Conseillers du salarié 12 décembre 2013 Loi de sécurisation de l emploi. Loi n du 14 juin 2013 Relative à la sécurisation de l emploi

Save this PDF as:
Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Conseillers du salarié 12 décembre 2013 Loi de sécurisation de l emploi. Loi n 2013-504 du 14 juin 2013 Relative à la sécurisation de l emploi"

Transcription

1 Loi n du 14 juin 2013 Relative à la sécurisation de l emploi

2 Objet Transcription de l ANI du 11/01/2013

3 Principales dispositions Travail précaire IRP GPEC et mobilité Difficultés économiques Prud hommes Emploi, santé, formation et portabilité des droits

4 Travail précaire IRP Travail précaire GPEC et mobilité Difficultés économiques Prud hommes Emploi, santé, formation et portabilité des droits

5 Travail précaire CDD Majoration ou minoration des taux de cotisations chômage en fonction de la nature du contrat, de sa durée, du motif de recours, de l âge du salarié, de la taille de l entreprise Entrée en vigueur : besoin d un avenant à la convention d assurance chômage

6 Contrat de travail intermittent Accès direct pour les < 50 Jusqu au 31/12/2014 Dans 3 secteurs listés par arrêté Pour des emplois permanents qui par nature comportent une alternance de périodes travaillées et de périodes non travaillées Après information des DP Avec lissage de la rémunération Et même règles que les autres CDII

7 Temps partiel Négociation de branche obligatoire Dans les branches où 1/3 des effectifs à temps partiel Sur (notamment): Durée minimum hebdomadaire ou mensuelle Nombre et durée des périodes d interruption Délai de prévenance modification d horaires Rémunération des heures complémentaires Dans les 3 mois (de la promulgation ou du seuil du 1/3 atteint) Négociation de branche facultative Sur la possibilité pour l employeur de proposer au salarié à temps partiel un emploi à temps plein non équivalent ou en dehors de sa catégorie professionnelle

8 Temps partiel : durée de travail minimum 24h hebdo (entrée en vigueur 2014) 1 ère Exception Si les horaires sont regroupés sur des journées ou ½ journées régulières ou complètes et si : demande écrite et motivée du salarié Ou accord de branche étendu avec mentions obligatoires (garanties sur les horaires) Exception de droit : Étudiant de moins de 26 ans (durée compatible avec ses études) ETTI et Association intermédiaires

9 Temps partiel : majoration des heures complémentaires 10% dès la 1 ère heure, jusqu à 1/10 ème (entrée en vigueur le 1/1/2014) 25% au-delà, sauf accord de branche étendu fixant seuil plus bas (mini 10%)

10 Temps partiel : augmentation temporaire de la durée du travail Avenant «complément d heures» qui précise les modalités d heures complémentaires au-delà de la nouvelle durée du travail Qui peut prévoir passage à temps plein Les heures complémentaires au-delà de la nouvelle durée complémentaire sont majorées à 25% dès la 1 ère heure Nécessité d un accord de branche étendu Contenu de l accord : Nombre maxi d avenants par an et par salarié (maxi 8, sauf remplacement d un salarié absent) Modalités d accès prioritaire aux compléments d heures Majoration éventuelle des heures effectuées dans le cadre de cet avenant

11 Travail précaire IRP GPEC et mobilité Difficultés économiques Prud hommes Emploi, santé, formation et portabilité des droits

12 Délai mise en œuvre des IRP Mise en place Si élection liée au franchissement du seuil (11/50) 1er tour dans les 90 jours suivant l affichage Consultation du CE Délai 1 an à compter du franchissement du seuil de 50 pour se conformer complètement aux obligations récurrentes d information et de consultation du CE

13 Base de données unique (entrée en vigueur le 16/6/2014 pour +300, 16/6/2015 pour les autres) Information économique et sociale aux IRP Accès permanent pour CE (et DP à défaut), CHSCT et DS Toute information récurrente au CE est transmise par le biais de cette base (entrée en vigueur à définir par décret, au plus tard le 31/21/2016) Info mise à jour régulièrement Info sur N-2 à N et prospection sur 3 ans

14 Base de données : contenu investissements, fonds propres et endettement (emploi et investissement social, investissement matériel et immatériel), information en matière environnementale rétributions (salariés et dirigeants) et activités sociales et culturelles, rémunération des financeurs, flux financiers à destination de l entreprise (aides reçues, flux sortants, crédits d impôts), sous-traitance transferts internes au groupe (flux commerciaux et financiers entre les entités du groupe).

15 Base de données : contenu Contenu précis des informations fixé par décret Adapté selon l effectif (-/+ 300) Contenu peut être enrichi par accord collectif de branche, d entreprise ou de groupe

16 Avis sur les orientations stratégiques Consultation annuelle du CE Avis sur ces orientations et leurs conséquences (activité, emploi, GPEC, organisation du travail, sous-traitance, contrats précaires et stages) Le CE peut proposer des options alternatives, Avis transmis au Conseil d Administration qui fait une réponse argumentée Le CE peut lui répondre Avis transmis au Comité de groupe

17 Avis sur les orientations stratégiques : nouvelle expertise Par un expert-comptable Pour assister le CE sur les orientations stratégiques Rémunéré 80% par l employeur 20% par le CE (dans la limite d 1/3 de son budget annuel)

18 Consultation du CE Délai préfix pour les avis du CE Délai fixé par avance Pour les attributions économiques Par accord employeur / majorité des titulaires CE A défaut par décret Minimum 15 jours, ou plus en fonction des nécessités, selon la nature et l importance des questions soumises, consultation préalable CHSCT Absence avis à l issue du délai = avis négatif

19 CE et contentieux Saisine du TGI en référé Par les membres du CE Si éléments d infos insuffisants TGI statue sous 8 jours Mais saisine ne prolonge pas le délai pour l avis du CE, sauf décision de justice le prévoyant

20 Expertises Délais préfix Pour toutes les expertises Fixés par accord CE/employeur ou par décret Délai demande d informations par l expert Délai réponse de l entreprise Délai rapport expert Prorogation uniquement d un commun accord

21 Coordination des CHSCT Possibilité offerte à l employeur Instance temporaire Lorsqu une consultation porte sur un projet commun à plusieurs établissements Mission : organiser une expertise unique Expert désigné lors de la 1 ère réunion Décret fixera un délai pour remise de rapport et pour avis de l instance de coordination Rapport et avis transmis aux CHSCT concernés par le projet, qui rendent un avis

22 Coordination des CHSCT Composition de l instance: Employeur Représentants de chaque CHSCT concerné (1 à 3 par CHSCT concernés selon leur nombre) IT, MT, CARSAT, OPPBTP et Responsable sécurité : celui compétent pour le lieu de réunion ou si pas concerné par le projet l établissement concerné le plus proche Même fonctionnement qu un CHSCT (Présidence, règles de majorité, ordre du jour, infos et moyens nécessaires) Heures de délégation : il s agit d une circonstance exceptionnelle

23 IRP et CICE Dans la base de données : indication des sommes reçues au titre du CICE et leur utilisation Consultation annuelle du CE avant le 1 er juillet Rapport si utilisation non conforme Et saisine du CA ou CS -50 : les DP ont les mêmes pouvoirs

24 Salariés au CA ou CS Entreprise et groupes salariés dans le monde ou salariés en France 1 (nb d administrateurs < 12) ou 2 (nb d administrateurs > 12) représentants des salariés au Conseil d administration ou Conseil de surveillance Incompatible avec mandats DP, CE, DS, CHSCT, comité de groupe ou européen Salariés protégés

25 Salariés au CA ou CS Mise en place dans les 6 mois suivant la clôture du 2 ème exercice au cours duquel la condition d effectif est remplie Modalités décidées par l AG (à défaut référé) : Soit élection auprès des salariés (société + filiales) Soit désignation par le comité de groupe, le CE ou le CCE (ou par comité européen pour 1 siège sur les 2) Soit désignation par 1 ou 2 OS ayant recueilli le plus de suffrages au 1 er tour des élections professionnelles Si 2 représentants, désignation de l un selon une des trois modalités, de l autre par le comité d entreprise européen

26 Travail précaire IRP GPEC et mobilité GPEC et mobilité Difficultés économiques Prud hommes Emploi, santé, formation et portabilité des droits

27 GPEC Conseillers du salarié 12 décembre 2013 Négociation triennale obligatoire sur la GPEC Nouveaux domaines obligatoires : - orientations à 3 ans de la formation pro et objectifs du PF - perspectives d utilisation des différentes formes de contrat de travail et les moyens pour diminuer le recours aux emplois précaires - Information des sous-traitants sur les orientations stratégiques de l entreprise ayant un effet sur leur métier, l emploi et les compétences Nouveaux domaines facultatifs : - mobilité interne - association des sous-traitants à la GPEC de l entreprise - participation aux actions de GPEC territoriale Un bilan doit être réalisé à l échéance de l accord

28 Mobilité volontaire sécurisée Conditions : entreprises et groupes 300, salarié 2 ans d ancienneté consécutifs ou non Mobilité dans une autre entreprise à l initiative du salarié (accord employeur) Si 2 refus de l employeur, accès au CIF de droit Info semestrielle du CE sur les demandes de mobilité et suites données

29 Mobilité volontaire sécurisée Avenant au contrat de travail, qui est suspendu : objet, durée, date début/fin de la période de mobilité, préavis à respecter pour informer l employeur en cas de non retour (= démission) Retour dans l entreprise : Avant terme : en application de l avenant au contrat, possible à tout moment avec l accord de l employeur A la fin de la période : automatique si n a pas écrit le contraire dans le délai contractuellement prévu A son retour, retrouve son poste ou similaire (pas de baisse de rémunération et de qualification, maintien classification)

30 Mobilité volontaire sécurisée Le salarié peut choisir de rester dans l entreprise d accueil : À l issue ou au cours de la période Conséquence : démission (le préavis légal est remplacé par celui prévu à l avenant) NB : conséquence soulignée par l ANI : «l entreprise est exonérée à l égard du salarié concerné de l ensemble des obligations légales et conventionnelles qui auraient résulté d un licenciement pour motif éco»

31 Mobilité interne négociée Par accord d entreprise Mobilité géographique ou fonctionnelle Sans réduction d effectif, baisse de rémunération ou de classification Contenu de l accord : GPEC Zone géographique d emploi et limites de mobilité au-delà, dans le respect de la vie personnelle Conciliation vie professionnelle / personnelle et prise en compte handicap et contraintes de santé Mesures d accompagnement à la mobilité (formation, frais transports, perte pouvoir d achat) Mesures d accompagnement et de reclassement en cas de refus de la mobilité

32 Mobilité interne négociée Mise en œuvre : Négociation possible sur les conditions de la mobilité interne sans projet de réduction d effectif : limites de la mobilité, conciliation vie privée/personnelle, handicap, santé, accompagnement Accord porté à la connaissance de tous les salariés Recueil de l accord de chaque salarié pour lequel une mobilité est retenue : contrat suspendu Refus de la mobilité licenciement pour motif éco individuel

33 Travail précaire IRP GPEC et mobilité Difficultés économiques Difficultés économiques Prud hommes Emploi, santé, formation et portabilité des droits

34 Accords de maintien dans l emploi En cas de graves difficultés économiques conjoncturelles Diagnostic analysé avec les OS Droit à un expert comptable aux frais de l employeur pour accompagner l analyse du diagnostic et la négociation Maintien de l emploi contre aménagement de la durée du travail et de la rémunération Accord avec DS, ou élu mandaté par une OS, ou salarié mandaté

35 Accords de maintien dans l emploi Limites : Accord majoritaire de 2 ans maximum Plancher rémunération = 120% du SMIC Respect dispositions d ordre public (durée légale, HS, durées maxi et repos mini, 1 er mai, congés payés, SMIC et minimas conventionnels) Aucune rupture de contrat de travail pour motif éco des salariés auxquels s applique l accord pendant sa durée d application Référé au TGI pour suspension puis résiliation de l accord en cas de non-respect ou évolution de la situation économique

36 Accords de maintien dans l emploi Contenu de l accord: Efforts proportionnés des dirigeants salariés, mandataires sociaux, actionnaires Organisation du suivi de la situation éco de l entreprise Suivi de la mise en œuvre de l accord auprès des IRP Conséquences amélioration de la situation éco (en cours : suspension possible / à l issue de l accord) Délai et modalités d accord / refus par le salarié (à défaut L1222-6) Mesures d accompagnement en cas de refus : licenciement éco individuel Clause pénale (montant dommages et intérêts en cas de non respect de l accord) Information des salariés sur son application et son suivi

37 Activité partielle Fusion des indemnités d activité partielle L administration peut définir des engagements souscrits par l employeur en contrepartie de l allocation Indemnité plus élevée en cas de formation (100% de la rémunération nette au lieu de 70% de la rémunération brute)

38 PSE Règles applicables aux procédures pour lesquelles la convocation à la 1 ère réunion de consultation du CE a été envoyée à partir du 1 er juillet

39 Accord sur le PSE Entreprises 50 salariés Accord majoritaire Contenu : Contenu du PSE (élément obligatoire) Modalités d information et de consultation du CE Modalités de mise en oeuvre des licenciements Critères d ordre de licenciement (pondération et périmètre d application) Calendrier des licenciements Nombre de suppressions d emploi et les catégories professionnelles concernées Modalités de mise en œuvre des mesures de formation, d adaptation et de reclassement

40 Accord sur les PSE Ne peut déroger à : Obligation d effort de formation, adaptation, reclassement Règles générales de consultation du CE CSP et congé de reclassement Renseignements fournis lors de la 1 ère réunion (raisons économiques, nombre de licenciements, catégories, etc) Réponse motivée aux suggestions du CE sur les mesures sociales Règles de consultation en cas de redressement ou liquidation Accord validé par l UT

41 Document unilatéral Entreprises 50 salariés A défaut d accord Élaboré après la dernière réunion du CE Fixe : Le contenu du PSE Les modalités d infos et de consultation du CE Les critères d ordre de licenciement (pondération, périmètre) Le calendrier des licenciements Le nombre de suppressions de poste et les catégories Les mesures de formation, adaptation, reclassement Homologué par l UT

42 Information de l administration Dès l ouverture d une négociation sur PSE Infos nouvelles : Rapport de l expert-comptable Réponse motivée aux propositions L Disparition : Du constat de carence De la liste des salariés

43 Décisions de l administration Avant la demande de validation ou d homologation Injonction à l employeur de fournir les éléments d information ou de respecter la procédure (délai : 5 jours après la demande) L Contestation recours expert CHSCT sur le PSE (L ) L UT peut faire toute observation ou proposition concernant la procédure ou les mesures sociales, à tout moment (copie IRP, réponse employeur) L

44 Décisions de l administration Validation / homologation UT compétente : Refus : Lieu où l entreprise ou l établissement concerné par le projet est établi Si plusieurs lieux, celle désignée par le ministre chargé de l emploi L employeur doit présenter une nouvelle demande modifiée après consultation du CE, même délai pour l administration.

45 Décisions de l administration Validation de l accord sur le PSE Délai 15 jours Notifiée à l employeur, CE, OS signataires Décision tacite d acceptation ( copie demande et AR par l employeur au CE+OS) Décision affichée sur les lieux de travail Homologation du document unilatéral Délai 21 jours Notifiée à l employeur +CE Décision tacite d acceptation ( copie demande et AR par l employeur au CE) Décision affichée sur les lieux de travail

46 Liquidation, Loi redressement de sécurisation et sauvegarde l emploi Délai de décision de l administration 1 ère demande : Liquidation : 4 jours Redressement ou sauvegarde : 8 jours Nouvelle demande en cas de refus : Après consultation du CE sur projet modifié dans les 3 jours Nouvelle décision de l administration : 3 jours AGS Couvre les mesures d accompagnement du PSE Créances liées à la rupture : 21 jours après jugement si PSE

47 Validation de l accord : vérifications Signataires majoritaires Contenu (obligatoire / facultatif possible) et règles auxquelles on ne peut pas déroger Régularité de la consultation CE (et du CHSCT le cas échéant) Plan de reclassement

48 Homologation du document unilatéral : vérifications Contenu conforme aux règles légales et conventionnelles Régularité de la consultation CE (et du CHSCT le cas échéant) Plan de reclassement en fonction de : Moyens de l entreprise / UES / groupe Mesures d accompagnement prévues au regard de l importance du projet de licenciement Efforts de formation et d adaptation Dernier rapport du CE sur l utilisation du CICE CSP et congés de reclassement

49 Consultations CE Si accord sur PSE, consultation(s) avant signature (possibilité expert pour assister les OS) Consultations sur le PSE : Sur l opération projetée et ses modalités d application, mais pas sur les éléments prévus par l accord Au moins 2 réunions Espacées d au moins 15 jours Peut désigner un expert sur le projet de licenciement 2 avis rendus dans délai maximum : 2 mois si moins de 100 licenciements 3 mois si 100 à 249 licenciements 4 mois si au moins 250 licenciements

50 Expert comptable Pour assister les OS dans la négociation Pour assister le CE sur l analyse du projet de licenciement Délais : Demande d info à l employeur : 10 jours Réponse de l employeur : 8 jours Idem pour infos complémentaires Rapport au moins 15 jours avant fin délai avis du CE

51 Expert du CHSCT Si le licenciement éco nécessite la consultation du CHSCT sur un projet important modifiant les conditions de travail Si plusieurs établissements concernés : instance de coordination Avis CHSCT : même délais que CE Délai rapport : 15 jours au moins avant expiration du délai pour avis du CHSCT et du CE Contestation recours à l expert = compétence de l administration (5 jours)

52 Procédure interne Critères d ordre des licenciements L employeur peut en privilégier un (même compétence professionnelle) A condition de tenir compte de l ensemble des autres critères Reclassement interne Proposition d offres possibles même avant la fin du délai d avis du CE sur le projet Si avis favorable du CE

53 Notification des licenciements Entreprises de moins de 50 salariés : 30 jours après notification du projet de licenciement à l UT Entreprises de plus de 50 salariés : 30 jours après notification de la décision de l UT (validation de l accord / homologation du document unilatéral) A défaut la rupture est nulle : Licenciement sans saisine administration ou malgré refus Annulation d une décision de validation/homologation pour insuffisance du PSE Sauf annulation pour un autre motif : réintégration sur accord des parties ou indemnité 6 mois salaires minimum Sauf liquidation/redressement : indemnité 6 mois salaires

54 Contestation Plus de référé sur la procédure Compétence TA pour : Contestation décision validation / homologation Contenu du PSE Injonctions sur la procédure Régularité de la procédure Délai recours : 2 mois 3 mois pour statuer Si le TA ne s est pas prononcé dans ce délai, le litige est porté devant la Cour d Appel (3 mois aussi), à défaut Conseil d État

55 Fermeture d un site : trouver un repreneur Obligation de recherche d un repreneur Pour les entreprises soumises au congé de reclassement (+1000) Quand l entreprise envisage la fermeture d un établissement Consultation du CE Informé dès la 1 ère réunion sur le PSE Peut recourir à un expert-comptable Informé des offres de reprise formalisées (= informations confidentielles) Peut émettre un avis et formuler des propositions Avis dans les mêmes délais que sur le PSE

56 Travail précaire IRP Prud hommes GPEC et mobilité Difficultés économiques Prud hommes Emploi, santé, formation et portabilité des droits

57 Prud hommes Conciliation Accord sur indemnisation forfaitaire Selon un barème pré-établi par décret (en fonction de l ancienneté) Pour les litiges sur la rupture du contrat Et sans préjudice des indemnités de licenciement Indemnité non imposable Bureau de jugement Il doit justifier du montant des condamnations qu il prononce

58 Prud hommes Délais de prescription Principe Exécution et rupture du contrat : 2 ans Exceptions Salaires : 3 ans Discrimination ou harcèlements Dommage corporel causé à l occasion de l exécution du contrat de travail Délais plus courts prévus dans le code : RSTC (6 mois), référé sur la régularité de la consultation en cas de licenciement économique (15j), ruptures conventionnelles (12 mois)

59 Travail précaire IRP GPEC et mobilité Emploi, santé, formation et portabilité des droits Difficultés économiques Prud hommes Emploi, santé, formation et portabilité des droits

60 Complémentaires santé Généralisation Négociation de branche engagée avant le 1 er juin 2013 Puis négociation d entreprise ou groupe avant le 1 er juillet 2014 A défaut d accord au 1 er janvier 2016 : couverture collective des frais de santé obligatoirement mise en place avec financement 50% minimum par l employeur et liste des actes couverts au minimum + information des salariés Un décret fixe les catégories de salariés pouvant être dispensés

61 Complémentaires santé Portabilité De la prévoyance En cas de rupture du contrat ouvrant droit au chômage (salarié et ayants droits) Maintien porté de 9 à 12 mois maximum Signalé dans le certificat de travail Information par l employeur à l organisme de la rupture du contrat

62 Formation Compte personnel formation Pour favoriser l accès à la formation tout au long de la vie Intégralement transférable Pas débitable sans accord du salarié Alimenté à hauteur de 20h par an, mais aussi par l Etat et la Région pour permettre une qualification supérieure Concertation engagée avant le 1 er juillet 2013 sur mise en oeuvre (partenaires sociaux/région/état)

63 Formation Conseil en évolution professionnelle Pour améliorer sa qualification : information sur l environnement professionnelle et l évolution des métiers, évaluation et valorisation des connaissances, identification de compétences nécessaires à une évolution professionnelle, information sur les dispositifs mobilisables Le salarié doit être informé de ses droits

64 Demandeurs d emploi Droits rechargeables à l assurance chômage Possibilité de cumuler (en terme de durée d indemnisation) les nouveaux droits acquis au titre du dernier contrat et le reliquat des droits acquis antérieurement et non utilisés

65 Accès au logement Nouvelles catégories de salariés prioritaires : accidentés du travail (66% d incapacité) jeunes de moins de 30 ans salariés en mobilité professionnelle

SÉCURISATION DE L EMPLOI

SÉCURISATION DE L EMPLOI Accompagner les dirigeants de l ess dans la gestion des ressources humaines DOSSIER JURIDIQUE SÉCURISATION DE L EMPLOI Réalisé par : La Loi sur la sécurisation de l emploi La loi de sécurisation de l emploi

Plus en détail

L IMPACT DE LA LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI SUR LES ENTREPRISES DE

L IMPACT DE LA LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI SUR LES ENTREPRISES DE L IMPACT DE LA LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI SUR LES ENTREPRISES DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE La Loi n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l'emploi a été publiée au Journal officiel

Plus en détail

Description du contenu de la loi «sécurisation de l emploi» adoptée par le Parlement

Description du contenu de la loi «sécurisation de l emploi» adoptée par le Parlement Description du contenu de la loi «sécurisation de l emploi» adoptée par le Parlement Article 1 : complémentaire santé et portabilité Description : Cet article traduit légalement la généralisation de la

Plus en détail

Loi de sécurisation de l emploi

Loi de sécurisation de l emploi Novembre 2013 Loi de sécurisation de l emploi Le guide 4 Editorial Une nouvelle donne pour le dialogue social dans l entreprise et un défi pour ses acteurs L introduction de la loi de sécurisation de l

Plus en détail

Article 1 Généralisation de la couverture complémentaire des frais de santé

Article 1 Généralisation de la couverture complémentaire des frais de santé ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2013 POUR UN NOUVEAU MODELE ECONOMIQUE ET SOCIAL AU SERVICE DE LA COMPETITIVITE DES ENTREPRISES ET DE LA SECURISATION DE L EMPLOI ET DES PARCOURS PROFESSIONNELS

Plus en détail

Loi sur la sécurisation de l emploi

Loi sur la sécurisation de l emploi Dossier de presse JUIN 2013 Loi sur la sécurisation de l emploi contact presse : cab-tef-presse@cab.travail.gouv.fr Tél. 01 49 55 31 02 1 Sommaire Les origines du texte page 3 De la grande conférence à

Plus en détail

Décret du 27 décembre 2013 : précisions sur les délais de consultation du CE et la base de données économiques et sociales

Décret du 27 décembre 2013 : précisions sur les délais de consultation du CE et la base de données économiques et sociales Décret du 27 décembre 2013 : précisions sur les délais de consultation du CE et la base de données économiques et sociales La Loi «relative à la sécurisation de l emploi» du 14 juin 2013 a introduit plusieurs

Plus en détail

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI)

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) 1 Définition du CDDI un contrat de travail à durée déterminée dont le motif de recours est spécifique : favoriser le recrutement de certaines catégories

Plus en détail

Juin. Modernisation du Marché du Travail

Juin. Modernisation du Marché du Travail Juin Modernisation du Marché du Travail 2008 les fiches argumentaires du medef Les dispositions de l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2008, dont la mise en œuvre requiert un support législatif,

Plus en détail

LOI n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi (1) Version consolidée au 4 avril 2015

LOI n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi (1) Version consolidée au 4 avril 2015 LOI n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi (1) Version consolidée au 4 avril 2015 Chapitre Ier : Créer de nouveaux droits pour les salariés Section 1 : De nouveaux droits individuels

Plus en détail

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013 informations sociales octobre novembre décembre 2013 Dans le cadre du mandat qu elle reçoit du FNCIP-HT, la Fédération Nationale de l Habillement informe chaque trimestre les entreprises à jour de paiement

Plus en détail

CONSULTATION DU COMITÉ D ENTREPRISE ET DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL

CONSULTATION DU COMITÉ D ENTREPRISE ET DES DÉLÉGUÉS DU PERSONNEL LES OBLIGATIONS VIS-À-VIS DU CE OU DES DP LES S SUR LES ORIENTATIONS Pour les délégués du personnel Toutes les ETT ayant atteint un effectif d au moins 11 salariés pendant 12 mois, consécutifs ou non,

Plus en détail

Projet d accord national interprofessionnel sur la sécurisation de l emploi

Projet d accord national interprofessionnel sur la sécurisation de l emploi Projet d accord national interprofessionnel sur la sécurisation de l emploi Préambule Les salariés comme les chefs d entreprises de France sont, comme leurs homologues européens, confrontés à des bouleversements

Plus en détail

Fiche n 1 Procédure de mise en œuvre d un licenciement économique collectif donnant lieu à un plan de sauvegarde de l emploi

Fiche n 1 Procédure de mise en œuvre d un licenciement économique collectif donnant lieu à un plan de sauvegarde de l emploi Fiche n 1 Procédure de mise en œuvre d un licenciement économique collectif donnant lieu à un plan de sauvegarde de l emploi Les dispositions sont applicables aux entreprises de 50 salariés et plus, en

Plus en détail

Actu Juridique & Sociale Dynamique Entreprise Avril 2015

Actu Juridique & Sociale Dynamique Entreprise Avril 2015 LE POINT SUR La base de données unique (BDU) dans les entreprises de moins de 300 salariés Afin de renforcer l information des instances représentatives du personnel, la loi du 14 juin 2013 a créé un nouveau

Plus en détail

LETTRE D INFO SOCIAL

LETTRE D INFO SOCIAL & Salmon & Associés AVOCATS Droit immobilier Droit de la construction Droit commercial Droit de la famille Droit du travail Jean-Jacques SALMON Philippe SALMON Christine BAUGE David ALEXANDRE AUDIT EXPERTISE

Plus en détail

- 29 - TABLEAU COMPARATIF

- 29 - TABLEAU COMPARATIF - 29 - TABLEAU COMPARATIF Projet de loi portant modernisation du marché du travail Article 1 er I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié : 1 Le premier alinéa est ainsi rédigé : «Le

Plus en détail

PROJET DE LOI ------ Article 1 er. I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié :

PROJET DE LOI ------ Article 1 er. I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité NOR : MTSX0805954L/Bleue-1 PROJET DE LOI portant modernisation du marché du travail ------ Article 1

Plus en détail

Le licenciement économique

Le licenciement économique Le licenciement économique Définition. Le licenciement économique est un licenciement d un ou plusieurs salariés en raison des difficultés économiques que connaît une entreprise. Selon les dispositions

Plus en détail

COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE

COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE SOYEZ PRO ACTIF! Anticipez et transformez cette contrainte en opportunité SALON DES ENTREPRENEURS 2015 5 février 2015 LA GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE DANS

Plus en détail

Comparer le licenciement et la rupture conventionnelle

Comparer le licenciement et la rupture conventionnelle Indemnités négociées ou facultatives Comparer le licenciement et la rupture conventionnelle Référence Internet Saisissez la Référence Internet dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr

Plus en détail

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation

Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Tableau comparatif des contrats d apprentissage et de professionnalisation Attention : Ce document a été établit en juin 2015. Les informations qu il contient peuvent avoir évoluées en fonction des lois

Plus en détail

FICHE OBLIGATIONS LEGALES

FICHE OBLIGATIONS LEGALES FICHE OBLIGATIONS LEGALES L article 99 de la loi n 2010-1330 du 9 novembre 2 010 portant réforme des retraites a instauré, à compter du 1 er janvier 2012, pour les entreprises dont l effectif est au moins

Plus en détail

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois NEWSLETTER SOCIALE M A I 2 0 1 5 A LA UNE L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois La loi du 2 août 2005 a porté la durée des mandats

Plus en détail

Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015

Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015 CIRCULAIRE N 2015-10 DU 11 JUIN 2015 Direction des Affaires Juridiques INSX011-ACE Titre Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015 Objet Suppression de l attestation spécifique

Plus en détail

TRAVAIL EMPLOI FORMATION

TRAVAIL EMPLOI FORMATION TRAVAIL EMPLOI FORMATION Accès aux documents administratifs Comité d entreprise MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL Direction générale du travail Service

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3257 Convention collective nationale IDCC : 1601. BOURSE (3 e édition. Juin 2004) ACCORD DU 8 JUILLET 2005

Plus en détail

A Absence lors de la journée de solidarité... 3

A Absence lors de la journée de solidarité... 3 Partie 1 - L actualité 2011.... 1 A Absence lors de la journée de solidarité... 3 Absence pour maladie sans justification... 9 Absences répétées pour maladie et évolution professionnelle.... 10 Accident

Plus en détail

LISTE DES MOTS DU DICTIONNAIRE

LISTE DES MOTS DU DICTIONNAIRE LISTE DES MOTS DU DICTIONNAIRE Les numéros indiqués sont ceux des pages Les mots suivis d un astérisque renvoient à des définitions synonymes Une table thématique figure aux pages 13 à 20 et une table

Plus en détail

Solutions Évolution Anticipation

Solutions Évolution Anticipation Solutions Évolution Anticipation INCLUS Nouvelle LOI n 2014-873 du 4 août 2014 pour l égalité réelle entre les femmes et les hommes 2014 Vos obligations liées à la consultation du Comité d Entreprise Source

Plus en détail

Le comité d entreprise

Le comité d entreprise Le comité d entreprise En bref Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un comité d entreprise (CE) composé de représentants élus du personnel

Plus en détail

Pratique. Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. Guide destiné aux entreprises

Pratique. Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes. Guide destiné aux entreprises UIDE Pratique Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes Guide destiné aux entreprises P GUIDE Pratique p.2 - Égalité professionnelle entre les femmes et les hommes RÉAMBULE L égalité professionnelle

Plus en détail

Cet accord est la première illustration de l application de la loi du 31 janvier 2007 de modernisation du dialogue social.

Cet accord est la première illustration de l application de la loi du 31 janvier 2007 de modernisation du dialogue social. Ministère du travail, des relations sociales, de la famille, de la solidarité et de la ville Direction générale du travail Sous-direction des relations individuelles du travail Bureau des relations individuelles

Plus en détail

Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail

Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail En principe, l ensemble des sommes versées aux salariées en contrepartie ou à l occasion du travail sont considérées comme une

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3255 Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES ACCORD DU 28 FÉVRIER 2014 RELATIF AU TEMPS

Plus en détail

Information économique et sociale Création et répartition de la valeur créée

Information économique et sociale Création et répartition de la valeur créée Information économique et sociale Création et répartition de la valeur créée 16 septembre 2011 Identifier les flux de création et de répartition de la valeur Objectifs : Faire le lien entre la formation

Plus en détail

ACCORD DE REACTUALISATION DU 1er JUILLET 2014 CC INDUSTRIES DU BOIS DE PIN MARITIME EN FORET DE GASCOGNEE (CC 172)

ACCORD DE REACTUALISATION DU 1er JUILLET 2014 CC INDUSTRIES DU BOIS DE PIN MARITIME EN FORET DE GASCOGNEE (CC 172) ACCORD DE REACTUALISATION DU 1er JUILLET 2014 CC INDUSTRIES DU BOIS DE PIN MARITIME EN FORET DE GASCOGNEE (CC 172) SOMMAIRE PREAMBULE ARTICLE A : DISPOSITIONS ANNULEES ET REMPLACEES PAGES 2 ARTICLE B :

Plus en détail

Pays Avant la réforme Après la réforme Bénin Travaux exécutés dans les locaux de l entrepreneur : Celui-ci est, en cas d insolvabilité du tâcheron, responsable de ses obligations à l égard des travailleurs.

Plus en détail

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013

I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 Les salaires minima applicables à compter du 1 er janvier 2015 CCN n 3241 En résumé : I. Entrée en vigueur de l avenant salaires n 21 à compter du 1 er novembre 2013 L avenant n 21 sur les salaires minima

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 Montreuil, le 16/10/2008 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 OBJET : Loi n 2008-596 du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du

Plus en détail

ALLOCATIONS CHOMAGE. Effet au 01/07/2014

ALLOCATIONS CHOMAGE. Effet au 01/07/2014 Questions sociales Note d information n 14-15 du 6 août 2014 ALLOCATIONS CHOMAGE Effet au 01/07/2014 Références Arrêté du 25 juin 2014 portant agrément de la convention du 14 mai 2014 relative à l indemnisation

Plus en détail

Questions sociales : Droit du travail

Questions sociales : Droit du travail Université Montesquieu-Bordeaux IV Institut d Etudes politiques de Bordeaux Prép ENA 2004-2005 O. PUJOLAR, Maître de conférences Questions sociales : Droit du travail Répartition des Fiches - Exposés 2004-2005

Plus en détail

le syndicat CGT représenté par [à compléter] en sa qualité de délégué syndical,

le syndicat CGT représenté par [à compléter] en sa qualité de délégué syndical, Projet d accord collectif mettant en place un régime de remboursement de «frais de santé» au bénéfice du personnel de l EPIC SNCF relevant du régime général de ENTRE LES SOUSSIGNEES : SOCIETE NATIONALE

Plus en détail

Quelles sont les conditions de travail de l apprenti?

Quelles sont les conditions de travail de l apprenti? Quelles sont les conditions de travail de l apprenti? L apprenti est un salarié à part entière. À ce titre, les lois, les règlements et la convention collective de la branche professionnelle ou de l entreprise

Plus en détail

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013

LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 LOI DE SÉCURISATION DE L EMPLOI N 2013 504 du 14 juin 2013 Les changements concernant la protection sociale complémentaire Les dates clés 11 janv. 2013 : Signature de l Accord National Interprofessionnel

Plus en détail

Crise, transmission, concurrence L entreprise face à ses mutations

Crise, transmission, concurrence L entreprise face à ses mutations 11ème Université Interprofessionnelle Mercredi 25 septembre 2013 Espace Tête d Or - Villeurbanne Crise, transmission, concurrence L entreprise face à ses mutations Atelier n 1 Audit social et diagnostic

Plus en détail

Consignes déclaratives DSN

Consignes déclaratives DSN Consignes déclaratives DSN Pôle emploi 1/8 Contenu PREAMBULE... 3 1. GERER UNE FIN DE CDD / GERER UNE PROLONGATION DE CDD... 4 2. GERER UNE ABSENCE NON REMUNEREE OU PARTIELLEMENT REMUNEREE... 5 3. GERER

Plus en détail

inaptitude quelles sont les obligations?

inaptitude quelles sont les obligations? inaptitude quelles sont les obligations? L inaptitude d un salarié est lourde de conséquences, et impose à l employeur d être très vigilant, qu elle soit ou non d origine professionnelle. La procédure

Plus en détail

Qu en est-il des contrats complémentaires facultatifs? Sont-ils concernés par le dispositif?

Qu en est-il des contrats complémentaires facultatifs? Sont-ils concernés par le dispositif? QUESTIONS SUR L OBJET DE LA PORTABILITE La mensualisation est-elle exclue du dispositif? L obligation de maintien de salaire à la charge de l employeur n est pas concernée : en effet, il ne s agit pas

Plus en détail

ACCORD DU 24 MAI 2011

ACCORD DU 24 MAI 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3085 Convention collective nationale IDCC : 16. TRANSPORTS ROUTIERS ET ACTIVITÉS AUXILIAIRES DU TRANSPORT ACCORD DU 24

Plus en détail

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente 1 Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE 2 TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE SOMMAIRE Qui peut embaucher un apprenti et quelles

Plus en détail

Accord de prévoyance des personnels cadres et assimilés - mai 2011

Accord de prévoyance des personnels cadres et assimilés - mai 2011 1 SYNADIC PRÉAMBULE Un régime de prévoyance obligatoire au niveau national garantissant les risques incapacité, invalidité et décès a été instauré par l accord du 28 novembre 2005. Les partenaires sociaux

Plus en détail

Les argumentaires du MEDEF. Loi du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi

Les argumentaires du MEDEF. Loi du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi Les argumentaires du MEDEF Loi du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi 13 Sommaire Les articles dépourvus d intérêt ou d effets directs pour les entreprises ne sont pas présentés dans ce

Plus en détail

ACCORD MODIFIANT LE STATUT DU PERSONNEL ADMINISTRATIF DES CHAMBRES DE COMMERCE ET D INDUSTRIE

ACCORD MODIFIANT LE STATUT DU PERSONNEL ADMINISTRATIF DES CHAMBRES DE COMMERCE ET D INDUSTRIE ACCORD MODIFIANT LE STATUT DU PERSONNEL ADMINISTRATIF DES CHAMBRES DE COMMERCE ET D INDUSTRIE Conscients de la nécessité de faire évoluer le Statut du Personnel Administratif des Chambres de Commerce et

Plus en détail

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2008 SUR LA MODERNISATION DU MARCHÉ DU TRAVAIL

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2008 SUR LA MODERNISATION DU MARCHÉ DU TRAVAIL ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2008 SUR LA MODERNISATION DU MARCHÉ DU TRAVAIL I - FACILITER L ENTRÉE DANS L ENTREPRISE ET AMÉLIORER LE PARCOURS EN EMPLOI Article 1 : Les contrats de travail

Plus en détail

MUTUALITE DES EMPLOYEURS STATUTS

MUTUALITE DES EMPLOYEURS STATUTS Adresse postale: L-2975 Luxembourg Fax: 404481 www.mde.lu MUTUALITE DES EMPLOYEURS STATUTS Chapitre I : Champ d application Art. 1 er Sont affiliés obligatoirement à la Mutualité tous les employeurs occupant

Plus en détail

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 22 MARS 2014 RELATIF A L INDEMNISATION DU CHOMAGE

ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 22 MARS 2014 RELATIF A L INDEMNISATION DU CHOMAGE ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 22 MARS 2014 RELATIF A L INDEMNISATION DU CHOMAGE Préambule Considérant la situation économique et, notamment, l impact de celle ci sur le marché de l emploi et le

Plus en détail

info DROIT SOCIAL Egalité de traitement et avantages catégoriels

info DROIT SOCIAL Egalité de traitement et avantages catégoriels n 4 > 4 mars 2015 info ACTUALITÉ JURIDIQUE Sommaire Droit social Egalité de traitement et avantages catégoriels Clauses de non concurrence Droit d accès aux SMS non personnels par l employeur Droit fiscal

Plus en détail

Le crédit d'impôt compétitivité emploi est entré en vigueur

Le crédit d'impôt compétitivité emploi est entré en vigueur NEWSLETTER RH RESEAU CCI COMPTENCES Janvier 2013 Charges sociales Le crédit d'impôt compétitivité emploi est entré en vigueur Le crédit d'impôt compétitivité emploi est en vigueur depuis hier. Validé par

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ. Assurance maladie, maternité, décès. Direction de la sécurité sociale

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ. Assurance maladie, maternité, décès. Direction de la sécurité sociale Protection sociale Assurance maladie, maternité, décès MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES _ MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ _ Direction de la sécurité sociale Sous-direction de l accès

Plus en détail

NOTE D INFORMATION COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T)

NOTE D INFORMATION COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T) NOTE D INFORMATION CV Réf. : II-6-1-14 Pôle des services 1 er avril 2011 Tel : 05 63 60 16 66 1-3 Temps de travail Mail : services@cdg81.fr COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T) Décret n 2004-878 du 26 août 2004

Plus en détail

ACCORD DE COMPTE EPARGNE TEMPS

ACCORD DE COMPTE EPARGNE TEMPS (7BB) ACCORD DE COMPTE EPARGNE TEMPS Entre les parties L UNITE ECONOMIQUE ET SOCIALE UES du GROUPE MALAKOFF représentée par Monsieur Stéphane ROSTAND Directeur des Ressources Humaines Et Les représentants

Plus en détail

Siège national. L'UNSA et internet. Les délégués du personnel. UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99

Siège national. L'UNSA et internet. Les délégués du personnel. UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99 Siège national UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99 L'UNSA et internet Le site web www.unsa.org Le courriel unsa@unsa.org page 2 les délégués du personnel

Plus en détail

LE CHOMAGE PARTIEL GROUPE ALPHA SECAFI ALPHA ALPHA CONSEIL. Bordeaux Lille Lyon Marseille Metz Nantes Paris Toulouse

LE CHOMAGE PARTIEL GROUPE ALPHA SECAFI ALPHA ALPHA CONSEIL. Bordeaux Lille Lyon Marseille Metz Nantes Paris Toulouse GROUPE ALPHA SECAFI ALPHA ALPHA CONSEIL LE CHOMAGE PARTIEL Bordeaux Lille Lyon Marseille Metz Nantes Paris Toulouse Société d expertise comptable inscrite au Tableau de l Ordre de Lyon Siège social : 20,

Plus en détail

10.B. Les obligations légales et réglementaires. 1. Gestion des documents de l entreprise. A. Les affichages obligatoires

10.B. Les obligations légales et réglementaires. 1. Gestion des documents de l entreprise. A. Les affichages obligatoires Les obligations légales et réglementaires 1. Gestion des documents de l entreprise A. Les affichages obligatoires L affichage est un élément essentiel de la communication dans l entreprise et cela peut

Plus en détail

Le guide. juridique. www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN!

Le guide. juridique. www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN! Le guide juridique www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN! sommaire Contexte de l évolution de la «Loi Fillon»... 3 Comment bénéficier des avantages de la «Loi Fillon»?... La participation de

Plus en détail

REGIME DE FRAIS DE SANTE COLLECTIF A ADHESION OBLIGATOIRE

REGIME DE FRAIS DE SANTE COLLECTIF A ADHESION OBLIGATOIRE REGIME DE FRAIS DE SANTE COLLECTIF A ADHESION OBLIGATOIRE Rappel des principales clauses devant figurer dans la lettre d information individuelle formalisant la mise en place du régime par DUE (Décision

Plus en détail

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul

Site portail des Urssaf www.urssaf.fr Employeurs > Comité d'entreprise > Vos salariés - Vos cotisations > Base de calcul Base de calcul En votre qualité d employeur, vous devez déclarer à l URSSAF toutes les sommes payées et tous les avantages consentis à vos salariés. Ces éléments constituent la base de calcul des cotisations

Plus en détail

additif sur l accord national interprofessionnel à la notice d information

additif sur l accord national interprofessionnel à la notice d information additif sur l accord national interprofessionnel à la notice d information Relative au contrat collectif de prévoyance complémentaire à adhésion obligatoire souscrit par votre employeur RéUNICA Prévoyance

Plus en détail

Fédération Nationale de l Habillement MAJ : juin 2015 Service social

Fédération Nationale de l Habillement MAJ : juin 2015 Service social La portabilité de la couverture prévoyance Evolution au 1 er juin 2015 1. Qui sont les bénéficiaires de la portabilité?... 3 2. Quelle est la durée du maintien des garanties?... 3 3. A quel moment cesse

Plus en détail

Code du Travail, Art. L6222-23 à L6222-33

Code du Travail, Art. L6222-23 à L6222-33 F I C H E P R A T I Q U E N 2 R E M U N E R A T I O N E T A I D E S L I E E S A U C O N T R A T D A P P R E N T I S S A G E L apprenti est titulaire d un contrat de travail de type particulier : il est

Plus en détail

«CHAPITRE I ER DISPOSITIONS GÉNÉRALES

«CHAPITRE I ER DISPOSITIONS GÉNÉRALES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3061 Conventions collectives nationales AGENCES DE VOYAGES ET DE TOURISME IDCC

Plus en détail

Projet de décision unilatérale instituant (ou régularisant) un régime collectif complémentaire obligatoire couvrant le risque

Projet de décision unilatérale instituant (ou régularisant) un régime collectif complémentaire obligatoire couvrant le risque Papier Sté Date : Projet de décision unilatérale instituant (ou régularisant) un régime collectif complémentaire obligatoire couvrant le risque La direction de l entreprise : Dont le siège social est situé

Plus en détail

fiche pratique Les salaires de votre salarié à domicile

fiche pratique Les salaires de votre salarié à domicile fiche pratique Les salaires de votre salarié à domicile (Hors assistant maternel agréé) Vous recrutez un(e) salarié(e) pour vous aider à entretenir votre domicile et repasser votre linge. Vous souhaitez

Plus en détail

COMPTE EPARGNE-TEMPS. En application du décret n 2002-634 du 29 avril 2002 portant création du CET dans la fonction publique de l Etat 1/11

COMPTE EPARGNE-TEMPS. En application du décret n 2002-634 du 29 avril 2002 portant création du CET dans la fonction publique de l Etat 1/11 COMPTE EPARGNE-TEMPS En application du décret n 2002-634 du 29 avril 2002 portant création du CET dans la fonction publique de l Etat 1/11 PRESENTATION GENERALE DU DISPOSITIF SOMMAIRE I. CADRE GENERAL

Plus en détail

ANIMATION / Prévoyance

ANIMATION / Prévoyance ANIMATION / Prévoyance C5-012 Remplace C5-010 et C5-011 La mise en place de la complémentaire santé dans la branche Animation La loi du 14 juin 2013 de Sécurisation de l emploi a généralisé la couverture

Plus en détail

EN LIGNE. EMPLOYEUR Pôle emploi

EN LIGNE. EMPLOYEUR Pôle emploi Août 2012 GUIDE PRATIQUE Guide de SAISIE EN LIGNE de l ATTESTATION EMPLOYEUR Pôle emploi Depuis le 1 er janvier 2012 les entreprises de plus de 10 salariés doivent transmettre leur attestation employeur

Plus en détail

Mise en place des élections des Délégués du Personnel

Mise en place des élections des Délégués du Personnel Les fiches pratiques de législation Mise en place des élections des Délégués du Personnel Chambre de Commerce et d Industrie de Rouen Espace Emploi Compétences Quai de la Bourse BP 641 76007 ROUEN Cedex

Plus en détail

LES STAGIAIRES. 1. Qui sont les «stagiaires» au sens de la réglementation?

LES STAGIAIRES. 1. Qui sont les «stagiaires» au sens de la réglementation? LES STAGIAIRES 1. Qui sont les «stagiaires» au sens de la réglementation? La loi relative à l enseignement supérieur a défini enfin ce qu est un stage en milieu professionnel: il s agit d une «période

Plus en détail

REGIME DE PREVOYANCE CONVENTIONNEL OBLIGATOIRE

REGIME DE PREVOYANCE CONVENTIONNEL OBLIGATOIRE Votre centre de gestion CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE COMMISSION, DE COURTAGE ET DE COMMERCE INTRA-COMMUNAUTAIRE ET D IMPORTATION- EXPORTATION DE FRANCE METROPOLITAINE PERSONNEL CONCERNE

Plus en détail

LA FIN DE DÉTACHEMENT SUR EMPLOI FONCTIONNEL QUAND LES TALENTS GRANDISSENT, LES COLLECTIVITÉS PROGRESSENT

LA FIN DE DÉTACHEMENT SUR EMPLOI FONCTIONNEL QUAND LES TALENTS GRANDISSENT, LES COLLECTIVITÉS PROGRESSENT LA FIN DE DÉTACHEMENT SUR EMPLOI FONCTIONNEL QUAND LES TALENTS GRANDISSENT, LES COLLECTIVITÉS PROGRESSENT LA FIN DE DÉTACHEMENT SUR EMPLOI FONCTIONNEL SOMMAIRE LES EMPLOIS CONCERNÉS... 4 LA PROCÉDURE...

Plus en détail

Pour calculer les effectifs d une entreprise, il faut tenir compte de 3 paramètres.

Pour calculer les effectifs d une entreprise, il faut tenir compte de 3 paramètres. «Effectif de l entreprise CSA et FPC» Décompte des effectifs de l entreprise pour le calcul du taux de la Contribution supplémentaire à l apprentissage et de contribution Formation Professionnelle continue

Plus en détail

Annexe ANNEXE I - Employés Convention collective nationale du 14 janvier 2000

Annexe ANNEXE I - Employés Convention collective nationale du 14 janvier 2000 Le 19 mars 2015 Annexe ANNEXE I - Employés Convention collective nationale du 14 janvier 2000 Classification et définition des emplois Article 1er Modifié par Classifications - art. 1er (VNE) Les niveaux

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 5 F-16-01 N 136 du 27 JUILLET 2001 5 F.P. / 58 - F 114 INSTRUCTION DU 18 JUILLET 2001 TRAITEMENTS ET SALAIRES. ASSIETTE. REGIME D IMPOSITION DES

Plus en détail

Module 1. Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé

Module 1. Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé Module 1 Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé Partie 3 - Assurance Maladie Invalidité les indemnités. Plan A- INCAPACITÉ PRIMAIRE(1)(2) B- INVALIDITÉ (1)(2) (3)Principes

Plus en détail

La gestion de l'emploi en temps de crise : les moyens d'action prévus par le droit du travail

La gestion de l'emploi en temps de crise : les moyens d'action prévus par le droit du travail La gestion de l'emploi en temps de crise : les moyens d'action prévus par le droit du travail Novembre 2010 Table des matières 1. Instruments de maintien dans l emploi... 3 1.1. Sans intervention d une

Plus en détail

Modèle de décision unilatérale mettant en place un régime complémentaire frais de santé

Modèle de décision unilatérale mettant en place un régime complémentaire frais de santé Modèle de décision unilatérale mettant en place un régime complémentaire frais de santé L entreprise Forme juridique, au capital de dont le siège est à Code NAF n SIRET Effectif salarié : Représentée par

Plus en détail

Mutuelle Retraite Européenne N SIREN 477 908 305 STATUTS RÈGLEMENTS. M E RMutuelle Retraite Européenne

Mutuelle Retraite Européenne N SIREN 477 908 305 STATUTS RÈGLEMENTS. M E RMutuelle Retraite Européenne Mutuelle Retraite Européenne N SIREN 477 908 305 2015 STATUTS RÈGLEMENTS M E RMutuelle Retraite Européenne Statuts MRE applicables à compter du 01/01/2015 Titre I ER - Formation, Objet et composition

Plus en détail

LA FORMATION DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

LA FORMATION DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE CENTRE DE GESTION DE MAINE ET LOIRE NOTE D INFORMATION MARS 2008 Mise à jour JUIN 2009 (Annule et remplace la précédente) LA FORMATION DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE

Plus en détail

ACCORD SUR LES ASTREINTES UES CAPGEMINI

ACCORD SUR LES ASTREINTES UES CAPGEMINI ACCORD SUR LES ASTREINTES UES CAPGEMINI PREAMBULE Pour répondre à la continuité du service que l entreprise doit assurer à ses clients, certaines activités pour certains rôles ou fonctions, recourent à

Plus en détail

PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL

PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL FIL D ACTUALITE MAI 2015 PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL Rupture conventionnelle : de nouvelles précisions Dans deux arrêts du 25 mars 2015, la Cour de cassation considère d une part

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS

TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS CET épargne salariale TOUT SAVOIR SUR LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS Sommaire Compte épargne temps 3 Historique 4 Mise en place 6 Alimentation 8 Utilisation 10 Optimiser le CET 14 COMPTE ÉPAR- GNE TEMPS Le Compte

Plus en détail

Effectif de l entreprise TA et FPC

Effectif de l entreprise TA et FPC Décompte des effectifs de l entreprise Contribution supplémentaire à l apprentissage et Formation Professionnelle continue Les effectifs des entreprise déterminent des obligations pour les entreprises

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL Ordonnance n o 2015-380 du 2 avril 2015 relative au portage salarial

Plus en détail

CHAPITRE I ER NÉGOCIATION DE BRANCHE

CHAPITRE I ER NÉGOCIATION DE BRANCHE MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective IDCC : 1468. CRÉDIT MUTUEL (29 juin 1987) AVENANT DU 24 SEPTEMBRE

Plus en détail

GARANTIE MAINTIEN DE SALAIRE

GARANTIE MAINTIEN DE SALAIRE NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES MÉDICO-TECHNIQUES GARANTIE MAINTIEN DE SALAIRE CONDITIONS GÉNÉRALES N 2926 Incapacité temporaire de travail Sommaire ARTICLE 1 Objet du contrat 4 ARTICLE 2 Souscription

Plus en détail

MODE D EMPLOI DE L APPRENTISSAGE

MODE D EMPLOI DE L APPRENTISSAGE ÉTUDES INTERCULTURELLES DE LANGUES APPLIQUÉES Licence Pro Rédacteur Technique Master 2 Pro Industrie de la Langue et Traduction Spécialisée Master 2 Pro de Conception Documentation Multilingue et Multimédia

Plus en détail

LOI ALUR : Quoi de nouveau dans les copropriétés?

LOI ALUR : Quoi de nouveau dans les copropriétés? LOI ALUR : Quoi de nouveau dans les copropriétés? La loi du 24 Mars 2014 dite «loi ALUR», publiée au J.O. du 26/03/2014 a apporté quelques modifications notables dans le domaine du droit de la copropriété.

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération

FICHE TECHNIQUE. Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération FICHE TECHNIQUE Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération SOMMAIRE : I) LES ACCORDS ET PLANS D ACTION EN FAVEUR DES SALARIES

Plus en détail

Le contrat de professionnalisation à l Université Paul Sabatier GUIDE DES STAGIAIRES DE LA FORMATION CONTINUE MISSION FORMATION «POLE ALTERNANCE»

Le contrat de professionnalisation à l Université Paul Sabatier GUIDE DES STAGIAIRES DE LA FORMATION CONTINUE MISSION FORMATION «POLE ALTERNANCE» GUIDE DES STAGIAIRES DE LA FORMATION CONTINUE Le contrat de professionnalisation à l Université Paul Sabatier MISSION FORMATION CONTINUE ET APPRENTISSAGE «POLE ALTERNANCE» LE CONTRAT DE PROFESSIONNALISATION

Plus en détail