ENURESIE DE L ENFANT CONDUITE EN PRATIQUE COURANTE. Docteur Adrien MAY Pédiatre - CHSF EVRY

Save this PDF as:
Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ENURESIE DE L ENFANT CONDUITE EN PRATIQUE COURANTE. Docteur Adrien MAY Pédiatre - CHSF EVRY"

Transcription

1 ENURESIE DE L ENFANT CONDUITE EN PRATIQUE COURANTE Docteur Adrien MAY Pédiatre - CHSF EVRY 1

2 INTRODUCTION /1 La miction normale satisfait le besoin d uriner, besoin qui est parfaitement ressenti et qui peut être freiné à volonté. C est la conclusion d un apprentissage au cours de la 1 ère enfance, avant 6 ans. De nombreux enfants sont sujets à des troubles urinaires souvent masqués, non pris en charge et donc dévalorisant pour l enfant. «pipi sur toi» 2

3 3 PHYSIOLOGIE VESICALE/1

4 PHYSIOLOGIE VESICALE/2 CORTICAUX et SOUS CORTICAUX DIENCEPHALIQUE TRONC CEREBRAL MEDULLAIRE 4

5 5 PHYSIOLOGIE VESICALE / 3 MATURATION

6 6 PHYSIOLOGIE VESICALE / 4 MATURATION

7 7 PHYSIOLOGIE VESICALE /5 MATURATION

8 8 URODYNAMIQUE VESSIE MATURE

9 LA 1 ère CONSULTATION EST FONDAMENTALE RETOUR A LA CONFIANCE POUR L ENFANT FAIRE UN DIAGNOSTIC 9

10 1 ère CONSULTATION : INTERROGATOIRE = ETAPE ESSENTIELLE : s adresse à l enfant et à ses parents 10 ATCD familiaux/arbre généalogique ATCD de l enfant Acquisition de la propreté entre 2 à 4 ans Troubles primitifs ou secondaires Urinaires nocturne diurne Transit digestif Les habitudes : rituels du coucher, boisson, port de couches, sommeil / à la maison / A l école / Alimentation, Hygiène de vie Relations parents/enfant Traitements antérieurs effectués, modalités, efficacité

11 1 ère CONSULTATION : EXAMEN CLINIQUE Examen clinique Courbe de croissance staturopondérale La culotte OGE / hygiène / peau Rachis Examen neurologique pied/ réflexes Faire uriner, surtout les garçons. 11

12 A ce stade dans la grande majorité des cas, orientation diagnostique précise 1 ère étape du contrat avec l enfant en 1 er, avec les parents Instauration - de boisson abondante aqueuse dans la journée - du calendrier mictionnel : miction régulière/3 H - de l évaluation de la fréquence des troubles/carnet - traitement de la constipation éventuelle - hygiène de base - prévention des infections urinaires si besoin 12 Programmer une 2 ème consultation assez rapidement

13 IMMATURITE VESICALE OU INSTABILITE VESICALE Persistance d une vessie de type infantile après 5 ans Plus de 20 % des enfants de plus de 5 ans avec atteintes ± sévères 50 % des enfants énurétiques Nette prédominance féminine (2/3). 13

14 14 URODYNAMIQUE / 1 VESSIE IMMATURE

15 DEFINITION DE L IMMATURITE VESICALE /1 EST URODYNAMIQUE MAIS LE DIAGNOSTIC REPOSE SUR L INTERROGATOIRE Troubles urinaires nocturnes = énurésie Motive la consultation. Vigilance sphinctérienne prise à défaut par l hyperactivité vésicale Troubles urinaires diurne et nocturne dans 50 % des cas 15

16 DEFINITION DE L IMMATURITE VESICALE / 2 Troubles mictionnels diurnes constants caractéristiques Pollakiurie (> 6 mictions/j) Fuites avec culotte mouillée (rires, toux, jeux) Mictions impérieuses, urgences mictionnelles Attitudes particulières (squatting) Jet mictionnel explosif et brutal Age = après 4 ans 16

17 LES INFECTIONS URINAIRES COMPLIQUENT L IMMATURITE VESICALE Le plus souvent cystites ± symptomatiques Pyélonéphrite De 30 à 75 % des reflux vésicaux urétéraux après 4 ans Absence d indication chirurgicale Echographie/cystographie Vessie de petite taille à paroi crénelée Urètre proximal, déformée en toupie. 17

18 18 IMMATURITE VESICALE Urètre

19 19 IMMATURITE VESICALE Cystographie

20 AUTRES COMPLICATIONS DE L IMMATURITE VESICALE / 1 Douleurs abdominales Par mise en pression de la vessie Par rétention stercorale - Dans 40 à 90 % des cas - Encoprésie souvent masquée - Contraction associée du sphincter anal et urétral = cercle vicieux 20

21 AUTRES COMPLICATIONS DE L IMMATURITE VESICALE / 2 Immaturité globale, troubles psychologiques - Primitifs ou secondaires? - La belle indifférence cache un processus dévalorisant - Difficultés à s inscrire dans un processus d autonomisation assez global 21

22 IMMATURITE VESICALE / EVOLUTION Le plus souvent vers la guérison Persistance entretenue par : Des habitudes mictionnelles Des infections urinaires Des facteurs somatiques et psychologiques. 10 % des adultes ont une vessie instable : 2000 femmes de + 20 ans - 32 % envies fréquentes d uriner - 15 % mictions impérieuses - 3 % fuites urinaires isolées 22

23 IMMATURITE VESICALE : CAT 2 ème CONSULTATION / 1 Evaluation de l investissement Mise en route d un traitement anticholinergique Detrusor sous la dépendance du parasympathique Inhibition de l hyperactivité Chlorure d oxybutinine 0.2 à 0.5 mg/kg sans dépasser 10 mg (cp à 5 mg) Répartition en fonction de la symptomatologie Adaptation de la posologie 23

24 IMMATURITE VESICALE : CAT 2 ème CONSULTATION / 2 Effets secondaires Atropinique Troubles visuels (mydriase, troubles de l accomodation) Manifestations neurologiques (hallucinations, agitations, délire, désorientation, cauchemars) Sécheresse buccale Constipation Manifestations cutanées allergiques précoces 24

25 IMMATURITE VESICALE : CAT 2 ème CONSULTATION / 3 Ce traitement permet d instaurer un calendrier mictionnel, source d amélioration à long terme - Au calme, on prend son temps - Les 2 pieds posés sur le sol et les cuisses écartées - Sans poussée abdominale et avec relâchement périnéal. 25

26 IMMATURITE VESICALE : EVOLUTION / 1 Dans les formes modérées Attendre que la maturation se fasse en prévenant les infections. I Dans les formes compliquées (énurésie-infections) Amélioration franche quasi constante avec le TT anticholinergique Rechutes fréquentes à la diminution et à l arrêt du TT (au bout de 3 à 4 mois) --> Prévenir les familles - Répéter les cures, maintenir la prévention des infections, lit de l instabilité vésicale de l adulte - Maintenir le tt anticonstipation 26

27 IMMATURITE VESICALE : EVOLUTION / 2 En cas d échec thérapeutique ou évolution atypique : Demander un examen urodynamique pour éliminer une instabilité urétrale Proposer un suivi psychologique. 27

28 IMMATURITE VESICALE HYPERACTIVITE INFECTIONS CERCLE VICIEUX TROUBLES MICTIONNELS 28

29 ENURESIE NOCTURE ISOLEE / 1 Mictions incontrôlées survenant pendant le sommeil. Pathologie à partir de l âge de 5 ans Enfants 15 à 20 % A l âge des conscrits 1 % Nette prédominance masculine Aucune symptomatologie associée Pathologie familiale dans 75 % des cas 29

30 ENURESIE NOCTURE ISOLEE / 2 Physiopathologie non évidente : - Facteurs génétiques chromosome 13 E. et polyurie nocturne inversion du rythme circadien de l ADH? E. et sommeil E. et troubles psychoaffectif y penser dans les énurésies secondaires pas de profil ψ particulier 30

31 ENURESIE PRIMITIVE NOCTURNE : PRISE EN CHARGE / 1 Plupart des sociétés vexation et peur 1 ère consultation adressée à l enfant : motivation, responsabilisation et évaluation consultation : résultats dépendent de la qualité 1 ère consult. 2 ème effets placebo 15 à 45 % de bons résultats 31

32 ENURESIE PRIMITIVE NOCTURNE : PRISE EN CHARGE / 2 32 DESMOPRESSINE / MINIRIN Melt : analogue structural de l ADH, pouvoir antidiurétique - 50 % répondeurs complets - 35 % non répondeurs - 15 % répondeurs partiels - 20 à 40% rechutes - Après 6 ans, le soir au coucher, boisson non autorisée la nuit - Détermination de la dose minimale efficace par palier de 1 semaine 120 µg 240 µg voir 360 µg - Cp à 60, 120, 240 µg - Effets secondaires : aucun voir peu - Durée de la cure : 3 mois

33 ENURESIE PRIMITIVE NOCTURNE : PRISE EN CHARGE / 3 Les systèmes d alarme Etude ANAES 2003 : meilleurs effets à long terme que la Desmopressine Pas de remboursement S.S. Antidépresseurs tricycliques 33

34 VESSIE NEUROLOGIQUE SYNDROME DE HINMAN ou VESSIE NEUROLOGIQUE-NON NEUROLOGIQUE /1 Dysurie avec mictions incomplètes par regorgement (absence de vidange vésicale) fuites urinaires diurnes et nocturnes Infections urinaires récidivantes Constipation ± encoprésie Y penser en cas d éléments en faveur d un dysraphisme angiome-pilosité-spina bifida 34

35 VESSIE NEUROLOGIQUE SYNDROME DE HINMAN ou VESSIE NEUROLOGIQUE-NON NEUROLOGIQUE /2 Tableau neurologique présent ou absent Evolution vers l insuffisance rénale Bilan urologique complet (obstacle urétral?) Débimétrie/dysynergie vésico-sphinctérienne 35

36 ATTITUDE RETENTIONNISTE OU PHOBIES DES TOILETTES 36 Phobie des toilettes Boissons insuffisantes Mictions rares < 3/jour Constipation Dysurie avec jet bégayant Entre 7 et 15 ans Infection urinaire S améliore souvent rapidement avec la restauration d une hygiène alimentaire et mictionnelle

37 DEGOUTTEMENT POSTMICTIONNEL OU MICTION VAGINALE Dégouttement au décours des toilettes Petite taille et rondelette Posture mictionnelle 37

38 INCONTINENCE DU FOU-RIRE Chez les filles autour de la puberté 38

39 ABOUCHEMENT URETRAL ECTOPIQUE Les filles Fuites urinaires primitives diurnes et nocturnes Pyélonéphrites Duplicités pyélourétérales. 39

40 MALTRAITANCES Troubles urinaires secondaires Encoprésie 40

41 CONCLUSION FUITES URINAIRES 41 Diurnes Nocturnes Filles Garçons Impériosités Monosympathique Instabilité vésicale Enurésie primitive Un bon interrogatoire permet un diagnostic, met en confiance l enfant l amélioration est constatée, ± rapide.

42 42 LES DROITS DU CITOYEN ENURETIQUE

INCONTINENCE URINAIRE

INCONTINENCE URINAIRE INCONTINENCE URINAIRE Généralités Perte involontaire d'urine par l'urètre. Symptôme fréquent (2,5 millions de personnes en France). Nombre sous estimé. Risque 2 fois plus élevé pour les femmes que pour

Plus en détail

Infections urinaires chez l enfant

Infections urinaires chez l enfant Infections urinaires chez l enfant Questions et réponses pour diminuer vos inquiétudes Chers parents, Cette brochure a pour but de faciliter votre compréhension et de diminuer vos inquiétudes en vous

Plus en détail

le bilan urodynamique Dr René Yiou, CHU Henri Mondor

le bilan urodynamique Dr René Yiou, CHU Henri Mondor le bilan urodynamique Dr René Yiou, CHU Henri Mondor Bilan urodynamique Continence et miction = résultat d'un rapport de forces vessie/urètre: 1. Pression vésicale de remplissage (compliance): doit rester

Plus en détail

Service d Urologie - Hôpital de la Conception - APHM. 2. Service de Gynécologie Obstétrique - Hôpital de la Conception - APHM. 3

Service d Urologie - Hôpital de la Conception - APHM. 2. Service de Gynécologie Obstétrique - Hôpital de la Conception - APHM. 3 Efficacité de la stimulation transcutanée chronique du nerf tibial postérieur dans l hyperactivité vésicale de la femme atteinte de Maladie de Parkinson ou d Atrophie Multisystématisée A. Ohannessian 1,2,4,

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale

Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale Chapitre 1 : Introduction à la rééducation périnéale 1. Historique. Kegel (1949). Bourcier (1970). 1985 : reconnaissance officielle d acte de MK. Développement de la MK périnéale : facteur éco/p sociale

Plus en détail

Incontinence urinaire en gériatrie. DR Depireux urologue DR Noël l interniste

Incontinence urinaire en gériatrie. DR Depireux urologue DR Noël l interniste Incontinence urinaire en gériatrie DR Depireux urologue DR Noël l interniste Vieillissement Variabilité interindividuelle des effets du vieillissement. Aboutissement à un groupe hétérogh rogène du point

Plus en détail

Les hauts et les bas de l énurésie nocturne

Les hauts et les bas de l énurésie nocturne Les hauts et les bas de l énurésie nocturne Anne-Claude Bernard-Bonnin Maxime vous est amené par ses parents en cette belle journée de printemps. Il vient d avoir 10 ans et mouille encore son lit au moins

Plus en détail

TRAITEMENT DE L INCONTINENCE URINAIRE. Dr B Pogu Urologue FMC Sud Marne

TRAITEMENT DE L INCONTINENCE URINAIRE. Dr B Pogu Urologue FMC Sud Marne TRAITEMENT DE L INCONTINENCE URINAIRE Dr B Pogu Urologue FMC Sud Marne DEFINITION! Incontinence urinaire (IU) : perte involontaire des urines par l urètre, survenant en dehors de la miction et pouvant

Plus en détail

L Incontinence Urinaire au FEMININ. Examen paraclinique. Résidu Post Mictionnel. Examen pelvien

L Incontinence Urinaire au FEMININ. Examen paraclinique. Résidu Post Mictionnel. Examen pelvien L Incontinence Urinaire au FEMININ Dr Isabelle Kaelin-Gambirasio Erika Vögele Dr Johanna Sommer Examen pelvien Inspection : Atrophie vulvovaginale Inflammation vaginale Pertes d urines à la toux Prolapsus

Plus en détail

DIU DE REEDUCATION PELVI-PERINEALE. Responsables de l enseignement :

DIU DE REEDUCATION PELVI-PERINEALE. Responsables de l enseignement : DIU de rééducation pelvi-périnéale DIU DE REEDUCATION PELVI-PERINEALE Responsables de l enseignement : Pr. Gérard AMARENCO (UPMC), Pr. Michel COSSON (CHU Lille), Pr. Gilberte ROBAIN (UPMC) 1. Cible La

Plus en détail

Gamme PHENIX Portable. Toute l électrothérapie dans un portable

Gamme PHENIX Portable. Toute l électrothérapie dans un portable Gamme PHENIX Portable Toute l électrothérapie dans un portable PHYSIO PHYSIOSTIM URO Les exclusivités de la gamme PHENIX Portable PHYSIO PHYSIOSTIM URO Les PHENIX Portable sont les seuls appareils portables

Plus en détail

INCONTINENCE URINAIRE

INCONTINENCE URINAIRE INCONTINENCE URINAIRE Dr. René Yiou Service d urologie et département d anatomie CHU Henri Mondor 51, avenue du Maréchal de-lattre-de-tassigny 94010 Créteil Tel: 0149812559 Fax: 01.49.81.25.52 Email: rene.yiou@hmn.ap-hop-paris.fr

Plus en détail

La migraine. Foramen ovale perméable. Infarctus cérébral (surtout chez la femme)

La migraine. Foramen ovale perméable. Infarctus cérébral (surtout chez la femme) La migraine 1/Introduction : Céphalée primaire (sans lésion sous-jacente). Deux variétés principales: Migraine sans aura (migraine commune). Migraine avec aura (migraine accompagnée). Diagnostic: interrogatoire

Plus en détail

RAPPORT SUR LE THEME DE L INCONTINENCE URINAIRE

RAPPORT SUR LE THEME DE L INCONTINENCE URINAIRE RAPPORT SUR LE THEME DE L INCONTINENCE URINAIRE Ministère de la Santé et des Solidarités Avril 2007 Rapport remis à Monsieur Philippe BAS Pr François HAAB Université Paris VI, Hôpital Tenon, Paris SOMMAIRE

Plus en détail

Incontinence urinaire de la femme

Incontinence urinaire de la femme 1 Incontinence urinaire de la femme un problème de santé publique Docteur Jean-Louis GARIN Médecine Physique et RéadaptationR Centre Hospitalier Général G de Longjumeau 2 Trois périodes p critiques Le

Plus en détail

Incontinence urinaire. DR.L.PEYRAT C.H.U. Tenon, Paris

Incontinence urinaire. DR.L.PEYRAT C.H.U. Tenon, Paris Incontinence urinaire DR.L.PEYRAT C.H.U. Tenon, Paris INCONTINENCE URINAIRE : DEFINITION 2002 ICS (Internationnal Contience Society) : perte involontaire d urine, on distingue Symptôme : élément décrit

Plus en détail

va être opéré d un hypospadias

va être opéré d un hypospadias Votre enfant va être opéré d un hypospadias Introduction Le chirurgien urologue pédiatrique vous a confirmé le diagnostic d hypospadias et expliqué les avantages ainsi que les risques et complications

Plus en détail

La déchirure. Les risques. Troubles périnéaux du post-partum. La déchirure

La déchirure. Les risques. Troubles périnéaux du post-partum. La déchirure Troubles périnéaux du post-partum La déchirure T. Linet La déchirure Les risques Entre 2 et 6 % de périnée complet mais TRES sous diagnostiqué car ± rupture du sphincter interne sur périnée semblant intact

Plus en détail

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Questions / Réponses Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Quelques chiffres sur les troubles du sommeil et la consommation de benzodiazépines

Plus en détail

Carte de soins et d urgence

Carte de soins et d urgence Direction Générale de la Santé Carte de soins et d urgence Emergency and Healthcare Card Porphyries Aiguës Hépatiques Acute Hepatic Porphyrias Type de Porphyrie* Déficit en Ala déhydrase Ala Dehydrase

Plus en détail

CONTRAT D ACCUEIL. Parents Assistant(e)s Maternel(le)s. Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin

CONTRAT D ACCUEIL. Parents Assistant(e)s Maternel(le)s. Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin CONTRAT D ACCUEIL Parents Assistant(e)s Maternel(le)s Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin Parents, assistant(e) maternel(le), L enfant est au cœur de vos préoccupations, la qualité

Plus en détail

L incontinence au féminin : des conseils pour chacune

L incontinence au féminin : des conseils pour chacune L incontinence au féminin : des conseils pour chacune L incontinence, problème de femme O n parle d incontinence dès que l on laisse involontairement passer quelques gouttes d urine. Cela peut arriver

Plus en détail

Page 1/15 - L incontinence urinaire en détail

Page 1/15 - L incontinence urinaire en détail 02/01/2013 L incontinence urinaire en détail En France, 3 millions de personnes souffrent d'incontinence, qu'elle soit urinaire ou fécale. Ce dossier présente les causes de cette affection, les divers

Plus en détail

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence

Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Le traitement du paludisme d importation de l enfant est une urgence Dominique GENDREL Necker-Enfants Malades Traiter en urgence en présence de trophozoïtes Plus de 80% des paludismes d importation en

Plus en détail

Incontinence urinaire : trop souvent taboue

Incontinence urinaire : trop souvent taboue Incontinence urinaire : trop souvent taboue Tous concernés! De quoi s agit-il? C est une perte accidentelle ou involontaire des urines, qu il s agisse de quelques gouttes à une fuite plus conséquente :

Plus en détail

Prolapsus génital et incontinence urinaire chez la femme Professeur Pierre BERNARD Septembre 2002

Prolapsus génital et incontinence urinaire chez la femme Professeur Pierre BERNARD Septembre 2002 Prolapsus génital et incontinence urinaire chez la femme Professeur Pierre BERNARD Septembre 2002 Pré-Requis : Connaissance de bases : Anatomie du pelvis Classification des troubles de la statique génitale

Plus en détail

KEAT : premier électrostimulateur sans fil d auto-rééducation périnéale à domicile

KEAT : premier électrostimulateur sans fil d auto-rééducation périnéale à domicile L incontinence : une maladie très fréquente D après le Pr François Haab, chirurgien urologue, coordinateur du centre d explorations périnéales de l hôpital Tenon (Paris) Des solutions adaptées à chaque

Plus en détail

d une Dr Ei Eric Peterman

d une Dr Ei Eric Peterman d une Dr Ei Eric Peterman Implantations de MDM MALI: 1994-2010 TCHAD: 2009-2010 - 2-3 millions de fistules obstétricales dans le monde - 90% en Afrique (source OMS) MDM Yaoundé 2010 MOPTI MDM BERLIN 2010

Plus en détail

LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique

LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique LA LOMBALGIE CHRONIQUE : Facteurs de risque, diagnostic, prise en charge thérapeutique Caroline Karras-Guillibert Rhumatologue, Hôpital Saint Joseph, Marseille La lombalgie chronique : le «mal du siècle»?

Plus en détail

La vessie neurogène (VN)

La vessie neurogène (VN) La vessie neurogène (VN) Dr. Eugenia Luca, Service de Paraplégie CRR Sion, le 26.03.2015 Introduction Les troubles urinaires associés aux maladies neurologiques sont fréquentes et d expression polymorphe.

Plus en détail

RÉSUMÉ DES RECOMMANDATIONS

RÉSUMÉ DES RECOMMANDATIONS NOUVELLE PROPOSITION DE RECOMMANDATIONS POUR L INCONTINENCE URINAIRE Le comité des recommandations de l AUC a travaillé à l établissement de nouvelles recommandations et à la mise à jour des précédentes.

Plus en détail

REEDUCATION DU POST-PARTUM

REEDUCATION DU POST-PARTUM Communauté Périnatale de l Agglomération Versaillaise Association Loi 1901 n 0784014641 29 rue de Versailles - 78150 Le Chesnay Tel : 01.39.43.12.04 Fax : 01.39.43.13.58 E-Mail : cpav@medical78.com Web:

Plus en détail

EXAMEN CLINIQUE D UN TROUBLE DE LA STATIQUE PELVIENNE

EXAMEN CLINIQUE D UN TROUBLE DE LA STATIQUE PELVIENNE EXAMEN CLINIQUE D UN TROUBLE DE LA STATIQUE PELVIENNE Pr Claude Hocké Pôle Gynécologie- Obstétrique-Reproduction Hôpital Pellegrin CHU Bordeaux 1 INTERROGATOIRE IL RESTE FONDAMENTAL ET PEUT ÊTRE DIVISÉ

Plus en détail

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques

Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Migraine et céphalées de tension: diagnostic différentiel et enjeux thérapeutiques Dr Solène de Gaalon Service de neurologie- CHU Nantes Société française des migraines et céphalées Céphalées de tension

Plus en détail

Pour toutes questions supplémentaires, veuillez communiquer avec nous au 514 340-3540 poste 4129.

Pour toutes questions supplémentaires, veuillez communiquer avec nous au 514 340-3540 poste 4129. Journal urinaire À quoi sert un journal urinaire? Nous vous demanderons de remplir ce journal à deux reprises : avant et après les classes d exercices. Les données recueillies nous permettront de mieux

Plus en détail

IFAS 11 décembre 2014 15 janvier 2015. M. BLOT Ergothérapeute. CHU de NIMES

IFAS 11 décembre 2014 15 janvier 2015. M. BLOT Ergothérapeute. CHU de NIMES IFAS 11 décembre 2014 15 janvier 2015 M. BLOT Ergothérapeute CHU de NIMES Introduction Définition de l hémiplégie Causes Evolution Conséquences Description Prise en charge du patient en fonction de l activité

Plus en détail

FUITES URINAIRES CHEZ LA FEMME

FUITES URINAIRES CHEZ LA FEMME FUITES URINAIRES CHEZ LA FEMME Informations et traitement Pour vous, pour la vie Conscience du problème Beaucoup de femmes souffrent d incontinence urinaire sans en parler, même lors de leur visite en

Plus en détail

Conseil général du Lot. Le Conseil général, plus proche de vous, plus solidaire.

Conseil général du Lot. Le Conseil général, plus proche de vous, plus solidaire. Conseil général du Lot é t e r p o La pr chez l enfant s n a 6 à 0 de Le Conseil général, plus proche de vous, plus solidaire. La propreté, cela ne s apprend pas! Maman, je vais certainement te surprendre,

Plus en détail

Rééducation périnéologique dans les troubles de la statique pelvienne Indications et principes de rééducation JP. DENTZ Cds-Mk Paris

Rééducation périnéologique dans les troubles de la statique pelvienne Indications et principes de rééducation JP. DENTZ Cds-Mk Paris Rééducation périnéologique dans les troubles de la statique pelvienne Indications et principes de rééducation JP. DENTZ Cds-Mk Paris Illustration : Max Claude Cappelletti Le plancher pelvien LA STATIQUE

Plus en détail

Céphalées de tension. Hélène Massiou Hôpital Lariboisière, Paris

Céphalées de tension. Hélène Massiou Hôpital Lariboisière, Paris Céphalées de tension Hélène Massiou Hôpital Lariboisière, Paris Céphalée de tension : une maladie hétérogène La plus fréquente des céphalées primaires Diagnostic basé sur l interrogatoire Manque de spécificité

Plus en détail

Les Migraines et les céphalées. Dr G.Hinzelin Migraines et Céphalées Migraines et Céphalées La migraine représente entre 5 à 18% de la population française selon le sexe et en fonction des études. Est

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES DOULEURS DU POST-PARTUM ET DES DOULEURS POST-CHIRURGICALES MARTINE CORNILLET-BERNARD

PRISE EN CHARGE DES DOULEURS DU POST-PARTUM ET DES DOULEURS POST-CHIRURGICALES MARTINE CORNILLET-BERNARD PRISE EN CHARGE DES DOULEURS DU POST-PARTUM ET DES DOULEURS POST-CHIRURGICALES MARTINE CORNILLET-BERNARD Douleurs du post-partum : Douleurs cicatricielles (déchirures ou épisio) Dyspareunies orificielles

Plus en détail

Les fistules obstétricales sont des communications anormales entre les voies urinaires ou digestives et l'appareil génital. ou d une manœuvre abortive

Les fistules obstétricales sont des communications anormales entre les voies urinaires ou digestives et l'appareil génital. ou d une manœuvre abortive ROLE DE LA SAGE FEMME DANS LA PREVENTION, LE DIAGNOSTIC ET ORIENTATION DES FISTULES Présenté par Mme Atchoumi Annie Hortense Sage-femme DU épidémiologie-bordeaux CHU de Yaoundé Introduction Définition

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

E x t rait des Mises à jour en Gynécologie et Obstétri q u e

E x t rait des Mises à jour en Gynécologie et Obstétri q u e CNGOF_MAJ_TITRES.qxp 17/12/09 17:26 Page 1 (1,1) COL L ÈGE N ATIONAL DES GYNÉ COLOGUES E T OBS TÉ TRICIENS FR A NÇ A IS Président : Professeur J. L a n s a c E x t rait des Mises à jour en Gynécologie

Plus en détail

Politique du sommeil

Politique du sommeil Politique du sommeil Centre de la Petite Enfance Beauce-Sartigan Politique du sommeil Novembre 2012 Objectif; L objectif de cette politique est de guider le personnel éducateur et d informer les parents

Plus en détail

Migraine et mal de tête : des "casse-tête"

Migraine et mal de tête : des casse-tête Migraine et mal de tête : des "casse-tête" Tous concernés! De quoi s agit-il? Les migraines ne doivent pas être confondues avec les céphalées de tension, communément appelées les "maux de tête". En effet,

Plus en détail

1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies :

1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies : 1- Parmi les affirmations suivantes, quelles sont les réponses vraies : a. Les troubles fonctionnels digestifs sont définis par les critères de Paris b. En France, le syndrome de l intestin irritable touche

Plus en détail

Le traitement médical de l incontinence urinaire féminine. Pr A.PIGNE C.E.E.G 75005 PARIS France

Le traitement médical de l incontinence urinaire féminine. Pr A.PIGNE C.E.E.G 75005 PARIS France Le traitement médical de l incontinence urinaire féminine Pr A.PIGNE C.E.E.G 75005 PARIS France QUALIFIER l incontinence urinaire d effort (IUE) fuites involontaires, non précédée du besoin d uriner, à

Plus en détail

Brochure d information destinée au patient. Comment pratiquer l auto-sondage intermittent?

Brochure d information destinée au patient. Comment pratiquer l auto-sondage intermittent? Brochure d information destinée au patient Comment pratiquer l auto-sondage intermittent? Sommaire de la brochure Ce guide complète les informations qui vous ont été données par le médecin et l infirmière.

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL ALARME DE CONDITIONNEMENT ULTRASONORE PROGRAMMABLE POUR LE TRAITEMENT DE L ÉNURÉSIE ALEXANDRE BEAUCHAMP-PARENT

UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL ALARME DE CONDITIONNEMENT ULTRASONORE PROGRAMMABLE POUR LE TRAITEMENT DE L ÉNURÉSIE ALEXANDRE BEAUCHAMP-PARENT ii UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL ALARME DE CONDITIONNEMENT ULTRASONORE PROGRAMMABLE POUR LE TRAITEMENT DE L ÉNURÉSIE ALEXANDRE BEAUCHAMP-PARENT DÉPARTEMENT DE GÉNIE ÉLECTRIQUE ET DE GÉNIE INFORMATIQUE ÉCOLE POLYTECHNIQUE

Plus en détail

Incontinence urinaire de la femme: quelle est la marche à suivre au cabinet du médecin de famille?

Incontinence urinaire de la femme: quelle est la marche à suivre au cabinet du médecin de famille? Incontinence urinaire de la femme: quelle est la marche à suivre au cabinet du médecin de famille? Jörg Humburg Frauenklinik, Kantonsspital Bruderholz Quintessence P L incontinence urinaire de la femme

Plus en détail

Fuites d urine des femmes

Fuites d urine des femmes mai 2006 Dr Jean-François Hermieu Dr Emmanuel Cuzin et le Comité d urologie et de périnéologie de la femme Fuites d urine des femmes En parler pour se soigner Si vous avez des fuites d urine n ayez pas

Plus en détail

Cas clinique n 1. Y-a-t-il plusieurs diagnostics possibles? Son HTA a t elle favorisé ce problème?

Cas clinique n 1. Y-a-t-il plusieurs diagnostics possibles? Son HTA a t elle favorisé ce problème? Cas clinique n 1 Michel que vous suivez de longue date a l impression depuis quelques jours, d entendre des battements irréguliers le soir en se couchant ; il va parfaitement bien par ailleurs et rapporte

Plus en détail

Rééducation de la rééducation de l Incontinence Urinaire de l homme : Résultats. Guy Valancogne

Rééducation de la rééducation de l Incontinence Urinaire de l homme : Résultats. Guy Valancogne Rééducation de la rééducation de l Incontinence Urinaire de l homme : Résultats Guy Valancogne Depuis la fin des années 90 : études pour le cas spécifique de l incontinence masculine, - certaines d entre

Plus en détail

DOCUMENTATION CLINIQUE D UNE CHUTE D UN PATIENT

DOCUMENTATION CLINIQUE D UNE CHUTE D UN PATIENT Jacques Butel - Nadiat Donnat - Jeanne Forestier - Céliane Héliot - Anne Claire Rae Forum prévention des chutes 2010 DOCUMENTATION CLINIQUE D UNE CHUTE D UN PATIENT 1 Recueil données Formulaire de signalement

Plus en détail

INCONTINENCE URINAIRE CHEZ L ENFANT

INCONTINENCE URINAIRE CHEZ L ENFANT INCONTINENCE URINAIRE CHEZ L ENFANT Par D re FADWA ABBAS PÉDIATRE 5 e colloque périnatalité/pédiatrie 9 mai 2014 CRITÈRES DIAGNOSTIQUES INCONTINENCE URINAIRE PHYSIOLOGIQUE < 5 ANS INCONTINENCE URINAIRE

Plus en détail

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Corpus Médical Faculté de Médecine de Grenoble Le reflux gastro-oesophagien (280) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Sécrétion acide et peptique de l estomac Motricité œsophagienne et gastrique

Plus en détail

Sommeil, fatigue au volant et jeunes conducteurs

Sommeil, fatigue au volant et jeunes conducteurs 06 NOVEMBRE 2014 Sommeil, fatigue au volant et jeunes conducteurs Roger Godbout, Ph.D. Laboratoire et Clinique du sommeil, Hôpital Rivière-des-Prairies Département de psychiatrie, Université de Montréal

Plus en détail

TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir?

TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir? TRAUMATISME CRANIEN DE L ENFANT : conduite à tenir? H Le Hors-Albouze Urgences pédiatriques Timone enfants Marseille Traumatismes crâniens (TC) de l enfant Grande fréquence même si incidence réelle mal

Plus en détail

LA RÉTENTION URINAIRE DU POST-PARTUM

LA RÉTENTION URINAIRE DU POST-PARTUM LA RÉTENTION URINAIRE DU POST-PARTUM Prise en charge au CH de Pau Dr Sophie Rouleaud Service de médecine physique et de réadaptation Samedi 4 octobre 1 2 DEFINITION Définition 2003 Glavind K. et Bjork

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs

B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs B06-1 B06 - CAT devant une ischémie aiguë des membres inférieurs L ischémie aiguë est une interruption brutale du flux artériel au niveau d un membre entraînant une ischémie tissulaire. Elle constitue

Plus en détail

Après un an d enquête, 1176 femmes travaillant au C.H.U avaient répondu à notre questionnaire.

Après un an d enquête, 1176 femmes travaillant au C.H.U avaient répondu à notre questionnaire. Prévalence de l incontinence urinaire d effort selon le traumatisme obstétrical et la catégorie socio-. G. Philippe (1), I. Clément (2), I. Thaon (3) (1) Service d urologie C.H.U St jacques, Besançon (2)

Plus en détail

Terminologie des troubles fonctionnels du bas appareil urinaire : adaptation française de la

Terminologie des troubles fonctionnels du bas appareil urinaire : adaptation française de la Terminologie des troubles fonctionnels du bas appareil urinaire : adaptation française de la terminologie de l International Continence Society F. Haab, G. Amarenco, P. Coloby, P Grise, B. Jacquetin, JJ

Plus en détail

MANUEL DE FORMATION A LA CHIRURGIE REPARATRICE DE LA FISTULE

MANUEL DE FORMATION A LA CHIRURGIE REPARATRICE DE LA FISTULE MANUEL DE FORMATION A LA CHIRURGIE REPARATRICE DE LA FISTULE FIGO et ses partenaires Fédération Internationale de Gynécologie et d Obstétrique (FIGO) Société Internationale des Chirurgiens Obstétriques

Plus en détail

La prise en charge de votre épilepsie

La prise en charge de votre épilepsie G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre épilepsie Vivre avec une épilepsie sévère Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003

Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003 Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19 Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003 Plans et objectifs Pendant la grossesse Troubles mineurs, dépressions

Plus en détail

Consulter le Modèle d Accessibilité de référence. Le modèle a considéré quatre types de diversité fonctionnelle :

Consulter le Modèle d Accessibilité de référence. Le modèle a considéré quatre types de diversité fonctionnelle : Consulter le Modèle d Accessibilité de référence. Le modèle a considéré quatre types de diversité fonctionnelle : Personnes ayant une diversité fonctionnelle physique Personnes ayant une diversité fonctionnelle

Plus en détail

Bilan, proposition de traitement et tests

Bilan, proposition de traitement et tests - médiation sinokinétique - Fiche d'une incontinence urinaire du post-partum Bilan, proposition de traitement et tests Grégory RUCH, Aurélie VAISSELLET, Julie MARGUIER 11/2010 Madame X, 32 ans, vient en

Plus en détail

Autisme Questions/Réponses

Autisme Questions/Réponses Autisme Questions/Réponses 1. Quelle est la définition de l autisme et des autres troubles envahissants du développement établie dans l état des connaissances élaboré et publié par la HAS? Les définitions

Plus en détail

urinaire féminine à l effort de la femme

urinaire féminine à l effort de la femme Evaluation clinique préopératoire d une incontinence urinaire féminine à l effort de la femme Jean-François HERMIEU Service d Urologie CHU Bichat 46, rue Henri Huchard 75018 Paris E mail : jean-francois.hermieu@bch.aphp.fr

Plus en détail

Le rééducation Périnéale

Le rééducation Périnéale Alexandre JETTE Lauriane VASSEUR 62 7 020282 001 30 1 26 62 7 035744 001 30 1 26 Cabinet de Masso-Kinésithérapie 9 rue Edmond de Palézieux - 62224 Equihen-Plage 03.21.91.11.64-06.85.12.01.18 - kine@ajette.fr

Plus en détail

Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention. Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009

Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention. Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009 Le bilan neuropsychologique du trouble de l attention Ania MIRET Montluçon le 4-12- 2009 Introduction L attention est une fonction de base dont l intégrité est nécessaire au bon fonctionnement cognitif

Plus en détail

Les soins des douleurs chroniques dans les TMS Les échecs thérapeutiques

Les soins des douleurs chroniques dans les TMS Les échecs thérapeutiques Les soins des douleurs chroniques dans les TMS Les échecs thérapeutiques France MARCHAND Nagi MIMASSI Psychologue clinicienne stagiaire doctorante Praticien hospitalier Consultation des douleurs chroniques

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière.

PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES. Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière. PRISE EN CHARGE DES PRE ECLAMPSIES Jérôme KOUTSOULIS. IADE DAR CHU Kremlin-Bicêtre. 94 Gérard CORSIA. PH DAR CHU Pitié-Salpétrière. 75 Pas de conflits d intérêts. Définitions Pré éclampsie Définitions

Plus en détail

«Les jeux en ligne, quelle influence en France?»

«Les jeux en ligne, quelle influence en France?» Les multiples facettes du jeu Québec, 30 mai 2012 «Les jeux en ligne, quelle influence en France?» M. Grall-Bronnec, G. Bouju, M. Lagadec J. Caillon, J.L. Vénisse Le contexte des jeux de hasard et d argent

Plus en détail

Médicaments : Oestrogènes. IUE féminine. Quelle place pour les différents traitements? Les alpha stimulants. Médicaments : Oestrogènes.

Médicaments : Oestrogènes. IUE féminine. Quelle place pour les différents traitements? Les alpha stimulants. Médicaments : Oestrogènes. IUE féminine Quelle place pour les différents traitements? Médicaments : Oestrogènes Effet des oestrogènes sur épithélium et plexus veineux de l urètre Améliore sécheresse et trophicité des tissus Quelle

Plus en détail

BESOIN DE MANGER ET BOIRE chez BB. Besoin d'eau : 125cc/kg/jour Maximum 1 litre.

BESOIN DE MANGER ET BOIRE chez BB. Besoin d'eau : 125cc/kg/jour Maximum 1 litre. BESOIN DE MANGER ET BOIRE chez BB Besoin d'eau : 125cc/kg/jour Maximum 1 litre. Besoin alimentaire Allaitement maternelle : 1er jour=colostrum riche en protéines et en glucides Contient des AC Laxatif

Plus en détail

Exercices pour renforcer les muscles abdominaux après l accouchement

Exercices pour renforcer les muscles abdominaux après l accouchement Exercices pour renforcer les muscles abdominaux après l accouchement Pendant la grossesse, les muscles du ventre, appelés abdominaux, s étirent beaucoup et perdent souvent de la force. Il est important

Plus en détail

Insulinothérapie et diabète de type 1

Insulinothérapie et diabète de type 1 Insulinothérapie et diabète de type 1 Introduction: la molécule d insuline L instauration de l insulinothérapie Dispositif d administration de l insuline Les propriétés de l insuline Insuline et schémas

Plus en détail

Greffe de moelle osseuse: Guérir ou se soigner?

Greffe de moelle osseuse: Guérir ou se soigner? Greffe de moelle osseuse: Guérir ou se soigner? Malika Benkerrou Site de référence pédiatrique national sur la drépanocytose Hôpital Robert Debré, Paris 3èmes Journées de la Drépanocytose en Martinique

Plus en détail

LE VIEILLISSEMENT. a) Les troubles de la mémoire b) Surmenage et dépression

LE VIEILLISSEMENT. a) Les troubles de la mémoire b) Surmenage et dépression LE VIEILLISSEMENT Page 1 : Page 2 : Page 3 : Page 4 : Page 5 : Page 6 : Page 7 : Page 8 : Page 9 : Page 10 : Page 11 : Page 12 : Les signes de la vieillesse Les déplacements Les activités domestiques Les

Plus en détail

Module 2. De la conception à la naissance

Module 2. De la conception à la naissance Module 2. De la conception à la naissance ITEM 17. Principales complications de la grossesse Diagnostics différentiels d une hémorragie génitale Hématurie Rectorragie Diagnostics différentiels de l HTA

Plus en détail

Examen neurologique de l enfant

Examen neurologique de l enfant Examen neurologique de l enfant 2 SYSTÈMES ANATOMIQUEMENT DISTINCTS différents dans la chronologie de leur maturation Système SOUS CORTICOSPINAL Issu du Tronc cérébral Archaïque Maintient de la posture

Plus en détail

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis?

Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Quoi de neuf dans la prise en charge du psoriasis? Nathalie QUILES TSIMARATOS Service de Dermatologie Hôpital Saint Joseph Marseille Ce que nous savons Le psoriasis Affection dermatologique très fréquente,

Plus en détail

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013

27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 27 ème JOURNEE SPORT ET MEDECINE Dr Roukos ABI KHALIL Digne Les Bains 23 novembre 2013 Les Nouveaux Anticoagulants Oraux (NACO) dans la maladie thrombo embolique veineuse INTRODUCTION Thrombose veineuse

Plus en détail

La transplantation rénale avec donneur vivant Aspects particuliers dans le cadre des maladies rénales transmises génétiquement

La transplantation rénale avec donneur vivant Aspects particuliers dans le cadre des maladies rénales transmises génétiquement La transplantation rénale avec donneur vivant Aspects particuliers dans le cadre des maladies rénales transmises génétiquement n Professeur Michel Broyer. Hôpital Necker Enfants malades, Paris Membre du

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION. 10 octobre 2001 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS DE LA COMMISSION 10 octobre 2001 VIRAFERONPEG 50 µg 80 µg 100 µg 120 µg 150 µg, poudre et solvant pour solution injectable B/1 B/4 Laboratoires SCHERING PLOUGH Peginterféron

Plus en détail

Pour JANVIER 2010 : EPREUVE ECRITE du DF1 :

Pour JANVIER 2010 : EPREUVE ECRITE du DF1 : Pour JANVIER 2010 : EPREUVE ECRITE du DF1 : DUREE 1H30 - Notation sur 20 (18 pts pour les questions et 2 pts pour la forme) ATTENTION : 4 questions sont proposées, vous ne devez traiter que 3 questions

Plus en détail

Prostate Une petite glande de grande importance

Prostate Une petite glande de grande importance Prostate Une petite glande de grande importance Informations sur les maladies les plus fréquentes, à l intention des patients et des personnes intéressées Société Suisse d Urologie (SSU) Votre partenaire

Plus en détail

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE

I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE I - CLASSIFICATION DU DIABETE SUCRE 1- Définition : Le diabète sucré se définit par une élévation anormale et chronique de la glycémie. Cette anomalie est commune à tous les types de diabète sucré, mais

Plus en détail

Mémoire pour l'obtention du Diplôme de Médecine Agricole

Mémoire pour l'obtention du Diplôme de Médecine Agricole Mémoire pour l'obtention du Diplôme de Médecine Agricole «A propos de l impact socio-professionnel de l incontinence urinaire et anale chez la femme en milieu agricole» Présenté par le Dr Anne Sophie CHATELIER

Plus en détail

Place de la PSP et des AMS. «Parkinson plus!» Ce qui doit alerter. Paralysie supra-nucléaire progressive (PSP) Ce qui doit alerter

Place de la PSP et des AMS. «Parkinson plus!» Ce qui doit alerter. Paralysie supra-nucléaire progressive (PSP) Ce qui doit alerter «Parkinson plus!» Pr Marc Verny Centre de Gériatrie, pav. M. Bottard Hôpital de la Salpêtrière Place de la PSP et des AMS Maladie de Parkinson : diagnostic clinique et certitude neuropathologique. Etude

Plus en détail

PROTEGER SON DOS ex. Cliniques St Luc

PROTEGER SON DOS ex. Cliniques St Luc CONGRES UCL DE MEDECINE GENERALE 1 juin 2013 PROTEGER SON DOS ex. Cliniques St Luc Philippe Mahaudens, PhD Faculté des sciences de la motricité UCL Service de Médecine Physique et Réadaptation, Saint-Luc

Plus en détail

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin

Thérapeutique anti-vhc et travail maritime. O. Farret HIA Bégin Thérapeutique anti-vhc et travail maritime O. Farret HIA Bégin Introduction «L hépatite C est une maladie le plus souvent mineure, mais potentiellement cancérigène, qu on peut ne pas traiter et surveiller

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DE L INCONTINENCE URINAIRE DE LA FEMME EN MÉDECINE GÉNÉRALE

PRISE EN CHARGE DE L INCONTINENCE URINAIRE DE LA FEMME EN MÉDECINE GÉNÉRALE PRISE EN CHARGE DE L INCONTINENCE URINAIRE DE LA FEMME EN MÉDECINE GÉNÉRALE Mai 2003 Service des recommandations professionnelles Tous droits de traduction, d'adaptation et de reproduction par tous procédés,

Plus en détail

Contact SCD Nancy 1 : memoires@scd.uhp-nancy.fr

Contact SCD Nancy 1 : memoires@scd.uhp-nancy.fr AVERTISSEMENT Ce document est le fruit d'un long travail approuvé par le jury de soutenance et mis à disposition de l'ensemble de la communauté universitaire élargie. Il est soumis à la propriété intellectuelle

Plus en détail

Maternité et activités sportives

Maternité et activités sportives Maternité et activités sportives L obstétricien est de plus en plus souvent interrogé sur les avantages et les risques de maintenir ou de débuter une APS ou de loisir pendant la grossesse. Transformations

Plus en détail