Recommandations sur le traitement du diabète de type 2

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Recommandations sur le traitement du diabète de type 2"

Transcription

1 RECOMMANDATIONS Forum Med Suisse 2009;9(3): Recommandations sur le traitement du diabète de type 2 Déclaration de consensus de la Société Suisse d Endocrinologie-Diabétologie Commentaire d experts suisses au sujet des recommandations communes de l ADA (American Diabetes Association) et de l EASD (European Association for the Study of Diabetes) Jacques Philippe, Michael Brändle, Jacques Carrel, Peter Diem*, Ulrich Keller, François Kuntschen, Juan Ruiz, Matthias Stahl, Benno Weissenberger, Giatgen A. Spinas Avant-propos Pour la première fois, les sociétés américaines et européennes du diabète ont publiés conjointement des recommandations pour le traitement de l hyperglycémie chez les patients diabétiques de type 2. Ces recommandations sont disponibles sous la forme d un algorithme pour l initiation et l adaptation du traitement antidiabétique [1, 2]. Un groupe d experts suisses composé des cinq responsables du domaine de la diabétologie dans les hôpitaux universitaires ainsi que de représentants d autres hôpitaux régionaux et de praticiens résume et commente ci-dessous les recommandations de l ADA et de l EASD en les adaptant à la situation en Suisse. Les recommandations dans le domaine de la diabétologie reposent en effet non seulement sur la médecine factuelle qui a ses limites, mais aussi sur l opinion d experts. Les experts suisses, par la composition équilibrée de leur groupe, proposent une attitude différenciée des traitements antidiabétiques. Ce papier se compose de trois parties. La première partie résume brièvement les recommandations de l ADA et de l EASD, la deuxième partie contient les commentaires suisses. La troisième partie constitue un complément suisse et parle de l éducation du patient. I. Résumé des recommandations de l ADA et de l EASD 1. Objectifs glycémiques Plusieurs études effectuées chez les diabétiques de type 1 et 2 ont contribué à établir des objectifs glycémiques permettant d améliorer la prévention des complications à long terme [3 7]. L objectif glycémique recommandé par l ADA/EASD est un taux d <7% chez la plupart des patients, et un taux d le plus proche de la normale (<6%) chez des patients individuels présentant un faible risque d hypoglycémie. 2. Principes applicables lors du choix d un traitement antidiabétique Les recommandations pour le choix ou l association d agents antidiabétiques sont restreintes parce que les données concernant leur influence sur la prévention de complications à long terme sont insuffisantes. Les effets bénéfiques du traitement paraissent être liés en premier lieu au degré de réduction du taux de glycémie. L étude UKPDS [4] a comparé trois classes de médicaments hypoglycémiants (sulfonylurées, metformine et insuline), mais cette étude n a pas pu démontrer la supériorité d une thérapie par rapport aux autres, hormis la metformine pour les complications cardiovasculaires. Le choix des antidiabétiques repose donc sur leur efficacité sur le contrôle glycémique et leurs autres effets susceptibles de réduire les complications à long terme, ainsi que sur leur profil de sécurité, leur tolérance et leurs coûts. Effets non glycémiques des antidiabétiques Outre les effets sur la glycémie, les antidiabétiques oraux peuvent avoir d autres effets bénéfiques sur les facteurs de risque cardiovasculaires tels que sur la pression artérielle et les dyslipidémies. Par ailleurs, il faut tenir compte des effets susceptibles d influencer le contrôle de la glycémie à long terme tels que par exemple les variations du poids corporel, l insulinorésistance ou la capacité d insulinosécrétion. 3. Adaptation des habitudes et du mode de vie Par une influence positive sur l hygiène de vie, on obtient un meilleur contrôle de la glycémie ainsi qu une amélioration de la tension artérielle et de la dyslipidémie. Dans ce contexte, le rôle central revient à la réduction du poids corporel grâce à une alimentation équilibrée avec diminution de l apport calorique et à une activité physique accrue. La perte de poids étant malheureusement souvent passagère, les effets bénéfiques de l adaptation des habitudes de vie sur le contrôle de la glycémie ne sont généralement pas durables. Les traitements pharmacologiques de l obésité ne peuvent actuellement être recommandés en tant que traitement primaire du diabète sucré, car il n existe pas d études ayant validé ces traitements par des critères de morbidité et mortalité. * Peter Diem reçoit du soutien de recherche par: GSK, Novo-Nordisk, Pfizer, Roche Diagnostics. Advisorypanels, conférences: GSK, MSD, Novartis, Roche Diagnostics, sanofi-aventis, Takeda.

2 RECOMMANDATIONS Forum Med Suisse 2009;9(3): Médicaments Le tableau 1 p illustre les propriétés des antidiabétiques oraux actuellement disponibles, avec leurs avantages et leurs inconvénients. Les nouveaux antidiabétiques seront présentés en détail dans le chapitre II-4 selon leur disponibilité en Suisse. Le choix de la classe de substances dépend de l équilibre métabolique. Si l équilibre métabolique est mauvais ( >8,5%), il est recommandé d utiliser un antidiabétique permettant une réduction plus importante et rapide du taux de glycémie ou de passer plus rapidement à un traitement combiné. Par contre, en présence d un équilibre métabolique plus proche des valeurs cibles ( <7,5%), on considérera aussi des médicaments moins puissants et/ou plus lents dans leurs effets hypoglycémiants. Le diabète de type 2 est une maladie évolutive, conduisant à une détérioration progressive de l équilibre métabolique. L ajout de médicaments est la règle. 5. Initiation et adaptation du traitement A l exception d une décompensation hyperglycémique aiguë (hyperglycémie hyperosmolaire ou, rarement chez le diabétique de type 2, acidocétose), le traitement doit dans la mesure du possible être initié et adapté en ambulatoire. Une éducation personnalisée du patient joue un rôle essentiel dans la prise en charge. L autocontrôle glycémique est à adapter individuellement et constitue un outil important pour le succès thérapeutique, notamment lors de l utilisation ou de l adaptation de la dose de médicaments susceptibles de provoquer une hypoglycémie (sulfonylurées, glinides, insuline). Les valeurs glycémiques obtenues plusieurs fois par semaine corrèlent généralement bien avec le taux d. Lors d une glycémie à jeun entre 4 et 7 mmol/l, le taux d est généralement lui aussi dans les objectifs souhaités. Si ce n est pas le cas, des contrôles des glycémies post-prandiales doivent être effectués 90 à 120 minutes après le début des repas. Leurs résultats devraient être <8 10 mmol/l. Algorithme L algorithme thérapeutique proposé par l ADA/ EASD (non illustré; l algorithme recommandé en Suisse sera discuté en détail au paragraphe II) tient compte des critères thérapeutiques indivi- Tableau 1. Aperçu des traitements. Les données se réfèrent toujours à la monothérapie. Interventions Mécanisme d action Avantages Inconvénients Diminution de l (%) Mode de vie pour diminuer Bon marché Effets de courte durée souvent <1 an 1 2 le poids et augmenter Nombreux bénéfices l activité physique Metformine Réduction de la production Absence d hypoglycémies, Troubles gastro-intestinaux 1 2 hépatique de glucose effet neutre sur le poids, Rarement: acidose lactique bon marché, effet favorable (1 3/ patients-année) sur les complications microet macro-angiopathiques [5] Sulfonylurées Stimulation de la sécrétion Bon marché Prise de poids, hypoglycémie 1 2 endogène d insuline (Cave: patients âgés) Insuline Substitution de l insuline Le plus efficace, pas de limite Injections, auto-contrôles, hypoglycémies, 1,5 3,5 de dose, bon marché, prise de poids, formations nécessaires amélioration du profil lipidique Thiazolidinédiones (TZD) Modulation du PPARg. Effets bénéfiques sur le profil Rétention hydro-sodée, 0,5 1,4 Réduction de l insulinorésistance lipidique (pioglitazone) prise de poids, risque d insuffisance des cellules musculaires, cardiaque et de fracture, prix élevé adipeuses et hépatiques Réduction de l insulinorésistance Analogues du GLP-1 Stimulation de la sécrétion Perte de poids, absence Injections s.c., effets gastro-intestinaux 0,5 1,0 (exenatide) d insuline lors d une augmentation d hypoglycémies fréquents, peu d expérience à long terme, de la glycémie prix élevé; rares cas de pancréatite Peu d expérience à long terme, prix élevé Gliptines (sitagliptine, Inhibition de la DPP-IV, Effets neutres sur le poids, Administration 2 à 3 x / jour, prix élevé 0,5 0,8 vildagliptine) ainsi dégradation réduite du GLP-1 absence d hypoglycémies et du GIP, donc stimulation indirecte de la sécrétion d insuline Glinides Stimulation de la sécrétion Durée d action courte Effets gastro-intestinaux fréquents, 1 1,5 endogène d insuline prise 3 x / j, prix élevé, effet modeste Inhibiteurs des Retardement de l absorption Effets neutres sur le poids Effets de courte durée souvent <1 an 0,5 0,8 a-glucosidases de glucose. Réduction de l hyperglycémie post-prandiale. Contrôle de l appétit, réduction de l apport calorique

3 RECOMMANDATIONS Forum Med Suisse 2009;9(3): Lors d une glycémie à jeun <5 mmol/l ou lors d hypoglycémies: réduction de la dose d insuline administrée avant le coucher de 2 U ou de 10%, si la dose d insuline est >60 U. Schéma inchangé, contrôles du taux d tous les 3 mois. duels, des effets synergiques de traitements associés et des coûts du traitement. L objectif des traitements est d atteindre aussi rapidement que possible et de maintenir des taux de glycémie normaux. L adaptation du mode de vie constitue la base de tout traitement du diabète de type 2. Les patients présentant un syndrome métabolique doivent par conséquent être conseillés et suivis par des professionnels compétents (infirmière en diabétologie, diététicienne, psychologue). Sachant que la mise en œuvre des adaptations du comportement est généralement difficile, on utilise la metformine à la période initiale en l absence de contre-indications. Cette mesure thérapeutique permet de réduire l hyperglycémie sans entraîner de prise de poids ou d hypoglycémie. La dose de metformine doit être augmentée progressivement pour atteindre la dose maximale tolérée en l espace d un à deux mois (environ 2 g/jour en 2 3 prises). Début avec de l insuline NPH avant le coucher ou avec un analogue de longue durée d action avant le coucher ou le matin. Début par ex. avec 10 U ou 0,2 U/kg. Glycémie à jeun chaque jour; augmentation de la dose de 2 U tous les 3 jours jusqu à obtention de la valeur cible de 4 à 7 mmol/l. Lors d une glycémie à jeun >10 mmol/l: augmentation de 4 U tous les 3 jours. 97,0% au bout de 2 à 3 mois Oui Oui Non Taux de glycémie excessif à midi: ajout d insuline rapide avant le petit-déjeuner. Si la glycémie à jeun est de 4 à 7 mmol/l, contrôle de la glycémie à midi, le soir et avant le coucher. Début avec une insuline rapide (env. 4 U), augmentation de 2 U tous les 3 jours. Taux de glycémie excessif le soir: ajout d insuline basale le matin ou d insuline préprandiale avant le déjeuner. 97,0% au bout de 2 à 3 mois Taux de glycémie excessif avant le coucher: ajout d insuline rapide avant le dîner. Contrôle du taux de glycémie avant les repas; éventuellement administration d injections supplémentaires d insuline. Si le taux d reste élevé, contrôle des valeurs postprandiales et augmentation des doses d insuline préprandiales correspondantes. Figure 1 Algorithme de l ADA/EASD pour l initiation et l adaptation d une insulinothérapie. Non Si cela ne suffit pas pour atteindre les valeurs cibles d, il faut adapter le traitement médicamenteux. En présence de taux d >8,5% ou de symptômes d hyperglycémie, l utilisation d insuline basale permet le plus efficacement de réduire le taux de glycémie. Sinon, les opinions divergent sur la classe thérapeutique (insulines, sulfonylurées, glitazones) à utiliser en deuxième intention. La posologie de l insuline doit être adaptée aux valeurs de la glycémie. Se reporter à la figure 1 x pour des informations plus détaillées. Plusieurs méta-analyses publiées récemment ont mis en question la sécurité de la rosiglitazone par rapport au risque d infarctus du myocarde. L augmentation de 30 à 40% du risque potentiel est basée sur des données pas encore définitives; elle a néanmoins conduit à la recommandation de ne pas utiliser la rosiglitazone chez des patients avec une maladie coronarienne, particulièrement en association avec l insuline. En outre, aussi bien la rosiglitazone que la pioglitazone sont associées à la survenue d une insuffisance cardiaque (risque augmenté 2 fois) et de fractures, particulièrement chez la femme. Lors d une association de plusieurs classes de substances, il convient de considérer les avantages, les synergies et les interactions entre les différentes classes. Lors d une association d insuline et glitazone, on tiendra compte du risque accru de rétention liquidienne et d ischémie cardiaque. Traitement hors de l algorithme Les complications métaboliques aiguës (cétonurie avec des taux de glycémie à jeun >14,0 mmol/l, glycémie non à jeun >16,0 mmol/l), avec >10% et symptômes d hyperglycémie (polyurie, polydipsie et perte de poids) exigent une utilisation rapide d insuline. Dans ces situations, il faut envisager un diabète de type 1 ou un diabète de type 2 avec déficit important d insuline. Dans ce dernier cas, on songera à évaluer le retour aux antidiabétiques oraux après normalisation du métabolisme et de la situation clinique. II. Commentaires du groupe d experts suisses au sujet des recommandations de l ADA et de l EASD 1. Objectifs glycémiques Un taux d indique généralement un besoin d agir et suggère qu il faut commencer un traitement ou modifier le traitement en cours. Chez les patients à faible risque d hypoglycémie, nous recommandons de viser des taux d inférieurs à 6,5%. Deux nouveaux articles portant sur des patients présentant un risque cardiovasculaire accru révèlent qu une baisse trop agressive de la glycémie (valeur cible: HBA 1c<6%) a entraîné l augmentation non seulement du risque

4 RECOMMANDATIONS Forum Med Suisse 2009;9(3): d hypoglycémie, mais aussi de la mortalité cardiovasculaire (étude ACCORD [9] et étude VADT [non significative, non publiée]). Cet objectif n est donc pas souhaitable ou praticable chez tous les patients. Une appréciation clinique sur la base des avantages et inconvénients potentiels d un traitement intensifié reste nécessaire pour chaque patient. Dans ce cadre, on tiendra compte en particulier de facteurs tels que l espérance de vie, le risque d hypoglycémie et les comorbidités. 2. Principes applicables lors du choix d une intervention visant le contrôle glycémique Les antidiabétiques seuls ou associés doivent être évalués principalement sur la base du taux individuel d et de leurs contre-indications. Par ailleurs, on tiendra compte des effets indésirables spécifiques et des coûts. Sur le plan clinique, ce seront surtout les différents effets des agents antidiabétiques sur le poids corporel qui joueront un rôle. 3. Adaptation des habitudes et du mode de vie L adaptation des habitudes de vie est une mesure thérapeutique essentielle chez tout diabétique de type 2. Elle doit être initiée dès le diagnostic d un diabète sucré et ne pas être abandonnée au cours du suivi. L adaptation des habitudes inclut un apport calorique réduit dans le cadre d une alimentation saine et équilibrée ainsi qu un exercice physique régulier (au moins 150 minutes par semaine, réparties sur au moins 3 jours, idéalement sur 5 à 7 jours), pour atteindre une réduction d au moins 5 à 10% du poids corporel initial [9, 10]. Ces mesures permettent initialement une nette amélioration de la glycémie et une réduction de l qui peut aller jusqu à 2% [4]. L adaptation du mode de vie a des effets bénéfiques non seulement sur la glycémie, mais aussi sur les facteurs de risque cardiovasculaires souvent présents chez ces patients (hypertension, dyslipidémie). La mise en œuvre pratique de ces recommandations étant souvent difficile, nous recommandons des programmes complets pour la réduction nonchirurgicale du poids et la promotion des activités physiques. Les différentes mesures d adaptation des habitudes ne permettent que chez 10 à 20% de tous les diabétiques de type 2 un contrôle adéquat durable de la glycémie [11]. Par conséquent, il faut y ajouter suffisamment tôt un traitement médicamenteux. 4. Médicaments Antidiabétiques établis Les médicaments les plus souvent utilisés en Suisse sont la metformine et les sulfonylurées qui constituent le traitement combiné de base chez la plupart des patients. Les inhibiteurs de l a-glucosidase et les glinides sont rarement utilisés. Le profil de sécurité cardiovasculaire des glitazones, étudié dans plusieurs méta-analyses publiées récemment, ne peut pas encore être éva- lué définitivement. Les glitazones restent des médicaments de 2 e choix, exigeant une stricte prise en compte de leurs contre-indications. La rosiglitazone est contre-indiquée actuellement chez les patients avec maladie coronarienne. L insuline peut être utilisée à tout moment, sans aucune contre-indication. Nouveaux antidiabétiques Les analogues du glucagon-like peptide 1, les gliptines et les inhibiteurs des récepteurs cannabinoïdes (rimonabant) seront en outre abordés ici en tenant compte du marché suisse. Selon le tableau 1, les «nouveaux» antidiabétiques tels que les gliptines ou analogues du GLP-1 n ont pas d avantage sur la réduction du taux d comparé aux antidiabétiques «traditionnels», avec la limitation due aux différences des schémas d étude (comme par ex. valeur initiale du taux d, médications concomitantes, durée du diabète). Analogues des glucagon-like peptides: le glucagon-like peptide 1 (GLP-1) est synthétisé par les cellules L de l intestin grêle. Il stimule la sécrétion d insuline lors d une augmentation de la glycémie après un repas. L exenatide présente une structure apparentée au GLP-1 humain, mais se distingue par une demi-vie plus longue. La substance est injectée 2 fois par jour par voie sous-cutanée. L exenatide baisse le taux d de 0,5 à 1,0%, notamment en réduisant la glycémie postprandiale. En outre, l exenatide inhibe la sécrétion de glucagon et retarde la vidange gastrique, ne provoque pas d hypoglycémie, mais est souvent associée à des effets indésirables gastrointestinaux tels que nausées, vomissements et diarrhées (dans 30 à 45% des cas au début du traitement). Dans les études cliniques, l exenatide a provoqué une perte de poids de 4 à 5 kg sur 2 ans. En Suisse, l exenatide (Byetta ) est homologuée pour une utilisation en association avec les sulfonylurées et/ou la metformine chez des patients avec un BMI 028 kg/m 2. Gliptines: les gliptines sont des inhibiteurs oraux de la DPP-4 (dipeptidyl peptidase IV), une enzyme responsable de la dégradation du GLP-1 et du GIP (glucose-dependent insulinotropic peptide). Ces agents augmentent ainsi les taux plasmatiques de GLP-1 et de GIP. La réduction moyenne du taux d est de 0,7%. Les gliptines ont peu d effets indésirables connus. Januvia (sitagliptine) et Galvus (vildagliptine) sont commercialisés en Suisse. Les inhibiteurs de la DPP-4 n ont pas d effet sur le poids corporel. Le traitement aux analogues du GLP-1 ou aux gliptines offre une alternative aux traitements classiques lorsqu ils ne sont plus assez efficaces ou qu ils sont mal tolérés. En raison des incertitudes au sujet de la sécurité à long terme, ces agents ne doivent être considérés qu en 2 e ou 3 e intention. Rimonabant: le contrôle de l apport alimentaire et de la composition du corps sont influencés entre

5 RECOMMANDATIONS Forum Med Suisse 2009;9(3): Etape 1 Etape 2 (ou 1 re intention en cas d intolérance à la metformine) autres par le système endocannabinoïde. En tant qu antagoniste du récepteur cannabinoïde de type 1, le rimonabant agit sur le centre hypothalamique du contrôle de l appétit et réduit l apport calorique; il pourrait aussi augmenter la lipolyse. Dans l étude RIO Diabetes, le rimonabant a permis une réduction du poids de 3,9 kg sur une année et une amélioration du profil lipidique. Par rapport à la valeur initiale de 7,3%, le taux d a pu être réduit en moyenne de 0,6%. Les effets indésirables sont les nausées (12%) et des troubles anxieux (1,0% vs 0.3% sous placebo) et dépressifs (3,0% vs 1.3% sous placebo). Le rimonabant a été retiré du marché suisse et mondial pour ses effets secondaires (anxiété, dépression). 5. Initiation et adaptation du traitement Notre algorithme est basé sur les recommandations de l ADA/EASD. De plus, il contient les nouvelles classes qui sont intéressantes car elles sont neutres ou elles diminuent le poids corporel et le risque d hypoglycémie est réduit ou absent (fig. 2 x). Les modifications suivantes ont été apportées: En deuxième intention après la metformine, nous recommandons en principe des sulfonylurées ou de l insuline basale. En cas d insuffisance rénale, + Ajouter: sulfonylurée (ou glinide*) Ajouter: Glitazone ou gliptine ou analogue du GLP-1 Modification du mode de vie plus metformine Pour des situations spéciales** glitazone ou gliptine ou analogue du GLP-1 Ajouter: Sulfonylurée >8,5% Symptômes d une hyperglycémie/décompensation les glinides (repaglinide) peuvent être données en tant qu alternative aux sulfonylurées. Les glitazones sont recommandées dans des situations spéciales (par ex. insulinorésistance sévère, risque d hypoglycémie) en deuxième intention après la metformine. A la même place peuvent être utilisées les gliptines ou les analogues du GLP-1 (surtout pour empêcher une prise de poids). S il faut intensifier un traitement associant metformine et sulfonylurée, on a le choix outre l administration d insuline entre les glitazones et tous les nouveaux antidiabétiques. Algorithme pour l initiation et l adaptation d une insulinothérapie Algorithme simplifié et souvent utilisé en Suisse (selon le principe treat-to-target) avec une insuline basale: Début avec 10 U ou 0,2 U/kg, injection une fois par jour (en Suisse on commence plus souvent par 10 U que par 0,2 U/kg par jour). Mesure quotidienne de la glycémie à jeun et calculhebdomadairedelamoyenneglycémique des trois derniers jours. Si la moyenne est entre 5 et 7 mmol/l: aucune modification de la dose d insuline. Si la moyenne est entre 7 et 9 mmol/l: + 2 U d insuline basale. Si la moyenne est entre 9 et 11 mmol/l: + 4 U d insuline basale. Si la moyenne est entre 11 et 13 mmol/l: + 6 U d insuline basale. Si la moyenne est supérieure à 13 mmol/l: + 8 U d insuline basale. Si la moyenne est inférieure à 5 mmol/l (risque d hypoglycémie): 2 U d insuline basale. Si après titration de l insuline basale les taux de glycémie préprandiales restent élevés (>8 mmol): ajouter un analogue d insuline rapide (Humalog, Novorapid ou Apidra ) avant les repas principaux (par ex. 3 fois par jour): Début avec 4 U préprandial. Augmenter la dose au cours du traitement si les taux de glycémie préprandiales sont: >11 mmol/l: + 3 U 8 11 mmol/l: + 2 U >5,5 <8 mmol/l: pas de titration supplémentaire Ajouter l insuline basale (le plus efficace) Insulinothérapie intensifiée Figure 2 Schéma suisse pour le traitement du diabète de type 2: + Approche éprouvée; * surtout en cas d insuffisance rénale; ** en cas de risque d hypoglycémie, d insuffisance rénale, d insulinorésistance sévère, ou pour empêcher une prise de poids (voir tableau 1 pour plus de détails). III. Education du patient (patient empowerment) Généralités L éducation du patient est un élément essentiel du traitement antidiabétique. Dans le cadre de l éducation du patient, on distingue deux façons de procéder: l éducation individuelle et l éducation en groupe. Pour être efficace, elle doit être faite par des professionnels disposant d une formation spécifique dans ce domaine. Cette mesure doit aider le patient à gérer lui-même sa maladie et son

6 RECOMMANDATIONS Forum Med Suisse 2009;9(3): traitement dans la vie quotidienne et à collaborer utilement avec les autres partenaires du système de santé. Elle nécessite une approche globale de la prise en charge du patient. Ce réseau de santé doit inclure au moins un médecin, une infirmière et une diététicienne, ainsi que pour certains patients un psychologue et un psychothérapeute. Objectif de l éducation des diabétiques de type 2: permettre au patient et à son entourage l acquisition de compétences spécifiques (OMS, L éducation thérapeutique du patient, 1998). Liste des principales compétences conformément au groupe de travail de l OMS Connaître les objectifs thérapeutiques (taux de glycémie, tension artérielle, poids corporel, etc.) pour la gestion du traitement Connaître les buts du traitement Adapter l alimentation aux propres besoins spécifiques Appliquer quotidiennement son propre traitement Pratiquer régulièrement un exercice physique suffisant Identifier et corriger les épisodes d hypoglycémies par une prise d au moins 15 g d hydrate de carbone Pour plus de détails, consultez diabetesactiononline/en/index.html Conclusions/ Recommandations en résumé La prévalence du diabète de type 2 a énormément cru ces dernières années et entraîné une augmentation considérable des souffrances de la population et des coûts de la santé. La prévention doit par conséquent rester un objectif prioritaire pour le médecin de premier recours. En Suisse, le dépistage et le traitement incombent principalement aux médecins de premier recours, dans le cadre d une prise en charge pluridisciplinaire avec les diabétologues, les infirmières et diététiciennes en diabétologie. Les Recommandations pour une bonne pratique clinique soulignent l importance: d obtenir et maintenir des valeurs glycémiques proches de la norme, de débuter le traitement par une attitude motivationnelle pour responsabiliser le patient: qu il change son style de vie, augmente sa dépense énergétique, adapte son régime alimentaire et prenne régulièrement ses médicaments, lorsque les buts de traitement ne sont pas atteints, proposer rapidement un traitement médicamenteux combiné. Composition du groupe d experts Michael Brändle, Endocrinologie/diabétologie, Kantonsspital St. Gallen Jacques Carrel, Médecine générale, Fribourg Peter Diem, Endocrinologie/diabétologie, Inselspital Bern Ulrich Keller, Endocrinologie/diabétologie, Universitätsspital Basel François Kuntschen, Endocrinologie/diabétologie, Monthey Jacques Philippe, Endocrinologie/diabétologie, Hôpitaux Universitaires de Genève Juan Ruiz, Endocrinologie/diabétologie, Centre Hospitalier Universitaire Vaudois Giatgen A. Spinas, Endocrinologie/diabétologie, Universitätsspital Zürich Matthias Stahl, Endocrinologie/diabétologie, Kantonsspital Olten Benno Weissenberger, Médecine interne, Basel Le contenu des textes paraissant dans la rubrique «Recommandations» n est pas révisé par la rédaction et est sous la responsabilité des auteurs. Correspondance: Prof. Jacques Philippe Chef de Service Service d endocrinologie, diabétologie et nutrition 24, rue Micheli-du-Crest CH-1205 Genève Références 1 Nathan DM, Buse JB, Davidson MB, et al. Management of hyperglycemia in type 2 diabetes: A consensus algorithm for the initiation and adjustment of therapy. A consensus statement from the American Diabetes Association and the European Association for the Study of Diabetes. Diabetes Care. 2006;29: Nathan DM, Buse JB, Davidson MB, et al. Management of hyperglycaemia in type 2 diabetes mellitus: a consensus algorithm for the initiation and adjustment of therapy. Update regarding thiazolidinediones. Diabetes Care. 2008;1: Diabetes control and complications trial research group: the effect of intensive diabetes treatment on the development and progression of long-term complications in insulin-dependent diabetes mellitus: the Diabetes control and complications Trial. N Engl J Med. 1993;329: UK Prospective Diabetes Study (UKPDS) Group. Intensive blood glucose control with sulphonylureas or insulin compared with conventional treatment and risk of complication in patients with type 2 diabetes (UKPDS 34). Lancet. 1998; 352: UK Prospective Diabetes Study (UKPDS) Group. Effect of intensive blood glucose control with metformin on complication in overweight patients with type 2 diabetes (UKPDS 34). Lancet. 1998;352: Ohkubo Y, Kishikawa H, Araki E, et al. Intensive insuline therapy prevents the progression of diabetic microvascular complications in Japanese patients with NIDDM: A randomized prospective 6-year study. Diabetes Res Clin Pract. 1995;28: Gaede P, Lund-Andersen H, Parving HH, Pedersen O. Effect of a multifactorial intervention on mortality in type 2 diabetes. N Engl J Med. 2008;358: Kahn SE, Haffner SM, Heise MA, et al. Glycemic durability of rosiglitazone, metformin, or glyburide monotherapy. N Engl J Med. 2006;355: Action to Control Cardiovascular Risk in Diabetes Study Group et al. Effects of intensive glucose lowering in type 2 diabetes. N Engl J Med. 2008;358(24): Sigal RJ, Kenny GP, Wasserman DH, et al. Physical activity/exercise and type 2 diabetes: a consensus statement from the American Diabetes Association. Diabetes Care. 2006; 29: Klein S, Sheard NF, Pi-Sunyer X, et al. American Diabetes Association; North American Association for the Study of Obesity; American Society for Clinical Nutrition. Weight management through lifestyle modification for the prevention and management of type 2 diabetes: rationale and strategies: a statement of the American Diabetes Association, the North American Association for the Study of Obesity, and the American Society for Clinical Nutrition. Diabetes Care. 2004;27: U.K. Prospective Diabetes Study Group. U.K. prospective diabetes study 16. Overview of 6 years therapy of type II diabetes: a progressive disease. Diabetes 1995; 44:

Le traitement pharmacologique du diabète de type 2 : que devez-vous savoir?

Le traitement pharmacologique du diabète de type 2 : que devez-vous savoir? Le traitement pharmacologique du diabète de type 2 : que devez-vous savoir? Le diabète de type 2 est une maladie chronique et progressive dont l incidence va en augmentant. Il n existe pas de traitement

Plus en détail

ACTUALITES THERAPEUTIQUES DANS LE DIABETE DE TYPE 2. Docteur R.POTIER

ACTUALITES THERAPEUTIQUES DANS LE DIABETE DE TYPE 2. Docteur R.POTIER ACTUALITES THERAPEUTIQUES DANS LE DIABETE DE TYPE 2 Docteur R.POTIER DEFINITION DU DIABETE soit : Syndrome polyuro-polydipsique + amaigrissement + 1 glycémie > 2g/L 2 glycémies à jeun > 1,26g/l 1 glycémie

Plus en détail

TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX DU DIABETE DE TYPE 2 (Hors Insuline) MAREDIA Dr Marc DURAND

TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX DU DIABETE DE TYPE 2 (Hors Insuline) MAREDIA Dr Marc DURAND TRAITEMENTS MEDICAMENTEUX DU DIABETE DE TYPE 2 (Hors Insuline) MAREDIA Dr Marc DURAND PHYSIOPATHOLOGIE DE L HYPERGLYCEMIE DU DT2 Tube digestif Pancréas endocrine α β Tissu adipeux cellules β insuline cellules

Plus en détail

INSULINOTHERAPIE FONCTIONNELLE

INSULINOTHERAPIE FONCTIONNELLE Synthèse personnelle INSULINOTHERAPIE FONCTIONNELLE De nos jours, le diabète inuslinodépendant ne connaît aucun traitement pouvant éviter l injection d insuline. L insulinothérapie fonctionnelle est une

Plus en détail

Le diabète en pédiatrie

Le diabète en pédiatrie Le diabète en pédiatrie Dre Isabelle Bouchard Pédiatre Clinique de diabète pédiatrique du CHUL Janvier 2012 Objectifs 1) Connaître les différences physiopathologiques entre le diabète type 1 et type 2

Plus en détail

Titre : «CYCLISME ET DIABETE DE TYPE 1» Auteur(s) : Docteur Karim BELAID. Catégorie : Médecine du Sport - Diaporama, 20 vues.

Titre : «CYCLISME ET DIABETE DE TYPE 1» Auteur(s) : Docteur Karim BELAID. Catégorie : Médecine du Sport - Diaporama, 20 vues. Titre : «CYCLISME ET DIABETE DE TYPE 1» Auteur(s) : Docteur Karim BELAID Catégorie : Médecine du Sport - Diaporama, 20 vues. Date de présentation : 2014 Lieu : Roubaix. Mis à disponibilité sur le site

Plus en détail

THÉRAPEUTIQUES. Détémir et glargine : analogues lents de l'insuline

THÉRAPEUTIQUES. Détémir et glargine : analogues lents de l'insuline Deux analogues lents de l'insuline ont été successivement mis sur le marché : la glargine (Lantus ) en 2003 et la détémir (Levemir ) en 2005. Qu'apportent ces nouvelles insulines pour la prise en charge

Plus en détail

L autogestion de l insulinothérapie basale plus 1

L autogestion de l insulinothérapie basale plus 1 L autogestion de l insulinothérapie basale plus 1 Le traitement combiné insuline basale et hypoglycémiants oraux est un traitement éprouvé et efficace pour amorcer en douceur l insulinothérapie. Il est

Plus en détail

Diabète et hypoglycémies

Diabète et hypoglycémies Diabète et hypoglycémies Docteur Karim LACHGAR Chef de service de diabétologie endocrinologie Hôpital Simone Veil Eaubonne Montmorency Karim.lachgar@ch-simoneveil.fr 15 e journée des associations du Val

Plus en détail

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE

ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE ÉVALUATION DE LA PERSONNE ATTEINTE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE PRISE EN CHARGE SYSTÉMATISÉE DES PERSONNES ATTEINTES D HYPERTENSION ARTÉRIELLE SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE D HYPERTENSION ARTÉRIELLE 23 ÉVALUATION DE

Plus en détail

Mieux vivre avec un diabète de type 2. Matériel d information pour patients atteints d un diabète de type 2

Mieux vivre avec un diabète de type 2. Matériel d information pour patients atteints d un diabète de type 2 Mieux vivre avec un diabète de type 2 Matériel d information pour patients atteints d un diabète de type 2 Mieux vivre avec un diabète de type 2 Le chevalet à feuilles mobiles «Mieux vivre avec un diabète

Plus en détail

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE 1- Définition : Le diabète sucré se définit par une élévation anormale et chronique de la glycémie. Cette anomalie est commune à tous les types de diabète sucré, mais

Plus en détail

Un diabète de type 2. Vers un programme Sport Santé pour les personnes vivant avec. Atelier animé par :

Un diabète de type 2. Vers un programme Sport Santé pour les personnes vivant avec. Atelier animé par : Vers un programme Sport Santé pour les personnes vivant avec Un diabète de type 2 Atelier animé par : Pr Martine Duclos CHU Montpied, Clermont-ferrand Dr Julien Aucouturier UFR STAPS, Lille Séminaire interactif

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

Diabète:généralités DEFINITION DIABETE DE TYPE 1

Diabète:généralités DEFINITION DIABETE DE TYPE 1 DEFINITION Diabète:généralités Recommandations OMS: -glycémie à jeun normale:

Plus en détail

Chapitre II La régulation de la glycémie

Chapitre II La régulation de la glycémie Chapitre II La régulation de la glycémie Glycémie : concentration de glucose dans le sang valeur proche de 1g/L Hypoglycémie : perte de connaissance, troubles de la vue, voire coma. Hyperglycémie chronique

Plus en détail

Gestion de l insuline iv. : version pour les Soins continus de médecine

Gestion de l insuline iv. : version pour les Soins continus de médecine CENTRE HOSPALIER UNIVERSAIRE VAUDOIS - 1011 Lausanne Service de médecine Centre des Maladies Cardio-vasculaires et métaboliques Service d endocrinologie, diabétologie et métabolisme Gestion de l insuline

Plus en détail

L influence du sport sur le traitement du diabète de type 1

L influence du sport sur le traitement du diabète de type 1 L influence du sport sur le traitement du diabète de type 1 Contenu 1. Bénéfice du sport pour patients avec diabète de type 1 2. Aspects physiologiques du sport en rapport avec la glycémie en général 3.

Plus en détail

Amélioration du traitement du diabète par les nouvelles générations d insuline.

Amélioration du traitement du diabète par les nouvelles générations d insuline. Amélioration du traitement du diabète par les nouvelles générations d insuline. Pr David L. Russell-Jones, MBBS, BSc, MD, FRCP WebMD Global, LLC Ce document est uniquement informatif. La lecture de ce

Plus en détail

Primeurs en cardiologie I

Primeurs en cardiologie I Primeurs en cardiologie I Chicago Emmanuèle Garnier Le congrès de l American College of Cardiology (ACC), qui avait lieu du 29 mars au 1 er avril, a permis le dévoilement en primeur de nombreux résultats

Plus en détail

Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent

Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE Diabète de type 1 de l enfant et de l adolescent Juillet 2007 Juillet 2007 1 Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service communication

Plus en détail

Le jeune diabétique à l école

Le jeune diabétique à l école Le jeune diabétique à l école Défis et Solutions Prof. Marc Maes Equipe de diabétologie pédiatrique Centre de convention Cliniques Universitaires St Luc 1200 Bruxelles Marc.Maes@uclouvain.be Le jeune diabétique

Plus en détail

Diabète et risque cardiovasculaire: Le syndrome métabolique en question

Diabète et risque cardiovasculaire: Le syndrome métabolique en question Diabète et risque cardiovasculaire: Le syndrome métabolique en question Eugène Sobngwi, MD, PhD Service d Endocrinologie d Diabétologie Hôpital Saint-Louis, Paris 10 / INSERM U 671 Le diabète sucré en

Plus en détail

Les Jeudis de l'europe

Les Jeudis de l'europe LE DIABETE SUCRE EST DEFINI EN DEHORS DE TOUT EPISODE DIABETOGENE : 1.26 g/l SOIT 7 mmol/l PREVALENCE DU DIABETE DE TYPE 2 EN FRANCE METROPOLITAINE 3.4 % AGE = 63 ANS HOMMES = 54% 25% > 75 ans OUTRE MER

Plus en détail

LE GRAND LIVRE Du. Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel. Prévenir les complications. et surveiller la maladie

LE GRAND LIVRE Du. Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel. Prévenir les complications. et surveiller la maladie Pr Jean-Jacques Altman Dr Roxane Ducloux Dr Laurence Lévy-Dutel LE GRAND LIVRE Du diabète Vivre avec le diabète à tout âge Traiter et surveiller la maladie Prévenir les complications, 2012 ISBN : 978-2-212-55509-7

Plus en détail

Insulinothérapie et diabète de type 1

Insulinothérapie et diabète de type 1 Insulinothérapie et diabète de type 1 Introduction: la molécule d insuline L instauration de l insulinothérapie Dispositif d administration de l insuline Les propriétés de l insuline Insuline et schémas

Plus en détail

Le diabète de type 2 ou diabète non insulinodépendant

Le diabète de type 2 ou diabète non insulinodépendant Le diabète de type 2 ou diabète non insulinodépendant (DNID) (223b) Professeur Serge HALIMI Avril 2003 (Mise à jour Février 2005) Pré-requis : Physiologie de la régulation de la glycémie Actions de l insuline

Plus en détail

Vous êtes diabétique. Vous conduisez un véhicule routier.

Vous êtes diabétique. Vous conduisez un véhicule routier. Vous êtes diabétique. Vous conduisez un véhicule routier. Pour votre sécurité et la nôtre Savez vous qu il existe des règles de sécurité que vous devez respecter? Document produit à l intention des patients

Plus en détail

Ordonnance collective

Ordonnance collective Centre de Santé et de Services sociaux de Québec-Nord NUMÉRO DE L ORDONNANCE: OC-31 Ordonnance collective Nom de l ordonnance: Initier des analyses de laboratoire pour le suivi de la clientèle présentant

Plus en détail

Le VIH et votre cœur

Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Le VIH et votre cœur Que dois-je savoir au sujet de mon cœur? Les maladies cardiovasculaires représentent une des cause les plus courante de décès, elles incluent: les maladies coronariennes,

Plus en détail

Diabète de type 1 et haute montagne. Revue de la littérature

Diabète de type 1 et haute montagne. Revue de la littérature Diabète de type 1 et haute montagne Revue de la littérature Contre-indications absolues Diabète mal équilibré : hypoglycémies sévères mal ressenties, acido-cétose. Présence de complications du diabète

Plus en détail

L ajustement de l insuline au quotidien

L ajustement de l insuline au quotidien LA MAJORITÉ DES COMPLICATIONS chroniques du diabète sont liées, de près ou de loin, à l hyperglycémie 1. L hyperglycémie chronique peut entraîner d importantes séquelles à long terme et causer des lésions,

Plus en détail

Renseignements : Secrétariat Dispositif Diabest Tél. 021 923 48 89 www.reseau-sante-haut-leman.ch, rubrique diabétologie

Renseignements : Secrétariat Dispositif Diabest Tél. 021 923 48 89 www.reseau-sante-haut-leman.ch, rubrique diabétologie INFORMATION EN SANTE PUBLIQUE Cours et ateliers DIABEST 2015 Le Dispositif Diabest est composé d un ensemble de professionnels reconnus dans leurs domaines respectifs de spécialisation et proposant différentes

Plus en détail

Pathologie VIH. Service maladies infectieuses Archet 1. Françoise ALEXIS, infirmière Monique BORGHI, infirmière 15 octobre 2013

Pathologie VIH. Service maladies infectieuses Archet 1. Françoise ALEXIS, infirmière Monique BORGHI, infirmière 15 octobre 2013 Pathologie VIH Service maladies infectieuses Archet 1 Françoise ALEXIS, infirmière Monique BORGHI, infirmière 15 octobre 2013 Les traitements antirétroviraux Sont classés en 5 familles selon leur mode

Plus en détail

Le diabète de type 1 UNSPF. Ségolène Gurnot

Le diabète de type 1 UNSPF. Ségolène Gurnot Le diabète de type 1 UNSPF Ségolène Gurnot Juin 2013 Légende Entrée du glossaire Abréviation Référence Bibliographique Référence générale Table des matières Introduction 5 I - Introduction 7 A. Quelle

Plus en détail

Recommandations SFC/ALFEDIAM sur la prise en charge du patient diabétique vu par le cardiologue

Recommandations SFC/ALFEDIAM sur la prise en charge du patient diabétique vu par le cardiologue RECOMMANDATIONS SFC/ALFEDIAM Recommandations SFC/ALFEDIAM sur la prise en charge du patient diabétique vu par le cardiologue Recommandations, argumentaire, références B. Charbonnel, B. Bouhanick, C. Le

Plus en détail

DIABETE ET SPORT. Dominique HUET Hopital Saint Joseph PARIS

DIABETE ET SPORT. Dominique HUET Hopital Saint Joseph PARIS DIABETE ET SPORT Dominique HUET Hopital Saint Joseph PARIS DIABETE TYPE 1#TYPE 2 Jeunes sportifs Risque hypoglycémie Adaptation schémas Autosurveillance +++ Sports souvent sources de difficultés Contre

Plus en détail

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon

L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie. DANIEL RIGAUD CHU de Dijon L obésité et le diabète de type 2 en France : un défi pour la prochaine décennie DANIEL RIGAUD CHU de Dijon 46 Obésité : définition L obésité est définie comme un excès de masse grasse associée à un surcroît

Plus en détail

Enfants et adolescents diabétiques Problématiques courantes en médecine générale dominique.beckers@uclouvain.be

Enfants et adolescents diabétiques Problématiques courantes en médecine générale dominique.beckers@uclouvain.be Enfants et adolescents diabétiques Problématiques courantes en médecine générale dominique.beckers@uclouvain.be Hyperglycémies Acido-cétose = Insulinopénie * Au moment du diagnostic (dépistage) * Lors

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

RECOMMANDATION PROFESSIONNELLE TRAITEMENT MEDICAMENTEUX DU DIABETE DE TYPE 2. (Actualisation) Recommandation de Bonne Pratique RECOMMANDATIONS

RECOMMANDATION PROFESSIONNELLE TRAITEMENT MEDICAMENTEUX DU DIABETE DE TYPE 2. (Actualisation) Recommandation de Bonne Pratique RECOMMANDATIONS TRAITEMENT MEDICAMENTEUX DU DIABETE DE TYPE 2 (ACTUALISATION) : RECOMMANDATIONS RECOMMANDATION PROFESSIONNELLE TRAITEMENT MEDICAMENTEUX DU DIABETE DE TYPE 2 (Actualisation) Recommandation de Bonne Pratique

Plus en détail

Evaluation de la prise en charge du diabète

Evaluation de la prise en charge du diabète Inspection générale des affaires sociales RM2012-033P Evaluation de la prise en charge du diabète TOME I RAPPORT Établi par Annick MOREL D r Gilles LECOQ Danièle JOURDAIN-MENNINGER Membres de l Inspection

Plus en détail

Utilisation des substrats énergétiques

Utilisation des substrats énergétiques Utilisation des substrats énergétiques Collège des Enseignants de Nutrition Date de création du document 2010-2011 Table des matières I Les organes et les substrats... 3 I.1 Les substrats énergétiques...

Plus en détail

Diabète Type 2. Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques

Diabète Type 2. Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques Diabète Type 2 Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques Épidémiologie 90% de tous les cas de diabètes Environ 1 personne sur 20 est atteinte Diabète gras Facteur de risque majeur pour les

Plus en détail

«Je suis diabétique» Informations sur la prise en charge d enfants diabétiques à l école. Pour les parents et les enseignants

«Je suis diabétique» Informations sur la prise en charge d enfants diabétiques à l école. Pour les parents et les enseignants «Je suis diabétique» Informations sur la prise en charge d enfants diabétiques à l école Pour les parents et les enseignants C est parti! Compréhensible et compacte: par le biais de cette brochure, parents

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

Diabète et exercice physique

Diabète et exercice physique excer.phys_062004 13-07-2004 10:52 Pagina 1 Diabète et exercice physique un service de excer.phys_062004 13-07-2004 10:52 Pagina 2 2 Diabète et exercice physique La présente brochure a pu être réalisée

Plus en détail

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre insuffisance cardiaque Vivre avec une insuffisance cardiaque Décembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

ntred 2007 Résultats de l étude Description des personnes diabétiques

ntred 2007 Résultats de l étude Description des personnes diabétiques Résultats de l étude ntred 2007 EÉCHANTILLON NATIONAL TÉMOIN REPRÉSENTATIF DES PERSONNES DIABÉTIQUES Le diabète est une maladie chronique de plus en plus fréquente, qui touche en France plus de 2 millions

Plus en détail

Le diabète en France L épidémie silencieuse du XXI ème siècle. Optimiser la prise en charge du diabète afin de limiter son expansion et son coût

Le diabète en France L épidémie silencieuse du XXI ème siècle. Optimiser la prise en charge du diabète afin de limiter son expansion et son coût Le diabète en France L épidémie silencieuse du XXI ème siècle Optimiser la prise en charge du diabète afin de limiter son expansion et son coût Le diabète est une véritable épidémie. Cette maladie chronique

Plus en détail

Guide de prise en charge du diabete de type 2 pour l afrique sub-saharienne. Fédération Internationale du Diabète Region Afrique

Guide de prise en charge du diabete de type 2 pour l afrique sub-saharienne. Fédération Internationale du Diabète Region Afrique Guide de prise en charge du diabete de type 2 pour l afrique sub-saharienne Fédération Internationale du Diabète Region Afrique i TABLE DES MATIERES REMERCIEMENTS... 1 1. AVANT-PROPOS... 2 2. PREFACE...

Plus en détail

PROMOTION DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET ADOLESCENTS DIABÉTIQUES DE TYPE I

PROMOTION DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET ADOLESCENTS DIABÉTIQUES DE TYPE I PROMOTION DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET ADOLESCENTS DIABÉTIQUES DE TYPE I UN PROJET DU PROGRAMME CANTONAL DIABÈTE Jérôme Spring Maître de sport APA Diabétologie pédiatrique Riviera-Chablais

Plus en détail

Le VIH et votre apparence physique

Le VIH et votre apparence physique Le VIH et votre apparence physique Le VIH et votre apparence physique Les personnes séropositives subissent-elles souvent des changements de l apparence physique? Il est difficile de dire avec exactitude

Plus en détail

J aimerais garder les hypoglycémies sous contrôle - Que puis-je faire?

J aimerais garder les hypoglycémies sous contrôle - Que puis-je faire? Simon Equilibré grâce à sa pompe depuis 2004 J aimerais garder les hypoglycémies sous contrôle - Que puis-je faire? L hypoglycémie peut être l une des préoccupations majeures des diabétiques de type 1,

Plus en détail

Evaluation des pratiques professionnelles. Diabète et travail

Evaluation des pratiques professionnelles. Diabète et travail Evaluation des pratiques professionnelles Diabète et travail 1 Cas clinique Homme de 35 ans, diabète de type 1 diagnostiqué à l age de 18 ans. En 1990, il est cariste, pontier en cabine, travaille en 3X8.

Plus en détail

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin Thérapeutique anti-vhc et travail maritime O. Farret HIA Bégin Introduction «L hépatite C est une maladie le plus souvent mineure, mais potentiellement cancérigène, qu on peut ne pas traiter et surveiller

Plus en détail

UN ENNEMI DU CŒUR ET DES ARTÈRES

UN ENNEMI DU CŒUR ET DES ARTÈRES DIABÈTE UN ENNEMI DU CŒUR ET DES ARTÈRES La Fédération Française de Cardiologie finance : prévention, recherche, réadaptation et gestes qui sauvent grâce à la générosité de ses donateurs UN ENNEMI DU CŒUR

Plus en détail

Le diabète en pédiatrie

Le diabète en pédiatrie Mise à jour diabète 2010 Le diabète en pédiatrie AUSSI... Quoi de neuf dans le traitement du diabète? Un supplément de Quoi de neuf en matière de diabète? Aperçu des nouvelles tendances en matière de prévention,

Plus en détail

CAHIER SPÉCIAL www.contrelediabete.fr Nathalie Ferron

CAHIER SPÉCIAL www.contrelediabete.fr Nathalie Ferron CAHIER SPÉCIAL 2 e Semaine nationale de prévention du diabète Se prémunir contre le diabète Du 3 au 9 juin 2013 aura lieu partout en France la seconde Semaine nationale de prévention du diabète organisée

Plus en détail

diabète Le diabète est l assimilation, de glucose (sucre) apporté par On peut être diabétique sans

diabète Le diabète est l assimilation, de glucose (sucre) apporté par On peut être diabétique sans Tout savoir sur le Le est une maladie chronique incurable qui se traduit par une élévation anormale du taux de sucre dans le sang. Sans traitement approprié, cette maladie peut être à l origine de graves

Plus en détail

LE PSORIASIS ET SES CO-MORBIDITES PARTICULIEREMENT LE DIABETE

LE PSORIASIS ET SES CO-MORBIDITES PARTICULIEREMENT LE DIABETE LE PSORIASIS ET SES CO-MORBIDITES PARTICULIEREMENT LE DIABETE Le psoriasis est apparu longtemps comme une maladie de peau isolée mais des études épidémiologiques internationales ces dernières années ont

Plus en détail

Avis 1 er octobre 2014

Avis 1 er octobre 2014 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 1 er octobre 2014 Le projet d avis adopté par la Commission de la Transparence le 23 avril 2014 a fait l objet d une audition le 1 er octobre 2014. INSUMAN IMPLANTABLE

Plus en détail

chez le diabétique de type 2 : la peur de l hypoglycémie

chez le diabétique de type 2 : la peur de l hypoglycémie L exercice chez le diabétique de type 2 : la peur de l hypoglycémie Le diabète de type 2 est destiné, dans les prochaines années, à atteindre des proportions endémiques, autant chez les enfants et les

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR SUR LE DIABÈTE CE QU IL FAUT SAVOIR SUR LES TRAITEMENTS

CE QU IL FAUT SAVOIR SUR LE DIABÈTE CE QU IL FAUT SAVOIR SUR LES TRAITEMENTS CE QU IL FAUT SAVOIR SUR LE DIABÈTE Qu est-ce que le diabète? - Le diabète de type 1, c est quoi? - Le diabète de type 2, c est quoi? Une hypoglycémie, c est quoi? - Quelles sont les principales causes

Plus en détail

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé

e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé e-santé du transplanté rénal : la télémédecine au service du greffé Professeur Michèle Kessler CHU de Nancy et réseau Néphrolor L une des applications de la télémédecine est la télésurveillance à domicile,

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE. Avis. 23 mai 2007 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Avis 23 mai 2007 SUTENT 12,5 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 265-0) SUTENT 25 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 266-7) SUTENT 50 mg, gélule Flacon de 30 (CIP: 376 267-3)

Plus en détail

Service d Endocrinologie, Diabétologie et Médecine de la Reproduction Hôpital de l Archet 2 04.92.03.55.19. chevalier.n@chu-nice.

Service d Endocrinologie, Diabétologie et Médecine de la Reproduction Hôpital de l Archet 2 04.92.03.55.19. chevalier.n@chu-nice. Service d Endocrinologie, Diabétologie et Médecine de la Reproduction Hôpital de l Archet 2 04.92.03.55.19 chevalier.n@chu-nice.fr ANATOMIE ET PHYSIOLOGIE DU PANCRÉAS ENDOCRINE ANATOMIE ANATOMIE HISTOLOGIE

Plus en détail

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Questions / Réponses Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Quelques chiffres sur les troubles du sommeil et la consommation de benzodiazépines

Plus en détail

Rentrée 2014 Francine Eichenberger Diététicienne

Rentrée 2014 Francine Eichenberger Diététicienne Rentrée 2014 Francine Eichenberger Diététicienne L alimentation : partie intégrante de la prise en charge de l enfant et de l adolescent diabétique base du traitement avec l insulinothérapie et l activité

Plus en détail

Activité physique Les bénéfices pour mon diabète

Activité physique Les bénéfices pour mon diabète Activité physique Les bénéfices pour mon diabète www.afd.asso.fr Fédération Française EPMM Sports pour Tous Activité physique, pourquoi? Bien que l activité physique régulière fasse partie intégrante de

Plus en détail

Obésité et psoriasis Données actuelles et questions au spécialiste en nutrition

Obésité et psoriasis Données actuelles et questions au spécialiste en nutrition Obésité et psoriasis Données actuelles et questions au spécialiste en nutrition Emilie MONTASTIER, Carle PAUL Endocrinologie, Nutrition, Dermatologie Université Paul Sabatier, Hôpital Larrey UMR CNRS 5165,

Plus en détail

L avenir du coût des médicaments Point de vue des régimes d'assurancemédicaments. Présenté par : Michel de Paiva

L avenir du coût des médicaments Point de vue des régimes d'assurancemédicaments. Présenté par : Michel de Paiva L avenir du coût des médicaments Point de vue des régimes d'assurancemédicaments privés Présenté par : Michel de Paiva L avenir du coût des médicaments Principaux facteurs à considérer: Changement de la

Plus en détail

Dossier d information sur les bêtabloquants

Dossier d information sur les bêtabloquants Dossier d information sur les bêtabloquants Septembre 2014 I. Rappel sur les récepteurs bêta-adrénergiques Il y a actuellement 3 sortes de récepteurs bêta-adrénergiques connus: - Les récepteurs 1 qui sont

Plus en détail

Boughanmi Hajer. JAOUA Noureddine. Membre du bureau exécutif de l OTEF

Boughanmi Hajer. JAOUA Noureddine. Membre du bureau exécutif de l OTEF Organisation Tunisienne pour L Éducation et de la Famille Elaboré par Diabète infantile Boughanmi Hajer Encadré par : Licence appliquée en Biotechnologie JAOUA Noureddine Membre du bureau exécutif de l

Plus en détail

Les triptans. quel casse-tête! Kim Messier et Michel Lapierre. Vous voulez prescrire des triptans? Lisez ce qui suit!

Les triptans. quel casse-tête! Kim Messier et Michel Lapierre. Vous voulez prescrire des triptans? Lisez ce qui suit! Fédération des médecins omnipraticiens du Québec Les triptans quel casse-tête! Kim Messier et Michel Lapierre Vous voulez prescrire des triptans? Lisez ce qui suit! Les triptans, des agonistes sélectifs

Plus en détail

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS

PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS PRINTEMPS MEDICAL DE BOURGOGNE ASSOCIATIONS ANTIAGREGANTS ET ANTICOAGULANTS : INDICATIONS ET CONTRE INDICATIONS Dr Mourot cardiologue Hôpital d Auxerre le 31 mars 2012 PLAN DE LA PRESENTATION ASSOCIATION

Plus en détail

Diabète Maladies thyroïdiennes. Beat Schmid Endocrinologie Hôpital cantonal de Schaffhouse

Diabète Maladies thyroïdiennes. Beat Schmid Endocrinologie Hôpital cantonal de Schaffhouse Diabète Maladies thyroïdiennes Beat Schmid Endocrinologie Hôpital cantonal de Schaffhouse Les hormones Porteuses d'informations chimiques (communication entre diverses cellules) Transport vers les organes

Plus en détail

Quelle est l incidence

Quelle est l incidence Printemps 2012 Quelle est l incidence de ce médicament en voie de commercialisation sur mon régime d assurance-? Quelle est l incidence de ce médicament en voie de commercialisation sur mon régime d assurance?

Plus en détail

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Traiter en urgence en présence de trophozoïtes Plus de 80% des paludismes d importation en

Plus en détail

Diabète de type 1: Informations destinées aux enseignants

Diabète de type 1: Informations destinées aux enseignants Diabète de type 1: Informations destinées aux enseignants Le diabète chez les jeunes Le diabète de type 1 est une maladie très difficile à affronter, surtout quand on est jeune. Malheureusement, si quelque

Plus en détail

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé

chronique La maladie rénale Un risque pour bon nombre de vos patients Document destiné aux professionnels de santé Document destiné aux professionnels de santé Agence relevant du ministère de la santé La maladie rénale chronique Un risque pour bon nombre de vos patients Clés pour la dépister et ralentir sa progression

Plus en détail

La gestion du diabète lors des sports : apports des nouvelles technologies

La gestion du diabète lors des sports : apports des nouvelles technologies U S D Union Sports & Diabète La gestion du diabète lors des sports : apports des nouvelles technologies Journées nationales des diabétiques qui bougent, Vichy 17-18-19 mai 2013 Docteur Muriel TSCHUDNOWSKY

Plus en détail

Fiche de synthèse. Learn. Les points essentiels pour l accompagnement d un patient diabétique. Parcours : Prise en charge du diabète à l officine

Fiche de synthèse. Learn. Les points essentiels pour l accompagnement d un patient diabétique. Parcours : Prise en charge du diabète à l officine Les points essentiels pour l accompagnement d un patient diabétique Dans toutes les situations Privilégiez la phase de découverte Savoir comment le patient et/ou l accompagnant perçoivent le diabète. Permettre

Plus en détail

Les nouveaux traitements de fond de la SEP

Les nouveaux traitements de fond de la SEP Sclérose en plaques : les nouveaux traitements Guillaume MATHEY, Hôpital de Metz-Mercy Les nouveaux traitements de fond de la SEP Le but des traitements de fond Forme par poussées 2 ième ligne TYSABRI

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 octobre 2011

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 19 octobre 2011 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 19 octobre 2011 PEDIAVEN AP-HP G15, solution pour perfusion 1000 ml de solution en poche bi-compartiment, boîte de 4 (CIP: 419 999-0) PEDIAVEN AP-HP G20, solution pour

Plus en détail

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014

Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC. Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Les nouveaux anticoagulants oraux, FA et AVC Docteur Thalie TRAISSAC Hôpital Saint André CAPCV 15 février 2014 Un AVC toutes les 4 minutes 1 130 000 AVC par an en France 1 770 000 personnes ont été victimes

Plus en détail

Vivre avec le diabète. Brochure d information des entreprises pharmaceutiques suisses pratiquant la recherche

Vivre avec le diabète. Brochure d information des entreprises pharmaceutiques suisses pratiquant la recherche Vivre avec le diabète Brochure d information des entreprises pharmaceutiques suisses pratiquant la recherche Une épidémie annoncée...4 Diabète de type 1: genèse, diagnostic, traitement...5 Diabète de

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Surpoids et obésité de l adulte : prise en charge médicale de premier recours

Surpoids et obésité de l adulte : prise en charge médicale de premier recours Surpoids et obésité de l adulte : prise en charge médicale de premier recours Septembre 2011 Pourquoi repérer l excès de poids? Que faire chez les sujets ayant un âge physiologique avancé? Quand diagnostiquer

Plus en détail

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux

Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Pharmacologie des «nouveaux» anticoagulants oraux Apixaban, Dabigatran, Rivaroxaban Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046 et CIC 9301 INSERM-CHRU, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ. Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé

PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ. Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé PROGRESSEZ EN SPORT ET EN SANTÉ Mieux vivre avec ma maladie chronique, Me soigner par l activité physique Programmes Santé À chacun son stade! Votre profil est unique, votre réponse à l exercice physique

Plus en détail

Diabète Instable: Comment le comprendre et l Améliorer?

Diabète Instable: Comment le comprendre et l Améliorer? Qu est-ce qu un Diabète Instable? Absence de définition consensuelle établie. Diabète Instable: Comment le Comprendre et l Améliorer? Professeur Eric Renard Département d Endocrinologie, Diabète, Nutrition

Plus en détail

Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement

Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement Évaluation du risque cardiovasculaire dans le contexte de l hypertension artérielle et de son traitement DIU HTA François Gueyffier Service de pharmacologie clinique UMR CNRS 5558 CIC 201, LYON francois.gueyffier@chu-lyon.fr

Plus en détail

Efficacité et risques des médicaments : le rôle du pharmacien

Efficacité et risques des médicaments : le rôle du pharmacien Société vaudoise de pharmacie, février 2008 Efficacité et risques des médicaments : le rôle du pharmacien Olivier Bugnon, Professeur adjoint en Pharmacie communautaire, Ecole de Pharmacie Genève-Lausanne;

Plus en détail

Logiciels d éducation à la Nutrition et à l activité physique

Logiciels d éducation à la Nutrition et à l activité physique Université d été E-Santé Castres-Mazamet 4, 5, 6 juillet 2012 «Des supports numériques au service de l éducation thérapeutique des patients» Logiciels d éducation à la Nutrition et à l activité physique

Plus en détail

Diabète de type 2 et activité physique

Diabète de type 2 et activité physique 31/05/2012 Diabète de type 2 et activité physique Dr George Krzentowski Diabétologue CHU de Charleroi Avec le soutien de MORTALITE ET ACTIVITE PHYSIQUE «La marche est le meilleur traitement pour l homme»

Plus en détail

Un tsunami économique

Un tsunami économique Un tsunami économique le coût du diabète au Canada Décembre 2009 Table des matières Sommaire... 2 Introduction... 5 Qu est-ce que le diabète?... 5 Modèle canadien des coûts du diabète... 8 Présentation

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail