L EGLISE ET LE ROYAUME DE FRANCE LE COLLOQUE DE POISSY EN 1561

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L EGLISE ET LE ROYAUME DE FRANCE LE COLLOQUE DE POISSY EN 1561"

Transcription

1 L EGLISE ET LE ROYAUME DE FRANCE LE COLLOQUE DE POISSY EN 1561 Comment se présente l Eglise jusqu au milieu du XVIè siècle? L Eglise du Christ, au cours de son existence, a traversé bien des épreuves, qu elles soient de son fait ou qu elles viennent de l extérieur. Durant les deux siècles qui ont précédé l ouverture du Colloque de Poissy, il s est passé un certain nombre d événements plus ou moins dramatiques : - En préliminaire, l attentat d Anagni (1303) contre le pape Boniface VIII, sur ordre de Philippe IV, qui sonne le glas de la chrétienté médiévale. - Puis, en pleine Guerre de Cent ans guerre étrangère et guerres intestines - le Grand Schisme d Occident ( ) qui survient à la suite de pressions politiques et populaires. L Eglise se retrouve alors avec un pape à Rome (soutenu par l Angleterre, l Allemagne, la Scandinavie, l Italie du nord et du centre) et un pape en Avignon (soutenu par la France, l Ecosse, l Espagne, le royaume de Naples). - Durant cette crise apparaît une conception nouvelle de l Eglise, portée par tout le courant intellectuel de l époque. Le sentiment national remplace progressivement l unité chrétienne. L idée de la supériorité du Concile sur le Pape transparaît peu à peu. Les couvents ont besoin de réformes, le clergé manque de formation théologique, les mœurs sont relâchées, les fonctions religieuses deviennent objets de convoitises et de calculs politiques. Mais au même moment, il surgit des demandes de retour à une vie évangélique plus intense. Un immense et prodigieux mouvement de ferveur se répand, dans tous les pays et dans toutes les classes de la société. De petits groupes de chrétiens se constituent pour approfondir leur foi, discuter théologie et participer à des œuvres de charité. Il n est pas question pour eux de changer la religion, mais de convertir l homme, de modifier son comportement, de transformer ses mœurs. Pour les aider, il faudrait que des réformes aient lieu, et qu elles soient décidées par Rome. C est pourquoi saint Vincent Ferrier et saint Bernardin de Sienne prêchent la conversion et la dévotion au Christ. Des femmes comme sainte Catherine de Sienne et sainte Brigitte de Suède, puis sainte Françoise Romaine, pressent les papes d engager l indispensable réforme de l Eglise. Mais pour que celle-ci puisse trouver sa place et assumer sa mission dans la profonde mutation qui se fait jour, il lui faudrait disposer d authentiques pasteurs. - Or, dès la fin du Grand Schisme avec l élection, au Concile de Constance de 1417, du pape Martin V, va débuter la longue série des douze Papes de la Renaissance, plus soucieux de mécénat d art que de pastorale. Durant plus d un siècle, la plupart d entre eux ne s intéressent qu aux affaires temporelles, à l art et aux lettres, sans se rendre compte des périls qui menacent l Eglise dont ils ont la charge. Mais, même durant cette époque où la papauté est affaiblie, la foi demeure vivante dans les âmes et dans la vie de la plupart des hommes. Des réformes, intellectuelles et morales, politiques et administratives, sont reconnues nécessaires mais toujours repoussées, malgré l action de sainte Colette de Corbie pour restaurer les monastères, malgré la conduite exemplaire de saint Jean de Capistran, malgré les cris et les injonctions qui viennent de la base du peuple chrétien. - C est durant le pontificat de l un de ces papes, Nicolas V, qu a lieu un événement considérable, la prise de Constantinople par les Turcs (1453) et donc la chute de l Empire

2 chrétien d Orient. Cette date qui se trouve être aussi celle de la bataille de Castillon (une victoire sur le général Talbot, considérée comme la fin de la Guerre de Cent ans) représente un tournant de l histoire, le passage définitif de la période médiévale à celle des temps modernes. - La prise de Constantinople accentue le déclin du commerce en Méditerranée. Les navigateurs, les explorateurs se tournent alors vers l Océan et abordent sur les côtes de nouveaux mondes. Puis va venir le temps des colonisateurs et es missionnaires. L histoire de l Europe est bouleversée par ces grandes découvertes et leurs conséquences, en particulier par l arrivée massive de métaux précieux. De même par l imprimerie qui permet la diffusion de la connaissance des textes profanes et des textes sacrés. - Cependant, certains chefs de l Eglise ne restent pas complètement inactifs. Ainsi, le pape Jules II réunit le Concile de Latran en 1512, mais les questions nécessaires au redressement de l Eglise sont à peine abordées. Et c est en 1517 la rupture de Luther avec Rome (son premier manifeste est publié en 1534) c est en 1533 le début du schisme anglais - en 1535 la publication de l Institution chrétienne par Calvin avant son installation à Genève. Ces réformes se font d abord hors de Rome puis contre Rome. Au même moment, le besoin de renouveau spirituel et de réformes ecclésiales, qui travaillent l Eglise depuis deux siècles sans avoir rencontré d écho chez les responsables, se fait sentir plus ardemment encore. Alors que chacun attend avec angoisse une véritable réforme - une refonte des structures et des institutions, en même temps qu une conversion morale et spirituelle des hommes et des femmes continuent de faire pression sur les chefs de l Eglise. En vain. Finalement, le mouvement de régénération va partir du cœur même de l Italie de la Renaissance, avec de nouveaux ordres religieux qui s imposent une stricte pauvreté et, parmi eux, les Capucins, les Théatins et les Barnabites. En 1537, saint Ignace de Loyola fonde la Compagnie de Jésus. - Enfin, débute en 1545 le Concile tant attendu, avec de grandes difficultés d ordre politique. Le pape Paul III, qui le convoque, rencontre des résistances dans son entourage, des exigences de la part des protestants, des prétentions de la part des souverains, chacun y cherchant son avantage. L on comprend qu au milieu de ces turbulences, Paul III ait supplié le Seigneur de le réconforter et d armer son esprit de force et de constance, son intelligence du don de sagesse. Le concile est plusieurs fois interrompu, puis suspendu en 1551 et non repris en 1559, malgré les demandes pressantes des rois de France et d Espagne. Comment se présente le royaume de France en 1560 / 1561? En même temps que se développent, dans la plupart des pays d Europe dont la France, les troubles provoqués par les querelles religieuses, le royaume de France connaît en 1560 une situation financière catastrophique! La dette s est accumulée durant les deux derniers règnes - ceux de François Ier et d Henri II. Elle a été provoquée par les emprunts venant de rentes constituées sur l Hôtel de Ville de Paris (la première constitution de ces rentes date de 1522) et par les aliénations du domaine royal à la suite de ces emprunts. Selon la loi du royaume, le domaine royal est inaliénable. Mais il a toujours fallu de l argent et la nécessité a forcé les rois à emprunter, comme de simples particuliers. C était alors pour un temps limité et avec l obligation de remboursement à l expiration du terme. Durant longtemps, les emprunts se sont faits à un taux très onéreux (16% et parfois davantage) auprès des banquiers lombards et allemands.

3 Par l engagement, le roi n aliénait pas réellement son domaine à l engagiste mais le donnait comme sûreté d une somme qui lui était prêtée, somme qu il lui suffisait de rembourser pour rentrer en possession de son bien à condition d avoir les ressources nécessaires. A cause des guerres d Italie, de leur train de vie et des pensions distribuées abusivement, les règnes de François Ier et d Henri II ont été très dispendieux. A l avènement de François II puis, en 1560, du petit Charles IX, la dette est considérable. C est pourquoi, pour réunir les sommes nécessaires à la résorption de la dette, il faut le concours direct du pays. Plusieurs assemblées en 1560 et 1561 François II réunit à Fontainebleau, en août 1560, une assemblée formée de quelques conseillers (de hauts dignitaires de la noblesse et du clergé, ainsi que quelques fonctionnaires importants en raison de leurs charges) pour solliciter leur avis sur la convocation des Etats Généraux. Cette convocation à Fontainebleau est causée par les difficultés auxquelles il fallait faire face, qui étaient de deux sortes : les troubles religieux et la question financière. - Pour la question religieuse, l assemblée de Fontainebleau réclame la réunion, à bref délai, d un concile général, sinon d un concile particulier car le Concile de Trente, qui a interrompu ses travaux en 1551, ne les a pas encore repris. - En ce qui concerne la question financière, les avis sont partagés, mais finalement, à l issue de cette réunion de Fontainebleau, il st décidé de convoquer les Etats Généraux à Orléans pour les premiers jours de janvier 1561 (et de les faire précéder de la rédaction des cahiers). Rappel - Les Etats Généraux ne s étaient pas réunis depuis Il s agissait alors d organiser, après la mort de Louis XI, la régence d Anne de Beaujeu durant la minorité du jeune roi Charles VIII. A ces Etats Généraux de 1484 participent, pour la première fois, des députés issus du monde paysan. Sur ces entrefaites, François II meurt (le 5 décembre 1560) et le petit Charles IX lui succède. Sans attendre la date prévue car il y a urgence, les Etats Généraux se réunissent à Orléans dès le 13 décembre 1560 (ils vont se poursuivre jusqu au 31 janvier 1561). D autres assemblées vont avoir lieu à Pontoise (30 juillet et début août 1561) et à Poissy (26 juillet au 14 octobre 1561) Les Etats Généraux d Orléans décembre 1560 et janvier 1561 La rédaction des cahiers du tiers état de Paris a lieu à l Hôtel de Ville dès le 6 novembre La préoccupation dominante en est donc une réformation de l ordre ecclésiastique, tant au point de vue disciplinaire que temporel. Il est vrai que, à l époque (et jusqu à la Révolution), l Eglise de France a la charge de l instruction des enfants, du soulagement des pauvres et du soin aux malades (à travers les hôpitaux). Mais chacun, dans le royaume et même parmi les gens d Eglise, se rend bien compte que la richesse dans laquelle se complait le clergé est la source des abus qui scandalisent les fidèles. Dès l ouverture de ces Etats à Orléans, le 13 décembre 1560, le chancelier Michel de l Hospital (ancien surintendant des finances devenu chancelier de France), se souciant prioritairement du problème financier, expose la situation du Trésor. Il annonce le montant de la dette - 43 millions de livres - que l on peut répartir en deux rubriques :

4 - la dette exigible qui comprend les emprunts autres que les rentes constituées - et la dette non exigible constituée par les aliénations du domaine (sous faculté de rachat) et les constitutions de rentes. Outre l ampleur de la dette, la rapidité avec laquelle elle s est développée frappe de stupeur les députés des trois ordres réunis à Orléans. Ils sont invités à réfléchir et à trouver des solutions en fournissant les ressources nécessaires. C est ainsi que se vérifie le vieil adage que au royaume de France, aide et conseil se tiennent. Personne ne désire voir augmenter les impôts, chacun aimerait au contraire revenir à la situation à l époque de Louis XII (diminution des impôts). La suppression de la taille (taxe levée en temps de guerre) est réclamée. Quelques solutions sont proposées : une stricte économie et une surveillance des dépenses royales. Mais ce sont des mesures insuffisantes pour rembourser la dette et racheter les terres du domaine, qui sont productrices de ressources. Que faire? Le tiers état est trop pauvre et la noblesse trop puissante. Ces deux ordres s accordent pour réclamer l aliénation des biens du clergé. Mais aucune décision n est prise à l issue de ces Etats d Orléans Une nouvelle convocation est décidée à Pontoise pour le 31 juillet L assemblée de Pontoise juillet et août 1561 Pour limiter les dépenses, l assemble de Pontoise qui se présente comme le prolongement des Etats Généraux d Orléans, en quelque sorte comme une commission financière est inférieure en nombre de participants. Sont convoqués treize députés de chacun des trois ordres (il y a incertitude sur la participation des députés du clergé, à savoir si certains d entre eux se sont trouvé réunis en même temps à Pontoise et à Poissy? ou uniquement à Poissy?) A nouveau, noblesse et tiers état éprouvent une stupeur commune devant l ampleur de la catastrophe. Comment, se demandent les députés, la royauté a-t-elle pu en si peu de temps s endetter d une somme aussi considérable, que les guerres ne suffisent pas à expliquer? L histoire n offre pas d exemple de souverains qui, quelques guerres qu ils aient eu à soutenir, aient laissé une dette semblable à celle dont Charles IX hérite aujourd hui. D où prennent forme des soupçons de fraudes, de malversations, de détournements. Une enquête est demandée sur la gestion des finances du royaume. Après moult discussions et débats, ni la noblesse ni le tiers état ne veulent participer au remboursement de la dette, de quelque manière que ce soit. Ils s accordent donc sur deux points : - le refus des sacrifices demandés par le roi - et le rejet sur le clergé du poids de ces mesures. Il n est pas demandé une simple ordonnance royale opérant la vente du temporel ecclésiastique en quantité suffisante, mais un véritable contrat qui ne serait pas considéré comme une atteinte aux droits de l Eglise - pour une aliénation du temporel ecclésiastique et son affectation aux besoins du royaume. Aux considérations financières vont s ajouter des considérations morales. Il se dessinait à l époque une tendance nettement affirmée de rejeter sur le seul ordre ecclésiastique tout le poids du déficit financier. Le moment était particulièrement favorable au succès de cette idée, car les querelles religieuses donnaient sens aux plaintes suscitées par l accumulation des biens ecclésiastiques. Les réformés attaquaient les vices du haut clergé et dénonçaient l excès de sa richesse. Les catholiques fervents reconnaissaient que cette excès de biens engendrait des abus et qu il était même dans l intérêt de l Eglise de retrancher quelque peu de son énorme superflu.

5 L on pense aussi à l époque que si les fils de la noblesse renonçaient à s enfermer dans les couvents, ils embrasseraient le service du roi qui ne serait plus obligé de financer les levées de troupes étrangères. A Pontoise, le tiers état propose deux solutions : - soit un simple prélèvement sur les biens de l Eglise - soit une aliénation de tout le temporel ecclésiastique. Cette dernière opération aboutirait à la formation d une sorte de budget des cultes et à la transformation des bénéficiers en fonctionnaires salariés (cette seconde proposition n a pas été retenue à l époque ; ainsi elle n a pas eu à subir l épreuve de la mise ne pratique). Par contre, cette affirmation des droits du roi sur le domaine de l Eglise va être reprise au moment de la Révolution. Celle-ci a pratiqué la mainmise de l Etat sur le patrimoine de l Eglise (la nationalisation des biens du clergé), a mis en place un budget des cultes et décidé de la fonctionnarisation des prêtres. Mais il n y a eu aucune compensation : pas de budget pour l exercice de la religion, pas de salaire pour les prêtres devenus fonctionnaires (qui, au contraire, ont été poursuivis et persécutés). Le gouvernement révolutionnaire ne s est pas non plus soucié de l instruction des enfants, ni du soulagement des pauvres, ni des soins aux malades tâches qui de tout temps ont été celles du clergé de France. Dans l esprit des propositions faites à Pontoise, il était aussi suggéré que les sommes venant de la vente des biens du clergé si elle avait lieu - et non utilisées soient affectées à un fonds d aide au commerce et à l industrie, et qu elles ne seraient pas gérées par la royauté. Toujours par méfiance, et pour empêcher la réapparition de la dette, une surveillance générale des finances du royaume est demandée, ainsi que le consentement des Etats avant la levée des impôts et l engagement du domaine Aucune décision n a été prise lors de l assemblée de Pontoise, aucun subside n a été accordé au roi. Mais les Etats de Pontoise ayant affirmé de la façon la plus énergique le droit du roi à disposer des biens de l Eglise, la sanction indirecte de ces propositions fermes va aboutir au Contrat de Poissy. Le contrat de Poissy 21 octobre 1561 Au moment où se réunissent à Pontoise quelques députés des trois ordres, principalement ceux de la noblesse et du tiers état, les cardinaux, archevêques et évêques des diocèses de France se retrouvent à Poissy, avec la même double mission : la réformation de Eglise et le calcul du montant des subventions à accorder au roi. Etant donné l énorme réserve de biens qu il détient, c est du clergé que la royauté attend le secours le plus important, Celui-ci commence par réfléchir à une somme volontairement proposée de sa part, à fournir petit à petit. Mais la reine régente leur réclame 15 millions de livres payables en six années à raison de livres annuellement Devant la mauvaise volonté du clergé, et dans le souci de procéder rapidement au désengagement du domaine, le roi décide de suivre la deuxième proposition des Etats de Pontoise (l aliénation de tout le temporel de l Eglise) et, dans ce but, il ordonne le recensement des biens du clergé. Celui-ci, sentant le danger que représente pour lui cet inventaire, s empresse d accorder la demande royale, ce qui est fait le 17 septembre. La reine est prévenue le 20, l offre lui paraît petite mais elle l accepte. Reste à fixer la date officielle de l accord.

6 Le Contrat de Poissy.est signé à Saint-Germain le 21 octobre C est un contrat passé entre deux parties sur un pied de parfaite égalité juridique. Les pouvoirs en ont été donnés aux délégués de l Eglise gallicane dont les représentants se sont rassemblés à Poissy. L obligation du clergé s étend sur deux périodes : - de 1561 à 1567, le versement d une somme annuelle de livres, qui sera employée au rachat des domaines et au remboursement des rentes, sauf celles qui sont engagées sur l Hôtel de Ville de Paris - de 1567 à 1577, le remboursement de tout le capital des rentes. Avec ces deux clauses s arrête toute la subvention du clergé dans la dette royale. Les subsides que les Etats de Pontoise n ont pas fournis au roi, le Colloque de Poissy va les lui accorder. Si la royauté en tire un bénéfice, le clergé de France obtient, en retour, quelques compensations. Il a surtout évité l aliénation de son temporel, ce que souhaitaient la plupart des députés assemblés à Pontoise. L Assemblée du clergé à Poissy 26 juillet au 14 octobre 1561 Au cours de cette assemblée réunie à Poissy, le clergé apparaît nettement sous son double aspect, religieux et politique. Il reçoit une double mission. La première lui est donnée par le chancelier à la demande du roi lors de l ouverture du Colloque, en présence de la famille royale et de nombreux seigneurs de la Cour, à savoir, la réformation de l Eglise, qui en a bien besoin (discipline et mœurs), afin, lui dit-il, de faire cesser les tumultes et séditions survenues dans le royaume. Quelques jours plus tard, le cardinal de Tournon, doyen de l assemblée, rappelle au clergé rassemblé la seconde mission, c'est-à-dire le calcul des subventions à accorder au roi pour l apaisement de la dette publique, L étude des questions financières - qui vont être réglées, nous l avons vu, par la signature du Contrat de Poissy - n empêche pas les discussions religieuses. Encouragée par le chancelier Michel de l Hospital, la reine mère reprend l idée de membres du tiers parti (des gens modérés) qui souhaitent une rencontre entre des prélats du royaume et les principaux docteurs calvinistes, dans le but de rédiger une profession de foi commune, une sorte de concile gallican qui, pensait-elle, apporterait la paix au royaume car les désordres civils la préoccupaient davantage que les questions religieuses. Elle pense aussi que cette rencontre de Poissy va faciliter la reprise du Concile de Trente, et elle espère bien que l on y tiendra compte des décisions qui, pense-t-elle, seront prises à Poissy! Officiellement il n était pas question d aborder le sujet des dogmes, mais ils étaient dans tous les esprits. Les nouveautés apparues à l époque passionnaient le peuple, comme le chant des psaumes, les prières en français, la communion sous les deux espèces, le mariage des prêtres. L on a dit que la reine Catherine engageait, à l époque de la tenue du Colloque, des négociations avec le pape pour obtenir certaines de ces concessions. En effet, alors qu elle-même manifeste la plus profonde indifférence religieuse, des seigneurs et officiers de la Cour à l exception des partisans des Guise sont favorables à l adoption d une partie des innovations introduites en France par la réforme de Jean Calvin. C est ainsi, apprend-on, que quelques-uns des prélats présents au Colloque se rendent à la paroisse de Poissy où ils communient à la mode de Genève, c est à dire sous les deux espèces. Cela se passait le dimanche 3 août, dans les débuts de l assemblée du clergé, bien avant l arrivée des ministres réformés à Saint-Germain. Le colloque de Poissy et 26 septembre 1561 Ce que l on nomme communément Colloque de Poissy consiste, en fait, en une assemblée du clergé d une durée de deux mois et demi (du samedi 26 juillet au mardi 14

7 octobre) au cours de laquelle ont eu lieu quelques jours de débats entre catholiques et réformés et, en même temps, des événements ayant pour cadre le château de Saint- Germain où réside la cour et où les ministres protestants, qui y sont accueillis, se réunissent également. Sur plus de cent prélats catholiques convoqués, une cinquantaine viennent à Poissy. Certains d entre eux logent dans des appartements du Prieuré Saint-Louis. Parmi eux se trouvent six cardinaux (Tournon, Armagnac, Bourbon, Lorraine, Chastillon, Guise), trois archevêques et de nombreux évêques. Il faut ajouter les docteurs en théologie. Les assemblées solennelles ont lieu dans la grande salle du réfectoire et les débats et discussions dans une salle haute du monastère, située à l intérieur de la clôture. Le 26 juillet, jour de l arrivée des prélats, se passe en aménagement du réfectoire en salle de délibération, avec mise en place du dais pour y accueillir le roi et la famille royale, l installation d une tapisserie et des sièges (chaque prélat étant prié de financer son propre banc), sans oublier la table des secrétaires assermentés notant les délibérations et les conclusions de l assemblée. Cette table était recouverte d un tapis vert, une horloge de sable indiquait le temps qui passait. Le portier du monastère appelait aux convocations, à l aide d une grosse cloche, le matin à 7 heures et l après-midi à 2 heures. Lorsque cette grosse cloche sonnait, durant une demi heure, les autres cloches du monastère ne sonnaient pas. Les jours suivants sont utilisés à l organisation pratique de l assemblée Le 31 juillet, le roi se rend à Poissy en compagnie de sa mère, des princes, des seigneurs et des dames de la Cour, qui séjournent alors au château de Saint-Germain. Le chancelier (Michel de l Hospital) expose, aux membres du clergé présents, les causes de la réunion de ce concile national : la réformation des abus et l apaisement des tumultes et séditions. Des réunions débats ont parfois lieu dans la salle du chapitre des religieuses, mais la salle appelée le grand réfectoire est, comme d habitude, réservée aux assemblées du clergé. Il est décidé que l on ne parlerait point de doctrine et matière de foi mais seulement de la réformation des moeurs et des moyens d ôter les abus de l Eglise. Douze docteurs en théologie et douze canonistes sont chargés de délibérer sur les douze articles concernant cette réformation : le droit canon et ses exemptions, la présentation aux cures, la portion congrue, la réforme des couvents, l utilisation des monastères moins peuplés, etc. Quant aux subsides demandés par le roi, ils sont aussi, au même moment, discutés par les députés de la noblesse et du tiers état rassemblés à Pontoise. A l exception du dimanche, les premières semaines de réunion de cette assemblée sont consacrées aux délibérations entreprises par les canonistes et les théologiens. Les ministres protestants à Saint-Germain Cependant, vers la mi-août, arrivent à Saint-Germain les deux premiers ministres réformés, Augustin Marlorat et François de Saint-Paul. Le 23 août c est au tour de Théodore de Bèze, reçu avec beaucoup d honneur. Le soir de son arrivée, il rencontre, chez Antoine de Bourbon, le jeune roi, la reine mère, les princes. Tout le temps de son séjour au château, il prêche. Il parle avec facilité et dans un beau langage, écrit l ambassadeur de Venise, mais la science lui manque. Il a un grand succès auprès des princes et des pages de la Cour, qui passent alors leurs journées à sa prédication et au chant des psaumes. Les cardinaux de Tournon et de Lorraine, sans cessa absents de leur diocèse, se mettent à prêcher la résidence aux autres évêques et se repentent de n avoir pas, eux-mêmes, assez pris soin de leurs troupeaux! Quelques jours plus tard, le vendredi 29 août, Jeanne d Albret, reine de Navarre et épouse d Antoine de Bourbon, après un long périple (puisqu elle est partie de Nérac au début de juillet), fait son entrée à Saint-Germain après plusieurs jours passés à Paris. Elle est reçue avec les égards dus aux souverains étrangers (la Navarre est un royaume indépendant). Le

8 soir de son arrivée, malgré son mauvais état de santé et la fatigue du voyage, elle assiste à une fête organisée en son honneur : illumination du château, course de taureaux dans une enceinte fermée, danses aux flambeaux et souper d apparat. L ambassadeur d Espagne, toujours malveillant pour la France, relève aigrement les attentions que porte Catherine à sa visiteuse, ce qui, d après lui, serait la preuve de sa condescendance coupable vis-à-vis des réformés! A ceux qui lui déconseillent, à cause des oppressions faites aux gens d Eglise, d écouter les arguments des réformés, la reine mère répond qu ils sont sujets du roi, et qu il se doit de les écouter comme tous ses autres sujets. La semaine suivante, a lieu une tentative d incendie du monastère de Poissy. L on a retrouvé plusieurs saules coupés dans le but d escalader le mur, sans résultat, celui-ci étant trop haut. Des fusées incendiaires ont alors été lancées en grand nombre par-dessus les murailles, mais sans causer de dégâts. Le maire de Poissy, très ennuyé, a peur que des énergumènes, pour manifester leur mécontentement, ne mettent sa ville à feu et à sang. Il prend alors un arrêté ordonnant, sous peine d amende, que tous les habitants de Poissy placent, chaque nuit, devant leur porte, un tonneau plein d eau pendant toute la durée du colloque, afin d arrêter tout départ de feu. La journée du mardi 9 septembre 1561 La matinée de ce jour se passe en préparatifs pour la venue du roi et pour le placement de chacun. Il est prévu que les cardinaux, archevêques et évêques s assoiraient au circuit sur les bancs ordinaires à la droite et que les docteurs s assoiraient sur d autres sièges au côté dextre et le clergé au côté senestre, de peur de confusion. Ils sont priés de dîner (=déjeuner) de bonne heure afin d entrer tous en bon ordre en l assemblée avant l arrivée du roi. Quant aux ministres réformés, ils sont amenés de Saint-Germain à Poissy, les uns dans des coches, les autres à cheval ; ayant leur sauf-conduit et garde des archers du roy. Dans une lettre à Calvin, Théodore de Bèze raconte qu ils ont été reçus à la porte du couvent par le duc de Guise, grand maître de la Maison du roi, et introduits dans la salle du réfectoire. Qu ils ont été obligés de se ranger debout, entourés des archers de la garde, le long d une balustrade qui les séparait de l enceinte royale. Ils doivent être une petite trentaine, mais douze seulement sont représentés sur les gravures de l époque. Voici les noms, tant des simples ministres que des superintendants : Jean de La Tour (ministre de Jeanne d Albret) François de Saint-Paul (de Dieppe) Nicolas des Gallards (ancien ministre de l église de Paris) François de Morel dit de Collonges, (de Montargis) Jean Raymond Merlin (ministre de Coligny) Augustin Marlorat (de Rouen) Nicolas Follion dit Lavallée Jean Boquin (de Saintonge) Théodore de Bèze (de Genève) - Jean Malot (de Paris) Jean de l Espine Claude de la Boissière (de Nantes). Il y a aussi des députés des provinces : Antoine de la Roche-Chandieu Michel de Barbançon, sieur de Cany Simon de Preneau, sieur de Piennes Gervais le Barbier de Francourt, conseiller de Jeanne d Albret Dumas ou Dalmais Jean de Gaber Grégoire de Selve Du Boys ou Du Vaays Bléreau ou Cléreau Gervault ou Gervais ou Baynard Remons ou Remons. La journée du mardi 9 septembre est la seule, avec le mercredi suivant, au cours de laquelle les deux communautés ont été réunies en si grand nombre, en présence du roi, de la famille royale, de la Cour et d une foule importante. Elle était l espoir de Catherine de Médicis, d autant que sa conversation de la veille avec Théodore de Bèze, au château de Saint- Germain, lui laissait supposer une issue conforme à ses souhaits de bonne entente. La réflexion du chef de la délégation réformée, vers la fin de sa harangue (c était le nom donné à l époque à son discours), au sujet de l eucharistie, le stupéfait lui-même et lui cause de

9 l embarras, ainsi qu à ses coreligionnaires, selon les témoignages de l époque et les gravures qui illustrent le moment. Voici ses paroles : Si quelqu un là-dessus nous demande si nous rendons Jésus Christ absent de sa sainte Cène, nous répondons que non. Mais si nous regardons à la distance des lieux (comme il le faut faire, quand il est question de sa présence corporelle, et de son humanité distinctement considérée), nous disons que son corps est éloigné du pain et du vin, autant que le plus haut du Ciel est éloigné de la terre, attendu que quant à nous, nos sommes en la terre, et les sacrements aussi. Ces quelques mots ont indigné les prélats et théologiens catholiques réunis en ce lieu pour l écouter. Le texte de la harangue a été publié à l époque, et suivi de quelques lignes adressées à la reine, pour justifier ces paroles et tenter d atténuer le scandale qu elles ont ainsi causé. Mais ce jour-là, Catherine a perdu ses illusions et la confiance qu elle avait en Théodore de Bèze. La mise en scène de la séance du 9 septembre Une gravure très connue, celle de Tortorel et Perrissin, a été réalisée dix ans plus tard (1571). De l étude attentive de cette gravure, il en ressort quelques points fort intéressants et des lacunes (il est vrai que les dessinateurs n étaient pas présents à la scène). Elle nous présente la première rencontre et quelques personnages dont les noms sont signalés. Le réfectoire, nous le savons, mesurait 12 m de large sur 50 de long, ce qui lui donne une surface de 600 m 2. Nous ne voyons donc sur la gravure que le tiers de la salle de réunion, ce qui expliquerait l absence de certaines personnes, tels que vingt-deux députés des églises réformées, un certain nombre d évêques, des dames de la Cour, etc. Au fond de la salle, devant un dais parsemé de fleurs de lys, se trouvent, au premier rang, six trônes ou sièges hauts où sont assis six personnages importants de la Cour, dont les pieds reposent sur des coussins. De gauche à droite, ce sont le roi de Navarre Antoine de Bourbon le futur Henri III (9 ans) le jeune roi Charles IX (10 ans) la reine mère Catherine de Médicis Marguerite de Valois ( 7 ans) Jeanne d Albret reine de Navarre. Derrière eux, sur quatre rangées de bancs, se trouvent une trentaine de princes du sang (dont Louis de Condé, François de Guise, Anne de Montmorency) et des seigneurs de la Cour. Face à eux, se tiennent debout douze ministres calvinistes, parmi lesquels Marlorat de Lorraine, Jean Malot, Jean de l Epine, Pierre Martyr, Jean Viret, François Morel, etc. Ils sont menés par Théodore de Bèze, chef de la délégation protestante. Ils semblent discuter entre eux, mais Bèze lève la main, soit pour annoncer qu il va s exprimer, soit pour montrer le ciel au moment de sa réflexion sur l eucharistie. Sur la gauche de la gravure, entre la Cour et les ministres protestants, est assis un peu en avant, en tant que chef de la délégation catholique, le cardinal de Lorraine, Charles de Guise. Derrière lui, pareillement assis, le cardinal François de Tournon, le cardinal de Châtillon Odet de Coligny, et le théologien Michel de l Hospital. A côté d eux, assis sur des trois rangées de bancs, une petite vingtaine d évêques et de docteurs. A droite, face au cardinal de Lorraine, une sorte d écritoire pour deux secrétaires chargés de retranscrire l intégralité des débats. Peut-être l un des deux est-il Claude Despence qui a laissé une relation détaillée de ces journées? Un peu en arrière, des fauteuils hauts sont occupés par le cardinal d Armagnac, par le cardinal Charles de Bourbon et par le cardinal Louis de Guise. A côté de ceux-ci, assis sur des bancs, seize docteurs en trois rangées.

10 Sur chaque côté de la gravure et au fond debout en arrière des longues tables des religieuses, vingt-six personnages plus ou moins attentifs, plus ou moins attentionnés. Ils s accoudent à la table, bavardent ou détournent la tête. Personne ne sait qui ils sont ni ce qu ils font en ce lieu! Au premier plan, de part et d autre de la gravure, des gardes du roi, dont la fonction est de veiller jour et nuit sur sa sécurité et qui l accompagnent dans tous ses déplacements : ils sont six à droite et huit à gauche, portant tous une hallebarde et une épée, quelques-uns ont aussi une dague. Ils entourent les ministres protestants. Les séances suivantes Durant les jours suivants, les points de doctrine confessés par les réformés sont soigneusement étudiés à Poissy afin d y répondre et de les réfuter. Les prélats et théologiens catholiques poursuivent aussi les séances de leur assemblée. Les ministres protestants sont toujours logés à Saint-Germain et, eux aussi, de leur côté, débattent et discutent. Théodore de Bèze revient à Poissy le mardi 16, en présence du roi, de la reine, de toute la Cour, comme cela avait été le cas une semaine auparavant, pour entendre le cardinal de Lorraine réfuter ses dires Ce jour-là, raconte Claude Despence qui était présent, il y avait alors à la dite assemblée si grand nombre de gens qu on ne pouvait se tourner. La prieure de Poissy était en haut, là où on lit la Bible, avec d autres religieuses aux treillis faits tout exprès pour elles. Les autres religieuses étaient sur les côtés de l église, où elles voyaient par les verrières. Le mercredi 17, le montant de la subvention à accorder au roi est décidée (voir le paragraphe Le Contrat de Poissy ). Quant aux articles de la réformation, leur étude est confiée à quelques théologiens et canonistes qui devront se réunir dans une salle à l intérieur de la clôture. Le 19 septembre arrive à Saint-Germain Hippolyte d Este, cardinal de Ferrare, légat du Pape. Le Pape a toujours craint la tenue d un concile gallican et sa confiance en la régente de France est très limitée!!! D abord mal accueilli, le légat réussit cependant à faire comprendre le danger des disputes théologiques pouvant amener la guerre civile. C est aussi le souci de Catherine. Aussi elle réduit le nombre des participants aux délibérations (pas plus de cinq ou six de chaque côté) et elle fait transférer le lieu des délibérations, du grand réfectoire des Dominicaines à une salle de petites dimensions, à l intérieur de la clôture, ce qui permet la sérénité des débats et empêche la présence des seigneurs et dames de la cour et autres curieux. A nouveau, le mercredi 24, quelques théologiens protestants et catholiques se retrouvent, en la présence de la reine, dans la salle de la prieure, pour écouter Théodore de Bèze réfuter les propositions du cardinal de Lorraine. Mais la séance est houleuse. Des paroles aigres sont prononcées de part et d autre. La reine est obligée de lever la séance au milieu du tumulte et elle se retire. Une nouvelle tentative a lieu au même endroit, deux jours plus tard. Le général des Jésuites est présent. Au cours de son intervention, raconte Despense, le général des Jésuites, don Diego Laynez, commença à parler très librement en son langage vulgaire italien et plus hardiment qu il n eut fait en français il dit, en usant de ces paroles vulgaires italiennes à l encontre desdits adversaires de notre foi et religion, loupi, vulpi, serpenti, assassini. Puis une discussion a lieu entre quelques théologiens, mais ils ne peuvent s entendre.

11 Les jours suivants, ce sont toujours des débats, discussions, essais de rédaction d un texte qui convienne à tous. Plusieurs formules sont étudiées, proposées, rédigées, et les écrits sont transportés à travers la forêt d un lieu à l autre. C est en vain. Si aucune profession de foi commune ne voit le jour, ce n est pas faute d avoir essayé! Le lundi 13 octobre est annoncée la dissolution de l assemblée du clergé pour le lendemain. Quelques députés catholiques vont rencontrer le roi à Saint-Germain pour lui faire un compte-rendu. L arrivée de luthériens est annoncée. Tous les ministres protestants étant partis, seul Théodore de Bèze accepte de les rencontrer et de leur tenir tête. Ils sont d abord convoqués à Saint-Germain pour le 26 octobre, mais une épidémie se déclare et empêche leur venue. Le 7 novembre, Antoine de Navarre les reçoit, toujours au château de Saint-Germain et les présente à la reine. Le cardinal de Lorraine veut rouvrir une séance avec eux, mais il y a des désaccords. Ils repartent précipitamment. * * * L échec de ce colloque - ou son inutilité? L on peut se demander les raisons d une séparation aussi rapide et le manque de conclusion. Pour Alphonse de Rubble : - Les catholiques, n attendaient rien de cette confrontation, car ils pensaient que l Eglise devait se réformer par elle-même, de l intérieur. Ils ont saisi avec empressement l occasion de clore la discussion. - Le tiers parti, celui de la reine et du chancelier, avait espéré pacifier le royaume mais, dès la première séance, celle du 9 septembre, ils avaient perdu toute illusion. - Les réformés, qui pouvaient tout gagner en prolongeant les débats, ont accepté la dissolution sans protester. Peut-être même ont-ils voulu précipiter le dénouement, à cause de l annonce de l arrivée prochaine des luthériens à Saint-Germain? L historien Jérémie Fao pense que la réunion d un colloque à Poissy était inutile et même incongrue. Selon lui, l édit publié au printemps 1560 (l édit d Amboise complété par l édit de Romorantin), donc plus d un an auparavant, apportait l apaisement et la liberté de conscience. Pour lui, il se pourrait que le colloque de Poissy n ait servi qu aux ambitions des protagonistes. - Catherine a tout intérêt à s imposer au moment où elle prend le titre de régente, normalement réservé au premier prince du sang, Antoine de Bourbon. Elle est méprisée par les Grands du royaume en tant qu italienne et considérée comme une simple banquière. Or, si son père était un Médicis, elle était, par sa mère Madeleine de la Tour d Auvergne, apparentée à toutes les familles princières du royaume. De plus, elle espère pousser à la reprise du Concile de Trente et influer sur ses décisions. - Quant à Théodore de Bèze, il n est qu un simple pasteur et, en conséquence, n est pas considéré comme un interlocuteur valable, contrairement à ceux des princes d Allemagne passés au luthérianisme, des personnages avec lesquels on pouvait traiter et le cardinal de Lorraine ne s en est pas privé. Cette rencontre de Poissy aurait donné à Théodore de Bèze une sorte de légitimité, lui aurait permis d officialiser sa position. En fait, si chacun s était contenté des édits du printemps 1560 et si aucune rencontre n avait eu lieu à Poissy, nous aurions peut-être pu éviter de longues années de luttes fratricides et de persécutions de part et d autre, et faire l économie d une rupture dans l Eglise

12 Des paroles apaisantes Le petit roi a clôturé officiellement le Colloque de Poissy par une ordonnance du 18 octobre, au cours de laquelle, il fait défense aux réformés d usurper des bénéfices et de s emparer des églises, et aux catholiques de troubler les exercices de la nouvelle religion. Il est également fait défense aux deux partis d employer les dénominations insultantes de huguenots et de papistes. C étaient déjà les termes de Michel de l Hospital, quelques mois avant la rencontre de Poissy. Il s était alors élevé contre l esprit partisan et avait vanté les bienfaits de la réflexion et de la mansuétude : La douceur portera plus que la rigueur, déclarait-il. Otons ces mots diaboliques, noms de partis, de factions et de séditions, luthériens, huguenots, papistes. Ne gardons que le nom de chrétiens. Il avait refusé l emploi de la force, accepté la persuasion : Nos langues valent mieux que nos lances, assurait-il. Cet état d esprit sera aussi celui d Henri de Navarre devenu Henri IV en 1589, au moment où il tente de réconcilier les Français : Il ne faut plus faire de distinction entre catholiques et huguenots, il faut que tous soient de bons Français. B.Dieudonné août / septembre 2011 Aide - - Alphonse de Rubble, Le Colloque de Poissy, Editions Champion, (contient les comptes rendus quotidiens de l assemblée du clergé, rédigés par Claude Despence qui y était présent). - J. Laferrière, Le Contrat de Poissy 1561, La première Harangue faicte par Théodore de Bèze, XVIè siècle. - Communication de Jérémie Fao, Poissy, samedi 10 septembre 2011.

Monsieur l Adjoint délégué à la Culture et à la Tauromachie,

Monsieur l Adjoint délégué à la Culture et à la Tauromachie, Prise de Parole de Monsieur Jean-Paul FOURNIER Sénateur du Gard - Maire de Nîmes - Président de Nîmes Métropole Inauguration d une plaque dans le cadre du 450 ème anniversaire de la création de l Eglise

Plus en détail

PROGRAMME DES COURS DE LICENCE

PROGRAMME DES COURS DE LICENCE PROGRAMME DES COURS DE LICENCE DROIT PROCESSUEL (1 ère partie) ENSEIGNEMENTS ANNÉE C Abbé Bernard du PUY-MONTBRUN Ce cours sera consacré à l étude des procès canoniques. Après une introduction à l aide

Plus en détail

22 Nous Reconnaissons la force du pardon

22 Nous Reconnaissons la force du pardon 22 Nous Reconnaissons la force du pardon 23 Par le rite pénitentiel, les chrétiens se tournent vers Dieu pour lui demander son pardon. Dieu nous reçoit tels que nous sommes et nous pardonne pour que nous

Plus en détail

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23.

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. «Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. Pour faire suite au récit des disciples sur le chemin d Emmaüs et pour

Plus en détail

13 Quelle est l église du Nouveau Testament?

13 Quelle est l église du Nouveau Testament? DU NOUVEAU TESTAMENT? 169 13 Quelle est l église du Nouveau Testament? Ainsi, nous qui sommes plusieurs, nous formons un seul corps en Christ et nous sommes tous membres les uns des autres (Rm 12.5). Par

Plus en détail

MÉDECINE PSYCHANALYSE DROIT JURISPRUDENCE QUESTIONS À FRANÇOIS-RÉGIS DUPOND MUZART. première partie

MÉDECINE PSYCHANALYSE DROIT JURISPRUDENCE QUESTIONS À FRANÇOIS-RÉGIS DUPOND MUZART. première partie MÉDECINE PSYCHANALYSE DROIT JURISPRUDENCE QUESTIONS À FRANÇOIS-RÉGIS DUPOND MUZART première partie Alessandra Guerra En France il y a des jugements sur la question psychothérapiepsychanalyse J ai entendu

Plus en détail

Versez votre I.S.F à la Fondation d Hautecombe, c est partager

Versez votre I.S.F à la Fondation d Hautecombe, c est partager Versez votre I.S.F à la, c est partager L impôt sur la fortune Une manière efficace de partager avec la Histoire de l Abbaye Bâtie au XII e siècle par les moines cisterciens, l Abbaye d Hautecombe a subi

Plus en détail

L ÉGLISE AU MOYEN ÂGE

L ÉGLISE AU MOYEN ÂGE L ÉGLISE AU MOYEN ÂGE Compétence Comprendre l importance de l Église dans la vie des hommes au Moyen Âge. Quelle impression te donne l église dans cette photographie, par rapport aux autres constructions?

Plus en détail

La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789)

La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789) La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789) Avant la Révolution*, la France est une monarchie avec à sa tête un monarque, le Roi de France. Lorsque Louis XIII décède en

Plus en détail

Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences

Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences Cette révélation est donnée en français à Sulema, une femme née en 1954 au Salvador. Depuis plus de 30 ans, elle vit au Canada avec

Plus en détail

A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement

A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement (Extraits) Sur le licenciement : Attendu que la lettre de licenciement, qui fixe les limites du litige, doit être suffisamment

Plus en détail

Campagne DENIER 2015. Campagne Denier 2015 Diocèse de Fréjus-Toulon Page 1

Campagne DENIER 2015. Campagne Denier 2015 Diocèse de Fréjus-Toulon Page 1 Campagne DENIER 2015 Campagne Denier 2015 Diocèse de Fréjus-Toulon Page 1 Edition janvier 2015 Sommaire Page 3 - Denier de l Eglise Bilan 2014/Campagne 2015 Page 4 - Evolutions de la collecte du Denier

Plus en détail

Que fait l Église pour le monde?

Que fait l Église pour le monde? Leçon 7 Que fait l Église pour le monde? Dans notre dernière leçon, nous avons vu que les croyants ont des responsabilités vis-à-vis des autres croyants. Tous font partie de la famille de Dieu. Les chrétiens

Plus en détail

Histoire Le Moyen-âge La société féodale

Histoire Le Moyen-âge La société féodale Histoire Le Moyen-âge Objectif(s) : - Connaître les 3 ordres de la société médiévale - Découvrir le cadre et le mode de vie des seigneurs au Moyen Age : Seigneurs / vassaux / chevaliers Histoire racontée

Plus en détail

L Assemblée Nationale a délibéré et adopté en sa séance du 14 décembre 1996 1995 ;

L Assemblée Nationale a délibéré et adopté en sa séance du 14 décembre 1996 1995 ; Loi n 96-022/ Régissant la mutualité en République du Mali. L Assemblée Nationale a délibéré et adopté en sa séance du 14 décembre 1996 1995 ; Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur

Plus en détail

Statuts de l Association paroissiale catholique romaine de. (nom de la paroisse + lieu)

Statuts de l Association paroissiale catholique romaine de. (nom de la paroisse + lieu) Statuts de l Association paroissiale catholique romaine de (nom de la paroisse + lieu) Toute désignation de personne ou de fonction dans les présents statuts vise indifféremment un homme ou une femme.

Plus en détail

Quelques exemples de croyants célibataires

Quelques exemples de croyants célibataires Périodique de matière biblique pour les jeunes - Août 2013 - Numéro 16 Quelques exemples de croyants célibataires La situation du chrétien En 1 Corinthiens 7, Paul aborde le sujet du chrétien célibataire.

Plus en détail

Document de travail Ne pas reproduire Pour toute interprétation ou copie officielle contacter le greffe

Document de travail Ne pas reproduire Pour toute interprétation ou copie officielle contacter le greffe Document de travail Ne pas reproduire Pour toute interprétation ou copie officielle contacter le greffe PROVINCE DE QUÉBEC M.R.C. DE L ÉRABLE VILLE DE PLESSISVILLE RÈGLEMENT 1420 SUR LES SYSTÈMES D ALARMES

Plus en détail

El Tres de Mayo, GOYA

El Tres de Mayo, GOYA Art du visuel / «Arts, ruptures, continuités» Problématique : «Comment l expression du sentiment surgit-elle dans l art au XIX è siècle?» El Tres de Mayo, GOYA Le Tres de Mayo, Francisco Goya, huile sur

Plus en détail

Comme tout le monde, l Église

Comme tout le monde, l Église ÉGLISE UNIE 101 Que croyons-nous dans l Église Unie? Angelika Piché, pasteure, responsable de la formation en français au Séminaire Uni L Union 8 Comme tout le monde, l Église Unie est profondément marquée

Plus en détail

L Eglise dans ses dimensions religieuse, économique, sociale et intellectuelle

L Eglise dans ses dimensions religieuse, économique, sociale et intellectuelle L Eglise dans ses dimensions religieuse, économique, sociale et intellectuelle Iconographie du template Le jugement dernier, cathédrale de Bourges Ange au sourire, cathédrale de Reims Identifie l enfer

Plus en détail

Visita ad limina Apostolorum dei Presuli della Conferenza Episcopale del Benin

Visita ad limina Apostolorum dei Presuli della Conferenza Episcopale del Benin N. 0311 Lunedì 27.04.2015 Visita ad limina Apostolorum dei Presuli della Conferenza Episcopale del Benin Il Santo Padre Francesco ha ricevuto questa mattina in Udienza i Vescovi della Conferenza Episcopale

Plus en détail

Tétanisés par la spirale de la violence? Non!

Tétanisés par la spirale de la violence? Non! MERCREDI DES CENDRES B Frère Antoine-Emmanuel Jl 2, 12-18 ; Ps 50 2 Co 5, 20 6,2 ; Mt 6, 1-6.16-18 18 février 2015 Sanctuaire du Saint Sacrement, Montréal Tétanisés par la spirale de la violence? Non!

Plus en détail

STATUTS. Préambule: Article 2. Le but de l Association est:

STATUTS. Préambule: Article 2. Le but de l Association est: STATUTS Préambule: Durant l été 1985, les responsables du camp des jeunes des paroisses de la Vallée de Joux de l Eglise évangélique réformée du canton de Vaud (Philippe Corset, diacre au Sentier et sa

Plus en détail

Le Baptême de notre enfant

Le Baptême de notre enfant Le Baptême de notre enfant Baptême de notre enfant : Le à l église de Ce même jour, ils ont également reçu le baptême 1 Chers parents, Déroulement de la célébration (p 3-8) 1. Accueil et entrée dans l

Plus en détail

Table des matières TABLE DES MATIÈRES. Introduction... 9 1- L historique... 9 2- Les lois fédérales... 9

Table des matières TABLE DES MATIÈRES. Introduction... 9 1- L historique... 9 2- Les lois fédérales... 9 Table des matières 1 TABLE DES MATIÈRES Introduction... 9 1- L historique... 9 2- Les lois fédérales... 9 A- La Loi sur la faillite et l insolvabilité... 10 B- La Loi sur les arrangements avec les créanciers...

Plus en détail

MARIAGE. Adresse du futur foyer: En l église paroissiale: Date du mariage, A (numéro postal, localité, commune) Diocèse de: ENTRE

MARIAGE. Adresse du futur foyer: En l église paroissiale: Date du mariage, A (numéro postal, localité, commune) Diocèse de: ENTRE DOC. VI. MARIAGE Date du mariage, En l église paroissiale: A (numéro postal, localité, commune) Diocèse de: ENTRE (Nom et prénoms du fiancé) (Nom et prénoms de la fiancée) Adresse actuelle: (localité et

Plus en détail

Toronto (Ontario) Le vendredi 26 octobre 2007 L ÉNONCÉ FAIT FOI. Pour de plus amples renseignements, s adresser à :

Toronto (Ontario) Le vendredi 26 octobre 2007 L ÉNONCÉ FAIT FOI. Pour de plus amples renseignements, s adresser à : Allocution présentée par la surintendante Julie Dickson Bureau du surintendant des institutions financières Canada (BSIF) dans le cadre du Colloque des affaires réglementaires du Bureau d assurance du

Plus en détail

Le Baptême des petits enfants en 25 questions

Le Baptême des petits enfants en 25 questions Le Baptême des petits enfants en 25 questions 1. Les parents doivent-ils être baptisés pour demander le baptême de leur Non, puisque c est la personne qui va recevoir le baptême qui est concernée. Tous

Plus en détail

Donner, léguer... pour la vie et les projets de l Église Réformée à Lyon. Parlons-en!

Donner, léguer... pour la vie et les projets de l Église Réformée à Lyon. Parlons-en! Donner, léguer... pour la vie et les projets de l Église Réformée à Lyon Parlons-en! 2 Les dons dons classiques dons «ISF» L unique ressource financière de l Église, c est le don. Dans un monde qui a tendance

Plus en détail

3 ème CONFERENCE MONDIALE DES PRESIDENTS DE PARLEMENT

3 ème CONFERENCE MONDIALE DES PRESIDENTS DE PARLEMENT 3 ème CONFERENCE MONDIALE DES PRESIDENTS DE PARLEMENT Nations Unies, Genève, 19-21 juillet 2010 SP-CONF/2010/1-Inf.3 10 juillet 2010 INFORMATION A L INTENTION DES DELEGUES ET DES MISSIONS PERMANENTES A

Plus en détail

Assises de l Enseignement Catholique Intervention de Paul MALARTRE Paris Cité des Sciences de La Villette 8 juin 2007

Assises de l Enseignement Catholique Intervention de Paul MALARTRE Paris Cité des Sciences de La Villette 8 juin 2007 Assises de l Enseignement Catholique Intervention de Paul MALARTRE Paris Cité des Sciences de La Villette 8 juin 2007 Quand je pense à ces nouveaux Chefs d établissement qui me disaient récemment avoir

Plus en détail

DES MEUBLES INCORPORELS

DES MEUBLES INCORPORELS de meubles incorporels (aussi appelée saisie-arrêt) est une procédure au moyen de laquelle il est possible pour un créancier d appréhender les biens dématérialisés constituant le patrimoine de son débiteur

Plus en détail

UN CERTAIN ÉVANGILE SOCIAL

UN CERTAIN ÉVANGILE SOCIAL UN CERTAIN ÉVANGILE SOCIAL La bonne nouvelle chantée par les anges au-dessus des collines de Bethléem dans la nuit où naquit le Sauveur du monde, n était que le commencement de la manifestation de cet

Plus en détail

ORDINE DEGLI AVVOCATI D IVREA

ORDINE DEGLI AVVOCATI D IVREA ORDINE DEGLI AVVOCATI D IVREA Introduction Les italiens divorcent depuis peu de temps. En effet le divorce a été introduit dans la législation italienne par la loi n 898 du 1er décembre 1970 sur la dissolution

Plus en détail

En la fête de l Assomption de la Vierge Marie, Homélie pour une profession perpétuelle 1

En la fête de l Assomption de la Vierge Marie, Homélie pour une profession perpétuelle 1 Vies consacrées, 83 (2011-3), 163-168 En la fête de l Assomption de la Vierge Marie, Homélie pour une profession perpétuelle 1 «Un signe grandiose apparut dans le ciel» : ce signe, c est le voyant de Patmos

Plus en détail

Documentation. de l Évangile Pour le foyer. Écritures...2. Conférence générale...2. Magazines...3. Musique...3. Illustrations de l Évangile...

Documentation. de l Évangile Pour le foyer. Écritures...2. Conférence générale...2. Magazines...3. Musique...3. Illustrations de l Évangile... Documentation de l Évangile Pour le foyer Écritures...2 Conférence générale...2 Magazines...3 Musique...3 Illustrations de l Évangile...3 Livres, manuels et brochures...4 Histoire familiale...6 Œuvre missionnaire...6

Plus en détail

(Ordonnance n 109/08) Efficace le 1 septembre, 2008 CODE DE DÉONTOLOGIE VISANT LES TRANSACTIONS D ACHAT DIRECT

(Ordonnance n 109/08) Efficace le 1 septembre, 2008 CODE DE DÉONTOLOGIE VISANT LES TRANSACTIONS D ACHAT DIRECT OBJECTIF CODE DE DÉONTOLOGIE VISANT LES TRANSACTIONS D ACHAT DIRECT Le Code de déontologie («Code») établit les normes minimales que les intermédiaires en gaz naturel doivent respecter lorsqu ils achètent,

Plus en détail

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Stephen Wang COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Mariage, sacerdoce, vie consacrée, diaconat permanent, célibat «Petits Traités Spirituels» Série III «Bonheur chrétien» éditions des Béatitudes Ava n t-p r o

Plus en détail

Abréviations Préambule Art. 1 Nom, siège Art. 2 Buts Art. 3 Tâches

Abréviations Préambule Art. 1 Nom, siège Art. 2 Buts Art. 3 Tâches Statuts Abréviations AD Assemblée des délégués CAS Club Alpin Suisse (association centrale) CC Comité central CG Commission de gestion CP Conférence des présidents CSFA Club Suisse des femmes alpinistes

Plus en détail

BENEDICTION DU TRES SAINT SACREMENT

BENEDICTION DU TRES SAINT SACREMENT BENEDICTION DU TRES SAINT SACREMENT Editions ALBANUS Bruxelles, La Haye, Londres, Ojaï, Paris, Toronto 1999 BENEDICTION DU TRES SAINT SACREMENT Editions ALBANUS Bruxelles, La Haye, Londres, Ojaï, Paris,

Plus en détail

STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie. Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée

STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie. Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée Article 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents

Plus en détail

Mais revenons à ces deux textes du sermon sur la montagne dans l évangile de Matthieu.

Mais revenons à ces deux textes du sermon sur la montagne dans l évangile de Matthieu. «AIMER SES ENNEMIS» «Qui veut prendre ta tunique, laisse lui aussi ton manteau». Si quelqu un te force à faire mille pas, fais-en deux mille avec lui». «Aimez vos ennemis et priez pour ceux qui vous persécutent»

Plus en détail

LE SERMENT DE BADINTER : UN SOCLE POUR NOTRE DÉVÉLOPPEMENT ÉCONOMIQUE 1

LE SERMENT DE BADINTER : UN SOCLE POUR NOTRE DÉVÉLOPPEMENT ÉCONOMIQUE 1 LE SERMENT DE BADINTER : UN SOCLE POUR NOTRE DÉVÉLOPPEMENT ÉCONOMIQUE 1 Je jure, comme avocat, d exercer mes fonctions avec dignité, conscience, indépendance, probité et humanité Nous, avocats, connaissons

Plus en détail

Création d un groupe de réflexion, de formation, de prière et de service missionnaire pour les jeunes professionnels

Création d un groupe de réflexion, de formation, de prière et de service missionnaire pour les jeunes professionnels Création d un groupe de réflexion, de formation, de prière et de service missionnaire pour les jeunes professionnels Paroisse Saint-François-Xavier des missions étrangères Ce dossier présente les motivations

Plus en détail

Une journée du roi. Les secondes entrées : Il s agit des gens de qualité qui souhaitent voir le roi. Ils sont annoncés par l huissier.

Une journée du roi. Les secondes entrées : Il s agit des gens de qualité qui souhaitent voir le roi. Ils sont annoncés par l huissier. 1 Une journée du roi Vers 8 heures : Le premier valet de chambre réveille le roi en disant : «Sire, voilà l heure!» Les valets entrent et allument le feu, ils ouvrent les volets. Puis, le premier médecin

Plus en détail

Du 6 au 14 août Neuvaine de préparation à la fête de l Assomption

Du 6 au 14 août Neuvaine de préparation à la fête de l Assomption Religieuses de l Assomption 17 rue de l Assomption 75016 Paris France Du 6 au 14 août Neuvaine de préparation à la fête de l Assomption U n c h e m i n d E s p é r a n c e a v e c M a r i e www.assumpta.fr

Plus en détail

Numéro du rôle : 3717. Arrêt n 36/2006 du 1er mars 2006 A R R E T

Numéro du rôle : 3717. Arrêt n 36/2006 du 1er mars 2006 A R R E T Numéro du rôle : 3717 Arrêt n 36/2006 du 1er mars 2006 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative aux articles 147, 148, 149 et 152 du Code des droits de succession, posée par le Tribunal

Plus en détail

STATUTS DU RÉGIME DE PENSION COMPLÉMENTAIRE DE LA BANQUE DU CANADA. (RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N o 18)

STATUTS DU RÉGIME DE PENSION COMPLÉMENTAIRE DE LA BANQUE DU CANADA. (RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N o 18) STATUTS DU RÉGIME DE PENSION COMPLÉMENTAIRE DE LA BANQUE DU CANADA (RÈGLEMENT ADMINISTRATIF N o 18) Le présent document est une version refondue des Statuts du Régime de pension complémentaire de la Banque

Plus en détail

Des mérovingiens aux carolingiens. Clovis, roi des Francs La dynastie carolingienne La fin de l'empire carolingien

Des mérovingiens aux carolingiens. Clovis, roi des Francs La dynastie carolingienne La fin de l'empire carolingien Des mérovingiens aux carolingiens Clovis, roi des Francs La dynastie carolingienne La fin de l'empire carolingien 1 Introduction L Empire Carolingien a marqué l histoire de la France. Succédant aux Francs,

Plus en détail

RESSOURCEMENT SUR MESURE

RESSOURCEMENT SUR MESURE RESSOURCEMENT SUR MESURE Le Centre Assomption de Lourdes propose d avril à octobre la formule innovante du RESSOURCEMENT SUR MESURE La nouvelle équipe d animation, composée de sœurs et de laïcs, répond

Plus en détail

ARBITRAGE DE GRIEF EN VERTU DU CODE DU TRAVAIL DU QUÉBEC (L.R.Q., c. C-27) CENTRE HOSPITALIER LE GARDEUR

ARBITRAGE DE GRIEF EN VERTU DU CODE DU TRAVAIL DU QUÉBEC (L.R.Q., c. C-27) CENTRE HOSPITALIER LE GARDEUR ARBITRAGE DE GRIEF EN VERTU DU CODE DU TRAVAIL DU QUÉBEC (L.R.Q., c. C-27) ENTRE : SYNDICAT DES INFIRMIERS ET INFIRMIÈRES DU CENTRE HOSPITALIER LE GARDEUR ET : ET : CENTRE HOSPITALIER LE GARDEUR JULIENNE

Plus en détail

Madame Nathalie LEHERON a le pouvoir de Madame Annie AUZOU pour la représenter et voter en son nom.

Madame Nathalie LEHERON a le pouvoir de Madame Annie AUZOU pour la représenter et voter en son nom. Département du Calvados Mairie de Curcy sur Orne REGISTRE DES EXTRAIT DU DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL L'an deux mille douze, le quinze mars, à dix huit heures trente, Le Conseil Municipal légalement

Plus en détail

Restaurant scolaire : règlement intérieur

Restaurant scolaire : règlement intérieur Mairie Restaurant scolaire : règlement intérieur d Artigueloutan 4, rue de la mairie 64420 Artigueloutan Le 24 mars 2014, Préambule Durant l année scolaire, un restaurant scolaire fonctionne dans le bâtiment

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 147-2011 Règlement concernant les systèmes d alarme

RÈGLEMENT NUMÉRO 147-2011 Règlement concernant les systèmes d alarme PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE LAVALTRIE RÈGLEMENT NUMÉRO 147-2011 Règlement concernant les systèmes d alarme PROVINCE DE QUÉBEC VILLE DE LAVALTRIE CERTIFICAT D APPROBATION ET/OU PROCESSUS D ADOPTION RÈGLEMENT

Plus en détail

DAS Canada Legal Protection Insurance Company Limited. («DAS Canada») CONVENTION DE COURTAGE

DAS Canada Legal Protection Insurance Company Limited. («DAS Canada») CONVENTION DE COURTAGE DAS Canada Legal Protection Insurance Company Limited («DAS Canada») CONVENTION DE COURTAGE En soumettant les informations relatives à vos activités de courtage sur le formulaire d enregistrement en ligne

Plus en détail

Régime de réinvestissement de dividendes et d achat d actions pour les actionnaires

Régime de réinvestissement de dividendes et d achat d actions pour les actionnaires Notice d offre Régime de réinvestissement de dividendes et d achat d actions pour les actionnaires Septembre 1999 Imprimé au Canada BCE Inc. Notice d offre Actions ordinaires Régime de réinvestissement

Plus en détail

BANQUE NATIONALE DE SERBIE BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE MISSION DE M. BOSCHMANS

BANQUE NATIONALE DE SERBIE BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE MISSION DE M. BOSCHMANS BANQUE NATIONALE DE SERBIE BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE MISSION DE M. BOSCHMANS 1884/85 Commencement des opérations de la BNS La Banque nationale de Serbie exprime ses remerciements au Département de la

Plus en détail

Prévention LES ENJEUX DE LA PREVENTION. Infos INTRODUCTION : SOMMAIRE :

Prévention LES ENJEUX DE LA PREVENTION. Infos INTRODUCTION : SOMMAIRE : Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de la Dordogne - Infos Prévention n 15 Octobre 2010 Infos Prévention LES ENJEUX DE LA PREVENTION SOMMAIRE : LES ENJEUX DE LA PREVENTION Introduction

Plus en détail

A S T J ASSOCIATION SUISSE DES TRADUCTEURS-JURÉS STATUTS TITRE I. Article 1 er

A S T J ASSOCIATION SUISSE DES TRADUCTEURS-JURÉS STATUTS TITRE I. Article 1 er A S T J ASSOCIATION SUISSE DES TRADUCTEURS-JURÉS STATUTS TITRE I DÉNOMINATION - SIÈGE - DURÉE - BUT Article 1 er Sous le nom d «ASSOCIATION SUISSE DES TRADUCTEURS-JURÉS», il a été constitué une association,

Plus en détail

master Droit bancaire Georges DECOCQ Yves GÉRARD Juliette MOREL-MAROGER 2 e édition Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE

master Droit bancaire Georges DECOCQ Yves GÉRARD Juliette MOREL-MAROGER 2 e édition Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE Collection master BANQUE FINANCE ASSURANCE Droit bancaire Georges DECOCQ Yves GÉRARD Juliette MOREL-MAROGER 2 e édition SOMMAIRE Chapitre 1 Introduction 9 Chapitre 2 L organisation de l activité bancaire

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI NOTE : Le texte que vous consultez est une codification administrative des Règlements de l'uqar. La version officielle est contenue dans les résolutions adoptées par le Conseil d'administration. RÈGLEMENT

Plus en détail

REGLEMENT DEPARTEMENTAL DES SERVICES DE RESTAURATION ET D HEBERGEMENT Collège Joseph PEYRE à Garlin

REGLEMENT DEPARTEMENTAL DES SERVICES DE RESTAURATION ET D HEBERGEMENT Collège Joseph PEYRE à Garlin REGLEMENT DEPARTEMENTAL DES SERVICES DE RESTAURATION ET D HEBERGEMENT Collège Joseph PEYRE à Garlin Vu les articles L.213-2 et L.421-23 II du code de l Education qui confient aux départements la compétence

Plus en détail

La Neuvaine de l'assomption

La Neuvaine de l'assomption La Neuvaine de l'assomption 6 au 14 août 2012-15 août fête de l'assomption Après chaque journée, terminer par une dizaine de chapelet aux intentions de Marie. Confession et communions recommandés durant

Plus en détail

DIVORCE l intérêt du consentement amiable

DIVORCE l intérêt du consentement amiable Conférence-débat du jeudi 2 octobre 2014 DIVORCE l intérêt du consentement amiable Depuis le 1 er janvier 2005 (date d entrée en vigueur de la loi sur le divorce du 26 mai 2004), les époux ont le choix

Plus en détail

Association diocésaine de Blois 2, rue Porte Clos-Haut 41000 BLOIS

Association diocésaine de Blois 2, rue Porte Clos-Haut 41000 BLOIS Association diocésaine de Blois 2, rue Porte Clos-Haut 41000 BLOIS 1 INTRODUCTION Rappel sur l organisation temporelle du diocèse de Blois. L évêque est le seul administrateur du diocèse. L évêque prend

Plus en détail

PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DE LA NÉGOCIATION DU RÉGIME AGRÉÉ DE PENSION ALCAN (RAPA)

PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DE LA NÉGOCIATION DU RÉGIME AGRÉÉ DE PENSION ALCAN (RAPA) PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DE LA NÉGOCIATION DU RÉGIME AGRÉÉ DE PENSION ALCAN (RAPA) PAR : Alain Proulx, président Syndicat National des employés de l aluminium d Arvida (FSSA) et Pierre Bergeron, actuaire

Plus en détail

Services Investisseurs CIBC Convention de modification Fonds de revenu viager (Québec) Loi sur les régimes complémentaires de retraite du Québec

Services Investisseurs CIBC Convention de modification Fonds de revenu viager (Québec) Loi sur les régimes complémentaires de retraite du Québec Page 1 de 6 inc. a droit aux prestations de retraite qui sont régies par la (nom du constituant en caractères d'imprimerie) Loi du, et il désire transférer ces montants dans un Fonds de revenu viager (FRV)

Plus en détail

Règlement intérieur du Conseil d administration

Règlement intérieur du Conseil d administration Règlement intérieur du Conseil d administration Le présent règlement intérieur a été adopté par le Conseil d administration à sa première session, le 14 décembre 1977. À sa cinquante-quatrième session,

Plus en détail

En avril 2006, un citoyen produit sa déclaration de revenus 2005. En septembre de la même année, il constate une erreur dans sa déclaration initiale et produit une déclaration amendée à laquelle il joint

Plus en détail

Une religion, deux Eglises

Une religion, deux Eglises Une religion, deux Eglises template : www.indezine.com Quelles sont les principales différences entre les pratiques religieuses des chrétiens d Occident et des chrétiens d Orient? Eglises Eglise d Occident

Plus en détail

Accord négocié régissant les relations entre la Cour pénale internationale et l Organisation des Nations Unies. Préambule

Accord négocié régissant les relations entre la Cour pénale internationale et l Organisation des Nations Unies. Préambule Accord négocié régissant les relations entre la Cour pénale internationale et l Organisation des Nations Unies Préambule La Cour pénale internationale et l Organisation des Nations Unies, Ayant à l esprit

Plus en détail

ASSOCIATION «HABITER ENFIN!» Loi de 1901 STATUTS

ASSOCIATION «HABITER ENFIN!» Loi de 1901 STATUTS 1 ASSOCIATION «HABITER ENFIN!» Loi de 1901 STATUTS ARTICLE 1 - DENOMINATION La présente Association a pour dénomination : «Habiter Enfin!». ARTICLE 2 - SIEGE Le siège de l association est fixé au : 14

Plus en détail

Très chers amis, Merci de nous aider, vous êtes toujours bien présents dans nos prières quotidiennes. Dans le Cœur de Jésus,

Très chers amis, Merci de nous aider, vous êtes toujours bien présents dans nos prières quotidiennes. Dans le Cœur de Jésus, nous avons, depuis peu, quelque espoir. Pour cela, il nous faut impérativement faire des travaux afin que notre maison soit juridiquement accessible. Très chers amis, Nous sommes très heureuses de vous

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES RÉPUBLIQUE DU BÉNIN COUR CONSTITUTIONNELLE REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Article 1 er : Le présent Règlement Intérieur est pris en application des dispositions de la Loi n 90-032

Plus en détail

STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE

STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE Article 1 - Constitution La présente association est une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901.

Plus en détail

Ne vas pas en enfer!

Ne vas pas en enfer! Ne vas pas en enfer! Une artiste de Corée du Sud emmenée en enfer www.divinerevelations.info/pit En 2009, une jeune artiste de Corée du Sud qui participait à une nuit de prière a été visitée par JésusChrist.

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU RESTAURANT SCOLAIRE DU GROUPE INGENIEUR JEAN BERTIN

REGLEMENT INTERIEUR DU RESTAURANT SCOLAIRE DU GROUPE INGENIEUR JEAN BERTIN REGLEMENT INTERIEUR DU RESTAURANT SCOLAIRE DU GROUPE INGENIEUR JEAN BERTIN L'admission à la cantine ne constitue pas une obligation pour la commune, mais un service rendu aux familles dans le cadre de

Plus en détail

Communication sur l'obligation faite aux banques d'établir une convention de compte au bénéfice de leur clientèle

Communication sur l'obligation faite aux banques d'établir une convention de compte au bénéfice de leur clientèle Commission nationale de l informatique et des libertés Communication présentée en séance plénière le 3 juin 2004 Communication sur l'obligation faite aux banques d'établir une convention de compte au bénéfice

Plus en détail

ECOLE SAINTE ANNE PROJET PEDAGOGIQUE ECOLE PRIMAIRE CATHOLIQUE HORS CONTRAT

ECOLE SAINTE ANNE PROJET PEDAGOGIQUE ECOLE PRIMAIRE CATHOLIQUE HORS CONTRAT ECOLE SAINTE ANNE PROJET PEDAGOGIQUE ECOLE PRIMAIRE CATHOLIQUE HORS CONTRAT L école Sainte-Anne a été fondée dans le souci de transmettre à nos enfants un enseignement complet intégrant l intelligence

Plus en détail

FEDERATION EUROPEENNE DE FINANCES ET BANQUES ETHIQUES et ALTERNATIVES STATUTS

FEDERATION EUROPEENNE DE FINANCES ET BANQUES ETHIQUES et ALTERNATIVES STATUTS FEDERATION EUROPEENNE DE FINANCES ET BANQUES ETHIQUES et ALTERNATIVES Association Internationale Sans But Lucratif STATUTS Approuvé par l Assemblée Générale du 16/06/2015 Dénomination, but et objectif

Plus en détail

Responsabilité pénale de l association

Responsabilité pénale de l association Responsabilité pénale de l association Infractions limitativement définies : Le code pénal prévoit la responsabilité pénale des personnes morales à raison des infractions réalisées pour leur compte et

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION CARITAS JURA

STATUTS DE L ASSOCIATION CARITAS JURA STATUTS DE L ASSOCIATION CARITAS JURA Remarque : Les termes désignant des personnes s appliquent indistinctement aux femmes et aux hommes. Art. 1 DENOMINATION ET SIEGE Sous la dénomination CARITAS JURA(ci-après

Plus en détail

Subordonnée circonstancielle de cause, de conséquence et de but

Subordonnée circonstancielle de cause, de conséquence et de but DE MATÉRIEL CONSÉQUENCE POUR ET DE BUTALLOPHONES 1 Notion de phrase Subordonnée circonstancielle de cause, de conséquence et de but 1 LA SUBORDONNÉE CIRCONSTANCIELLE DE CAUSE La subordonnée circonstancielle

Plus en détail

Leçon 2. La formation du contrat

Leçon 2. La formation du contrat Objectifs : Connaître les différentes étapes de la formation du contrat de crédit à la consommation. Leçon 2 La formation du contrat Afin de responsabiliser l emprunteur la loi a voulu apporter à ce dernier

Plus en détail

RÉGIME D OPTIONS D ACHAT D ACTIONS DE RESSOURCES MÉTANOR INC.

RÉGIME D OPTIONS D ACHAT D ACTIONS DE RESSOURCES MÉTANOR INC. RÉGIME D OPTIONS D ACHAT D ACTIONS DE RESSOURCES MÉTANOR INC. ARTICLE I OBJET DU RÉGIME 1) L objet du présent régime d options d achat d actions (le «régime») est de servir les intérêts de Ressources Métanor

Plus en détail

Association SYNADEC. Association Loi 1901 Siège social : Association SYNADEC

Association SYNADEC. Association Loi 1901 Siège social : Association SYNADEC Association SYNADEC Association Loi 1901 Siège social : Association SYNADEC Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi du 1er juillet 1901, le décret du 16

Plus en détail

8. Exercice du Fonds. L année fiscale du Fonds se termine le 31 décembre de chaque année et n excédera pas 12 mois.

8. Exercice du Fonds. L année fiscale du Fonds se termine le 31 décembre de chaque année et n excédera pas 12 mois. Régime Nº d identification de la caisse ou de la credit union Folio AVENANT NOUVEAU FRV ONTARIO AVENANT À LA DÉCLARATION DE FIDUCIE DU FONDS DE REVENU DE RETRAITE DES CAISSES ET CREDIT UNIONS (FRR 1459)

Plus en détail

Nature. Gestion et précautions indispensables. Précautions indispensables

Nature. Gestion et précautions indispensables. Précautions indispensables Nature «La fabrique d église et la mense curiale sont deux établissements ecclésiastiques distincts, ayant chacun la personnalité juridique en tant qu établissement public du culte» (guide administratif

Plus en détail

ASSOCIATION DES USAGERS DES BANQUES ET ETABLISSEMENTS FINANCIERS DE COTE D'IVOIRE (A.U.B.E.F C.I)

ASSOCIATION DES USAGERS DES BANQUES ET ETABLISSEMENTS FINANCIERS DE COTE D'IVOIRE (A.U.B.E.F C.I) ASSOCIATION DES USAGERS DES BANQUES ET ETABLISSEMENTS FINANCIERS DE COTE D'IVOIRE (A.U.B.E.F C.I) ASSOCIATION POUR LA PROTECTION DES INTERETS ET LA DEFENSE DES DROITS DES USAGERS DES BANQUES ET ETABLISSEMENTS

Plus en détail

TITRE IER DISPOSITIONS GENERALES

TITRE IER DISPOSITIONS GENERALES ASSEMBLEE DE LA POLYNESIE FRANCAISE ----- NOR : SAA0402629DL DELIBERATION N 2005-13 APF DU 13 JANVIER 2005 portant modification de la délibération n 2001-200 APF du 4 décembre 2001 portant code de procédure

Plus en détail

Sacerdoce commun et vie consacrée 1

Sacerdoce commun et vie consacrée 1 Vies consacrées, 82 (2010-4), 270-279 Sacerdoce commun et vie consacrée 1 L année sacerdotale qui s est récemment achevée a été l occasion de nombreuses réflexions, tant sur le sacerdoce commun que sur

Plus en détail

- 2 AQ - BANQUE LABORDE. ORIGINE : Don du Marquis de LABORDE, achat 2 AQ 26 à 29

- 2 AQ - BANQUE LABORDE. ORIGINE : Don du Marquis de LABORDE, achat 2 AQ 26 à 29 - 2 AQ - BANQUE LABORDE DATES EXTREMES : 1759-1789 ORIGINE : Don du Marquis de LABORDE, achat 2 AQ 26 à 29 DATE D ENTREE AUX ARCHIVES : 1911 (AB XIX 326), 1974, 2 janvier (n 2494) INVENTAIRE : 2 AQ 1-25

Plus en détail

MARANATHA. France, terre de lumière. Pèlerinage en France avec. Monseigneur Léonard en autocar

MARANATHA. France, terre de lumière. Pèlerinage en France avec. Monseigneur Léonard en autocar France, terre de lumière MARANATHA Pèlerinage en France avec Monseigneur Léonard en autocar 27/12/2014 02/01/2015 Programme Samedi 27 décembre 2014 : Arrivée à Paris Accueil à l aéroport ou à la gare selon

Plus en détail

Une religion, deux Eglises

Une religion, deux Eglises Une religion, deux Eglises template : www.indezine.com Belin 2009 L empire byzantin et l empire carolingien sont tous les deux chrétiens. Mais leurs pratiques religieuses sont différentes : quelles sont-elles?

Plus en détail

STATUTS le 4 février 2011

STATUTS le 4 février 2011 STATUTS le 4 février 2011 Statuts de l EID Atlantique 1 Préambule : Vu le code général des collectivités territoriales (CGCT) et notamment ses articles L. 5421-1 et suivants et R. 5421-1 et suivants ;

Plus en détail

Titre I Des fautes de Gestion

Titre I Des fautes de Gestion Base de données Loi n 85-74 du 20 Juillet 1985 relative à la définition et à la sanction des fautes de gestion commises à l égard de l Etat, des établissements publics administratifs, des collectivités

Plus en détail

Christen-Muslime: Was tun? Chrétiens-musulmans : que faire?

Christen-Muslime: Was tun? Chrétiens-musulmans : que faire? Christen-Muslime: Was tun? Chrétiens-musulmans : que faire? Mariage entre catholiques et musulmans 1ère partie pour une pastorale du discernement aide pastorale 2 Groupe de travail «Islam» de la CES 2

Plus en détail

CONVOCATIONS WEBORAMA

CONVOCATIONS WEBORAMA CONVOCATIONS ASSEMBLÉES D'ACTIONNAIRES ET DE PORTEURS DE PARTS WEBORAMA Société anonyme à conseil d administration au capital social de 385.922,79 euros Siège social : 15, rue Clavel - 75019 Paris 418

Plus en détail