Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à 2011"

Transcription

1 Le prix d un compte à vue en Belgique Analyse pour la période 2008 jusqu à

2 2 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services

3 Contenu 1. Contexte et sujet de l étude Méthodologie Résultats Profil électronique Profil standard Profil traditionnel Profil avec carte de crédit Coût global Conclusion...9 Annexe : Profils des utilisateurs d un compte à vue en euros en Belgique pour les particuliers effectuant des opérations courantes de paiement

4 1. Contexte et sujet de l étude Le paysage bancaire a considérablement changé ces dernières années en Belgique. La séparation et la vente d activités (sous la pression européenne ou non), les modifications apportées à l actionnariat, les interventions de l Etat (et les dédommagements pour ces interventions), les stress-tests, la mise en place de provisions ou d amortissements sur les actifs à risque et les nombreuses mesures d Etat européennes et belges ont marqué le monde bancaire actuel de leur empreinte. La crise économique et financière et, plus récemment, la crise de la dette ne sont pas étrangères à cette évolution. Celles-ci, ainsi que d autres évènements, ont demandé des efforts financiers considérables de la part des banques (coûts de restructuration), et ce au moment que la rentabilité du secteur est soumise à de fortes pressions. On a alors craint que les banques ne répercutent une partie de ces coûts sur leurs clients de manière disproportionnelle en demandant des frais et des provisions plus élevés sur les comptes à vue 1 et les opérations courantes de paiement notamment. On le craignait d autant plus vu l introduction, quelques années auparavant, de SEPA 2 et de la loi belge du 10 décembre 2009 relative aux services de paiement 3, ce qui a eu pour conséquence le développement important de l ICT (inter) bancaire et un élargissement 4 des services de paiement courants. 4 Dans ce cadre, le SPF Economie a réalisé une étude sur l évolution de 2008 à du coût d un compte à vue en euros en Belgique pour particuliers permettant des opérations courantes de paiement. Les résultats de cette étude nous ont permis de répertorier l évolution du prix moyen pondéré d un tel compte. 2. Méthodologie Febelfin, la Fédération belge du secteur financier, et le SPF Economie ont mis au point ensemble quatre profils représentatifs de l utilisateur particulier d un compte à vue : un profil électronique, un profil standard, un profil traditionnel et un profil possédant une carte de crédit. Tous ces profils ont des caractéristiques communes. Il s agit dans tous les cas d un compte à vue en euros avec une carte de débit (avec fonction Maestro). Ce compte enregistre chaque année 80 paiements en euros dans la zone euro et 60 virements en Belgique. De plus, la 1 Le terme «compte à vue» doit - dans cette note - être interprété comme un compte en euros pour particuliers en Belgique permettant des opérations courantes de paiement. 2 SEPA, qui signifie Single Euro Payments Area, est la zone de paiement européenne unique. Elle permet aux citoyens et aux entreprises d effectuer leurs paiements en euros avec les mêmes moyens (cartes, virements, domiciliations) au sein de tout l Espace économique européen (EEE) de manière uniforme. 3 La loi a été publiée dans le Moniteur belge le 15 janvier 2010 et est entrée en vigueur le 1 er avril L élargissement comprenait entre autres un nouveau schéma européen pour les virements et les domiciliations, la possibilité de demander le remboursement d une domiciliation pendant huit semaines et la réduction des délais d exécution. 5 Cette étude sera actualisée tous les ans.

5 carte permet de retirer 24 fois de l argent en euros dans la zone SEPA et de procéder à 20 domiciliations belges ou européennes. Les différences entre les profils résident dans la nature du retrait d argent (au guichet ou au distributeur de sa propre banque ou d une autre) et dans la nature des virements (sous forme électronique, sur papier ou via un ordre permanent). De plus, les profils se distinguent par le fait de disposer ou non d un abonnement au service d internet banking ou d une carte de crédit. Un aperçu détaillé par profil est joint en annexe, ainsi que le nombre annuel respectif d opérations effectuées pour chaque moyen de paiement. L étude sur l évolution du prix d un compte à vue a été réalisée auprès d un groupe de 11 banques 6 qui forment une partie substantielle du marché belge. Celles-ci représentaient au 1 er janvier 2011 environ 11,5 millions de comptes à vue en euros pour particuliers. Il a été demandé à ces banques d indiquer, par profil, le tarif le moins cher (que tous les particuliers peuvent obtenir) pour un compte à vue et les transactions qui y sont liées ainsi qu une estimation de la part de chaque profil, le nombre total de comptes à vue en euros pour particuliers et la liste des prix officiels (pour confirmer le tarif le moins cher) au , , et au Sur base des informations obtenues, le prix moyen pondéré d un compte à vue a été calculé, aussi bien séparément pour chaque profil que globalement pour l ensemble des profils. 5 Les pondérations, pour calculer un prix moyen pondéré, ont été établies par banque et par profil. Le nombre total de comptes à vue communiqué par la banque au SPF Economie a été utilisé pour déterminer sa pondération (ce qui était nécessaire pour pouvoir calculer l évolution du prix total ainsi que celle du prix par profil). La pondération annuelle de chacun des quatre profils se base sur une estimation de l importance de ces profils, telle que communiquée par certaines banques participantes. Seules sept des onze banques participantes ont en effet pu donner réellement ces informations. La pondération moyenne calculée de ces banques pour chaque profil a ensuite été appliquée aux quatre autres banques. 3. Résultats Au , les 11 banques participantes comptabilisaient environ 11,5 millions de comptes à vue en euros pour des particuliers en Belgique. Ce nombre représentait à peu près 85 % du total des comptes à vue 7 en euros (pour toutes les banques en Belgique) aux mains de particuliers. Les trois grandes sociétés dans notre étude (sur la base du nombre de comptes à vue mentionnés) possédaient ainsi plus de 62 % du total de ces comptes à vue. L enquête portait également sur le coût du compte à vue le moins cher. Pour deux organismes financiers, la nature du compte à vue a changé au cours de l enquête. 6 Une douzième banque, qui devait initialement participer à l étude, n a finalement pas été retenue. Il s est avéré que cette banque n offrait pas de carte de débit et de crédit ni la possibilité de procéder à des retraits d argent. Il n a donc pas été tenu compte des résultats de cette société. 7 Selon une enquête annuelle de Febelfin, 58 banques membres possédaient, au , comptes en euros pour des résidents.

6 Tableau 1. Nombre de comptes à vue en euros pour les particuliers Nombre de comptes à vue Indice (2008=100) 100,0 103,1 105,3 106, Profil électronique Durant la période étudiée, la part du profil électronique est passé de 24,4 % du nombre total de comptes à vue en 2008 à presque 30 % en Le coût moyen pondéré d un compte à vue pour ce type de profil a, pendant la même période, diminué d environ 10 % pour atteindre 19,7 euros en Quatre banques offraient à leurs clients en 2011 la gratuité intégrale pour un compte à vue et deux autres une gratuité quasi totale 8 (seuls certains retraits d argent étaient encore payants). Le tarif le plus onéreux s élevait à 31,2 euros en Tableau 2. Coût moyen pondéré d un compte à vue pour le profil électronique Part du profil électronique 24,4% 26,7% 28,5% 29,8% Coût par compte (euros) 22,0 20,7 19,6 19,7 Indice (2008=100) 100,0 94,3 89,1 89, Profil standard 6 Contrairement aux particuliers avec un profil électronique, ceux dont le profil est «standard» effectuent encore par an dix virements papier et quatre retraits d argent au guichet. Au cours des dernières années, la part des comptes à vue «profil standard» a légèrement reculé : elle est passée de 25,9 % en 2008 à 22,1 % en Par contre, le coût moyen pondéré est quasiment resté constant et se chiffrait en 2011 à 27,4 euros. Pendant la période étudiée, deux banques offraient à leurs clients «profil standard» la gratuité intégrale pour un compte à vue et une autre banque proposait la quasi gratuité 9 (seuls certains retraits d argent étaient encore payants). Le tarif le plus onéreux s élevait à 35,4 euros en Tableau 3. Coût moyen pondéré d un compte à vue pour le profil standard Part du profil standard 25,9% 24,5% 23,5% 22,1% Coût par compte (euros) 28,0 27,1 27,2 27,4 Indice (2008=100) 100,0 96,8 97,1 97, Profil traditionnel Les clients avec un profil plutôt traditionnel effectuent, d un point de vue relatif, davantage de retraits d argent au guichet (12) et de virements papier (36). Ils ne disposent pas non plus d un abonnement au service d internet banking. Le profil traditionnel a reculé ces dernières années, mais représente quand même encore environ 30 %. Malgré une baisse (certes limitée) des coûts, le profil traditionnel est resté en % plus cher que le profil électronique. Deux banques offraient à leurs clients au profil traditionnel la gratuité intégrale pour un 8 Le coût de ces comptes à vue s élevait à 0,40 et 5,60 euros. 9 Le coût de ce compte à vue s élevait à 4,20 euros.

7 compte à vue et une autre banque proposait la quasi gratuité 10 (seuls certains retraits d argent étaient encore payants). Le tarif le plus onéreux s élevait à 51,6 euros en 2011 pour ce type d utilisateur particulier. Tableau 4. Coût moyen pondéré d un compte à vue pour le profil traditionnel Part du profil traditionnel 32,3% 31,2% 30,3% 30,1% Coût par compte (euros) 34,7 34,1 33,9 33,5 Indice (2008=100) 100,0 98,2 97,6 96, Profil avec carte de crédit Uniquement pour ce profil, l utilisateur particulier possède une carte de crédit (standard) avec laquelle il a effectué 30 paiements par an. Sur la période étudiée, la part relative de ce profil s est quasiment maintenue à 18 %. En 2011, il fallait débourser en moyenne 40,4 euros pour disposer d un compte à vue avec carte de crédit. Il importe toutefois de souligner que deux banques offraient à ce profil une gratuité intégrale pour ce type de prestations tandis qu une autre proposait la quasi gratuité 11 (seuls certains retraits d argent étaient encore payants). Le tarif le plus onéreux s élevait à 51 euros en Tableau 5. Coût moyen pondéré d un compte à vue pour le profil avec carte de crédit 7 Part du profil avec carte de crédit 17,3% 17,7% 17,8% 18,0% Coût par compte (euros) 41,8 40,3 40,2 40,4 Indice (2008=100) 100,0 96,4 96,1 96, Coût global Sur base du coût moyen pondéré d un compte à vue pour chacun de ces quatre profils, nous avons calculé le coût moyen global pondéré d un compte à vue, tous profils confondus. Ce coût global a légèrement faibli entre 2008 et 2011 vu qu il est passé de 31,1 euros en 2008 à 29,3 euros en 2011 (moins 5,8 %). Cette baisse est observée pour six des banques examinées. Trois banques ont, par contre, connu une hausse du coût et deux banques un maintien du coût. Tableau 6. Coût moyen global pondéré d un compte à vue Coût par compte (euros) 31,1 29,9 29,4 29,3 Indice (2008=100) 100,0 96,2 94,4 94,2 10 Le coût de ce compte à vue s élevait à 2,80 euros. 11 Le coût de ce compte à vue s élevait à 4,90 euros.

8 Graphique 1. L indice du coût moyen pondéré d un compte à vue, globalement et pour chaque profil individuel (indice 2008 = 100) 8

9 Graphique 2. Coût d un compte à vue en 2011, globalement et pour chaque profil individuel (en euros) 9 4. Conclusion L indice du coût moyen pondéré d un compte à vue en euros avec des opérations courantes 12 pour des particuliers a reculé entre 2008 et 2011 (voir graphique 1) et ce, tant pour chaque profil individuel d utilisateur que globalement, tous profils confondus (-5,8 %). Pendant cette même période, l indice des prix à la consommation a progressé de 5,7 %. En moyenne, le coût était le plus bas pour un utilisateur électronique alors qu un utilisateur avec carte de crédit a dû payer le plus pour garder son compte à vue en 2011 (voir graphique 2). Par profil d utilisateur examiné, il existe une alternative entièrement gratuite ou presque gratuite. 12 Ces opérations de paiement se sont, durant la période étudiée, étendues dans le cadre du SEPA (voir point 1).

10 Annexe : Profils des utilisateurs d un compte à vue en euros en Belgique pour les particuliers effectuant des opérations courantes de paiement 10 1) Profil de l utilisateur «électronique» (avec un certain nombre d opérations par an): Compte à vue en euros; 1 carte de débit Maestro avec 80 paiements en euros dans le SEPA; 24 retraits d argent en euros dans le SEPA dont: 16 retraits effectués au guichet automatique (ATM) de sa propre banque (dans le cas des banques qui possèdent peu de guichets automatiques, voire pas du tout, l utilisateur a recours au guichet d une autre banque) 8 retraits effectués au guichet automatique (ATM) d une autre banque 60 virements en Belgique et dans le SEPA dont : 36 virements électroniques 24 ordres de paiement permanent Domiciliations belges (DOM80) et européennes (SDD) : 3 mandats 20 encaissements Abonnement au service d Internet Banking 2) Profil de l utilisateur «standard» (avec un certain nombre d opérations par an) : Compte à vue en euros; 1 carte de débit Maestro avec 80 paiements en euros dans le SEPA; 24 retraits d argent en euros dans le SEPA dont : 14 retraits effectués au guichet automatique (ATM) de sa propre banque (dans le cas des banques qui possèdent peu de guichets automatiques, voire pas du tout, l utilisateur a recours au guichet d une autre banque) 6 retraits effectués au guichet automatique (ATM) d une autre banque 4 retraits effectués au guichet 60 virements en Belgique et dans le SEPA dont : 26 virements électroniques 10 virements papier 24 ordres permanents Domiciliations belges (DOM80) et européennes (SDD) : 3 mandats 20 encaissements Abonnement au service d Internet Banking

11 3) Profil de l utilisateur «traditionnel» (avec un certain nombre d opérations par an) : Compte à vue en euros; 1 carte de débit Maestro avec 80 paiements en euros dans le SEPA; 24 retraits d argent en euros dans le SEPA dont : 8 retraits effectués au guichet automatique (ATM) de sa propre banque (dans le cas des banques qui possèdent peu de guichets automatiques, voire pas du tout, l utilisateur a recours au guichet d une autre banque) 4 retraits effectués au guichet automatique (ATM) d une autre banque 12 retraits effectués au guichet 60 virements en Belgique et dans le SEPA dont : 36 virements papier 24 ordres permanents Domiciliations belges (DOM80) et européennes (SDD) : 3 mandats 20 encaissements 11 4) Profil de l utilisateur «carte de crédit» (avec un certain nombre d opérations par an) : Compte à vue en euros; 1 carte de débit Maestro avec 80 paiements en euros dans le SEPA; 1 carte de crédit standard avec 30 paiements en euros dans le SEPA; 24 retraits d argent en euros dans le SEPA dont : 16 retraits effectués au guichet automatique (ATM) de sa propre banque (dans le cas des banques qui possèdent peu de guichets automatiques, voire pas du tout, l utilisateur a recours au guichet d une autre banque) 7 retraits effectués au guichet automatique (ATM) d une autre banque 1 retrait effectué au guichet 60 virements en Belgique et dans le SEPA dont : 32 virements électroniques 4 virements papier 24 ordres permanents Domiciliations belges (DOM80) et européennes (SDD) : 3 mandats 20 encaissements Abonnement au service d Internet Banking

Evolution du prix d'un compte à vue 01.01.2011 à 01.01.2015

Evolution du prix d'un compte à vue 01.01.2011 à 01.01.2015 Evolution du prix d'un compte à vue 01.01.2011 à 01.01.2015 Table des matières 1. Introduction... 2 2. Evolution du prix d'un compte à vue entre 2011 et 2015... 2 2.1. Méthode... 2 2.2. Résultats... 5

Plus en détail

Le service de mobilité bancaire entre en application dans les banques belges.

Le service de mobilité bancaire entre en application dans les banques belges. Changer de banque désormais plus facile, plus rapide et sans frais À la demande du ministre Van Quickenborne, les banques belges vont plus loin que leurs collègues européennes Bruxelles, le 1 er novembre

Plus en détail

Résumé : Deuxième Enquête panel sur le financement des PME en Suisse

Résumé : Deuxième Enquête panel sur le financement des PME en Suisse Département fédéral de l économie DFE Secrétariat d Etat à l économie SECO Communication Résumé : Deuxième Enquête panel sur le financement des PME en Suisse Date 20 novembre 2009 1. Introduction Dans

Plus en détail

Crédit hypothécaire : croissance durable

Crédit hypothécaire : croissance durable Union Professionnelle du Crédit Communiqué de presse Crédit hypothécaire : croissance durable Bruxelles, le 6 mai 2011 Au cours du premier trimestre de 2011, 24 % de crédits hypothécaires de plus ont été

Plus en détail

COMPARAISON DES TARIFS D'UTILISATION DU RÉSEAU DE TRANSPORT DE GAZ NATUREL DE FLUXYS SA ET DE PLUSIEURS OPÉRATEURS EUROPÉENS

COMPARAISON DES TARIFS D'UTILISATION DU RÉSEAU DE TRANSPORT DE GAZ NATUREL DE FLUXYS SA ET DE PLUSIEURS OPÉRATEURS EUROPÉENS Commission de Régulation de l Electricité et du Gaz Rue de l industrie 26-38 1040 Bruxelles Tél. 02/289.76.11 Fax 02/289.76.99 CONFÉRENCE DE PRESSE Bruxelles - le 5 avril 2002 COMPARAISON DES TARIFS D'UTILISATION

Plus en détail

Crédit hypothécaire : 2010, l'année record

Crédit hypothécaire : 2010, l'année record Union Professionnelle du Crédit Communiqué de presse Crédit hypothécaire : 2010, l'année record Bruxelles, le 9 février 2011 L Union professionnelle du Crédit (UPC), membre de Febelfin, la Fédération belge

Plus en détail

Le ccsf vous informe : bien utiliser le virement sepa dans toute l europe

Le ccsf vous informe : bien utiliser le virement sepa dans toute l europe Le ccsf vous informe : bien utiliser le virement sepa dans toute l europe Qu est ce que le VIREMENT SEPA? Le virement SEPA est un virement harmonisé au niveau européen qui vous permet de transférer des

Plus en détail

Code de conduite relatif au service de mobilité interbancaire

Code de conduite relatif au service de mobilité interbancaire switching-selfregulation-fr.docx version 2 Patrick Wynant 22/10/2010 Code de conduite relatif au service de mobilité interbancaire A la demande de la Commission européenne, le European Banking Industry

Plus en détail

ENQUETE : COMMERÇANTS ET FRAIS BANCAIRES

ENQUETE : COMMERÇANTS ET FRAIS BANCAIRES ENQUETE : COMMERÇANTS ET FRAIS BANCAIRES Introduction Qu est ce qu une Commission Interbancaire de Paiement (CIP)? Lorsqu une transaction est réglée par carte bancaire de paiement, la banque du consommateur

Plus en détail

(a) Pourcentage du solde des créances forfaitaires et des créances sur factures par rapport aux créances totales.

(a) Pourcentage du solde des créances forfaitaires et des créances sur factures par rapport aux créances totales. LA PLACE DE LA FRANCE PARMI LES CREANCIERS EUROPEENS EN MATIERE DE SOINS DE SANTE AU SEIN DE L UNION EUROPENNE ENTRE LE 31.12.1999 ET LE 31.12.2008 (REGLEMENTS CEE 1408/71 et 574/72) Les prestations versées

Plus en détail

Compte de l agence qui porte votre nom. Une agence virtuelle, des services bien réels.

Compte de l agence qui porte votre nom. Une agence virtuelle, des services bien réels. Compte de l agence qui porte votre nom Une agence virtuelle, des services bien réels. Une combinaison gratuite de produits de paiement, prête à l emploi CBC vous propose une combinaison gratuite de produits

Plus en détail

Le volume des nouveaux crédits aux entreprises augmente considérablement au 3e trimestre

Le volume des nouveaux crédits aux entreprises augmente considérablement au 3e trimestre Communiqué de presse Le volume des nouveaux crédits aux entreprises augmente considérablement au 3e trimestre Bruxelles, le 20 décembre 2010 Le volume des nouveaux crédits aux entreprises a continué de

Plus en détail

Suites numériques 2. n=0

Suites numériques 2. n=0 Suites numériques 1 Somme des termes d une suite Dans les applications, il est souvent nécessaire de calculer la somme de quelques premiers termes d une suite (ou même de tous les termes, mais on étudiera

Plus en détail

L ESPACE UNIQUE DES PAIEMENT EN EUROS (SEPA) Vers une harmonisation des moyens de paiement européens. Direction des affaires économiques de la CGPME

L ESPACE UNIQUE DES PAIEMENT EN EUROS (SEPA) Vers une harmonisation des moyens de paiement européens. Direction des affaires économiques de la CGPME L ESPACE UNIQUE DES PAIEMENT EN EUROS (SEPA) Vers une harmonisation des moyens de paiement européens Direction des affaires économiques de la CGPME SEPA (Single Euro Payment Area) Harmonisation des moyens

Plus en détail

SEPA, une étape de la construction européenne. Il reste moins d 1 an : J - 318

SEPA, une étape de la construction européenne. Il reste moins d 1 an : J - 318 Metz 19 mars 2013 SEPA, une étape de la construction européenne 01/01/1999 Introduction de l euro financier 01/01/2002 Introduction de l euro fiduciaire 01/02/2014 Euro scriptural SEPA : Single Euro Payments

Plus en détail

Renseignements sur les différents types d hypothèque pour l achat d une propriété résidentielle

Renseignements sur les différents types d hypothèque pour l achat d une propriété résidentielle Renseignements sur les différents types d hypothèque pour l achat d une propriété résidentielle Faire l acquisition d une propriété en toute tranquillité Ce document contient des renseignements sur les

Plus en détail

Edition 2013 QUE SIGNIFIE SEPA DIRECT DEBIT (SDD) POUR LES CONSOMMATEURS?

Edition 2013 QUE SIGNIFIE SEPA DIRECT DEBIT (SDD) POUR LES CONSOMMATEURS? Edition 2013 QUE SIGNIFIE SEPA DIRECT DEBIT (SDD) POUR LES CONSOMMATEURS? 1. SEPA pour les consommateurs - en bref Qu est-ce que SEPA? SEPA = Single Euro Payments Area Le Single Euro Payments Area (SEPA)

Plus en détail

Foire aux questions (FAQ)

Foire aux questions (FAQ) Règlement (CE) n 924/2009 concernant les paiements transfrontaliers dans la Communauté (Règlement concernant l égalité des frais pour les paiements nationaux et transfrontaliers) Foire aux questions (FAQ)

Plus en détail

Traitement des cartes retenues ou oubliées et de l argent non retiré ou oublié au Bancomat

Traitement des cartes retenues ou oubliées et de l argent non retiré ou oublié au Bancomat Traitement des cartes retenues ou oubliées et de l argent non retiré ou oublié au Bancomat Le présent aide-mémoire décrit le traitement des cartes retenues au Bancomat ou reprises par celui-ci en raison

Plus en détail

Code de conduite relatif au service de mobilité interbancaire

Code de conduite relatif au service de mobilité interbancaire switching - selfregulation - FR.d ocx v ersion 1.0 Patrick Wynant 30/10/2009 Code de conduite relatif au service de mobilité interbancaire A la demande de la Commission européenne, le European Banking

Plus en détail

Isabel 6 Aperçu des nouveautés dans la version 1.9

Isabel 6 Aperçu des nouveautés dans la version 1.9 Isabel 6 Aperçu des nouveautés dans la version 1.9 Cher Utilisateur Isabel, La version 1.9 d Isabel 6 contient pas mal de nouveautés. Non seulement nous avons corrigé divers bugs, mais nous avons surtout

Plus en détail

Si vous avez déjà un contrat, vous pouvez pleinement utiliser ce service.

Si vous avez déjà un contrat, vous pouvez pleinement utiliser ce service. Demo SDD La domiciliation européenne La domiciliation européenne peut être utilisée tant avec vos débiteurs belges qu étrangers de la zone SEPA (les 27 pays de l Union européenne + l Islande, le Liechtenstein,

Plus en détail

SEPA Direct Debit La domiciliation dans un marché unifié pour les paiements européens au 1er février 2014

SEPA Direct Debit La domiciliation dans un marché unifié pour les paiements européens au 1er février 2014 SEPA Direct Debit La domiciliation dans un marché unifié pour les paiements européens au 1er février 2014 CONTENU 1. LES DOMICILIATIONS SEPA 2. LES DOMICILIATIONS ET SEPA 3. FONCTIONNEMENT DE LA DOMICILIATION

Plus en détail

Présentation du SEPA. Qu est-ce que le SEPA (Single Euro Payments Area Espace Unique de Paiement en Euros)

Présentation du SEPA. Qu est-ce que le SEPA (Single Euro Payments Area Espace Unique de Paiement en Euros) L essentiel du SEPA Présentation du SEPA Qu est-ce que le SEPA (Single Euro Payments Area Espace Unique de Paiement en Euros) Après la mise en place de l euro, l harmonisation européenne se poursuit avec

Plus en détail

Guide de l enquête sur l investissement direct 2009

Guide de l enquête sur l investissement direct 2009 Guide de l enquête sur l investissement direct 2009 Mai 2010 2 TABLE DES MATIERES 1 PRESENTATION 4 1.1 Motivations... 4 1.2 Champ d application... 4 1.3 Confidentialité... 4 1.4 Personnes de contact auprès

Plus en détail

Analyse des activités de crédit de la compagnie de la Baie d'hudson. par Gino Lambert, chercheur à la Chaire

Analyse des activités de crédit de la compagnie de la Baie d'hudson. par Gino Lambert, chercheur à la Chaire Analyse des activités de crédit de la compagnie de la Baie d'hudson par Gino Lambert, chercheur à la Chaire 1997 Table des matières Introduction Analyse des taux díintérêt sur les cartes de crédit Analyse

Plus en détail

Economie des Réseaux Section 9 : Banque et Monnaie

Economie des Réseaux Section 9 : Banque et Monnaie Economie des Réseaux Section 9 : Banque et Monnaie Philippe Gagnepain Université Paris 1 Ecole d Economie de Paris Centre d économie de la Sorbonne-UG 4-Bureau 405 philippe.gagnepain@univ-paris1.fr Tel

Plus en détail

Le ccsf vous informe : bien utiliser le prélèvement sepa dans toute l europe

Le ccsf vous informe : bien utiliser le prélèvement sepa dans toute l europe Le ccsf vous informe : bien utiliser le prélèvement sepa dans toute l europe Qu est ce que le prélèvement SEPA? Le prélèvement SEPA (Single Euro Payments Area Espace unique de paiement en euros) est un

Plus en détail

Evolution du nombre de bénéficiaires de l assurance-chômage âgés de 50 ans et plus

Evolution du nombre de bénéficiaires de l assurance-chômage âgés de 50 ans et plus Evolution du nombre de bénéficiaires de l assurance-chômage âgés de 50 ans et plus Direction Statistiques et Publications Sommaire Introduction p. 4 1. Les bénéficiaires de l'assurance-chômage âgés de

Plus en détail

La carte bancaire : un véritable instrument européen

La carte bancaire : un véritable instrument européen La carte bancaire : un véritable instrument européen A. Les caractéristiques de la carte bancaire La carte bancaire est l instrument de paiement le plus utilisé en France et en Europe. En 2007, les paiements

Plus en détail

Rapport de présentation de l année comptable 2008 de la Fédération Française de la Kinésiologie Spécialisée (FFKS)

Rapport de présentation de l année comptable 2008 de la Fédération Française de la Kinésiologie Spécialisée (FFKS) Rapport de présentation de l année comptable de la Fédération Française de la Kinésiologie Spécialisée (FFKS) Le rapport s appuie sur les informations comptables suivantes : - un report à nouveau de 15

Plus en détail

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 L ÉTAT QUÉBÉCOIS EN PERSPECTIVE Les dépenses totales L Observatoire de l administration publique, hiver 2013 1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 Les dépenses totales,

Plus en détail

J - 59 Décembre 2013 1

J - 59 Décembre 2013 1 J - 59 Décembre 2013 1 SEPA, une étape de la construction européenne 01/01/1999 Introduction de l euro financier 01/01/2002 Introduction de l euro fiduciaire 01/02/2014 Euro scriptural SEPA : Single Euro

Plus en détail

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen?

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Un comité sur les locaux à bureaux composé de plusieurs membres du Conseil exécutif national a été mis sur pied. Des représentants de la gestion

Plus en détail

Découvrez Business Blue, LE compte à vue all-in pour entrepreneurs intelligents. FINTRO. PROCHE ET PRO.

Découvrez Business Blue, LE compte à vue all-in pour entrepreneurs intelligents. FINTRO. PROCHE ET PRO. Découvrez, LE compte à vue all-in pour entrepreneurs intelligents. FINTRO. PROCHE ET PRO. Effectuez vos opérations bancaires de manière transparente et à un prix fixe Une carte bancaire polyvalente Avec

Plus en détail

Code de conduite Zoomit

Code de conduite Zoomit Code de conduite Zoomit Dans ce document : 1. Objectif 2. Champ d application 3. Qu est-ce que Zoomit et quelles parties sont concernées? 4. Organisation, contrôle et informations complémentaires 5. Sécurité

Plus en détail

GUIDE POUR L ÉLABORATION DES ÉTATS FINANCIERS SCHL RÉGION DU QUÉBEC

GUIDE POUR L ÉLABORATION DES ÉTATS FINANCIERS SCHL RÉGION DU QUÉBEC GUIDE POUR L ÉLABORATION DES ÉTATS FINANCIERS SCHL RÉGION DU QUÉBEC ÉTABLIS SELON LES NORMES COMPTABLES CANADIENNES POUR LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF (NCOSBL) SCHL Décembre 2014 Le Centre d administration

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ Conclusion Dans le cadre de ses missions, le CCSF a confié au CRÉDOC une étude portant sur l accès aux services bancaires des ménages en situation de pauvreté. Cette étude s inscrit en continuité de celle

Plus en détail

Proposés à un tarif préférentiel, les six produits disponibles ont été revus au 1 er janvier 2016 pour mieux répondre à vos attentes.

Proposés à un tarif préférentiel, les six produits disponibles ont été revus au 1 er janvier 2016 pour mieux répondre à vos attentes. Bienvenue dans votre FIBENligne Retrouvez dans votre FIBENligne, toutes les nouveautés FIBEN et l ensemble des services que la Banque de France met à votre disposition pour vous aider dans votre maîtrise

Plus en détail

Communiqué de lancement Sage 100 Moyens de paiement Ebics / Communication bancaire

Communiqué de lancement Sage 100 Moyens de paiement Ebics / Communication bancaire Communiqué de lancement Sage 100 Moyens de paiement Ebics / Communication bancaire Disponibilité commerciale : Décembre 2009 Nouveautés V16! Sommaire LES MOYENS DE PAIEMENT DOMESTIQUES DEVIENNENT EUROPEENS...

Plus en détail

Rapport annuel sur la Loi sur l accès à l information et la Loi sur la protection des renseignements personnels

Rapport annuel sur la Loi sur l accès à l information et la Loi sur la protection des renseignements personnels Rapport annuel sur la Loi sur l accès à l information et la Loi sur la protection des renseignements personnels 2007-2008 Table des matières Introduction...........................................................

Plus en détail

A quoi sert une banque?

A quoi sert une banque? 1 Le micro trottoir : «A quoi sert une banque?» Micro trottoir sur le rôle d'une banque Constitution de groupes de 5 élèves Enquête dans la rue (micro trottoir) sur «A quoi sert une banque?». Interroger

Plus en détail

Fragilité financière : une offre spécifique

Fragilité financière : une offre spécifique SEPTEMBRE 2014 N 21 DIFFICULTÉS LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Fragilité financière : une offre spécifique Ce mini-guide vous est offert

Plus en détail

Le secteur de la distribution d eau en France : évolution des plaintes de consommateurs et des prix jusqu en 2012

Le secteur de la distribution d eau en France : évolution des plaintes de consommateurs et des prix jusqu en 2012 N 13 Avril 2013 Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix Le secteur de la distribution d eau en France

Plus en détail

Fragilité financière : une offre spécifique

Fragilité financière : une offre spécifique SEPTEMBRE 2014 N 21 DIFFICULTÉS LES MINI-GUIDES BANCAIRES Fragilité financière : une offre spécifique sec_01-2 Ce mini-guide vous est offert par : Pour toute information complémentaire, nous contacter

Plus en détail

Adoptés le 8 avril 2014 Date d entrée en vigueur : 8 avril 2014 TABLE DES MATIÈRES

Adoptés le 8 avril 2014 Date d entrée en vigueur : 8 avril 2014 TABLE DES MATIÈRES TARIFS DES SERVICES D ADRESSAGE FOURNIS PAR L OPÉRATEUR DU FCR AUX ADMINISTRATEURS DE COMPTE FCR Publiés par l OP3FT, l organisation à but non lucratif dont l objet est de détenir, promouvoir, protéger

Plus en détail

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES

L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES 21ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université de Paris X - Nanterre - Mars 2009 - Les faits marquants en 2008 : la diffusion

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013)

CARTOGRAPHIE. des moyens de paiement scripturaux. Bilan de la collecte 2014 (données 2013) 213 CARTOGRAPHIE des moyens de paiement scripturaux Bilan de la collecte 214 (données 213) Banque de France 39, rue Croix-des-Petits-Champs 751 PARIS Directeur de la publication : Denis Beau, directeur

Plus en détail

23ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES

23ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES 23ème rapport annuel de L OBSERVATOIRE DES CREDITS AUX MENAGES présenté par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université Paris Ouest - Mercredi 6 avril 2011-1 La diffusion des crédits recule toujours

Plus en détail

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage

Focus. Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Focus Lien entre rémunération du travail et allocation de chômage Introduction Le travailleur qui devient chômeur et qui est admissible sur base de prestations de travail se voit, en application du principe

Plus en détail

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements

Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales. Les Placements 1 Les Placements Les placements sont des actifs détenus par une entreprise dans l objectif d en tirer des bénéfices sous forme d intérêts de dividendes ou de revenus assimilés, des gains en capital ou

Plus en détail

Division financière COMPTABILISATION DES PRELEVEMENTS POUR LE FINANCEMENT DES VOYAGES SCOLAIRES

Division financière COMPTABILISATION DES PRELEVEMENTS POUR LE FINANCEMENT DES VOYAGES SCOLAIRES Division financière DIFIN07-393-422 du 18//06/07 COMPTABILISATION DES PRELEVEMENTS POUR LE FINANCEMENT DES VOYAGES SCOLAIRES Destinataires : Chefs d établissement et gestionnaires en EPLE Affaire suivie

Plus en détail

Note de conjoncture Brevets Bilan 1996

Note de conjoncture Brevets Bilan 1996 INSTITUT DE RECHERCHE EN PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE HENRI-DESBOIS Le 29 mai 1997 Note de conjoncture Brevets Bilan 1996 En bref 1 Nombre de demandes de brevets désignant la France toutes voies confondues

Plus en détail

La consolidation de l industrie aérienne entraîne-t-elle une hausse des prix pour les entreprises?

La consolidation de l industrie aérienne entraîne-t-elle une hausse des prix pour les entreprises? La consolidation de l industrie aérienne entraîne-t-elle une hausse des prix pour les entreprises? L industrie du transport aérien est connue pour la volatilité du prix des billets. Ce phénomène peut rendre

Plus en détail

FOCUS «Les aînés et le CPAS»

FOCUS «Les aînés et le CPAS» FOCUS «Les aînés et le CPAS» Numéro 11 Mai 2015 1. Introduction En Belgique, 15,1% de la population vit sous le seuil de pauvreté. Ce pourcentage est encore plus important parmi les aînés : 18,4% des personnes

Plus en détail

RCI Banque élargit son offre d épargne en France avec le compte à terme PEPITO commercialisé depuis le 1 er juillet

RCI Banque élargit son offre d épargne en France avec le compte à terme PEPITO commercialisé depuis le 1 er juillet RCI Banque vise un montant de dépôts représentant 20 à 25% des encours en 2016 10 juillet 2013 ID: 49744 Au 30 juin 2013, près de 33 700 livrets ZESTO ont été ouverts représentant un montant d épargne

Plus en détail

Ménage/Haushalt. Etude comparative des frais bancaires usuels. de Konsument. (mai 2010)

Ménage/Haushalt. Etude comparative des frais bancaires usuels. de Konsument. (mai 2010) Etude comparative des frais bancaires usuels (mai 2010) En novembre 2008, l ULC avait réalisé une étude destinée à comparer les frais bancaires usuels appliqués par six banques luxembourgeoises. Le même

Plus en détail

Politique budgétaire. Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi.

Politique budgétaire. Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi. Politique budgétaire Notre objectif est d étudier les répercussions des dépenses publiques et de la fiscalité sur le revenu et l emploi. Nous continuons de supposer qu il s agit d une économie fermée mais

Plus en détail

Livre blanc Compta Le SEPA : Comment bien préparer sa migration?

Livre blanc Compta Le SEPA : Comment bien préparer sa migration? Livre blanc Compta Le SEPA : Comment bien préparer sa migration? Notre expertise en logiciels de gestion et rédaction de livres blancs Compta Audit. Conseils. Cahier des charges. Sélection des solutions.

Plus en détail

Transparence en assurance

Transparence en assurance The European Federation of Insurance Intermediaries La Fédération européenne des intermédiaires d assurances PRINCIPES DU BIPAR Transparence en assurance Bruxelles, juin 2008 Le BIPAR, la Fédération européenne

Plus en détail

La planification de l offre médicale en Belgique: les kinésithérapeutes

La planification de l offre médicale en Belgique: les kinésithérapeutes La planification de l offre médicale en Belgique: les kinésithérapeutes ETAT DE LA SITUATION 2007 V1.1 Direction générale Soins de Santé primaires et Gestion de Crise Bruxelles, octobre 2008 1. Les Kinésithérapeutes

Plus en détail

Fiche pédagogique du projet DACEFI-2

Fiche pédagogique du projet DACEFI-2 pédagogique du projet DACEFI-2 Fiche pédagogique N 2D Module 2 Renforcement des entités de gestion --- La création et la gestion d un compte en banque Contexte de la réunion Le projet DACEFI 2 développe

Plus en détail

Le service de mobilité interbancaire. Pour un transfert confortable de vos paiements

Le service de mobilité interbancaire. Pour un transfert confortable de vos paiements Le service de mobilité interbancaire Pour un transfert confortable de vos paiements Le Service de mobilité interbancaire Pour les clients particuliers Pour un transfert confortable de vos paiements Vous

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 510 MISSIONS D AUDIT INITIALES SOLDES D OUVERTURE

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 510 MISSIONS D AUDIT INITIALES SOLDES D OUVERTURE NORME INTERNATIONALE D AUDIT 510 MISSIONS D AUDIT INITIALES SOLDES D OUVERTURE Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

- France Télévisions Publicité Les nouveaux contrats d échange

- France Télévisions Publicité Les nouveaux contrats d échange - France Télévisions Publicité Les nouveaux contrats d échange Dans son rapport particulier de mars 2005 sur les comptes, l activité et la gestion de France Télévisions Publicité, pour les exercices 1996

Plus en détail

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015

QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 QUELS PLACEMENTS POUR VOTRE ARGENT? ACTUALISATION 2015 A INTERVENANTS Nicolas Bouzou Directeur fondateur d Asterès Hervé Hatt Président de Meilleurtaux.com I NOTRE DÉMARCHE II LES PLACEMENTS ÉTUDIÉS III

Plus en détail

Communiqué de lancement

Communiqué de lancement Communiqué de lancement Sage 100 Moyens de paiement Ebics / Communication bancaire Contact : Cédric CZERNICH INFOPROGEST 6 rue de la Fosse Chénevière ZA Derrière Moutier 51390 Gueux Tél : 03 26 77 19 20

Plus en détail

Wholesale et FTTH. Manuel Décompte 1/5. Date de publication 01.05.2015 Remplace la version du 2-0f. Swisscom (Schweiz) AG CH-3050 Bern

Wholesale et FTTH. Manuel Décompte 1/5. Date de publication 01.05.2015 Remplace la version du 2-0f. Swisscom (Schweiz) AG CH-3050 Bern Date de publication 005.2015 Remplace la version du 2-0f Valable à partir du 005.2015 Valable à partir du 005.2015 1/5 Sommaire 1 Introduction... 3 2 Facturation... 3 3 Factures... 3 4 Paiements... 4 5

Plus en détail

Le prélèvement SEPA, c est maintenant

Le prélèvement SEPA, c est maintenant JUILLET 2014 ENtrEPrENEurS N 13 PAIEmENt LES MINI-GUIDES BANCAIRES Le prélèvement SEPA, c est maintenant 2 Ce mini-guide vous est offert par : Pour toute information complémentaire, nous contacter : info@lesclesdelabanque.com

Plus en détail

TP N 1 INTRODUCTION AUX PRODUITS DÉRIVÉS GSF-21579-A. Présenté à : M. François Guimond

TP N 1 INTRODUCTION AUX PRODUITS DÉRIVÉS GSF-21579-A. Présenté à : M. François Guimond TP N 1 INTRODUCTION AUX PRODUITS DÉRIVÉS GSF-21579-A Présenté à : M. François Guimond Par : Niéré Kouassi Mahisan Bertrand Acolaste Wesley Belo Ahmed QUESTION 2 I Analyse stratégie Futures Dans notre analyse

Plus en détail

Le Musée de la Banque nationale de Belgique

Le Musée de la Banque nationale de Belgique Chapitre Le Musée de la Banque nationale de Belgique Le Musée se veut ouvert au plus grand nombre. Il s intègre dans la politique de communication de la Banque nationale, tournée vers le grand public et

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Union Fédérale des Consommateurs QUE CHOISIR de Nouvelle-Calédonie 8 rue Lacave-Laplagne BP 2357-98846 NOUMEA CEDEX Tél/Fax : (687) 28.51.20 Courriel : contact@nouvellecaledonie.ufcquechoisir.fr Site :

Plus en détail

Consignes et explications concernant la consolidation

Consignes et explications concernant la consolidation ZEWO Stiftung Fondation Fondazione Lägernstrasse 27 8037 Zürich Tel. 044 366 99 55 Fax 044 366 99 50 www.zewo.ch info@zewo.ch Consignes et explications concernant la consolidation 1. Introduction La fondation

Plus en détail

DÉCISIONS DU CONSEIL DES GOUVERNEURS DE LA BCE (AUTRES

DÉCISIONS DU CONSEIL DES GOUVERNEURS DE LA BCE (AUTRES 22 novembre 2013 DÉCISIONS DU CONSEIL DES GOUVERNEURS DE LA BCE (AUTRES QUE LES DÉCISIONS RELATIVES À LA FIXATION DES TAUX D INTÉRÊT) Opérations de marché Novembre 2013 Mise en place d un réseau d accords

Plus en détail

Le service de mobilité interbancaire. Pour un transfert confortable de vos paiements

Le service de mobilité interbancaire. Pour un transfert confortable de vos paiements Le service de mobilité interbancaire Pour un transfert confortable de vos paiements Le Service de mobilité interbancaire Pour les clients particuliers Pour un transfert confortable de vos paiements Vous

Plus en détail

SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS DM, D3 ET D1

SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS DM, D3 ET D1 RÉPONSE DE GAZ MÉTRO À UNE DEMANDE DE RENSEIGNEMENTS Origine : Demande de renseignements n o 1 en date du 14 juin 2010 Demandeur : Fédération canadienne de l entreprise indépendante SOLUTION INTÉGRÉE TARIFS

Plus en détail

LA CARTE D ACHAT EN SPHERE PUBLIQUE ETAT DES LIEUX FIN 2007

LA CARTE D ACHAT EN SPHERE PUBLIQUE ETAT DES LIEUX FIN 2007 LA CARTE D ACHAT EN SPHERE PUBLIQUE ETAT DES LIEUX FIN 2007 La Direction Générale des Finances Publiques propose un état des lieux de l utilisation de la carte d achat en sphère publique en 2007, en s

Plus en détail

PRESENTATION DE L ETAT ET DE l EVOLUTION DE LA DETTE DE LA VILLE DU HAVRE

PRESENTATION DE L ETAT ET DE l EVOLUTION DE LA DETTE DE LA VILLE DU HAVRE PRESENTATION DE L ETAT ET DE l EVOLUTION DE LA DETTE DE LA VILLE DU HAVRE Conseil municipal du 16 décembre 2013 1 - Evolution de l encours de la dette de 2013 à 2014 : Encours de la dette au 01/01/2013

Plus en détail

Enquête de la Régie de l assurance maladie du Québec sur la Clinique chirurgicale de Laval. Faits saillants et analyse

Enquête de la Régie de l assurance maladie du Québec sur la Clinique chirurgicale de Laval. Faits saillants et analyse Enquête de la Régie de l assurance maladie du Québec sur la Clinique chirurgicale de Laval Faits saillants et analyse 22 mars 2012 1. Objet et déroulement de l enquête À la suite d un article publié le

Plus en détail

PRELEVEMENT SEPA : LES BON REFLEXES

PRELEVEMENT SEPA : LES BON REFLEXES PRELEVEMENT SEPA : LES BON REFLEXES La réforme européenne sur les prélèvements (Règlement SEPA, pour Single Euro Payments Area) entre en vigueur dans quelques mois (1er août 2014). Ce nouveau système de

Plus en détail

Le service de mobilité interbancaire. Pour un transfert confortable de vos paiements

Le service de mobilité interbancaire. Pour un transfert confortable de vos paiements Le service de mobilité interbancaire Pour un transfert confortable de vos paiements Le Service de mobilité interbancaire Pour les clients particuliers Pour un transfert confortable de vos paiements Vous

Plus en détail

Préparez-vous au prélèvement SEPA

Préparez-vous au prélèvement SEPA MARS 2013 ENTREPRENEURS N 13 lesclesdelabanque.com PAIEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES Le site pédagogique sur la banque et l argent & banques-sepa.fr les banques accompagnent les entreprises pour le passage

Plus en détail

PLAN DE FORMATION COMPTABLE NOVEMBRE 2013

PLAN DE FORMATION COMPTABLE NOVEMBRE 2013 PLAN DE FORMATION COMPTABLE NOVEMBRE 2013 I L ENTREPRISE ET LA FAMILLE La famille est une entreprise La famille dépend de l entreprise La famille et l entreprise se gèrent de la même manière mais indépendamment

Plus en détail

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 366 Novembre 2012 Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 OBRVATION ET STATISTIQU ÉNERG En 2011, le prix du gaz a augmenté dans tous

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 21 juillet 2015 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE STATISTIQUES RELATIVES AUX FONDS D INVESTISSEMENT DE LA ZONE EURO MAI 2015 En mai 2015, l encours de parts émises par les fonds

Plus en détail

Le droit au compte. w w w. l e s c l e s d e l a b a n q u e. c o m Le site d informations pratiques sur la banque et l argent

Le droit au compte. w w w. l e s c l e s d e l a b a n q u e. c o m Le site d informations pratiques sur la banque et l argent 014 w w w. l e s c l e s d e l a b a n q u e. c o m Le site d informations pratiques sur la banque et l argent Le droit au compte L e s M i n i - G u i d e s B a n c a i r e s FBF - 18 rue La Fayette -

Plus en détail

La dette de consommation au Québec et au Canada

La dette de consommation au Québec et au Canada La dette de consommation au Québec et au Canada par : James O Connor Direction des statistiques sur les industries INTRODUCTION La croissance de l endettement à la consommation au Québec et au Canada entre

Plus en détail

RÉUNION PUBLIQUE DE PRÉSENTATION DU PROJET D ASSAINISSEMENT DU 23 NOVEMBRE 2013

RÉUNION PUBLIQUE DE PRÉSENTATION DU PROJET D ASSAINISSEMENT DU 23 NOVEMBRE 2013 MAIRIE DE BAZINCOURT/THIERCEVILLE RÉUNION PUBLIQUE DE PRÉSENTATION DU PROJET D ASSAINISSEMENT DU 23 NOVEMBRE 2013 Mairie de BAZINCOURT sur EPTE et THIERCEVILLE 6, rue de la Mairie 27140 Bazincourt sur

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2013

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2013 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 2 ème Trimestre 2013 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

La convention de compte

La convention de compte LES MINI-GUIDES BANCAIRES FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE Les Mini-guides Bancaires: La banque dans le creux de la main topdeluxe FEDERATION BANCAIRE FRANCAISE Repère n 5 La convention de compte Ces mini-guides

Plus en détail

ENREGISTREMENTS COMPTABLES DES FLUX RELATIFS AUX OPERATIONS REALISEES PAR L'ENTREPRISE

ENREGISTREMENTS COMPTABLES DES FLUX RELATIFS AUX OPERATIONS REALISEES PAR L'ENTREPRISE ENREGISTREMENTS COMPTABLES DES FLUX RELATIFS AUX OPERATIONS REALISEES PAR L'ENTREPRISE Rappels des cours précédents : Tout flux réel ou financier doit être enregistré en comptabilité. Les enregistrements

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 15 Janvier 2013 La mobilité en Île-de-France Modes La voiture L EGT 2010 marque une rupture de tendance importante par rapport aux enquêtes précédentes, en ce qui concerne les

Plus en détail

Les écritures comptables des crédits revolving

Les écritures comptables des crédits revolving FT 2008-02 Outils, s et instruments financiers FT 2008-02 Les écritures comptables des crédits revolving Rédigée en collaboration avec la Direction générale des Finances publiques Service des collectivités

Plus en détail

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007.

LE PASS-TRAVAUX. Edition 2008. Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. Edition 2008 LE PASS-TRAVAUX Le prêt PASS-TRAVAUX concerne principalement les propriétaires, seuls 2% des bénéficiaires étaient locataires en 2007. A la demande de l ANPEEC, MV2 Conseil a réalisé, en 2007,

Plus en détail

Assurances placements

Assurances placements Fiche de connaissance Assurances placements Les assurances placement sont des contrats que vous souscrivez avec une compagnie d assurances, et non avec une banque. Elles sont toutefois commercialisées

Plus en détail

Prêts hypothécaires résidentiels BSI. Solutions flexibles et avantageuses réservées à nos clients

Prêts hypothécaires résidentiels BSI. Solutions flexibles et avantageuses réservées à nos clients Prêts hypothécaires résidentiels BSI Solutions flexibles et avantageuses réservées à nos clients 3 BSI, VOTRE PARTENAIRE DE CONFIANCE Depuis plus d un siècle, BSI met un point d honneur à proposer à ses

Plus en détail

Conditions générales (Avril 2010)

Conditions générales (Avril 2010) Maison Noble Conditions générales (Avril 2010) Limitations de responsabilité - A propos du site o Les photos sont la propriété de Maison Noble. Ceux qui visitent le site peuvent les copier pour les utiliser

Plus en détail

S PA : Soyez prêts le 1 er Février 2014!

S PA : Soyez prêts le 1 er Février 2014! S PA : Soyez prêts le 1 er Février 2014! En tant que partenaire de votre réussite, Mazars accompagne votre entreprise à chaque étape de sa croissance. Ce guide vous donne les clés pour réussir votre migration

Plus en détail

Le découvert : le montant est déterminé en fonction des besoins mais n excède pas, en principe, 1 mois de chiffre d affaires

Le découvert : le montant est déterminé en fonction des besoins mais n excède pas, en principe, 1 mois de chiffre d affaires INTRODUCTION : LES TYPES DE CREDITS DE TRESORERIE : Les facilités de trésorerie sont accordées aux entreprises pour satisfaire leurs besoins temporaires en capitaux dus au décalage entre les dépenses et

Plus en détail