA SUN & ESS LES CAHIERS DE VACANCES DU CJDES CAHIER #1 SUR LE STATUT DE MUTUELLE EUROPEENNE TOUT COMPRENDRE #SME #EUROPE #MUTUELLES #ESS

SEA SUN & ESS LES CAHIERS DE VACANCES DU CJDES CAHIER #1 SUR LE STATUT DE MUTUELLE EUROPEENNE TOUT COMPRENDRE #SME #EUROPE #MUTUELLES #ESS SEA SUN & ESS LES CAHIERS DE VACANCES DU CJDES CAHIER #1 TOUT COMPRENDRE SUR LE STATUT DE MUTUELLE EUROPEENNE #SME #EUROPE #MUTUELLES #ESS LE JEU DE QUESTIONS REPONSES A LA LE STATUT DE MUTUELLE EUROPEENNE,

Plus en détail

Mutuelle Retraite Européenne N SIREN 477 908 305 STATUTS RÈGLEMENTS. M E RMutuelle Retraite Européenne

Mutuelle Retraite Européenne N SIREN 477 908 305 STATUTS RÈGLEMENTS. M E RMutuelle Retraite Européenne Mutuelle Retraite Européenne N SIREN 477 908 305 2015 STATUTS RÈGLEMENTS M E RMutuelle Retraite Européenne Statuts MRE applicables à compter du 01/01/2015 Titre I ER - Formation, Objet et composition

Plus en détail

Guide sur les mutuelles de formation. Règlement sur les mutuelles de formation

Guide sur les mutuelles de formation. Règlement sur les mutuelles de formation Guide sur les mutuelles de formation Règlement sur les mutuelles de formation ÉDITION AVRIL 2008 Dans le cadre d une entente de délégation prévue par la Loi sur le ministère de l Emploi et de la Solidarité

Plus en détail

Le présent règlement intérieur complète et éclaire les statuts de Sud Chimie. Il s impose aux sections syndicales.

Le présent règlement intérieur complète et éclaire les statuts de Sud Chimie. Il s impose aux sections syndicales. REGLEMENT INTERIEUR SUD CHIMIE Règlement INTERIEUR Le présent règlement intérieur complète et éclaire les statuts de Sud Chimie. Il s impose aux sections syndicales. Il a été adopté par le 5ème congrès

Plus en détail

Entreprendre autrement : l économie sociale et solidaire

Entreprendre autrement : l économie sociale et solidaire LES AVIS DU CONSEIL ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL Entreprendre autrement : l économie sociale et solidaire Patrick Lenancker Jean-Marc Roirant Janvier 2013 Les éditions des JOURNAUX OFFICIELS 2013-05

Plus en détail

Master Administration des Territoires et des Entreprises (ATE)

Master Administration des Territoires et des Entreprises (ATE) Département AES Master Professionnel et de Recherche "Sciences de l'homme et de la Société" Master Administration des Territoires et des Entreprises (ATE) Lieu de la formation : Université Rennes 2 Haute-Bretagne

Plus en détail

9,8 % de l emploi 2,1 millions de salariés 203 000 établissements employeurs

9,8 % de l emploi 2,1 millions de salariés 203 000 établissements employeurs DONNÉES AU 31/12/2006 SOURCE INSEE-CLAP 1 - DÉCEMBRE 2008 Panorama de l'économie sociale EN FRANCE ET DANS LES RÉGIONS Ce document est la première publication réalisée par l Observatoire national de l

Plus en détail

Lépine Providence DOSSIER DE PRESSE

Lépine Providence DOSSIER DE PRESSE Lépine Providence L E S E N S D E L A V I E DOSSIER DE PRESSE Réunir & innover au service des personnes âgées Depuis 2010, la Ville de Versailles est titulaire du label Bien vieillir. Véritable récompense

Plus en détail

BIPESS 2.0 format pdf - 2014

BIPESS 2.0 format pdf - 2014 1. Fiche d identité du référent BIPESS et du groupe évaluateur Le statut du référent BIPESS (1 personne) de votre structure : Veuillez choisir toutes les réponses qui conviennent : Salarié Dirigeant Administrateur

Plus en détail

FINANCES SOLIDAIRES ET PARTICIPATIVES EPARGNER ET INVESTIR AVEC DU SENS. Séminaire AMIS de LA VIE 07 Juillet 2015 M KALUSZYNSKI

FINANCES SOLIDAIRES ET PARTICIPATIVES EPARGNER ET INVESTIR AVEC DU SENS. Séminaire AMIS de LA VIE 07 Juillet 2015 M KALUSZYNSKI FINANCES SOLIDAIRES ET PARTICIPATIVES EPARGNER ET INVESTIR AVEC DU SENS Séminaire AMIS de LA VIE 07 Juillet 2015 M KALUSZYNSKI Sommaire PREAMBULE PARTIE 1 Finances solidaires PARTIE 2 Finances participatives

Plus en détail

Offre MMJ - Ouverture

Offre MMJ - Ouverture M U T U E L L E D U M I N I S T E R E D E L A J U S T I C E Bulletin d adhésion Offre MMJ - Ouverture MES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS Merci de renseigner les informations demandées EN LETTRES CAPITALES N

Plus en détail

La Région des Pays de la Loire se dote d un fonds souverain régional pour le financement des PME

La Région des Pays de la Loire se dote d un fonds souverain régional pour le financement des PME La Région des Pays de la Loire se dote d un fonds souverain régional pour le financement des PME DOSSIER DE PRESSE Communiqué de presse.................................. p.2 et 3 Bilan des P2RI en Pays

Plus en détail