PROGRAMME D INSPECTION RADIOGRAPHIQUE DE LA SDNB

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROGRAMME D INSPECTION RADIOGRAPHIQUE DE LA SDNB"

Transcription

1 PROGRAMME D INSPECTION RADIOGRAPHIQUE DE LA SDNB TABLE DES MATIÈRES 1. Renseignements généraux... p 2 2. Protocole de vérification des appareils de radiographie numériques... p 7 3. Foire aux questions (FAQ)... p 8 1. Liste de contrôle Programme d assurance de la qualité... p Registre de processeur radiographique... p 13

2 PROGRAMME D INSPECTION RADIOGRAPHIQUE DE LA SDNB TROUSSE D INFORMATION Le Programme d inspection radiographique de la SDNB vise à assurer que tous les cabinets dentaires vérifient leurs appareils de radiographie dentaire tous les trois à cinq ans sous la direction d un ingénieur biomédical immatriculé. Le Programme d inspection radiographique (PAQ) comprend les étapes suivantes : Liste de contrôle du PAQ (à utiliser avec le registre de processeur radiographique) Tous les cabinets dentaires doivent avoir un programme d assurance de la qualité (PAQ) en place. La liste de contrôle du PAQ renferme les étapes nécessaires pour assurer la sécurité en matière de radiographie. Gardez cette liste de contrôle avec les feuilles de registre de chaque unité radiographique. Désignez au moins un employé responsable de veiller à ce que le protocole du PAQ soit respecté. Registre de processeur radiographique (2 feuilles) (à utiliser avec la feuille de contrôle du PAQ) Remplissez les feuilles de registre comme il se doit pour chaque unité radiographique et conservez-les pendant un an. Gardez-les à portée de la main afin qu elles puissent être examinées sur demande par l inspecteur. Protocole de vérification de film et de système de radiographie numérique Code de sécurité 30 de Santé Canada Ce document résume le Code de sécurité 30 de Santé Canada comprenant les exigences applicables à la dentisterie. Foire aux questions sur le PAQ Ces documents sont disponibles dans la section du site Web de la SDNB réservée aux membres sous Documents. I. À PROPOS DU PROGRAMME 1. Qui fait les inspections? Innovative Biomedical Engineering (IBE) Ltd., dont le propriétaire exploitant est M. Dan Hanson, ingénieur biomédical immatriculé (ingénieur physique), mène les inspections pour la SDNB. M. Hanson forme également les techniciens en service dentaire accrédités qui entretiennent et réparent les appareils de radiographie dentaire au Nouveau- Brunswick afin qu ils soient conformes aux exigences. 2. Combien une inspection radiographique coûte-t-elle? Le Programme d inspection radiographique de la SDNB est offert en grande partie gratuitement aux membres, à titre d avantage. Cela représente des économies

3 considérables puisqu il en coûte environ 150 $ par unité, taxe en sus, plus les frais de déplacement des inspecteurs. 3. Comment les cabinets dentaires peuvent-ils se préparer en vue d une inspection? Veillez à ce que les employés suivent le protocole du Programme d assurance de la qualité en tout temps. Il pourrait être utile de créer un dossier d inspection radiographique contenant ce qui suit : Documents principaux Un ensemble de tous les documents du Programme d inspection de la SDNB Feuilles dûment remplies du registre de processeur radiographique Une par unité à conserver pendant un an Rapports d inspection À conserver pour examen par le personnel ou les fonctionnaires gouvernementaux Certificats de conformité À conserver comme preuve de conformité pour chaque unité radiographique Services de dosimétrie Ranger les copies imprimées des données sur la surveillance de l exposition ou la dosimétrie personnelle dans les dossiers 4. Quand mes unités radiographiques seront-elles inspectées? Les inspections ont lieu tous les trois à cinq ans. Pour l équipement neuf, prière de se reporter à la section II, point Comment les inspections se déroulent-elles? Pour que le programme soit efficace et profitable à tous les membres, Innovative Biomedical Engineering (IBE) se déplace partout dans la province et inspecte tous les cabinets dentaires dans une région donnée. Environ deux semaines avant l inspection, la SDNB avise les cabinets dentaires du début des inspections dans leur région. Aucun rendez-vous n est fixé, mais si l inspecteur arrive à un mauvais moment, un rendez-vous peut être fixé sur-lechamp. L inspecteur accomplit son travail entre les rendez-vous des patients, car les salles de traitement doivent être vacantes pour faire le test. Une fois l installation terminée, le test prend de trois à cinq minutes par unité radiographique, puis l inspecteur indique si l équipement est conforme aux exigences ou non. Il faut parfois plus de temps pour répondre aux questions et donner des recommandations pour assurer la conformité des appareils. Cela se produit en général à l achèvement des inspections des équipements et survient typiquement quand les propriétaires ou des membres délégués du personnel participent aux essais. Le but premier des essais consiste à obtenir l information requise d une manière qui ne causera pas d inconvénient à tout patient et réduira absolument au minimum les interruptions du travail au fauteuil du dentiste. 6. Que se passe-t-il une fois l inspection terminée? L inspecteur remet les données brutes sur chaque unité radiographique dans une base de données. Le dentiste reçoit un rapport d inspection pour chaque unité précisant si les exigences sont respectées ou non. Voir le document qui s intitule «Comment comprendre le rapport» que vous trouverez dans la partie réservée aux membres sur le site Web de la SDNB. Les rapports informent le dentiste de ce qu il faut faire ensuite. Le dentiste et le personnel désigné doivent suivre attentivement les instructions simples indiquées dans le rapport pour que l équipement soit conforme aux exigences.

4 Nota : Les rapports d inspection devraient toujours être conservés ensemble. 7. Que se passe-t-il si les rapports d inspection montrent que les unités radiographiques sont conformes aux exigences? Il suffit de suivre les instructions fournies dans la lettre d accompagnement. Un certificat de conformité est remis par IBE une fois que l appareil de radiographie, le système d imagerie et l espace réservé à l opérateur sont conformes. Gardez les rapports d inspection et les certificats. Ils peuvent être laminés et rattachés à l unité radiographique, encadrés et accrochés au mur de la salle de traitement, ou encore insérés dans le dossier. Assurez-vous qu ils sont accessibles et faciles à remplacer lors des futures inspections. 8. Que se passe-t-il si certaines unités ne sont pas conformes aux exigences? Les rapports d inspection indiquent clairement les conclusions de l inspecteur. La lettre d accompagnement explique les mesures à prendre selon le niveau de non-conformité. Le dentiste ou l employé désigné doit prendre contact avec un technicien en service dentaire accrédité pour fournir le service requis pour rendre l appareil conforme aux exigences dans les délais prescrits. Il faut informer IBE lorsque les étapes nécessaires sont franchies pour obtenir la conformité. S il faut faire appel à un technicien en service dentaire accrédité, ce dernier doit signer les rapports d inspection. Dans de nombreux cas, le cabinet lui-même peut prendre les mesures nécessaires pour respecter les exigences. 9. Que se passe-t-il si les exigences de ce programme ne sont pas respectées? Si les instructions données à la suite d une inspection ne sont pas suivies ou si IBE n est pas avisée dans les délais prescrits du fait que les étapes nécessaires sont franchies pour obtenir la conformité, IBE prend les mesures suivantes : envoyer un avis par écrit donnant une dernière chance au cabinet de se conformer; aviser la SDNB de prendre des mesures réglementaires si les exigences ne sont toujours pas respectées. 10. Quelles sont les exigences pour les employées et les patientes enceintes? Prière de se reporter au Code de sécurité 30 de Santé Canada, Radioprotection dans l exercice de la dentisterie, page 42, n o 3. Lisez aussi l article de Santé Canada intitulé Votre santé et vous, qui porte sur les radiographies et la grossesse, à l adresse suivante : II. REMPLACEMENT OU VENTE D ÉQUIPEMENT ANCIEN 1. L équipement neuf doit-il être inspecté? L équipement neuf doit être installé et vérifié par un technicien en service dentaire accrédité. Celui-ci évalue l équipement, mais il n inspecte pas complètement les autres variables comme la configuration de la salle, car cela fait partie du rôle de l inspecteur. Seul l inspecteur peut évaluer la conformité totale. L inspection n est pas nécessairement requise si un nouvel appareil est placé dans une salle qui a été vérifiée et se trouve encore à l intérieur du délai de réévaluation. Si le nouvel équipement remplace une pièce qui a échoué l inspection, cela est considéré comme une mesure donnant suite aux conclusions de l inspecteur. Il faut aviser IBE d un tel changement de la manière indiquée dans le rapport d inspection (inclure les données indiquant le bon rendement de l équipement nouvellement installé).

5 En cas de doute quant à l efficacité de l équipement nouvellement installé, le propriétaire peut communiquer avec IBE. 2. Si l équipement est acheté à l extérieur du Canada, qui est accrédité pour l installer? Important : Tous les appareils et accessoires de radiographie dentaire vendus, importés ou distribués au Canada doivent respecter les exigences de la Loi sur les dispositifs émettant des radiations ( Il vous incombe de voir à ce que tout l équipement que vous achetez soit approuvé pour être utilisé au Canada. Il est possible d obtenir un permis pour utilisation particulière auprès de Santé Canada pour l équipement non approuvé acheté à des fins de recherche et de développement. Les dentistes qui envisagent cette possibilité devraient communiquer avec Santé Canada et consulter les autres sites Web énumérés ci-dessous. Attention : L équipement de certaines entreprises est approuvé pour l importation, mais les techniciens hors de la province qui assurent l installation et le soutien ne sont pas accrédités au Nouveau-Brunswick. L équipement n est donc pas conforme tant qu il n a pas été inspecté. 3. Qu arrive-t-il si on achète de l équipement d un autre pays sans permis d importation et qu un technicien accrédité l installe? Les techniciens en service dentaire accrédité et les inspecteurs d installations radiologiques sont tenus d assurer la sécurité des patients et du personnel, et doivent signaler tout équipement illégal à Travail sécuritaire NB. Si un appareil importé illégalement est installé par un technicien en service dentaire accrédité, vous courez un risque en matière de responsabilité civile, car l appareil sera signalé lors d inspections futures. 4. Quelle est ma responsabilité si je vends mon équipement à un autre dentiste? Tout comme le distributeur, le vendeur assume la responsabilité de l équipement. Cela est prévu dans un certain nombre de lois et de règlements. S il s agit de la vente d un cabinet dentaire, le vendeur doit vendre de l équipement et des installations qui répondent aux exigences du code. L acheteur devrait être au courant et demander une étude des lieux dans le cadre de la convention d achat. Si seul l équipement est vendu, ce dernier doit être certifié conforme aux exigences du code. L acheteur devrait insister là-dessus. L équipement devrait être traité comme s il était neuf et installé par un technicien en service dentaire accrédité. III. ACHAT, VENTE OU AMÉLIORATION DE CABINETS DENTAIRES EXISTANTS OU CONSTRUCTION DE NOUVEAUX CABINETS 1. Que faut-il savoir quand on veut acheter ou vendre un cabinet dentaire existant? Examinez les dossiers relatifs au programme du cabinet et le certificat de conformité de chaque appareil de radiographie. Dès qu un dentiste se porte acquéreur d un cabinet, il devient responsable de celui-ci. Songez à inclure une clause à ce sujet dans la convention d achat. Ce point est abordé à la question n o 4 de la section précédente.

6 2. Quelles sont les normes de blindage pour les cabinets dentaires nouvellement construits? Assurez-vous que le constructeur est au courant des directives sur le blindage de Santé Canada. Pour plus d information sur le blindage, communiquez avec IBE Ltd. Innovative Biomedical Engineering Ltd. Tél. : , ou Courriel : 3. Que faut-il faire quand on veut mettre à niveau un appareil existant à un appareil de tomographie par ordinateur à faisceau conique? Il faut élaborer et appliquer un plan de blindage adéquat avant d installer l appareil et de le faire fonctionner. IBE Ltd. a l habitude de dresser des plans de blindage. IV. AUTRES RESSOURCES Innovative Biomedical Engineering Ltd , ou Courriel : Travail sécuritaire Nouveau-Brunswick ,

7 PROGRAMME D INSPECTION RADIOGRAPHIQUE DE LA SDNB PROTOCOLE DE VÉRIFICATION DES APPAREILS DE RADIOGRAPHIE NUMÉRIQUES Les cabinets dentaires qui se procurent des appareils de radiographie numériques doivent aussi se conformer au Programme d inspection radiographique de la SDNB. Tous les nouveaux appareils de radiographie doivent obligatoirement être inspectés dès que possible après l installation (règlement administratif 26). M. Dan Hanson, ingénieur d Innovative Biomedical Engineering Ltd., est l inspecteur qui évalue les installations et l équipement dentaires pour les membres de la SDNB. Programme d assurance de la qualité (PAQ) Pour vous aider à respecter le Programme d assurance de la qualité, nous avons inclus ci-dessous le protocole à suivre pour vérifier les appareils de radiographie numériques. Ce protocole sera probablement modifié lorsqu une méthode normalisée aura été élaborée pour évaluer l imagerie radiographique en dentisterie. Si vous n avez pas de coin échelonné en aluminium, vous devriez vous en procurer un auprès de votre fournisseur dentaire. Placez le coin échelonné sur le capteur d image et mettez l indicateur de position (fixé à l unité radiographique) sur le coin échelonné de sorte qu ils se touchent. Utilisant votre réglage normal de radiographie interproximale, faites une exposition. (Il faut parfois mouler l arrière du capteur numérique pour le stabiliser pendant le test.) Pour que les épreuves restent uniformes, assurez-vous que le capteur et le coin échelonné sont dans la même position relative à chaque exposition. On assure ainsi une dose uniforme d une épreuve à l autre. Le coin échelonné et le localisateur doivent se toucher pour maintenir la distance constante entre le plan image et le foyer du tube à rayons X d une exposition à l autre. Si cela n est pas possible, réglez dans le système une distance fixe qui reste la même à chaque épreuve. Notez cette distance quelque part pour qu elle soit à la portée de toutes les personnes qui font des épreuves. Créez un fichier électronique pour classer les images obtenues à partir des épreuves. Effectuez des épreuves chaque semaine, ou selon les directives de l inspecteur, et conservez les résultats pour pouvoir les montrer à l inspecteur. Vous évaluez ainsi le rendement de l appareil de radiographie et de la chaine d imagerie. Au bout d un certain temps, vous pourrez extraire une série d images; en les affichant côte à côte à l écran de l ordinateur, chacune d elles devrait montrer le même nombre d étapes et une luminosité constante. Sinon, c est qu il y a un problème que vous pourrez déceler longtemps avant qu il devienne grave et qu il entraîne des données radiographiques incorrectes. Toutes les questions techniques relatives à ce protocole peuvent être adressées à Dan Hanson au numéro sans frais , au numéro de cellulaire , ou à ou

8 PROGRAMME D INSPECTION RADIOGRAPHIQUE DE LA SDNB FOIRE AUX QUESTIONS (FAQ) SUR LE PROGRAMME D ASSURANCE DE LA QUALITÉ (PAQ) 1. Comment peut-on se préparer en vue d une inspection? L inspection comprend certaines étapes sur le rendement réel des appareils de radiographie, le traitement des images, la radioprotection et le Programme d assurance de la qualité (PAQ). Le meilleur moyen de se préparer en vue d une inspection consiste à faire ce qui suit : afficher les fiches techniques de chaque appareil, voir à ce que les tabliers protecteurs soient en bon état et mettre un PAQ en place. Le reste de l inspection est d ordre technique et il n y a pas grand-chose à faire pour s y préparer. 2. En quoi consiste le Programme d assurance de la qualité (PAQ) en imagerie dentaire? Il s agit d un moyen indépendant de déterminer la qualité des clichés dentaires en surveillant et en consignant la température du révélateur, les changements chimiques, les reprises et l entretien du système de développement. Il faut aussi prendre, cataloguer et examiner régulièrement des clichés obtenus à l aide d un coin échelonné. Les inspections indépendantes périodiques des appareils de radiographie constituent un volet important du PAQ. 3. Quand faut-il utiliser un miroir pour voir le patient durant une radiographie? Il faut être en mesure de voir le patient durant une radiographie et se protéger adéquatement. La règle est la suivante : s il n y a pas de barrière convenable, il faut se tenir à trois mètres du patient durant la radiographie. S il est impossible de voir le patient à cause de la barrière, on peut utiliser un miroir à cette fin pendant la radiographie. Dans certains cas, surtout pour la technologie CBCT, il est nécessaire d organiser l obtention d une image de webcaméra ou de télévision en circuit fermé du patient durant les tomographies. 4. En quoi consistent les fiches techniques? Il s agit de cartes placées sur le mur ou imprimées sur l appareil de radiographie, indiquant les facteurs d exposition pour chaque examen particulier. Les fiches techniques doivent absolument être affichées. Comme chaque appareil de radiographie fonctionne différemment, les facteurs d exposition applicables doivent être à portée de la main pour les employés qui n utilisent pas toujours le même appareil. Il arrive aussi souvent que les cabinets dentaires fassent appel à du personnel à temps partiel. De plus, les personnes qui font le ménage modifient parfois les réglages par mégarde. Tout cela peut occasionner de la confusion et une sélection incorrecte des facteurs d exposition. Le programme d inspection vérifie l exactitude de ces fiches. Dans de nombreux cas, la façon de procéder est expliquée sur les machines à rayons X modernes. L explication est donnée de différentes façons et d habitude, suffisante. 5. Pourquoi mesurer la température du révélateur dans les processeurs? La température du révélateur représente un facteur déterminant important pour la qualité de l image radiographique. Elle doit être maintenue au niveau recommandé par le fabricant. Le meilleur moyen d y parvenir consiste à utiliser un thermomètre. Le film est conçu pour être traité selon un délai et une température prescrits. L étiquette sur la boîte du film indique souvent le délai idéal pour le développement à l intérieur d une plage de températures donnée.

9 Les processeurs automatiques de film sont conçus pour développer le film au cours de périodes fixes qui, souvent, ne changent pas. La température doit être contrôlée pour tenir compte des périodes fixes durant lesquelles le film se trouve dans le processeur. Le problème réside dans le fait que le dispositif de réglage de température dans le processeur ne fonctionne pas toujours bien. Certains processeurs affichent la température du révélateur, alors que d autres sont dotés de voyants ou d autres types d indicateur pour montrer que la température se trouve dans la plage appropriée; certains modèles n ont absolument aucun indicateur. La température incorrecte du révélateur constitue un des problèmes rencontrés le plus couramment dans les processeurs automatiques de film. Pour le développement en cuve, la température du bain d eau entourant le révélateur et les cuves de fixateur est souvent contrôlée par une vanne thermostatique. Il arrive que cette vanne devienne défectueuse avec le temps et qu elle change la température du bain. Il est donc essentiel de mesurer la température du révélateur à l aide d un thermomètre convenable. 6. Que faut-il surveiller quand on mesure la température du révélateur? La clé est l uniformité. Chaque système de développement a sa propre température optimale de développement. 7. Faut-il surveiller la température du révélateur dans un processeur automatique? Oui, sauf s il s agit d un processeur entièrement automatique avec affichage numérique. Dans ce cas, il suffit de consigner la température sur la feuille de relevé. Si le processeur est doté d un voyant indiquant que l appareil est prêt, il faut tout de même vérifier la température avec un thermomètre et inscrire le résultat sur la feuille de relevé. 8. Faut-il surveiller la température du révélateur dans un système numérique? Non. 9. Faut-il maintenir le PAQ et continuer à tout consigner avec un appareil numérique? Oui, car l image peut être manipulée. Toutefois, la qualité globale de l image a tendance à diminuer avec le temps; le relevé des clichés et des réglages utilisés en constitue la preuve pour les techniciens en entretien et réparation. En outre, si l image brute est de qualité assez faible pour que les réglages ne puissent donner que quelque chose qui ressemble à une image acceptable, il en résultera une incidence accrue de renseignements diagnostiques faiblement étayés. Les coins échelonnés sont utiles pour donner très rapidement une rétroaction sur le rendement global du système numérique d imagerie. On inscrit seulement l information relative aux images numériques sur la feuille de relevé. L image d essai standard du programme d essai TG18-QC sera introduite dans votre système pour une évaluation indépendante de son fonctionnement. On est en train de mettre au point le logiciel qui devrait être prêt au plus tard au printemps Qu entend-on par thermomètre convenable et où peut-on s en procurer un? N importe quel thermomètre numérique ou analogique de bonne qualité peut servir à mesurer la température du révélateur, mais évitez d utiliser un thermomètre à mercure. Les animaleries vendent des thermomètres simples pouvant afficher des couleurs ou des chiffres pour indiquer la température. Ils peuvent être immergés dans la solution révélatrice ou fixés à la paroi de la cuve. Pour obtenir une qualité optimale de l image, il est très important que la température du révélateur soit correcte. Les boutiques électroniques vendent des thermomètres intérieurs-extérieurs simples équipés d une sonde à distance pour mesurer la température extérieure. La sonde est souvent très petite et recouverte de PVC, de Téflon ou d un autre matériau résistant aux produits chimiques utilisés pour le développement. Cette sonde peut être immergée dans la

10 cuve de révélateur et l afficheur de température peut être fixé au mur près du processeur. Servez-vous de votre imagination pour trouver un moyen simple, facile, efficace et fiable de surveiller et d enregistrer la température du révélateur. Vous pouvez obtenir d un magasin de matériel électronique un thermomètre optique qui est un outil utile. IBE utilise le modèle Fluke 62 Mini IR qui fonctionne bien. Il permet de mesurer la luminance de la température à la surface du développateur sans y toucher. La lecture des résultats est presque instantanée. 11. Qu entend-on par épreuves radiographiques? Il s agit de clichés radiographiques qui devraient être pris régulièrement à l aide d un coin échelonné en aluminium et des facteurs d exposition de radiographie interproximale. 12. Quelle quantité de rayonnement est émise par les appareils de radiographie dentaire? Une exposition interproximale émet une dose radioactive efficace de 0,01 à 0,03 millisievert (msv). En général,le rayonnement naturel normal de la Terre produit une dose efficace de 2 à 4 msv par année au Canada. Par conséquent, une radiographie interproximale équivaut à environ une journée d exposition normale au rayonnement de la surface de la Terre. 13. Qu entend-on par facteurs d exposition? Il s agit des valeurs affichées d un appareil de radiographie qui déterminent la qualité de l image radiographique, souvent représentées par les symboles kv et ma et la durée d exposition kv (énergie de pénétration du faisceau de rayons X), ma (courant du tube déterminant la quantité de rayons X dans le faisceau) et la durée d exposition (déterminant la période pendant laquelle le patient est exposé). Les appareils de radiographie plus vieux permettent souvent de sélectionner les trois valeurs parmi une vaste gamme. Les modèles plus nouveaux sont plus restrictifs et permettent parfois seulement un ou deux réglages kv ou ma, mais ils comportent presque tous une gamme complète de réglages de la durée d exposition. De nos jours, beaucoup d appareils permettent à l utilisateur de sélectionner seulement les valeurs de la durée d exposition; les valeurs kv et ma étant fixes, elles ne peuvent pas être modifiées. Certains appareils de radiographie n affichent même pas les valeurs de durée d exposition; ils offrent l option de sélectionner une image montrant une dent ou une série de dents à radiographier. Dans ce cas, les facteurs d exposition optimums sont supposément sélectionnés par l appareil quand l utilisateur appuie sur le bouton approprié. Dans d autres cas, ces boutons présélectionnés permettent aussi à l utilisateur de voir les valeurs d exposition importantes à titre d information. On voit souvent divers appareils de radiographie de tous les types dans un cabinet dentaire. 14. Pourquoi faut-il utiliser un coin échelonné? Les coins échelonnés en aluminium produisent habituellement des images de qualité constante. Cela permet d évaluer le rendement de l appareil de radiographie et du système de développement au fil du temps. 15. Qui doit utiliser un coin échelonné? Tous les cabinets dentaires qui se servent d appareils de type rétroalvéolaire doivent utiliser un coin échelonné. Les cabinets qui utilisent uniquement des appareils de type pan-ceph ou 3D n ont pas besoin de coin échelonné à l heure actuelle.

11 16. À quoi devrait ressembler une radiographie obtenue à l aide d un coin échelonné? Une gamme complète de gris devrait être visible une extrémité de la radiographie devrait être gris pâle et l autre, presque noire; de 8 à 10 lignes de gris devraient être visibles clairement. Pour les images numériques, les lignes de gris devraient être de densité constante. Sinon, de deux choses l une : soit que la dose soit trop faible, soit que la chaîne d imagerie ait besoin d être vérifiée. 17. Où peut-on se procurer un coin échelonné? Les coins échelonnés sont vendus par toutes les grandes entreprises de fournitures dentaires. 18. Les tabliers protecteurs sont-ils obligatoires dans un cabinet dentaire? Oui (voir Code de sécurité 30). Le patient doit porter un tablier protecteur pour protéger les glandes sexuelles, et un protège-thyroïde, en particulier durant un examen occlusal du maxillaire. L utilisation d un protège-thyroïde s avère particulièrement importante pour les enfants. Le tablier protecteur et le protège-thyroïde devraient avoir une épaisseur équivalente de plomb d au moins 0,25 mm. Pour la radiographie panoramique ou par faisceau conique, le tablier protecteur ordinaire ne convient pas parce que la radiation provient aussi de l arrière du patient. Il faut alors un tablier de protection avant et arrière. NOTA : Souvent le tablier protecteur nuit au fonctionnement de l appareil à vision panoramique ou 3D. Il deviendra peut-être nécessaire de ne pas l utiliser parce que la dose efficace pour le patient augmente quand il faut une exposition multiple à cause du contact entre le tablier et l appareil, ce qui entraînera soit des artéfacts dans l image ou une panne de l appareil. 19. Comment les tabliers protecteurs devraient-ils être rangés? Ils devraient être suspendus à un crochet ou à un porte-serviette. Évitez de les plier, car cela risque d endommager la doublure en plomb. 20. Comment peut-on se procurer des dosimètres? La société Innovative Biomedical Engineering Ltd. présente une liste de fournisseurs de dosimètres sur son site Web. (

12 PROGRAMME D INSPECTION RADIOGRAPHIQUE DE LA SDNB Liste de contrôle Programme d assurance de la qualité (PAQ) Pour se conformer au Programme d inspection radiographique de la SDNB, tous les cabinets dentaires doivent avoir un programme d assurance de la qualité en place, dont les exigences figurent ci-dessous. Les étapes indiquées visent à assurer que l équipement de radiographie ordinaire et numérique peut produire des images en toute fiabilité en réduisant au minimum la radioexposition des patients et du personnel. Elles doivent être effectuées périodiquement et consignées dans le registre de processeur radiographique. Le propriétaire du cabinet, ou l employeur, est en fin de compte responsable de la sécurité radiologique, ces tâches peuvent être déléguées à des employés qualifiés. Étape Marche à suivre Fréquence Mesure à prendre 1. Vérifier la température de la solution révélatrice Chaque jour Suivre les recommandations pour le produit 2. Inscrire le nombre de reprises Chaque jour Corriger les problèmes Film témoin et numérique rétroalvéolaire (coin échelonné) Entreposage des épreuves radiographiques (inscription au registre non nécessaire) Chaque semaine ou selon les consignes de l inspecteur (voir FAQ) Chaque semaine Étape n o 1 pour le coin échelonné** (voir FAQ) Ranger les radiographies dans une pochette à diapo ou dans un fichier numérique et indiquer la date de chacune 5. Changer le révélateur ou le fixateur Au besoin Suivre les recommandations pour le produit 6. Vérifier l étanchéité à la lumière et l intégrité de l éclairage de sécurité de la chambre noire Tous les 3 mois Film visiblement embrouillé 7. Nettoyer le processeur Au besoin Au besoin 8. Vérifier cassettes et écrans (pan-ceph) Chaque année Nettoyer et remplacer 9. Vérifier les tabliers protecteurs Chaque année Surveiller les marques d usure dans le matériau 10. Vérifier tous les capteurs numériques Au besoin, selon les instructions du programme (voir FAQ) ** Coins échelonnés vendus par les entreprises de fournitures dentaires Remplacer si les images sont insatisfaisantes Utilisation étape par étape du coin échelonné pour la vérification hebdomadaire des appareils de type rétroalvéolaire 1. Placer un film non développé ou un capteur sur le comptoir. 2. Placer le coin échelonné sur le film non développé ou le capteur. (En cas de doute quant à l orientation du coin, voir la Foire aux questions, ou FAQ.) 3. Placer la tête radiographique par-dessus les deux et exposer comme pour une radiographie interproximale (RI). Utiliser les mêmes réglages que pour une RI ordinaire. Si le réglage RI ne figure pas sur l appareil, utiliser le réglage le plus courant. 4. Développer ou traiter comme d habitude. 5. Classer les films de manière à faciliter la visualisation. Vérifier l uniformité de l image. 6. Même chose pour les films numériques, mais classer les clichés dans un fichier électronique. Vérifier l uniformité de l image. Pour plus d information : Protocole de la SDNB pour vérifier les appareils de radiographie numériques et Foire aux questions (FAQ) sur le Programme d assurance de la qualité

13 PROGRAMME D INSPECTION RADIOGRAPHIQUE Registre de processeur radiographique MOIS : Initialer chaque tâche accomplie dans la colonne appropriée Date Température de la solution révélatrice (Celsius)** Chaque jour Nombre de reprises Chaque jour E/ O E/ P P/ B Film témoin rétroalvéolaire (coin échelonné) Chaque semaine Changer révélateur et fixateur Au besoin Vérifier lumière de chambre noire Tous les 3 mois Nettoyer processeur Au besoin Vérifier cassettes et écrans Chaque année Vérifier tabliers protecteurs Chaque année RECOMMANDATIONS : 1. Nettoyer le processeur chaque fois que la solution révélatrice ou fixatrice est changée. **2. Vérifier la température suggérée pour la solution sur l étiquette des bouteilles de produit chimique. 3. Utiliser un thermomètre numérique de bonne qualité (généralement en vente localement) pour prendre la température du révélateur. 4. Indiquer le nombre de reprises faites chaque jour et le total chaque mois. E/O = erreur de l opérateur; E/P = erreur de position; P/B = patient a bougé. Film témoin panorex Sans objet actuellement

14 Registre de processeur radiographique PROGRAMME D INSPECTION RADIOGRAPHIQUE Initialer chaque tâche accomplie dans la colonne appropriée MOIS : Date 18. Température de la solution révélatrice (Celsius)** Chaque jour Nombre de reprises Chaque jour E/ O E/ P P/ B Film témoin rétroalvéolaire (coin échelonné) Chaque semaine Changer révélateur et fixateur Au besoin Vérifier lumière de chambre noire Tous les 3 mois Nettoyer processeur Au besoin Vérifier cassettes et écrans Chaque année Vérifier tabliers protecteurs Chaque année Film témoin panorex Sans objet actuellement Total mensuel : RECOMMANDATIONS : 1. Nettoyer le processeur chaque fois que la solution révélatrice ou fixatrice est changée. **2. Vérifier la température suggérée pour la solution sur l étiquette des bouteilles de produit chimique. 3. Utiliser un thermomètre numérique de bonne qualité (généralement en vente localement) pour prendre la température du révélateur. 4. Indiquer le nombre de reprises faites chaque jour et le total chaque mois. E/O = erreur de l opérateur; E/P = erreur de position; P/B = patient a bougé. Le présent document, disponible à peut être photocopié ou obtenu auprès de la SDNB.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LILLE Lille, le 5 juillet 2013 CODEP-LIL-2013-037759 AD/EL Monsieur le Dr W SCM des Docteurs V W X Y 23, Boulevard Victor Hugo 62100 CALAIS Objet : Inspection de la radioprotection

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2014-044604 Espace dentaire FOCH 2 bis avenue Foch 94160 ST MANDE

N/Réf. : CODEP-PRS-2014-044604 Espace dentaire FOCH 2 bis avenue Foch 94160 ST MANDE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 30 septembre 2014 N/Réf. : CODEP-PRS-2014-044604 Espace dentaire FOCH 2 bis avenue Foch 94160 ST MANDE Objet : Inspection sur le thème de la radioprotection

Plus en détail

Scanner de film numérique

Scanner de film numérique HD-CR 35 NDT Le nouveau standard de la radiographie numérique avec la technologie TroisFocales Scanner de film numérique Données techniques HD-CR 35 NDT Taille ajustable des spots laser : 12,5-25 - 50

Plus en détail

ORTHOPHOS XG 3 DS. Systèmes de radiographie. ORTHOPHOS XG 3 l accès facile à la panoramique numérique.

ORTHOPHOS XG 3 DS. Systèmes de radiographie. ORTHOPHOS XG 3 l accès facile à la panoramique numérique. ORTHOPHOS XG 3 DS Systèmes de radiographie l accès facile à la panoramique numérique. Conception clichés panoramiques avec technologie XG. technique et design en harmonie. fiable économique 1 Profitez

Plus en détail

Veraviewepocs 3De Le Panoramique dentaire qui répond à tous vos besoins en imagerie tridimensionnelle (3D)

Veraviewepocs 3De Le Panoramique dentaire qui répond à tous vos besoins en imagerie tridimensionnelle (3D) Veraviewepocs 3De Le Panoramique dentaire qui répond à tous vos besoins en imagerie tridimensionnelle (3D) Thinking ahead. Focused on life. Veraviewepocs 3De Le générateur à Rayons X pour tous vos besoins

Plus en détail

Entente administrative sur la certification de produits conclue entre. la Direction générale de Transports Canada, Aviation civile (TCAC)

Entente administrative sur la certification de produits conclue entre. la Direction générale de Transports Canada, Aviation civile (TCAC) Entente administrative sur la certification de produits conclue entre la Direction générale de Transports Canada, Aviation civile (TCAC) et l Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) (ci-après

Plus en détail

RVG 6100/5100. Un standard. Deux solutions.

RVG 6100/5100. Un standard. Deux solutions. RVG 6100/5100 Un standard. Deux solutions. Doublement innovants À la recherche de l excellence Les systèmes de radiologie numérique RVG 5100 et 6100 vous apportent une technologie d'imagerie de pointe.

Plus en détail

Guide d administration RÉGIME VOLONTAIRE D ÉPARGNE-RETRAITE (RVER) RÉGIME DE PENSION AGRÉÉ COLLECTIF (RPAC)

Guide d administration RÉGIME VOLONTAIRE D ÉPARGNE-RETRAITE (RVER) RÉGIME DE PENSION AGRÉÉ COLLECTIF (RPAC) Guide d administration RÉGIME VOLONTAIRE D ÉPARGNE-RETRAITE (RVER) RÉGIME DE PENSION AGRÉÉ COLLECTIF (RPAC) Gestion de votre RVER/RPAC Vous avez eu raison de mettre en place un régime d épargne au travail

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-009248 Hôpital d'instruction des Armées du Val de Grâce 74 boulevard de Port Royal 75005 PARIS

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-009248 Hôpital d'instruction des Armées du Val de Grâce 74 boulevard de Port Royal 75005 PARIS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 6 mars 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-009248 Hôpital d'instruction des Armées du Val de Grâce 74 boulevard de Port Royal 75005 PARIS Objet : Réf : Inspection

Plus en détail

GUIDE DE CONCEPTION DE CABINET DENTAIRE

GUIDE DE CONCEPTION DE CABINET DENTAIRE GUIDE DE CONCEPTION DE CABINET DENTAIRE C O N C E P T I O N S G U I D E D E C O N C E P T I O N D E C A B I N E T D E N T A I R E Vous songez à un nouveau cabinet, à l expansion ou à une transformation?

Plus en détail

SECTION II RELATIVE AU PRÉLEVEUR

SECTION II RELATIVE AU PRÉLEVEUR SECTION II RELATIVE AU PRÉLEVEUR II-0 INDEX SECTION II Pages Section relative au préleveur Heures d ouvertures des laboratoires pour clients externes Requête régionale II-2 II-2 II-3 Informations requises

Plus en détail

I. Définitions et exigences

I. Définitions et exigences I. Définitions et exigences Classes d indicateurs chimiques [1] Stérilisation : synthèse des normes ayant trait Exigences générales : Chaque indicateur doit porter un marquage clair mentionnant le type

Plus en détail

L éduca onfinancière. Manuelduparticipant Lacotedecrédit. Unedivisionde

L éduca onfinancière. Manuelduparticipant Lacotedecrédit. Unedivisionde L éduca onfinancière Manuelduparticipant Lacotedecrédit Unedivisionde 1 DOCUMENT 7-1 Les bureaux de crédit Les bureaux de crédit sont des agences qui recueillent des renseignements sur la façon dont nous

Plus en détail

L interchange. Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa.

L interchange. Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa. L interchange Ce que c est. Comment ça fonctionne. Et pourquoi c est fondamental pour le système des paiements Visa. Il n y a pas si longtemps, les consommateurs n avaient d autre choix que d utiliser

Plus en détail

MoniCom 15 et 19 Guide de l utilisateur Documentation Version: 27-09-2012

MoniCom 15 et 19 Guide de l utilisateur Documentation Version: 27-09-2012 15 et 19 Guide de l utilisateur Documentation Version: 27-09-2012 Notre site internet: www.symcod.com Courriel : support@symcod.com Garantie Symcod garanti ce produit pour une période d une année suivant

Plus en détail

DIRECTION DES SERVICES PROFESSIONNELS GESTION DES STUPÉFIANTS ET DES DROGUES CONTRÔLÉES EN PHARMACIE COMMUNAUTAIRE

DIRECTION DES SERVICES PROFESSIONNELS GESTION DES STUPÉFIANTS ET DES DROGUES CONTRÔLÉES EN PHARMACIE COMMUNAUTAIRE NUMÉRO 152 : JUIN 2005 DIRECTION DES SERVICES PROFESSIONNELS GESTION DES STUPÉFIANTS ET DES DROGUES CONTRÔLÉES EN PHARMACIE COMMUNAUTAIRE Depuis quelques années, le Bureau des substances contrôlés (BSC)

Plus en détail

CARACTÉRISTIQUES COMMUNES À TOUS LES MODÈLES

CARACTÉRISTIQUES COMMUNES À TOUS LES MODÈLES CARACTÉRISTIQUES COMMUNES À TOUS LES MODÈLES Le cœur du produit de pointe que nous avons étudié et réalisé pour le secteur médical est représenté par le nouveau thermostat électronique HACCP, de série

Plus en détail

GUIDE DE L UTILISATEUR DE CONNEXION HOOPP

GUIDE DE L UTILISATEUR DE CONNEXION HOOPP GUIDE DE L UTILISATEUR DE CONNEXION HOOPP MAI 2013 Introduction... 3 À propos de Connexion HOOPP... 3 Navigateurs pris en charge... 3 Onglets Connexion HOOPP -- Aperçu... 3 Accueil... 4 Retraite... 4 Rente...

Plus en détail

RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX QU EST-CE QUI CHANGE?

RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX QU EST-CE QUI CHANGE? RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX QU EST-CE QUI CHANGE? Afin de mieux vous servir, la Great-West versera aux fournisseurs de service des paiements en bloc planifiés au lieu d émettre un paiement pour chaque demande

Plus en détail

Activité des programmes de médicaments

Activité des programmes de médicaments Chapitre 4 Section 4.05 Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Activité des programmes de médicaments Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.05 du Rapport annuel

Plus en détail

MANUEL DES POLITIQUES, PROCÉDURES ET RÈGLEMENTS ADMINISTRATIFS

MANUEL DES POLITIQUES, PROCÉDURES ET RÈGLEMENTS ADMINISTRATIFS MANUEL DES POLITIQUES, PROCÉDURES ET RÈGLEMENTS ADMINISTRATIFS POLITIQUE EN MATIÈRE DE SURVEILLANCE VIDÉO Code : Politique 2.13 Date d entrée en vigueur : Le 30 avril 2007 Nombre de pages : 11 et annexe

Plus en détail

Ligne Dentaire. Système Dentaire Panoramique et 3D

Ligne Dentaire. Système Dentaire Panoramique et 3D Ligne Dentaire Système Dentaire Panoramique et 3D La Société Villa Sistemi Medicali est fière de présenter son nouveau panoramique Rotograph Evo 3D, un système d'imagerie dentaire avec fonctionnalité 3-en-1:

Plus en détail

AUGMENTER L EFFICACITÉ OPÉRATIONNELLE ET FIDELISER LA CLIENTÈLE

AUGMENTER L EFFICACITÉ OPÉRATIONNELLE ET FIDELISER LA CLIENTÈLE AUGMENTER L EFFICACITÉ OPÉRATIONNELLE ET FIDELISER LA CLIENTÈLE Ne laissez pas vos tickets reçus vous coûter du temps et de l argent Un livre blanc NCR Vos applications d impression thermique direct ne

Plus en détail

Internet haute vitesse - Guide de l utilisateur. Bienvenue. haute vitesse

Internet haute vitesse - Guide de l utilisateur. Bienvenue. haute vitesse Internet haute vitesse - Guide de l utilisateur Bienvenue en haute vitesse 1 Suivez le guide Cogeco :) Merci d avoir choisi le service Internet haute vitesse de Cogeco. En matière d expérience en ligne,

Plus en détail

Société par actions Instructions et renseignements additionnels

Société par actions Instructions et renseignements additionnels Registre d'entreprise 1301, avenue Premier Regina, Saskatchewan S4R 8H2 Société par actions Instructions et renseignements additionnels téléphone: 306.787.2962 Télécopieur: 306.787.8999 Courriel: corporateregistry@isc.ca

Plus en détail

La réparation de votre véhicule

La réparation de votre véhicule La réparation de votre véhicule Procédure d'estimation Dépréciation Pièces recyclées Tout commence par une estimation... Après avoir signalé les dommages au téléphone à la Société d assurance publique

Plus en détail

«Actualités réglementaires en radioprotection»

«Actualités réglementaires en radioprotection» Contenu des informations à joindre aux D. ou demande d Autorisation Cyril THIEFFRY Sûreté Nucléaire et Radioprotection Arrêté du 29 janvier 2010 portant homologation de la décision n 2009-DC-0148 de l

Plus en détail

IR Temp 210. Thermomètre infrarouge. Des techniques sur mesure

IR Temp 210. Thermomètre infrarouge. Des techniques sur mesure IR Temp 210 Thermomètre infrarouge Contenu 1. Spécifications...26 2. Touches et affichages...28 3. Utilisation...30 4. Entretien...31 5. Elimination des piles et de l appareil...31 6. Tableau de facteur

Plus en détail

RENOUVELER ET RENÉGOCIER VOTRE PRÊT HYPOTHÉCAIRE

RENOUVELER ET RENÉGOCIER VOTRE PRÊT HYPOTHÉCAIRE SÉRIE L ABC DES PRÊTS HYPOTHÉCAIRES RENOUVELER ET RENÉGOCIER VOTRE PRÊT HYPOTHÉCAIRE Comment prendre de bonnes décisions en matière d hypothèques TABLE DES MATIÈRES Aperçu 1 Le processus de renouvellement

Plus en détail

Concept totale. parfaitement compatibles permettant de jeter un «nouveau regard sur le marketing & les ventes».

Concept totale. parfaitement compatibles permettant de jeter un «nouveau regard sur le marketing & les ventes». Concept totale Le logiciel CRM peut être acheté partout. Tout comme les adresses de vos publipostages. Il existe également de nombreux logiciels pour le marketing par courrier électronique. Mais vous ne

Plus en détail

Traitement de Visa Débit

Traitement de Visa Débit Traitement de Visa Débit Information à l intention des marchands sur le traitement des transactions du commerce électronique et des commandes par téléphone Table des matières À propos de ce guide 3 Procédures

Plus en détail

Manuel de l utilisateur

Manuel de l utilisateur Manuel de l utilisateur Borne de recharge de niveau 2 pour véhicule électrique EVC30T/EVC30T-IN ELMEC inc. JUIN 2014 (REV8) Table des matières 1 Aperçu... 2 2 Liste des pièces... 3 3 Spécifications...

Plus en détail

GUIDE D APPLICATION DE LA RÉGLEMENTATION

GUIDE D APPLICATION DE LA RÉGLEMENTATION GUIDE D APPLICATION DE LA RÉGLEMENTATION G-121 LA RADIOPROTECTION DANS LES ÉTABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT, DE SANTÉ ET DE RECHERCHE Publie par la Commission de controle de l'energie atomique Mai 2000 Commission

Plus en détail

Questions et réponses

Questions et réponses Questions et réponses Année scolaire 2015-2016 L ipad au Collège de l Assomption Ce document présente les questions les plus courantes concernant l ipad 0 Service informatique Collège de l'assomption 07/05/2015

Plus en détail

ENFIN, UN SYSTÈME POLYVALENT D'IMAGERIE ORL ET DENTAIRE

ENFIN, UN SYSTÈME POLYVALENT D'IMAGERIE ORL ET DENTAIRE CS 9300 ENFIN, UN SYSTÈME POLYVALENT D'IMAGERIE ORL ET DENTAIRE Conçu pour de multiples applications cliniques, le système CS 9300 fournit des images panoramiques de très grande qualité, ainsi que des

Plus en détail

ULC-S536-04 Inspection et mise à l essai des réseaux avertisseurs d incendie

ULC-S536-04 Inspection et mise à l essai des réseaux avertisseurs d incendie ULC-S536-04 Inspection et mise à l essai des réseaux avertisseurs d incendie Séminaire technique ACAI 14 novembre 2013 Par : Pierre Noël STRUCTURE DE LA NORME Les réseaux avertisseurs d incendie doivent

Plus en détail

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION TOUT PUBLIC 1. Source de rayonnements ionisants 2. Les différents rayonnements ionisants et leur capacité à traverser le corps humain 3. Ecran de protection absorbant

Plus en détail

IMMOBILIER. le parcours de vente. du vendeur. www.notaires.paris-idf.fr

IMMOBILIER. le parcours de vente. du vendeur. www.notaires.paris-idf.fr IMMOBILIER le parcours de vente les obligations du vendeur d un bien immobilier De manière générale, le vendeur d un bien immobilier a une obligation d information. À cet effet, la loi lui impose de remettre

Plus en détail

Sécurité des machines CE neuves è Grille de détection d anomalies

Sécurité des machines CE neuves è Grille de détection d anomalies Sécurité des machines CE neuves Grille de détection d anomalies ED 4450 Document uniquement téléchargeable sur www.inrs.fr Afin de ne pas exposer les opérateurs à des risques d accident ou de maladie professionnelle,

Plus en détail

OBLIGATIONS D ÉPARGNE DU CANADA GUIDE DE TRANSMISSION WEB 2014. oec.gc.ca PROGRAMME D ÉPARGNE-SALAIRE 20$ 40$ 80$ 50 $ 30$ WEBGUIDE-14

OBLIGATIONS D ÉPARGNE DU CANADA GUIDE DE TRANSMISSION WEB 2014. oec.gc.ca PROGRAMME D ÉPARGNE-SALAIRE 20$ 40$ 80$ 50 $ 30$ WEBGUIDE-14 7 GUIDE DE TRANSMISSION WEB 204 OBLIGATIONS D ÉPARGNE DU CANADA oec.gc.ca PROGRAMME D ÉPARGNE-SALAIRE 40$ 5$ 30$ 0$ 20$ 80$ 70$ 0$ Pourquoi épargnez-vous? 50 $ 40$ 20 0$ 80$ 4 20$ 7 7 $ $ $ $ $ $ $ $ $

Plus en détail

Financière Sun Life inc.

Financière Sun Life inc. Financière Sun Life inc. Régime canadien de réinvestissement des dividendes et d achat d actions CIRCULAIRE D OFFRE MODIFIÉE ET MISE À JOUR Table des matières Dans la présente circulaire d offre... 1

Plus en détail

OP200 D ORTHOCEPH ORTHOPANTOMOGRAPH OC200 D. VT Tomographie Volumétrique OP200 D OC200 D VT. VT Tomographie Volumétrique

OP200 D ORTHOCEPH ORTHOPANTOMOGRAPH OC200 D. VT Tomographie Volumétrique OP200 D OC200 D VT. VT Tomographie Volumétrique OP200 D OC200 D VT Imagerie panoramique numérique Imagerie céphalométrique dentaire numérique VT Tomographie Volumétrique ORTHOPANTOMOGRAPH OP200 D ORTHOCEPH OC200 D VT Tomographie Volumétrique 1 À la

Plus en détail

Canada. Bulletin d information. Réfugiés pris en charge par le gouvernement. Réinstallation des réfugiés au

Canada. Bulletin d information. Réfugiés pris en charge par le gouvernement. Réinstallation des réfugiés au Réfugiés pris en charge par le gouvernement Canada Réinstallation des réfugiés au Bulletin d information Vous souhaitez vous réinstaller au Canada et votre demande a fait l objet d un examen initial par

Plus en détail

L ASSOCIATION DES TRAVAILLEURS SOCIAUX DU NOUVEAU-BRUNSWICK

L ASSOCIATION DES TRAVAILLEURS SOCIAUX DU NOUVEAU-BRUNSWICK L ASSOCIATION DES TRAVAILLEURS SOCIAUX DU NOUVEAU-BRUNSWICK NORMES SUR L EMPLOI DE LA TECHNOLOGIE DANS LA PRATIQUE DU TRAVAIL SOCIAL 2010 Adopté le 5 juin 2010 Table des matières Remerciements p. 3 Préface

Plus en détail

ELEGANT ET COMPACT. Pièces frontales décoratives ETAP

ELEGANT ET COMPACT. Pièces frontales décoratives ETAP K1 ELEGANT ET COMPACT 2 K1 ETAP K1 possède une forme élégante et compacte qui s intègre aux environnements les plus variés. La gamme très complète utilise différentes sources lumineuses et des possibilités

Plus en détail

Des indicateurs vous permettant de mesurer et de contrôler vos opérations au quotidien. SÉRIE ZM300

Des indicateurs vous permettant de mesurer et de contrôler vos opérations au quotidien. SÉRIE ZM300 Des indicateurs vous permettant de mesurer et de contrôler vos opérations au quotidien. SÉRIE ZM300 Conçus pour les besoins d aujourd hui et les défis de demain Des indicateurs à la pointe de la technologie

Plus en détail

Dentiste Numérique Zfx. Un cabinet dentaire certifié avec la technologie innovante signée Zfx

Dentiste Numérique Zfx. Un cabinet dentaire certifié avec la technologie innovante signée Zfx Dentiste Numérique Zfx Un cabinet dentaire certifié avec la technologie innovante signée Zfx Dentiste Numérique Zfx Des technologies novatrices parfaitement adaptées Zfx offre aux dentistes des technologies

Plus en détail

AQAssurance de la qualité

AQAssurance de la qualité AQAssurance de la qualité Guide d Évaluation de l exercice Assurance de la qualité : Guide de l Évaluation de l exercice Pub. No. 54046 Copyright Ordre des infirmières et infirmiers de l Ontario, 2014.

Plus en détail

Registre des dossiers et des mesures correctives du programme LCQ

Registre des dossiers et des mesures correctives du programme LCQ Programme Lait canadien de qualité des Producteurs laitiers du Canada Registre des dossiers et des mesures correctives du programme LCQ Utiliser avec le Registre et le Calendrier de DGI pour des dossiers

Plus en détail

SERVICES EN LIGNE DES SUBVENTIONS ET DES CONTRIBUTIONS

SERVICES EN LIGNE DES SUBVENTIONS ET DES CONTRIBUTIONS SERVICES EN LIGNE DES SUBVENTIONS ET DES CONTRIBUTIONS GUIDE DE L UTILISATEUR (INSCRIPTION ET GESTION DE COMPTE) JUIN 2014 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 1 Le saviez-vous?... 1 Les SELSC sont composés

Plus en détail

POLITIQUE EN MATIÈRE DE SURVEILLANCE VIDÉO (adoptée le 15 janvier 2010)

POLITIQUE EN MATIÈRE DE SURVEILLANCE VIDÉO (adoptée le 15 janvier 2010) POLITIQUE EN MATIÈRE DE SURVEILLANCE VIDÉO (adoptée le 15 janvier 2010) Note : Le générique masculin est utilisé sans discrimination uniquement dans le but d alléger le texte. 1. Introduction La Commission

Plus en détail

Le marquage CE vous ouvre les portes du marché européen!

Le marquage CE vous ouvre les portes du marché européen! Le marquage CE vous ouvre les portes du marché européen! Commission européenne Entreprises et industrie Table des matières Qu est-ce que le marquage CE? Qu est-ce que le marquage CE? 3 Obligations légales

Plus en détail

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire Guide du programme Juin 2008 Attributs du diplômé de la Colombie-Britannique Au cours de consultations qui se sont échelonnées sur toute une année dans l ensemble de la province, des milliers de citoyens

Plus en détail

Table des matières. Remerciements... 25 Avant-propos... 27 Introduction... 31 La vie en copropriété, est-ce pour moi?... 31. Achat d un condo...

Table des matières. Remerciements... 25 Avant-propos... 27 Introduction... 31 La vie en copropriété, est-ce pour moi?... 31. Achat d un condo... Table des matières Remerciements... 25 Avant-propos... 27 Introduction... 31 La vie en copropriété, est-ce pour moi?... 31 partie I Achat d un condo... 35 1. J amorce ma réflexion sur l achat d un condo,

Plus en détail

Risques liés aux systèmes informatiques et de télécommunications

Risques liés aux systèmes informatiques et de télécommunications Risques liés aux systèmes informatiques et de télécommunications (Juillet 1989) La vitesse de l innovation technologique liée aux ordinateurs et aux télécommunications, ces dernières années, et l intégration

Plus en détail

Sondage sur le climat. scolaire. Guide d utilisation à l attention des administratrices et des administrateurs

Sondage sur le climat. scolaire. Guide d utilisation à l attention des administratrices et des administrateurs Sondage sur le climat scolaire Guide d utilisation à l attention des administratrices et des administrateurs SONDAGE EN LIGNE Table des matières Introduction...2 Instructions étape par étape à l intention

Plus en détail

Gestion des réunions dans Outlook 2007

Gestion des réunions dans Outlook 2007 Gestion des réunions dans Outlook 2007 Plusieurs détails entrent dans l élaboration d une réunion avec Outlook. Organiser la réunion est importante, certes, mais les «invités» de la réunion doivent également

Plus en détail

Guide d accompagnement à l intention des entreprises désirant obtenir ou renouveler une autorisation pour contracter/souscontracter avec un organisme

Guide d accompagnement à l intention des entreprises désirant obtenir ou renouveler une autorisation pour contracter/souscontracter avec un organisme Guide d accompagnement à l intention des entreprises désirant obtenir ou renouveler une autorisation pour contracter/souscontracter avec un organisme public Juin 2015 1 INTRODUCTION... 4 À QUI S ADRESSE

Plus en détail

Bulletin. Le nouveau contrat pour administrer le RSSFP a été adjugé à la Sun Life TABLE DES MATIÈRES

Bulletin. Le nouveau contrat pour administrer le RSSFP a été adjugé à la Sun Life TABLE DES MATIÈRES N u m é r o 2 3 J a n v i e r 2 0 1 0 Bulletin Le nouveau contrat pour administrer le RSSFP a été adjugé à la Sun Life Le 24 septembre 2009, le contrat pour administrer le RSSFP a été adjugé à la Sun Life

Plus en détail

MANUEL D INSTRUCTIONS K-STAR ÉLECTRIQUE Chauffe-piscine/spa électrique

MANUEL D INSTRUCTIONS K-STAR ÉLECTRIQUE Chauffe-piscine/spa électrique GARANTIE (Valide uniquement pour le propriétaire initial) Le chauffe-piscine/spa K-Star est garanti à l acheteur original pendant un an à partir de la date d achat contre tout défaut de fabrication. Exception

Plus en détail

Entretien domestique

Entretien domestique VÉRIFICATION DU BON FONCTIONNEMENT Mettez l appareil sous tension. Si votre tableau électrique est équipé d un relais d asservissement en heures creuses (tarif réduit la nuit), basculez l interrupteur

Plus en détail

Questions et réponses (FAQ) Reliance Protectron Système de sécurité «Go! Control»

Questions et réponses (FAQ) Reliance Protectron Système de sécurité «Go! Control» Questions et réponses (FAQ) Reliance Protectron Système de sécurité «Go! Control» Q. Qui est Reliance Protectron? R. Reliance Protectron est le leader canadien en sécurité électronique et en domotique.

Plus en détail

Unité centrale de commande Watts W24

Unité centrale de commande Watts W24 N560/R01 (04.03.15) Unité centrale de commande Watts W24 Guide d utilisation FR Unité centrale sans fil 3-38 Instructions d installation et d emploi IMPORTANT! Le montage et le branchement de l unité de

Plus en détail

FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS

FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS Financement d entreprise et fusions et acquisitions 27 FINANCEMENT D ENTREPRISES ET FUSIONS ET ACQUISITIONS Le Canada est doté de marchés financiers bien développés et très évolués. Les principales sources

Plus en détail

CNAC. Appel à commentaires. Missions d examen. préparé par le Conseil des normes d audit et de certification

CNAC. Appel à commentaires. Missions d examen. préparé par le Conseil des normes d audit et de certification Appel à commentaires Missions d examen préparé par le Conseil des normes d audit et de certification Date limite de réception des commentaires : le 11 avril 2011 CNAC APPEL À COMMENTAIRES MISSIONS D EXAMEN

Plus en détail

facilitez-vous la vie avec Ray Technologie avancée pour le Confort

facilitez-vous la vie avec Ray Technologie avancée pour le Confort Dose réduite - Scan ultra-rapide - Tube x-ray pulsé - Plusieurs modes de balayage partielles 3 détecteurs exclusifs - Procédure fiable - Aucun risque de dommage - Longue durée de vie Mise à niveau facile

Plus en détail

Nom du distributeur Adresse du distributeur

Nom du distributeur Adresse du distributeur Adresse du distributeur Numéro de licence R.B.Q. : MANUEL DE CONTROLE DE LA QUALITÉ Pour la vérification de l installation initiale et le contrôle de la corrosion de réservoir de propane sous terre conformément

Plus en détail

Réf. : Code de l environnement, notamment ses articles L.592-21 et L.592-22 Code de la santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R.

Réf. : Code de l environnement, notamment ses articles L.592-21 et L.592-22 Code de la santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE NANTES N/Réf. : CODEP-NAN-2014-012919 Nantes, le 19 mars 2014 MARIE SAS Etablissement de Sablé sur Sarthe ZI de l Aubrée 72300 SABLE SUR SARTHE Objet : Inspection de la

Plus en détail

RECOPLUS LOGICIEL DE GESTION DES RECOMMANDES NOTICE D UTILISATION DE RECOPLUS RESEAU. N de série

RECOPLUS LOGICIEL DE GESTION DES RECOMMANDES NOTICE D UTILISATION DE RECOPLUS RESEAU. N de série RECOPLUS LOGICIEL DE GESTION DES RECOMMANDES NOTICE D UTILISATION DE RECOPLUS RESEAU N de série Siège social 107, rue Henri Barbusse BP305-92111 CLICHY Cedex 1 Sommaire Description 1. Installation 2. Mise

Plus en détail

VÉRIFICATION DES ÉQUIPEMENTS DE PROTECTION INCENDIE

VÉRIFICATION DES ÉQUIPEMENTS DE PROTECTION INCENDIE Numéro 2 Aon Parizeau Inc. LA PROTECTION INCENDIE Guide pratique à l intention des universités VÉRIFICATION DES ÉQUIPEMENTS DE PROTECTION INCENDIE Dans ce bulletin Préambule Entretien des systèmes de gicleurs

Plus en détail

Vérification des contrats et processus propres au Service du parc automobile. Déposé devant le Comité de la vérification le 12 mars 2015

Vérification des contrats et processus propres au Service du parc automobile. Déposé devant le Comité de la vérification le 12 mars 2015 Bureau du vérificateur général Vérification des contrats et processus propres Résumé Déposé devant le Comité de la vérification le 12 mars 2015 Cette page a été intentionnellement laissée en blanc. Vérification

Plus en détail

Simple. Intelligent. Précis. Capteurs intra-buccaux pour la radiographie dentaire

Simple. Intelligent. Précis. Capteurs intra-buccaux pour la radiographie dentaire Simple. Intelligent. Précis. Capteurs intra-buccaux pour la radiographie dentaire Les meilleurs capteurs intra-buccaux SOREDEX dispose de plus de 30 ans d expérience dans les systèmes d imagerie dentaire

Plus en détail

Volume 2 Guide d ouverture et de gestion de compte

Volume 2 Guide d ouverture et de gestion de compte Volume 2 Guide d ouverture et de gestion de compte CITSS Système de suivi des droits d émission (Compliance Instrument Tracking System Service) Mars 2013 Table des matières 1.0 Introduction... 6 1.1 Volume

Plus en détail

Régime de réinvestissement de dividendes et d achat d actions pour les actionnaires

Régime de réinvestissement de dividendes et d achat d actions pour les actionnaires Notice d offre Régime de réinvestissement de dividendes et d achat d actions pour les actionnaires Septembre 1999 Imprimé au Canada BCE Inc. Notice d offre Actions ordinaires Régime de réinvestissement

Plus en détail

PLATE-FORME COMMUNE UNE SOLUTION LOGICIELLE UNIQUE POUR AMÉLIORER LA PRODUCTIVITÉ. Logiciel DIRECTVIEW V5 pour CR et DR

PLATE-FORME COMMUNE UNE SOLUTION LOGICIELLE UNIQUE POUR AMÉLIORER LA PRODUCTIVITÉ. Logiciel DIRECTVIEW V5 pour CR et DR Logiciel DIRECTVIEW V5 pour CR et DR UNE SOLUTION LOGICIELLE UNIQUE POUR AMÉLIORER LA PRODUCTIVITÉ Vous pouvez faire confiance aux systèmes CR et DR de Carestream pour leur qualité de prise d images. Maintenant

Plus en détail

Postes de traitment. SIVISION Un système modulaire intégré dans le poste de traitement

Postes de traitment. SIVISION Un système modulaire intégré dans le poste de traitement Postes de traitment SIVISION Un système modulaire intégré dans le poste de traitement > Je tiens à informer mes patients. Voilà pourquoi je leur explique toujours mon diagnostic et le traitement. < 02

Plus en détail

RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES ET D ACHAT D ACTIONS NOTICE D OFFRE

RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES ET D ACHAT D ACTIONS NOTICE D OFFRE RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES ET D ACHAT D ACTIONS NOTICE D OFFRE Le 18 décembre 2013 Les actionnaires devraient lire attentivement la notice d offre en entier avant de prendre une décision

Plus en détail

P E T R O L I E R S. MASTER PARK - LOT N 60-116, Boulevard de la Pomme 13011 MARSEILLE. Tél. 04 91 60 36 18 Fax 04 91 60 31 61 CARACTÉRISTIQUES

P E T R O L I E R S. MASTER PARK - LOT N 60-116, Boulevard de la Pomme 13011 MARSEILLE. Tél. 04 91 60 36 18 Fax 04 91 60 31 61 CARACTÉRISTIQUES F2R EQUIPEMENTS P E T R O L I E R S MASTER PARK - LOT N 60-116, Boulevard de la Pomme 13011 MARSEILLE Tél. 04 91 60 36 18 Fax 04 91 60 31 61 FICHE TECHNIQUE N : F2R FT0066 Rev : 2 Date : 25/03/2014 Alarme

Plus en détail

BOÎTIERS EN INTÉRIEURS

BOÎTIERS EN INTÉRIEURS WWW.BATKO.COM FRC-LCD La série de boîtiers intérieurs FRC-LCD procure protection contre le vol, vandalisme et restreint l accès aux boutons et dispositifs. La protection est assurée par une construction

Plus en détail

Des caisses diversifiées et gérées professionnellement. Les Caisses privées

Des caisses diversifiées et gérées professionnellement. Les Caisses privées Des caisses diversifiées et gérées professionnellement Les Caisses privées 3 La simplicité rendue accessible 4 Qu est-ce qu une Caisse privée? 6 La diversification, ou comment réduire votre risque 8 Une

Plus en détail

Avertisseur de monoxyde de carbone

Avertisseur de monoxyde de carbone Page 1 sur 5 http://www.msss.gouv.qc.ca/sujets/santepub/environnement/index.php?avertisseur Santé environnementale > Environnement intérieur > Monoxyde de carbone > Avertisseur Avertisseur de monoxyde

Plus en détail

RECOMMANDATIONS PROPOSÉES

RECOMMANDATIONS PROPOSÉES SYNDICAT CANADIEN DE LA FONCTION PUBLIQUE RECOMMANDATIONS PROPOSÉES (Ce guide doit être utilisé avec le Programme de vérification des syndics) **Ce n est pas nécessaire de le retourner au Bureau national**

Plus en détail

PRÉSENTATION DES PRINCIPALES DISPOSITIONS RÉGLEMENTAIRES DE RADIOPROTECTION APPLICABLES EN RADIOLOGIE MÉDICALE ET DENTAIRE

PRÉSENTATION DES PRINCIPALES DISPOSITIONS RÉGLEMENTAIRES DE RADIOPROTECTION APPLICABLES EN RADIOLOGIE MÉDICALE ET DENTAIRE PRÉSENTATION DES PRINCIPALES DISPOSITIONS RÉGLEMENTAIRES DE RADIOPROTECTION APPLICABLES EN RADIOLOGIE MÉDICALE ET DENTAIRE mise à jour octobre 2014 Sommaire Introduction... 4 1. Procédures de déclaration

Plus en détail

RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX : QU'EST-CE QUI CHANGE?

RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX : QU'EST-CE QUI CHANGE? RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX : QU'EST-CE QUI CHANGE? o Afin de mieux vous servir, la Great-West versera aux fournisseurs de service des paiements en bloc planifiés au lieu d'émettre un paiement pour chaque

Plus en détail

BUNN VPR VPS MANUEL D UTILISATION ET D ENTRETIEN BUNN-O-MATIC CORPORATION OF CANADA LTD.

BUNN VPR VPS MANUEL D UTILISATION ET D ENTRETIEN BUNN-O-MATIC CORPORATION OF CANADA LTD. BUNN VPR VPS MANUEL D UTILISATION ET D ENTRETIEN BUNN-O-MATIC CORPORATION OF CANADA LTD. 280 INDUSTRIAL PARKWAY SOUTH AURORA, ONTARIO. L4G 3T9 Téléphone: (905) 841-2866 Télécopieur: (905) 841-2775 10053.7000

Plus en détail

ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS

ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS Le 12 septembre 2013 Introduction ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS PRINCIPE DIRECTEUR N O 2 DE L ACFM NORMES MINIMALES DE SURVEILLANCE DES COMPTES Le présent Principe directeur fixe

Plus en détail

vérificateur général du Canada à la Chambre des communes

vérificateur général du Canada à la Chambre des communes 2011 Rapport du vérificateur général du Canada à la Chambre des communes AUTOMNE Chapitre 4 La réglementation des médicaments Santé Canada Bureau du vérificateur général du Canada Le Rapport d automne

Plus en détail

NOUVEAU PROGRAMME D ASSURANCE EXCLUSIF À INTERNACHI QUÉBEC PLAN VUE D ENSEMBLE.

NOUVEAU PROGRAMME D ASSURANCE EXCLUSIF À INTERNACHI QUÉBEC PLAN VUE D ENSEMBLE. NOUVEAU PROGRAMME D ASSURANCE EXCLUSIF À INTERNACHI QUÉBEC PLAN VUE D ENSEMBLE. Vue d ensemble: ce plan exclusif est le résultat de plus d un an de consultations, rencontres, recherches etc. avec des experts,

Plus en détail

OUVERTURE DE COMPTE À REMPLIR ET FAIRE PARVENIR AU SIÈGE SOCIAL DE PRO ENERGY COURRIEL : INFO@PRO-ENERGY.CA FAX : 819-893-2288

OUVERTURE DE COMPTE À REMPLIR ET FAIRE PARVENIR AU SIÈGE SOCIAL DE PRO ENERGY COURRIEL : INFO@PRO-ENERGY.CA FAX : 819-893-2288 OUVERTURE DE COMPTE À REMPLIR ET FAIRE PARVENIR AU SIÈGE SOCIAL DE PRO ENERGY COURRIEL : INFO@PRO-ENERGY.CA FAX : 819-893-2288 MODÈLES D AFFAIRES EN BREF OPTION 1 - CLINIQUE MINCEUR LICENCIÉE PROGRAMME

Plus en détail

My Custom Design ver.1.0

My Custom Design ver.1.0 My Custom Design ver.1.0 Logiciel de création de données de broderie Mode d emploi Avant d utiliser ce logiciel, veuillez lire attentivement ce mode d emploi pour bien l utiliser correctement. Conservez

Plus en détail

MODULE NATIONAL D ENSEIGNEMENT DE RADIOPROTECTION DU DES DE RADIOLOGIE

MODULE NATIONAL D ENSEIGNEMENT DE RADIOPROTECTION DU DES DE RADIOLOGIE Collège des Enseignants en Radiologie de France MODULE NATIONAL D ENSEIGNEMENT DE RADIOPROTECTION DU DES DE RADIOLOGIE Paris, 3 et 4 Février 2015 PROTECTION DES OPERATEURS EN RADIOLOGIE INTERVENTIONNELLE

Plus en détail

ACDQ : GUIDE DE CRÉATION DE VOTRE PAGE WEB

ACDQ : GUIDE DE CRÉATION DE VOTRE PAGE WEB Net + ACDQ : GUIDE DE CRÉATION DE VOTRE PAGE WEB Table des matières Connexion à l éditeur de page Web... 1 Création de la page Web... 2 Adresse Web... 3 Personnalisation de l adresse Web (Alias)... 3 Comment

Plus en détail

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données La force de l engagement MD POINT DE VUE Impartition réussie du soutien d entrepôts de données Adopter une approche globale pour la gestion des TI, accroître la valeur commerciale et réduire le coût des

Plus en détail

Conditions régissant les demandes en ligne de RBC Banque Royale

Conditions régissant les demandes en ligne de RBC Banque Royale Conditions régissant les demandes en ligne de RBC Banque Royale Veuillez passer en revue les conditions ci-après régissant les demandes en ligne de RBC Banque Royale (les «conditions»). Vous devez les

Plus en détail

FR Interphone vidéo couleur 7. réf. 512162. www.thomsonsecurity.eu

FR Interphone vidéo couleur 7. réf. 512162. www.thomsonsecurity.eu FR Interphone vidéo couleur réf. 512162 v1 www.thomsonsecurity.eu Interphone vidéo couleur SOMMAIRE A - consignes de sécurité 03 1 - précautions d utilisation 03 2 - entretien et nettoyage 03 3 - recyclage

Plus en détail

Jauges nucléaires et sécurité au travail

Jauges nucléaires et sécurité au travail Jauges nucléaires et sécurité au travail Jauges nucléaires et sécurité au travail Jauges nucléaires et sécurité au travail INFO-9999-4 (F) Révision 2 Publié par la Commission canadienne de sûreté nucléaire

Plus en détail

En avril 2006, un citoyen produit sa déclaration de revenus 2005. En septembre de la même année, il constate une erreur dans sa déclaration initiale et produit une déclaration amendée à laquelle il joint

Plus en détail

Cafetière. Mode d Emploi. 1Notice cafetière v1.0

Cafetière. Mode d Emploi. 1Notice cafetière v1.0 Cafetière Mode d Emploi 1Notice cafetière v1.0 SOMMAIRE 1 CONSIGNES DE SÉCURITÉ... 3 2INSTALLATION DE L APPAREIL EN TOUTE SÉCURITÉ...4 3PRECAUTION CONCERNANT L UTILISATION DE L APPAREIL...5 4DESCRIPTION

Plus en détail

Détecteur de fumée. ALIMENTATION par pile 9V Communication. Modèle Ei 605C Optique. Description du produit. Fonctionnement

Détecteur de fumée. ALIMENTATION par pile 9V Communication. Modèle Ei 605C Optique. Description du produit. Fonctionnement Détecteur de fumée ALIMENTATION par pile 9V Communication Modèle Ei 605C Optique Haute sensibilité répond à tous les feux standards Esthétique, compact Conception novatrice et robuste de la chambre optique

Plus en détail

Vérification de la sécurité des données fiscales. Rapport final Approuvé par le Comité de vérification interne le 29 juin 2005

Vérification de la sécurité des données fiscales. Rapport final Approuvé par le Comité de vérification interne le 29 juin 2005 Rapport final Approuvé par le Comité de vérification interne le 29 juin 2005 Division de la vérification et de l évaluation Mars 2005 Table des matières Énoncé du vérificateur... 1 I. Introduction...

Plus en détail