Développement de l enfantl croissance et maturation

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Développement de l enfantl croissance et maturation"

Transcription

1 Psychopédagogie des APS Développement de l enfantl croissance et maturation Introduction Pour optimiser l enseignement de l EPS aux enfants et adolescents, il est nécessaire d avoir quelques connaissances de base sur les particularités psychophysiques inhérentes aux différents âges. Seules ces connaissances permettent la mise en place d un enseignement qui soit en conformité avec le niveau de développement, et qui répondent aux désirs et besoins des enfants et des adolescents. 1

2 Le développement, d la croissance et la maturation! Le développement représente la somme des processus de croissance et de différenciation (maturation) de l'organisme qui conduisent finalement à sa grandeur, sa forme et sa fonction définitive. (Keller et Wiskott 1977) Le développement est la transformation d un état initial vers un état final sous l effet de la croissance, de la maturation et/ou de l apprentissage. Le développement, d la croissance et la maturation! La croissance représente les augmentations mesurables de longueur, poids, force, volume et de quantité de sécrétions produites, etc Il s'agit d'une valeur quantitative. La maturation signifie qu à certaines périodes du développement, un tissu ou un organe se modifient et acquièrent alors d autres possibilités de fonctionnement. C est donc une donnée qualitative. Les deux processus sont en réalité très intriqués, la croissance étant nécessaire pour que la maturation se produise. 2

3 La notion de stade! Les stades de développement sont des sections (étapes) du développement, distinctes les unes par rapport aux autres par leurs caractéristiques particulières. Les stades du développement d! Filles Garçons Nourrisson 0-1 an Idem La petite enfance 1-3 ans Idem Age pré-scolaire 3-6/7 ans Idem Age précoce 6/7-10 ans Idem Age scolaire tardif 10-11/12 ans 10-12/13 ans 1 ère phase pubertaire 11/12-13/14 ans 12/13-14/15 ans 2 ème phase pubertaire 13/14-17/19 ans 14/15-18/19 ans Age adulte Puberté Adolescence 3

4 Croissance de l enfant l : âge chronologique et âge biologique Lorsque le développement est normal, l âge chronologique et l âge biologique concordent. Chez l enfant précoce, le déroulement des événements inhérents à la croissance sont en avance d une ou deux années Chez les sujets tardifs, le retard peut être d une ou plusieurs années! Croissance de l enfant l : âge chronologique et âge biologique Dans les milieux scolaires, on peut parfois observer, une différence (extrême) de 5 ans entre l élève physiologiquement le plus jeune et l élève le plus âgé. Radiographie des os du poignet. J. Weineck

5 Croissance de l enfantl Le système nerveux L'acquisition d'une fonction motrice dépend de l'élaboration du système nerveux central (cerveau). A 7 mois, dans le ventre de la mère, la morphologie du système nerveux central est achevée avec environ 10 milliards de neurones pouvant établir chacun en moyenne quelques dizaines de milliers de synapses ou connexions et en recevoir autant. A la naissance, notre équipement neuronal est loin d être fonctionnel. Le développement de notre cerveau se fait très lentement et se poursuit longtemps après la naissance. A 6 ans, le système nerveux de l enfant équivaut à environ 90% du système nerveux de l adulte. Le système nerveux : Le Cerveau : Poids moyen % de l adulte A la naissance : 350 g 25% 2 ans : 1050 g 75% 6 ans : 1250 g 90% 9 ans : 1350 g 99 % 5

6 Croissance de l enfantl Le système nerveux : les différents types de transformation L axe synaptique : il existe de manière génétique un réseau de cellules qui sont mises en relation par les synapses. «Apprendre» (un mouvement ou un théorème) équivaut à stabiliser certaines interconnexions neuronales au sein de l énorme masse de liaisons synaptiques possibles offertes par le cerveau : env Les combinaisons synaptiques préétablies qui ne seront pas stabilisées (par l action, donc par des stimulations répétées) seront éliminées Croissance de l enfantl Le système nerveux : les différents types de transformation L axe myélinique : cet axe affine et accélère la transmission de l influx nerveux. Sur un plan de développement du cerveau, une spécialisation précoce a pour conséquence une limitation des possibilités de celui-ci! 6

7 Le système nerveux Vers l âge de 10/11 ans, l appareil vestibulaire (organe de l équilibre) et les autres analyseurs atteignent une maturation morphologique et fonctionnelle. C est pourquoi dès le second âge scolaire, on peut, par un travail de préparation adéquate, apprendre et maîtriser des gestes de haut niveau de difficulté et aux exigences spatiotemporelles élevées. Le système nerveux neuro-musculaire n est pas encore mature à la puberté. Sa maturation complète ne sera atteinte que vers l âge de 18 ans. Le système locomoteur : Le développement des os, des muscles et des ligaments... Poids moyen kg/année Taille cm/année A la naissance : 3 kg 50 cm 1 an : 9 kg 6 kg 75 cm 15 cm 3 ans : 13 kg 90 cm 4 ans : 15 kg 3 kg 1 m 6 ans : 20 kg 1m12 Entre 6 et 9 : 3 kg 5 cm Entre 10 et 14 : 9-10 kg 10 cm 7

8 Le système locomoteur : Le développement des os, des muscles et des ligaments... Le système locomoteur : Le développement des os... 8

9 Le système locomoteur : Le développement des os... L enfant est une mosaïque de cartilages de croissance (conjugaison). Ce sont les cartilages de croissance qui font le gain de taille, c est à dire qui font grandir l enfant. S1 Le système locomoteur : Le développement des os... Les cartilages de croissances représentent des zones sensibles! Les plus petites lésions osseuses peuvent être responsables des plus grandes conséquences! Un cartilage de conjugaison soumis à des contraintes de pression ou des efforts de traction intenses limitent la croissance! Ce fait est encore plus marqué lors de la croissance pubertaire! Les segments corporels subissent leur poussée de croissance à des moments différents : les pieds et les mains atteignent plus rapidement leur taille adulte que les jambes et les avant-bras. Et ceux-ci, à leur tour, l atteignent plus rapidement que les cuisses et les bras. 9

10 Diapositive 18 S1 STI;

11 Le système locomoteur : Le développement des os... Les os s adaptent s en permanence Les contraintes physiques densifient l os et l él épaississent. Les contraintes physiques augmentent également le degré de minéralisation de l os. L architecture de l os l spongieux s adapte aux conditions mécaniques. m (les travées osseuses s orientent s suivant les lignes de contraintes) Une activité physique suffisante et une alimentation équilibrée, dès s l enfance, l favorise l ostl ostéogenèse. Le système locomoteur : Le développement des os... L ostéoporose est une maladie qui touche le squelette. Par une réduction de la substance osseuse et l augmentation de la fragilité des os, elle conduit à une plus grande sensibilité aux fractures chez les personnes âgées. Bien que les complications apparaissent surtout pendant la seconde moitié de la vie, les causes de l ostéoporose se mettent en place chez l enfant et le jeune. 10

12 Le système locomoteur : Le développement des os... Les segments corporels subissent leur poussée de croissance à des moments différents : Les pieds et les mains atteignent plus rapidement leur taille adulte que les jambes et les avant-bras. Et ceux-ci, à leur tour, l atteignent plus rapidement que les cuisses et les bras. Le système locomoteur : ligaments, cartilages et tendons Chez l enfant, les tissus ligamentaires et tendineux sont en pleine croissance et n ont pas encore la même résistance à la traction (structure micellaire peu marquée) que chez l adulte. Le tissu cartilagineux et le cartilage de croissance supportent très mal les forces de pression ou de cisaillement élevées en raison de leur rythme rapide de renouvellement. La congruence articulaire chez l enfant est nettement moins importante, ce qui privilégie les risques de luxation La capacité de tolérer une charge individuelle par l appareil osseux, cartilagineux, tendineux et ligamentaire, est un facteur limitatif dans l entraînement de l enfant et de l adolescent. 11

13 Le système locomoteur : ligaments, cartilages et tendons D un point de vue orthopédique, on peut mettre en évidence les recommandations suivantes pour l entraînement de la force chez les enfants : 1. Temps de récupération suffisant 2. Pas d alternances brusques des charges sur un organisme non préparé. 3. Pas de travail avec des haltères et d une façon générale pas d exercice au-dessus de la tête (avant ou pendant la poussée de croissance due à la puberté) 4. Pas de charges d entraînement stéréotypées 5. Pas de charges statiques de durée excessive. (Les charges statiques détériorent l irrigation sanguine, les charges dynamiques l améliorent.) Le système locomoteur : développement des muscles La structure de l appareil locomoteur actif de l enfant est la même que celle de l adulte, sauf au niveau des fibres qui vont augmenter lors de la croissance. 12

14 Les hormones : exemple de la testostérone La testostérone (hormone sexuelle mâle) joue un grand rôle dans la formation des protéines musculaires. Jusqu au début de la puberté, les garçons et les filles ne montrent pratiquement pas de différence de mesure anthropométrique et de force musculaire. Modification du niveau de testostérone (g/100ml) dans l enfance et l adolescence Age Filles Garçons Le métabolisme m énergétique : Aérobie, anaérobie lactique et anaérobie alactique L organisme humain est capable de s adapter aux sollicitations auxquelles il est soumis. Le passage de l état de repos à celui de l activité musculaire entraîne un ensemble de réactions plus ou moins durables. Au cours de son développement, l enfant dispose de ressources énergétiques identiques à celles de l adulte mais dans des proportions différentes. Les ressources au repos du glycogène sont plus faibles chez les enfants. De même, la vitesse de l utilisation de ce glycogène est beaucoup plus basse chez l enfant que chez l adulte. La pratique répétée d efforts mettant en jeu le processus anaérobie lactique peut présenter de graves inconvénients pour l enfant et, de ce fait, se trouve fortement déconseillée. 13

15 Croissance de l enfantl Le système cardio-pulmonaire : Les échanges gazeux Chez l enfant, le système alvéolaire est moins développé, limitant ainsi le transfert d oxygène vers le sang mais aussi le passage du gaz carbonique du sang au poumon! Cela s explique par le fait que le taux d hémoglobine est plus bas que chez l adulte Au fur et à mesure que l enfant va vieillir sa fréquence respiratoire va diminuer et son volume courant va augmenter. Croissance de l enfantl Le système cardio-pulmonaire : Le coeur La Fc est plus importante (repos et effort) que chez l adulte. Il est fréquent de voir de enfants monter ponctuellement à pulsations/minutes Vie intra utérine : 180 pulsations 6-7 ans : 110 à 120 pulsations 15 ans : 95 à 100 pulsation 14

L enfant et le sport

L enfant et le sport Spécificités de l enfant L enfant et le sport Croissance L enfant n est pas un adulte en miniature Petite enfance : première année de vie Enfance: de une année à l adolescence Adolescence: correspond au

Plus en détail

Colloque Entraînement Samedi 03 Mars 2012

Colloque Entraînement Samedi 03 Mars 2012 Colloque Entraînement Samedi 03 Mars 2012 1 Quelques idées reçues concernant l entraînement chez les jeunes -Trop s entraîner en cadet va user le jeune coureur - Les bons cadets d aujourd hui ne seront

Plus en détail

Croissance et maturation : de l'enfant à l'âge adulte. Présentation...3. 1. Croissance et maturation...3

Croissance et maturation : de l'enfant à l'âge adulte. Présentation...3. 1. Croissance et maturation...3 Croissance et maturation : de l'enfant à l'âge adulte Présentation...3 1. Croissance et maturation...3 1.1. La croissance...3 1.2. La maturation...3 1.3. Constat...4 2. Différenciation des courbes de croissance...4

Plus en détail

Aptitude physique de l enfant L enfant et le sport

Aptitude physique de l enfant L enfant et le sport Aptitude physique de l enfant L enfant et le sport 1-Introduction: La motricité Évolution des aptitudes motrices avec la croissance amélioration jusqu à 18 ans chez amélioration jusqu à la puberté chez

Plus en détail

Notes d'études secondaires. Sciences et technologie 316 Le système musculosquelettique

Notes d'études secondaires. Sciences et technologie 316 Le système musculosquelettique Notes d'études secondaires Sciences et technologie 316 Le système musculosquelettique Nom: Prénom: Groupe: Date: 2 Tête Elle comprend : le crâne composé d os plats, disposés en voûte et immobiles qui protègent

Plus en détail

pour la ligue d athlétisme de Poitou-Charentes

pour la ligue d athlétisme de Poitou-Charentes Approche de la musculation «sans matériel lourd» du jeune et du collégien par le renforcement musculaire Nicolas DOMBROWSKI, professeur agrégé eps, académie de la Martinique, 2008 Document réalisé en 2008,

Plus en détail

LA COURSE LONGUE DUREE

LA COURSE LONGUE DUREE LA COURSE LONGUE DUREE LES TEXTES (2002): Les compétences de fin de cycle sont les suivantes : Cycle 2 : courir longtemps (entre 6 et 12mn), selon les capacités de chacun, de façon régulière? sur une longue

Plus en détail

Garçons. Filles. Développement des qualités psychologiques et physiologiques en fonction de l âge. 18-25 Post-pubertaire 17-25 13-17 13-16 10-12

Garçons. Filles. Développement des qualités psychologiques et physiologiques en fonction de l âge. 18-25 Post-pubertaire 17-25 13-17 13-16 10-12 Evolution de la préparation physique chez les jeunes sportifs Fabien Bertrand Evolution Développement des qualités psychologiques et physiologiques en fonction de l âge. Garçons 18-25 Post-pubertaire Filles

Plus en détail

Cours formation théorique

Cours formation théorique Programme du cours de premier cycle Cours formation théorique Anatomie, physiologie, biologie, pathologie Bases de la biologie 1. Qu est-ce que la vie 2. Organisation d un être humain 3. Plans du corps

Plus en détail

Guillaume LEVAVASSEUR médecin du sport en charge de la commission médicale tennis Christian NEAU kinésithérapeute membre de l IRMSHN Xavier BAGUELIN

Guillaume LEVAVASSEUR médecin du sport en charge de la commission médicale tennis Christian NEAU kinésithérapeute membre de l IRMSHN Xavier BAGUELIN Le tennis pour les «Seniors +» Analyse des caractéristiques du public +45 ans +55 ans +65 ans Propositions de Préparation Physique spécifique Guillaume LEVAVASSEUR médecin du sport en charge de la commission

Plus en détail

Les différents cycles de la périodisation

Les différents cycles de la périodisation PLANIFICATION CULTURISTE EQUIPE DE France Cette planification pyramidale permet d améliorer les facteurs de la performance culturisme grâce à une variation régulière des paramètres d entrainement suivants

Plus en détail

Les conseils et connaissances physio utiles pour le step

Les conseils et connaissances physio utiles pour le step Les conseils et connaissances physio utiles pour le step I. S entraîner pour quoi faire? II. Le carburant du muscle et sa production III. IV. La fréquence cardiaque comme repère en Step Les différentes

Plus en détail

POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER?

POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER? POURQUOI FAUT-IL S'ECHAUFFER? Il faut s'échauffer pour: être en sécurité dès le début : une activité physique progressivement plus intense est indispensable pour ne pas mettre son coeur, ses artères, ses

Plus en détail

Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline

Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline Tableau récapitulatif : composition nutritionnelle de la spiruline (Valeur énergétique : 38 kcal/10 g) Composition nutritionnelle Composition pour 10 g Rôle Protéines (végétales) 55 à 70 % Construction

Plus en détail

LES NEURONES : APPROCHES

LES NEURONES : APPROCHES LES NEURONES : APPROCHES STRUCTURELLE ET FONCTIONNELLE I Généralités Un neurone est une cellule dite «excitable» qui est la brique élémentaire du systèm nerveux. Ces cellules possèdent deux propriétés

Plus en détail

& BONNES POSTURES TMS TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES. Le guide. Guide offert par la MNT

& BONNES POSTURES TMS TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES. Le guide. Guide offert par la MNT A5-MNTrefonte.indd 1 28/07/2011 08:28:01 & BONNES S TMS TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES Le guide Guide offert par la MNT A5-MNTrefonte.indd 2 28/07/2011 08:28:02 SOULEVER UN OBJET LOURD OU UNE PERSONNE

Plus en détail

L appareil locomoteur

L appareil locomoteur L appareil locomoteur Plan Introduction Anatomie physiologie Orthopédie - Traumatologie Rhumatologie Pathologies infectieuses Pathologies tumorales Pathologies neuro- dégénératives Répercussions de ces

Plus en détail

La croissance de l enfant

La croissance de l enfant La croissance de l enfant Introduction Enfants et adolescents ne doivent jamais être assimilés à des adultes en miniature. Les différents segments corporels ne se développent pas au même rythme selon l

Plus en détail

Musculation et développement de la force Cours de Alain BOUDARD

Musculation et développement de la force Cours de Alain BOUDARD FACULTE DES SCIENCES DU SPORT ET DU MOUVEMENT HUMAIN L1 STAPS Toulouse Méthodologie du travail universitaire APDP : Activités Physiques de Développement Personnel Musculation et développement de la force

Plus en détail

Présentation de l'activité

Présentation de l'activité Présentation de l'activité 1) Vous avez dit Endurance? L'activité de course d'endurance est souvent appelée "endurance" Définitions de l'endurance: (On trouve différentes définitions suivant les sources

Plus en détail

L appareil locomoteur :

L appareil locomoteur : L appareil locomoteur : Constitué du squelette (les os), des muscles squelettiques permettant la locomotion et tous les mouvements La fonction locomotrice : - Intervient dans le maintien de la posture

Plus en détail

PRESCRIPTION D ACTIVITES PHYSIQUES A BUT THERAPEUTIQUE POUR L ADOLESCENT OBESE

PRESCRIPTION D ACTIVITES PHYSIQUES A BUT THERAPEUTIQUE POUR L ADOLESCENT OBESE PRESCRIPTION D ACTIVITES PHYSIQUES A BUT THERAPEUTIQUE POUR L ADOLESCENT OBESE Dr Jean-Marc SENE médecin du sport praticien-attaché au CHU Pitié-Salpétrière INTRODUCTION Indication Évaluation initiale

Plus en détail

Le Développement. Dodley Severe Janvier 2007

Le Développement. Dodley Severe Janvier 2007 Le Développement Dodley Severe Janvier 2007 Objectifs Connaître et comprendre les principes et les facteurs influençant la croissance physique et le développement intégral de l enfant Délimiter les secteurs

Plus en détail

Retard de Croissance Prépubertaire. et Retard Pubertaire Simple. Livret N 10

Retard de Croissance Prépubertaire. et Retard Pubertaire Simple. Livret N 10 Retard de Croissance Prépubertaire et Retard Pubertaire Simple Livret N 10 Guide d accompagnement du Patient Brochure : lecture moyenne 27/04/09 1 Retard de Croissance Prépubertaire et Retard Pubertaire

Plus en détail

Dans les deux cas, il s agit bien de réaliser une performance en repoussant ses limites.

Dans les deux cas, il s agit bien de réaliser une performance en repoussant ses limites. 1 1) Introduction Ce document est avant tout un guide synthétique et opérationnel. Il a pour vocation d aider l enseignant et de lui donner les repères essentiels pour la mise en place d un cycle d endurance.

Plus en détail

L arthrose, ses maux si on en parlait!

L arthrose, ses maux si on en parlait! REF 27912016 INFORMER UPSA BROCH ARTHROSE V2 08-12.indd 2 30/08/12 11:48 Qu est-ce que l arthrose? L arthrose est une maladie courante des articulations dont la fréquence augmente avec l âge. C est une

Plus en détail

Etirement musculaire Renforcement musculaire

Etirement musculaire Renforcement musculaire Etirement musculaire Renforcement musculaire Pourquoi? Quand un muscle est fortement sollicité, il a tendance à se raccourcir et à rester dans sa position courte. Cette rétraction entraîne un déséquilibre

Plus en détail

SAÉ LES BOISSONS ÉNERGISANTES, et les effets sur les systèmes du corps humain

SAÉ LES BOISSONS ÉNERGISANTES, et les effets sur les systèmes du corps humain SAÉ LES BOISSONS ÉNERGISANTES, et les effets sur les systèmes du corps humain A) Les composants d une boisson énergisante populaire : Composition (par canette) : taurine (1000 mg), caféine (80 mg) sucre

Plus en détail

Comparaison des qualités motrices chez l enfant, l adolescent et l adulte

Comparaison des qualités motrices chez l enfant, l adolescent et l adulte Comparaison des qualités motrices chez l enfant, l adolescent et l adulte C est un travail très précieux pour tous les enseignants et étudiants, réalisé par l équipe Académique dirigé par F.Bergé avec

Plus en détail

L ACTIVITE PHYSIQUE DES SENIORS UN ENJEU DE PREVENTION

L ACTIVITE PHYSIQUE DES SENIORS UN ENJEU DE PREVENTION L ACTIVITE PHYSIQUE DES SENIORS UN ENJEU DE PREVENTION Docteur CASCUA Stéphane Médecin du Sport ACTIVITE PHYSIQUE et SEDENTARITE Activité physique Dépense > 2000 kcal/semaine Plus de 30 mn de marche active/jour

Plus en détail

A. AMH B. Testostérone C. Canaux de Wolff D. Canaux de Muller E. Gène SRY F. Protéine TDF G. Ovaire H. Testicule PROCREATION

A. AMH B. Testostérone C. Canaux de Wolff D. Canaux de Muller E. Gène SRY F. Protéine TDF G. Ovaire H. Testicule PROCREATION PROCREATION DU SEXE GENETIQUE AU SEXE PHENOTYPIQUE A. AMH B. Testostérone C. Canaux de Wolff D. Canaux de Muller E. Gène SRY F. Protéine TDF G. Ovaire H. Testicule 1 A. AMH B. Testostérone C. Canaux de

Plus en détail

Physiologie du Muscle Strié Squelettique

Physiologie du Muscle Strié Squelettique Module Appareil Locomoteur DFGSM S4 Physiologie du Muscle Strié Squelettique «Notions de Physiologie Appliquée» Docteur Fabien PILLARD, MCU-PH Service d Exploration de la Fonction Respiratoire et de Médecine

Plus en détail

Vous voulez des muscles et des abdos dessinés? Vous souhaitez développer un physique super athlétique? Pour vous aider à optimiser la fonte adipeuse,

Vous voulez des muscles et des abdos dessinés? Vous souhaitez développer un physique super athlétique? Pour vous aider à optimiser la fonte adipeuse, Vous voulez des muscles et des abdos dessinés? Vous souhaitez développer un physique super athlétique? Pour vous aider à optimiser la fonte adipeuse, tout en contribuant à la préservation et au renforcement

Plus en détail

physique sur le développement global de l enfant a bien été abordée, réciproquement l effet du développement sur la pratique d activité physique l a

physique sur le développement global de l enfant a bien été abordée, réciproquement l effet du développement sur la pratique d activité physique l a INTRODUCTION «L enfance a des manières de voir, de penser, de sentir, qui lui sont propres ; rien n est moins sensé que de vouloir y substituer les nôtres.» [ROUSSEAU, Émile II] Cet ouvrage est un hommage

Plus en détail

Préparation à l épreuve d EPS Concours CRPE - 2012

Préparation à l épreuve d EPS Concours CRPE - 2012 Préparation à l épreuve d EPS Concours CRPE - 2012 S étirer : Pourquoi? Les étirements ont un rôle préventif important : ils préparent la musculature, favorisent la récupération et permettent d'éviter

Plus en détail

LE SYSTEME NERVEUX EN PLONGEE

LE SYSTEME NERVEUX EN PLONGEE LE SYSTEME NERVEUX EN PLONGEE Dans les prérogatives du niveau 4 figure la possibilité d amener des plongeurs jusqu à la zone lointaine. Sur un plan de la sécurité, cela requiert de nouvelles contraintes.

Plus en détail

DEFINITION. 3.3 La Force. 3.3 La Force

DEFINITION. 3.3 La Force. 3.3 La Force DEFINITION Pour Fox et Mathews (1981): «la force est la capacité qu a un groupe de muscles de forcer au maximum contre une résistance.» Ces deux auteurs préciseront plus tard : «la force musculaire se

Plus en détail

Table des matières. CHAPITRE 1 Développement biologique de l enfant et de l adolescent... 1

Table des matières. CHAPITRE 1 Développement biologique de l enfant et de l adolescent... 1 PHYSIOLOGIE DU SPORT. ENFANT ET ADOLESCENT. Table Chapitre des matières 12 Table des matières Préface... 7 CHAPITRE 1 Développement biologique de l enfant et de l adolescent... 1 EMMANUEL VAN PRAAGH ET

Plus en détail

BILANS ANALYTIQUES MUSCULO-TENDINEUX

BILANS ANALYTIQUES MUSCULO-TENDINEUX BILANS ANALYTIQUES MUSCULO-TENDINEUX I) INTRODUCTION 1. Le muscle Le muscle est un organe excitable-contractile, extensible visco-élastique, Motricité : - Automatique (marche) - Réflexe (activité stéréotypée,

Plus en détail

Une alimentation adaptée pour un entraînement optimal 1

Une alimentation adaptée pour un entraînement optimal 1 Une alimentation adaptée pour un entraînement optimal 1 Les (sucres lents) sont essentiels à la résistance de l organisme pour un effort d endurance. Si vous manquez de réserves, vous vivrez le «mur du

Plus en détail

Proprioception. Définition :

Proprioception. Définition : Proprioception Définition : La proprioception est la perception du corps et des membres, de leur position (1) et de leur mouvement(2) dans l'espace, sans que l'individu ait besoin de les vérifier avec

Plus en détail

BIOMECANIQUE DE L APPAREIL LOCOMOTEUR

BIOMECANIQUE DE L APPAREIL LOCOMOTEUR BIOMECANIQUE DE L APPAREIL LOCOMOTEUR (L. Rakotomanana) 1. Forces et bras de leviers dans l appareil moteur L appareil locomoteur se compose de deux structures : le squelette et le système musculaire.

Plus en détail

Le Test d effort. A partir d un certain âge il est conseillé de faire un test tous les 3 ou quatre ans.

Le Test d effort. A partir d un certain âge il est conseillé de faire un test tous les 3 ou quatre ans. Le Test d effort L'épreuve du test d'effort est un examen effectué en général par un cardiologue ou un médecin du sport. Le test d'effort permet de mesurer le rythme cardiaque, la pression artérielle,

Plus en détail

La course longue à l école :

La course longue à l école : aspect bio énergétique, biomécanique, motivationnel gérard: IUFM de la Réunion 2012 13 La course longue à l école : 1 Les instructions officielles 2 Historique du 1500 m 3 S entraîner : améliorer ses performances

Plus en détail

Synapses non obligatoires :

Synapses non obligatoires : Synapses non obligatoires : Un seul PA arrivant en zone présynaptique ne peut déclencher un PA en zone post- synaptique - Un PA génère un potentiel post synaptique excitateur (PPSE) dure 15 msec; Si un

Plus en détail

HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS

HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS HALTEROPHILIE ET PREVENTION DES PROBLEMES DE DOS En dehors du contexte des pathologies de la colonne vertébrale, nombre de personnes d âges variés souffrent du dos de façon régulière. Sans volonté d être

Plus en détail

CONFERENCE. " Sport Santé Senior " La forme à tout âge

CONFERENCE.  Sport Santé Senior  La forme à tout âge FEDERATION FRANCAISE D EDUCATION DUCATION PHYSIQUE ET DE GYMNASTIQUE VOLONTAIRE CONFERENCE " Sport Santé Senior " La forme à tout âge La FFEPGV Une fédération dynamique 4ème fédération tous sports confondus

Plus en détail

Dans ce chapitre : Anatomie cardiovasculaire 110 Le cœur 110 La circulation systémique 115 Les globules rouges 116

Dans ce chapitre : Anatomie cardiovasculaire 110 Le cœur 110 La circulation systémique 115 Les globules rouges 116 Dans ce chapitre : Anatomie cardiovasculaire 110 Le cœur 110 La circulation systémique 115 Les globules rouges 116 Physiologie du système cardiovasculaire 117 Le transport du dioxyde de carbone 117 La

Plus en détail

Colloque cyclisme fémininf Besancon 02.12.2006. Docteur gérard nicolet comité de Franche-comté Avec jocelyne beillot et fabrice michel

Colloque cyclisme fémininf Besancon 02.12.2006. Docteur gérard nicolet comité de Franche-comté Avec jocelyne beillot et fabrice michel Colloque cyclisme fémininf Besancon 02.12.2006 Besançon 02 décembre d 2006 Docteur gérard nicolet comité de Franche-comté Avec jocelyne beillot et fabrice michel Besançon 02 décembre d 2006 CYCLISME FEMININ

Plus en détail

Erythropoïétine recombinante et performance aérobie : facteurs centraux vs périphériques ; rôle de l hypoxie

Erythropoïétine recombinante et performance aérobie : facteurs centraux vs périphériques ; rôle de l hypoxie Erythropoïétine recombinante et performance aérobie : facteurs centraux vs périphériques ; rôle de l hypoxie Monsieur Paul ROBACH Je souhaite tout d abord remercier les organisateurs de ce symposium et

Plus en détail

Pour dépasser quelques préjugés concernant l haltérophilie

Pour dépasser quelques préjugés concernant l haltérophilie Pour dépasser quelques préjugés concernant l haltérophilie «L haltérophilie entrave la croissance» Le port de charges trop lourdes par des adolescents au travail a pu dans le passé poser des problèmes

Plus en détail

Moi ou mon enfant sous cortisone

Moi ou mon enfant sous cortisone Moi ou mon enfant sous cortisone Quelles conséquences? Isabelle Koné-Paut Pédiatrie Générale, Rhumatologie CHU de Bicêtre 94270 Le Kremlin-Bicêtre La cortisone, une hormone H H Organe 1 Organe 2 H Sang

Plus en détail

Typologie des fibres musculaires

Typologie des fibres musculaires Typologie des fibres musculaires INTRODUCTION Muscle = ensemble de faisceau de fibres musculaires Potentialités différentes pour utiliser ATP Vitesse de contraction de fibre dépend de rapidité à scinder

Plus en détail

L approche bioénergétique

L approche bioénergétique L approche bioénergétique Appréhender l homme par la bioénergétique est une manière de comprendre et d analyser ses performances motrices. Ce champs d étude resté l apanage des scientifiques entre les

Plus en détail

Suivi médico-physiologique et Football. Dr Franck Le Gall - CTNFS Clairefontaine La Pitié-Salpétrière 23 juin 2005

Suivi médico-physiologique et Football. Dr Franck Le Gall - CTNFS Clairefontaine La Pitié-Salpétrière 23 juin 2005 Suivi médico-physiologique et Football Dr Franck Le Gall - CTNFS Clairefontaine La Pitié-Salpétrière 23 juin 2005 Centre Technique National Ouverture en 1988 3 promotions de juniors initialement : INF

Plus en détail

4/5. www.physiologie.staps.univ-mrs.fr

4/5. www.physiologie.staps.univ-mrs.fr 4/5 Tissus et Organes Les Tissus Un ensemble de cellules qui ont une structure semblable et qui remplissent la même fonction constitue un tissu. Quatre tissus primaires s enchevêtrent pour former la «trame»

Plus en détail

La femme et le sport

La femme et le sport Généralités : Filles: Restent à la maison Faibles, frêles Garçons: Athlétiques et forts Doit faire du sport pour son développement La femme et le sport Les filles avaient une éducation sportive différente

Plus en détail

Sport, Santé et Préparation Physique N 26

Sport, Santé et Préparation Physique N 26 Sport, Santé et Préparation Physique N 26 Lettre électronique des entraîneurs du Val-de-Marne NOVEMBRE 2004 Université Paris 12 Conseil général du Val-de-Marne Sommaire de ce numéro : 1) A propos de l

Plus en détail

D'une manière générale, les élèves n aiment pas s'échauffer.

D'une manière générale, les élèves n aiment pas s'échauffer. en 18 diapos! 1 D'une manière générale, les élèves n aiment pas s'échauffer. C'est assez désagréable de commencer à bouger après 1 heure d'immobilité en salle de classe. C est une activité où on se sent

Plus en détail

S entraîner efficacement. Fred Grappe

S entraîner efficacement. Fred Grappe S entraîner efficacement Fred Grappe Programme d entraînement Gestion optimale des charges d entraînement Entraînement Compétitions Performance Caractéristiques de la charge d entraînement Elle est constituée

Plus en détail

Natation et musculation

Natation et musculation Natation et musculation Pour aborder le thème de la musculation du nageur il est nécessaire d avoir une idée fondée de la locomotion du nageur Le «modèle théorique» du nageur nous renseigne : Pour limiter

Plus en détail

Sciences & Technologie LE SQUELETTE

Sciences & Technologie LE SQUELETTE LE SQUELETTE L appareil moteur de l homme est constitué par un squelette osseux articulé et par des muscles qui prennent appui sur les os et les mettent en mouvement. Le squelette joue un rôle important

Plus en détail

Physiologie de la récupération chez l enfant et l adulte: application aux disciplines du cyclisme

Physiologie de la récupération chez l enfant et l adulte: application aux disciplines du cyclisme Physiologie de la récupération chez l enfant et l adulte: application aux disciplines du cyclisme Niveau Niveau Introduction Pourquoi optimiser la récupération? Récupération = étape essentielle du processus

Plus en détail

Fiche AP5 - Les étirements :

Fiche AP5 - Les étirements : Fiche AP5 - Les étirements : pourquoi faut-il s étirer quand on fait du sport? Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives (qu il s agisse de sport au quotidien

Plus en détail

LES FILIERES ENERGETIQUES

LES FILIERES ENERGETIQUES LES FILIERES ENERGETIQUES Institut Régional de Biologie et Médecine du Sport Dr Frédéric MATON www.irbms.com Médecine du Sport Acteur Biologie par de Passion l entraînement dans le Sport et la Santé 3

Plus en détail

L APPAREIL CIRCULATOIRE

L APPAREIL CIRCULATOIRE L APPAREIL CIRCULATOIRE L appareil circulatoire se compose de 3 grandes parties : - Le cœur - Les vaisseaux - Le sang I / Le Cœur : a) Description : Le cœur est un muscle, myocarde, gros comme un poing

Plus en détail

Rôle et principe de l articulation coxo-fémorale

Rôle et principe de l articulation coxo-fémorale Rôle et principe de l articulation coxo-fémorale Elle est composée du cotyle et de la tête fémorale. Le cotyle fait partie de l os iliaque, qui est l os du bassin. La tête fémorale est située à la partie

Plus en détail

MASSAGE ET CYCLISME. De la théorie... à la pratique

MASSAGE ET CYCLISME. De la théorie... à la pratique MASSAGE ET CYCLISME De la théorie...... à la pratique PLAN I.Préambule sur le massage sportif II.Théorie du massage - Anatomie - Physiologie - Installation et précautions III.Techniques de base du massage

Plus en détail

Rédaction: Validation:

Rédaction: Validation: BIOLOGIE LE SYSTÈME SQUELETTIQUE ET MUSCULAIRE CHEZ L HUMAIN BIO 5066-1 Rédaction: Validation: Ne pas écrire sur ce document Novembre 2004 Prétest A Question 1 Le corps humain contient quatre classes d

Plus en détail

Les Qualités Physiques

Les Qualités Physiques Les Qualités Physiques Introduction : Tantôt qualifiées de capacités motrices ou physiques, d aptitudes ou de potentialités, les qualités physiques, de par leurs interrelations internes mais aussi de par

Plus en détail

OPTIMISATION SOMMEIL

OPTIMISATION SOMMEIL OPTIMISATION DU SOMMEIL Copyright 2009 Bio.Form.Gym Tout droits réservés pour tous pays Table des matières Introduction...3 Les 8 bénéfices du sommeil...3 Objectifs...3 Possibilités...4 Résultats...4 Explications...4

Plus en détail

L échauffement. Généralités, définition et investigations. Définition. Des exercices préliminaires

L échauffement. Généralités, définition et investigations. Définition. Des exercices préliminaires L échauffement Ph. MAQUAIRE Professeur Agrégé en EPS BEES 1 HACUMESE - BEES 1 KARATE Laboratoire Recherche Littoral en Activités Corporelles & Sportives, (RELACS), ULCO. Généralités, définition et investigations

Plus en détail

BP JEPS _ Activités Gymniques, Forme et Force TRANSFORMATION DE L ENERGIE CHIMIQUE EN ENERGIE MECANIQUE

BP JEPS _ Activités Gymniques, Forme et Force TRANSFORMATION DE L ENERGIE CHIMIQUE EN ENERGIE MECANIQUE BP JEPS _ Activités Gymniques, Forme et Force TRANSFORMATION DE L ENERGIE CHIMIQUE EN ENERGIE MECANIQUE Sommaire. INTRODUCTION Page 3-7 FILIERE ANAEROBIE ALACTIQUE FILIERE ANAEROBIE LACTIQUE Page 8-15

Plus en détail

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie.

L APS ET LE DIABETE. Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. 1. Qu est-ce que le diabète? L APS ET LE DIABETE Le diabète se caractérise par un taux de glucose ( sucre ) trop élevé dans le sang : c est l hyperglycémie. Cette hyperglycémie est avérée si à 2 reprises

Plus en détail

Théorie et pratique de l'échauffement

Théorie et pratique de l'échauffement Théorie et pratique de l'échauffement D'une manière générale, les élèves (non pratiquants dans les clubs sportifs et même certains d'entre eux pendant les cours d'eps) n aiment pas s'échauffer. En effet,

Plus en détail

FONDAMENTAUX DE COURSE

FONDAMENTAUX DE COURSE Course Fondamentaux 08 FONDAMENTAUX DE COURSE 1. INTRODUCTION Les épreuves de course sont parfois décrites comme étant non techniques, principalement parce que courir est une action naturelle qui paraît

Plus en détail

CAP Petite Enfance / EP1 / Les facteurs de développement de l'enfant / Partie 2

CAP Petite Enfance / EP1 / Les facteurs de développement de l'enfant / Partie 2 L'OPEN CLASS REVISION GRATUIT EN LIGNE Informations Auteur : Philippe OLIVE Mis en ligne le 26 mars 2014 Modifié le 09 Octobre 2014 Catégorie : CAP Petite Enfance CAP Petite Enfance / EP1 / Les facteurs

Plus en détail

Table des matières PRÉFACE... 13

Table des matières PRÉFACE... 13 Table des matières PRÉFACE............................................................... 13 PRÉSENTATION DE L EXAMEN.............................................. 13 1. Le programme......................................................

Plus en détail

Développer un corps plus fort et plus mince

Développer un corps plus fort et plus mince MINTO PREVENTION & REHABILITATION CENTRE CENTRE DE PREVENTION ET DE READAPTATION MINTO Développer un corps plus fort et plus mince Aperçu de la trousse Le programme du Centre de prévention et de réadaptation

Plus en détail

DEVELOPPEMENT DES ADOLESCENTS ET EPS. 3. Quels problèmes professionnels pose le développement des adolescents pour l atteinte des objectifs de l eps

DEVELOPPEMENT DES ADOLESCENTS ET EPS. 3. Quels problèmes professionnels pose le développement des adolescents pour l atteinte des objectifs de l eps DEVELOPPEMENT DES ADOLESCENTS ET EPS 1. Définition 2. Spécificité des adolescents Nicolas DOMBROWSKI, Agrégé EPS, 2010 3. Quels problèmes professionnels pose le développement des adolescents pour l atteinte

Plus en détail

DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION. OBESITE DIABETE I et II

DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION. OBESITE DIABETE I et II DEFICIENCES METABOLIQUES ET TROUBLES DE L ALIMENTATION OBESITE DIABETE I et II 1 OBESITE 2 OBESITES DE GRADE III ou MORBIDE, espérance de vie limitée 3 INTRODUCTION 4 1. ELEMENTS DE PHYSIOLOGIE L adipocyte

Plus en détail

Dans ce chapitre : Sommaire 93

Dans ce chapitre : Sommaire 93 Dans ce chapitre : Les différents types de contractions musculaires 78 Contraction statique 78 Contraction dynamique 80 Contraction isométrique 80 Contraction auxotonique 80 Contraction isotonique 82 Contraction

Plus en détail

GENERALITES SUR LES OS ET LE SQUELETTE

GENERALITES SUR LES OS ET LE SQUELETTE GENERALITES SUR LES OS ET LE SQUELETTE Anatomie du corps humain Page 1 Introduction Le squelette joue un rôle de soutien et de protection pour les tissus. Il réalise également une abondante réserve de

Plus en détail

Programme du cours. Terminologie Médicale. A) Préfixes. B) Morphologie. C) Physique-Physiologie. D) Moyens d investigation. E) Méthodes thérapeutiques

Programme du cours. Terminologie Médicale. A) Préfixes. B) Morphologie. C) Physique-Physiologie. D) Moyens d investigation. E) Méthodes thérapeutiques Anatomie, Physiologie, Pathologie Humaine Programme du cours Introduction Terminologie Médicale A) Préfixes B) Morphologie. C) Physique-Physiologie D) Moyens d investigation E) Méthodes thérapeutiques

Plus en détail

Coupe d un os long chez l enfant. 1 cartilage articulaire 2 épiphyse 4 canal médullaire 5 os compact 6 périoste 7 cartilage de conjugaison 8 diaphyse

Coupe d un os long chez l enfant. 1 cartilage articulaire 2 épiphyse 4 canal médullaire 5 os compact 6 périoste 7 cartilage de conjugaison 8 diaphyse Coupe d un os long chez l enfant 1 cartilage articulaire 2 épiphyse 4 canal médullaire 5 os compact 6 périoste 7 cartilage de conjugaison 8 diaphyse 31 Loi de Mark-Jansen «La sensibilité des tissus est

Plus en détail

- 1 - POUR MIEUX COMPRENDRE LE SYNDROME POST-POLIO

- 1 - POUR MIEUX COMPRENDRE LE SYNDROME POST-POLIO - 1 - POUR MIEUX COMPRENDRE LE SYNDROME POST-POLIO Association Polio Québec Visitez notre site internet : www.polioquebec.org Appelez-nous : 514-489-1143 / 1-877-765-4672 Écrivez-nous : association@polioquebec.org

Plus en détail

Avant- propos. La physiologie en BTS diététique : les exigences du programme

Avant- propos. La physiologie en BTS diététique : les exigences du programme Avant- propos Le présent ouvrage a pour but de faciliter l enseignement de la physiologie dans le cadre du BTS diététique. Pour ce faire, nous avons respecté scrupuleusement le cadre du programme d enseignement

Plus en détail

La surcompensation et le surentraînement

La surcompensation et le surentraînement La surcompensation et le surentraînement Définition de la surcompensation : Réaction de compensation à la fatigue due à un effort ciblé pour améliorer le potentiel futur d une charge musculaire et du volume

Plus en détail

Le processus traumatique. 2012/2015 Sg

Le processus traumatique. 2012/2015 Sg Le processus traumatique 2012/2015 Sg 1 définitions Définitions processus Processus enchainement d étapes en lien les une avec les autres Peut être déclenché par des facteurs favorisants et / ou un contexte

Plus en détail

La circulation sanguine assure la distribution du di-oxygène et des nutriments aux organes

La circulation sanguine assure la distribution du di-oxygène et des nutriments aux organes La circulation sanguine assure la distribution du di-oxygène et des nutriments aux organes Nous avons vu que le sang est impliqué dans tous les échanges de l'organisme avec le milieu extérieur SL: Echanges

Plus en détail

Module : Cours de Anatomie-Physiologie-Pathologie.

Module : Cours de Anatomie-Physiologie-Pathologie. Module : Cours de Anatomie-Physiologie-Pathologie. Public cible Ce cours fait partie du tronc commun obligatoire à toutes les thérapies Aperçu de la formation (Définition) L anatomie est la connaissance

Plus en détail

LA BANANE : effaçons l injustice et préparons Marseille Cassis!

LA BANANE : effaçons l injustice et préparons Marseille Cassis! LA BANANE : effaçons l injustice et préparons Marseille Cassis! 1.Banane : idées reçues négatives mais fausses! 2. Banane : idées reçues positives et vraies! 3. La banane face aux autres fruits, ça apporte

Plus en détail

Chapitre 2 : La propagation du message nerveux

Chapitre 2 : La propagation du message nerveux Partie 4 : système nerveux Chapitre 2 : La propagation du message nerveux L arc réflexe est constitué par un réseau de neurones connectés au niveau de synapses. Le message nerveux prend naissance au niveau

Plus en détail

L entraînement de la force chez L ENFANT : Application au ski alpin. Relations avec la technique et la préparation physique.

L entraînement de la force chez L ENFANT : Application au ski alpin. Relations avec la technique et la préparation physique. L entraînement de la force chez L ENFANT : Application au ski alpin Nicolas Coulmy Département Sportif et Scientifique Relations avec la technique et la préparation physique Préparation technique Préparation

Plus en détail

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer

Les tumeurs osseuses. Causes. Symptômes. Diagnostic. Traitement. Pronostic. Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses Causes Symptômes Diagnostic Traitement Pronostic Une information de la Ligue suisse contre le cancer Les tumeurs osseuses lent chondrosarcomes. Une des formes de cancer osseux, composé

Plus en détail

Estimation de l âge. 2.3 A partir de phénomènes dégénératifs de certaines surfaces articulaires

Estimation de l âge. 2.3 A partir de phénomènes dégénératifs de certaines surfaces articulaires A. Lemonnier et S. de Reguardati, enseignantes Estimation de l âge Mise en garde préalable : Les différentes méthodes présentées ici ne constituent pas une liste exhaustive et sont parfois choisis pour

Plus en détail

Caractéristiques des systèmes énergétiques de l organisme.

Caractéristiques des systèmes énergétiques de l organisme. Tableau 3.1 Caractéristiques des systèmes énergétiques de l organisme. Système ATP-CP : source immédiate d énergie Systèmes énergétiques* Système glycolyse anaérobie lactique : source d énergie à court

Plus en détail

Pratique de l'aïkido et douleurs physiques

Pratique de l'aïkido et douleurs physiques Pratique de l'aïkido et douleurs physiques Plan Généralités sur la douleur Les différents publics et leurs spécificités Prévention des douleurs et traumatismes La douleur Classification : 3 types de douleur

Plus en détail

LES ACCIDENTS DE SPORT

LES ACCIDENTS DE SPORT LES ACCIDENTS DE SPORT Service formation sport SDIS 86 / 2006 Fracture Fracture de fatigue Périostite LES ACCIDENTS DE SPORT OSSEUX TENDINEUX Tendinite Rupture tendineuse ARTICULAIRE Entorse Luxation trouble

Plus en détail

Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron?

Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron? ÉTIREMENTS Les étirements : Pourquoi faut-il s étirer quand on fait de l Aviron? Les exercices d étirements font partie intégrante de toutes les pratiques sportives, quels que soient l âge et le niveau

Plus en détail