Groupoïdes quantiques mesurés : axiomatique, étude, dualité, exemples

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Groupoïdes quantiques mesurés : axiomatique, étude, dualité, exemples"

Transcription

1 Groupoïdes quantiques mesurés : axiomatique, étude, dualité, exemples Franck LESIEUR Mathématiques et Applications, Physique Mathématique d Orléans UMR BP ORLEANS CEDEX 2 - FRANCE web : Soutenance de thèse p.1/26

2 Introduction PARTIE I : Notations - Outils PARTIE II : Définitions - Théorie générale PARTIE III : Exemples Soutenance de thèse p.2/26

3 Introduction PARTIE I : Notations - Outils PARTIE II : Définitions - Théorie générale PARTIE III : Exemples Soutenance de thèse p.2/26

4 Introduction PARTIE I : Notations - Outils PARTIE II : Définitions - Théorie générale PARTIE III : Exemples Soutenance de thèse p.2/26

5 PARTIE I : Notations - Outils Soutenance de thèse p.3/26

6 Théorie spatiale N désigne une algèbre de von Neumann et ν un poids nsf sur N, α une *-représentation non dégénérée et normale de N sur H. Soutenance de thèse p.4/26

7 Théorie spatiale N désigne une algèbre de von Neumann et ν un poids nsf sur N, α une *-représentation non dégénérée et normale de N sur H. On définit les éléments bornés de α H par rapport à ν : D( α H, ν)={ξ H C, α(y)ξ C Λ ν (y), y N ν } Soutenance de thèse p.4/26

8 Théorie spatiale N désigne une algèbre de von Neumann et ν un poids nsf sur N, α une *-représentation non dégénérée et normale de N sur H. On définit les éléments bornés de α H par rapport à ν : D( α H, ν)={ξ H C, α(y)ξ C Λ ν (y), y N ν } Alors, pour tout ξ D( α H, ν), il existe un opérateur borné R α,ν (ξ) Hom N (H ν, H) tel que, pour tout n N ν, on a : R α,ν (ξ)λ ν (n) = α(n)ξ Soutenance de thèse p.4/26

9 Théorie spatiale N désigne une algèbre de von Neumann et ν un poids nsf sur N, α une *-représentation non dégénérée et normale de N sur H. On définit les éléments bornés de α H par rapport à ν : D( α H, ν)={ξ H C, α(y)ξ C Λ ν (y), y N ν } Alors, pour tout ξ D( α H, ν), il existe un opérateur borné R α,ν (ξ) Hom N (H ν, H) tel que, pour tout n N ν, on a : R α,ν (ξ)λ ν (n) = α(n)ξ On définit aussi, pour tous ξ, η D( α H, ν), l opérateur : < ξ, η > α,ν = R α,ν (η) R α,ν (ξ) π ν (N) N o Soutenance de thèse p.4/26

10 Produit tensoriel relatif N désigne une algèbre de von Neumann et ν un poids nsf sur N α (resp. β) une *-(resp. anti-)représentation non dégénérée et normale de N sur un espace de Hilbert H (resp. K). Soutenance de thèse p.5/26

11 Produit tensoriel relatif N désigne une algèbre de von Neumann et ν un poids nsf sur N α (resp. β) une *-(resp. anti-)représentation non dégénérée et normale de N sur un espace de Hilbert H (resp. K). On définit l espace de Hilbert K β α H comme le complété ν séparé du produit tensoriel algébrique K D( α H, ν) pour le produit scalaire : (ξ η ξ η ) = (β(< η, η > α,ν )ξ ξ ) pour tous ξ, ξ K et tous η, η D( α H, ν). Soutenance de thèse p.5/26

12 Produit tensoriel relatif N désigne une algèbre de von Neumann et ν un poids nsf sur N α (resp. β) une *-(resp. anti-)représentation non dégénérée et normale de N sur un espace de Hilbert H (resp. K). On définit l espace de Hilbert K β α H comme le complété ν séparé du produit tensoriel algébrique K D( α H, ν) pour le produit scalaire : (ξ η ξ η ) = (β(< η, η > α,ν )ξ ξ ) pour tous ξ, ξ K et tous η, η D( α H, ν). On peut définir, de manière naturelle, un opérateur x β α N pour tous x β(n) et y α(n). y Soutenance de thèse p.5/26

13 Produit fibré Si β(n) M 1 L(K) et α(n) M 2 L(H), on définit le produit fibré des algèbres de von Neumann M 1 par M 2 au-dessus de N par : M 1 β α N M 2 = (M 1 β α N M 2) L(K β α ν H) Si (P 1, β ) et (P 2, α ) satisfont des relations analogues et si Φ 1 et Φ 2 sont des *-homorphismes normaux tels que : Φ 1 : (M 1 ) β (P 1 ) β et Φ 2 : α (M 2 ) α (P 2 ) alors on peut définir un *-homomorphisme normal : Φ 1 β α N Φ 2 : M 1 β α N M 2 P 1 β α N P 2 Soutenance de thèse p.6/26

14 Unitaire pseudo-multiplicatif N désigne une algèbre de von Neumann et ν un poids nsf sur N, α (resp. β, ˆβ) une *-(resp. anti-) représentation non dégénérée et normale de N sur un espace de Hilbert H. On suppose que α, β, ˆβ commutent 2 à 2. Soutenance de thèse p.7/26

15 Unitaire pseudo-multiplicatif Un unitaire pseudo-multiplicatif au-dessus de N pour α, β, ˆβ est un opérateur W : H ˆβ α ν H H α β ν o H tel que : Soutenance de thèse p.7/26

16 Unitaire pseudo-multiplicatif Un unitaire pseudo-multiplicatif au-dessus de N pour α, β, ˆβ est un opérateur W : H ˆβ α ν W est un unitaire ; H H α β ν o H tel que : Soutenance de thèse p.7/26

17 Unitaire pseudo-multiplicatif Un unitaire pseudo-multiplicatif au-dessus de N pour α, β, ˆβ est un opérateur W : H ˆβ α ν W est un unitaire ; H H α β ν o H tel que : W vérifie, pour tous n, n N, les relations de commutations suivantes : ( ˆβ(n) α β N o (β(n) α β N o α(n ))W = W (α(n ) ˆβ α N ˆβ(n ))W = W (β(n) ˆβ α N β(n)) ; ˆβ(n )) ; Soutenance de thèse p.7/26

18 Unitaire pseudo-multiplicatif Un unitaire pseudo-multiplicatif au-dessus de N pour α, β, ˆβ est un opérateur W : H ˆβ α ν W est un unitaire ; H H α β ν o H tel que : W vérifie, pour tous n, n N, les relations de commutations suivantes : ( ˆβ(n) α β N o (β(n) α β N o α(n ))W = W (α(n ) ˆβ α N ˆβ(n ))W = W (β(n) ˆβ α N β(n)) ; ˆβ(n )) ; Relation pentagonale : W 12 W 13 W 23 = W 23 W 12 Soutenance de thèse p.7/26

19 Bimodule de Hopf N, M désignent des algèbres de von Neumann, α une *-représentation non dégénérée et normale de N dans M, β une *-antireprésentation non dégénérée, normale de N dans M. On suppose que α et β commutent 2 à 2. On désigne par bimodule de Hopf tout quintuplet (N, M, α, β, Γ) où Γ désigne un *-homomorphisme de M dans M β α N normal tel que, pour tout n N, on a : M injectif et Γ(α(n)) = α(n) β α N 1 et Γ(β(n)) = 1 β α N β(n) ; Γ satisfait la relation (Γ β α N id) Γ = (id β α N Γ) Γ. Soutenance de thèse p.8/26

20 POP invariant (N, M, α, β, Γ) désigne un bimodule de Hopf. Soutenance de thèse p.9/26

21 POP invariant (N, M, α, β, Γ) désigne un bimodule de Hopf. Un POP nsf T L de M + dans α(n) + est invariant à gauche si : (id β α N T L )Γ(x) = T L (x) β α N 1 pour tout x M + T L Soutenance de thèse p.9/26

22 POP invariant (N, M, α, β, Γ) désigne un bimodule de Hopf. Un POP nsf T L de M + dans α(n) + est invariant à gauche si : (id β α N T L )Γ(x) = T L (x) β α N 1 pour tout x M + T L Un *-anti-automorphisme R de M est une coinvolution si : R 2 = id, R α = β et ς N o (R β α N R) Γ = Γ R Soutenance de thèse p.9/26

23 POP invariant (N, M, α, β, Γ) désigne un bimodule de Hopf. Un POP nsf T L de M + dans α(n) + est invariant à gauche si : (id β α N T L )Γ(x) = T L (x) β α N 1 pour tout x M + T L Un *-anti-automorphisme R de M est une coinvolution si : R 2 = id, R α = β et ς N o (R β α N R) Γ = Γ R REMARQUE Si T L est un POP nsf invariant à gauche et si R et une coinvolution de M, alors R T L R est un POP nsf invariant à droite. Soutenance de thèse p.9/26

24 PARTIE II : Définitions - Théorie générale Soutenance de thèse p.10/26

25 Unitaire fondamental (N, M, α, β, Γ) désigne un bimodule de Hopf, T L (resp. T R ) un POP nsf sur N invariant à gauche (resp. droite), H un espace de Hilbert sur lequel M agit, µ un poids nsf sur N. On note Φ = µ α 1 T L et ˆβ(n) = J Φ α(n )J Φ pour tout n N. Soutenance de thèse p.11/26

26 Unitaire fondamental Il existe un unique unitaire U H : H α ˆβ H Φ H β α µ o µ tel que : H Φ U H (v α ˆβ µ o Λ Φ (a)) = i I ξ i β α µ Λ Φ ((ωv,ξ i β α µ id)(γ(a))) pour tous v D(H β, µ o ), a N TL N Φ et toute (N o, µ o )-base (ξ i ) i I de H β, et tel que : Γ(x) = U H (1 α ˆβ x)uh pour tout x M N o Soutenance de thèse p.11/26

27 Unitaire fondamental Il existe un unique unitaire U H : H α ˆβ H Φ H β α µ o µ tel que : H Φ U H (v α ˆβ µ o Λ Φ (a)) = i I ξ i β α µ Λ Φ ((ωv,ξ i β α µ id)(γ(a))) pour tous v D(H β, µ o ), a N TL N Φ et toute (N o, µ o )-base (ξ i ) i I de H β, et tel que : Γ(x) = U H (1 α ˆβ x)uh pour tout x M N o Soutenance de thèse p.11/26

28 Unitaire fondamental Il existe un unique unitaire U H : H α ˆβ H Φ H β α µ o µ tel que : H Φ U H (v α ˆβ µ o Λ Φ (a)) = i I ξ i β α µ Λ Φ ((ωv,ξ i β α µ id)(γ(a))) pour tous v D(H β, µ o ), a N TL N Φ et toute (N o, µ o )-base (ξ i ) i I de H β, et tel que : Γ(x) = U H (1 α ˆβ x)uh pour tout x M N o Soutenance de thèse p.11/26

29 Unitaire fondamental Il existe un unique unitaire U H : H α ˆβ H Φ H β α µ o µ tel que : H Φ U H (v α ˆβ µ o Λ Φ (a)) = i I ξ i β α µ Λ Φ ((ωv,ξ i β α µ id)(γ(a))) pour tous v D(H β, µ o ), a N TL N Φ et toute (N o, µ o )-base (ξ i ) i I de H β, et tel que : Γ(x) = U H (1 α ˆβ x)uh pour tout x M N o W = U H Φ est un unitaire pseudomultiplicatif au-dessus de N pour α, ˆβ, β unitaire fondamental Soutenance de thèse p.11/26

30 Groupoïde quantique mesuré (N, M, α, β, Γ) désigne un bimodule de Hopf, T L (resp. T R ) un POP nsf sur N invariant à gauche (resp. droite). T L est β-adapté s il existe un poids ν L nsf sur N tel que : σ T L t (β(n)) = β(σ ν L t (n))pour tous n N et t R T R est α-adapté s il existe un poids ν R nsf sur N tel que : σ T R t (α(n)) = α(σ ν R t (n))pour tous n N et t R Soutenance de thèse p.12/26

31 Groupoïde quantique mesuré (N, M, α, β, Γ) désigne un bimodule de Hopf, T L (resp. T R ) un POP nsf sur N invariant à gauche (resp. droite). T L est β-adapté s il existe un poids ν L nsf sur N tel que : σ T L t (β(n)) = β(σ ν L t (n))pour tous n N et t R T R est α-adapté s il existe un poids ν R nsf sur N tel que : σ T R t (α(n)) = α(σ ν R t (n))pour tous n N et t R Soutenance de thèse p.12/26

32 Groupoïde quantique mesuré On appelle groupoïde quantique mesuré tout bimodule de Hopf (N, M, α, β, Γ) muni de : T L (resp. T R ) POP nsf invariant à gauche (resp. droite) ; ν poids nsf sur N qui rend T L β-adapté et T R α-adapté. On note (N, M, α, β, Γ, ν, T L, T R ) ν : poids quasi-invariant Soutenance de thèse p.12/26

33 Groupoïde quantique mesuré On appelle groupoïde quantique mesuré tout bimodule de Hopf (N, M, α, β, Γ) muni de : T L (resp. T R ) POP nsf invariant à gauche (resp. droite) ; ν poids nsf sur N qui rend T L β-adapté et T R α-adapté. On note (N, M, α, β, Γ, ν, T L, T R ) ν : poids quasi-invariant REMARQUE Si T L est β-adapté par rapport à ν et R est une coinvolution alors R T L R est α-adapté par rapport à ν Soutenance de thèse p.12/26

34 Antipode (N, M, α, β, Γ, ν, T L, T R ) désigne un groupoïde quantique mesuré, W l unitaire fondamental associé. On note Φ = ν α 1 T L. Soutenance de thèse p.13/26

35 Antipode (N, M, α, β, Γ, ν, T L, T R ) désigne un groupoïde quantique mesuré, W : unitaire fondamental associé. On note Φ = ν α 1 T L. La fermeture faible de l espace vectoriel engendré par les opérateurs (id ω v,w )(W ) pour tout v D( α H Φ, ν) et tout w D((H Φ ) ˆβ, ν o ) est égale à M. Soutenance de thèse p.13/26

36 Antipode Il existe une antipode non bornée S telle que : pour tous v, w D( α H Φ, ν) D((H Φ ) ˆβ, ν o ), l élément (id ω v,w )(W ) D(S) et on a : S((id ω v,w )(W )) = (id ω v,w )(W ) Soutenance de thèse p.13/26

37 Antipode Il existe une antipode non bornée S telle que : pour tous v, w D( α H Φ, ν) D((H Φ ) ˆβ, ν o ), l élément (id ω v,w )(W ) D(S) et on a : S((id ω v,w )(W )) = (id ω v,w )(W ) S(x) D(S) et S(S(x) ) = x pour tout x D(S) ; Soutenance de thèse p.13/26

38 Antipode Il existe une antipode non bornée S telle que : S = R τ i/2 est une décomposition polaire où τ est un groupe à un paramètre d automorphismes qui vérifie : τ t α = α σ ν t et τ t β = β σ ν t ; Γ τ t = (τ t β α N τ t ) Γ et R est une coinvolution qui commute avec τ ; Soutenance de thèse p.13/26

39 Antipode Il existe une antipode non bornée S telle que : S = R τ i/2 est une décomposition polaire où τ est un groupe à un paramètre d automorphismes qui vérifie : τ t α = α σ ν t et τ t β = β σ ν t ; Γ τ t = (τ t β α N τ t ) Γ et R est une coinvolution qui commute avec τ ; S, R et τ sont indépendants de T L et T R. R : antipode unitaire et τ : groupe d échelle Soutenance de thèse p.13/26

40 Module et opérateur d échelle (N, M, α, β, Γ, ν, T L, T R ) désigne un groupoïde quantique mesuré, R est l antipode unitaire associée. Soutenance de thèse p.14/26

41 Module et opérateur d échelle (N, M, α, β, Γ, ν, T L, T R ) désigne un groupoïde quantique mesuré, R est l antipode unitaire associée. (N, M, α, β, Γ, ν, T L, R T L R) est un groupoïde quantique mesuré. On note Φ = ν α 1 T L. Soutenance de thèse p.14/26

42 Module et opérateur d échelle (N, M, α, β, Γ, ν, T L, T R ) désigne un groupoïde quantique mesuré, R est l antipode unitaire associée. (N, M, α, β, Γ, ν, T L, R T L R) est un groupoïde quantique mesuré. On note Φ = ν α 1 T L. Il existe δ strictement positif affilié à M α(n) β(n) et λ strictement positif affilié à Z(M) α(n) β(n) tels que : [DΦ R : DΦ] t = λ it2 2 δ it pour tout t R δ : module et λ : opérateur d échelle Soutenance de thèse p.14/26

43 Module et opérateur d échelle Pour tous s, t R, on a : [DΦ τ s : DΦ] t = λ ist [DΦ R τ s : DΦ R] t = λ ist [DΦ σ Φ R s [DΦ R σ Φ s : DΦ] t = λ ist : DΦ R] t = λ ist Soutenance de thèse p.14/26

44 Module et opérateur d échelle Pour tous s, t R, on a : [DΦ τ s : DΦ] t = λ ist [DΦ R τ s : DΦ R] t = λ ist [DΦ σ Φ R s [DΦ R σ Φ s : DΦ] t = λ ist : DΦ R] t = λ ist R(λ) = λ, R(δ) = δ 1, τ t (δ) = δ et τ t (λ) = λ ; Soutenance de thèse p.14/26

45 Module et opérateur d échelle Pour tous s, t R, on a : [DΦ τ s : DΦ] t = λ ist [DΦ R τ s : DΦ R] t = λ ist [DΦ σ Φ R s [DΦ R σ Φ s : DΦ] t = λ ist : DΦ R] t = λ ist R(λ) = λ, R(δ) = δ 1, τ t (δ) = δ et τ t (λ) = λ ; δ est un cocaractère i.e Γ(δ) = δ β α N δ. Soutenance de thèse p.14/26

46 Unicité (N, M, α, β, Γ, ν, T L, T R ) désigne un groupoïde quantique mesuré, On note Φ = µ α 1 T L. THÉORÈME Soit T L un POP nsf de M vers α(n) invariant à gauche et β-adapté par rapport à ν. Alors, il existe p strictement positif affilié à Z(N) tel que : [D T L : DT L ] t = β(p) it pour tout t R Soutenance de thèse p.15/26

47 Unicité THÉORÈME Si (N, M, α, β, Γ, ν, T L, T R ) désigne un groupoïde quantique mesuré et s il existe h et k strictement positifs, affiliés à N et commutants fortement tels que : [Dν : Dν] t = k it2 2 h it pour tout t R Alors les objets fondamentaux sont donnés, pour tout t R, par : R = R, τ t = Ad α([dν :Dν] t )β([dν :Dν] t ) τ t, λ = λ et δ = δ où δ désigne la classe d équivalence de δ pour la relation δ 1 δ 2 si, et seulement s il existe z strictement positif affilié à Z(N) tel que δ it 2 = β(z) it δ it 1 α(z) it. Soutenance de thèse p.15/26

48 Structure duale (N, M, α, β, Γ, ν, T L, T R ) désigne un groupoïde quantique mesuré, W l unitaire fondamental et R l antipode unitaire associés. On note Φ = ν α 1 T L. Soutenance de thèse p.16/26

49 Structure duale (N, M, α, β, Γ, ν, T L, T R ) désigne un groupoïde quantique mesuré, W l unitaire fondamental et R l antipode unitaire associés. On note Φ = ν α 1 T L. Hypothèse supplémentaire de densité : D(H β, ν o ) J Φ Λ Φ (N Φ N TL ) est dense dans H Soutenance de thèse p.16/26

50 Structure duale (N, M, α, β, Γ, ν, T L, T R ) désigne un groupoïde quantique mesuré, W l unitaire fondamental et R l antipode unitaire associés. On note Φ = ν α 1 T L. Hypothèse supplémentaire de densité : D(H β, ν o ) J Φ Λ Φ (N Φ N TL ) est dense dans H REMARQUE Cette hypothèse est vérifiée dans le cas où la base est semifinie. Soutenance de thèse p.16/26

51 Structure duale la base = N ; Soutenance de thèse p.16/26

52 Structure duale la base = N ; ˆM désigne la fermeture faible de l espace vectoriel engendré par les opérateurs (ω v,w id)(w ) pour tout v D( α H Φ, ν) et tout w D((H Φ ) β, ν o ) ; Soutenance de thèse p.16/26

53 Structure duale la base = N ; ˆM désigne la fermeture faible de l espace vectoriel engendré par les opérateurs (ω v,w id)(w ) pour tout v D( α H Φ, ν) et tout w D((H Φ ) β, ν o ) ; la représentation = α et l antireprésentation = ˆβ ; Soutenance de thèse p.16/26

54 Structure duale la base = N ; ˆM désigne la fermeture faible de l espace vectoriel engendré par les opérateurs (ω v,w id)(w ) pour tout v D( α H Φ, ν) et tout w D((H Φ ) β, ν o ) ; la représentation = α et l antireprésentation = ˆβ ; ˆΓ(x) = σ ν ow (x β α N 1)W σ ν pour tout x ˆM ; Soutenance de thèse p.16/26

55 Structure duale la base = N ; ˆM désigne la fermeture faible de l espace vectoriel engendré par les opérateurs (ω v,w id)(w ) pour tout v D( α H Φ, ν) et tout w D((H Φ ) β, ν o ) ; la représentation = α et l antireprésentation = ˆβ ; ˆΓ(x) = σ ν ow (x β α N 1)W σ ν pour tout x ˆM ; ˆR(x) = J Φ x J Φ pour tout x ˆM ; Soutenance de thèse p.16/26

56 Structure duale la base = N ; ˆM désigne la fermeture faible de l espace vectoriel engendré par les opérateurs (ω v,w id)(w ) pour tout v D( α H Φ, ν) et tout w D((H Φ ) β, ν o ) ; la représentation = α et l antireprésentation = ˆβ ; ˆΓ(x) = σ ν ow (x β α N 1)W σ ν pour tout x ˆM ; ˆR(x) = J Φ x J Φ pour tout x ˆM ; il existe T L POP nsf de ˆM vers α(n) invariant à gauche et ˆβ-anti-adapté par rapport à ν dans le sens suivant : Soutenance de thèse p.16/26

57 Structure duale DÉFINITION On dit qu un POP nsf T L de ˆM vers α(n) est ˆβ-anti-adapté s il existe ν poids nsf sur N tel que : σ T L t ( ˆβ(n)) = ˆβ(σ ν t (n)) pour tous n N et t R Soutenance de thèse p.16/26

58 Structure duale DÉFINITION On dit qu un POP nsf T L de ˆM vers α(n) est ˆβ-anti-adapté s il existe ν poids nsf sur N tel que : σ T L t ( ˆβ(n)) = ˆβ(σ ν t (n)) pour tous n N et t R THÉORÈME La structure duale est un groupoïde quantique mesuré si, et seulement si la base est semifinie. Dans ce cas, le groupoïde quantique mesuré et la structure biduale coïncident. Soutenance de thèse p.16/26

59 PARTIE III : Exemples Soutenance de thèse p.17/26

60 Groupoïdes (G, G 0, s, r) désigne un groupoïde localement compact et σ-compact. On suppose que : G est muni d un système de Haar {λ u, u G 0 }, G 0 est muni d une mesure quasi-invariante ν. On note µ = ν λ et L la représentation régulière gauche. Soutenance de thèse p.18/26

61 Groupoïdes α : f f r et β : f f s de L (G 0, ν) dans L (G, µ); Soutenance de thèse p.18/26

62 Groupoïdes α : f f r et β : f f s de L (G 0, ν) dans L (G, µ); Γ G : L (G, µ) L (G 2, µ 2 ) tel que Γ G (f)(x, y) = f(xy) ; Soutenance de thèse p.18/26

63 Groupoïdes α : f f r et β : f f s de L (G 0, ν) dans L (G, µ); Γ G : L (G, µ) L (G 2, µ 2 ) tel que Γ G (f)(x, y) = f(xy) ; j G f(x) = f(x 1 ) ; Soutenance de thèse p.18/26

64 Groupoïdes α : f f r et β : f f s de L (G 0, ν) dans L (G, µ); Γ G : L (G, µ) L (G 2, µ 2 ) tel que Γ G (f)(x, y) = f(xy) ; j G f(x) = f(x 1 ) ; P G f(y) = f(x) G dλr(y) (x) Soutenance de thèse p.18/26

65 Groupoïdes α : f f r et β : f f s de L (G 0, ν) dans L (G, µ); Γ G : L (G, µ) L (G 2, µ 2 ) tel que Γ G (f)(x, y) = f(xy) ; j G f(x) = f(x 1 ) ; P G f(y) = f(x) G dλr(y) (x) (L (G 0, ν), L (G, µ), α, β, Γ G, ν, P G, j G P G j G ) groupoïde quantique mesuré commutatif Soutenance de thèse p.18/26

66 Groupoïdes α : f f r et β : f f s de L (G 0, ν) dans L (G, µ); Soutenance de thèse p.18/26

67 Groupoïdes α : f f r et β : f f s de L (G 0, ν) dans L (G, µ); Γ G (L(g))ξ(x, y) = G g(s)ξ(s 1 x, s 1 y) dλ r(x) (s) ; Soutenance de thèse p.18/26

68 Groupoïdes α : f f r et β : f f s de L (G 0, ν) dans L (G, µ); Γ G (L(g))ξ(x, y) = G g(s)ξ(s 1 x, s 1 y) dλ r(x) (s) ; P G (L(f)) = α(f G 0) Soutenance de thèse p.18/26

69 Groupoïdes α : f f r et β : f f s de L (G 0, ν) dans L (G, µ); Γ G (L(g))ξ(x, y) = G g(s)ξ(s 1 x, s 1 y) dλ r(x) (s) ; P G (L(f)) = α(f G 0) (L (G 0, ν), L(G), α, α, Γ G, ν, P G, P G ) groupoïde quantique mesuré symétrique Soutenance de thèse p.18/26

70 Groupes quantiques THÉORÈME Les groupoïdes quantiques mesurés dont la base N est égale à C sont exactement les groupes quantiques localement compacts (dans le cadre des algèbres de von Neumann) introduits par J. Kustermans et S. Vaes. La dualité obtenue dans ce travail généralise la dualité des groupes quantiques. Soutenance de thèse p.19/26

71 Dimension finie (M, Γ, κ, ε) désigne une C*-algèbre de Hopf faible, h la mesure de Haar et ε t l application but, Eh s et Et h les esp. cond. de Haar source et but. On note N = ε t (M) la sous algèbre de Cartan but. Soutenance de thèse p.20/26

72 Dimension finie (M, Γ, κ, ε) désigne une C*-algèbre de Hopf faible, h la mesure de Haar et ε t l application but, Eh s et Et h les esp. cond. de Haar source et but. On note N = ε t (M) la sous algèbre de Cartan but. On suppose que κ 2 N = id. Soutenance de thèse p.20/26

73 Dimension finie (N, M, id N, κ N, Γ, h α, Eh t, Es h ) est un groupoïde quantique mesuré. Soutenance de thèse p.20/26

74 Dimension finie (N, M, id N, κ N, Γ, h α, Eh t, Es h ) est un groupoïde quantique mesuré. Réciproquement, tout groupoïde quantique mesuré de dimension finie est une C*-algèbre de Hopf faible. On utilise la théorie des isométries partielles multiplicatives de J.M Vallin. Soutenance de thèse p.20/26

75 Cas compact W est un unitaire pseudo-multiplicatif au-dessus de N pour α, β, ˆβ de type compact et faiblement régulier, ν la forme canonique et ξ un vecteur fixe et binormalisé. Soutenance de thèse p.21/26

76 Cas compact W est un unitaire pseudo-multiplicatif au-dessus de N pour α, β, ˆβ de type compact et faiblement régulier, ν la forme canonique et ξ un vecteur fixe et binormalisé. On désigne par : A l algèbre de von Neumann engendré par la jambe droite de W ; Γ(x) = σ ν ow (x α β ν o 1)W σ ν pour tout x A ; E = (ω ξ β α ν id) Γ et F = (id β α ν ω ξ ) Γ. Soutenance de thèse p.21/26

77 Cas compact (N, A, α, β, Γ, ν, E, F ) est un groupoïde quantique mesuré. F = R E R, λ = δ = 1, Ŵ : unitaire fondamental associé. Soutenance de thèse p.21/26

78 Cas compact (N, A, α, β, Γ, ν, E, F ) est un groupoïde quantique mesuré. F = R E R, λ = δ = 1, Ŵ : unitaire fondamental associé. Réciproquement, si (N, M, α, β, Γ, ν, T L, T R ) est un groupoïde quantique mesuré, tel que T L est une espérance conditionnelle, alors : ν état normal et fidèle sur N tel que σ ν = σ ν l unitaire fondamental est de type discret. Soutenance de thèse p.21/26

79 Inclusion de profondeur 2 M 0 M 1 désigne une inclusion d algèbres de von Neumann de profondeur 2 munie d un POP nsf T 1 de M 1 vers M 0. Soutenance de thèse p.22/26

80 Inclusion de profondeur 2 M 0 M 1 désigne une inclusion d algèbres de von Neumann de profondeur 2 munie d un POP nsf T 1 de M 1 vers M 0. M 0 M 1 M 2... est la tour de Jones associée qui est munie canoniquement de POP nsf T i de M i vers M i 1 pour tout i 1. Soutenance de thèse p.22/26

81 Inclusion de profondeur 2 M 0 M 1 désigne une inclusion d algèbres de von Neumann de profondeur 2 munie d un POP nsf T 1 de M 1 vers M 0. M 0 M 1 M 2... est la tour de Jones associée qui est munie canoniquement de POP nsf T i de M i vers M i 1 pour tout i 1. On suppose que : T 2 M 0 M 2 et T 3 M 1 M 3 sont semifinis, M 0, M 1 et M 0 M 1 sont semifinies. Soutenance de thèse p.22/26

82 Inclusion de profondeur 2 M 0 M 1 désigne une inclusion d algèbres de von Neumann de profondeur 2 munie d un POP nsf T 1 de M 1 vers M 0. M 0 M 1 M 2... est la tour de Jones associée qui est munie canoniquement de POP nsf T i de M i vers M i 1 pour tout i 1. On suppose que : T 2 M 0 M 2 et T 3 M 1 M 3 sont semifinis, M 0, M 1 et M 0 M 1 sont semifinies. On peut munir alors M 0 M 2 et M 1 M 3 de structures de groupoïdes quantiques mesurés en dualité dont la base est M 0 M 1. Soutenance de thèse p.22/26

83 GQM espace M L(L 2 (M)) désigne une algèbre de von Neumann et ν un poids nsf sur M, Soutenance de thèse p.23/26

84 GQM espace M L(L 2 (M)) désigne une algèbre de von Neumann et ν un poids nsf sur M, j : M M qui à x associe J ν x J ν, Soutenance de thèse p.23/26

85 GQM espace M L(L 2 (M)) désigne une algèbre de von Neumann et ν un poids nsf sur M, j : M M qui à x associe J ν x J ν, α : M M β α Z(M) M qui à x associe 1 β α Z(M) x, Soutenance de thèse p.23/26

86 GQM espace M L(L 2 (M)) désigne une algèbre de von Neumann et ν un poids nsf sur M, j : M M qui à x associe J ν x J ν, α : M M β : M M β α Z(M) β α Z(M) M qui à x associe 1 β α x, Z(M) M qui à x associe j(x) β α Z(M) 1, Soutenance de thèse p.23/26

87 GQM espace M L(L 2 (M)) désigne une algèbre de von Neumann et ν un poids nsf sur M, j : M M qui à x associe J ν x J ν, α : M M β : M M β α Z(M) β α Z(M) τ une trace nsf sur Z(M), M qui à x associe 1 β α x, Z(M) M qui à x associe j(x) β α Z(M) 1, Soutenance de thèse p.23/26

88 GQM espace M L(L 2 (M)) désigne une algèbre de von Neumann et ν un poids nsf sur M, j : M M qui à x associe J ν x J ν, α : M M β : M M β α Z(M) β α Z(M) τ une trace nsf sur Z(M), M qui à x associe 1 β α x, Z(M) M qui à x associe j(x) β α Z(M) T un POP nsf de M vers Z(M) tel que ν = τ T, 1, Soutenance de thèse p.23/26

89 GQM espace M L(L 2 (M)) désigne une algèbre de von Neumann et ν un poids nsf sur M, j : M M qui à x associe J ν x J ν, α : M M β : M M β α Z(M) β α Z(M) τ une trace nsf sur Z(M), M qui à x associe 1 β α x, Z(M) M qui à x associe j(x) β α Z(M) T un POP nsf de M vers Z(M) tel que ν = τ T, T R = id β α Z(M) T et R = ς Z(M) (j β α Z(M) j) 1, Soutenance de thèse p.23/26

90 GQM espace (M, M β α Z(M) M, α, β, id, ν, R T R R, T R ) est un groupoïde quantique mesuré. R : antipode unitaire, σ t ν σt ν : groupe d échelle, β α Z(M) λ = δ = 1 Soutenance de thèse p.23/26

91 GQM espace (M, M β α Z(M) M, α, β, id, ν, R T R R, T R ) est un groupoïde quantique mesuré. R : antipode unitaire, σ t ν σt ν : groupe d échelle, β α Z(M) λ = δ = 1 (M, Z(M), id, j, id, ν, j T 1 j, T 1 ) désigne l objet dual. Soutenance de thèse p.23/26

92 GQM des paires M L(L 2 (M)) désigne une algèbre de von Neumann, Soutenance de thèse p.24/26

93 GQM des paires M L(L 2 (M)) désigne une algèbre de von Neumann, ν un poids nsf sur M et H = L 2 (M) Soutenance de thèse p.24/26

94 GQM des paires M L(L 2 (M)) désigne une algèbre de von Neumann, ν un poids nsf sur M et H = L 2 (M) j : M M qui à x associe J ν x J ν, Soutenance de thèse p.24/26

95 GQM des paires M L(L 2 (M)) désigne une algèbre de von Neumann, ν un poids nsf sur M et H = L 2 (M) j : M M qui à x associe J ν x J ν, α : M M M qui à x associe 1 x, Soutenance de thèse p.24/26

96 GQM des paires M L(L 2 (M)) désigne une algèbre de von Neumann, ν un poids nsf sur M et H = L 2 (M) j : M M qui à x associe J ν x J ν, α : M M M qui à x associe 1 x, β : M M M qui à x associe j(x) 1 Soutenance de thèse p.24/26

97 GQM des paires (M, M M, α, β, id, ν, ν id, id ν) est un groupoïde quantique mesuré. R = ς (j j) : antipode unitaire, σ t ν σt ν : groupe d échelle, λ = δ = 1 Soutenance de thèse p.24/26

98 GQM des paires (M, M M, α, β, id, ν, ν id, id ν) est un groupoïde quantique mesuré. R = ς (j j) : antipode unitaire, σ t ν σt ν : groupe d échelle, λ = δ = 1 (M, L(H), id, j, id, ν, j ν 1 j, ν 1 ) désigne l objet dual. Soutenance de thèse p.24/26

99 Opérations ((N i, M i, α i, β i, Γ i, ν i, T i L, T i R )) i I désigne une famille de groupoïdes quantiques mesurés. ( i I N i, i I M i, i I α i, i I β i,......, i I Γ i, i I ν i, i I T i L, i I T i R) devient un groupoïde quantique mesuré. une somme de groupes quantiques localement compacts, avec différents scalaires d échelle, produit un groupoïde quantique mesuré avec un opérateur d échelle non scalaire. Soutenance de thèse p.25/26

100 Opérations Pour i = 1, 2, (N i, M i, α i, β i, Γ i, ν i, T i L, T i R ) désignent des groupoïdes quantiques mesurés. (N 1 N 2, M 1 M 2, α 1 α 2, β 1 β 2,......, Γ 1 Γ 2, ν 1 ν 2, T 1 L T 2 L, T 1 R T 2 R ) devient un groupoïde quantique mesuré. Soutenance de thèse p.25/26

101 Opérations Pour i = 1, 2, (N i, M i, α i, β i, Γ i, ν i, T i L, T i R ) désignent des groupoïdes quantiques mesurés. (N 1 N 2, M 1 M 2, α 1 α 2, β 1 β 2,......, Γ 1 Γ 2, ν 1 ν 2, T 1 L T 2 L, T 1 R T 2 R ) devient un groupoïde quantique mesuré. Intégrale directe de groupoïdes quantiques mesurés. Soutenance de thèse p.25/26

102 Références G. Böhm, F. Nill & K. Szlachányi : Weak Hopf algebras I. Integral theory and C*-structure, J. Algebra, 221 (1999), ; S. Baaj & G. Skandalis : Unitaires multiplicatifs et dualité pour les produits croisés de C*-algèbres, Ann. Sci. ENS, 26 (1993), ; A. Connes : Non Commutative Geometry, Academic Press, 1994 ; M. Enock : Inclusions of von Neumann algebras and quantum groupoïds II, J. Funct. Analysis, 178 (2000), ; M. Enock : Quantum groupoids of compact type, à paraître au Journal de l Institut de Mathématiques de Jussieu ; M. Enock & J.M. Vallin : Inclusions of von Neumann algebras and quantum groupoids, J. Funct. Analysis, 172 (2000), ; J. Kustermans & S.Vaes : Locally compact quantum groups, Ann. Scient. Ec. Norm. Sup., 33(6) (2000), ; J. Kustermans & S.Vaes : Locally compact quantum groups in the von Neumann algebraic setting,math. Scandinava, 92(1)(2003), ; D. Nikshych & L. Vainerman : Algebraic versions of a finite dimensional quantum groupoid, Lecture Notes in Pure and Appl. Math., 209 (2000), ; J.M Vallin : Bimodules de Hopf et Poids opératoriels de Haar, J. Operator theory, 35 (1996), ; J.M Vallin : Unitaire pseudo-multiplicatif associé à un groupoïde, applications à la moyennabilité, J. Operator theory 44 (2000), ; J.M Vallin : Groupoïdes quantiques finis, J. Alg. 239 (2001), ; J.M Vallin : Multiplicative partial isometries ans finite quantum groupoids, Proceedings of the Meeting of Theorical Physicists and Mathematicians, Strasbourg, 2002, IRMA Lectures in Mathematics and Theorical Physics (2) Soutenance de thèse p.26/26

Analyse fonctionnelle Théorie des représentations du groupe quantique compact libre O(n) Teodor Banica Résumé - On trouve, pour chaque n 2, la classe

Analyse fonctionnelle Théorie des représentations du groupe quantique compact libre O(n) Teodor Banica Résumé - On trouve, pour chaque n 2, la classe Analyse fonctionnelle Théorie des représentations du groupe quantique compact libre O(n) Teodor Banica Résumé - On trouve, pour chaque n 2, la classe des n n groupes quantiques compacts qui ont la théorie

Plus en détail

Temps et thermodynamique quantique

Temps et thermodynamique quantique Temps et thermodynamique quantique Journée Ludwig Boltzmann 1 Ensemble Canonique Distribution de Maxwell-Boltzmann, Ensemble canonique ϕ(a) = Z 1 tr(a e β H ) Z = tr(e β H ) 2 La condition KMS ϕ(x x) 0

Plus en détail

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach

Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach Chapitre 7 Calcul fonctionnel holomorphe dans les algèbres de Banach L objet de ce chapitre est de définir un calcul fonctionnel holomorphe qui prolonge le calcul fonctionnel polynômial et qui respecte

Plus en détail

1 Première section: La construction générale

1 Première section: La construction générale AMALGAMATIONS DE CLASSES DE SOUS-GROUPES D UN GROUPE ABÉLIEN. SOUS-GROUPES ESSENTIEL-PURS. Călugăreanu Grigore comunicare prezentată la Conferinţa de grupuri abeliene şi module de la Padova, iunie 1994

Plus en détail

Mesures gaussiennes et espaces de Fock

Mesures gaussiennes et espaces de Fock Mesures gaussiennes et espaces de Fock Thierry Lévy Peyresq - Juin 2003 Introduction Les mesures gaussiennes et les espaces de Fock sont deux objets qui apparaissent naturellement et peut-être, à première

Plus en détail

Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies

Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies Chapitre 6 Dualité dans les espaces de Lebesgue et mesures de Radon finies Nous allons maintenant revenir sur les espaces L p du Chapitre 4, à la lumière de certains résultats du Chapitre 5. Sauf mention

Plus en détail

Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités

Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités Chapitre II Groupe symétrique 1 Définitions et généralités Définition. Soient n et X l ensemble 1,..., n. On appelle permutation de X toute application bijective f : X X. On note S n l ensemble des permutations

Plus en détail

Structures algébriques

Structures algébriques Structures algébriques 1. Lois de composition s Soit E un ensemble. Une loi de composition interne sur E est une application de E E dans E. Soient E et F deux ensembles. Une loi de composition externe

Plus en détail

Image d un intervalle par une fonction continue

Image d un intervalle par une fonction continue DOCUMENT 27 Image d un intervalle par une fonction continue La continuité d une fonction en un point est une propriété locale : une fonction est continue en un point x 0 si et seulement si sa restriction

Plus en détail

I. Polynômes de Tchebychev

I. Polynômes de Tchebychev Première épreuve CCP filière MP I. Polynômes de Tchebychev ( ) 1.a) Tout réel θ vérifie cos(nθ) = Re ((cos θ + i sin θ) n ) = Re Cn k (cos θ) n k i k (sin θ) k Or i k est réel quand k est pair et imaginaire

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE I. Les quanta s invitent

TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE I. Les quanta s invitent TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS III CHAPITRE I Les quanta s invitent I-1. L Univers est en constante évolution 2 I-2. L âge de l Univers 4 I-2.1. Le rayonnement fossile témoigne 4 I-2.2. Les amas globulaires

Plus en détail

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que Introduction. On suppose connus les ensembles N (des entiers naturels), Z des entiers relatifs et Q (des nombres rationnels). On s est rendu compte, depuis l antiquité, que l on ne peut pas tout mesurer

Plus en détail

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015

Première partie. Préliminaires : noyaux itérés. MPSI B 6 juin 2015 Énoncé Soit V un espace vectoriel réel. L espace vectoriel des endomorphismes de V est désigné par L(V ). Lorsque f L(V ) et k N, on désigne par f 0 = Id V, f k = f k f la composée de f avec lui même k

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles

Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles Différentiabilité ; Fonctions de plusieurs variables réelles Denis Vekemans R n est muni de l une des trois normes usuelles. 1,. 2 ou.. x 1 = i i n Toutes les normes de R n sont équivalentes. x i ; x 2

Plus en détail

Physique quantique et physique statistique

Physique quantique et physique statistique Physique quantique et physique statistique 7 blocs 11 blocs Manuel Joffre Jean-Philippe Bouchaud, Gilles Montambaux et Rémi Monasson nist.gov Crédits : J. Bobroff, F. Bouquet, J. Quilliam www.orolia.com

Plus en détail

Approximations variationelles des EDP Notes du Cours de M2

Approximations variationelles des EDP Notes du Cours de M2 Approximations variationelles des EDP Notes du Cours de M2 Albert Cohen Dans ce cours, on s intéresse à l approximation numérique d équations aux dérivées partielles linéaires qui admettent une formulation

Plus en détail

3. Conditionnement P (B)

3. Conditionnement P (B) Conditionnement 16 3. Conditionnement Dans cette section, nous allons rappeler un certain nombre de définitions et de propriétés liées au problème du conditionnement, c est à dire à la prise en compte

Plus en détail

Calcul différentiel. Chapitre 1. 1.1 Différentiabilité

Calcul différentiel. Chapitre 1. 1.1 Différentiabilité Chapitre 1 Calcul différentiel L idée du calcul différentiel est d approcher au voisinage d un point une fonction f par une fonction plus simple (ou d approcher localement le graphe de f par un espace

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions

Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Université Joseph Fourier UE MAT 127 Mathématiques année 2011-2012 Chapitre 2 Le problème de l unicité des solutions Ce que nous verrons dans ce chapitre : un exemple d équation différentielle y = f(y)

Plus en détail

Sur la théorie non commutative de l intégration

Sur la théorie non commutative de l intégration Sur la théorie non commutative de l intégration Alain Connes Table des matières 1 Introduction 2 2 Fonctions transverses sur G 11 3 Mesures transverses sur G 15 4 Image d une mesure transverse 20 5 Représentations

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples

Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples 45 Fonctions de plusieurs variables : dérivés partielles, diérentielle. Fonctions composées. Fonctions de classe C 1. Exemples Les espaces vectoriels considérés sont réels, non réduits au vecteur nul et

Plus en détail

C algèbre d un certain groupe de Lie nilpotent.

C algèbre d un certain groupe de Lie nilpotent. Université Paul Verlaine - METZ LMAM 6 décembre 2011 1 2 3 4 Les transformations de Fourier. Le C algèbre de G/ Z. Le C algèbre du sous-groupe G 5 / vect{u,v }. Conclusion. G un groupe de Lie, Ĝ l ensemble

Plus en détail

La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1

La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1 La Licence Mathématiques et Economie-MASS Université de Sciences Sociales de Toulouse 1 La licence Mathématiques et Economie-MASS de l Université des Sciences Sociales de Toulouse propose sur les trois

Plus en détail

Polynômes à plusieurs variables. Résultant

Polynômes à plusieurs variables. Résultant Polynômes à plusieurs variables. Résultant Christophe Ritzenthaler 1 Relations coefficients-racines. Polynômes symétriques Issu de [MS] et de [Goz]. Soit A un anneau intègre. Définition 1.1. Soit a A \

Plus en détail

Cours de mathématiques

Cours de mathématiques DEUG MIAS premier niveau Cours de mathématiques année 2003/2004 Guillaume Legendre (version révisée du 3 avril 2015) Table des matières 1 Éléments de logique 1 1.1 Assertions...............................................

Plus en détail

Espace II. Algèbres d opérateurs et Géométrie non commutative.

Espace II. Algèbres d opérateurs et Géométrie non commutative. Chapitre 2 Espace II. Algèbres d opérateurs et Géométrie non commutative. Dans le formalisme de la mécanique quantique, les observables ne sont plus des grandeurs ou fonctions numériques, que l on peut

Plus en détail

Formes quadratiques. 1 Formes quadratiques et formes polaires associées. Imen BHOURI. 1.1 Définitions

Formes quadratiques. 1 Formes quadratiques et formes polaires associées. Imen BHOURI. 1.1 Définitions Formes quadratiques Imen BHOURI 1 Ce cours s adresse aux étudiants de niveau deuxième année de Licence et à ceux qui préparent le capes. Il combine d une façon indissociable l étude des concepts bilinéaires

Plus en détail

Le produit semi-direct

Le produit semi-direct Le produit semi-direct Préparation à l agrégation de mathématiques Université de Nice - Sophia Antipolis Antoine Ducros Octobre 2007 Ce texte est consacré, comme son titre l indique, au produit semi-direct.

Plus en détail

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin.

Exo7. Matrice d une application linéaire. Corrections d Arnaud Bodin. Exo7 Matrice d une application linéaire Corrections d Arnaud odin. Exercice Soit R muni de la base canonique = ( i, j). Soit f : R R la projection sur l axe des abscisses R i parallèlement à R( i + j).

Plus en détail

TIQUE DE FRANCE NILSYSTÈMES D ORDRE 2 ET PARALLÉLÉPIPÈDES

TIQUE DE FRANCE NILSYSTÈMES D ORDRE 2 ET PARALLÉLÉPIPÈDES Bulletin de la SOCIÉTÉ MATHÉMATIQUE DE FRANCE NILSYSTÈMES D ORDRE 2 ET PARALLÉLÉPIPÈDES Bernard Host & Alejandro Maass Tome 135 Fascicule 3 2007 SOCIÉTÉ MATHÉMATIQUE DE FRANCE Publié avec le concours du

Plus en détail

Espérance conditionnelle

Espérance conditionnelle Espérance conditionnelle Samy Tindel Nancy-Université Master 1 - Nancy Samy T. (IECN) M1 - Espérance conditionnelle Nancy-Université 1 / 58 Plan 1 Définition 2 Exemples 3 Propriétés de l espérance conditionnelle

Plus en détail

Amphi 3: Espaces complets - Applications linéaires continues

Amphi 3: Espaces complets - Applications linéaires continues Amphi 3: Espaces complets - Applications linéaires continues Département de Mathématiques École polytechnique Remise en forme mathématique 2013 Suite de Cauchy Soit (X, d) un espace métrique. Une suite

Plus en détail

Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles

Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Programmes des classes préparatoires aux Grandes Ecoles Filière : scientifique Voie : Biologie, chimie, physique et sciences de la Terre (BCPST) Discipline : Mathématiques Seconde année Préambule Programme

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

3 Approximation de solutions d équations

3 Approximation de solutions d équations 3 Approximation de solutions d équations Une équation scalaire a la forme générale f(x) =0où f est une fonction de IR dans IR. Un système de n équations à n inconnues peut aussi se mettre sous une telle

Plus en détail

CHAPITRE 5. Stratégies Mixtes

CHAPITRE 5. Stratégies Mixtes CHAPITRE 5 Stratégies Mixtes Un des problèmes inhérents au concept d équilibre de Nash en stratégies pures est que pour certains jeux, de tels équilibres n existent pas. P.ex.le jeu de Pierre, Papier,

Plus en détail

Modèles bi-dimensionnels de coques linéairement élastiques: Estimations de l écart entre leurs solutions.

Modèles bi-dimensionnels de coques linéairement élastiques: Estimations de l écart entre leurs solutions. Problèmes mathématiques de la mécanique/mathematical problems in Mechanics Modèles bi-dimensionnels de coques linéairement élastiques: Estimations de l écart entre leurs solutions. Cristinel Mardare Laboratoire

Plus en détail

Programmation linéaire et Optimisation. Didier Smets

Programmation linéaire et Optimisation. Didier Smets Programmation linéaire et Optimisation Didier Smets Chapitre 1 Un problème d optimisation linéaire en dimension 2 On considère le cas d un fabricant d automobiles qui propose deux modèles à la vente, des

Plus en détail

Introduction à l étude des Corps Finis

Introduction à l étude des Corps Finis Introduction à l étude des Corps Finis Robert Rolland (Résumé) 1 Introduction La structure de corps fini intervient dans divers domaines des mathématiques, en particulier dans la théorie de Galois sur

Plus en détail

rf( 1 f(x)x dx = O. ) U concours externe de recrutement de professeurs agreg6s composition d analyse

rf( 1 f(x)x dx = O. ) U concours externe de recrutement de professeurs agreg6s composition d analyse page 8 AGREGATIN de MATHEMATIQUES: 1991 1/5 externeanalyse concours externe de recrutement de professeurs agreg6s composition d analyse NTATINS ET DGFINITINS Dans tout le problème, R+ désigne l intervalle

Plus en détail

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale

Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Chapitre 7 Théorème du point fixe - Théorème de l inversion locale Dans ce chapitre et le suivant, on montre deux applications importantes de la notion de différentiabilité : le théorème de l inversion

Plus en détail

Continuité en un point

Continuité en un point DOCUMENT 4 Continuité en un point En général, D f désigne l ensemble de définition de la fonction f et on supposera toujours que cet ensemble est inclus dans R. Toutes les fonctions considérées sont à

Plus en détail

Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables

Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables Calcul intégral élémentaire en plusieurs variables PC*2 2 septembre 2009 Avant-propos À part le théorème de Fubini qui sera démontré dans le cours sur les intégrales à paramètres et qui ne semble pas explicitement

Plus en détail

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables

Cours d Analyse. Fonctions de plusieurs variables Cours d Analyse Fonctions de plusieurs variables Licence 1ère année 2007/2008 Nicolas Prioux Université de Marne-la-Vallée Table des matières 1 Notions de géométrie dans l espace et fonctions à deux variables........

Plus en détail

Proposition. Si G est un groupe simple d ordre 60 alors G est isomorphe à A 5.

Proposition. Si G est un groupe simple d ordre 60 alors G est isomorphe à A 5. DÉVELOPPEMENT 32 A 5 EST LE SEUL GROUPE SIMPLE D ORDRE 60 Proposition. Si G est un groupe simple d ordre 60 alors G est isomorphe à A 5. Démonstration. On considère un groupe G d ordre 60 = 2 2 3 5 et

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Corrigé 2012-2013 1 Petites questions 1 Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? Réponse : Non, car le complémentaire de ], 0[ n est pas ouvert.

Plus en détail

Modèles formels du calcul quantique : ressources, machines abstraites et calcul par mesure

Modèles formels du calcul quantique : ressources, machines abstraites et calcul par mesure INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE GRENOBLE N o attribué par la bibliothèque THÈSE pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L INPG Spécialité : «Systèmes et Logiciels» préparée au laboratoire Leibniz dans le

Plus en détail

Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema.

Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema. Chapitre 5 Dérivées d ordres supérieurs. Application à l étude d extrema. On s intéresse dans ce chapitre aux dérivées d ordre ou plus d une fonction de plusieurs variables. Comme pour une fonction d une

Plus en détail

Théorie de la Mesure et Intégration

Théorie de la Mesure et Intégration Ecole Nationale de la Statistique et de l Administration Economique Théorie de la Mesure et Intégration Xavier MARY 2 Table des matières I Théorie de la mesure 11 1 Algèbres et tribus de parties d un ensemble

Plus en détail

Né le 13/06/1984 Russe Célibataire Langues : Russe, Anglais,

Né le 13/06/1984 Russe Célibataire Langues : Russe, Anglais, Alexey Zykin Université d Etat Ecole des Hautes Etudes en Sciences Economiques Adresse : 7, Vavilova rue, Moscou, Russie Courriel : alzykin@gmail.com Page personnelle : http://www.mccme.ru/poncelet/pers/zykin.html

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable Eo7 Fonctions de plusieurs variables Eercices de Jean-Louis Rouget Retrouver aussi cette fiche sur wwwmaths-francefr * très facile ** facile *** difficulté moenne **** difficile ***** très difficile I

Plus en détail

CONTRÔLE ET ÉQUATIONS AUX DÉRIVÉES PARTIELLES. par. Jean-Pierre Puel

CONTRÔLE ET ÉQUATIONS AUX DÉRIVÉES PARTIELLES. par. Jean-Pierre Puel CONTRÔLE ET ÉQUATIONS AUX DÉRIVÉES PARTIELLES par Jean-Pierre Puel 1. Introduction Pourquoi équations aux dérivées partielles et pourquoi contrôle? Les équations aux dérivées partielles, associées à certaines

Plus en détail

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés

Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés Intégration et probabilités TD1 Espaces mesurés 2012-2013 1 Petites questions 1) Est-ce que l ensemble des ouverts de R est une tribu? 2) Si F et G sont deux tribus, est-ce que F G est toujours une tribu?

Plus en détail

Filtrage stochastique non linéaire par la théorie de représentation des martingales

Filtrage stochastique non linéaire par la théorie de représentation des martingales Filtrage stochastique non linéaire par la théorie de représentation des martingales Adriana Climescu-Haulica Laboratoire de Modélisation et Calcul Institut d Informatique et Mathématiques Appliquées de

Plus en détail

Le modèle de Black et Scholes

Le modèle de Black et Scholes Le modèle de Black et Scholes Alexandre Popier février 21 1 Introduction : exemple très simple de modèle financier On considère un marché avec une seule action cotée, sur une période donnée T. Dans un

Plus en détail

Exemple 4.4. Continuons l exemple précédent. Maintenant on travaille sur les quaternions et on a alors les décompositions

Exemple 4.4. Continuons l exemple précédent. Maintenant on travaille sur les quaternions et on a alors les décompositions Exemple 4.4. Continuons l exemple précédent. Maintenant on travaille sur les quaternions et on a alors les décompositions HQ = He 1 He 2 He 3 He 4 HQ e 5 comme anneaux (avec centre Re 1 Re 2 Re 3 Re 4

Plus en détail

ÉTUDE ASYMPTOTIQUE D UNE MARCHE ALÉATOIRE CENTRIFUGE

ÉTUDE ASYMPTOTIQUE D UNE MARCHE ALÉATOIRE CENTRIFUGE ÉTUDE ASYMPTOTIQUE D UNE MARCHE ALÉATOIRE CENTRIFUGE JEAN-DENIS FOUKS, EMMANUEL LESIGNE ET MARC PEIGNÉ J.-D. Fouks. École Supérieure d Ingénieurs de Poitiers. 40 avenue du Recteur Pineau, 860 Poitiers

Plus en détail

Programmation linéaire

Programmation linéaire 1 Programmation linéaire 1. Le problème, un exemple. 2. Le cas b = 0 3. Théorème de dualité 4. L algorithme du simplexe 5. Problèmes équivalents 6. Complexité de l Algorithme 2 Position du problème Soit

Plus en détail

Cours3. Applications continues et homéomorphismes. 1 Rappel sur les images réciproques

Cours3. Applications continues et homéomorphismes. 1 Rappel sur les images réciproques Université de Provence Topologie 2 Cours3. Applications continues et homéomorphismes 1 Rappel sur les images réciproques Soit une application f d un ensemble X vers un ensemble Y et soit une partie P de

Plus en détail

Simulation de variables aléatoires

Simulation de variables aléatoires Chapter 1 Simulation de variables aléatoires Références: [F] Fishman, A first course in Monte Carlo, chap 3. [B] Bouleau, Probabilités de l ingénieur, chap 4. [R] Rubinstein, Simulation and Monte Carlo

Plus en détail

8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles. f : R 2 R (x, y) 1 x 2 y 2

8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles. f : R 2 R (x, y) 1 x 2 y 2 Chapitre 8 Fonctions de plusieurs variables 8.1 Généralités sur les fonctions de plusieurs variables réelles Définition. Une fonction réelle de n variables réelles est une application d une partie de R

Plus en détail

OM 1 Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables

OM 1 Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables PCSI 2013 2014 Certaines partie de ce chapitre ne seront utiles qu à partir de l année prochaine, mais une grande partie nous servira dès cette année.

Plus en détail

Curriculum Vitæ. Hervé OYONO-OYONO, Né le 01/10/68 à Lusignan (86). Situation actuelle : Cursus Professionnel :

Curriculum Vitæ. Hervé OYONO-OYONO, Né le 01/10/68 à Lusignan (86). Situation actuelle : Cursus Professionnel : Curriculum Vitæ Hervé OYONO-OYONO, Né le 01/10/68 à Lusignan (86). Laboratoire de Mathématiques et Applications de Metz Université Paul Verlaine et CNRS (UMR 7122) Bât. A, Ile du Saulcy 57045 Cedex 1 Téléphone

Plus en détail

Planche n o 22. Fonctions de plusieurs variables. Corrigé

Planche n o 22. Fonctions de plusieurs variables. Corrigé Planche n o Fonctions de plusieurs variables Corrigé n o : f est définie sur R \ {, } Pour, f, = Quand tend vers, le couple, tend vers le couple, et f, tend vers Donc, si f a une limite réelle en, cette

Plus en détail

NOTATIONS PRÉLIMINAIRES

NOTATIONS PRÉLIMINAIRES Pour le Jeudi 14 Octobre 2010 NOTATIONS Soit V un espace vectoriel réel ; l'espace vectoriel des endomorphismes de l'espace vectoriel V est désigné par L(V ). Soit f un endomorphisme de l'espace vectoriel

Plus en détail

Capes 2002 - Première épreuve

Capes 2002 - Première épreuve Cette correction a été rédigée par Frédéric Bayart. Si vous avez des remarques à faire, ou pour signaler des erreurs, n hésitez pas à écrire à : mathweb@free.fr Mots-clés : équation fonctionnelle, série

Plus en détail

On ne peut pas entendre la forme d un tambour

On ne peut pas entendre la forme d un tambour On ne peut pas entendre la forme d un tambour Pierre Bérard Institut Fourier Laboratoire de Mathématiques Unité Mixte de Recherche 5582 CNRS UJF Université Joseph Fourier, Grenoble 1 Introduction 1.1 Position

Plus en détail

Calcul différentiel sur R n Première partie

Calcul différentiel sur R n Première partie Calcul différentiel sur R n Première partie Université De Metz 2006-2007 1 Définitions générales On note L(R n, R m ) l espace vectoriel des applications linéaires de R n dans R m. Définition 1.1 (différentiabilité

Plus en détail

SUR CERTAINS SYSTEMES D EQUATIONS AVEC CONTRAINTES DANS UN GROUPE LIBRE (*)

SUR CERTAINS SYSTEMES D EQUATIONS AVEC CONTRAINTES DANS UN GROUPE LIBRE (*) PORTUGALIAE MATHEMATICA Vol. 56 Fasc. 4 1999 SUR CERTAINS SYSTEMES D EQUATIONS AVEC CONTRAINTES DANS UN GROUPE LIBRE (*) J. Almeida and M. Delgado Résumé: Le théorème principal trouvé par Ash pour sa preuve

Plus en détail

Programme de la classe de première année MPSI

Programme de la classe de première année MPSI Objectifs Programme de la classe de première année MPSI I - Introduction à l analyse L objectif de cette partie est d amener les étudiants vers des problèmes effectifs d analyse élémentaire, d introduire

Plus en détail

Economie de l incertain et de l information Partie 1 : Décision en incertain probabilisé Chapitre 1 : Introduction à l incertitude et théorie de

Economie de l incertain et de l information Partie 1 : Décision en incertain probabilisé Chapitre 1 : Introduction à l incertitude et théorie de Economie de l incertain et de l information Partie 1 : Décision en incertain probabilisé Chapitre 1 : Introduction à l incertitude et théorie de l espérance d utilité Olivier Bos olivier.bos@u-paris2.fr

Plus en détail

Optimisation des fonctions de plusieurs variables

Optimisation des fonctions de plusieurs variables Optimisation des fonctions de plusieurs variables Hervé Hocquard Université de Bordeaux, France 8 avril 2013 Extrema locaux et globaux Définition On étudie le comportement d une fonction de plusieurs variables

Plus en détail

Master de Recherche première année. Programme de cours 2008-2011

Master de Recherche première année. Programme de cours 2008-2011 Master de Recherche première année Mention : Mathématiques et Applications Spécialité : Mathématiques fondamentales et appliquées Responsable : Xue Ping WANG Programme de cours 2008-2011 Module M1 : Analyse

Plus en détail

Continuité d une fonction de plusieurs variables

Continuité d une fonction de plusieurs variables Chapitre 2 Continuité d une fonction de plusieurs variables Maintenant qu on a défini la notion de limite pour des suites dans R n, la notion de continuité s étend sans problème à des fonctions de plusieurs

Plus en détail

Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque

Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque Universités Paris 6 et Paris 7 M1 MEEF Analyse (UE 3) 2013-2014 Chapitre 7 : Intégration sur un intervalle quelconque 1 Fonctions intégrables Définition 1 Soit I R un intervalle et soit f : I R + une fonction

Plus en détail

Un K-espace vectoriel est un ensemble non vide E muni : d une loi de composition interne, c est-à-dire d une application de E E dans E : E E E

Un K-espace vectoriel est un ensemble non vide E muni : d une loi de composition interne, c est-à-dire d une application de E E dans E : E E E Exo7 Espaces vectoriels Vidéo partie 1. Espace vectoriel (début Vidéo partie 2. Espace vectoriel (fin Vidéo partie 3. Sous-espace vectoriel (début Vidéo partie 4. Sous-espace vectoriel (milieu Vidéo partie

Plus en détail

I. Introduction. 1. Objectifs. 2. Les options. a. Présentation du problème.

I. Introduction. 1. Objectifs. 2. Les options. a. Présentation du problème. I. Introduction. 1. Objectifs. Le but de ces quelques séances est d introduire les outils mathématiques, plus précisément ceux de nature probabiliste, qui interviennent dans les modèles financiers ; nous

Plus en détail

Finance, Navier-Stokes, et la calibration

Finance, Navier-Stokes, et la calibration Finance, Navier-Stokes, et la calibration non linéarités en finance 1 1 www.crimere.com/blog Avril 2013 Lignes directrices Non-linéarités en Finance 1 Non-linéarités en Finance Les équations de Fokker-Planck

Plus en détail

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes.

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. 1 Définitions, notations Calcul matriciel Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. On utilise aussi la notation m n pour le

Plus en détail

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours

* très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile ***** très difficile I : Incontournable T : pour travailler et mémoriser le cours Exo7 Continuité (étude globale). Diverses fonctions Exercices de Jean-Louis Rouget. Retrouver aussi cette fiche sur www.maths-france.fr * très facile ** facile *** difficulté moyenne **** difficile *****

Plus en détail

FIMA, 7 juillet 2005

FIMA, 7 juillet 2005 F. Corset 1 S. 2 1 LabSAD Université Pierre Mendes France 2 Département de Mathématiques Université de Franche-Comté FIMA, 7 juillet 2005 Plan de l exposé plus court chemin Origine du problème Modélisation

Plus en détail

Tests non-paramétriques de non-effet et d adéquation pour des covariables fonctionnelles

Tests non-paramétriques de non-effet et d adéquation pour des covariables fonctionnelles Tests non-paramétriques de non-effet et d adéquation pour des covariables fonctionnelles Valentin Patilea 1 Cesar Sanchez-sellero 2 Matthieu Saumard 3 1 CREST-ENSAI et IRMAR 2 USC Espagne 3 IRMAR-INSA

Plus en détail

Journées Télécom-UPS «Le numérique pour tous» David A. Madore. david.madore@enst.fr. 29 mai 2015

Journées Télécom-UPS «Le numérique pour tous» David A. Madore. david.madore@enst.fr. 29 mai 2015 et et Journées Télécom-UPS «Le numérique pour tous» David A. Madore Télécom ParisTech david.madore@enst.fr 29 mai 2015 1/31 et 2/31 : définition Un réseau de R m est un sous-groupe (additif) discret L

Plus en détail

Introduction. Mathématiques Quantiques Discrètes

Introduction. Mathématiques Quantiques Discrètes Mathématiques Quantiques Discrètes Didier Robert Facultés des Sciences et Techniques Laboratoire de Mathématiques Jean Leray, Université de Nantes email: v-nantes.fr Commençons par expliquer le titre.

Plus en détail

ENSAE - DAKAR BROCHURE D'INFORMATION SUR LE CONCOURS DE RECRUTEMENT D ÉLÈVES INGÉNIEURS STATISTICIENS ÉCONOMISTES (I S E) Option Mathématiques CAPESA

ENSAE - DAKAR BROCHURE D'INFORMATION SUR LE CONCOURS DE RECRUTEMENT D ÉLÈVES INGÉNIEURS STATISTICIENS ÉCONOMISTES (I S E) Option Mathématiques CAPESA ENSEA - ABIDJAN ENSAE - DAKAR ISSEA - YAOUNDÉ BROCHURE D'INFORMATION SUR LE CONCOURS DE RECRUTEMENT D ÉLÈVES INGÉNIEURS STATISTICIENS ÉCONOMISTES (I S E) Option Mathématiques CAPESA CENTRE D APPUI AUX

Plus en détail

Le théorème de Perron-Frobenius, les chaines de Markov et un célèbre moteur de recherche

Le théorème de Perron-Frobenius, les chaines de Markov et un célèbre moteur de recherche Le théorème de Perron-Frobenius, les chaines de Markov et un célèbre moteur de recherche Bachir Bekka Février 2007 Le théorème de Perron-Frobenius a d importantes applications en probabilités (chaines

Plus en détail

CNAM UE MVA 210 Ph. Durand Algèbre et analyse tensorielle Cours 4: Calcul dierentiel 2

CNAM UE MVA 210 Ph. Durand Algèbre et analyse tensorielle Cours 4: Calcul dierentiel 2 CNAM UE MVA 210 Ph. Duran Algèbre et analyse tensorielle Cours 4: Calcul ierentiel 2 Jeui 26 octobre 2006 1 Formes iérentielles e egrés 1 Dès l'introuction es bases u calcul iérentiel, nous avons mis en

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

VOYAGE DANS LE NON COMMUTATIF THIERRY PAUL

VOYAGE DANS LE NON COMMUTATIF THIERRY PAUL VOYAGE DANS LE NON COMMUTATIF THIERRY PAUL Résumé. Nous proposons un court voyage au pays de la non commutativité. Nous présentons différents aspects des mathématiques et de la physique où cette notion

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010 Applications 1 Introduction Une fonction f (plus précisément, une fonction réelle d une variable réelle) est une règle qui associe à tout réel x au

Plus en détail

1 Complément sur la projection du nuage des individus

1 Complément sur la projection du nuage des individus TP 0 : Analyse en composantes principales (II) Le but de ce TP est d approfondir nos connaissances concernant l analyse en composantes principales (ACP). Pour cela, on reprend les notations du précédent

Plus en détail

RAPHAËL ROUQUIER. 1. Introduction

RAPHAËL ROUQUIER. 1. Introduction CATÉGORIES DÉRIVÉES ET GÉOMÉTRIE ALGÉBRIQUE Trois exposés à la semaine «Géométrie algébrique complexe» au CIRM, Luminy, décembre 2003 1. Introduction On étudie dans un premier temps les propriétés internes

Plus en détail

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4)

FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) FONCTIONS DE PLUSIEURS VARIABLES (Outils Mathématiques 4) Bernard Le Stum Université de Rennes 1 Version du 13 mars 2009 Table des matières 1 Fonctions partielles, courbes de niveau 1 2 Limites et continuité

Plus en détail

M2 IAD UE MODE Notes de cours (3)

M2 IAD UE MODE Notes de cours (3) M2 IAD UE MODE Notes de cours (3) Jean-Yves Jaffray Patrice Perny 16 mars 2006 ATTITUDE PAR RAPPORT AU RISQUE 1 Attitude par rapport au risque Nousn avons pas encore fait d hypothèse sur la structure de

Plus en détail

www.h-k.fr/publications/objectif-agregation

www.h-k.fr/publications/objectif-agregation «Sur C, tout est connexe!» www.h-k.fr/publications/objectif-agregation L idée de cette note est de montrer que, contrairement à ce qui se passe sur R, «sur C, tout est connexe». Cet abus de langage se

Plus en détail

Souad EL Bernoussi. Groupe d Analyse Numérique et Optimisation Rabat http ://www.fsr.ac.ma/ano/

Souad EL Bernoussi. Groupe d Analyse Numérique et Optimisation Rabat http ://www.fsr.ac.ma/ano/ Recherche opérationnelle Les démonstrations et les exemples seront traités en cours Souad EL Bernoussi Groupe d Analyse Numérique et Optimisation Rabat http ://www.fsr.ac.ma/ano/ Table des matières 1 Programmation

Plus en détail

Nombres premiers. Comment reconnaître un nombre premier? Mais...

Nombres premiers. Comment reconnaître un nombre premier? Mais... Introduction Nombres premiers Nombres premiers Rutger Noot IRMA Université de Strasbourg et CNRS Le 19 janvier 2011 IREM Strasbourg Definition Un nombre premier est un entier naturel p > 1 ayant exactement

Plus en détail

Attitude des ménages face au risque. M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2014

Attitude des ménages face au risque. M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2014 Attitude des ménages face au risque - M1 - Arnold Chassagnon, Université de Tours, PSE - Automne 2014 Plan du cours 1. Introduction : demande de couverture et comportements induits pa 2. Représentations

Plus en détail