DOSSIER DE PRESSE. Voyage au cœur des réseaux d imagerie médicale

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DOSSIER DE PRESSE. Voyage au cœur des réseaux d imagerie médicale"

Transcription

1 DOSSIER DE PRESSE Voyage au cœur des réseaux d imagerie médicale Service de presse et de communication : MHC Communication Marie-Hélène Coste / Véronique Simon 38 avenue Jean Jaurès Arcueil Tél. : Fax : : 1

2 Le partage des images médicales à l ère du numérique La révolution numérique est en marche et investit les hôpitaux. Consultation simultanée d images radiologiques, diagnostic assisté par ordinateur, suivi des patients, dossier médical en ligne le numérique est en train de révolutionner l univers de la santé et ses possibilités sont immenses. Outre les progrès technologiques considérables qu il engendre en matière de prévention et de soins, le numérique représente un formidable outil de gestion des coûts financiers. En 2008, les dépenses de santé représentaient 11 % du PIB (1) en France, une part qui a presque doublé depuis 1970, faisant de la maîtrise des coûts de santé un enjeu majeur. Prévention accrue, meilleur suivi médical du patient, réduction des coûts les nouvelles technologies permettent, au-delà de la modernisation, une amélioration de la qualité des soins et une meilleure circulation de l information au service du patient qu elle met au cœur des échanges. De tous les domaines de la santé concernés par les progrès technologiques, l imagerie médicale est certainement celui qui connaît, avec l avènement de la 3D et de la modélisation, les évolutions technologiques les plus fulgurantes. Mais ces évolutions créent de nouveaux besoins liés à l augmentation de la production d images dont il faut faciliter l archivage et la circulation, au même titre que la lecture et l analyse. Pivot des progrès à venir, le numérique est déjà au cœur des activités du monde hospitalier et du secteur libéral. Les hôpitaux s informatisent et la radiologie numérique se substitue à la radiologie analogique. La cancérologie, la cardiologie ou encore la neurologie, sans parler des autres spécialités médicales, ne peuvent s envisager aujourd hui sans informatisation. Mais le point nouveau et la clé de voûte du système d informatisation, est la mise en place et le déploiement de systèmes d information, d échange, d archivage et de partage de données numérisées, et en particulier d images, au sein des établissements hospitaliers. Ces systèmes appelés PACS (Picture Archiving and Communication System) pour les images ou RIS (Radiology Information System) pour les autres données, encore peu nombreux il y a quelques années, commencent à se développer, bien qu ils soient encore loin d être en nombre suffisant. La France encore à la traîne des pays Européens en 2008, selon un rapport d Imagerie Santé Avenir (2), comble petit à petit son retard sous l impulsion du plan Hôpital 2012, qui prévoit de développer les systèmes d information hospitaliers dans une logique de regroupement et de mutualisation. Beaucoup de chemin reste à parcourir pour généraliser les PACS et les mutualiser au niveau régional et national, mais plus personne ne conteste aujourd hui l intérêt de supprimer les vieux clichés d antan. «Voyage au cœur des réseaux d imagerie» vous invite à découvrir, à travers l exemple de l Institut Curie, les réseaux de partage d images numériques, leurs avantages pour les établissements de santé et les patients et leurs enjeux. (1) (2) Source : Eco-Santé France 2009, d'après les Comptes nationaux de la santé, Drees Réseaux d imagerie médicale et système d information au service du patient 2

3 Présentation et définitions techniques 1 Les systèmes d information médicale Les systèmes d information médicale ont pour objectif de regrouper toutes les données concernant le patient pour permettre leur échange et leur communication et interconnecter les différents professionnels impliqués dans la prise en charge et le suivi du patient. En France, les systèmes d information concernent encore, pour une majorité des structures, la gestion financière. Toutefois, les systèmes d information médicale, longtemps absents du monde médical faute de pratique informatique et de volonté politique, commencent à se développer. Tout le monde s accorde, en effet, aujourd hui, sur la nécessité de mettre en place des systèmes d information médicale intégrés, construits autour d un «dossier patient clinique» qui assure l archivage, l échange, le partage et la traçabilité de l ensemble des données de santé. Ce développement représente la condition et l outil indispensables à la bonne utilisation de l offre de soins et à la qualité des soins. Dans ce cadre, l imagerie médicale qui constitue dans les faits la discipline, la technologie et le plateau technique autour desquels se créent les systèmes d information intra ou inter établissements, joue un rôle prépondérant et devient un élément important et structurant de ces systèmes d information. L imagerie médicale, au cœur de la pratique de santé L imagerie médicale est le domaine qui a le plus contribué au progrès médical depuis 20 ans, s imposant comme un pivot du développement futur de la médecine. D année en année, la proportion d images médicales obtenues sous forme numérique croit considérablement et constitue la base du diagnostic clinique. L imagerie intervient à tous les niveaux du processus de soin : dépistage, diagnostic, bilan préthérapeutique, aide à la décision, planification et orientation des traitements et suivi de l efficacité de certains traitements et du pronostic. Son usage optimise la prévention, l accompagnement et le suivi d un nombre croissant de pathologies. Par exemple : En cancérologie, l IRM corps entier et le TEP sont les examens clés du diagnostic, du bilan d extension pré-thérapeutique et du suivi de la recherche de récidive dans la plupart des cancers. Pour les pathologies vasculaires et cardiovasculaires, les scanners et l IRM cardiaque font référence. En neurologie : l IRM est nécessaire pour de nombreuses pathologies, notamment pour la maladie d Alzheimer. Dans la prise en charge des urgences, un plateau d urgence ne peut accueillir des patients sans un accès privilégié et dédié au scanner. 1 Source : Rapport Imagerie Santé Avenir «Réseaux d imagerie médicale et systèmes de santé au service du patient», mars

4 Comme le souligne le Pr. Patrice Taourel, chef du service radiologie de l hôpital Lapeyronie, Montpellier, «les indications de la chirurgie ouverte ont diminué car les chirurgiens n opèrent plus «pour voir» et car la radiologie interventionnelle s est substituée dans certains domaines à la chirurgie.» Les progrès technologiques en matière d imagerie et de communication facilitée et optimisée des images entre les différents praticiens, répondent aux besoins de la médecine moderne. Les images sous forme de données numériques ont permis le développement de stations et consoles de visualisation et d interprétation sur écran entraînant une utilisation croissante des techniques de traitement et d analyse automatiques des images. L acquisition des images sous forme numérique s applique à différents équipements : IRM, scanner, scintigraphie, angiographie, échographie, radiographie conventionnelle (plaques au phosphore et capteurs), mammographie Des équipements réseautiques sont nécessaires, non seulement pour optimiser l usage des images mais aussi pour permettre leur bonne utilisation, établie selon le respect des bonnes pratiques. Le RIS et le PACS permettent de communiquer et d archiver le dossier d imagerie du patient qui doit être intégré au dossier clinique. Ils peuvent être un élément structurant pour le dossier médical du patient. Les réseaux d imagerie médicale Les réseaux d imagerie ont plusieurs objectifs : Interconnecter les différents équipements d imagerie médicale pour réduire les opérations manuelles et optimiser la circulation des images, de leur production à leur interprétation. Transférer rapidement les images à l intérieur et à l extérieur des établissements pour accélérer et optimiser les processus diagnostiques et thérapeutiques, améliorer la qualité des soins et assurer un meilleur suivi des patients. Partager l imagerie avec les différents médecins en charge du patient tout au long de sa maladie et dans le cas de maladies chroniques au gré de sa mobilité sociale, biologique ou thérapeutique. Archiver de façon rationnelle et durable les images réalisées pour en disposer de façon rapide à la demande des équipes en charge du malade. 4

5 Deux éléments interviennent pour structurer un réseau d imagerie : le RIS et le PACS. Le RIS - Radiology Information System ou Système d Information en Radiologie - est un système réseautique de gestion des activités d un service radiologique. L optimisation de ce système nécessite l utilisation d un PACS (Picture Archive and Communication System) pour permettre la diffusion des demandes de médecins, des images et des comptes rendus, le RIS ne diffusant que sur les stations d interprétation dans les services de radiologie. Le PACS - Picture Archiving and Communication System - est un système de gestion électronique des images médicales avec des fonctions d'archivage, de stockage et de communication rapide. Ses capacités sont très supérieures à tous les équipements existants et offrent des perspectives de développement des réseaux d imagerie à grande échelle et sur le long terme. Il optimise le RIS dont il est le complément indispensable pour la gestion des images. D une manière simplifiée, le PACS est un système informatisé qui centralise et qui gère l acquisition numérique de tous les examens radiologiques, la consultation de ces images sur des consoles de visualisation, l impression et l envoi d images à l intérieur et en dehors de l hôpital ainsi que l échange d informations administratives avec les systèmes informatiques radiologiques (RIS) et hospitaliers (SIH). Le PACS représente l évolution naturelle des nouvelles technologies numériques vers un environnement global numérique où les activités basées sur le film sont progressivement remplacées par leur équivalent numérique pour aboutir à une pratique sans film. Il est le sous ensemble du système d information hospitalier (SIH) permettant de collecter, stocker et archiver des images dans une banque d images accessible de n importe quel point de l hôpital par tous les professionnels concernés, permettant ainsi l échange optimisé de ces informations. Les principales fonctions du PACS sont : Le stockage de tous les examens radiologiques. La gestion et la mise en réseau de toute la production d images numérisées avec un accès simultané à la même image à partir de n importe quel poste de travail. L archivage, en assurant la conservation des images numériques sans risque de perte ou de détérioration de leur contenu. La consultation d examens radiologiques sur des stations ou consoles de visualisation. Le diagnostic, en permettant la manipulation et le traitement local des images. Le partage et l envoi d images dans et en dehors du service ou de l hôpital pour rendre l accès facile et rapide à toutes les images pour tous les médecins concernés. L échange d informations administratives avec les systèmes informatiques radiologiques (RIS) et hospitaliers (SIH). 5

6 La fonction d archivage assurée par le PACS est la condition pour utiliser au mieux les images en garantissant leur bonne conservation et leur accès rapide. Cette fonction permet une meilleure qualité de soins et est particulièrement cruciale pour les programmes de dépistage et la prise en charge des maladies chroniques. Source : Société Française de Radiologie Conditions du développement de ces réseaux La transmission des images au travers d un réseau nécessite une standardisation du format des messages et le respect des normes et protocoles établis par l industrie pour assurer la cohérence et l inter compatibilité des systèmes. Ces normes sont : Le DICOM (Digital Imaging Communication in Medicine ; transmission d imagerie médicale numérique). Le HL7 (Health Level 7) pour l échange d informations textuelles qui assure l uniformité et la compatibilité entre les RIS et les SIH. Le IHE (Integrating the Healthcare Enterprise) défini pour assurer le partage d informations entre professionnels de santé. Le système RIS/PACS, intégré au SIH est un outil d avenir pour constituer le dossier d imagerie du patient. Il améliore la qualité des soins en favorisant la communication entre les praticiens autour de l imagerie et plus généralement du dossier patient auquel l image doit être intégrée. En améliorant la circulation des images dans la structure hospitalière, les réseaux d imagerie intra hospitaliers permettront à terme une communication inter établissements et la réalisation d un dossier patient. Ces équipements sont fondamentaux. En Europe et dans le Monde, de nombreux pays l ont compris et ont investi dans les réseaux d imagerie RIS et PACS pour entrer en cohérence avec le développement des installations d appareils d imagerie multi-coupes (scanners, IRM..) dont ils optimisent les fonctionnalités, pour améliorer la qualité des soins et pour réduire les coûts de santé. 6

7 L Institut Curie, hôpital sans film Acteur majeur de la cancérologie, l Institut Curie est résolument tourné vers le futur avec un objectif clair : prendre le cancer de vitesse. A la fois centre de recherche et ensemble hospitalier, le «modèle Curie» allie recherche et soins innovants. Son originalité tient à une démarche unique fondée sur le rapprochement de chercheurs, de soignants et de patients permettant ainsi d accélérer la mise à disposition de nouveaux traitements performants. Centre de lutte contre le cancer de référence et pionnier pour des traitements conservateurs et des techniques de pointe, l Institut Curie inspire de nombreuses structures en France et à l international. Le PACS : dans la continuité de la mission d innovation de l Institut Avec consultations par an, nouveaux patients par an, séances de radiothérapie et chimiothérapies ambulatoires, l Institut Curie produit un nombre d images considérable. Dès 2000, fidèle à ses principes d innovation, de performance technologique et de qualité de soins, l Institut Curie opte pour le passage progressif au «tout numérique» dans le département d imagerie, étape indispensable avant l acquisition d un PACS en 2002, puis pour l abandon de la traditionnelle pochette de clichés radiographiques, en devenant en 2007 un «hôpital sans film». Les étapes clés de la mise en place du PACS L hôpital «sans film» fait suite à la mise en œuvre du Dossier Médical Informatisé (DMI) qui voit le jour en Une longue phase d étude, de préparation et d anticipation destinée à faciliter l intégration du PACS dans le système de gestion informatique de l hôpital et son adaptation à la pratique quotidienne des radiologues et des cliniciens, précède le choix technologique et la mise en route du PACS. En juin 2002, l Institut Curie met en place son PACS avec l installation d un logiciel de visualisation et de stockage d image. Les équipements radiologiques sont reliés au PACS, l interprétation se fait désormais sur console. L amélioration de la pratique quotidienne des manipulateurs et radiologues est immédiate : les postes de travail ont été adaptés avec des doubles et triples écrans, les images et examens antérieurs ainsi que les comptes rendus sont facilement accessibles et visibles simultanément. Le gain de temps est considérable. Les comparaisons sont facilitées et l interprétation gagne en précision et en qualité. S ensuit à l automne 2002 la mise en place du système auprès d utilisateurs «pilotes» -les médecins anesthésistes- choisis pour leur besoin quotidien de consultation d images en des lieux différents de l hôpital. La généralisation de l accès aux images numériques à tout l hôpital et de la formation de l ensemble des médecins de l établissement se fait très vite, dès 2003, sur demande des cliniciens pour lesquels une véritable attente a été créée. 7

8 L année 2006 est une année charnière marquée par l augmentation de la capacité du PACS et la mise à niveau des serveurs, la constitution d un comité de pilotage en prévision du sans film et l installation d un logiciel pour intégrer les CD-ROM de ville aux accueils médicaux. L arrêt de l impression des films radiologiques a lieu en janvier Au total, plus de quatre années auront été nécessaires à la mise en place de l ensemble des procédures de l hôpital sans film. Un outil informatique au service des médecins et des patients Outil de partage de l information pour une meilleure communication et une meilleure prise en charge du patient, le PACS assure le stockage et l archivage de tous les examens et des images radiologiques de l Institut. Il permet également la consultation simultanée sur des postes de travail différents et le transfert des données (de l intérieur vers l extérieur ou inversement), de PACS à PACS pour les structures équipées directement par le même constructeur ou par routeur pour celles qui sont en réseau, via un VPN (réseau virtuel privé), permettant l accès aux données autorisées du serveur de l établissement (dossier médical et images) pour les cliniciens extérieurs non «pacsés» ou, à défaut, par CD-ROM. Le PACS (Picture Archiving and Communication System) est en effet essentiel pour communiquer les données d imagerie d une structure de santé à une autre, dans le cadre du déplacement ou du transfert des patients, leur prise en charge pouvant se faire dans des établissements géographiquement différents. L Institut Curie est en réseau avec les hôpitaux de l AP- HP et les Centres de la Fédération Nationale des Centres de Lutte contre le Cancer (FNCLCC). Chaque jour, 260 examens sont stockés et entre 25 et 30 utilisateurs sont connectés au même moment grâce au PACS. Aujourd hui, le PACS c est : examens en ligne pour patients distincts séries d images - 70 millions d images stockées et archivées, soit un volume de 40 To (tétra-octets) - 5 consoles d interprétation pour la radiologie standard, le scanner et l IRM - 2 consoles dédiées à la mammographie numérique - 2 consoles dédiées respectivement au Pet-scan et à la médecine nucléaire - Soit une dizaine de stations utilisées par les radiologues et les médecins nucléaristes postes de travail (PC), soit l ensemble du parc informatique de l Institut Curie, capables de visualiser les images du PACS Depuis l installation du PACS, consoles d acquisition des données, postes d interprétation et chambres claires sont partout. Toutes les sources d image sont numériques. La consultation des images se fait exclusivement sur PC pour tous les examens radiologiques, sauf pour les mammographies, les données médicales sont accessibles simultanément à l affichage des images et la comparaison avec un examen antérieur est facile, l accès aux séries d images étant possible grâce à un lien URL avec le PACS. Enfin, les images clés sont accessibles directement dans le dossier médical informatisé à la suite du compte rendu. 8

9 A tout moment et en toutes circonstances, les cliniciens ont accès aux informations et aux images : pendant la consultation, au bloc opératoire, en réunion de staff et pour les visites en hospitalisation. Le PACS : infrastructure et fonctionnement Simplicité et facilité de mise en œuvre caractérisent l infrastructure développée. Elle s appuie sur un serveur principal de grosse capacité qui assure toutes les fonctions d acquisition, d indexation sur une base de données, de stockage et de diffusion des images vers les consoles d interprétation et les cliniciens. Consoles d acquisition Source Instit des images Réseau PC Mode de fonctionnement : - Envoi automatisé des images sur un premier serveur au moment où elles arrivent. Ce serveur principal reçoit les données saisies et diffuse les images. - Indexation dans une base de données Oracle. - Premier stockage sur un espace court terme d accès très rapide qui contient 2 années d examens en ligne. - Archivage sur un second dispositif de plus grosse capacité qui sert également de stockage secondaire et permet d avoir l intégralité des examens en ligne avec des temps d accès légèrement moins performants. - Envoi des images vers un second serveur qui va piloter un robot de sauvegarde sur bandes pour une sauvegarde externalisée en cas d incident technique majeur. 9

10 Des procédures spécifiques de crise en «mode dégradé» ont été mises en place en cas de dysfonctionnement ou de panne majeure : utilisation du serveur back up éteint en temps normal, validation par les radiologues et conservation de tous les examens sur les consoles d acquisition, impression des clichés sur films ou CD-ROM et archivage de la liste des examens du jour pour une vérification ultérieure. Le PACS au quotidien Questions à Françoise Egret, manipulatrice «PACSeuse» à l Institut Curie En quoi consiste votre travail quotidien? «Notre travail consiste en une série de tâches très diversifiées qui nécessitent un bon sens de l organisation et beaucoup de vigilance. Elles vont de l identification des demandes et du repérage des urgences au classement des dossiers nouvellement rentrés sur le PACS en fonction de l ordre de rendu souhaité, en passant par le traitement des demandes internes ou le transfert externe des dossiers sur CD-ROM pour les médecins qui ne sont pas en réseau ou les patients qui le souhaitent. Parallèlement, un travail de vérification est fait plusieurs fois par jour, y compris en fin de journée, pour s assurer de la cohérence des dossiers d imagerie rentrés sur le PACS et éviter toute erreur. Un dernier check up est fait chaque matin sur la dernière vérification de la veille. A cela s ajoute également le transfert de dossiers pour les essais thérapeutiques qui nécessitent une vigilance accrue du fait de l anonymat». Que vous a apporté le PACS? «Le PACS est un outil d avenir qui élargit notre champ de compétence et d action. Il nous permet d avoir une vue en globalité et de mieux comprendre la pertinence de ce que nous faisons. Le fait d avoir accès très rapidement aux examens antérieurs permet également une meilleure reproductibilité du travail et facilite la comparaison des images. Un autre aspect non négligeable pour nous, manipulatrices, est l absence de port de charge et de souci de radioprotection puisque nous travaillons sur écran. Même une femme enceinte peut continuer à exercer son activité». Les avantages du PACS Pour les patients, le PACS de l Institut Curie est un gage de qualité des soins supplémentaire à tous les niveaux de la prise en charge (du diagnostic au suivi thérapeutique). Le dossier image intégré au dossier médical informatisé du patient est l assurance d un meilleur suivi. Rapidité d accès aux informations, vision d ensemble, concertation et échanges facilités pour les cliniciens, renforcent la qualité du diagnostic et de la décision médicale. Parallèlement, le risque de perte ou de dégradation des films ou des CD-ROM disparaît. Enfin, il n a plus besoin de porter ou faire suivre son dossier à chaque consultation. Pour les radiologues et médecins cliniciens, le PACS facilite l interprétation dans la mesure où le dossier radiologique est complet et mis à jour au fur et à mesure des examens et interventions et en ligne 24h/24 et 7j/7. C est également un outil d aide à la prise de décision du fait de la facilité et de la rapidité des échanges entre médecins qu il induit, en interne ou à l extérieur. La concertation peut se faire à tout moment, même en consultation, chaque médecin ayant accès directement et simultanément aux images. 10

11 Les manipulateurs, quant à eux, gagnent un temps précieux qu ils peuvent consacrer aux patients. De plus, l accès aux examens antérieurs facilite la reproductibilité des examens successifs pour la surveillance. Les secrétaires n ont plus de dossier radiologique à gérer et sont donc plus disponibles pour mieux organiser leur travail et les archivistes voient leur carrière évoluer. D un point de vue économique, le PACS représente une économie considérable sur le coût des films : en 2003, les frais de films de l Institut Curie s élevaient à euros par an. En 2007, ils n étaient plus que de euros (principalement pour les mammographies). En outre, les frais de maintenance sur les reprographes ont chuté drastiquement. A cela s ajoutent des avantages écologiques évidents. Ces économies sont néanmoins en partie réduites par l ensemble des coûts de fonctionnement du PACS (maintenance, renouvellement matériel, coûts d administration). Du point de vue de l organisation du travail, le «sans film» a fait évoluer les pratiques professionnelles en facilitant la gestion des images, l ensemble des données patient étant reliées en ligne, et ouvert de nouvelles perspectives pour les manipulateurs et les archivistes. Le bilan d une expérience réussie Le PACS a révolutionné la pratique quotidienne de l Institut Curie. «C est un gain extraordinaire dans les facilités de communication et dans la rapidité. La possibilité que deux personnes situées dans deux endroits différents de l hôpital, puissent avoir accès aux images exactement au moment où elles en ont besoin représente un gain de temps et un progrès considérables», commente le Dr Sylvia Neuenschwander, chef du département d imagerie médicale de l Institut, Présidente de la SFR, responsable du groupe SFR.CR et leader du projet. La gestion des dossiers d imagerie occupait, en effet auparavant, trois archivistes, dont un à plein temps pour la seule recherche des dossiers. Et il pouvait arriver qu en l absence d images antérieures, le département soit obligé de refaire des clichés. Le PACS a également permis un saut de compétence en facilitant l accès aux images de l ensemble des radiologues et des cliniciens et leur comparaison : l analyse et le diagnostic ont gagné en pertinence. La formule «A comparer aux examens antérieurs» qui figurait au bas des comptes rendus d examens, faute d accès aux images des examens précédents du patient, a été rayée du vocabulaire de l hôpital. Aujourd hui, le PACS est totalement entré dans la pratique quotidienne de l hôpital. Il est souvent cité comme un modèle de réussite. Pour Philippe Rizand, Directeur des Systèmes d Information de l Institut Curie, le succès tient, au-delà de la qualité et de la relative simplicité de l infrastructure, à la réussite de l intégration du PACS au système de gestion informatique existant et à son ouverture très rapide à l ensemble des cliniciens. «On a réussi à créer l envie, l outil était simple à prendre en main, et le bouche à oreille généré par les anesthésistes «pilotes» a très bien fonctionné. Il y avait une vraie attente des cliniciens qui très vite n ont plus demandé de films». 11

12 L arrivée de nouveaux équipements d imagerie médicale très performants qui génèrent cinq à dix fois plus d images qu auparavant et la demande de CD-ROM, encore très forte du fait de l absence de généralisation du PACS au niveau régional et national, sont autant d indicateurs de l accroissement de l activité du PACS de l Institut Curie. Une augmentation qui souligne l importance de matériels performants, de travail en équipe et de procédures claires, pour donner aux acteurs de la chaîne des soins, accès à un dossier numérique cohérent et améliorer l accueil et la prise en charge de chaque patient. 12

13 Le PACS au service des urgences L imagerie médicale numérique génère un nombre d images considérable et les progrès technologiques sont tels (coupes de plus en plus fines, reconstruction en trois dimensions ) que la radiologie devient de plus en plus interventionnelle. Son rôle va bien au-delà de l exploration et du diagnostic. C est désormais un outil de modélisation et d aide aux cliniciens pour mieux cibler la zone d intervention et guider le geste chirurgical ou thérapeutique. Le numérique a ouvert un tel champ de possibilités qu il n est plus concevable pour un radiologue aujourd hui de travailler sans archiver ses images et sans utiliser les moyens modernes d accès et de partage de l information qu offrent les réseaux informatiques. Outil indispensable d aide à la prise en charge et à la qualité des soins, le PACS prend toute sa valeur dans le cadre des urgences. Pas d urgence sans PACS Pour le Pr. Patrice Taourel, responsable du groupe SFR Urgence et chef du service de radiologie de l hôpital Lapeyronie, Montpellier, il n est tout simplement pas concevable aujourd hui d assurer des urgences, notamment en scanner, sans PACS. «Le PACS dans les urgences ne pourrait pas ne pas exister». L urgence présente, en effet, des spécificités qui rendent le stockage et le partage des images indispensables. Ce sont : - Le volume d images généré ; - La découverte, du fait du nombre important d images réalisées, de lésions souvent sans rapport direct avec la symptomatologie principale ; - La nécessité d une lecture rapide et sériée de l information ; - Le partage simultané de l information avec différents cliniciens dont on ignore au départ celui qui sera l intervenant principal. L urgence génère un grand volume d images Le meilleur exemple est celui du polytraumatisé, très fréquent aux urgences. «Même si on voulait interpréter un polytraumatisé sur films, on ne pourrait pas», explique le Pr. Patrice Taourel. Un polytraumatisé qui arrive aux urgences c est, la plupart du temps, un scanner «corps entier» pour rechercher, au-delà de la symptomatologie clairement identifiée, les lésions graves, diversement associées et potentiellement mortelles. Soit images numériques, ce qui équivaut à 300 planches radiologiques de films traditionnels pour lesquelles l interprétation nécessiterait une pleine journée de lecture. Il n est pas possible de jeter l information acquise dans le cadre de l urgence Le numérique, du fait du volume d images généré, pose, au-delà de la facilité de lecture qu il offre, la question de l archivage. Il n est pas possible, en effet, d un point de vue médico-légal, de jeter l information acquise. 13

14 D abord, parce que les examens radiologiques ne sont jamais totalement anodins et qu il faut éviter de refaire inutilement des clichés. Mais aussi, souligne le Pr. Taourel, parce que ces images concernent la santé et sont précieuses. «Tout le monde trouve normal de faire des photos numériques de famille ou de vacances et de les stocker sur disque dur. Cela paraît complètement fou de garder des photos qui ne mettent pas en jeu la vie de quelqu un et de ne pas conserver l information qui touche ce qui est le plus cher pour nous, notre santé!». Enfin, parce que l urgence conduit à explorer plus de secteurs d organes que les examens traditionnels et que les images acquises doivent pouvoir être consultées ultérieurement. Ceci dans le cadre de l intervention d urgence une fois le diagnostic posé ou du suivi, ou encore d une surveillance à plus long terme lorsqu une lésion à laquelle on ne s attendait pas a été découverte. L exploration radiologique réalisée dans le cadre des urgences permet, en effet, de recueillir beaucoup d informations : des informations qui ont de l impact avec le poly-traumatisme, des informations qui ont de l impact mais qui n ont pas de rapport avec le poly-traumatisme et des informations qui n ont pas d impact. «Il y a l information dont vous allez avoir besoin immédiatement ou dans deux jours mais aussi celle que vous allez recueillir et que vous n utiliserez que dans trois mois ou lors d une simple surveillance». Il faut faire vite et partager l information avec différents cliniciens La question de l archivage est d autant plus cruciale dans le cadre de l urgence qu il faut faire vite. En urgence, le mode de lecture des images est rapide mais systématique et hiérarchisé. Si le pronostic vital est en jeu, le radiologue recherchera en premier lieu les événements à impact clinique immédiat et c est seulement ensuite qu il se donnera le temps d être systématique. Or sans PACS, une fois lues, les images sont détruites par manque de possibilité de stockage. L urgence impose de revenir sur l information acquise, donc d archiver, et de la mettre en ligne immédiatement, ne serait-ce qu un moment, pour la transmettre très rapidement à l ensemble des intervenants pour une prise de décision et une intervention dans les plus brefs délais. «Il faut sérier l information et en même temps être capable de la transmettre très vite à ceux qui vont intervenir et qui ont, eux aussi, besoin de voir et de modéliser l anomalie parce que ce sont eux qui vont opérer». Un PACS oui, mais pas n importe lequel L impact médical du PACS sur la qualité des soins en urgence est largement avéré, on ne fait plus d urgence sans PACS. Mais la question de la puissance et de la capacité à absorber les examens, tout comme celle de la durée de la mise en ligne ou en accès restreint ou différé, de ces PACS reste ouverte. 14

15 Déploiement des réseaux en France La nécessaire évolution vers le PACS Au carrefour des interventions médicales, l imagerie tient une place essentielle dans la prise en charge du patient. Aujourd hui, le dernier bastion de l imagerie analogique est en train de disparaître avec le développement de la mammographie numérique. La production d images est progressivement exclusivement numérique et les performances des nouveaux matériels d imagerie (multi-coupes et reconstruction en 3D) rendent l utilisation des PACS nécessaire. «Il y a à peine dix ans encore, les appareils de radiologie conventionnels produisaient des coupes séquentielles d une centaine d images. Les scanners d aujourd hui ont la capacité d explorer un patient de la tête aux pieds en moins d une minute et produisent des milliers d images, bouleversant ainsi totalement l exercice médical», explique le vice-président de la SFR, le Dr Laurent Verzaux, radiologue libéral au Havre. Parallèlement, le besoin d accès et de partage de données d imagerie augmente avec la baisse de la démographie médicale, les contraintes d organisation de la permanence des soins et du suivi des pathologies chroniques ou du cancer et la mutualisation des ressources. En 2025, on estime que la population des radiologues aura diminué d un quart. Si les technologies de l information et de la communication posent d importants défis, elles sont aussi l expression d une évolution incontournable. Le PACS, parce qu il offre une réponse parfaitement adaptée aux enjeux médicaux et socio-économiques actuels de la santé et s inscrit dans la droite ligne du Plan hôpital 2012, en est une parfaite illustration. Le PACS, pivot de la prise en charge Le PACS est un outil clé pour la prise en charge des patients et la cohérence des soins. Il est indispensable pour l exercice quotidien de la médecine où la surveillance et le suivi nécessitent des comparaisons avec les images antérieures. C est le cas en radiologie conventionnelle, en orthopédie par exemple, pour le suivi des fractures. C est également le cas dans d autres domaines comme : - la cancérologie où la surveillance est très rapprochée, - les urgences où la prise de décision rapide est décisive pour la survie du patient, - ou encore les campagnes de dépistage où l archivage systématique et la double lecture des images s imposent. Il facilite, en outre, l intégration des images au dossier informatisé des patients par la collecte et l archivage systématique des données. Le transfert de données d imagerie est, au-delà de l archivage et du partage d images, la deuxième application du système PACS. C est aussi un atout majeur pour répondre aux enjeux de la téléradiologie et de la télémédecine qui préfigurent la médecine en réseau de demain. 15

16 Le PACS, facteur d économies Les examens redondants, réalisés faute d accès aux examens existants ou antérieurs dans le cadre du suivi des patients, des urgences ou encore des transferts de malades, entraînent des surcoûts inutiles et une exposition supplémentaire aux rayons X. Parce qu il évite la duplication d examens, le PACS est un facteur évident de rationalisation et de maîtrise des coûts de santé. Outre les économies de temps qu il génère et qui ont un retentissement bénéfique sur la prise en charge, «le PACS a également un impact positif sur la demande itérative de soins de certains patients qu il permet de freiner» souligne le Dr Laurent Verzaux. Aux économies ainsi réalisées s ajoute la diminution des coûts liée à la suppression de l impression des films radiologiques mais celle-ci est annulée par l augmentation des charges de maintenance et d augmentation régulière des capacités mémoires des installations, sans oublier l impact écologique positif que représente l abandon des produits de traitement des films. La France, toujours en retard en matière d équipements réseautiques d imagerie La France accuse un fort retard en matière d équipements réseautiques d imagerie médicale. Le parc d équipements en RIS et en PACS a augmenté très lentement au cours des dernières années. En 2001, seules 7 structures de soins dont seulement 2 CHU étaient équipées d installations RIS et PACS. En 2003, leur nombre avait doublé avec 14 établissements équipés pour atteindre en , 128 structures dont 48 hôpitaux (12 CHU et 38 CHR/CHD/ CH) sur les établissements français de plus de 100 lits aigus qui disposent d au moins deux installations d imagerie médicale. Un nombre encore très insuffisant qui plaçait, à l époque, la France en queue de peloton européen avec un taux d équipement en PACS de 12 %. La France se situait alors très en dessous du niveau européen moyen, la plupart des grands pays européens étant déjà équipés à plus de 50 % (source : Données HINE Rapport ISA 2008 «Réseaux d imagerie médicale et systèmes d information au service du patient» réalisé par MBSI). Même si des progrès ont été accomplis (aucune donnée précise plus récente n est disponible), la France peine à combler son retard alors que de nombreuses régions du monde ont mis en place avec succès des systèmes de PACS. L Allemagne, la Belgique et l Italie, sans parler de l Angleterre qui a équipé l ensemble de ses établissements de soins de PACS en trois ans ( ), ont un taux d équipement nettement supérieur à celui de la France. 16

17 Quelles perspectives? Le déploiement des PACS est actuellement freiné par le manque de moyens financiers de bon nombre de petites et moyennes structures qui n ont pas la possibilité d investir dans les équipements nécessaires à sa mise en place, ni les ressources pour le faire fonctionner. Si la volonté politique exprimée dans le plan Hôpital 2012 encourage l informatisation des structures hospitalières, nombre de questions, propres à la situation française, qui touchent à l identifiant patient et à la mise en place du dossier médical informatisé, à la généralisation des normes DICOM nécessaires à la cohérence des réseaux ou à la récente suppression de l avenant 24 destiné à financer l archivage des images et le passage au PACS des radiologues libéraux, n ont pas encore trouvé de réponses. Elles sont autant de points de difficultés qui entravent la progression des PACS en France. Au niveau national, les grosses structures s équipent peu à peu mais la communication interhospitalière n en est qu à ses balbutiements. Bon nombre d établissements, équipés pour l archivage et le partage des images, doivent passer à la seconde étape de mise en place de leur PACS qu est le transfert inter-hospitalier des données. Avec, entre autres écueils, le risque de duplication des archivages. Tout en sachant, comme le souligne le Dr Sylvia Neuenschwander, que la question de la pertinence et de la durée de l archivage n a pas encore été résolue. «On imagine que dans le futur, un examen, qu il soit fait à l hôpital public ou dans un cabinet libéral, devra aller dans un même dossier électronique, mais cela pose la question des données que l on va conserver. Quelles données doit-on garder et doit-on toutes les garder?». Au niveau régional, la mutualisation des équipements offrirait une solution adaptée à ce problème ainsi qu au manque de ressources financières des petites et moyennes structures de soins. A cet égard, la mise en place des Agences Régionales de Santé (ARS) laisse espérer une accélération des équipements réseautiques en région. Dans cet esprit, des initiatives intéressantes voient le jour, comme le projet «Région sans film» lancé dans différentes régions. En Ile de France, l Agence Régionale de l Hospitalisation de l Ile de France (ARHIF) en a fait un projet de grande envergure : le plus important projet actuellement en France d un budget de 24 millions d euros destiné à mettre en place des PACS dans plus de 90 établissements (publics, privés, PSPH ) de santé de la région parisienne. Ce projet correspond à 1,3 million d examens annuels archivés. La première phase démarre à peine avec l équipement des 30 premières structures. L élargissement aux autres établissements est prévu à la vitesse de 5 établissements par trimestre. Pour Laurent Treluyer, chargé de mission à la Mission pour l Informatisation du Système de Santé (MISS), la mise en place de PACS permettra dans un premier temps une communication à l intérieur de l établissement puis entre établissements. «Le but, à terme, est que ce projet pilote puisse se mettre en place dans d autres régions». 17

18 Conclusion La Société Française de Radiologie a fait du soutien à l installation des réseaux d information en imagerie une de ses priorités, et l a inscrite à l article 3 de son Plan d urgence en 10 points (cf. annexe) : «Soutenir l installation des réseaux d information qui permettent l archivage et le partage des clichés d imagerie afin de renforcer l efficacité des soins». En effet, le déploiement des réseaux d imagerie s inscrit dans un contexte qui les rend absolument nécessaires. Aujourd hui, l enjeu n est plus de développer des technologies sans films mais d assurer l amélioration de la qualité des soins dans le cadre des contraintes de dépenses publiques et de déficit en ressources humaines liées à la diminution de la démographie médicale, aux difficultés de recrutement dans les filières paramédicales et à la réduction du temps de travail. Obligations légales d assurer le droit d accès des patients à leur dossier médical, suivi personnalisé des malades prévu dans le Plan Cancer, développement de programmes de dépistage qui nécessitent le suivi et le rappel des patients, réorganisation territoriale de l offre de soins, développement de procédures d accréditation des structures de santé sur des critères de qualité de service rendu ou de systèmes d évaluation des pratiques médicales sont autant d éléments qui plaident pour le développement des réseaux d imagerie. Des réseaux dont les bénéfices individuels en termes de qualité de soin et collectifs sur l organisation de l offre de soins et l amélioration de sa productivité sont à ce jour largement démontrés. Reste à savoir si la volonté politique sera assez forte pour rattraper le retard important accumulé par la France en comparaison de ses voisins européens. 18

La mise en place du PACS 1 Midi-Pyrénées s inscrit

La mise en place du PACS 1 Midi-Pyrénées s inscrit Pr Louis Lareng ADMINISTRATEUR Dr Monique Savoldelli DIRECTEUR SIH Karine Seymour CHEF DE PROJET 35 GROUPEMENT DE COOPÉRATION SANITAIRE TÉLÉSANTÉ MIDI-PYRÉNÉES, TOULOUSE Mise en place d un PACS mutualisé

Plus en détail

Gestion de documents. Découvrez HYDMedia. Système de gestion électronique de documents médicaux

Gestion de documents. Découvrez HYDMedia. Système de gestion électronique de documents médicaux Gestion de documents Découvrez HYDMedia Système de gestion électronique de documents médicaux Découvrez HYDMedia HYDMedia d Agfa HealthCare permet aux hôpitaux et aux établissements de soins de toute taille

Plus en détail

CliniPACS : distribution sécurisée d'images DICOM en réseau local hospitalier

CliniPACS : distribution sécurisée d'images DICOM en réseau local hospitalier CliniPACS : distribution sécurisée d'images DICOM en réseau local hospitalier P. PUECH, JF. LAHAYE, JC. FANTONI [2], L. LEMAITRE CHRU de Lille [1] Plateau commun d Imagerie médicale - Hôpital Claude Huriez

Plus en détail

La Télémédecine dans le cadre de la Plateforme Régionale Santé de Martinique

La Télémédecine dans le cadre de la Plateforme Régionale Santé de Martinique + La Télémédecine dans le cadre de la Plateforme Régionale Santé de Martinique 15 ème Conférence des Fédérations Hospitalières des Antilles et de la Guyane Y. MARIE-SAINTE Directeur 28/04/2011 V1.0 + #

Plus en détail

PLATE-FORME COMMUNE UNE SOLUTION LOGICIELLE UNIQUE POUR AMÉLIORER LA PRODUCTIVITÉ. Logiciel DIRECTVIEW V5 pour CR et DR

PLATE-FORME COMMUNE UNE SOLUTION LOGICIELLE UNIQUE POUR AMÉLIORER LA PRODUCTIVITÉ. Logiciel DIRECTVIEW V5 pour CR et DR Logiciel DIRECTVIEW V5 pour CR et DR UNE SOLUTION LOGICIELLE UNIQUE POUR AMÉLIORER LA PRODUCTIVITÉ Vous pouvez faire confiance aux systèmes CR et DR de Carestream pour leur qualité de prise d images. Maintenant

Plus en détail

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit :

Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit : Secrétariat du Grand Conseil PL 10267 Projet présenté par le Conseil d Etat Date de dépôt: 22 mai 2008 Projet de loi ouvrant un crédit au titre d'indemnité cantonale d'investissement de 3 000 000 F, pour

Plus en détail

LE DACS RADIATION DOSE MONITOR. Le bon réflexe pour une optimisation de la dose

LE DACS RADIATION DOSE MONITOR. Le bon réflexe pour une optimisation de la dose LE DACS RADIATION DOSE MONITOR Le bon réflexe pour une optimisation de la dose Radiation Dose Monitor / QU EST-CE QU UN DACS? / Le DACS (Dose Archiving and Communication System) est à la dose ce que le

Plus en détail

Découvrez L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE

Découvrez L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE Découvrez L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE 2014 L INSTITUT UNIVERSITAIRE DU CANCER DE TOULOUSE L Institut universitaire du cancer de Toulouse (IUCT) est un nouveau modèle français d organisation

Plus en détail

MODULE D EXERCICE PROFESSIONNEL NOTION MÉDICO-ÉCONOMIQUE DES DE RADIOLOGIE ET IMAGERIE MÉDICALE. Dr F Lefèvre (1-2), Pr M Claudon (2)

MODULE D EXERCICE PROFESSIONNEL NOTION MÉDICO-ÉCONOMIQUE DES DE RADIOLOGIE ET IMAGERIE MÉDICALE. Dr F Lefèvre (1-2), Pr M Claudon (2) MODULE D EXERCICE PROFESSIONNEL NOTION MÉDICO-ÉCONOMIQUE DES DE RADIOLOGIE ET IMAGERIE MÉDICALE Dr F Lefèvre (1-2), Pr M Claudon (2) 1 - SCP Radiolor 2 - CHU de Nancy MODE D EXERCICE DU PRATICIEN Choix

Plus en détail

UNE TECHNOLOGIE LIBÉRATRICE. FLUIDITÉ ET SIMPLICITÉ. Vue for. Cloud Services

UNE TECHNOLOGIE LIBÉRATRICE. FLUIDITÉ ET SIMPLICITÉ. Vue for. Cloud Services Vue for Cloud Services FLUIDITÉ ET SIMPLICITÉ. Les médecins cliniciens et les médecins traitants ont besoin de pouvoir accéder aux données du patient librement, rapidement et efficacement. Cependant, les

Plus en détail

Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron. à Saint-Louis

Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron. à Saint-Louis Document d information dans le cadre de l installation d un cyclotron à Saint-Louis Cancers & imagerie médicale Un progrès majeur pour une meilleure prise en charge des patients. Accroitre les possibilités

Plus en détail

Hôpital performant et soins de qualité. La rencontre des extrêmes estelle

Hôpital performant et soins de qualité. La rencontre des extrêmes estelle Hôpital performant et soins de qualité. La rencontre des extrêmes estelle possible? 18 octobre 2012 Professeur Philippe KOLH CIO, Directeur du Service des Informations Médico-Economiques CHU de LIEGE Plan

Plus en détail

A l Assistance Publique - Hôpitaux de Marseille, Octobre Rose est l occasion de mettre en valeur la filière de soins dédiée au cancer du sein.

A l Assistance Publique - Hôpitaux de Marseille, Octobre Rose est l occasion de mettre en valeur la filière de soins dédiée au cancer du sein. OCTOBRE ROSE 2013 La campagne Octobre Rose a pour but d inciter les femmes de 50 à 74 ans à participer au dépistage organisé du cancer du sein. Une femme sur trois ne se fait pas dépister ou pas de manière

Plus en détail

SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE. p. 3. p. 4 LE CESU. p. 5. Les outils. p. 6. Le centre de simulation. Quelques chiffres

SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE. p. 3. p. 4 LE CESU. p. 5. Les outils. p. 6. Le centre de simulation. Quelques chiffres SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE p. 3 LE CESU Les outils Le centre de simulation Quelques chiffres Un exemple : la formation à l emploi des infirmiers des services d urgences En annexe p. 4 p. 5 p. 6 p. 6

Plus en détail

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession Position adoptée par Conseil national de l Ordre des infirmiers le 14 septembre 2010 Nouveaux rôles infirmiers : une nécessité pour la santé publique et la sécurité des soins, un avenir pour la profession

Plus en détail

La salle d opération numérique intelligente

La salle d opération numérique intelligente TM La salle d opération numérique intelligente Compatible. Fiable. Compatible. Le futur au bout des doigts NUCLeUS intègre de manière intelligente les salles d opération numériques La salle d opération

Plus en détail

Gestion électronique de documents

Gestion électronique de documents you can Canon ADOS Architecture for Document Services TM Gestion électronique de documents Gestion électronique de documents ADOS Les exigences complexes posées à la gestion des documents requièrent des

Plus en détail

Leadership, innovation, réussite L A N O U V E L L E R É F É R E N C E E N M AT I È R E D E T E C H N O L O G I E D E L A S A N T É.

Leadership, innovation, réussite L A N O U V E L L E R É F É R E N C E E N M AT I È R E D E T E C H N O L O G I E D E L A S A N T É. Leadership, innovation, réussite L A N O U V E L L E R É F É R E N C E E N M AT I È R E D E T E C H N O L O G I E D E L A S A N T É. Radiologie Cardiologie Worflow Archivage neutre Cloud computing Vue

Plus en détail

Charte régionale des Réunions de Concertation Pluridisciplinaire de PACA, Corse et Monaco

Charte régionale des Réunions de Concertation Pluridisciplinaire de PACA, Corse et Monaco Réseau Régional de Cancérologie ONCOPACA-Corse Charte régionale des Réunions de Concertation Pluridisciplinaire de PACA, Corse et Monaco 1. CONTEXTE ET OBJECTIF Contexte : Cette présente charte a été définie

Plus en détail

FICHE PRODUIT 360 SPEECHMAGIC SDK

FICHE PRODUIT 360 SPEECHMAGIC SDK Development FICHE PRODUIT 360 SPEECHMAGIC SDK PRINCIPAUX AVANTAGES Réduction du temps de traitement des comptes rendus Réduction des frais de transcription Amélioration des soins au patient grâce à un

Plus en détail

Le début de l aventure

Le début de l aventure CONTEXTE L Hôpital Credit Valley et le Centre de Santé Trillium : au cœur du roulement de patient Contexte L Hôpital Credit Valley et le Centre de Santé Trillium forment un nouveau groupe hospitalier qui

Plus en détail

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale :

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Docteur DARY Patrick, Cardiologue, Praticien Hospitalier Centre Hospitalier de St YRIEIX - Haute Vienne 87500 Situé

Plus en détail

1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale!

1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale! Plan «Urgences» 1 ère partie Amont de l'hôpital : organiser la permanence des soins une obligation médicale! Fiche 1.1 La permanence des médecins généralistes Mesure 1 Assurer la permanence de soins Mesure

Plus en détail

Les Dossiers Médicaux Partagés en Franche-Comté :

Les Dossiers Médicaux Partagés en Franche-Comté : Les Dossiers Médicaux Partagés en Franche-Comté : Retour d'expérience du GCS EMOSIT-FC GCS EMOSIST-fc 10, avenue Clemenceau 25000 Besançon PLAN DE LA PRESENTATION 1 La Franche-Comté & EMOSIST-FC 2 Organiser

Plus en détail

GROUPE CLINIQUE DU MAIL

GROUPE CLINIQUE DU MAIL DOSSIER DE PRESSE GROUPE CLINIQUE DU MAIL Le centre d imagerie médicale conforte son implantation sur le site du Mail avenue Marie-Reynoard à Grenoble & présente son nouveau scanner spiralé, issu de la

Plus en détail

les télésoins à domicile

les télésoins à domicile Hiver 2013 Innovation en matière de prestation des soins de santé : les télésoins à domicile Innovation en matière de prestation des soins de santé : les télésoins à domicile Au Canada comme ailleurs dans

Plus en détail

Organisation de la téléradiologie. Guide pour le bon usage professionnel et déontologique de la téléradiologie

Organisation de la téléradiologie. Guide pour le bon usage professionnel et déontologique de la téléradiologie Organisation de la téléradiologie Guide pour le bon usage professionnel et déontologique de la téléradiologie élaboré par le Conseil Professionnel de la Radiologie (G4) et par le Conseil national de l

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes.

DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes.fr DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES Crédit Photo : Nicolas MASSON Cannes, le 6 avril 2011

Plus en détail

Dr L Verzaux Pr Elisabeth Schouman-Claeys

Dr L Verzaux Pr Elisabeth Schouman-Claeys Dr L Verzaux Pr Elisabeth Schouman-Claeys Dépasser une approche normative Se mettre à la place du patient Bonne pratique, bientraitance Démarches qualité structurées Thématiques clés (dont exigences réglementaires)

Plus en détail

PROJET DE TÉLÉMEDECINE

PROJET DE TÉLÉMEDECINE PROJET DE TÉLÉMEDECINE ISIFC 2 ème année Année universitaire 2011-2012 LA TÉLÉSURVEILLANCE Louis ACHA Rafaël MINACORI ISIFC Génie biomédical 23,rue Alain SAVARY 25000 Besançon Cedex Tél : 03 81 66 66 90

Plus en détail

SMART printers. NOuVEAuX usages D IMPRESSION LIÉS À L ÉVOLuTION DE LA RELATION CLIENT DANS LA BANQUE ET L ASSURANCE L IMPRESSION INTELLIGENTE

SMART printers. NOuVEAuX usages D IMPRESSION LIÉS À L ÉVOLuTION DE LA RELATION CLIENT DANS LA BANQUE ET L ASSURANCE L IMPRESSION INTELLIGENTE SMART printers L IMPRESSION INTELLIGENTE NOuVEAuX usages D IMPRESSION LIÉS À L ÉVOLuTION DE LA RELATION CLIENT DANS LA BANQUE ET L ASSURANCE www.smart-printers.com * Votre Nouvelle Expérience Business.

Plus en détail

ALTO : des outils d information sur les pathologies thromboemboliques veineuses ou artérielles et leur traitement

ALTO : des outils d information sur les pathologies thromboemboliques veineuses ou artérielles et leur traitement Communiqué de presse Bayer HealthCare S.A.S. Parc Eurasanté 220, avenue de la Recherche 59120 LOOS France Tel.+333 28 16 34 00 www.bayerhealthcare.fr Favoriser l observance avec ALTO : l engagement de

Plus en détail

Journées de formation DMP

Journées de formation DMP Journées de formation DMP Le DMP dans l écosystème Chantal Coru, Bureau Etudes, ASIP Santé Mardi 26 juin 2012 Processus de coordination au centre des prises en charge Quelques exemples Maisons de santé

Plus en détail

Plateforme Lorraine de services mutualisés pour l échange et le partage de données médicales 16/02/2009

Plateforme Lorraine de services mutualisés pour l échange et le partage de données médicales 16/02/2009 Plateforme Lorraine de services mutualisés pour l échange et le partage de données médicales 16/02/2009 1 Le GCS Télésanté Lorraine La télésanté en lorraine Groupement de Coopération Sanitaire créé en

Plus en détail

NUMÉRIQUEMENT VÔTRE L INNOVATION AU SERVICE DES PATIENTS ET DU MONDE MÉDICAL

NUMÉRIQUEMENT VÔTRE L INNOVATION AU SERVICE DES PATIENTS ET DU MONDE MÉDICAL NUMÉRIQUEMENT VÔTRE L INNOVATION AU SERVICE DES PATIENTS ET DU MONDE MÉDICAL DOSSIER DE PRESSE OCTOBRE 2013 1 SOMMAIRE I. UNE TECHNOLOGIE À LA POINTE DE L INNOVATION AU SERVICE DES PATIENTS ET DU CORPS

Plus en détail

L ARCHIVAGE LEGAL : CE QU IL FAUT SAVOIR

L ARCHIVAGE LEGAL : CE QU IL FAUT SAVOIR L ARCHIVAGE LEGAL : CE QU IL FAUT SAVOIR INTRODUCTION A la suite de grands scandales financiers qui ont ébranlés le monde des affaires, les instances législatives et réglementaires des Etats Unis ont remis

Plus en détail

STACCINI Pascal UFR Médecine Nice Université Nice-Sophia Antipolis

STACCINI Pascal UFR Médecine Nice Université Nice-Sophia Antipolis 3.2 : S initier à l organisation, la mise en œuvre et l utilisation d un système d information Chapitre 3 : Systèmes d information Systèmes d information hospitaliers (S.I.H.) STACCINI Pascal UFR Médecine

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

GHUPC Projet de transformation du site Hôtel Dieu. Pr S CHAUSSADE, Dr I. FERRAND

GHUPC Projet de transformation du site Hôtel Dieu. Pr S CHAUSSADE, Dr I. FERRAND GHUPC Projet de transformation du site Hôtel Dieu Pr S CHAUSSADE, Dr I. FERRAND PREAMBULE - Déçisions du directoire de l APHP : 1) le site de l HTD ne serait pas fermé 2) le site de l HTD ne serait pas

Plus en détail

7. Recherche des essais

7. Recherche des essais 7. Recherche des essais Le chapitre précédent a insisté sur la nécessité de réaliser une recherche des essais aussi exhaustive que possible. Seule la conjonction de tous les moyens disponibles peut laisser

Plus en détail

Obtenir une visibilité complète sur la performance des bases de données SQL Server.

Obtenir une visibilité complète sur la performance des bases de données SQL Server. Obtenir une visibilité complète sur la performance des bases de données SQL Server. Introduction Découvrez les témoignages clients suivants dans ce livre blanc : Logiciels Frej Krook Trimble Buildings

Plus en détail

CR 30-Xm. Unité de numérisation CR 30-Xm

CR 30-Xm. Unité de numérisation CR 30-Xm U n i t é d e n u m é r i s at i o n CR 30-Xm 'Solution complète' de mammographie numérique et pour toutes les applications de radiographie générale L unité CR 30-Xm est une unité de radiographie numérisée

Plus en détail

Livret d accueil des stagiaires

Livret d accueil des stagiaires Livret d accueil des stagiaires SOMMAIRE : I/ Présentation du service II/Le métier de manipulateur III/ Modalités d encadrement IV/ Votre stage V/ Bilan global de votre stage I/ Présentation du service

Plus en détail

La télémédecine, complément nécessaire de l exercice médical de demain. Dr Pierre SIMON Président de l Association Nationale de Télémédecine (ANTEL)

La télémédecine, complément nécessaire de l exercice médical de demain. Dr Pierre SIMON Président de l Association Nationale de Télémédecine (ANTEL) La télémédecine, complément nécessaire de l exercice médical de demain Dr Pierre SIMON Président de l Association Nationale de Télémédecine (ANTEL) Angers FHF 13 septembre 2012 Ce qui a changé dans l exercice

Plus en détail

Gestion des sauvegardes

Gestion des sauvegardes Gestion des sauvegardes Penser qu un système nouvellement mis en place ou qui tourne depuis longtemps ne nécessite aucune attention est illusoire. En effet, nul ne peut se prémunir d événements inattendus

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

DOSSIER DE PRÉSENTATION

DOSSIER DE PRÉSENTATION DOSSIER DE PRÉSENTATION GUSTAVE ROUSSY ET LE CANCER DU SEIN OCTOBRE 2013 Gustave Roussy et le cancer du sein octobre 2013 page 1 DOSSIER DE PRÉSENTATION Gustave Roussy et le cancer du sein GUSTAVE ROUSSY,

Plus en détail

Cependant, les étapes de préparation des budgets et leur analyse sont maintenues et continueront à être réalisées par le niveau régional.

Cependant, les étapes de préparation des budgets et leur analyse sont maintenues et continueront à être réalisées par le niveau régional. Annexe 4 : Règles de financement des structures de gestion en charge des programmes de dépistage organisé des cancers du sein et du colorectal pour l année 2007 A partir des remontées des budgets 2006,

Plus en détail

CONGRES HOPITECH AMIENS OCTOBRE 2012

CONGRES HOPITECH AMIENS OCTOBRE 2012 CONGRES HOPITECH AMIENS OCTOBRE 2012 NOUMBISSIE Emmanuel, ingénieur en organisation et méthodes à la direction générale de l hôpital marne la vallée ( Lagny) Transfert d activités sur un nouveau site :

Plus en détail

Consensus Scientifique sur. les. Champs statiques

Consensus Scientifique sur. les. Champs statiques page 1/8 Consensus Scientifique sur Source : OMS (2006) les Champs statiques Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - Les équipements d imagerie médicale par résonance magnétique (IRM), les trains et les

Plus en détail

Dossier communicant de cancérologie (DCC) et dossier médical personnel (DMP)

Dossier communicant de cancérologie (DCC) et dossier médical personnel (DMP) Dossier communicant de cancérologie (DCC) et dossier médical personnel (DMP) Cadre national Octobre 2010 Mesure 18 : Personnaliser la prise en charge des malades et renforcer le rôle du médecin traitant

Plus en détail

OpenScribe L ECM Sagem. Pour maîtriser simplement tous les flux d informations

OpenScribe L ECM Sagem. Pour maîtriser simplement tous les flux d informations OpenScribe L ECM Sagem. Pour maîtriser simplement tous les flux d informations Solution complète clé en main pour la gestion des flux d informations Gestion du cycle de vie du document actif Partage et

Plus en détail

cursus d implantologie orale Les clés du succès par le compagnonnage

cursus d implantologie orale Les clés du succès par le compagnonnage cursus d implantologie orale Les clés du succès par le compagnonnage Validé par un certificat - Crédit de 200 points Accrédité par le Conseil National de la Formation Continue en Odontologie Numéro d accréditation

Plus en détail

Améliorez la sécurité en matière de soins de santé et de soins aux patients grâce à la VDI avancée d Imprivata

Améliorez la sécurité en matière de soins de santé et de soins aux patients grâce à la VDI avancée d Imprivata Livre blanc Améliorez la sécurité en matière de soins de santé et de soins aux patients grâce à la VDI avancée d Imprivata Erik Willey 12.12.2014 SUMMARY: ImprivataMD OneSignMD propose une solution facile

Plus en détail

La gestion électronique de l information et des documents entreprise. Présentation

La gestion électronique de l information et des documents entreprise. Présentation FAVRE Consuting Ingénierie des Systèmes d Information La gestion électronique de l information et des documents entreprise Dossier réalisé en novembre 2014 Version 1 Références GF/100110 V2 FAVRE Consulting

Plus en détail

Les technologies de l information, support de la réorganisation territoriale

Les technologies de l information, support de la réorganisation territoriale Les technologies de l information, support de la réorganisation territoriale Pierre Simon Président de l Association Nationale de Télémédecine (ANTEL) De quoi parlons-nous? Le cadre de la santénumérique

Plus en détail

Livre Blanc. L hébergement à l heure du Cloud. Comment faire son choix?

Livre Blanc. L hébergement à l heure du Cloud. Comment faire son choix? Comment faire son choix? Document conçu et rédigé par le cabinet de conseil et d études Pierre Audoin Consultants Mars 2014 www.pac-online.com blog.pac-online.com Sommaire Un nouveau paradigme... 3 L'hébergement

Plus en détail

PROCEDURE ENREGISTREMENT

PROCEDURE ENREGISTREMENT Page 1 sur 7 ANNULE ET REMPLACE LES DOCUMENTS SUIVANTS référence 04/PR/001/02/V01 04/PR/001/02/V02 04/PR/001/02/V03 04/PR/001/02/V04 04/PR/001/02/V05 04/PR/001/02/V06 04/PR/001/02/V07 04/PR/001/02/V08

Plus en détail

L OUTIL NUMERIQUE CARACTERISTIQUES ET FONCTIONNALITES

L OUTIL NUMERIQUE CARACTERISTIQUES ET FONCTIONNALITES L OUTIL NUMERIQUE CARACTERISTIQUES ET FONCTIONNALITES Aujourd hui, le numérique est partout. Il se retrouve principalement dans les nouvelles technologies, mais également dans l art, les livres, notre

Plus en détail

Présentation du système MCAGED

Présentation du système MCAGED Sommaire Sommaire Présentation du système MCAGED... 3 Première Partie MCAGED Courrier... 4 Deuxième Partie MCAGED Archives... 7 Troisième partie MCAGED Pnumeris...10 Présentation du système MCAGED Le système

Plus en détail

Etat des lieux de l accès aux plateformes de génétique moléculaire

Etat des lieux de l accès aux plateformes de génétique moléculaire 12 juin 2014 Etat des lieux de l accès aux plateformes de génétique moléculaire CONTEXTE ET OBJECTIFS DE l ETUDE : L action 6.2 du plan cancer 3 «conforter l accès aux tests moléculaires» stipule en particulier

Plus en détail

Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015

Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015 Visite test de certification V2014 Retour du CHU de Rennes GCS CAPPS Vendredi 12 juin 2015 CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE DE RENNES Le CHU de Rennes Etablissement MCO, SSR, SLD de 1860 lits et places

Plus en détail

2È JOURNÉE NATIONALE DE FORMATION DES PHARMACIENS CANCER ET ACCOMPAGNEMENT DU PHARMACIEN : UN PREMIER PAS VERS LA RÉSILIENCE.

2È JOURNÉE NATIONALE DE FORMATION DES PHARMACIENS CANCER ET ACCOMPAGNEMENT DU PHARMACIEN : UN PREMIER PAS VERS LA RÉSILIENCE. 2È JOURNÉE NATIONALE DE FORMATION DES PHARMACIENS Avec le Haut Patronage de Madame Roselyne BACHELOT-NARQUIN, Ministre de la Santé, de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative CANCER ET ACCOMPAGNEMENT

Plus en détail

Comment mettre en place un réseau sécurisé de téléradiologie à moindre coût?

Comment mettre en place un réseau sécurisé de téléradiologie à moindre coût? Comment mettre en place un réseau sécurisé de téléradiologie à moindre coût? Philippe PUECH [1,2] Loïc BOUSSEL [3] Renaud PERICHON [2] Eric DUFRESNE [2] Laurent LEMAITRE [2] Régis BEUSCART [2] [1] Plateau

Plus en détail

BRZ GED : Il n'y a pas que sur vos chantiers que nous vous ferons gagner en productivité!

BRZ GED : Il n'y a pas que sur vos chantiers que nous vous ferons gagner en productivité! BRZ GED : Il n'y a pas que sur vos chantiers que nous vous ferons gagner en productivité! Introduction Les avantages d une GED : 1. Sécurise les données de votre entreprise : La GED devient la mémoire

Plus en détail

GUIDE D UTILISATION DU LOGICIEL DE TELE-EXPERTISE BOGOU

GUIDE D UTILISATION DU LOGICIEL DE TELE-EXPERTISE BOGOU GUIDE D UTILISATION DU LOGICIEL DE TELE-EXPERTISE BOGOU Document mis à jour le 22 février 2013 Dr. Yannick Kamga Dr. Rafael Ruiz-De-Castaneda Dr. Georges Bediang Dr. Alexandre Sawadogo Jean-Marc Naef Prof.

Plus en détail

CERTIFICATIONS EN SANTE

CERTIFICATIONS EN SANTE CERTIFICATIONS EN SANTE INSTITUT CLAUDIUS REGAUD Délégation Qualité David VERGER 20-24, rue du Pont Saint-Pierre 31052 TOULOUSE cedex 05-61-42-46-22 Verger.david@claudiusregaud.fr CLAUDIUS REGAUD, PÈRE

Plus en détail

La virtualisation des serveurs ou «loin des yeux, loin de l esprit»...

La virtualisation des serveurs ou «loin des yeux, loin de l esprit»... Acceleris GmbH Webergutstr. 2 CH-3052 Zollikofen Téléphone: 031 911 33 22 info@acceleris.ch La virtualisation des serveurs ou «loin des yeux, loin de l esprit»... Des entreprises de toutes les branches

Plus en détail

Télémédecine, télésanté, esanté. Pr. François KOHLER kohler@medecine.uhp-nancy.fr

Télémédecine, télésanté, esanté. Pr. François KOHLER kohler@medecine.uhp-nancy.fr Télémédecine, télésanté, esanté Pr. François KOHLER kohler@medecine.uhp-nancy.fr Télémédecine : Définition et domaines «Exercice de la médecine à distance» => Implique un médecin En France : Décret n 2010-1229

Plus en détail

ORTHOPHOS XG 3 DS. Systèmes de radiographie. ORTHOPHOS XG 3 l accès facile à la panoramique numérique.

ORTHOPHOS XG 3 DS. Systèmes de radiographie. ORTHOPHOS XG 3 l accès facile à la panoramique numérique. ORTHOPHOS XG 3 DS Systèmes de radiographie l accès facile à la panoramique numérique. Conception clichés panoramiques avec technologie XG. technique et design en harmonie. fiable économique 1 Profitez

Plus en détail

LA RECONNAISSANCE VOCALE INTEGREE

LA RECONNAISSANCE VOCALE INTEGREE Fiche produit LA RECONNAISSANCE VOCALE INTEGREE 360 SpeechMagic SDK Capturer l information médicale grâce à la reconnaissance vocale DÉFI : Comment optimiser la création des comptes rendus et la capture

Plus en détail

MUNICIPALITÉ PREAVIS N 75-2015 AU CONSEIL COMMUNAL. Présidence : Groupe "Les Verts" Groupe Socialiste

MUNICIPALITÉ PREAVIS N 75-2015 AU CONSEIL COMMUNAL. Présidence : Groupe Les Verts Groupe Socialiste Présidence : Groupe "Les Verts". Groupe Socialiste. MUNICIPALITÉ PREAVIS N 75-2015 AU CONSEIL COMMUNAL Groupe PLR Remplacement des hosts des deux centres de calcul et augmentation de l'espace disque (Projet

Plus en détail

Référentiel Officine

Référentiel Officine Référentiel Officine Inscrire la formation dans la réalité et les besoins de la pharmacie d officine de demain - Ce référentiel décrit dans le cadre des missions et des activités du pharmacien d officine

Plus en détail

Création d une plateforme mutualisée de soins associée à une offre touristique

Création d une plateforme mutualisée de soins associée à une offre touristique Pôle Santé Méditerranée Création d une plateforme mutualisée de soins associée à une offre touristique Marseille, le 12 juillet 2011 Fruit d une réflexion et d une vision partagée, le Pôle Santé Méditerranée

Plus en détail

Ordonnance du DFI sur les prestations dans l assurance obligatoire des soins en cas de maladie

Ordonnance du DFI sur les prestations dans l assurance obligatoire des soins en cas de maladie Ordonnance du DFI sur les prestations dans l assurance obligatoire des soins en cas de maladie (Ordonnance sur les prestations de l assurance des soins, OPAS) Modification du 14 juin 2010 Le Département

Plus en détail

Quel avenir pour les équipes mobiles de soins palliatifs?

Quel avenir pour les équipes mobiles de soins palliatifs? Quel avenir pour les équipes mobiles de soins palliatifs? Aude Le Divenah Praticien hospitalier, chargée de mission, Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins Les soins palliatifs se

Plus en détail

INDUSTRIALISATION ET RATIONALISATION

INDUSTRIALISATION ET RATIONALISATION INDUSTRIALISATION ET RATIONALISATION A. LA PROBLEMATIQUE La mission de toute production informatique est de délivrer le service attendu par les utilisateurs. Ce service se compose de résultats de traitements

Plus en détail

Le premier objectif de Quickser est donc de proposer une solution avant tout source d économies et ce dans plusieurs domaines.

Le premier objectif de Quickser est donc de proposer une solution avant tout source d économies et ce dans plusieurs domaines. Quickser a été conçu dès que la version 7 de DB2/UDB annonçait la disponibilité d un dispositif majeur RTS (Real time statistic). En effet, les conséquences de la mise en œuvre de ce dispositif permettaient

Plus en détail

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT

Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT ANAMACaP Association Nationale des Malades du Cancer de la Prostate 17, bis Avenue Poincaré. 57400 SARREBOURG Sujets présentés par le Professeur Olivier CUSSENOT Place des nouvelles techniques d imagerie

Plus en détail

PLAN. Industrialisateur Open Source LANS DE SECOURS INFORMATIQUES PRINCIPES GENERAUX ETAT DE L ART SELON BV ASSOCIATES

PLAN. Industrialisateur Open Source LANS DE SECOURS INFORMATIQUES PRINCIPES GENERAUX ETAT DE L ART SELON BV ASSOCIATES PLAN LANS DE SECOURS INFORMATIQUES PRINCIPES GENERAUX & ETAT DE L ART SELON BV ASSOCIATES Copyright BV Associates 2013 IMEPSIA TM est une marque déposée par BV Associates Page 1 SOMMAIRE 1 PRINCIPES GENERAUX

Plus en détail

Le Rôle de la Télémédicine en Allemagne Une Vue d Ensemble

Le Rôle de la Télémédicine en Allemagne Une Vue d Ensemble Le Rôle de la Télémédicine en Allemagne Une Vue d Ensemble Novembre 2011 Prof. Dr. H. J. Brauns Président, Deutsche Gesellschaft für Telemedizin (Association Allemande de Télémédicine) Senior Partner,

Plus en détail

SYSTEMES D INFORMATION EN SANTE Journée régionale du 12 janvier 2012 - Blois

SYSTEMES D INFORMATION EN SANTE Journée régionale du 12 janvier 2012 - Blois SYSTEMES D INFORMATION EN SANTE Journée régionale du 12 janvier 2012 - Blois La télémédecine au service des soins de 1 er recours et de l aménagement du territoire dominique.depinoy@acsantis.com Pourquoi

Plus en détail

Télésurveillance à domicile de patients chroniques et pratiques collaboratives : arrêt sur image vu d un Industriel

Télésurveillance à domicile de patients chroniques et pratiques collaboratives : arrêt sur image vu d un Industriel Télésurveillance à domicile de patients chroniques et pratiques collaboratives : arrêt sur image vu d un Industriel Colloque Tic Santé,11 février 2010 Dr France Laffisse, Orange Healthcare Plan Télésurveillance

Plus en détail

Leçon n 1 : «Les grandes innovations scientifiques et technologiques»

Leçon n 1 : «Les grandes innovations scientifiques et technologiques» Leçon n 1 : «Les grandes innovations scientifiques et technologiques» Intro : Le XXè siècle fut un siècle de grands progrès scientifiques et techniques. Les évolutions connues par la médecine, les transports

Plus en détail

Application cobas IT 1000 Gestion des données de Point-of-Care

Application cobas IT 1000 Gestion des données de Point-of-Care Application cobas IT 1000 Gestion des données de Point-of-Care Solutions informatiques pour diagnostic de Point-of-Care Aperçu de la gamme de Roche Logiciel cobas IT 1000 cobas IT 1000 est une solution

Plus en détail

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Indicateur n 2-3 : Indicateurs sur le dépistage du cancer 1 er sous-indicateur : taux de participation au

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11734-5

Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11734-5 Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11734-5 Chapitre 6 La gestion des incidents Quelles que soient la qualité du système d information mis en place dans l entreprise ou les compétences des techniciens

Plus en détail

admission directe du patient en UNV ou en USINV

admission directe du patient en UNV ou en USINV Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : admission

Plus en détail

D O S S I E R D E P R E S S E

D O S S I E R D E P R E S S E La Fondation Lenval présente le bilan des réalisations financées grâce aux dons et lance sa campagne d information 2014 Mon ISF pour nos enfants D O S S I E R D E P R E S S E 16 avril 2014 Sommaire P 2/4

Plus en détail

Espace de stockage intermédiaire. Compte de Messagerie. Communication «Asynchrone» «Compte de Messagerie»

Espace de stockage intermédiaire. Compte de Messagerie. Communication «Asynchrone» «Compte de Messagerie» Messagerie Principes de Base Communication «Asynchrone» La messagerie permet d échanger des informations sans se préoccuper de la disponibilité du/des correspondants Ceci nécessite l utilisation d un espace

Plus en détail

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins

Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Allocution d ouverture de Jean DEBEAUPUIS, Directeur Général de l Offre de soins Université d été de la performance en santé - 29 août 2014- Lille Monsieur le président, Monsieur le directeur général,

Plus en détail

LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE. Prof. G. DURANT

LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE. Prof. G. DURANT LE FINANCEMENT DES HOPITAUX EN BELGIQUE Prof. G. DURANT La Belgique (11 millions d habitants) est un pays fédéral. Le financement est organisé au niveau national sauf le financement des infrastructures

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

La télémédecine en action : 25 projets passés à la loupe. Un éclairage pour un déploiement national

La télémédecine en action : 25 projets passés à la loupe. Un éclairage pour un déploiement national La télémédecine en action : 25 projets passés à la loupe Un éclairage pour un déploiement national Journée Télémédecine ASIP Santé 3 mai 2012 Pascale MARTIN - ANAP Agence Nationale d Appui à la Performance

Plus en détail

Pourquoi OneSolutions a choisi SyselCloud

Pourquoi OneSolutions a choisi SyselCloud Pourquoi OneSolutions a choisi SyselCloud Créée en 1995, Syselcom est une société suisse à capitaux suisses. Syselcom est spécialisée dans les domaines de la conception, l intégration, l exploitation et

Plus en détail

PROGRESSONS MAIN DANS LA MAIN EN IMPLANTOLOGIE

PROGRESSONS MAIN DANS LA MAIN EN IMPLANTOLOGIE PROGRESSONS MAIN DANS LA MAIN EN IMPLANTOLOGIE Institut de Formation en Parodontologie et Implantologie Orale Véritable formation à la fois clinique & théorique basée sur la transmission des connaissances

Plus en détail

admission aux urgences

admission aux urgences Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : admission

Plus en détail

L A T O U R D E P E I L Z Municipalité

L A T O U R D E P E I L Z Municipalité V I L L E D E L A T O U R D E P E I L Z Municipalité PRÉAVIS MUNICIPAL N 16/2014 le 10 décembre 2014 Concerne : Demande de crédit de Fr. 550'000.-- pour le renouvellement et migration de l infrastructure

Plus en détail

Le stockage de données qui voit les affaires à votre manière. En hausse. nuage

Le stockage de données qui voit les affaires à votre manière. En hausse. nuage Le stockage de données qui voit les affaires à votre manière. En hausse. nuage Désormais, rien n est plus facile que d intégrer l information d une entreprise et ses processus d affaires : il suffit d

Plus en détail