Qu est-ce qu un conseiller en investissements financiers (CIF)? Les conseillers en investissements financiers (CIF)

Save this PDF as:
Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Qu est-ce qu un conseiller en investissements financiers (CIF)? Les conseillers en investissements financiers (CIF)"

Transcription

1 MARS 2006 S informer sur... Les conseillers en investissements financiers (CIF) Qu est-ce qu un conseiller en investissements financiers (CIF)? Un conseiller en investissements financiers est une personne qui exerce, à titre de profession habituelle, une activité de conseil portant sur : des services d investissement ou des produits financiers ; des opérations de banque ou opérations connexes ; des opérations sur des biens divers ; des opérations sur des instruments financiers.

2 Les conseillers en investissements financiers (CIF) QU EST-CEQU UNCONSEILLER ENINVESTISSEMENTS FINANCIERS (CIF)? Plus concrètement, le CIF vous conseille sur : la réalisation d opérations sur instruments financiers (ex. : l achat d actions, d obligations, de parts ou d actions d OPCVM, etc.) ; la réalisation d opérations de banque ou d opérations connexes (ex. : les opérations de crédit et de change) ; la fourniture de services d investissement (ex. : l exécution d ordres de bourse) ou de services connexes (ex. : l octroi de prêts en vue d effectuer une transaction qui porte sur un instrument financier). 2

3 BONÀSAVOIR La loi de Sécurité financière du 1 er août 2003 a créé un statut spécifique pour les conseillers en investissements financiers (CIF). Jusqu alors, cette activité, exercée depuis de nombreuses années par des professionnels regroupés sous différentes appellations (conseillers en gestion de patrimoine, conseillers financiers, experts financiers, conseillers en placement, gestionnaires de fortune, etc.) n était régie par aucune loi. L instauration de ce statut permet d entourer l exercice de cette profession de règles et de garanties afin de renforcer la protection des clients. 3

4 Les conseillers en investissements financiers (CIF) QUELLESSONTLESACTIVITÉS INTERDITESAUXCIF? Un CIF ne peut en aucun cas fournir un service d investissement (tels que la réception-transmission d ordres 1 et la gestion de portefeuille pour le compte de tiers 2, par exemple). Ces deux activités réglementées ne peuvent être exercées que par des prestataires de services d investissement agréés 3 ; il est également interdit à tout conseiller en investissements financiers de recevoir de ses clients des fonds (espèces, chèques, effets de commerce, valeurs ou tout autre moyen de paiement). 4 ATTENTION! Un CIF peut néanmoins cumuler plusieurs autres statuts : agent immobilier ; démarcheur bancaire ou financier 4 ; courtier en assurance ; être titulaire de la compétence juridique appropriée (CJA 5 ). A contrario, il existe également des démarcheurs multicartes (qui sont mandatés par plusieurs sociétés de gestion et/ou banques afin de proposer leurs produits) ayant également le statut d agent immobilier et/ou courtier en assurances et/ou titulaire de la CJA et qui n ont pas le statut de CIF. 1 La réception-transmission d ordres désigne l activité qui consiste, pour un intermédiaire financier habilité, à transmettre des ordres de négociation d instruments financiers à un autre intermédiaire qui les exécutera. 2 La gestion de portefeuille pour compte de tiers regroupe deux métiers : la gestion de produits d épargne collective (OPCVM : SICAV et FCP) et la gestion sous mandat qui consiste à gérer au nom et pour le compte du client un portefeuille d instruments financiers. 3 Autorisation délivrée, selon le cas, par le Comité des établissements de crédit et des entreprises d investissement ou par l Autorité des marchés financiers. 4 Pour en savoir plus sur le démarchage bancaire ou financier voir fiche pédagogique intitulée «Démarchage bancaire ou financier» téléchargeable à partir du site Internet de l AMF. 5 Cette compétence offre aux personnes titulaires d une licence en droit la possibilité de donner des consultations juridiques, notamment pour rédiger des actes sous seing privé.

5 QUELLESSONTLESOBLIGATIONS DUCIFENVERSSONCLIENT? Lors de l entrée en relation, le CIF doit remettre au client un document comportant des renseignements tels que : son numéro d enregistrement ; l identité de l association professionnelle à laquelle il adhère ; les liens pouvant l unir à tel ou tel établissement promoteur ; et le cas échéant, les mentions relatives à son activité de démarcheur. Lorsque le CIF prend contact avec un client, il doit : apprécier sa situation financière et son patrimoine ; ses objectifs en matière d investissement (obtenir des revenus complémentaires, optimiser sa situation fiscale, finaliser une acquisition, financer sa retraite, etc.) ; son niveau de connaissance de la matière financière et le degré de risques qu il accepte de prendre ; son horizon d investissement (court, moyen, long terme). 5

6 Les conseillers en investissements financiers (CIF) 6 Avant de formuler un conseil, le CIF doit remettre au client une lettre de mission indiquant : la nature des prestations fournies ; les modalités de rémunération du CIF ; les modalités de l information fournie au client. La lettre de mission comporte enfin la prise de connaissance par le client des renseignements que doit fournir le CIF lors de toute entrée en relation. Cette lettre de mission doit être signée par le CIF et son client. Une fois la relation établie entre le conseiller et son client, tout conseil donné au client est formalisé dans un rapport écrit lequel détaille, notamment, les différentes propositions, leurs avantages et les risques qu elles comportent. Ces différentes obligations ont pour but de renforcer la sécurité des investisseurs en imposant une meilleure information et davantage de transparence.

7 LE FICHIER DES CIF Rubrique CIF et démarchage, fichier des CIF/Associations agréées Chaque CIF doit adhérer à une association professionnelle agréée par l AMF. C est l association (à laquelle il adhère) qui enregistre le CIF sur une liste disponible sur Internet. LES INFORMATIONS À LA DISPOSITION DU PUBLIC DANS LE FICHIER Si le CIF est une personne physique le numéro d enregistrement et la date d attribution de ce numéro ; les noms, prénoms et adresse professionnelle ; la nature des opérations au titre desquelles le CIF exerce son activité de conseil. Si le CIF est une personne morale les noms et adresse et, s il y a lieu, le numéro SIREN ; les noms et prénoms des personnes physiques ayant le pouvoir de gérer ou d administrer cette personne morale ; les noms et prénoms, des personnes physiques employées par cette personne morale pour exercer des activités de CIF. 7 POUR LES PERSONNES NE DISPOSANT PAS D UN ACCÈS INTERNET Contacter le centre de documentation de l AMF au Permanences téléphoniques du lundi au jeudi de 9 h 30 à 12 h 30 et de 14 h 30 à 16 h 30

8 Les conseillers en investissements financiers (CIF) QUIPEUTEXERCERL ACTIVITÉ DECIF? L activité de CIF est soumise à des conditions d accès et d exercice. Les conditions réglementaires d accès avoir la majorité légale ; remplir des conditions d honorabilité ; justifier de la compétence professionnelle : en étant détenteur soit d un diplôme national sanctionnant un premier cycle d études supérieures juridiques ou économiques soit d une formation professionnelle adaptée, soit disposer d une expérience professionnelle d une durée de deux ans. 8 Les conditions d exercice avoir souscrit une assurance ; adhérer à une association professionnelle (agréée par l AMF) qui enregistrera le CIF sur une liste consultable sur le site de l AMF 6 ; respecter les règles de bonne conduite élaborées par l association sur la base des prescriptions prévues dans le règlement général de l AMF. 6 L association peut prévoir des conditions d accès plus strictes, en termes de compétences professionnelles, que le minimum règlementaire requis.

9 QUIPEUTPRÉTENDRE AUSTATUTDECIF? Toute personne (physique ou morale) disposant des compétences requises et remplissant les conditions d accès et d exercice citées ci-avant peut prétendre au statut de CIF. BONÀSAVOIR Certains professionnels relevant d une activité réglementée (banquiers, avocats, notaires) peuvent également exercer (à titre accessoire) une activité de conseil en investissements financiers, sans avoir le statut de CIF. 9

10 Les conseillers en investissements financiers (CIF) 10 PARQUIETCOMMENTLESCIF SONT-ILSCONTRÔLÉS? Les conseillers en investissements financiers sont contrôlés par deux entités distinctes : l association professionnelle à laquelle ils adhèrent et l Autorité des marchés financiers. Le contrôle par les associations professionnelles Un premier niveau de contrôle des conseillers en investissements financiers est effectué par les associations professionnelles de CIF. Celles-ci doivent enregistrer les conseillers en investissement financiers et leur attribuer un numéro d enregistrement après avoir examiné s ils remplissent les conditions d accès à la profession. Ces associations contrôlent le respect par leurs membres des règles de bonne conduite qu elles ont élaborées et sanctionnent les éventuels manquements.

11 En savoir plus sur Les conditions d accès au statut de CIF Règlement général de l AMF, livre III, articles et Les règles de bonne conduite Règlement général de l AMF, livre III, articles à Les conditions d agrément des associations Règlement général de l AMF, livre III, articles à Site Internet de l AMF rubrique Textes de référence Elles ont, en outre, la charge d actualiser les connaissances de leurs adhérents, notamment au travers de l organisation de formations. 11 Le contrôle par l Autorité des marchés financiers L Autorité des marchés financiers intervient sur trois points essentiels : la délivrance de l agrément des associations professionnelles ; l approbation des codes de bonne conduite élaborés par les associations et qui constituent des règles professionnelles pour les conseillers en investissements financiers ; le contrôle et la sanction éventuelle des CIF en cas de manquement aux dispositions légales et à leurs obligations professionnelles.

12 Que faire en cas de litige avec un CIF? Commencer par s adresser directement à l association professionnelle dont il dépend. Si c est sans effet, contacter le médiateur de l AMF : Par écrit : Service de la médiation AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS 17, place de la Bourse PARIS Cedex 02 Par courriel : Par téléphone : Mardi et jeudi de 14 h 00 à 16 h 00 Tél Autorité des marchés financiers 17, Place de la Bourse Paris Cedex 02 Tél. : Fax : Internet :

Conseillers en investissements financiers (CIF)

Conseillers en investissements financiers (CIF) S informer sur Conseillers en investissements financiers (CIF) QU EST-CE QU UN CONSEILLER EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS (CIF)? QUELLES SONT LES ACTIVITÉS INTERDITES AUX CIF? QUELLES SONT LES OBLIGATIONS

Plus en détail

Conseillers en investissements financiers (CIF)

Conseillers en investissements financiers (CIF) S informer sur Conseillers en investissements financiers (CIF) Qu est-ce qu un conseiller en investissements financiers (CIF)? Quelles sont les activités autorisées ou interdites aux CIF? Quelles sont

Plus en détail

S informer sur. Les conseillers en investissements financiers (CIF)

S informer sur. Les conseillers en investissements financiers (CIF) S informer sur Les conseillers en investissements financiers (CIF) Autorité des marchés financiers Les conseillers en investissements financiers (CIF) Sommaire Qu est ce qu un conseiller en investissements

Plus en détail

S informer sur. Les conseillers en investissements financiers (CIF)

S informer sur. Les conseillers en investissements financiers (CIF) S informer sur Les conseillers en investissements financiers (CIF) Octobre 2012 Autorité des marchés financiers Les conseillers en investissements financiers (CIF) Sommaire Qu est ce qu un conseiller en

Plus en détail

S informer sur. L investissement en OPCVM : SICAV et FCP

S informer sur. L investissement en OPCVM : SICAV et FCP S informer sur L investissement en OPCVM : SICAV et FCP Septembre 2011 Autorité des marchés financiers L investissement en OPCVM : SICAV et FCP Sommaire Quels sont les avantages d un placement en OPCVM?

Plus en détail

S informer sur. L investissement en OPC : SICAV et FCP

S informer sur. L investissement en OPC : SICAV et FCP S informer sur L investissement en OPC : SICAV et FCP Autorité des marchés financiers L investissement en OPC : SICAV et FCP Sommaire Quels sont les avantages d un placement en OPC? 03 Comment choisir

Plus en détail

Consultation : projet de règlement général relatif aux conseillers en investissements financiers

Consultation : projet de règlement général relatif aux conseillers en investissements financiers Consultation : projet de règlement général relatif aux conseillers en investissements financiers LIVRE III- PRESTATAIRES TITRE 3- AUTRES PRESTATAIRES CHAPITRE 5- CONSEILLERS EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS

Plus en détail

Atelier Stellium Mes rendez-vous clients Vue d ensemble pour un CIF-CGP Le formalisme CIF présenté est la garantie d une prestation de conseil réalisée avec qualité; c est pourquoi, la CNCIF recommande

Plus en détail

S informer sur. L Autorité des marchés financiers

S informer sur. L Autorité des marchés financiers S informer sur L Autorité des marchés financiers 04 Autorité des marchés financiers L AMF Sommaire L AMF informe les épargnants 03 L AMF veille au bon déroulement des opérations financières et à la transparence

Plus en détail

Conseils en gestion De patrimoine indépendant

Conseils en gestion De patrimoine indépendant 250 000 familles font confiance Aux 2 300 conseils en gestion de patrimoine indépendants Agréés par la Chambre des indépendants du patrimoine Document d entrée en première relation À remettre au client

Plus en détail

Politique DE CLASSEMENT DES CLIENTS

Politique DE CLASSEMENT DES CLIENTS Politique DE CLASSEMENT DES CLIENTS Principaux textes de référence : La politique de classement des clients mise en place au sein de HMG Finance s appuie sur les articles L533-16, L533-20, D533-11 et D533-12

Plus en détail

L ORGANISATION DES VALEURS MOBILIÈRES AU SEIN DES AGENCES BANCAIRES

L ORGANISATION DES VALEURS MOBILIÈRES AU SEIN DES AGENCES BANCAIRES L ORGANISATION DES VALEURS MOBILIÈRES AU SEIN DES AGENCES BANCAIRES Conférence présentée dans le cadre du Séminaire sur les titres d emprunt Projet de renforcement de la COSOB (PRCOSOB) Agence canadienne

Plus en détail

S informer sur. Le médiateur de l AMF

S informer sur. Le médiateur de l AMF S informer sur Le médiateur de l AMF 04 Autorité des marchés financiers Le médiateur de l AMF Sommaire Quelle est la mission du médiateur de l AMF? 03 Quelles situations peuvent donner lieu à médiation?

Plus en détail

Politique de sélection des intermédiaires/contreparties et d exécution des ordres

Politique de sélection des intermédiaires/contreparties et d exécution des ordres Politique de sélection des intermédiaires/contreparties et d exécution des ordres 1 / 5 Préambule : Principes fondamentaux adoptés par Natixis Asset Management Natixis Asset Management en qualité de professionnel

Plus en détail

S informer sur. La protection de mes titres en cas de faillite de mon intermédiaire financier

S informer sur. La protection de mes titres en cas de faillite de mon intermédiaire financier S informer sur La protection de mes titres en cas de faillite de mon intermédiaire financier Octobre 2011 Autorité des marchés financiers La protection de mes titres en cas de faillite de mon intermédiaire

Plus en détail

S informer sur. L investissement en OPC : SICAV et FCP

S informer sur. L investissement en OPC : SICAV et FCP S informer sur L investissement en OPC : SICAV et FCP Autorité des marchés financiers L investissement en OPC : SICAV et FCP Sommaire Quels sont les avantages d un placement en OPC? 03 Comment choisir

Plus en détail

Politique de traitement des demandes d informations ou des réclamations clients

Politique de traitement des demandes d informations ou des réclamations clients Politique de traitement des demandes d informations ou des réclamations clients Document public 27/09/2013 La Banque Postale Structured Asset Management - 34, rue de la Fédération 75737 Paris cedex 15

Plus en détail

POLITIQUE DE CLASSEMENT DES CLIENTS DE HMG FINANCE

POLITIQUE DE CLASSEMENT DES CLIENTS DE HMG FINANCE POLITIQUE DE CLASSEMENT DES CLIENTS DE HMG FINANCE ART. 314-4 ET SUIVANTS DU RÈGLEMENT GÉNÉRAL DE L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS -Actualisée au 12 janvier 2012- I L obligation de classement des clients

Plus en détail

S informer sur. Les SCPI. la «pierre papier»

S informer sur. Les SCPI. la «pierre papier» S informer sur Les SCPI la «pierre papier» Janvier 2014 Autorité des marchés financiers Les SCPI / la «pierre papier» Sommaire Les particularités d un placement en SCPI 03 Les différentes catégories de

Plus en détail

S informer sur. Comment acheter des actions en bourse?

S informer sur. Comment acheter des actions en bourse? S informer sur Comment acheter des actions en bourse? Autorité des marchés financiers Comment acheter des actions en bourse? Sommaire Sous quelle forme dois-je détenir mes actions? 03 Quels sont les frais?

Plus en détail

Conseiller en Investissements Financiers (CIF) : Document d Entrée en Relation

Conseiller en Investissements Financiers (CIF) : Document d Entrée en Relation Conseil en organisation et stratégie patrimoniale 16, rue Baron Henrion 57070 METZ Tél : 03.55.80.87.69 Fax : 03.54.62.21.11 gdesprez@gdpatrimoine.fr Conseiller en Investissements Financiers (CIF) : Document

Plus en détail

- 73 - TABLEAU COMPARATIF

- 73 - TABLEAU COMPARATIF - 73 - TABLEAU COMPARATIF Proposition de visant à permettre aux mutuelles de mettre en place des réseaux de soins Proposition de relative au fonctionnement des réseaux de soins créés par les mutuelles

Plus en détail

S informer sur. Les offres publiques d acquisition : OPA, OPE, etc.

S informer sur. Les offres publiques d acquisition : OPA, OPE, etc. S informer sur Les offres publiques d acquisition : OPA, OPE, etc. Autorité des marchés financiers Les offres publiques d acquisition : OPA, OPE, etc. Sommaire Les principaux acteurs 03 Les différentes

Plus en détail

Guide d information sur les OPCVM

Guide d information sur les OPCVM Guide d information sur les OPCVM 1. Les OPCVM : Définition et types. 2. Les Avantages d un placement en OPCVM. 3. L a constitution d un OPCVM. 4. Le fonctionnement d un OPCVM. 5. Les frais de gestion

Plus en détail

S informer sur. Les OPCVM de capital investissement (FCPR, FCPI, FIP)

S informer sur. Les OPCVM de capital investissement (FCPR, FCPI, FIP) S informer sur Les OPCVM de capital investissement (FCPR, FCPI, FIP) Octobre 2012 Autorité des marchés financiers Les OPCVM de capital investissement (FCPR, FCPI, FIP) Sommaire Quels sont les OPCVM de

Plus en détail

S informer sur. La valeur liquidative d un OPCVM (SICAV et FCP)

S informer sur. La valeur liquidative d un OPCVM (SICAV et FCP) S informer sur La valeur liquidative d un OPCVM (SICAV et FCP) Octobre 2013 Autorité des marchés financiers La valeur liquidative d un OPCVM (SICAV et FCP) Sommaire Le calcul du prix d une action ou d

Plus en détail

S informer sur. Les frais liés à vos investissements financiers

S informer sur. Les frais liés à vos investissements financiers S informer sur Les frais liés à vos investissements financiers Janvier 2012 Autorité des marchés financiers Les frais liés à vos investissements financiers Sommaire Les frais liés à l investissement dans

Plus en détail

L INTERMEDIATION EN BIENS DIVERS (œuvres d art) L affaire Marble Art Invest

L INTERMEDIATION EN BIENS DIVERS (œuvres d art) L affaire Marble Art Invest L INTERMEDIATION EN BIENS DIVERS (œuvres d art) L affaire Marble Art Invest SOMMAIRE I ANALYSE DE LA DECISION MARBLE ART 1. ETAPES DE LA COMMERCIALISATION 2. LE RAISONNEMENT TENU PAR L AMF II LE REGIME

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2007-23 -=-=-=-=-=- Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie :

CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2007-23 -=-=-=-=-=- Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie : Tunis, le 10 octobre 2007 CIRCULAIRE AUX INTERMEDIAIRES AGREES N 2007-23 -=-=-=-=-=- O B J E T / Participation des résidents au capital de sociétés non résidentes établies en Tunisie. Le Gouverneur de

Plus en détail

S informer sur. Les obligations

S informer sur. Les obligations S informer sur Les obligations Octobre 2012 Autorité des marchés financiers Les obligations Sommaire Qu est-ce qu une obligation? 03 Quel est le rendement? 04 Quels sont les risques? 05 Quels sont les

Plus en détail

Contrôle de l intermédiation en opération de banque et services de paiement

Contrôle de l intermédiation en opération de banque et services de paiement Contrôle de l intermédiation en opération de banque et services de paiement Paris, 4 avril 2012 Cécile Sellier - Directeur adjoint Direction du contrôle des pratiques commerciales 1 Sommaire 1. Mission

Plus en détail

La formation professionnelle continue Formation externe / Formation interne

La formation professionnelle continue Formation externe / Formation interne La formation professionnelle continue Formation externe / Formation interne L intitulé «formation», qui peut être affiché dans un document publicitaire, n est pas suffisant pour garantir son financement

Plus en détail

Novembre 2006. Conseillers. en investissements financiers (CIF) Pourquoi? Comment? 0,5 32,5 32,5

Novembre 2006. Conseillers. en investissements financiers (CIF) Pourquoi? Comment? 0,5 32,5 32,5 Conseillers en investissements financiers (CIF) Pourquoi? Comment? Novembre 2006 LeS S informer clés pour ndre sur 10 0,5 % 32,5 * 32,5 = 10 Sommaire 1 2 3 4 5 Le champ d'activité du CIF Quels types de

Plus en détail

CHARTE DE L ADMINISTRATEUR. mise à jour au 23 juillet 2013 ANNEXE AU RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DE L ADMINISTRATEUR. mise à jour au 23 juillet 2013 ANNEXE AU RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION mise à jour au 23 juillet 2013 ANNEXE AU RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION ALBIOMA SOCIÉTÉ ANONYME AU CAPITAL DE 1 122 964,11 IMMEUBLE LE MONGE 22 PLACE DES VOSGES, LA DÉFENSE 5 92400 COURBEVOIE

Plus en détail

JORF n 0024 du 28 janvier 2012. Texte n 14

JORF n 0024 du 28 janvier 2012. Texte n 14 Le 30 janvier 2012 JORF n 0024 du 28 janvier 2012 Texte n 14 DECRET Décret n 2012-100 du 26 janvier 2012 relatif à l immatriculation des intermédiaires en opérations de banque et en services de paiements,

Plus en détail

SODEJE Assurances & Patrimoine

SODEJE Assurances & Patrimoine PROCEDURE DE TRAITEMENT DES RECLAMATIONS SARL SODEJE ASSURANCES ET PATRIMOINE Actualisée en date du 16/04/2015 SOMMAIRE : Introduction I- Définir une réclamation II- III- IV- Modalités de saisine du cabinet

Plus en détail

Les professionnels de l immobilier

Les professionnels de l immobilier PARTIE 1 Les professionnels de l immobilier Chapitre 1 Les métiers de l immobilier 23 Chapitre 2 La réglementation des activités de l immobilier 27 Les métiers de l immobilier Le secteur de l immobilier

Plus en détail

INSTRUCTION N 22/99 RELATIVE A L AGREMENT DES ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF EN VALEURS MOBILIERES ET A L INFORMATION DU PUBLIC

INSTRUCTION N 22/99 RELATIVE A L AGREMENT DES ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF EN VALEURS MOBILIERES ET A L INFORMATION DU PUBLIC UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE CONSEIL REGIONAL DE L EPARGNE PUBLIQUE ET DES MARCHES FINANCIERS INSTRUCTION N 22/99 RELATIVE A L AGREMENT DES ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF EN VALEURS MOBILIERES ET

Plus en détail

Les professions immobilières. Règlementation

Les professions immobilières. Règlementation Les professions immobilières Règlementation CCILHV/DET/PF/Juin 2015 Le contexte La loi n 2014 366 du 24 mars 2014 transfère la délivrance de la carte professionnelle des activités immobilières énoncées

Plus en détail

Position AMF Le recueil des informations relatives à la connaissance du client DOC-2013-02

Position AMF Le recueil des informations relatives à la connaissance du client DOC-2013-02 Position AMF Le recueil des informations relatives à la connaissance du client DOC-2013-02 Textes de référence : articles 314-44, 314-46, 314-47, 314-51 à 314-53, 317-7 1 et 325-7 du règlement général

Plus en détail

Loi n 44-10 relative au statut de «Casablanca Finance City» telle que modifiée et complétée par la loi n 68-12

Loi n 44-10 relative au statut de «Casablanca Finance City» telle que modifiée et complétée par la loi n 68-12 Loi n 44-10 relative au statut de «Casablanca Finance City» telle que modifiée et complétée par la loi n 68-12 Article premier Il est créé, en vertu de la présente loi, une place financière à Casablanca

Plus en détail

Le statut des sous-traitants est essentiellement régi par la loi n 75-1334 du 31 décembre 1975 relative à la sous-traitance.

Le statut des sous-traitants est essentiellement régi par la loi n 75-1334 du 31 décembre 1975 relative à la sous-traitance. RAPPEL Le statut des sous-traitants est essentiellement régi par la loi n 75-1334 du 31 décembre 1975 relative à la sous-traitance. Un décret du 21 novembre 2011 modifie le contenu de l'attestation que

Plus en détail

DOCUMENT D ENTREE EN RELATION

DOCUMENT D ENTREE EN RELATION DOCUMENT D ENTREE EN RELATION Conforme à l'article 325-3 du règlement général de l'amf et à l'article L 520-1 du code des assurances, en application de la réglementation destinée à protéger les investisseurs,

Plus en détail

Congé Individuel de Formation

Congé Individuel de Formation Congé Individuel de Formation Congé Bilan de Compétences Congé Validation des Acquis de l'expérience www.fongecifcentre.com Le Congé Bilan de Compétences c est quoi? C est la possibilité pour vous, salarié,

Plus en détail

Togo. Loi relative aux entreprises d investissement à capital fixe

Togo. Loi relative aux entreprises d investissement à capital fixe Loi relative aux entreprises d investissement à capital fixe Loi uniforme n 2009-23 du 14 octobre 2009 [NB - Loi uniforme n 2009-23 du 14 octobre 2009 relative aux entreprises d investissement à capital

Plus en détail

MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES & SERVICES

MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES & SERVICES MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES & SERVICES Communauté de Communes des Collines du Nord Dauphiné 566, Avenue de l Europe 38540 HEYRIEUX Tél : 04 72 48 19 89 OBJET : MAINTENANCE DU PARC INFORMATIQUE

Plus en détail

MARCHE N 15 ENM 45. FORMATION «Aborder l audience et les relations professionnelles - l analyse transactionnelle»

MARCHE N 15 ENM 45. FORMATION «Aborder l audience et les relations professionnelles - l analyse transactionnelle» MARCHE N 15 ENM 45 - FORMATION CONTINUE- FORMATION «Aborder l audience et les relations professionnelles - l analyse transactionnelle» DATE LIMITE DE REMISE DES OFFRES : Mercredi 13 janvier 2016 à 17 heures

Plus en détail

JORF n 0108 du 11 mai 2013. Texte n 5

JORF n 0108 du 11 mai 2013. Texte n 5 JORF n 0108 du 11 mai 2013 Texte n 5 DECRET Décret n 2013-388 du 10 mai 2013 portant adaptatio n des pouvoirs et missions des autorités de supervision en matière bancaire et financière en raison de la

Plus en détail

LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA

LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA LES INTERVENANTS DE LA BOURSE DES VALEURS DE CASABLANCA Plan INTRODUCTION 1 / LA SOCIÉTÉ DE BOURSE DE CASABLANCA 2 / L AUTORITE DE SURVEILLANCE (CDVM) 3 / LES SOCIETES DE BOURSE 4 / LES ORGANISMES DE PLACEMENT

Plus en détail

LIVRET DE FORMATION IOBSP «Niveau I» (Art. R. 519-12 du code monétaire et financier)

LIVRET DE FORMATION IOBSP «Niveau I» (Art. R. 519-12 du code monétaire et financier) LIVRET DE FORMATION IOBSP «Niveau I» (Art. R. 519-12 du code monétaire et financier) RÈGLES À OBSERVER POUR LA TENUE DU LIVRET Dans les pages intérieures, veillez à ne pas laisser de ligne vierge et à

Plus en détail

REGLEMENT DE CONSULTATION MARCHE ART30 MARCHE N AAAA/FC/XX. Prestations de formation organisées par le service Formation Continue de la CCI

REGLEMENT DE CONSULTATION MARCHE ART30 MARCHE N AAAA/FC/XX. Prestations de formation organisées par le service Formation Continue de la CCI CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE DE SEINE ET MARNE REGLEMENT DE CONSULTATION MARCHE ART30 MARCHE N AAAA/FC/XX Prestations de formation organisées par le service Formation Continue de la CCI Ce document

Plus en détail

MARCHE N 15 ENM 42. FORMATION «Assistance à la rédaction de modules de formation interne et à l animation de formation de formateurs»

MARCHE N 15 ENM 42. FORMATION «Assistance à la rédaction de modules de formation interne et à l animation de formation de formateurs» MARCHE N 15 ENM 42 - FORMATIIONS PROFESSIIONNELLES SPECIIALIISEES - FORMATION «Assistance à la rédaction de modules de formation interne et à l animation de formation de formateurs» DATE LIMITE DE REMISE

Plus en détail

S informer sur. Les documents d information des sociétés cotées en bourse

S informer sur. Les documents d information des sociétés cotées en bourse S informer sur Les documents d information des sociétés cotées en bourse Autorité des marchés financiers Les documents d information des sociétés cotées en bourse Sommaire Le prospectus pour les introductions

Plus en détail

PLACEMENTS FINANCIERS

PLACEMENTS FINANCIERS EN TOUTE AUTONOMIE OU AVEC L AIDE DE PROFESSIONNELS, TOUTES LES SOLUTIONS POUR VALORISER VOTRE PATRIMOINE Avec les solutions Groupama Banque, vous valorisez votre capital(1) avec des supports d investissement

Plus en détail

Mandat d audit confié à l expert-réviseur

Mandat d audit confié à l expert-réviseur Commission de haute surveillance de la prévoyance professionnelle CHS PP Annexe au ch. 2.1.4 des directives de la CHS PP «D 01/2014 Habilitation des gestionnaires de fortune actifs dans la prévoyance professionnelle»

Plus en détail

FIDEREC ANNEE 2013 RAPPORT DE TRANSPARENCE

FIDEREC ANNEE 2013 RAPPORT DE TRANSPARENCE FIDEREC ANNEE 2013 RAPPORT DE TRANSPARENCE Article R 823-21 du code du commerce : Les commissaires aux comptes désignés auprès de personnes ou d'entités faisant appel public à l'épargne ou auprès d'établissements

Plus en détail

La Commission de Contrôle des Informations Nominatives,

La Commission de Contrôle des Informations Nominatives, DELIBERATION N 2012-99 DU 25 JUIN 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE SUR LA DEMANDE PRESENTEE PAR LE MINISTRE D ETAT RELATIVE A LA MISE EN ŒUVRE PAR LA

Plus en détail

Banque Canadienne Impériale de Commerce Mandat du conseil d administration 1

Banque Canadienne Impériale de Commerce Mandat du conseil d administration 1 1 1. OBJET (1) Les membres du conseil d administration ont le devoir de surveiller la gestion des affaires tant commerciales qu internes de la Banque CIBC. Le conseil d administration donne, à la fois

Plus en détail

Introduction à la réforme MiFID*

Introduction à la réforme MiFID* Introduction à la réforme MiFID* Pour Pour obtenir obtenir la la présentation complète, écrire écrire à à :: finance@sia-conseil.com Janvier 2007 * Markets in Financial Instruments Directive Sommaire Introduction

Plus en détail

FINADOC PRO. Services financiers aux professionnels du droit et du chiffre pour leurs clients. pro.finadoc.com f.almaleh@finadoc.

FINADOC PRO. Services financiers aux professionnels du droit et du chiffre pour leurs clients. pro.finadoc.com f.almaleh@finadoc. FINADOC PRO Services financiers aux professionnels du droit et du chiffre pour leurs clients pro.finadoc.com f.almaleh@finadoc.com 03 66 72 10 81-06 01 99 20 51 FINADOC : Finances - Audit - Organisation

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES. «PRESTATION DE SURVEILLANCE et GARDIENNAGE DES LOCAUX D AGROCAMPUS OUEST»

MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES. «PRESTATION DE SURVEILLANCE et GARDIENNAGE DES LOCAUX D AGROCAMPUS OUEST» MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES «PRESTATION DE SURVEILLANCE et GARDIENNAGE DES LOCAUX D AGROCAMPUS OUEST» PROCEDURE ADAPTEE (Article 28 du Code des Marchés Publics) REGLEMENT DE CONSULTATION (R.C) Numéro

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL PYRENEES GASCOGNE

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL PYRENEES GASCOGNE CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL PYRENEES GASCOGNE La médiation bancaire est régie par le Code de la consommation (en particulier les articles L. 151-1 à L. 157-2) et le Code monétaire

Plus en détail

Les types de marchés, procédures et délais de publicité.

Les types de marchés, procédures et délais de publicité. Les types de marchés, procédures et délais de publicité. Les points essentiels à retenir : - Les marchés sont en principe dévolus par lot, chaque candidat doit, en conséquence, présenter une offre pour

Plus en détail

253, avenue du Général Leclerc 94701 MAISONS-ALFORT CEDEX

253, avenue du Général Leclerc 94701 MAISONS-ALFORT CEDEX Le Directeur Général Maisons-Alfort, le 17 février 2010 Procédure : Consultation par demande de présentation d une offre en application de l article 28 du Code des marchés publics Marché n : 10_05 Formation

Plus en détail

Qui peut être désigné comme délégué syndical? Quelles sont les missions du délégué syndical?

Qui peut être désigné comme délégué syndical? Quelles sont les missions du délégué syndical? Sommaire Synthèse Fiche détaillée Qui peut être désigné comme délégué syndical? Quelles sont les missions du délégué syndical? Quels sont les documents dont le délégué syndical est destinataire? Peut-il

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE CENTRE-EST

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE CENTRE-EST CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE CENTRE-EST La médiation bancaire est régie par le Code de la consommation (en particulier les articles L. 151-1 à L. 157-2) et le Code monétaire et financier

Plus en détail

Le FICP Fichier national des Incidents de remboursement des Crédits aux Particuliers

Le FICP Fichier national des Incidents de remboursement des Crédits aux Particuliers LES MINI-GUIDES BANCAIRES Repère n 17 Le FICP Fichier national des Incidents de remboursement des Crédits aux Particuliers Ce mini-guide a été conçu par le Centre d Information Bancaire 18 rue La Fayette

Plus en détail

HMG FINANCE. Traitement des réclamations

HMG FINANCE. Traitement des réclamations HMG FINANCE Traitement des réclamations Conformément à l arrêté du 14 juin 2012 portant homologation de modifications du règlement général de l Autorité des marchés financiers, en vigueur depuis le 1 er

Plus en détail

Cahier des charges d achat de formation

Cahier des charges d achat de formation Cahier des charges d achat de formation MISE EN CONCURRENCE POUR : LES ACTIONS COLLECTIVES 2014 FORMATIONS PROFESSIONNELLES Région : MARTINIQUE Références : CDC-15-003-2014 FAFSEA Délégation Martinique

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE PLACEMENT DU FONDS DE PENSION BANQUE DU CANADA

MANDAT DU COMITÉ DE PLACEMENT DU FONDS DE PENSION BANQUE DU CANADA 24 septembre 2013 MANDAT DU COMITÉ DE PLACEMENT DU FONDS DE PENSION BANQUE DU CANADA 1. Introduction La Banque du Canada (la «Banque») est l administrateur du Régime de pension de la Banque du Canada (le

Plus en détail

LA CLASSIFICATION CLIENTELE SELON MIF

LA CLASSIFICATION CLIENTELE SELON MIF Introduction La «catégorisation» des clients correspond à la qualité de client professionnel, client non professionnel ou contrepartie éligible. Cette terminologie juridique correspond à celle employée

Plus en détail

REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana ----------------- MINISTERE DES FINANCES ET DU BUDGET ----------------

REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana ----------------- MINISTERE DES FINANCES ET DU BUDGET ---------------- REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana-Fahafahana-Fandrosoana ----------------- MINISTERE DES FINANCES ET DU BUDGET ---------------- DECRET N 2009-048 Fixant les modalités d application de la loi n 2006-008

Plus en détail

Présentation du rapport d activité 2012 du Pôle commun ACP/AMF

Présentation du rapport d activité 2012 du Pôle commun ACP/AMF Présentation du rapport d activité 2012 du Pôle commun ACP/AMF Natalie Lemaire Directrice des Relations avec les Epargnants, AMF et Coordinatrice des travaux du pôle commun ACP/AMF Conférence de Presse

Plus en détail

Fiche pratique n 14 Le Délai de Rétractation (31/05/10)

Fiche pratique n 14 Le Délai de Rétractation (31/05/10) Fiche pratique n 14 Le Délai de Rétractation (31/05/10) Le délai de rétractation, tout le monde en a entendu parler. Beaucoup ont même déjà employé cette notion mais souvent, dans un contexte qui n était

Plus en détail

PERSONNES HANDICAPEES «MODUL HAND» Prestation approuvée par le Conseil d administration du Fongecif Bretagne

PERSONNES HANDICAPEES «MODUL HAND» Prestation approuvée par le Conseil d administration du Fongecif Bretagne PRESTATION SPECIFIQUE A DESTINATION DES PERSONNES HANDICAPEES «MODUL HAND» CAHIER DES CHARGES Prestation approuvée par le Conseil d administration du Fongecif Bretagne Nom de l organisme prestataire de

Plus en détail

Règlement intérieur. de l Union des Démocrates et Indépendants

Règlement intérieur. de l Union des Démocrates et Indépendants Règlement intérieur de l Union des Démocrates et Indépendants TITRE I - LES ADHERENTS Article 1 : Adhésions, cotisations et dons Les demandes d adhésion sont adressées soit aux fédérations, soit aux personnes

Plus en détail

LOI N 86-21 du 16 juin 1986 instituant une Caisse des Règlements Pécuniaires des Avocats (CARPA)

LOI N 86-21 du 16 juin 1986 instituant une Caisse des Règlements Pécuniaires des Avocats (CARPA) LOI N 86-21 du 16 juin 1986 instituant une Caisse des Règlements Pécuniaires des Avocats (CARPA) EXPOSE DES MOTIFS L Article 82 de la loi N 84-09 du 4 janvier 1984, portant création de l Ordre des Avocats

Plus en détail

INFORMATIONS «SALLE D ATTENTE»

INFORMATIONS «SALLE D ATTENTE» Conseil départemental de Paris INFORMATIONS «SALLE D ATTENTE» Votre salle d attente est un lieu de votre cabinet dans lequel les patients, ou toute personne qui y passe, doivent avoir accès aux informations

Plus en détail

Vu la loi n 94-117 du 14 novembre 1994, portant réorganisation du marché financier,

Vu la loi n 94-117 du 14 novembre 1994, portant réorganisation du marché financier, Décret n 99-2773 du 13 décembre 1999 relatif à la fixation des conditions d ouverture des «Comptes Epargne en Actions», des conditions de leur gestion et de l utilisation des sommes et titres qui y sont

Plus en détail

MODELE D AVIS D APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE

MODELE D AVIS D APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE Page 1 MODELE D AVIS D APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE pris en application de l article 2 du décret n 2004-16 du 7 janvier 2004 modifié concernant certains marchés publics passés pour les besoins de la défense

Plus en détail

GUIDE DE L UTISATEUR POUR L AGREMENT

GUIDE DE L UTISATEUR POUR L AGREMENT GUIDE DE L UTISATEUR POUR L AGREMENT PAR BRUXELLES FORMATION D UN PLAN / PROGRAMME DE CIP Quels sont les documents nécessaires à l introduction d un dossier d agrément de plan / programme de CIP auprès

Plus en détail

DÉCLARATION PAR UN RÉSIDENT

DÉCLARATION PAR UN RÉSIDENT N 3916 N 11916 * 05 N 50869 # 05 DÉCLARATION PAR UN RÉSIDENT D UN COMPTE OUVERT HORS DE FRANCE 1. IDENTITÉ DU (OU DES) DÉCLARANT(S) (CODE GÉNÉRAL DES IMPÔTS : ART. 1649 A, 2 e ET 3 e AL. ; ART. 1758 ET

Plus en détail

POLITIQUE SUR L ÉVALUATION DES APPRENTISSAGES EN FORMATION GÉNÉRALE À L ENSEIGNEMENT PRIMAIRE ET SECONDAIRE

POLITIQUE SUR L ÉVALUATION DES APPRENTISSAGES EN FORMATION GÉNÉRALE À L ENSEIGNEMENT PRIMAIRE ET SECONDAIRE COMMISSION SCOLAIRE DE KAMOURASKA RIVIÈRE-DU-LOUP Code : SE 1998 01 En vigueur : Approbation : Marcien Proulx directeur général POLITIQUE SUR L ÉVALUATION DES APPRENTISSAGES EN FORMATION GÉNÉRALE À L ENSEIGNEMENT

Plus en détail

Règlement de la Consultation

Règlement de la Consultation MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES SMICTOM DU CARCASSONNAIS ZA Lannolier 1075, bd François Xavier Fafeur 11890 CARCASSONNE cedex 09 Tél: 04.68.11.97.00 PETITS TRAVAUX DE METALLERIE ET

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE FOURNITURE Procédure adaptée. Fourniture d un véhicule utilitaire neuf ou occasion camion benne équipé d une grue

MARCHE PUBLIC DE FOURNITURE Procédure adaptée. Fourniture d un véhicule utilitaire neuf ou occasion camion benne équipé d une grue Palais Jacques d Amboise - Parc abbatial 71250 CLUNY Tél. : 03 85 59 05 87 Fax : 03 85 59 89 47 MARCHE PUBLIC DE FOURNITURE Procédure adaptée Fourniture d un véhicule utilitaire neuf ou occasion camion

Plus en détail

MIEUX ORGANISER VOTRE COMPTABILITE POUR REALISER UN BILAN

MIEUX ORGANISER VOTRE COMPTABILITE POUR REALISER UN BILAN MIEUX ORGANISER VOTRE COMPTABILITE POUR REALISER UN BILAN RAPPEL DES FONDAMENTAUX ORGANISATION ADMINISTRATIVE ET FINANCIERE Email : caecp_sarl@orange.fr FONDAMENTAUX La loi du 1 er juillet 1901 n impose

Plus en détail

Position AMF n 2013-02 Le recueil des informations relatives à la connaissance du client

Position AMF n 2013-02 Le recueil des informations relatives à la connaissance du client Position AMF n 2013-02 Le recueil des informations relatives à la connaissance du client Textes de référence : articles 314-44, 314-46, 314-47, 314-51 à 314-53 et 325-7 du règlement général de l AMF 1.

Plus en détail

Politique de gestion financière

Politique de gestion financière Politique de gestion financière Politique adoptée par le comité exécutif, le 30 mars 2012 TABLE DES MATIÈRES AVANT PROPOS... 1 OBJET... 1 1. RÈGLES DE GESTION FINANCIÈRE 1.1 Approbation du budget... 3

Plus en détail

RAPPORT GENERAL DU COMMISSAIRE AUX COMPTES. Exercice clos le 31 décembre 2008 SIRET 445 146 111 00015

RAPPORT GENERAL DU COMMISSAIRE AUX COMPTES. Exercice clos le 31 décembre 2008 SIRET 445 146 111 00015 DIDIER IVARRA EXPERT COMPTABLE Résidence Beaumanoir Bat 3 COMMISSAIRE AUX COMPTES Allée des Lilas 13 100 Aix en Pce : 04 42 91 25 60 Fax : 04 42 91 25 61 didier.ivarra@wanadoo.fr FINANCIERE ET IMMOBILIERE

Plus en détail

S informer sur. Investir votre épargne : étape par étape

S informer sur. Investir votre épargne : étape par étape S informer sur Investir votre épargne : étape par étape Autorité des marchés financiers Investir votre épargne : étape par étape Sommaire Se poser les bonnes questions avant d investir 03 Prendre contact

Plus en détail

REGLEMENT DE LA CONSULTATION

REGLEMENT DE LA CONSULTATION Acquisition de Micro-ordinateurs, Micro-ordinateurs Portables, Prestations informatiques Par la Chambre Régionale de Métiers & de l Artisanat de Midi-Pyrénées REGLEMENT DE LA CONSULTATION M.A.P.A. N 2014

Plus en détail

DOCUMENT DE CONSULTATION 19 OCOTBRE 2015 APPEL D OFFRES PRESTATION METHODOLOGIE. Bpifrance PRESTATION PILOTAGE PROJET GRC 1

DOCUMENT DE CONSULTATION 19 OCOTBRE 2015 APPEL D OFFRES PRESTATION METHODOLOGIE. Bpifrance PRESTATION PILOTAGE PROJET GRC 1 DOCUMENT DE CONSULTATION 19 OCOTBRE 2015 APPEL D OFFRES PRESTATION METHODOLOGIE DSI 2015 322 PAS EPE PILOTAGE PROJET GRC Bpifrance PRESTATION PILOTAGE PROJET GRC 1 TYPE DE PROCEDURE Marché privé, passé

Plus en détail

Médecins. Date : 04 08 2012 Mise en place des nouvelles options conventionnelles relatives à la démographie

Médecins. Date : 04 08 2012 Mise en place des nouvelles options conventionnelles relatives à la démographie Médecins Date : 04 08 2012 Mise en place des nouvelles options conventionnelles relatives à la démographie La convention nationale des médecins libéraux, signée le 26 juillet 2011, a défini dans son article

Plus en détail

Le Congé individuel de formation CIF CNAM PARIS

Le Congé individuel de formation CIF CNAM PARIS Le Congé individuel de formation CIF CNAM PARIS «Le CIF permet de suivre une formation d un an à temps plein ou de 1200 heures à temps partiel.» Le CIF : étape par étape Qu est-ce que le CIF? Attention

Plus en détail

protection future Le champ d application du mandat de protection future...4 Les formes du mandat de protection future...5

protection future Le champ d application du mandat de protection future...4 Les formes du mandat de protection future...5 protection future protection future Le champ d application du mandat de protection future...4 Les formes du mandat de protection future...5 La mise en œuvre du mandat de protection future...6 Le contrôle

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change

Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change Recommandation sur la commercialisation auprès des particuliers de prêts comportant un risque de change 2015-R-04 du 2 mars 2015 1. Contexte de la recommandation 2012-R-01 publiée le 6 avril 2012 Des établissements

Plus en détail

SARL CONCEPT & STRATEGIE

SARL CONCEPT & STRATEGIE LETTRE DE MISSION Suivi patrimonial Mr et Mme SARL CONCEPT & STRATEGIE Siège social: 29 boulevard de la Ferrage Résidence Cannes 2000 06400 CANNES SARL Cap. 10 000 - Siret 504 714 122 00034 - Code APE

Plus en détail

PARTIE 1 La démarche de VAE pour le DPAS

PARTIE 1 La démarche de VAE pour le DPAS PARTIE 1 La démarche de VAE pour le DPAS 10954_VAE_p011p040_part1_JCL.indd 11 23/05/08 11:05:10 FICHE La VAE : 1 principes et modalités Faire reconnaître vos connaissances, aptitudes et compétences acquises

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES DE BUREAU

MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES DE BUREAU Terre d équilibre MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES DE BUREAU Mairie De DRUMETTAZ-CLARAFOND 102 Route du Chef Lieu 73420 DRUMETTAZ-CLARAFOND Tél : 04.79.63.64.00 Fax : 04.79.63.64.01 FOURNITURE DE FOURNITURES

Plus en détail

Your Trusted Wealth Manager

Your Trusted Wealth Manager Your Trusted Wealth Manager QUI NOUS SOMMES TURQUOISE CAPITAL MANAGEMENT LTD ( TURQUOISE ) agit dans le cadre d un agrément octroyé par la FSC en tant que Conseiller en Placements (Sans Restriction) plus

Plus en détail