Etude conduite par les Missions locales et les Centres d examens de santé de l Assurance Maladie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Etude conduite par les Missions locales et les Centres d examens de santé de l Assurance Maladie"

Transcription

1 «Bien-être, mal-être? Mieux vous connaître» - décembre 2009 La souffrance psychique et la santé mentale des jeunes en insertion Etude conduite par les Missions locales et les Centres d examens de santé de l Assurance Maladie Introduction Depuis quelques décennies la situation des jeunes en France a connu de profondes mutations sur le plan social et économique. Des études épidémiologiques, notamment celles réalisées par le Cetaf (Centre technique d appui et de formation des Centres d examens de santé) à partir des examens périodiques de santé effectués dans de nombreuses régions du pays, démontrent que les ans en insertion sont sujets à des vulnérabilités [1 ; 2]. Celles-ci (rupture scolaire, conditions de vie précaires, isolement social) peuvent avoir des répercutions négatives sur l état de santé de ces jeunes en recherche d insertion professionnelle et d intégration sociale [1 ; 2]. A leurs difficultés d accès à l emploi, s ajoutent des difficultés particulières d accès aux droits et d accès aux soins. Les intervenants sociaux et sanitaires sont souvent confrontés à la souffrance psychique des jeunes. La santé mentale est devenue une préoccupation majeure en santé publique. Le manque crucial de données sur cette population est un obstacle à leur prise en charge effective. Depuis l étude de Marie Choquet et Bruno Iksil en 1994 sur les jeunes CFI-PAQUE [3] et l étude du CAREPS [4] en Rhône-Alpes sur la souffrance des jeunes, il y a peu de données probantes sur les jeunes en insertion. En 2005, le CNML (Conseil national des missions locales) a demandé au Cetaf d étudier la santé des jeunes en insertion à partir de la base de données des Centres d examens de santé de l Assurance Maladie (CES). Cette population a été par la suite comparée à un groupe de référence constitué de jeunes lycéens, étudiants ou actifs du même âge. Les résultats ont montré une plus grande fragilité sociale et la présence d inégalités de santé ou d accès aux soins pour les jeunes sortis du système scolaire et sans emploi [1 ; 2]. Ces résultats ont été suffisamment préoccupants pour que les différents services déconcentrés des ministères concernés par l insertion des jeunes s associent au CNML et aux missions locales en 2006 pour la rédaction de la «Charte pour la santé des jeunes en insertion». C est durant la même période et dans le contexte de cette charte, que le CNML avait demandé au Cetaf d étudier la faisabilité d un dispositif de recueil d informations sur la santé mentale des jeunes en insertion grâce à un auto-questionnaire rempli par les jeunes soit lors d un examen de santé soit dans les missions locales [5]. Un comité de pilotage, comprenant des experts scientifiques, a mis en place une série d enquêtes en vue d investiguer chaque année des dimensions de la santé mentale des jeunes en insertion. La première enquête menée en 2008 est l objet de ce document. Les résultats de l étude, quant à la santé des jeunes, sont inquiétants et nécessitent une prise de décision des autorités publiques. Conseil National des Missions Locales (CNML) ; Caisse nationale d assurance maladie des travailleurs salariés (CNAMTS) ; Centre technique d appui et de formation des Centres d examens de santé (Cetaf) ; Direction Générale de la Santé (DGS) ; Direction Générale des Affaires Sociales (DGAS) ; Service de Santé publique, CHU Clermont-Ferrand ; Université Claude Bernard Lyon I, IUFM ; Missions Locales pour l emploi ; Centres d examens de santé.

2 Lannion Loos Lille Ronchin Douai Villeneuve d'ascq Amiens Revin Péronne Charleville-Mézières Creil Soissons Clermont de l'oise Argenteuil Paris 14 e Nancy Sénart Montfermeil Crosne Melun Lunnéville Chartres Remiremont Sens Auxerre Saint-Nazaire Tours Chalon-sur-Saône Angoulême Limoges Clermont-Ferrand Lyon Vaulx-en-Velin Villeurbanne Brive-la-Gaillarde Distribution géographique des sites participant à la passation du questionnaire Langon Mission locale Centre d'examens de santé Carte, Cetaf, octobre 2009 Méthodologie Un groupe de travail pluridisciplinaire Le CNML, la CNAMTS et le CETAF ont mis en place un comité de pilotage comprenant la CNAMTS, la DGS, la DGAS, la MSA, des experts scientifiques, des représentants des missions locales, et des CES. Il est composé de psychologues, sociologues, épidémiologistes et médecins. Créé en 2006, ce comité de pilotage comprend près de 40 personnes. Il a pour mission de rédiger et valider les questionnaires et les résultats. L utilisation de questions et d échelles validées Le questionnaire comprend 68 questions qui abordent la situation socioéconomique, le niveau de précarité, les activités de loisirs, les consommations de psychotropes, les évènements de vie, les discriminations, les comportements sexuels, le suicide et la santé psychologique. La plupart des thèmes abordés utilisent des questions d études similaires en France (ESCAPAD, ESPAD, Baromètre santé jeunes). Le questionnaire comporte aussi des échelles reconnues (cf. encadré définitions p.3) : le score ADRS [6], le score EPICES [7 ;8], le score de santé perçue. La mobilisation de 24 missions locales et 14 CES Cette étude a été réalisée grâce à la mobilisation de 24 missions locales et 14 Centres d examens de santé, couvrant une grande partie du territoire français (cf. carte ci-dessus) questionnaires ont été administrés de façon anonyme (35 % en missions locales et 65 % en CES). Dans chaque, le questionnaire a été rempli en continu par 15 à 20 jeunes. Dans les CES, il a été complété par tous les jeunes pendant 2 semaines consécutives. Un questionnaire apprécié par la plupart des jeunes enquêtés Le taux de refus de remplissage du questionnaire est de 11 % (19% dans les missions locales et 3,8% dans les CES). Il varie entre 0% et 22% dans les CES, et 0% et 44% dans les missions locales. Le principal motif de refus est le manque de temps. Les taux de données manquantes par question sont le plus souvent inférieurs à 8% et atteignent au maximum 18% pour certaines questions, notamment celles portant sur la sexualité. L évaluation du questionnaire est positive du point de vue des enquêteurs et des enquêtés. Le questionnaire a été bien accepté par les répondants. Peu ont exprimé de gêne vis-à-vis de questions à caractère intime. Moins de 5 % ont refusé de remplir le questionnaire en indiquant son côté «indiscret». Un point fort du questionnaire est la mise en place d une aide au remplissage, sur demande, permettant de ne pas exclure les jeunes illettrés ou en difficulté de lecture, les étrangers ne parlant pas bien le français, ou les jeunes ne souhaitant pas rester seuls Etude «Bien-être, mal-être? Mieux vous connaître» - Cetaf - décembre 2009

3 Répartition de la population par catégorie de jeunes Jeunes (n=70) 5% Jeunes CES : Apprentis (n=25) 2% Jeunes CES : Scolaires/étudiants (n=196) 15% CES : Inscrits en (n=444 ) 34% (n=478 ) 37% Jeunes (n=90) 7% Description de la population Six catégories ont été construites pour comparer les jeunes en insertion aux autres jeunes. Une première catégorie regroupe tous les jeunes interrogés en. Les 5 autres catégories concernent les jeunes interrogés dans les CES. Il s agit des actifs, des scolaires regroupés avec les étudiants, des jeunes en insertion (sans activité, en recherche d emploi ) et des jeunes déclarant être inscrits en. Cette catégorisation permet de Définitions comparer les jeunes des CES dits «en insertion» ou inscrits en aux jeunes actifs, soclaires. 21,3 ans est l âge moyen de la population (avec 14 ans comme âge minimal et 35 ans comme âge maximal) 57% de la population sont des femmes. Note : compte-tenu du faible nombre d apprentis, les résultats de cette catégorie de jeunes ne sont pas présentés. ADRS (Adolescent Depression Rating Scale) [6] : outil de dépistage des états dépressifs chez l adolescent notamment recommandé par la Haute Autorité de Santé. Il s agit d un auto-questionnaire de 10 questions courtes qui permet d obtenir un score entre 0 et 10. Si le score est supérieur ou égal à 4, il témoigne d une souffrance psychique ; s il est supérieur ou égal à 7 il s agit d une dépression avérée. Score EPICES [7 ; 8] : score permettant de quantifier le niveau de vulnérabilité sociale et de précarité d une personne. Il varie de 0 (absence de vulnérabilité) à 100 (maximum de vulnérabilité) ; le seuil de précarité est défini à 45,55 dans la population d étude. La précarité selon le score EPICES est associée aux indicateurs de comportements à risque, de défaut d accès aux soins et de santé perturbée. Score de santé perçue : la santé perçue est utilisée comme indicateur de santé globale. Elle est recueillie par auto-questionnaire «Compte tenu de votre âge, veuillez indiquer par une note comprise entre 0 (mauvaise santé) et 10 (bonne santé), votre état de santé tel que vous le ressentez». La perception négative de la santé est définie par les notes < 7. Méthodologie Des modèles de régressions logistiques ont été appliqués avec ajustement sur l âge et le sexe, afin de calculer les odds ratios et intervalles de confiance à 95 %. La variable constituant les catégories de jeunes est utilisée comme variable explicative des modèles, en utilisant comme catégorie de référence le groupe des jeunes actifs des CES. Sur chaque graphique, une étoile précise si le résultat de chacune des catégories est statistiquement significatif et différent de la catégorie de référence des jeunes actifs. Etude «Bien-être, mal-être? Mieux vous connaître» - Cetaf - décembre

4 Résultats Niveau d étude inférieur au BAC (%) 74 * Résultats Niveau d étude Sur l ensemble de la population, 60% des jeunes enquêtés n ont pas le BAC. 8,8% sont encore en cursus scolaire. Précarité d après le score EPICES Sur l ensemble de la population étudiée, 40% est en situation de précarité d après EPICES. La fréquence de la précarité des jeunes en insertion est 4 fois plus élevée que celle des autres catégories. Un environnement familial plus instable pour les jeunes en insertion 45% ont vécu au moins un évènement familial douloureux : séparation des parents, rupture avec les deux parents ou maladie grave d un des parents. Les taux varient de 37% à 58% suivant la catégorie de jeunes. 38% de la population ont des parents qui ne vivent plus ensemble. Les taux varient de 27% à 42% suivant la catégorie de jeunes. 15% ont rompu les liens avec leurs parents. Les taux varient de 7% à 26% suivant la catégorie de jeunes. 24% de la population ont un des deux parents gravement atteint d une maladie. Les taux varient de 17% à 30% suivant la catégorie de jeunes. 4 Etude «Bien-être, mal-être? Mieux vous connaître» - Cetaf - décembre * 36 Précarité EPICES (%) Les événements marquants pendant l enfance (%) Séparation des parents Rupture avec les deux parents Maladie grave d'un des parents Avoir vécu un de ces 3 événements familiaux * * * * * 42 * 46 * 54 * 63 * 58 * 58 * 57 * 75 *

5 Résultats Perception de la santé et déclaration du médecin traitant (%) Une perception de la santé plus négative La perception négative de la santé («mauvaise santé perçue») est significativement plus fréquente parmi les trois populations de jeunes en insertion comparés aux jeunes des CES actifs ou scolarisés. L enquête fait ressortir que 80% de la population ont déclaré un médecin traitant à l Assurance Maladie. Cependant, les jeunes en insertion ont moins souvent déclaré un médecin traitant (20 à 24%) que les jeunes actifs ou scolarisés des CES (13 à 14%). Des conduites addictives aussi fréquentes sauf concernant l alcool On n observe pas de différence statistiquement significative entre jeunes en insertion et jeunes CES actifs pour les variables «consommation de tabac», «nombre de cigarettes», «prise de médicaments psychotropes sur ordonnance», «prise de médicaments psychotropes sans ordonnance», «consommation de cannabis» et «consommation d autres drogues». L absence de différence sur ces quatre types de consommation de psychotropes pourra être vérifiée sur une plus grande échelle lors d une prochaine passation du questionnaire. Les scolaires déclarent moins souvent avoir consommé du tabac et du cannabis que les autres populations. Concernant la consommation d alcool au cours des 30 derniers jours, les trois populations de jeunes en insertion Mauvaise santé perçue : note de santé < 7 Pas de médecin traitant déclaré * 24 * 28 * 30 * 34 * Consommation de tabac (%) Consommation de tabac Fumeurs Consommation de cigarettes <10 cigarettes par jour 9 * * 51 Consommation d alcool (%) Consommation d'alcool Au moins 3 fois dans le mois Etat d'ivresse 3 fois * 30 * * Consommation de cannabis : «1 fois» (%) * 5 Etude «Bien-être, mal-être? Mieux vous connaître» - Cetaf - décembre 2009

6 Résultats Fréquences de violences subies par catégorie de jeunes (%) consommeraient significativement moins que les jeunes CES actifs. Ce constat surprenant, montrant que les jeunes en insertion ou au chômage consomment moins d alcool que les jeunes CES actifs, a déjà été trouvé dans des études françaises portant sur les comportements des jeunes [3 ; 8]. La déclaration de violences subies (psychologiques, physiques ou sexuelles) 27% des jeunes ont déjà subi des violences psychologiques et morales plus d une fois au cours de leur vie. 22% ont subi au moins une fois des violences physiques et 8,5% ont été victimes de violences sexuelles plus d une fois. Les jeunes en insertion déclarent plus souvent ces trois formes de violence. Ils déclarent 2 fois plus être victimes de violences sexuelles que les jeunes actifs. Le sentiment de discrimination 22 % ont un sentiment de discrimination. Les jeunes en insertion et les jeunes scolaires ou étudiants ont un sentiment de discrimination un peu plus important que les jeunes actifs. Les raisons les plus citées sont : l origine (56%), l apparence physique (35%), les convictions religieuses (21%), le nom (20%) et l appartenance à une ethnie, une nation ou une race (15%). Deux fois plus de jeunes en insertion sont en souffrance psychique Les difficultés multiples (familiales, Violences sexuelles : au moins une fois Violences physiques : au moins une fois Violences psychologiques / morales : au moins une fois * * 32 * Sentiments de discrimination (%) * 32 * Souffrance psychique : «score ADRS 4» (%) * 24 * 26 * 6 Etude «Bien-être, mal-être? Mieux vous connaître» - Cetaf - décembre 2009

7 Résultats Souffrance psychique et niveau d étude (%) financières, de logement ), l incertitude face à l avenir, l absence de statut social être ni actif, ni étudiant, mais en insertion caractérisent les jeunes en insertion. Il peut donc s agir pour eux d une période de fragilité psychologique. Plusieurs indicateurs attestent du mal-être des jeunes en insertion. D après les résultats de l ADRS, 26% des jeunes des missions locales sont en souffrance psychique. Parmi eux, 7% ont un état dépressif avéré. Les jeunes en insertion sont deux fois plus souvent en souffrance psychique que les jeunes actifs. Chez les hommes, toutes catégories de jeunes confondues, les sans-diplômes sont trois fois plus en souffrance psychique (30%) que les niveaux bac et plus. Plus d un jeune sur cinq en déclarent avoir tenté de se suicider 16% de la population enquêtée a déjà tenté de se suicider. Les jeunes en sont 4 fois plus à risque de faire une tentative de suicide que les jeunes actifs. Un peu plus de 24% des jeunes sans diplôme ont tenté de se suicider ; deux fois plus que les jeunes qui ont le niveau bac et plus (10%). 38% des jeunes dont la dépression a été diagnostiquée par l ADRS ont tenté de mettre fin à leur jour. Femmes Hommes Tentatives de suicides (%) * 22 * Femmes Hommes Sans diplôme Brevet CAP/BEP BAC et plus Sans diplôme Brevet CAP/BEP BAC et plus Tentatives de suicides et niveau d étude (%) Sans diplôme Brevet CAP/BEP BAC et plus Sans diplôme Brevet CAP/BEP BAC et plus 4 10 * * * 30* 36* 34 * Conclusion et perspectives Les résultats de cette première étude 2008 de la santé mentale menée par la CNAMTS le CETAF et le CNML constituent un état des lieux des difficultés psychologiques rencontrées par les jeunes dans leur parcours d insertion. Les résultats de l étude sont préoccupants et nous ont engagés à choisir d investiguer davantage les questions autour du suicide, de la dépression et des violences pour la prochaine passation en 2010.

8 Bibliographie 1. Labbe E, Moulin JJ, Sass C, Chatain C, Guéguen R, Dauphinot V, Dupré C, Gerbaud L. Etat de santé, comportements et fragilité sociale de jeunes en difficultés d insertion professionnelle. Rapport d étude. Saint- Etienne: Cetaf; décembre Labbe E, Moulin JJ, Sass C, Chatain C, Guéguen R, Gerbaud L. Etat de santé, comportements et environnement social de jeunes en insertion professionnelle. Pratiques et Organisation des Soins 2007;38(1): Choquet M, Iksil B. insertion : enquête CFI-PAQUE (dispositif ans). Villejuif: Inserm; CAREPS. La souffrance psychologique chez les jeunes accueillis en Missions Locales Rhône-Alpes. Grenoble; 1994 (Non publié). 5. Moulin JJ, Catel P, Chatain C, Niarra RY, Labbe E, Berger D, Gerbaud L. La santé mentale des jeunes en insertion professionnelle. Rapport d étude. Saint-Etienne: Cetaf; décembre A.Revah-Levy, B.Birmaher. The Adolescent Depression Rating Scale (ADRS): a validation study. BMC Psychiatry 2007;(7):2. 7. Sass C, Guéguen R, Moulin JJ, Abric L, Dauphinot V, Dupré C, Giordanella JP, Girard F, Guenot C, Labbe E, La Rosa E, Magnier P, Martin E, Royer B, Rubirola M, Gerbaud L. Comparaison du score individuel de précarité des Centres d examens de santé, EPICES, à la définition socio-administrative de la précarité. Santé Publique 2006;18(4): Sass C, Moulin JJ, Guéguen R, Abric L, Dauphinot V, Dupré C, Giordanella JP, Girard F, Guenot C, Labbe E, La Rosa E, Magnier P, Martin E, Royer B, Rubirola M, Gerbaud L. Le score EPICES: un score individuel de précarité. Construction et évaluation du score dans une population de personnes. Bull Epidemiol Heb 2006; (14): Legleye S, Beck F, Perreti-Watel P, Chau N. Le rôle du statut scolaire et professionnel dans les usages de drogues des hommes et des femmes de 18 à 25 ans. Rev Epidemiol Sante Publique 2008;(56): Pour recevoir le dossier complet, contactez : CNML, Pierrette Catel : Cetaf, Carine Chatain : Etude «Bien-être, mal-être? Mieux vous connaître» - Cetaf - décembre

La santé mentale des jeunes en insertion

La santé mentale des jeunes en insertion Rapport d étude - décembre 9 La santé mentale des jeunes en insertion Etude conduite par les Missions locales et les Centres d examens de santé de l Assurance Maladie Remerciements Les auteurs remercient

Plus en détail

Dans le cadre de la mise en

Dans le cadre de la mise en Décembre 11 RESULTATS «Bien être - mal être? Mieux vous connaître» Enquête conduite auprès des jeunes dans les Missions locales et dans les Centres d examens de santé de l Assurance Maladie Dans le cadre

Plus en détail

Entre mal-être et bien être : comment vont les étudiants. Premiers résultats. Damien BERTHILIER Président La Mutuelle des Étudiants LMDE-EPSE

Entre mal-être et bien être : comment vont les étudiants. Premiers résultats. Damien BERTHILIER Président La Mutuelle des Étudiants LMDE-EPSE Entre mal-être et bien être : comment vont les étudiants Premiers résultats Damien BERTHILIER Président La Mutuelle des Étudiants LMDE-EPSE Objectifs de l enqul enquête Mieux identifier la souffrance psychique

Plus en détail

9.11 Les jeux de hasard et d argent

9.11 Les jeux de hasard et d argent 9.11 Les jeux de hasard et d argent Maud Pousset, Marie-Line Tovar 288 Les jeux de hasard et d argent (JHA) constituent une activité ancienne et répandue, mais longtemps interdite. Leur offre s est étoffée,

Plus en détail

La santé des jeunes Rhônalpins en insertion

La santé des jeunes Rhônalpins en insertion La santé des jeunes Rhônalpins en insertion Diagnostic commun et actions partenariales URML, URHAJ et MFRA CRDSU (centre de ressources et d'échanges pour le développement social urbain) 12 octobre 2012

Plus en détail

"La santé des étudiants en 2013"

La santé des étudiants en 2013 1 Dossier de Presse "La santé des étudiants en 2013" 8 ème Enquête Nationale 1999 2013 Enquête Santé MGEL Depuis plus de 60 ans, à l écoute des étudiants 2 Sommaire EmeVia et les mutuelles étudiantes de

Plus en détail

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins

Observatoire National de la santé des jeunes. Accès aux droits et aux soins Observatoire National de la santé des jeunes Accès aux droits et aux soins Données septembre 2012 «Observatoire santé UNHAJ - accès aux droits et aux soins» La santé des jeunes sous observationerreur!

Plus en détail

Santé mentale et travail : un exemple de réseau r de surveillance épidémiologique en France. Programme SAMOTRACE

Santé mentale et travail : un exemple de réseau r de surveillance épidémiologique en France. Programme SAMOTRACE Santé mentale et travail : un exemple de réseau r de surveillance épidémiologique en France Dr Christine Cohidon Département Santé-Travail Institut de veille sanitaire UMRESTTE (Lyon) 1 Programme SAMOTRACE

Plus en détail

Un besoin identifié : les jeunes et leur santé (état des lieux et constat)

Un besoin identifié : les jeunes et leur santé (état des lieux et constat) Un besoin identifié : les jeunes et leur santé (état des lieux et constat) «Si, globalement, les adolescents se disent en meilleure santé que les adultes, il convient, au regard des résultats qui suivent

Plus en détail

Les Français sont-ils égaux face à la prévention? Résultats approfondis du Baromètre santé 2005

Les Français sont-ils égaux face à la prévention? Résultats approfondis du Baromètre santé 2005 Les Français sont-ils égaux face à la prévention? Résultats approfondis du Baromètre santé 2005 Dossier de presse Avril 2008 SOMMAIRE Introduction...p.3 Les inégalités de santé au cœur de la politique

Plus en détail

"La santé des étudiants en 2015"

La santé des étudiants en 2015 Dossier de Presse "La santé des étudiants en 2015" 9 ème Enquête Nationale 1999 2015 Enquête Santé d emevia Depuis plus de 16 ans, à l écoute des étudiants 1 Sommaire EmeVia et les mutuelles étudiantes

Plus en détail

Enquête sur la santé des résidents des foyers Adoma de Saint-Quentin-en-Yvelines

Enquête sur la santé des résidents des foyers Adoma de Saint-Quentin-en-Yvelines Direction de l action sociale, de l habitat et de la santé publique 12 ème congrès national des ORS Territoires et Santé des populations 9 et 10 novembre 2010 Enquête sur la santé des résidents des foyers

Plus en détail

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être

Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être Pacte européen pour la santé mentale et le bien-être CONFERENCE DE HAUT-NIVEAU DE L UE ENSEMBLE POUR LA SANTÉ MENTALE ET LE BIEN-ÊTRE Bruxelles, 12-13 juin 2008 Slovensko predsedstvo EU 2008 Slovenian

Plus en détail

Un indicateur de mesure de la précarité et de la «santé sociale»:lescore EPICES L expérience des Centres d examens de santé de l Assurance maladie

Un indicateur de mesure de la précarité et de la «santé sociale»:lescore EPICES L expérience des Centres d examens de santé de l Assurance maladie Un indicateur de mesure de la précarité et de la «santé sociale»:lescore EPICES L expérience des Centres d examens de santé de l Assurance maladie Emilie LABBE *, Jean Jacques MOULIN *, René GUEGUEN *,

Plus en détail

Baromètre : Le bien être psychologique au travail

Baromètre : Le bien être psychologique au travail Contacts Ifop : Rudy BOURLES/Isabelle MANDERON 6-8, rue Eugène Oudiné 75013 Paris tél 01 45 84 14 44 fax 01 45 85 59 39 Etude 23384 Baromètre : Le bien être psychologique au travail Septembre 2008 vague

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Origine sociale, offre de formation et niveau atteint dans le secondaire

Origine sociale, offre de formation et niveau atteint dans le secondaire note d information 06.15 MAI www.education.gouv.fr/stateval Dans les régions à forte tradition ouvrière, l offre en CAP et BEP prédomine largement. La part des élèves sortant sans niveau de qualification

Plus en détail

Préparer la formation

Préparer la formation Préparer Profédus propose des exemples variés de contenus d enseignement en éducation à la santé. Les fiches ne sont pas conçues en «prêt à penser» ; elles restent largement enracinées dans le contexte

Plus en détail

Le Bien-être et les jeunes professionnels

Le Bien-être et les jeunes professionnels Le Bien-être et les jeunes professionnels Contexte La conférence sur le thème le bien être et les jeunes professionnels s inscrit dans le cadre du forum de l entreprise édition 2014 sous le thème générique

Plus en détail

ANNUAIRE SANTE. Structures Missions Site Internet Téléphone Domaines Secteurs Informations complémentaires

ANNUAIRE SANTE. Structures Missions Site Internet Téléphone Domaines Secteurs Informations complémentaires ANNUAIRE SANTE Structures Missions Site Internet Téléphone Domaines Secteurs Informations complémentaires IREPS : Instance Régionale d Education et de Promotion de la Santé Poitou-Charentes (4 antennes

Plus en détail

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction

Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie. Etudes cliniques dans l autisme. Introduction Critères de Choix d une Echelle de Qualité De Vie Etudes cliniques dans l autisme Marie-Christine Picot Congrès Epsylon 5 avril 2013 Introduction Mesurer la Qualité de Vie liée à la Santé : Evaluer les

Plus en détail

CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS:

CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS: CONTRAINTES PSYCHOLOGIQUES ET ORGANISATIONNELLES AU TRAVAIL ET SANTE CHEZ LE PERSONNEL SOIGNANT DES CENTRES HOSPITALIERS: Infirmier(e)s et aides soignant(e)s ETUDE ORSOSA État de santé, conditions de travail

Plus en détail

Charte de la santé des jeunes en insertion sociale et professionnelle

Charte de la santé des jeunes en insertion sociale et professionnelle MINISTERE DE L'EMPLOI, DE LA COHESION SOCIALE ET DU LOGEMENT MINISTERE DE LA SANTE ET DES SOLIDARITES Charte de la santé des jeunes en insertion sociale et professionnelle Préambule En quelques dizaines

Plus en détail

"La santé des étudiants en 2009"

La santé des étudiants en 2009 Dossier de Presse "La santé des étudiants en 2009" 6ème Enquête Nationale Communiqué de presse. p 2 L USEM et les mutuelles étudiantes régionales.......... p 4 Présentation de l enquête santé... p 5 Méthodologie

Plus en détail

La couverture complémentaire santé des jeunes

La couverture complémentaire santé des jeunes La couverture complémentaire santé des jeunes en France et dans les Pays de la Loire 2013 Décembre www.santepaysdelaloire.com Auteur Sandrine David, Dr Anne Tallec, Observatoire régional de la santé (ORS)

Plus en détail

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009

L aide aux aidants. Psychologue clinicienne. Capacité de gériatrie mars 2009 L aide aux aidants Aude Comberieu Psychologue clinicienne Hôpital Émile Roux Capacité de gériatrie mars 2009 Définition L aidant naturel L aidant non professionnel L aidant familial «L aidant familial

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE 4 septembre 2013 à Paris

CONFÉRENCE DE PRESSE 4 septembre 2013 à Paris CONFÉRENCE DE PRESSE 4 septembre 2013 à Paris UNE PHOTOGRAPHIE DE L APPRENTISSAGE EN FRANCE EN 2013 À l occasion de la rentrée des jeunes en apprentissage Résultats et analyse du BAROMÈTRE DE LA VIE DE

Plus en détail

Estimations 2014 des consommations de produits psychoactifs à 17 ans

Estimations 2014 des consommations de produits psychoactifs à 17 ans Estimations des consommations de produits psychoactifs à 17 ans Stanislas Spilka, Olivier Le Nézet et François Beck Note 2015-02 du 21 avril 2015 L enquête ESCAPAD Cette note présente les premières exploitations

Plus en détail

Les stratégies de prévention du tabagisme développées par les structures qui encadrent les jeunes

Les stratégies de prévention du tabagisme développées par les structures qui encadrent les jeunes Le réseau régional d Education Pour la Santé Membre du réseau de l'institut National de Prévention et d'education pour la Santé et l Institut Rhône-Alpes de Tabacologie Les stratégies de prévention du

Plus en détail

SANTE ET RECOURS AUX SOINS DES JEUNES EN INSERTION

SANTE ET RECOURS AUX SOINS DES JEUNES EN INSERTION Master 2 de Recherche en Santé Publique Parcours HSR SANTE ET RECOURS AUX SOINS DES JEUNES EN INSERTION Document réalisé par Sarah ROBERT Directeur de stage Pierre Chauvin Laboratoire d accueil Equipe

Plus en détail

ANNEXE DETAILLEE DU CV DANS LE CHAMP SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL

ANNEXE DETAILLEE DU CV DANS LE CHAMP SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL ANNEXE DETAILLEE DU CV DANS LE CHAMP SOCIAL ET MEDICO-SOCIAL EXPERIENCES PROFESSIONNELLES Détail des expériences Responsable qualité association secteur SMS : - Conception, mise en œuvre, animation et

Plus en détail

IMAGES ET REALITES DE LA SANTE MENTALE EN POITOU-CHARENTES

IMAGES ET REALITES DE LA SANTE MENTALE EN POITOU-CHARENTES Association Régionale Poitou-Charentes pour l Information Médicale et l Epidémiologie en Psychiatrie (ARPCIMEP) Observatoire Régional de la Santé de Poitou-Charentes (ORSPEC) IMAGES ET REALITES DE LA SANTE

Plus en détail

Prévention des conduites addictives : des sciences sociales aux pratiques locales

Prévention des conduites addictives : des sciences sociales aux pratiques locales Colloque régional de prévention des addictions Mardi 31 mars 2015 Clermont-Ferrand Prévention des conduites addictives : des sciences sociales aux pratiques locales Appels à communication Le Pôle de référence

Plus en détail

3ème Enquête Nationale sur la Santé des Étudiants

3ème Enquête Nationale sur la Santé des Étudiants 26 Mai 2011 La Mutuelle des Etudiants 3ème Enquête Nationale sur la Santé des Étudiants Contact Annaïg PIEDERRIERE apiederriere@lmde.com 01 56 20 84 08 Dossier de presse Sommaire Page 3 Qu est ce que la

Plus en détail

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant

La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge d un trouble dépressif récurrent ou persistant Vivre avec un trouble dépressif Septembre 2010 Pourquoi ce guide? Votre médecin

Plus en détail

Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins

Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins études résultats et N 603 octobre 2007 Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins Une enquête a été effectuée par la DREES au deuxième trimestre 2006 auprès de personnes

Plus en détail

Note de recommandation Médecins du Monde. Concertation sur la Réforme de l Asile. Octobre 2013

Note de recommandation Médecins du Monde. Concertation sur la Réforme de l Asile. Octobre 2013 Note de recommandation Médecins du Monde Concertation sur la Réforme de l Asile Octobre 2013 Introduction Cette note de contribution est rédigée dans le cadre de la concertation sur la Réforme de l Asile,

Plus en détail

LES SOINS DE SANTÉ POUR LES MIGRANTS SANS PAPIERS EN SUISSE SERVICES

LES SOINS DE SANTÉ POUR LES MIGRANTS SANS PAPIERS EN SUISSE SERVICES LES SOINS DE SANTÉ POUR LES MIGRANTS SANS PAPIERS EN SUISSE SERVICES UN CONTEXTE PLEIN DE CONTRASTES Dans la plupart des pays analysés, un écart peut être observé entre les normes définies par les droits

Plus en détail

Précarité sociale et recours aux soins dans les établissements de soins du Tarn-et-Garonne

Précarité sociale et recours aux soins dans les établissements de soins du Tarn-et-Garonne O B S E R V A T O I R E R E G I O N A L D E L A S A N T E D E M I D I - P Y R E N E E S Précarité sociale et recours aux soins dans les établissements de soins du Tarn-et-Garonne Novembre 2007 SYSTEME

Plus en détail

Rapport sur les droits à l égalité des. Autochtones

Rapport sur les droits à l égalité des. Autochtones Rapport sur les droits à l égalité des Autochtones Les symboles suivants sont utilisés dans le présent document : Symbole E F ** Définition Donnée à utiliser avec prudence; coefficient de variation entre

Plus en détail

TABAC : PREMIER BILAN SUR L APPLICATION DE LA LOI EVIN EN MILIEU SCOLAIRE. Dossier de Presse

TABAC : PREMIER BILAN SUR L APPLICATION DE LA LOI EVIN EN MILIEU SCOLAIRE. Dossier de Presse TABAC : PREMIER BILAN SUR L APPLICATION DE LA LOI EVIN EN MILIEU SCOLAIRE Dossier de Presse Contacts presse OFDT : Julie-Emilie Adès/ 01 53 20 95 16 / juade@ofdt.fr MILDT: Patrick Chanson / 01 44 63 20

Plus en détail

Bien-être et information sur la santé

Bien-être et information sur la santé ( Bien-être et santé sont indissociablement liés. Des enquêtes qualitatives menées auprès des jeunes rapportent le stress et la fatigue parmi les principaux problèmes de santé. L ennui est aussi souvent

Plus en détail

INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC SANTÉ. Vivre avec une incapacité au Québec

INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC SANTÉ. Vivre avec une incapacité au Québec INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC SANTÉ Vivre avec une incapacité au Québec Un portrait statistique à partir de l Enquête sur la participation et les limitations d activités de 2001 et 2006 Pour tout

Plus en détail

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Indicateur n 2-3 : Indicateurs sur le dépistage du cancer 1 er sous-indicateur : taux de participation au

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

L évaluation des risques au travail

L évaluation des risques au travail L évaluation des risques au travail Un outil au service de vos politiques de prévention pour la santé et les RPS Connection creates value Le contexte Au cours des dernières années, la prise en compte des

Plus en détail

Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte

Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte Dossier de synthèse documentaire et bibliographique Réactualisation - novembre 2011 Marseille : 18, rue Stanislas Torrents 13006 Marseille Tél. :

Plus en détail

Démarche de prévention des TMS et outils pour l action

Démarche de prévention des TMS et outils pour l action Démarche de prévention des TMS et outils pour l action Ce document a pour objet de présenter de manière synthétique la démarche de prévention des TMS du membre supérieur avec des outils opérationnels permettant

Plus en détail

Chez les étudiantes consommatrices de cannabis, 2 fois plus de recours à la pilule du lendemain et 4 fois plus d IVG

Chez les étudiantes consommatrices de cannabis, 2 fois plus de recours à la pilule du lendemain et 4 fois plus d IVG Dossier de presse 11 février 2014 Enquête santé / Vie étudiante / Chiffres clés La sexualité des étudiants en 2013 8 ème enquête nationale Chez les étudiantes consommatrices de cannabis, 2 fois plus de

Plus en détail

ados, parents... à qui en parler?

ados, parents... à qui en parler? Alcool, drogues, mal-être, violences... ados, parents... à qui en parler? Les lieux ressources et contacts La Communauté de Communes des Vallons du Lyonnais a mis en place un groupe de travail composé

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

Le non-recours aux soins en région Rhône-Alpes

Le non-recours aux soins en région Rhône-Alpes Le non-recours aux soins en région Rhône-Alpes Caractéristiques des consultants examinés dans les CES de l Assurance Maladie Auteurs : Caroline Dupré, René Guéguen, Jean-Denis SIMO Remerciements : Jean-Jacques

Plus en détail

Lignes. directrices. droits. d enfants. d accès. Pour l expertise en matière de garde. et des. février 2oo6

Lignes. directrices. droits. d enfants. d accès. Pour l expertise en matière de garde. et des. février 2oo6 Lignes directrices Pour l expertise en matière de garde d enfants et des droits d accès février 2oo6 INTRODUCTION................. 3 PRÉAMBULE.................. 3 I. AMORCE DU PROCESSUS........... 4 A.

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale

Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale 1. Historique. Kegel (1949). Bourcier (1970). 1985 : reconnaissance officielle d acte de MK. Développement de la MK périnéale : facteur éco/p sociale

Plus en détail

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Trousse d information L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Novembre 2004 L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé L approche populationnelle

Plus en détail

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS

Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Établissements de santé Droits et accueil des usagers Organiser une permanence d accès aux soins de santé PASS Recommandations et indicateurs Préface Faire face aux inégalités de santé qui touchent tout

Plus en détail

Faire face aux addictions des jeunes Les «Consultations Jeunes Consommateurs», une ressource pour agir précocement et aider les familles et les jeunes

Faire face aux addictions des jeunes Les «Consultations Jeunes Consommateurs», une ressource pour agir précocement et aider les familles et les jeunes Faire face aux addictions des jeunes Les «Consultations Jeunes Consommateurs», une ressource pour agir précocement et aider les familles et les jeunes Dossier de presse Janvier 2015 CONTACT PRESSE Inpes

Plus en détail

Le dispositif de la maladie imputable au service

Le dispositif de la maladie imputable au service LA QUESTION DE L IMPUTABILITÉ AU SERVICE DES MALADIES RÉSULTANT DE LA FRAGILITÉ PSYCHOLOGIQUE D UN FONCTIONNAIRE EN DEHORS DE TOUTE FAUTE DE L EMPLOYEUR PUBLIC Le dispositif de la maladie imputable au

Plus en détail

Le coût social du jeu excessif

Le coût social du jeu excessif Le coût social du jeu excessif Jeu et précarité Programme intercantonal de lutte contre la dépendance au jeu Claude Jeanrenaud Dimitri Kohler Institut de recherches économiques Université de Neuchâtel

Plus en détail

Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction

Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction Les usagers de drogues âgés de 40 ans et plus pris en charge dans les structures de soins pour leurs problèmes d addiction OFDT Note n 2010-12 Saint-Denis, le 09/08/2010 Introduction Les premières structures

Plus en détail

2013-2014. psychologie. UFR des Sciences de l Homme

2013-2014. psychologie. UFR des Sciences de l Homme 2013-2014 DU LYCÉE À L UNIVERSITÉ psychologie UFR des Sciences de l Homme OBJECTIFS de la formation Vous êtes intéressé par les études de psychologie? A l Université Bordeaux Segalen, cette formation s

Plus en détail

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme?

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? par Alain Jacquot CNAF-Bureau des Prévisions Les CAF versent une trentaine de prestations (prestations familiales stricto sensu, aides au logement, et

Plus en détail

le QuEbec POUR Enrichir Affirmer les valeurs communes de la société québécoise

le QuEbec POUR Enrichir Affirmer les valeurs communes de la société québécoise POUR Enrichir le QuEbec Mesures pour renforcer l action du Québec en matière d intégration des immigrants Affirmer les valeurs communes de la société québécoise Affirmer les valeurs communes de la société

Plus en détail

Etablissement S.A.S. / ARPADE. Services d Accueil et de Soins. - Livret d accueil -

Etablissement S.A.S. / ARPADE. Services d Accueil et de Soins. - Livret d accueil - Etablissement S.A.S. / ARPADE Services d Accueil et de Soins - Livret d accueil - Association Régionale de Prévention et d Aide face aux Dépendances et aux Exclusions Valeurs fondamentales de l Association

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION NOVEMBRE 2014 La Fédération québécoise de l'autisme (FQA) est un regroupement

Plus en détail

Santé des 15-30 ans : Comment se portent et se comportent les jeunes?

Santé des 15-30 ans : Comment se portent et se comportent les jeunes? Santé des 15-30 ans : Comment se portent et se comportent les jeunes? Baromètre santé jeunes 2010 Dossier de presse Juin 2013 CONTACTS PRESSE Inpes : Vanessa Lemoine Tél : 01 49 33 22 42 Email : vanessa.lemoine@inpes.sante.fr

Plus en détail

LES ÉLÈVES INSCRITS EN FORMATION PROFESSIONNELLE ET LEURS BESOINS SPÉCIFIQUES DE SOUTIEN À LA PERSÉVÉRANCE ET À LA RÉUSSITE. QUI SONT-ILS VRAIMENT?

LES ÉLÈVES INSCRITS EN FORMATION PROFESSIONNELLE ET LEURS BESOINS SPÉCIFIQUES DE SOUTIEN À LA PERSÉVÉRANCE ET À LA RÉUSSITE. QUI SONT-ILS VRAIMENT? LES ÉLÈVES INSCRITS EN FORMATION PROFESSIONNELLE ET LEURS BESOINS SPÉCIFIQUES DE SOUTIEN À LA PERSÉVÉRANCE ET À LA RÉUSSITE. QUI SONT-ILS VRAIMENT? Élisabeth Mazalon et Sylvain Bourdon Université de Sherbrooke

Plus en détail

ENQUETE MARS 2014 L HEBERGEMENT D URGENCE EN 2014 ETAT DES LIEUX ET PARCOURS DES PERSONNES SANS DOMICILE FIXE DANS 5 VILLES DE FRANCE

ENQUETE MARS 2014 L HEBERGEMENT D URGENCE EN 2014 ETAT DES LIEUX ET PARCOURS DES PERSONNES SANS DOMICILE FIXE DANS 5 VILLES DE FRANCE ENQUETE MARS 2014 L HEBERGEMENT D URGENCE EN 2014 ETAT DES LIEUX ET PARCOURS DES PERSONNES SANS DOMICILE FIXE DANS 5 VILLES DE FRANCE MEDECINS DU MONDE MARS 2014 2 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 CONTEXTE ET

Plus en détail

mardi 17 novembre 2009

mardi 17 novembre 2009 www.rhonealpes.fr L ACCES DES JEUNES A LA SANTE : UN ENJEU POUR L AVENIR, DES PARTENARIATS POUR AGIR Actes de la journée interprofessionnelle mardi 17 novembre 2009 Salle des délibérations, Région Rhône-Alpes

Plus en détail

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Centre de Recherche pour l Etude et l Observation des Conditions de Vie LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Anne LOONES Marie-Odile SIMON Août 2004 Département «Evaluation des Politiques Sociales»

Plus en détail

Une école bienveillante face aux situations de mal-être des élèves. Guide à l attention des équipes éducatives des collèges et des lycées

Une école bienveillante face aux situations de mal-être des élèves. Guide à l attention des équipes éducatives des collèges et des lycées Une école bienveillante face aux situations de mal-être des élèves Guide à l attention des équipes éducatives des collèges et des lycées Ce guide constitue l une des mesures annoncées lors du Comité interministériel

Plus en détail

Inégalités sociales de santé et accès aux soins. Inégalités sociales de santé et protection sociale 2006-07 Psychomot 1 UPMC/VHF

Inégalités sociales de santé et accès aux soins. Inégalités sociales de santé et protection sociale 2006-07 Psychomot 1 UPMC/VHF Inégalités sociales de santé et accès aux soins INEGALITES SOCIALES DE SANTE Définition : Inégalités/ sociales /de santé Inégalités face à la mort Comparaisons européennes Les maladies inégalitaires Inégalités

Plus en détail

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite Guide à l intention des familles AU COEUR du trouble de personnalité limite À propos du trouble de personnalité limite Ce document a été élaboré en 2001 par madame France Boucher, infirmière bachelière,

Plus en détail

Comment détecter les risques psychosociaux en entreprise?

Comment détecter les risques psychosociaux en entreprise? Pourquoi identifier les risques psychosociaux en entreprise? Pour respecter l obligation de préserver la santé des salariés. Pour diminuer les accidents du travail, les maladies professionnelles, l absentéisme

Plus en détail

Mesurer l état de. La mesure. Une définition de la santé mentale

Mesurer l état de. La mesure. Une définition de la santé mentale Vivre avec un problème de santé mentale Un aperçu de l état de santé mentale de la population lanaudoise Résultats de l Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes «Les troubles mentaux peuvent

Plus en détail

Les élèves nouveaux arrivants non francophones en 2010-2011

Les élèves nouveaux arrivants non francophones en 2010-2011 note d information 12.1 MARS 38 1 nouveaux arrivants non francophones de plus de 6 ans ont été scolarisés au cours de l année scolaire 21-211 : 18 5 dans les écoles élémentaires, 16 2 dans les collèges

Plus en détail

Portrait des Jeunes de 12 à 25 ans de la MRC Memphrémagog

Portrait des Jeunes de 12 à 25 ans de la MRC Memphrémagog Document Statistiques Portrait des Jeunes de 12 à 25 ans de la MRC Memphrémagog Préparé pour La Table Jeunesse Socio-économique de Memphrémagog Par Martine Caillier mandatée par la Corporation de développement

Plus en détail

Les conséquences du sous-financement des organismes communautaires montréalais

Les conséquences du sous-financement des organismes communautaires montréalais Les conséquences du sous-financement des organismes communautaires montréalais Des conclusions qui appellent à la mobilisation Rapport du RIOCM sur le sous-financement des organismes communautaires de

Plus en détail

Les Français et leur sommeil Dossier de presse Mars 2008

Les Français et leur sommeil Dossier de presse Mars 2008 Les Français et leur sommeil Dossier de presse Mars 2008 1 Sommaire Enquête sur les représentations, les attitudes, les connaissances et les pratiques du sommeil des jeunes adultes en France...3 Les durées

Plus en détail

CONSOMMATION DE MEDICAMENTS CHEZ DES LYCEENS DANS UN LYCEE PROFESSIONNEL

CONSOMMATION DE MEDICAMENTS CHEZ DES LYCEENS DANS UN LYCEE PROFESSIONNEL Médecin de l Education Nationale Promotion 2001-2002 CONSOMMATION DE MEDICAMENTS CHEZ DES LYCEENS DANS UN LYCEE PROFESSIONNEL Etude préalable à un projet d'éducation à la santé Françoise POUCHOUS-MET Sommaire

Plus en détail

observatoire des emplois d avenir

observatoire des emplois d avenir observatoire des emplois d avenir 4 ème vague Emplois d avenir et zones urbaines sensibles (ZUS) L Association des Maires de Grandes Villes de France a activement participé à la montée en puissance des

Plus en détail

MICROCREDIT CCOMPAGNEMENT RAPPORT D ACTIVITÉ SOCIAL

MICROCREDIT CCOMPAGNEMENT RAPPORT D ACTIVITÉ SOCIAL ÉDUCATION FORMATION UDGET INSERTION ORMATION MICROCREDIT CCOMPAGNEMENT RAPPORT D ACTIVITÉ 2012 EDUCATION INSERTION SOCIAL MESSAGE DE LA PRÉSIDENTE Florence RAINEIX Directrice générale de la Fédération

Plus en détail

VIH et hépatites Profil des consultants 4 ème trimestre 2000

VIH et hépatites Profil des consultants 4 ème trimestre 2000 CENTRE DE DÉPISTAGE ANONYME ET GRATUIT DE MONTPELLIER VIH et hépatites Profil des consultants 4 ème trimestre 2000 Juin 2002 Observatoire régional de la santé du Languedoc-Roussillon Hôpital Saint-Eloi

Plus en détail

Compte rendu du séminaire sur les RPS qui a eu lieu mardi 4 février à la MMSH

Compte rendu du séminaire sur les RPS qui a eu lieu mardi 4 février à la MMSH Compte rendu du séminaire sur les RPS qui a eu lieu mardi 4 février à la MMSH En introduction : référence au site rps.hypotheses.org Un questionnaire anonyme sera mis en ligne d ici peu. Un petit film

Plus en détail

Les formations initiale et continue ont pour objectif de permettre aux médiatrices/eurs de :

Les formations initiale et continue ont pour objectif de permettre aux médiatrices/eurs de : Programme National de médiation sanitaire FORMATION DES MEDIATRICES/EURS SANITAIRES Les formations initiale et continue ont pour objectif de permettre aux médiatrices/eurs de : 1. Etre capable de s'appuyer

Plus en détail

Les Ultra-marins ont de l audace - Rapport d étude -

Les Ultra-marins ont de l audace - Rapport d étude - Les Ultra-marins ont de l audace - Rapport d étude - Contact : Julien Goarant Directeur de clientèle Tel : 01 80 48 30 80 Email Tél : jgoarant@opinion-way.com 01.78.94.89.87 Juin 2013 Méthodologie Echantillon

Plus en détail

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques

C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S. Des attitudes des Européens face aux risques C R É D I T A G R I C O L E A S S U R A N C E S Observatoire Ipsos-LogicaBusiness Consulting/Crédit Agricole Assurances Des attitudes des Européens face aux risques Fiche technique Ensemble : 7245 répondants

Plus en détail

Regards sur la fin de l'adolescence

Regards sur la fin de l'adolescence OFDT Observatoire français des drogues et des toxicomanies 105, rue La Fayette 75 010 Paris Tél : 01 53 20 16 16 Fax : 01 53 20 16 00 courrier électronique : ofdt@ofdt.fr Les études publiées par l OFDT

Plus en détail

Les grands-parents ont-ils le droit de voir leurs petitsenfants même en cas de conflit aigu avec les parents?

Les grands-parents ont-ils le droit de voir leurs petitsenfants même en cas de conflit aigu avec les parents? Les grands-parents ont-ils le droit de voir leurs petitsenfants même en cas de conflit aigu avec les parents? Oui. Sauf si l intérêt de l enfant nécessite l absence de tous contacts avec ses grands-parents.

Plus en détail

L évolution des modes de communication, comment adapter les enquêtes en population générale? L expérience de l enquête KABP VIH/sida 2010

L évolution des modes de communication, comment adapter les enquêtes en population générale? L expérience de l enquête KABP VIH/sida 2010 L évolution des modes de communication, comment adapter les enquêtes en population générale? L expérience de l enquête KABP VIH/sida 2010 Session 2 : Méthodes Nathalie Beltzer, ORS Île-de-France Et le

Plus en détail

1. Composition des groupes en formation qui ont été interrogés sur le thème de l inter- culturalité:

1. Composition des groupes en formation qui ont été interrogés sur le thème de l inter- culturalité: 1. Composition des groupes en formation qui ont été interrogés sur le thème de l inter- culturalité: Nous avons consulté les 3 sites de l INSUP plus particulièrement confrontés à la mixité culturelle :

Plus en détail

BILAN D ACTIVITE DU PÔLE DE SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE Année 2010

BILAN D ACTIVITE DU PÔLE DE SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE Année 2010 Formation préventive et accompagnement psychologique des agents 51 11 46 / 01 53 33 11 46 victimologie@sncf.fr BILAN D ACTIVITE DU PÔLE DE SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE Année 2010 Permanence Téléphonique Prise

Plus en détail

Une échelle d évaluation semistructurée. B. Gravier

Une échelle d évaluation semistructurée. B. Gravier Une échelle d évaluation semistructurée : la HCR-20 B. Gravier Exemple de jugement clinique structuré: The Historical Clinical Risk Management 20 item scale HCR - 20 Echelle utilisée par les cliniciens

Plus en détail

Licence professionnelle Commerce en banque-assurance

Licence professionnelle Commerce en banque-assurance Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Commerce en banque-assurance Université Jean Moulin Lyon 3 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES,

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention,

Plus en détail

Vie et santé des jeunes sans domicile ou en situation précaire Enquête INED, Paris et petite couronne, février-mars 1998

Vie et santé des jeunes sans domicile ou en situation précaire Enquête INED, Paris et petite couronne, février-mars 1998 CENTRE DE RECHERCHE D ÉTUDE ET DE DOCUMENTATION EN ÉCONOMIE DE LA SANTÉ Vie et santé des jeunes sans domicile ou en situation précaire Enquête INED, Paris et petite couronne, février-mars 1998 Principales

Plus en détail

Hospital Anxiety and Depression Scale (HADS)

Hospital Anxiety and Depression Scale (HADS) dmt Risques psychosociaux : out ils d é va lua t ion FRPS 13 CATÉGORIE ATTEINTE À LA SANTÉ PHYSIQUE ET MENTALE Hospital Anxiety and Depression Scale (HADS) LANGEVIN V.*, FRANÇOIS M.**, BOINI S.***, RIOU

Plus en détail

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Attention : Ce document a été établit en juin 2015. Les informations qu il contient peuvent avoir évoluées en fonction des lois

Plus en détail