Sommaire. Communications I.E.C. Fiscalité

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sommaire. Communications I.E.C. Fiscalité"

Transcription

1 Numéro novembre e année Sommaire Communications I.E.C. Euro : à mi-parcours de la période transitoire! Il reste peu de temps pour se préparer à l'euro. M. Charles Picqué, ministre fédéral de l Economie et de la Recherche scientifique vient de nous le rappeler dans une lettre informative dont vous trouverez une copie en annexe. Nominations La lecture du Moniteur du 28 octobre 2000 nous apprend la désignation de M. Alain Zenner en tant que Commissaire du Gouvernement, adjoint au ministre des Finances. De son côté, M. Peter Praet, l'ancien chef de cabinet du même ministre des Finances, a été nommé Directeur de la Banque Nationale. Fiscalité Réforme fiscale : tout viendra à point à qui sait attendre Plus ambitieuse, la réforme fiscale sera également plus progressive, tout en mettant en place des mesures concrètes d élargissement de l autonomie fiscale des Régions. Tous les détails Emprunt de refinancement : quid lorsque l'on opte pour l'assurance-vie mixte? Quel est le régime fiscal applicable en cas de remplacement d un emprunt hypothécaire initial garanti par une assurance solde restant dû par un nouvel emprunt garanti par une assurance-vie mixte? Cette question se pose régulièrement depuis que l assurance de solde restant dû n est plus indispensable.

2 Communications I.E.C. Euro : à mi-parcours de la période transitoire! Cher Confère, Il reste peu de temps pour se préparer à l euro. Il faut en avoir d autant plus conscience que l utilisation interne de l euro paiement du personnel, conversion de la comptabilité et publication des comptes annuels reste très modeste dans les entreprises belges, alors même que nous entamons la seconde moitié de la période transitoire, précisément mise en place pour orchestrer harmonieusement le basculement vers l euro. Il reste beaucoup de travail de sensibilisation à faire. M. Charles Picqué, ministre fédéral de l Economie et de la Recherche scientifique vient opportunément de le rappeler aux professionnels comptables et financiers dans un courrier récent que vous trouverez en annexe du présent bulletin. Dans une seconde phase, une lettre semblable sera adressée à toutes les entreprises belges. Notre Institut soutient sans réserves cette campagne d information. Comme le Ministre Picqué, nous sommes d avis que l on ne saurait jamais trop insister auprès de toutes les entreprises sur l intérêt et l importance que présente une préparation optimale du passage à l euro au cours de la période transitoire. A l évidence, en votre qualité d expert-comptable/ conseil fiscal, vous serez amené à jouer un rôle central dans la prise de conscience de l urgence qu il y a donc à agir. A juste titre, le ministre Picqué est convaincu que vous ne manquerez pas de diffuser le message auprès de vos clients. G. DELVAUX J. DE LEENHEER Vice-Président Président

3 Nominations C est le 28 octobre 2000 qu est paru dans la première édition l arrêté royal nommant Monsieur Alain Zenner, Commissaire du Gouvernement, Adjoint au Ministre des Finances (A.R. 25 oct. 2000). Alain Zenner est chargé de la simplification des procédures fiscales et de la lutte contre la grande fraude. Il a d ores et déjà annoncé l émergence rapide de propositions concrètes visant à simplifier les relations entre le fisc et les contribuables. La lecture de la seconde édition nous apprend également la nomination de Monsieur Peter Praet, l'ancien chef de cabinet du ministre des Finances, au poste de directeur de la Banque Nationale. D une durée de six ans, son mandat a débuté le 30 octobre Il remplace à cette haute fonction, Monsieur Jean-Jacques Rey dont le mandat est venu à expiration le 16 septembre (A.R. 29 sept. 2000, M.B., 28 oct (2 e ed.)). Toutes nos félicitations à ces deux personnes.

4 Fiscalité Réforme fiscale : tout viendra à point à qui sait attendre Plus ambitieuse, la réforme fiscale sera également plus progressive, tout en mettant en place des mesures concrètes d élargissement de l autonomie fiscale des Régions. Tous les détails Cartes sur table 130 milliards pour la période , telles étaient les promesses initiales. Sans vouloir tenir des comptes d'apothicaire, c est désormais de 134,5 milliards qu il convient de parler, mais répartis sur : 10 milliards en 2002, 35 en 2003, 50 en 2004, 80 en 2005 et 134,5 en 2006, avec toutefois possibilité d accélérer si la réforme fiscale entraîne un effet de croissance. La raison : le Gouvernement souhaite vivre selon ses moyens et donc disposer des fruits de la croissance avant de les distribuer. De bonne augure pour l avenir, ce constat l est d autant plus que les promesses seront respectées. A lire la déclaration gouvernementale de politique fédérale (voyez premier.fgov.be) présentée ce 17 octobre 2000, les deux grands axes du projet Reynders accordant l'essentiel des moyens à la diminution de la fiscalité sur le travail (à hauteur de 69 milliards) et à la neutralité vis-à-vis du choix de vie (59 milliards), constituent toujours la charpente de la réforme. Du bois solide auquel se sont greffés deux nouvelles branches, il est vrai, de moindre importance : 5 milliards additionnels permettront de mieux tenir compte des enfants à charge et, accent écolo, un montant de 1,5 milliard sera dégagé pour promouvoir les économies d'énergie, la protection de l environnement et la mobilité. Explications à la lumière des précisions apportées lors de récentes séances plénières de la Chambre. Moins taxer le travail : 69 milliards La réduction de la pression fiscale sur les revenus du travail passera par plusieurs mesures prioritairement ciblées sur les bas et moyens revenus. 1) D une tranche du barème fiscal à l autre Si la suppression des taux marginaux de taxation les plus élevés de 52,5 % et 55 % constitue la mesure la plus spectaculaire, c'est d évidence des effets du lissage des barèmes fiscaux dont profitera le plus grand nombre de contribuables. Dans une optique de perception plus juste des impôts, la réforme vise à élargir les tranches afin de diminuer la pression fiscale sur les revenus moyens taxés à la marge entre 40 % et 50 %. 2) Crédit d impôt Il s agit d introduire une réduction forfaitaire sous la forme d un crédit d'impôt remboursable de BEF par an (au lieu des initialement prévus) ciblé sur les revenus nets du travail situés entre et BEF. Des mesures atténuées sont également prévues pour les tranches directement inférieures (150 à BEF) et supérieures ( à BEF). Si l'impôt est inférieur à BEF, le solde de crédit d'impôt (ou la totalité, si l'impôt est nul) sera transformé en complément de revenu.

5 3) Frais professionnels Au programme, l augmentation du premier taux du barème des frais professionnels sera ciblée sur la première tranche de revenu (jusqu'à BEF) : pour celle-ci, le forfait passera de 20 % à 25 %. Neutralité fiscale des choix de vie : 59 milliards Histoire de gommer les discriminations fiscales entre les couples mariés, les cohabitants et les isolés, et donc également de permettre aux cohabitants de bénéficier des avantages liés au mariage, l accord intervenu ne compte pas moins de quatre mesures. 1) Alignement de la quotité exemptée des couples mariés sur celle des isolés Cette mesure vise à augmenter le minimum exonéré des couples mariés, aujourd'hui défavorisés par rapport aux isolés et aux cohabitants. Gain estimé par couple : BEF. 2) Double réduction pour les revenus de remplacement Les réductions pour pensions, prépensions (ancien régime) et indemnités A.M.I. seront calculées par individu. Bonne nouvelle donc pour les couples mariés pensionnés bénéficiant de revenus de remplacement, pour lesquels la réduction d'impôt n'est octroyée, aujourd'hui, qu'une seule fois. Leur gain devrait atteindre BEF par ménage. 3) Décumul Les revenus autres que professionnels feront l objet d un décumul intégral. 4) Quotient conjugal Le bénéfice, qui profite surtout aux ménages à un seul revenu ou dont le deuxième est très faible, sera étendu aux personnes s'engageant dans un contrat de vie commune. Prise en charge des enfants : 4 milliards L amélioration envisagée résultera de la conjonction de trois mesures : 1) Abattement remboursable Les contribuables avec enfant(s) à charge qui ne paient pas ou pas assez d'impôts pour bénéficier pleinement des réductions d'impôts pour enfants à charge, verront ces réductions remboursées dans certaines limites et selon des modalités encore à préciser. 2) Octroi d un abattement complémentaire pour toutes les familles monoparentales Cette mesure vise à supprimer les discriminations entre différents types de familles monoparentales sous la forme de l octroi d un abattement complémentaire identique de BEF. 3) Niveau de ressources La réforme prévoit une augmentation des ressources pour les enfants à charge d'isolés. Pour éviter une imposition trop fréquente du fait du cumul fréquent entre une pension alimentaire et un job d étudiant, ce niveau est porté de à BEF.

6 Fiscalité verte Clairement, le Gouvernement entend inciter les travailleurs à se rendre au travail en utilisant un mode de transport qui garantisse la mobilité tout en étant attentif aux aspects écologiques. Deux incitants fiscaux seront mis en place pour aiguiller la demande de mobilité de la voiture vers d'autres modes de transport. 1) Exonération Les remboursements par l employeur des frais de transport en commun ne sont actuellement exonérés qu à concurrence de la moitié : c est l exonération totale qui est prévue. Un incitant manifeste pour la mise en place au sein des entreprises d'un plan de transport collectif. 2) Règle des 6 BEF Quel que soit le mode de transport utilisé, chaque travailleur, s il opte pour les frais professionnels réels, pourra déduire 6 BEF par kilomètre parcouru entre son domicile et son lieu de travail. Cette mesure, qui sera inscrite dans les prochaines déclarations, permettra également, par exemple, à chaque carpooler, de déduire fiscalement ses frais réels de transport, alors qu'aujourd'hui, il n'y a que l'automobiliste qui peut le faire. Mais, il y a actuellement un hic : pour les contribuables qui utilisent un autre moyen de transport que leur voiture personnelle (par exemple, celui qui fait le trajet à pied ou le carpooler), cette valorisation ne pourra intervenir qu à concurrence de 25 km par trajet simple. Un rapide calcul tempère alors l enthousiasme : le maximum déductible pour un travailleur est de 300 BEF par jour (soit 50 km x 6 BEF), soit BEF par an, sur une base de 220 jours de travail. Pas besoin d être grand clerc pour comprendre que peu de contribuables opteront pour les frais réels pour cette seule raison. Au cabinet des finances, on se veut toutefois confiant et rassurant : le Gouvernement se réserve le droit de relever le plafond et le chiffre de 50 km par trajet simple serait du domaine du possible. Rien n est changé pour le travailleur qui utilise sa voiture personnelle et déclare ses frais «réels» : c est toujours six francs par kilomètre. Patience, patience C est désormais une évidence. Pour voir le premier franc de la réforme fiscale tomber dans le portefeuille, c est bien de patience qu il faudra avant tout s armer. L entrée en vigueur de l ensemble du plan se fera de façon très progressive à partir des revenus 2001 et jusqu aux revenus 2004, mais la réforme ne portera ses premiers fruits qu en 2002 (34 milliards de réduction d impôt) alors que les effets les plus positifs ne se feront sentir qu'entre 2004 et 2006, où le montant total généré atteindra 140 milliards. Lot de consolation pour l année 2001 : la réindexation des barèmes fiscaux, divers remboursements lors de l enrôlement des impôts (augmentation de la déductibilité pour frais de garde des enfants, amélioration du régime des accidents de travail), le démantèlement progressif de la cotisation complémentaire de crise (cf. IEC-Info nr 18, 5 octobre 2000) représentera déjà, en termes de portefeuille, un ballon d oxygène de 56 milliards. C est également en 2001 que l on anticipera dans le calcul des précomptes professionnels la suppression de 1 % de la même CCC.

7 Vous avez dit autonomie fiscale? Autre résultat de l accord, le transfert d un important paquet de compétences fiscales de l Etat qu autorise l accord n est pas, au-delà des considérations subjectives, le moindre. Loin s en faut. Jugez-en. D abord, les trois Régions que compte notre pays auront la maîtrise d'une série d'impôts jusqu à présent fédéraux : taxe de mise en circulation, taxe de circulation, taxe compensatoire des accises, eurovignette, droits d'enregistrement (seuls 41,408 % sont actuellement reversés aux Régions), droits de donation et redevance radio-télévision. L autonomie sera maximale : c est, en effet, aux Régions, sous la seule contrainte du respect de la neutralité budgétaire, de fixer seules, et en toute liberté, les modalités, la base et le tarif de ces taxes. Mais surtout, et ce dès l année prochaine, les Régions obtiennent une autonomie fiscale pour la part résiduelle qu elles perçoivent sur l impôt des personnes physiques, à laquelle elles peuvent appliquer des majorations, des réductions ou des déductions sous la forme de centimes additionnels ou soustractionnnels. Traduction chiffrée : une variation positive ou négative de 3,25 % des recettes totales, dès le 1er janvier Et à partir de 2004, une fluctuation de 13,5 %, soit 6,75 % à la baisse et 6,75 % à la hausse. Au-delà des 6,75 %, la politique fiscale reste fédérale. Quant aux Communautés, elles se voient conférer le droit de disposer de moyens supplémentaires, dont le volume augmentera systématiquement compte tenu de la croissance pour atteindre en 2011 un montant de 45 milliards. La répartition de ces moyens supplémentaires évoluera progressivement d'une répartition mixte initiale de 65 % T.V.A. 35 % IPP à 100 % IPP dans les 10 ans. Même si des limites à l autonomie fiscale sont proposées, il est d ores et déjà clair que cette mesure, qui devrait être entérinée avant 2002 dans la même loi spéciale que le refinancement, permettra de facto aux entités fédérées de mener une politique fiscale propre, collant mieux à leurs besoins spécifiques, sans toutefois que cet octroi ne puisse ouvrir la porte à une concurrence déloyale entre Régions, ni augmenter la progressivité de l impôt. Et dans les cartons? La réforme fiscale n en est pas pour autant achevée. A lire sa déclaration de politique fédérale, le Gouvernement entend bien s'atteler à la simplification du système fiscal. Plusieurs pistes sont envisagées, comme le principe des corbeilles de déduction, notamment une pour l'épargne à long terme, une pour les investissements en immobilier et une pour les dépenses liées à l'emploi. Cette problématique sera traitée à la lumière du rapport demandé au Conseil Supérieur des Finances (C.S.F.). Comme prévu, l impôt des sociétés ne sera pas oublié. Afin d encourager les entreprises à investir davantage en Belgique, une réflexion est ouverte sur l opportunité d introduire deux tarifs à l impôt des sociétés, un tarif de base comparable à ce qui est pratiqué dans les pays voisins et un tarif réduit pour les P.M.E., les sociétés innovantes et les sociétés qui investissent dans la recherche et dans Internet. Mais ce sera après l avis du Conseil Supérieur des Finances et sous condition expresse du respect de la neutralité budgétaire. Rien ne semble, par contre, prévu dans le cadre de la suppression de la cotisation complémentaire de crise. Un hasard?

8 Emprunt de refinancement : quid lorsque l'on opte pour l'assurance-vie mixte? Quel est le régime fiscal applicable en cas de remplacement d un emprunt hypothécaire initial garanti par une assurance de solde restant dû par un nouvel emprunt garanti par une assurance-vie mixte? Cette question se pose régulièrement depuis que l assurance de solde restant dû n est plus indispensable. Notions En pratique, pour garantir un emprunt, deux combinaisons d'assurance sont possibles : l'assurance mixte et l'assurance de solde restant dû. Lorsque l'emprunt doit être remboursé en une fois à un moment déterminé (engagement à terme fixe), le remboursement est garanti par une assurance mixte. L'emprunteur (l'assuré) paie annuellement l'intérêt de l'argent emprunté et une prime d'assurance couvre le remboursement du capital emprunté. Au terme du contrat, l'assureur paiera le capital garanti à l'assuré, s'il est vivant; en cas de décès prématuré, le capital est immédiatement payé au bénéficiaire désigné par le contrat. Lorsque l on opte pour l assurance-vie mixte, il faut appliquer le régime en vigueur pour les primes d assurance-vie. Par contre, lorsque l'emprunt est remboursable par annuités, seul le solde restant dû après chaque versement est garanti par une assurance temporaire au décès. Dans ce cas, l'assuré paie annuellement, d'une part, l'intérêt calculé sur le montant restant dû de l'emprunt (éventuellement majoré de la prime d'assurance) et, d'autre part, l'annuité nécessaire pour amortir l'emprunt dans le terme prévu. Il paiera éventuellement une prime périodique d'assurance s'il n'y a pas eu paiement d'une prime unique. Jusqu il y a peu, les amortissements de capital ne donnaient droit à la réduction d'impôt que si l'emprunt était garanti par une assurance de solde restant dû. Cette obligation a été supprimée par la loi du 17 mai Toutefois, si une assurance de solde restant dû est quand même conclue, les primes pourront également bénéficier de cette réduction. Régime fiscal actuellement applicable aux primes d une assurance-vie mixte Les primes d assurance-vie bénéficient d un régime de réduction d impôt. Pour bénéficier de cette réduction, elles sont soumises à certaines limites et conditions. Les conditions Le contrat d assurance-vie doit répondre aux conditions suivantes : il doit être souscrit par le contribuable emprunteur sur sa propre tête avant l âge de 65 ans (hommes) ou 60 ans (femmes); il doit avoir une durée minimum de 10 ans; il doit avoir été conclu en Belgique auprès d'un organisme d'assurances établi en Belgique ou d'un établissement stable belge d'une compagnie d'assurances étrangère; les avantages du contrat doivent être stipulés en cas de vie au profit du contribuable et en cas de décès au profit du conjoint ou des parents jusqu au 2 e degré du contribuable.

9 En outre, lors de la conclusion du contrat d'assurance, les capitaux assurés doivent être au moins égaux aux capitaux empruntés. Les limites Les primes d'une assurance-vie individuelle et les amortissements d un emprunt hypothécaire ne sont pris en considération que dans la mesure où leur montant total ne dépasse pas : 15 % de la première tranche de BEF du total des revenus professionnels; 6 % du surplus. Le montant ainsi déterminé ne peut excéder un maximum de BEF. Ces montants sont indexés à BEF et BEF pour les exercices d'imposition 2000 et Les revenus professionnels entrant en considération sont les revenus professionnels bruts diminués des dépenses ou charges professionnelles, des pertes professionnelles (de la période ou antérieures) et du résultat de l'application des régimes du conjoint aidant et du quotient conjugal. Les revenus imposés distinctement ne sont pas pris en compte. Cette limite est appréciée par conjoint séparément. La réduction d impôt Comme en matière d amortissement de capital, il faut opérer une distinction entre la réduction pour épargnelogement et la réduction pour épargne financière à long terme. La réduction d'impôt pour épargne-logement Par épargne-logement, on entend : les primes d'assurance-vie qui sont affectées à la reconstitution ou à la garantie d'un emprunt hypothécaire avec assurance de solde restant dû; les annuités d'amortissement d'un emprunt hypothécaire avec assurance de solde restant dû. A condition que ces primes et annuités d'amortissement concernent : soit la propre maison d'habitation du contribuable, si l'emprunt est conclu avant le 31 décembre 1992; soit l'unique maison d'habitation du contribuable, si l'emprunt est conclu à partir du 1er janvier Cette condition doit être remplie au moment de la conclusion du contrat. La réduction pour épargne-logement est calculée au taux d'imposition le plus élevé du contribuable (taux marginal). Il faut prendre en considération le taux marginal dans le chef de chaque conjoint en fonction des revenus de chacun d'eux. Si le montant en cause chevauche 2 taux, la réduction d'impôt sera attribuée proportionnellement. Le montant total de la réduction ne peut en aucun cas être inférieur à 30 % des dépenses concernées. Par ailleurs, les primes d assurance-vie mixte ne peuvent bénéficier de la réduction majorée qu à concurrence : de F du montant initial de l emprunt pour les emprunts conclus entre le 1er janvier 1963 et 31 décembre 1988; de F du montant initial de l emprunt éventuellement majoré pour enfants à charge (montant à indexer). Le solde des primes d assurance-vie pourra bénéficier de la réduction pour épargne financière à long terme. La réduction d'impôt pour épargne financière à long terme Les amortissements d'emprunts hypothécaires avec solde restant dû et les assurances-vies individuelles garantissant ou reconstituant un emprunt ne pouvant bénéficier de l'épargne-logement, entrent en compte pour la réduction d'impôt pour épargne financière à long terme.

10 Il faut appliquer aux montants visés un taux moyen spécial qui ne peut être inférieur à 30 % ni supérieur à 40 %. Il s'agit d'un taux moyen amélioré ou adapté qui ne tient pas compte des réductions d'impôt pour charges de famille et des réductions d'impôt pour revenus de remplacement. L'impôt relatif aux revenus imposables distinctement n'est pas pris en considération. Il faut calculer ce taux moyen dans le chef de chaque conjoint en fonction des revenus de chacun d'eux. Cumul entre l'épargne financière et l'épargne-logement Lorsque les montants (amortissements, primes d'assurance ou autre épargne financière) sont supérieurs à BEF ( BEF pour les exercices d'imposition 2000 et 2001) et se composent de dépenses pour partie épargne-logement et pour partie épargne financière, priorité sera accordée à l'épargne-logement. Emprunts de refinancement A l occasion de sa circulaire du nr Ci. RH 331/ du 7 juillet 1994, l'administration a opéré une refonte complète de sa position à l'égard du traitement des sommes affectées à l'amortissement ou à la reconstitution d'un emprunt de refinancement. La réduction ne peut ainsi pas être refusée à un emprunt de refinancement. Il y a toutefois lieu de limiter le montant de ces sommes en le multipliant par une fraction dont le numérateur est égal au solde non amorti du premier contrat et le dénominateur égal au montant total du nouvel emprunt. Le solde du nouvel emprunt peut lui aussi, dans les conditions légales habituelles, entrer en considération pour la réduction d'impôt. Mais que se passe-t-il en cas de remplacement d un emprunt hypothécaire initial garanti par une assurance de solde restant dû par un nouvel emprunt garanti par une assurance-vie mixte? Le ministre a apporté une réponse à cette question (Q. et R. Parl., Chambre, nr 138, 30 janvier 1995 Q. nr 1285 Gehlen, 18 novembre 1994). L emprunt de refinancement est censé continuer l ancien emprunt. Il faut donc tenir compte de la date de l emprunt initial pour l application des conditions et limites fixées en matière d octroi de la réduction majorée pour l épargne-logement. Comme les limites liées à la notion d habitation sociale ou moyenne ne concernent pas les primes d assurance, il ne faut pas en tenir compte, même si l emprunt initial est antérieur au 1er janvier 1989 (ces limites ne valaient que pour les amortissements d emprunt hypothécaire). Les limites prévues seront les suivantes : lorsque l emprunt a été conclu avant le 1er janvier 1993 : il doit s agir de l habitation propre du contribuable et il faut tenir compte de la limite liée au montant initial de l emprunt; lorsque l emprunt initial a été conclu après le 1er janvier 1993, il doit s agir de l unique habitation du contribuable et il faut tenir compte de la limite liée au montant initial de l emprunt. (500/LI IEC) 2000 Tous droits réservés. Aucun extrait de cette publication ne peut être reproduit, introduit dans un système de récupération ou transféré électroniquement,mécaniquement, au moyen de photocopies ou sous toute autre forme, sans autorisation préalable écrite de l'éditeur. Les auteurs, la rédaction et l'éditeur veillent à la fiabilité des informations publiées, lesquelles ne pourraient toutefois engager sa responsabilité. Editeur responsable : J. De Leenheer, I.E.C., rue de Livourne 41, 1050 Bruxelles (tél. (02) , Publications I.E.C. en collaboration avec Ced.Samsom, Kouterveld 14, 1831 Diegem

Chapitre VI : DEPENSES DONNANT DROIT A UNE REDUCTION D IMPÔT ET DEPENSES DEDUCTIBLES

Chapitre VI : DEPENSES DONNANT DROIT A UNE REDUCTION D IMPÔT ET DEPENSES DEDUCTIBLES Chapitre VI : DEPENSES DONNANT DROIT A UNE REDUCTION D IMPÔT ET DEPENSES DEDUCTIBLES OBJECTIFS : cette leçon vise à rendre l auditeur capable de : identifier les principales dépenses donnant droit à réduction

Plus en détail

Le présent avis fait suite à certaines questions pratiques qui ont été posées pour pareils emprunts conclus en 2014.

Le présent avis fait suite à certaines questions pratiques qui ont été posées pour pareils emprunts conclus en 2014. Explications concernant les conditions auxquelles les emprunts conclus en 2014 doivent satisfaire pour pouvoir entrer en considération pour la réduction d impôt régionale pour l habitation unique (bonus-logement)

Plus en détail

Un nouvel avantage fiscal : la déduction pour habitation unique

Un nouvel avantage fiscal : la déduction pour habitation unique Un nouvel avantage fiscal : la déduction pour habitation unique B. MARISCAL Lors du Conseil des ministres extraordinaire d Ostende des 20 et 21 mars 2004, le gouvernement avait pris la décision de réformer

Plus en détail

LE GUIDE DU CONTRIBUABLE 2015

LE GUIDE DU CONTRIBUABLE 2015 LE GUIDE DU CONTRIBUABLE 2015 LE GUIDE DU CONTRIBUABLE 2015 D/1831/2015/2/5000 E.R. : Jan Vercamst, Boulevard Baudouin 8 1000 Bruxelles Inhoud I Avant-propos... 7 II Fiscalité et ménage... 9 1. Marié,

Plus en détail

PRINCIPALES MESURES FISCALES PROPOSEES PAR LE GOUVERNEMENT. (sur base des informations connues au 11/12/2011)

PRINCIPALES MESURES FISCALES PROPOSEES PAR LE GOUVERNEMENT. (sur base des informations connues au 11/12/2011) PRINCIPALES MESURES FISCALES PROPOSEES PAR LE GOUVERNEMENT (sur base des informations connues au 11/12/2011) 1. TAXATION DES REVENUS DU PATRIMOINE Précompte mobilier - Principes : le taux de base du précompte

Plus en détail

Italie IMPOSITION DES RESIDENTS ITALIENS

Italie IMPOSITION DES RESIDENTS ITALIENS Italie IMPOSITION DES RESIDENTS ITALIENS Déductions et crédits d impôt Réductions d impôts Imposition des plus-values Imposition des revenus financiers Régimes spéciaux concernant les expatriés L impôt

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Septembre 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Petits-enfants venant à une succession par suite de la renonciation de leur auteur, enfant unique : impossibilité d appliquer l abattement

Plus en détail

Les primes d assurances-maladie et accidents non obligatoires. La déduction est limitée au double de la prime moyenne cantonale, par tranche d âge;

Les primes d assurances-maladie et accidents non obligatoires. La déduction est limitée au double de la prime moyenne cantonale, par tranche d âge; Déductions de primes Les montants versés pour le 1 er pilier sont entièrement déductibles du revenu. Les montants versés pour le 2 ème pilier sont entièrement déductibles du revenu. Sont déduits du revenu:

Plus en détail

Projet de Loi de Finances 2014. Les principales réformes

Projet de Loi de Finances 2014. Les principales réformes Projet de Loi de Finances 2014 Les principales réformes La fiscalité sur les plus-values immobilières C est inédit dans l histoire, la réforme sur les plus-values immobilières a été inscrite au BOFIP (donc

Plus en détail

Parc scientifique Einstein - Rue du Bosquet 8A - B-1348 Louvain-La-Neuve Téléphone : +32 (0)10/811 147 Fax +32 (0)70/401 237 - info@filo-fisc.

Parc scientifique Einstein - Rue du Bosquet 8A - B-1348 Louvain-La-Neuve Téléphone : +32 (0)10/811 147 Fax +32 (0)70/401 237 - info@filo-fisc. Mise à jour : 15/07/2015 Parc scientifique Einstein - Rue du Bosquet 8A - B-1348 Louvain-La-Neuve Téléphone : +32 (0)10/811 147 Fax +32 (0)70/401 237 - info@filo-fisc.be L impôt des personnes physiques

Plus en détail

Nécessité d un «électrochoc» fiscal

Nécessité d un «électrochoc» fiscal Les Analyses du Centre Jean Gol Nécessité d un «électrochoc» fiscal Janvier 2014 Administrateur délégué : Richard Miller Directrice : Laurence Glautier Directeur scientifique : Corentin de Salle Les analyses

Plus en détail

Comment réduire votre revenu imposable? Fiscalité

Comment réduire votre revenu imposable? Fiscalité Comment réduire votre revenu imposable? Fiscalité Comment réduire votre revenu imposable? Vous cherchez à augmenter votre pouvoir d achat en réduisant vos impôts... Le système fiscal luxembourgeois vous

Plus en détail

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013

Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Newsletter - Mesures fiscales de la loi de Finances pour 2013 Octobre 2012 Sommaire 1. IMPOT SUR LE REVENU... 2 2. TAXATION DES REVENUS DU CAPITAL AU BAREME PROGRESSIF... 3 3. TAXATION DES PLUS-VALUES

Plus en détail

Mobiliser l épargne pour l investissement productif. Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle

Mobiliser l épargne pour l investissement productif. Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle Mobiliser l épargne pour l investissement productif Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle 18 Juin 2014 1. Introduction La frilosité de l épargnant belge suite

Plus en détail

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Sources : Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Loi de finances 2014 : http://www.assembleenationale.fr/14/ta/ta0267.asp Loi de finances rectificatives

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013.

NOTE D INFORMATION. L Assemblée Nationale a adopté en décembre 2013 la loi de finances pour 2014 et la loi de finances rectificative pour 2013. 36 rue de Monceau 75008 Paris 62 rue de la République 69002 Lyon www.seine-saone.fr NOTE D INFORMATION Date : 20 janvier 2014 Objet : Loi de finances pour 2014 Loi de finances rectificative pour 2013 Madame,

Plus en détail

Comment Faire pour Payer moins d'impôts en 2015

Comment Faire pour Payer moins d'impôts en 2015 Comment Faire pour Payer moins d'impôts en 2015 Payer moins d'impôt en 2015? C'est possible, à condition d'agir dès maintenant : passé le 31 décembre, vous ne pourrez plus bénéficier des avantages fiscaux

Plus en détail

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012 Le projet de Loi de finances pour 2013 présenté en Conseil des Ministres vendredi 28 septembre 2012 constitue la première pierre de l architecture de la politique fiscale du Gouvernement. Il vient bouleverser

Plus en détail

Service Public Fédéral FINANCES ---------------------------------------- Expertise et support stratégique. Bruxelles, le 11 décembre 2012

Service Public Fédéral FINANCES ---------------------------------------- Expertise et support stratégique. Bruxelles, le 11 décembre 2012 Service Public Fédéral FINANCES ---------------------------------------- Expertise et support stratégique Bruxelles, le 11 décembre 2012 Administration des Affaires Fiscales ----------------------------------------

Plus en détail

Réformes socio-économiques

Réformes socio-économiques Réformes socio-économiques Le 27 novembre 2011, suite à la dégradation de la note belge par l agence Standard & Poor s, les six partis ont conclu, dans l urgence, un accord sur le budget et sur la réforme

Plus en détail

Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal. Du constat au conseil

Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal. Du constat au conseil Plafonnement fiscal des investissements et bouclier fiscal Du constat au conseil Intervenants Félix CICERON, Directeur de l ingénierie patrimoniale, Expert& Finance José SOTO, Directeur des partenariats

Plus en détail

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements?

Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? Le 27 janvier 2014 Loi de finances pour 2014 et loi de finances rectificative pour 2013 : Quels sont les principaux changements? I. POUR LES ENTREPRISES 1.1 Nouvelle taxe exceptionnelle sur les hautes

Plus en détail

013 2 luxembourg : fiscalité des personnes physiques F R

013 2 luxembourg : fiscalité des personnes physiques F R 2013 LUXEMBOURG : FISCALITé des personnes physiques F R Classe d impôts sans enfant Avec enfant(s) à charge Âgé d au moins 64 ans au 1 er janvier Célibataire 1 1a 1a Marié/ Partenaire 2 2 2 Séparé 1 1a

Plus en détail

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014 Madame, Monsieur, Le projet de loi de finances pour 2014 a été présenté en Conseil des ministres le 25 septembre. Le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 a été quant à lui rendu

Plus en détail

PenSIonS extralegales

PenSIonS extralegales PenSIonS extralegales Nos tuyaux pour une meilleure retraite Version mise à jour - Mai 2013 PENSION EXTRALEGALE 2013.indd 1 15/05/13 06:54 Introduction La Commission Vie de FEPRABEL a mis à votre disposition,

Plus en détail

ÉPARGNE-PENSION COMMENT S Y PRENDRE?

ÉPARGNE-PENSION COMMENT S Y PRENDRE? COMMENT S Y PRENDRE? 1. L'ÉPARGNE-PENSION, C EST QUOI? L'épargne-pension vous permet de vous constituer une pension complémentaire à votre initiative individuelle. Au passage, vous pouvez déduire ce que

Plus en détail

MISE À JOUR ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DE L AUTOMNE 2014 QUÉBEC

MISE À JOUR ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DE L AUTOMNE 2014 QUÉBEC MISE À JOUR ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DE L AUTOMNE 2014 QUÉBEC Le 2 décembre 2014 TABLE DES MATIÈRES Introduction Mesures de relance économique Mesures visant l atteinte et le maintien de l équilibre budgétaire

Plus en détail

PLAFONNEMENT DES EFFETS DU QUOTIENT FAMILIAL

PLAFONNEMENT DES EFFETS DU QUOTIENT FAMILIAL 2041 GT N 50883#13 DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013 Ce document n'a qu'une valeur indicative. Il ne se substitue pas à la documentation officielle de l'administration. PLAFONNEMENT

Plus en détail

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013

DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013 N 2041 GH N 50149 #18 DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2013 Ce document n'a qu'une valeur indicative. Il ne se substitue pas à la documentation officielle de l'administration. REVENUS

Plus en détail

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale

4. Déduction des intérêts d emprunt pour l acquisition de la résidence principale Lettre d'information - Septembre - Octobre 2007 MESURES FISCALES ET PATRIMONIALES EN FAVEUR DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU POUVOIR D ACHAT ENTREPRISES 1. Défiscalisation des heures supplémentaires 2. Parachutes

Plus en détail

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée.

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Contribution exceptionnelle sur la fortune : Une contribution exceptionnelle

Plus en détail

CADRE FISCAL MADELIN ET MADELIN AGRICOLE FAR

CADRE FISCAL MADELIN ET MADELIN AGRICOLE FAR FAR SOMMAIRE RAPPEL : les professionnels concernés par le dispositif Madelin I. FISCALITÉ DES COTISATIONS A. RETRAITE Calcul du disponible Cas des contrats dits «Madelin agricole» Transfert Exercice décalé

Plus en détail

SPF Sécurité Sociale DG Indépendants

SPF Sécurité Sociale DG Indépendants SPF Sécurité Sociale DG Indépendants NOTE CONCERNANT LE NOUVEAU STATUT DES CONJOINTS AIDANTS Depuis le 1er juillet 2005 les conjoints aidants doivent s'affilier au statut social complet (maxi-statut).

Plus en détail

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE BAREME TRAITEMENTS ET SALAIRES PEA Fin du gel du barème : Revalorisation de 0,8% de l ensemble des tranches applicables aux revenus de 2013. Plafonnement du

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS

GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS GUIDE PRATIQUE DE LA SCI MISES A JOUR et COMPLEMENTS D'INFORMATIONS Les présentes mises à jour concernent le quatrième tirage 2000. PACS ( Pacte civil de solidarité ) - Page 6 Le régime applicable entre

Plus en détail

Une distinction peut être faite entre différents types de plans de pension en fonction de la méthode de financement.

Une distinction peut être faite entre différents types de plans de pension en fonction de la méthode de financement. boulevard du Souverain 280-1160 Bruxelles - Belgique T +32 2 761 46 00 F +32 2 761 47 00 info@claeysengels.be Avocats Date : Août 2015 Sujet : L assurance de groupe I QU EST UNE ASSURANCE DE GROUPE? Pour

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL WORKING PAPER ANALYSE DE L ÉVOLUTION DES STATISTIQUES FISCALES DES DÉPENSES FISCALES

DOCUMENT DE TRAVAIL WORKING PAPER ANALYSE DE L ÉVOLUTION DES STATISTIQUES FISCALES DES DÉPENSES FISCALES DOCUMENT DE TRAVAIL WORKING PAPER N 12-3.RR RESEARCH REPORT ANALYSE DE L ÉVOLUTION DES STATISTIQUES FISCALES DES DÉPENSES FISCALES Hafsatou DIALLO Güngör KARAKAYA Danièle MEULDERS Robert PLASMAN DULBEA

Plus en détail

Service d Etudes et de Documentation

Service d Etudes et de Documentation L' UN IO N FAIT LA F ORCE Service Public Fédéral FINANCES MEMENTO FISCAL N 25 2013 Service d Etudes et de Documentation Mémento fiscal, n 25, 2013 Service Public Fédéral Finances Site web: http://www.docufin.fgov.be

Plus en détail

L'ASSURANCE VIE PLACEMENT

L'ASSURANCE VIE PLACEMENT L'ASSURANCE VIE PLACEMENT Une note de R i v i e r a F a m i l y O f f i c e Mise à jour : septembre 2004 Malgré les réformes de septembre 1997 et d octobre 1998, le cadre fiscal de l assurance vie demeure

Plus en détail

Commission des Affaires économiques. «De gauche et fier de l être!» Lutter contre les idées reçues les plus répandues

Commission des Affaires économiques. «De gauche et fier de l être!» Lutter contre les idées reçues les plus répandues Commission des Affaires économiques «De gauche et fier de l être!» Lutter contre les idées reçues les plus répandues La protection des épargnants «Le Gouvernement ne protège pas les petits épargnants comme

Plus en détail

Fiscalité patrimoniale

Fiscalité patrimoniale Fiscalité patrimoniale Suggestions pour une future réforme fiscale Commission parlementaire mixte sur la réforme fiscale 18 novembre 2013 François Parisis Maître de conférences Plan Préambule : quel pourrait

Plus en détail

FAQ - TAX REFORM. 1. Comment savoir si le seuil des 20.020 de revenus mobiliers est dépassé?

FAQ - TAX REFORM. 1. Comment savoir si le seuil des 20.020 de revenus mobiliers est dépassé? FAQ - TAX REFORM 1. Comment savoir si le seuil des 20.020 de revenus mobiliers est dépassé? Il faut, pour ce faire, procéder en deux temps. Dans un premier temps, il faut exclure, du montant total des

Plus en détail

crédit-logement prospectus n 7 le crédit-logement d application à partir du 26 février 2010

crédit-logement prospectus n 7 le crédit-logement d application à partir du 26 février 2010 crédit-logement prospectus n 7 d application à partir du 26 février 2010 le crédit-logement Prospectus Crédits-logement Ce prospectus est applicable à toutes les sociétés appartenant au Groupe AXA, soit

Plus en détail

ReThink:Tax. Mobiliser l épargne pour l investissement productif. ReThink:Tax

ReThink:Tax. Mobiliser l épargne pour l investissement productif. ReThink:Tax Mobiliser l épargne pour l investissement productif Pistes de réflexion stratégique en matière de fiscalité de l épargne individuelle Bruxelles, 18 juin 2014 2 Une cellule de réflexion composée d experts

Plus en détail

ÉPARGNE RETRAITE : QUELLES SOLUTIONS PRIVILEGIER AUJOURD HUI?

ÉPARGNE RETRAITE : QUELLES SOLUTIONS PRIVILEGIER AUJOURD HUI? ÉPARGNE RETRAITE : QUELLES SOLUTIONS PRIVILEGIER AUJOURD HUI? Depuis deux décennies, la question des retraites occupe régulièrement le devant de la scène publique. Or, aujourd hui, face à l ampleur des

Plus en détail

L ACCORD DE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL

L ACCORD DE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL 1 L ACCORD DE GOUVERNEMENT FÉDÉRAL UNE PREMIÈRE IMPRESSION POUR LA PLANIFICATION FINANCIÈRE Après des semaines de travail acharné et à la suite des accords de gouvernement conclus dans les trois régions

Plus en détail

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail

L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions. Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015.

L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions. Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015. L impôt sur le revenu des personnes physiques Calcul Plafonnement des Niches et Actions Réunion CEGECOBA ASSAPROL 21 mai 2015 intervenante: Karine SALVAT CONSEILLER en INVESTISSEMENT FINANCIER 1 Objectif

Plus en détail

Fiche info financière pour assurance vie fiscale

Fiche info financière pour assurance vie fiscale Fiche info financière pour assurance vie fiscale Valable à partir du 24/3/2015 DL Strategy Type d assurance vie Assurance vie à taux d intérêt garanti par la compagnie d assurances (Branche 21). Garanties

Plus en détail

Concerne : réforme et précision sur le système de pensions complémentaires.

Concerne : réforme et précision sur le système de pensions complémentaires. Chers clients, Concerne : réforme et précision sur le système de pensions complémentaires. Lors de l'élaboration du budget 2012, le gouvernement a pris différentes mesures qui ont un impact important sur

Plus en détail

Le Salon de la PME & des Entrepreneurs. Bruxelles, le 25 mars 2004

Le Salon de la PME & des Entrepreneurs. Bruxelles, le 25 mars 2004 Le Salon de la PME & des Entrepreneurs Bruxelles, le 25 mars 2004 Mesures fiscales récentes favorables aux indépendants et aux PME Roland ROSOUX Licencié en sciences économiques et financières Expert-Conseiller

Plus en détail

Estimation de votre impôt sur les revenus 2007

Estimation de votre impôt sur les revenus 2007 Estimation de votre impôt sur les revenus 27 21/12/27 Synthèse des données et résultats Données de votre simulation Nombre de parts 1 Revenus net catégoriels Traitements et salaires, pensions et rentes

Plus en détail

LE POINT SUR LA FISCALITE DE L ASSURANCE-VIE

LE POINT SUR LA FISCALITE DE L ASSURANCE-VIE LE POINT SUR LA FISCALITE DE L ASSURANCE-VIE (Art L 136-7-II du code de la sécurité sociale ; Art 125-0 A, 757 B et 990 I du code général des impôts; Instructions Bulletin Officiel des Impôts n 16 du 23

Plus en détail

Travailler en Belgique. Habiter en Allemagne

Travailler en Belgique. Habiter en Allemagne Travailler en Belgique Habiter en Allemagne 2005 PREFACE Cette brochure s adresse principalement aux personnes qui résident en Allemagne et exercent en Belgique une activité salariée. Si c est votre cas,

Plus en détail

5.9 Comment sont imposées les assurances vie Constitutives de Capital

5.9 Comment sont imposées les assurances vie Constitutives de Capital 217 5.9 Comment sont imposées les assurances vie Constitutives de Capital Les assurances vie constitutives de capital couvrent principalement l assurance mixte et ses différentes variantes. Il y a donc

Plus en détail

Retraite 83 euro. Retraite 83 euro. La retraite supplémentaire des salariés en toute sécurité

Retraite 83 euro. Retraite 83 euro. La retraite supplémentaire des salariés en toute sécurité Retraite 83 euro La retraite supplémentaire des salariés en toute sécurité Retraite 83 euro Les contrats de retraite article 83 sont désormais ouverts aux versements individuels et facultatifs des salariés.

Plus en détail

Oddo & Cie. La Loi Madelin. Avril 2013

Oddo & Cie. La Loi Madelin. Avril 2013 Oddo & Cie La Loi Madelin Sommaire Sections 1 Cadre juridique et fiscal des contrats d épargne retraite «Madelin» 3 2 Fipavenir TNS 13 2 3 Section 1 Cadre juridique et fiscal des contrats d épargne retraite

Plus en détail

Présentation des dispositifs d épargne retraite individuelle et collective

Présentation des dispositifs d épargne retraite individuelle et collective CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 juin 2010-9 h 30 «L épargne retraite individuelle et collective» Document N 2 Document de travail, n engage pas le Conseil Présentation des dispositifs

Plus en détail

LA FISCALITE DE VOTRE HABITATION. www.rgf.be

LA FISCALITE DE VOTRE HABITATION. www.rgf.be LA FISCALITE DE VOTRE HABITATION 1. Acheter Vendre 2. Payer 3. Assurance Vie 4. Habiter 1. Acheter Vendre A. Acheter avec applications des droits d enregistrement B. Acheter avec TVA C. Vendre avec TVA

Plus en détail

Fiche info-financière Assurance-vie pour une combinaison des branches 21 et 23. Top Rendement 1. Type d assurance-vie

Fiche info-financière Assurance-vie pour une combinaison des branches 21 et 23. Top Rendement 1. Type d assurance-vie Fiche info-financière Assurance-vie pour une combinaison des branches 21 et 23 Top Rendement 1 Type d assurance-vie Assurance-vie individuelle avec taux d intérêt garanti (branche 21). En ce qui concerne

Plus en détail

L IMPÔT SUR LA FORTUNE

L IMPÔT SUR LA FORTUNE L IMPÔT SUR LA FORTUNE Cet impôt a succédé à l'«impôt sur les grandes fortunes» (IGF) créé en 1982. Créé par la loi de finances pour 1989, il reprend les mécanismes et la philosophie de l'igf, supprimé

Plus en détail

LES PEE ET PERCO AG2R LA MONDIALE

LES PEE ET PERCO AG2R LA MONDIALE LES PEE ET PERCO AG2R LA MONDIALE sont accessibles à tous les salariés L épargne salariale offre à toutes les entreprises l opportunité de motiver et fidéliser leurs collaborateurs avec des dispositifs

Plus en détail

Les incitants à l'épargne sont-ils équitables en Belgique?

Les incitants à l'épargne sont-ils équitables en Belgique? Les incitants à l'épargne sont-ils équitables en Belgique? Fiscalité de l'épargne (1/2) Le Belge est, d'après les statistiques disponibles, un des meilleurs épargnants d'europe. Pourtant, plus d'un quart

Plus en détail

Une distinction peut être faite entre différents types de plans de pension en fonction de la méthode de financement :

Une distinction peut être faite entre différents types de plans de pension en fonction de la méthode de financement : boulevard du Souverain 280-1160 Bruxelles - Belgique T +32 2 761 46 00 F +32 2 761 47 00 info@claeysengels.be Avocats Date : Août 2015 Sujet : Le fonds de pension L Institution de Retraite Professionnelle

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DCG UE4 DROIT FISCAL - session 2014 Proposition de CORRIGÉ 2014 dcg-lyon.fr Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur DOSSIER 1 TAXE SUR LA VALEUR AJOUTÉE - 5 points 1.

Plus en détail

Déclaration IPP 2013. Conférence de presse. Koen Geens. Carlos Six. 30 avril 2013 North Galaxy. Ministre des Finances

Déclaration IPP 2013. Conférence de presse. Koen Geens. Carlos Six. 30 avril 2013 North Galaxy. Ministre des Finances Déclaration IPP 2013 Koen Geens Ministre des Finances Carlos Six Administrateur général de la Fiscalité Conférence de presse 30 avril 2013 North Galaxy Lignes de force > S Libre choix du citoyen 1,5 million

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > Avantages en nature

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Dossiers réglementaires > Dossiers réglementaires > Avantages en nature Avantages en nature Textes de référence : Arrêté du 10 décembre 2002 relatif l évaluation des avantages en nature en vue du calcul des cotisations de sécurité sociale. Observation préalable : Afin d accompagner

Plus en détail

TCAS Taxe sur les conventions d'assurances Exonérations Assurances sur la vie et contrats de rente viagère

TCAS Taxe sur les conventions d'assurances Exonérations Assurances sur la vie et contrats de rente viagère Extrait du Bulletin Officiel des Finances Publiques-Impôts DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES Identifiant juridique : BOI-TCAS-ASSUR-10-40-30-10-20120912 DGFIP TCAS Taxe sur les conventions d'assurances

Plus en détail

Save Plan 1. Type d assurance-vie

Save Plan 1. Type d assurance-vie Save Plan 1 Type d assurance-vie Garanties Assurance-vie dont les primes nettes (à savoir les primes, compte non tenu des taxes sur primes, des frais d entrée et d éventuelles primes pour garanties additionnelles)

Plus en détail

Le fisc et votre habitation

Le fisc et votre habitation Le fisc et votre habitation FINTRO. PROCHE ET PRO. Sommaire Avantages fiscaux liés à un crédit hypothécaire 4 Impact fiscal du régime fiscal «habitation unique et propre» 8 Avantages fiscaux pour une habitation

Plus en détail

Flash News. Mesures de politique sociale et nouvel impôt pour les personnes physiques en 2015

Flash News. Mesures de politique sociale et nouvel impôt pour les personnes physiques en 2015 www.pwc.lu/hrs Flash News Mesures de politique sociale et nouvel impôt pour les personnes physiques en 2015 24 mars 2015 Le 19 décembre dernier a été voté le premier volet des mesures retenues dans le

Plus en détail

les retraites collectives

les retraites collectives Edition 2010 n 4 - Avril 2010 Pour comprendre les retraites collectives PERE, Article 83, Article 39,... Le sixième et le septième rapport du Conseil d Orientation des Retraites Depuis 2000, la mission

Plus en détail

La fiscalité des revenus de l épargne

La fiscalité des revenus de l épargne CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Réunion plénière du 12 septembre 2002 «Retraite par répartition et compléments de retraite» Document n 9 La fiscalité des revenus de l épargne Conclusion du rapport

Plus en détail

Les contrats retraite en Loi Madelin

Les contrats retraite en Loi Madelin Les contrats retraite en Loi Madelin Une retraite obligatoire insuffisante Par rapport à un salarié, le travailleur indépendant est un peu "le parent pauvre" du système de protection sociale français.

Plus en détail

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME

LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME LES VALEURS MOBILIERES LA FISCALITE DES PLACEMENTS A LONG TERME Une note de Riviera Family Office Mise à jour : juillet 2004 Les principaux avantages fiscaux des valeurs mobilières Aucune imposition sous

Plus en détail

MODALITÉS DE TRANSFERT

MODALITÉS DE TRANSFERT 14 novembre 2003. ARRÊTÉ ROYAL portant exécution de la loi du 28 avril 2003 relative aux pensions complémentaires et au régime fiscal de celles-ci et de certains avantages complémentaires en matière de

Plus en détail

Comparaison des programmes des partis en matière de protection sociale, fiscalité et financement de la protection sociale

Comparaison des programmes des partis en matière de protection sociale, fiscalité et financement de la protection sociale Fondation Travail-Université asbl Comparaison des programmes des partis en matière de protection sociale, fiscalité et financement de la protection sociale Véronique ORUBA - Avril 2003 - Chaussée de Haecht,

Plus en détail

1) L impôt sur le revenu des personnes physiques

1) L impôt sur le revenu des personnes physiques DIRECTION DE LA LEGISLATION FISCALE Sous-Direction E - Bureau E 2 139, RUE DE BERCY - TELEDOC 568 75572 PARIS CEDEX 12 DLF/E/DO/2006000762 Fiscalités étrangères FE n 11/06 Anne Galmace 01 53 18 92 24 Fax

Plus en détail

La fiscalité des produits d assurances

La fiscalité des produits d assurances La fiscalité des produits d assurances UHPC Bernard Mariscal, Benefits Expert, Deloitte Mars 2010 Notions et définitions L assurance de personnes est celle dans laquelle la prestation d assurance ou la

Plus en détail

Oddo & Cie. Premavenir. Novembre 2014

Oddo & Cie. Premavenir. Novembre 2014 Oddo & Cie Premavenir Sommaire Sections 1 Cadre juridique et fiscal des contrats d épargne retraite «PERP» 3 2 Présentation du contrat Premavenir de AG2R La Mondiale 8 3 Frais 13 Annexe Solidité du groupe

Plus en détail

26 Contrat d assurance-vie

26 Contrat d assurance-vie 42 26 Contrat d assurance-vie est un contrat par lequel un assureur s engage à verser un capital en cas de vie ou de décès de l assuré, au profit du souscripteur ou d un tiers, moyennant une prime. Placement

Plus en détail

Le régime fiscal du contrat d'assurance-vie en cas de vie

Le régime fiscal du contrat d'assurance-vie en cas de vie Le régime fiscal du contrat d'assurance-vie en cas de vie Le souscripteur peut récupérer les sommes investies. Cette faculté lui est personnelle et est appelée rachat. Le rachat peut être total, partiel

Plus en détail

ALLOCATIONS POUR FRAIS D'EMPLOI

ALLOCATIONS POUR FRAIS D'EMPLOI 2041 GP N 50688#14 DOCUMENT POUR REMPLIR LA DÉCLARATION DES REVENUS DE 2012 Ce document n'a qu'une valeur indicative. Il ne se substitue pas à la documentation officielle de l'administration. ALLOCATIONS

Plus en détail

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Le PERCO en 2014

Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Le PERCO en 2014 CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 08 juillet 2015 à 9 h 30 «Le patrimoine des retraités et l épargne retraite» Document N 10 Document de travail, n engage pas le Conseil Le PERCO en

Plus en détail

UNE FISCALITE DEFAVORABLE AU FINANCEMENT DES ENTREPRISES ET QUI AFFECTE LEUR COMPETITIVITE

UNE FISCALITE DEFAVORABLE AU FINANCEMENT DES ENTREPRISES ET QUI AFFECTE LEUR COMPETITIVITE UNE FISCALITE DEFAVORABLE AU FINANCEMENT DES ENTREPRISES ET QUI AFFECTE LEUR COMPETITIVITE Partant d une situation déjà défavorable au financement des entreprises par fonds propres, les mesures fiscales

Plus en détail

Frontaliers français. Je travaille. au Grand-Duché de Luxembourg. Mes impôts? LE SYNDICAT N 1 AU LUXEMBOURG

Frontaliers français. Je travaille. au Grand-Duché de Luxembourg. Mes impôts? LE SYNDICAT N 1 AU LUXEMBOURG Frontaliers français Je travaille au Grand-Duché de Luxembourg. Mes impôts? LE SYNDICAT N 1 AU LUXEMBOURG 1 Les impôts sont un mal nécessaire: c est grâce aux impôts que l Etat peut faire fonctionner ses

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul Base de calcul En votre qualité d employeur, vous devez déclarer à l URSSAF toutes les sommes payées et tous les avantages consentis à vos salariés. Ces éléments constituent la base de calcul des cotisations

Plus en détail

Managed Funds Stability Fund 1

Managed Funds Stability Fund 1 Managed Funds Stability Fund 1 ÉPARGNE-PENSION, ÉPARGNE À LONG TERME ET ÉPARGNE NON FISCALE Type d'assurance vie Assurance vie dont le rendement est lié à des fonds de placement (branche 23). Des primes

Plus en détail

Méthode de calcul fiscal et écologique du prix de leasing

Méthode de calcul fiscal et écologique du prix de leasing Méthode de calcul fiscal et écologique du prix de leasing Total Cost of Ownership, l instrument idéal pour déterminer le choix de voiture le plus avantageux TCO est utilisé pour Total Cost of Ownership,

Plus en détail

TABLEAU SYNOPTIQUE DES INCITATIONS FISCALES

TABLEAU SYNOPTIQUE DES INCITATIONS FISCALES TABLEAU SYNOPTIQUE DES INCITATIONS FISCALES Réforme globale du Code Général des Impôts Fiche technique thématique Mesures Modalités pratiques Objectif poursuivi 1 Crédit d impôt pour investissement (Impôt

Plus en détail

Programme ESSEC Gestion de patrimoine

Programme ESSEC Gestion de patrimoine Programme ESSEC Gestion de patrimoine Séminaire «L investissement immobilier» Fiscalité de l immobilier François Longin 1 www.longin.fr Fiscalité de l immobilier Plusieurs niveaux de fiscalité (investissement

Plus en détail

Compte bancaire ou assurance vie?

Compte bancaire ou assurance vie? 92 LE GUIDE FINANCIER DU PROPRIÉTAIRE Compte bancaire ou assurance vie? La décision de prendre un compte bancaire ou une assurance vie mixte dépendra du profil du client et de ses besoins en couverture

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE SFAX ÉCOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE. Corrigé. (Durée 2H)

UNIVERSITÉ DE SFAX ÉCOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE. Corrigé. (Durée 2H) UNIVERSITÉ DE SFAX ÉCOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE Matière : Fiscalité I Corrigé Auditoire : 2 ème année Sciences Comptables Année universitaire 1997/1998 Session de contrôle (Durée 2H) Question de cours

Plus en détail

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013 Réunions patrimoniales Janvier Loi de Finances pour 2013 et 3 ème Loi de finances Rectificative pour 2012 Le présent document vous est transmis à titre personnel, il a été réalisé sur la base de l environnement

Plus en détail

Déclaration IPP 2015. Conférence de presse. Johan Van Overtveldt. 28 avril 2015 North Galaxy. Ministre des Finances

Déclaration IPP 2015. Conférence de presse. Johan Van Overtveldt. 28 avril 2015 North Galaxy. Ministre des Finances Déclaration IPP 2015 Conférence de presse Johan Van Overtveldt Ministre des Finances 28 avril 2015 North Galaxy 1 Agenda Rentrées des déclarations La déclaration 2015 Nouveau calcul d impôt Montant épargne-pension

Plus en détail

1. Lois de Finances rectificatives 2011... 2. 1.1. LFR 2011 adoptée le 6 juillet 2011 : Fiscalité du Patrimoine... 2. 1.1.1. Réforme de l ISF...

1. Lois de Finances rectificatives 2011... 2. 1.1. LFR 2011 adoptée le 6 juillet 2011 : Fiscalité du Patrimoine... 2. 1.1.1. Réforme de l ISF... version6.2.1.0 Dernières évolutions 1. Lois de Finances rectificatives 2011... 2 1.1. LFR 2011 adoptée le 6 juillet 2011 : Fiscalité du Patrimoine... 2 1.1.1. Réforme de l ISF... 2 1.1.2. Donations et

Plus en détail

DB2P pour sociétés : document explicatif

DB2P pour sociétés : document explicatif DB2P pour sociétés : document explicatif Table des matières 1. Introduction... 3 2. DB2P, le contexte... 3 3. Engagements de pensions externes pour dirigeants d entreprise indépendants... 4 4. Financement

Plus en détail

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS :

AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : AVIS N 68 DU BUREAU DU CONSEIL DE L EGALITE DES CHANCES ENTRE HOMMES ET FEMMES DU 14 FEVRIER 2003, RELATIF AU TRAVAIL AUTORISÉ POUR LES PENSIONNÉS : ÉLÉVATION DES PLAFONDS À PARTIR DU 1 ER JANVIER 2002

Plus en détail

Note d actualité : Analyse de la loi de finances 2013

Note d actualité : Analyse de la loi de finances 2013 Note d actualité : Analyse de la loi de finances 2013 Les premières mesures gouvernementales en matière d imposition des revenus (IR) et d impôt de solidarité sur la fortune (ISF) sont désormais connues.

Plus en détail

Le Plan Épargne Retraite-Banque Populaire (PER-BP) est un placement dédié à la préparation de votre retraite dans un cadre fiscal (1) avantageux.

Le Plan Épargne Retraite-Banque Populaire (PER-BP) est un placement dédié à la préparation de votre retraite dans un cadre fiscal (1) avantageux. Plan d'epargne Retraite Banque Populaire Préparez votre retraite dans un cadre fiscal(1) avantageux grâce au Plan Épargne Retraite-Banque Populaire (PER-BP). EN BREF Le Plan Épargne Retraite-Banque Populaire

Plus en détail