AMATERASU La Mythologie japonaise à travers l étude de la divinité d Amaterasu Par Anne Colson

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "AMATERASU La Mythologie japonaise à travers l étude de la divinité d Amaterasu Par Anne Colson"

Transcription

1 1 AMATERASU La Mythologie japonaise à travers l étude de la divinité d Amaterasu Par Anne Colson

2 2 INTRODUCTION Pour commencer, voici une petite définition du mot Mythologie : «Un ensemble de mythes appartenant à un peuple ou groupe, concernant leur origine, histoire, divinités, ancêtres et héros». La Mythologie Japonaise, contrairement à d autres mythologies à travers le monde, n est pas arrivée jusqu à nous précise et inchangée. Elle est composée d un ensemble de textes, croyances, reliques, rituels et traditions qui se croisent occasionnellement mais parfois se contredisent. De plus, la religion du Japon initiale, le Shintoisme n est pas initialement basée sur une religion de dieux anthropomorphes (c'est-à-dire à caractéristiques humaines). Initialement, la religion Shinto est le culte des Kamis, les esprits qui habitent toutes choses, cette religion est plus faite de crainte que de foi, et sa mythologie ne serait qu un ensemble de légendes locales. Les Kamis sont par essence des esprits associés à des objets ou phénomènes naturels, à la forme imprécise définis plus par leur pouvoir que par leur histoire ou personnalité. Puis à ce culte initial des Kamis s ajoutera plus tard par l influence chinoise le culte des ancêtres, qui se transformeraient en esprit après leur mort. Ainsi il existe dans la religion Shinto des milliers de divinités, des milliers de cultes indépendants, sans tradition écrite ni sculpturale. Jusque là, il est difficile de parler de Mythologie Shinto, ou même de Religion. Mais, en 712 après JC, le Kojiki est écrit, et plus tard, en 797, le Nihongi (ou Nihon Shoki). Ce sont des ouvrages compilant les mythes et légendes japonais de l époque en leur donnant une forme logique et chronologique, de la création du monde jusqu aux premiers empereurs du japon. Ces livres ont étés ordonnés par les empereurs (et impératrice) de l époque, surtout pour donner une légitimité au Japon et à la famille impériale japonaise face à la Chine. Ces écrits donnèrent au Shintoïsme une certaine unité, aux Kamis des attributs humains, et aux empereurs un ancêtre divin. Ces livres marquèrent le début de ce que l on appelle Le Shintoïsme d Etat, c'est-à-dire le culte de la famille impériale à caractère divin. C est ici la vraie naissance de la Mythologie Japonaise elle-même. Et dès ses débuts elle fut utilisée comme outil politique. Puis au Japon est arrivé le Bouddhisme, cette religion bien plus précise autant dans sa doctrine que dans ses dieux, pour laquelle les foules se sont rapidement

3 3 enthousiasmées. Le Shinto s est alors fondu dans cette nouvelle religion. Le Shintoïsme a alors survécu comme religion dormante, mais indépendante surtout grâce au culte de la famille impériale. Et il a fallu alors attendre la restauration Meji à la fin du 19 siècle pour voir la religion Shinto réapparaître et se différencier du Bouddhisme. La Mythologie Japonaise contée dans le Kojiki et le Nihongi fut alors mise au premier plan pour donner de la légitimité au retour au pouvoir de la famille impériale après le shogunat et pour renforcer le sentiment national face aux puissances étrangères nouvellement apparues dans le paysage japonais. Encore une fois, la Mythologie Japonaise fut utilisée comme outil politique. L histoire de la Mythologie Japonaise met en avant son caractère artificiel et changeant ainsi que ses bases peu solides. Mais cela n empêche son existante d être importante dans la société japonaise d aujourd hui et d hier. Ecrire à propos de la mythologie japonaise dans son ensemble est un travail d une vie entière. Aujourd'hui, contentons-nous d'examiner de plus pres un acteur central de la Mythologie Japonaise et de son impact sur le Japon : la divinité soleil Amaterasu. Dans une première partie nous examinerons la naissance du mythe d Amaterasu. Observer le mécanisme de la création du mythe d'amaterasu nous donnera des indices sur le pourquoi et le comment de la création de toute la mythologie japonaise. De meme, la description des différents éléments qui compose son culte (dans une deuxieme partie) nous donnera une plus juste mesure de l'importance de la mythologie Shinto dans l'histoire et la societé Japonaise. Introduction écrite avec l aide de la page internet :

4 4 1- LE MYTHE Dans cette partie, nous allons explorer certaines des nombreuses théories concernant la création du mythe d Amaterasu. Mais avant ça il me parait nécessaire de vous fournir un (très) rapide résumé du mythe concerné. Dans le Kojiki, Amaterasu est née quand Izanagi (le dieu mâle créateur du Japon) s est lavé l œil gauche après être allé dans le monde de dessous. Dans le Nihongi, il y a deux versions différentes. Dans la première, Izanagi et Izanami (les dieux, mari et femme, créateurs du monde et du Japon) décidèrent de mettre au monde un enfant merveilleux, digne de régner sur ce monde. Dans la deuxième version, Izanagi seul decida de créer cet enfant et pour cela pris un miroir de cuivre blanc dans sa main gauche et en fit Amaterasu. Dans chacune des trois versions, deux autres dieux furent nés en même temps. Il s agit de Susanoo-sa, le frère d Amaterasu, qui lui causa bien des soucis par la suite, et de Tsukiyomi, qui deviendra le dieu de la Lune. Dans tous les cas, Amaterasu est l'enfant direct du(des) dieu(x) createur(s) du monde, la divinité du Soleil et le maitre des Hautes-Terres-Célestes. Amaterasu porte différents noms selon les écrits, voici les principaux : Oho-hiru-me no muchi, Ama-terasu no Oho kami et Ama-terasu-oho-hiru-me no Mikoto. Par la suite, Amaterasu aura des démêlés avec son frère Susanoo-sa, et lors d une compétition le dieu Ame no Oshi-ho-Mimi no Mikoto vint au monde qui plus tard donnera naissance à Ninigi. Plus tard, Amaterasu ordonnera (dans certaines versions, son rôle reste ambigu) a son petit-fils Ninigi de venir pacifier la Terre (le Japon), ce qu il fit, et après maintes péripéties, ses descendant devinrent les souverains incontestés du Japon. Ainsi selon la Mythologie Japonaise décrite dans le Nihongi et le Kojiki, la lignée impériale japonaise descend en droite ligne de la divinité Amaterasu. A) La divinité du sanctuaire d Ise, originaire de Corée. Moriyuki Abukuma Murakami, dans un écrit appelé The Origin of the Deity of the Ise Shrine (source (1)) souligne que la déité qui etait originellement vénérée au sanctuaire d Ise (Ise Shrine) n était pas Amaterasu dans sa forme anthropomorphe, comme décrite

5 5 dans le Kojiki et le Nihongi mais simplement un «esprit» indéfini craint et vénéré pour son pouvoir. La théorie qu il présente dans cet essai est très intéressante, et peut correspondre à une certaine interprétation du Nihongi, c est pourquoi j ai cru bon de la rapporter ici. Il suppose que la famille impériale Japonaise est originaire de Corée et qu elle a apportée avec elle les reliques impériales, c'est-à-dire l'épée, le miroir et le joyau ; tout comme, dans le Nihongi, les clans célestes sont arrivés sur la terre amenant avec eux les trois trésors ; et parce que les habitants de la terre ne les possédaient pas encore (comprendre ici que les japonais ne savaient pas encore forger des lames, ou créer de miroir et des bijoux), ils en firent le symbole de leur pouvoir. Ils se seraient d abord établis à Kyushu, puis ont conquis la province de Yamato, ce qui correspondrait dans le Nihongi à la conquête de l Est menée par l empereur Jimnu. Il base ses conclusions sur un examen minutieux du Nihongi, ou il y aurait plusieurs références à la Corée, des sources archéologiques et diverses études sociologiques. Ces reliques amenées avec eux procureraient un pouvoir certain sur leurs adversaires lors des épreuves militaires rencontrées à travers leur expansion et après. C est pourquoi ces reliques furent installées dans un sanctuaire (le sanctuaire de Ise accueilli le miroir) et vénérées. Sans être pour autant aussi affirmatif, sa théorie suppose que la «Terre Céleste» ou «Terre des Dieux» décrite dans le Nihongi serait une métaphore de la Corée, terre originelle de la famille impériale ; et que Amaterasu serait à la fois une représentation des ancêtres de la famille impériale restés en Corée et une anthropomorphisation de la puissante divinité contenue dans les trois trésors impériaux (particulièrement le miroir), qui leur ont garantie la victoire dans leur conquête. D ailleurs pendant longtemps, la représentation d Amaterasu la plus répandue était un simple miroir. B) Un Dieu-Soleil indigene Une autre étude sur l origine du mythe d Amaterasu est celle présentée par Matsumae Takeshi dans un essai appelé Origin and Growth of the Worship of Amaterasu (source (2)). Sa théorie n exclut pas totalement celle présentée précédemment mais la complète plutôt. Il avance qu une des origines d Amaterasu vient de Corée (se basant sur un des passages de Nihongi pour cela), mais que le culte du soleil indigène des

6 6 japonais serait aussi une part essentielle de ce qui deviendra le mythe d Amaterasu. D abord, il met en évidence la présence de nombreux autres mythes d une divinité soleil au Japon, bien avant la création du mythe d Amaterasu. En effet, il existait dans le folklore des nombreux indices s y rapportant, des contes, des festivals, et même des références plus ou moins directes dans le Nihongi et dans le Kojiki. Il y avait au travers de tout le Japon de nombreux temples dédiés à des divinités-soleil autres qu Amaterasu. La plupart d entre eux étaient adressés à des divinités masculines, qui portaient souvent un nom contenant le mot «Amateru» (dont Amaterasu est la version honorifique). L auteur avance, après recherches, que la grande majorité de ceux situés dans la région centrale du japon (Yamato, Tamba et Settsu) étaient adressés à des dieux-soleil masculins qui était vénérés par plusieurs clans originaires du peuple Ama (ou Amabe). Le peuple Ama serait un peuple indigène du japon, de pécheurs, originaires du sud. Etrangement, dans le Nihongi, les deux lieux de cultes d Amaterasu répertoriés sont le sanctuaire d Ise et celui de Hinokuma, qui furent tous les deux des lieux de culte du peuple Ama. Ainsi selon l auteur, la forme originelle d Amaterasu serait celle d un dieu-soleil mâle vénéré par le peuple Ama à Ise. D ailleurs, le nom même d Amaterasu est neutre et n implique pas de genre particulier. Il y avait alors à Ise de nombreuses divinité-soleil mâles et plusieurs rituels qui leurs sont dédiés perdurent aujourd hui. Plusieurs faits tendraient à démontrer que la divinité d Ise était à l origine un dieu mâle, entre autres les danses obscènes que performent les prêtresses à Ise et qui seraient directement inspirée des hommages à un autre dieu local associé au soleil (Sarudahiko, divinité aussi présente dans le Nihongi où une déesse danse nue devant lui afin de le distraire et de laisser le passage libre pour la descente sur terre du prince Ninigi). Mais il y a aussi cette légende que racontaient les prêtres du sanctuaire d Ise selon laquelle Amaterasu venait la nuit visiter la princesse impériale qui lui servait de prêtresse (la Saio) afin de s unir avec elle. Et de nombreux érudits d aujourd hui approuve cette théorie (parmi lesquels le Dr. Tsuda, le Dr. Orikuchi, Mr Tsukushi Nobuane, et le Professeur Okada). (2) La pratique d avoir une prêtresse server d épouse à un dieu était assez commune dans le Japon d alors. Matsumae Takeshi pense que la cour du Yamato recherchant une

7 7 divinité pouvant «devenir» leur ancêtre choisi celle du temple d Ise vénéré par le peuple Ama et y envoya une princesse lui servir d épouse. Ce ne serait que plus tard que la divinité aurait perdu ses caractéristiques masculines pour devenir une figure féminine. La cour du Yamato était influencée par la croyance coréenne que le pays devait être dirigé par les «enfants du soleil». Et ils voulurent transformer le culte de leur ancêtre afin d en faire un dieu du soleil et par là même unifier le pays sous leur controle et glorifier leur dynastie. Il faut noter au passage que dans cette théorie également la Mythologie Japonaise est présentée comme un outil politique. Ainsi, ils cherchèrent quelle divinité locale pourraient le mieux convenir à leur projet. Et après avoir hésité avec celle de Hinokuma, ils choisirent celle d Ise, probablement à cause de l absence de clans puissants dans cette région, ce qui aurait rendu leur tâche plus difficile. C est aussi peut être tout simplement parce que celle-ci était située dans la direction du soleil levant. Vers le milieu du 5 siècle après JC, ils envoyèrent une princesse impériale et une délégation de prêtres officiels à Ise, où ils se mirent au service de la divinité locale. L auteur avance plusieurs faits appuyant sa thèse. Les rituels performés à Ise sont différents de ceux réalisé à la maison impériale, aussi dédié à Amaterasu, or il n y aurait aucune raison à cela si la légende de la princesse de Yamato, transportant son culte de la maison impériale a Ise était exacte. D ailleurs, il continua d exister des cérémonies ou ni la princesse impériale ni les prêtres officiels ne pouvaient pas participer, mais seulement les prêtresses héréditaires locales. Enfin, dans la région autour d Ise, Amaterasu était parfois appelé Amateru, possible réminiscence du dieu-soleil local originel. Plusieurs théories s opposent quant à savoir pourquoi la divinité serait passée de mâle à femelle. Certains pensent que le mythe à été remanié selon le modèle de l impératrice Jito ( ). Mais l auteur pense plutôt que la forte impression produite par des générations successives de princesses impériales à influé sur les caractéristiques de la divinité allant jusqu à l associer avec la prêtresse elle-même. Ainsi, lorsqu il fut temps d écrire le Kojiki puis le Nihongi, la divinité d Ise était depuis longtemps déjà celle d Amaterasu décrite dans ces écrits.

8 8 C) Une prêtresse du Dieu-soleil D autres chercheurs soulignent par ailleurs que la déesse Amaterasu dans le Nihongi et dans le Kojiki a plusieurs des attributs des prêtresses. Ils vont même jusqu à avancer qu Amaterasu est en fait une prêtresse du soleil déifiée, et non pas la divinité soleil elle-même. Kyoko Motomochi Nakamura dans son essai intitulé The significance of Amaterasu in Japanese Religious History présente une rapide synthèse de différentes études réalisées autour d Amaterasu (source (3)). Tout comme les autres auteurs, Kyoko Motomochi Nakamura souligne le caractère artificiel de la divinité Amaterasu. En effet, la divinité ne porte pas toujours le même nom à travers le Kojiki puis le Nihongi, ce qui laisse supposer que le mythe d Amaterasu fut finalisé relativement tard. Tout comme Matsumae Takeshi (2) l auteur observe qu il y avait originellement de nombreux cultes et mythe dédiés au soleil dans le Japon originel, et que ces divinités portaient souvent le nom d Amateru (ou Amaterasu dans sa forme honorifique) qui était en fait une expression très commune pour désigner les divinités du soleil. Ce n est que plus tard, lorsque la famille impériale monopolisa le culte du soleil qu Amaterasu devint un nom propre. Par ailleurs l auteur constate que la divinité du soleil est le seul des Kamis du Japon qui n ait pas plusieurs formes et plusieurs cultes séparés, probable résultat d années de propagande de la cour du Yamato. La cour du Yamato s appropria donc la divinité du soleil, et ses historiens glorifièrent si bien celle-ci que la nature même d Amaterasu devint floue et indistincte. Ils voulurent en faire une divinité idéale, s inspirant peut être pour cela de modèles tels que la légendaire impératrice Jingu ( , 14 empereur, conquis la Corée après avoir reçu un oracle). En faisant de la cour de Yamato les descendants de cette divinité parfaite, ceux-ci gagnèrent en légitimité et influence. Mais d un autre coté, la divinité perdît en réalité et personnalité, en force de caractère. Ainsi, même si elle est vénérée et très hautement estimée, son rôle de dirigeant des hautes-terres-céleste est loin d être dominant. En fait, le rôle de dirigeant, dans le Nihongi, revient plutôt au dieu Takamimusubi (ou Takagi) qui complète le rôle d Amaterasu en étant son mari. C'est pourquoi certains auteurs avancent qu à l origine Takamimusubi était aussi une divinité du soleil, et qu Amaterasu était sa femme-prêtresse. En effet, dans le Kojiki et le Nihongi, Amaterasu a plusieurs fois des attributs ou des comportements de prêtresse. On pourrait aussi penser que la jeune

9 9 vierge en train de tisser blessée par Susanoo serait Amaterasu elle-même et que c est pourquoi elle se serait retirée dans la grotte. Mais alors, si l on accepte cette théorie, pourquoi la famille royale du Yamato aurait choisi comme ancêtre divin la prêtresse du soleil plutôt que le dieu-soleil lui-même? Peut être parce que le Kojiki fut écrit sous le règne d une impératrice, peut être pour mieux la différencier des autres divinités, presque tous masculins, ou encore peut-être à cause de l influence de croyances venues de Corée, où l image d un duo divin mère-fils descendait régner sur terre et que celle-ci correspondait mieux à l image d Amaterasu. Par ailleurs le concept d un couple (mari et femme, frère et sœur ou autres) dirigeant, où la femme est le symbole religieux unificateur et l homme le dirigeant concret du peuple, est un schéma courant dans le Japon primitif. Il est probable toutefois, que la divinité originelle était initialement androgyne ou sans sexe particulier, et que la question même de lui en choisir un apparut lorsqu il fallut en faire l ancêtre impérial. D) En Bref Ces differentes thèses concernant la naissance du mythe d'amaterasu s`accordent sur plusieurs points. - Le mythe d`amaterasu est artificiel et fut crée pour les besoins politiques de la Famille Impériale, afin de justifier leur controle sur le pays par une ascendence divine. - On soupconne que la famille impériale du Yamato soit originaire de Corée ou ait des liens très forts avec cette contrée. Ainsi il est probable que le mythe d'amaterasu soit en partie inspiré de croyances coréenes. - D'autre part, le mythe d'amaterasu est aussi très probablement inspiré de mythes du Soleil locaux du Japon, notamment dans la région centrale, et que ceux-ci disparurent ulterieurment lorsque la famille impériale se réserva le culte du Soleil.

10 10 2- LE CULTE Dans cette partie, nous examinerons divers éléments composant le culte d Amaterasu, et peut être cela nous éclairera-t-il sur l importance du mythe d Amaterasu dans la culture japonaise. A) Le culte de l Ancêtre Impérial Nous avons vu que le Kojiki puis le Nihongi font d Amaterasu l ancêtre de la famille impériale du Japon. Toutefois, du 2 au 6 siècle (c'est-à-dire avant la publication du Kojiki en 712), le nom de la grande divinité Amaterasu (ou ses équivalents) ne sont pas mentionné dans les chroniques et registres impériaux sauf une seule fois lors du règne de Sujin (4 siècle), et ceci après modification ultérieure, selon plusieurs chercheurs (1). Ceci tend à corroborer le fait que cette soi-disant ascendance ai été «crée» artificiellement par la famille impériale à partir du 7 siècle pour des raisons politiques. Il est probable qu ils aient choisis de crée la divinité Amaterasu elle-même, à partir d un mélange de croyances locales et importée de Corée, de lui attribuer leurs trésors sacrées et de lui donner une histoire, afin de pouvoir revendiquer un ancêtre divin et donc asseoir leur légitimité. Les «preuves» physiques et réelles de cette ascendance divine, qui ont permis à la famille impériale d asseoir son pouvoir, sont les trois reliques du trésor sacré (miroir, épée et joyau) qui leurs ont été confié par Amaterasu elle-même lors de la descente sur terre. L empereur Temmu ( après JC) mit en place, à partir du rite plus ancien de l Oho-Nie, un Shintoïsme Impérial (ou aussi Shintoïsme d Etat) plus structuré, composé de plusieurs rituels à respecter. Celui-ci est (entre autres) composé de la cérémonie de l accession au trône de l Empereur (Daijo sai), la cérémonie annuelle d offrandes au sanctuaire de la maison impériale où est gardé la relique du joyau (Niiname sai), et au temple d Ise où est gardée la relique du miroir (Kanname sai). Ces offrandes était autrefois des sacrifices animaux, humains ou des armes, plus en accord avec l usage guerrier des reliques. Mais plus tard, entre autres sous l influence bouddhiste, ces

11 11 offrandes furent remplacées par les premiers fruits, du nouveau riz, du saké, des effigies etc. (1) Lors de l institutionnalisation du Shintoïsme Impérial, il officialisa le culte d Amaterasu au sanctuaire d Ise et y assigna une princesse impériale comme prêtresse. Mais les cérémonies menées à la maison impériale en l honneur de la divinité continuèrent. (1) B) Les Reliques Impériales La preuve physique du pouvoir divin confié à la famille impériale est le trésor sacré, composé de trois reliques qui furent remise à Ninigi par Amaterasu lorsqu il descendit sur terre. Il y a l'épée, Kusanagi no tsurugi, qui fut trouvée par Susanoo-sa dans la queue d un dragon, puis offerte à sa sœur Amaterasu. Elle est conservée au sanctuaire Atsuta à Nagoya. Le miroir bouclier de bronze, qui servit à sortir Amaterasu de la caverne ou elle s était cachée. il est appelé Yata no kagami, et est conservé au grand temple d'ise. Le Yasakani no magatama, le joyau courbé, est situé au palais impérial Kokyo à Tokyo. La légende, selon le Kojiki et le Nihongi, dit que dans les hautes-terres-célestes, Amaterasu et Takami-musuhi donnèrent à leur petit-fils Ninigi le trésor sacré et les cinq fonctionnaires magiques (les devins, les chanteurs, les danseurs, les faiseurs de miroirs et les faiseurs de bijoux) et luis ordonnèrent de conquérir la terre du Japon afin de la pacifier. Ninigi vint au mont Kushifuru of Tsukushi (au nord de Kyushu) et soumit les ennemis avec l épée, puis il gouverna la province de Tsukushi, avec l illumination du miroir et l influence du joyau. Par la suite, ses descendants auront encore souvent recours au trésor sacré pour gagner des guerres et achever la conquête du Japon. Ainsi, les reliques étaient aussi considérées, à cause de leur puissance et de leur effet supposé lors de la conquête de l est et d autres guerres menée par la famille impériale, comme des armes de guerre. (1) Le Miroir particulièrement, est censé représenter Amaterasu en personne, elle aurait dit à son petit-fils Ninigi de vénérer ce miroir comme si c était elle-même. Mais en réalité, cette relique est plus un symbole de la souveraineté de la dynastie du Japon que de la déité. (3) Par ailleurs, de nombreuses sources historiques et archéologiques montrent l importance de ces reliques au début de l ère du Yamato. Les miroirs, épée et joyaux était source d autorité et preuve de royauté, les tombeaux des rois en était garnis. De

12 12 plus, des éléments archéologiques découverts dans les «Great Burials» soutiennent que les gens à cette époque croyaient au pouvoir magique de ces objets, ils pensaient qu ils pouvaient contrôler la marée, éloigner les animaux dangereux et la maladie, donner longue vie et même ressusciter les morts. (1) C) Le Sanctuaire d Ise et la Princesse Vierge Selon la tradition, Amaterasu fût d abord sanctifiée et vénérée en temps qu ancêtre impérial au sanctuaire de la famille impériale (dans la résidence de ceux-ci à la capitale), où une princesse servait la divinité. Cependant, l empereur Sujin fut effrayé de vivre si prés d une divinité si puissante et demanda a la prêtresse de vénérer la divinité dans un sanctuaire en dehors du Palais. L empereur suivant envoya Yamato-hime (qui par ailleurs est probablement un terme générique symbolisant n importe quelle princesse du Yamato) rechercher un endroit plus approprié pour accueillir le culte d'amaterasu et son incarnation, la relique du miroir. (3) Selon la légende transcrite dans le Nihongi (et le Yamato Hime no Mikoto Seiki), lors du règne de l empereur Suinin, à la fin du 3 siècle, la princesse Yamato se vît confier les reliques sacrées. A la fin d une excursion au caractère militaire (elle était accompagnée de 5 généraux armés) à travers la région centrale du Japon, la divinité lui aurait demandé à travers un oracle de s arrêter à Ise. Toutefois, les Historiens ne pensent pas possible qu Amaterasu fut vénérée au sanctuaire d Ise aussi tôt que le dit la légende, surtout parce que la famille impériale n était à cette époque pas encore installée au Yamato. Par ailleurs, c est une pratique courante au Japon que de «vieillir» intentionnellement un sanctuaire afin de lui donner plus de crédibilité. (3) Comme nous l avons vu plus haut dans la partie 1-A, une des théories existantes et plausibles concernant le sanctuaire d Ise et son établissement est celle de Moriyuki Abukuma Murakami (1). Celle-ci suppose que le sanctuaire fut érigé pour accueillir la relique sacrée du miroir Yata no Kagami, et la divinité qui lui est associée (qui plus tard sera assimilée à Amaterasu lors de la construction de la mythologie Japonaise, c'est-à-dire l écriture du Kojiki mais surtout du Nihongi), les deux étant supposément venus de Corée en même temps que la famille impériale. Moriyuki Abukuma Murakami suppose que la baie d Ise fut en réalité choisie pour son importance stratégique pour la

13 13 cour des Yamato (1). Quoi qu il en soir, selon cet auteur, tout indique, écrits historiques comme indices archéologiques, que la déité du sanctuaire d Ise fut apportée de l extérieur, et n'est pas une évolution d une déité locale. Ceci contredit les théories de nombreux autres chercheurs. Dont Matsumae Takeshi (2) qui pense que le sanctuaire d Ise était initialement voué au culte d un dieu-soleil local, et que plus tard qu il fut «récupéré» par la famille impériale afin de devenir le sanctuaire de leur ancêtre divin. Lui pense que le sanctuaire d Ise fut choisi pour l absence de noblesse à la puissance significative dans la région, ou alors pour sa localisation dans la direction du soleil levant. Selon la source (3) également, il est probable que le sanctuaire d Ise accueillait préalablement une divinité locale autre qu Amaterasu, et que ce n est que plus tard que le sanctuaire et la population locale acceptèrent d accueillir l ancêtre impérial. Cette source nous apprend que le sanctuaire d Ise est en fait composé de deux sanctuaires, celui de l extérieur et celui de l intérieur. Celui de l extérieur est dédié à une divinité différente (Toyouke, déesse de la fertilité ou de la nourriture mentionnée que très brièvement dans le Nihongi est sans rapport ni avec Amaterasu ni avec Ise) et est selon les archéologues, plus ancien que le sanctuaire intérieur d Amaterasu, même si la tradition dit le contraire. Ceci serait un indice supplémentaire supposant que le culte d Amaterasu fût ajouté à Ise plus tard. Mais tout ce dont on est sûr historiquement, c est que le culte du sanctuaire d Ise fut institutionnalisé en même temps que le Shintoïsme impérial, par l empereur Temmu ( après JC) après que la divinité du sanctuaire lui ait apporté la victoire lors d une guerre de succession (Jinshin war). (1) (2) (3) Une princesse impériale vierge (appelée la Saio) était désignée pour vivre au temple d Ise et y servir la divinité des empereurs et servir d oracle. Cette pratique est une conséquence directe des prophéties extatiques de la reine Himiko puis de l impératrice Jingu, qui sauvèrent l Etat du Yamato en temps de crises (1). Notons par ailleurs que selon les historiens, l archipel du japon à ses débuts connaissait une religion shamanique matriarcale et que pendant longtemps les femmes furent les chefs religieux. Certains historiens avancent même que la reine Himiko avait plus un rôle de rassembleur religieux que de véritable dirigeant du pays.

14 14 Quoi qu il en soit, à partir de l empereur Temmu (responsable de l institutionnalisation du culte d Amaterasu) et jusqu au début du 13 siècle une princesse impériale vierge était assigné au sanctuaire d Ise en temps que servante et prêtresse d Amaterasu. Elle devait vivre une vie de privations, ne mangeant pas de viande, n ayant pas de relations sexuelles et autres (la pratique ascétique est relativement commune dans l ancienne histoire du Japon, elle portait chance et provoquait les prophéties). Son rôle était double. Elle était un hommage vivant à la divinité dont elle était la propriété, lui dédiait sa vie d ascète et menait les rituels. Mais elle avait aussi pour rôle de produire des oracles (surtout en ce qui concernait la guerre) pour l empereur, prophéties réalisée lors d états extatiques provoqués par les privations. (1) Mais par la suite la société japonaise devînt de plus en plus patriarcale et l importance des femmes dans celle-ci ainsi que leur rôle religieux diminua avec le temps. Ainsi l importance de la prêtresse impériale décrût également et elle ne vînt plus servir la divinité que trois fois par an, puis une seule. Et éventuellement, un jour les Saios disparurent. (3) D) La transformation du culte d Amaterasu à travers le temps Initialement, à cause du monopole de la famille impériale sur le culte d Amaterasu, les gens du peuple n avaient pas le droit de rendre hommage à la divinité ou même de visiter les lieux de culte tels que le sanctuaire d Ise. Toutefois au début des temps médiévaux (du 12 au 19 siècle), la cour impériale était très appauvrie et ne pouvait plus se permettre financièrement d entretenir le sanctuaire d Ise. C est pourquoi depuis cette période celui-ci est ouvert à tous et peut recevoir les visites et offrandes de n importe quel membre de la population. (3) De plus, un peu plus tard (dans la deuxième moitié de la période des Kamakura), la coutume du pèlerinage à Ise débuta. Cette pratique devint particulièrement populaire pendant la période d Edo où la population n était pas autorisée à s exprimer ou à voyager. Une des seules formes de voyage autorisées était les voyages à but religieux, dont les pèlerinages. Ainsi les japonais ressentant le besoin de se libérer de cette société ultra-contrôlée, au moins temporairement, avaient comme solution un voyage à Ise. Il y avait même des associations de volontaires organisées dans les villages et villes, et parfois encouragées par les seigneurs locaux, qu on appelait les Ise-kô, et qui avait pour but de regrouper les villageois souhaitant faire le pèlerinage. (3)

15 15 Il y avait aussi des rumeurs de miracles, d amulettes tombant du paradis, au sanctuaire d Ise, et parfois les gens partaient sans même obtenir l autorisation officielle de voyager ou avertir leur entourage. Toujours durant la période d Edo, la coutume de l Okage-mairi apparut. C est un pèlerinage de remerciement à Amaterasu qui a lieu tous les 60 ans environ. Il faut aussi mentionner les pèlerinages annuels au nouvel an. Le sanctuaire d Ise est devînt une destination des masses religieuses. Les japonais, même encore aujourd hui, souhaitent pour la plupart visiter le sanctuaire d Ise au moins une fois dans leur vie et Ise est considéré comme l'un des lieux les plus sacrés du Shintoisme. La divinité Amaterasu fût aussi récupérée par la religion bouddhiste, comme de nombreux autres kamis shinto. En effet, dans le bouddhisme ésotérique (ou aussi bouddhisme tantrique, dont font partie les sectes Tendai et Shingon, c est un des trois plus grands courants bouddhistes en Asie aujourd hui, il est apparue au Japon vers 550 après JC) Amaterasu est considérée comme l équivalent du Bouddha Dainichi. Celui-ci est l un des bouddha les plus importants vénérés par ce mouvement religieux. De plus, le pèlerinage à Ise n était pas vraiment complet tant que l on n avait pas visité les temples bouddhistes environnants. Puis, à la fin de la période Edo, lors de la restauration Meji, qui remit l empereur au pouvoir en 1868, le Shintoïsme devînt une religion d Etat de par la nouvelle constitution. Cette forme du Shintoïsme fut appelée Kokka Shinto ou, Shinto d Etat. En 1872, un «Office du culte shinto» fut mis en place, avec pour but de promouvoir les rites et le culte officiel et tous les prêtres devinrent des employés de l'état. Tous les citoyens devaient s inscrire aux sanctuaires locaux et devenaient par là même des membres du sanctuaire d Ise. Ce fut une véritable renaissance du Shintoïsme enfin séparé du Bouddhisme et défini en tant que religion indépendante. L Ascendance divine de l empereur fut mit en avant afin de justifier son pouvoir sur le pays. Il était alors chef de l'état et commandant suprême de la Marine et de l'armée. Il devînt l objet d un véritable culte et était considéré comme divin. Encore une fois, les trois reliques du trésor sacré servaient de preuves tangibles et faisaient de l empereur le représentant des dieux. Le Shinto d Etat, le caractère divin de l Empereur et le fait que le peuple Japonais tout entier était originaire des hautes-terres-célestes servirent à justifier les visée

16 16 expansionnistes du Japon au début de l ère Showa ( ), une période troublée, lors de laquelle le Japon occupa plusieurs parties de l Asie de l est. La valorisation exacerbée du Shinto d Etat durant cette période était partie intégrante de forts courants nationalistes, considérant le Japon comme une nation supérieure. Le Shinto d Etat dura jusqu en 1945, à la fin de la Deuxième Guerre Mondiale, avec la défaite du Japon face aux américains. Ceux-ci exigèrent une réforme de la constitution, retirant les pouvoirs exécutifs à l empereur et séparant la religion et l Etat. Ils imposèrent aussi à l Empereur de faire une déclaration publique déniant le fait qu il soit une divinité incarnée (janvier 1946). Mais la validité de cette déclaration demeure contestée. Aujourd hui, Amaterasu est toujours une divinité centrale du Shintoïsme. De nombreux japonais visitent le sanctuaire d Ise tous les ans. Ma famille d accueil a, sur l autel de la maison, une «tablette» religieuse portant le nom d Amaterasu qu ils ont renouvelé au nouvel an. D autre part, la famille impériale continue de célébrer les rituels dédiés à la divinité et de surveiller le trésor sacré. De manière plus triviale, on peut évaluer l importance d Amaterasu dans la culture japonaise moderne en observant l imaginaire collectif. En effet, les références à Amaterasu dans toutes sortes de fictions modernes, films, séries télévisée, romans de gare, mangas et animes, sont extrêmement nombreuses, bien qu elles soient souvent peu exactes.

17 17 CONCLUSION Tout comme Amaterasu, la Mythologie Japonaise a peut être été crée de toutes pieces pour des nécessités politiques. Mais peut être aussi que le mythe d'amaterasu contient quelques éléments de vérité qui peuvent etre exploité. Apres tout, le Kojiki et le Nihongi sont aussi parmi les meilleures sources historiques en ce qui concerne le Japon ancien. De nombreux chercheurs littéraires, historiens, archéologues et autres scientifiques de tout poil se sont interréssés a deméler le vrai du faux dans la mythologie japonaise et dans le mythe d'amaterasu. Mais quand on s'interresse aux éléments réels du culte d'amaterasu, on se rend compte que peu importe l'origine du mythe, ce qui importe c'est sa symbolique et l'impact réel qu'il a eu sur la société et les individus japonais à travers l'histoire. A un niveau historique, nous devons mettre en avant l'utilité initiale du mythe qui servit d'unificateur sous la Cour des Yamato et qui permit l'émergence du Japon comme un pays à part entiere. Puis lors de la restauration Meji, le mythe servit encore une fois à rassembler le pays, dans un moment de crise ou il menacait de se diviser. Il suffit a donner une raison d'exister à un Japon qui se trouvait à la fois dechiré de l`interieur et menacé de l'exterieur par les grandes puissances étrangères. Ces deux époques justifie amplement l'invention du mythe a elles seules. Mais Amaterasu qui servit la société japonaise dans son ensemble a deux reprises au moins, fut aussi d'un grand secours aux individus qui la compose. En effet, comme toutes les religions, le culte d'amaterasu et de l'empereur amena a de nombreux croyants soulagement et appui. La foi est un remède étrange a bien des maux. Sous Edo, le pelerinage à Ise fut d'une grande aide à bien des personnes. Et encore aujourd'hui, le mythe d'amaterasu fait partie du grand heritage culturel du Japon. L'étude du mythe et du culte d'amaterasu peuvent nous permettre d'obtenir quelques clefs concernant l'histoire japonaise ancienne. Mais étudier l'influence de celui-ci sur l'histoire est tout aussi passionant.

18 18 BIBLIOGRAPHIE Source (1) : «The Origin of the Deity of the Ise Shrine» de Moriyuki Abukuma Murakami Source (2) : «Origin and Growth of the Worship of Amaterasu» de Matsumae Takeshi (Tenri University, Tenri city, Japan) KEN/publications/afs/pdf/a318.pdf+amaterasu+shrine+ise&cd=16&hl=en&ct=clnk Source (3) : «The significance of Amaterasu in Japanese Religious History» de Kyoko Motomochi Nakamura. Chapitre 13 de «The Book of the Goddess, past and present» présenté par Carl Olsen, édité à The Crossroad Publishing Company New York, en Autres : «Nihongi, chronicles of Japan from the earliest times to A.D 697» traduit par W.G Aston, publié par Tuttle publishing en «Histoire du Japon : des origines à la fin de Meji» de Francine Herail, publié par les Publications Orientalistes de France

Introduction : Chapitre XII Les débuts du judaïsme

Introduction : Chapitre XII Les débuts du judaïsme Introduction : Chapitre XII Les débuts du judaïsme Chapitre XII Les débuts du judaïsme Introduction : Cette Bible a été trouvée près de la Mer Morte, non loin de Jérusalem. Chapitre XII Les débuts du judaïsme

Plus en détail

Le jugement de Pâris et la pomme Par A. Labarrière 2 2

Le jugement de Pâris et la pomme Par A. Labarrière 2 2 Le jugement de Pâris et la pomme Par A. Labarrière 2 2 I. Origine et Protagonistes Cette légende fut narrée pour la première fois par Homère, un poète grec du 9 e siècle avant J.-C. ayant écrit l Iliade

Plus en détail

El Tres de Mayo, GOYA

El Tres de Mayo, GOYA Art du visuel / «Arts, ruptures, continuités» Problématique : «Comment l expression du sentiment surgit-elle dans l art au XIX è siècle?» El Tres de Mayo, GOYA Le Tres de Mayo, Francisco Goya, huile sur

Plus en détail

La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789)

La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789) La vie de cour au château de Versailles avant la Révolution Française (1789) Avant la Révolution*, la France est une monarchie avec à sa tête un monarque, le Roi de France. Lorsque Louis XIII décède en

Plus en détail

Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences

Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences Cette révélation est donnée en français à Sulema, une femme née en 1954 au Salvador. Depuis plus de 30 ans, elle vit au Canada avec

Plus en détail

Charlemagne Roi des Francs et empereur d'occident (768-814).

Charlemagne Roi des Francs et empereur d'occident (768-814). Charlemagne Roi des Francs et empereur d'occident (768-814). Carolus Magnus (dit Charles «le grand») plus connu sous le nom de Charlemagne. 1. En 768, Charlemagne devient roi des Francs et remplace son

Plus en détail

Méthodologie du dossier. Epreuve d histoire de l art

Méthodologie du dossier. Epreuve d histoire de l art Méthodologie du dossier Epreuve d histoire de l art Fiche d identité de l oeuvre Nature de l oeuvre : Huile sur toile Auteur Eugène Delacroix (1798-1863) Titre : La liberté guidant le peuple : le 28 juillet

Plus en détail

Histoire Le Moyen-âge La société féodale

Histoire Le Moyen-âge La société féodale Histoire Le Moyen-âge Objectif(s) : - Connaître les 3 ordres de la société médiévale - Découvrir le cadre et le mode de vie des seigneurs au Moyen Age : Seigneurs / vassaux / chevaliers Histoire racontée

Plus en détail

BENEDICTION DU TRES SAINT SACREMENT

BENEDICTION DU TRES SAINT SACREMENT BENEDICTION DU TRES SAINT SACREMENT Editions ALBANUS Bruxelles, La Haye, Londres, Ojaï, Paris, Toronto 1999 BENEDICTION DU TRES SAINT SACREMENT Editions ALBANUS Bruxelles, La Haye, Londres, Ojaï, Paris,

Plus en détail

N.V. Bourov, I.Yu. Khitarova. ART-INFORMATION Problèmes de stockage et de communication. Matériel didactique

N.V. Bourov, I.Yu. Khitarova. ART-INFORMATION Problèmes de stockage et de communication. Matériel didactique N.V. Bourov, I.Yu. Khitarova ART-INFORMATION Problèmes de stockage et de communication Matériel didactique Recommandé par l Union méthodique d études de L Académie Russe des Sciences naturelles de l enseignement

Plus en détail

CLASSE : : : ; : : : : LA LIBERTE GUIDANT LE PEUPLE EUGENE DELACROIX

CLASSE : : : ; : : : : LA LIBERTE GUIDANT LE PEUPLE EUGENE DELACROIX HISTOIRE DES ARTS CLASSE : 4 ème Période historique : XIXème siècle Moment choisi : le retour à la monarchie ; les Trois Glorieuses Thématique : Arts, Etats et pouvoir (œuvre engagée) Sujet : Comment un

Plus en détail

RITUEL POUR ATTIRER L ATTENTION DE QUELQU UN

RITUEL POUR ATTIRER L ATTENTION DE QUELQU UN RITUEL POUR ATTIRER L ATTENTION DE QUELQU UN KIT RITUELLIQUE N 4 DISPOSITION DES BOUGIES BOUGIE BLANCHE 1 BOUGIE NOIRE 2 BOUGIE ROUGE 3 BOUGIE MARRON 4 BOUGIE BLEUE MARINE 5 BOUGIE CELESTE 6 GRANDES BOUGIES

Plus en détail

Ceci constitue la seule assurance de validité scientifique.

Ceci constitue la seule assurance de validité scientifique. Les références Règle : Tout document utilisé, cité ou mentionné doit être évoqué, dès sa première apparition et à chaque fois ensuite, selon un système de référence bien précis. Celui-ci doit permettre

Plus en détail

Monsieur l Adjoint délégué à la Culture et à la Tauromachie,

Monsieur l Adjoint délégué à la Culture et à la Tauromachie, Prise de Parole de Monsieur Jean-Paul FOURNIER Sénateur du Gard - Maire de Nîmes - Président de Nîmes Métropole Inauguration d une plaque dans le cadre du 450 ème anniversaire de la création de l Eglise

Plus en détail

I. FAIR-PLAY, D OÙ VIENS-TU? QUI ES-TU?

I. FAIR-PLAY, D OÙ VIENS-TU? QUI ES-TU? I. FAIR-PLAY, D OÙ VIENS-TU? QUI ES-TU? Le fair-play est une notion bien souvent employée à tort et à travers. Associée surtout au vocabulaire sportif, elle s applique aujourd hui à de multiples situations,

Plus en détail

Des mérovingiens aux carolingiens. Clovis, roi des Francs La dynastie carolingienne La fin de l'empire carolingien

Des mérovingiens aux carolingiens. Clovis, roi des Francs La dynastie carolingienne La fin de l'empire carolingien Des mérovingiens aux carolingiens Clovis, roi des Francs La dynastie carolingienne La fin de l'empire carolingien 1 Introduction L Empire Carolingien a marqué l histoire de la France. Succédant aux Francs,

Plus en détail

L Eglise dans ses dimensions religieuse, économique, sociale et intellectuelle

L Eglise dans ses dimensions religieuse, économique, sociale et intellectuelle L Eglise dans ses dimensions religieuse, économique, sociale et intellectuelle Iconographie du template Le jugement dernier, cathédrale de Bourges Ange au sourire, cathédrale de Reims Identifie l enfer

Plus en détail

Haïlé Sélassié et le rastafarisme

Haïlé Sélassié et le rastafarisme Un empereur nommé Jah Haïlé Sélassié et le rastafarisme Le rastafarisme est une religion personnelle qui met l accent sur la dignité personnelle et le profond amour de Dieu. Lion de la tribu de Juda Hailé

Plus en détail

1 planche Cour du Roi, pour poser les cartes Audience. 5 pions Château, pour indiquer votre emplacement autour de la Cour

1 planche Cour du Roi, pour poser les cartes Audience. 5 pions Château, pour indiquer votre emplacement autour de la Cour Honneurs de la Cour Un jeu créé par Damien NICOLAS De 2 à 5 joueurs - A partir de 10 ans 10min/joueurs But du jeu Vous incarnez une des plus prestigieuses familles de la Cour du Roi de France et rêvez

Plus en détail

En la fête de l Assomption de la Vierge Marie, Homélie pour une profession perpétuelle 1

En la fête de l Assomption de la Vierge Marie, Homélie pour une profession perpétuelle 1 Vies consacrées, 83 (2011-3), 163-168 En la fête de l Assomption de la Vierge Marie, Homélie pour une profession perpétuelle 1 «Un signe grandiose apparut dans le ciel» : ce signe, c est le voyant de Patmos

Plus en détail

Les symboles français

Les symboles français Fiche Pédagogique Les symboles français Par Karine Trampe Sommaire : Tableau descriptif 2 Fiche élève. 3-4 Fiche professeur.5-6 Transcription.7 Sources. 8 1 Tableau descriptif Niveau A2 Descripteur CECR,

Plus en détail

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23.

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. «Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. Pour faire suite au récit des disciples sur le chemin d Emmaüs et pour

Plus en détail

Le Baptême des petits enfants en 25 questions

Le Baptême des petits enfants en 25 questions Le Baptême des petits enfants en 25 questions 1. Les parents doivent-ils être baptisés pour demander le baptême de leur Non, puisque c est la personne qui va recevoir le baptême qui est concernée. Tous

Plus en détail

Documentation. de l Évangile Pour le foyer. Écritures...2. Conférence générale...2. Magazines...3. Musique...3. Illustrations de l Évangile...

Documentation. de l Évangile Pour le foyer. Écritures...2. Conférence générale...2. Magazines...3. Musique...3. Illustrations de l Évangile... Documentation de l Évangile Pour le foyer Écritures...2 Conférence générale...2 Magazines...3 Musique...3 Illustrations de l Évangile...3 Livres, manuels et brochures...4 Histoire familiale...6 Œuvre missionnaire...6

Plus en détail

Le Baptême de notre enfant

Le Baptême de notre enfant Le Baptême de notre enfant Baptême de notre enfant : Le à l église de Ce même jour, ils ont également reçu le baptême 1 Chers parents, Déroulement de la célébration (p 3-8) 1. Accueil et entrée dans l

Plus en détail

Activités autour du roman

Activités autour du roman Activité pédagogique autour du roman Un chien différent, de Laura Cousineau ISBN 978-2-922976-13-7 ( 2009, Joey Cornu Éditeur) Téléchargeable dans la rubrique Coin des profs sur 1 Activités

Plus en détail

Les élèves, ta tache aujourd hui est de travailler sur ton projet de sciences humaines. J envoie de nouveau les directives.

Les élèves, ta tache aujourd hui est de travailler sur ton projet de sciences humaines. J envoie de nouveau les directives. 8 ième année science humaines Les élèves, ta tache aujourd hui est de travailler sur ton projet de sciences humaines. J envoie de nouveau les directives. Si tu n as pas ton information avec toi, tu peux

Plus en détail

THEME 2 : MONDE ANTIQUE

THEME 2 : MONDE ANTIQUE 16 CHAPITRE DEUX: CITOYENNETÉ ET EMPIRE A ROME (I-III SIÈCLE AP JC). CHAPITRE DEUX : CITOYENNETÉ ET EMPIRE À ROME AU Ie - IIIe SIECLES AP J.C. INTRODUCTION CARTE DE L EMPIRE AU II AP JC. 1 / Quelle est

Plus en détail

METHODOLOGIE LE CAHIER EST UN OUTIL DE TRAVAIL, MIEUX IL SERA TENU, PLUS TU AURAS DE PLAISIR A L OUVRIR POUR RETRAVAILLER LE COURS

METHODOLOGIE LE CAHIER EST UN OUTIL DE TRAVAIL, MIEUX IL SERA TENU, PLUS TU AURAS DE PLAISIR A L OUVRIR POUR RETRAVAILLER LE COURS METHODOLOGIE I. Comment travailler et organiser son travail en histoire-géographie LE CAHIER EST UN OUTIL DE TRAVAIL, MIEUX IL SERA TENU, PLUS TU AURAS DE PLAISIR A L OUVRIR POUR RETRAVAILLER LE COURS

Plus en détail

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE Fiche n 1 : Les 4 types de texte Fiche n 2 : La situation d énonciation 1- Le texte narratif qui sert à raconter 2- Le texte descriptif qui sert à faire voir 3- Le texte explicatif qui sert à faire comprendre

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

Jeu pour l oral «Les vies antérieures» Devinez les vies antérieures de vos amis!

Jeu pour l oral «Les vies antérieures» Devinez les vies antérieures de vos amis! www.ciel.fr Jeu pour l oral «Les vies antérieures» Devinez les vies antérieures de vos amis! Jeu réalisé par Maïwenn Morvan avec le soutien de Bruno Jactat www.ateliers-alea.com Objectif pédagogique :

Plus en détail

HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS

HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS HISTOIRE / FRANCAIS CYCLE 3 TITRE : L UNION FAIT LA FORCE (1915), LA FRANCE ET SES ALLIÉS DOCUMENT : 1979. 29489 (1). «L'Actualité. L'union fait la force. Jeu stratégique». Sans éditeur. Vers 1915. PLACE

Plus en détail

QU EST-CE QUE L EAU BIEN COMMUN?

QU EST-CE QUE L EAU BIEN COMMUN? QU EST-CE QUE L EAU BIEN COMMUN? Si je vous posais la question suivante: Etes-vous partisans de l Eau Bien Commun? J obtiendrais une réponse positive unanime. Mais si je vous posais ensuite la question

Plus en détail

Article 1654 Le mariage est un contrat solennel entre deux personnes de sexe opposé qui souhaitent s unir et former une famille.

Article 1654 Le mariage est un contrat solennel entre deux personnes de sexe opposé qui souhaitent s unir et former une famille. Concours European Law Moot Court 2013-2014 Affaire M- 564/13, Spyridon et autres c. le Ministre de l Immigration et de la Naturalisation et le Directeur Général de la Santé 1. La Principauté de Brandoa

Plus en détail

Les Éditions du patrimoine présentent La tenture de l Apocalypse d Angers Collection «Sensitinéraires»

Les Éditions du patrimoine présentent La tenture de l Apocalypse d Angers Collection «Sensitinéraires» é Les Éditions du patrimoine présentent La tenture de l Apocalypse d Angers Collection «Sensitinéraires» >Un ouvrage conçu en collaboration avec l IRAG (Institut pour la recherche d applications gravées),

Plus en détail

L EMPIRE ROMAIN. étude de cas : Lucius Aponius Cherea habitant de Narbo Martius au II siècle. Fabienne Rouffia - collège V.

L EMPIRE ROMAIN. étude de cas : Lucius Aponius Cherea habitant de Narbo Martius au II siècle. Fabienne Rouffia - collège V. L EMPIRE ROMAIN étude de cas : Lucius Aponius Cherea habitant de Narbo Martius au II siècle Détail du piédestal de la statue d Aponius Cherea (II siècle) musée archéologique de Narbonne Source : Service

Plus en détail

l identité du japon : un rapport au monde

l identité du japon : un rapport au monde l identité du japon : un rapport au monde en mutation nicolas BAumert Agrégé de géographie, ATER à l université Paris-Sorbonne Archipel longtemps coupé du monde, découvert tard aussi bien par les Chinois

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

Très chers amis, Merci de nous aider, vous êtes toujours bien présents dans nos prières quotidiennes. Dans le Cœur de Jésus,

Très chers amis, Merci de nous aider, vous êtes toujours bien présents dans nos prières quotidiennes. Dans le Cœur de Jésus, nous avons, depuis peu, quelque espoir. Pour cela, il nous faut impérativement faire des travaux afin que notre maison soit juridiquement accessible. Très chers amis, Nous sommes très heureuses de vous

Plus en détail

La franc-maçonnerie. Troisième tirage 2011

La franc-maçonnerie. Troisième tirage 2011 Alain Quéruel La franc-maçonnerie Troisième tirage 2011 2008, pour le texte de la présente édition. 2011, pour la nouvelle présentation. ISBN : 978-2-212-54866-2 Table des matières Sommaire......................................................

Plus en détail

le «Yoga psychologique», créé par Nicolas Bornemisza.

le «Yoga psychologique», créé par Nicolas Bornemisza. MÉTHODE IT Libérations des Images intérieures - Images de Transformation Présentation de la méthode de Nicolas Bornemisza La méthode IT a été co- créée par Marie Lise Labonté et Nicolas Bornemisza. Elle

Plus en détail

KnowledgeManagement : Repartir de l individu.

KnowledgeManagement : Repartir de l individu. KnowledgeManagement : Repartir de l individu. Olivier Le Deuff Ater. Université de Lyon 3 www.guidedesegares.info Le knowledge management (KM ) est un domaine souvent considéré comme récent et dont certains

Plus en détail

EXPOSITION: VIVRE ET HABITER

EXPOSITION: VIVRE ET HABITER Décoration Défiscalisation Conception et réalisation Michel SAEZ EXPOSITION: VIVRE ET HABITER 2013, espace «L atelier UNIK» Saint MALO Stand 47-8, 9, 10 mars 2013. DEFISCALISER Acheter une œuvre d art

Plus en détail

«La famille, c est la première des sociétés humaines.»

«La famille, c est la première des sociétés humaines.» «La famille, c est la première des sociétés humaines.» La famille sera toujours la base des sociétés. Honoré de Balzac La famille est-elle la première des sociétés humaines? C est l hypothèse la plus souvent

Plus en détail

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

En ville sans ma voiture demande de dérogations. Foire aux questions

En ville sans ma voiture demande de dérogations. Foire aux questions En ville sans ma voiture demande de dérogations Foire aux questions Vous trouverez ci-joint quelques-uns des cas les plus fréquemment rencontrés dans les communes lors des précédentes éditions de la journée

Plus en détail

Dieu était sur moi Une phrase qui revient comme un refrain et qui peut résumer en

Dieu était sur moi Une phrase qui revient comme un refrain et qui peut résumer en Cet Esdras vint de Babylone : c'était un scribe versé dans la loi de Moïse, donnée par l'éternel, le Dieu d'israël. Et comme la main de l'éternel, son Dieu, était sur lui, le roi lui accorda tout ce qu'il

Plus en détail

EXEMPLE DE QUESTION À DÉVELOPPEMENT PARTIE II : COMPRÉHENSION DE L ÉCRIT TEXTE D INFORMATION

EXEMPLE DE QUESTION À DÉVELOPPEMENT PARTIE II : COMPRÉHENSION DE L ÉCRIT TEXTE D INFORMATION FRANÇAIS LANGUE SECONDE IMMERSION 12 EXEMPLE DE QUESTION À DÉVELOPPEMENT PARTIE II : COMPRÉHENSION DE L ÉCRIT TEXTE D INFORMATION Comment le café est-il devenu une boisson très populaire? Petite histoire

Plus en détail

Canada. Bulletin d information. Réfugiés pris en charge par le gouvernement. Réinstallation des réfugiés au

Canada. Bulletin d information. Réfugiés pris en charge par le gouvernement. Réinstallation des réfugiés au Réfugiés pris en charge par le gouvernement Canada Réinstallation des réfugiés au Bulletin d information Vous souhaitez vous réinstaller au Canada et votre demande a fait l objet d un examen initial par

Plus en détail

REGISTRE DE LA MÉMOIRE DU MONDE. LE BREVET BENZ DE 1886 (Allemagne)

REGISTRE DE LA MÉMOIRE DU MONDE. LE BREVET BENZ DE 1886 (Allemagne) REGISTRE DE LA MÉMOIRE DU MONDE LE BREVET BENZ DE 1886 (Allemagne) Réf. : n 2010-61 PARTIE A INFORMATIONS ESSENTIELLES 1 RÉSUMÉ La motorisation individuelle, qui a presque 150 ans d histoire, a donné naissance

Plus en détail

Ne vas pas en enfer!

Ne vas pas en enfer! Ne vas pas en enfer! Une artiste de Corée du Sud emmenée en enfer www.divinerevelations.info/pit En 2009, une jeune artiste de Corée du Sud qui participait à une nuit de prière a été visitée par JésusChrist.

Plus en détail

Quelques exemples de croyants célibataires

Quelques exemples de croyants célibataires Périodique de matière biblique pour les jeunes - Août 2013 - Numéro 16 Quelques exemples de croyants célibataires La situation du chrétien En 1 Corinthiens 7, Paul aborde le sujet du chrétien célibataire.

Plus en détail

«Ce Qui Sort de la Bouche de l Éternel»

«Ce Qui Sort de la Bouche de l Éternel» «Ce Qui Sort de la Bouche de l Éternel» Quelqu un remarqua un jour une chose étrange dans un cimetière. Une grande pierre tombale portait l épitaphe suivante : Passant, réfléchis et arrêt-toi Tu es là

Plus en détail

Charte de la laïcité à l École Charte commentée

Charte de la laïcité à l École Charte commentée Charte de la laïcité à l École Charte commentée Ce document propose un commentaire de la phrase de préambule et de chacun des articles de la Charte de la laïcité à l École. Il explicite le sens des principales

Plus en détail

«Les Arabes sont musulmans, les musulmans sont arabes.»

«Les Arabes sont musulmans, les musulmans sont arabes.» «Les Arabes sont musulmans, les musulmans sont arabes.» Les Turcs, les Persans et autres Arabes musulmans (...) Extrait de lettre de lecteur au journal Le Monde À cette idée reçue, il faut opposer d emblée

Plus en détail

CANDIDAT JAPONAIS AU POSTE DE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL

CANDIDAT JAPONAIS AU POSTE DE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL CANDIDAT JAPONAIS AU POSTE DE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL Dr. Sawako TAKEUCHI Docteur es Ingénierie, l Université de Tokyo et Docteur es Sciences économiques Ancien conseiller du Premier Ministre du Japon sur la

Plus en détail

Préfixe "MA" ALVEOLE VI

Préfixe MA ALVEOLE VI Préfixe "MA" ALVEOLE VI VI-A-00 : Tirés-à-part VI-A-8 : Atlas des villes VI-E-7/8 : Atlas VI-T-0/1 : Bibliographie de l'histoire de France 100 : Histoire urbaine 101 : Généralités, urbanisation 102 : Atlas

Plus en détail

Baromètre Bretagne Culture Diversité

Baromètre Bretagne Culture Diversité Baromètre Bretagne Culture Diversité SYNTHèSE DES RéSULTATS 2014 Baromètre Bretagne Culture Diversité Synthèse des résultats 2014 introduction L association Bretagne culture diversité/sevenadurioù a décidé

Plus en détail

PROGRAMME DES COURS DE LICENCE

PROGRAMME DES COURS DE LICENCE PROGRAMME DES COURS DE LICENCE DROIT PROCESSUEL (1 ère partie) ENSEIGNEMENTS ANNÉE C Abbé Bernard du PUY-MONTBRUN Ce cours sera consacré à l étude des procès canoniques. Après une introduction à l aide

Plus en détail

Le Management selon Deming

Le Management selon Deming Le Management selon Deming Une démarche complète de management, basée sur les fondamentaux de la Qualité L Association Française Edwards Deming Votre attente Comprendre mieux ce qui est derrière le nom

Plus en détail

TÂCHE 1 - INTERACTION FICHE Nº 1

TÂCHE 1 - INTERACTION FICHE Nº 1 TÂCHE 1 - INTERACTION FICHE Nº 1 Temps de préparation : 1 minute Intervention par couple : 4-5 minutes CANDIDAT A CADEAU D ANNIVERSAIRE Votre collègue et vous allez acheter un CADEAU D ANNIVERSAIRE pour

Plus en détail

Correo de Tarija n 6

Correo de Tarija n 6 Correo de Tarija n 6 Janv 2014 "Radio Pachamama, la radio des sans voix" en BOLIVIE FDMCIOT-BS - Toujours plus loin dans la connaissance des Bartolina Sisa de Tarija - Lancement du satellite Tupac Katari

Plus en détail

Nom de l application

Nom de l application Ministère de l Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique Direction Générale des Etudes Technologiques Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Gafsa Département Technologies de l Informatique

Plus en détail

CHINE 12/06/15 maj. Visa touristique L, Motif : Tourisme, visite familiale (catégorie Q2) ou amis (catégorie L ou S2) Pièces à fournir :

CHINE 12/06/15 maj. Visa touristique L, Motif : Tourisme, visite familiale (catégorie Q2) ou amis (catégorie L ou S2) Pièces à fournir : 1 Mesures à respecter à compter du 10 Juin 2015 : Si un visa 2 entrées est demandé, vous devez préciser la date de la 2 ème entrée en Chine, et si possible joindre le billet d avion indiquant cette date.

Plus en détail

«DROIT DE LA FAMILLE, DROIT DES BIENS ET DROIT DES SUCCESSIONS DANS UN CONTEXTE FRANCO-JAPONAIS ET INTERNATIONAL»

«DROIT DE LA FAMILLE, DROIT DES BIENS ET DROIT DES SUCCESSIONS DANS UN CONTEXTE FRANCO-JAPONAIS ET INTERNATIONAL» UFE-Japon COMPTE RENDU DES CONFERENCES DU 20 MARS 2014 «DROIT DE LA FAMILLE, DROIT DES BIENS ET DROIT DES SUCCESSIONS DANS UN CONTEXTE FRANCO-JAPONAIS ET INTERNATIONAL» Avec la participation de : Maître

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. PENTA Editions Des livres qui résonnent

DOSSIER DE PRESSE. PENTA Editions Des livres qui résonnent DOSSIER DE PRESSE En couverture : Ludwig van Beethoven, impression couleur d après une peinture de Johann Baptist Reiter Beethoven-Haus Bonn Partie de violon de quatuor à cordes op. 135 de Ludwig van Beethoven,

Plus en détail

VIVRE LA COULEUR DOSSIER PÉDAGOGIQUE. Musée des beaux-arts de Brest

VIVRE LA COULEUR DOSSIER PÉDAGOGIQUE. Musée des beaux-arts de Brest VIVRE LA COULEUR DOSSIER PÉDAGOGIQUE Musée des beaux-arts de Brest 1 Les objectifs : - Comment percevons-nous les couleurs? Quel rôle joue le cerveau? - Comprendre les choix et les procédés de création

Plus en détail

Sacerdoce commun et vie consacrée 1

Sacerdoce commun et vie consacrée 1 Vies consacrées, 82 (2010-4), 270-279 Sacerdoce commun et vie consacrée 1 L année sacerdotale qui s est récemment achevée a été l occasion de nombreuses réflexions, tant sur le sacerdoce commun que sur

Plus en détail

Comme tout le monde, l Église

Comme tout le monde, l Église ÉGLISE UNIE 101 Que croyons-nous dans l Église Unie? Angelika Piché, pasteure, responsable de la formation en français au Séminaire Uni L Union 8 Comme tout le monde, l Église Unie est profondément marquée

Plus en détail

0:51 Au Moyen-Âge, les femmes prennent activement part aux métiers de l artisanat et du commerce. Elles ont obtenu une certaine indépendance.

0:51 Au Moyen-Âge, les femmes prennent activement part aux métiers de l artisanat et du commerce. Elles ont obtenu une certaine indépendance. 00:22 La ville au Moyen-Âge est un espace de liberté. Celui qui possède le droit du citoyen, a la possibilité d accéder à la prospérité par le travail et l intelligence. Cela vaut aussi pour les femmes,

Plus en détail

MODULE GESTION DU SYSTÈME D INFORMATION DE L ENTREPRISE

MODULE GESTION DU SYSTÈME D INFORMATION DE L ENTREPRISE Université d Oran Es SENIA Faculté Des Sciences Economiques, des Sciences de Gestion et des Sciences Commerciales MODULE GESTION DU SYSTÈME D INFORMATION DE L ENTREPRISE MONSIEUR BENCHIKH Maître de Conférence

Plus en détail

La Joconde. (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES

La Joconde. (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES La Joconde (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES La Joconde de Léonard de Vinci est incontestablement le tableau le plus célèbre. Il est conservé au musée du Louvre à Paris et a

Plus en détail

22 Nous Reconnaissons la force du pardon

22 Nous Reconnaissons la force du pardon 22 Nous Reconnaissons la force du pardon 23 Par le rite pénitentiel, les chrétiens se tournent vers Dieu pour lui demander son pardon. Dieu nous reçoit tels que nous sommes et nous pardonne pour que nous

Plus en détail

Réaménagement de la place d Armes Idée maîtresse et proposition d aménagement Présentation à la Table de concertation 12 avril 2010 (révision 21 juin

Réaménagement de la place d Armes Idée maîtresse et proposition d aménagement Présentation à la Table de concertation 12 avril 2010 (révision 21 juin Réaménagement de la place d Armes Idée maîtresse et proposition d aménagement Présentation à la Table de concertation 12 avril 2010 (révision 21 juin 2010) PLAN DE PRÉSENTATION 1. CONTEXTE 2. RETOUR ÉLÉMENTS

Plus en détail

Une religion, deux Eglises

Une religion, deux Eglises Une religion, deux Eglises template : www.indezine.com Quelles sont les principales différences entre les pratiques religieuses des chrétiens d Occident et des chrétiens d Orient? Eglises Eglise d Occident

Plus en détail

Le rôle de leadership du chef Tecumseh dans la défense du Haut-Canada

Le rôle de leadership du chef Tecumseh dans la défense du Haut-Canada Le rôle de leadership du chef Tecumseh dans la défense du Haut-Canada Aperçu de la leçon Le leadership est une qualité importante en temps de guerre. Qu est-ce qui fait un leader? Le chef Tecumseh a joué

Plus en détail

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie?

«En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? «En avant les p tits gars» Chanté Par Fragson. 1913. Mais que chantait-on en Décembre 1913, à quelques mois du déclenchement de la grande tragédie? Paroles : «En avant les p tits gars». Fragson. 1913.

Plus en détail

Qu est-ce qui différencie une bonne photo d une mauvaise? Trois éléments sont importants : La composition L éclairage La qualité et la résolution

Qu est-ce qui différencie une bonne photo d une mauvaise? Trois éléments sont importants : La composition L éclairage La qualité et la résolution PRENDRE DE MEILLEURES PHOTOS 101 Par Lesley Ouimet Rien de plus facile que de prendre une photo numérique, mais c est un peu plus difficile de prendre une bonne photo numérique. Qu est-ce qui différencie

Plus en détail

UN CERTAIN ÉVANGILE SOCIAL

UN CERTAIN ÉVANGILE SOCIAL UN CERTAIN ÉVANGILE SOCIAL La bonne nouvelle chantée par les anges au-dessus des collines de Bethléem dans la nuit où naquit le Sauveur du monde, n était que le commencement de la manifestation de cet

Plus en détail

RÈGLEMENT SPÉCIFIQUE ET DIRECTIVES POUR L ÉVALUATION EN ASTROPHILATÉLIE AUX EXPOSITIONS PATRONNÉES PAR LA FFAP

RÈGLEMENT SPÉCIFIQUE ET DIRECTIVES POUR L ÉVALUATION EN ASTROPHILATÉLIE AUX EXPOSITIONS PATRONNÉES PAR LA FFAP FÉDÉRATION FRANÇAISE DES ASSOCIATIONS PHILATÉLIQUES RÈGLEMENT SPÉCIFIQUE ET DIRECTIVES POUR L ÉVALUATION EN ASTROPHILATÉLIE AUX EXPOSITIONS PATRONNÉES PAR LA FFAP Préambule Le présent texte est issu de

Plus en détail

Y A-T-IL COUPLE? Introduction. Pour qu il y ait couple, il faut du temps

Y A-T-IL COUPLE? Introduction. Pour qu il y ait couple, il faut du temps Introduction Y A-T-IL COUPLE? Au fil des siècles et au fil des années, la société se transforme et avec elle, la valeur accordée à la réussite sociale, à la famille mais surtout à l amour. Dans le monde

Plus en détail

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous?

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous? Les textes de l exposition «Dictature et démocratie» et le questionnaire pédagogique sont assez longs. Nous vous conseillons donc de répartir les fiches de travail entre vos élèves et de mettre les réponses

Plus en détail

Les ministères dans l église Ephésiens 4.11-16

Les ministères dans l église Ephésiens 4.11-16 1 Les ministères dans l église Ephésiens 4.11-16 Introduction : Pour qu une église puisse se développer harmonieusement il faut que chaque membre trouve sa place et remplisse sa fonction. Voila pourquoi

Plus en détail

www.mareemoderne.com Comment participer?

www.mareemoderne.com Comment participer? www.mareemoderne.com Comment participer? Date limite d inscription : Vous avez jusqu au : 25 juillet 2014 pour nous envoyer votre film accompagné de la fiche d inscription au concours. Comment participer?

Plus en détail

Directives pour l évaluation des participations d astrophilatélie

Directives pour l évaluation des participations d astrophilatélie FEDERATION INTERNATIONALE DE PHILATELIE SECTION FOR ASTROPHILATELY Directives pour l évaluation des participations d astrophilatélie Article 1 : Exposition en compétition Principe fondamental (réf. GREV

Plus en détail

L impact de la culture d entreprise sur la vie familiale au Japon

L impact de la culture d entreprise sur la vie familiale au Japon Histoire-Géographie Analyse économique L impact de la culture d entreprise sur la vie familiale au Japon Seiko Sugita Enseignante, chercheur en Langues et Cultures Internationales, Audencia-Nantes École

Plus en détail

Je suis compagnon. Respectable Atelier «Shekinah» à l O:.de Montélimar. Ce jour 17 X 6011

Je suis compagnon. Respectable Atelier «Shekinah» à l O:.de Montélimar. Ce jour 17 X 6011 Je suis compagnon Respectable Atelier «Shekinah» à l O:.de Montélimar. Ce jour 17 X 6011 V :. M :. M B A SS :. M B A FF :. en vos grades et qualités A :. L :. G :. D :. G :. A :. D :. L U :. Le Compagnon

Plus en détail

Cette toile d Eugène Delacroix évoque la Révolution de Juillet.

Cette toile d Eugène Delacroix évoque la Révolution de Juillet. La liberté guidant le peuple Cette toile d Eugène Delacroix évoque la Révolution de Juillet. L'insurrection populaire du 27, 28 et 29 juillet 1830, à Paris, renverse Charles X, dernier roi bourbon de France

Plus en détail

L ESP et l international

L ESP et l international L ESP et l international Mappemonde Partenariat { l étranger L AUSTRALIE Ce qu il faut savoir : Classé 2ème pays au monde en terme de qualité de vie. Principaux facteurs : climat, le coût bas de la vie,

Plus en détail

MARIAGE. Adresse du futur foyer: En l église paroissiale: Date du mariage, A (numéro postal, localité, commune) Diocèse de: ENTRE

MARIAGE. Adresse du futur foyer: En l église paroissiale: Date du mariage, A (numéro postal, localité, commune) Diocèse de: ENTRE DOC. VI. MARIAGE Date du mariage, En l église paroissiale: A (numéro postal, localité, commune) Diocèse de: ENTRE (Nom et prénoms du fiancé) (Nom et prénoms de la fiancée) Adresse actuelle: (localité et

Plus en détail

1738 2013 275 e ANNIVERSAIRE DE LA PAROISSE DE LA-VISITATION-DE-LA-SAINTE-VIERGE DE POINTE-DU-LAC

1738 2013 275 e ANNIVERSAIRE DE LA PAROISSE DE LA-VISITATION-DE-LA-SAINTE-VIERGE DE POINTE-DU-LAC 1738 2013 275 e ANNIVERSAIRE DE LA PAROISSE DE LA-VISITATION-DE-LA-SAINTE-VIERGE DE POINTE-DU-LAC HOMMAGE AU COUPLE BOLDUC-ROUETTE Mariette Bolduc Rouette. Mariette est aussi issue d une vieille famille

Plus en détail

Une religion, deux Eglises

Une religion, deux Eglises Une religion, deux Eglises template : www.indezine.com Belin 2009 L empire byzantin et l empire carolingien sont tous les deux chrétiens. Mais leurs pratiques religieuses sont différentes : quelles sont-elles?

Plus en détail

Don d organes. Notre pays a une nouvelle loi sur la transplantation depuis juillet 2007.

Don d organes. Notre pays a une nouvelle loi sur la transplantation depuis juillet 2007. Don d organes Donner ses organes et ses tissus à son décès est un geste généreux qui permet de sauver la vie de plusieurs personnes et d en aider de nombreuses autres à recouvrer la santé. La transplantation

Plus en détail

GEORGES-HENRI LUQUET ET LA FRANC-MAÇONNERIE.

GEORGES-HENRI LUQUET ET LA FRANC-MAÇONNERIE. GEORGES-HENRI LUQUET ET LA FRANC-MAÇONNERIE. Nous tenons à exprimer nos plus vifs remerciements à Irène Mainguy, Pierre Mollier et Georges Odo pour leur aide précieuse, et pour nous avoir autorisé à publier

Plus en détail

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE!

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! rétablissement et psychose / Fiche 1 JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! JJérôme s énerve : «Je ne suis pas psychotique! Vous ne dites que des conneries! Je suis moi, Jérôme, et je ne vois pas le monde comme vous,

Plus en détail

GUIDE CONSO-CITOYEN : LES ESPÈCES PROFONDES

GUIDE CONSO-CITOYEN : LES ESPÈCES PROFONDES GUIDE CONSO-CITOYEN : LES ESPÈCES PROFONDES CRIME EN EAUX PROFONDES LE MOBILE DU CRIME ET LE COMPLICE Parce qu on pêche trop, trop loin, trop profond, nos océans sont en train de mourir, tout spécialement

Plus en détail

United Nations (8) Nations Unies

United Nations (8) Nations Unies United Nations (8) Nations Unies HEADQUARTERS SIEGE NEW YORK, NY 10017 TEL.: 1 (212) 963.1234' FAX: 1 (212) 963.4879 Distr. SECOND INTERNA1l0NAL DECADE FOR THE ERADICATION OF COLONIALISM RESTRICTED PRS/2010/CRP.9

Plus en détail

MegaStore Manager ... Simulation de gestion d un hypermarché. Manuel du Participant

MegaStore Manager ... Simulation de gestion d un hypermarché. Manuel du Participant MegaStore Manager Simulation de gestion d un hypermarché.......... Manuel du Participant 1. Introduction 1.1. La simulation de gestion Vous allez participer à une simulation de gestion. Cette activité

Plus en détail

ORIGINES : St Patrick, patron des Irlandais, serait né vers 385.

ORIGINES : St Patrick, patron des Irlandais, serait né vers 385. Fête célébrée le 17 mars (March 17th) par les Irlandais pour honorer SaintPatrick, un missionnaire qui a converti l Irlande au christianisme. ORIGINES : St Patrick, patron des Irlandais, serait né vers

Plus en détail