Compétences des aides-soignants

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Compétences des aides-soignants"

Transcription

1 LA REVUE DE RÉFÉRENCE AIDE-SOIGNANTE Tiré à part 2014 Ce livret vous est offert par la 1 re mutuelle des professionnels de la santé Compétences des aides-soignants CEFIEC GERACFAS Fiches réalisées en partenariat avec la MNH Cette revue est téléchargeable sur

2

3 1/6 Le cœur de métier aide-soignant L aide-soignant est un professionnel de santé qui œuvre au sein d une équipe pluriprofessionnelle. Dans le cadre du rôle propre de l infirmier, en collaboration avec lui et sous sa responsabilité, il participe aux soins infirmiers préventifs, curatifs ou palliatifs. Les compétences de l aide-soignant s inscrivent dans le cadre d une approche globale de la personne, c est-à-dire qui englobe la participation aux soins avec les dimensions physique et psychologique. Ces compétences décrites dans l arrêté du 22 octobre 2005, modifié par les arrêtés du 8 février 2007 et du 28 septembre 2011, sont au nombre de huit. Axel Grau LES HUIT COMPÉTENCES AIDES-SOIGNANTES Compétence 1 : Accompagner une personne dans les actes de la vie quotidienne en tenant compte de ses besoins et de son degré d autonomie z L aide-soignant est capable d identifier les besoins essentiels de la personne à partir d un recueil d informations et d observations pertinentes. Après une démarche d analyse des informations, il propose et met en place des activités en lien avec le degré d autonomie de la personne. z Ces actions doivent contribuer à maintenir son autonomie et à créer du lien social. Les actions sont personnalisées et individualisées. L aidesoignant peut justifier de ses choix par une argumentation étayée par la démarche d analyse de la situation de la personne. z Ses connaissances lui permettent de proposer des activités en cohérence avec la spécificité de chaque individu en tenant compte de son histoire, et ses habitudes de vie. Compétence 2 : Apprécier l état clinique d une personne z Dans le cadre de la collaboration avec l infirmier, l aide-soignant participe à la surveillance des patients. Ses observations se doivent d être pertinentes et transmises dans un langage professionnel. z Ses connaissances lui permettent d apprécier les différents changements d état d une personne, de faire les liens avec la situation spécifique de la personne (situation psychologique, pathologique). z Il est un collaborateur efficace dans sa capacité à effectuer des mesures de paramètres et à les retranscrire. Ses capacités d analyse et de raisonnement lui permettent d évaluer le degré de risque afin d alerter. Emilienne/Lilapik Compétence 3 : Réaliser des soins adaptés à l état clinique de la personne z L aide-soignant personnalise le soin par une recherche d informations sur les précautions particulières à respecter. Il est capable d identifier et appliquer les règles d hygiène et de sécurité associées aux soins de la personne. La manière de réaliser le soin prend en compte les habitudes, la culture, la demande de la personne relative à son intimité et à son mode de vie. Les informations cliniques essentielles pour la réalisation du soin et les priorités sont prises en compte. Le recueil d informations est essentiel avant tout soin. z Dans le cadre de la sécurité des soins, l aide-soignant respecte les consignes données et les protocoles établis. Les critères qualité inhérents à tout soin sont respectés : hygiène, sécurité, confort, intimité et économie. Il peut expliquer ses gestes, ou le matériel utilisé et est capable de donner du sens en lien avec la spécificité de la prise en charge de la personne. z Dans le cadre de l amélioration des soins, il évalue le soin réalisé et peut réajuster si besoin. Compétence 4 : Utiliser les techniques préventives de manutention et les règles de sécurité pour l installation et la mobilisation des personnes L aide-soignant participe à la mobilisation des personnes. Il le fait après analyse de la situation et en fonction des spécificités de la personne et de sa prise en charge. Il met en place ces activités de manutention conformément aux règles ergonomiques et de sécurité, tant pour la personne que pour lui. Ses choix de gestes, COMPÉTENCES DES AIDES-SOIGNANTS 1. Le cœur de métier aide-soignant 2. Le rôle de l AS en service des urgences et de réanimation 3. Le rôle de l AS en service de médecine et cardiologie 4. Le rôle de l AS en service de soins palliatifs 5. Le rôle de l AS en service de chirurgie 6. Le rôle de l AS en service de gériatrie CATHERINE THOMAS Présidente du Groupement d études, de recherches et d actions pour la formation aide-soignante (Geracfas) Directrice de l Ifas Ifas, Centre hospitalier Roland-Mazouin, 12, rue Chateaubriand, Saint-Junien, France Adresse ch-stjunien.fr (C. Thomas) Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés SOiNS AIDES-SOIGNANTES - n o 56 - janvier/février

4 POUR EN SAVOIR PLUS Arborio AM. Un personnel invisible. Les aides-soignantes à l hôpital. Paris : Anthropos ; Arrêté du 22 octobre 2005 relatif à la formation conduisant au diplôme d État d aide-soignant. Collière MF. Promouvoir la vie. De la pratique des femmes soignantes aux soins infirmiers. Paris : Masson/ Interéditions ; Gassier J, Le Neurès K, Peruzza E. Guide aidesoignant. Modules 1 à 8. Issy-les-Moulineaux : Elsevier Masson ; Psiuk T, Marchal A. La démarche clinique de l infirmière. Comprendre, pratiquer, enseigner et apprendre. Paris : Seli Arslan ; Rioufol MO. L aide-soignant dans les services de soins. Rôle et compétences par module. Issy-les-Moulineaux : Elsevier Masson ; Fiche réalisée en partenariat avec la MNH postures ou matériels sont pertinents et justifiés en fonction de l état du patient. Compétence 5 : Établir une communication adaptée à la personne et à son entourage z L aide-soignant met en place une relation de confiance par une écoute active. Il sait adapter son langage en fonction de la situation, tout en respectant la personne, ses choix, ses croyances, ses questions. Il sait reconnaître et prendre en compte les différents signes de communication verbaux et non verbaux. z Il s assure de la compréhension de l information par la personne. Il sait identifier une situation difficile, d agressivité, de crise ou de violence. Les situations peuvent être très variées, mais l aide-soignant peut garder la juste distance : rester professionnel, écouter et essayer de comprendre la demande de la personne sans juger. z Être soignant, c est aussi partager avec l équipe ses difficultés émotionnelles et/ou relationnelles : c est savoir passer le relais à un autre professionnel. Emilienne/Lilapik Compétence 6 : Utiliser les techniques d entretien des locaux et du matériel spécifiques aux établissements sanitaires, sociaux et médico-sociaux Le rôle de l aide-soignant est primordial dans la lutte contre les infections nosocomiales. Il s inscrit dans le cadre de la sécurité des soins. z Il connaît et respecte les protocoles d entretien des locaux et du matériel. Il fait preuve de rigueur dans ses actions. Il peut identifier les risques d infections nosocomiales et applique les moyens de lutte. z Il participe de façon active à la prévention des infections nosocomiales par l application des règles en matière d hygiène des mains. Il sait expliquer et justifier auprès des personnes et/ou de leur entourage ces règles. Compétence 7 : Rechercher, traiter et transmettre les informations pour assurer la continuité des soins z Une prise en charge individualisée passe par une connaissance complète de la personne. L aidesoignant est capable de rechercher les informations relatives à la situation de la personne. Le dossier patient, les différents éléments du dossier de soin, les transmissions écrites et orales sont les sources d informations pour une prise en charge personnalisée. Il utilise un vocabulaire et des modalités de transcription de l information conformément aux règles définies pour une traçabilité adaptée. z L aide-soignant respecte le secret professionnel et les règles déontologiques. Il est capable d expliquer la pertinence de ses écrits dans le cadre de la continuité des soins. Compétence 8 : Organiser son travail au sein d une équipe pluriprofessionnelle L aide-soignant fait partie d une équipe pluriprofessionnelle et s inscrit dans le rôle propre infirmier, en collaboration avec lui et sous sa responsabilité. La connaissance de son propre champ de compétences et celui des autres professionnels est important. Son organisation et ses activités sont conformes aux limites de ses compétences et aux organisations définies. Il participe de façon active aux réunions de service. Il accompagne, encadre et participe à la formation de ses pairs. Déclaration d intérêts : L auteur déclare ne pas avoir de conflits d intérêts en relation avec cet article. CONCLUSION L aide-soignant sait combiner toutes ces compétences pour les mettre en œuvre en fonction des situations. Ses capacités d analyse font de lui un véritable collaborateur de l infirmier(e) et un membre incontournable de l équipe pluriprofessionnelle. 2 SOiNS AIDES-SOIGNANTES - n o 56 - janvier/février 2014

5 2/6 Le rôle de l aide-soignant en service des urgences et réanimation En service des urgences, il est impossible de prévoir l heure d arrivée des personnes, ni les motifs d entrée. Cela implique que chacun doit être prêt pour accueillir et prendre en charge tout type de patients. Chaque membre de l équipe connaît son rôle et ses missions afin que les actions soient coordonnées pour assurer la sécurité des personnes. L aide-soignant doit agir et réagir rapidement et efficacement. En service de réanimation, les patients sont le plus souvent porteurs de pathologies dites graves, comme par exemple une détresse respiratoire, un infarctus du myocarde, un coma d origine diverse ou un polytraumatisme. L aide-soignant doit savoir observer les appareils de surveillance et avoir des connaissances sur l état clinique et la surveillance des paramètres. Axel Grau LES PRINCIPALES MISSIONS DE L AIDE-SOIGNANT Aux urgences ou en réanimation, l aide-soignant : participe à l accueil des personnes et de leur entourage ; participe aux transports des personnes ; participe aux soins d hygiène et de confort des personnes ; collabore avec l infirmier lors des soins ; assure l hygiène de l environnement. Ces missions demandent à l aide-soignant des compétences très variées. Il développe des spécificités selon l unité d exercice. z Il doit être disponible et accueillant pour les personnes, savoir les écouter et recueillir les informations nécessaires pour la prise en charge. z Il participe avec l infirmier à l accueil de la personne et à son installation. Il aide l infirmier à la mobilisation des personnes : mise en place des appareillages de surveillance, installation en lien avec la pathologie, tout en veillant au confort et à la sécurité de la personne. z Il assure les soins d hygiène, d élimination, d alimentation et d hydratation en tenant compte de la prescription infirmière et de l autonomie de la personne. z Il doit être capable d observer un changement dans l état physique ou comportemental d une personne : le faciès, la coloration de la peau, la respiration, la conscience, le regard, l apathie subite, l agressivité, l expression orale, la parole. Il participe à la surveillance des monitorages. z Il fait preuve de réactivité dans la transmission des informations liées aux changements d état. z Il aide l infirmier aux pansements en veillant à l approvisionnement des produits et matériels. Il participe à la matériovigilance en surveillant les appareils et signalant tout dysfonctionnement. z Il participe à la mise en œuvre des soins et doit anticiper le parcours de la personne. Il s occupe de la préparation des boxes et de leur entretien. Il veille à la libre circulation dans les couloirs. z Il montre de l empathie face à des situations de détresse, écoute la personne et/ou son entourage. Face à une situation d agressivité ou de violence, l aide-soignant doit garder son calme et mettre en œuvre tous les moyens afin d assurer la sécurité des personnes. z Il assure le transport des personnes (et parfois en urgence des examens vers le laboratoire). z Il participe à la continuité de la prise en charge des patients par des transmissions écrites et orales ciblées. COMPÉTENCES DES AIDES-SOIGNANTS 1. Le cœur de métier aide-soignant 2. Le rôle de l AS en service des urgences et réanimation 3. Le rôle de l AS en service de médecine et cardiologie 4. Le rôle de l AS en service de soins palliatifs 5. Le rôle de l AS en service de chirurgie 6. Le rôle de l AS en service de gériatrie CATHERINE THOMAS SITUATION DE SOINS AUX URGENCES z À la suite d une chute de vélo, Victor, âgé de 8 ans, a la cheville droite très douloureuse et présente des égratignures. Avec l infirmier, Clara, aidesoignante, installe Victor sur un brancard et recueille différentes informations auprès du père, puis elle interroge Victor afin d évaluer la douleur. Elle transmet ces informations à l infirmier puis sur le dossier informatisé. Elle aide Victor à enlever son pantalon pour que l infirmier et le médecin puissent évaluer les blessures et les lésions. Selon le protocole d accueil, elle surveille les paramètres vitaux, inscrit les résultats sur la feuille de surveillance et les transmet à l infirmier. Clara assiste l infirmier et prépare le matériel de soins pour le nettoyage des blessures. Clara emmène l enfant en brancard pour une radiographie prescrite par le médecin. Une fracture avec déplacement osseux est mise en évidence et nécessite une intervention pour l immobiliser. Clara porte rapidement le prélève- Présidente du Groupement d études, de recherches et d actions pour la formation aide-soignante (Geracfas), Directrice de l Ifas Ifas, Centre hospitalier Roland-Mazouin, 12, rue Chateaubriand, Saint-Junien, France Adresse (C. Thomas) Elsevier Masson SAS. Tous droits réservés SOiNS AIDES-SOIGNANTES - n o 57 - mars/avril

6 POUR EN SAVOIR PLUS Arrêté du 22 octobre 2005 relatif à la formation conduisant au diplôme d État d aide-soignant. www. legifrance.gouv.fr Gassier J, Le Neurès K, Peruzza E. Guide aidesoignant. Modules 1 à 8. Issy-les-Moulineaux : Elsevier Masson ; Rioufol MO. L aide-soignant dans les services de soins. Rôle et compétences par module. Issy-les-Moulineaux : Elsevier Masson ; ment sanguin effectué par l infirmier vers le laboratoire. Elle assure les soins d hygiène préopératoires, aide Victor à se déshabiller complètement, lui met une chemise de bloc, le fait uriner. Tout au long de la prise en charge, elle rassure Victor et s informe sur la douleur. Elle transmet à l infirmier ses observations à la fin de la préparation. Elle assure le transport vers le bloc opératoire après avoir récupéré l ensemble du dossier patient et oriente le père. Dès que Clara revient aux urgences, elle range et remet en état le box dans lequel était Victor. z Dans cette situation, les compétences de l aide-soignante, en collaboration avec l infirmier, sont : assurer l accueil de la personne et sa famille, calmer Emilienne/Lila pik la personne, la rassurer ; aider à l installation en respectant le confort et la sécurité (douleur) ; aider l infirmier aux soins en préparant le matériel ; assurer le transport de la personne dans les différents services selon besoin (radio, bloc) ; informer la personne et sa famille selon ses compétences ; participer aux soins selon la prescription infirmière et le protocole (préparation pour le bloc opératoire) ; assurer l hygiène de la personne et la sécurité ; assurer l hygiène de l environnement (remise en état du box) ; assurer la continuité des soins par des transmissions ciblées sur le support adapté. Fiche réalisée en partenariat avec la MNH SITUATION DE SOINS EN RÉANIMATION z Madame B., 73 ans, est en réanimation depuis 2 jours en raison d un choc septique consécutif à une plaie négligée, infectée avec présence de pus. Elle est intubée, sédatée, et sous respirateur. Elle est porteuse d une voie veineuse centrale par voie jugulaire avec des perfusions et 2 seringues électriques et d une sonde vésicale. Ses paramètres vitaux sont contrôlés par monitoring. Elle reçoit une polymédication lourde. z Lors des transmissions, Noémie, aide-soignante, prend connaissance du déroulement de la prise en charge et de la fréquence des soins et de la surveillance des paramètres. z Tous les soins sont réalisés en binôme, infirmieraide-soignant. Noémie prépare le matériel nécessaire aux soins d hygiène, aux pansements. Elle aide l infirmier dans les soins. Elle maintient la personne, la mobilise avec douceur en veillant aux différents appareillages, dont elle surveille le fonctionnement. Elle observe le comportement et les réactions de Mme B. et favorise Emilienne/Lila pik la communication non verbale. Elle respecte les règles d hygiène et de sécurité. Noémie transmet les différents paramètres relevés à l infirmier et les transcrit sur les documents adaptés (dossier patient, feuille de surveillance). z Dans cette situation, l aidesoignant met en œuvre des compétences en collaboration avec l infirmier : aider à l installation en respectant le confort et la sécurité (prévention des risques liés au décubitus) ; participer à la prise en charge selon la prescription infirmière (la toilette, les pansements, la mobilisation, les préventions d escarres) ; aider l infirmier en préparant le matériel de soins ; assurer la sécurité de la personne (surveillance du fonctionnement des appareils, réactivité si alarme du monitoring) ; aider l infirmier dans la surveillance de la personne (paramètres vitaux, signes cliniques) ; maintenir la communication verbale et non verbale ; assurer l hygiène de l environnement ; assurer des transmissions ciblées sur les supports adaptés et alerter au moment opportun. Déclaration d intérêts : L auteur déclare ne pas avoir de conflits d intérêts en relation avec cet article. CONCLUSION Aux urgences comme en réanimation, la collaboration avec l infirmier dans la prise en charge des patients est un élément capital. L aide-soignant doit savoir agir et être réactif dans les situations d urgence. 4 SOiNS AIDES-SOIGNANTES - n o 57 - mars/avril 2014

7 3/6 Le rôle de l aide-soignant en service de médecine et cardiologie Les personnes accueillies en service de médecine peuvent être porteuses de pathologies très différentes (maladies chroniques, infectieuses, respiratoires, de l appareil digestif ). L aide-soignant contribue à la prise en charge en veillant au confort et à la sécurité des personnes afin d éviter une hospitalisation trop longue. En service de cardiologie, les patients arrivent le plus souvent en urgence. Les pathologies cardiaques entraînent de l anxiété et parfois des troubles du comportement. En médecine ou cardiologie, l aide-soignant doit être capable d observer la personne, faire les liens entre les différents signes cliniques et les pathologies et donc avoir des connaissances afin d être un collaborateur efficace de l infirmier. LES PRINCIPALES MISSIONS DE L AIDE-SOIGNANT z Dans les unités de médecine et de cardiologie, en respectant le confort et la sécurité. Il aide l infirmier l aide-soignant : à l installation de la personne. assure les soins d hygiène et de confort dans le z Il assure les soins d hygiène, d élimination, d hydratation, cadre des prescriptions infirmières ; d alimentation en fonction de la prescription infirmière. participe à la surveillance des paramètres vitaux, z Il participe à la surveillance de l état clinique de de l efficacité des traitements et au respect des prescriptions la personne. médicales, dans le cadre de la collaboration z Il contribue à la mise en place des prescrip- infirmière et dans la limite de ses compétences ; tions médicales en surveillant la prise effective des assure l hygiène de l environnement. traitements et leurs effets sur la personne soignée. z Il accueille les personnes à leur arrivée, met en z Il doit savoir reconnaître une situation d urgence place le matériel nécessaire à leur installation en fonction et comment agir ; pour cela il est nécessaire qu il du motif d entrée. connaisse les principales pathologies en cardiologie. z Il participe avec l infirmier au recueil d informations z Il met en place une relation permettant de dimirage. auprès de la personne et/ou de son entounuer l anxiété de la personne et de son entourage. Il sait être à l écoute et donner les informations z Il sait discerner une urgence dans les éléments nécessaires au séjour du patient. Il doit pouvoir expliquer à transmettre à l infirmier. Il reconnaît les signes le déroulement des examens pratiqués. d alarme sur les appareils de surveillance. z Il met à disposition le matériel nécessaire à la z Il participe à la continuité de la prise en charge surveillance et veille à leur bon fonctionnement, tout par des transmissions ciblées et professionnelles. COMPÉTENCES DES AIDES-SOIGNANTS 1. Le cœur de métier aide-soignant 2. Le rôle de l AS en service des urgences et réanimation 3. Le rôle de l AS en service de médecine et cardiologie 4. Le rôle de l AS en service de soins palliatifs 5. Le rôle de l AS en service de chirurgie 6. Le rôle de l AS en service de gériatrie Axel Grau SITUATION EN SERVICE DE MÉDECINE z Monsieur Albert, 58 ans, est entré pour surinfection bronchique avec hyperthermie depuis 2 jours. Il mesure 1 m 86 et pèse 65 kg. Dans ses antécédents, on note une insuffisance respiratoire liée à un tabagisme ancien, un diabète de type 2, une artérite des membres inférieurs et une hypertension artérielle. z Un traitement est mis en place : des antibiotiques par voie veineuse (perfusion), des aérosols de fluidifiants bronchiques 3 fois par jour, une perfusion garde-veine, un hypotenseur per os, un vasodilatateur per os, de la kinésithérapie respiratoire quotidienne, une surveillance des paramètres (pouls, tension artérielle, température) 3 fois par jour. z Les prescriptions infirmières sont de surveiller Émilienne/lilapik les paramètres vitaux, assurer les soins d hygiène, de confort et de sécurité, veiller à la prévention des complications de décubitus. z Ce matin, M. Albert a 38,9 C, 116 de fréquence cardiaque et 11/9 de pression artérielle. Il tousse beaucoup avec des expectorations. z Clara, aide-soignante, assure la surveillance des paramètres et des signes cliniques liés à la pathologie. Elle retranscrit immédiatement les résultats sur le document approprié et en informe l infirmier. z Elle assure les soins d hygiène, d élimination, d alimentation et d hydratation. Elle surveille l état cutané pendant la toilette notamment. Elle veille au CATHERINE THOMAS Ancienne présidente du Groupement d études, de recherches et d actions pour la formation aide-soignante (Geracfas) Directrice de l Ifas Ifas, Centre hospitalier Roland-Mazouin 12, rue Chateaubriand, Saint-Junien, France Adresse (C. Thomas) Publié par Elsevier Masson SAS SOiNS AIDES-SOIGNANTES - n o 58 - mai/juin

8 POUR EN SAVOIR PLUS Arrêté du 22 octobre 2005 relatif à la formation conduisant au diplôme d État d aide-soignant. www. legifrance.gouv.fr Gassier J, Le Neurès K, Peruzza E. Guide aidesoignant. Modules 1 à 8. Issy-les-Moulineaux : Elsevier Masson ; Rioufol MO. L aide-soignant dans les services de soins. Rôle et compétences par module. Issy-les-Moulineaux : Elsevier Masson ; SITUATION EN SERVICE DE MÉDECINE (SUITE) respect des régimes alimentaires. z Elle veille au confort et à la sécurité de M. Albert. Elle pratique les préventions d escarres. Elle surveille le bon fonctionnement de la perfusion. Elle veille à changer les draps au moins 2 fois par jour. Elle met des crachoirs ainsi que des mouchoirs en papier à disposition. Elle propose de faire rincer la bouche plusieurs fois par jour. Elle assure une installation confortable en position demi-assise. z Elle collabore avec l infirmier à la surveillance du traitement ; elle surveille le comportement du patient pendant l application des aérosols. Elle collabore avec d autres professionnels pour l installation. Elle est disponible pour l écouter et le rassurer. z Dans le cas de M. Albert, outre ses compétences générales, l aide-soignant participe à la prise en charge de la personne en collaboration avec l infirmier en : assurant la surveillance de l état clinique, des appareils de surveillance et des traitements ; veillant au respect des prescriptions ; informant la personne sur le déroulé de sa prise en charge selon ses compétences ; veillant au repos et à la sécurité de la personne ; surveillant le comportement de la personne ; assurant la continuité de la prise en charge sur les supports adaptés en utilisant un vocabulaire professionnel. Fiche réalisée en partenariat avec la MNH SITUATION EN SERVICE DE CARDIOLOGIE z Monsieur Charles, 68 ans, retraité, est hospitalisé en service de cardiologie depuis 4 jours pour un infarctus du myocarde. Il présente une obésité et est un ancien fumeur (1,5 paquet par jour pendant 30 ans). La coronarographie effectuée la veille a révélé une sténose au niveau des coronaires et une endoprothèse (stent) a été posée. z Ce jour, les prescriptions sont : repos strict au lit, régime sans sel et sans graisse, traitement anticoagulant par voie veineuse (seringue électrique et perfusion), pieds du lit surélevés, sonde vésicale à demeure, surveillance des paramètres vitaux par monitorage (pouls, température, pression artérielle, saturation en oxygène), surveillance continue de la fonction cardiaque par scope. z Tous les soins sont effectués en binôme infirmier-aide-soignant. z Noémie, aide-soignante, prépare le matériel nécessaire aux soins d hygiène et à la surveillance. Elle aide l infirmier dans la surveillance des paramètres vitaux. Elle maintient le patient lors de la réfection du pansement de coronarographie. z Elle observe ses comportements et réactions. Elle met en place une communication adaptée afin de répondre aux questions de M. Charles et lui rappelle qu il ne doit pas se lever. Émilienne/lilapik z Elle effectue les soins d hygiène en respectant les prescriptions. Elle propose le bassin dans le respect de l intimité de la personne et assure les soins d hygiène de la sonde vésicale. Elle surveille la fonction élimination (quantité, aspect, odeur des selles et urines). z Elle veille à son confort au lit et à sa sécurité (sonnette). Elle veille à la prévention des risques liés au décubitus en lui expliquant de mobiliser ses jambes dans le lit afin d éviter l ankylose. z Elle surveille l état cutané au niveau des membres inférieurs et des différents points d appui. Elle effectue une prévention d escarres. Elle assure les soins liés à la fonction alimentation et hydratation en respectant le régime prescrit. z Elle surveille les risques liés aux traitements (anticoagulant, saignements, hématomes). Elle participe à la démarche éducative mise en place dans les limites de ses compétences. Noémie transmet à l infirmier ses observations et actions et les transcrit sur les documents adaptés. z Dans le cas de M. Charles, la mise en œuvre de compétences par l aide-soignante nécessite d avoir des connaissances en lien avec les pathologies et leurs signes cliniques et de savoir les utiliser dans une situation donnée. Déclaration d intérêts : L auteur déclare ne pas avoir de conflits d intérêts en relation avec cet article. CONCLUSION En médecine ou en cardiologie, la collaboration et le travail en binôme entre infirmier et aide-soignant sont indispensables. La capacité pour l aide-soignant à faire rapidement l analyse des situations et à proposer des actions pertinentes fait de lui un collaborateur de qualité pour l infirmier. 6 SOiNS AIDES-SOIGNANTES - n o 58 - mai/juin 2014

9 4/6 Le rôle de l aide-soignant en service de soins palliatifs Les soins palliatifs sont des soins actifs dans une approche globale de la personne atteinte d une maladie grave évolutive ou terminale. Leur objectif est de soulager les douleurs physiques ainsi que les autres symptômes et de prendre en compte la souffrance psychologique, sociale et spirituelle. Il s agit de répondre à tous les besoins d une personne dans sa singularité, dans un esprit d amélioration de la qualité de sa vie. La prise en charge des personnes repose sur un projet de soins et l adhésion à ce projet. L aide-soignant s inscrit dans cette prise en charge pluridisciplinaire. LES PRINCIPALES MISSIONS DE L AIDE-SOIGNANT En service de soins palliatifs, l aide-soignant : participe à l accueil de la personne et de son entourage ; assure les soins d hygiène et de confort ; participe à la surveillance de la douleur et à son soulagement ; assure une communication adaptée à la personne et son entourage. Ces missions demandent à l aide-soignant de mettre en œuvre des compétences spécifiques. z Il sait être à l écoute, prend le temps de s asseoir auprès de la personne, de la regarder, l écouter et entendre ce qu elle dit. Il peut déchiffrer les signes de communication non verbale et les non-dits. L aide-soignant se doit d être sincère dans sa relation à l autre afin d établir une relation de confiance avec la personne. Il est disponible et fait preuve de sollicitude. z Il observe les changements d expression et les manifestations douloureuses. z Il participe au soulagement de la douleur en favorisant une installation confortable. Il privilégie la douceur et le rythme de la personne. Il sait décaler un soin pour favoriser le repos de la personne. Il propose des massages de confort. z Il évalue la douleur et l efficacité des antalgiques par une bonne connaissance des outils d évaluation. z Il participe à la surveillance des effets secondaires liés à certains traitements (morphine) comme la constipation ou la sécheresse de la bouche. z Il favorise les soins d hygiène et de confort dans le respect du repos et de l intimité de la personne. Ce n est pas le moment qui prime mais la qualité du soin. Il favorise les soins buccaux en veillant à l hygiène de la muqueuse. z Il veille à la prévention des complications de décubitus en favorisant les préventions d escarres et en surveillant l élimination. z Il donne envie de faire des projets, par exemple se lever 10 minutes au fauteuil. z Il intègre la famille dans la prise en charge et respecte ses choix. Il favorise sa présence et respecte leur intimité. z Il participe à l élaboration des projets de soins en étant acteur lors des staffs. z Il effectue des transmissions ciblées. COMPÉTENCES DES AIDES-SOIGNANTS 1. Le cœur de métier aide-soignant 2. Le rôle de l AS en service des urgences et réanimation 3. Le rôle de l AS en service de médecine et cardiologie 4. Le rôle de l AS en service de soins palliatifs 5. Le rôle de l AS en service de chirurgie 6. Le rôle de l AS en service de gériatrie Axel Grau SITUATION DE MONSIEUR PIERRE M. Pierre, 58 ans, est pris en charge depuis 10 jours, suite à un cancer colorectal avec métastases osseuses. Il bénéficie d une chimiothérapie à visée antalgique. Ses traitements sont des antalgiques par morphiniques par voie sous-cutanée, 4 fois par 24 h et plus si besoin, en fonction de l évaluation de la douleur. z Le projet de soins mis en place par l équipe en accord avec le patient et la famille consiste en des soins d hygiène et de confort et le soulagement de la douleur. Il est très fatigué et se lève uniquement 15 min le matin et l après-midi. Sa femme est très présente et sa fille lui rend visite tous les week-ends. z Ce matin, M. Pierre est très fatigué car il a peu dormi la nuit à cause de la douleur. Il est constipé et n a pas eu de selles depuis 3 jours. Les prescriptions infirmières sont les suivantes : surveiller la douleur, assurer les soins d hygiène, de confort et de sécurité, veiller à la prévention des complications de décubitus. z Sylvie, aide-soignante, participe à la surveillance de la douleur (expressions du visage, positions du corps, plaintes). Elle retranscrit immédiatement les résultats sur le document approprié et en informe l infirmier. Elle demande des précisions sur la localisation et la nature de la douleur. Elle propose une aide à l installation avec des coussins pour le confort. Elle veille à laisser la pénombre afin de le laisser dormir. Elle reviendra plus tard pour la toilette. z Sylvie assure les soins d hygiène, d élimination, d alimentation et d hydratation. Elle aide M. Pierre à faire sa toilette au lit en fonction de son état de fatigue. CATHERINE THOMAS Ancienne présidente du Groupement d études, de recherches et d actions pour la formation aide-soignante (Geracfas) Directrice de l Ifas Ifas, Centre hospitalier Roland-Mazouin, 12, rue Chateaubriand, Saint-Junien, France Adresse (C. Thomas) Publié par Elsevier Masson SAS SOiNS AIDES-SOIGNANTES - n o 59 - juillet/août

10 POUR EN SAVOIR PLUS Arrêté du 22 octobre 2005 relatif à la formation conduisant au diplôme d État d aide-soignant. Gassier J, Le Neurès K, Peruzza E. Guide aidesoignant. Modules 1 à 8. Issy-les-Moulineaux : Elsevier Masson ; Rioufol MO. L aide-soignant dans les services de soins. Rôle et compétences par module. Issy-les-Moulineaux : Elsevier Masson ; SITUATION DE MONSIEUR PIERRE (SUITE) Elle surveille l état cutané pendant la toilette (risque d escarres). Elle veille à l hygiène bucco-dentaire en proposant des soins de bouche régulièrement. Elle propose une alimentation adaptée en favorisant des menus personnalisés ainsi que des boissons diversifiées. Elle veille au respect de l intimité pour les fonctions d élimination. z Elle veille au confort et à la sécurité. Elle pratique les préventions d escarres. Elle veille à changer les draps au moins 2 fois par jour. Elle mobilise le patient avec douceur et respecte son rythme. z Sylvie collabore avec l infirmier à la surveillance du traitement : effets indésirables liés à la morphine, sécheresse buccale, constipation, somnolence. z Elle favorise la communication verbale et non verbale et est disponible pour écouter M. Pierre. Emilienne/Lilapik z Elle respecte la présence de son épouse et sait se montrer discrète. Elle leur laisse des moments d intimité. Elle écoute sa femme et répond à ses interrogations dans la limite de ses compétences. z Outre ses compétences générales, l aide-soignant participe à la prise en charge de la personne en collaboration avec l infirmier en : assurant les soins de confort et d hygiène en portant une grande attention à l autre ; participant au soulagement de la douleur physique et psychique ; assurant des soins relationnels ; veillant au repos et à la sécurité de la personne ; respectant l intimité de la personne et de ses proches ; surveillant le comportement de la personne ; assurant la continuité de la prise en charge sur les supports adaptés en utilisant un vocabulaire professionnel. Fiche réalisée en partenariat avec la MNH SITUATION DE MADAME LOUISE Mme Louise, 68 ans, est prise en charge depuis 12 jours suite à une tumeur du sein ayant récidivé. Elle était suivie en soins palliatifs à domicile depuis plusieurs mois. Son état s est aggravé, ce qui a déclenché son hospitalisation. Elle est très amaigrie, mange très peu en raison de nausées. Elle a des douleurs continues qui ne sont pas soulagées par les traitements. Elle se sent très fatiguée et ne se mobilise pratiquement plus. Sa respiration devient difficile avec de grands moments de somnolence. Son teint est gris avec les narines pincées. z Mme Louise sent que sa fin de vie approche et l exprime. Son mari et ses deux enfants sont présents toute la journée. Ils sont inquiets et expriment leur peur face à cette situation. Ils ont du mal à accepter que ce soit les derniers jours Emilienne/Lilapik de leur femme et mère. z Il a été décidé en équipe pluridisciplinaire, outre les soins de confort de vie, de favoriser l accompagnement psychologique de Mme Louise et de sa famille. z Katia, aide-soignante, est présente auprès d eux, elle va souvent les voir. Elle écoute leurs souffrances, explique les soins qu elle est amenée à prodiguer. Elle montre de la compassion. Elle favorise une atmosphère calme. Elle s inquiète de l état psychique de la famille. z Dans cette situation, la mise en œuvre de compétences par l aide-soignant nécessite d adopter une attitude fondée sur le respect et l écoute. Cela demande des capacités relationnelles avec de la disponibilité et beaucoup d humilité. Déclaration d intérêts : L auteur déclare ne pas avoir de conflits d intérêts en relation avec cet article. CONCLUSION L objectif principal de la prise en soins est d apporter un mieux-être à la personne jusqu à la fin de son parcours, avec un maximum de confort tant physique que psychique, en mobilisant les capacités de vie de la personne et de son entourage. Les missions de l aidesoignant contribuent à cette prise en soins par la mise en œuvre de compétences spécifiques dans le cadre d une prise en charge globale pluridisciplinaire. 8 SOiNS AIDES-SOIGNANTES - n o 59 - juillet/août 2014

11 5/6 Le rôle de l aide-soignant en service de chirurgie Les services de chirurgie sont différents selon la spécialité (ORL, ophtalmologie, digestif, cardiopneumologie, traumatologie-orthopédie, urologie, néphrologie, neurochirurgie, chirurgie plastique et réparatrice, gynécologie, etc.). Les personnes accueillies arrivent, soit en chirurgie programmée, soit en urgence. À chaque entrée, les membres de l équipe vont tout mettre en œuvre afin d assurer la sécurité et le confort de la personne. L aide-soignant participe à cette prise en charge par une parfaite connaissance des spécificités de l unité et des différentes modalités de prises en charge. Il doit savoir anticiper afin d assurer la sécurité des personnes (prévention des infections) et favoriser le retour à l autonomie. LES PRINCIPALES MISSIONS DE L AIDE-SOIGNANT z Dans les unités chirurgicales, l aide-soignant : z Il dispense les soins d hygiène et de confort préopératoires participe à l accueil des personnes et de leur famille ; selon les protocoles établis. collabore à la qualité du séjour du patient ; z Il participe à la préparation préopératoire. dispense les soins d hygiène et de confort dans le z Il collabore avec l infirmier à la surveillance postopératoire cadre de la prévention des infections nosocomiales ; et au soulagement de la douleur en favorisant une collabore avec l infirmier lors des soins ; installation confortable en lien avec la pathologie. assure une communication adaptée à la personne z Il aide l infirmier lors de la réfection des pansements et son entourage. en assurant le confort de la personne, en sur- L aide-soignant mobilise diverses compétences. veillant ses réactions (faciès, respiration, conscience). z Il assure l accueil en réconfortant les personnes, z Il participe à la surveillance et à l entretien des en leur expliquant le fonctionnement de l unité. Il aide différents appareils dont est porteuse la personne. à l installation. Il veille à mettre à disposition le matériel z Il participe à la mise en œuvre des projets de soins nécessaire à la spécificité de la pathologie de la personne et de rééducation en lien avec les autres professionnels. (arceau, pied à sérum, canne anglaise). Il répond z Il participe à la continuité de la prise en charge aux questions dans la limite de ses compétences. par des transmissions ciblées et professionnelles. COMPÉTENCES DES AIDES-SOIGNANTS 1. Le cœur de métier aide-soignant 2. Le rôle de l AS en service des urgences et réanimation 3. Le rôle de l AS en service de médecine et cardiologie 4. Le rôle de l AS en service de soins palliatifs 5. Le rôle de l AS en service de chirurgie 6. Le rôle de l AS en service de gériatrie Axel Grau SITUATION DE MONSIEUR GEORGES M. Georges, 76 ans, est entré en urgence la veille, pour fracture du col du fémur gauche suite à une chute dans sa salle de bains. Il est opéré ce jour à 10 h 30 pour une pose de prothèse. Avant sa chute, il était autonome. z Corinne, aide-soignante, assure les soins d hygiène, d élimination, d alimentation et d hydratation. Elle installe et aide M. Georges pour sa toilette en veillant à l application du protocole de préparation préopératoire. Elle lui explique ses soins, lui rappelle qu il doit bien rester à jeun. Elle met à sa disposition l urinal. Elle participe à la surveillance de la douleur lors de la toilette (expressions du visage, positions du corps, plaintes). Elle le mobilise délicatement pour éviter de déclencher des douleurs. Elle assure les soins d hygiène préopératoires. Elle retranscrit immédiatement les résultats sur le document approprié et en informe l infirmier. Elle assiste l infirmier lors de Emilienne/Lilapik l administration du traitement préanesthésique. Corinne participe à la mesure des paramètres vitaux. Elle rassure M. Georges et répond à ses questions. z Avec l infirmier, Corinne accompagne M. Georges au bloc opératoire, munie du dossier complet. z Pendant son absence, elle prépare sa chambre pour son retour : mise en place du matériel nécessaire à sa surveillance après vérification de son fonctionnement. z En postopératoire, Corinne aide l infirmier pour l installation de M. Georges dans une position antalgique et en rapport avec l intervention chirurgicale : en décubitus dorsal avec un coussin entre les jambes. Elle aide l infirmier pour l installation des différents appareillages (perfusion, drains, sonde vésicale). Elle participe à la surveillance de l état CATHERINE THOMAS Ancienne présidente du Groupement d études, de recherches et d actions pour la formation aide-soignante (Geracfas) Directrice de l Ifas Ifas, Centre hospitalier Roland-Mazouin, 12, rue Chateaubriand, Saint-Junien, France Adresse (C. Thomas) Publié par Elsevier Masson SAS SOiNS AIDES-SOIGNANTES - n o 60 - septembre/octobre

12 POUR EN SAVOIR PLUS Arrêté du 22 octobre 2005 relatif à la formation conduisant au diplôme d État d aide-soignant. Gassier J, Le Neurès K, Peruzza E. Guide aidesoignant. Modules 1 à 8. Issy-les-Moulineaux : Elsevier Masson ; Rioufol MO. L aide-soignant dans les services de soins. Rôle et compétences par module. Issy-les-Moulineaux : Elsevier Masson ; SITUATION DE MONSIEUR GEORGES (SUITE) clinique, à la surveillance des pansements et des drains. Elle vérifie le fonctionnement de la sonde vésicale. Elle collabore avec l infirmier dans la surveillance de la douleur. Elle surveille la personne afin d identifier des signes d alerte éventuels (pâleur subite, présence excessive de sang au niveau du pansement ou dans les flacons de recueil, position anormale de la jambe opérée). Elle assiste l infirmier lors de la réfection des pansements en mettant à sa disposition les produits nécessaires et en rassurant la personne. Elle aide l infirmier ou le kinésithérapeute lors du lever en surveillant ses réactions. Elle donne des conseils de mobilisation dans le cadre du projet de rééducation. Elle surveille les fonctions d élimination en veillant au respect des protocoles établis. z Corinne établit une communication adaptée afin de diminuer l angoisse et recherche, tout au long de ses soins, l accord de M. Georges afin de favoriser un retour rapide à l autonomie. Elle intègre l épouse dans la prise en charge. Dans tous ses soins, Corinne respecte les règles d hygiène des mains en utilisant une solution hydro-alcoolique au moment opportun. z Outre ses compétences générales, l aidesoignant participe à la prise en charge de la personne en collaboration avec l infirmier en : assurant les soins de confort et d hygiène pendant les périodes pré- et postopératoires ; réalisant des soins préventifs et curatifs pré- et postopératoires ; aidant l infirmier dans les surveillances et les soins ; surveillant les fonctions d élimination ; veillant au respect des règles de prévention des infections nosocomiales ; assurant des transmissions adaptées dans le cadre d une prise en charge globale en lien avec le projet de soin et de rééducation. Fiche réalisée en partenariat avec la MNH SITUATION DE MADAME DENISE Mme Denise, 68 ans, est entrée ce jour à 7 h, pour une hystérectomie par voie basse programmée. L intervention est prévue à 10 h. Toutes les informations concernant son intervention lui ont été données en consultation ainsi que les consignes pour la douche préopératoire. z Marie-Claire, aidesoignante, l accueille et l installe dans sa chambre. Elle lui explique le fonctionnement des dispositifs (sonnette, lit, lumière, etc.). Ensuite, elle l informe de l horaire de départ pour le bloc. Elle lui donne une tenue de bloc et lui demande de se déshabiller. Elle vérifie que la patiente est bien à jeun, a respecté les consignes d hygiène. Elle assiste l infirmier lors de la surveillance des paramètres, elle lui demande d uriner puis, après l administration de la prémédication, elle s assure que Mme Denise reste allongée. z Après le départ pour le bloc, Marie-Claire vérifie Emilienne/Lilapik et met en place le matériel nécessaire à la surveillance postopératoire. z Au retour du bloc, elle assiste l infirmier pour l installation et la surveillance des paramètres et de l état clinique de Mme Denise. Elle s assure du confort de la personne. Selon les consignes infirmières, elle veille à la reprise de l alimentation et de l hydratation en lien avec la surveillance de la diurèse et de la reprise du transit. z Le lendemain, elle aide l infirmier lors des soins puis du lever. Le chirurgien programme son départ à J2. Marie-Claire s assure que Mme Denise en est informée, propose son aide pour ranger ses affaires. z La mise en œuvre de compétences par l aidesoignant nécessite une bonne connaissance des protocoles de prise en charge. Il doit être réactif car il a peu de temps pour mettre en place tous les éléments de surveillance. Son efficacité fait de lui un collaborateur indispensable pour l infirmier. Déclaration d intérêts : L auteur déclare ne pas avoir de conflits d intérêts en relation avec cet article. CONCLUSION En secteur de chirurgie, la qualité de prise en charge repose sur le respect des protocoles et des règles d hygiène afin de garantir une qualité et une sécurité des soins optimales. L aide-soignant, par ses connaissances, est un collaborateur indispensable de l infirmier. 10 SOiNS AIDES-SOIGNANTES - n o 60 - septembre/octobre 2014

13 6/6 Le rôle de l aide-soignant en service de gériatrie Du niveau de dépendance des personnes âgées découle la déclinaison du rôle de l aide-soignant. Les établissements qui les accueillent peuvent être en secteur médical, comme les unités de soins de longue durée, ou en secteur médicosocial, comme les établissements d hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad). Les personnes accueillies ont un niveau de dépendance de plus en plus élevé. Les Ehpad sont des lieux de vie. L objectif de la prise en charge est d accompagner les personnes dans les actes de la vie quotidienne, de contribuer à leur bien-être et de maintenir ou restaurer leur autonomie. L aide-soignant s inscrit dans une approche globale de la personne âgée et développe la dimension relationnelle des soins. LES PRINCIPALES MISSIONS DE L AIDE-SOIGNANT z En gériatrie, l aide-soignant : z Il favorise l estime de soi en veillant à l image de soi participe à l accueil et à l installation de la personne par la coiffure, le maquillage, la valorisation des actions. âgée et de son entourage ; z Il identifie les besoins de la personne et met en assure les soins d hygiène et de confort ; œuvre les actions adaptées. collabore aux soins préventifs et curatifs ; z Il apprécie l état de santé et peut discerner une contribue à assurer le lien social ; situation d urgence. stimule les différentes fonctions afin de conserver z Il contribue à la prévention des risques : prévention ou développer l autonomie ; des chutes, aide aux déplacements, préven- assure une communication adaptée. tion d escarres, prévention de la dénutrition. Ces missions demandent à l aide-soignant de mettre z Il participe à la définition et la mise en œuvre en œuvre des compétences spécifiques. du projet de vie : mise en place d activités personnalisées. z Il participe à l accueil de la personne âgée et au recueil des informations. Il l aide à s installer dans z Il favorise la communication par une présence la chambre et à ranger ses affaires. Il lui explique le et une écoute adaptée, il met en place des actions afin fonctionnement de la structure en la lui faisant visiter. de lutter contre l isolement social. z Il contribue à l évaluation du degré d autonomie. z Il collabore avec l infirmier dans les soins : pansements, z Il dispense les soins d hygiène et de confort aide à la prise des traitements, surveillance dans le respect de l autonomie et du rythme de la de leurs effets. personne : réveil des résidents, aide à la toilette et à z Il contribue à la continuité de la prise en charge l habillage, aide au coucher. par des transmissions adaptées. COMPÉTENCES DES AIDES-SOIGNANTS 1. Le cœur de métier aide-soignant 2. Le rôle de l AS en service des urgences et réanimation 3. Le rôle de l AS en service de médecine et cardiologie 4. Le rôle de l AS en service de soins palliatifs 5. Le rôle de l AS en service de chirurgie 6. Le rôle de l AS en service de gériatrie Axel Grau SITUATION DE MONSIEUR JEAN M. Jean, 87 ans, vit en Ehpad depuis 2 ans. Il est veuf depuis 3 ans. Son état général s est dégradé et le maintien à domicile devenait difficile. En accord avec son fils, il a accepté de vivre en Ehpad. z M. Jean est bien intégré et participe volontiers aux différentes activités, mais il apprécie surtout les promenades. Il est autonome psychologiquement, se repère dans l espace. Il se mobilise seul avec sa canne anglaise (séquelles d une hémiplégie) mais demande un accompagnement pour l extérieur. Il est autonome pour l alimentation, l hydratation. Il a besoin d aide pour se lever et se coucher, l habillage et le déshabillage, ainsi que les soins d hygiène. Il est incontinent urinaire nocturne. z Fatima, aide-soignante, passe le matin vers 7 h 30 pour réveiller M. Jean. Elle ouvre les volets, lui demande s il a bien dormi puis à quelle heure il désire prendre son petit déjeuner. Elle lui explique qu elle reviendra vers 8 h pour la toilette s il est d accord. z Fatima aide M. Jean à se mettre au bord du lit, lui donne sa canne et attend qu il soit debout et stable avant de le laisser avancer seul jusqu à la salle de bains. Elle l installe sur une chaise devant le lavabo, assure la toilette du dos, des jambes et la toilette intime. Elle vérifie son état cutané. Elle s assure qu il va à la selle régulièrement. z Après l habillage, elle accompagne M. Jean en salle à manger, lui sert son petit déjeuner avec son traitement et attend qu il l ait pris avant de le laisser. Elle l informe sur les activités prévues ce jour, lui donne le journal puis le laisse pour aller assurer les soins d entretien de sa chambre. Vers 10 h, elle veille à son CATHERINE THOMAS Ancienne présidente du Groupement d études, de recherches et d actions pour la formation aide-soignante (Geracfas) Directrice d Ifas Ifas, Centre hospitalier Roland-Mazouin, 12, rue Chateaubriand, Saint-Junien, France Adresse (C. Thomas) Publié par Elsevier Masson SAS SOiNS AIDES-SOIGNANTES - n o 61 - novembre/décembre

14 POUR EN SAVOIR PLUS Arrêté du 22 octobre 2005 relatif à la formation conduisant au diplôme d État d aide-soignant. Gassier J, Le Neurès K, Peruzza E. Guide aidesoignant. Modules 1 à 8. Issy-les-Moulineaux : Elsevier Masson ; Rioufol MO. L aide-soignant dans les services de soins. Rôle et compétences par module. Issy-les-Moulineaux : Elsevier Masson ; SITUATION DE MONSIEUR JEAN (SUITE) hydratation en lui proposant une boisson. z Lors du repas de midi, elle installe M. Jean à sa place habituelle, elle surveille sa prise alimentaire. En début d après-midi, il a l habitude de se reposer dans sa chambre pendant une heure environ, puis Fatima l accompagne pour une promenade. C est un moment privilégié pour favoriser la relation. z Fatima transmet à l équipe les informations recueillies lors de la promenade ainsi que l état général de M. Jean ce jour. Emilienne/Lilapik z Dans cette situation, outre ses compétences générales, l aide-soignant participe à la prise en charge de la personne en collaboration avec l infirmier en : assurant les soins de confort et d hygiène dans le respect de l autonomie ; assurant des soins relationnels pour un accompagnement personnalisé ; veillant au repos et à la sécurité de la personne ; surveillant le comportement de la personne ; assurant la continuité de la prise en charge sur les supports adaptés en utilisant un vocabulaire professionnel. Fiche réalisée en partenariat avec la MNH SITUATION DE MADAME LUCIE Mme Lucie, 95 ans, est prise en charge depuis un an en unité de soins de longue durée. z Elle est grabataire suite à une démence. Elle ne se mobilise plus, ne communique plus et demande une assistance complète pour tous les actes de la vie. z Elle est douloureuse lors des mobilisations, ce qui nécessite l utilisation de matériel adapté comme le lève-malade et le fauteuil coquille. z Afin de veiller à son confort, une douche est planifiée tous les deux jours sur un chariot-douche. Les soins Emilienne/Lilapik d hygiène sont réalisés en binôme avec l infirmier. z Delphine, l aide-soignante, favorise la communication non verbale et pratique le toucher relationnel. Elle surveille les réactions de Mme Lucie lors du soin. Elle s assure de son confort et de sa sécurité lors de l installation sur le fauteuil. Elle participe à la prévention des risques en pratiquant les préventions d escarres et des changements de position. Elle surveille l état clinique pour repérer d éventuels changements. Elle agit avec douceur. z Dans cette situation, la mise en œuvre de compétences par l aide-soignant repose sur sa capacité à faire preuve de douceur et d attention à l autre. Le travail en binôme infirmier-aide-soignant renforce la collaboration. Déclaration d intérêts : L auteur déclare ne pas avoir de conflits d intérêts en relation avec cet article. CONCLUSION Travailler en secteur gériatrique peut être difficile physiquement, mais les relations sont enrichissantes. L aide-soignant favorise une prise en charge professionnelle par ses connaissances et sa capacité à analyser les situations. 12 SOiNS AIDES-SOIGNANTES - n o 61 - novembre/décembre 2014

15 ,

16 À VOT BON CŒUR MESDAMES NON, C EST POUR AIDER MES ÉTUDIANTS À SE PAYER UNE MUTUELLE SANTÉ. TU SAIS, AVEC LA MNH, ILS PEUVENT ÊTRE BIEN COUVERTS SANS SE RUINER. ACHÈTE-TOII UNE CHEMISE E! TheLINKS.fr - Juin Crédits photos : Gregor COLLIENNE - Mutuelle nationale des hospitaliers et des professionnels de la santé et du social. La MNH et MNH Prévoyance sont deux mutuelles régies par les dispositions du livre II du Code de la mutualité, immatriculées au répertoire SIRENE sous les numéros SIREN pour la MNH et pour MNH Prévoyance. TROP STYLÉ! TU FAIS LA QUÊTE POU UR T ACHETER UNE VRAIE CHEMISE? L ESPRIT HOSPITALIER EN PLUS *Offre rééservée exclusivement aux nouveaux adhérrents de la MNH (n ayant pas été adhérents de la MNH au cours des 24 derniers mois), va alable pour tout bulletin d adhésion signé entre le 1er août 2014 et le 31 décembre 2014 (date de signature faisant foi), renvoyé à la MNH avant le 31 janvier 2015 (cachet de la poste faisant foi), pour toute adhésion prenant effet du 1er septembre 2014 au u 1er mars 2015 : 3 mois de cotisation gratuits la 1ère année, 2 moiss gratuits la 2ème année et 1 mois gratuit la 3ème année d adhésion. Devis gratuit sur mnh.fr et au AP_OFFRE_6_MOIS_A4.indd /07/14 11:02

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

L infirmier exerce son métier dans le respect des articles R.4311-1 à R.4311-15 et R.4312-1 à 4312-49 du code de la santé publique.

L infirmier exerce son métier dans le respect des articles R.4311-1 à R.4311-15 et R.4312-1 à 4312-49 du code de la santé publique. Diplôme d Etat d infirmier Référentiel d activités Annexe I Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet, un

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

DISTRIBUTION DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR VOIE ORALE PAR L INFIRMIERE : RISQUE DE NON PRISE DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR LE PATIENT

DISTRIBUTION DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR VOIE ORALE PAR L INFIRMIERE : RISQUE DE NON PRISE DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR LE PATIENT INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS ACTIVITE PROFESSIONNELLE N 8 : LE CADRE GERE LES RISQUES CONCERNANT LES PRESTATIONS, LES CONDITIONS DE TRAVAIL DES PERSONNELS,

Plus en détail

STAGE D'INITIATION AUX SOINS INFIRMIERS D'ACCES EN PCEM2 ou en 2ème ANNEE DE CHIRURGIE DENTAIRE

STAGE D'INITIATION AUX SOINS INFIRMIERS D'ACCES EN PCEM2 ou en 2ème ANNEE DE CHIRURGIE DENTAIRE FACULTÉ DE MÉDECINE FACULTÉ DE CHIRURGIE DENTAIRE Université de Strasbourg STAGE D'INITIATION AUX SOINS INFIRMIERS D'ACCES EN PCEM2 ou en 2ème ANNEE DE CHIRURGIE DENTAIRE JUILLET ou AOUT ou SEPTEMBRE 2012

Plus en détail

Ministère chargé de la santé Diplôme d Etat d infirmier. Portfolio de l étudiant

Ministère chargé de la santé Diplôme d Etat d infirmier. Portfolio de l étudiant Ministère chargé de la santé Diplôme d Etat d infirmier Annexe VI Portfolio de l étudiant Nom et prénom de l étudiant : Institut de formation en soins : Date d entrée dans la formation : Nom et prénom

Plus en détail

FICHE 3 Situations les plus fréquentes devant lesquelles l étudiant pourra se trouver Notions de situations clés, prévalentes

FICHE 3 Situations les plus fréquentes devant lesquelles l étudiant pourra se trouver Notions de situations clés, prévalentes LIVRET «ACCUEIL ET RESSOURCES» DU TERRAIN DE STAGE UNITE DE SOINS INTENSIFS DE CARDIOLOGIE Institut de Formation en Soins Infirmiers DES ETUDIANTS ENNFIRMIERS GUIDE D ELABORATION FICHE 1 Identification

Plus en détail

va être opéré d un hypospadias

va être opéré d un hypospadias Votre enfant va être opéré d un hypospadias Introduction Le chirurgien urologue pédiatrique vous a confirmé le diagnostic d hypospadias et expliqué les avantages ainsi que les risques et complications

Plus en détail

Formation obligatoire d adaptation à l emploi

Formation obligatoire d adaptation à l emploi Cycle de formation Praxis Conforme à l arrêté du 16 juillet 2009 Formation obligatoire d adaptation à l emploi Agent de service mortuaire Madame, Monsieur, Depuis l arrêté du 16 juillet 2009 relatif à

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

SUPPLEMENT AU DIPLÔME

SUPPLEMENT AU DIPLÔME SUPPLEMENT AU DIPLÔME Le présent supplément au diplôme (annexe descriptive) suit le modèle élaboré par la Commission européenne, le Conseil de l'europe et l'unesco/cepes. Le supplément vise à fournir des

Plus en détail

LA DEMARCHE DE SOINS INFIRMIERE N.LANNEE CADRE FORMATEUR IFSI CHU ROUEN

LA DEMARCHE DE SOINS INFIRMIERE N.LANNEE CADRE FORMATEUR IFSI CHU ROUEN LA DEMARCHE DE SOINS INFIRMIERE N.LANNEE CADRE FORMATEUR IFSI CHU ROUEN définition Démarche de soins = processus de soins Processus intellectuel, Mode de pensée logique et rigoureux, Résolution de problème

Plus en détail

Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu-

Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu- Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu- Accompagnement de fin de vie: un travail d équipe Fin de vie en EHPAD Quel que soit le lieu de la «toute fin de vie» et du décès des résidents d Ehpad, l accompagnement

Plus en détail

La version électronique fait foi

La version électronique fait foi Page 1/6 Localisation : Classeur VERT Disponible sur Intranet A revoir : 10/2015 Objet : La présente procédure a pour objet de décrire les responsabilités et les principes pour la réalisation des prélèvements.

Plus en détail

Information au patient

Information au patient Information au patient Hôpital de jour médico-chirurgical Je vais subir une intervention chirurgicale en hôpital de jour, cela signifie que l intervention et le retour à domicile s effectueront le même

Plus en détail

Aide kinésithérapeute : une réalité?

Aide kinésithérapeute : une réalité? Aide kinésithérapeute : une réalité? Fabien Launay Cadre supérieur du pôle rééducation CHU de Dijon Dijon (21) Préambule : La fonction d aide-kinésithérapeute n est pas nouvelle. Elle peut être occupée

Plus en détail

URGENCES MEDICO- CHIRURGICALES. Dr Aline SANTIN S.A.U. Henri Mondor

URGENCES MEDICO- CHIRURGICALES. Dr Aline SANTIN S.A.U. Henri Mondor URGENCES MEDICO- CHIRURGICALES Dr Aline SANTIN S.A.U. Henri Mondor Coup d envoi Définition de l urgence Fonction des personnes : Pour les patients : «ça ne va pas», «il n est pas comme d habitude», «il

Plus en détail

Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif)

Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif) Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif) Contenu de la formation PSE1 LE SECOURISTE : 1 h 30 Indiquer le rôle et les responsabilités d un secouriste. Indiquer les connaissances

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

Guide. Chirurgie d un jour. Enfant (moins de 14 ans) HÔPITAL DE MARIA RÉVISÉ NOVEMBRE 2006

Guide. Chirurgie d un jour. Enfant (moins de 14 ans) HÔPITAL DE MARIA RÉVISÉ NOVEMBRE 2006 Guide Chirurgie d un jour Enfant (moins de 14 ans) RÉVISÉ NOVEMBRE 2006 HÔPITAL DE MARIA Chirurgie d un jour Contenu Avant la chirurgie... 2 À l unité de soins... 4 Au départ pour la salle d opération...

Plus en détail

La reprise de la vie active

La reprise de la vie active Prothèse de hanche Les conseils de votre chirurgien La reprise de la vie active Vous êtes aujourd hui porteur d une prothèse de hanche ; elle va vous permettre de reprendre vos activités sans gène ni douleur.

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, l accident vasculaire cérébral

La prise en charge de votre maladie, l accident vasculaire cérébral G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre maladie, l accident vasculaire cérébral Vivre avec un accident vasculaire cérébral Octobre 2007 Pourquoi ce guide? Votre

Plus en détail

EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE

EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE EXEMPLE DE METHODOLOGIE POUR L ELABORATION D UN PROTOCOLE DOULEUR Marie AUBRY Infirmière référente douleur Hôpital TENON AP-HP Paris XX e SOMMAIRE Etape n 1 : Faire l état des lieux Identifier la situation

Plus en détail

Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical. - Annie PAPON Cadre responsable

Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical. - Annie PAPON Cadre responsable Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical - Annie PAPON Cadre responsable 1 AFGSU Niveau 1 page 4 AFGSU Niveau 2 page 5 AFGSU face aux risques NRBC page 6 Recyclage AFGSU Niveau

Plus en détail

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs

La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre artérite des membres inférieurs Vivre avec une artérite des membres inférieurs Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre

Plus en détail

PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR :

PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR : PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR : IDENTIFICATION DU POSTE : Titre de la fonction : Conducteur Ambulancier SMUR*. Etablissement : Centre Hospitalier Régional Universitaire de Brest. Service

Plus en détail

IFAS 11 décembre 2014 15 janvier 2015. M. BLOT Ergothérapeute. CHU de NIMES

IFAS 11 décembre 2014 15 janvier 2015. M. BLOT Ergothérapeute. CHU de NIMES IFAS 11 décembre 2014 15 janvier 2015 M. BLOT Ergothérapeute CHU de NIMES Introduction Définition de l hémiplégie Causes Evolution Conséquences Description Prise en charge du patient en fonction de l activité

Plus en détail

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise.

Cette intervention aura donc été décidée par votre chirurgien pour une indication bien précise. Qu est-ce qu une arthroscopie? Il s agit d une intervention chirurgicale mini-invasive dont le but est d explorer l articulation du genou et de traiter la lésion observée dans le même temps. Comment se

Plus en détail

CHUTES DE LA PERSONNE AGEE. «Protection Escaliers motorisée»

CHUTES DE LA PERSONNE AGEE. «Protection Escaliers motorisée» CHUTES DE LA PERSONNE AGEE «Protection Escaliers motorisée» Ehpad «Les Magnans» St Martin de Valgagues Dr Sylvie Andre Allheilig Médecin coordonnateur La Chute n est pas une «Fatalité» L âge, la poly morbidité

Plus en détail

PREPARATION DU PATIENT POUR UNE CHIRURGIE. Marcelle Haddad

PREPARATION DU PATIENT POUR UNE CHIRURGIE. Marcelle Haddad PREPARATION DU PATIENT POUR UNE CHIRURGIE Marcelle Haddad PLUSIEURS CATEGORIES DE CHIRURGIE 1-Perte d un d organe ou d une fonction Ex: cholecystectomie,appenticectomie 2-Ablation d une tumeur,, d un d

Plus en détail

PROJET PEDAGOGIQUE Formation conduisant au

PROJET PEDAGOGIQUE Formation conduisant au INSTITUT DE FORMATION FILIERE AMBULANCIER PROJET PEDAGOGIQUE Formation conduisant au DIPLOME D ETAT D AMBULANCIER Juin à Novembre 2013 Directrice, Cadre supérieur de Santé : Agnès MISSAULT Infirmières

Plus en détail

IMR PEC-5.51 IM V2 19/05/2015. Date d'admission prévue avec le SRR : Date d'admission réelle : INFORMATIONS ADMINISTRATIVES ET SOCIALES

IMR PEC-5.51 IM V2 19/05/2015. Date d'admission prévue avec le SRR : Date d'admission réelle : INFORMATIONS ADMINISTRATIVES ET SOCIALES DOSSIER D ADMISSION 1/6 Date d'admission souhaitée : Date de la demande : Date d'admission prévue avec le SRR : Date d'admission réelle : INFORMATIONS ADMINISTRATIVES ET SOCIALES Renseignements administratifs

Plus en détail

ACSI. Association Centre de santé Infirmier. 53 rue de la marine 29760 Penmarc h : 02.98.58.60.18 :02.98.58.71.17. cdspen29@wanadoo.

ACSI. Association Centre de santé Infirmier. 53 rue de la marine 29760 Penmarc h : 02.98.58.60.18 :02.98.58.71.17. cdspen29@wanadoo. ACSI Association Centre de santé Infirmier Penmarc h Plomeur Le Guilvinec Tréffiagat-Léchiagat 53 rue de la marine 29760 Penmarc h : 02.98.58.60.18 :02.98.58.71.17 cdspen29@wanadoo.fr SOMMAIRE Introduction

Plus en détail

COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE

COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE COMPTE RENDU D ACCREDITATION DE L'HOPITAL ET INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS CROIX-ROUGE FRANÇAISE Chemin de la Bretèque 76230 BOIS-GUILLAUME Mois de juin 2001 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE

Plus en détail

phase de destruction et d'élimination de débris

phase de destruction et d'élimination de débris LE POST PARTUM I ) Définition : c'est une période de 6 semaines allant de l'accouchement jusqu'au retour de couches (= règles). Pendant ce temps il est nécessaire d'effectuer une surveillance médicale

Plus en détail

Insuffisance cardiaque

Insuffisance cardiaque Insuffisance cardiaque Connaître son évolution pour mieux la vivre Guide d accompagnement destiné au patient et ses proches Table des matières L évolution habituelle de l insuffisance cardiaque 5 Quelles

Plus en détail

Après l intervention des varices. Informations et conseils sur les suites du traitement. Réponses aux questions fréquemment posées

Après l intervention des varices. Informations et conseils sur les suites du traitement. Réponses aux questions fréquemment posées Brochure à l attention du patient Après l intervention des varices Informations et conseils sur les suites du traitement Réponses aux questions fréquemment posées Les suites de l intervention En résumé

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

Référentiel Officine

Référentiel Officine Référentiel Officine Inscrire la formation dans la réalité et les besoins de la pharmacie d officine de demain - Ce référentiel décrit dans le cadre des missions et des activités du pharmacien d officine

Plus en détail

Le guide du bon usage des médicaments

Le guide du bon usage des médicaments Le guide du bon usage des médicaments Les médicaments sont là pour vous aider mais......ils ont parfois du mal à vivre ensemble. Votre médecin et votre pharmacien peuvent adapter votre traitement pour

Plus en détail

SADIR assistance, Prestataire de Santé à Domicile (PSAD)

SADIR assistance, Prestataire de Santé à Domicile (PSAD) SADIR assistance, Prestataire de Santé à Domicile (PSAD) 1 PSAD: qui sommes nous - 1 200 000 patients toutes prestations confondues, pris en charge tous les jours à domicile en : oxygénothérapie ventilation

Plus en détail

Complément à la circulaire DH/EO 2 n 2000-295 du 30 mai 2000 relative à l'hospitalisation à domicile

Complément à la circulaire DH/EO 2 n 2000-295 du 30 mai 2000 relative à l'hospitalisation à domicile http://www.sante.gouv.fr/adm/dagpb/bo/2001/01-01/a0010017.htm Bulletin Officiel n 2001-1 Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Page 1 sur 6 Complément à la circulaire DH/EO 2 n

Plus en détail

La santé. Les établissements de l entité Mutualité Santé Services

La santé. Les établissements de l entité Mutualité Santé Services 1 solidaire Apporter une réponse concrète aux besoins de la population en matière de santé, selon des principes fondamentaux de solidarité et d entraide. Développer un important réseau d œuvres sanitaires

Plus en détail

LIVRET D ACCUEIL DES ETUDIANTS EN SOINS INFIRMIERS

LIVRET D ACCUEIL DES ETUDIANTS EN SOINS INFIRMIERS LIVRET D ACCUEIL DES ETUDIANTS EN SOINS INFIRMIERS EN DIABETO-NUTRITION Réf. : W 011- NUT/A Page : 1/19 Date de création : 06/07 Modification : Date de révision 07/2010 Date d'application Juillet 2007

Plus en détail

Centre SSR - EHPAD La Chimotaie B.P. 10014 85613 CUGAND Montaigu Cedex

Centre SSR - EHPAD La Chimotaie B.P. 10014 85613 CUGAND Montaigu Cedex Centre SSR - EHPAD 85613 CUGAND Montaigu Cedex SSR (orientation en rééducationréadaptation) SSR (orientation en cancérologie et soins palliatifs) SSR polyvalents Secrét. Médical : 02.51.45.68.23 Secrét.

Plus en détail

La hernie discale Votre dos au jour le jour...

La hernie discale Votre dos au jour le jour... La hernie discale Votre dos au jour le jour... Votre dos est fragile. Ce document va vous aider à le préserver au jour le jour. Si vous venez de vous faire opérer, certaines activités vous sont déconseillées

Plus en détail

LA PROTHESE TOTALE DE GENOU

LA PROTHESE TOTALE DE GENOU LA PROTHESE TOTALE DE GENOU Introduction : La destruction du cartilage est fréquente au niveau du genou qui est une articulation très sollicitée et soumise à tout le poids du corps. La conséquence de cette

Plus en détail

LA CHOLÉCYSTECTOMIE PAR LAPAROSCOPIE

LA CHOLÉCYSTECTOMIE PAR LAPAROSCOPIE LA CHOLÉCYSTECTOMIE PAR LAPAROSCOPIE Une technique chirurgicale Pour vous, pour la vie Qu est-ce que la cholécystectomie? C est l intervention chirurgicale pratiquée pour enlever la vésicule biliaire.

Plus en détail

livret d accueil s ervice d o ncologie vous informer, c est aussi notre rôle

livret d accueil s ervice d o ncologie vous informer, c est aussi notre rôle s ervice d o ncologie livret d accueil vous informer, c est aussi notre rôle centre hospitalier de tourcoing - 135, rue du président coty - 59208 tourcoing cedex www.ch-tourcoing.fr DSIO - Qualité - Communication

Plus en détail

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE

GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE GUIDE D INFORMATIONS A LA PREVENTION DE L INSUFFISANCE RENALE SOURCES : ligues reins et santé A LA BASE, TOUT PART DES REINS Organes majeurs de l appareil urinaire, les reins permettent d extraire les

Plus en détail

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées

Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées BON USAGE DES TECHNOLOGIES DE SANTÉ Traitement des plaies par pression négative (TPN) : des utilisations spécifiques et limitées Les systèmes de traitement des plaies par pression négative (TPN) sont des

Plus en détail

SOINS DE PRATIQUE COURANTE. Prélèvement aseptique cutané ou de sécrétions muqueuses, prélèvement de selles

SOINS DE PRATIQUE COURANTE. Prélèvement aseptique cutané ou de sécrétions muqueuses, prélèvement de selles NOMENCLATURE GENERALE DES ACTES PROFESSIONNELS INFIRMIERS (Arrêté du 25 mars 1993) (Arrêté du 21 avril 1994) (Arrêté du 1er mars 1999) (Arrêté du 8 Décembre 1999) (Arrêté du 12 Octobre 2000) (Arrêté du

Plus en détail

APRES TOUT ACTE DE MALTRAITANCE. 3. Elaboration des recommandations de pratique. 4. Diffusion au personnel des recommandations.

APRES TOUT ACTE DE MALTRAITANCE. 3. Elaboration des recommandations de pratique. 4. Diffusion au personnel des recommandations. PROCESSUS D ASSURANCE QUALITE MIS EN ŒUVRE APRES TOUT ACTE DE MALTRAITANCE 1. Identification des circonstances déclenchantes de l acte de maltraitance. 2. Définition des objectifs correctifs. 3. Elaboration

Plus en détail

Domaine Santé. Plan d études cadre Modules complémentaires santé. HES-SO, les 5 et 6 mai 2011. 1 PEC Modules complémentaires santé

Domaine Santé. Plan d études cadre Modules complémentaires santé. HES-SO, les 5 et 6 mai 2011. 1 PEC Modules complémentaires santé Domaine Santé Plan d études cadre Modules complémentaires santé HES-SO, les 5 et 6 mai 2011 1 PEC Modules complémentaires santé Plan d études cadre Modules complémentaires santé 1. Finalité des modules

Plus en détail

Prévention des escarres

Prévention des escarres Prévention des escarres MOBILISATION ET POSITIONNEMENT Historique 1848 : Robert Graves Ecrivait qu il était possible de prévenir les escarres par une mobilisation régulière. 1961 : Kosiak Etude sur les

Plus en détail

L opération de la cataracte. Des réponses à vos questions

L opération de la cataracte. Des réponses à vos questions L opération de la cataracte Des réponses à vos questions Qu est-ce que la cataracte? Quel objectif? Cette brochure vous donne toutes les informations utiles concernant l opération de la cataracte. Définition

Plus en détail

DOCUMENTATION CLINIQUE D UNE CHUTE D UN PATIENT

DOCUMENTATION CLINIQUE D UNE CHUTE D UN PATIENT Jacques Butel - Nadiat Donnat - Jeanne Forestier - Céliane Héliot - Anne Claire Rae Forum prévention des chutes 2010 DOCUMENTATION CLINIQUE D UNE CHUTE D UN PATIENT 1 Recueil données Formulaire de signalement

Plus en détail

GUIDE D'ENSEIGNEMENT PRÉOPÉRATOIRE Pour la clientèle admise avant l'opération

GUIDE D'ENSEIGNEMENT PRÉOPÉRATOIRE Pour la clientèle admise avant l'opération GUIDE D'ENSEIGNEMENT PRÉOPÉRATOIRE Pour la clientèle admise avant l'opération Voici un petit guide qui vous renseignera sur tous les éléments à connaître concernant votre chirurgie. AVANT L OPÉRATION Les

Plus en détail

La prise en charge de votre polyarthrite rhumatoïde

La prise en charge de votre polyarthrite rhumatoïde G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre polyarthrite rhumatoïde Vivre avec une polyarthrite rhumatoïde Décembre 2008 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

CHANTIER D INSERTION PREQUALIFIANT AUX METIERS DES SERVICES A LA PERSONNE 2011 EHPAD RONZIER-JOLY

CHANTIER D INSERTION PREQUALIFIANT AUX METIERS DES SERVICES A LA PERSONNE 2011 EHPAD RONZIER-JOLY CHANTIER D INSERTION PREQUALIFIANT AUX METIERS DES SERVICES A LA PERSONNE 2011 EHPAD RONZIER-JOLY Présentation des fiches de poste 1. Secrétaire... page 2 2. Auxiliaire de soins... page 4 3. Aide cuisine...

Plus en détail

prise en charge paramédicale dans une unité de soins

prise en charge paramédicale dans une unité de soins Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : prise en

Plus en détail

LIVRET D'ACCUEIL. EHPAD Valle Longa 0495532200 www.vallelonga.fr 20117 Cauro

LIVRET D'ACCUEIL. EHPAD Valle Longa 0495532200 www.vallelonga.fr 20117 Cauro LIVRET D'ACCUEIL EHPAD Valle Longa 0495532200 Sialare www.vallelonga.fr 20117 Cauro LE MOT D ACCUEIL Madame, Monsieur, Nous vous souhaitons la bienvenue à la résidence Valle Longa de Cauro. Valle Longa,

Plus en détail

Bienvenue aux Soins Intensifs Pédiatriques

Bienvenue aux Soins Intensifs Pédiatriques SIP Août 2010 Route : 354 Bienvenue aux Soins Intensifs Pédiatriques Août 2010 1 Table des matières 1. Présentation du service p 3 2. Pathologies les plus courantes aux SIP. P 5 3. Objectifs de stage p

Plus en détail

UNE INTERVENTION CHIRURGICALE AU NIVEAU DU SEIN

UNE INTERVENTION CHIRURGICALE AU NIVEAU DU SEIN UNE INTERVENTION CHIRURGICALE AU NIVEAU DU SEIN Informations générales Pour vous, pour la vie Cette brochure vise à vous fournir des informations générales concernant l intervention chirurgicale que vous

Plus en détail

BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES

BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES Septembre 2014 CARTOGRAPHIE DES MÉTIERS DES PRESTATAIRES BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES DANS LES DOMAINES MÉDICO-TECHNIQUES www.metiers-medico-techniques.fr CPNEFP de la branche Négoce et

Plus en détail

INAUGURATION Du service de Pédiatrie Dossier de presse JEUDI 14 NOVEMBRE 2013

INAUGURATION Du service de Pédiatrie Dossier de presse JEUDI 14 NOVEMBRE 2013 Dossier de presse INAUGURATION Du service de Pédiatrie JEUDII 14 NOVEMBRE 2013 Le dossier Le service de Pédiatrie Introduction La Pédiatrie : Ses activités Quelques données chiffrées Son fonctionnement

Plus en détail

Ministère chargé de la santé Diplôme d Etat d infirmier. Portfolio de l étudiant

Ministère chargé de la santé Diplôme d Etat d infirmier. Portfolio de l étudiant Ministère chargé de la santé Diplôme d Etat d infirmier nnexe VI Portfolio de l étudiant Nom et prénom de l étudiant : Institut de formation en soins infirmiers : Date d entrée dans la formation : Nom

Plus en détail

Vous allez être opéré du coeur

Vous allez être opéré du coeur LIVRET D ACCUEIL Coordonnateur de Département Pr. Bernard ALBAT Chirurgie cardiaque et vasculaire Vous allez être opéré du coeur Pôle Coeur-Poumons CŒUR POUMONS Hôpital Arnaud de Villeneuve 2 ème étage

Plus en détail

2 La chaîne de survie canadienne : espoir des patients cardiaques

2 La chaîne de survie canadienne : espoir des patients cardiaques 2 La chaîne de survie canadienne : espoir des patients cardiaques Les maladies cardiovasculaires sont la principale cause de décès au Canada. Bien que leur incidence ait diminué au cours des dernières

Plus en détail

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale :

Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Télé-expertise et surveillance médicale à domicile au service de la médecine générale : Docteur DARY Patrick, Cardiologue, Praticien Hospitalier Centre Hospitalier de St YRIEIX - Haute Vienne 87500 Situé

Plus en détail

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque

La prise en charge de votre insuffisance cardiaque G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre insuffisance cardiaque Vivre avec une insuffisance cardiaque Décembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant

Plus en détail

APRES VOTRE CHIRURGIE THORACIQUE OU VOTRE PNEUMOTHORAX

APRES VOTRE CHIRURGIE THORACIQUE OU VOTRE PNEUMOTHORAX Hôpital Privé d Antony APRES VOTRE CHIRURGIE THORACIQUE OU VOTRE PNEUMOTHORAX Livret d information Hôpital Privé d Antony OPC/KINE/297 Page 1 sur 6 Intervenants Rédigé par : Nom Profession Le Visa C.DUPUY

Plus en détail

troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs tous les intervenants de l entreprise Prise en charge immédiate sur le lieu de travail.

troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs tous les intervenants de l entreprise Prise en charge immédiate sur le lieu de travail. Introduction Les troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs concernent tous les intervenants de l entreprise : dangerosité du salarié pour lui-même et pour autrui, risque de désorganisation de l activité

Plus en détail

I. Qu est ce qu un SSIAD?

I. Qu est ce qu un SSIAD? 1 Plan Introduction I. Qu est ce qu un SSIAD? II. L accompagnement du SSIAD III. Présentation du SSIAD de Meyssac et de Beynat IV. Les personnes prises en soin dans le SSIAD V. Présentation d une situation

Plus en détail

droits des malades et fin de vie

droits des malades et fin de vie DOCUMENT à CONSERVER ET À EMPORTER si VOUS êtes HOSPITALISé droits des malades et fin de vie La loi Leonetti Le respect de la personne Le rôle de votre médecin L accès aux soins palliatifs Photo couverture

Plus en détail

Leucémies de l enfant et de l adolescent

Leucémies de l enfant et de l adolescent Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Leucémies de l enfant et de l adolescent GENERALITES COMMENT DIAGNOSTIQUE-T-ON UNE LEUCEMIE AIGUË? COMMENT TRAITE-T-ON UNE LEUCEMIE

Plus en détail

Prise en charge des fractures du fémur par enclouage intra-médullaire

Prise en charge des fractures du fémur par enclouage intra-médullaire Prise en charge des fractures du fémur par enclouage intra-médullaire GUIDE POUR LES PARENTS 514-412-4400, poste 23310 hopitalpourenfants.com/trauma Le fémur est l os le plus long du corps humain : il

Plus en détail

Hospitalisation à domicile Mauges Bocage Choletais. Livret d accueil. Siège administratif PERMANENCE 24H/24 AU 02 41 49 62 75

Hospitalisation à domicile Mauges Bocage Choletais. Livret d accueil. Siège administratif PERMANENCE 24H/24 AU 02 41 49 62 75 Hospitalisation à domicile Mauges Bocage Choletais Livret d accueil Siège administratif PERMANENCE 24H/24 AU 02 41 49 62 75 PRESENTATION DE L HOSPITALISATION A DOMICILE MBC Hospitalisation à Domicile Mauges

Plus en détail

CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI

CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI Comprendre ses propres stratégies d échec et de réussite Mettre à jour ses freins, ses propres croyances Développer son potentiel et repousser ses

Plus en détail

mobilisation klinická literatura KOMFORT NA OBOU STRANÁCH sécurité dekubity contrôle des infections mobilisation SIMPLICITÉ ET SÉCURITÉ

mobilisation klinická literatura KOMFORT NA OBOU STRANÁCH sécurité dekubity contrôle des infections mobilisation SIMPLICITÉ ET SÉCURITÉ klinická literatura KOMFORT NA OBOU STRANÁCH sécurité CONFORT POUR TOUS dekubity CONFORT POUR TOUS contrôle des infections CONFORT POUR TOUS mobilisation SIMPLICITÉ ET SÉCURITÉ mobilisation CONFORT POUR

Plus en détail

UN DERNIER MOT DE VOTRE CHIRURGIEN AVANT VOTRE BLÉPHAROPLASTIE

UN DERNIER MOT DE VOTRE CHIRURGIEN AVANT VOTRE BLÉPHAROPLASTIE UN DERNIER MOT DE VOTRE CHIRURGIEN AVANT VOTRE BLÉPHAROPLASTIE Vous allez bientôt subir une «blépharoplastie». Plus simplement, nous allons enlever le surplus de peau et les «poches» qui alourdissent vos

Plus en détail

LES SOINS D HYGIENE l hygiène bucco dentaire. Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2015

LES SOINS D HYGIENE l hygiène bucco dentaire. Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2015 LES SOINS D HYGIENE l hygiène bucco dentaire Formation en Hygiène des EMS de la Somme EOH CH ABBEVILLE JUIN 2015 1 SOINS DE BOUCHE ENTRETIEN DES PROTHESES DENTAIRES L état bucco-dentaire est souvent préoccupant

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC

MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC MIEUX COMPRENDRE CE QU EST UN ACCIDENT VASCULAIRE CÉRÉBRAL AVC SOMMAIRE UN QUIZ POUR FAIRE UN POINT SUR MES CONNAISSANCES Un quiz pour faire un point sur mes connaissances 3 Vrai Faux Qu est-ce que l on

Plus en détail

Recommandations pour la chirurgie de la CATARACTE en ambulatoire

Recommandations pour la chirurgie de la CATARACTE en ambulatoire Recommandations pour la chirurgie de la CATARACTE en ambulatoire AVANT L INTERVENTION : 1) Un rendez-vous en consultation d anesthésie au moins 8 jours avant l intervention vous a été donné. Venez ce jour-là

Plus en détail

Prothèse Totale de Hanche

Prothèse Totale de Hanche Hôpital de Martigny Prothèse Totale de Hanche Informations patients 2 Sommaire 04 Introduction 05 Votre maladie: la coxarthrose 06 Intervention chirurgicale Technique chirurgicale Risques et avantages

Plus en détail

Quel avenir pour les équipes mobiles de soins palliatifs?

Quel avenir pour les équipes mobiles de soins palliatifs? Quel avenir pour les équipes mobiles de soins palliatifs? Aude Le Divenah Praticien hospitalier, chargée de mission, Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins Les soins palliatifs se

Plus en détail

1 La scintigraphie myocardique au Persantin ou Mibi Persantin

1 La scintigraphie myocardique au Persantin ou Mibi Persantin La scintigraphie myocardique au Persantin ou Mibi Persantin Pour mieux connaître l état de votre cœur, votre médecin vous a demandé de passer une scintigraphie myocardique au Persantin. Cette fiche explique

Plus en détail

Loin de mes yeux. Chaque personne apprivoise la mort à sa façon, ce qui apporte à cette dernière

Loin de mes yeux. Chaque personne apprivoise la mort à sa façon, ce qui apporte à cette dernière Loin de mes yeux Chaque personne apprivoise la mort à sa façon, ce qui apporte à cette dernière expérience une dimension unique. Voici un guide tout simple, une carte routière pour vous montrer les chemins

Plus en détail

CONTRAT D ACCUEIL. Parents Assistant(e)s Maternel(le)s. Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin

CONTRAT D ACCUEIL. Parents Assistant(e)s Maternel(le)s. Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin CONTRAT D ACCUEIL Parents Assistant(e)s Maternel(le)s Proposé par les Relais Assistantes Maternelles du Haut-Rhin Parents, assistant(e) maternel(le), L enfant est au cœur de vos préoccupations, la qualité

Plus en détail

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISTULE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE?

QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISTULE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? QUE SAVOIR SUR LA CHIRURGIE de FISTULE ANALE A LA CLINIQUE SAINT-PIERRE? Vous allez être opéré(e) à la clinique Saint-pierre d une fistule anale par l équipe chirurgicale des docteurs Bardou, Ben brahem

Plus en détail

Prévention des chutes

Prévention des chutes Notre mission Dispensateur de services de première ligne et de services spécialisés, le CSSS du Suroît a la responsabilité de maintenir et d améliorer la santé et le bien-être de la population de son territoire

Plus en détail

GESTION DES RISQUES Cartographie COVIRISQ

GESTION DES RISQUES Cartographie COVIRISQ GESTION DES RISQUES Cartographie COVIRISQ PLAN Préambule Historique de la démarche Cartographie Organigramme Situation actuelle Constat Préambule OVE comprend : Un secteur social Un secteur médico-social

Plus en détail

GUIDE DE DÉVELOPPEMENT PROFESSIONNEL EN SOINS INFIRMIERS. pour les centres d hébergement. Décembre 2007 Direction des soins infirmiers

GUIDE DE DÉVELOPPEMENT PROFESSIONNEL EN SOINS INFIRMIERS. pour les centres d hébergement. Décembre 2007 Direction des soins infirmiers GUIDE DE DÉVELOPPEMENT PROFESSIONNEL EN SOINS INFIRMIERS pour les centres d hébergement Décembre 2007 Direction des soins infirmiers CE GUIDE A ÉTÉ PRODUIT PAR L ÉQUIPE DE LA DIRECTION DES SOINS INFIRMIERS

Plus en détail

La chirurgie dans la PC

La chirurgie dans la PC La chirurgie dans la PC GF PENNECOT Marchant ou déambulant Grand handicapé Kinésith sithérapie Appareillage Médicaments Chirurgie neuro ortho LESION NEUROLGIQUE STABLE Spasticité Perte de la sélectivit

Plus en détail

Vous vous occupez d une personne âgée malade. vous êtes son. aidant naturel

Vous vous occupez d une personne âgée malade. vous êtes son. aidant naturel Vous vous occupez d une personne âgée malade vous êtes son aidant naturel Avant-propos Cette brochure est conçue pour vous informer vous et votre famille sur le rôle, les devoirs et les droits d un «aidant

Plus en détail

Accès aux soins. avec couverture maladie. ACCèS AUX SOINS AVEC COUVERTURE MALADIE. d examens de santé. (CES) pour adultes Saint-Vincent

Accès aux soins. avec couverture maladie. ACCèS AUX SOINS AVEC COUVERTURE MALADIE. d examens de santé. (CES) pour adultes Saint-Vincent Accès aux soins avec couverture maladie Les centres d examens de santé Ce sont des structures qui proposent un «examen périodique de santé» qui représente un droit pour tout assuré social. L examen périodique

Plus en détail

Comment la proposer et la réaliser?

Comment la proposer et la réaliser? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment la proposer et la réaliser? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les professionnels de santé dans la mise en œuvre d un programme

Plus en détail

Page1 LE DROIT AU RESPECT DE LA DIGNITE

Page1 LE DROIT AU RESPECT DE LA DIGNITE Page1 LE DROIT AU RESPECT DE LA DIGNITE 0 Page2 Sommaire Les droits rattachés au respect de la personne... 3 Le droit au respect de sa dignité... 3 Quelle est la signification de la dignité en droit de

Plus en détail