Captez les profits de la publicité sur mobile avec ces 2 valeurs. Évaluez votre couverture contre le risque dollar. Les Lettons élisent l austérité

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Captez les profits de la publicité sur mobile avec ces 2 valeurs. Évaluez votre couverture contre le risque dollar. Les Lettons élisent l austérité"

Transcription

1 DU 11 AU 17 NOVEMBRE 2010 NO 106 l 3 Captez les profts de la publcté sur moble avec ces 2 valeurs Évaluez votre couverture contre le rsque dollar Les Lettons élsent l austérté Hértage : tout n est pas bon à prendre! Stratége d nvestssement 17 Poltque & économe 20 Patrmone 38 MW106_01.ndd 1 9/11/10 13:13:37

2 Pour tout vor et tout savor de la Bourse LE SALON DE LA BOURSE & DES PRODUITS FINANCIERS NOVEMBRE 2010 PALAIS DES CONGRÈS DE PARIS 150 exposants acteurs des marchés boursers pour vous nformer 50 présdents des plus grandes socétés cotées présents pour daloguer avec vous 250 experts Les avs et les consels des melleurs économstes, gérants, analystes 100 conférences et atelers pédagogques pour répondre à vos questons Deux parcours pédagogques NOUVEAU L nformaton, la pédagoge et les consels pour réussr vos placements! La BoUrse Mode d emploi 8 RDV par jour pour s nter aux marchés fnancers Le MIdcaps ForUM 8 RDV par jour pour comprendre le potentel des valeurs moyennes En partenarat avec Bénéfcez d un Accès Gratut en vous pré-enregstrant sur Indquez le code 2U836X1 et gagnez un voyage de rêve pour 2 personnes* à bord du Vence Smplon Orent Express. offert par * Jeu concours par trage au sort réservé aux vsteurs du salon pré-enregstrés. Réglement sur demande

3 Bllet d entrée DU 11 AU 17 NOVEMBRE 2010 N 106 Illustraton de couverture : Jon Berkeley / Photo de couverture : Bloomberg RÉDACTEUR EN CHEF Smone Wapler Rédacteurs : Phlppe Béchade, Ryadh Benlahrech, Camlle-Yhua Chen, Chloé Consgny, Sébasten Duhamel, Yannck Hardy, Ingrd Labuzan, Arnaud Lefebvre, Anne Mchel, Perre Tenaud, Alexandra Vonchet Nos équpes ne sont pas en mesure de répondre aux questons de lecteurs relatves à leurs nvestssements personnels. MoneyWeek n est légalement pas autorsé à leur fournr des consels d nvestssement ndvduels. Producton / Iconographe : Carolne Sallard, Mathlde Le Goff Drecteur artstque : Stephan Nave Maquettstes : Françose Gullot, Jean-Perre Lecocq Révson : Jean-Paul Gand Ont collaboré à ce numéro : Alan Bellon, Mchel Besss, Olver Castan, Fabrce Coletto-Labatte, Nels Labuzan, Mchel Lo, Gulhem Nave, Dens Sarget Webmaster édtoral : Cécle Chevré Webmaster : Manuel Fueyo Dffuson : Hakm Oubayda Marketng : Jeanne-Mare Seurber, Carolne Fagot-Barraco, Clare Tucoulet Servce clents : Vrgne Blon SERVICE PUBLICITÉ Socété Fn Lnk : (lund au vendred de 9 à 19 heures) E-mal : Drecteur de clentèle : Julen Chambrllon Tél. : DIRECTEUR DE LA PUBLICATION Laura Davs SERVICE ABONNEMENT Tél. : Fax : (du lund au vendred de 9 à 17 heures) E-mal : Prx de vente abonnement : 89 (49 parutons) Prx de vente au numéro : 3 (pour la vente au numéro, merc d appeler notre servce clents au ou par e-mal à Socété édtrce MoneyWeek France 88, boulevard de la Vllette Pars SARL au captal de / ISSN Commsson partare : 0111 K Imprmeur : Imaye 96, boulevard Henr-Becquerel, Laval Dépôt légal à paruton AGORA INC. Présdent du consel d admnstraton Wllam Bonner Les nformatons contenues dans le magazne MoneyWeek fgurent à ttre nformatf seulement. Elles ne sont pas destnées à détermner les décsons des lecteurs relatves à un nvestssement (ou non) dans une valeur spécfque. Nous consellons à nos lecteurs de consulter, avant de prendre une telle décson, un courter ou un conseller fnancer ndépendant agréé. La responsablté de MoneyWeek ne pourra en aucun cas être recherchée en cas de pertes subes à la sute d une telle décson. Les données vous concernant sont susceptbles d être utlsées afn de vous fare parvenr des sollctatons de la part de nos partenares commercaux, d assocatons ou de groupements à caractère poltque. Retrouvez MoneyWeek dans Intégrale Bourse TOUS LES MERCREDIS À 15 H 40 DELPHINE JOUANDEAU Smone Wapler La Fed recule l échéance du krach oblgatare Supposons que vous ayez embarqué dans une capsule spatale, juste après la fallte de Lehman Brothers, l y a vngt-sx mos. Vous avez qutté la planète, sachant qu un super-plan mondal sauvera tout le monde de la Grande Apocalypse fnancère (GAF). Ce super-plan mondal consstat à donner de l argent aux banques en rachetant leurs produts fnancers bzarres : des crédts ttrsés accordés à des pauvres Amércans afn qu ls achètent des choses nutles à des Chnos plus pauvres qu eux. La garante de ces crédts état des masons amércanes. Comme les États sauveurs n avaent pas le premer sou de leur super-plan, ls ont éms des oblgatons souveranes. C est-à-dre de la dette garante par les États. Quo de plus rche qu un État et quo de plus rche que l État de la premère économe au monde? Les gens se sont donc rués sur les oblgatons souveranes des États-Uns, le pays le plus rche du monde. Vrament, pensez-vous en claquant la porte de votre capsule, on a ms le paquet. Avec tout ça, la GAF sera évtée. Deux ans et deux mos plus tard, vous débarquez à nouveau sur la planète. Vous lsez que l État le plus rche du monde mprme de la fausse monnae (600 Mds$) pour racheter ses oblgatons souveranes (quanttatve easng). Vous lsez auss que les produts ttrsés précédemment rachetés ne sont en fat adossés à ren, car les hypothèques n ont pas été légalement enregstrées. Il s agt du foreclosure gate, ou scandale des sases hypothécares. Vous vous dtes que, après tout, le monde n est pas sauvé de la GAF. La Fed ne rachète pas ses propres T-bonds pour soutenr l économe. Elle sat très ben que ça ne marche pas, pusque la premère passe de QE1 (1 750 Mds$ entre décembre 2008 et mars 2010) a échoué. Le vértable objectf de QE2 est de retarder la fallte par KO, comme Krach Oblgatare. Les nouvelles oblgatons souveranes qu l faut émettre trouvent de mons en mons de preneurs. La bonne méthode serat de relever les taux pour attrer le chaland. Mas c est mpossble : trop de velles oblgatons qu ont été émses à un taux nféreur traînent ; ce serat le krach oblgatare car leurs détenteurs voudraent s en débarrasser. Imprmer de la fausse monnae ne résout ren et ne fat plus lluson. Le présdent de la Banque mondale, Robert Zoellck, a appelé à un Bretton Woods II et à un débat sur l étalon or. À ce stade de la crse, pour que les oblgatons amércanes valent quelque chose, l vaudrat meux qu l reste un peu d or à Fort Knox. Vngt-sx mos après le début de la crse, les États-Uns mprment 600 Mds$ de fausse monnae.

4 AutomAtc monceau SwSS made ref GG Prx publc : parkeretparker.fr Boutque SAnt Honore PArS 326, rue Sant-Honoré Pars - tél Lste des détallants sur www-sant-honore-pars.com

5 6 Actualtés Pourquo le QE 2 ne marchera pas La Chne pourrat se lasser tentée par l or Taux bas ou pas taux bas? 8 Marchés L Inde ne s avoue pas vancue Le cours du palladum s envole : un ar de déjà-vu! 10 Podum 3 favors dans les startng-blocks 12 D accord, pas d accord Le leader franças du logcel peut mposer ses prx 14 Dosser Captez les profts de la publcté sur moble avec ces 2 valeurs JON BERKELEY 17 Stratége d nvestssement Évaluez votre couverture contre le rsque dollar 18 Fonds d nvestssement Les fonds nfrastructures, porteurs à long terme 19 Secteur d nvestssement Explotez le juteux flon du charbon 20 Poltque & économe Les Lettons élsent l austérté 21 Le melleur des blogs Le péché mortel de Ben 22 Portrat de Lee Kuan Yew Le père de Sngapour 23 Opnon L avenr de Wall Street : le Moyen Âge? 24 Brllez dans les dîners Le vsonnare des pauvres 26 Le chox de MoneyWeek Quel avenr nous réserve Ben? SOMMAIRE DU N O 106 DU 11 AU 17 NOVEMBRE Vos valeurs Quelles sont les entreprses qu proftent vrament de la Chne? La hausse des tarfs réglementés pousse les clents vers Altergaz Dégustez la cuvée Rémy Contreau Marne Harvest a de bons appâts Unted Sprts : cocktal gagnant Encore du potentel pour Osats Stockez vos gans dans Vopak VDM s envole vers les sommets 31 Mouvement de troupeau Crossance et rendement au menu des télécoms 32 Vos valeurs au travers de l actualté 34 Nos objectfs technques sur les valeurs du CAC Agenda Les rendez-vous de la semane Les rendez-vous du mos Dvdendes 38 Patrmone Hértage : tout n est pas bon à prendre! 40 N endossez pas les erreurs d un défunt! 41 Hors des senters battus Klas, le Sabah du côté de Brune MICHEL LO 42 Proprétés à acheter 44 Dépensez La BD, une bulle spéculatve de plus? 45 Jeux 46 Le mot de la fn Des problèmes de plomber Altergaz 28 Apple 16 BoMéreux 10 Caterng Internatonal & Servces 10 Dassault Systèmes 12 Google 15 Havas 10 Infneon Technologes 36 ON EN PARLE Marne Harvest 28 Naturex 13 Octo Technology 12 Osats 29 Rémy Contreau 28 Teck Resources 19 Unted Sprts 29 Vopak 29 Voyageurs du monde 29 Abonnez-vous : 3 numéros gratuts et jusqu à 53 % de réducton! Ou, je m abonne à MoneyWeek. Je bénéfce d une pérode d essa de 3 semanes d abonnement gratut durant laquelle mon compte ne sera pas débté. Après cette pérode, mon compte sera prélevé au prx de 17 par trmestre (abonnement à durée lbre) : cela représente 53 % d économe sur le prx annuel au numéro de 147 pour 49 numéros*. Je n a aucune oblgaton de contnuer après récepton des tros numéros d essa gratuts. De plus, je recevra tous les jours dans ma boîte e-mal La Quotdenne de MoneyWeek. Je m abonne pour 17 par trmestre, unquement par carte bancare, sot 53 % de réducton par rapport au prx de vente au numéro. BULLETIN D ABONNEMENT À retourner avec votre règlement, sans affranchr, à MoneyWeek, lbre réponse n o 58128, Pars Cedex 19 M lle M me M. Nom :... Prénom :... Adresse : Code postal :... Vlle :... Tél. :... E-mal :... Je désre recevor par e-mal les offres des partenares de MoneyWeek Numéro de carte : Date d expraton : Crypto : Date : Sgnature : * Les 3 derners chffres fgurant au dos de votre carte bancare Vous pouvez également régler par chèque (unquement pour le tarf annuel de 79 ) à l ordre de MoneyWeek, sot 46 % de réducton Pour les abonnements hors France métropoltane, merc d appeler notre servce clents au ou par e-mal à * Offre valable jusqu au 31 décembre 2010 en France métropoltane unquement. Conformément à la lo Informatque et lbertés du 6 janver 1978, vous dsposez d un drot d accès et de rectf caton des données que vous avez transmses, en adressant un courrer à MoneyWeek. Les nformatons requses sont nécessares à MoneyWeek pour la mse en place de votre abonnement. Les données vous concernant sont susceptbles d être utlsées af n de vous fare parvenr des sollctatons de la part de nos partenares commercaux, d assocatons ou de groupement à caractère poltque. GMWFL202

6 6 MoneyWeek I N 106 du 11 au 17 novembre 2010 Actualtés v Chaque semane, nous lsons pour vous la presse économque et fnancère nternatonale. Voc quelques ponts de vue ndspensables à vos nvestssements. États-Uns Pourquo le QE2 ne marchera pas 600 Mds$ : c est le montant total de la nouvelle opératon de quanttatve easng lancée par la Fed. Chaque mos jusqu en jun 2011, la Fed va racheter en moyenne 75 Mds$ de bons du Trésor. Objectf affché : rénjecter des lqudtés dans le système, afn d encourager les entreprses à nvestr et les ménages à consommer. À la sute de l annonce, l euro a gagné sans surprse du terran face au dollar, à 1,41 $ pour 1. Les rendements des bons du Trésor amércans ont été trés à la basse, partculèrement ceux des oblgatons souveranes à cnq et à dx ans, prncpales cbles du programme de rachat. Une nouvelle avalanche de lqudtés Pour rappel, le premer volet de l opératon de quanttatve easng, qu avat commencé en décembre 2008, s état élevé à Mds$. Le but affché état alors le même Susse : 105,4 Brésl : 162,2 Révélateur Prncpaux détenteurs de la dette amércane (en Mds$, au ) Sources : Bloomberg, Réserve fédérale Pays exportateurs de pétrole : 223,8 Japon : 821 Chne et Hongkong : 981,9 S l opératon a fonctonné, pourquo donc la rétérer? «Les banques ont du cash qu elles ne prêtent pas, les entreprses ont du cash qu elles n nvestssent pas, les ménages sont gorgés de dettes qu ls essaent de rédure et les socétés qu ont accès au marché oblgatare corporate peuvent déjà lever des fonds à des taux bas», a résumé le chef économste du groupe UnCredt dans les colonnes de L Agef. Sans aucun bénéfce pour l économe L économe réelle ne semble pas bénéfcer des largesses monétares de la Fed. Outre-Atlantque, le taux de chômage est durablement proche de 10 % et les nvestssements en dollar se font davantage à destnaton des pays émergents que du marché ntéreur. Le programme de rachat des créances souveranes va servr d abord, et surtout, à mantenr en place un système déjà vacllant. Depus 2008, les États-Uns tentent de s acheter de la crossance à crédt. Pour ce fare, ls émettent de la dette. Les pays tradtonnellement acheteurs de bons du Trésor (vor c-contre) sont de plus en plus frleux. Il faut donc un nouvel acheteur pour redonner confance au marché. Celu-c n est autre que la Banque centrale amércane C.C. Marchés La Chne pourrat se lasser tenter par l or Qu redoute le plus les conséquences du quanttatve easng 2, annoncé le 3 novembre par le gouvernement amércan? L empre du BLOOMBERG Mleu! Premer créancer des États-Uns, l crant, à juste ttre, que les 847 Mds$ qu l détent sous forme d oblgatons amércanes sot plus d un ters de ses Mds$ de réserves de change ne soent entraînés dans la chute du bllet vert. Déjà, dans les deux jours qu ont suv la décson amércane, le dollar s est déprécé de 0,31 % face au yuan, le taux de change entre les deux monnaes étant passé de 6,66 Ұ à 6,68 Ұ pour 1 $. Et depus début septembre, la devse amércane a perdu 2 % contre le yuan Jusqu où ra la glssade du bllet vert? Des économstes chnos favorables à l achat d or Face aux rsques lés à une trop forte dépendance chnose à la monnae de l Oncle Sam, de plus en plus nombreux sont les économstes du pays qu exhortent leur banque centrale à augmenter ses nvestssements en or, ant-dollar par excellence. Ils ne manquent 2 Mds C est le montant nvest par l État dans le campus de Saclay. 400 mllons C est le nombre de personnes qu, en Inde, ont mons de 18 ans. 1,5 mllon C est le nombre d nternautes franças qu jouent au poker sur Internet, selon Médamétre C est le montant de la prme qu a reçue Ncolas Mahut. Ce sportf franças a réalsé le match le plus long de l hstore du tenns, lors du derner tourno de Wmbledon (été 2010), en onze heures et cnq mnutes. Le sgnatare du chèque est son sponsor textle Tel est, selon Voc, le prx du gâteau d annversare pour les 3 ans du fls de l actrce amércane Tor Spellng (photo). Chaque enfant nvté est repart avec une pochette cadeau d une valeur de ,3 tonne C est la quantté de CO 2 que rejette chaque année une voture Desel. En comparason, une vache dégage 2,4 tonnes de CO 2 par an. 12 mnutes C est la durée maxmale durant laquelle un Franças reste concentré au traval avant qu l ne sot nterrompu. WIKIMEDIA

7 N 106 du 11 au 17 novembre 2010 I MoneyWeek 7 Dans l ar du temps Et s le secret du bonheur état tout smplement d avor une sœur? Grande ou pette, peu mporte. Le tout est d en avor une à qu se confer. C est ce qu ont ms en lumère pluseurs études réalsées par des chercheurs amércans et brtannques. L un a prouvé que les adolescents qu ont grand avec au mons une sœur sont plus heureux et plus optmstes que les autres, notamment en cas de dvorce des parents. Selon les travaux d une chercheuse amércane, s les gens qu ont des sœurs sont plus heureux que les autres, c est tout smplement parce qu elles sont plus bavardes! Contrarement aux frères, elles parlent de tout et de ren : leurs derners achats durant les soldes, leur programme télé de la velle Et ce serat ce doux babllage de leurs sœurs qu rendrat les enfants plus heureux car l leur permettrat d échanger et de se sentr entouré. PHOVOIR pas d arguments. D abord, l névtable basse du bllet vert rsque de provoquer l afflux massf de captaux étrangers vers les pays émergents notamment vers la Chne où les rendements sont plus ntéressants avec pour conséquence une hausse rapde des marchés bourser et mmobler, almentant ans les crantes d une forte nflaton. Et, selon un quotden chnos, la masse monétare dte M2 1, qu, en 2009, valat une fos le PIB chnos (3 606 Mds ), serat, d c à la fn de l année, deux fos supéreure au taux de crossance chnos. Ensute, une dévalorsaton du dollar aura une ncdence négatve sur les 760 Mds$ de bons du Trésor amércans que détent la Chne. Enfn, la plene convertblté du yuan, en cours depus quelque temps, dot reposer sur un solde actf physque : le métal jaune. Or, aujourd hu, l empre du Mleu ne possède que tonnes d or sot 1,7 % seulement de ses réserves de change, contre tonnes pour les États-Uns, L heure de l or L once d or à $ et à Malgré les électons de m-mandat défavorables aux démocrates, les États-Uns décdent d mprmer 600 Mds$ supplémentares pour soutenr le marché des bons du Trésor. L or s envole et dépasse les $ l once. Dans la zone euro, l nquétude au sujet de l Irlande pousse l or au-dessus de l once. Le présdent de la Banque mondale souhate engager un débat sur l étalon or. Après treze semanes de hausse nnterrompue, l or devrat provsorement se calmer. Mas, dans la guerre des monnaes, l restera le seul gagnant. tonnes pour l Allemagne et tonnes pour la France. La Chne devrat quntupler ses réserves en or Selon le vce-présdent de l Assocaton chnose de l or, Hou Humn, «la Chne devrat détenr au mnmum tonnes d or car, selon lu, le métal jaune est l ultme défense contre une éventuelle débandade de l économe». Quant à Davd Hale, P-dg du cabnet d études Davd Hale Global Economcs cté par le Fnancal Tmes, l pense que «s, d c cnq ans, les réserves de change chnoses montent à Mds$, la Chne pourrat acquérr entre et tonnes d or». À bon entendeur C.-Y.C. 1. Quantté de monnaes en crculaton qu regroupe l ensemble des avors lqudes et des dépôts à vue sur les comptes sur lvret. Fnances Taux hauts, actons en basse? D un côté, l y a les pays dont les banques centrales pratquent une poltque de taux bas, au rang desquels les États-Uns, le Royaume-Un et les membres de la zone euro. De l autre, se trouvent les pays qu, comme la Chne, l Australe ou encore l Inde, optent pour des taux drecteurs plus élevés. Dans la seconde catégore fgurent des états dont la crossance est robuste et dont les perspectves sont stables. La Chne en est le melleur exemple : ses prévsons de crossance pour 2010 vennent d être revues à la hausse par la Banque mondale, à 10 %. Dans la catégore des taux bas, en revanche, la crossance reste terne. En moyenne, au sen de ses trente-tros pays membres, l OCDE s attend désormas à une progresson du PIB de l ordre de 2,5 % en La poltque des taux bas a échoué L OCDE a ndqué que les banques centrales qu fxent leurs taux à un nveau plancher ne devraent pas les relever avant le premer semestre Normalement, une poltque de taux bas est censée dmnuer le coût du crédt et, ans, relancer la consommaton. Or cette dernère pene à repartr, notamment outre-atlantque. Ps, pour la Fed, le taux d épargne des ménages amércans ne cesse de grmper. Inféreur à 3 % de leurs revenus en 2008, l est passé à 5,5 % aujourd hu, selon le Bureau of Economc Analyss. Une remontée des taux serat en ce sens postve : cette épargne serat meux rémunérée. Mas qud des nvestssements en Bourse? Les taux élevés ne sont pas forcément nusbles aux actons La Suède, l Australe et l Inde vennent d augmenter leurs taux drecteurs de 0,25 % (à respectvement 1 %, 4,75 % et 6,25 %). Après l annonce de la Banque centrale suédose, le 26 octobre, la Bourse s est nscrte dans le rouge durant quatre séances consécutves, perdant au total 1,9 %. Depus, l ndce a retrouvé, pus dépassé son nveau du 25 octobre. En Inde, la décson de la Royal Bank of Inda a été ben accuelle par les marchés, le Bombay Stock Exchange s apprécant de 2,35 % durant la même semane. Dans ces deux pays, la hausse des taux état attendue, ce qu n état pas le cas en Australe. Alors qu on aurat pu redouter un mouvement d héstaton des marchés, le S&P/ASX a bond de 2,17 % entre l annonce et la fn de la semane. Méfance : un taux élevé et une économe sane n augurent pas nécessarement une place boursère en hausse. S l Inde est dans le vert depus janver, l Australe et la Chne ne peuvent pas en dre autant. C.C. et A.L.

8 8 MoneyWeek I N 106 du 11 au 17 novembre 2010 Les marchés Bombay Stock Exchange ,32 % depus le 1 er janver 2010 L Inde ne s avoue pas vancue Les Indens sont opnâtres et ls ont décdé de poursuvre leur poltque de taux fort. La banque centrale ndenne (RBI) a revu à la hausse ses taux le 2 novembre pour la sxème fos de l année. En augmentant son prncpal taux drecteur de 25 ponts de base, elle le porte ans à 6,25 %. Pour la plupart des autres pays, ce taux serat nenvsageable. Depus la crse, les taux dans les grands pays occdentaux se rapprochent plutôt de zéro (vor actualtés page 6). L Inde peut supporter des taux auss élevés parce que sa crossance est forte. Des taux élevés pénalsent l endettement, donc l nvestssement. Mas la dynamque ndenne est assez pussante pour ne pas s arrêter pour s peu. Mas jusqu à quand? Selon Amt Mtra, secrétare général de la Fédératon ndenne des chambres du commerce et de l ndustre, cette hausse de taux est nquétante : «Ce geste pourrat frapper durement la demande en bens de consommaton.» Le mnstre des Fnances, Pranab Mukherjee, s est voulu rassurant et optmste : «Ces mesures devraent avor un pett effet négatf sur le taux de crossance, mas je m attends à ce que cet effet sot seulement à court terme.» «À moyen et à long terme, les changements annoncés par la RBI devrat, en fat, ader l économe ndenne à fare meux en matère de crossance», poursut-l. Rédure l nflaton, mantenr la crossance Le taux d nflaton en Inde tourne autour de 8 %. Cela sgnfe que les taux d ntérêt réels sont largement négatfs. Il est toujours ntéressant pour un Inden d emprunter car, compte tenu de la vtesse actuelle de la hausse Malgré la hausse des taux qu renchért le crédt, la consommaton ne flanche pas des prx, le remboursement de la dette est de mons en mons douloureux. S elle ade l emprunteur, l nflaton n est pourtant pas un cadeau pour l économe ndenne. Elle met chaque jour un peu plus de presson sur les populatons démunes et pénalse la consommaton. Pour le moment, les commerçants ndens ne s en plagnent pas car, même en répercutant les hausses de prx, les clents contnuent à venr en masse. C est pour lutter contre cette nflaton que la RBI a une nouvelle fos augmenté ses taux. Pour le moment, ses efforts répétés sont nsuffsants. L nflaton a attent 8,62 % en septembre, alors qu elle état encore à 8,5 % en août. La Bourse se porte ben Du côté du Bombay Stock Exchange, la Bourse ndenne, la nouvelle de la hausse des taux a été ben accuelle. Largement antcpée, l annonce a été ntégrée dans les cours. Pourtant, en deux jours, le Sensex, l ndce BLOOMBERG local, a gagné 2,5 %. La bonne santé de la Bourse ndenne ne tent cependant pas à la poltque monétare de la RBI. Le marché sat que ses mesures ont fnalement peu d effets. L engouement général autour de ce pays à la crossance forte et au potentel mmense a fat bondr le Sensex de 15 % en l espace de seulement deux mos. Les groupes spécalsés dans la consommaton n ont pas souffert des cnq précédentes hausses des taux et se portent à mervelle (vor, page 29, Unted Sprts), malgré les crantes de l effet d une poltque monétare trop restrctve. La roupe en chute lbre Tradtonnellement, lorsqu une banque centrale augmente ses taux, le cours de sa devse sut la même drecton. Comme le crédt se resserre, l y a mons de monnae en crculaton, donc sa valeur s appréce. Dans le cas de la roupe, cela ne fonctonne pas. Pendant les cnq premers mos de l année 2010, la roupe a gagné beaucoup de terran face à l euro. Mas, depus la m-ma, la roupe ne cesse de se dévalorser face à la monnae européenne. Les sx relèvements de taux successfs n y ont ren fat. Le 18 ma, 1 valat mons de 56 roupes, alors qu l vaut désormas 61 roupes. Cette basse de la valeur de la roupe peut se révéler dévastatrce pour la balance commercale ndenne, déjà largement défctare. Les deux grands objectfs d une hausse des taux sont donc encore lon d être attents. Balance commercale et nflaton sont toujours les deux ndcateurs nquétants d un pays pourtant proms à une crossance à deux chffres au cours des années à venr. Le combat de la RBI est lon d être gagné. Perre Tenaud Chffres essentels Actons : les melleures et les pres Indce Évoluton depus le (en %) CAC ,7 2,11 DAX ,50 2,21 FTSE ,96 2,73 Cac Md & Small ,29 0,91 SSE Composte 3 159,51 3,75 S&P ,25 3,28 Nasdaq Composte 2 580,05 3,00 Nkke 9 732,92 6,25 Euro en dollar 1,39 0,01 Once d'or en dollar 1 403,30 3,47 Barl de brent en dollar 88,11 5,22 Évoluton hebdomadare. Clôture : 8 novembre 2010 Valeur Hausse (%) Cours ( ) Kaufman et Broad 13,33 23,12 CGG Vertas 9,42 18,59 Imerys 9,13 47,22 Sant-Goban 8,18 36,57 Wendel 8,17 60,14 Rhoda 8,12 21,92 Lafarge 7,54 44,66 Euro Dsney 6,67 4,48 Accor 6,60 31,33 Hermès Internatonal 6,52 154,35 Edenred 6,31 16,69 Évoluton hebdomadare Eurolst A. Clôture : 8 novembre 2010 Valeur Basse (%) Cours ( ) Alcatel Lucent 8,24 2,28 Alstom 7,27 33,72 Cap Gemn 6,82 34,20 Unted Anodsers 4,84 4,33 JCDecaux SA 4,76 20,51 Atos Orgn 4,11 31,71 Pages Jaunes 3,97 7,49 Ipsen 3,97 24,33 CFAO 3,95 31,58 EDF Énerges Nouvelles 3,79 30,21 EDF 3,61 31,65

9 N 106 du 11 au 17 novembre 2010 I MoneyWeek Palladum + 63,10 % depus le 1 er janver Le cours du palladum s envole : un ar de déjà-vu! Le cours du palladum s est payé le luxe de dépasser les 650 $ l once au fxng quotden de Londres, nveau jamas attent depus jun La rason prncpale de cette envolée est à chercher du côté de Moscou. En effet, l semble que nous sommes en tran de revvre le scénaro des années 2000, à savor un squeeze technque sur le marché du palladum, orchestré par la Russe. Le prncpal pays producteur de ce métal assécherat le marché physque, poussant ans les prx à la hausse. Le palladum est un métal préceux qu appartent à la famlle des platnoïdes, au même ttre que le platne. Son usage en joallere ne représente qu envron 10 % de sa consommaton annuelle, en régresson ces dernères années. Le palladum entre dans la fabrcaton de produts électronques grand publc comme les téléphones portables, télécopeurs, télévseurs LCD, ordnateurs portables, Pod et autres lecteurs de DVD. Mas c est vers une ndustre ben plus classque qu l faut se tourner pour comprendre le vértable enjeu. La demande encore et toujours la Chne La consommaton annuelle de palladum du secteur de l automoble dépasse les 50 %, tands que celle de l électronque représente mons de 20 %, selon le derner rapport Johnson Matthey. Le palladum s utlse dans les pots catalytques pour accélérer la transformaton des produts toxques ssus de la combuston du carburant en composés mons nocfs : CO 2 et eau. Un pot catalytque BLOOMBERG Les ncerttudes concernant les stocks propulsent les prx du palladum à leur sommet de 2001 de moteur Desel n utlse qu une très fable proporton de palladum. En revanche, pour un moteur à essence, c est l nverse. Or le desel est rare en Chne pour les votures partculères. On commence à comprendre les fabuleuses perspectves du palladum! L empre du Mleu, qu est mantenant le plus gros marché automoble, mporte à tour de bras ce métal pour mettre ses votures «au vert». Les nvestsseurs s en mêlent La progresson de la demande de palladum est également à mettre à l actf des fonds ndcels cotés en Bourse, les fameux ETF, ou trackers. Leurs stocks sont évalués aujourd hu à près de 1,5 mllon d onces, contre mons de onces en 2006! Dans le même temps, l offre reste à la traîne. Bref, le défct se creuse. Les deux prncpaux pays producteurs, la Russe et l Afrque du Sud, affrontent des dffcultés récurrentes de producton et dovent auss lourdement nvestr dans leur ndustre mnère. Jusqu à présent, le défct mondal état compensé par les stocks en provenance de Russe, accumulés lorsque les prx du palladum étaent bas. Mas, aujourd hu, ces stocks seraent proches de l épusement, selon Norlsk Nckel, prncpal groupe mner russe et premer producteur mondal de palladum. Personne n en connaît le nveau réel. Il s agt d un secret ben gardé par le gouvernement. Doutes sur les stocks : les prx explosent Le marché semble accrédter la thèse de la pénure, ce qu devrat donc soutenr les prx du palladum dans les prochans mos. En revanche, s l s avère que Moscou a tenté de manpuler le marché, comme dans les années 2000 où la panque avat été provoquée à la sute d exportatons russes au comptegouttes, l engouement actuel rsquera de retomber comme un soufflé, mas pas avant quelques mos. Comment profter de la tendance? Pour profter de cette tendance haussère, vous pouvez nvestr va un ETF, qu permet de réplquer l évoluton des prx du palladum. Attenton, toutefos, à l évoluton de la parté euro/dollar. N oublez pas la guerre des monnaes et la volatlté des taux de change qu s ensut. Roman Thomas Ben joué Et s les Londonens avaent trouvé le melleur moyen de rédure le défct de la branche malade de la sécurté socale? Sophe Howarth, ancenne conservatrce à la Tate Modern musée d art contemporan, a lancé en 2008 la premère cure à base de lectures : la «bblothérape». Pas d ordonnance pour sogner le stress ou la dépresson mas une bblothèque de 55 ouvrages! Stué au cœur de Bloomsbury, le quarter lttérare de la captale brtannque, ce «centre de sons» dspense aux patentslecteurs remèdes ou consels autour de cnq thématques essentelles : le traval, le jeu, la famlle, la poltque et l amour. Perspectve v Le palladum entraîné par l automoble Selon PrcewaterhouseCoopers, la producton mondale de votures pourrat Cours moyen annuel du palladum (en $/once) attendre 93 mllons d untés, sot 35 % de ,79 69 hausse en sx ans. La Chne est devenue le Producton mondale de véhcules 70 (en mllons d'untés) premer marché du monde avec 12 mllons ,24 de votures vendues entre jullet 2009 et jullet 2010, sot une crossance annuelle de 13,6 %. Elle devrat en produre 21 mllons en Ces véhcules, majortarement à essence, nduront en conséquence une consommaton de palladum. À partr de 2012, la moté de la producton mondale se stuera dans les pays émergents. Sur le graphe c-contre, on vot l effet de la spéculaton N D Jqu Fs est M Aprodute M J Jsur A S O N le palladum en 2007 à la sute du lancement d un ETF susse en avrl. Évoluton hebdomadare Eurolst A. Clôture : 19 avrl En 2010, un deuxème ETF a été lancé par ETF Securtes. S.W. Sources : PWC, Ktco.

10 10 MoneyWeek I N 106 du 11 au17 novembre 2010 Le podum de 3 favors dans les startng-blocks v Un nvestsseur professonnel confe à MoneyWeek les valeurs sur lesquelles l mse actuellement. Cette semane, Olver de Royère, gérant du fonds Cogef Prospectve, de Cogef. Cette trbune ne reflète pas nécessarement l analyse de MoneyWeek. Propos recuells par Camlle-Yhua Chen DR Deux éléments macroéconomques caractérsent le contexte de marché. D un côté, une crossance fable d c tros ans dans les pays développés, du fat de l endettement du consommateur amércan et de la rgueur budgétare en Europe. De l autre, une crossance vgoureuse dans les pays émergents, avec toutefos une nflexon par rapport à ce qu s est passé avant Alors que, à l époque, la crossance des économes émergentes état essentellement trée par la producton pour la consommaton des pays «rches», elle s orente aujourd hu clarement vers le développement de leur demande ntéreure. Non seulement les pays émergents ont un taux d épargne mportant mas, surtout, ls tentent de s affranchr d une trop forte dépendance à la demande des pays développés. C est, à mon avs, la seule façon de rééqulbrer l économe mondale. Créé en 1997, notre fonds est centré sur les pettes et moyennes valeurs françases. Aujourd hu, les valeurs moyennes présentent une prme de 10 % par rapport aux grandes valeurs ; cette stuaton va se prolonger car elles réalsent davantage de crossance et susctent plus d appétt chez les gérants. Je pense que, avec la poursute de la basse de l averson au rsque dans les mos à venr, on devrat assster au retour des pettes valeurs, dont les nveaux de valorsaton restent les plus fables. Je recommande boméreux (FR ), l un des premers acteurs mondaux du dagnostc médcal et leader dans le segment de la mcrobologe. L offre de la socété est partculèrement ben adaptée aux pays émergents, qu représentent 25 % de son chffre d affares. Certes, le groupe a récemment souffert d une fable crossance, due à une conjoncton d éléments négatfs : arrêt de la pandéme de grppe A, effet retard de la montée du chômage aux États-Uns. Cela ne remet pas en queston le modèle de crossance de boméreux. Selon mo, le quatrème trmestre offre une opportunté d achat, pusque le ttre présente une décote de 30 % par rapport à son multple hstorque. Ma deuxème favorte est Caterng Internatonal & Servces (CIS) [FR ], spécalste des prestatons d hôtellere et de restauraton dans les pays où la stuaton poltque est complquée. Elle travalle pour des groupes pétrolers et mners qu développent des projets dans de nombreux pays (Russe, Brésl, pays d Afrque). Pour cette clentèle, les prestatons de Caterng restent essentelles, mas leur coût ne représente qu une goutte d eau dans l océan de ses dépenses. De plus, la valorsaton de la socété, égale à 5 fos son résultat d explotaton 2011 sur des marges de bas de cycle et avec un taux de crossance à deux chffres depus des années, est très fablement valorsée. Enfn, je conselle Havas (FR ), la plus pette des grandes agences de médas mondales. Depus qu elle a été reprse en man par Vncent Bolloré, la socété est ben meux gérée, avec une rentablté supéreure à celle d avant la crse. S elle est peu mplantée dans les pays émergents, qu ne représentent que 10 % de son chffre d affares, son actvté numérque, l un des relas de crossance du secteur, est sous-estmée. Surtout, après une crossance au premer semestre 2010 nféreure à celle de ses concurrents, Havas a enregstré au trosème trmestre un net rebond de l actvté, qu devrat se poursuvre grâce à la sgnature de nombreux nouveaux contrats. Peu chère, l acton vaut seulement 7 fos son résultat d explotaton de 2011, avec, de surcroît, un rendement du free cash flow de 10 %, un taux extrêmement élevé. tmes nvestssements Cours max. Cours mn. Clôture 8.11 boméreux 92,20 67,02 67,8 Caterng Int. & Serv. 60,90 51,55 59 Havas 4,10 2,45 3,647 Cours sur 52 semanes

11 BON DE COMMANDE BON DE COMMANDE BON DE COMMANDE BON DE COMMANDE Nom: Prénom: Socété: Adresse: Vlle: E-mal : A retourner à Edcom : 8, parvs de Sant-Maur Sant-Maur Cedex - Tél Code postal : Ou, je désre recevor le Gude de la défscalsaton au prx de 6,50. *Fras de port offerts aux lecteurs de Money Week pour la France métropoltane. C-jont mon règlement par chèque à l ordre d EDICOM. Plus rapde! Commandez ce hors-sére sur notre ste : Money Week 2010

12 12 MoneyWeek I N 106 du 11 au 17 novembre 2010 D accord, pas d accord v Dens Sarget, expert en pettes captalsatons, se penche sur les recommandatons de la presse et des analystes et propose une valeur pour les audaceux. DELPHINE JOUANDEAU Le leader franças du logcel peut mposer ses prx D ACCORD Dassault Systèmes Investr à l achat Une valeur solde, qu ne déçot pas. En décembre 2009, nous vous avons déjà préconsé l achat de Dassault Systèmes, vendue à la fn ma de cette année, sur un ordre stop, après une confortable plus-value de 17 %. En jullet 2010, nous vous avons consellé de vous replacer sur la valeur (vor Moneyweek n o 89), et, depus, l acton du leader franças du logcel a progressé de près de 10 %. Une hausse au demeurant récente. Le ttre a bond de 7,8 % après un nouveau relèvement, fn octobre, des prévsons de la socété pour Déjà, fn jullet, le groupe trcolore avat revu à la hausse ses antcpatons pour l année en cours. Investr détalle les résultats du trosème trmestre du leader mondal de l édton Dassault Systèmes (en ) FR DSY Au ,61 Au ,09 N D J F M A M J J A S O N de logcels en 3D. Le journal fnancer, toujours à l achat sur la valeur, relève son objectf de cours, qu passe de 62 à 65. L hebdomadare n héste pas à qualfer d «mpressonnants» les résultats très supéreurs aux attentes des analystes. Pour le derner trmestre écoulé, le chffre d affares a progressé, note le méda fnancer, de 30 % à pérmètre et taux de change constants, à 403,6 M. Le bénéfce net, pour sa part, s est accru de 44,3 %, à 55,4 M. Pour l année en cours, l objectf en matère de facturatons est relevé de 2 ponts, se stuant désormas dans une fourchette de 18 à 19 % à taux de change constant. La rentablté, pourtant déjà partculèrement élevée, remarque Investr, s amélore encore, et la marge opératonnelle du trosème trmestre 2010 s établt à 28 % (contre 25,5 % lors de la même pérode de l année précédente). Leader ncontesté de sa spécalté, face à une concurrence éparpllée, Dassault Systèmes peut se permettre d applquer une poltque de prx élevés. Les facturatons, soulgne le méda fnancer, sont soutenues par les ventes de nouvelles lcences qu dopent la crossance. Sans surprse, le chffre d affares s envole dans Les solutons nformatques en 3D de Dassault Systèmes sédusent toujours plus de clents les pays émergents (+ 51 % pour l Ase), mas l Europe et les États-Uns, en dépt d une crossance des plus anémque, enregstrent également des ventes en progresson marquée. De nouveaux partenarats stratégques ont été noués avec de grandes socétés telles que EADS, Mcheln ou Gapgemn. À l orgne destnées à l aéronautque et à l automoble, les solutons nformatques de la socété, notamment en 3D, se sont désormas mposées dans les domanes les plus varés, des dvers bens de consommaton à la pharmace, ou même à l énerge. Le potentel de crossance reste consdérable parm les clents DASSAULT SYSTÈMES Par de la semane Octo Technology t Voc une pette socété de servces nformatques prometteuse. Fat rare pour une start-up, Octo Technology procure un rendement apprécable de plus de 5 %. Pour 2009, le dvdende versé (0,30 ) a même été augmenté de 15 %. Pourtant, le retournement de la conjoncture a sévèrement affecté le secteur des servces nformatques, avec une basse de la demande dans les entreprses et de fortes pressons sur les prx. Octo Technology fournt des prestatons de consel et conçot des archtectures et nfrastructures nformatques. Ses clents fgurent dans le gotha de l économe françase (Axa, BNP Parbas, Crédt agrcole, FOTOLIA.COM La Poste, EDF, etc.). Cette base solde de grands comptes explque, dans une large mesure, l excellente résstance de la socété à la crse. En 2009, les revenus ont crû de 20 %, à 15,4 M, tands que le bénéfce net a progressé de 13 %, à L expanson est toujours de mse en Pour les neuf premers mos de l année, les facturatons ont augmenté de 16 %. Au premer semestre 2010, le résultat net part du groupe s est établ à 0,52 M, sot une crossance de 53 % par rapport à la même pérode de l année précédente. La socété est, au demeurant, optmste pour la fn de l année. Le chffre d affares devrat toujours se stuer en crossance marquée, avec, en prme, une améloraton des marges. Corollare de cette bonne santé, la SSII embauche. L entreprse, qu ne compte que 150 collaborateurs, a recruté 29 personnes au cours des neuf premers mos de Ben gérée et non endettée, Octo Technology présente une stuaton FOTOLIA.COM

13 N 106 du 11 au 17 novembre 2010 I MoneyWeek 13 déjà exstants de la socété la plupart d entre eux n utlsent que quelques-uns des produts du groupe. En dépt de ses excellentes perspectves sur le plan nterne, Dassault Systèmes n héste pas à procéder à des opératons de crossance externe cblées. Exalead, moteur de recherche destné aux entreprses, a ans été racheté au deuxème trmestre de cette année. Au demeurant, les proes ne sont généralement guère surpayées. La dernère acquston en date, Geensoft, fournsseur de solutons pour systèmes embarqués, n aura coûté que 5,5 M. Le groupe trcolore se présente certes comme une valeur de crossance, mas l entreprse a également démontré, durant la crse, d excellentes qualtés défensves. Malgré une forte exposton à l automoble et à des secteurs ndustrels cyclques, le chffre d affares n a enregstré en 2009 qu un repl lmté de 6,3 %, à 1,25 Md. Soxante pour cent des facturatons (assstance, mantenance, etc.) présentent, l est vra, un caractère récurrent. Les ben melleures perspectves de la socété ne se sont pas encore tradutes par une hausse corrélatve du cours. Le potentel de hausse reste mportant. Conservez le ttre en portefeulle. PAS D ACCORD Naturex Le Revenu à la vente Une confortable plus-value. La hausse de Naturex depus notre premer consel d achat en décembre 2008 (vor Moneyweek n o 12) est presque égale à 80 %. En jullet derner, notre journal (vor n o 92) soulgnat encore les excellentes performances de ce fournsseur d extrats naturels pour les ndustres agroalmentare, pharmaceutque et cosmétque. Le Revenu sgnale également l excellente BLOOMBERG Avec près de 80 % de plus-values, un agréable parfum se dégage de votre nvestssement dans Naturex tenue des facturatons. Pour les neuf premers mos de 2010, le chffre d affares a attent 170,6 M (contre 77,3 M pour la même pérode de l exercce 2009). La crossance a certes été fortement dopée par l ntégraton de Natraceutcal, groupe espagnol spécalste des poudres de fruts et de légumes et des colorants naturels, consoldé dans les comptes depus le 1 er janver L embelle des ventes s est également accompagnée d une envolée du cours de Bourse, note Le Revenu : 40 % de hausse depus le 27 août. La valorsaton devent élevée, estme l hebdomadare le ttre captalse 17,7 fos le bénéfce net estmé pour Le méda fnancer conselle, en conséquence, de prendre ses bénéfces et préconse désormas la vente de l acton. Le Revenu remarque en outre que le drgeant du groupe a vendu pour d actons récemment. Cette opératon ne paraît toutefos guère sgnfcatve par rapport à la captalsaton de Naturex (214 M ). Plus fondamentalement, la hausse des facturatons n est pas seulement due à un effet de talle, consécutf à une crossance externe rondement menée. À pérmètre et taux de change constants, le chffre d affares s est affché en augmentaton de 20,8 % au trosème trmestre Et pour les neuf premers mos de l année, la hausse attent 16,7 %. Meux encore : la progresson des ventes s accompagne d une améloraton des marges. Les actvtés acquses de Natraceutcal présentaent, au départ, une rentablté ben nféreure à celle de Naturex, mas ce dfférentel s estompe. Désormas, les achats de l ex-groupe espagnol sont meux contrôlés et des hausses de prx ont été programmées. La drecton, ndque Le Revenu, attend une marge opératonnelle proche de 12 % pour l exercce 2010, contre 9 % en À long terme, Naturex peut compter sur un marché durablement porteur. Les ngrédents naturels, jugés plus sans, ont le vent en poupe et se substtuent de plus en plus aux produts de synthèse. Numéro un mondal de son secteur, l entreprse trcolore peut compter sur ses fortes postons à l nternatonal. Le groupe entend se développer dans les prometteurs pays émergents. Le Brésl est d ores et déjà devenu un mportant consommateur d extrats naturels. Outre l Amérque du Sud, la socété a notamment en lgne de mre l Europe de l Est, l Inde et la Chne. La vsblté reste forte pour cette entreprse qu n a pas été affectée par la crse : l acton garde un potentel de progresson. Conservez les postons acquses, mas ajustez votre ordre stop à la basse à 39. Dens Sarget est spécalste des pettes valeurs. Retrouvez-le sur ou par e-mal à Naturex (en ) FR NRX Au ,78 Au ,35 20 N D J F M A M J J A S O N fnancère très sane ; en outre, la crossance est régulère. Au cours des cnq dernères années, les facturatons ont été multplées par 2,5, tands que, dans le même temps, les bénéfces ont pratquement doublé. Pour amélorer encore sa rentablté, le groupe entend modfer son système de tarfcaton. À terme, le clent sera en grande parte facturé selon la valeur ajoutée apportée par la socété de servces nformatques. La socété organse, chaque année depus tros ans, une «unversté du système d nformaton», ce qu lu permet de renforcer ses relatons avec les clents et de nouer de nouveaux contacts. Ces rencontres sont d alleurs qualfées d «nvestssement stratégque» par le présdent du drectore d Octo Technology. Les relas de crossance se stuent prncpalement à l nternatonal. 6,5 5,5 4,5 Octo Technology (en ) FR ALOCT Au ,35 Au ,60 N D J F M A M J J A S O N 3, Le groupe réalse encore la quas-totalté de son actvté en France. Des flales ont toutefos déjà été créées en Susse, au Maroc, et le Brésl est en lgne de mre. À terme, la SSII affche son ntenton de réalser la moté de son chffre d affares à l étranger. Ben que l acton sot peu suve par les analystes, les bonnes perspectves de la socété n ont cependant pas échappé au marché. La valeur s est adjugé une coquette hausse de 20 % depus le début de l année. Néanmons, l acton dspose encore d une marge de progresson mportante. Les fondateurs de la socété contrôlent une large majorté du captal socal ; le flottant de l acton est lmté, et les échanges sont donc réduts. Achetez en pettes quanttés et à cours lmté. Placez un ordre stop à la basse à 4,80.

14 14 MoneyWeek I N 106 du 11 au 17 novembre 2010 Dosser Captez les profts de la publcté sur moble avec ces 2 valeurs Grâce aux smartphones et aux applcatons, la publcté sur moble est en plen essor. L effcacté et la crossance sont déjà au rendez-vous. Ce marché devrat être multplé par hut en sx ans. Accompagnez dès mantenant les deux melleurs acteurs pour exploter au meux cette nouvelle tendance. Le cabnet d études Gartner consdère que l adopton des smartphones favorse la crossance de la publcté sur moble. Et les smartphones représenteront 45,5 % des ventes totales de téléphones portables en 2013, contre près de 9 % en Alors qu Internet a conqus 1,5 mllard d utlsateurs en vngt ans sur des réseaux fxes, le prochan mllard d nternautes sera moble. «C est l un des grands axes de développement de l économe numérque dans les prochanes années», écrt Google dans une récente note à l Arcep, le gendarme franças des télécoms. Morgan Stanley prédt que, avant cnq ans, l y aura davantage de «mobnautes» que d nternautes sédentares! Parallèlement, le marché mondal du marketng et de la publcté sur moble va passer de 1 Md en 2008 à 8,7 Mds en 2014, selon Berg Insght, pour attendre à cet horzon 11,4 % du marché total de la publcté en lgne. Avec l exploson des smartphones (en partculer de l Phone d Apple) et des applcatons, de nouvelles opportuntés s offrent réellement aux annonceurs. Crédt susse estme ans qu un nouveau marché de la publcté moble, plus ntellgent, va se fare jour dans de nombreux secteurs, grâce aux plates-formes Internet déjà dsponbles, et qu l va fortement concurrencer les marchés tradtonnels de la rado, de la télévson et de la presse écrte. Nous asssterons, dans quelques mos, sot à l émergence de budgets publctares addtonnels pour le moble, sot JON BERKELEY à des transferts de budgets publctares au proft du portable. La publcté, jusqu à 15 fos plus rentable sur les mobles que sur Internet Depus l avènement des smartphones et de la 3G (talle d écran et vtesse de connexon supéreures), on peut fare de la publcté sur moble presque comme sur un ordnateur, et non plus seulement du marketng drect va les SMS ou les MMS. Bannères, achats de mots clés dans les moteurs de recherche, sponsorng d applcatons, habllages de pages, ntersttels, vdéo La multplcaton des outls marketng présente en outre certans avantages par rapport au Web : plus de possbltés de cblage (par géolocalsaton, types de téléphones...) et une effcacté supéreure (le taux de clcs sur les bannères publctares mobles se stuerat entre 1 et 3 % en moyenne, contre mons de 0,2 % pour Internet, selon l AFMM (Assocaton françase du multméda moble). Meux encore, dans une récente étude, InsghtExpress, cabnet de recherche sur le marketng numérque amércan, a mesuré la notorété spontanée, la notorété assstée, l assocaton de la publcté à la marque, la compréhenson et l apprécaton du message publctare ans que l ntenton d achat. Tous les résultats ont ms l accent sur l effcacté de ce nouveau support de communcaton, notamment par l affchage publctare sur les stes et applcatons mobles. Ce succès peut s explquer par la nature même du support de communcaton la proxmté entre un téléphone portable et son utlsateur, par le fable taux d exposton publctare et par l exploson des dspostfs technologques. En effet, l y a mons de publctés sur le moble, mas elles sont géné-

15 N 106 du 11 au 17 novembre 2010 I MoneyWeek 15 ralement de melleure qualté et sont affchées selon un contenu chos par l utlsateur. Enfn, la publcté moble présente un avantage de pods par rapport aux vecteurs publctares classques. Elle permet, grâce aux plus de 3,5 mllards de termnaux mobles en servce dans le monde, de toucher un plus large publc qu avec n mporte quel autre méda dans la mesure où son taux de pénétraton est nettement supéreur à celu de la télévson et des ordnateurs. Recevez des coupons de réducton sur votre téléphone Une étude réalsée par Ipsos montre que 91 % des mobnautes se déclarent ntéressés par la publcté «contextualsée» pour des marques natonales et que 88 % le sont pour des commerces de proxmté. La publcté contextualsée, qu ntègre des coupons de réducton, est perçue comme étant utle et économque. Par alleurs, elle répond parfatement à leurs besons en stuaton de moblté. Enfn, parm le top 5 des secteurs les plus vstés, les restaurants, les bars et les brasseres prennent la tête du classement avec 69 %, suvs des sortes et des losrs (63 %). Mas, ben plus que de la publcté, les mobnautes recherchent du contenu assocé à des promotons. À ttre d exemple, 77 % des mobnautes sont ntéressés par l avs des consommateurs (sur les forums). Ne serat-ce pas là une nouvelle opportunté publctare pour de nouveaux annonceurs? Grâce au rachat d Mob en début d année, la nouvelle rége publctare de Google se vante de pouvor géolocalser les mobnautes et de placer des annonces publctares au mètre près. Pour Steve Jobs, le nerf de la guerre est alleurs. Qu dt nouveaux outls dt également nouveaux usages. Selon lu, la plupart des utlsateurs passent drectement par une applcaton pour fare des recherches Web avec leur portable. Étant donné que, en moyenne, les utlsateurs consacrent trente mnutes par jour aux applcatons sur moble, la stratége est smple : dffuser des publctés au sen même des applcatons. L adaptaton du message publctare au contenu de l applcaton garantt une bonne affnté avec l utlsateur, donc un bon taux de vsonnage. De plus, le format vdéo permet aux marques de communquer de façon à la fos nteractve et émotonnelle. Google, stratège de la recherche Google a tré ses premers revenus de la publcté moble au trosème trmestre. Les nvestsseurs ont salué la stratége du groupe. Le chffre d affares est en hausse annuelle de 23 %, à 7,29 Mds$ (contre 5,94 Mds$ en 2009). L essentel des revenus provent des stes de Google (prncpalement le servce de recherche en lgne) à hauteur de 67 % (sot 4,83 Mds$). Le reste provent des stes partenares (qu affchent les annonces AdSense) qu dégagent 30 % (2,2 Mds$) du chffre d affares. Ben que les lens sponsorsés consttuent toujours l essentel des ressources, l affchage tradtonnel (bandeaux, dsplay et encarts affchés dans les vdéos de YouTube) va occuper une part de marché sgnfcatve. Selon Jonathan Rosenberg, vce-présdent du groupe, l affchage de bannères rapportera 2,5 Mds$ par an. En ce qu concerne la publcté moble, Google espère gagner 1 Md$ par an de revenus ssus des smartphones. Un chffre modeste mas prometteur. D autant que les recherches effectuées depus un termnal portable ont augmenté de 500 % en deux ans. Surtout, Androd s mpose aujourd hu comme le premer OS moble sur le marché amércan et le trosème à l échelle 700 Google (en $) US38259P5089 GOOG Au ,10 N D J F M A M J J A S O N mondale. En outre, Google capterat 97 % du trafc Phone sur le segment des recherches sur l Internet moble. Google est donc en passe de réussr la dversfcaton de ses sources de revenus, essentellement publctares. Ou plutôt leur multplcaton. Achetez sur repl au-dessous de 600 $ Google et Apple se dsputent le marché Quel est le bon modèle économque pour cet Internet moble? La multplcté des standards et des plates-formes ne joue pas en faveur d un développement harmoneux. Se pose par alleurs la queston de la répartton des revenus entre ceux qu créent des contenus, les ntermédares (les portals mobles) et ceux qu dffusent (les opérateurs). par téléphone et par opérateur. Mcrosoft a réplqué avec une soluton qu permet de ne cette année, à égalté avec Google (y comprs AdMob), alors que la part de cette dernère > Au ,16 L Idate (Insttut de l audovsuel et des télécommuncatons en Europe) dentfe deux sources prncpales de revenus. La premère est fondée sur la vente d applcatons et de servces. C est le modèle des boutques applcatves qu Apple a démocratsé avec son App Store. Ce marché représentat d ores et déjà un chffre d affares de 3,3 Mds en Le second modèle économque est celu du Web. C est un marché encore modeste d envron 2 Mds$ dont les tros quarts sont réalsés en Ase-Pacfque. C est le modèle qu a adopté Google. La socété amércane tente de reprodure son succès sur le Web. À savor concentrer la majorté des requêtes sur son moteur de recherche, afn de générer le plus possble de revenus publctares. Frénése d acqustons Les grands acteurs de la convergence Web-moble-nformatque se sont précptés pour se placer sur ce marché émergent. Leur objectf : devenr le passage oblgé pour les annonceurs. Du coup, 2009 et 2010 ont été les années des grandes manœuvres. Google, qu a racheté la rége moble AdMob pour 750 M$ en novembre 2009 et DoubleClck (3,2 Mds$), a modfé son servce en janver afn de permettre un cblage BLOOMBERG cbler que les navgateurs capables de lre le HTML en fasant l acquston de Screen- Tonc, start-up françase spécalsée dans la publcté pour les téléphones portables. Apple a lu auss ms la man sur une rége moble en janver, Quattro Wreless, pour 275 M$. Et l a débauché un ancen spécalste de la communcaton publctare sur moble chez Mcrosoft, afn de consttuer son équpe commercale européenne. Opera Software, qu édte des navgateurs Web pour platesformes mobles, y est allé de sa pette acquston (8 à 15 M$) avec le rachat de la soluton de dffuson de publctés, AdMarvel. D autres acteurs vont entrer à leur tour sur le marché : Ercsson a annoncé son propre AdMarket et l se murmure que BlackBerry cherche à fare une acquston dans ce domane. En outre, des acteurs étrangers comme InMob vont pénétrer sur le marché amércan. Le paysage de la publcté sur moble est donc encore susceptble de beaucoup évoluer au cours des mos, vore des années à venr. Selon la dernère étude du cabnet IDC portant sur le marché de la publcté en lgne pour les plates-formes mobles, Apple fat une entrée remarquée avec Ad, au détrment des autres acteurs du marché. Selon ses projectons, Ad s arrogera 21 % du marché

16 16 MoneyWeek I N 106 du 11 au 17 novembre 2010 Dosser L Phone d Apple révolutonne la publcté sur moble Les résultats trmestrels d Apple ont dépassé les attentes des analystes, avec un chffre d affares qu francht la barre des 20 Mds$ et un bénéfce net d envron 4 Mds$. Le modèle économque d Apple est construt sur l nnovaton. Il y a eu l Pod, l Phone et, enfn, cette année, l Pad. Autant de succès qu ont perms à la socété de Steve Jobs de dépasser son grand rval Mcrosoft (que ce sot en matère de chffre d affares ou de captalsaton boursère). S on en crot les dernères estmatons d IDC, au trosème trmestre 2010, Apple est devenu le quatrème fabrcant de portables devant RIM. La marque à la pomme est passée en un an de 7,4 à 14,1 mllons d exemplares vendus. Avec seulement 4,1 % de parts de marché, la frme de Cupertno capte 39 % des revenus de la téléphone moble. En outre, l Phone, mantenant dsponble auprès de 166 opérateurs dans 89 pays, a reçu un très bon accuel en Chne, depus son récent lancement. En créant de nouveaux marchés, Apple met en place des standards que tentent de reprodure ses prncpaux concurrents. C est ce que le groupe a réuss à fare en lançant, en jullet, Ad, sa plate-forme publctare consacrée aux portables. Selon IDC, Ad pourrat accaparer 21 % 350 Apple (en $) 300 US AAPL Au ,34 Au ,81 N D J F M A M J J A S O N BLOOMBERG du marché de la publcté moble dès la fn de cette année aux États-Uns. Elle monterat ans sur la premère marche du podum des réges publctares dédées aux termnaux mobles, à égalté avec Google AdMob (21 % de parts de marché), mas devant TumpTap, Mllennal Meda et Yahoo. Achetez sur repl au-dessous de 300 $ dont les tros opérateurs Orange, SFR et Bouygues (va TF1 Publcté). Contrarement au Web où les nternautes ont tous le même usage avec des ordnateurs relatvement smlares, les expérences sont encore très dfférentes selon les fonctonnaltés du moble. Une unformsaton du marché est ndspensable pour arrver à des performances proches du Web. Et les deux géants amércans Apple et Google, qu font l objet de nos recommandatons, sont les plus à même de créer les standards nécessares à l exploson de la publcté sur moble. Yannck Hardy Le jargon [ Androd C est un système d explotaton conçu par Androd, start-up rachetée par Google, à destnaton des termnaux mobles. Le logcel est proposé gratutement aux fabrcants de termnaux, ce qu faclte son adopton. Sur les téléphones portables, ce système est en concurrence, entre autres, avec celu d Apple (OS), de BlackBerry (BlackBerry OS), de Noka (Symban OS) et de Mcrosoft (Wndows Moble). > s est élevée à 27 % en Cette perte de vtesse est généralement constatée chez les prncpaux acteurs : Yahoo passe de 12 à 9 %, Mcrosoft de 10 à 7 % et Noka de 5 à 2 %. Alors qu Apple état encore absente de ce marché l année dernère, elle a fat une entrée remarquée à la sute de l acquston de Quattro Wreless, qu détenat 9 % du marché en Apple a ndqué avor sgné des campagnes à hauteur de 60 M$ début jun et Steve Jobs a déclaré, lors de la dernère conférence WWDC, qu Ad s arrogerat près de la moté du chffre d affares amércan de la publcté moble au cours du second semestre Ceux qu échappent au raz-de-marée Apple sont les acteurs ndépendants tels que Mllennal Meda, avec une part de marché de 9 à 11 %, ou Jumptap (10 à 13 %). Dans une ntervew, le patron de Mllennal Meda, Paul Palmer, explque : «Mllennal contnue à gagner du terran parce que nous sommes perçus comme des ndépendants.» Google fat la promoton de son système d explotaton Androd, tands qu Apple vend son matérel. Les grandes manœuvres ne font que débuter En réponse à l ntérêt crossant des annonceurs pour le méda moble, le marché s organse et se met en ordre de batalle : d un côté, les agences de marketng moble, de l autre les réges, au mleu les agences d achat d espaces. La batalle pour le contrôle de la publcté sur les termnaux portables s annonce donc rude et ndécse. Alors que les agences de publcté tradtonnelles seront vrasemblablement confrontées à une nouvelle forme de concurrence du fat de l apparton de ce canal de dstrbuton, le marketng moble a toutes les chances de receler des perspectves de crossance pour les plates-formes Internet et socales les plus connues telles que Google, Facebook, MySpace ou Twtter. Déjà, les grandes agences de publcté se sont préparées en acquérant des agences de marketng multméda. C est notamment le cas des flales consacrées au marketng moble des grands groupes de communcaton globale tels que Phonevalley (Publcs), Marvellous (Carat), Isobar (Aegs), Havas et OMD. Quant aux opérateurs téléphonques, tous ont aujourd hu ms en place en nterne une rége publctare moble, afn de gérer dans un premer temps la vente d espaces de leurs portals, pus, dans un second temps, d élargr leur offre d nventare en hérbergeant des stes externes en rége. Ans, en France, le marché se partage entre une dzane de gros acteurs, [ Bannères Format publctare consttué d une mage ou d une anmaton, qu, grâce à un len, renvoe l utlsateur vers le ste vsé. Elles respectent un «standard» fxé par l IAB (Internatonal Advertsng Bureau). [ Intersttels C est le deuxème format de publcté en lgne le plus classque sur moble après les bannères. Il occupe l ensemble de la page Web et recouvre donc entèrement le ste. L ntersttel est une page Web qu se charge avant l arrvée de la page d accuel d un ste ou entre deux pages d un même ste, pendant la transton. [ Taux de clcs Il s agt du «pourcentage d nternautes qu, exposés à un contenu publctare, ont clqué sur celu-c, afn de se rendre sur le ste de l annonceur ou de répondre à la sollctaton du message marketng». C est l un des ndcateurs utlsés pour apprécer la performance d une campagne publctare en lgne, et l peut servr de base de rémunératon pour certans supports.

17 N 106 du 11 au 17 novembre 2010 I MoneyWeek 17 Stratége d nvestssement Évaluez votre couverture contre le rsque dollar Pour rechercher de la performance, vous êtes parfos amené à nvestr sur des actons lbellées en dollar. Lorsque le bllet vert s appréce face à l euro, vous pouvez être doublement gagnant. Ans, s vous dsposez d un portefeulle de $, sot (8 000/1,35), avec un taux de change de 1,35 $ pour 1, et que, au bout de tros mos, le dollar s appréce de 8 % face à la monnae unque avec un taux de 1,25 $ pour 1, vos de départ vaudront (10 000/1,25). Vous aurez gagné 592 grâce à la seule varaton de cours euro/dollar favorable au bllet vert. Et s, au cours de la même pérode, votre mse ntale progresse de 10 % (sot $, ou 800 ), vous aurez gagné au total! Le rsque de change ne dot pas être néglgé En revanche, s le dollar se dépréce face à l euro, votre nvestssement sera pénalsé. Reprenons notre exemple, mas supposons que, au bout de tros mos, le dollar se dépréce de 8 % face à l euro, avec un taux de change qu passe de 1,25 à 1,35 $ pour 1. Les $ de votre portefeulle qu, au départ, valaent ne pèseront plus que Vous aurez perdu 592, vctme de ce que l on appelle le rsque dollar. Par alleurs, une plus-value nféreure à celle que vous espérez ne sufft pas à compenser votre perte due à la basse du dollar. Imagnons que, début août, vous ayez nvest les $ pour acheter ttres de la socété Yankee qu cotat 10 $. Tros mos plus tard, le ttre est valorsé à 10,5 $, vous rapportant une plus-value globale de 500 $. Mas, avec la basse du dollar de 8 % face à l euro, vous aurez perdu 592 dans votre monnae de référence, malgré une performance postve en devse amércane (500 $, sot 370 ). Au total, vous aurez enregstré une perte de 222. Vous vous demandez alors s l ne vaudrat pas meux, afn de préserver vos gans, vous couvrr contre le rsque dollar. Se protéger va les warrants reste une opératon complexe Nombre d établssements bancares consellent à leurs clents de souscrre des warrants afn bloomberg Les warrants ne sont pas forcément la melleure des protectons contre une chute du bllet vert de se protéger contre une éventuelle basse du dollar. Nous analysons c, à ttre d exemple, les call warrants euro/dollar d une grande banque françase. Leur partcularté : s le bllet vert fablt, la perte en devse du portefeulle sera compensée par un gan sur les call warrants euro/dollar, qu vont s apprécer et équlbrer la performance globale. Supposons que vous dsposez d un portefeulle de $ (sot ) au moment où le taux de change est de 1,25 $ pour 1 et que vous antcpez une basse du dollar de 8 % dans les deux mos à venr. La banque vous proposera comme moyen de couverture un call warrant euro/dollar aux caractérstques suvantes : prx d exercce : 1,26 $ ; échéance dans neuf mos ; prx du warrant : 0,54 $ ; parté : 1/10 (1 warrant donne le drot d échanger 10 contre 12,6 $) ; quotté : 1 ; delta : 51,2 %. Pour couvrr vos $, elle vous conselle d acheter warrants, ce qu représente un coût de couverture de 843,50 (1 562 x 0,54). À l échéance, que peut-l se passer? Selon les smulatons de la banque, tros scénaros sont possbles (pour smplfer, nous nous abstenons d ndquer tous les détals de calcul) : 1. Basse du dollar de 8 %, à 1,35 $ pour 1 : votre antcpaton se confrme. Malgré la perte de 593 ( ) sur votre portefeulle, vous gagnerez 781 sur la couverture, sot un gan global de Stagnaton du dollar, à 1,25 $ pour 1 : votre antcpaton est erronée. Ben que cela n at aucune ncdence sur la valeur de votre portefeulle, qu reste nchangée à 8 000, vous enregstrez une perte de 93,50 avec la couverture. 3. Hausse du dollar de 8 %, à 1,15 $ pour 1 : votre antcpaton est erronée. Vous enregstrez une perte de 624,50 sur l opératon de couverture. En revanche, vous réalsez un gan de 695 sur votre portefeulle, qu progresse de à (10 000/1,15), sot un gan global de 70,50 ( ,5). La couverture avec des calls euro/dollar est gagnante dans deux cas sur tros, ce qu est plutôt ntéressant. Cependant, la banque a oms d explquer que son call warrant euro/dollar comporte deux rsques non néglgeables. D une part, la perte due à la valeur temps 1, qu s accentue à mesure que le warrant se rapproche de sa date d échéance. D autre part, la volatlté, dont la basse en ntensté peut vous fare perdre de l argent, même s votre antcpaton se vérfe. Se protéger contre le rsque dollar par l ntermédare des call warrants euro/dollar est donc une opératon complexe et coûteuse. C est pourquo nous lu préférons d autres nstruments de couverture, plus smples d utlsaton, en partculer le turbo, produt smlare au warrant mas qu, malgré la barrère désactvante 2, n est n affecté par la valeur temps, n par les brusques varatons de la volatlté. Et l est donc beaucoup plus ntéressant. Une autre stratége plus smple consste à acheter de l or, l ant-dollar par excellence, sous forme de tracker par exemple. Ans, s le dollar a bassé, l or aura monté : le métal jaune, négocé et acheté antéreurement, vaudra plus cher. La plus-value réalsée compensera le recul du bllet vert. Ben entendu, vous pouvez chosr de ne pas vous couvrr. Pour cela, l faut que la plus-value escomptée sot au rendez-vous : c est souvent la melleure méthode pour l nvestsseur à long terme (sx mos et plus). Camlle-Yhua Chen 1. C est la valeur spéculatve du warrant que consent à payer l nvestsseur pour bénéfcer d une évoluton favorable du sous-jacent pendant la durée de ve du produt. 2. Nveau de prx du sous-jacent qu, dès qu l est touché, «désactve» le turbo et lu fat perdre toute sa valeur.

18 18 MoneyWeek I N 106 du 11 au 17 novembre 2010 Fonds d nvestssement Les fonds nfrastructures, porteurs à long terme Peu de secteurs bénéfcent d un souten auss massf que celu des nfrastructures : près de Mds$ y seront affectés d c à 2030, sot 3,5 % du PIB mondal annuel. «Et ces dépenses publques seront relayées par des nvestssements prvés», selon Cyrlle Collet, drecteur de la geston actons à CPR Asset Management. Dans les pays développés, elles répondent à des besons ponctuels et à des plans de relance plus ou mons défns. Ans, les États-Uns projetteraent de débloquer 50 Mds$ pour la rénovaton des routes, des lgnes de chemn de fer, des aéroports et des pstes d atterrssage. En ce qu concerne les pays émergents, la demande est structurelle ; la Chne et le Brésl ont ms en place des programmes colossaux de respectvement 580 et 900 Mds$, notamment pour la modernsaton des moyens de transport. Rénovaton chez les rches et constructon chez les nouveaux rches Convancu par l opportunté de cette thématque, CPR Asset Management a lancé le fonds CPR Global Infrastructures. À l nverse de certans de ses concurrents, présents sur ce créneau depus quelques années, ce fonds ne se focalse pas sur une zone précse. «L objectf est de bénéfcer de l envronnement mondal, nédt en matère d nfrastructures», précse Mchaël Sourp, cogérant du fonds. Lu et À chacun de ces fonds sa stratége Un fonds à thème passerelle pour mser tant sur les pays développés que sur les émergents Cyrlle Collet décdent de réalser une allocaton dynamque entre les actons des pays développés et celles des pays émergents, vellant à respecter un équlbre entre les deux zones. Autre spécfcté du fonds : aux segments habtuels (constructon, transport, logstque, servce aux collectvtés), l ajoute les équpements de communcaton. Les stratéges d nvestssement sont dfférentes selon les zones. «Dans les pays développés, l objectf est de mser sur la rénovaton ou sur le remplacement des nfrastructures t Pluseurs fonds nfrastructures ont été lancés ces dernères années avec, pour chacun, une stratége d nvestssement spécfque, donc des performances contrastées. Outre CPR Global Infrastructures, tros autres exemples llustrent notre propos. Le fonds d Invesco (vor tableau) mse sur les besons des pays émergents ; de ce fat, ses résultats sont proches de ceux des fonds nvests dans ces zones et la volatlté est mportante. Mons offensf, Infrasphère adopte une démarche opportunste à travers le monde. Quant au fonds de DNCA, Leonardo Invest. Infrastructures Fund Europe, l mse sur le Veux Contnent et retent les valeurs les mons cyclques de l unvers des nfrastructures, à l nstar des concessonnares d autoroutes. À vous de chosr votre fonds en foncton de votre profl de rsque. A.M. BLOOMBERG exstantes, avance Mchaël Sourp. Celles-c sont vellssantes ou sont confrontées aux évolutons technologques ou à la mse en place de nouvelles normes éco-énergétques.» Par exemple, Sant-Goban, dversfée sur le plan géographque et spécalsée dans dvers méters et à la ponte de l nnovaton, est apprécée des gérants. Autres valeurs fétches du portefeulle : GDF Suez et Eutelsat. Au sen des émergents, l équpe joue la constructon à travers les nfrastructures routères et mmoblères. Y fgurent Amérca Latna Logístca, spécalste du transport par ral et par route en Amérque du Sud, CCR, acteur majeur dans la geston des autoroutes bréslennes et du métro de São Paulo, ou encore Cemex SAB-CPO, cmenter mexcan. Aucune de ces valeurs ne dépassera 3 % de l encours du fonds. L unvers d nvestssement se compose de 23 des 70 secteurs des ndces MSCI World et MSCI Emergng. «Ce qu représente un terran de jeux d envron 900 valeurs», précse Cyrlle Collet. Ensute, un fltre quanttatf, fondé notamment sur la recherche d un rato fnancer ntéressant et d une lqudté suffsante, permet de retenr les 150 à 180 valeurs du fonds. «Dans chaque secteur, nous détermnons l allocaton entre les pays émergents et les pays développés, en retenant ceux qu présentent le plus fort potentel de hausse, contnue Cyrle Collet. Ans, en ce qu concerne les nfrastructures de transport, nous favorsons les pays émergents, la valorsaton ajustée de la crossance des bénéfces y étant de 0,79 %, contre 3,46 % pour les pays développés.» Cette dversfcaton est d autant plus nécessare que le fonds est nvest à 100 % sur les marchés actons. «Nous n avons pas vocaton à mettre en place une couverture systématque des rsques de change et de marché», prévennent les gérants. À ce ttre, mser sur CPR Global Infrastructures ne dot être envsagé que dans une optque d nvestssement d au mons dx ans. Ce qu n est pas un handcap, pusque cette thématque n a de sens que sur le long terme. Anne Mchel Nom du fonds (Code Isn) Date de créaton Performance Performance Promoteur sur 1 an sur 3 ans CPR Global Infrastructures FR CPR AM Invesco Funds Asa Infrastructure Fund A LU ,27 % 26,01 % Invesco Global Dstrbutors Infrasphère A FR ,21 % Edmond de Rothschld AM Leonardo Invest Infrastructures Fund Europe LU ,45 % 13,85 % Edmond de Rothschld AM Sources : Teleperformance - Sx Telekurs, au 15 octobre 2010.

19 N 106 du 11 au 17 novembre 2010 I MoneyWeek 19 Secteur d nvestssement Explotez le juteux flon du charbon Les pays émergents sont grands consommateurs de charbon, deuxème source d énerge prmare la plus utlsée dans le monde derrère le pétrole ; c est dre son potentel de développement. Pourtant, après leur rebond amorcé dès la fn août 2010, les prx du combustble nor restent encore abordables. Proftez-en pour vous y placer et doper ans la performance de votre portefeulle. Msez sur le charbon à coke En matère d utlsaton, l exste deux catégores de charbon : charbon vapeur et charbon à coke. La premère est utlsée pour produre de l électrcté et la seconde de l acer. L une comme l autre jouent donc un rôle prépondérant dans l économe mondale. Ic, nous nous ntéressons au charbon à coke. D une part, à la dfférence des réserves de charbon vapeur que l on trouve un peu partout dans le monde, les gsements de charbon à coke sont concentrés dans peu de pays : Australe, Chne, Canada, États-Uns, Russe, etc. «Sur les 6,8 mllards de tonnes de charbon produts chaque année, seuls 10 à 15 % appartennent à la catégore du charbon à coke, sot de 700 à 950 mllons de tonnes, contre 5,9, vore 6,1 mllards pour le charbon vapeur», explque Olver Eugène, gérant matères premères chez Axa IM. En outre, le charbon à coke n a pas d équvalent : «Il peut être utlsé à la place du charbon vapeur pour produre de l électrcté, mas le charbon vapeur ne peut se substtuer au charbon à coke pour fabrquer de l acer.» D exportatrce, la Chne est devenue mportatrce nette Début 2009, les économstes s attendaent à une basse des échanges nternatonaux de BLOOMBERG S le prx du charbon à coke a crû de 62 % depus 2009, l reste encore 30 % au-dessous de son nveau de 2008 charbon, partculèrement marquée pour le charbon à coke. En cause : les nombreuses fermetures d usnes sdérurgques dans le monde enter et les réductons de producton tant de la part des acérstes que de la part des producteurs de charbon, consécutves à la chute de la demande des tros grands secteurs consommateurs d acer : constructon, automoble, bens d équpement. Pourtant, en 2009, les échanges mondaux se sont mantenus à 927 mllons de tonnes, sot un recul de seulement 15 mllons de tonnes par rapport à ceux de L explcaton est smple : la Chne est à nouveau passée à l achat de charbon à coke, les MdsҰ de son plan de crse (sot 450 Mds ) ayant relancé la demande des secteurs consommateurs d acer. Le pays prvlége les nvestssements dans les grandes nfrastructures, la producton d automobles et l mmobler. Autant de moteurs de crossance qu, en 2009, ont perms au pays d accroître sa producton d acer de 13,5 % et de fare progresser son PIB de 8,7 %. Plus sgnfcatf encore : depus 2007, la Chne est devenue mportatrce nette de charbon avec, de surcroît, un volume d mportatons qu n a cessé d augmenter. Alors que, jusqu en 2007, elle n avat mporté que 2 mllons de tonnes de charbon à coke 1, elle en mportera 25 mllons en 2010 et 45 mllons en Il y a fort à parer que, d c quelques années, le pays supplantera le Japon (68 mllons de tonnes en 2009) au rang de premer mportateur mondal de charbon à coke. À mons que l Inde ne lu ravsse la vedette, avec une mportaton estmée à 50 mllards de tonnes d c tros ans. Or la hausse faramneuse des mportatons chnoses en 2009, combnée aux basses de producton entre 2008 et 2009, ne manque pas de créer des tensons sur le marché. Le mouvement hausser semble ben part Conséquence : les prx du charbon à coke montent, passant de 129 $/t en 2009 à 209 $/t aujourd hu, sot une hausse de 62 %. Mas le nveau reste encore très lon du pc de 300 $/t attent en Quant aux valeurs de grands producteurs, elles suvent le même mouvement : en un an, par exemple, BHP Bllton (AU000000BHP4) a vu son cours progresser de 24 %, à 45,27 pence, et Xstrata (BBG000BNNYJ6) de 47 %, à 1 402,50 pence des cours qu sont, là auss, ben nféreurs à leurs plus-hauts de Mas c est un groupe mner canaden à fort potentel que nous vous recommandons à l achat. Camlle-Yhua Chen Teck Resources prend son envol t Deuxème producteur mondal de charbon à coke derrère BHP Bllton, Teck Resources produt actuellement 25 mllons de tonnes par an, sot 46 % de son chffre d affares 2009 (6,67 Mds$). La socété, qu exporte essentellement vers l Ase (60 %), devrat, d c peu de temps, porter sa producton de charbon à coke à 32, vore à 34 mllons de tonnes, sot une hausse sgnfcatve de 28 à 36 %. Teck Resources produt également des matéraux de base, prncpalement du cuvre, du znc et de l or, non seulement au Canada mas auss aux États-Uns, au Pérou et au Chl. Après une année 2009 dffcle, le groupe canaden a vu sa producton repartr à la hausse, avec un bénéfce opératonnel qu s est établ, au 30 septembre 2010, à 1 Md$ (dont 490 M$ pour le seul charbon à coke), contre 694 M$ l y a un an, sot une progresson de 44 %. Nombre de banques parm les plus connues recommandent l acton à l achat, à l nstar d UBS, du Crédt agrcole et de Macquare, ce qu témogne de la 50 Teck Resources (en $CA) CA TCK'B Au ,34 Au ,19 N D J F M A M J J A S O N confance qu nspre Teck Resources. Par alleurs, à 49,74 $CA, sot une hausse de 45 % en un an, le ttre est toujours au-dessous de son plus-haut de jullet 2007 (52,22 $CA). Et, compte tenu des perspectves d évoluton du charbon à coke, le potentel de l acton n est pas épusé. C.-Y.C. Achetez sur repl à envron 30 $CA.

20 20 MoneyWeek I N 106 du 11 au 17 novembre 2010 Poltque & économe Les Lettons élsent l austérté La Lettone ne fat pas les gros ttres de la presse économque ; pourtant, ce pays, membre de l Unon européenne depus 2004, est plongé dans une crse encore plus profonde que celle de la Grèce. Les Lettons ont encore leur propre monnae (le lats), ce qu explque qu on en entende s peu parler. Les chffres font pourtant peur. La rchesse produte par ce pett pays du nord-est de l Europe a chuté de 17,7 % en 2009, selon Eurostat. Le PIB de la Grèce n a bassé que de 4 % l année dernère, sot plus de quatre fos mons. Avant cette lourde chute, la stuaton socale en Lettone avat déjà de quo nquéter, pusque, en 2008, le taux de pauvreté état le plus élevé de l Unon, à 25,6 %. Le gouffre dans lequel est plongée la Lettone est mmense. Pour sortr de cette stuaton, l faut, ben entendu, des mesures drastques. C est pour assurer cette msson que Valds Dombrovsks a été recondut au poste de Premer mnstre après que la coalton du part de drote (Bloc de l unté) a été réélue aux électons légslatves du 2 octobre. L austérté est généralement mpopulare. Rares sont les canddats qu annoncent que, une fos élus, ls vont serrer la centure de leurs électeurs. Le Premer mnstre letton a pourtant réuss cet explot. Basse de 30 % des salares À la tête de l État depus mars 2009, l ancen député européen n a pas fat dans la demmesure lors de son premer mandat. Les salares dans le secteur publc ont été réduts de 30 % en moyenne et même jusqu à 50 %. La réducton des coûts a provoqué la fermeture de nombreux hôptaux publcs, écoles et autres commssarats. C est sur ce blan qu l a donc été réélu. L austérté a un nouveau nom : V. Dombrovsks, Premer mnstre letton Les mesures annoncées pendant la campagne électorale n avaent pourtant pas de quo fare rêver les foules non plus : augmentaton des mpôts et poursute de la réducton des dépenses fguraent au programme. En face, les autres canddats proposaent des méthodes beaucoup plus douces. Leur prncpale soluton pour s extrper de la stuaton actuelle : renégocer les prêts. Dombrovsks et les membres de son part ont réuss à remporter la batalle déologque en martelant que renégocer les crédts état une soluton à court terme qu coûterat fnalement plus cher. Intégrer la zone euro Pourtant, le montant total de la dette lettone est plutôt bon par rapport à ses vosns européens. Certans pays comme l Itale dépassent allègrement les 100 %, alors que la Lettone est encore au-dessous des 40 % d endettement publc. Le problème de la Lettone, c est surtout qu elle s enfonce dans l endettement à vtesse grand V, après des années où la stablté fnancère état de mse. Entre 2007 et 2009, la dette lettone est passée de 9 % du PIB à 36 %, sot quatre fos plus. Grâce à ses efforts de réducton de coûts, le gouvernement letton a réuss, en 2009, à affcher un défct nféreur à celu de la Grande-Bretagne ou de l Irlande. Mas celu-c dépassat tout de même les 10 % du PIB. Sur le marché oblgatare, la dette lettone ne trouve pas beaucoup de preneurs. C est pourquo le FMI est venu à la rescousse en prêtant 1 Md en tros fos, entre 2008 et Rembourser l nsttuton et rédure les défcts sont désormas les prortés. BLOOMBERG L objectf de Valds Dombrovsks est d ntégrer la zone euro. Ses opposants le tratent de fou, mas l économste de formaton espère ben y arrver dès Pour cela, l devra poursuvre sa lutte contre les défcts. Le pacte de stablté de la zone euro mpose une dette nféreure à 60 % du PIB et un défct en deçà de 3 %. Seule la règle sur la dette est respectée, car le défct est ben trop élevé. Avec le précédent de la Grèce, les nsttutons européennes vont certanement devenr beaucoup plus exgeantes sur ces crtères. Plus queston de menacer l Unon monétare avec l ntégraton de pays ncapables de maîtrser leurs comptes publcs. Le Premer mnstre s évertue à prouver que la Lettone est dgne de confance ; pour cela, les Lettons n ont pas fn leur cure d austérté. Perre Tenaud Masochstes ou rasonnables? t Les Lettons n ont pas lancé de grandes manfestatons ou de grandes révoltes malgré les mesures drastques de la majorté et ont même réélu leur drgeant. Les Lettons sont-ls des êtres partculèrement rasonnables? Ce n est pas s évdent que cela. Les mesures adoptées en Lettone ont provoqué une forte émgraton dans les pays vosns. Pluseurs dzanes de mllers d habtants, sur les 2,2 mllons que compte le pays, ont qutté le sol natonal pour fur la msère et trouver du traval. C est surtout par l exode que s est manfesté le mécontentement. Au cours de l électon, l opposton prncpale venat des canddats russophones, qu ont moblsé un électorat mportant, surtout parm les plus démuns, et ont ans réalsé un score hstorque. Ces canddats proches de Poutne et de Medvedev ont fat peur à de nombreux Lettons souceux de rester ndépendants de la Russe après l épsode URSS. Pour leur fare barrage, ren de meux que les canddats pro-européens du Bloc de l unté. L ambton affchée d ntégrer la zone euro a donc été un argument de pods. Les Lettons ont également voulu donner de la stablté à leur gouvernement, estmant que changer de captane au cœur de la tempête n état pas une bonne soluton. Dans les urnes, le programme économque de Valds Dombrovsks a gagné, c est certan, mas ce n est pas unquement pour son plan de rgueur que la majorté a été réélue. La défance vs-à-vs de la Russe et la quête de stablté dans la tourmente ont été des éléments essentels du vote. Le Bloc de l unté a le meux ncarné ces deux volontés, même s l faut en passer par l austérté. P.T.

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations Contrats prévoyance des TNS : Clarfer les règles pour sécurser les prestatons Résumé de notre proposton : A - Amélorer l nformaton des souscrpteurs B Prévor plus de souplesse dans l apprécaton des revenus

Plus en détail

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria.

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria. 1 CAS nédt d applcaton sur les normes IAS/IFRS Coût amort sur oblgatons à taux varable ou révsable La socété Plumera présente ses comptes annuels dans le référentel IFRS. Elle détent dans son portefeulle

Plus en détail

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes EH SmartVew Servces en lgne Euler Hermes Identfez vos rsques et vos opportuntés Plotez votre assurance-crédt www.eulerhermes.be Les avantages d EH SmartVew L expertse Euler Hermes présentée de manère clare

Plus en détail

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social Drgeant de SAS : Lasser le chox du statut socal Résumé de notre proposton : Ouvrr le chox du statut socal du drgeant de SAS avec 2 solutons possbles : apprécer la stuaton socale des drgeants de SAS comme

Plus en détail

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks Plan Geston des stocks Abdellah El Fallah Ensa de Tétouan 2011 Les opératons de gestons des stocks Les coûts assocés à la geston des stocks Le rôle des stocks Modèle de la quantté économque Geston calendare

Plus en détail

Les jeunes économistes

Les jeunes économistes Chaptre1 : les ntérêts smples 1. défnton et calcul pratque : Défnton : Dans le cas de l ntérêt smple, le captal reste nvarable pendant toute la durée du prêt. L emprunteur dot verser, à la fn de chaque

Plus en détail

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF 1 LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régme») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF AVIS AUX RETRAITÉS ET AUX PARTICIPANTS AVEC DROITS ACQUIS DIFFÉRÉS Expédteurs

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE?

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? Boulanger Frédérc Avanssur, Groupe AXA 163-167, Avenue Georges Clémenceau 92742 Nanterre Cedex France Tel: +33 1 46 14 43

Plus en détail

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD Conservatore atonal des Arts et Méters Chare de BAQUE Document de recherche n 9 Impôt sur la fortune et nvestssement dans les PME Professeur Dder MAILLARD Avertssement ovembre 2007 La chare de Banque du

Plus en détail

Interface OneNote 2013

Interface OneNote 2013 Interface OneNote 2013 Interface OneNote 2013 Offce 2013 - Fonctons avancées Lancer OneNote 2013 À partr de l'nterface Wndows 8, utlsez une des méthodes suvantes : - Clquez sur la vgnette OneNote 2013

Plus en détail

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait Edtons ENI Project 2010 Collecton Référence Bureautque Extrat Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf

Plus en détail

Le Prêt Efficience Fioul

Le Prêt Efficience Fioul Le Prêt Effcence Foul EMPRUNTEUR M. Mme CO-EMPRUNTEUR M. Mlle Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Départ. de nass. Nature de la pèce d dentté : Natonalté : CNI Passeport Ttre de séjour N : Salaré Stuaton

Plus en détail

Des solutions globales fi ables et innovantes. www.calyon.com

Des solutions globales fi ables et innovantes. www.calyon.com Des solutons globales f ables et nnovantes www.calyon.com OPTIM Internet: un outl smple et performant Suv de vos comptes Tratement de vos opératons bancares Accès à un servce de reportng complet Une nterface

Plus en détail

Parlons. retraite. au service du «bien vieillir» L Assurance retraite. en chiffres* 639 192 retraités payés pour un montant de 4,2 milliards d euros

Parlons. retraite. au service du «bien vieillir» L Assurance retraite. en chiffres* 639 192 retraités payés pour un montant de 4,2 milliards d euros Édton Pays de la Lore Parlons La lettre aux retratés du régme général de la Sécurté socale 2012 retrate L Assurance retrate en chffres* 12,88 mllons de retratés 17,58 mllons de cotsants 346 000 bénéfcares

Plus en détail

22 environnement technico-professionnel

22 environnement technico-professionnel 22 envronnement technco-professonnel CYRIL SABATIÉ Drecteur du servce jurdque FNAIM Ouverture du ma IMMOBILIER, OÙ 1 Artcle paru également dans la Revue des Loyers, jullet à septembre 2007, n 879, p. 314

Plus en détail

DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS

DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS Le cabnet Enetek nous démontre les mpacts négatfs de la multplcaton des stocks qu au leu d amélorer le taux de servce en se rapprochant du clent, le dégradent

Plus en détail

Pourquoi LICIEL? Avec LICIEL passez à la vitesse supérieure EPROUVE TECHNICITE CONNECTE STABILITE SUIVIE COMMUNAUTE

Pourquoi LICIEL? Avec LICIEL passez à la vitesse supérieure EPROUVE TECHNICITE CONNECTE STABILITE SUIVIE COMMUNAUTE L og c el s de D agnos t c s I mmob l er s Cont ac t eznous 32BddeS t r as bougcs3010875468 Par scedex10tel. 0253354064Fax0278084116 ma l : s er v c e. c l ent @l c el. f r Pourquo LICIEL? Implanté sur

Plus en détail

INTERNET. Initiation à

INTERNET. Initiation à Intaton à INTERNET Surfez sur Internet Envoyez des messages Téléchargez Dscutez avec Skype Découvrez Facebook Regardez des vdéos Protégez votre ordnateur Myram GRIS Table des matères Internet Introducton

Plus en détail

STATISTIQUE AVEC EXCEL

STATISTIQUE AVEC EXCEL STATISTIQUE AVEC EXCEL Excel offre d nnombrables possbltés de recuellr des données statstques, de les classer, de les analyser et de les représenter graphquement. Ce sont prncpalement les tros éléments

Plus en détail

CATALOGUE EXCLUSIF TOUCH MEDIA CATALOGUE DE SITES FORMATS GLOSSAIRE. Notre sélection de supports en représentation exclusive au Maroc

CATALOGUE EXCLUSIF TOUCH MEDIA CATALOGUE DE SITES FORMATS GLOSSAIRE. Notre sélection de supports en représentation exclusive au Maroc CATALOGUE EXCLUSIF Notre sélecton de supports en représentaton exclusve au Maroc CATALOGUE DE SITES FORMATS A PROPOS DE NOUS Make ordnary, Extraordnary Phlosophe Équpe Réactvté est la rége publctare web

Plus en détail

Terminal numérique TM 13 raccordé aux installations Integral 33

Terminal numérique TM 13 raccordé aux installations Integral 33 Termnal numérque TM 13 raccordé aux nstallatons Integral 33 Notce d utlsaton Vous garderez une longueur d avance. Famlarsez--vous avec votre téléphone Remarques mportantes Chaptres à lre en prorté -- Vue

Plus en détail

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques Revue des Energes Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (007) 109 114 Système solare combné Estmaton des besons énergétques R. Kharch 1, B. Benyoucef et M. Belhamel 1 1 Centre de Développement des Energes Renouvelables

Plus en détail

Faire des régimes TNS les laboratoires de la protection sociale de demain appelle des évolutions à deux niveaux :

Faire des régimes TNS les laboratoires de la protection sociale de demain appelle des évolutions à deux niveaux : Réformer en profondeur la protecton socale des TNS pour la rendre plus effcace Résumé de notre proposton : Fare des régmes TNS les laboratores de la protecton socale de deman appelle des évolutons à deux

Plus en détail

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe Méthodologe CDC Clmat Recherche puble chaque mos, en collaboraton avec Clmpact Metnext, Tendances Carbone, le bulletn mensuel d nformaton sur le marché européen du carbone (EU ETS). L obectf de cette publcaton

Plus en détail

Integral T 3 Compact. raccordé aux installations Integral 5. Notice d utilisation

Integral T 3 Compact. raccordé aux installations Integral 5. Notice d utilisation Integral T 3 Compact raccordé aux nstallatons Integral 5 Notce d utlsaton Remarques mportantes Remarques mportantes A quelle nstallaton pouvez-vous connecter votre téléphone Ce téléphone est conçu unquement

Plus en détail

EURIsCO. Cahiers de recherche. Cahier n 2008-05. L épargne des ménages au Maroc : Une analyse macroéconomique et microéconomique.

EURIsCO. Cahiers de recherche. Cahier n 2008-05. L épargne des ménages au Maroc : Une analyse macroéconomique et microéconomique. Cahers de recherche EURIsCO Caher n 2008-05 L épargne des ménages au Maroc : Une analyse macroéconomque et mcroéconomque Rapport d étude Najat El Mekkaou de Fretas (coordnateur) Eursco Unversté Pars Dauphne

Plus en détail

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES I. Concepts généraux. Le référentel précse : Cette parte du module M4 «Acquérr des outls mathématques de base nécessares à l'analyse de données économques» est en relaton avec

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR ERIC LÉVESQUE JANVIER

Plus en détail

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire Assurance malade et aléa de moralté ex-ante : L ncdence de l hétérogénété de la perte santare Davd Alary 1 et Franck Ben 2 Cet artcle examne l ncdence de l hétérogénété de la perte santare sur les contrats

Plus en détail

TD 1. Statistiques à une variable.

TD 1. Statistiques à une variable. Danel Abécasss. Année unverstare 2010/2011 Prépa-L1 TD de bostatstques. Exercce 1. On consdère la sére suvante : TD 1. Statstques à une varable. 1. Calculer la moyenne et l écart type. 2. Calculer la médane

Plus en détail

P R I S E E N M A I N R A P I D E O L I V E 4 H D

P R I S E E N M A I N R A P I D E O L I V E 4 H D P R I S E E N M A I N R A P I D E O L I V E 4 H D Sommare 1 2 2.1 2.2 2.3 3 3.1 3.2 3.3 4 4.1 4.2 4.3 4.4 4.5 4.6 5 6 7 7.1 7.2 7.3 8 8.1 8.2 8.3 8.4 8.5 8.6 Contenu du carton... 4 Paramétrage... 4 Connexon

Plus en détail

santé Les arrêts de travail des séniors en emploi

santé Les arrêts de travail des séniors en emploi soldarté et DOSSIERS Les arrêts de traval des sénors en emplo N 2 2007 Les sénors en emplo se dstnguent-ls de leurs cadets en termes de recours aux arrêts de traval? Les sénors ne déclarent pas plus d

Plus en détail

Créer ou reprendre une entreprise, Guide de la création et de la reprise d entreprise 1er semestre 2009

Créer ou reprendre une entreprise, Guide de la création et de la reprise d entreprise 1er semestre 2009 Créer ou reprendre une entreprse, Ou, mas comment? Gude de la créaton 1 er semestre 2009 et de la reprse d entreprse Futurs entrepreneurs, venez nous rencontrer! Chambre de Commerce et d Industre de Rennes

Plus en détail

Avez-vous vous aperçu cette drôle de trogne? Entre nature et histoire autour de Mondoubleau

Avez-vous vous aperçu cette drôle de trogne? Entre nature et histoire autour de Mondoubleau Avez-vous vous aperçu cette drôle de trogne? Entre nature et hstore autour de Mondoubleau Thème de la cache : NATURE ET CULTURE Départ : Parkng Campng des Prés Barrés à Mondoubleau Dffculté : MOYENNE Dstance

Plus en détail

master Objectif Université d Auvergne - Université Blaise Pascal Rentrée 2014 AUVERGNE

master Objectif Université d Auvergne - Université Blaise Pascal Rentrée 2014 AUVERGNE entrée 2014 Objectf master Unversté d Auvergne - Unversté Blase ascal Certans masters sont cohabltés avec d autres établssements d ensegnement supéreur mnstère de l éducaton natonale, de l ensegnement

Plus en détail

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage Fche n 7 : Vérfcaton du débt et de la vtesse par la méthode de traçage 1. PRINCIPE La méthode de traçage permet de calculer le débt d un écoulement ndépendamment des mesurages de hauteur et de vtesse.

Plus en détail

L enseignement virtuel dans une économie émergente : perception des étudiants et perspectives d avenir

L enseignement virtuel dans une économie émergente : perception des étudiants et perspectives d avenir L ensegnement vrtuel dans une économe émergente : percepton des étudants et perspectves d avenr Hatem Dellag Laboratore d Econome et de Fnances applquées Faculté des scences économques et de geston de

Plus en détail

En vue de l'obtention du. Présentée et soutenue par Meva DODO Le 06 novembre 2008

En vue de l'obtention du. Présentée et soutenue par Meva DODO Le 06 novembre 2008 THÈSE En vue de l'obtenton du DOCTORAT DE L UNIVERSITÉ DE TOULOUSE Délvré par l'unversté Toulouse III - Paul Sabater Spécalté : Informatque Présentée et soutenue par Meva DODO Le 06 novembre 2008 Ttre

Plus en détail

Paquets. Paquets nationaux 1. Paquets internationaux 11

Paquets. Paquets nationaux 1. Paquets internationaux 11 Paquets Paquets natonaux 1 Paquets nternatonaux 11 Paquets natonaux Servces & optons 1 Créaton 3 1. Dmensons, pods & épasseurs 3 2. Présentaton des paquets 4 2.1. Face avant du paquet 4 2.2. Comment obtenr

Plus en détail

ErP : éco-conception et étiquetage énergétique. Les solutions Vaillant. Pour dépasser la performance. La satisfaction de faire le bon choix.

ErP : éco-conception et étiquetage énergétique. Les solutions Vaillant. Pour dépasser la performance. La satisfaction de faire le bon choix. ErP : éco-concepton et étquetage énergétque Les solutons Vallant Pour dépasser la performance La satsfacton de fare le bon chox. ErP : éco-concepton et étquetage énergétque Eco-concepton et Etquetage

Plus en détail

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h.

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h. A2 Analyser le système Converson statque de l énerge Date : Nom : Cours 2 h 1 Introducton Un ConVertsseur Statque d énerge (CVS) est un montage utlsant des nterrupteurs à semconducteurs permettant par

Plus en détail

Mesure avec une règle

Mesure avec une règle Mesure avec une règle par Matheu ROUAUD Professeur de Scences Physques en prépa, Dplômé en Physque Théorque. Lycée Alan-Fourner 8000 Bourges ecrre@ncerttudes.fr RÉSUMÉ La mesure d'une grandeur par un système

Plus en détail

Professionnel de santé équipé de Médiclick!

Professionnel de santé équipé de Médiclick! Professonnel de santé équpé de Médclck! Dosser Médcal Partagé en Aqutane Ce gude vous présente les prncpales fonctonnaltés réservées aux professonnels de santé membres du réseau AquDMP. Sommare Connexon

Plus en détail

Pour plus d'informations, veuillez nous contacter au 04.75.05.52.62. ou à contact@arclim.fr.

Pour plus d'informations, veuillez nous contacter au 04.75.05.52.62. ou à contact@arclim.fr. Régulaton Sondes & Capteurs Détente frgo électronque Supervson & GTC Humdfcaton & Déshu. Vannes & Servomoteurs Comptage eau, elec., énerge Ancens artcles Cette documentaton provent du ste www.arclm.eu

Plus en détail

Page 5 TABLE DES MATIÈRES

Page 5 TABLE DES MATIÈRES Page 5 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE I LES POURCENTAGES 1. LES OBJECTIFS 12 2. LES DÉFINITIONS 14 1. La varaton absolue d'une grandeur 2. La varaton moyenne d'une grandeur (par unté de temps) 3. Le coeffcent

Plus en détail

Méthodologie version 1, juillet 2006

Méthodologie version 1, juillet 2006 Méthodologe verson, ullet 2006 Tendances Carbone résente chaque mos sx groues d ndcateurs :. Synthèse du mos 2. Clmat 3. Actvté économque. Energe 5. Envronnement nsttutonnel 6. Tableau de bord Ce document

Plus en détail

ACTE DE PRÊT HYPOTHÉCAIRE

ACTE DE PRÊT HYPOTHÉCAIRE - 1 - ACTE DE PRÊT HYPOTHÉCAIRE 5453F QC FR-2010/01 Taux fxe Le. Devant M e, notare soussgné pour la provnce de Québec, exerçant à. ONT COMPARU : ET : (C-après parfos appelé dans le présent Acte l «emprunteur»

Plus en détail

GEA I Mathématiques nancières Poly. de révision. Lionel Darondeau

GEA I Mathématiques nancières Poly. de révision. Lionel Darondeau GEA I Mathématques nancères Poly de révson Lonel Darondeau Intérêts smples et composés Voc la lste des exercces à révser, corrgés en cours : Exercce 2 Exercce 3 Exercce 5 Exercce 6 Exercce 7 Exercce 8

Plus en détail

VIELLE Marc. CEA-IDEI Janvier 1998. 1 La nomenclature retenue 3. 2 Vue d ensemble du modèle 4

VIELLE Marc. CEA-IDEI Janvier 1998. 1 La nomenclature retenue 3. 2 Vue d ensemble du modèle 4 GEMINI-E3 XL France Un outl destné à l étude des mpacts ndustrels de poltques énergétques et envronnementales VIELLE Marc CEA-IDEI Janver 1998 I LA STRUCTURE DU MODELE GEMINI-E3 XL FRANCE 3 1 La nomenclature

Plus en détail

abitat Zoom sur... www.habitat-nord79.fr L habitat adapté...page 2 Parthenay, Saint-Paul : 3 associations,1 quartier...page 8 N 10 - Avril 2013

abitat Zoom sur... www.habitat-nord79.fr L habitat adapté...page 2 Parthenay, Saint-Paul : 3 associations,1 quartier...page 8 N 10 - Avril 2013 abtat L e m a g a z n e d e s l o c a t a r e s d H a b t a t N o r d D e u x - S è v r e s N 10 - Avrl 2013 Zoom sur... L habtat adapté...page 2 Parthenay, Sant-Paul : 3 assocatons,1 quarter...page 8

Plus en détail

Prise en compte des politiques de transport dans le choix des fournisseurs

Prise en compte des politiques de transport dans le choix des fournisseurs INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE GRENOBLE N attrbué par la bblothèque THÈSE Pour obtenr le grade de DOCTEUR DE L I.N.P.G. Spécalté : Géne Industrel Préparée au Laboratore d Automatque de Grenoble Dans

Plus en détail

RÉSUMÉ ANALYTIQUE... 1

RÉSUMÉ ANALYTIQUE... 1 Out ld éval uat on del aper f or manceen mat èr e degest on del adet t e (DeMPA) Républ quedu Sénégal Ma2010 LeDeMPA estunemét hodol og epouréval uerl aper f or manceenmat èr edegest on del adet t eàt

Plus en détail

Driss HARRIZI. MOTS CLES : contrôle de gestion - système d'éducation et de formation système d information - établissement public.

Driss HARRIZI. MOTS CLES : contrôle de gestion - système d'éducation et de formation système d information - établissement public. Ver sunenouvel l ecul t ur emanagér al e:mét hodol og e dem seenpl aced unsyst èmedecont r ôl edegest on dansunét abl ssementpubl c Casd uneacadém er ég onal ed éducat onetde f or mat on. Aut eur s:dr

Plus en détail

Montage émetteur commun

Montage émetteur commun tour au menu ontage émetteur commun Polarsaton d un transstor. ôle de la polarsaton La polarsaton a pour rôle de placer le pont de fonctonnement du transstor dans une zone où ses caractérstques sont lnéares.

Plus en détail

Prêt de groupe et sanction sociale Group lending and social fine

Prêt de groupe et sanction sociale Group lending and social fine Prêt de roupe et sancton socale Group lendn and socal fne Davd Alary Résumé Dans cet artcle, nous présentons un modèle d antsélecton sur un marché concurrentel du crédt. Nous consdérons l ntroducton de

Plus en détail

Étranglement du crédit, prêts bancaires et politique monétaire : un modèle d intermédiation financière à projets hétérogènes

Étranglement du crédit, prêts bancaires et politique monétaire : un modèle d intermédiation financière à projets hétérogènes Étranglement du crédt, prêts bancares et poltque monétare : un modèle d ntermédaton fnancère à projets hétérogènes Mngwe Yuan et Chrstan Zmmermann Introducton et objet de l étude Par étranglement du crédt

Plus en détail

Afflux de capitaux, taux de change réel et développement financier : évidence empirique pour les pays du Maghreb

Afflux de capitaux, taux de change réel et développement financier : évidence empirique pour les pays du Maghreb Global Journal of Management and Busness Research Volume Issue Verson.0 November 20 Type: Double Blnd Peer Revewed Internatonal Research Journal Publsher: Global Journals Inc. (USA) Onlne ISSN: 2249-4588

Plus en détail

TABLE DES MATIERES CONTROLE D INTEGRITE AU SEIN DE LA RECHERCHE LOCALE DE LA POLICE LOCALE DE BRUXELLES-CAPITALE/IXELLES (DEUXIEME DISTRICT) 1

TABLE DES MATIERES CONTROLE D INTEGRITE AU SEIN DE LA RECHERCHE LOCALE DE LA POLICE LOCALE DE BRUXELLES-CAPITALE/IXELLES (DEUXIEME DISTRICT) 1 TABLE DES MATIERES CONTROLE D INTEGRITE AU SEIN DE LA RECHERCHE LOCALE DE LA POLICE LOCALE DE BRUXELLES-CAPITALE/IXELLES (DEUXIEME DISTRICT) 1 1. PROBLEMATIQUE 1 2. MISSION 1 3. ACTES D ENQUETE 2 4. ANALYSE

Plus en détail

Pour avoir les idées plus claires...

Pour avoir les idées plus claires... ARNET PRATIQUE Pour avor les dées plus clares...... lorsque vous développez un projet d ntérêt général. Outl produt avec le souten du rédt Mutuel accuel SOMMaRe «Je ne connas pas d entrepreneur qu n at

Plus en détail

Table des Matières RÉSUMÉ ANALYTIQUE... 1 I. CONTEXTE... 2 1. La dette publique du Gouvernement... 2 2. Contexte institutionnel de gestion de la

Table des Matières RÉSUMÉ ANALYTIQUE... 1 I. CONTEXTE... 2 1. La dette publique du Gouvernement... 2 2. Contexte institutionnel de gestion de la Out ld éval uat on del aper f or manceen mat èr e degest on del adet t e (empa) Maur t an a Mar s2011 LeeMPA estunemét hodol og epouréval uerl aper f or manceenmat èr edegest on del adet t eàt r aver sunensembl

Plus en détail

Be inspired. Numéro Vert. Via Caracciolo 20 20155 Milano tel. +39 02 365 22 990 fax +39 02 365 22 991

Be inspired. Numéro Vert. Via Caracciolo 20 20155 Milano tel. +39 02 365 22 990 fax +39 02 365 22 991 Ggaset SX353 / französsch / A31008-X353-P100-1-7719 / cover_0_hedelberg.fm / 03.12.2003 s Be nspred www.onedrect.fr www.onedrect.es www.onedrect.t www.onedrect.pt 0 800 72 4000 902 30 32 32 02 365 22 990

Plus en détail

Exercices d Électrocinétique

Exercices d Électrocinétique ercces d Électrocnétque Intensté et densté de courant -1.1 Vtesse des porteurs de charges : On dssout une masse m = 20g de chlorure de sodum NaCl dans un bac électrolytque de longueur l = 20cm et de secton

Plus en détail

MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Un Peuple - Un But Une Fo MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES Document de traval N 03 GESTION DU RISQUE DE CREDIT ET FINANCEMENT DES ECONOMIES DE

Plus en détail

1.0 Probabilité vs statistique...1. 1.1 Expérience aléatoire et espace échantillonnal...1. 1.2 Événement...2

1.0 Probabilité vs statistique...1. 1.1 Expérience aléatoire et espace échantillonnal...1. 1.2 Événement...2 - robabltés - haptre : Introducton à la théore des probabltés.0 robablté vs statstque.... Expérence aléatore et espace échantllonnal.... Événement.... xomes défnton de probablté..... Quelques théorèmes

Plus en détail

COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION

COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION DE LA NON-RÉPONSE TOTALE : MÉTHODE DES SCORES ET SEGMENTATION Émle Dequdt, Benoît Busson 2 & Ncolas Sgler 3 Insee, Drecton régonale des Pays de la Lore, Servce

Plus en détail

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES Émle Garca, Maron Le Cam et Therry Rocher MENESR-DEPP, bureau de l évaluaton des élèves Cet artcle porte sur les méthodes de

Plus en détail

IDEI Report # 18. Transport. December 2010. Elasticités de la demande de transport ferroviaire: définitions et mesures

IDEI Report # 18. Transport. December 2010. Elasticités de la demande de transport ferroviaire: définitions et mesures IDEI Report # 18 Transport December 2010 Elastctés de la demande de transport ferrovare: défntons et mesures Elastctés de la demande de transport ferrovare : Défntons et mesures Marc Ivald Toulouse School

Plus en détail

Documents de travail. «La taxe Tobin : une synthèse des travaux basés sur la théorie des jeux et l économétrie» Auteurs

Documents de travail. «La taxe Tobin : une synthèse des travaux basés sur la théorie des jeux et l économétrie» Auteurs Documents de traval «La taxe Tobn : une synthèse des travaux basés sur la théore des jeux et l économétre» Auteurs Francs Bsmans, Olver Damette Document de Traval n 2012-09 Jullet 2012 Faculté des scences

Plus en détail

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises Les détermnants de la détenton et de l usage de la carte de débt : une analyse emprque sur données ndvduelles françases Davd Boune Marc Bourreau Abel Franços Jun 2006 Département Scences Economques et

Plus en détail

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle»

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle» Evaluaton des projets et estmaton des coûts Le budget d un projet est un élément mportant dans l étude d un projet pusque les résultats économques auront un mpact sur la réalsaton ou non et sur la concepton

Plus en détail

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises Les détermnants de la détenton et de l usage de la carte de débt : une analyse emprque sur données ndvduelles françases Davd Boune a, Marc Bourreau a,b et Abel Franços a,c a Télécom ParsTech, Département

Plus en détail

Précision de rigueur

Précision de rigueur 08_ AJUSTEUR Matheu Mossec, en tran de monter une structure chez ASTF à Mérgnac Esprt carré J a découvert le méter et trouvé ma vocaton. À 36 ans, Matheu a eu un premer méter mécancen mas avec une partcularté

Plus en détail

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3.

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3. Chaptre 3 : Incerttudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES Lgnes drectrces 2006 du GIEC pour les nventares natonaux de gaz à effet de serre 3.1 Volume 1 : Orentatons générales et établssement des rapports Auteurs

Plus en détail

Pro2030 GUIDE D UTILISATION. Français

Pro2030 GUIDE D UTILISATION. Français Pro2030 GUIDE D UTILISATION Franças Contents Garante... Introducton... 1 Artcle nº 605056 Rév C Schéma nº A605056 Novembre 2010 2010 YSI Incorporated. Le logo YSI est une marque déposée de YSI Incorporated.

Plus en détail

N 1. Avec la Smerep, simplifiez-vous la vie! Sécu étudiante i Centre 617. Complémentaires i santé. Pack Smerep. en Ile-de-France 2007/2008

N 1. Avec la Smerep, simplifiez-vous la vie! Sécu étudiante i Centre 617. Complémentaires i santé. Pack Smerep. en Ile-de-France 2007/2008 N 1 en Ile-de-France Sécu étudante Centre 617 Complémentares santé Pack Smerep Avec la Smerep, smplfez-vous la ve! 2007/2008 Ce document est édté et dffusé dans le cadre de la conventon passée entre l

Plus en détail

Et pour vos clients, bénéficiez de services

Et pour vos clients, bénéficiez de services P R O D U I T t s vous travallez aujourd hu avec les outls de deman? a eston lectron ue de ocuments s erts om ta les F I C H our les calement con ue les + produts our num rser rodure classer arta er rechercher

Plus en détail

GUIDE D ÉLABORATION D UN PLAN D INTERVENTION POUR LE RENOUVELLEMENT DES CONDUITES D EAU POTABLE, D ÉGOUTS ET DES CHAUSSÉES

GUIDE D ÉLABORATION D UN PLAN D INTERVENTION POUR LE RENOUVELLEMENT DES CONDUITES D EAU POTABLE, D ÉGOUTS ET DES CHAUSSÉES GUIDE D ÉLABORATION D UN PLAN D INTERVENTION POUR LE RENOUVELLEMENT DES CONDUITES D EAU POTABLE, D ÉGOUTS ET DES CHAUSSÉES Gude destné au mleu muncpal québécos NOVEMBRE 2013 Coordnaton : Martn Cormer,

Plus en détail

The new Art of Smart. Loewe Art. La nouvelle intelligence télévisuelle.

The new Art of Smart. Loewe Art. La nouvelle intelligence télévisuelle. The new Art of Smart. Loewe Art. La nouvelle ntellgence télévsuelle. Desgn et technologe. My Perfect Entertanment. 1 Les nouveaux télévseurs Art allent le melleur de la technologe à un desgn mnmalste.

Plus en détail

Chapitre IV : Inductance propre, inductance mutuelle. Energie électromagnétique

Chapitre IV : Inductance propre, inductance mutuelle. Energie électromagnétique Spécale PSI - Cours "Electromagnétsme" 1 Inducton électromagnétque Chaptre IV : Inductance propre, nductance mutuelle. Energe électromagnétque Objectfs: Coecents d nductance propre L et mutuelle M Blan

Plus en détail

Mes Objectifs. De, par, avec Sandrine le Métayer Lumières de Philippe Férat. spectacle produit par la Cie DORE

Mes Objectifs. De, par, avec Sandrine le Métayer Lumières de Philippe Férat. spectacle produit par la Cie DORE Me Objectf De, par, avec Sandrne le Métayer Lumère de Phlppe Férat pectacle produt par la Ce DORE t j Me objectf numéro prx du Jury aux Gradn du rque (Le Hvernale/ Avgnon) p l e t t a r d, p Sandrne le

Plus en détail

Contact SCD Nancy 1 : theses.sciences@scd.uhp-nancy.fr

Contact SCD Nancy 1 : theses.sciences@scd.uhp-nancy.fr AVERTISSEMENT Ce document est le frut d'un long traval approuvé par le jury de soutenance et ms à dsposton de l'ensemble de la communauté unverstare élarge. Il est soums à la proprété ntellectuelle de

Plus en détail

être étudiant à Annecy et son agglomération

être étudiant à Annecy et son agglomération être étudant à Annecy et son agglomératon 2014 2015 photo extrate de l exposton «1 tot 2 gnénératons, d un regard à l autre...» Le Logement nter génératonnel soldare est une forme de logement alternatve.

Plus en détail

STRATEGIE NATIONALE DES BANQUES CEREALIERES DU NIGER

STRATEGIE NATIONALE DES BANQUES CEREALIERES DU NIGER REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DE L'AGRICULTURE ET DE L'ELEVAGE B-P, 12091 NIAMEY NIGER Té1 : 7320-58 Drecton de Promoton des Organsatons Rurales et de la Geston de l'espace Rural (DPOR/GER) NIAMEY Té1

Plus en détail

Réseau RRFR pour la surveillance dynamique : application en e-maintenance.

Réseau RRFR pour la surveillance dynamique : application en e-maintenance. Réseau RRFR pour la survellance dynamue : applcaton en e-mantenance. RYAD ZEMOURI, DANIEL RACOCEANU, NOUREDDINE ZERHOUNI Laboratore Unverstare de Recherche en Producton Automatsée (LURPA) 6, avenue du

Plus en détail

Q x2 = 1 2. est dans l ensemble plus grand des rationnels Q. Continuons ainsi, l équation x 2 = 1 2

Q x2 = 1 2. est dans l ensemble plus grand des rationnels Q. Continuons ainsi, l équation x 2 = 1 2 Exo7 Nombres complexes Vdéo parte. Les nombres complexes, défntons et opératons Vdéo parte. Racnes carrées, équaton du second degré Vdéo parte 3. Argument et trgonométre Vdéo parte 4. Nombres complexes

Plus en détail

GENESIS - Generalized System for Imputation Simulations (Système généralisé pour simuler l imputation)

GENESIS - Generalized System for Imputation Simulations (Système généralisé pour simuler l imputation) GENESS - Generalzed System for mputaton Smulatons (Système généralsé pour smuler l mputaton) GENESS est un système qu permet d exécuter des smulatons en présence d mputaton. L utlsateur fournt un ensemble

Plus en détail

Le guide pratique pour y parvenir

Le guide pratique pour y parvenir Le gude pratque pour y parvenr 1 2 3 4 Il n est pas facle d arrêter de fumer. Il s agt de renoncer à une habtude quotdenne soldement nstallée, de changer de comportement Celaprenddu tempset sefat généralement

Plus en détail

CABINETS DE CONSEIL EN SCM Zoom sur les spécialistes

CABINETS DE CONSEIL EN SCM Zoom sur les spécialistes SULY CHA MAGAZE 95 RUE DE LA BOETE 758 ARS - 6 77 23 48 34 OJD : 1132 Surface approx (cm²) : 438 OUR VOS AELS DJSJ age 1/1 CABETS DE COSEL E SCM Zoom sur les spécalstes 1 cabnets de consel ont accepté

Plus en détail

Étudiants à l université: Une bulle d air pour les Facultés de médecine

Étudiants à l université: Une bulle d air pour les Facultés de médecine N 327 1 er novembre 2010 RUBRIQUE QSous- Rubrque LaQunzane Bmensuel de la communauté unverstare de l'ucl www.uclouvan.be/laqunzane Étudants à l unversté: Gel des drots d nscrpton jusqu en 2014-2015, gratuté

Plus en détail

SYNTH~SE. Rapport -1 -

SYNTH~SE. Rapport -1 - SYNTH~SE. La msson de l'inspecton Générale des Fnances a procédé à ('aname écoqomjgue du fonctonnement de 37 professjons et actyltés ré&j.ementées. Elles ont été sélectonnées sur la base de leur pods dans

Plus en détail

La Quantification du Risque Opérationnel des Institutions Bancaires

La Quantification du Risque Opérationnel des Institutions Bancaires HEC Montréal Afflée à l Unversté de Montréal La Quantfcaton du Rsque Opératonnel des Insttutons Bancares par Hela Dahen Département Fnance Thèse présentée à la Faculté des études supéreures en vue d obtenton

Plus en détail

S.A.S. HEMATITE, représentée par son Président la S.A.S. OFIREIM 26 avenue des Champs Elysées 75008 PARIS

S.A.S. HEMATITE, représentée par son Président la S.A.S. OFIREIM 26 avenue des Champs Elysées 75008 PARIS TRBUNAL DE GRANDE NSTANCE DE PARS 18 chambre 2ème secton N RG : 09/11087 N MNUTE : 1 contradctore Assgnaton du : 02 Jullet 2009 JUGEMENT rendu le 13 Janver 2011 Expédtons exécutores délvrées le : 13 JAN.

Plus en détail

n 9 janvier / février 2014 Bonne Année à toutes et à tous!

n 9 janvier / février 2014 Bonne Année à toutes et à tous! n 9 janver / févrer 2014 Bonne Année à toutes et à tous! P UBlcté sommare Sosy, la ve 04 >Nos ams d Ashbourne présents sur le Marché de Noël 05 >Un carrefour à feu pour la sécurté des Soséens > Soyez vglants!

Plus en détail

Une analyse économique et expérimentale de la fraude à l assurance et de l audit

Une analyse économique et expérimentale de la fraude à l assurance et de l audit Une analyse économque et expérmentale de la fraude à l assurance et de l audt Sameh Borg To cte ths verson: Sameh Borg. Une analyse économque et expérmentale de la fraude à l assurance et de l audt. Economes

Plus en détail

être étudiant à Annecy et son agglomération

être étudiant à Annecy et son agglomération être étudant à Annecy et son agglomératon 2013 2014 Le Logement nter génératonnel soldare est une forme de logement alternatve. Une personne retratée vous met à dsposton une chambre et l accès à sa cusne

Plus en détail

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DE L INFORMATION POUR LES COMMUNICATIONS.

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DE L INFORMATION POUR LES COMMUNICATIONS. ÉLÉMETS DE THÉORIE DE L IFORMATIO POUR LES COMMUICATIOS. L a théore de l nformaton est une dscplne qu s appue non seulement sur les (télé-) communcatons, mas auss sur l nformatque, la statstque, la physque

Plus en détail

Protection. la PROTECTION EN SAVOIR PLUS SUR. Les services. Dossier Métier. La Réglementation. - Mettre à disposition gratuitement et personnellement

Protection. la PROTECTION EN SAVOIR PLUS SUR. Les services. Dossier Métier. La Réglementation. - Mettre à disposition gratuitement et personnellement Dosser Méter Protecton EN SAVOIR PLUS SUR la PROTECTION Les servces Etude de poste Nos équpes de spécalstes Protecton peuvent étuder les rsques sur chaque poste de traval et préconser les équpements les

Plus en détail

UNE ETUDE ECONOMÉTRIQUE DU NOMBRE D ACCIDENTS

UNE ETUDE ECONOMÉTRIQUE DU NOMBRE D ACCIDENTS BRUSSELS ECONOMIC REVIEW - CAHIERS ECONOMIQUES DE BRUXELLES VOL. 49 - N 2 SUMMER 2006 UNE ETUDE ECONOMÉTRIQUE DU NOMBRE D ACCIDENTS DANS LE SECTEUR DE L ASSURANCE AUTOMOBILE* MARÍA DEL CARMEN MELGAR**

Plus en détail

LeanConcept. La solution déploiement du Lean Manufacturing. Stockage Logistique Ergonomie Environnement Aménagement Services

LeanConcept. La solution déploiement du Lean Manufacturing. Stockage Logistique Ergonomie Environnement Aménagement Services Stockage Logstque Ergonome Envronnement Aménagement Servces La soluton déploement du Lean Manufacturng SIRE 4808480004 - NAF 4669C - VA ntracommunautare FR 9480848 www.sma.fr - contact@sma.fr - Fax 05

Plus en détail