Et de 10! Numéro 10, Juin Bulletin des CEIPs de Caen et Nantes

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Et de 10! Numéro 10, Juin 2002. Bulletin des CEIPs de Caen et Nantes"

Transcription

1 Bulletin des CEIPs de Caen et Nantes Numéro 10, Juin 2002 Et de 10! epuis novembre 1997, ce n est pas moins de 10 bulletins du Nord-Ouest dépendance que nous avons eu le plaisir de vous présenter. C'est pour nous l occasion de remercier ici tous nos collaborateurs grâce à qui nous en sommes arrivés là, et parmi eux et avant tous, nos différents confrères, médecins, pharmaciens et autres professionnels de santé qui participent, de plus en plus assidûment aux différentes enquêtes que nous menons, qu ils s agisse des enquêtes annuelles OPPIDUM, adressées aux professionnels ayant en charge les patients toxicomanes, ou bien des enquêtes OSIAP qui s adressent plus spécifiquement aux réseaux de pharmaciens sentinelles. Grâce à vous tous, en 5 ans, le recueil d Ordonnances Suspectes a été multiplié par 8,5 le nombre de Notifications spontanées par 12 et le nombre de fiches OPPIDUM par 7. Sur la même période, vous avez été de plus en plus nombreux à intégrer nos différents réseaux (multiplication par 4 des professionnels inscrits). Par cette progression, il faut bien voir que c est notre mission de santé publique qui s en trouve grandie. Ainsi, notre place ( et la vôtre, par la même occasion ) au sein du système de prise en charge de la toxicomanie s en trouve confortée et reconnue. Fort de ce succès, nous nous sommes vus attribuer des missions supplémentaires, parmi lesquelles, tout récemment, notre participation au Système d Identification National des Toxiques Et Substances (SINTES). Ce bulletin vous est plus que jamais dédié! R.L.B 1

2 Soumission chimique Que faire? n pharmacien de notre réseau sentinelle a reçu un matin dans son officine une patiente dans un état confus, présentant une amnésie, et déclarant avoir été droguée à son insu par une boisson offerte la veille. Comment prendre en charge de manière efficace les victimes droguées à leur insu? L administration de psychotropes à des fins délictueuses (vol, agressions sexuelles) est un problème trop souvent méconnu du corps médical et du grand public. Les victimes sont le plus souvent recrutées par les agresseurs en milieu festif, sans aucune violence. Des cas d abus de malades, de personnes âgées ou d enfants ont aussi été rapportés. Les psychotropes sont administrés, le plus souvent incorporés dans des boissons ou des aliments. La victime peut alors soit présenter une sédation importante ou des troubles de la conscience (permettant alors vols ou abus sexuels) soit être consciente mais soumise. Dans certains cas, une desinhibition du comportement provoquée par le psychotrope et/ou l alcool associé favorise la soumission. La victime va alors commettre des actes contre sa volonté (signature de chèque, utilisation de carte bancaire, participation à des actes sexuels). Les benzodiazépines et le GHB sont majoritairement utilisées mais l arsenal thérapeutique peut être très varié. Les effets sont sédatifs et desinhibiteurs, suivis de l installation d une amnésie antérograde. Cette amnésie des évènements qui suivent la prise du produit est associée à un état de confusion ; la personne tient alors un discours peu cohérent ce qui peut faire penser à une pathologie psychiatrique. Deux problèmes se posent face à ces patients : le premier est, bien sûr, d ordre médical. Les victimes peuvent présenter un malaise général ; le surdosage en benzodiazépines se manifeste par une ataxie, une hypotonie, et l évolution vers une dépression respiratoire voire un coma est possible. L absorption de GHB s accompagne d un risque de dépression respiratoire qui peut durer 24 à 48 heures. Une hospitalisation pour bilan peut être nécessaire ainsi qu un suivi médicopsychosocial ultérieur. 2

3 le deuxième problème est le passage du contexte médical au contexte médico-judiciaire. Les patients sont trop tardivement identifiés comme «victimes» or les réflexes à avoir pour étayer une plainte ultérieure doivent être précoces : au plus vite, dans tous les cas, envisager l impact médico-légal. Sur une simple suspicion, proposer au malade la recherche de signes et de traces biologiques d une agression sexuelle. La demi-vie des produits utilisés est de quelques heures : 20 heures pour une prise unique de flunitrazépam, 30 mn à 1h pour le GHB éliminé sous forme de dioxyde de carbone via l air expiré mais retrouvé sous forme inchangé dans les urines avec une fenêtre rétrospective plus importante que dans le sang ce qui permet sa recherche toxicologique (mais seulement dans les 12h suivant son absorption). Le lendemain l examen urinaire est le plus souvent négatif. Il est nécessaire de recueillir et conserver des prélèvements sanguins et urinaires précoces. Pour les victimes vues dans un contexte médical simple, il est nécessaire d avoir un certificat médical initial descriptif, de conserver des prélèvements et de signaler les faits à l autorité judiciaire. Si le dépôt de plainte est immédiat, ce qui est rare les victimes n étant pas en état de porter plainte, l examen médical peut se dérouler d emblée dans un contexte médicojudiciaire. Le nombre de victimes en France n est pas chiffré ; bien souvent la prise en charge n est pas adaptée ce qui compromet la détection de la drogue de soumission et le dépôt de plainte ultérieur. Bien souvent ces victimes ne sont pas identifiées par les services d urgence. Elles peuvent être confondues avec des personnes en état d ivresse ou avec des consommateurs de psychotropes ayant pris une dose supérieure à leur dose thérapeutique habituelle. La première parade contre ce phénomène est l information. La soumission chimique existe, n est pas seulement pour «les autres» : nous sommes tous éventuellement exposés, tous concernés. Le phénomène est assez significatif pour que dès 1997 le directeur général de l AFSSAPS ait constitué un groupe de travail sur «l usage criminel des produits psychoactifs». La seconde parade est la prévention : dans certains bars américains des affiches incitent les consommateurs à garder toujours leur verre à la main ; on ne boit pas n importe quoi avec n importe qui. Alors, que pouvons nous faire? Ne plus méconnaître le phénomène et participer à la prévention! C.V 3

4 Dossier Triptans : une dépendance très particulière es triptans (Imigrane, Imiject, Naramig, Zomig, Zomigoro ) sont des médicaments indiqués dans le traitement de la crise de migraine. Ces médicaments sont des agonistes spécifiques des récepteurs sérotoninergiques 5HT1 ; grâce à cette action agoniste sur les récepteurs 5HT1, les triptans induisent une vasoconstriction, et vraisemblablement, une inhibition de la libération de neuropeptides à l origine de l amélioration des crises de migraine. Cette occupation des récepteurs 5HT1 explique la disparition de la douleur dans l heure qui suit leur administration. La migraine est une pathologie fréquente pour laquelle les patients ont souvent recours à l automédication ; chaque migraineux a sa façon de réagir quand il sent venir la crise, ce qui n exclut pas le fait que le médicament utilisé soit de prescription médicale initiale. Cette automédication est souvent associée à une surconsommation de médicaments antalgiques chez les patients, souffrant de longue date de céphalées ou de migraines dont la fréquence a augmenté. Cette surconsommation aboutit au syndrôme de Céphalées Chroniques Quotidiennes (CCQ) qui correspond à des critères précis : «survenue après au moins trois mois de prise quotidienne d un médicament ; douleurs quasi quotidiennes plus de quinze jours par mois, présentes dès le matin au réveil, la prise du produit en cause soulage la céphalée ; au bout de deux à quatre semaines d arrêt du produit, la céphalée disparaît» Il semblerait que les CCQ aient une fréquence élevée puisque ce phénomène concernerait 1% de la population générale. Les médicaments incriminés sont nombreux : tous les auteurs soulignent l importance de la caféine, de l ergotamine (une dépendance apparaît pour une consommation quotidienne de 2mg /j per os). Les antalgiques non spécifiques sont concernés : on parle de dépendance médicamenteuse pour une consommation de 50g d aspirine par mois ou l équivalent d autres antalgiques de pallier 1 comme le paracétamol ou plus de 100 comprimés par mois d un antalgique quelconque contenant la plupart du temps une association de paracétamol, dextropropoxyphène, caféine ou autre composé et bien 4

5 sûr, s il y a prise d un ou plusieurs opiacés faibles. Des données similaires commencent à être rapportées concernant l usage des triptans : des cas d abus ont été décrits ; des CCQ ont été décrites pour les triptans et certains auteurs parlent même de «toxicomanie» aux triptans. Cette dépendance aux triptans est une forme particulière de dépendance ; elle partage avec les toxicomanies le fait que le patient ne peut plus se passer de son produit, mais ceci est dû au fait que la douleur devient chronique à cause de ce même produit. Il n y a apparemment pas de recherche d un état positif, de récompense autre que la fuite d un état douloureux. Alors que pouvons nous faire? La meilleure prophylaxie consiste à évoquer avec le patient le risque de dépendance médicamenteuse dès les premières délivrances. De plus la prise chronique d antalgiques peut avoir plusieurs conséquences néfastes : une toxicité cumulative et une toxicité dose dépendante car les doses consommées sont de plus en plus importantes ; pour les triptans les conséquences n ont pas été évaluées mais des poussées hypertensives sont à craindre. Si le patient présente déjà une CCQ, la seule solution thérapeutique unanimement admise est le sevrage. Les modalités de sevrage sont différentes d une équipe médicale à l autre. Et bien sur, encore et toujours il est nécessaire d arriver à chiffrer ce phénomène et nous avons besoin de vous! N hésitez pas si vous notez dans votre clientèle un cas de dépendance et d abus aux antalgiques, particulièrement avec les triptans à le déclarer au CEIP de votre région. C.V. 5

6 Enquête ASOS la demande de l Unité des Stupéfiants et des Psychotropes de l AFSSAPS, le réseau des CEIPs a réalisé deux enquêtes, une en Mai 2001 et une en Avril 2002 auprès de pharmaciens d officine. L objectif de celles-ci était double : - évaluer si les éléments de «sécurité» étaient correctement remplis par les prescripteurs, avec recherche d éventuelles ordonnances falsifiées - estimer si les ordonnances sécurisées permettaient une meilleure prise en charge de la douleur(objectif de la suppression du carnet à souche). Méthodes : Un tirage au sort a permis de sélectionner 512 pharmacies d officine en France métropolitaine parmi les pharmacies de ville de plus de habitants (taux de sondage 1/20). Résultats : 119 officinaux ont répondu en 2001 nous proposant 173 prescriptions, 88 en 2002 nous proposant 147 prescriptions. Il y a une bonne concordance globale entre les résultats de 2001 et de 2002 avec quelques indicateurs en faveur d une amélioration de la prise en charge de la douleur et de la rédaction de l ordonnance. A noter l utilisation de morphine comme traitement de substitution dans 8 cas sur 173 en 2001 et 6 cas sur 147 en Aucune ordonnance falsifiée n a été détectée. V.A. 6

7 Bébé Subutex a substitution de la femme enceinte interroge sur la prise en charge du nouveau-né. Bien que la Méthadone soit la plus surveillée lors de la grossesse, on observe maintenant en France des grossesses sous Subutex. Dans les deux cas de figure, les bénéfices sont incontestables tant dans la prise en charge multidisciplinaire par des équipes rodées avec des médecins de centre pour toxicomanes et d obstétriciens, que dans la réduction des complications à type de prématurité, de retard de croissance intra-utérin, de souffrance fœtale aiguë et d infections. Une étude de 1998 parue en 1999 réalisée à l Hôpital Central de Strasbourg par M. Jernite et coll, a recensé 24 grossesses sous Subutex et ainsi 24 naissances de «Bébé- Subutex». Il y a eu 15 cas de syndrome de sevrage néonatal. Les délais d apparition des symptômes ont été de 1 à 3 jours, un seul cas a révélé un délai d apparition plus long de 10 jours vraisemblablement lié à la prise concomitante pendant la grossesse de quantités importantes de benzodiazépines. Ces bébés extrêmement surveillés ont bénéficié d un traitement lors de l apparition de signes de sevrage incontrôlables par les moyens physiques que sont emmaillotement, maternage, alimentation hypercalorique, diminution des stimuli sonores et lumineux. Pour quatre d entre eux, un traitement au phénobarbital a été envisagé, quatre ont eu un traitement par benzodiazépine, sept par élixir parégorique ( dont 3 avaient une association élixir parégorique et benzodiazépine), trois par une solution de chlorhydrate de morphine. Le traitement de ces syndromes n est pas consensuel mais il semble que l on s oriente vers une utilisation d une solution de chlorhydrate de morphine qui paraît être la plus maniable (la complexité de la formulation de l élixir parégorique la rend moins aisée d utilisation, présence de camphre, d alcool, d acide benzoïque contre-indiqués chez le nourrisson). Bibliographie : V.A. Jernite M. et coll Grossesse et buprénorphine. A propos de 24 cas. Arch Pediatr 1999 ; 6 : Marquet P. et coll, Buprenorphine withdrawal syndrome in a newborn. Clin Pharmacol Tehr 1997 ; 62,5 : Hervé F. et coll, Buprénorphine et syndrome de sevrage néonatal. Arch Pediatr 1998 ; 5 :

8 Dernière minute Première identification de Tilétamine ans le cadre du dispositif SINTES, en février dernier, lors d un événement festif en Bourgogne, de la tilétamine (2- éthylamino-2-thien-2- cyclohexanone), substance identifiée pour la première fois dans la base SINTES, a été retrouvée. L échantillon se présentait sous la forme d une poudre blanche et était vendu 30 euros le gramme. Il était présenté comme étant des «cristaux de kétamine vétérinaire». Ce produit, consommé en «sniff», a donné lieu à des troubles neurologiques (convulsions, catatonie) et généraux (dépression respiratoire, hyperthermie) justifiant les interventions du SAMU et des Pompiers. D après les observateurs de cet événement et des témoignages d usagers la phase de montée et d apogée des effets pourrait durer environ 5 heures et les effets jusqu à 48 heures. La tilétamine (2-éthylamino-2-thien- 2-cyclohexanone) est un anesthésique ayant une structure chimique similaire à celles de la phencyclidine (PCP) et de la Kétamine (appartenant à la famille des arylcyclohexylamine). Ce produit est commercialisé en association avec une benzodiazépine (zolazépam), en France, dans une spécialité vétérinaire, le Zolétil. Il se présente sous forme d une poudre blanche cristalline facilement soluble dans l eau. Il possède des effets identiques à ceux de la kétamine induisant une anesthésie de type dissociatif. Les troubles neurologiques induits chez l animal (hypertonie et convulsions) ont imposé son association au zolazépam. La tilétamine peut provoquer des troubles de l humeur et du comportement, des états délirants avec hallucinations et cauchemars, des mouvements anormaux et troubles de l équilibre (démarche ébrieuse). L intoxication peut induire un coma, des convulsions et une détresse respiratoire. Des cas mortels par overdose ont été rapportés. Les analyses toxicologiques effectuées dans 2 cas avaient révélé des concentrations sanguines de tilétamine de 0,85 mg/l (dans 1 cas en association avec du zolazépam à 3,3 mg/l) et de 295 ng/ml (dans un deuxième cas en association avec le zolazépam et la kétamine). La tilétamine est vendue illicitement sous forme de poudre, seule sous forme de comprimés ou en association avec de l éphédrine. Source SINTES 8

9 L Ordo! ous saluons et remercions vivement notre confrère qui nous a envoyé cette ordonnance quelque peu «trafiquée». Ce patient ne fait ni plus ni moins ses courses chez son pharmacien en faisant sa liste sur son ordonnance, non renouvelable, qui plus est!!! Et avec ceci, pourriez vous me faire mon plein d essence? Erratum ans le précédent bulletin ( décembre 2001), dans l article «les antalgiques», chapitre «antalgiques opioïdes forts ou antalgiques de palier 3», aux côtés du fentanyl, de l hydromorphone, de l oxycodone et de la péthidine, il convient d ajouter la morphine!!! Nous vous prions de bien vouloir accepter nos excuses pour cet oubli! Réponse à notre jeu «Qui est Qui?» du précédent numéro : Il fallait trouver : 1 : Antoine Coquerel, 5 : Reynald Le Boisselier, Responsable du CEIP de Caen Pharmacien attaché au CEIP de Caen 2 : Caroline Vigneau, 6 : Valérie Auclair, Pharmacien attaché au CEIP de Nantes Pharmacien attaché au CEIP de Caen 3 : Michel Bourin, 7 : Christine Laurent, Responsable du CEIP de Nantes Médecin attaché au CEIP de Caen 4 : Danièle Debruyne 8 : Pascale Jolliet Coordinateur du CEIP de Caen Coordinateur du CEIP de Nantes 9

10 La minute de détente Cette fois ci, nous vous proposons un BIFF MOTS Le principe est simple : retrouvez les mots de la liste suivante dans la grille et rayez les. Les lettres restantes, mises dans le bon ordre, vous donneront le nom d une substance médicamenteuse sujette à abus NB : Les mots à rayer peuvent être inscrits dans la grille en tous sens : de gauche à droite, de droite à gauche, en diagonale, de bas en haut METHADONE HEROINE OPIUM MDMA MDEA MDA DOPE OSIAP NOTS OPPIDUM MORPHINE TREND CODEINE L T A E D M P P E E D A I U S O N N N E N I E D O C I I O P P I D U M O H O O P A I S O R P D S H C T M O E R Z T R E N D Q H O E O E S R M E A M E N A U I A D M Substance à trouver :.. L équipe de rédaction du Nord-Ouest dépendance R. LE BOISSELIER, C. VIGNEAU, V. AUCLAIR, D. DEBRUYNE, P.JOLLIET et A. COQUEREL CEIP Nantes Centre Régional de pharmacovigilance Institut de Biologie 9, quai Moncousu NANTES cedex Tél : Fax : CEIP Caen Nord-Ouest Service de Pharmacologie CHU Côte de Nacre Caen Cedex Tél : Fax :

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

La migraine : une maladie qui se traite

La migraine : une maladie qui se traite La migraine : une maladie qui se traite L évolution natuelle de la migraine Maladie fluctuante+++ Modification des symptômes avec l âge ++ : Moins de crises sévères Caractère pulsatile moins fréquent Plus

Plus en détail

d a n s l e t r a i t e m e n t d e

d a n s l e t r a i t e m e n t d e La buprénorphine d a n s l e t r a i t e m e n t d e la dépendance aux opioïdes Lignes directrices du Collège des médecins du Québec et de l Ordre des pharmaciens du Québec juin 2009 table des matières

Plus en détail

MIGRAINE - TRAITEMENT

MIGRAINE - TRAITEMENT MIGRAINE - TRAITEMENT Restauration d une bonne qualité de vie Adapté à chaque patient Reposant sur trois axes : éviction des facteurs déclenchants traitement de crise traitement prophylactique ANAES 2002

Plus en détail

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Questions / Réponses Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Quelques chiffres sur les troubles du sommeil et la consommation de benzodiazépines

Plus en détail

Migraine : traitement de la crise. Comment utiliser les triptans?

Migraine : traitement de la crise. Comment utiliser les triptans? Migraine : traitement de la crise Comment utiliser les triptans? 6 ème congrès national de lutte contre la douleur 19-20 Mars Alger Alain Serrie Service de Médecine de la douleur, médecine palliative et

Plus en détail

LA MÉTHAMPHÉTAMINE LE CRYSTAL C EST QUOI

LA MÉTHAMPHÉTAMINE LE CRYSTAL C EST QUOI LA MÉTHAMPHÉTAMINE LE CRYSTAL C EST QUOI? LA MÉTHAMPHÉTAMINE est un produit stupéfiant illicite, synthétisé à partir de substances chimiques, également connu sous le nom de «crystal» ou «crystalmet», «ice»,

Plus en détail

DU BON USAGE DES TRIPTANS DANS LA MIGRAINE

DU BON USAGE DES TRIPTANS DANS LA MIGRAINE DU BON USAGE DES TRIPTANS DANS LA MIGRAINE SEPTEMBRE 2009 A. AUTRET, TOURS au moins 5 crises : de MIGRAINE SANS AURA 4 72 heures, 2 des caractères : 1 signe d accompagnement : modérée ou sévère, pulsatile,

Plus en détail

Céphalées. 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée. APP du DENAISIS

Céphalées. 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée. APP du DENAISIS Céphalées 1- Mise au point sur la migraine 2- Quand s inquiéter face à une céphalée EPU DENAIN -14 novembre 2006 Dr Kubat-Majid14 novembre 2006 Dr KUBAT-MAJID Céphalées 1 Mise au point sur la migraine

Plus en détail

CEPHALEES CHRONIQUES QUOTIDIENNES AVEC ABUS MEDICAMENTEUX

CEPHALEES CHRONIQUES QUOTIDIENNES AVEC ABUS MEDICAMENTEUX CEPHALEES CHRONIQUES QUOTIDIENNES AVEC ABUS MEDICAMENTEUX Groupe de travail du RRDBN Y.Perier, A.S.Sergent, E.Touchard, V.Lepelletier, S.Sladek FMC 2009 1 PLAN Migraine sans aura Epidémiologie Critères

Plus en détail

MEDICAMENTS CONTENANT L ASSOCIATION DEXTROPROPOXYPHENE / PARACETAMOL :

MEDICAMENTS CONTENANT L ASSOCIATION DEXTROPROPOXYPHENE / PARACETAMOL : REPUBLIQUE FRANÇAISE Juin 2009 MEDICAMENTS CONTENANT L ASSOCIATION DEXTROPROPOXYPHENE / PARACETAMOL : Recommandation de l EMEA de retrait de ces médicaments à la suite de l évaluation européenne et avis

Plus en détail

Le guide du bon usage des médicaments

Le guide du bon usage des médicaments Le guide du bon usage des médicaments Les médicaments sont là pour vous aider mais......ils ont parfois du mal à vivre ensemble. Votre médecin et votre pharmacien peuvent adapter votre traitement pour

Plus en détail

EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE

EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE Etape n 1 : Faire l état des lieux Identifier la situation

Plus en détail

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer DOCUMENT D INFORMATION POUR LES PROFESSIONNELS Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer Septembre 2009 DÉFINITION ET OBJECTIF Dès lors qu ils expriment un projet de

Plus en détail

La migraine : quelle prise de tête!

La migraine : quelle prise de tête! La migraine : quelle prise de tête! Introduction La migraine est une véritable «prise de tête» pour les personnes qui en souffrent! Bien au-delà d un mal physique, cette réelle maladie engendre également

Plus en détail

PLAC E DE L AN ALYS E TOXIC OLOG IQUE EN URGE NCE HOSP ITALI ERE

PLAC E DE L AN ALYS E TOXIC OLOG IQUE EN URGE NCE HOSP ITALI ERE PLAC E DE L AN ALYS E TOXIC OLOG IQUE EN URGE NCE HOSP ITALI ERE CHEFIRAT B. Les intoxications aiguës constituent un réel problème de santé publique dont l impact reste encore à évaluer. Le nombre total

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

Les Migraines et les céphalées. Dr G.Hinzelin Migraines et Céphalées Migraines et Céphalées La migraine représente entre 5 à 18% de la population française selon le sexe et en fonction des études. Est

Plus en détail

Référentiel Officine

Référentiel Officine Référentiel Officine Inscrire la formation dans la réalité et les besoins de la pharmacie d officine de demain - Ce référentiel décrit dans le cadre des missions et des activités du pharmacien d officine

Plus en détail

Guide. d ivresse. de gestion de la crise. en entreprise

Guide. d ivresse. de gestion de la crise. en entreprise Guide de gestion de la crise d ivresse en entreprise L IVRESSE SUR LES LIEUX DE TRAVAIL Ce guide pratique se veut un outil répondant aux besoins exprimés par les entreprises. Il répond uniquement à la

Plus en détail

L abus médicamenteux Critères IHS : 1. La prise médicamenteuse est régulière et dure depuis plus de 3 mois

L abus médicamenteux Critères IHS : 1. La prise médicamenteuse est régulière et dure depuis plus de 3 mois L abus médicamenteux Critères IHS : 1. La prise médicamenteuse est régulière et dure depuis plus de 3 mois 2. Elle est présente : 15 jours/mois pour les antalgiques non opioïdes (paracétamol, aspirine,

Plus en détail

Recommandations après le retrait des associations dextropropoxyphène/paracétamol et dextropropoxyphène/paracétamol/caféine

Recommandations après le retrait des associations dextropropoxyphène/paracétamol et dextropropoxyphène/paracétamol/caféine Groupe Référent Médecins Généralistes de l Afssaps Mise au point Prise en charge des douleurs de l adulte modérées à intenses Recommandations après le retrait des associations dextropropoxyphène/paracétamol

Plus en détail

Céphalées de tension. Hélène Massiou Hôpital Lariboisière, Paris

Céphalées de tension. Hélène Massiou Hôpital Lariboisière, Paris Céphalées de tension Hélène Massiou Hôpital Lariboisière, Paris Céphalée de tension : une maladie hétérogène La plus fréquente des céphalées primaires Diagnostic basé sur l interrogatoire Manque de spécificité

Plus en détail

Se libérer de la drogue

Se libérer de la drogue Chacun doit savoir qu il peut se libérer de la drogue à tout moment. Se libérer de la drogue Je ne maîtrise plus la situation Longtemps encore après la première prise de drogue, le toxicomane croit pouvoir

Plus en détail

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Dr Solène de Gaalon Service de neurologie- CHU Nantes Société française des migraines et céphalées Céphalées de tension

Plus en détail

Bien vous soigner. avec des médicaments disponibles sans ordonnance. juin 2008. Douleur. de l adulte

Bien vous soigner. avec des médicaments disponibles sans ordonnance. juin 2008. Douleur. de l adulte Bien vous soigner avec des médicaments disponibles sans ordonnance juin 2008 Douleur de l adulte Douleur de l adulte Ce qu il faut savoir La douleur est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable,

Plus en détail

ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR

ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Dénomination du médicament ANNEXE IIIB NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR LYSOPAÏNE MAUX DE GORGE AMBROXOL CITRON 20 mg SANS SUCRE, pastille édulcorée au sorbitol et au sucralose. Chlorhydrate d ambroxol

Plus en détail

Carte de soins et d urgence

Carte de soins et d urgence Direction Générale de la Santé Carte de soins et d urgence Emergency and Healthcare Card Porphyries Aiguës Hépatiques Acute Hepatic Porphyrias Type de Porphyrie* Déficit en Ala déhydrase Ala Dehydrase

Plus en détail

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation

Livret des nouveaux anticoagulants oraux. Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation Livret des nouveaux anticoagulants oraux Ce qu il faut savoir pour bien gérer leur utilisation DONNÉES DU PATIENT Nom Adresse Tél MÉDECIN TRAITANT Nom Adresse Tél SPÉCIALISTE Nom Hôpital Tél MÉDICAMENT

Plus en détail

Recommandation Pour La Pratique Clinique

Recommandation Pour La Pratique Clinique Recommandation Pour La Pratique Clinique Prise en charge diagnostique et thérapeutique de la migraine chez l adulte ( et chez l enfant) : aspects cliniques (et économiques) Octobre 2002 1 La migraine de

Plus en détail

Patchs contre la douleur contenant des dérivés de morphine. Réponses aux questions les plus fréquentes

Patchs contre la douleur contenant des dérivés de morphine. Réponses aux questions les plus fréquentes Patchs contre la douleur contenant des dérivés de morphine Réponses aux questions les plus fréquentes Introduction Quel objectif? Ce document constitue une aide dans la gestion au quotidien de votre douleur.

Plus en détail

Migraine et mal de tête : des "casse-tête"

Migraine et mal de tête : des casse-tête Migraine et mal de tête : des "casse-tête" Tous concernés! De quoi s agit-il? Les migraines ne doivent pas être confondues avec les céphalées de tension, communément appelées les "maux de tête". En effet,

Plus en détail

Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction

Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction OFDT Note n 2010-12 Saint-Denis, le 09/08/2010 Introduction Les premières structures

Plus en détail

N O S L I M I T E S?!

N O S L I M I T E S?! NOS LIMITES?! Cette brochure contient des informations essentielles sur l alcool et peut vous permettre de calculer votre. L alcool L alcool est une drogue licite et réglementée dont la substance psychoactive

Plus en détail

Consensus SFTA Novembre 2003. Soumission chimique : Prise en charge toxicologique

Consensus SFTA Novembre 2003. Soumission chimique : Prise en charge toxicologique Consensus SFTA Novembre 2003 Soumission chimique : Prise en charge toxicologique La soumission chimique peut être définie comme l'administration de substances psychoactives à une personne à des fins délictueuses

Plus en détail

DOSSIER MEDICAL (à faire remplir obligatoirement par le Médecin et à retourner accompagné du Dossier administratif au Centre Addictologie d Arzeliers)

DOSSIER MEDICAL (à faire remplir obligatoirement par le Médecin et à retourner accompagné du Dossier administratif au Centre Addictologie d Arzeliers) DOSSIER MEDICAL (à faire remplir obligatoirement par le Médecin et à retourner accompagné du Dossier administratif au Centre Addictologie d Arzeliers) Chère Consœur, Cher Confrère, Ces renseignements médicaux

Plus en détail

LES ADDICTIONS. Docteur Sandrine TRAPE Chef de Clinique Assistante en Psychiatrie CHU de Fort de France. le 15/04/11

LES ADDICTIONS. Docteur Sandrine TRAPE Chef de Clinique Assistante en Psychiatrie CHU de Fort de France. le 15/04/11 LES ADDICTIONS Docteur Sandrine TRAPE Chef de Clinique Assistante en Psychiatrie CHU de Fort de France Du produit à l addiction Auparavant l accent était mis sur la substance alcool/drogue qui était diabolisée

Plus en détail

Vous et votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamine K)

Vous et votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamine K) Ce carnet a été réalisé sous la coordination de l Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps). Vous et votre traitement anticoagulant par AVK (antivitamine K) Carte à découper

Plus en détail

La planification familiale

La planification familiale La planification familiale après l avortement spontané ou provoqué Introduction Les grossesses non désirées sont l une des principales raisons pour lesquelles les femmes choisissent d avorter. Beaucoup

Plus en détail

SOCIETE MEDICALE DES HOPITAUX DE PARIS Association reconnue d utilité publique - FMC n 11752573775

SOCIETE MEDICALE DES HOPITAUX DE PARIS Association reconnue d utilité publique - FMC n 11752573775 SOCIETE MEDICALE DES HOPITAUX DE PARIS Association reconnue d utilité publique - FMC n 11752573775 Hôpital Cochin - Service Médecine Interne du Pr Le Jeunne 27, rue du Faubourg Saint Jacques - 75014 PARIS

Plus en détail

Médicaments contre la douleur Ce que vous devez savoir au sujet des analgésiques opiacés

Médicaments contre la douleur Ce que vous devez savoir au sujet des analgésiques opiacés Médicaments contre la douleur Ce que vous devez savoir au sujet des analgésiques opiacés Médicaments contre la douleur Ce que vous devez savoir au sujet des analgésiques opiacés Developé pour le Centre

Plus en détail

Douleur et gestion de la douleur. Renseignez-vous sur les services de soutien et de soins sur www.palliativecare.org.au

Douleur et gestion de la douleur. Renseignez-vous sur les services de soutien et de soins sur www.palliativecare.org.au Douleur et gestion de la douleur Renseignez-vous sur les services de soutien et de soins sur www.palliativecare.org.au French - Pain Management Department of Health and Ageing Financé par le gouvernement

Plus en détail

Soins infirmiers et gestion des risques

Soins infirmiers et gestion des risques Soins infirmiers et gestion des risques I. Principe de précaution Hippocrate disait «soulager le malade et ne pas lui nuire» Cet adage «primun non cere» est le principe de la base de la médecine II. La

Plus en détail

Compte-rendu de la séance du 20 mars 2014

Compte-rendu de la séance du 20 mars 2014 Séance n 6 Commission des stupéfiants et psychotropes mai 2014 Compte-rendu de la séance du 20 mars 2014 Approuvé par voie électronique le 29 mai 2014 Membres de la Commission présents : Nicolas AUTHIER

Plus en détail

Notice publique PERDOLAN - PÉDIATRIE

Notice publique PERDOLAN - PÉDIATRIE Notice publique PERDOLAN - PÉDIATRIE Lisez attentivement cette notice jusqu'à la fin car elle contient des informations importantes pour vous. Ce médicament est délivré sans ordonnance. Néanmoins, vous

Plus en détail

Addictologie. Pr Romain Moirand UF Addictologie CHU de Rennes

Addictologie. Pr Romain Moirand UF Addictologie CHU de Rennes Addictologie Pr Romain Moirand UF Addictologie CHU de Rennes Définition addiction Conduites de consommation de substances psychoactives Physiopathologie simplifiée Les différents produits Définition de

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. Flunarizine

NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR. Flunarizine NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR SIBELIUM 10 mg, comprimé sécable Flunarizine Veuillez lire attentivement l'intégralité de cette notice avant de prendre ce médicament. Gardez cette notice, vous pourriez

Plus en détail

DIRECTION DES SERVICES PROFESSIONNELS GESTION DES STUPÉFIANTS ET DES DROGUES CONTRÔLÉES EN PHARMACIE COMMUNAUTAIRE

DIRECTION DES SERVICES PROFESSIONNELS GESTION DES STUPÉFIANTS ET DES DROGUES CONTRÔLÉES EN PHARMACIE COMMUNAUTAIRE NUMÉRO 152 : JUIN 2005 DIRECTION DES SERVICES PROFESSIONNELS GESTION DES STUPÉFIANTS ET DES DROGUES CONTRÔLÉES EN PHARMACIE COMMUNAUTAIRE Depuis quelques années, le Bureau des substances contrôlés (BSC)

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière.

PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière. PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière. 75 Pas de conflits d intérêts. Définitions Pré éclampsie Définitions

Plus en détail

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Traiter en urgence en présence de trophozoïtes Plus de 80% des paludismes d importation en

Plus en détail

Centre Antipoison et de Toxicovigilance Strasbourg Tél: 03 88 37 37 37

Centre Antipoison et de Toxicovigilance Strasbourg Tél: 03 88 37 37 37 Centre Antipoison et de Toxicovigilance Strasbourg Tél: 03 88 37 37 37 Les CAP français en 2009 Réponse téléphonique Toxicovigilance Flesch Françoise QU EST CE QU UN CENTRE ANTIPOISON Art D.711-9-1 1 (Décret

Plus en détail

La drépanocytose. Sikkelcelziekte (Frans)

La drépanocytose. Sikkelcelziekte (Frans) La drépanocytose Sikkelcelziekte (Frans) Qu est-ce que la drépanocytose? La drépanocytose est une maladie causée par un changement héréditaire du pigment rouge dans les globules rouges : l hémoglobine.

Plus en détail

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant Vivre avec un trouble dépressif Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin

Plus en détail

L enjeu de la reconnaissance des pharmaciens comme éducateur de santé

L enjeu de la reconnaissance des pharmaciens comme éducateur de santé L enjeu de la reconnaissance des pharmaciens comme éducateur de santé 3 e conférence sur les traitements de la dépendance aux opioïdes Genève, 19 octobre 2012 Nicolas Bonnet, directeur du Respadd Anne

Plus en détail

Doit on et peut on utiliser un placebo dans la prise en charge de la douleur?

Doit on et peut on utiliser un placebo dans la prise en charge de la douleur? Doit on et peut on utiliser un placebo dans la prise en charge de la douleur? Dr Philippe Poulain Unité Territoriale de Soins Palliatifs Polyclinique de l Ormeau Tarbes phpoulain@wanadoo.fr Placebo: de

Plus en détail

Comportements addictifs

Comportements addictifs Comportements addictifs Les cyberdépendances Addictions comportementales, Qu est-ce que c est? L addiction, au sens général, peut se définir par une envie incontrôlable et répétée, de consommer un produit

Plus en détail

Maternité et activités sportives

Maternité et activités sportives Maternité et activités sportives L obstétricien est de plus en plus souvent interrogé sur les avantages et les risques de maintenir ou de débuter une APS ou de loisir pendant la grossesse. Transformations

Plus en détail

Semaine de la sécurité des patients: novembre 2012

Semaine de la sécurité des patients: novembre 2012 Semaine de la sécurité des patients: novembre 2012 Qu'est-ce-que la douleur? La douleur est une sensation désagréable et complexe (sensorielle et émotionnelle). Cette sensation provient de l'excitation

Plus en détail

La migraine. Foramen ovale perméable. Infarctus cérébral (surtout chez la femme)

La migraine. Foramen ovale perméable. Infarctus cérébral (surtout chez la femme) La migraine 1/Introduction : Céphalée primaire (sans lésion sous-jacente). Deux variétés principales: Migraine sans aura (migraine commune). Migraine avec aura (migraine accompagnée). Diagnostic: interrogatoire

Plus en détail

La migraine chronique

La migraine chronique La migraine chronique - Céphalées chroniques quotidiennes -Abus médicamenteux Avec le soutien des laboratoires Novartis Un concept en évolution 1ère classification IHS 1988 : pas de mention 1982: Mathew

Plus en détail

La prise en charge de votre épilepsie

La prise en charge de votre épilepsie G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre épilepsie Vivre avec une épilepsie sévère Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

RÉFÉRENCES ET RECOMMANDATIONS MEDICALES

RÉFÉRENCES ET RECOMMANDATIONS MEDICALES CHAPITRE VI RÉFÉRENCES ET RECOMMANDATIONS MEDICALES I - Situation juridique La notion de références médicales opposables (RMO) est apparue dans la convention nationale des médecins de 1993. La réforme

Plus en détail

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux

Une forte dynamique des prescriptions de ces nouveaux anti-coagulants oraux 27 novembre 2013 Nouveaux anti-coagulants oraux : une étude de l Assurance Maladie souligne la dynamique forte de ces nouveaux médicaments et la nécessité d une vigilance accrue dans leur utilisation Les

Plus en détail

La dépendance aux médicaments

La dépendance aux médicaments La dépendance aux médicaments 3 ème Forum Citoyen Espace Mendès-France 28 novembre 2013 Denis Richard Pharmacien Hôpital Henri-Laborit, Poitiers Qu est la dépendance? (1) «Perte de la liberté de s asbtenir»

Plus en détail

Entretiens Pharmaceutiques en Oncologie : Où en sommes nous en 2014, au CHPC

Entretiens Pharmaceutiques en Oncologie : Où en sommes nous en 2014, au CHPC Entretiens Pharmaceutiques en Oncologie : Où en sommes nous en 2014, au CHPC 2éme Journée des Infirmiers de Basse-Normandie Jeudi 9 Octobre 2014 Florence BANNIE, Pharmacien CHPC, CHERBOURG Déclarations

Plus en détail

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson Comprendre la maladie de Parkinson La maladie de Parkinson se définit classiquement par des troubles moteurs. Néanmoins, de nombreux autres symptômes,

Plus en détail

La goutte la maladie des rois

La goutte la maladie des rois La goutte la maladie des rois Tous droits protégés Pharmanetis Sàrl Tout savoir sur la goutte Comment bien gérer sa maladie? Par Van Nguyen et Xavier Gruffat (pharmaciens) Photo: Matthew Cole - Fotolia.com

Plus en détail

Pascal LACHAISE Paul TORNER. Matthieu PICARD

Pascal LACHAISE Paul TORNER. Matthieu PICARD La communication médecins/ pharmaciens/patients Enquête sur les attentes des différents acteurs. Quelles solutions pour améliorer la concertation médecin/pharmacien pour le bénéfice du patient? Pascal

Plus en détail

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas

HEPATITES VIRALES 22/09/09. Infectieux. Mme Daumas HEPATITES VIRALES 22/09/09 Mme Daumas Infectieux Introduction I. Hépatite aigu II. Hépatite chronique III. Les différents types d hépatites A. Hépatite A 1. Prévention de la transmission 2. Vaccination

Plus en détail

déclarations d assurabilité en cas d accident (invalidité ou soins hospitaliers)

déclarations d assurabilité en cas d accident (invalidité ou soins hospitaliers) 1 Nom Prénom Date de naissance (AAAA/MM/JJ) N o de proposition ou de contrat 1. renseignements médicaux Renseignements Oui Non médicaux 1. Prenez-vous des médicaments? Cocher OUI ou NON. 2. Au cours des

Plus en détail

Journal de la migraine

Journal de la migraine Sandoz Pharmaceuticals SA Hinterbergstrasse 24 6330 Cham 2 Tél. 041 748 85 85 Fax 041 748 85 86 www.generiques.ch a Novartis company 50001252/mars 2008 Journal de la migraine avec le questionnaire sur

Plus en détail

Carnet de suivi Lithium

Carnet de suivi Lithium Carnet de suivi Lithium Brochure d information sur les troubles bipolaires et leur traitement par lithium Nom : Ce carnet est important Si vous le trouvez, merci de le faire parvenir à l adresse cidessous

Plus en détail

ONZE ASSOCIATIONS MEDICAMENTEUSES FORMELLEMENT CONTRE-INDIQUEES

ONZE ASSOCIATIONS MEDICAMENTEUSES FORMELLEMENT CONTRE-INDIQUEES DIRECTION DES RISQUES MALADIE DIRECTION DU SERVICE MEDICAL ONZE ASSOCIATIONS MEDICAMENTEUSES FORMELLEMENT CONTRE-INDIQUEES Situation en 2000 JANVIER 2003 l'assurance Maladie des salariés - sécurité sociale

Plus en détail

Intoxication par les barbituriques

Intoxication par les barbituriques Intoxication par les barbituriques GH. Jalal, S. Achour, N. Rhalem, R. Soulaymani 1. Cas clinique : L unité d information toxicologique du Centre Anti Poison du Maroc a été contactée par une clinique privée

Plus en détail

Fiche Produit Profils Médicalisés PHMEV

Fiche Produit Profils Médicalisés PHMEV Guide méthodologique développé par l équipe de projets ci-dessous : Fiche Produit Profils Médicalisés PHMEV EQUIPE PROJET Chef de projet : Maryline CHARRA, Pharmacien Conseil Responsable de la mission

Plus en détail

Comment se déroule le prélèvement? Il existe 2 modes de prélèvements des cellules souches de la moelle osseuse:

Comment se déroule le prélèvement? Il existe 2 modes de prélèvements des cellules souches de la moelle osseuse: La greffe de moelle osseuse représente une chance importante de guérison pour de nombreuses personnes atteintes de maladies graves du sang. Le don de moelle osseuse est un acte volontaire, anonyme et gratuit

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Les drogues POUR EN SAVOIR PLUS. 1. L avis du psychologue. 2. Les risques et leur prévention. Quelques chiffres

Les drogues POUR EN SAVOIR PLUS. 1. L avis du psychologue. 2. Les risques et leur prévention. Quelques chiffres Les drogues POUR EN SAVOIR PLUS 1. L avis du psychologue La consommation de drogues, qu elles soient licites (alcool, tabac) ou illicites (cannabis, crack, etc.), fait partie des conduites à risques fréquemment

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

Le cannabis en question(s)

Le cannabis en question(s) Le cannabis en question(s) Quelle nocivité présente le cannabis? Il n y a pas de réponse simple à cette question. Les risques liés à la consommation de cannabis sont en effet variables. Ils sont différents

Plus en détail

Synthèse des réflexions

Synthèse des réflexions Synthèse des réflexions 5ème Journée de Rencontres Inter-Professionnelles ADDICTION ET PRÉCARITÉ Le 2 février 2008 À l Auberge de Jeunesse DU PORT DU RHIN ------------------------------------ Organisée

Plus en détail

salicilique 10,5 mg, titre alcoolique 34,5 % (Flacons de 75 ml, de 225 ml et de 450 ml).

salicilique 10,5 mg, titre alcoolique 34,5 % (Flacons de 75 ml, de 225 ml et de 450 ml). 1 2 salicilique 10,5 mg, titre alcoolique 34,5 % (Flacons de 75 ml, de 225 ml et de 450 ml). Certains sportifs absorbent ce médicament par voie orale en vidant toute la bouteille pour se «donner un coup

Plus en détail

Vente en ligne de médicaments : où en eston

Vente en ligne de médicaments : où en eston JIM.fr -Vente en ligne de médicaments : où en est-on? Page 1 sur 5 Publié le 15/11/2014 Vente en ligne de médicaments : où en eston? Barbara Bertholet (à droite) et Caroline Balosso Paris, le samedi 15

Plus en détail

La prise en charge d un trouble bipolaire

La prise en charge d un trouble bipolaire GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge d un trouble bipolaire Vivre avec un trouble bipolaire Décembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide pour vous informer

Plus en détail

Item 182 : Accidents des anticoagulants

Item 182 : Accidents des anticoagulants Item 182 : Accidents des anticoagulants COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Cruralgie par hématome

Plus en détail

Les triptans. quel casse-tête! Kim Messier et Michel Lapierre. Vous voulez prescrire des triptans? Lisez ce qui suit!

Les triptans. quel casse-tête! Kim Messier et Michel Lapierre. Vous voulez prescrire des triptans? Lisez ce qui suit! Fédération des médecins omnipraticiens du Québec Les triptans quel casse-tête! Kim Messier et Michel Lapierre Vous voulez prescrire des triptans? Lisez ce qui suit! Les triptans, des agonistes sélectifs

Plus en détail

Les procédures médico-légales d hospitalisation

Les procédures médico-légales d hospitalisation Les procédures médico-légales d hospitalisation D. CAILLOCE SAMU 87 Contexte de l hospitalisa0on sous contrainte (1) Par%cularité de la discipline psychiatrique où le malade n a pas forcément conscience

Plus en détail

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT

CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT CE QU IL FAUT SAVOIR PARTICIPATION À UN ESSAI CLINIQUE SUR UN MÉDICAMENT Sommaire Comment se fait la recherche sur un nouveau médicament? (page 1) A quoi sert la recherche sur un nouveau médicament? (page

Plus en détail

Conseils pour le traitement des douleurs persistantes

Conseils pour le traitement des douleurs persistantes Page -1- Conseils pour le traitement des douleurs persistantes Ce qu'il faut savoir avant tout, c'est que les douleurs persistantes sont des "douleurs particulières", qui doivent donc être traitées en

Plus en détail

La version électronique fait foi

La version électronique fait foi Page 1/6 Localisation : Classeur VERT Disponible sur Intranet A revoir : 10/2015 Objet : La présente procédure a pour objet de décrire les responsabilités et les principes pour la réalisation des prélèvements.

Plus en détail

Les approches de réduction des méfaits trouvent un certain appui dans la population québécoise*

Les approches de réduction des méfaits trouvent un certain appui dans la population québécoise* INSTITUT NATIONAL DE SANTÉ PUBLIQUE DU QUÉBEC Les approches de réduction des méfaits trouvent un certain appui dans la population québécoise* Denis Hamel, statisticien Unité Connaissance-surveillance MISE

Plus en détail

Le cannabis en question(s)

Le cannabis en question(s) Le cannabis en question(s) Quelle nocivité présente le cannabis? Il n y a pas de réponse simple à cette question. Les risques liés à la consommation de cannabis sont en effet variables. Ils sont différents

Plus en détail

Accidents des anticoagulants

Accidents des anticoagulants 30 Item 182 Accidents des anticoagulants Insérer les T1 Objectifs pédagogiques ENC Diagnostiquer un accident des anticoagulants. Identifier les situations d urgence et planifier leur prise en charge. COFER

Plus en détail

7- Les Antiépileptiques

7- Les Antiépileptiques 7- Les Antiépileptiques 1 Définition L épilepsie est un trouble neurologique chronique caractérisé par la survenue périodique et imprévisible de crises convulsives dues à l émission de décharges électriques

Plus en détail

Intoxications au Monoxyde de Carbone (CO)

Intoxications au Monoxyde de Carbone (CO) Intoxications au Monoxyde de Carbone (CO) K. Elhajjaoui, N. Rhalem, I. Semlali, R. Soulaymani Bencheikh 1. Introduction : L intoxication au monoxyde de carbone (CO) occupe la première place dans les pays

Plus en détail

2. Accords généraux concernant la prescription

2. Accords généraux concernant la prescription 2. Accords généraux concernant la prescription INTRODUCTIon La prescription doit permettre au pharmacien de délivrer de manière adéquate le bon médicament. La prescription doit satisfaire à un certain

Plus en détail

ma n u e l d e s Dr o i t s d e s Us a g e r s

ma n u e l d e s Dr o i t s d e s Us a g e r s ma n u e l d e s Dr o i t s d e s Us a g e r s d e Tr a i t e m e n t s d e Su b s t i t u t i o n aux Opiacés Quels sont vos droits? ----------------------------------------- Quel est le cadre légal?

Plus en détail

Compliance (syn. Adhérence - Observance) IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 1

Compliance (syn. Adhérence - Observance) IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 1 Compliance (syn. Adhérence - Observance) IFMT-MS-Sémin.Médict.Nov.05 1 Qu est ce que la compliance? Une maladie a été diagnostiquée Le diagnostic est correct Le traitement a été bien indiqué, bien choisi,

Plus en détail