11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LA CHINE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE ET LE COMMERCE LA CHINE"

Transcription

1 11 SEPTEMBRE 2015 NOTE SUR L ÉCONOMIE

2 L ÉCONOMIE CHINOISE Chine Principaux indicateurs, 2014 Population (en millions) 1 367,8 PIB (en G$ US courants) ,4 PIB par habitant (en $ US courants) 7 589,0 Taux de croissance du PIB réel (%) 7,4 Taux d inflation (%) 2,1 Taux de chômage (%) 4,1 Taux de change 1 5,58 Exportations de marchandises et services (en G$ US courants) 2 574,8 Importations de marchandises et services (en G$ US courants) 2 340,9 1. Nombre d unités de renminbi par dollar canadien sur une moyenne de 250 jours en Sources : Fonds monétaire international (FMI), Organisation de coopération et de développement Sources : économiques (OCDE), Banque du Canada et Organisation mondiale du commerce (OMC). Compilation : Direction des politiques et de l analyse économiques, ministère de l Économie, Compilation : de l Innovation et des Exportations (MEIE), août LE CONTEXTE ÉCONOMIQUE La croissance de l économie chinoise s est ralentie en 2014 par rapport à l année L assouplissement des politiques monétaires et budgétaires récentes avait pourtant permis une légère remontée de la demande intérieure et favorisé cette croissance. La baisse de performance observée depuis le début de 2014 est en partie attribuable à l affaiblissement de l investissement (surtout dans l immobilier) et à la baisse des ventes de logements. Elle est également attribuable à la faiblesse de la consommation, aux mesures de restriction du crédit ainsi qu à l adoption de conditions plus rigoureuses d autorisation des projets immobiliers. Le recul du secteur immobilier a entraîné un problème de surcapacité dans les industries en amont 1 de ce secteur, qui, à son tour, a contribué au ralentissement enregistré. Malgré ce contexte de ralentissement, la création d emplois était forte. Notons que la Chine présentait en 2014 : o une croissance du produit intérieur brut (PIB) réel de 7,4 % (contre 7,7 % en 2013), selon les données du FMI; o un taux de chômage de 4,1 %; o une inflation en baisse à 2,1 % (contre 2,6 % en 2013); o un solde budgétaire négatif. En 2014, selon les données de la Banque mondiale, le PIB de la Chine se situait au 1 er rang mondial 2, devant celui des États-Unis. Les perspectives économiques sont modérément optimistes. Les prévisions du FMI indiquent une croissance du PIB de la Chine de 6,8 % en 2015 et de 6,3 % en L un des principaux défis pour les périodes à venir est la lutte à l inflation afin de ne pas nuire à la croissance, qui présente déjà des signes de ralentissement. En outre, le pays doit s assurer que l investissement et la consommation ne sont pas plus faibles qu anticipé. Des réformes structurelles devraient être entreprises pour intensifier la concurrence dans les secteurs dominés par l État et pour accroître la productivité. Enfin, le pays doit s assurer que la baisse du marché boursier observé en août 2015 n est pas répétitif ni de grande amplitude. Cela pourrait créer un vent de panique et alimenter une crise qui risquerait de s étendre aux marchés boursiers mondiaux par un effet de dominos. 1. Secteurs du ciment, du verre et des matériaux de construction. 2. PIB valorisé en parité du pouvoir d achat (PPA). 1

3 Chine Indicateurs économiques, p 2016 p (en pourcentage de variation) PIB aux prix du marché (en volume) 9,3 7,8 7,8 7,4 6,8 6,3 Exportations de biens et services (en volume) 10,3 7,0 8,7 6,4 6,2 6,5 Importations de biens et services (en volume) 12,0 8,2 10,8 7,1 5,8 6,2 Taux de chômage 4,1 4,1 4,1 4,1 4,1 4,1 Indice des prix à la consommation 5,4 2,6 2,6 2,0 1,2 1,5 p : prévision. Source : FMI, World Economic Outlook (WEO), avril LES FINANCES PUBLIQUES Les mesures 3 récentes de soutien à l économie ont entraîné un creusement du déficit budgétaire en Cet écart pourrait s agrandir encore en , car la politique budgétaire pourrait être encore expansionniste. La dette publique devrait suivre la même tendance haussière. Cependant, si le contexte de ralentissement est plus prononcé que prévu, l État pourra financer sans problème des mesures supplémentaires de relance économique qui seraient annoncées, grâce à la grande marge budgétaire disponible (voir la note 3 en bas de page). En 2014, le pays a enregistré : o o un solde budgétaire (principal) 4 négatif correspondant à 0,3 % du PIB, comparativement à -0,2 % en Il pourrait grimper à 1,2 % en 2015 selon l OCDE; un ratio d endettement public qui a nettement diminué depuis 2010, alors qu il représentait 54 % du PIB. Selon les données de l OCDE, en 2014, le ratio de la dette publique officielle sur le PIB était de 20 %. LE COMMERCE EXTÉRIEUR 5 En 2014, la Chine était le premier exportateur de marchandises au monde. Son commerce extérieur (exportations et importations de biens et services) s est élevé à 4 915,7 G$ US (47,4 % du PIB). La valeur effective du commerce de biens était de 4 301,7 G$ et celle des services s établissait à 614,1 G$. Les exportations et les importations représentaient respectivement 52,4 % et 47,6 % du commerce total. Les marchandises comptaient pour 87,5 % des échanges et les services commerciaux pour 12,5 %. La Chine était le 1 er exportateur (11,7 %) et le 2 e importateur (10,3 %) de marchandises au monde. À l échelle mondiale, elle se situait au 5 e rang des exportateurs (4,4 %) et au 2 e rang des importateurs (7,5 %) en ce qui a trait aux services commerciaux. Les services de voyages étaient en tête de liste à la fois des exportations (25,2 %) et des importations (39,1 %) de services commerciaux Ces mesures ont consisté à accélérer les investissements dans les infrastructures urbaines et le logement social, de même que les rabais fiscaux pour les petites entreprises et les exportateurs. Elles ont porté également sur les mesures d assouplissement monétaire à répétition, et sur l encouragement des investissements de capitaux privés dans des secteurs clefs. Le gouvernement central a annoncé avoir déjà dépensé 96 % de son budget annuel dévolu aux investissements d infrastructure, mais aucun montant n a été mentionné. 4. Le solde est la différence entre les trois catégories de postes. Pour les revenus : 1) revenu général; 2) revenus de fonds de stabilisation; 3) revenus d ajustement budgétaire pour les localités. Pour les dépenses : 1) dépense générale; 2) renflouage du fonds central de stabilisation; 3) remboursement de la dette locale. 5. Source : OMC, sauf indication contraire. Voir en annexe pour des données additionnelles. 6. Exclusion faite de la catégorie «autres services commerciaux», OMC,

4 LA STRUCTURE GÉOGRAPHIQUE DES ÉCHANGES L Asie constituait la zone avec laquelle les échanges commerciaux de marchandises de la Chine ont été les plus importants, tant pour les exportations que pour les importations (77,1 % des exportations et 33,8 % des importations). Pour les exportations, Hong Kong se situait en tête de liste des partenaires commerciaux de la Chine dans ses échanges avec l Asie. Elle est suivie des États-Unis, de l Union européenne (UE-28) et du Japon. Pour les importations, l Asie (avec la République de Corée en tête) venait au 1 er rang de ses fournisseurs, suivie de l UE-28. LES PRINCIPAUX GROUPES DE PRODUITS En 2013, les principaux groupes de produits exportés par la Chine étaient les suivants : les produits manufacturés (94 %), les produits agricoles (3,2 %) ainsi que les produits combustibles et des industries extractives (2,7 %). Cette même année, les principaux groupes de produits importés par la Chine étaient les suivants : les produits manufacturés (58,2 %), les produits combustibles et des industries extractives (29,4 %) et les produits agricoles (8,6 %). LES PRINCIPAUX PARTENAIRES COMMERCIAUX 7 En 2013, les principaux clients de la Chine étaient, dans l ordre, Hong Kong, les États-Unis, l UE-28, et le Japon. Ses principaux fournisseurs étaient l UE-28, la République de Corée, le Japon, la Chine 8 et Taipei chinois (Taiwan). LES INVESTISSEMENTS DIRECTS ÉTRANGERS Selon les données de la CNUCED 9 de 2014, les flux d investissements directs étrangers (IDE) à destination de la Chine (flux entrants) se chiffraient à 129 G$ US, comparativement à 124 G$ US en 2013, soit une hausse de 4 %. Ils représentaient 10,5 % des IDE entrants mondiaux et 27,7 % des IDE entrants totaux des économies en développement d Asie. Selon la même source, les flux d investissements directs chinois vers l étranger (flux sortants) se chiffraient à 116 G$ US en 2014, ce qui constitue une hausse de 14,8 % par rapport à l année Ce montant correspondait à 9,4 % des IDE sortants mondiaux et à 26,9 % des IDE sortants totaux pour l ensemble des économies en développement d Asie. Enfin, en 2014, la Chine se classait au 2 e rang des destinations mondiales pour les IDE entrants et au 3 e rang en ce qui a trait à la provenance des IDE mondiaux sortants. LE COMMERCE DE MARCHANDISES 10 ENTRE LE QUÉBEC ET 11 L ÉVOLUTION DES ÉCHANGES En 2014, les échanges commerciaux de marchandises entre le Québec et la Chine se chiffraient à 12,5 G$, ce qui représente une hausse de 8 % par rapport à l année Cette hausse résulte de l augmentation des exportations (+199 M$) et des importations (+728 M$). Au cours de la période considérée ( ), la croissance annuelle moyenne de la valeur des échanges a été positive (5,7 %). En 2014, la valeur de ces échanges représentait 16 % des échanges commerciaux de biens du Canada avec ce pays, comparativement à 15,7 % en Toujours en 2014, la valeur des échanges commerciaux de marchandises entre le Québec et la Chine était supérieure à celle établie entre le Québec et chacun des pays de l UE-28. Elle correspondait à 44,3 % de la valeur totale des échanges du Québec avec cette zone économique (28,2 G$). Cette même année, la Chine s est classée au 1 er rang des partenaires commerciaux du Québec en Asie, devant le Japon, et au 2 e rang des partenaires commerciaux internationaux du Québec, derrière les États-Unis. 7. Voir le tableau II en annexe pour des données additionnelles. 8. Hong Kong et les autres régions ou territoires sous administration, compris dans le commerce intérieur chinois. 9. Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED), Rapport sur l investissement dans le monde, Dans le présent contexte, les termes biens et marchandises sont interchangeables. 11. Voir les tableaux III à VII en annexe pour des données additionnelles. 3

5 Évolution des échanges de marchandises entre le Québec et la Chine, , , , ,9 En millions de dollars , , , , , , Exportations Importations Commerce total Sources : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec. LES EXPORTATIONS En 2014, la valeur des exportations de marchandises du Québec à destination de la Chine s établissait à 2,8 G$, ce qui correspond à une hausse de 7,7 % par rapport à l année 2013, et représentait 14,5 % de la valeur des exportations totales canadiennes vers ce pays. La même année, les exportations de marchandises du Québec vers la Chine représentaient 40,6 % des exportations québécoises vers l Asie et 3,7 % des exportations internationales totales de marchandises du Québec. Pour cette même année, les exportations québécoises de marchandises vers l Asie représentaient 9,1 % des exportations internationales totales de marchandises du Québec. Toujours en 2014, la Chine était le 1 er client du Québec en Asie, devant le Japon, et le 2 e client international du Québec, derrière les États-Unis. Les produits en tête de liste des exportations en 2014 étaient les suivants : o les concentrés de minerai de fer, non agglomérés (27,1 % du total); o les avions, les hélicoptères et les autres véhicules aériens (11,6 %); o les turboréacteurs, les turbopropulseurs, les turbines à gaz et leurs parties (4,9 %); o les pâtes mi-chimiques de bois (pâtes de bois obtenues par un traitement mécanique et chimique) (3,7 %); o les déchets et les débris de cuivre (3,4 %). La valeur des dix principaux produits exportés vers ce pays représentait 65,4 % de la valeur de l ensemble des exportations. Le contenu en technologie des exportations de biens manufacturés à destination de la Chine en 2014 se répartissait comme suit : les produits de haute technologie (39,9 %), les produits de faible technologie (26,4 %), les produits de moyenne-haute technologie (22,3 %) et les produits de moyenne-faible technologie (11,3 %). Au cours de la période considérée ( ), les produits de haute technologie ont dominé les exportations, sauf en

6 LES IMPORTATIONS En 2014, la valeur des biens dédouanés au Québec en provenance de la Chine était de 9,7 G$, ce qui représente une hausse de 78,1 % par rapport à l année 2013, et correspondait à 16,6 % de la valeur totale des importations canadiennes en provenance de ce pays. En 2014, les importations du Québec de marchandises en provenance de la Chine représentaient 55,4 % des importations québécoises en provenance de l Asie et 10,8 % du total des importations québécoises de marchandises à l échelle internationale. Pour cette même année, les importations québécoises de marchandises en provenance de l Asie représentaient 19,4 % du total des importations québécoises de marchandises à l échelle internationale. Toujours en 2014, la Chine était le 1 er fournisseur du Québec en Asie et le 2 e au monde. Cette même année, les produits en tête de liste des biens manufacturés dédouanés au Québec en provenance de ce pays étaient les suivants : o les ordinateurs et leurs unités (9,0 % du total); o les appareils téléphoniques et leurs parties (3,4 %); o les malles, les valises et les contenants similaires (2,8 %); o les sièges transformables en lits et leurs parties (2,5 %); o les jouets et leurs parties, les casse-têtes, les modèles réduits, etc. (2,1 %). Le contenu en technologie des biens manufacturés dédouanés au Québec en provenance de la Chine en 2014 se présentait comme suit : les produits de faible technologie (39,8 %), les produits de haute technologie (24,6 %), les produits de moyennefaible technologie (17,9 %), ainsi que les produits de moyenne-haute technologie (17,7 %). Au cours de la période considérée ( ), les produits de faible technologie ont dominé les importations. LES SOCIÉTÉS ET LES INVESTISSEMENTS SOUS CONTRÔLE ÉTRANGER En 2013, 14 filiales d entreprises chinoises étaient établies au Québec, dont 9 entreprises hongkongaises. LES DONNÉES TOURISTIQUES Entre 2009 et 2013, l évolution du nombre de touristes chinois au Québec a été caractérisée par une hausse continue jusqu en 2012, et en 2013 ce nombre a diminué. Au cours de la même période, l évolution du nombre de touristes québécois en Chine a été marquée, elle aussi, par une hausse continue à l exception de l année 2011 au cours de laquelle il y a eu une légère baisse. Toujours au cours de cette période ( ), le nombre de touristes chinois au Québec était plus élevé que le nombre de touristes québécois en Chine. L évolution des dépenses touristiques montre cependant que les dépenses des touristes chinois au Québec étaient, de façon systématique, nettement inférieures (au moins une fois et demie inférieures) à celles des touristes québécois en Chine. Certaines années, les dépenses des touristes québécois en Chine étaient de deux fois (en 2008) à trois fois (en 2010) supérieures aux dépenses des touristes chinois au Québec. Entre 2009 et 2013, les dépenses des touristes québécois en Chine ont régulièrement augmenté, passant de 26,9 M$ à 53,3 M$. Au cours de la même période, les dépenses des touristes chinois au Québec ont suivi la même tendance haussière augmentant de façon continue (sauf en 2013), passant de 6 M$ en 2009 à 29,6 M$ en 2012 et à 28,3 M$ en Elles sont aussi demeurées inférieures aux dépenses des touristes québécois en Chine au cours de ladite période. Emmanuel Yao Direction des politiques et de l analyse économiques Ministère de l Économie, de l Innovation et des Exportations 5

7 ANNEXE TABLEAU I : Commerce extérieur de la Chine, TABLEAU II : Principaux partenaires commerciaux de la Chine, 2013 TABLEAU III : Commerce de marchandises entre le Québec et la Chine, TABLEAU IV : Exportations de marchandises du Québec, par groupes de produits à destination de la Chine, TABLEAU V : Importations de marchandises du Québec, par groupes de produits en provenance de la Chine, TABLEAU VI : TABLEAU VII : Exportations de biens manufacturés du Québec, par groupes de produits à destination de la Chine, selon le niveau de technologie, Importations de biens manufacturés du Québec, par groupes de produits en provenance de la Chine, selon le niveau de technologie, TABLEAU VIII : Données sur les échanges touristiques entre le Québec et la Chine,

8 TABLEAU I Commerce extérieur de la Chine, G$ US Exportations de marchandises et services 1 748, , , , ,8 Marchandises 1 577, , , , ,3 Services commerciaux 170,5 184,0 215,2 206,8 232,5 Importations de marchandises et services 1 589, , , , ,9 Marchandises 1 396, , , , ,4 Services commerciaux 192,9 237,8 281,0 330,4 381,6 Commerce total 3 337, , , , ,7 Balance commerciale (biens et services) 159,2 101,1 164,5 135,4 233,8 Source : OMC, août TABLEAU II Principaux partenaires commerciaux de la Chine, 2013 Clients % Fournisseurs % Hong Kong 17,4 Union européenne (28) 11,3 États-Unis 16,7 République de Corée 9,4 Union européenne (28) 15,4 Japon 8,3 Japon 6,8 Chine 8,1 République de Corée 4,1 Taipei chinois (Taiwan) 8,0 Source : OMC, septembre TABLEAU III Commerce de marchandises entre le Québec et la Chine, En millions de dollars canadiens* Exportations de biens Importations de biens Échanges totaux *Les totaux peuvent ne pas être égaux à la somme de leurs composantes à cause des arrondis. Sources : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec. 7

9 TABLEAU IV Exportations de marchandises du Québec, par groupes de produits à destination de la Chine, Description des produits Classification SH4 M$ % M$ % M$ % M$ % M$ % Concentrés de minerai de fer, non agglomérés 278,2 16,6 794,3 32,7 809,5 30,7 735,0 28,2 761,1 27,1 Avions, hélicoptères et autres véhicules aériens 71,5 4,3 213,5 8,8 252,0 9,6 338,1 13,0 325,9 11,6 Turbopropulseurs, turboréacteurs, turbines à gaz et leurs parties 63,5 3,8 109,9 4,5 91,4 3,5 130,3 5,0 136,6 4,9 Pâtes mi-chimiques de bois 220,6 13,2 105,6 4,3 89,1 3,4 103,0 3,9 103,6 3,7 Déchets et débris de cuivre 103,8 6,2 128,9 5,3 139,5 5,3 112,4 4,3 94,5 3,4 Pâtes chimiques de bois, à dissoudre 63,0 3,8 68,7 2,8 132,7 5,0 127,0 4,9 88,8 3,2 Simulateurs de vol et leurs parties, sauf ceux pour le combat aérien 53,3 3,2 109,3 4,5 115,8 4,4 167,7 6,4 87,4 3,1 Minerai de nickel et ses concentrés 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 84,1 3,0 Cathodes et sections de cathodes en cuivre, sous forme brute 120,6 7,2 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 0,0 80,3 2,9 Déchets de débris d'aluminium 67,2 4,0 71,7 2,9 72,2 2,7 70,9 2,7 72,9 2,6 Autres produits 635,8 37,9 830,2 34,1 934,4 35,4 824,6 31,6 972,8 34,6 TOTAL 1 677,5 100, ,2 100, ,4 100, ,1 100, ,0 100,0 Québec/Canada 12,7 14,5 13,6 12,7 14,5 Sources : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec. TABLEAU V Importations de marchandises du Québec, par groupes de produits en provenance de la Chine, Description des produits Classification SH4 M$ % M$ % M$ % M$ % M$ % Ordinateurs et leurs unités 844,6 10,1 836,4 9,9 829,1 9,5 857,6 9,5 877,7 9,0 Appareils téléphoniques et leurs parties 288,6 3,5 336,2 4,0 326,6 3,7 354,5 3,9 326,5 3,4 Malles, valises et contenants similaires 223,5 2,7 225,7 2,7 236,6 2,7 255,1 2,8 273,6 2,8 Sièges transformables en lits et leurs parties 192,9 2,3 190,9 2,3 213,2 2,4 213,5 2,4 240,0 2,5 Jouets et leurs parties, casse-têtes, modèles réduits, etc. 225,5 2,7 223,3 2,6 182,7 2,1 177,7 2,0 202,4 2,1 Appareils d éclairage et leurs parties 131,8 1,6 131,0 1,5 148,9 1,7 163,0 1,8 191,5 2,0 Meubles et leurs parties 173,7 2,1 164,9 1,9 153,1 1,8 158,6 1,8 177,2 1,8 Chandails, cardigans, gilets et articles similaires 164,7 2,0 154,8 1,8 148,9 1,7 164,8 1,8 174,7 1,8 Chaussures avec dessus en cuir naturel 168,6 2,0 166,4 2,0 162,4 1,9 158,2 1,8 173,1 1,8 Appareils récepteurs de télévision, y compris les moniteurs et les projecteurs 221,0 2,6 211,2 2,5 179,3 2,1 157,5 1,8 162,4 1,7 Autres produits 5 723,3 68, ,4 68, ,4 70, ,4 70, ,7 71,2 TOTAL 8 358,2 100, ,2 100, ,2 100, ,8 100, ,7 100,0 Québec/Canada 18,8 17,6 17,2 17,0 16,6 Sources : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec. 8

10 TABLEAU VI Exportations de biens manufacturés du Québec, par groupes de produits à destination de la Chine, selon le niveau de technologie, Niveau de technologie M$ % M$ % M$ % M$ % M$ % Haute technologie 289,3 27,4 497,6 38,8 523,8 40,5 668,3 45,6 638,1 39,9 Moyenne-haute technologie 169,4 16,1 235,3 18,3 214,1 16,5 286,1 19,5 357,3 22,3 Moyenne-faible technologie 202,5 19,2 93,9 7,3 64,0 4,9 71,0 4,8 181,4 11,3 Faible technologie 393,0 37,3 456,8 35,6 492,3 38,0 441,1 30,1 423,0 26,4 Sources : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec. TABLEAU VII Importations de biens manufacturés du Québec, par groupes de produits en provenance de la Chine, selon le niveau de technologie, Niveau de technologie M$ % M$ % M$ % M$ % M$ % Haute technologie 2 284,4 27, ,8 27, ,2 25, ,9 25, ,4 24,6 Moyenne-haute technologie 1 259,0 15, ,0 16, ,3 18, ,6 18, ,4 17,7 Moyenne-faible technologie 1 307,5 15, ,7 15, ,3 16, ,6 17, ,6 17,9 Faible technologie 3 447,9 41, ,9 40, ,4 39, ,1 39, ,1 39,8 Sources : Statistique Canada et Institut de la statistique du Québec. 9

11 TABLEAU VIII Données sur les échanges touristiques entre le Québec et la Chine, Nombre de touristes chinois au Québec et leurs dépenses* Année Nombre Variation (%) Dépenses ($) Variation (%) ,2 % ,7 % ,8 % ,3 % ,3 % ,6 % ,3 % ,4 % Nombre de touristes québécois en Chine et leurs dépenses* Année Nombre Variation (%) Dépenses ($) Variation (%) ,9 % ,6 % ,8 % ,4 % ,7 % ,3 % ,8 % ,4 % *Données fournies à titre indicatif et à utiliser avec réserve. Touristes : personnes qui ont fait un voyage d'une nuit ou plus, mais d'une durée de moins d'un an, Touristes : à l'extérieur de leur ville et qui ont utilisé de l'hébergement commercial ou privé. Source : Statistique Canada. Compilation de Tourisme Québec, Direction des connaissances stratégiques en tourisme, juillet

12

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010 Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne FMI Département Afrique Mai 21 Introduction Avant la crise financière mondiale Vint la grande récession La riposte politique pendant le ralentissement

Plus en détail

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1

L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada 1 Affaires étrangè et Commerce International Canada Le Bureau de l économiste en chef Série de papiers analytiques L incidence des hausses de prix des produits de base sur la balance commerciale du Canada

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE?

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? Françoise Lemoine & Deniz Ünal CEPII Quel impact de l expansion chinoise sur l économie mondiale? Rencontres économiques, 18 septembre

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

POL 4470-40 Introduction à l'économie politique des relations internationales Travaux pratiques (un des trois TP au choix à faire en équipe)

POL 4470-40 Introduction à l'économie politique des relations internationales Travaux pratiques (un des trois TP au choix à faire en équipe) Université du Québec à Montréal Département de science politique Session Automne 2008 POL 4470-40 Introduction à l'économie politique des relations internationales Travaux pratiques (un des trois TP au

Plus en détail

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires

À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 JUSQU À PUBLICATION. Courants contraires POUR DIFFUSION : À Pékin (heure de Pékin) : 11h00, 20 janvier 2015 À Washington (heure de Washington) : 22h00, 19 janvier 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À PUBLICATION Courants contraires La baisse

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013 LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES 1. Facteurs structurels du ralentissement de la croissance dans les BRIC 2. Interdépendances commerciales entre les BRIC et le reste du monde Françoise Lemoine, Deniz

Plus en détail

Revue des grandes tendances macroéconomiques pour le secteur de l'assurance au Québec en 2013

Revue des grandes tendances macroéconomiques pour le secteur de l'assurance au Québec en 2013 Revue des grandes tendances macroéconomiques pour le secteur de l'assurance au Québec en 2013 Daniel Denis kpmg.ca L environnement externe ÉCONOMIE CONSOMMATEUR TECHNOLOGIE DÉMOGRAPHIE Secteur de l assurance

Plus en détail

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements Identité fondamentale: Y= C + I + G + EX - IM Y: PIB (Produit Intérieur Brut) C: Consommation I: Investissement G: Dépenses

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Situation en France :

[ les éco_fiches ] Situation en France : Des fiches pour mieux comprendre l'actualité éco- nomique et les enjeux pour les PME Sortie de crise? Depuis le 2ème trimestre la France est «techniquement» sortie de crise. Cependant, celle-ci a été d

Plus en détail

Perspectives économiques 2013-2014

Perspectives économiques 2013-2014 Carlos Leitao Économiste en chef Courriel : LeitaoC@vmbl.ca Twitter : @vmbleconomie Perspectives économiques 2013-2014 L amélioration de l économie atténuée par l incertitude politique Prix du pétrole:

Plus en détail

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions 27 novembre 213 N 5 Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions La Chine semble vouloir développer le poids du RMB comme monnaie internationale, aussi bien financière que

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

Perspectives de l industrie suisse Pierres et Terres

Perspectives de l industrie suisse Pierres et Terres Perspectives de l industrie suisse Pierres et Terres Session d hiver 2008 de l ASGB Association suisse de l industrie des Graviers et du Béton Jongny, le 20 février 2008 Christoph Koellreuter, Fondateur

Plus en détail

Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux

Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux 7 avril Pourquoi la croissance du commerce international s est-elle essoufflée? Beaucoup d espoir repose sur la libéralisation des échanges commerciaux La crise de 9 a eu des conséquences néfastes pour

Plus en détail

Enquête sur les perspectives des entreprises

Enquête sur les perspectives des entreprises Enquête sur les perspectives des entreprises Résultats de l enquête de l été 15 Vol. 12.2 6 juillet 15 L enquête menée cet été laisse entrevoir des perspectives divergentes selon les régions. En effet,

Plus en détail

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé L augmentation des salaires du personnel de l administration publique

Plus en détail

Canada-Inde Profil et perspective

Canada-Inde Profil et perspective Canada-Inde Profil et perspective Mars 2009 0 L Inde et le Canada : un bref profil Vancouver Calgary Montréal Toronto INDE 3 287 263 km² 1,12 milliard 1 181 milliards $US 1 051 $US Source : Fiche d information

Plus en détail

L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation?

L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation? L accumulation de réserves de change est-elle un indicateur d enrichissement d une nation? Edouard VIDON Direction des Analyses macroéconomiques et de la Prévision Service des Études macroéconomiques et

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

L Épargne des chinois

L Épargne des chinois L Épargne des chinois (Patrick ARTUS Johanna MELKA) Colloque Cirem-Cepii-Groupama AM 29 septembre 25 Indicateurs de «qualité de vie» en Chine 199 1995 2 22 23 Nombre d'écoles par 1 habitants 9,1 7,82 6,48

Plus en détail

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 1 ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 2 Les simulations

Plus en détail

Bienvenue. Procure.ch. Jeudi 26 avril 2012. Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch. Haute école de gestion Fribourg

Bienvenue. Procure.ch. Jeudi 26 avril 2012. Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch. Haute école de gestion Fribourg Bienvenue Procure.ch Jeudi 26 avril 2012 Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch 1 ère question (thème) C est grave docteur? Les principaux indicateurs économiques En préambule.. Qu est-ce qu un

Plus en détail

Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC

Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Automne 2014 LE POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Automne 2014 Le point sur la situation économique et financière du québec NOTE La forme masculine utilisée dans le texte désigne

Plus en détail

Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont

Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont CHAPITRE 1 LES FACTEURS STRUCTURELS DE LA HAUSSE DE L ENDETTEMENT PUBLIC DANS LES PAYS AVANCÉS Les questions relatives aux finances publiques, longtemps réservées aux spécialistes, sont revenues au cœur

Plus en détail

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Janone Ong, département des Marchés financiers La Banque du Canada a créé un nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien,

Plus en détail

TABLEAUX STATISTIQUES

TABLEAUX STATISTIQUES Continentalisation Cahier de recherche 9-9 Décembre 199 ----------------------------- COMMERCE, CROISSANCE ET EMPLOI : LE CAS DU MEXIQUE TABLEAUX STATISTIQUES Afef Benessaieh et Christian Deblock Groupe

Plus en détail

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux...

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux... Liste des figures... Liste des tableaux... XI XV Liste des encadrés.... XVII Préface à l édition française... XIX Partie I Introduction... 1 Chapitre 1 Un tour du monde.... 1 1.1 La crise.... 1 1.2 Les

Plus en détail

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Mise à jour - Janvier 2015 Giorgia Albertin Représentante Résidente pour la Tunisie Fonds Monétaire International Plan de l exposé

Plus en détail

BASE DE DONNEES - MONDE

BASE DE DONNEES - MONDE BASE DE DONNEES - MONDE SOMMAIRE Partie I Monnaies Partie II Epargne/Finances Partie III Démographie Partie IV Finances publiques Partie V Matières premières Partie I - Monnaies Cours de change euro/dollar

Plus en détail

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté

Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté 18 ans après le référendum de 1995 Le Québec en meilleure situation économique et financière pour faire la souveraineté présenté par Marcel Leblanc, économiste pour le comité de travail sur la souveraineté

Plus en détail

RAPPORT SUR LE COMMERCE ET LE DéVELOPPEMENT, 2013

RAPPORT SUR LE COMMERCE ET LE DéVELOPPEMENT, 2013 CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE COMMERCE ET LE DÉVELOPPEMENT RAPPORT SUR LE COMMERCE ET LE DéVELOPPEMENT, 213 S adapter à la nouvelle dynamique de l économie mondiale CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

Le FMI et son rôle en Afrique

Le FMI et son rôle en Afrique Le FMI et son rôle en Afrique M a r k P l a n t, V a l e r i a F i c h e r a, N o r b e r t F u n k e D a k a r, l e 3 n o v e m b r e 2 0 1 0 Sommaire Comment fonctionne le FMI? Comment l Afrique a-t-elle

Plus en détail

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions L économie ouverte Un modèle de petite économie ouverte V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile Quelques définitions Économie fermée Économie ouverte Exportations et importations Exportations nettes

Plus en détail

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014

NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 CONTRAT SOCIAL 28/03/2014 J.Blanchard NOTES DE CONJONCTURE - MARS 2014 ----ooo---- ECONOMIE MONDIALE : sans changement notable sauf crises graves Les dernières prévisions pour 2014 et 2015 confirment les

Plus en détail

De quoi dépendent les taux de change? Si déficit dans les échanges extérieurs M>X demande de devises étrangères contre la monnaie nationale > offre

De quoi dépendent les taux de change? Si déficit dans les échanges extérieurs M>X demande de devises étrangères contre la monnaie nationale > offre De quoi dépendent les taux de change? Si déficit dans les échanges extérieurs M>X demande de devises étrangères contre la monnaie nationale > offre de devises étrangères contre monnaie nationale dépréciation

Plus en détail

Marché mondial de l automobile

Marché mondial de l automobile Carlos Gomes 1..73 carlos.gomes@scotiabank.com En route vers des ventes mondiales records en 1 Les marchés développés mènent le bal Les ventes mondiales de voitures ont progressé de % pendant le premier

Plus en détail

Le commerce extérieur de la Suisse en 2013

Le commerce extérieur de la Suisse en 2013 Le commerce extérieur de la Suisse en 2013 Résumé L excédent commercial suisse affiche un nouveau record en 2013, à 26,6 Mds CHF (environ 4,5% du PIB). Recevant près de 55% des exportations suisses, l

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

Comparaisons internationales de la dette

Comparaisons internationales de la dette Annexe 2 Comparaisons internationales de la dette Faits saillants Selon les statistiques officielles publiées par le Fonds monétaire international (FMI) et l Organisation de coopération et de développement

Plus en détail

Rapport sur le commerce et le développement, 2011

Rapport sur le commerce et le développement, 2011 Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement Genève Rapport sur le commerce et le développement, 2011 Rapport du secrétariat de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le

Plus en détail

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue!

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Boussole Juin 2015 Divergence des indicateurs avancés Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Les règles du placement financier - Partie III Votre patrimoine,

Plus en détail

État de la situation: dépenses en médicaments au Québec, comparaison canadienne et internationale

État de la situation: dépenses en médicaments au Québec, comparaison canadienne et internationale Journée d étude - Contrôle du coût des médicaments : cible prioritaire pour les finances publiques Union des consommateurs, 21 octobre 2010. État de la situation: dépenses en médicaments au Québec, comparaison

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Royaume du Maroc La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Table des Matières 1. Données sur la masse salariale...2 1.1. Importance de la masse salariale...2 1.2. Aggravation

Plus en détail

INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC ÉCONOMIE. Comptes économiques des revenus et dépenses du Québec

INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC ÉCONOMIE. Comptes économiques des revenus et dépenses du Québec INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC ÉCONOMIE Comptes économiques des revenus et dépenses du Québec Édition 2013 Pour tout renseignement concernant l ISQ et les données statistiques dont il dispose, s

Plus en détail

OUESSANT. Vivienne investissement. Printemps-été 2015. Rapport de gestion. L analyse quantitative au service de la gestion active

OUESSANT. Vivienne investissement. Printemps-été 2015. Rapport de gestion. L analyse quantitative au service de la gestion active Ce document est destiné à des investisseurs professionnels uniquement Vivienne investissement L analyse quantitative au service de la gestion active OUESSANT Rapport de gestion Printemps-été 2015 Vivienne

Plus en détail

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée

2014-2015 DS n 3 Chap 1-2h. Épreuve composée Épreuve composée Pour la partie 3 (Raisonnement s appuyant sur un dossier documentaire), il est demandé au candidat de traiter le sujet : en développant un raisonnement ; en exploitant les documents du

Plus en détail

Aperçu du rôle que tient EDC dans le succès canadien à Hong Kong et en Chine élargie

Aperçu du rôle que tient EDC dans le succès canadien à Hong Kong et en Chine élargie Aperçu du rôle que tient EDC dans le succès canadien à Hong Kong et en Chine élargie Exportation et développement Canada Juin 2012 Quelques mots sur EDC Organisme de crédit à l exportation du Canada créé

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics. Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget

Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics. Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget 1 Une reprise de l activité qu il faut conforter La reprise est en cours : +1,0%

Plus en détail

La dette des ménages canadiens demeure très élevée

La dette des ménages canadiens demeure très élevée 12 septembre 2014 La dette des ménages canadiens demeure très élevée Faits saillants États Unis : accélération bienvenue des ventes au détail. Forte hausse du crédit à la consommation en juillet aux États

Plus en détail

Croissance à crédit. Vladimir Borgy *

Croissance à crédit. Vladimir Borgy * Croissance à crédit Vladimir Borgy * p. 5-15 L économie mondiale a connu en 2004 une conjoncture exceptionnelle, la croissance annuelle au rythme de 5 % est la plus forte enregistrée depuis 1976 et résulte

Plus en détail

Table des matières. Principaux indicateurs macro-économiques. 1

Table des matières. Principaux indicateurs macro-économiques. 1 Tableau de bord des indicateurs macro-économiques mai 2015 Table des matières Présentation générale Principaux indicateurs macro-économiques. 1 Comptes et agrégats de la nation.... 2 Valeur ajoutée réelle

Plus en détail

Quel est le "bon" système de Bretton-Woods?

Quel est le bon système de Bretton-Woods? aoűt 9 - N 359 Quel est le "bon" système de Bretton-Woods? Le Système Monétaire International de Bretton-Woods "normal" est un système où le pays dont la monnaie s'affaiblit doit passer à une politique

Plus en détail

DIVERSITÉ CULTURELLE JOURS FÉRIÉS Pour en savoir Plus, veuillez vous adresser à :

DIVERSITÉ CULTURELLE JOURS FÉRIÉS Pour en savoir Plus, veuillez vous adresser à : Le Manitoba en bref Le Manitoba : Province du Canada depuis 1870. Manitoba signifie «lieu où vit l Esprit» dans les langues des peuples autochtones de la province. Chef politique : Premier ministre (Greg

Plus en détail

Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue?

Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue? 28 avril 2015 Investissements des entreprises au Québec et en Ontario : amélioration en vue? Beaucoup d espoir repose sur les entreprises du centre du pays pour permettre à la croissance économique de

Plus en détail

1. La production d électricité dans le monde : perspectives générales

1. La production d électricité dans le monde : perspectives générales Quinzième inventaire Édition 2013 La production d électricité d origine renouvelable dans le monde Collection chiffres et statistiques Cet inventaire a été réalisé par Observ ER et la Fondation Énergies

Plus en détail

Consultations prébudgétaires 2011-2012

Consultations prébudgétaires 2011-2012 Présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes 12 août 2011 Sommaire Dans le cadre des consultations prébudgétaires du Comité permanent des finances de la Chambre des communes, le

Plus en détail

RAPPORT TECHNIQUE CCE 2014-2415

RAPPORT TECHNIQUE CCE 2014-2415 RAPPORT TECHNIQUE CCE 2014-2415 CCE 2014-2415 Rapport technique 2014 22 décembre 2014 2 CCE 2014-2415 3 CCE 2014-2415 Le tableau 1 présente les principaux indicateurs du contexte macro-économique belge

Plus en détail

Régimes publics de retraite État de la situation. Perspectives des différents régimes publics de retraite. Plan

Régimes publics de retraite État de la situation. Perspectives des différents régimes publics de retraite. Plan Régimes publics de retraite État de la situation Perspectives des différents régimes publics de retraite 79 e congrès de l ACFAS 10 mai 2011 Plan Portrait des régimes publics de retraite La pression démographique

Plus en détail

Point de conjoncture économique et prévisions macroéconomiques du premier semestre 2014 en zone CEMAC

Point de conjoncture économique et prévisions macroéconomiques du premier semestre 2014 en zone CEMAC Point de conjoncture économique et prévisions macroéconomiques du premier semestre 2014 en zone CEMAC Commission de la CEMAC Département des Politiques Economique, Monétaire et Financière Direction des

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. iii

TABLE DES MATIERES. iii RAPPORT DU COMITE DE POLITIQUE MONETAIRE N 1/2014 ii TABLE DES MATIERES LISTE DES ACRONYMES... iv RESUME ANALYTIQUE... v 1. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL... 1 1.1. Croissance du PIB mondial...

Plus en détail

Économie américaine : est-ce grave?

Économie américaine : est-ce grave? Université d été 28 - CÉRIUM Montréal, 4 juillet 28 Économie américaine : est-ce grave? Francis Généreux Économiste senior L économie gâche la fête! 1. Un portrait de l économie américaine I. Structure

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

Banque de la République d Haïti. Bulletin Statistique 36 Juillet - Septembre 2000

Banque de la République d Haïti. Bulletin Statistique 36 Juillet - Septembre 2000 Banque de la République d Haïti Bulletin Statistique 36 Juillet - Septembre 2000 Table des matières Avertissement...5 I- Statistiques monétaires et financières Tableau 1.1 Principaux indicateurs monétaires...10

Plus en détail

Macroéconomie. Monnaie et taux de change

Macroéconomie. Monnaie et taux de change Macroéconomie Monnaie et taux de change Marché des changes Le taux de change de en $ correspond au nombre de $ que l on peut acheter avec un exemple: 1 = 1,25 $ Une appréciation/dépréciation du taux de

Plus en détail

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario

Situation financière des ménages au Québec et en Ontario avril Situation financière des ménages au et en Au cours des cinq dernières années, les Études économiques ont publié quelques analyses approfondies sur l endettement des ménages au. Un diagnostic sur

Plus en détail

Les chiffres essentiels des retraites Mis en ligne en mars 2011

Les chiffres essentiels des retraites Mis en ligne en mars 2011 Les chiffres essentiels des retraites Mis en ligne en mars 2011 Les bénéficiaires de retraites Nombre de retraités, selon les différents régimes (COR janvier 2010) : 16 millions dont : 11,3 millions :

Plus en détail

la voie bilatérale reste la meilleure option

la voie bilatérale reste la meilleure option WWW.ELECTIONS.CH FICHE THEMATIQUE : SUISSE-UE la voie bilatérale reste la meilleure option L UE est un des principaux partenaires commerciaux de la Suisse. A l inverse, la Suisse est le deuxième partenaire

Plus en détail

main-d oeuvr mploi Profil économique opulation active construction résidentielle logement

main-d oeuvr mploi Profil économique opulation active construction résidentielle logement Profil économique VILLE DE MONTRÉAL Arrondissement de Rivière-des-Prairies Pointe-aux-Trembles chômage mploi logement établissements d affaires localisation de l emploi revenus d emploi professions main-d

Plus en détail

L ÉTAT QUÉBÉCOIS STRUCTURE ET TAILLE DE L ÉTAT LA DETTE. L'Observatoire de l administration publique - ENAP Été 2008

L ÉTAT QUÉBÉCOIS STRUCTURE ET TAILLE DE L ÉTAT LA DETTE. L'Observatoire de l administration publique - ENAP Été 2008 L ÉTAT QUÉBÉCOIS EN P E R S P E C T I V E STRUCTURE ET TAILLE DE L ÉTAT LA DETTE L'Observatoire de l administration publique - ENAP Été 2008 Aucun élément du contenu du présent document ne peut être utilisé,

Plus en détail

Comprendre la Malaisie 13. Données et tendances de l économie... 30

Comprendre la Malaisie 13. Données et tendances de l économie... 30 Sommaire Préface......................................................................... 7 Comprendre la Malaisie 13 Repères essentiels....................................................... 15 Chiffres

Plus en détail

Les paradoxes des marchés de bureaux et du logement Les prévisions IEIF 2013. 2013 : l année dangereuse Entre rechute et guérison?

Les paradoxes des marchés de bureaux et du logement Les prévisions IEIF 2013. 2013 : l année dangereuse Entre rechute et guérison? Les paradoxes des marchés de bureaux et du logement Les prévisions IEIF 2013 2013 : l année dangereuse Entre rechute et guérison? 2013 : scénarios pour l économie française Scénario central 80% de probabilité

Plus en détail

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010 Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC 1. Présentation... 328 2. Méthodologie... 328 3. Définitions... 328 4. Sources de

Plus en détail

La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations

La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations La révision des indices du cours du franc suisse, nominaux et réels, pondérés par les exportations par Robert Fluri et Robert Müller, Direction de la statistique, Banque nationale suisse, Zurich BNS 42

Plus en détail

résumé un développement riche en emplois

résumé un développement riche en emplois ne pas publier avant 00:01 Gmt le mardi 27 mai 2014 résumé un développement riche en emplois Rapport sur le Travail dans le Monde 2014 Un développement riche en emplois Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE

Plus en détail

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS FÉVRIER 2002 DOSSIER 02-02 La dette publique du Québec et le fardeau fiscal des particuliers Le premier ministre du Québec se plaisait

Plus en détail

La BDP. Système financier International. La Balance des Paiements I- Le Compte courant. Identité du Revenu National.

La BDP. Système financier International. La Balance des Paiements I- Le Compte courant. Identité du Revenu National. La BDP Système financier International La Balance des Paiements I- Le Compte courant ESC-Février 2015 Balance des paiements = relevé statistique annuel de toutes les transactions de biens, services et

Plus en détail

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Je ne caractériserais pas la récente correction du marché comme «une dégringolade». Il semble

Plus en détail

La croissance des pays développés au cours des trente dernières

La croissance des pays développés au cours des trente dernières Éditions La Découverte, collection Repères, Paris, 213 II / Dette et croissance Benjamin Carton* La croissance des pays développés au cours des trente dernières années s est accompagnée d une hausse de

Plus en détail

Perspective des marchés financiers en 2014

Perspective des marchés financiers en 2014 Perspective des marchés financiers en 2014 21/01/2014 13 ième édition 1 Outil d aide à la décision : The Screener OUTIL D AIDE À LA DÉCISION : THESCREENER Des analyses sur les valeurs boursières Disponible

Plus en détail

Letko, Brosseau & Associés Inc.

Letko, Brosseau & Associés Inc. Letko, Brosseau & Associés Inc. Perspectives sur la conjoncture économique et les marchés financiers Sommaire L amélioration progressive de la conjoncture économique dans les pays développés, menée par

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

Secteur de la construction au Canada

Secteur de la construction au Canada PIB en G$ CAD Survol des tendances de l industrie Secteur de la construction au Canada Principaux développements T2/214 214 Le PIB réel a atteint un sommet de 1 69 millions de dollars canadiens en novembre

Plus en détail

Présentation Macro-économique. Mai 2013

Présentation Macro-économique. Mai 2013 Présentation Macro-économique Mai 2013 1 Rendement réel des grandes catégories d actifs Janvier 2013 : le «sans risque» n était pas une option, il l est moins que jamais Rendement réel instantané 2,68%

Plus en détail

Coup d œil sur les inégalités de revenus au

Coup d œil sur les inégalités de revenus au Coup d œil sur les inégalités de revenus au Québec L expression «nous les 99 %», qui avait servi de cri de ralliement des mouvements Occupy, résume les préoccupations que soulève la tendance mondiale à

Plus en détail

5 raisons d investir dans des fonds d actions américaines

5 raisons d investir dans des fonds d actions américaines 5 raisons d investir dans des fonds d actions américaines Avec toute la volatilité qui règne sur les marchés ces derniers temps, nombreux sont les investisseurs qui cherchent à diversifier leur portefeuille.

Plus en détail

Épargne et investissement. L épargne...

Épargne et investissement. L épargne... Épargne et investissement Les marchés financiers en économie fermée V2.3 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile L épargne... Une personne désire se lancer en affaires (bureau de services comptables)

Plus en détail