Burkina Faso

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Burkina Faso 2011 2015"

Transcription

1 soutenu par la Résumé du rapport d évaluation sur l impact Stratégie pays Burkina Faso Novembre 2014

2 INTRODUCTION La stratégie de LIGHT FOR THE WORLD au Burkina Faso est de tout mettre en œuvre pour créer une société inclusive où les personnes handicapées sont inclues, participent et accèdent aux services de la société. Pour ce faire, l accent est mis sur 3 domaines: Promotion de la santé oculaire et prévention de la cécité Réadaptation à base communautaire des personnes handicapées et l éducation inclusive Promotion du développement inclusif et des droits des personnes handicapées Une évaluation de la stratégie pays a été réalisée par 6 consultants externes entre juin et août La stratégie actuelle du programme est largement financée par la Coopération Autrichienne au Développement dans le contexte d un Accord-cadre Les objectifs de l évaluation étaient de Faire le bilan des résultats de la stratégie pays et du Programme-cadre Suggérer des réorientations, si nécessaire sur la mise en œuvre actuelle Orienter la prochaine stratégie pays Orienter le développement du prochain Accord-cadre avec la Coopération Autrichienne au Développement ( ) 2

3 Les évaluateurs se sont concentrés sur 4 domaines étroitement connectés A. Changements dans les systèmes (élaboration et mise en œuvre de politiques) avec l éducation inclusive comme étude de cas B. Changements au niveau individuel et communautaire avec les services de réadaptation à base communautaire et de santé oculaire comme études de cas C. Renforcement des capacités et réseautage D. Capacités et coopération internes de LIGHT FOR THE WORLD Les méthodes employées par les évaluateurs étaient les suivantes 6 ateliers interactifs en compagnie de 53 acteurs clés internes et externes Entretiens semi-structurés avec 73 informateurs clés 11 focus groupes avec 113 personnes Visite de terrain à Kaya, Tenkodogo, Tangaré, Zompalé, Garango, Pissila, Korsimoro et Koupéla où des services de réadaptation à base communautaire, de soins oculaires et des activités d éducation inclusive ont été soutenus par LIGHT FOR THE WORLD 1 journée dans le bureau pays de LIGHT FOR THE WORLD pour mener des recherches sur le système de gestion financière, l administration et le suivi évaluation Un atelier d action et d apprentissage d une journée sur les résultats et les recommandations de l évaluation avec le personnel de LIGHT FOR THE WORLD, basé au bureau pays et à Vienne en Autriche Étude de documents

4 Les observations et résultats clés étaient les suivants Facteurs de Succès Défis A LIGHT FOR THE WORLD a apporté une contribution considérable et positive au dialogue de niveau national en matière de politiques sur le handicap. Il y a un écart entre les politiques et la pratique. B Les services partenaires sont pertinents, appropriés et appréciés par les bénéficiaires. L appropriation et la pérennité des services aussi bien dans les communautés que chez les partenaires est faible. C Les partenaires respectent et estiment leurs partenariats avec LIGHT FOR THE WORLD. Son assistance technique et administrative est appréciée. Les capacités organisationnelles et stratégiques des partenaires sont sous-développées. D L équipe de LIGHT FOR THE WORLD est engagée et dynamique. Les systèmes financiers et administratifs sont solides. Il y a eu occasionnellement des lacunes de communication et de compréhension entre Vienne et le bureau pays dans le passé. 4

5 Recommandations A 1. LIGHT FOR THE WORLD doit apporter une assistance supplémentaire en termes de renforcement des capacités et encourager la décentralisation et la déconcentration des services en faveur des personnes handicapées. Cela signifie de continuer à travailler au niveau macro (national) tout en étant plus engagé stratégiquement au niveau méso (région / province) et micro (communautaire) en soutenant les partenaires. A 2. LIGHT FOR THE WORLD doit conserver son «désintéressement organisationnel» et doit avoir de l influence en matière de handicap en agissant comme facilitateur et catalyseur pour d autres acteurs. Cela doit inclure des activités qui comblent l écart entre les personnes handicapées, les communautés, les décideurs politiques et assurent une plus grande responsabilisation pour la prise en compte des voix et perspectives des personnes handicapées dans les planifications gouvernementales, au niveau national et local. B 1. Mener des activités qui permettent aux communautés de se faire entendre, identifier et attribuer l impact pour de meilleures performances et une plus grande responsabilisation. B 2. Soutenir les recherches spécifiques en matière de connaissances, attitudes et pratiques au niveau local vis-à-vis des personnes handicapées. Utiliser cela pour construire et renseigner une stratégie de communication en faveur du changement social et comportemental. Cela peut se faire sur une base interinstitutionnelle impliquant activement les acteurs clés dans la recherche au niveau local. C 1. L approche de renforcement des capacités de LIGHT FOR THE WORLD doit devenir plus systématique et stratégique, sur la base des besoins des partenaires en matière de déve loppement organisationnel, identifiés via des processus participatifs et inclusifs. Le renforcement des capacités doit adresser spécifiquement la durabilité, l appropriation et la responsabilisation en matière de résultats. C 2. L approche de partenariat de LIGHT FOR THE WORLD sur la base relationnelle et de «profil bas» met l organisation dans une position forte pour agir en tant que facilitateur et catalyseur, rassemblant les différents acteurs comme recommandé dans les points A et B. D 1. Consolider les termes et conditions de travail du personnel du bureau pays (facteurs de maintenance des performances). D 2. Analyser le rôle et les responsabilités du bureau autrichien et du bureau pays pour garantir une synergie maximale. D 3. Anticiper pleinement l impact d une augmentation du financement de la part de fondations et de structures publiques. Penser attentivement aux effets sur l identité organisationnelle et les manières de travailler. 5

6 A. Changement de système Observation clé: LIGHT FOR THE WORLD a apporté une contribution considérable et positive au dialogue au niveau national en matière de politiques sur le handicap L expression «Changement de système» est utilisée dans le sens du rôle, de l influence et de l impact que LIGHT FOR THE WORLD a eu sur les politiques traduites en loi nationale qui protègent les droits des personnes handicapées. L organisation s est activement impliquée dans les réseaux et discussions qui ont influencé et façonné la législation actuelle en matière de handicap au Burkina Faso. LIGHT FOR THE WORLD a apporté une contribution active et positive pour sensibiliser les acteurs nationaux au sujet du handicap d une manière pertinente et progressiste. Ce progrès est à féliciter et représente des années de dur labeur de la part de toutes les personnes impliquées. Un bon exemple est l éducation inclusive. «L éducation inclusive est maintenant dans les discussions et dans les pratiques.» Plusieurs informateurs clés Des décideurs politiques et des acteurs clés de la société civile, dont les médias, sont de manière générale plus impliqués que jamais vis-à-vis des problèmes liés au handicap De nouvelles lois ont été adoptées et l éducation inclusive fait partie intégrante du dialogue sur les politiques éducatives Une direction dédiée à l éducation inclusive avec son propre budget a été mis sur pied au sein du Ministère de l Éducation Le projet pilote sur l éducation inclusive à Garango, soutenu par LIGHT FOR THE WORLD, est un modèle à dupliquer au niveau national L élaboration de la stratégie nationale sur l éducation inclusive est soutenue techniquement par LIGHT FOR THE WORLD Observation clé: Écart entre les politiques et la pratique Alors que le progrès est significatif au niveau politique, l évaluation a identifié un écart important entre la compréhension et la pratique entre les niveaux centraux, régionaux, provinciaux et communautaires. Il existe un manque important de connaissances des politiques et de leur mise en œuvre au fur et à mesure que l on s éloigne de Ouagadougou pour se rapprocher des réalités dans les provinces et communautés. Une des principales contraintes concerne la centralisation des prises de décision et le contrôle des ressources dans la capitale. Les autorités provinciales et communautaires, les communautés, les dirigeants traditionnels et religieux ainsi que les organisations de la société civile doivent avoir la possibilité de mettre les politiques en pratique de façon flexible et responsable. Ils devraient être en mesure de faire ceci sans toujours attendre une autorisation ou délégation venant du niveau central. 6

7 Recommandations clés 1. LIGHT FOR THE WORLD doit apporter une assistance en matière de renforcement des capacités et prôner la décentralisation et la déconcentration des services au profit des personnes handicapées. Cela signifie de continuer à travailler au niveau macro (national) tout en étant plus engagé stratégiquement aux niveaux méso (région / province) et micro (communautaire) en soutenant les partenaires. 2. LIGHT FOR THE WORLD doit conserver son «désintéressement organisationnel» et jouer un rôle moteur en matière de handicap en agissant comme facilitateur et catalyseur pour d autres acteurs. Cela doit inclure des activités qui comblent l écart entre les personnes handicapées, les communautés, les décideurs politiques et assurent une plus grande responsabilisation pour la prise en compte des voix et des perspectives des personnes handicapées dans les planifications gouvernementales, au niveau national et local. LIGHT FOR THE WORLD est considérée par ses partenaires et d autres acteurs comme une organisation qui collabore avec ses partenaires pour accomplir leurs visions et stratégies. Elle travaille avec plutôt qu à travers les partenaires, ce qui fait une différence importante. LIGHT FOR THE WORLD est forte d une culture et d un style organisationnel flexible et non imposant qui lui valent sa réputation de facilitateur et catalyseur neutre. LIGHT FOR THE WORLD pourrait jouer un rôle important pour aider à décentraliser les politiques gouvernementales. Il n est en effet pas nécessaire que toutes les décisions soient prises à Ouagadougou. Le personnel du gouvernement et autorités locales au niveau des régions et des communautés doivent être autonomisés dans leur travail avec les personnes handicapées. Généralement, tout le monde sait ce qui doit être fait. Le défi est de savoir comment le faire. LIGHT FOR THE WORLD pourrait faciliter des processus multipartites plus pratiques qui soutiennent la prise en compte des intérêts et des perspectives des personnes handicapées dans la planification provinciale et communautaire. L objectif doit toujours être de combler l écart entre les personnes handicapées, les communautés, et les décideurs politiques. Un exemple pourrait être de soutenir les recherches spécifiques au niveau local en matière de connaissances, attitudes et pratiques vis-à-vis des personnes handicapées. L évaluation a identifié un manque de recherches qualitatives et quantitatives sur le handicap et l inclusion. Cela pourrait permettre de mieux façonner et orienter le contenu d une approche plus stratégique de communication afin d amorcer un changement social et comportemental vis-à-vis du handicap. Il s agira de mener ces recherches sur une base interinstitutionnelle impliquant activement le personnel local et les membres de communautés du gouvernement, des ministères de l éducation, de l action sociale, de la santé, de l OCADES, des organisations de personnes handicapées (OPH) et des autorités traditionnelles et religieuses au niveau communautaire. Cela permettra de renforcer les connaissances et capacités locales ainsi que la responsabilité d action et de réponse. 7

8 B. Changement au niveau individuel et Observation clé: Les services partenaires sont pertinents, appropriés et appréciés par les bénéficiaires Les services partenaires en matière de réadaptation à base communautaire, soins oculaires et éducation inclusive se sont révélés pertinents, appropriés et très appréciés par les bénéficiaires. Les projets ont eu un impact considérable sur la mobilité, les moyens d existence et la confiance en soi des personnes handicapées et leurs familles. LIGHT FOR THE WORLD est considéré par ses partenaires comme ayant un impact transformateur sur leur compréhension de la réadaptation à base communautaire. Ces services comblent un fossé non négligeable «Mener une vie productive est important pour nous. Nous ne nous sentons plus inutiles ou exclus.» Informateurs clés vivant avec un handicap auquel d autres prestataires de services ne répondent pas ou pas suffisamment. L évaluation a révélé que les personnes handicapées ne veulent pas être différentes des autres personnes. Elles veulent être indépendantes aussi bien en matière de mobilité que de moyens d existence et accéder à des services tels que l éducation comme tout un chacun. Certains adultes avec un handicap ont lancé des microentreprises, ce qui les aide à gagner en respect, autonomie et à redéfinir les relations sociales. Du côté des enfants, les interventions telles que la réhabilitation, les opérations oculaires, les campagnes de sensibilisation et la formation des enseignants ont souvent permis de les intégrer dans l éducation générale et a augmenté l interaction sociale avec d autres enfants. Les personnes handicapées qui parviennent à surmonter ces obstacles sont un modèle pour les autres. Les activités de communication par l intermédiaire des radios locales, églises et dirigeants traditionnels ont augmenté la sensibilisation communautaire autour des services et la demande grandit constamment. Le défi nécessite une réflexion conjointe renforcée de tous les acteurs impliqués pour répondre à cette haute demande. Le manque de ressources humaines spécialisées (ophtal mologues et autre personnel médical spécialisé) et de ressources financières en matière de réhabilitation (par ex. chirurgie orthopédique) et de santé oculaire sont un frein à l expansion des services. Il s avère aussi que les services à destination des personnes vivant avec un lourd handicap mental sont limités. Observation clé: Manque d appropriation et de durabilité des services aussi bien dans les communautés que chez les partenaires Souvent, la collaboration au niveau communautaire s arrête, et la responsabilité et l appropriation diminuent, une fois que les personnes handicapées ont été identifiées et mises en relation avec le programme de réadaptation à base communautaire. D après l évaluation, il existe des degrés variables d appropriation et responsabilité dans la communauté concernant les personnes handicapées. Il est donc important de concevoir des programmes basées sur les changements que les différents groupes sociaux aimeraient voir pour les personnes handicapées dans leurs communautés, ainsi que sur leurs idées pour réaliser ces changements. Le soutien externe est plus efficace lorsqu elle s associe et s ajoute aux dynamiques et capacités déjà présentes au 8

9 communautaire niveau communautaire. A travers le leadership et l unité sociale, il y a de nombreuses choses que les communautés peuvent faire elles-mêmes pour soutenir l inclusion des personnes handicapées. Recommandations clés 1. mener des activités qui permettent aux personnes handicapées et aux communautés de se faire entendre, identifier et attribuer l impact pour de meilleures performances et une plus grande responsabilité. 2. Soutenir les recherches spécifiques en matière de connaissances, attitudes et pratiques au niveau local vis-à-vis des personnes handicapées. Utiliser cela pour construire et renseigner une stratégie de communication en faveur du changement social et comportemental. Cela peut se faire sur une base interinstitutionnelle impliquant activement les acteurs clés dans la recherche au niveau local. «Les autres ne nous voient pas comme des personnes avec des capacités. Nous ne signifions rien pour elles car nous ne sommes pas productifs. Nous sommes invisibles à leurs yeux». Personnes interrogées avec un handicap Bien que leur impact positif sur les individus soit élevé, les programmes ne semblent pas avoir un impact sur les changements sociaux plus larges liés au handicap au niveau communautaire. La voix des personnes handicapées et de leurs communautés semblent souvent inaudibles. Là où il y a vie, il y a des capacités. Lorsque les individus reçoivent l opportunité de s exprimer librement, les personnes handicapées et les communautés ont d excellentes idées quant à ce qu elles peuvent faire localement pour améliorer la situation. Cela nécessite des exercices en matière d engagement communautaire qui mettent l accent sur une meilleure écoute des individus et des communautés. Les partenaires se sont concentrés sur la prestation de services plutôt que sur le changement social. Les normes sociales dominantes et les tabous qui imprègnent la culture et la société du Burkina Faso (par ex. les superstitions et les fausses croyances comme les mauvais esprits et la sorcellerie qui entourent le handicap) sont des barrières à l inclusion sociale. Sans une acceptation sociale complète, les discriminations persisteront. Cela entraîne des difficultés supplémentaires pour les personnes handicapées sur le plan économique, social, culturel et psychologique. L identification de canaux de communication, de comportements sociaux positifs et la communication stratégique en faveur du changement social et comportemental sont des domaines clés dans lequel un renforcement des capacités des partenaires pourrait être fourni par LIGHT FOR THE WORLD. C est la raison pour laquelle les recherches proposées sur les connaissances, attitudes et pratiques dans les différentes régions ressortaient comme aussi importantes. Ces observations pourraient former la base d une approche plus stratégique et systématique de communication en faveur du changement social et comportemental vis-à-vis du handicap.

10 C. Renforcement des capacités et rése Observation clé: Les partenaires respectent et estiment leurs partenariats avec LIGHT FOR THE WORLD. Son assistance technique et administrative est appréciée. LIGHT FOR THE WORLD collabore de façon stratégique avec les acteurs politiques nationaux et localement avec des prestataires de services. LIGHT FOR THE WORLD joue un rôle moteur dans la construction d alliances et de réseaux au niveau national avec le gouvernement, les organisations internationales et d autres acteurs actifs dans le domaine du handicap. L organisation elle-même a construit des alliances avec des organisations et réseaux pertinents pour la mise en œuvre réussie de la stratégie pays. Au niveau national, LIGHT FOR THE WORLD a noué des partenariats avec les ministères de la santé, de l éducation de base et de l action sociale, et participe activement à de nombreux réseaux de promotion et défense des droits et campagnes de sensibilisation. Ces derniers incluent le réseau CCI Handicap, le COMUD (le conseil multisectoriel pour la protection et la promotion des droits des personnes handi capées) ainsi que le comité de suivi du «Plan Vision 2020» du gouvernement. Ces activités ont contribué à l influence collective exercée sur le gouvernement pour le pousser à adopter des politiques et lois qui promeuvent les droits des personnes handicapées. Quand il est question de répondre de façon concrète aux besoins et droits des personnes avec un handicap, LIGHT FOR THE WORLD soutient: Les ministères du gouvernement Les réseaux et coalitions Les organisations faitières Les organisations de personnes handicapées (OPH) La direction de l éducation inclusive Les OCADES diocésaines Les hôpitaux et les cliniques Les écoles LIGHT FOR THE WORLD fournit un renforcement des capacités aux partenaires selon leurs besoins et exigences. La confiance mutuelle et l ouverture jouent en cela un rôle essentiel. Ce soutien est largement centré sur les compétences techniques en matière de: Réadaptation à base communautaire Santé Oculaire Éducation inclusive Finance et administration Les partenaires ont largement apprécié ce soutien qui se caractérise par: L appui sur l expérience des partenaires et les connaissances contextuelles Le renforcement des capacités avant de se lancer dans une action ou un projet Le développement des réseaux de soutien et d une culture d ouverture et d échange La flexibilité et la disponibilité des équipes La liberté dans la mise en œuvre par les partenaires Les échanges internationaux, formations et assistance technique 10

11 autage Recommandations clés 1. L approche de renforcement des capacités de LIGHT FOR THE WORLD doit devenir plus systématique et stratégique, basée sur les besoins des partenaires en matière de développement organisationnel, identifiés via des processus participatifs et inclusifs. Le renforcement des capacités doit adresser spécifiquement la pérennité, l appropriation et la responsabilité en matière de résultats. Le renforcement des capacités des partenaires s est concentré sur un soutien technique. Il existe un risque que LIGHT FOR THE WORLD et ses partenaires continuent de faire ce qu ils ont toujours fait sans innover. Il doit y avoir un certain niveau de défi qui garde les partenaires hors de leur zone de confort afin de développer de nouvelles méthodes d apprentissage et de nouvelles façons de mise en œuvre. Le développement organisationnel et stratégique des partenaires doit être au centre des discussions afin d accroître leur viabilité, durabilité et appropriation du programme. Il a par exemple été estimé que sans l aide de LIGHT FOR THE WORLD, le travail de réadaptation à base communautaire des structures de l OCADES serait difficile à maintenir. La réadaptation à base communautaire est une composante restreinte du programme plus large de développement diocésain. LIGHT FOR THE WORLD est encouragé à identifier et répondre aux besoins des partenaires dans les domaines tels que le leadership, le développement stratégique à tous les niveaux, la gestion et le développement des ressources humaines, l élaboration d une

12 culture d apprentissage interne et la diversification des sources de financement. LIGHT FOR THE WORLD est aussi encouragé à inclure d autres catégories de personnel telles que les attachés de santé dans son programme de renforcement des capacités en santé oculaire. Bien que LIGHT FOR THE WORLD soit conscient du rôle important joué par les OPH au Burkina Faso, ces dernières ne sont pas suffisamment incluses dans les aspects de renforcement des capacités du programme et cela doit être pris en compte. La coordination entre les différents projets de réadaptation à base communautaire implémentés par les OCADES s est avérée être un défi. Une plus grande synergie est encouragée pour renforcer le partage des expériences et des meilleures pratiques pour un meilleur impact. La collaboration et le réseautage à tous les niveaux est très important et des services combinés peuvent donner de meilleurs résultats que des services individuels isolés. Par exemple, le micro-crédit et la formation CODEC combinés avec les services de réadaptation à base communautaire d OCADES à Kaya ont aidé les personnes handicapées à réintégrer la communauté via les micro-entreprises. LIGHT FOR THE WORLD pourrait jouer un rôle diplomatique clé dans la promotion des idées et pratiques de gestion des performances et de responsabilité. Cela pourrait faciliter les processus ouverts qui rassemblent des partenaires multiples et construisent le respect, la confiance, l appropriation et la responsabilité de résultats parmi les acteurs clés des ministères du gouvernement, de la société civile et de l église catholique au Burkina Faso. 2. L approche de partenariat sur base relationnelle et le «profil bas» de LIGHT FOR THE WORLD met l organisation dans une position forte afin d agir en tant que facilitateur et catalyseur, rassemblant les différents acteurs comme recommandé dans les points A et B. Avec une sensibilisation et une demande accrue, il existe un manque général de couverture de services pour les personnes handicapées. Étant donné le manque de recherches quantitatives et qualitatives, il est hautement probable que de nombreuses personnes handicapées sont «cachées» dans les communautés. Il est, pour cette raison, important que des réflexions conjointes soient favorisées, que la collaboration et coordination stratégique augmentent entre le gouvernement et les partenaires de la société civile et que la décentralisation au niveau des autorités locales s accentue. Personne ne peut tout faire. LIGHT FOR THE WORLD peut jouer un rôle dans le rassemblement et l accroissement des synergies entre partenaires, par exemple entre les dirigeants communautaires, les autorités locales, les centres de santé publiques locaux, les programmes sociaux gouvernementaux tels que l action sociale et d autres acteurs pertinents. Il n existe que peu de réseaux au niveau régional, provincial et communautaire qui connectent les centres de réadaptation communautaires, les centres spécialisés, les OPH, les autorités et les autorités locales. Tous les domaines connectés sur lesquels l évaluation s est penchée ont fait référence à cet écart entre la politique et la pratique au niveau macro, méso et micro. 12

13

14 D. Capacités et coopération internes Observations clés L équipe de LIGHT FOR THE WORLD est engagée et dynamique Les systèmes financiers et administratifs sont solides Il y a occasionnellement des lacunes de communication entre Vienne et le bureau pays L équipe d évaluation a vraiment apprécié l hospitalité, l ouverture, l engagement et la transparence dont les équipes de Vienne et du bureau pays de LIGHT FOR THE WORLD ont fait preuve. Elles sont dynamiques, impliquées, ouvertes, collaboratives, centrées sur une vision et des valeurs. L équipe est caractérisée par une atmosphère positive, ce qui est un ingrédient clé pour une bonne performance du personnel. Le bureau pays s est approprié et se sent responsable pour la réalisation de la vision et des valeurs de LIGHT FOR THE WORLD. Il est enraciné dans le contexte local et fermement connecté avec les acteurs clés, le rendant très réactif aux besoins. L échelle et la portée du programme s est grandement développé au cours des 5 dernières années, tandis que le nombre des membres du personnel sont restés inchangés. Le soutien interne apporté par le bureau de Vienne de LIGHT FOR THE WORLD est caractérisé par un haut degré de réciprocité, confiance, ouverture, respect et travail. Il y a une forte synergie entre le bureau de Vienne et du pays. Il a été estimé que les systèmes financiers et administratifs étaient robustes et adaptés à la poursuite de leurs objectifs. Le capital social relations, connexion contextuelle, connaissances culturelles, sens du timing au sein de l équipe du bureau pays et des partenaires sont la base du programme. Cela est irremplaçable. La valeur clé ajoutée par le bureau européen et l unité pour le soutien programmatique et le plaidoyer international (UPSA) consiste à faire ce que le bureau pays n a peut-être pas les capacités de faire directement: écriture de propositions et rapports aux donateurs; planification et identification de projets, promotion et liaison d opportunités de financement internationales. L approche clairement centrée sur les individus de LIGHT FOR THE WORLD doit être conservée et son approche de partenariat basée sur les relations doit être maintenue et développée. Recommandations 1. Finaliser les termes et conditions de travail du personnel national Un examen des politiques en matière de personnel du bureau pays et des termes et conditions est recommandé avec une attention particulière à une grille salariale et son contrôle par la direction gouvernementale pour l emploi du Burkina Faso. 2. analyser le rôle et les responsabilités du bureau autrichien et du bureau pays pour garantir une synergie maximale. Parfois, et particulièrement en relation avec les termes et conditions du personnel national, le bureau pays a eu le sentiment de ne pas avoir été complètement entendu. Les rôles et responsabilités de Vienne et du bureau pays pourraient profiter d un examen. Cet examen devrait évaluer si certaines des décisions et actions prises au niveau de Vienne pourraient être faites au niveau du bureau pays. Le personnel du bureau pays pourrait bénéficier d un soutien sur le plan de la planification de travail et de l efficacité personnelle. 14

15 de LIGHT FOR THE WORLD 3. Pleinement anticiper l impact d une augmentation du financement de la part de fondations et de structures publiques. Penser attentivement aux effets sur l identité organisationnelle et les manières de travailler. LIGHT FOR THE WORLD a décidé d augmenter le financement qu elle reçoit de la part de fondations et de structures publiques. Cela lui permet d augmenter l ampleur du travail. LIGHT FOR THE WORLD doit pleinement prendre en compte l impact de cette décision sur l identité de l organisation et sur ses méthodes de fonctionnement. Gérer et rendre compte de ces types de financement implique une grande rigueur. Cela crée aussi le risque de perdre le caractère unique de LIGHT FOR THE WORLD. Un plus grand engagement du bureau pays est crucial dans la conception de projets pour les donateurs institutionnels, afin de garantir une plus grande appropriation et connaissances de la gestion de ce type de subvention. Il est temps de revoir la stratégie pays tout en conservant les points forts identifiés par l évaluation avec la participation des acteurs à tous les niveaux. Concernant les problèmes de capacité interne, une question cruciale est de savoir si la capacité doit être augmentée au sein de LIGHT FOR THE WORLD ou de ses partenaires. Une meilleure articulation de l approche de LIGHT FOR THE WORLD en matière de partenariat et le développement d une nouvelle stratégie orienteront ces décisions. Conclusion LIGHT FOR THE WORLD apporte une contribution positive pour créer une société inclusive où les personnes handicapées sont inclues, participent et accèdent aux services de la société. Le soutien apporte souvent une transformation à la vie des personnes confrontées à la vulnérabilité exacerbée par le handicap. Chacun a le droit de vivre avec dignité. Des défis demeurent dans la traduction des politiques dans la pratique et l influence sur le changement social et comportemental plus large. Les personnes handicapées et les communautés doivent être à la base de la création d une société plus inclusive. Une plus grande synergie et collaboration entre les acteurs impliqués peut apporter de nouveaux changements positifs. L évaluation a après tout pour but l apprentissage et l amélioration. Le défi est à présent d agir en fonction de ces enseignements. 15

16 Remerciements LIGHT FOR THE WORLD aimerait remercier tous ses partenaires stratégiques et de mise en œuvre au Burkina Faso. Sans votre engagement et détermination à créer une société inclusive pour les personnes handicapées, les changements susmentionnés n auraient pas été possibles. Nous aimerions également remercier tous les donateurs individuels et institutionnels à notre programme au Burkina Faso. Un remerciement spécial revient à la Coopération Autrichienne au Développement pour son important financement du programme-cadre «Vers une société inclusive au Burkina Faso »; la fondation Medicor pour son soutien crucial dans le domaine de la santé oculaire, de la réadaptation à base communautaire et de l éducation inclusive, et la fondation L Occitane pour son soutien précieux dans le développement de services de santé oculaire. Si vous avez des questions ou commentaires à propos de l évaluation ou de ses observations, n hésitez pas à nous contacter: Information sur la publication: Rédacteur et Éditeur: LIGHT FOR THE WORLD Responsable du contenu: Jess Blijkers Photos: Aleksandra Pawloff, LfdW Graphiques:

Les personnes handicapées ont les mêmes droits

Les personnes handicapées ont les mêmes droits Les personnes handicapées ont les mêmes droits La stratégie européenne 2010-2020 en faveur des personnes handicapées Commission européenne Égalité des droits, égalité des chances La valeur ajoutée européenne

Plus en détail

Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO - Suivi de CONFITEA VI page 2

Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO - Suivi de CONFITEA VI page 2 Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO concernant le suivi de la mise en œuvre des engagements de CONFINTEA VI Le 19 janvier 2012 Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

Autonomisation du Consommateur et Pratiques Commerciales Stratégies nationales d éducation financière

Autonomisation du Consommateur et Pratiques Commerciales Stratégies nationales d éducation financière Consumer Empowerment and Market Conduct (CEMC) Working Group Autonomisation du Consommateur et Pratiques Commerciales Stratégies nationales d éducation financière Cette Note Directrice a été élaborée par

Plus en détail

Personne-ressource : Geoff Smith Directeur des Relations gouvernementales Tél. : 613-688-2064 Téléc. : 613-852-9696 smith@electricity.

Personne-ressource : Geoff Smith Directeur des Relations gouvernementales Tél. : 613-688-2064 Téléc. : 613-852-9696 smith@electricity. Proposition prébudgétaire 2015 de l Association canadienne de l électricité (ACÉ) présentée au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Personne-ressource : Geoff Smith Directeur des Relations

Plus en détail

Utiliser le secteur privé comme levier?

Utiliser le secteur privé comme levier? Utiliser le secteur privé comme levier? Comprendre et analyser la collaboration des organisations canadiennes de développement international avec le secteur privé par le biais du plaidoyer, du dialogue,

Plus en détail

PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 DE L AFANB

PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 DE L AFANB PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 DE L AFANB En juin 2012, le conseil d administration de l AFANB a décidé d entreprendre une démarche de révision du plan stratégique qui mènera au dépôt d un plan stratégique

Plus en détail

Charte de la Société suisse de la sclérose en plaques

Charte de la Société suisse de la sclérose en plaques Charte de la Société suisse de la sclérose en plaques Préambule La présente charte tend à rassembler l essentiel des principes, valeurs et visions qui sont chères à la Société suisse de la sclérose en

Plus en détail

PROGRAMME DE MENTORAT

PROGRAMME DE MENTORAT CONSEIL SCOLAIRE ACADIEN PROVINCIAL PROGRAMME DE MENTORAT ÉNONCÉ PRATIQUE Le Conseil scolaire acadien provincial désire promouvoir un programme de mentorat qui servira de soutien et d entraide auprès des

Plus en détail

Plan Stratégique 2008-2013

Plan Stratégique 2008-2013 Plan Stratégique 2008-2013 Version finale Adopté le 26 septembre par le Conseil d administration Septembre 2008 Mission La Société Santé en français est un chef de file national qui assure, en étroite

Plus en détail

Recherche et relations internationales (RRI) Elisa Pylkkanen Directrice adjointe, partenariats internationaux

Recherche et relations internationales (RRI) Elisa Pylkkanen Directrice adjointe, partenariats internationaux Recherche et relations internationales (RRI) Elisa Pylkkanen Directrice adjointe, partenariats internationaux ADARUQ - Novembre 2013 RRI : Un aperçu «Habiliter, faciliter, créer des liens» Habiliter les

Plus en détail

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Action sociale Nos actions dans le domaine du handicap L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Assumer au quotidien une situation de handicap est difficile pour une famille

Plus en détail

Analyse des Performances Sociales de CREDI - Togo Centre de Recherche-action pour l Environnement et le Développement Intégré

Analyse des Performances Sociales de CREDI - Togo Centre de Recherche-action pour l Environnement et le Développement Intégré Analyse des Performances Sociales de CREDI - Togo Centre de Recherche-action pour l Environnement et le Développement Intégré Considérations générales Ce rapport synthétique est issu de l étude d une organisation

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

Les Fiches de projet et leur canevas

Les Fiches de projet et leur canevas Les Fiches de projet et leur canevas République du Burundi Ministère de la Sécurité Publique Agence nationale d exécution : Fiche de Projet1 Titre du Projet : Renforcement des capacités de planification

Plus en détail

ECE/AC.21/SC/2014/3 EUDCE1408105/1.6/SC12/3. Conseil économique et social

ECE/AC.21/SC/2014/3 EUDCE1408105/1.6/SC12/3. Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/AC.21/SC/2014/3 Distr. générale 10 septembre 2014 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Réunion de haut niveau sur les transports,

Plus en détail

Initiative allemande BACKUP pour l éducation en Afrique

Initiative allemande BACKUP pour l éducation en Afrique Initiative allemande BACKUP pour l éducation en Afrique Un partenaire pour assurer une éducation de qualité pour tous en Afrique «Je n ai jamais encore rencontré de donateur comme celui-ci : il écoute

Plus en détail

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes

Questionnaire. sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes adultes Questionnaire Université du Luxembourg, Version novembre 2013 Ulla Peters, Julia A. Jäger, Danielle Lellinger sur l évaluation interne Qualité dans les centres d accueil pour enfants, adolescents et jeunes

Plus en détail

Renforcement des systèmes de santé

Renforcement des systèmes de santé SOIXANTE-QUATRIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A64/13 Point 13.4 de l ordre du jour provisoire 7 avril 2011 Renforcement des systèmes de santé Tendances et défis actuels Rapport du Secrétariat POUR

Plus en détail

Résumé du projet (french) http://www.univie.ac.at/phc. Karl Krajic Jürgen Pelikan Petra Plunger Ursula Reichenpfader

Résumé du projet (french) http://www.univie.ac.at/phc. Karl Krajic Jürgen Pelikan Petra Plunger Ursula Reichenpfader Résumé du projet (french) http://www.univie.ac.at/phc Karl Krajic Jürgen Pelikan Petra Plunger Ursula Reichenpfader Institut Ludwig Boltzmann de sociologie de la santé et de la médecine Avril 2001 Introduction

Plus en détail

Traduction de la lettre d introduction. 23 janvier 2015. Chères Mme. Peters et Mme. Moreno Fernandez,

Traduction de la lettre d introduction. 23 janvier 2015. Chères Mme. Peters et Mme. Moreno Fernandez, Traduction de la lettre d introduction 23 janvier 2015 Chères Mme. Peters et Mme. Moreno Fernandez, Au nom de l Entité des Nations Unies pour l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes (ONU ),

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016. Institut de la gestion financière du Canada (igf*fmi)

PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016. Institut de la gestion financière du Canada (igf*fmi) PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 Institut de la gestion financière du Canada (igf*fmi) Ce rapport a été préparé par : 205, rue Catherine, Suite 300 Ottawa, Ontario K2P 1C3 Tél. : 613.230.6424 Fax : 613.567.1504

Plus en détail

L assurance qualité N 4. Décembre 2014

L assurance qualité N 4. Décembre 2014 N 4 L assurance qualité Décembre 2014 L es investissements dans les systèmes et services d orientation tout au long de la vie (OTLV) doivent démontrer le bénéfice pour les individus, les communautés et

Plus en détail

Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes. En vigueur à compter du 1 er janvier 2014

Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes. En vigueur à compter du 1 er janvier 2014 Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes En vigueur à compter du 1 er janvier 2014 Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes En vigueur à compter du 1 er

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Expert International en Gestion des ressources en eau Coresponsable - Maroc

Expert International en Gestion des ressources en eau Coresponsable - Maroc Agence belge de développement, la CTB mobilise ses ressources et son expertise pour éliminer la pauvreté dans le monde. Contribuant aux efforts de la Communauté internationale, la CTB agit pour une société

Plus en détail

Les progiciels de gestion intégrés (PGI ou ERP)

Les progiciels de gestion intégrés (PGI ou ERP) Le point sur Les progiciels de gestion intégrés (PGI ou ERP) Depuis le début des années 90 s est développé un nouveau type de logiciel de gestion : le PGI, ou Progiciel de Gestion Intégré, plus connu sous

Plus en détail

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A ONUSIDA/CCP (36)/15.12 Date de publication : 24 juin 2015 TRENTE-SIXIÈME RÉUNION Date : 30 juin - 2 juillet 2015 Lieu : Salle du conseil exécutif,

Plus en détail

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Rio de Janeiro (Brésil), 21 octobre 2011 1. À l invitation de l Organisation mondiale de la Santé, nous, Chefs de Gouvernement, Ministres

Plus en détail

EVALUATION DU POINT FORT 1 «LANGUE ET FORMATION» : RAPPORT INTERMEDIAIRE

EVALUATION DU POINT FORT 1 «LANGUE ET FORMATION» : RAPPORT INTERMEDIAIRE OFFICE FEDERAL DES MIGRATIONS (ODM) MESURES D ENCOURAGEMENT DE L INTEGRATION PRISES PAR LA CONFEDERATION : PROGRAMME DES POINTS FORTS 2008-2011 EVALUATION DU POINT FORT 1 «LANGUE ET FORMATION» : RAPPORT

Plus en détail

Ressources Humaines Enjeux et Stratégie dans un contexte international

Ressources Humaines Enjeux et Stratégie dans un contexte international Ressources Humaines Enjeux et Stratégie dans un contexte international 1 LES ENJEUX DE LA FONCTION R.H. Environnement : La mondialisation L accélération des changements L incontournable performance Le

Plus en détail

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion?

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion? Chantier sur la cohésion sociale et l inclusion dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés JUIN 2013 1) Mise en contexte Dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés à Saint-Camille, 4 chantiers

Plus en détail

Présentation de Gil Desautels Vice-président principal - KCI

Présentation de Gil Desautels Vice-président principal - KCI Présentation de Gil Desautels Vice-président principal - KCI Programme de webconférences d Imagine canada Le 9 novembre 2011 De grands enjeux 1. Bien comprendre les donateurs et les tendances de dons 2.

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

Cadre logique du Programme National de Promotion des Mutuelles de Santé 2009-2010

Cadre logique du Programme National de Promotion des Mutuelles de Santé 2009-2010 1 Cadre logique du Programme National de Promotion des Mutuelles de Santé 2009-2010 Objectif global : Le Programme National de Promotion des Mutuelles de Santé contribue effectivement à la mise en place

Plus en détail

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Compétences pour les intervenants canadiens en toxicomanie SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Cette documentation est publiée

Plus en détail

Conseil d administration de l Entité des Nations Unies pour l égalité des sexes et l autonomisation des femmes

Conseil d administration de l Entité des Nations Unies pour l égalité des sexes et l autonomisation des femmes Nations Unies UNW/2014/CRP.10 Conseil d administration de l Entité des Nations Unies pour l égalité des sexes et l autonomisation des femmes Deuxième session ordinaire de 2014 Septembre 2014 Point 2 de

Plus en détail

La voie vers les revenus: comprendre ce que les entreprises attendent de leurs banques

La voie vers les revenus: comprendre ce que les entreprises attendent de leurs banques La voie vers les revenus: comprendre ce que les entreprises attendent de leurs banques Résultats comparés des sondages de gtnews sur les transactions bancaires en 2013 et en 2014 Table of Contents 1.0

Plus en détail

1. Contexte. 2. Dresser le bilan : expériences et nouveaux développements

1. Contexte. 2. Dresser le bilan : expériences et nouveaux développements Renforcer la redevabilité mutuelle pour améliorer l efficacité et les résultats en matière de développement pour la santé : accords conclus à Nairobi par les signataires du IHP+ sur la future approche

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/5/7 REV. ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 21 JUILLET 2010 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Cinquième session Genève, 26 30 avril 2010 PROJET RELATIF À LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE

Plus en détail

DESCRIPTION DU POSTE. Coordinateur/coordinatrice des opérations. Grade 1A ou 1B, cadre de direction. Poste «National plus»

DESCRIPTION DU POSTE. Coordinateur/coordinatrice des opérations. Grade 1A ou 1B, cadre de direction. Poste «National plus» DESCRIPTION DU POSTE Titre du poste Sous les ordres du Responsabilités opérationnelles Site Grade et niveau Salaire mensuel Durée du contrat Coordinateur/coordinatrice des opérations Directeur pays Encadrement

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

Lean Management : une stratégie de long terme. Pourquoi l évolution des comportements est-elle essentielle à une réussite durable?

Lean Management : une stratégie de long terme. Pourquoi l évolution des comportements est-elle essentielle à une réussite durable? Lean Management : une stratégie de long terme Pourquoi l évolution des comportements est-elle essentielle à une réussite durable? Au cours de ces deux dernières années, les grandes entreprises du monde

Plus en détail

ima est un langage universel conçu pour optimiser la communication et les contacts.

ima est un langage universel conçu pour optimiser la communication et les contacts. Audit des Ressources Humaines ATELIER D UNE DEMI-JOURNEE Introduction ima est un langage universel conçu pour optimiser la communication et les contacts. ima signifie Identifier, Modifier, Adapter : les

Plus en détail

Réunion préparatoire du groupe d experts de la troisième Conférence des ministres africains chargés de l enregistrement des faits d état civil

Réunion préparatoire du groupe d experts de la troisième Conférence des ministres africains chargés de l enregistrement des faits d état civil Commission de l Union africaine Réunion préparatoire du groupe d experts de la troisième Conférence des ministres africains chargés de l enregistrement des faits d état civil République de Côte d Ivoire

Plus en détail

Évaluation et recommandations

Évaluation et recommandations ÉVALUATION ET RECOMMANDATIONS 13 Évaluation et recommandations Les personnes souffrant de troubles mentaux s intègrent mal sur le marché du travail. En Belgique, par rapport aux personnes qui ont une bonne

Plus en détail

OBJECTIFS. Objectif général

OBJECTIFS. Objectif général Le Programme d action pour la promotion et le financement des PME dans l UEMOA est une déclinaison de la Politique Industrielle Commune (PIC) de l UEMOA. Il vise la création de mécanismes de financement

Plus en détail

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE European University Association Association Européenne de l'université Copyright 2008 par l Association Européenne de l Université

Plus en détail

RÈGLEMENT NO. 2010-02-289 AUX FINS DE DOTER LA MUNICIPALITÉ DE NOTRE-DAME-DU-PORTAGE D UNE POLITIQUE DE GESTION DES RELATIONS AVEC SES CITOYENS

RÈGLEMENT NO. 2010-02-289 AUX FINS DE DOTER LA MUNICIPALITÉ DE NOTRE-DAME-DU-PORTAGE D UNE POLITIQUE DE GESTION DES RELATIONS AVEC SES CITOYENS PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE NOTRE-DAME-DU-PORTAGE COMTÉ DE RIVIERE-DU-LOUP RÈGLEMENT NO. 2010-02-289 AUX FINS DE DOTER LA MUNICIPALITÉ DE NOTRE-DAME-DU-PORTAGE D UNE POLITIQUE DE GESTION DES RELATIONS

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION NOVEMBRE 2014 La Fédération québécoise de l'autisme (FQA) est un regroupement

Plus en détail

Conclusions de la 9ème réunion du Groupe Consultatif du SYGADE

Conclusions de la 9ème réunion du Groupe Consultatif du SYGADE Conclusions de la 9ème réunion du Groupe Consultatif du SYGADE Le Groupe consultatif du SYGADE soumet à l'attention du Secrétaire général de la CNUCED les conclusions suivantes formulées lors de sa 9ième

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

QU EST-CE QUE LE PLAIDOYER?

QU EST-CE QUE LE PLAIDOYER? Aimé D. MIANZENZA Qu est-ce que le plaidoyer? QU EST-CE QUE LE PLAIDOYER? I. Introduction Le plaidoyer est devenu un outil d action incontournable des organisations de la société civile (OSC). Il en existe

Plus en détail

Tableau : Réponse aux besoins en matière de santé sexuelle et reproductive des adolescents

Tableau : Réponse aux besoins en matière de santé sexuelle et reproductive des adolescents Tableau : Réponse aux besoins en matière de santé sexuelle et reproductive des adolescents Le tableau suivant est destiné à donner un aperçu des principales actions à entreprendre pour répondre aux besoins

Plus en détail

McMaster Health Forum

McMaster Health Forum McMaster Health Forum Résumé du dialogue : L intégration des infirmières cliniciennes spécialisées et des infirmières praticiennes dans les milieux de soins actifs au Canada Le 7 juillet 2011 1 L intégration

Plus en détail

Projet éducatif vacances enfants et adolescents

Projet éducatif vacances enfants et adolescents Projet éducatif vacances enfants et adolescents SOMMAIRE 1- Présentation du mouvement 2- Valeurs et finalités 3- Nos objectifs 4- Nos orientations éducatives 5- L équipe d encadrement 6- Les activités

Plus en détail

SECTION : Politique NUMÉRO : P201 PAGES : 6 SERVICE ÉMETTEUR : Direction des Services aux étudiants

SECTION : Politique NUMÉRO : P201 PAGES : 6 SERVICE ÉMETTEUR : Direction des Services aux étudiants POLITIQUE POLITIQUE D ÉDUCATION INTERCULTURELLE DATE : 26 mars 2014 SECTION : Politique NUMÉRO : P201 PAGES : 6 SERVICE ÉMETTEUR : Direction des Services aux étudiants DESTINATAIRES : À toute la communauté

Plus en détail

Gestionnaires. Parcoursd apprentissage

Gestionnaires. Parcoursd apprentissage Gestionnaires Parcoursd apprentissage V2 VOTRE PARTENAIRE EN APPRENTISSAGE L École de la fonction publique du Canada offre des produits d apprentissage et de formation qui contribuent au renouvellement

Plus en détail

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE

RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL SUR LES BONNES PRATIQUES POUR AMELIORER LA SENSIBILISATION AUX RISQUES ET L'EDUCATION SUR LES QUESTIONS D'ASSURANCE RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Bonnes Pratiques ont été approuvées

Plus en détail

Qu est-ce que l adaptation au changement climatique?

Qu est-ce que l adaptation au changement climatique? Note de position de CARE sur le changement climatique Qu est-ce que l adaptation au changement climatique? Le changement climatique représente une menace sans précédent pour les populations des pays en

Plus en détail

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020

POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 DÉVELOPPEMENT LOCAL MENÉ PAR LES ACTEURS LOCAUX POLITIQUE DE COHÉSION 2014-2020 Les nouvelles règles et la législation régissant le prochain financement de la politique européenne de cohésion pour la période

Plus en détail

se constituer une Équipe

se constituer une Équipe SOCIÉTÉ CANADIENNE D HYPOTHÈQUES ET DE LOGEMENT se constituer une Équipe L aménagement de logements abordables témoigne de la vision et du travail acharné de nombreux intervenants : du personnel, des employés

Plus en détail

ÉNONCÉ DE PRINCIPES LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE DES PRODUITS D ASSURANCE

ÉNONCÉ DE PRINCIPES LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE DES PRODUITS D ASSURANCE ÉNONCÉ DE PRINCIPES LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE DES PRODUITS D ASSURANCE Le présent document reflète le travail d organismes de réglementation membres du CCRRA. Les opinions qui y sont exprimées ne doivent

Plus en détail

Carrières. Une carrière au Service correctionnel du Canada : Joignez-vous à nous! Descriptif. Objectifs d apprentissage

Carrières. Une carrière au Service correctionnel du Canada : Joignez-vous à nous! Descriptif. Objectifs d apprentissage Service correctionnel Canada Correctional Service Canada Carrières Une carrière au Service correctionnel du Canada : Joignez-vous à nous! Descriptif Le Service correctionnel du Canada (SCC) offre une grande

Plus en détail

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO ELABORATION D UN PLAN DE DEVELOPPEMENT COMMUNAL Par : LEGONOU François, Directeur SYDEL AFRIQUE, Consultant En guise d introduction La décentralisation

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

E/CN.6/2010/CRP.9. Compte-rendu de l animateur de la réunion. Distr. limitée 11 mars 2010 Français Original : anglais

E/CN.6/2010/CRP.9. Compte-rendu de l animateur de la réunion. Distr. limitée 11 mars 2010 Français Original : anglais Distr. limitée 11 mars 2010 Français Original : anglais Commission de la condition de la femme Cinquante-quatrième session 1 er -12 mars 2010 Point 3 a) de l ordre du jour Suivi de la quatrième Conférence

Plus en détail

Livre Blanc Oracle Novembre 2010. Le Bureau des Projets (PMO) : un levier stratégique de création de valeur pour l industrie

Livre Blanc Oracle Novembre 2010. Le Bureau des Projets (PMO) : un levier stratégique de création de valeur pour l industrie Livre Blanc Oracle Novembre 2010 Le Bureau des Projets (PMO) : un levier stratégique de création de valeur pour l industrie Présentation générale Les entreprises industrielles sont confrontées à un environnement

Plus en détail

Étapes suivantes du plan d action du Manitoba

Étapes suivantes du plan d action du Manitoba Juillet 2005 Pour aller de l avant : L apprentissage et la garde des jeunes enfants Étapes suivantes du plan d action du Manitoba Introduction En novembre 1999, le gouvernement du Manitoba a confirmé son

Plus en détail

Annexe : Sources d information et de soutien

Annexe : Sources d information et de soutien Annexe : Sources d information et de soutien Les organisations suivantes peuvent être en mesure de vous aider à obtenir des ressources pour améliorer l efficacité de votre conseil des résidents et transformer

Plus en détail

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre?

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Note réalisée par l Observatoire Régional de l Intégration et de la Ville (ORIV) septembre 2014 Eléments de contexte

Plus en détail

Année internationale de la jeunesse. 12 août 2010-11 août 2011. asdf. Dialogue et compréhension mutuelle. Nations Unies

Année internationale de la jeunesse. 12 août 2010-11 août 2011. asdf. Dialogue et compréhension mutuelle. Nations Unies Année internationale de la jeunesse 12 août 2010-11 août 2011 Dialogue et compréhension mutuelle asdf Nations Unies «Nous devons nous engager sans réserve pour que les jeunes aient accès à l éducation,

Plus en détail

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Hôtel Teranga, Saly, Sénégal, du 18-19 Octobre 2011 Note de cadrage Contexte et justification L importance que revêt

Plus en détail

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D

Cahier des charges. pour la réalisation d une étude. Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Cahier des charges pour la réalisation d une étude Articulation des programmations nationale et communautaire en faveur de la R&D Sommaire Sommaire...2 Article 1 Objet du marché...3 Article 2 Contexte...3

Plus en détail

Les approches globales et intégrées en promotion de la santé et du bien-être : les conditions nécessaires à leur développement 1

Les approches globales et intégrées en promotion de la santé et du bien-être : les conditions nécessaires à leur développement 1 Les approches globales et intégrées en promotion de la santé et du bien-être : les conditions nécessaires à leur développement 1 Marthe Deschesnes, Ph.D. Catherine Martin, M.Sc. Adèle Jomphe Hill, Ph.D

Plus en détail

Projet de Femmes et Familles de l Afrique pour la Préparation au Traitement et l Education en matière de Traitement

Projet de Femmes et Familles de l Afrique pour la Préparation au Traitement et l Education en matière de Traitement Projet de Femmes et Familles de l Afrique pour la Préparation au Traitement et l Education en matière de Traitement GUIDE DE DEMANDE DE SUBVENTION RESERVE AUX RESEAUX NATIONAUX DES FEMMES VIVANT AVEC LE

Plus en détail

MÉMOIRE PRÉSENTÉ AU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES SEPTEMBRE 2002 DE LA CHAMBRE DES COMMUNES

MÉMOIRE PRÉSENTÉ AU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES SEPTEMBRE 2002 DE LA CHAMBRE DES COMMUNES MÉMOIRE PRÉSENTÉ AU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES SEPTEMBRE 2002 Société canadienne de la sclérose en plaques 250, rue Bloor Est, bureau 1000 Toronto (Ontario) M4W 3P9 Tél. :

Plus en détail

La reddition de comptes dans le cadre du soutien à la mission globale

La reddition de comptes dans le cadre du soutien à la mission globale La reddition de comptes dans le cadre du soutien à la mission globale Programme de soutien aux organismes communautaires SERVICES SOCIAUX Édition : La Direction des communications du ministère de la Santé

Plus en détail

Titre : La Mutuelle Communautaire de Santé de Yaoundé : Un mécanisme solidaire de financement collectif d accès aux soins de santé de qualité.

Titre : La Mutuelle Communautaire de Santé de Yaoundé : Un mécanisme solidaire de financement collectif d accès aux soins de santé de qualité. Titre : La Mutuelle Communautaire de Santé de Yaoundé : Un mécanisme solidaire de financement collectif d accès aux soins de santé de qualité. Sous titre: Projet d appui aux mutuelles de santé et incidence

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

«LES PRINCIPES ET OUTILS ESSENTIELS DU CONTRÔLE DE GESTION»

«LES PRINCIPES ET OUTILS ESSENTIELS DU CONTRÔLE DE GESTION» Pour une performance durable et solidaire «LES PRINCIPES ET OUTILS ESSENTIELS DU CONTRÔLE DE GESTION» Audit et contrôle de gestion, quelle complémentarité? Port Leucate Les 12-13-14 septembre 2012 1 Pour

Plus en détail

Étude de cas : création d une section nationale de GOPAC

Étude de cas : création d une section nationale de GOPAC Étude de cas : création d une section nationale de GOPAC www.gopacnetwork.org Note du Secrétariat mondial de GOPAC Le document suivant se veut un point de départ dans l engagement d autres parlementaires

Plus en détail

Evaluation du cursus «Marketing» 2010-2011

Evaluation du cursus «Marketing» 2010-2011 Evaluation du cursus «Marketing» 2010-2011 RAPPORT FINAL DE SYNTHESE Ecole Supérieure des Affaires - Namur Comité des experts : M. Jean TONDEUR, président M. Laurent ARNONE, M. Alain PIEKAREK, M. Michel

Plus en détail

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières Discours d ouverture Andrew J. Kriegler Président et chef de la direction Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières 25

Plus en détail

LUTTER POUR UNE MEILLEURE SANTÉ : QUE PEUT-ON FAIRE DANS NOTRE QUARTIER?

LUTTER POUR UNE MEILLEURE SANTÉ : QUE PEUT-ON FAIRE DANS NOTRE QUARTIER? LUTTER POUR UNE MEILLEURE SANTÉ : QUE PEUT-ON FAIRE DANS NOTRE QUARTIER? Résumé des trois enjeux présentés lors de l Assemblée publique du comité de lutte en santé de la Clinique communautaire de Pointe-Saint-Charles

Plus en détail

Mémoire sur le financement participatif. déposé dans le cadre des consultations de l Autorité des marchés financiers

Mémoire sur le financement participatif. déposé dans le cadre des consultations de l Autorité des marchés financiers Mémoire sur le financement participatif déposé dans le cadre des consultations de l Autorité des marchés financiers Le 1 er mai 2013 Table des matières Introduction... 3 Mise en contexte... 3 Orientation

Plus en détail

Fiche entreprise : E10

Fiche entreprise : E10 Fiche entreprise : E10 FONCTION ET CARACTÉRISTIQUES / PERSONNE INTERVIEWÉE La personne interviewée est le directeur de la mutuelle de formation 1 dans le secteur des entreprises adaptées dont 95 % gèrent

Plus en détail

isrs 7 Améliorer la performance Sécurité, Environnement et Opérationnelle

isrs 7 Améliorer la performance Sécurité, Environnement et Opérationnelle isrs 7 Améliorer la performance Sécurité, Environnement et Opérationnelle 2 isrs 7 : pour la santé de votre entreprise Pour répondre à l accroissement des multiples exigences de vos Parties Intéressées,

Plus en détail

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France)

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Résumé du rapport réalisé par EUROPA pour la DATAR DATAR EUROPA Etude sur les maisons des services publics en Europe Résumé du rapport

Plus en détail

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES CRITÈRES DE SÉLECTION DES PROGRAMMES PILOTES NATIONAUX ET RÉGIONAUX AU TITRE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENT FORESTIER I. CADRE GÉNÉRAL 1. On s accorde de plus en plus

Plus en détail

Non-Operational Reporting and Analytics (NORA) Mettre à profit l information potentielle aux centres de santé communautaire

Non-Operational Reporting and Analytics (NORA) Mettre à profit l information potentielle aux centres de santé communautaire Non-Operational Reporting and Analytics (NORA) Mettre à profit l information potentielle aux centres de santé communautaire Association des centres de santé de l Ontario Bureau de la direction des projets

Plus en détail

Planification stratégique 2012-2015

Planification stratégique 2012-2015 DE CHAUDIÈRE-APPALACHES Planification stratégique 2012-2015 Reprendre du pouvoir sur sa vie. 23681_CRDCA_Planification 2012.indd 1 Description de la démarche La démarche de planification stratégique du

Plus en détail

Catalogue de formations. Leadership & développement durable

Catalogue de formations. Leadership & développement durable Catalogue de formations Leadership & développement durable Table des matières La formatrice 3 L Art de prendre de bonnes décisions 4 Mieux communiquer pour mieux collaborer 5 Développer sa capacité d influence

Plus en détail

Sur le terrain De l ingénieur technique à l ingénieur social : Le profil de l emploi

Sur le terrain De l ingénieur technique à l ingénieur social : Le profil de l emploi DOSSIER Sur le terrain De l ingénieur technique à l ingénieur social : Le profil de l emploi L ingénierie sociale est le socle de compétences nécessaire à la mise en œuvre des démarches participatives

Plus en détail

Core Humanitarian STANDARD. Norme humanitaire fondamentale de qualité et de redevabilité

Core Humanitarian STANDARD. Norme humanitaire fondamentale de qualité et de redevabilité Core Humanitarian STANDARD Norme humanitaire fondamentale de qualité et de redevabilité Document publié par : HAP International, People In Aid, le Projet Sphère et le Groupe URD. Première édition : 2015

Plus en détail