Simplification de l architecture impositions Propositions de l AdCF avril 2014

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Simplification de l architecture impositions Propositions de l AdCF avril 2014"

Transcription

1 POSITIONS AVRIL 2014 Simplification de l architecture impositions Propositions de l AdCF avril 2014 Introduction L AdCF a pris acte de la volonté du gouvernement de rendre plus juste, plus simple et plus efficace la fiscalité locale. Elle partage naturellement ces orientations générales tout en soulignant la complexité d une telle ambition, comme l a montré en la réforme de la taxe professionnelle, traduite par la création de plusieurs impositions distinctes (CVAE, CFE, IFER ) et fonds de garantie (FNGIR, DCRTP). La réforme fiscale de 2009 a donné lieu à de profonds bouleversements dans les ressources des collectivités locales : - modifications de l affectation des taxes locales entre les différents niveaux de collectivités, - perte de pouvoir de taux pour les régions, des - la substitution, dans de nombreux territoires industriels, de dotations figées à des ressources fiscales dynamiques, - de nouvelles assiettes fiscales comme la valeur ajoutée, les surfaces commerciales, les éléments physiques pris en compte dans les IFER Un bilan approfondi, mettant en avant les points positifs et les contraintes imposés par la nouvelle donne fiscale, tant du point de vue des collectivités que des contribuables, reste à entreprendre à la suite des premières évaluations intéressantes réalisées par le Sénat, l Inspection des finances et la Cour des Comptes. Il reste au demeurant que, trois années après la mise en place de la réforme, la nouvelle architecture fiscale n est pas encore totalement stabilisée et entrée dans son «rythme de croisière». - nouvelles assiettes fiscales, - création de nouvelles taxes. Si l ensemble des collectivités ont été concernées par ces évolutions, les communautés ont été parmi les plus exposées aux impacts de la réforme (qui a concerné 92% de leurs recettes fiscales directes hors TEOM) et ont connu des transformations majeures de leur panier de ressources, avec pour effets : - la généralisation de la fiscalité mixte via le transfert de la part départementale de la taxe d habitation, - de nouveaux équilibres entre ménages et entreprises dans le financement fiscal de l intercommunalité, De nombreux ajustements, d importance variée, sont encore à l ordre du jour. L AdCF tient à souligner : - les aléas encore inexpliqués de la nouvelle assiette fiscale de la CVAE (fortes hausses en 2013, suivies de fortes baisses en 2014), - les difficultés rencontrées en matière de cotisation minimale à la CFE confirmant que le chiffre d affaires ne constitue pas une bonne assiette de référence (comme l a souligné l AdCF à plusieurs reprises, - les incidences des nombreuses opérations de fusion et/ou d extension des périmètres de communautés qui ont nécessité des ajustements _ AdCF 22, rue Joubert Paris 1/8

2 législatifs multiples (règles de lien des taux, harmonisation des politiques d abattement ) et en demandent encore certains, - les implications du nouveau «panier fiscal» sur les partages de ressources entre communautés et communes dans le cadre de leurs «pactes financiers» Par ailleurs, une question de fond a été soulevée par les choix de répartition des ressources fiscales entre niveaux institutionnels. L AdCF a regretté les conditions dans lesquelles a été transférée la part départementale de la taxe d habitation au «bloc local» ; transfert qui a sérieusement affaibli le lien fiscal établi entre les entreprises et les territoires, en accordant une prime excessive aux espaces résidentiels qu il s avère difficile de corriger. Le retour sur investissement des projets industriels ou productifs s avère très dégradé pour les bassins d emploi concernés. L AdCF avait en outre déploré l absence de réflexion conduite en quant à la bonne adéquation entre compétences institutionnelles et nature des ressources. Elle a considéré paradoxal que les départements deviennent les principaux bénéficiaires de la CVAE, alors que leurs interventions en matière de développement économique ont vocation à se restreindre avec la clarification attendue des compétences. L AdCF avait alors pris acte du refus du gouvernement d attribuer une fraction de CSG aux conseils généraux. Elle avait néanmoins préconisé le maintien à l échelle des départements de leur part de taxe d habitation en considérant que cette dernière pouvait être progressivement transformée pour intégrer dans son assiette les éléments pris en compte dans la CSG (ensemble des revenus). C est à cette échelle qu une introduction des revenus dans l assiette de la taxe d habitation aurait été envisageable, comme l avait montré en 1990 le projet de taxe départementale sur le revenu (TDR). L AdCF est en revanche beaucoup plus sceptique quant à la possibilité d intégrer le revenu comme élément d assiette de taxes communales, au vu des considérables inégalités que cela susciterait entre communes, voire entre intercommunalités. L AdCF a par conséquent regretté que l hypothèse d une meilleure adéquation entre les compétences et la nature de la ressource fiscale ait été trop rapidement écartée. Elle a bien pris note du courrier adressé par le Premier ministre au Comité des finances locales et qui invite à réfléchir à une «meilleure spécialisation des impôts locaux entre niveaux de collectivités, en lien avec les compétences qu ils exercent». Malheureusement, il s avère qu une occasion a été sans doute manquée en 2009 et qu il sera très difficile de la corriger sans déstabiliser à nouveau fortement les budgets locaux, dans un contexte financier très délicat. C est pourquoi l AdCF a plaidé pour une pause dans les répartitions interniveaux de ressources fiscales afin de redonner aux collectivités visibilité et stabilité. 1. La révision des valeurs locatives foncières : la «mère des réformes» L AdCF considère qu un chantier considérable doit déjà s ouvrir avec la «mère des réformes» de la fiscalité locale que constituera la révision des valeurs locatives, assiette sur laquelle repose plus de 63 milliards d euros d impositions directes à travers les taxes foncières, la taxe d habitation, la cotisation foncière des entreprises (CFE) et la taxe d enlèvement des ordures ménagères (TEOM). Cette réforme ne pourra être menée à bien que si les bénéficiaires des impôts concernés demeurent inchangés car les valeurs locatives sont soumises à des taux différenciés et imposeront, à titre provisoire, la création de coefficients de neutralisation propres à chaque impôt et à chaque collectivité. Des changements de répartition des impôts directs entre niveaux de collectivités durant la période de réforme des valeurs locatives seraient techniquement ingérables. A l instar de la plupart des associations de collectivités, l AdCF a activement plaidé en faveur de cette révision qui devient l un des principaux leviers pour aller vers une fiscalité plus juste. L obsolescence des bases fiscales, estimées il y a 45 ans, est devenue l une des principales sources d iniquité entre contribuables et rend insupportable le poids de la fiscalité locale pour de nombreux contribuables et propriétaires occupants à revenus modestes. Il est ainsi fondamental : - qu un large consensus national s établisse autour de cette révision tant les reports de charges entre contribuables seront nombreux et inéluctables à produits fiscaux constants, 2/8

3 - qu une longue période de lissage (5 voire 10 ans) soit retenue pour assurer le basculement progressif des cotisations sur les nouvelles assiettes de référence, - que les nouvelles assiettes soient prises en compte dans l actualisation des potentiels fiscaux et financiers mais aussi de la notion d effort fiscal (qui devrait davantage reposer sur les cotisations réellement acquittées que sur les taux d imposition, devenus très peu représentatifs compte tenu de la vétusté des bases). L AdCF est parfaitement consciente des oppositions et critiques auxquelles risque d être exposée la réforme, mais elle est disposée à en soutenir activement la nécessité et l urgence. Elle suggère qu une réflexion approfondie soit conduite sur la pédagogie qui devra l accompagner en mettant l accent sur les situations aberrantes et les inégalités auxquelles le statu quo donnerait lieu. Conduite à son terme, la révision des valeurs locatives et leur actualisation régulière en fonction des marchés locatifs seront le meilleur moyen de garantir aux collectivités une évolutivité raisonnable de leurs assiettes fiscales, sans avoir à recourir à des augmentations de taux. Les évolutions des valeurs locatives reposent aujourd hui sur deux paramètres : - l actualisation uniforme votée dans le cadre des lois de finances (à partir d un indice proche de l inflation et même inférieur en 2014), - l extension physique du parc immobilier (constructions nouvelles). Des valeurs locatives correctement estimées et actualisées permettront aux collectivités de bénéficier à travers leurs bases fiscales d un véritable retour sur investissement par rapport aux efforts qu elles fournissent en matière d équipements collectifs, de voirie et de dessertes de transports collectifs, de rénovation urbaine et d embellissement, de paysage et d aménités Cet enregistrement des valorisations foncières et immobilières dans la fiscalité directe permettra des comportements stratégiques et un partage plus équitable des plus-values foncières entre propriétaires et collectivités. Elle sera plus efficace que les tentatives récentes d instituer des taxes indirectes sur les plus-values lors des changements de propriétaires (cf. taxe sur les plusvalues des terrains valorisés par un projet d infrastructure de transport introduite par la loi «Grenelle 2» et encore sans décret d application). L AdCF demeure persuadée qu une correcte appréciation des valeurs locatives permettra de : - redonner à la fiscalité locale un caractère plus progressif, - revisiter les politiques d abattements et d exonération rendues nécessaires à la fin des années 1990 pour corriger les iniquités majeures. L AdCF a toujours défendu la pertinence de la notion de valeur locative pour fonder l assiette de la fiscalité foncière et immobilière directe. Elle s est opposée en au projet de basculer la fiscalité locale sur des valeurs vénales, celles-ci correspondant à une fiscalité reposant sur des cessions (taxe indirecte) et étant marquées par une trop forte instabilité. Les marchés locatifs ont pour avantage de lisser sur le long terme le caractère très cyclique du marché immobilier et d offrir par conséquent aux collectivités des bases plus stables et prévisibles. Les marchés locatifs donnent un aperçu du cycle long des valeurs immobilières, en limitant les aléas pour les collectivités, et en correspondant mieux à leurs propres stratégies d équipement ou d investissement. L AdCF constate que les valeurs locatives fondent l assiette fiscale de très nombreuses collectivités des pays de l OCDE et sont des assiettes robustes, peu contestées, dès lors qu elles sont correctement évaluées. Le fondement d une taxation directe doit reposer sur le «flux» de revenus susceptibles d être retirés de l usage ou de la location d un bien et non de sa cession. C est donc bien le loyer acquitté ou le loyer économisé (pour le propriétaire occupant) qui doit constituer l assiette des impositions foncières directes. Faut-il introduire le revenu dans les taxes directes locales? L AdCF s est montrée réservée par rapport à l idée d introduire le revenu dans l assiette d imposition des contribuables physiques («ménages») à l échelle des communes et même des intercommunalités. Elle redoute que cette hypothèse accroisse très sensiblement les écarts de richesses entre collectivités et renforce les 3/8

4 mécanismes ségrégatifs (collectivités socialement riches à taux très faibles vs collectivités socialement pauvres à taux élevés). Les valeurs locatives correctement actualisées contribueront indirectement à refléter les niveaux de revenus et les capacités contributives des ménages, mais tout en tempérant les écarts de richesses entre collectivités. L AdCF considère que l introduction du revenu dans l assiette de la fiscalité directe aurait pu être imaginée à l échelle départementale en faisant reposer la part départementale de la taxe d habitation sur les éléments de la CSG. Les disparités de revenus d un département à l autre s avèrent beaucoup moins accusées qu entre les communes. Une telle évolution de la part départementale de la taxe d habitation (TH) aurait permis d alléger le poids global de la TH assise sur les valeurs locatives et de faciliter sa modernisation (allègements, dégrèvements ). Proposée en 2009 lors de la réforme de la taxe professionnelle, cette solution n a pas été retenue, ce que l AdCF regrette car il semble désormais impossible de revenir sur les choix opérés. Engager la réforme sans tarder En tout état de cause, l AdCF a pleinement souscrit à la méthode engagée en 2010 pour moderniser les valeurs locatives des locaux commerciaux. Elle considère par conséquent que le chantier engagé doit être conduit à son terme, même si des ajustements sont à prévoir (mode de prise en compte des immobilisations évaluées à leur date d entrée au bilan comptable pour les locaux, établissements industriels par exemple). Tout en entendant bien les craintes des organisations patronales quant aux reports de charges que suscitera la réforme, l AdCF considère ces reports de charge inéluctables et constitutifs de la réforme. Elle souhaite que le basculement sur les nouvelles assiettes s engage au plus tôt, accompagné du lissage nécessaire (au mois 5 ans voire dix). De la même façon, l AdCF souhaite que la révision des locaux d habitation, dont l expérimentation vient d être programmée par la loi de finances pour 2014, aille également à son terme. Le démarrage du basculement sur les nouvelles assiettes, envisagé à partir de 2018 (prochaine législature), apparaît d ores et déjà très éloigné. Avenir des coefficients de neutralisation L AdCF considère que les «coefficients de neutralisation» prévus par la réforme seront nécessaires exclusivement pour permettre l application d un même taux à des valeurs locatives révisées (locaux professionnels) et des valeurs locatives non-révisées (locaux non-professionnels). Ces coefficients devront ainsi être déterminés pour chaque impôt et chaque niveau de collectivité concerné, ce qui représentera une certaine complexité, notamment en cas de modification des taux. Il est donc souhaitable de réduire le plus possible la période de transition pour basculer au plus vite l ensemble des locaux sur les assiettes actualisées. Pour neutraliser les impacts de la révision sur les produits fiscaux perçus par les collectivités, l AdCF préconise une correction mécanique par ajustement (à la hausse ou à la baisse) des taux d imposition de chaque collectivité concernée. La réforme doit ainsi s opérer à ressources constantes pour les collectivités, tout en modifiant, à l intérieur de chacune d entre elle, la répartition de la charge fiscale entre ses contribuables. 2. Evolutions de la fiscalité locale sur les entreprises L AdCF a formulé des analyses et propositions détaillées dans le cadre des Assises sur la fiscalité sur les entreprises (cf. pièce jointe). En substance, elle a fait part des améliorations possibles à apporter à cette fiscalité mais aussi de l impossibilité de dégrader à nouveau le lien fiscal entre les entreprises et les territoires. Le considérable allègement de la charge fiscale (environ 4 milliards d euros) qu ont représenté la réforme de la taxe professionnelle et l institution du plafonnement absolu à 3% de la valeur ajoutée (PVA) imposent désormais de raisonner à produits fiscaux constants. Il ne serait pas raisonnable d envisager, dans le contexte actuel des finances publiques, des allégements supplémentaires. Les réformes envisageables sont, par construction, susceptibles de produire des reports de charges entre secteurs économiques et catégories d entreprises. En dehors des impôts mixtes pesant tant sur les ménages que les entreprises (taxe foncière sur les 4/8

5 propriétés bâties, TEOM ), l AdCF formule un certain nombre de recommandations et propositions pour ajuster les deux composantes de la Contribution économique territoriale (CET) à travers : - une territorialisation améliorée de la CVAE et une «revoyure» des dégrèvements barémiques, - la redéfinition de l assiette de la cotisation minimale de la cotisation foncière des entreprises (CFE), Ainsi, l AdCF plaide pour une meilleure évaluation de la capacité contributive des contribuables économiques locaux. Au moment du remplacement de la taxe professionnelle, reprenant les conclusions de la commission Fouquet, la valeur ajoutée est apparue comme l assiette la plus représentative de la création de richesse et de son évolution. Elle est également la plus neutre entre les différents facteurs de production et catégories d entreprises. L AdCF avait plaidé pour un taux d imposition commun sur la valeur ajoutée et a critiqué l institution d un barème progressif fondé sur le chiffre d affaire. Comme l ont montré les conclusions des assises de la fiscalité sur les entreprises, le chiffre d affaires constitue une très mauvaise référence, tant pour définir une assiette qu un barème d imposition. Il n est représentatif ni de la capacité contributive ni d un service rendu. Malgré cela, la référence au chiffre d affaires joue un rôle prépondérant dans les nouveaux impôts économiques locaux, à travers les barèmes de : - la CVAE (pour déterminer le taux réel d imposition) - la cotisation minimum de CFE. La cotisation minimum de CFE concerne désormais, du fait de l obsolescence des valeurs locatives, un très grand nombre de contribuables et plus de 15 % du produit de l impôt. Les ajustements apportés par les deux dernières lois de finances, se sont révélés finalement pénalisants pour les collectivités locales (barème contraint pour les moins de euros de chiffre d affaires). L AdCF plaide pour une remise à plat de ce dispositif. Mieux répartir la CVAE : l enjeu de la consolidation des groupes Depuis quatre ans, l AdCF s efforce de convaincre les pouvoirs publics nationaux de l importance d assimiler les groupes (au sens de l impôt sur les sociétés) à des entreprises multi-établissements pour répartir les cotisations de CVAE. La mission d évaluation du Sénat (Guené-Escoffier) avait conclu dans ce sens. Une nouvelle mission confiée à plusieurs corps d inspection devrait remettre un rapport à ce sujet. L absence de consolidation des cotisations payées par les entreprises d un même groupe fiscal (au sens de l IS) pose la question des prix de transfert et des effets des réorganisations juridiques permanentes des entreprises. Les grands acteurs économiques sont aujourd hui massivement organisés sous forme de groupes (près de 70% de la valeur ajoutée du secteur marchand). Il est donc d un intérêt fondamental de disposer d une approche fiscale intégrée des groupes tant pour déterminer tant le taux d imposition de leurs entités (disposition déjà votée) que la répartition territoriale des cotisations et le mécanisme de plafonnement. Une telle disposition permettrait de réduire les impacts des comportements d optimisation fiscale et des phénomènes de filialisation. L AdCF préconise par conséquent de : - réduire progressivement les écarts des taux effectifs d imposition appliqués aux entreprises en matière de CVAE (instaurer un taux minimal à faire converger avec le taux maximal) pour faire disparaître la référence au chiffre d affaire, - rapprocher l assiette de la cotisation minimale de CFE d un solde de gestion de type «valeur ajoutée» (afin d exclure les achats de fournitures et consommations intermédiaires). IFER et TASCOM : L AdCF aimerait que soit établi un bilan précis des impositions forfaitaires sur les entreprises de réseau (IFER) et débattues les conditions d indexation des assiettes qui ne progressent à ce jour que sous l effet d extensions physiques. Sur la TASCOM, l AdCF a constaté la très grande vétusté des références des services fiscaux et la nécessité d un véritable travail d inventaire au niveau local pour actualiser les bases. 5/8

6 Synthèse des propositions : - conduire à terme la révision des valeurs locatives (tant sur les locaux commerciaux que les locaux d habitation) sur lesquelles reposent 63 milliards de cotisations ; - stabiliser l affectation des impôts locaux entre niveaux de collectivités en privilégiant les améliorations des assiettes et des dégrèvements ; - revoir en profondeur le dispositif de cotisation minimale à la CFE en supprimant la référence au chiffre d affaires ; - consolider les cotisations de CVAE des entreprises appartenant à un même groupe fiscal avant répartition entre territoires ; 3. La refonte inéluctable des exonérations et dégrèvements Les dégrèvements et compensation d exonérations représentent un volume financier de l ordre de 10 milliards d euros (annexe du PLF pour 2014) qui pèse sur le budget de l Etat. Certes la réforme de la taxe professionnelle aura permis de réduire ce montant (de l ordre de - 40 % environ), mais son niveau encore élevé pose problème (13 % de l ensemble des ressources fiscales des collectivités). L AdCF note que ces dégrèvements et compensations d exonérations sont très concentrés sur la taxe d habitation (plafonnement en fonction du revenu : 3,7 Mds d euros) et la CVAE (dégrèvement barémique de CVAE : 3,6 Mds d euros et plafonnement à la VA : 790 millions d euros) concernent de manière importante les recettes fiscales des collectivités du «bloc communal». Pour ces dernières, près d un quart (22 %) de leur panier fiscal est ainsi pris en charge par l Etat. L AdCF considère que cette situation est de nature à fragiliser fortement les ressources des communes et des communautés dans un contexte qui voit l Etat exposé à de considérables contraintes financières. L AdCF déplore cette situation et observe que ces dégrèvements résultent le plus souvent d allégements fiscaux historiques, décidés unilatéralement par l Etat, pour éviter ou différer l engagement des réformes nécessaires. Les politiques de plafonnement ou de dégrèvement ont toujours été conduites pour limiter les pressions fiscales excessives menaçant certains contribuables mais sans être suffisamment assorties de contributions minimales. Par ailleurs, il convient de noter que les dégrèvements relatifs à la taxe d habitation, attribués en fonction des niveaux de revenus, sont beaucoup plus concentrés dans certains territoires et dans certaines communes au sein des communautés. Par ailleurs, le contexte de développement du chômage et de paupérisation d une partie des ménages pourrait faire progresser fortement le nombre de personnes concernées par un dégrèvement à court terme. L AdCF considère que l éventualité d une refonte du système d exonérations et de dégrèvements doit prendre en compte un certain nombre de principes : - Toute modification du régime actuel de dégrèvements et de compensations pour exonération doit impérativement s opérer à produit constant pour les collectivités ; - Tout nouveau dispositif qui pourrait être envisagé devra prendre en compte la capacité contributive des ménages et la soutenabilité des évolutions proposées. Ces évolutions doivent être l occasion de redonner une marge de manoeuvre locale en matière de fiscalité, en privilégiant l élargissement des assiettes plutôt que des compensations sous forme de dotations. En tout état de cause, l AdCF considère que cette éventuelle refonte des dégrèvements ne doit en aucun cas contrarier ou interférer avec le chantier de la révision des valeurs locatives des locaux d habitation. Propositions : Toute modification des dispositifs actuels de dégrèvement devra s opérer à produit constant pour les collectivités ; La réflexion conduite sur les dégrèvements ne doit en aucun cas remettre en cause les objectifs de révision des valeurs locatives ; 6/8

7 4. Penser ensemble la réduction des dotations et la péréquation Plusieurs chantiers doivent être poursuivis en ce qui concerne l évolution de la DGF et de la péréquation. Dans le cadre du pacte de responsabilité, de nouveaux efforts seront attendus de la part des collectivités, sans doute bien supérieurs à ceux déjà programmés pour 2014 et L AdCF s inquiète des effets récessifs sur l investissement public local et la croissance de chocs budgétaires trop violents, alors que les dépenses de gestion des collectivités continuent d évoluer à la hausse, à raison de 50% sous l effet de décisions nationales (hausses de TVA, de la CNRACL, du point d indice ) qu elles ne contrôlent pas. L AdCF demande que l effort exigé des collectivités soit cohérent et soutenable. Elle souhaite également que cet effort soit juste et ne compromette pas les objectifs légitimes de péréquation poursuivis par les pouvoirs publics. Si, dans un premier temps l AdCF a considéré plus lisible et équitable de répartir la contribution du bloc local (840 millions en 2014) au prorata des recettes de fonctionnement de ses composantes, l importance des réductions à venir imposera sans doute de faire évoluer cette approche en prenant en compte intégralement les reversements obligatoires des communautés aux communes (attributions de compensation) et en mesurant les impacts cumulés sur les budgets locaux des baisses de dotations et des prélèvements au titre de la péréquation. Il sera impératif de disposer d une vision agrégée des différents dispositifs de péréquation et de veiller à leur cohérence. L AdCF souligne : - Le caractère insuffisamment péréquateur de l actuelle DGF en raison de l importance de ses composantes «fossilisées» ; - la juxtaposition au sein du bloc communal de différents dispositifs de péréquation au fonctionnement très cloisonnés, aux effets parfois contradictoires, qui gagneront en efficacité par une meilleure articulation ; - la transformation de la péréquation dite «verticale» (DGF) qui se comporte de plus en plus comme une péréquation de nature «horizontale» : réduction du stock de dotations de certaines collectivités (dotations de garantie par exemple) au profit d autres collectivités pour alimenter les dotations de péréquation ; L AdCF est ainsi favorable à une réorganisation globale des dispositifs de péréquation (FPIC, FSRIF, FDPTP, DSU, DSR.). Afin de donner à cette péréquation une efficacité maximum, le nouveau fonds de péréquation intercommunale et communale (FPIC) apparait comme le dispositif le plus adapté pour réaliser la convergence des différents outils de péréquation. A ce titre, l AdCF considère que le FPIC constitue la préfiguration d un mode d affectation des dotations beaucoup plus large en s appuyant sur une appréciation consolidée des ressources communales et intercommunales (PFIA). L AdCF s est félicitée de la création de la notion de potentiel financier intercommunal agrégé (PFIA). Elle considère que celui-ci est devenu le seul moyen de comparer les territoires entre eux, en neutralisant les différences d intégration des ressources et des charges. Au demeurant, l AdCF estime que la montée en puissance du FPIC risque d être fragilisée par les nouvelles contraintes budgétaires (réductions de DGF, baisse de la CVAE..). Son rythme de progression devra être soutenable et tenir compte des baisses de dotations ou de ressources fiscales enregistrées par certains territoires. Les ajustements encore nécessaires du FPIC L AdCF a par ailleurs proposé des ajustements complémentaires du FPIC pour en renforcer l efficacité et l équité. Elle considère notamment nécessaire de : - transposer à l intérieur des ensembles intercommunaux, à savoir entre communes, l indicateur synthétique de charges qui pondère les potentiels financiers (revenus, effort fiscal, population ) utilisés pour comparer les ensembles intercommunaux entre eux. L absence d indicateur de charges pris en compte dans le partage des prélèvements ou des reversements au sein des ensembles intercommunaux 7/8

8 tend à fortement défavoriser les villes et bourgs centres. L AdCF a également proposé des solutions pour exonérer de contribution les communes disposant d un potentiel financier très inférieur à la moyenne des communes de leur communauté (à l instar de ce qui est prévu pour les communes en DSU cible). L AdCF souhaite par ailleurs que soient : - assouplies les conditions d unanimité requises pour ajuster localement les critères de répartition des prélèvements et reversements. Avec les nouvelles règles de composition des assemblées intercommunales, l unanimité du conseil communautaire va devenir très difficile à réunir à l avenir ; - substitué le critère du revenu «médian» à celui du revenu «moyen» (du fait du biais introduit par les valeurs extrêmes) ; - amélioré l articulation entre le FPIC et le fonds spécifique à l Ile-de-France (FSRIF) qui se traduit aujourd hui par des effets paradoxaux insoutenables (prise en charge par les communautés des écrêtements des communes plafonnées ; ce qui aboutit à voir les pauvres payer à la place des riches) ; - évalué les effets futurs de la mise en place de la métropole du Grand Paris sur le FPIC. La remise à plat des dispositifs actuels de péréquation, refondés à partir du FPIC, doit avoir pour objectif principal une répartition plus équilibrée des ressources tant entre communautés qu au sein des communautés, en tenant compte de la diversité des situations locales. Conclusions Le contexte financier très contraint dans lequel vont évoluer les communes et communautés au cours du nouveau mandat va imposer des formes beaucoup plus avancées de mutualisation et de solidarité financière. L AdCF considère qu il faudra encourager la réalisation de véritables pactes financiers et fiscaux au sein des intercommunalités et offrir des nouveaux outils de gouvernance financière. Des plans pluriannuels d investissement de territoires devraient identifier les grandes priorités éligibles aux appuis financiers extérieurs (CPER, programmes européens ). Il sera également souhaitable de faciliter la coordination des politiques fiscales et l unification éventuelle des impôts directs, sur le modèle réussi de la taxe professionnelle unique au cours des années De même, les règles de décision relatives aux révisions des attributions de compensation devront sans doute être assouplies dans un contexte de baisse drastique des dotations. Alors que les règles de gouvernance financière de l intercommunalité ont été établies dans une période d indexation dynamique des dotations et de croissance soutenue de la taxe professionnelle, le nouveau contexte budgétaire et économique impose de les revisiter sans tarder. Le financement des compétences intercommunales par la seule croissance du «flux» est désormais révolue dans beaucoup de territoires. CONTACTS Claire Delpech Nicolas Portier T /8

Suppression de la taxe professionnelle et création de la Contribution Economique Territoriale (CET)

Suppression de la taxe professionnelle et création de la Contribution Economique Territoriale (CET) Suppression de la taxe professionnelle et création de la Contribution Economique Territoriale (CET) (Articles 2, 47, 77, 78 et 99 de la loi de finance pour 2010) Actuellement, la taxe professionnelle (TP)

Plus en détail

ANALYSE FINANCIèRE. RéTROSPECTIVE DU BUDGET PRINCIPAL DE L Agglomération CôTE BASQUE ADOUR 2003-2012

ANALYSE FINANCIèRE. RéTROSPECTIVE DU BUDGET PRINCIPAL DE L Agglomération CôTE BASQUE ADOUR 2003-2012 ANALYSE FINANCIèRE RéTROSPECTIVE DU BUDGET PRINCIPAL DE L Agglomération CôTE BASQUE ADOUR 2003-2012 RESSOURCES CONSULTANTS FINANCES SOCIÉTÉ D ETUDE, RECHERCHE ET PROSPECTIVE EN FINANCES LOCALES S.A. au

Plus en détail

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) -

- Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - - Suppression de la Taxe Professionnelle en 2011 remplacée dans le panier communal par - Cotisation Foncière des Entreprises (CFE) (taux communal) - Cotisation sur la Valeur Ajoutée des Entreprises (CVAE)

Plus en détail

ANNEXE V Méthode de simulation des ressources des collectivités territoriales à 2015

ANNEXE V Méthode de simulation des ressources des collectivités territoriales à 2015 ANNEXE V Méthode de simulation des ressources des collectivités territoriales à 2015 1 Annexe V SOMMAIRE 1. LES SIMULATIONS A 2015 REPOSENT SUR UN SCENARIO DE REFERENCE, ASSIS SUR LES HYPOTHESES JUGEES

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

LES PACTES FINANCIERS ET FISCAUX COMMUNES INTERCOMMUNALITE ET LA MUTUALISATION

LES PACTES FINANCIERS ET FISCAUX COMMUNES INTERCOMMUNALITE ET LA MUTUALISATION LES PACTES FINANCIERS ET FISCAUX COMMUNES INTERCOMMUNALITE ET LA MUTUALISATION 1 PRESENTATION Le présent document a été réalisé par le Cabinet Michel Klopfer, conseil indépendant dont le capital appartient

Plus en détail

Synthèse des dispositions relatives à la métropole du Grand Paris. Adoptées par l Assemblée nationale le 10 mars 2015

Synthèse des dispositions relatives à la métropole du Grand Paris. Adoptées par l Assemblée nationale le 10 mars 2015 Synthèse des dispositions relatives à la métropole du Grand Paris Adoptées par l Assemblée nationale le 10 mars 2015 ARCHITECTURE INSTITUTIONNELLE Figurent en rouge les modifications votées par l Assemblée

Plus en détail

#94 NEWS FISCALITÉ LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2014. La LFR 2014 a procédé à certains ajustements techniques :

#94 NEWS FISCALITÉ LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE 2014. La LFR 2014 a procédé à certains ajustements techniques : NEWS #94 FISCALITÉ JANVIER 2015 Les deuxième loi de Finances rectificative (LFR) pour 2014 et loi de Finances (LF) pour 2015 ont été publiées au Journal officiel du 30 décembre 2014. Nous présentons, dans

Plus en détail

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr

Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Isabelle KEBE Tél. 01 55 34 40 28 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : ikebe@fcl.fr Jean-Christophe BERGE Tél : 01 55 34 40 13 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : jcberge@fcl.fr Ville de Gisors 24 juin 2014 87 rue St-Lazare

Plus en détail

PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES

PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES COMMUNAUTÉ DE COMMUNES PAYS BEAUME-DROBIE FINANCES INTERCOMMUNALES contact : Sophie Blanc - responsable administrative 04 75 89 80 80 - fax : 04 75 89 80 98 - La Chastelanne 07260 Joyeuse administration@pays-beaumedrobiefr

Plus en détail

LA RÉFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET SES CONSÉQUENCES SUR L ENSEMBLE DE LA FISCALITÉ LOCALE

LA RÉFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET SES CONSÉQUENCES SUR L ENSEMBLE DE LA FISCALITÉ LOCALE 9 février 2010 Département Finances Dossier suivi par Alain Roby LA RÉFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ET SES CONSÉQUENCES SUR L ENSEMBLE DE LA FISCALITÉ LOCALE Le gouvernement a présenté au Parlement,

Plus en détail

«Mécanismes» et contraintes budgétaires

«Mécanismes» et contraintes budgétaires Ville de Viry-Châtillon / Bilan 2008 2013 et prospective financière 2014-2020 Intervention du 25 septembre 2014 87 rue St-Lazare I 75009 Paris Tél. 01 55 34 40 00 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : fcl@fcl.fr

Plus en détail

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS

AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS AUDIT FINANCIER ET FISCAL DE LA COMMUNE COMMUNE DE SAINT-JULIEN EN GENEVOIS Le 4 février 2015 Jean-Pierre COBLENTZ Adel KARMOUS STRATORIAL FINANCES www.stratorial-finances.fr Tour GAMMA A 193 rue de Bercy

Plus en détail

Réponse aux demandes de simulations formulées par la Commission des Finances du Sénat et relatives à la réforme de la taxe professionnelle

Réponse aux demandes de simulations formulées par la Commission des Finances du Sénat et relatives à la réforme de la taxe professionnelle Réponse aux demandes de simulations formulées par la Commission des Finances du Sénat et relatives à la réforme de la taxe professionnelle Vos questions n 5, 15, 33 à 40 se verront apporter une réponse,

Plus en détail

Note d actualité : Analyse de la loi de finances 2013

Note d actualité : Analyse de la loi de finances 2013 Note d actualité : Analyse de la loi de finances 2013 Les premières mesures gouvernementales en matière d imposition des revenus (IR) et d impôt de solidarité sur la fortune (ISF) sont désormais connues.

Plus en détail

Panorama financier 2 0 1 1

Panorama financier 2 0 1 1 Panorama financier 2 1 1 des communautés de communes Les communautés sont appelées à connaître dans les années qui viennent de nombreux bouleversements : effets de la réforme fiscale de 29, implications

Plus en détail

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011

Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 Focus sur quelques points des lois de finances rectificatives de juillet et septembre 2011 La pluralité des lois de finances rectificatives en 2011 nécessite de s attarder sur certains points «sensibles»

Plus en détail

DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DES COMMUNES

DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DES COMMUNES LE BILAN-SANTÉ DES COMMUNES EYSINES FÉVRIER 214 POPULATION Population 1999 (sans double compte) Population 26 (municipale) Population 211 (municipale) Classement en fonction de la population (211) Rangs

Plus en détail

BROCHURE DESTINÉE A ACCOMPAGNER LA MISE EN OEUVRE DE LA PART INCITATIVE DE LA TAXE D ENLEVEMENT DES ORDURES MENAGERES

BROCHURE DESTINÉE A ACCOMPAGNER LA MISE EN OEUVRE DE LA PART INCITATIVE DE LA TAXE D ENLEVEMENT DES ORDURES MENAGERES BROCHURE DESTINÉE A ACCOMPAGNER LA MISE EN OEUVRE DE LA PART INCITATIVE DE LA TAXE D ENLEVEMENT DES ORDURES MENAGERES SOMMAIRE I- AVANT-PROPOS I.1- LES TROIS MODES DE FINANCEMENT DU SERVICE PUBLIC D ÉLIMINATION

Plus en détail

Fiscalité de l épargne et financement des entreprises. Eléments de constat et propositions

Fiscalité de l épargne et financement des entreprises. Eléments de constat et propositions Le 11 février 2013 Fiscalité de l épargne et financement des entreprises Eléments de constat et propositions Les lois de finances adoptées au cours de ces deux dernières années ont appréhendé les revenus

Plus en détail

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014

Regard financier sur les petites villes (3 000 à 20 000 habitants) Juin 2014 ( 20 000 habitants) Juin 2014 Sommaire Les petites en France 3 Les volumes d intervention 4 Les principales ressources courantes 5-6 L épargne brute 7 Les dépenses d investissement 8 L encours de dette

Plus en détail

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Note de présentation générale. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES 11 mai 2010 «Variantes de durée d assurance et d âges de la retraite» Dossier technique préparé par le secrétariat général du COR Document N 1 Document de travail, n

Plus en détail

CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2014-2016

CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2014-2016 Département Administration Paris, le 3 mars 2014 et Gestion Communales VP/AH/Note 11 Affaire suivie par Véronique PICARD CONTRAT DE PRESENCE POSTALE TERRITORIALE 2014-2016 La continuité - maintien du montant

Plus en détail

Territoires et Finances

Territoires et Finances Territoires et Finances Étude sur les finances des communes et intercommunalités 2013-2014 2013 : statu quo sur les équilibres financiers avant de nouveaux défis à relever L année 2013 conclut un mandat

Plus en détail

PROSPECTIVE FINANCIERE 2014-2017 DE LA VILLE VERSION 16 AVRIL 2014!

PROSPECTIVE FINANCIERE 2014-2017 DE LA VILLE VERSION 16 AVRIL 2014! PROSPECTIVE FINANCIERE 2014-2017 DE LA VILLE VERSION 16 AVRIL 2014! Christian Escallier Cabinet Michel Klopfer 6 bis, rue de Larminat 75015 Paris Tél. : 01 43 06 08 10 Fax : 01 47 34 15 83 cescallier@cabinetmichelklopfer.fr

Plus en détail

DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DE L'INTERCOMMUNALITÉ

DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DE L'INTERCOMMUNALITÉ DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DE L'INTERCOMMUNALITÉ FÉVRIER 214 IDENTIFICATION / POPULATION Commune siège : Pau Type de fiscalité : Fiscalité professionnelle unique (FPU) Commune

Plus en détail

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux»

UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE. Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» UNIVERSITES DES MAIRES ET PRESIDENTS DE COMMUNAUTES DE LOIRE-ATLANTIQUE Module «Elaborer le budget de sa commune Les fondamentaux» Nantes, 19 juin 2014 1 Elaborer le budget de sa commune : Les fondamentaux

Plus en détail

AVIS DU CESER Séance plénière du 14 novembre 2014

AVIS DU CESER Séance plénière du 14 novembre 2014 AVIS DU CESER Séance plénière du 14 novembre 2014 Orientations Budgétaires 2015 ORIENTATIONS BUDGÉTAIRES 2015 AVIS SUR LE RAPPORT GÉNÉRAL DU PRÉSIDENT DU CONSEIL RÉGIONAL Président : Patrick TASSIN Séance

Plus en détail

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011

Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 Sumatra Patrimoine vous présente les dernières mesures fiscales 2011 - Mesures concernant le patrimoine - Mesures concernant l assurance vie - Zoom sur quelques dispositions du Projet de Loi de Finances

Plus en détail

PACTE DE RESPONSABILITÉ

PACTE DE RESPONSABILITÉ PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ Loi de finances rectificative pour 2014 Loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 10 septembre 2014 1 LES PRINCIPALES MESURES SOCIALES DU

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 L équilibre général du budget primitif 2014 s est établi à 3 822,6 M, dont 2 790,9 M au titre de la section de fonctionnement et 1 031,7

Plus en détail

DIMINUTION DU DÉFICIT PUBLIC : LES REFORMES ENVISAGEES. 26 Août 2011.

DIMINUTION DU DÉFICIT PUBLIC : LES REFORMES ENVISAGEES. 26 Août 2011. DIMINUTION DU DÉFICIT PUBLIC : LES REFORMES ENVISAGEES 26 Août 2011. Introduction 2 Introduction Le Gouvernement a annoncé le 24 août 2011, suite au Conseil des ministres, des mesures afin de réduire le

Plus en détail

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Eléments de cadrage de la situation financière de la Commune de Bourcefranc-le- Chapus Les soldes intermédiaires

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT.

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. -=-=-=- L étude porte sur la situation à la clôture de l exercice 2 (se reporter au compte administratif de 2). Il n est pas tenu compte du budget annexe du

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine

Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine Synthèse de l'audit financier par la société d'expertise Ressources Consultants Finances de la commune de Mézières sur Seine 1 SOMMAIRE I. INTRODUCTION... 3 1.1 Les indicateurs de la santé financière d'une

Plus en détail

Délibérations DOB 2014 du 18 octobre 2013

Délibérations DOB 2014 du 18 octobre 2013 Délibérations DOB 2014 du 18 octobre 2013 1 CONSEIL GENERAL DU JURA Réunion du : 4ème trimestre 2013 Type : DOB 2014 Service : DMI/FINANCES Rapporteur : Christophe PERNY Thème : FINANCES - GARANTIES D'EMPRUNT

Plus en détail

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales

Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales 1 Les Marges de Manœuvre Financières des Collectivités s Locales Gilles TESTUD, ECOFINANCE Frédéric ric DUPUIS, DEXIA CL Réunions avec les élus du Territoire de Belfort 07 juin 2012 Sommaire 2 1. Introduction

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2009 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012

LACOURTE NOTE FISCALE OCTOBRE 2012 Le projet de Loi de finances pour 2013 présenté en Conseil des Ministres vendredi 28 septembre 2012 constitue la première pierre de l architecture de la politique fiscale du Gouvernement. Il vient bouleverser

Plus en détail

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Indicateur n 4 : Évolution de la structure des recettes du régime général et des régimes d assurance sociale des administrations de sécurité sociale

Plus en détail

Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics. Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget

Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics. Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget 1 Une reprise de l activité qu il faut conforter La reprise est en cours : +1,0%

Plus en détail

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011

FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 FLASH Projet de loi de finances rectificative pour 2011 Conseil des Ministres du 11/ 05/2011 Actualisation du flash sur les dispositions présentées à la presse le 12/04/2011 Le PLFR 2011 sera examiné par

Plus en détail

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE

RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE RENTABILITE IMMOBILIERE ET PRESSION FISCALE Conférence de presse 13 mars 2012 SOMMAIRE Introduction p. 3 CALCULS DE RENTABILITE IMMOBILIERE Cinq exemples avec des prélèvements sociaux portés à 15,5 %...p.

Plus en détail

Actualité Juridique & Fiscale

Actualité Juridique & Fiscale Septembre 2011 2011 Actualité Juridique & Fiscale Sommaire Sommaire I Petits-enfants venant à une succession par suite de la renonciation de leur auteur, enfant unique : impossibilité d appliquer l abattement

Plus en détail

Territoires et Finances

Territoires et Finances Territoires et Finances Étude sur les finances des communes et des intercommunalités Bilan 2 14 et projections 215-217 214 : une forte baisse de l épargne brute et des investissements qui cristallisent

Plus en détail

LA LETTRE DES ADHÉRENTS

LA LETTRE DES ADHÉRENTS LA LETTRE DES ADHÉRENTS NUMÉRO SPÉCIAL LOI DE FINANCES - 15 JANVIER 2014 N 2/2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2013 INTRODUCTION La loi de finances rectificative pour 2013, définitivement adoptée

Plus en détail

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015

DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 DEBAT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES 2015 BUDGET COMMUNE La tenue du débat d orientations budgétaires est obligatoire dans les régions, les départements, les communes de plus de 3 500 habitants, leurs établissements

Plus en détail

Loi de Finance 2010: Nouveautés en Fiscalité Automobile

Loi de Finance 2010: Nouveautés en Fiscalité Automobile Loi de Finance 2010: Nouveautés en Fiscalité Automobile Introduction Présentation des évolution de la loi de finance 2010 impactant la location longue durée: Suppression de la taxe professionnelle (art.

Plus en détail

Non aux violentes hausses d impôts à Grenoble et à la Métro. Priorité au social et à la solidarité

Non aux violentes hausses d impôts à Grenoble et à la Métro. Priorité au social et à la solidarité www.ades-grenoble.org www.lesverts38.org www.alternatifs.org/38 Conférence de presse du mercredi 10 décembre 2008 Non aux violentes hausses d impôts à Grenoble et à la Métro. Priorité au social et à la

Plus en détail

SCPI Renovalys 3. Editorial. SCPI Malraux à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 11 Mars 2014

SCPI Renovalys 3. Editorial. SCPI Malraux à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 11 Mars 2014 SCPI Malraux à capital fixe Bulletin trimestriel d information n 11 Mars 2014 Editorial Les dernières données statistiques sur le marché locatif révèlent finalement que les loyers ont globalement augmenté

Plus en détail

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage

Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Programme «financement» - Partie I Données de cadrage Indicateur n 4 : Évolution de la structure des recettes du régime général et des régimes d assurances sociales des administrations de sécurité sociale

Plus en détail

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010

Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014. Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 Prospective financière Saint-Etienne Métropole 2011 2014 Dossier de presse Conseil de Communauté Jeudi 24 juin 2010 COMPTE ADMINISTRATIF 2009 Des résultas de gestion satisfaisants mais une marge de manœuvre

Plus en détail

Questions générales sur le Pacte

Questions générales sur le Pacte QUESTIONS-RÉPONSES Questions/réponses sur le pacte de responsabilité et de solidarité Questions générales sur le Pacte QUAND CES MESURES SERONT-ELLES TRADUITES DANS LA LOI? Certaines mesures entrent en

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2011 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE 3 novembre 2014 AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE 3 novembre 2014 AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE 3 novembre 2014 PLF POUR 2015 - (N 2234) Commission Gouvernement Adopté AMENDEMENT présenté par le Gouvernement ---------- ARTICLE ADDITIONNEL N o II-464 (2ème Rect) APRÈS L'ARTICLE

Plus en détail

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010

4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 LES COLLECTIVITÉS LOCALES EN CHIFFRES 2010 4LES FINANCES DES COLLECTIVITÉS LOCALES 4-1 Les comptes des collectivités territoriales et de leurs groupements à fiscalité propre 54 4-2 Les comptes des communes

Plus en détail

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Ville de Clamart PARTENAIRES Finances Locales Avril 2015 Ville de Clamart 1 Présentation de PARTENAIRES Finances Locales PARTENAIRES Finances Locales

Plus en détail

«La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP1, 18 février 2014, GIE AGIRC-ARRCO

«La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP1, 18 février 2014, GIE AGIRC-ARRCO «La réforme des retraites en France» Présentation de Gérard Rivière Rencontres de l AFERP, 8 février 204, GIE AGIRC-ARRCO Ref : 204-7 Le 8 février 204, Gérard Rivière, Directeur de la Caisse Nationale

Plus en détail

Rapport financier - Exercice 2013

Rapport financier - Exercice 2013 Rapport financier - Exercice 2013 Sommaire Le budget réalisé en 2013 // Résultat de l'exercice 2013 page 4 // Origine des recettes page 4 // Destination des dépenses page 4 Les grands équilibres financiers

Plus en détail

ASSEMBLÉE DES COMMUNAUTÉS DE FRANCE

ASSEMBLÉE DES COMMUNAUTÉS DE FRANCE ASSEMBLÉE DES COMMUNAUTÉS DE FRANCE Propositions pour une nouvelle gouvernance des territoires et des politiques publiques Université d été des instances nationales de l AdCF (28-29 juin 2012) Sommaire

Plus en détail

Commission des Affaires économiques. «De gauche et fier de l être!» Lutter contre les idées reçues les plus répandues

Commission des Affaires économiques. «De gauche et fier de l être!» Lutter contre les idées reçues les plus répandues Commission des Affaires économiques «De gauche et fier de l être!» Lutter contre les idées reçues les plus répandues La protection des épargnants «Le Gouvernement ne protège pas les petits épargnants comme

Plus en détail

Régime social et fiscal des primes d intéressement

Régime social et fiscal des primes d intéressement Régime social et fiscal des primes d intéressement Les primes d intéressement constituent pour le salarié un complément de rémunération. Cependant, afin de favoriser la mise en place d un régime d intéressement

Plus en détail

Débat d Orientation Budgétaire 2013

Débat d Orientation Budgétaire 2013 Débat d Orientation Budgétaire 2013 Rappel Les échanges de ce débat d orientation budgétaire permettront de préciser les grands axes du budget 2013 en préparation qui sera soumis au vote lors de la présentation

Plus en détail

Projet de Loi de Finances 2014. Les principales réformes

Projet de Loi de Finances 2014. Les principales réformes Projet de Loi de Finances 2014 Les principales réformes La fiscalité sur les plus-values immobilières C est inédit dans l histoire, la réforme sur les plus-values immobilières a été inscrite au BOFIP (donc

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 9 FEVRIER 2012 6 E-4-12

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 9 FEVRIER 2012 6 E-4-12 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 9 FEVRIER 2012 6 E-4-12 COTISATION SUR LA VALEUR AJOUTEE DES ENTREPRISES. CONDITIONS GENERALES D APPLICATION. (C.G.I., art. 1586 ter à 1586 nonies)

Plus en détail

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014

La Lettre COFIGE Patrimoine Octobre 2013 - N 12. Projet de loi de finances 2014 Projet de loi de financement de la Sécurité Sociale 2014 Madame, Monsieur, Le projet de loi de finances pour 2014 a été présenté en Conseil des ministres le 25 septembre. Le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2014 a été quant à lui rendu

Plus en détail

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis 24 juin 2013 Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis du 24 juin 2013 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

Les finances des collectivités locales en 2013

Les finances des collectivités locales en 2013 Les finances des collectivités locales en 2013 État des lieux OBSERVATOIRE DES FINANCES LOCALES Président : André Laignel Rapporteur : Charles Guené 9 juillet 2013 Rapport de l Observatoire des Finances

Plus en détail

Octobre 2013. Note de conjoncture. les Finances locales. Tendances 2013 et perspectives

Octobre 2013. Note de conjoncture. les Finances locales. Tendances 2013 et perspectives Octobre 2013 Note de conjoncture les Finances locales Tendances 2013 et perspectives Version du 15 octobre 2013 2 Compte synthétique des collectivités locales En milliards d euros courants 2003 2004 2005

Plus en détail

NOTE D INFORMATION NOR : INTB1503051N. OBJET : LFI pour 2015 et LFR pour 2014 - principales dispositions concernant les collectivités locales

NOTE D INFORMATION NOR : INTB1503051N. OBJET : LFI pour 2015 et LFR pour 2014 - principales dispositions concernant les collectivités locales Paris, le 31 janvier 2015 DIRECTION GENERALE DES COLLECTIVITES LOCALES SOUS-DIRECTION DES FINANCES LOCALES ET DE L ACTION ECONOMIQUE ELISE N 15-002036-D Affaire suivie par : Françoise TAHERI Sous-directrice

Plus en détail

LES DOTATIONS DES COMMUNES NOUVELLES

LES DOTATIONS DES COMMUNES NOUVELLES LES DOTATIONS DES COMMUNES NOUVELLES Réunion d information à destination des élus des communes lundi 30 mars 2015 à Avranches mars 2015 1 LES DOTATIONS DES COMMUNES NOUVELLES : Dotation Globale de Fonctionnement

Plus en détail

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013

Réunions patrimoniales Janvier Février 2013 Réunions patrimoniales Janvier Loi de Finances pour 2013 et 3 ème Loi de finances Rectificative pour 2012 Le présent document vous est transmis à titre personnel, il a été réalisé sur la base de l environnement

Plus en détail

Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif :

Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif : Croissance et emploi en France, le gouvernement place les PME au centre de son dispositif : Un dispositif d une telle ampleur et avec tant d innovations, de simplications et de sécurisation, du jamais

Plus en détail

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude

Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude localnova OBS Observatoire des finances locales des Petites Villes de France novembre # Dans le prolongement de l observatoire Finances, l APVF et LOCALNOVA ont actualisé l étude financière prospective

Plus en détail

Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire

Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire Mesures contre la pauvreté et les exclusions en matière bancaire Eléments de calendrier 1. Conférence nationale contre la pauvreté et pour l'inclusion sociale des 10 et 11 décembre 2012 Rapport de M. François

Plus en détail

ANNEXE VIII. Impact économique de la réforme de la taxe professionnelle

ANNEXE VIII. Impact économique de la réforme de la taxe professionnelle ANNEXE VIII Impact économique de la réforme de la taxe professionnelle SOMMAIRE 1. LA REFORME DE LA TAXE PROFESSIONNELLE DEVRAIT ACCROITRE LA COMPETITIVITE DES ENTREPRISES FRANÇAISES ET L ATTRACTIVITE

Plus en détail

L IMPACT DE LA MUTUALISATION SUR LES RESSOURCES HUMAINES

L IMPACT DE LA MUTUALISATION SUR LES RESSOURCES HUMAINES ANNEXES L ISTE DES ANNEXES ANNEXE I : ANNEXE II : ANNEXE III : ANNEXE IV : ÉVOLUTION DES DEPENSES DES COMMUNES ET DES EPCI DE 2006 A 2013 OUTILS JURIDIQUES DE MUTUALISATION A DISPOSITION DES ACTEURS LOCAUX

Plus en détail

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE BAREME TRAITEMENTS ET SALAIRES PEA Fin du gel du barème : Revalorisation de 0,8% de l ensemble des tranches applicables aux revenus de 2013. Plafonnement du

Plus en détail

Comité Directeur Confédéral Intervention économique. 16 mars 2011

Comité Directeur Confédéral Intervention économique. 16 mars 2011 Comité Directeur Confédéral Intervention économique 16 mars 2011 En 2010, le déficit budgétaire s est élevé à 148,8 milliards d euros Déficit public en 2010 s est élevé à 7,7 % du PIB Dette publique en

Plus en détail

Débat participatif. La vie chère. «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse»

Débat participatif. La vie chère. «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse» Débat participatif La vie chère «Les Français n ont pas seulement le sentiment, mais la démonstration, que leur pouvoir d achat baisse» Ségolène ROYAL Les enjeux de notre débat : Réconcilier les Français

Plus en détail

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée.

- Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Abrogation de la TVA «sociale» : La hausse de 1,6% de la TVA, qui devait entrer en vigueur le 1 er octobre 2012 devrait être abrogée. - Contribution exceptionnelle sur la fortune : Une contribution exceptionnelle

Plus en détail

CA CEBATRAMA. 10 décembre 2014 PRESENTATION

CA CEBATRAMA. 10 décembre 2014 PRESENTATION CA CEBATRAMA 10 décembre 2014 CONJONCTURE TP 2014 2 TRAVAUX REALISES : L ACTIVITE POURSUIT SA BAISSE AU 3T 2014/13 12,0 11,5 11,0 milliards d'euros constants - prix 2013 2011 2012 2013 2014 +4,3% -1,7%

Plus en détail

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES

PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES PERSPECTIVES FINANCIERES DES PETITES VILLES La participation des communes au plan d économies initié par l Etat va modifier substantiellement les équilibres financiers des collectivités locales et notamment

Plus en détail

BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE

BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE MARS 2010 BOURSES SCOLAIRES ET PRISE EN CHARGE Aout 2012 Une information de notre partenaire Texte phare de la session parlementaire extraordinaire convoquée en juin dernier par le nouveau président de

Plus en détail

Audit financier rétro-prospectif 2009-2018

Audit financier rétro-prospectif 2009-2018 Audit financier rétro-prospectif 2009-2018 Commune de Pierre-Olivier Hofer Directeur associé Ludivine Louette Consultante Toulouse, le 20 mai 2014 E14-0514 EXFILO Tél : 01.83.62.86.35 Fax : 01.83.62.86.34

Plus en détail

RAPPORT D OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LES COMPTES ET LA GESTION DE LA COMMUNE DE TARBES

RAPPORT D OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LES COMPTES ET LA GESTION DE LA COMMUNE DE TARBES CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE MIDI-PYRENEES --- N/Réf. : GO10 329 01 RAPPORT D OBSERVATIONS DEFINITIVES SUR LES COMPTES ET LA GESTION DE LA COMMUNE DE TARBES Exercices 2003 à 2009 22 5.3 Les renégociations

Plus en détail

6. La fiscalité locale indirecte

6. La fiscalité locale indirecte 6. La fiscalité locale indirecte Généralités Les collectivités locales perçoivent des produits fiscaux de deux natures : directs et indirects. La fiscalité directe se compose, pour sa majeure partie, des

Plus en détail

Consolidation du budget l Etat répercussions sur le secteur communal. Prise de position du SYVICOL

Consolidation du budget l Etat répercussions sur le secteur communal. Prise de position du SYVICOL mc14 036 Consolidation du budget l Etat répercussions sur le secteur communal Prise de position du SYVICOL Suite à la réunion du Conseil supérieur des finances communales du 20 mai 2014, le SYVICOL souhaite

Plus en détail

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS

COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS COMMUNE DE SALINS-LES-BAINS Principaux enseignements de l audit financier réalisé en octobre 2014 26 JANVIER 2015 4 rue Galilée 75782 PARIS cedex 16 Tél. : 01 43 06 08 10 Web : www.cabinetmichelklopfer.fr

Plus en détail

BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE SCPI SCELLIER BBC FRUCTIRESIDENCE BBC. BANQUE & ASSURANCE www.banquepopulaire.fr

BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE SCPI SCELLIER BBC FRUCTIRESIDENCE BBC. BANQUE & ASSURANCE www.banquepopulaire.fr BANQUE POPULAIRE GESTION PRIVÉE SCPI SCELLIER BBC FRUCTIRESIDENCE BBC BANQUE & ASSURANCE www.banquepopulaire.fr Avertissement - Facteurs de risques Lorsque vous investissez dans une SCPI de type «Scellier

Plus en détail

11 juin 2014. Dossier de presse à l occasion de la présentation du PLFR 2014

11 juin 2014. Dossier de presse à l occasion de la présentation du PLFR 2014 11 juin 2014 Dossier de presse à l occasion de la présentation du PLFR 2014 - 2 - Sommaire Le Pacte de responsabilité et de solidarité pour la croissance et l emploi... 5 Les dates clés du pacte de responsabilité

Plus en détail

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL

COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL COMPRENDRE LE BUDGET MUNICIPAL Le vote du budget constitue l acte politique majeur de la vie de la collectivité. Il doit impérativement être voté avant le 31 mars de l année qu il intéresse. Toutefois,

Plus en détail

Nouveaux enjeux du mandat. Vincent AUBELLE, professeur associé à l Université Paris Est Marne la Vallée

Nouveaux enjeux du mandat. Vincent AUBELLE, professeur associé à l Université Paris Est Marne la Vallée Nouveaux enjeux du mandat Vincent AUBELLE, professeur associé à l Université Paris Est Marne la Vallée - 121,8-117,1 Déficit budget Etat (en milliards d'euros) - 130,0-120,0-110,0-100,0-90,0-80,0-70,0-60,0-50,0-40,0-30,0-20,0-10,0

Plus en détail

Fiscalité du Grand Paris

Fiscalité du Grand Paris Fiscalité du Grand Paris Afin de financer le projet du métro automatique du Grand Paris Express et le plan de mobilisation pour les transports d IdF, l Etat a décidé de prélever de nouvelles recettes fiscales

Plus en détail

7. La fiscalité locale indirecte

7. La fiscalité locale indirecte 7. La fiscalité locale indirecte Généralités Les collectivités locales perçoivent des produits fiscaux de deux natures : directs et indirects. La fiscalité directe se compose, pour sa majeure partie, des

Plus en détail

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Depuis 2012, un ensemble d actions est engagé au service du renforcement

Plus en détail

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Sources : Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Loi de finances 2014 : http://www.assembleenationale.fr/14/ta/ta0267.asp Loi de finances rectificatives

Plus en détail

Les taxes foncières peuvent cumuler au moins trois fonctions. En premier

Les taxes foncières peuvent cumuler au moins trois fonctions. En premier Fiche D juin 2013 Certu Financer les politiques locales Les taxes foncières CETE Nord Picardie Photo-libre.fr Les taxes foncières peuvent cumuler au moins trois fonctions. En premier lieu, elles jouent

Plus en détail