SVT SOMMAIRE. Directeur d ouvrage André Duco

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SVT SOMMAIRE. Directeur d ouvrage André Duco"

Transcription

1 SVT SCIENCES DE LA VIE ET DE LA TERRE 4 Directeur d ouvrage André Duco e NOUVEAU PROGRAMME 2009 Auteurs Laure Ayrinhac, Sabine Bobée, Gérard Chapron, Fatima El Aziz Khalil, Yann Esnault, Clara Etner, Hervé Froissard, Camilia Hasnaoui, Jean-Jacques Mangier, Rudy Monnier, Lise Schroun, Gilles Thomas, Aurélie Zwang Couverture : JH Editorial / Minden Pictures / Globio / Katherine Feng SOMMAIRE Partie A REPRODUCTION SEXUÉE ET MAINTIEN DES ESPÈCES DANS LES MILIEUX 2 Chapitre 1 La reproduction sexuée des êtres vivants 3 Chapitre 2 Reproduction sexuée et conditions des milieux de vie 7 Partie B LA TRANSMISSION DE LA VIE CHEZ L HOMME 11 Chapitre 1 Devenir un homme, devenir une femme 12 Chapitre 2 La formation d un nouvel être humain 17 Chapitre 3 Choisir d avoir ou nom un enfant 21 Partie C RELATIONS AU SEIN DE L ORGANISME 24 Chapitre 1 L organisme en mouvement 25 Chapitre 2 Les perturbations du système nerveux 30 Chapitre 3 Le déclenchement des transformations du corps à la puberté 34 Partie C L ACTIVITÉ INTERNE DU GLOBE 38 Chapitre 1 Les séismes 40 Chapitre 2 Le volcanisme 44 Chapitre 3 La structure externe de la Terre 49 Chapitre 4 Les mouvements des plaques lithosphériques 53 Chapitre 5 L Homme face aux risques géologiques 58 Ce livre du professeur a été réalisé pour expliciter les choix pédagogiques et scientifiques du manuel de SVT 4 e. Il suit le découpage du manuel, en démontre la conformité par rapport au programme officiel, et surtout explique la démarche pédagogique voulue par les auteurs. Les enseignants y trouveront des pistes de travail pour la classe et l ensemble des compétences méthodologiques visées pour les activités pédagogiques et les exercices du manuel. Des fiches photocopiables avec exercices complémentaires et schémas «muets», des documents et des compléments d informations sont disponibles sur le site du manuel de SVT 4 e (voir l adresse cidessous et la liste au dos du présent ouvrage). Livre du professeur téléchargeable gratuitement sur le site du manuel de SVT 4 e : Éditions Belin , RUE FÉROU, PARIS CEDEX 06

2 Partie A Reproduction sexuée et maintien des espèces dans les milieux Programme officiel : «Reproduction sexuée et maintien des espèces dans les milieux» (répartition conseillée : 10 %) Objectifs scientifiques : «Il s agit : de parvenir à une généralisation concernant la reproduction sexuée ; de mettre en relation les conditions de reproduction sexuée et le devenir d une espèce dans les milieux ; d enrichir la classification, amorcée en classe de sixième, avec les nouvelles espèces rencontrées et ainsi de renforcer l idée de biodiversité et de préparer l approche du concept d évolution.» Objectifs éducatifs : «Cette partie contribue à l éducation pour un développement durable, puisque les activités humaines influent sur les caractéristiques des milieux et donc sur la reproduction sexuée et le devenir des espèces.» Connaissances du programme «Reproduction sexuée et maintien des espèces dans les milieux» Cohérence verticale : Fiches 4 et 7 (cycles 2 et 3) ; espèce, classification des êtres vivants, colonisation du milieu par les végétaux (6 e ) ; conditions de vie et répartition des êtres vivants dans l environnement (6 e et 5 e ). La reproduction sexuée animale comme végétale comporte l union d une cellule reproductrice mâle et d une cellule reproductrice femelle. Le résultat de la fécondation est une cellule-œuf à l origine d un nouvel individu. L union des cellules reproductrices mâle et femelle a lieu dans le milieu ou dans l organisme. Correspondance avec le manuel Partie A : Reproduction sexuée et maintien des espèces dans les milieux x Je m interroge pour commencer (pp du manuel de l élève) x Ce que je sais déjà (p. 12 du manuel de l élève) x Chapitre 1. La reproduction sexuée des êtres vivants (pp du manuel de l élève) x Unité 1. La fécondation externe à l origine d un nouvel individu x Unité 2. La fécondation interne à l origine d un nouvel individu x Unité 3. Des mécanismes pour favoriser la fécondation La reproduction sexuée permet aux espèces de se maintenir dans un milieu. Les conditions du milieu influent sur la reproduction sexuée et donc sur le devenir d une espèce. L Homme peut aussi influer sur la reproduction sexuée, et ainsi porter atteinte, préserver ou recréer une biodiversité. x Chapitre 2. Reproduction sexuée et conditions des milieux de vie (pp du manuel de l élève) x Unité 1. Reproduction sexuée et milieux de vie x Unité 2. Reproduction sexuée et ressources alimentaires x Unité 3. Influence de l Homme sur la reproduction sexuée 2

3 1 La reproduction sexuée des êtres vivants 1 La fécondation externe à l origine d un nouvel individu Capacités du programme Observer, recenser et organiser des informations permettant de reconnaître une reproduction sexuée à l origine d un nouvel individu. Observer, recenser et organiser des informations afin de distinguer une fécondation interne et une fécondation externe. Effectuer un geste technique en réalisant une observation microscopique de cellules reproductrices et/ou d une fécondation. Observer, recenser et organiser des informations afin de placer un être vivant dans la classification. (pp du manuel de l élève) Compétences mises en œuvre dans l unité Observer la libération des cellules reproductrices et en déduire le lieu de la fécondation (doc. 1 à 7). Observer les cellules reproductrices et réaliser la fécondation du fucus (doc. 5 à 7). Classer l omble de fontaine (doc. 1). Conseils et suggestions Les élèves utiliseront leurs acquis de 6 e sur la reproduction sexuée, les cycles de vie et la classification générale des êtres vivants. Ce chapitre généralise la reproduction sexuée, en la recentrant sur la notion essentielle de fécondation, union de deux cellules reproductrices à l origine de la celluleœuf. On insistera sur la nécessaire distinction entre cellule-œuf et œuf. On privilégie l expression «cellules reproductrices» à «spermatozoïdes» et «ovules». L étude du développement et des stades larvaires n est pas au programme, de même que la parthénogenèse, l hermaphrodisme et la double fécondation chez les végétaux. Dans cette unité, on utilise l omble de fontaine pour illustrer la reproduction externe chez un animal aquatique. Autre exemple, le fucus qui n est pas un végétal au sens strict, mais fait partie de la «lignée végétale» (voir l article de M.-A. Selosse, «Animal ou végétal?», Pour la Science, décembre 2006). Nous avons choisi cet exemple pour sa simplicité. L observation de la libération des cellules reproductrices chez l omble de fontaine et le fucus permet de mettre en évidence les caractéristiques de la fécondation externe (doc. 1 à 7). L observation des cellules reproductrices et de la fécondation chez le fucus sont deux manipulations réalisables en classe (doc. 5 à 7). La définition de la fécondation se limite dans cette partie à «l union d une cellule reproductrice mâle et d une cellule reproductrice femelle». La notion de fécondation sera précisée dans la partie B du manuel (voir p. 65 du manuel), où l on insistera aussi sur le fait que les cellules reproductrices sont des cellules. L atelier «Des métiers en relation avec la reproduction» (p. 22 du manuel de l élève) permet de découvrir des métiers en relation avec cette partie du programme. L atelier «Des crapauds en caleçon» (p. 23 du manuel) permet de prolonger cette unité en exploitant des expériences qui montrent le rôle des cellules reproductrices dans la reproduction. Exploitation des documents par les activités 1 Doc. 1 (S informer à partir de documents). L omble de fontaine est un poisson à nageoires rayonnées, car il a un squelette et des nageoires avec des rayons. 2 Doc. 2, 3 et 7 (S informer à partir de documents). Pour les deux espèces, les cellules reproductrices mâles sont très petites. Les cellules reproductrices femelles sont plus grosses et rondes. 3 Doc. 7 (Communiquer par un dessin). ovule noyau La fécondation chez le fucus spermatozoïde 4 Doc. 1 à 3, 5 et 6 (S informer à partir de documents). Chez ces deux espèces, les cellules reproductrices sont libérées dans le milieu extérieur (dans l eau). La fécondation se fait dans l eau, elle est donc externe. 5 Doc. 4 et 7 (S informer à partir de documents). Le résultat de la fécondation chez l omble de fontaine et chez le fucus est la formation d une cellule-œuf qui deviendra ensuite un nouvel individu. A Chapitre 1 La reproduction sexuée des êtres vivants 3

4 6 En conclusion (Organiser et communiquer). La fécondation externe a lieu hors de l organisme de la femelle. Les cellules reproductrices sont émises dans le milieu extérieur (dans l eau), où la fécondation a lieu. 2 La fécondation interne à l origine d un nouvel individu Capacités du programme Observer, recenser et organiser des informations permettant de reconnaître une reproduction sexuée à l origine d un nouvel individu. Observer, recenser et organiser des informations afin de distinguer une fécondation interne et une fécondation externe. Observer, recenser et organiser des informations afin de placer un être vivant dans la classification. (pp du manuel de l élève) Compétences mises en œuvre dans l unité Observer et comprendre l accouplement d animaux d élevage (doc. 1 à 8). Identifier le lieu de la fécondation (doc. 2, 5 et 7). Observer le résultat de la fécondation (doc. 3, 4,6 et 8). Classer le bombyx et la poule (doc. 1 et 5). Conseils et suggestions Dans cette unité, on utilise le bombyx éri et la poule pour illustrer la fécondation interne. Le bombyx éri est facile à élever et le dimorphisme sexuel est marqué. Il est aisé de se procurer des œufs (auprès de l OPIE). De plus, les adultes ne se nourrissent pas et les chenilles mangent du troène que l on trouve même en hiver, ce qui rend l élevage facile tout au long de l année. Le cycle de vie de ce papillon dure 2,5 à 3 mois. L observation de l accouplement chez la poule permet aux élèves de déduire le lieu de rencontre des cellules reproductrices et donc les caractéristiques de la fécondation interne. Exploitation des documents par les activités 1 Doc. 1 et 5 (S informer à partir de documents). Le bombyx éri possède un squelette externe et 3 paires de pattes articulées, c est un insecte. La poule possède un squelette interne, un squelette d os, 4 membres, des plumes : c est un oiseau. 2 Doc. 2 à 4 (S informer à partir de documents). 3 Doc. 5 à 8 (S informer à partir de documents). Les cellules reproductrices femelles sont libérées dans le corps de la poule, les cellules reproductrices mâles sont aussi libérées dans le corps de la femelle grâce à un accouplement. La fécondation se fait donc dans le corps de la femelle, elle est interne. 4 Doc. 5 et 7 (S informer à partir de documents). Les spermatozoïdes passent des testicules du coq dans des conduits, puis passent dans l appareil reproducteur de la poule grâce à l accouplement. Ils remontent dans l oviducte jusqu à l ovule. Un seul spermatozoïde fécondera l ovule. Les deux cellules reproductrices assurent la fécondation. 5 Doc. 3 et 4, 6 et 8 (S informer à partir de documents). Le résultat de la fécondation est la formation d une cellule-œuf qui donnera ensuite un nouvel individu. 6 En conclusion (Organiser et communiquer). La fécondation interne a lieu dans l organisme de la femelle. Elle nécessite un accouplement qui permet de rapprocher une cellule reproductrice mâle et une cellule reproductrice femelle. 4

5 3 Des mécanismes pour favoriser la fécondation (pp du manuel de l élève) Capacités du programme Observer, recenser et organiser des informations montrant l attraction des cellules reproductrices. Effectuer un geste technique en réalisant une observation microscopique de cellules reproductrices et/ou d une fécondation. Observer, recenser et organiser des informations afin de placer un organisme vivant dans la classification. Compétences mises en œuvre dans l unité Comprendre des mécanismes qui favorisent la fécondation à l échelle des cellules reproductrices (doc. 1 à 6). Placer un être vivant dans la classification (doc. 1). Construire un tableau de synthèse (doc. 1 à 7). Conseils et suggestions Cette unité vise à montrer l attraction des cellules reproductrices chez l oursin et l attraction du tube pollinique chez une plante à fleur. Précisons qu il n existe pas d expérience simple réalisable en classe montrant l attraction des spermatozoïdes par les ovules d oursin. L expérience souvent présentée dans les manuels scolaires (2 gouttes déposées sur une lame mince et observation du passage des spermatozoïdes vers la goutte contenant les ovules) est contestée par les scientifiques (expérience non reproductible). L eau dans laquelle ont macéré les ovules induit cependant l agglutination des spermatozoïdes : le phénomène s observe chez Paracentrotus lividus et Arbacia lixula, mais ne constitue néanmoins pas une preuve scientifique du chémotactisme chez ces deux espèces ; une des interprétations est qu il se produit une réaction entre des glycoprotéines entourant les ovules (les antifertilisines) et des récepteurs de surface sur les spermatozoïdes (les fertilisines). En revanche, le chémotactisme a été effectivement démontré chez une espèce américaine, Arabacia punctulata, sans doute l espèce la plus étudiée. C est l expérience qui est reproduite doc. 3. L hermaphrodisme n est pas au programme, mais l exemple du lis n est pas nouveau pour les élèves (classe de 6 e ). L expérience de germination des grains de pollen (doc. 6) est réalisable en classe et permet un travail en autonomie des élèves. Les résultats sont observables à la loupe binoculaire. On réinvestira les acquis de 6 e sur la reproduction sexuée des plantes à fleurs. Rappel : le grain de pollen et l ovule ne sont pas les cellules reproductrices ; celles-ci se forment à l intérieur du grain de pollen germé et à l intérieur de l ovule. La notion de double fécondation chez les plantes à fleurs n est pas au programme. Les ateliers «Chérie comme tu sens bon!» et «Apprendre à reconnaître le chant des grillons!» offrent un prolongement à l unité (limitée à l attraction des cellules reproductrices, conformément au programme) en montrant comment la fécondation peut aussi être facilitée par la rencontre des individus. Exploitation des documents par les activités 1 Doc. 1 et 4 (S informer à partir de documents). L oursin est un animal qui a un squelette dans la peau. C est un échinoderme. Le lis est un végétal vert, qui a des tiges, des feuilles et des fleurs. C est une plante à fleurs. 2 Doc. 2 (Raisonner). On veut vérifier que les cellules reproductrices se rencontrent et se fécondent dans l eau. 3 Doc. 3 (Raisonner à partir d expériences). On voit que les spermatozoïdes se regroupent autour de la pipette qui a contenu des ovules. Par contre, ils ne se regroupent pas autour de la pipette remplie d eau de mer. On en conclut que les spermatozoïdes sont attirés par une substance émise dans l eau de mer par les ovules d oursin. 4 Doc. 4 à 6 (S informer à partir de documents). On voit qu en l absence d ovaire, les grains de pollen germent, mais les tubes polliniques partent dans tous les sens. Par contre, en présence de la tranche d ovaire, les tubes polliniques sont attirés par celle-ci. Le pollen est déposé au niveau de l extrémité du pistil, donc à distance de l ovaire. Le tube pollinique permet la rencontre entre une cellule reproductrice mâle (contenue dans le grain de pollen) et une cellule reproductrice femelle (contenue dans l ovule). 5 En conclusion (Organiser et communiquer). Type de fécondation Ce qui favorise la fécondation Oursin Externe La fécondation est favorisée par l attraction des cellules reproductrices. Lis Le tube pollinique amène les cellules reproductrices mâles (contenues dans le pollen) au contact des cellules reproductrices femelles (contenues dans l ovule). A Chapitre 1 La reproduction sexuée des êtres vivants 5

6 (pp du manuel de l élève) Les corrigés de la rubrique «Je vérifie mes connaissances» (p. 24 du manuel de l élève) et le corrigé de l exercice guidé (p. 26) se trouvent à la fin du manuel élève (p. 218). Sont proposés ici les corrigés des exercices de la rubrique «J applique mes connaissances» et de l exercice d application de la rubrique «Méthode». 4 PISA La reproduction du corail Raisonner à partir d un texte. Cet exercice réinvestit les connaissances acquises dans les 3 unités. L élève doit retrouver le mode de fécondation d une espèce qu il ne connaît pas et raisonner. 1. a. 2 ; b L émission simultanée des cellules reproductrices permet de donner plus de chance à la fécondation. Si ce n était pas le cas, les cellules reproductrices se perdraient dans l océan sans jamais se rencontrer. Le fait qu il y en ait beaucoup donne aussi plus de chance à la fécondation de se produire. 5 La reproduction de la grenouille rousse xtraire des informations d un texte et raisonner. Cet exercice se rapporte aux unités 1 et 3. L élève doit retrouver le mode de fécondation de la grenouille rousse et retrouver les comportements qui favorisent la rencontre des cellules reproductrices. a. Le mâle libère des cellules reproductrices mâles, des spermatozoïdes. b. La fécondation est externe car les cellules reproductrices sont libérées dans l eau, où la fécondation a lieu. c. Les mâles coassent pour attirer les femelles. De plus, même si la fécondation est externe, il y a accouplement. Cela permet aux ovules d avoir plus de chance d être fécondés. Le mâle arrose les ovules au fur et à mesure que la femelle les pond. Ils seront certainement fécondés en grand nombre. 6 Les cellules reproductrices Réaliser un dessin scientifique. Cet exercice réinvestit les connaissances à propos des cellules reproductrices et de leur taille. a. La cellule reproductrice représentée en 1 est une cellule reproductrice femelle, soit un ovule. Celle représentée en 2 est une cellule reproductrice mâle, soit un spermatozoïde. b. Taille de l ovule : 60 mm/600 = 0,1 mm. Taille du spermatozoïde : 50 mm/3 000 = 0,017 mm. c. A Ovule cytoplasme membrane noyau B Spermatozoïde membrane flagelle cytoplasme d. Le résultat d une fécondation est la formation d une cellule-œuf, à l origine d un nouvel individu. 7 La reproduction de quatre animaux xtraire des informations de textes et raisonner. Cet exercice permet un prolongement des unités 1 et 2. L élève doit replacer les 4 animaux dans la classification des animaux et, grâce à des informations et à des photos, il doit déduire le mode de fécondation des animaux. Cerf Marsouin commun Truite commune Roussette Groupe de classification Mammifère (on voit les poils) Mammifère (la femelle allaite) Poisson à nageoires rayonnées (nageoires à rayons) Poisson à squelette cartilagineux (squelette cartilagineux) Type de fécondation (accouplement) (accouplement) Externe (dans l eau) (accouplement) 8 9 J apprends à formuler et à tester une hypothèse (Méthode) Exercice guidé : voir le corrigé p. 218 du manuel de l élève. Réponses attendues pour l exercice d application : a. On cherche à savoir ce qui attire les vers luisants mâles. b. Je suppose que les mâles sont attirés par l abdomen luminescent (le lampion) de la femelle. c. L élève peut schématiser, en s inspirant de l exercice 8, une femelle sous un carton et une femelle sous un bocal en verre, avec des mâles autour dans les deux cas. d. Si l hypothèse est validée (si les mâles sont bien attirés par le lampion de la femelle), ils voleront vers la femelle sous le bocal en verre, pas vers celle sous le carton. 6

INFORMATION GÉNÉTIQUE et REPRODUCTION SEXUÉE

INFORMATION GÉNÉTIQUE et REPRODUCTION SEXUÉE Partie 1, Chapitre 4 INFORMATION GÉNÉTIQUE et REPRODUCTION SEXUÉE Constat : à l'exception des jumeaux, chaque individu est unique. Ses caractères héréditaires dependent des info génétiques (allèles) portées

Plus en détail

Chapitre 6 : coloniser de nouveaux milieux

Chapitre 6 : coloniser de nouveaux milieux Chapitre 6 : coloniser de nouveaux milieux Comment font les végétaux pour s installer dans un nouveau milieu alors qu ils ne peuvent pas se déplacer? I/ L installation des végétaux dans un nouveau milieu

Plus en détail

CORRIGES Plan de la séance

CORRIGES Plan de la séance CORRIGES Plan de la séance 1. Corriges Compréhension écrite 2. Corriges Compréhension orale 3. Corriges Syntaxe 4. Corriges Vocabulaire 5. Corriges Conjugaison 6. Corriges Lecture d'élargissement 7. Corriges

Plus en détail

>Si j ai réussi, je suis capable de

>Si j ai réussi, je suis capable de Fiche 10 Rechercher des informations sur Internet La plupart des informations disponibles sur Internet sont gratuites à la consultation. Elles sont présentées par des personnes ou des organisations qui

Plus en détail

Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H

Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H Page 1 DES CONFERENCES QUI ENRICHISSENT LES PROGRAMMES SCOLAIRES : Objectifs principaux : Acquérir et approfondir des

Plus en détail

Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme

Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme Activité 38 : Découvrir comment certains déchets issus de fonctionnement des organes sont éliminés de l organisme 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie du programme : Fonctionnement de l organisme et besoin

Plus en détail

Niveau CEl CE2. Le grand dauphin ou dauphin souffleur Tursiops truncatus

Niveau CEl CE2. Le grand dauphin ou dauphin souffleur Tursiops truncatus Niveau CEl CE2 Le grand dauphin ou dauphin souffleur Tursiops truncatus INTRODUCTION: non un poisson. Le dauphin souffleur ou grand dauphin est un mammifère marin, et Comme tous les mammifères il suivantes

Plus en détail

ÉCOLE : cycle 3 (CM2) Sciences de la vie et de la Terre S INFORMER : organiser l information Classer, trier, assembler, grouper, distinguer

ÉCOLE : cycle 3 (CM2) Sciences de la vie et de la Terre S INFORMER : organiser l information Classer, trier, assembler, grouper, distinguer NIVEAU DISCIPLINE CAPACITÉ COMPÉTENCE MOTS CLÉS ÉCOLE : cycle 3 (CM2) Sciences de la vie et de la Terre S INFORMER : organiser l information Classer, trier, assembler, grouper, distinguer 1. TITRE : TRIER

Plus en détail

Ressources pour l école élémentaire

Ressources pour l école élémentaire Ressources pour l école élémentaire éduscol Découverte du monde Progressions pour le cours préparatoire et le cours élémentaire première année Ces documents peuvent être utilisés et modifiés librement

Plus en détail

EN QUÊTE DU MONDE. Les nids de fourmis rousses. Présentation de la vidéo... 2 Générique... 2 description... 2 Principaux thèmes abordés...

EN QUÊTE DU MONDE. Les nids de fourmis rousses. Présentation de la vidéo... 2 Générique... 2 description... 2 Principaux thèmes abordés... Présentation de la vidéo... 2 Générique... 2 description... 2 Principaux thèmes abordés... 2 Contenus... 3 niveaux, disciplines, compétences... 3 notions... 4 Vocabulaire... 4 découpage du film... 5 Suggestions

Plus en détail

SAVAIS-TU QUE DANS MA COUR D ÉCOLE...

SAVAIS-TU QUE DANS MA COUR D ÉCOLE... SAVAIS-TU QUE DANS MA COUR D ÉCOLE... Éditions Mariko Francoeur Miguel Hortega IL Y A DES ANIMAUX? 1 Mon école est à Montréal, rue Berri. C est une belle école primaire toute faite de briques. En temps

Plus en détail

Végétaux Exemples d individus

Végétaux Exemples d individus Végétaux Formation Biologie 2011 2012 Végétaux Exemples d individus Végétaux Embranchement Classification Description Reproduction Mode de vie Exemples d individu Végétaux Règne > Etymologie «Végetaux»

Plus en détail

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires

Dr E. CHEVRET UE2.1 2013-2014. Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires Aperçu général sur l architecture et les fonctions cellulaires I. Introduction II. Les microscopes 1. Le microscope optique 2. Le microscope à fluorescence 3. Le microscope confocal 4. Le microscope électronique

Plus en détail

Les vers marins. Deux embranchements représentent les vers marins de nos côtes littorales: les vers plats (plathelminthes) et les vers segmentés

Les vers marins. Deux embranchements représentent les vers marins de nos côtes littorales: les vers plats (plathelminthes) et les vers segmentés Les vers marins A partir des vers marins, les animaux se complexifient dans l organisation de leur tissus. Nous avons vu qu avec les coraux, les organismes possédaient deux feuillets séparés d une gelée.

Plus en détail

Information génétique

Information génétique chapitre 3 Information génétique et division cellulaire L étude de la division cellulaire est abordée pour découvrir comment est transmise et conservée l information génétique portée par les chromosomes.

Plus en détail

FICHE N 8 Photodiversité, d une banque d images à un portail d activités en ligne Anne-Marie Michaud, académie de Versailles

FICHE N 8 Photodiversité, d une banque d images à un portail d activités en ligne Anne-Marie Michaud, académie de Versailles FICHE N 8 Photodiversité, d une banque d images à un portail d activités en ligne Anne-Marie Michaud, académie de Versailles Niveaux et thèmes de programme Sixième : 1 ère partie : caractéristiques de

Plus en détail

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN ET PROGRAMMES La référence pour la rédaction

Plus en détail

1 les caractères des êtres humains.

1 les caractères des êtres humains. Quelques rappels des classes précédentes ACTIVITÉ livre pages 8 et 9 : apprendre le bilan de la page 9 Les êtres vivants sont répartis en espèces. Chaque être vivant est formé de cellules. schéma d une

Plus en détail

- Les êtres vivants dans leur environnement, rôle et place des êtres vivants - Lecture de textes documentaires

- Les êtres vivants dans leur environnement, rôle et place des êtres vivants - Lecture de textes documentaires Titre de l atelier : Les vers de terre Domaines d activité Les êtres vivants dans leur environnement, rôle et place des êtres vivants Lecture de textes documentaires Motsclés Vers de terre Vie du sol Compétences

Plus en détail

SOMMAIRE CYCLE 1. Des jeux tout prêts. Des activités à préparer. Les solutions

SOMMAIRE CYCLE 1. Des jeux tout prêts. Des activités à préparer. Les solutions CYCLE 1 SOMMAIRE Des jeux tout prêts Colorie les animaux Le pelage des animaux Mères et petits Les modes de locomotion Animaux mélangés Plumes, poils et écailles Ranger les familles par ordre de taille

Plus en détail

Les macroinvertébrés: des bioindicateurs incontournables pour le monitoring des cours d eau en CH

Les macroinvertébrés: des bioindicateurs incontournables pour le monitoring des cours d eau en CH Les macroinvertébrés: des bioindicateurs incontournables pour le monitoring des cours d eau en CH 4 e Rencontres de l eau 20 mars 2015, UNIL Nathalie Menétrey Hydrobiologiste Bureau d étude aquatique et

Plus en détail

La notion de croissance (végétale) en sixième et en première S.

La notion de croissance (végétale) en sixième et en première S. La notion de croissance (végétale) en sixième et en première S. Activité proposée : La notion de croissance est abordée en classe de 6 ème et elle est traitée en première S. Montrez sur cet exemple qu

Plus en détail

AVIS. de l'agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail

AVIS. de l'agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail Le Directeur général Maisons-Alfort, le 1 er avril 2014 AVIS de l'agence nationale de sécurité sanitaire de l alimentation, de l environnement et du travail relatif à la demande d autorisation de mise

Plus en détail

Comment expliquer ce qu est la NANOTECHNOLOGIE

Comment expliquer ce qu est la NANOTECHNOLOGIE Comment expliquer ce qu est la NANOTECHNOLOGIE Vous vous souvenez que tout est constitué d atomes, non? Une pierre, un stylo, un jeu vidéo, une télévision, un chien et vous également; tout est fait d atomes.

Plus en détail

Calopteryx vierge Mâle et femelle ne se ressemblent pas. Le mâle du Calopteryx vierge a des ailes brun noir foncé veinées de bleu. Ce redoutable prédateur reste perché sur des plantes de la berge ou sur

Plus en détail

L ÉNERGIE C EST QUOI?

L ÉNERGIE C EST QUOI? L ÉNERGIE C EST QUOI? L énergie c est la vie! Pourquoi à chaque fois qu on fait quelque chose on dit qu on a besoin d énergie? Parce que l énergie est à l origine de tout! Rien ne peut se faire sans elle.

Plus en détail

Punaise des lits. À quoi ressemblent-elles? Cycle de vie. Alimentation

Punaise des lits. À quoi ressemblent-elles? Cycle de vie. Alimentation Punaise des lits À quoi ressemblent-elles? Lorsqu elle est à jeun, la punaise des lits présente une coloration allant du brun au brun jaunâtre. Une fois gorgée de sang, elle devient brune rougeâtre et

Plus en détail

Sciences de la vie et de la Terre

Sciences de la vie et de la Terre Sciences de la vie et de la Terre Thème 2 B Enjeux planétaires contemporains - La plante domestiquée Table des matières 1 : La plante cultivée : le Maïs...Erreur! Signet non défini. 2 : Les variétés de

Plus en détail

LA MARE : APPORTS THEORIQUES

LA MARE : APPORTS THEORIQUES LA MARE : APPORTS THEORIQUES LES ETRES VIVANTS DE LA MARE 1 - LES ANIMAUX Vertébrés et des invertébrés peuplent les mares de la Guadeloupe. Les plus faciles à rencontrer et à reconnaître sont les suivants.

Plus en détail

avec Lépido Les papillons sont des insectes. RENCONTRE Connais-tu le point commun de tous ces animaux? Ils ont tous.. pattes.

avec Lépido Les papillons sont des insectes. RENCONTRE Connais-tu le point commun de tous ces animaux? Ils ont tous.. pattes. T H E O R I E 1 RENCONTRE avec Lépido Les papillons sont des insectes. Connais-tu le point commun de tous ces animaux? Ils ont tous.. pattes. Recherche et place le nom de chacune des parties du papillon

Plus en détail

Plates-formes de téléformation et modèles pédagogiques

Plates-formes de téléformation et modèles pédagogiques POYET Françoise, (7095) Introduction Plates-formes de téléformation et modèles pédagogiques Depuis quelques années, on assiste à une stabilisation informatique des Technologies de l Information et de la

Plus en détail

Théories comptables. Théories normatives

Théories comptables. Théories normatives pratique : Jean Luc PETITJEAN 08 Novembre 2011 1 Théories comptables Théories descriptives Théories normatives Théories explicatives pratique : Jean Luc PETITJEAN 08 Novembre 2011 2 Elles visent à décrire

Plus en détail

Infestation par Dipylidium caninum,

Infestation par Dipylidium caninum, Fiche technique n 24 Infestation par Dipylidium caninum, le téniasis félin à Dipylidium Parmi tous les vers qui peuvent infester le chat, Dipylidium caninum est un parasite fréquemment rencontré dans le

Plus en détail

LA MITOSE CUEEP - USTL DÉPARTEMENT SCIENCES BAHIJA DELATTRE

LA MITOSE CUEEP - USTL DÉPARTEMENT SCIENCES BAHIJA DELATTRE Biologie LA MITOSE CUEEP - USTL DÉPARTEMENT SCIENCES BAHIJA DELATTRE Février 2006 I. L'INTRODUCTION Chaque cellule d'un organisme supérieur provient de la multiplication d'une cellule préexistante (cellule

Plus en détail

Les jours de la semaine

Les jours de la semaine Les jours de la semaine Les jours de la semaine S enfilent un à un Comme les billes d un grand collier Dans un ordre, ils se suivent Chaque jour se ressemble Chaque jour est différent Mais on ne peut les

Plus en détail

Séquence 6. Mais ces espèces pour autant ne sont pas identiques et parfois d ailleurs ne se ressemblent pas vraiment.

Séquence 6. Mais ces espèces pour autant ne sont pas identiques et parfois d ailleurs ne se ressemblent pas vraiment. Sommaire Séquence 6 Nous avons vu dans les séances précédentes qu au cours des temps géologiques des espèces différentes se sont succédé, leur apparition et leur disparition étant le résultat de modifications

Plus en détail

Association des. Objectifs. convivialité, réunir les habitants autour du jardinage. action sociale, action environnementale,

Association des. Objectifs. convivialité, réunir les habitants autour du jardinage. action sociale, action environnementale, Objectifs Association des convivialité, réunir les habitants autour du jardinage action sociale, création de jardins familiaux action environnementale, promouvoir un jardinage respectueux de l environnement

Plus en détail

Les futures techniques de lutte contre les punaises de lit Taz Stuart 204.292.8444 tdts@tdts.ca

Les futures techniques de lutte contre les punaises de lit Taz Stuart 204.292.8444 tdts@tdts.ca Les futures techniques de lutte contre les punaises de lit Taz Stuart 204.292.8444 tdts@tdts.ca Phéromones d alarme. En phase de recherche. Aldéhydes 4-oxo-hexénal et 4-oxo-octénal chez les punaises de

Plus en détail

Activité 45 : La responsabilité de l Homme sur son environnement géologique

Activité 45 : La responsabilité de l Homme sur son environnement géologique 1. EXTRAITS REFERENTIELS DU BO Partie : Géologie externe, évolution des paysages (16 heures) Notions. contenus Compétences Exemples d activités L procure à l Homme des ressources. [Thèmes : Environnement,

Plus en détail

Parc naturel régional du Perche Maison du Parc- Courboyer 61340 Nocé 02 33 85 36 36 www.parc.naturel.perche.fr

Parc naturel régional du Perche Maison du Parc- Courboyer 61340 Nocé 02 33 85 36 36 www.parc.naturel.perche.fr Parc naturel régional du Perche Maison du Parc- Courboyer 61340 Nocé 02 33 85 36 36 www.parc.naturel.perche.fr Malle documentaire Jardin Pourquoi faire un jardin? Quel type de jardin mettre en place? Quelle

Plus en détail

Parcours de visite, lycée Exposition: LA RADIOACTIVITÉ De Homer à oppenheimer

Parcours de visite, lycée Exposition: LA RADIOACTIVITÉ De Homer à oppenheimer Complétez le schéma de gestion des déchets nucléaires en vous aidant du panneau, les surfaces des cercles sont proportionnelles à leur importance Parcours de visite, lycée Exposition: LA RADIOACTIVITÉ

Plus en détail

La reconnaissez- vous?

La reconnaissez- vous? La reconnaissez- vous? Qu est ce qu une puce? C est un insecte piqueur sans ailes de couleur brune mesurant quelques millimètres et ayant la capacité de sauter 30 fois sa longueur. L espèce Cténocephalidès

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LES POUX DE TÊTE

TOUT SAVOIR SUR LES POUX DE TÊTE TOUT SAVOIR SUR LES POUX DE TÊTE Les poux existent depuis toujours et ne sont pas près de disparaître. Heureusement, ils ne sont pas dangereux, mais ils sont dérangeants. Le saviez-vous? Les poux de tête

Plus en détail

Réunion du Bureau du Conseil de Quartier Centre

Réunion du Bureau du Conseil de Quartier Centre Réunion du Bureau du Conseil de Quartier Centre Lundi 14 mars 2011 19h30 salle du Conseil Mairie du 4 Présents : François VIDALIN, Antoine IAFRATE, Dominique VITAL DURAND, Thierry TOULLEC, Jean Jacques

Plus en détail

La Vinification en Alsace

La Vinification en Alsace La Vinification en Alsace La grande caractéristique des Vins d Alsace est qu ils sont tous élaborés à partir de cépages très aromatiques. Le vinificateur n aura de cesse, tout au long des vendanges et

Plus en détail

ÉCOLES NORMALES SUPÉRIEURES ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES CONCOURS D ADMISSION SESSION 2013 FILIÈRE BCPST COMPOSITION DE BIOLOGIE

ÉCOLES NORMALES SUPÉRIEURES ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES CONCOURS D ADMISSION SESSION 2013 FILIÈRE BCPST COMPOSITION DE BIOLOGIE ÉCOLES NORMALES SUPÉRIEURES ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES CONCOURS D ADMISSION SESSION 2013 FILIÈRE BCPST COMPOSITION DE BIOLOGIE Épreuve commune aux ENS de Cachan, Lyon, Paris et de l ENPC Durée

Plus en détail

PREVENTION ASV. Partie réalisée par Aurélys ANTOINE. Le 09/05/2015

PREVENTION ASV. Partie réalisée par Aurélys ANTOINE. Le 09/05/2015 PREVENTION ASV Partie réalisée par Le 09/05/2015 Atelier n 2 : Parasites et intoxication Principaux parasites de l été: - Les puces : c est quoi? - Les tiques : c est quoi? - Les aoutats : c est quoi?

Plus en détail

Parasites externes du chat et du chien

Parasites externes du chat et du chien Parasites externes du chat et du chien Identification, prévention et traitement Les tiques Les tiques transmettent des maladies parfois mortelles. La prévention est la meilleure arme. 1 - Où les trouve-t-on?

Plus en détail

ÉVALUATION DU TYPE DE DOMMAGE CAUSÉ PAR LA PUNAISE PENTATOMIDE VERTE, ACROSTERNUM HILARE (SAY) SELON LE DÉVELOPPEMENT DES FRUITS

ÉVALUATION DU TYPE DE DOMMAGE CAUSÉ PAR LA PUNAISE PENTATOMIDE VERTE, ACROSTERNUM HILARE (SAY) SELON LE DÉVELOPPEMENT DES FRUITS ÉVALUATION DU TYPE DE DOMMAGE CAUSÉ PAR LA PUNAISE PENTATOMIDE VERTE, ACROSTERNUM HILARE (SAY) SELON LE DÉVELOPPEMENT DES FRUITS CAROLINE PROVOST, MANON LAROCHE, MAUD LEMAY LES OBJECTIFS Objectif principal:

Plus en détail

Identification des principaux lépidoptères ravageurs du maïs sucré

Identification des principaux lépidoptères ravageurs du maïs sucré Identification des principaux lépidoptères ravageurs du maïs sucré Rencontre du groupe RAP Maïs sucré, 3 avril 2013 Jean-Philippe Légaré, M. Sc., biologiste-entomologiste, Laboratoire de diagnostic en

Plus en détail

ÉMILIE MUDJEREDIAN GRAPHISTE / ILLUSTRATRICE 06 19 98 53 07 http://emiliemudjeredian.com emilie.mudjeredian@gmail.com

ÉMILIE MUDJEREDIAN GRAPHISTE / ILLUSTRATRICE 06 19 98 53 07 http://emiliemudjeredian.com emilie.mudjeredian@gmail.com ÉMILIE MUDJEREDIAN GRAPHISTE / ILLUSTRATRICE 06 19 98 53 07 http://emiliemudjeredian.com emilie.mudjeredian@gmail.com WORLD STOCK MARKET VISUALIZATION - Creation d une bibliothèque de documents financiers

Plus en détail

Surligne les phrases si elles sont justes :

Surligne les phrases si elles sont justes : 1) L escargot a besoin de chaleur. Entoure : L escargot est un : 2) Il sort de sa coquille quand l atmosphère est sèche. VERTEBRE - INVERTEBRE 3) Sans coquille, l escargot meurt. OISEAU REPTILE - MOLLUSQUE

Plus en détail

Les Jardins Butchart Promenade et Découvertes (6-7e Annee)

Les Jardins Butchart Promenade et Découvertes (6-7e Annee) Les Jardins Butchart Promenade et Découvertes (6-7e Annee) Cherche la pancarte qui dit Start Here (=Commencez ici) et continue de marcher jusqu à ce que ce que tu vois la pancarte Upsteps to Sunken Garden

Plus en détail

Une conférence-débat proposée par l Institut National de la Recherche Agronomique

Une conférence-débat proposée par l Institut National de la Recherche Agronomique Economies d'énergies dans les procédés agro-alimentaires : l'optimisation coût/qualité, un équilibre pas si facile à maîtriser Une conférence-débat proposée par l Institut National de la Recherche Agronomique

Plus en détail

Fiche 19 La couleur des haricots verts et cuisson

Fiche 19 La couleur des haricots verts et cuisson Fiche 19 La couleur des haricots verts et cuisson Objectif : Valider ou réfuter des «précisions culinaires»* permettant de "conserver une belle couleur verte" lors la cuisson des haricots verts frais (gousses

Plus en détail

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie.

L eau c est la vie! À l origine était l eau... La planète bleue. Les propriétés de l eau. L homme et l eau. ... et l eau invita la vie. 1 L eau c est la vie! À l origine était l eau... Lors du refroidissement de la terre, qui était une boule de feu à sa création, les nuages qui l entouraient ont déversé leur eau, formant les mers et les

Plus en détail

Granulés anti-limaces : pas sans risques!

Granulés anti-limaces : pas sans risques! Granulés anti-limaces : pas sans risques! Conseils pratiques pour une utilisation et un stockage corrects et sans danger pour vos animaux domestiques Comment utiliser et stocker sans danger les granulés

Plus en détail

MONTELIMAR ENERGIE POSITIVE

MONTELIMAR ENERGIE POSITIVE STRATEGIE DEVELOPPEMENT DURABLE 2014/2020 document interne MONTELIMAR ENERGIE POSITIVE p.1/11 BIODIVERSITE & ENERGIE 2 ATOUTS FORTS POUR REPONDRE AUX ATTENTES DES MONTILIENS EN MATIERE DE DEVELOPPEMENT

Plus en détail

C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS.

C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS. C ÉTAIT IL Y A TRÈS LONGTEMPS QUAND LE COCHON D INDE N AVAIT PAS ENCORE SES POILS. MAIS UN JOUR IL PARTIT PLUS AU NORD POUR DÉCOUVRIR LE MONDE. IL MARCHAIT, MARCHAIT, MARCHAIT SANS S ARRÊTER.IL COMMENÇA

Plus en détail

Modélisation multi-agents - Agents réactifs

Modélisation multi-agents - Agents réactifs Modélisation multi-agents - Agents réactifs Syma cursus CSI / SCIA Julien Saunier - julien.saunier@ifsttar.fr Sources www-lih.univlehavre.fr/~olivier/enseignement/masterrecherche/cours/ support/algofourmis.pdf

Plus en détail

vérifiez leur compatibilité avec nos auxiliaires sur notre site web Bulletin d information sur les cultures fraises Stratégie IPM pour les fraises

vérifiez leur compatibilité avec nos auxiliaires sur notre site web Bulletin d information sur les cultures fraises Stratégie IPM pour les fraises Avant d utiliser des produits chimiques, vérifiez leur compatibilité avec nos auxiliaires sur notre site web www.biobest.be Bulletin d information sur les cultures fraises Stratégie IPM pour les fraises

Plus en détail

Tâche complexe produite par l académie de Clermont-Ferrand. Mai 2012 LE TIR A L ARC. (d après une idée du collège des Portes du Midi de Maurs)

Tâche complexe produite par l académie de Clermont-Ferrand. Mai 2012 LE TIR A L ARC. (d après une idée du collège des Portes du Midi de Maurs) (d après une idée du collège des Portes du Midi de Maurs) Table des matières Fiche professeur... 2 Fiche élève... 5 1 Fiche professeur Niveaux et objectifs pédagogiques 5 e : introduction ou utilisation

Plus en détail

Conception d un CD interactif : simulation d une sortie en écologie végétale

Conception d un CD interactif : simulation d une sortie en écologie végétale Conception d un CD interactif : simulation d une sortie en écologie végétale A. El Ghorfi *, M. Boulanouar *, M. Cheggour*, N. Zahid ** * Département de biologie, ENS Marrakech ** Département d informatique,

Plus en détail

Développement durable et agroalimentaire Partage d expériences en Basse-Normandie

Développement durable et agroalimentaire Partage d expériences en Basse-Normandie Jeanne Courouble avec la participation de l AFNOR Développement durable et agroalimentaire Partage d expériences en Basse-Normandie Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook

Plus en détail

Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif)

Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif) Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif) Contenu de la formation PSE1 LE SECOURISTE : 1 h 30 Indiquer le rôle et les responsabilités d un secouriste. Indiquer les connaissances

Plus en détail

Je découvre le diagramme de Venn

Je découvre le diagramme de Venn Activité 8 Je découvre le diagramme de Venn Au cours de cette activité, l élève découvre le diagramme de Venn et se familiarise avec lui. Pistes d observation L élève : reconnaît les éléments du diagramme

Plus en détail

Activités autour du roman

Activités autour du roman Activité pédagogique autour du roman Un chien différent, de Laura Cousineau ISBN 978-2-922976-13-7 ( 2009, Joey Cornu Éditeur) Téléchargeable dans la rubrique Coin des profs sur 1 Activités

Plus en détail

Qui mange qui? Objectif : Prendre conscience des nombreuses relations qui existent entre les êtres vivants et notamment les relations alimentaires.

Qui mange qui? Objectif : Prendre conscience des nombreuses relations qui existent entre les êtres vivants et notamment les relations alimentaires. Qui mange qui? Objectif : Prendre conscience des nombreuses relations qui existent entre les êtres vivants et notamment les relations alimentaires. Tous les êtres vivants ont besoin d énergie pour vivre,

Plus en détail

Les principaux thèmes liés à cette cause sont :

Les principaux thèmes liés à cette cause sont : S engager pour l environnement Les hommes sont dépendants de leur environnement : c est leur lieu de vie. C est pourquoi lutter contre la pollution et le gaspillage est important. La défense de l environnement,

Plus en détail

En rouge et noir. 4,50 juin 2011 - n 1326 M 01054-1326 BEL : 4,50 FRANCE METRO : 4,50 - ANT/GUY : 5 - REU : 4,50 - BEL : 4,50 - ESP : 3,80

En rouge et noir. 4,50 juin 2011 - n 1326 M 01054-1326 BEL : 4,50 FRANCE METRO : 4,50 - ANT/GUY : 5 - REU : 4,50 - BEL : 4,50 - ESP : 3,80 Zoom 4,50 juin 2011 - n 1326 FRANCE METRO : 4,50 - ANT/GUY : 5 - REU : 4,50 - BEL : 4,50 - ESP : 3,80 GR : 3,80 - ITA : 4,60 - LUX : 2,60 - MAROC : 25 dh - NL : 5 En rouge et noir M 01054-1326 BEL : 4,50

Plus en détail

Les sols, terreau fertile pour l EDD Fiche activité 3 Que contient un sol?

Les sols, terreau fertile pour l EDD Fiche activité 3 Que contient un sol? Les sols, terreau fertile pour l EDD Fiche activité 3 Que contient un sol? Introduction La vie végétale et animale, telle que nous la connaissons, n'existerait pas sans la terre fertile qui forme à la

Plus en détail

La Reine des fourmis a disparu

La Reine des fourmis a disparu La Reine des fourmis a disparu Séance 1 : Découverte de la couverture. Montrer l album sans rien dire. La couverture est cachée par 12 petits cartons sur lesquels sont proposés des indices. Chaque indice

Plus en détail

Demande d autorisation de faire une tournée pour des cirques itinérants détenant des animaux sauvages

Demande d autorisation de faire une tournée pour des cirques itinérants détenant des animaux sauvages Demande d autorisation de faire une tournée pour des cirques itinérants détenant des animaux sauvages Première tournée / premier spectacle Nouvelle tournée / nouveau spectacle Entrée en Suisse de l étranger

Plus en détail

L E BILAN DES ACTIVITÉS

L E BILAN DES ACTIVITÉS L E BILAN DES ACTIVITÉS Activité 1 Des volcans en éruption Mots-clés Il existe deux types d éruptions volcaniques : les éruptions explosives, caractérisées par des explosions plus ou moins importantes,

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

GUIDE CONSO-CITOYEN : LES ESPÈCES PROFONDES

GUIDE CONSO-CITOYEN : LES ESPÈCES PROFONDES GUIDE CONSO-CITOYEN : LES ESPÈCES PROFONDES CRIME EN EAUX PROFONDES LE MOBILE DU CRIME ET LE COMPLICE Parce qu on pêche trop, trop loin, trop profond, nos océans sont en train de mourir, tout spécialement

Plus en détail

Bienvenue sur la planète des insectes!

Bienvenue sur la planète des insectes! Bienvenue sur la planète des insectes! Les Entomonautes c/o Youssef Guennoun 49 bis rue du Borrégo 75020 Paris entomonautes(at)gmail.com Des milliards de petites bêtes Les insectes constituent 75 % de

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur

Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur Compétence 3-1 S EXPRIMER A L ECRIT Fiche professeur Nature de l activité : Réaliser 3 types de productions écrites (réécriture de notes, production d une synthèse de documents, production d une argumentation)

Plus en détail

ARRÊTÉ du. Projet d arrêté fixant le programme d'enseignement de santé et social en classe de seconde générale et technologique

ARRÊTÉ du. Projet d arrêté fixant le programme d'enseignement de santé et social en classe de seconde générale et technologique RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l Éducation nationale NOR : MENE1007267A ARRÊTÉ du Projet d arrêté fixant le programme d'enseignement de santé et social en classe de générale et technologique Le Ministre

Plus en détail

CHROMATOGRAPHIE SUR COUCHE MINCE

CHROMATOGRAPHIE SUR COUCHE MINCE CHROMATOGRAPHIE SUR COUCHE MINCE I - PRINCIPE La chromatographie est une méthode physique de séparation de mélanges en leurs constituants; elle est basée sur les différences d affinité des substances à

Plus en détail

CRDP de l académie de Rennes L e N u m é r i q u e a u s e r v i c e d e s e n s e i g n a n t s. Plan DUNE

CRDP de l académie de Rennes L e N u m é r i q u e a u s e r v i c e d e s e n s e i g n a n t s. Plan DUNE Plan DUNE Développement des Usages du Numérique à l Ecole Plan DUNE Développement des Usages du Numérique à l Ecole 1 ère phase : 2010 2011 : 13 académies concernées 2 ème phase : 2011 2013 : 17 académies

Plus en détail

CONSIGNE : Lis attentivement les textes suivants. Réponds aux questions en relisant chaque fois les textes.

CONSIGNE : Lis attentivement les textes suivants. Réponds aux questions en relisant chaque fois les textes. CONSIGNE : Lis attentivement les textes suivants. Réponds aux questions en relisant chaque fois les textes. Texte 1 La colombe et la fourmi Une fourmi se penche dans l'eau et tombe. Le ruisseau est pour

Plus en détail

Céline Nicolas Cantagrel CPC EPS Grande Section /CP Gérer et faciliter la continuité des apprentissages

Céline Nicolas Cantagrel CPC EPS Grande Section /CP Gérer et faciliter la continuité des apprentissages Céline Nicolas Cantagrel C EPS Grande Section / Gérer et faciliter la continuité des apprentissages GS Quelques pistes par rapport à l équipe pédagogique : renforcer les liens, clarifier les paramètres

Plus en détail

Photographie statistique des accidents de travail, des accidents de trajet et des maladies professionnelles en France selon le sexe entre 2001 et 2012

Photographie statistique des accidents de travail, des accidents de trajet et des maladies professionnelles en France selon le sexe entre 2001 et 2012 Photographie statistique des accidents de travail, des accidents de trajet et des maladies professionnelles en France selon le sexe entre 2001 et 2012 Des tendances d évolution différenciées pour les femmes

Plus en détail

Thème sélection génétique des plantes hybridation et génie génétique

Thème sélection génétique des plantes hybridation et génie génétique Thème sélection génétique des plantes hybridation et génie génétique Exemple d activité : recenser, extraire et exploiter des informations afin de comprendre les caractéristiques et les limites de la modification

Plus en détail

Mesures préventives suggérées afin d éviter une infestation dans l établissement

Mesures préventives suggérées afin d éviter une infestation dans l établissement MESURES DE PRÉVENTION POUR LES ÉTABLISSEMENTS OFFRANT DE L HÉBERGEMENT Les travailleurs œuvrant dans les établissements de santé ou communautaire offrant de l hébergement sont susceptibles d être confrontés

Plus en détail

FIPROTEC, PIPETTES CONTRE PUCES ET TIQUES :

FIPROTEC, PIPETTES CONTRE PUCES ET TIQUES : FIPROTEC, PIPETTES CONTRE PUCES ET TIQUES : FIPROTEC 50 MG SOLUTION SPOT-ON POUR CHAT Composition :Une pipette de 0,50 ml contient 50 mg de Fipronil. Indications d utilisation : Chez les chats : - Traitement

Plus en détail

Feuille 6 : Tests. Peut-on dire que l usine a respecté ses engagements? Faire un test d hypothèses pour y répondre.

Feuille 6 : Tests. Peut-on dire que l usine a respecté ses engagements? Faire un test d hypothèses pour y répondre. Université de Nantes Année 2013-2014 L3 Maths-Eco Feuille 6 : Tests Exercice 1 On cherche à connaître la température d ébullition µ, en degrés Celsius, d un certain liquide. On effectue 16 expériences

Plus en détail

La Terre mise en scène

La Terre mise en scène Objectif La pièce peut servir d «évaluation des performances» et offrir aux élèves la possibilité de montrer de manière créative ce qu ils ont appris sur la Terre en tant que système. Vue d ensemble La

Plus en détail

Les débuts de la génétique

Les débuts de la génétique HPITRE 9 DES DÉBTS DE L ÉNÉTIQE X ENJEX TELS DES BIOTEHNOLOIES 1 Les débuts de la génétique est avec les travaux de regor Mendel vers la fin du XIX e siècle que furent posées les bases de la génétique.

Plus en détail

Analyses de Variance à un ou plusieurs facteurs Régressions Analyse de Covariance Modèles Linéaires Généralisés

Analyses de Variance à un ou plusieurs facteurs Régressions Analyse de Covariance Modèles Linéaires Généralisés Analyses de Variance à un ou plusieurs facteurs Régressions Analyse de Covariance Modèles Linéaires Généralisés Professeur Patrice Francour francour@unice.fr Une grande partie des illustrations viennent

Plus en détail

Grandes cultures n 15 du 10 mars 2015

Grandes cultures n 15 du 10 mars 2015 1 A retenir cette semaine - Très nette accélération des stades phénologiques. - 81% des cuvettes piègent des charançons de la tige du colza cette semaine. Le risque va s amplifier en fin de semaine avec

Plus en détail

Tétranyques à deux points: stratégies de contrôle

Tétranyques à deux points: stratégies de contrôle Tétranyques à deux points: stratégies de contrôle Par Jean-Paul Soucy, agr. Les acariens nuisibles en serre Tétranyque à deux points Tétranyque de Lewis Acariens des bulbes Mite du cyclamen/tarsonème du

Plus en détail

Nicolas DEPRUGNEY Julien CARTON 1 SA TPE 1 S. Les Phéromones de la Fourmi

Nicolas DEPRUGNEY Julien CARTON 1 SA TPE 1 S. Les Phéromones de la Fourmi Nicolas DEPRUGNEY Julien CARTON 1 SA TPE 1 S Les Phéromones de la Fourmi 1 Introduction... p.3 Comment les fourmis communiquent-elles entre elles? I. Mise en évidence des phéromones p.4 Expérience avec

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE & D UTILISATION DES FORFAITS POUR LA SAISON HIVER 2014/2015

CONDITIONS GENERALES DE VENTE & D UTILISATION DES FORFAITS POUR LA SAISON HIVER 2014/2015 CONDITIONS GENERALES DE VENTE & D UTILISATION DES FORFAITS POUR LA SAISON HIVER 2014/2015 SMAP REGIE PRA LOUP UBAYE 04 Immeuble Le génépi 04400 PRA LOUP Tél. 33 (0)4 92 84 11 54 - Fax. 33 (0)4 92 84 18

Plus en détail

Tout au long de l année

Tout au long de l année Objectifs Familiariser les élèves avec le relevé d informations sur un journal de bord. Apprendre aux élèves à utiliser des instruments d observation scientifiques. Réaliser des dessins d observations

Plus en détail

SEMAINE DES MATHEMATIQUES

SEMAINE DES MATHEMATIQUES SEMAINE DES MATHEMATIQUES Titre de l'activité Découverte de la suite de Fibonacci ou cinq activités à traiter simultanément : les billes, les escaliers, les étages peints, les fauxbourdons, les lapins

Plus en détail

L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les

L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les L EAU POTABLE : COMMENT LA PRÉSERVER Bien que l eau soit une ressource renouvelable, il ne faut pas pour autant la gaspiller. Les Québécois sont les deuxièmes plus grands consommateurs d eau potable, juste

Plus en détail