Le développement d. du primaire Ginette Dionne. Centre d excellence pour le développement des jeunes enfants, Montréal, 2 novembre 2005

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le développement d. du primaire Ginette Dionne. Centre d excellence pour le développement des jeunes enfants, Montréal, 2 novembre 2005"

Transcription

1 Le développement d précoce du langage : ce que deux études populationnelles au Québec nous révèlent quant aux causes et aux conséquences sur le comportement, les habiletés s sociales et la réussite scolaire au début d du primaire Ginette Dionne

2 Remerciements Chercheurs du GRIP associés au QNTS : Daniel PérusseP 1, Michel Boivin 2, Richard Tremblay 1, Frank Vitaro 1, Philippe Robaey 4, Mara Brendgen 3 et Ginette Dionne 2 1 Université de Montréal 2 Université Laval 3 UQAM 4 Hôpital Sainte-Justine...et les jumeaux et leurs familles!

3 Rendre les données empiriques utiles Les questions : Qu est est-ce qui fait qu un un enfant est à risque de retard de langage? À quel point les retards précoces sont-ils stables? Quelles sont les conséquences des retards de langage précoce à l entrée à l école? Les contributions de la recherche aux politiques Études longitudinales prospectives basées sur la population Les avantages ajoutés s des études familiales Études expérimentales Études des mécanismesm Centre d excellence pour le développement des jeunes enfants, Montréal, 2 novembre 2005

4 Présentation 1. La trajectoire du développement d préscolaire du langage A. Stabilité générale des différences individuelles précoces : trajectoires B. Conséquences prospectives des retards précoces C. Qui manquons-nous nous lors des évaluations précoces? D. Résumé 2. Causes A. Prédicteurs du vocabulaire précoce B. Étiologie génétique g et environnementale des trajectoires du langage C. Prédicteurs des problèmes de langage après s un retard précoce D. Résumé 3. Résultats A. Accomplissements B. Comportement C. Résumé

5 La trajectoire du développement du langage au préscolaire

6 Quelques remarques sur l él évaluation du langage Évaluations à 18, 30, 60 et 84 mois (continu) Longitudinal N=620 Dans cette présentation, nous focalisons sur le vocabulaire : Parce qu on a montré qu il traduisait bien les variations entre les enfants de cette tranche d âged Type de résultats r en langage : Mesures individuelles, vocabulaire expressif à 18 mois Résultats longitudinaux des retards précoces Résultats longitudinaux en tant que trajectoires développementales

7 Trajectoires de développement d du vocabulaire Stable high Mean Average Low average Percent 18 months 30 months Stable low 60 months

8 42% Répercussions prospectives des retards précoces Où se retrouvent les enfants qui sont dans le premier quartile à 18 mois? Parlent tard 0% 14% Stable faible low Low Moyen average faible Average Moyen Stable fort high 44% 58% restent sous la moyenne alors que 42% atteignent la trajectoire moyenne Centre d excellence pour le développement des jeunes enfants, Montréal, 2 novembre 2005

9 Où nous trompons-nous nous dans les évaluations précoces coces? Échelle de résultats r en vocabulaire précoce pour les enfants dans la trajectoire la plus faible (Z résultats r de moyenne = 0): 18 mois: -2,16 à mois: -3,85 to -2,02.45 Aucun faux positif Échelle de résultats r en vocabulaire précoce pour les enfants dans la trajectoire moyenne inférieure (Z résultats r de moyenne = 0): 18 mois: -1,96 à 1,54 30 mois: -2,91 à.81 1,54 10% faux négatifn.81 25% faux négatifn Échelle de résultats r en vocabulaire précoce pour les enfants dans la trajectoire la plus élevée e (Z résultats r de moyenne = 0): 18 mois : tous plus élevés s que 1 SD 30 mois: tous au-dessus dessus de la moyenne 60 mois: 9% sous la moyenne Aucun faux positif La plupart des faux négatifs n sont dans des familles à faible statut socio-économique conomique : validité de l él évaluation parentale?

10 Résumé des trajectoires de langage Stabilité relative : attention 42% des enfants du premier quartile et qui ont 18 mois rattrapent la trajectoire moyenne, 71 % d entre d eux le font vers 30 mois. Conclusion : la plupart de ceux qui rattrapent le font tôt Tous les enfants dans la trajectoire la plus faible sont sous la moyenne au début d : aucun faux positif. Entre 10% et 25% des enfants dans la trajectoire moyenne inférieure n avaient n pas été identifiés s tôt. Implications pour le dépistage d précoce : Besoin de surveiller le langage tôt Besoin de bons outils d apprentissage, d surtout dans les familles défavorisd favorisées Centre d excellence pour le développement des jeunes enfants, Montréal, 2 novembre 2005

11 Causes Centre d excellence pour le développement des jeunes enfants, Montréal, 2 novembre 2005

12 Une remarque sur les données informatives au plan génétiqueg Nous ne mesurons pas les gènes g directement (pas encore!) mais nous tirons des conclusions en nous basant sur deux critères res de comparaison : 1. Constitution génétique g : jumeaux identiques (MZ) partagent 100 % de leur constitution génétique; g jumeaux dizygotes (DZ) partagent 50 % de leur constitution génétiqueg 2. Environnement familial : Les jumeaux grandissent avec les mêmes parents dans la même famille Nous cherchons des similarités s gémellaires g dans les paires : Si les jumeaux MZ sont plus similaires que les DZ = effet génétiqueg Si les deux types de pairs de jumeaux sont très s similaires = l effet familial n est n pas génétique g (environnemental)

13 Prédicteurs du vocabulaire à 18 mois Ce que nous disent les résultats des cojumeaux : Les résultats cojumeaux MZ représentent 78 % de la variance Les résultats cojumeaux DZ représentent 51 % de la variance Conclusion : forte agrégation gation familiale partiellement obtenue génétiquement Genre : les garçons ont des résultats significativement plus faibles Risque périnatal : effet de l interaction entre deux facteurs de risque : les prématur maturés et les bébés de petit poids à la naissance sont à risque indépendamment du résultat de l Apgar,, les bébés de poids élevé à la naissance sont à risque si le résultat de l Apgar est faible Revenu et éducation maternelle : aucun effet Conclusions : les risques génétiques et périnataux apparaissent tôt

14 Étiologie de la trajectoire Similarités s entre les jumeaux pour chaque trajectoire 1 0,9 0,8 0,7 0,6 0,5 0,4 0,3 0,2 0,1 0 Stable Lowest faible Moyenne Low Average inférieure Moyenne Average Stable Highest élevé Centre d excellence pour le développement des jeunes enfants, Montréal, 2 novembre 2005 MZ DZ

15 Prédicteurs de trajectoire Résultats des cojumeaux : toutes les trajectoires diffèrent en fonction de ces résultats Revenu: toutes les trajectoires diffèrent en fonction du revenu sauf pour les 2 qui sont supérieures à la normale Éducation maternelle : les 2 trajectoires inférieures à la normale diffèrent de celles supérieures à la normale Perception maternelle de l impact: : les 2 trajectoires inférieures à la normale diffèrent de celles supérieures à la normale Aucune différence périnatale ou de genre entre les trajectoires Conclusions: Double responsabilité (génétique et environnementale) ) pour la trajectoire la plus basse les risques périnataux se sont résorbés

16 0% 14% 42% 44% Qu est est-ce qui prédit les résultats r des retards précoces? Les enfants stables et faibles : Proviennent des familles à faibles revenus Cojumeaux plus susceptibles d avoir d aussi un langage faible Évalué comme moins sociable à 5 mois que ceux qui atteignent la trajectoire moyenne faible Les enfants qui parviennent à la trajectoire moyenne ont : des mères m plus éduquées cojumeaux avec des résultats r plus élevés s que ceux des enfants stables faibles Pas de différence selon le genre ou le risque périnatal p pour les divers résultatsr

17 Résumé des prédicteurs Forte agréation ation familiale : Il semble y avoir une origine environnementale, sauf pour les enfants de la trajectoire plus faible pour lesquels la responsabilité génétique semble forte Les effets précoces des risques périnatals diminuent avec le temps Les différences de genre disparaissent avec le temps Les différences tempéramentales peuvent avoir un effet protecteur, pourquoi? Les variables sociodémographiques et parentales ont un effet croissant dans le temps Conclusions: Responsabilité génétique : se manifeste tôt et prédit la stabilité du groupe le plus faible; ; les enfants avec des retards précoces mais une faible responsabilité génétique ont de meilleurs résultats Conditions environnementales : constituent une responsabilité ajoutée dans le groupe le plus faible; peuvent avoir un effet protecteur sur les retards précoces coces; ; faire la différence entre bon et excellent?

18 Résultats Centre d excellence pour le développement des jeunes enfants, Montréal, 2 novembre 2005

19 Résultats de la performance QI non verbal (évaluateur valuateur 60 mois): Différences entre trajectoires supérieures et inférieures Habiletés nécessaires à l entrée à l école (évaluateur 60 mois): Plus faibles dans le groupe moyen faible; ; les groupes supérieurs à la moyenne ont de meilleurs résultats Lecture (enseignant à 72 mois et évaluateur à 96 mois): Stable faible comparés aux 2 groupes supérieurs à la moyenne Math (enseignant à 72 mois et évaluateur à 84 mois): Le plus faible est le groupe moyen faible à 72 mois, toutes les trajectoires diffèrent selon les résultats de l évaluateur à 84 mois. Résultats en langage (enseignant à 72 mois et évaluateur à 96 mois): toutes les trajectoires ont un résultat différent rent.

20 0% 14% Différences de résultats r 42% basés s sur le résultat r de retard précoce 44% Les enfants qui parlent tard comparés à ceux faisant partie du groupe stable faible et moyen faible Les enfants qui parlent tard ont de meilleurs résultats que les deux groupes inférieurs à la moyenne en mathématiques matiques,, en lecture et en langage Les enfants qui parlent tard ont des résultats égaux à ceux du groupe moyen en mathématiques matiques,, en lecture et en langage QI non verbal : celui des enfants qui parlent tard est plus élevé

21 Agressivité physique 0,9 0,8 0,7 0,6 0,5 0,4 0,3 0,2 Stable low Stable faible Low average Moyen faible Average Moyen Delay Retard/moyenne to average Stable high fort 0, months 30 months 48 months 60 months 72 months mois mois mois mois mois

22 Hyperactivité 1,2 1 0,8 0,6 0,4 0,2 Stable faible Stable low Moyen faible Low average Moyen Average Delay to average Retard/moyenne Stable fort Stable high 0 mois mois mois mois mois 18 months 30 months 48 months 60 months 72 months

23 Résumé des résultats Dans l ensemble, les trajectoires langagières prédisent la réussite et les résultats comportementaux Stabilité des trajectoires: : Les groupes de trajectoires continuent à différer en matière de résultats de langage à 84 mois Le groupe moyen faible semble plus à risque pour ce qui est des maths et des habiletés nécessaires à l entrée à l école Le groupe stable faible a le résultat le plus faible en lecture Les enfants qui parlent tard ont d aussi bons résultats que le groupe moyen en matière de réussite MAIS leurs résultats comportementaux sont similaires à ceux des groupes inférieurs à la moyenne. Conclusion : les trajectoires langagières sont très prédictives de la réussite scolaire; ; les retards précoces ont des conséquences durables sur le comportement

24 Message à retenir Qu est est-ce qui fait courir un risque à l enfant en matière de langage? Responsabilité génétique La double responsabilité génétique/environnementale À quel point les retards précoces sont-ils stables? Vers 30 mois, ils sont très s stables Quelles sont les conséquences des trajectoires langagières à l entrée à l école? Elles prédisent la réussite r et le comportement Les retards précoces ont des conséquences durables sur le comportement

Les précurseurs et les corrélats des trajectoires précoces de jeu: un modèle développemental intégré (2007-AC-118285)

Les précurseurs et les corrélats des trajectoires précoces de jeu: un modèle développemental intégré (2007-AC-118285) Les précurseurs et les corrélats des trajectoires précoces de jeu: un modèle développemental intégré (2007-AC-118285) Frank Vitaro a, b, Brigitte Wanne a, Mara Brendgen b, c, Jean Richard Séguin b et Michel

Plus en détail

Les habiletés langagières précoces et l apprentissage de la lecture. Ginette Dionne, PhD GRIP, École de psychologie Université Laval

Les habiletés langagières précoces et l apprentissage de la lecture. Ginette Dionne, PhD GRIP, École de psychologie Université Laval Les habiletés langagières précoces et l apprentissage de la lecture Ginette Dionne, PhD GRIP, École de psychologie Université Laval Remerciements Aux enfants et aux familles qui participent à l ÉLDEQ et

Plus en détail

Les déterminants de la performance en lecture au début du primaire. Ginette Dionne, PhD

Les déterminants de la performance en lecture au début du primaire. Ginette Dionne, PhD Les déterminants de la performance en lecture au début du primaire Ginette Dionne, PhD Lire La maîtrise de la lecture est le meilleur déterminant de la réussite scolaire à court et à long terme. Entre

Plus en détail

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE n Quelles sont les différences et les similarités, d après certaines caractéristiques du milieu familial et les réponses au questionnaire, entre les élèves de 9 e année inscrits au cours théorique et au

Plus en détail

Le rôle des services de garde dans la préparation à l école : Quelle évidence avons nous concernant leur efficacité?

Le rôle des services de garde dans la préparation à l école : Quelle évidence avons nous concernant leur efficacité? Le rôle des services de garde dans la préparation à l école : Quelle évidence avons nous concernant leur efficacité? FAUT-IL SORTIR LES BÉBÉS DES GARDERIES? La qualité des garderies est-elle importante?

Plus en détail

Qui s assemblent se ressemblent!

Qui s assemblent se ressemblent! Contextes et processus relationnels associés au développement des conduites agressives à la période préscolaire: L influence négative des amis Stéphane Cantin 1, Frank Vitaro 1, Mara Brendgen 2, Nadine

Plus en détail

Commencer l école du bon pied. Facteurs associés à l acquisition du vocabulaire à la fin de la maternelle

Commencer l école du bon pied. Facteurs associés à l acquisition du vocabulaire à la fin de la maternelle Commencer l école du bon pied. Facteurs associés à l acquisition du vocabulaire à la fin de la maternelle par Hélène Desrosiers et Amélie Ducharme 1 L ÉLDEQ 1998-2010 en bref Ce fascicule s appuie sur

Plus en détail

LES CARRIÈRES SCOLAIRES DES JEUNES ISSUS DE L IMMIGRATION À L IMMIGR MONTRÉAL, TORONTO ET VANCOUVER

LES CARRIÈRES SCOLAIRES DES JEUNES ISSUS DE L IMMIGRATION À L IMMIGR MONTRÉAL, TORONTO ET VANCOUVER LES CARRIÈRES SCOLAIRES DES JEUNES ISSUS DE L IMMIGRATION À MONTRÉAL, TORONTO ET VANCOUVER Marie Mc Andrew, titulaire Chaire de recherche du Canada sur l Éducation et les rapports ethniques Faculté des

Plus en détail

LE CHEMINEMENT ET LES RÉSULTATS SCOLAIRES DES JEUNES D ORIGINE IMMIGRÉE : UNE PERSPECTIVE COMPARATIVE ENTRE MONTRÉAL, TORONTO ET VANCOUVER

LE CHEMINEMENT ET LES RÉSULTATS SCOLAIRES DES JEUNES D ORIGINE IMMIGRÉE : UNE PERSPECTIVE COMPARATIVE ENTRE MONTRÉAL, TORONTO ET VANCOUVER LE CHEMINEMENT ET LES RÉSULTATS SCOLAIRES DES JEUNES D ORIGINE IMMIGRÉE : UNE PERSPECTIVE COMPARATIVE ENTRE MONTRÉAL, TORONTO ET VANCOUVER Sommaire Soumis au Conseil canadien sur l'apprentissage et à Citoyenneté

Plus en détail

P R E S E N T A T I O N E T E V A L U A T I O N P R O G R A M M E D E P R E V E N T I O N «P A R L E R»

P R E S E N T A T I O N E T E V A L U A T I O N P R O G R A M M E D E P R E V E N T I O N «P A R L E R» P R E S E N T A T I O N E T E V A L U A T I O N P R O G R A M M E D E P R E V E N T I O N «P A R L E R» Parler Apprendre Réfléchir Lire Ensemble pour Réussir Pascal BRESSOUX et Michel ZORMAN Laboratoire

Plus en détail

Les trajectoires de développement : une revue appliquée de l approche non paramétrique

Les trajectoires de développement : une revue appliquée de l approche non paramétrique Les trajectoires de développement : une revue appliquée de l approche non paramétrique Stéphane Paquin, Éric Lacourse, Véronique Dupéré Université de Montréal ACFAS, Québec 6-7 mai 2013 Analyse du changement

Plus en détail

Le mépris des règles : Trajectoires de développement et indicateurs précoces d une dimension spécifique des comportements perturbateurs

Le mépris des règles : Trajectoires de développement et indicateurs précoces d une dimension spécifique des comportements perturbateurs Le mépris des règles : Trajectoires de développement et indicateurs précoces d une dimension spécifique des comportements perturbateurs Amélie Petitclerc, M.A. Groupe de recherche sur l inadaptation psychosociale

Plus en détail

Coup d oeil sur. Le sommeil Bien dormir pour bien grandir

Coup d oeil sur. Le sommeil Bien dormir pour bien grandir Coup d oeil sur Le sommeil Bien dormir pour bien grandir Le sommeil «Un bon dormeur se démarque d un mauvais dormeur par la facilité avec laquelle il se rendort.» Que savons-nous? n Le sommeil du bébé

Plus en détail

Laurier Fortin, Ph. D., professeur, Université de Sherbrooke Titulaire de la Chaire de recherche de la Commission Scolaire de la Région de Sherbrooke.

Laurier Fortin, Ph. D., professeur, Université de Sherbrooke Titulaire de la Chaire de recherche de la Commission Scolaire de la Région de Sherbrooke. Engagement scolaire et persévérance rance au secondaire : Modèle théorique, types, évaluation et intervention Laurier Fortin, Ph. D., professeur, Université de Sherbrooke Titulaire de la Chaire de recherche

Plus en détail

Wiiji Kakendaasodaa: Apprendre ensemble

Wiiji Kakendaasodaa: Apprendre ensemble : Apprendre ensemble Sommaire exécutif PROJET D ÉCOLES MODÈLES Février 2015 Julia O Sullivan, PhD Conseillère principale pour a Professeure et doyenne Institut des études pédagogiques de l Ontario Université

Plus en détail

Acquisition et développement du langage

Acquisition et développement du langage Acquisition et développement du langage I- Introduction In utero le bébé grandit dans un bain sonore. Dès 5 mois de grossesse les bruits extérieurs lui parviennent. Le fœtus peut mémoriser des sons. La

Plus en détail

Informations importantes

Informations importantes Informations importantes Dernière semaine de cours (semaine du 12 au 16 décembre) Lundi 12 décembre, cours avec T. Mout en F111 (8h30-10h30: groupe1; 10h30-12h30: groupe 2): séance sur l examen de l an

Plus en détail

Colloque Santé et Petite Enfance ACFAS 2014. Le sommeil: un protagoniste mal connu mais primordial dans le développement du jeune enfant

Colloque Santé et Petite Enfance ACFAS 2014. Le sommeil: un protagoniste mal connu mais primordial dans le développement du jeune enfant Colloque Santé et Petite Enfance ACFAS 2014 Le sommeil: un protagoniste mal connu mais primordial dans le développement du jeune enfant Dominique Petit, PhD Centre d études avancées en médecine du sommeil

Plus en détail

LA MATERNELLE 4 ANS À TEMPS PLEIN

LA MATERNELLE 4 ANS À TEMPS PLEIN LA MATERNELLE 4 ANS À TEMPS PLEIN AVEC PROGRAMME ENRICHI : UNE MESURE PRÉVENTIVE ESSENTIELLE POUR REJOINDRE ET SOUTENIR EFFICACEMENT LES ENFANTS EN MILIEU DÉFAVORISÉ PROJET PILOTE ÉCOLE SAINT-ZOTIQUE,

Plus en détail

Liens entre les dimensions socio-comportementales à la maternelle et la réussite scolaire ultérieure. Frank Vitaro Université de Montréal

Liens entre les dimensions socio-comportementales à la maternelle et la réussite scolaire ultérieure. Frank Vitaro Université de Montréal Liens entre les dimensions socio-comportementales à la maternelle et la réussite scolaire ultérieure Frank Vitaro Université de Montréal Présentation au Colloque sur la préparation à l école et la réussite

Plus en détail

PETITE ENFANCE, SERVICES DE GARDE ÉDUCATIFS ET DÉVELOPPEMENT DES ENFANTS. ÉTAT DES CONNAISSANCES

PETITE ENFANCE, SERVICES DE GARDE ÉDUCATIFS ET DÉVELOPPEMENT DES ENFANTS. ÉTAT DES CONNAISSANCES PETITE ENFANCE, SERVICES DE GARDE ÉDUCATIFS ET DÉVELOPPEMENT DES ENFANTS. ÉTAT DES CONNAISSANCES Nathalie Bigras, Ph.D. Lise Lemay, M.A. Présenté dans le cadre des rendez-vous de la petite enfance Longueuil,

Plus en détail

Approche clinique: que faire devant une suspicion de retard mental?

Approche clinique: que faire devant une suspicion de retard mental? Approche clinique: que faire devant une suspicion de retard mental? Dr Nathalie MEÏER, CH Carcassonne. Soirée de la SOFOMEC «Le handicap mental : de l enfant à l adulte», 3 Juin 2010 Les approches cliniques

Plus en détail

Le réseau des services de garde Québécois a t il rempli ses promesses en matière d égalité des chances? Ce que nous apprends l ELDEQ

Le réseau des services de garde Québécois a t il rempli ses promesses en matière d égalité des chances? Ce que nous apprends l ELDEQ Le réseau des services de garde Québécois a t il rempli ses promesses en matière d égalité des chances? Ce que nous apprends l ELDEQ Sylvana Côté, Ph.D. Université de Montréal 1 Hypothèses sur l effet

Plus en détail

Développement du langage chez les jeunes enfants, 2 novembre 2005. Le Réseau canadien de recherche sur le langage et l'alphabétisation (RCRLA)

Développement du langage chez les jeunes enfants, 2 novembre 2005. Le Réseau canadien de recherche sur le langage et l'alphabétisation (RCRLA) Développement du langage chez les jeunes enfants, 2 novembre 2005 Le Réseau canadien de recherche sur le langage et l'alphabétisation (RCRLA) RCRLA Réseau des centres d excellence pour le développement

Plus en détail

Vie familiale et participation au marché du travail en Belgique et dans ses régions: une analyse à partir de l enquête Générations & Genre

Vie familiale et participation au marché du travail en Belgique et dans ses régions: une analyse à partir de l enquête Générations & Genre Vie familiale et participation au marché du travail en Belgique et dans ses régions: une analyse à partir de l enquête Générations & Genre Colloque Sauvy, 23 Octobre 2012 Salle Académique Ulg, Place du

Plus en détail

L évolution du langage chez les jeunes enfants

L évolution du langage chez les jeunes enfants L évolution du langage chez les jeunes enfants De la difficulté au trouble Animation pédagogique-brigitte Lavallée 1 Avant-propos La maîtrise du langage, élément fondamental de la réussite scolaire de

Plus en détail

Prévenir les difficultés à l école primaire en maximisant les apprentissages scolaires et sociaux en début de scolarisation: Le Programme Fluppy

Prévenir les difficultés à l école primaire en maximisant les apprentissages scolaires et sociaux en début de scolarisation: Le Programme Fluppy Prévenir les difficultés à l école primaire en maximisant les apprentissages scolaires et sociaux en début de scolarisation: Le Programme Fluppy UQÀM François Poulin France Capuano Monique Brodeur Jacinthe

Plus en détail

LES BÉNÉFICES RELIÉS À L APPRENTISSAGE DE LA MUSIQUE DOCUMENT DE TRAVAIL. Préparé par le

LES BÉNÉFICES RELIÉS À L APPRENTISSAGE DE LA MUSIQUE DOCUMENT DE TRAVAIL. Préparé par le LES BÉNÉFICES RELIÉS À L APPRENTISSAGE DE LA MUSIQUE DOCUMENT DE TRAVAIL Préparé par le GROUPE DE COMPÉTENCE «MUSIQUE» CONSEIL RÉGIONAL DE LA CULTURE SLSJ DÉCEMBRE 2008 TABLE DES MATIÈRES TABLE DES MATIÈRES..

Plus en détail

LES BÉNÉFICES RELIÉS À L APPRENTISSAGE DE LA MUSIQUE DOCUMENT DE TRAVAIL. Préparé par le

LES BÉNÉFICES RELIÉS À L APPRENTISSAGE DE LA MUSIQUE DOCUMENT DE TRAVAIL. Préparé par le LES BÉNÉFICES RELIÉS À L APPRENTISSAGE DE LA MUSIQUE DOCUMENT DE TRAVAIL Préparé par le GROUPE DE COMPÉTENCE «MUSIQUE» CONSEIL RÉGIONAL DE LA CULTURE SLSJ DÉCEMBRE 2008 TABLE DES MATIÈRES TABLE DES MATIÈRES..

Plus en détail

Partir d un bon pas pour un avenir meilleur : un programme de prévention communautaire complet pour faciliter la transition à l école et au-delà

Partir d un bon pas pour un avenir meilleur : un programme de prévention communautaire complet pour faciliter la transition à l école et au-delà Partir d un bon pas pour un avenir meilleur : un programme de prévention communautaire complet pour faciliter la transition à l école et au-delà Ray DeV. Peters Université Queen s Présenté à la conférence

Plus en détail

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance)

La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) La Vision de L'Égypte 2030 (Objectifs et Principaux Indicateurs de Performance) Pour plus d'informations, veuillez visiter le site: http://www.mop.gov.eg/vision/egyptvision.aspx La culture La stratégie

Plus en détail

NOTE D INTERVENTION DE L

NOTE D INTERVENTION DE L NOTE D INTERVENTION DE L Numéro 40/Février 2015 Les fonds de travailleurs au Québec (Fonds de solidarité FTQ, Fondaction CSN) offrent un RÉER qui est assorti d un crédit d impôt en plus de la déduction

Plus en détail

Passeport pour ma réussite Canada Aperçu des résultats

Passeport pour ma réussite Canada Aperçu des résultats Nous bâtissons une nation de diplômés Passeport pour ma réussite Canada Aperçu des résultats Printemps 2011 PASSEPORT POUR MA RÉUSSITE RÉSULTATS DE FIN D ANNÉE DU PROGRAMME : 2009-2010 Passeport pour ma

Plus en détail

PREMIÈRE PARTIE Présentation de la psychologie du développement. Qu est-ce que la psychologie du développement?... 15

PREMIÈRE PARTIE Présentation de la psychologie du développement. Qu est-ce que la psychologie du développement?... 15 Sommaire Avant-propos... 11 PREMIÈRE PARTIE Présentation de la psychologie du développement CHAPITRE 1 Qu est-ce que la psychologie du développement?... 15 I. Les différents champs disciplinaires de la

Plus en détail

Ginette Veilleux Martin Généreux Jacques Durocher Marc Brodeur

Ginette Veilleux Martin Généreux Jacques Durocher Marc Brodeur Direction de santé publique ÉTUDE LONGITUDINALE DU DÉVELOPPEMENT DES ENFANTS DU QUÉBEC : ÉVOLUTION DE DÉTERMINANTS DE LA SANTÉ BUCCODENTAIRE DE LA NAISSANCE À L ÂGE DE 10 ANS Ginette Veilleux Martin Généreux

Plus en détail

Illustration des termes utilisés dans les différents programmes ministériels. au regard du développement global de l enfant

Illustration des termes utilisés dans les différents programmes ministériels. au regard du développement global de l enfant Illustration des termes utilisés dans les différents programmes ministériels au regard du développement global de l enfant Illustration des termes utilisés dans les différents programmes ministériels au

Plus en détail

Développement langagier chez l enfant d âge préscolaire évoluant dans un milieu bilingue ou multilingue

Développement langagier chez l enfant d âge préscolaire évoluant dans un milieu bilingue ou multilingue Développement langagier chez l enfant d âge préscolaire évoluant dans un milieu bilingue ou multilingue Laurie-Ann Staniforth, M.P.O, membre OOAO Orthophoniste Programme Premiers Mots (Ottawa) Plan de

Plus en détail

ECU E27 SL Semestre 2

ECU E27 SL Semestre 2 ECU E27 SL Semestre 2 ECUPréparation aux études d orthophonie Christelle Dodane Permanence : H211, mardi, de 10h à 11h - Tel. 04-67-14-26-37 Courriel : christelle.dodane@univ-montp3.fr Plan général de

Plus en détail

Correction de l épreuve de Statistiques et Informatique appliquées à la Psychologie

Correction de l épreuve de Statistiques et Informatique appliquées à la Psychologie Université de Bretagne Occidentale Année Universitaire 2013-2014 U.F.R. de Lettres et Sciences Humaines CS 93837-29238 BREST CEDEX 3 Section : Psychologie - Licence 3è année Enseignant responsable : F.-G.

Plus en détail

La garde des enfants de parents séparés au Québec. Une analyse quantitative de dossiers judiciaires.

La garde des enfants de parents séparés au Québec. Une analyse quantitative de dossiers judiciaires. La garde des enfants de parents séparés au Québec. Une analyse quantitative de dossiers judiciaires. Assemblée Générale Annuelle ARUC Séparation parentale, recomposition familiale Drummondville, 25 octobre

Plus en détail

Interventions Parentales pour les problèmes de comportements

Interventions Parentales pour les problèmes de comportements Interventions Parentales pour les problèmes de comportements Leila Ben Amor M.D., M.Sc. Département de Psychiatrie CHU Sainte-Justine Université de Montréal 1 Dr Leila Ben Amor -Conflits d intérêts potentiels-

Plus en détail

À bas les trafiquants d heures! Gérer des tâches imposantes.

À bas les trafiquants d heures! Gérer des tâches imposantes. À bas les trafiquants d heures! Gérer des tâches imposantes. Apprentissage critique Matériel et interactions Comprendre en quoi la gestion du temps au secondaire diffère de celle au collège. Reconnaître

Plus en détail

Les diplômés de l IB dans les universités australiennes : admission et résultats Étude de cas de deux établissements d enseignement supérieur

Les diplômés de l IB dans les universités australiennes : admission et résultats Étude de cas de deux établissements d enseignement supérieur RÉSUMÉ DE RECHERCHE Les diplômés de l IB dans les universités australiennes : admission et résultats Étude de cas de deux établissements d enseignement supérieur Fondé sur un rapport de recherche réalisé

Plus en détail

Trousse de prévention du décrochage scolaire

Trousse de prévention du décrochage scolaire Trousse de prévention du décrochage scolaire Printemps 2004 Transfert de connaissances Connaissances théoriques Étude longitudinale (Fortin, Potvin,Royer, Marcotte) Publications, communications, mémoires

Plus en détail

Lire et faire lire. 1- Évolution des habitudes de lecture 2- Lecture, culture et réussite scolaire 3- La lecture numérique

Lire et faire lire. 1- Évolution des habitudes de lecture 2- Lecture, culture et réussite scolaire 3- La lecture numérique Lire et faire lire 1- Évolution des habitudes de lecture 2- Lecture, culture et réussite scolaire 3- La lecture numérique Gilles Pronovost, professeur émérite Université du Québec à Trois- Rivières (Retour

Plus en détail

TRANSITION PRIMAIRE SECONDAIRE COMMENT AIDER MON ENFANT À BIEN VIVRE SA TRANSITION?

TRANSITION PRIMAIRE SECONDAIRE COMMENT AIDER MON ENFANT À BIEN VIVRE SA TRANSITION? TRANSITION PRIMAIRE SECONDAIRE COMMENT AIDER MON ENFANT À BIEN VIVRE SA TRANSITION? Le mardi 3 juin 2014 CONTENU DE LA PRÉSENTATION L intégration au secondaire et l adolescence, un double défi. (présenté

Plus en détail

PROJET ÉDUCATIF 2012-2017

PROJET ÉDUCATIF 2012-2017 PROJET ÉDUCATIF 2012-2017 Orientation 1 Objectif 1.1 Soutenir le développement des compétences en français, en mathématique et en anglais. Améliorer la compétence Écrire en français pour les 3 cycles.

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

L influence de la musique sur les capacités cognitives et les apprentissages des élèves en maternelle et au cours préparatoire

L influence de la musique sur les capacités cognitives et les apprentissages des élèves en maternelle et au cours préparatoire L influence de la musique sur les capacités cognitives et les apprentissages des élèves en maternelle et au cours préparatoire Note de synthèse Juillet 2012 Aurélie Lecoq et Bruno Suchaut IREDU-CNRS et

Plus en détail

Figure 1 Figure 2 3 POPULATION DE 45 ANS ET PLUS À MONTRÉAL. Direction régionale d Emploi-Québec de l Île-de-Montréal

Figure 1 Figure 2 3 POPULATION DE 45 ANS ET PLUS À MONTRÉAL. Direction régionale d Emploi-Québec de l Île-de-Montréal Figure 1 Figure 2 3 PORTRAIT DE LA POPULATION DE 45 ANS ET PLUS À MONTRÉAL Direction régionale d Emploi-Québec de l Île-de-Montréal Direction de la planification et de l information sur le marché du travail

Plus en détail

Séminaire de restitution des résultats de l évaluation diagnostique PASEC au Liban

Séminaire de restitution des résultats de l évaluation diagnostique PASEC au Liban Séminaire de restitution des résultats de l évaluation diagnostique PASEC au Liban Beyrouth, 19-20 mars 2012 Charlotte HANNA Centre de Recherche et de Développement pédagogiques République Libanaise Ministère

Plus en détail

Les services orthophoniques offerts aux enfants dysphasiques: Le point de vue des parents

Les services orthophoniques offerts aux enfants dysphasiques: Le point de vue des parents Les services orthophoniques offerts aux enfants dysphasiques: Le point de vue des parents Par Julie Mongrain, dirigée par Bernard Michallet Courriel: info@orthophoniejmongrain.ca 29 octobre 2015 La dysphasie

Plus en détail

Le GED (Grille d évaluation du développement)

Le GED (Grille d évaluation du développement) Le GED (Grille d évaluation du développement) Une innovation sociale bien implantée Jacques Moreau Ph.D. Professeur/chercheur École de Service social Université de Montréal Les origines du GED et rôle

Plus en détail

Chacune des valeurs d une variable en est une modalité particulière.

Chacune des valeurs d une variable en est une modalité particulière. Psychologie générale Jean Paschoud STATISTIQUE Sommaire Rôle de la statistique Variables Échelles de mesure Résumer, décrire Comparer Rôle de la statistique La statistique est avant tout un outil permettant

Plus en détail

Toute utilisation du contenu de cette présentation est autorisée, à condition d en aviser l auteur et de citer la source.

Toute utilisation du contenu de cette présentation est autorisée, à condition d en aviser l auteur et de citer la source. Toute utilisation du contenu de cette présentation est autorisée, à condition d en aviser l auteur et de citer la source. Ma famille, mon milieu, mes amis et ce que je suis, cela compte aussi! Alain Marchand

Plus en détail

Ville de Sherbrooke. Population en 2006 (2)

Ville de Sherbrooke. Population en 2006 (2) Les informations présentées dans ce document ont été regroupées par Paul Martel, coordonnateur régional dans le cadre du Plan d action gouvernemental pour contrer la maltraitance envers les personnes aînées

Plus en détail

En avril 2001, nous avons lancé le Plan d action pour le

En avril 2001, nous avons lancé le Plan d action pour le Message de la ministre En avril 2001, nous avons lancé le Plan d action pour le développement de la petite enfance, un ensemble complet de programmes, de services et de mesures visant à soutenir le développement

Plus en détail

Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant

Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant Page1 Volume 4, numéro 1 Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant Extraits de «Endettement étudiant : État des lieux, déterminants et impacts», Fédération étudiante universitaire

Plus en détail

Service de soutien aux élèves du primaire et du secondaire. présentant une déficience langagière

Service de soutien aux élèves du primaire et du secondaire. présentant une déficience langagière Service de soutien aux élèves du primaire et du secondaire présentant une déficience langagière Document d information et critères d admissibilité du service Document révisé : Juin 2014 1. Présentation

Plus en détail

FLUPPY : UN PROGRAMME DE PRÉVENTION DE LA VIOLENCE ET DU DÉCROCHAGE SCOLAIRE

FLUPPY : UN PROGRAMME DE PRÉVENTION DE LA VIOLENCE ET DU DÉCROCHAGE SCOLAIRE FLUPPY : UN PROGRAMME DE PRÉVENTION DE LA VIOLENCE ET DU DÉCROCHAGE SCOLAIRE (MATERNELLE ET PREMIÈRE ANNÉE DU PRIMAIRE) FLUPPY PROGRAMME D INTERVENTION MULTIMODAL France Capuano, UQÀM Frank Vitaro, U.

Plus en détail

LES RÉGIMES ENREGISTRÉS D ÉPARGNE-RETRAITE

LES RÉGIMES ENREGISTRÉS D ÉPARGNE-RETRAITE Qui cotise à un REER? Un nouvel examen Boris Palameta LES RÉGIMES ENREGISTRÉS D ÉPARGNE-RETRAITE (REER) sont l un des plus importants avoirs financiers de la population canadienne 1 (Statistique Canada,

Plus en détail

Attachement et services de garde,

Attachement et services de garde, Attachement et services de garde, l accompagnement des moments de réunion parent-enfant dans un contexte de défavorisation et de vulnérabilité Diane Dubeau, Ph.D. Université du Québec en Outaouais Catherine

Plus en détail

Le Développement Psychomoteur. Pr Patrick Berquin CHU Amiens patrick.berquin@u-picardie.fr

Le Développement Psychomoteur. Pr Patrick Berquin CHU Amiens patrick.berquin@u-picardie.fr Le Développement Psychomoteur Pr Patrick Berquin CHU Amiens patrick.berquin@u-picardie.fr Associe: Développement moteur La marche La préhension La motricité «fine» Développement des fonctions cognitives

Plus en détail

DÉROGATIONS. Procédure relative à la demande de dérogation à l âge d admissibilité à l éducation préscolaire et à l enseignement primaire

DÉROGATIONS. Procédure relative à la demande de dérogation à l âge d admissibilité à l éducation préscolaire et à l enseignement primaire DÉROGATIONS Procédure relative à la demande de dérogation à l âge d admissibilité à l éducation préscolaire et à l enseignement primaire Document révisé en février 2010 TABLE DES MATIÈRES 1.0 INTRODUCTION...

Plus en détail

Forum territorial de santé Grand Creillois 17 novembre 2009

Forum territorial de santé Grand Creillois 17 novembre 2009 Forum territorial de santé Grand Creillois 17 novembre 2009 Synthèse du diagnostic territorial Points positifs Élément de dynamisme, la population du Grand Creillois est jeune : 36,7 % des habitants ont

Plus en détail

www.share-project.be Quelques résultats de l enquête 50 + en Europe

www.share-project.be Quelques résultats de l enquête 50 + en Europe www.share-project.be Quelques résultats de l enquête 50 + en Europe Prochaine étape La prochaine étape de l enquête 50 + en Europe est de compléter l actuelle base de données par l histoire de vie des

Plus en détail

sociodémographique Coup d œil INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC Les naissances au Québec en 2012 : un peu moins de 1,7 enfant par femme DÉMOGRAPHIE

sociodémographique Coup d œil INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC Les naissances au Québec en 2012 : un peu moins de 1,7 enfant par femme DÉMOGRAPHIE DÉMOGRAPHIE INSTITUT DE LA STATISTIQUE DU QUÉBEC Coup d œil sociodémographique Avril 2013 Numéro 25 Les naissances au Québec en 2012 : un peu moins de 1,7 enfant par femme par Chantal Girard L année 2012

Plus en détail

Entre mal-être et bien être : comment vont les étudiants. Premiers résultats. Damien BERTHILIER Président La Mutuelle des Étudiants LMDE-EPSE

Entre mal-être et bien être : comment vont les étudiants. Premiers résultats. Damien BERTHILIER Président La Mutuelle des Étudiants LMDE-EPSE Entre mal-être et bien être : comment vont les étudiants Premiers résultats Damien BERTHILIER Président La Mutuelle des Étudiants LMDE-EPSE Objectifs de l enqul enquête Mieux identifier la souffrance psychique

Plus en détail

Table des matières. Chapitre 1 Vers une définition de l apprentissage collaboratif... 9. Introduction... 1

Table des matières. Chapitre 1 Vers une définition de l apprentissage collaboratif... 9. Introduction... 1 Table des matières Avant-propos.................................................... Remerciements................................................... Liste des tableaux................................................

Plus en détail

Langage et Intégration Centre Rabelais. Sensibilisation à la surdité et repérage

Langage et Intégration Centre Rabelais. Sensibilisation à la surdité et repérage Langage et Intégration Centre Rabelais Sensibilisation à la surdité et repérage Qui sommes-nous? Le Centre Rabelais est : -un établissement médico-social pour les enfants déficients auditifs et/ou avec

Plus en détail

RETOUR PRECOCE A DOMICILE APRES ACCOUCHEMENT

RETOUR PRECOCE A DOMICILE APRES ACCOUCHEMENT version 1 page 1/5 Référence : RSN/REF/REA.O/002/A Date de 1 ère mise en service : 10/06/2008 N version Date de la modification Suivi des modifications Objet de la modification Faite par : Rédaction Mise

Plus en détail

L HYPERACTIVITE: ASPECTS CLINIQUES ET THERAPEUTIQUES HISTORIQUE DIAGNOSTIC

L HYPERACTIVITE: ASPECTS CLINIQUES ET THERAPEUTIQUES HISTORIQUE DIAGNOSTIC L HYPERACTIVITE: ASPECTS CLINIQUES ET THERAPEUTIQUES HISTORIQUE Dr. David Da Fonseca Pédopsychiatre Hôpital Sainte Marguerite, Marseille 1902: G. STILL décrit 20 enfants hyperactifs «contrôle moral défectueux»

Plus en détail

12 et 13 novembre 2009

12 et 13 novembre 2009 PROGRAMME 12 et 13 novembre 2009 Hôtel Château Laurier Québec, ville de Québec PRÉPARATION À L ÉCOLE ET RÉUSSITE SCOLAIRE : De la recherche aux pratiques et aux politiques Mot de bienvenue Chers délégués,

Plus en détail

Les inégalités dans l accès aux hauts diplômes se jouent surtout avant le bac

Les inégalités dans l accès aux hauts diplômes se jouent surtout avant le bac Les inégalités dans l accès aux hauts diplômes se jouent surtout avant le bac Olivier Lefebvre* Sur 100 jeunes entrés en 6 e en 1995, 44 sont désormais titulaires d un diplôme de l enseignement supérieur.

Plus en détail

Évaluation des types d élèves à risque de décrochage scolaire

Évaluation des types d élèves à risque de décrochage scolaire Évaluation des types d élèves à risque de décrochage scolaire 9e colloque des psychoéducateurs en milieu scolaire UQTR novembre 2006 Pierre Potvin Ph.D. ps.éd. Laurier Fortin Ph.D. U Sherbrooke France

Plus en détail

PRISE EN CHARGE ABA POUR ENFANTS ET ADOLESCENTS PRESENTANT DES TROUBLES DU DEVELOPPEMENT

PRISE EN CHARGE ABA POUR ENFANTS ET ADOLESCENTS PRESENTANT DES TROUBLES DU DEVELOPPEMENT PRISE EN CHARGE ABA POUR ENFANTS ET ADOLESCENTS PRESENTANT DES TROUBLES DU DEVELOPPEMENT Présentation Céline psychologue clinicienne installée en libéral aux Pennes-Mirabeau Diplômée de l Université de

Plus en détail

La Dysphasie Trouble Spécifique du Langage Oral

La Dysphasie Trouble Spécifique du Langage Oral La Dysphasie Trouble Spécifique du Langage Oral Qui? Dr Isabelle Brun en collaboration avec Jacinthe Dupré Savoy Enfant qui «articule» mal, qu on ne comprend pas Ses phrases sont mal construites, il utilise

Plus en détail

Les comportements agressifs

Les comportements agressifs Coup d oeil sur Les comportements agressifs Les comprendre pour mieux les gérer Les comportements agressifs Que savons-nous? De la grossesse à l âge de 6 mois n Les enfants sont plus aptes à contrôler

Plus en détail

Qu est-ce qu elle nous montre?

Qu est-ce qu elle nous montre? Qu est-ce qu elle nous montre? Description des répondants et résultats généraux Pour quoi faire une enquête sur la PrEP? En France, et contrairement aux Etats-Unis depuis juillet 2012, l utilisation d

Plus en détail

Les maternelles 4 ans : la qualité de l'environnement éducatif et son apport à la préparation à l'école chez les enfants en milieux défavorisés

Les maternelles 4 ans : la qualité de l'environnement éducatif et son apport à la préparation à l'école chez les enfants en milieux défavorisés Les maternelles 4 ans : la qualité de l'environnement éducatif et son apport à la préparation à l'école chez les enfants en milieux défavorisés Chercheure principale Christa Japel, Université du Québec

Plus en détail

Coup d oeil sur. Le langage. Votre bébé apprend à parler

Coup d oeil sur. Le langage. Votre bébé apprend à parler Coup d oeil sur Le langage Votre bébé apprend à parler Le langage Que savons-nous? À sa naissance, votre bébé est déjà prêt à apprendre à parler! Son cerveau lui permet déjà de découvrir les sons, les

Plus en détail

L Influence des Relations d Attachement sur le Développement de l Enfant. Ellen Moss

L Influence des Relations d Attachement sur le Développement de l Enfant. Ellen Moss L Influence des Relations d Attachement sur le Développement de l Enfant Ellen Moss Nos projets d études Suivi de 20 ans auprès de 200 familles Mesures des caractéristiques familiales, du développement

Plus en détail

À quoi le Québec ressemblera-t-il en 2030?

À quoi le Québec ressemblera-t-il en 2030? À quoi le Québec ressemblera-t-il en 2030? Nicholas-James Clavet (CIRPÉE) Jean-Yves Duclos (CIRPÉE, CIRANO) Bernard Fortin (CIRPÉE, CIRANO) Steeve Marchand (CIRPÉE) 1 / 23 De grandes questions En quoi

Plus en détail

Reconnaissances. d'acquis pouvant être reconnus. aux étudiants détenteurs d'un. diplôme d'études collégiales du. Cégep Marie-Victorin

Reconnaissances. d'acquis pouvant être reconnus. aux étudiants détenteurs d'un. diplôme d'études collégiales du. Cégep Marie-Victorin s pouvant être reconnus aux étudiants détenteurs d'un diplôme d'études collégiales du Cégep Marie-Victorin mise à jour janvier 2014 s pouvant être reconnus aux étudiants Table des matières Page Commercialisation

Plus en détail

Participation aux cours prénataux

Participation aux cours prénataux Éducation prénatale en Ontario Participation aux cours prénataux L éducation prénatale vise à fournir aux participants les connaissances et les compétences dont ils ont besoin pour améliorer l issue de

Plus en détail

Petit bilan sur les TBI et tablettes dans les écoles québécoises

Petit bilan sur les TBI et tablettes dans les écoles québécoises Petit bilan sur les TBI et tablettes dans les écoles québécoises Simon Collin Département de didactique des langues*, UQAM Centre de recherche interuniversitaire sur la formation et la profession enseignante

Plus en détail

Coup d oeil sur. Le jeu. Une façon naturelle d apprendre

Coup d oeil sur. Le jeu. Une façon naturelle d apprendre Coup d oeil sur Le jeu Une façon naturelle d apprendre Le Jeu «Le jeu est une activité qui devrait faire partie de la vie de tous les enfants.» Que savons-nous? n Le jeu est : une forme d apprentissage;

Plus en détail

La reconnaissance professionnelle des sages-femmes: des lumières pour les consultantes en lactation?

La reconnaissance professionnelle des sages-femmes: des lumières pour les consultantes en lactation? La reconnaissance professionnelle des sages-femmes: des lumières pour les consultantes en lactation? Présentation de Isabelle Brabant Montréal, 29 novembre 2014 Pourquoi légaliser la profession?* Pour

Plus en détail

Qu entend-on par un continuum 0-9 ans et pourquoi parle-t-on davantage d un découpage 0-9 ans (ou 0-7/0-8/0-9)?

Qu entend-on par un continuum 0-9 ans et pourquoi parle-t-on davantage d un découpage 0-9 ans (ou 0-7/0-8/0-9)? États des connaissances et des constats de la recherche : réflexions pour un nouveau continuum 0-9 ans en lecture à partir de pratiques probantes et de données récentes Julie Myre Bisaillon Professeure

Plus en détail

Ensemble pour une meilleure transition vers la vie adulte pour la clientèle de 12 à 25 ans Présentant un trouble primaire du langage

Ensemble pour une meilleure transition vers la vie adulte pour la clientèle de 12 à 25 ans Présentant un trouble primaire du langage Pratique de pointe Ensemble pour une meilleure transition vers la vie adulte pour la clientèle de 12 à 25 ans Présentant un trouble primaire du langage Présenté par les Programmes de Soutien à l intégration

Plus en détail

NOTRE PROJET ÉDUCATIF

NOTRE PROJET ÉDUCATIF NOTRE PROJET ÉDUCATIF HISTORIQUE Fondée en 1983 notre École entreprendra en septembre 2013 sa trentième (30 e ) année académique. Bien que nous ayons acquis beaucoup de connaissances et d expériences au

Plus en détail

Comment aider les enfants à gérer le stress en compétition Du rôle des parents, des entraineurs et du/de la jeune sportif/ve

Comment aider les enfants à gérer le stress en compétition Du rôle des parents, des entraineurs et du/de la jeune sportif/ve Comment aider les enfants à gérer le stress en compétition Du rôle des parents, des entraineurs et du/de la jeune sportif/ve Virginie Nicaise Maître de Conférences Université de Lyon Préparatrice Physique

Plus en détail

CONFÉRENCE 24 MARS 2015

CONFÉRENCE 24 MARS 2015 QUE NOUS APPREND L ENQUÊTE MONTRÉALAISE SUR L'EXPÉRIENCE PRÉSCOLAIRE DES ENFANTS DE MATERNELLE SUR L EFFET PROTECTEUR DE LA FRÉQUENTATION D UN SERVICE ÉDUCATIF? CO-CHERCHEURES PRINCIPALES : DANIELLE GUAY

Plus en détail

Analyses de Variance à un ou plusieurs facteurs Régressions Analyse de Covariance Modèles Linéaires Généralisés

Analyses de Variance à un ou plusieurs facteurs Régressions Analyse de Covariance Modèles Linéaires Généralisés Analyses de Variance à un ou plusieurs facteurs Régressions Analyse de Covariance Modèles Linéaires Généralisés Professeur Patrice Francour francour@unice.fr Une grande partie des illustrations viennent

Plus en détail

Abdenour Mouloud Matouk Belattaf

Abdenour Mouloud Matouk Belattaf Abdenour Mouloud Matouk Belattaf Algérie Université A-Mira-Bejaia, Algérie La société de l information dans le monde: Etat des lieux et perspectives Introduction L avènement des nouvelles technologies

Plus en détail

PARTIE I : ÉCRIRE POUR APPRENDRE

PARTIE I : ÉCRIRE POUR APPRENDRE Table des matières Introduction! L écriture à travers le curriculum! Motiver les élèves à écrire! Le processus d écriture! L enseignement de l écriture! Comment utiliser cet ouvrage! Déterminer les objectifs

Plus en détail

LA PRÉMATURITÉ II.CONSEQUENCE SUR LE DEVELOPPEMENT ET LA SANTE DE L ENFANT

LA PRÉMATURITÉ II.CONSEQUENCE SUR LE DEVELOPPEMENT ET LA SANTE DE L ENFANT LA PRÉMATURITÉ I.DEFINITION Durée de gestation normale : 40 semaines Bébés légèrement prématurés : nés entre 33 et 37 semaines complètes d âge gestationnel ou ont un poids entre 1500 et 2500 grammes ou

Plus en détail

Notions de base sur le budget personnel

Notions de base sur le budget personnel Notions de base sur le budget personnel Niveau 8 Dans la présente leçon, les élèves apprendront les notions de base relatives à l établissement d un budget. La leçon portera sur la consignation des revenus

Plus en détail

Résultats détaillés des écoles

Résultats détaillés des écoles Résultats détaillés des écoles Comment interpréter les tableaux Les tableaux fournissent beaucoup de renseignements et chacun d eux est digne d attention. En général, nous recommandons au lecteur de prendre

Plus en détail