ASPECTS HUMAINS DE LA CREATION D ENTREPRISE. En quoi le capital humain est un facteur déterminant de la création et de la maturation des entreprises?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ASPECTS HUMAINS DE LA CREATION D ENTREPRISE. En quoi le capital humain est un facteur déterminant de la création et de la maturation des entreprises?"

Transcription

1 ASPECTS HUMAINS DE LA CREATION D ENTREPRISE En quoi le capital humain est un facteur déterminant de la création et de la maturation des entreprises?

2 INTRODUCTION Organisation et gestion du capital humain = facteur clef de l expansion d une start-up Innovation prometteuse et profitable = indispensable quel que soit le modèle managérial Clauses contractuelles précises = organisation de la gestion des innovations par le capital humain

3 BARON, HANNAN, BURTON (2001) Analyse empirique de l impact des changements organisationnels sur le roulement du personnel au sein des nouvelles firmes de hautes technologies.

4 OBJECTIFS DU PAPIER Papier empirique sur données incomplètes Volonté de valider deux mécanismes principaux: Changements organisationnels de l emploi augmentent le taux de roulement du personnel Augmentation du taux de roulement du personnel a un effet sur la performance organisationnelle

5 LES MODELES ORGANISATIONNELS Modèles généraux de structuration du personnel: Modèle d autocratie Modèle de technocratie Modèle d engagement Socles des évolutions organisationnelles sousjacentes Résistants au changement

6 LES MODELES ORGANISATIONNELS Système d organisation cohérent Projets mieux menés à terme Hypothèses générales: Il existe une méthode rationnelle de gestion des carrières au sein d une organisation Les modèles organisationnels optimaux doivent apporter stabilité et fiabilité

7 AVANTAGES DES MODELES ORGANISATIONNELS COHERENTS Favorisent la complémentarité technique des différentes compétences du personnel Facilitent et accélèrent l apprentissage interne Favorisent la différenciation de l organisation interne par rapport à celle des concurrents Attrait d un capital humain mieux adapté aux besoins et aux valeurs de l entreprise

8 AVANTAGES DES MODELES ORGANISATIONNELS COHERENTS Résistance des modèles organisationnels au changement préconisée Fort effet perturbateur du remaniement de ces modèles organisationnels stables Test de l effet perturbateur sur un échantillon de start-up spécialisées en hautes technologies

9 1 ERE HYPOTHESE DU MODELE

10 2 EME HYPOTHESE DU MODELE

11 3 EME HYPOTHESE DU MODELE

12 AUTRES DETERMINANTS DU ROULEMENT DE PERSONNEL (1) Changement de direction managériale: nouveaux objectifs, nouvelles valeurs Nouvelles compétences requises Relation entre la durée de vie de la direction et le roulement de personnel Effet marqué sur les petites firmes de hautes technologies

13 AUTRES DETERMINANTS DU ROULEMENT DE PERSONNEL (2) Croissance rapide de l entreprise Adaptation rapide aux nouveaux besoins Ajustement rapide de la main d œuvre aux besoins Erreurs de recrutement Employee turnover plus élevé Croissance rapide du secteur Forte compétition sur le marché du travail

14 LE CAPITAL HUMAIN AU CENTRE DE LA RÉUSSITE D UNE ENTREPRISE? «Should investors bet on the Jockey or the Horse? Evidence from the Evolution of Firms from Early Business Plans to Public Companies» S.N. Kaplan, B.A. Sensoy, P. Stromberg

15 LA RÉUSSITE D UNE START-UP 50 entreprises financées par des capitalrisqueurs, sélectionnées pour leur «succès» (sans devenir profitables) Etapes de vie Business plan Introduction en bourse après 3 ans environ Rapport annuel 3 ans ensuite Quelle est la réelle part de succès à attribuer au top management (fondateurs et/ou dirigeants) d une start-up?

16 ET SES RAISONS Gladstone (2002), Arthur Rock: Le management est primordial, le cœur d activité peut changer Hart (1995) : Les actifs extra-humains d une entreprise constituent son «ciment» Warren Buffet: Importance du secteur Hannan (1984): La création et le remplacement prévalent sur l adaptation Zingales (2000) : La firme est un tissu d investissements spécifiques Perkins: Supériorité technologique Don Valentine Sequoia: Marché?

17 TENDANCES RETROUVÉES DANS L ÉCHANTILLON Forte stabilité du secteur d activité: 18 restent identiques 1 change véritablement Les autres élargissent ou rétrécissent (biotechnologies) leur clientèle ou leur offre Différentiation opérée Par le produit ou la technologie (~95%) Par l expertise (de 50% à 15% au cours du temps) Par le service clientèle (de 10% à 28%) Attirer un DG coûte 5% des parts Perte de contrôle des fondateurs et du DG dans le temps (VC, recrutement)

18 MANAGEMENT A TRAVERS LA VIE D UNE FIRME Désaffection du directeur technique à maturité Dynamique inverse pour le directeur financier L investissement des fondateurs décline avec le temps (Top management dans 70% des entreprises à maturité) Forte rotation: 44% des DG et 26% du top 5 restent du début à la fin Ces dirigeants fournissent les ressources critiques pour débuter l activité 1/3 d entre eux vont recommencer ensuite 10% (re)créent une entreprise

19 VALEUR ET SPÉCIFICITÉ DU MANAGEMENT Avant une IPO, le capital humain spécifique des fondateurs vaut entre 10% et 20% de la valeur de la firme Plus il y a d actifs aliénables dans la société, plus la rotation du capital humain est forte Le capital transmissible (Propriété intellectuelle, biens physiques) entraîne une volatilité des DG Les sociétés sont attachées à ces fondamentaux Confirmation de la théorie de Hart-Moore- Holmström à propos de l organisation autour du capital non-humain et de sa capacité à être ciment

20 CONCLUSION Le cœur d activité est fondamental Le management lors de la création et du développement doit apporter des talents spécifiques La firme se développe autour d un capital nonhumain, qui constitue son ciment Cette dynamique permet de procéder à une rotation des dirigeants Une firme n est pas appelée à s adapter mais à être recréée (théorie de Hannan et Freeman) Il y a des exceptions

21 PUGA, TREFLER (2003) Génération et contrôle de l innovation dans les organisations Knowledge creation and control in organizations

22 OBJECTIFS DU PAPIER Papier théorique qui traite des problèmes d agence dans les processus d innovation industriels Principal: Firme contractante Agent : Employés, Sous-traitants Dessine une théorie pour comprendre le cadre organisationnel et les incitations qu il engendre pour encourager l innovation incrémentale

23 CADRE THÉORIQUE Le Principal et l Agent collaborent pour élaborer une innovation incrémentale L analyse repose sur trois éléments théoriques Contrats incomplets Caractère non appropriable de la connaissance Caractère imparfaitement substituable de l effort d innovation

24 LE MODÈLE Hypothèses neutralité au risque des deux parties Portée limitée des contrats Implication de l agent dans la création de connaissance Partage du contrôle du choix de l innovation réalisée Partage du contrôle de la production Conditions de rémunération

25 LE MODÈLE (SUITE) Séquence temporelle Matching Rédaction du contrat (modalités de rémunération) Choix organisationnel (révélation du degré de substituabilité, choix du principal concernant implication de l agent) Innovation (2 étapes) Prototype(s) (effort de création) Implémentation (effort d implementation) Production (profit opérationnel et rémunération)

26 FORMES ORGANISATIONNELLES Trois types Forme A crée A contrôle Implémentation (I) Non Non Création (K) Oui Non Contrôle (C) Oui Oui

27 OBSERVATIONS On définit Effort de création de i sous X Pour s fixé, on a: Degré de substituabilité de l effort de création et

28 CHOIX DE LA STRUCTURE ORGANISATIONNELLE - RÉSULTAT

29 CHOIX DE LA STRUCTURE ORGANISATIONNELLE - INTERPRÉTATIONS

30 CHOIX DE LA STRUCTURE ORGANISATIONNELLE - PROLONGEMENTS

31 EQUILIBRE GENERAL

Faculté des Sciences Economiques et de Gestion de Nabeul. Université de Carthage. Master de Recherche Finance des Entreprises et des Marchés

Faculté des Sciences Economiques et de Gestion de Nabeul. Université de Carthage. Master de Recherche Finance des Entreprises et des Marchés Faculté des Sciences Economiques et de Gestion de Nabeul Université de Carthage Master de Recherche Finance des Entreprises et des Marchés Le mot du responsable Le master de recherche «Finance des Entreprises

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2

PGE 2 Fall Semester 2015. Purchasing Track. Course Catalogue. Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 PGE 2 Fall Semester 2015 Purchasing Track Course Catalogue Politique, Stratégie & Performance des Achats p. 2 Méthodes Outils associés au Processus Opérationnel des Achats p. 3 Gestion d un Projet Achat

Plus en détail

Mastère spécialisé. «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché»

Mastère spécialisé. «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché» Mastère spécialisé «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché» I- Présentation détaillée du programme d enseignement Répartition par modules et crédits ECTS : Intitulé

Plus en détail

Présentation du rapport :

Présentation du rapport : Présentation du rapport : LE FINANCEMENT PAR CAPITAL-RISQUE DES ENTREPRISES INNOVANTES EN WALLONIE Prof. Armin Schwienbacher Louvain School of Management (LSM) Université catholique de Louvain Universiteit

Plus en détail

PricewaterhouseCoopers Déjeuner des PME et des Start-up 21 janvier 2005

PricewaterhouseCoopers Déjeuner des PME et des Start-up 21 janvier 2005 Déjeuner des PME et des Start-up Jean-Pierre Steiner, responsable du Business Recovery Services Suisse romande *connectedthinking Contenu Rôle de la trésorerie Environnement financier d une entreprise

Plus en détail

Le financement de l apprentissage informel

Le financement de l apprentissage informel Études de cas Financial arrangements in informal apprenticeships: Determinants and effects. Findings from urban Ghana, Working Paper n o 49, ILO, 2007. Financement de l apprentissage informel : zoom sur

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

Pourquoi externaliser? Petits déjeuners des PME & Start-up

Pourquoi externaliser? Petits déjeuners des PME & Start-up www.pwc.com Petits déjeuners des PME & Start-up Robert Hinterberger Senior Manager Agenda 1. Suisse 2. et les PME 3. Les principales fonctions externalisées 4. Les avantages de l externalisation 5. Les

Plus en détail

Institut du Selfcoaching Tél. : 09 75 61 33 17 Mob. 06 10 18 63 93 info@selfcoaching.fr www.selfcoaching.fr. Coaching de carrière.

Institut du Selfcoaching Tél. : 09 75 61 33 17 Mob. 06 10 18 63 93 info@selfcoaching.fr www.selfcoaching.fr. Coaching de carrière. Institut du Selfcoaching Tél. : 09 75 61 33 17 Mob. 06 10 18 63 93 info@selfcoaching.fr www.selfcoaching.fr Coaching de carrière 1 Notre approche Une double finalité Pour l entreprise : un acte responsable

Plus en détail

Logiciels RH. Les organisations fortes sont portées par des collaborateurs forts

Logiciels RH. Les organisations fortes sont portées par des collaborateurs forts Logiciels RH Les organisations fortes sont portées par des collaborateurs forts Collaborateurs du futur Le monde d aujourd hui est en évolution constante. Le marché du travail réclame manoeuvrabilité et

Plus en détail

Chapitre I : Introduction

Chapitre I : Introduction Chapitre I : Introduction 1.1) Problématique A partir des années soixante, l environnement des entreprises a connu une mutation capitale, sans précédant historique dans le climat des affaires. Ces changements

Plus en détail

Management Chapitre 3 Diriger et décider

Management Chapitre 3 Diriger et décider I) Les décisions et les processus décisionnels A) La notion de décision Diriger une entreprise c est avant tout exercer un pouvoir décisionnel. Décider c est transformer une information en action. C est

Plus en détail

Comment évaluer une banque?

Comment évaluer une banque? Comment évaluer une banque? L évaluation d une banque est basée sur les mêmes principes généraux que n importe quelle autre entreprise : une banque vaut les flux qu elle est susceptible de rapporter dans

Plus en détail

Intelligence d Affaires 101 Capital Humain. Université Laval Cours Intelligence économique 4 mars 2013

Intelligence d Affaires 101 Capital Humain. Université Laval Cours Intelligence économique 4 mars 2013 Intelligence d Affaires 101 Capital Humain Université Laval Cours Intelligence économique 4 mars 2013 SYNTELL Inc. Le leader au Québec des solutions BI pour les RHs Firme québécoise Spécialisée en Intelligences

Plus en détail

Comment mettre en oeuvre une gestion de portefeuille de projets efficace et rentable en 4 semaines?

Comment mettre en oeuvre une gestion de portefeuille de projets efficace et rentable en 4 semaines? DOSSIER SOLUTION Package CA Clarity PPM On Demand Essentials for 50 Users Comment mettre en oeuvre une gestion de portefeuille de projets efficace et rentable en 4 semaines? agility made possible CA Technologies

Plus en détail

Les outils classiques de diagnostic stratégique

Les outils classiques de diagnostic stratégique Chapitre I Les outils classiques de diagnostic stratégique Ce chapitre présentera les principaux outils de diagnostic stratégique dans l optique d aider le lecteur à la compréhension et à la manipulation

Plus en détail

La maitrise de vos systèmes d information

La maitrise de vos systèmes d information La maitrise de vos systèmes d information NotreExpertise Accompagner nos clients dans le développement de leur stratégie informatique : ü Organisationnelle ü Humaine ü Gestion du changement ü Technique

Plus en détail

DECLARATION DES PERFORMANCES N 1

DECLARATION DES PERFORMANCES N 1 DECLARATION DES PERFORMANCES N 1 Résistance mécanique C18 EN 1912 : 2012 + EN 338 :2009 DECLARATION DES PERFORMANCES N 2 Résistance mécanique C24 EN 1912 : 2012 + EN 338 :2009 DECLARATION DES PERFORMANCES

Plus en détail

Conditions gagnantes pour démarrer sa transition Agile

Conditions gagnantes pour démarrer sa transition Agile Conditions gagnantes pour démarrer sa transition Agile 1 4 Les De plus en plus d organisations voient l Agilité comme une piste de solution aux problèmes auxquels elles sont confrontées. Par ailleurs,

Plus en détail

D ITIL à D ISO 20000, une démarche complémentaire

D ITIL à D ISO 20000, une démarche complémentaire D ITIL à D ISO 20000, une démarche complémentaire www.teamup-consulting.com Teamup Consulting - 1 Certificat nºinf/2007/29319 1 ère société de conseil française certifiée ISO 20000-1:2011 Sommaire Introduction

Plus en détail

Simplifier vos projets d avenir

Simplifier vos projets d avenir Simplifier vos projets d avenir FINANCEMENT Ouvrir à nos clients l accès aux marchés de capitaux publics et privés par le biais de formules innovatrices d emprunt et de recapitalisation. S O L U T I O

Plus en détail

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal

CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR. A - Propriétés et détermination du choix optimal III CHOIX OPTIMAL DU CONSOMMATEUR A - Propriétés et détermination du choix optimal La demande du consommateur sur la droite de budget Résolution graphique Règle (d or) pour déterminer la demande quand

Plus en détail

P résentation. L ensemble des concepts et des outils de la Gestion des Ressources Humaines. La Gestion des Ressources Humaines (collection Les Zoom s)

P résentation. L ensemble des concepts et des outils de la Gestion des Ressources Humaines. La Gestion des Ressources Humaines (collection Les Zoom s) P résentation L ensemble des concepts et des outils de la Gestion des Ressources Humaines est développé dans le livre rédigé par Chloé Guillot-Soulez et publié dans la même collection : La Gestion des

Plus en détail

Séminaires Système D Information. Formation Conduite du Changement. Préambule

Séminaires Système D Information. Formation Conduite du Changement. Préambule Séminaires Système D Information Formation Conduite du Changement Préambule Sommaire Préambule L entreprise : système complexe en mouvement permanent Mickael Porter Harvard Business School - L avantage

Plus en détail

quelles sont les spécificités du système de gouvernance des PME - PMI?

quelles sont les spécificités du système de gouvernance des PME - PMI? LA GOUVERNANCE DES PME-PMI Gérard CHARREAUX Professeur de Sciences de Gestion à 1 Université de Bourgogne, Dijon PREAMBULE Il est probable que vous vous interrogez sur l'apport des recherches en matière

Plus en détail

DROIT, ÉCONOMIE & GESTION MASTER GESTION DE PRODUCTION, LOGISTIQUE, ACHATS LOGISTIQUE ET TRANSPORT. www.univ-littoral.fr

DROIT, ÉCONOMIE & GESTION MASTER GESTION DE PRODUCTION, LOGISTIQUE, ACHATS LOGISTIQUE ET TRANSPORT. www.univ-littoral.fr DROIT, ÉCONOMIE & GESTION MASTER GESTION DE PRODUCTION, LOGISTIQUE, ACHATS LOGISTIQUE ET TRANSPORT www.univ-littoral.fr OBJECTIFS DE LA FORMATION Aujourd hui, la chaîne logistique globale est désormais

Plus en détail

BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR

BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES GUIDE DU TUTEUR Vous êtes tuteur d un étudiant en BTS management des unités commerciales. Ce guide vous est destiné : il facilite votre préparation de l arrivée du

Plus en détail

Mastère spécialisé MS : «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau

Mastère spécialisé MS : «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau Mastère spécialisé MS : «Ingénierie de l innovation et du produit nouveau De l idée à la mise en marché» 1- Présentation détaillée du programme d enseignement Répartition par modules et crédits ECTS :

Plus en détail

Le financement du point de vue de l entreprise

Le financement du point de vue de l entreprise Le financement du point de vue de l entreprise Alec Vautravers Associé, Corporate Finance Genève, le 24 septembre 2010 Audit.Fiscalité.Conseil.Corporate Finance. Introduction Objectifs Cet exposé a pour

Plus en détail

Présentation Personnel et Confidentiel. Emmanuel Grimaud, Stéphane Leguet infos@simul-retraite.fr / 01 53 43 03 80

Présentation Personnel et Confidentiel. Emmanuel Grimaud, Stéphane Leguet infos@simul-retraite.fr / 01 53 43 03 80 Présentation Personnel et Confidentiel Emmanuel Grimaud, Stéphane Leguet infos@simul-retraite.fr / 01 53 43 03 80 10 slides pour comprendre 1. Opportunité 2. vision 3. projet 4. marché 5. concurrence 6.

Plus en détail

Direction de l Entreprise - OUTILS DE PILOTAGE DE L ENTREPRISE (OPE) «Gestion de la P.M.E, gérer un Centre de Profit»

Direction de l Entreprise - OUTILS DE PILOTAGE DE L ENTREPRISE (OPE) «Gestion de la P.M.E, gérer un Centre de Profit» Direction de l Entreprise - OUTILS DE PILOTAGE DE L ENTREPRISE (OPE) «Gestion de la P.M.E, gérer un Centre de Profit» Public visé : - Prendre du recul sur l action quotidienne, d élargir sa Dirigeants,

Plus en détail

FORMATION DIPLÔMANTE MANAGER DE PROJET INDUSTRIEL* «Accompagner les techniciens à fort potentiel vers des fonctions managériales orientées projet.

FORMATION DIPLÔMANTE MANAGER DE PROJET INDUSTRIEL* «Accompagner les techniciens à fort potentiel vers des fonctions managériales orientées projet. www.insavalor.fr FORMATION DIPLÔMANTE MANAGER DE PROJET INDUSTRIEL* «Accompagner les techniciens à fort potentiel vers des fonctions managériales orientées projet.» Le savoir-faire pédagogique au service

Plus en détail

METHODES D EVALUATION

METHODES D EVALUATION METHODES D EVALUATION C.R.A. PANSARD & ASSOCIES Présentation du 27 septembre 2004 G. Lévy 1 METHODES D EVALUATION SOMMAIRE 1 Définition et approche de la «valeur» 2 - Les principales méthodes d évaluation

Plus en détail

Maghreb Startup Initiative

Maghreb Startup Initiative L EXCELLENCE au rendez-vous! Algérie Maroc Tunisie Edition pilote Une 1ère édition organisée simultanément dans les trois pays du Maghreb et déployée sur une année! (mai 2012 - mars 2013) Regional Sponsors:

Plus en détail

LE PROCESSUS D OCTROI D UN CREDIT COMMERCIAL ET LES CRITERES DE DECISION

LE PROCESSUS D OCTROI D UN CREDIT COMMERCIAL ET LES CRITERES DE DECISION LE PROCESSUS D OCTROI D UN CREDIT COMMERCIAL ET LES CRITERES DE DECISION Marija Vukmanovic, Director, chef de secteur clientèle entreprises Office de Promotion Economique du Canton de Genève Petit-déjeuner

Plus en détail

Rapport sur la rémunération des cadres de direction du secteur public : année scolaire 2011/2012 Conseil scolaire francophone District scolaire n o 93

Rapport sur la rémunération des cadres de direction du secteur public : année scolaire 2011/2012 Conseil scolaire francophone District scolaire n o 93 Rapport sur la rémunération des cadres de direction du secteur public : année scolaire 2011/2012 Conseil scolaire francophone District scolaire n o 93 Le conseil d administration (CA) favorise et adopte

Plus en détail

master Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE

master Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE Collection master BANQUE FINANCE ASSURANCE Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Table des matières Introduction... 9 Chapitre 1 L entreprise : l investissement

Plus en détail

M a s t e r Mention «Information et communication dans les organisations»

M a s t e r Mention «Information et communication dans les organisations» Diplôme Bac + 5 Autres spécialités Communication des entreprises : Recherche : Professionnel Contacts UFR des sciences de la communication tél. : 01 49 40 32 72 master.comrhfi@sic.univ-paris13.fr master.comrhap@sic.univ-paris13.fr

Plus en détail

RAPPORT EXÉCUTIF DE LA FIRME DE CONSULTANTS GARTNER

RAPPORT EXÉCUTIF DE LA FIRME DE CONSULTANTS GARTNER A Demande R-3491-2002 RAPPORT EXÉCUTIF DE LA FIRME DE CONSULTANTS GARTNER HYDRO-QUÉBEC ÉVALUATION DU PROJET SIC ET RECOMMANDATIONS, 7 AOÛT 2002 Original : 2002-09-20 HQD-2, Document 1 (En liasse) Rapport

Plus en détail

Le WACC est-il le coût du capital?

Le WACC est-il le coût du capital? Echanges d'expériences Comptabilité et communication financière Dans une évaluation fondée sur la méthode DCF, l objectif premier du WACC est d intégrer l impact positif de la dette sur la valeur des actifs.

Plus en détail

TURBOS JOUR : DES EFFETS DE LEVIER DE x20, x50, x100 jusqu à x300!

TURBOS JOUR : DES EFFETS DE LEVIER DE x20, x50, x100 jusqu à x300! TURBOS Jour TURBOS JOUR : DES EFFETS DE LEVIER DE x20, x50, x100 jusqu à x300! PRODUITS À EFFET DE LEVIER PRéSENTANT UN RISQUE DE PERTE DU CAPITAL Société Générale propose une nouvelle génération de Turbos,

Plus en détail

NE PAS EXTERNALISER SA RESPONSABILITÉ

NE PAS EXTERNALISER SA RESPONSABILITÉ NE PAS EXTERNALISER SA RESPONSABILITÉ OUTSOURCING IT Le succès d une opération d outsourcing se mesure au degré de préparation et d implication des parties concernées. Mieux vaut donc faire preuve de pragmatisme

Plus en détail

Assurance maladie publique et «Opting out» - Réflexions théoriques

Assurance maladie publique et «Opting out» - Réflexions théoriques Assurance maladie publique et «Opting out» - Réflexions théoriques Carine Franc CREGAS INSERM - U 537 Une définition de «l opting out» «to opt out» : choisir de ne pas participer ; [hopital, school] choisir

Plus en détail

Lean Management : une stratégie de long terme. Pourquoi l évolution des comportements est-elle essentielle à une réussite durable?

Lean Management : une stratégie de long terme. Pourquoi l évolution des comportements est-elle essentielle à une réussite durable? Lean Management : une stratégie de long terme Pourquoi l évolution des comportements est-elle essentielle à une réussite durable? Au cours de ces deux dernières années, les grandes entreprises du monde

Plus en détail

L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux

L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux 2 3 SOMMAIRE 4 L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux 4 Une orientation résolument internationale 6 Une protection

Plus en détail

INDICATIONS DE CORRECTION

INDICATIONS DE CORRECTION SUJET NATIONAL POUR L'ENSEMBLE DES CENTRES DE GESTION ORGANISATEURS CONCOURS INTERNE ET TROISIÈME VOIE DE TECHNICIEN TERRITORIAL PRINCIPAL DE 2 ème CLASSE SESSION 2014 SPÉCIALITÉ : INGENIERIE, INFORMATIQUE

Plus en détail

L EXTERNALISATION. Quels sont les enjeux stratégiques de l externalisation pour l entreprise actuellement?

L EXTERNALISATION. Quels sont les enjeux stratégiques de l externalisation pour l entreprise actuellement? L EXTERNALISATION Au sein des entreprises, l'heure est à la rationalisation des coûts. Pour parvenir à cet objectif, les stratégies sont nombreuses. Parmi elles, l externalisation est aujourd'hui considérée

Plus en détail

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier Etude réalisée par Médias sociaux L influence des médias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un

Plus en détail

ITIL v3. La clé d une gestion réussie des services informatiques

ITIL v3. La clé d une gestion réussie des services informatiques ITIL v3 La clé d une gestion réussie des services informatiques Questions : ITIL et vous Connaissez-vous : ITIL v3? ITIL v2? un peu! beaucoup! passionnément! à la folie! pas du tout! Plan général ITIL

Plus en détail

FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX

FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX FONCTION DE DEMANDE : REVENU ET PRIX 1. L effet d une variation du revenu. Les lois d Engel a. Conditions du raisonnement : prix et goûts inchangés, variation du revenu (statique comparative) b. Partie

Plus en détail

Action ou Réalisation Investissement et Pensée

Action ou Réalisation Investissement et Pensée Déployer une activité dense et précise d aide aux apprentissages Eps Action ou Réalisation Investissement et Pensée Contexte d enseignement : du N1 au N4 tout public Rappels théoriques Selon Claude Volant,

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION On constate trois grandes phases depuis la fin de la 2 ème guerre mondiale: 1945-fin 50: Deux blocs économiques et

Plus en détail

Ressources Humaines Enjeux et Stratégie dans un contexte international

Ressources Humaines Enjeux et Stratégie dans un contexte international Ressources Humaines Enjeux et Stratégie dans un contexte international 1 LES ENJEUX DE LA FONCTION R.H. Environnement : La mondialisation L accélération des changements L incontournable performance Le

Plus en détail

Créateur d opportunités

Créateur d opportunités Créateur d opportunités Climat, énergie & ressources naturelles Agriculture & développement rural Marchés de l emploi & développement du secteur privé Systèmes financiers Commerce & intégration régionale

Plus en détail

Introduction à l approche bootstrap

Introduction à l approche bootstrap Introduction à l approche bootstrap Irène Buvat U494 INSERM buvat@imedjussieufr 25 septembre 2000 Introduction à l approche bootstrap - Irène Buvat - 21/9/00-1 Plan du cours Qu est-ce que le bootstrap?

Plus en détail

BSC du discours à la réalité

BSC du discours à la réalité BSC du discours à la réalité B. Morard HEC-Genéve/Mai 2007 Un peu d Economie D un point de vue théorique économique, sur des marchés concurrentiels, l entreprise ne peut avoir d action que sur ses coûts,

Plus en détail

Comment les hôtels Four Seasons alignent-ils Gestion des Talents, Processus RH & Technologie dans un contexte de croissance rapide et mondiale?

Comment les hôtels Four Seasons alignent-ils Gestion des Talents, Processus RH & Technologie dans un contexte de croissance rapide et mondiale? Comment les hôtels Four Seasons alignent-ils Gestion des Talents, Processus RH & Technologie dans un contexte de croissance rapide et mondiale? Michael Peterman Director of HR Administration, Four Seasons

Plus en détail

Quand le bâtiment va, tout va

Quand le bâtiment va, tout va Quand le bâtiment va, tout va Citation de Martin Nadeau en 1849 à l Assemblée législative de la France Martin Nadeau Ancien ouvrier maçon Député à l Assemblée législative Les sots font bâtir les maisons

Plus en détail

Document complémentaire au PPN du DUT Gestion logistique et transport

Document complémentaire au PPN du DUT Gestion logistique et transport CPN GLT Document complémentaire au PPN du DUT Gestion logistique et transport Description des parcours de modules complémentaires destinés à la poursuite d étude S'appuyant sur l'arrêté du 3 août 2005,

Plus en détail

FORMATION DIPLÔMANTE MANAGER DE PROJET INDUSTRIEL * «Accompagner les techniciens à fort potentiel vers des fonctions managériales orientées projet»

FORMATION DIPLÔMANTE MANAGER DE PROJET INDUSTRIEL * «Accompagner les techniciens à fort potentiel vers des fonctions managériales orientées projet» Le savoir-faire pédagogique au service de l entreprise FORMATION DIPLÔMANTE MANAGER DE PROJET INDUSTRIEL * * Titre de niveau II enregistré au RNCP Accessible par VAE «Accompagner les techniciens à fort

Plus en détail

Mémoire d actuariat - promotion 2010. complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains.

Mémoire d actuariat - promotion 2010. complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains. Mémoire d actuariat - promotion 2010 La modélisation des avantages au personnel: complexité et limites du modèle actuariel, le rôle majeur des comportements humains. 14 décembre 2010 Stéphane MARQUETTY

Plus en détail

Théorie Financière 9. IPO et SEO

Théorie Financière 9. IPO et SEO Théorie Financière 9. IPO et SEO Objectifs de la session 1. Comprendre les mécanismes précédent l entrée en bourse 2. Détailler les méthodes d IPO (Intial Public Offering) 3. Comprendre les enjeux liés

Plus en détail

Extrait du site de l'oseo (ex.anvar) http://www.anvar.fr/projlanc.htm. Reste à déterminer les points incontournables

Extrait du site de l'oseo (ex.anvar) http://www.anvar.fr/projlanc.htm. Reste à déterminer les points incontournables Extrait du site de l'oseo (ex.anvar) http://www.anvar.fr/projlanc.htm Notez que vous trouverez les fiches citées à chaque étape sur le site (Normalement, les liens ont été conservés et fonctionnent) Reste

Plus en détail

LA GESTION DE PORTEFEUILLE SPÉCIALISÉE OU DE TYPE BOUTIQUE. Benoit Brillon, CFA Chef des placements et gestionnaire de portefeuille

LA GESTION DE PORTEFEUILLE SPÉCIALISÉE OU DE TYPE BOUTIQUE. Benoit Brillon, CFA Chef des placements et gestionnaire de portefeuille LA GESTION DE PORTEFEUILLE SPÉCIALISÉE OU DE TYPE BOUTIQUE Benoit Brillon, CFA Chef des placements et gestionnaire de portefeuille 22 mai 2015 SURVOL DE LA PRÉSENTATION Qu est-ce qu une firme de gestion

Plus en détail

Open Source, Mythes & Réalités La création de valeur grâce aux technologies Open Source

Open Source, Mythes & Réalités La création de valeur grâce aux technologies Open Source Open Source, Mythes & Réalités La création de valeur grâce aux technologies Open Source 30 Mars 2011 jean-francois.caenen@capgemini.com Chief Technology Officer Capgemini France Une nouvelle vague d adoption

Plus en détail

II. LE PRINCIPE DE LA BASE

II. LE PRINCIPE DE LA BASE II. LE PRINCIPE DE LA BASE Le comportement des opérateurs (position longue ou courte) prend généralement en compte l évolution du cours au comptant et celle du cours à terme. Bien qu ils n évoluent pas

Plus en détail

Jean-Pierre Vickoff www.vickoff.com

Jean-Pierre Vickoff www.vickoff.com Techniques du futur Agile Communication - Architecture - Méthode Vers une approche Agile de 3 ème génération Jean-Pierre Vickoff www.vickoff.com Protocole de séance : Précisions techniques immédiates possibles

Plus en détail

Bâtir et améliorer son système d appréciation

Bâtir et améliorer son système d appréciation Bâtir et améliorer son système d appréciation Bâtir et faire évoluer son système d'appréciation, Se doter de critères pertinents pour son entreprise, Se positionner en tant que conseil dans l'entretien

Plus en détail

La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal

La demande Du consommateur. Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal La demande Du consommateur Contrainte budgétaire Préférences Choix optimal Plan du cours Préambule : Rationalité du consommateur I II III IV V La contrainte budgétaire Les préférences Le choix optimal

Plus en détail

Sylvain MONTREUIL. Entrepreneur, Consultant et Formateur en Business Model Innovation

Sylvain MONTREUIL. Entrepreneur, Consultant et Formateur en Business Model Innovation 1 Contexte A l évidence, le contexte économique est en pleine évolution et subit de rapides changements. Pour rester compétitives, les entreprises doivent constamment innover. Que ce soit pour le lancement

Plus en détail

I. BILAN 2013 ET PROSPECTIVE 2014

I. BILAN 2013 ET PROSPECTIVE 2014 OBSERVATOIRE DYNAMIQUE DES METIERS DE LA BRANCHE I. BILAN 2013 ET PROSPECTIVE 2014 TENDANCES D EVOLUTION ET COMPETENCES EMERGENTES I.3. SECTEUR ETUDES & CONSEIL OPIIEC 25 Quai Panhard et Levassor 75013

Plus en détail

Docteur José LABARERE

Docteur José LABARERE UE7 - Santé Société Humanité Risques sanitaires Chapitre 3 : Epidémiologie étiologique Docteur José LABARERE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

Master en Gouvernance et management des marchés publics en appui au développement durable

Master en Gouvernance et management des marchés publics en appui au développement durable Master en Gouvernance et management des marchés publics en appui au développement durable Turin, Italie Contexte Le Centre international de formation de l Organisation internationale du Travail (CIF-OIT)

Plus en détail

Best Styles ou comment capturer au mieux les primes de risque sur les marchés d actions

Best Styles ou comment capturer au mieux les primes de risque sur les marchés d actions Stratégie Best Styles ou comment capturer au mieux les primes de risque sur les marchés d actions La recherche des primes de risque constitue une stratégie relativement courante sur les marchés obligataires

Plus en détail

www.opex-management.com

www.opex-management.com Paris Luxembourg Bruxelles Casablanca PROGRAMME des formations certifiantes Lean Management et Lean Six Sigma De nouvelles compétences pour les collaborateurs De nouveaux leviers de compétitivité pour

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. LA PREMIERE ECOLE DE COMMERCE DEDIeE AUX METIERS DU WEB. ESCEN - The Web Business School /// Paris - Bordeaux - San Francisco

DOSSIER DE PRESSE. LA PREMIERE ECOLE DE COMMERCE DEDIeE AUX METIERS DU WEB. ESCEN - The Web Business School /// Paris - Bordeaux - San Francisco DOSSIER DE PRESSE ESCEN - The Web Business School /// Paris - Bordeaux - San Francisco LA PREMIERE ECOLE DE COMMERCE DEDIeE AUX METIERS DU WEB ESCEN.fr Préambule 140 étudiants en 2013 1 secteur d activité

Plus en détail

Introduction Que s est-il passé en 2014? Qu attendre de 2015?

Introduction Que s est-il passé en 2014? Qu attendre de 2015? Les grandes tendances Data & Analytics 2015 L épreuve de la réalité janvier 2015 Introduction Que s est-il passé en 2014? Qu attendre de 2015? 2014 a confirmé l intérêt croissant pour la donnée au sein

Plus en détail

Concevoir des supply chains résilientes

Concevoir des supply chains résilientes Concevoir des supply chains résilientes Karine Evrard Samuel CERAG UMR 5820 Université de Grenoble, France Définition de la résilience appliquée aux supply chains La résilience est la capacité à revenir

Plus en détail

N 1. WiSEED finance en capital les startups dès 100 000. WiSEED en quelques chiffres. des investisseurs au sein d un holding dédié à votre entreprise.

N 1. WiSEED finance en capital les startups dès 100 000. WiSEED en quelques chiffres. des investisseurs au sein d un holding dédié à votre entreprise. N 1 WiSEED finance en capital les startups dès 100 000 L a plateforme de crowdfunding WiSEED, pionnière et n 1 en France depuis 2008, a déjà permis à plus de 50 startups de lever plus de 15 millions d

Plus en détail

Évolutions des processus d innovation. chez les constructeurs

Évolutions des processus d innovation. chez les constructeurs Évolutions des processus d innovation C. MIDLER, Conférence IFRI avril 2006 / n 1 chez les constructeurs Christophe Midler Centre de Recherche en Gestion Ecole polytechnique christophe.midler@polytechnique.edu

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

BTS M. U. C. en apprentissage

BTS M. U. C. en apprentissage UFA Jeanne d Arc BTS M. U. C. Management des Unités Commerciales en apprentissage BTS MUC (Management des Unités Commerciales) Durée de la formation : 2 années Un diplôme d enseignement supérieur : Education

Plus en détail

DISCOUNTED CASH-FLOW

DISCOUNTED CASH-FLOW DISCOUNTED CASH-FLOW Principes généraux La méthode des flux futurs de trésorerie, également désignée sous le terme de Discounted Cash Flow (DCF), est très largement admise en matière d évaluation d actif

Plus en détail

Guide du Tuteur Banque et Assurance

Guide du Tuteur Banque et Assurance Guide du Tuteur Banque et Assurance QU EST-CE QUE LE BTS MANAGEMENT DES UNITES COMMERCIALES? Il s agit d une formation en 2 ans proposée aux titulaires d un baccalauréat technologique ou général. Elle

Plus en détail

Réussir le choix de son SIRH

Réussir le choix de son SIRH Réussir le choix de son SIRH Pascale Perez - 17/09/2013 1 L évolution du SI RH 1960 à 1970 : le progiciel de paie. Le système d information RH apparaît dans les années soixante avec la construction des

Plus en détail

123CAPITAL PME. Bénéficiez d une double réduction d impôt : ISF + impôt sur le revenu Sous réserve de conserver votre placement 8 ans minimum

123CAPITAL PME. Bénéficiez d une double réduction d impôt : ISF + impôt sur le revenu Sous réserve de conserver votre placement 8 ans minimum FIP / FONDS D INVESTISSEMENT DE PROXIMITÉ 123CAPITAL PME Bénéficiez d une double réduction d impôt : ISF + impôt sur le revenu Sous réserve de conserver votre placement 8 ans minimum QUI EST 123VENTURE?

Plus en détail

Cursus LaSalle Beauvais d Ingénieur d Affaires, par la voie de l apprentissage

Cursus LaSalle Beauvais d Ingénieur d Affaires, par la voie de l apprentissage Cursus d Ingénieur d Affaires, par la voie de l apprentissage une autre approche de l enseignement en école d ingénieur L'Institut polytechnique est par vocation lié au monde de l'entreprise. Depuis 1999,

Plus en détail

Management Stratégique. Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1.

Management Stratégique. Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1. Management Stratégique Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1 Plan du Module 3 Chap.3- Les modèles fondés sur la structure des marchés

Plus en détail

Comparaison des différentes versions des cadres du PAAS ACTION

Comparaison des différentes versions des cadres du PAAS ACTION Comparaison des différentes versions des cadres du PAAS ACTION Au cours de l année 2014-2015, Emploi Québec a modifié deux fois le chapitre du Programme d aide et d accompagnement social (PAAS) ACTION

Plus en détail

Développement Agile des organisations et des hommes

Développement Agile des organisations et des hommes Développement Agile des organisations et des hommes Le développement RH aujourd hui Des problématiques récurrentes de recrutements et de fidélisation dans le secteur de l IT Des acteurs segmentés par compétences

Plus en détail

Offre Isf 2013. 2013 fonds d investissement de proximité

Offre Isf 2013. 2013 fonds d investissement de proximité Offre Isf 2013 2013 fonds d investissement de proximité du fip 123ISF 2013 Fiscalité La souscription au FIP 123ISF 2013 offre : Une réduction d ISF immédiate de 50% des versements effectués (déduction

Plus en détail

Marketing stratégique : Du diagnostic au plan marketing stratégique

Marketing stratégique : Du diagnostic au plan marketing stratégique Marketing stratégique : Du diagnostic au plan marketing stratégique Dossier 2 : Approches et modèles d analyse stratégique Ce dossier présente, en particulier sur un plan méthodologique, des approches

Plus en détail

Apprentissage par renforcement (1a/3)

Apprentissage par renforcement (1a/3) Apprentissage par renforcement (1a/3) Bruno Bouzy 23 septembre 2014 Ce document est le chapitre «Apprentissage par renforcement» du cours d apprentissage automatique donné aux étudiants de Master MI, parcours

Plus en détail

Chapitre 16 Comment les entreprises fonctionnent-elles?

Chapitre 16 Comment les entreprises fonctionnent-elles? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 7 mai 2015 à 13:59 Chapitre 16 Comment les entreprises fonctionnent-elles? Introduction Regards croisés? car apports de la science économique (économie de la firme)

Plus en détail

E-monitoring : intégrer l émotionnel dans votre «balanced scorecard»

E-monitoring : intégrer l émotionnel dans votre «balanced scorecard» E-monitoring : intégrer l émotionnel dans votre «balanced scorecard» Par Daniel Held, Dr. Es Sc. écon. et Benoit Moransais, lic. ès Sc. écon., associés du cabinet Qualintra SA, Genève Le «balanced scorecard»

Plus en détail

DOSSIER D ENTREPRISE ENTREPRENEURIAT TRANSFORMATION CROISSANCE

DOSSIER D ENTREPRISE ENTREPRENEURIAT TRANSFORMATION CROISSANCE DOSSIER D ENTREPRISE ENTREPRENEURIAT TRANSFORMATION CROISSANCE MOT DE BIENVENUE Le temps des défis est aussi celui des opportunités Madame, Monsieur, J ai le plaisir de partager avec vous le lancement

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

Crise, transmission, concurrence L entreprise face à ses mutations

Crise, transmission, concurrence L entreprise face à ses mutations 11ème Université Interprofessionnelle Mercredi 25 septembre 2013 Espace Tête d Or - Villeurbanne Crise, transmission, concurrence L entreprise face à ses mutations Atelier n 1 Audit social et diagnostic

Plus en détail