Evolution du prix d'un compte à vue à

Save this PDF as:
Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Evolution du prix d'un compte à vue 01.01.2011 à 01.01.2015"

Transcription

1 Evolution du prix d'un compte à vue à Table des matières 1. Introduction Evolution du prix d'un compte à vue entre 2011 et Méthode Résultats Analyse du prix si le comportement de paiement est adapté et en appliquant des coefficients de pondération aux profils d'utilisateurs et aux banques différents en 2015 par rapport à 2011 (scénario 1) Analyse du prix si le comportement de paiement reste inchangé et en appliquant les mêmes coefficients de pondération aux profils d'utilisateurs et aux banques en 2015 qu'en 2011 (scénario 2) Conclusion... 8 Jean-Paul Theunissen, Mathias Ingelbrecht, Peter Van Herreweghe SPF Economie, P.M.E., Classes moyennes et Energie Direction générale des Analyses économiques et Economie internationale Rue du Progrès Bruxelles

2 1. Introduction A la suite d'une question parlementaire et à la demande du ministre de l'economie, le SPF Economie a analysé l'évolution du prix d'un compte à vue. Pour ce faire, le SPF Economie a eu recours en partie à une méthode qu'il a développée 1 en 2012 afin d'étudier l'évolution du prix de ce service bancaire. L'application de cette méthode a permis au SPF Economie de dresser l'évolution du prix d'un compte à vue entre le et le Evolution du prix d'un compte à vue entre 2011 et Méthode Dans le cadre de cette analyse, nous considérons un compte à vue comme un compte en euros destiné aux particuliers (un ou plusieurs titulaires) pour lequel des frais de gestion sont facturés et sur lequel un certain nombre d'opérations de transactions pertinentes (voir explications plus loin) sont effectuées. Le compte à vue peut être un compte ordinaire, un compte électronique ou un compte offrant une formule complète de services. Il ne s agit pas d un compte pour jeunes, un compte de placements, un compte d'investissements ou un compte relevant des services bancaires de base. La publication de 2012 du SPF Economie se basait sur quatre profils d'utilisateurs de compte à vue : un profil électronique 2, un profil standard 3, un profil traditionnel 4 et un profil avec carte de crédit 5. Ces profils ont été conservés pour l'analyse actuelle (voir tableau 1). 1 Voir la publication: SPF Economie, , Le prix d un compte à vue en Belgique. Analyse pour la période 2008 jusqu à Un utilisateur ayant un profil électronique n'effectue ni retraits d'argent au guichet ni virements papier. 3 Ce profil se situe entre le profil électronique et le profil traditionnel. 4 Parmi tous les profils, le profil traditionnel effectue le plus de retraits d'argent au guichet et de virements papier. 5 Le profil avec carte de crédit équivaut au profil électronique mais inclut une carte de crédit.

3 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services en Belgique.» Tableau 1. Nombre d'opérations par transaction pertinente par profil En nombre. Profil Transactions pertinentes Nombre d'opérations Profil électronique Profil standard Profil traditionnel Profil avec carte de crédit Retraits d'argent en Belgique à un distributeur de billets d'une autre banque 7 8 Retraits d'argent au guichet 0 0 Virements papier 0 0 Abonnement au service d'internet Banking Oui Oui Carte de crédit Non Non Retraits d'argent en Belgique à un distributeur de billets d'une autre banque 8 9 Retraits d'argent au guichet 2 1 Virements papier 7 3 Abonnement au service d'internet Banking Oui Oui Carte de crédit Non Non Retraits d'argent en Belgique à un distributeur de billets d'une autre banque 9 10 Retraits d'argent au guichet 6 3 Virements papier 12 6 Abonnement au service d'internet Banking Non Non Carte de crédit Non Non Retraits d'argent en Belgique à un distributeur de billets d'une autre banque 7 8 Retraits d'argent au guichet 0 0 Virements papier 0 0 Abonnement au service d'internet Banking Oui Oui Carte de crédit Oui Oui Source : SPF Economie, Febelfin, BCE, calculs propres. Les profils se distinguent par le nombre d'opérations de trois transactions pertinentes effectuées chaque année (retraits d'argent aux distributeurs de billets d'autres banques, retraits d'argent au guichet et virements papier). Ils se distinguent également par le fait de disposer ou non d'une carte de crédit et d'un abonnement au service d'internet Banking. Les transactions pertinentes sont des transactions dont le nombre d'opérations effectuées peut avoir un impact sur le prix d'un compte à vue dans une certaine banque. Le nombre d'opérations d'une transaction pertinente n'est pas toujours inclus dans toutes les banques de manière illimitée dans le prix d'un compte à vue 6. Les utilisateurs d'un compte à vue effectuent également d'autres transactions comme des paiements avec une carte de débit, des domiciliations, des ordres permanents, des virements électroniques, des retraits d'argent aux distributeurs de billets de leur propre banque et d'autres transactions. Ces transactions sont cependant non pertinentes car le nombre d'opérations effectuées pour ces transactions n'a pas d'influence sur le prix. En effet, elles sont incluses de manière illimitée dans le prix d'une compte à vue. Les transactions de ce 6 Un utilisateur traditionnel qui effectue un grand nombre de virements papier peut, en fonction de la banque dont il est client, payer nettement plus pour un compte à vue qu'un utilisateur électronique qui ne fait que des virements électroniques.

4 type n'ont dès lors pas été prises en considération dans le calcul du prix. Le nombre d'opérations par transaction pertinente a été établi à partir de statistiques de la Banque Centrale Européenne (BCE) et de Febelfin 7. Dans cette étude, la pondération des différentes profils en 2011 est identique à celle de la publication de 2012 (sur la base d'estimations des banques interrogées). Pour 2015, ces coefficients de pondération (de 2011) ont été extrapolés de manière linéaire (voir tableau 2) sur la base des coefficients de pondération de 2008 et 2011 (de la publication de 2012). Tableau 2. Pondération des différents profils d'utilisateurs Profil Pondération profil (%) Profil électronique 29,8 37,0 Profil standard 22,1 17,0 Profil traditionnel 30,1 27,2 Profil avec carte de crédit 18,0 18,9 Source : SPF Economie, Febelfin, diverses banques, calculs propres. En %. La sélection des banques s'est effectuée sur la base du nombre de comptes à vue auprès d'elles en 2011 et 2015 (voir tableau 3). L'ensemble des banques retenues devait former une partie substantielle du nombre total de comptes à vue en Belgique. Fin 2011 et 2014, sept banques détenaient respectivement 78,7 % et 81,1 % de l'ensemble des comptes à vue. Ces banques ont été pondérées entre elles sur la base du nombre total de comptes à vue afin de déterminer le coefficient de pondération de chacune d'entre elles. Tableau 3. Nombre de comptes à vue En nombre ou en %. Nombre % total Nombre % total Comptes à vue auprès des 7 banques , ,1 Comptes à vue auprès d'autres banques , ,9 Nombre total de comptes à vue , ,0 Source : SPF Economie, Febelfin, calculs propres. Dans l'analyse de 2012 du SPF Economie, le compte à vue le moins cher a été sélectionné pour déterminer l'évolution du prix d'un compte à vue entre 2008 et Il s agit d un compte à vue pour chaque année, chaque profil d'utilisateurs et chaque banque, en supposant que l'utilisateur recherche chaque année la solution la moins chère. Le SPF Economie a utilisé comme point de départ pour l'étude actuelle le compte à vue le moins onéreux en 2011 dans chaque banque. Si ce compte à vue (le moins cher) de Le nombre de retraits d'argent aux distributeurs de billets et le nombre de retraits d'argent au guichet proviennent d'une statistique (interne, non accessible au public) de Febelfin tandis que le nombre de virements électroniques et papier est issu d'une statistique accessible au public de la Banque Centrale Européenne (BCE).

5 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services en Belgique.» existait encore en 2015, le coût de ce même compte à vue en 2015 a été calculé sur la base des listes de tarifs des banques retenues et du nombre d'opérations par profil d'utilisateurs. Si ce compte à vue n'existait plus en 2015 ou s'il ne pouvait plus être utilisé pour certaines transactions, un nouveau compte à vue le moins cher a été sélectionné. Le prix de ce compte a ensuite été calculé Résultats Sur la base des listes de tarifs de sept banques, le prix d'un compte à vue par profil a été calculé en 2011 et 2015 ainsi qu'une moyenne pondérée globale des différents profils (voir tableau 4). Deux scénarios ont été retenus : scénario (1) : conformément aux statistiques de Febelfin et de la BCE, l'utilisateur d'un compte à vue a adapté son comportement de paiement en 2015 par rapport à 2011 en effectuant moins de virements papier et plus de retraits d'argent aux distributeurs de billets. De plus, les profils électronique et avec carte de crédit ont gagné en importance en 2015 (voir tableau 1). scénario (2) : le comportement de paiement de l'utilisateur d'un compte à vue et la pondération des différents profils et des banques restent identiques en 2015 par rapport à 2011 (voir tableau 1). Tableau 4. Prix d'un compte à vue par profil d'utilisateurs et prix global (moyenne pondérée) En euros ou en %. Scénario 1 : Le nombre d'opérations par transaction pertinente ainsi que la pondération des différents profils et des banques évoluent en 2015 par rapport à Evolution (en euros) Prix compte à vue profil électronique 20,06 19,62-0,44-2,2 Prix compte à vue profil standard 27,62 28,46 +0,84 +3,0 Prix compte à vue profil traditionnel 29,99 29,86-0,13-0,5 Prix compte à vue profil avec carte de crédit 41,30 37,10-4,20-10,2 Moyenne globale pondérée du prix d'un compte à vue 28,54 27,23-1,31-4,6 Scénario (2): Le nombre d'opérations par transaction pertinente ainsi que la pondération des différents profils et banques restent constants en 2015 par rapport à Evolution (en euros) Prix compte à vue profil électronique 20,06 20,43 +0,37 +1,8 Prix compte à vue profil standard 27,62 30,62 +3,00 +10,9 Prix compte à vue profil traditionnel 29,99 34,70 +4,71 +15,7 Prix compte à vue profil avec carte de crédit 41,30 37,89-3,41-8,3 Evolution (en %) Evolution (en %) Moyenne globale pondérée du prix d'un compte à vue 28,54 30,12 +1,58 +5,5 Source : SPF Economie, Febelfin, diverses banques, calculs propres.

6 Analyse du prix si le comportement de paiement est adapté et en appliquant des coefficients de pondération aux profils d'utilisateurs et aux banques différents en 2015 par rapport à 2011 (scénario 1) Si l'utilisateur d'un compte à vue adapte son comportement de paiement en 2015 par rapport à 2011 et si les profils électronique et avec carte de crédit gagnent en importance en 2015 (par rapport à 2011) au détriment des profils standard et traditionnel, alors la moyenne pondérée globale du prix d'un compte à vue baisse de 1,31 euro soit de 4,6 % : de 28,54 euros en 2011 à 27,23 euros en En 2015, un utilisateur ayant le profil avec carte de crédit payait le plus pour un compte à vue et l'utilisateur ayant un profil électronique le moins. L'utilisateur ayant un profil standard paie en 2015 (par rapport à 2011) 3,0 % (soit 0,84 euro) de plus pour son compte à vue tandis que les utilisateurs ayant un profil électronique, traditionnel ou avec carte de crédit paient moins, à savoir respectivement 2,2 % (0,44 euro), 0,5 % (0,13 euro) et 10,2 % (4,20 euros) de moins. Il peut aussi y avoir des différences significatives entre les différentes banques sélectionnées. Le coût moyen pondéré d'un compte à vue pour un utilisateur ayant un profil électronique baisse de 20,06 euros en 2011 à 19,62 euros en 2015 (-0,44 euro soit -2,2 %). Les prix de ce profil fluctuent, en 2011, entre 0,00 euro et 31,20 euros et, en 2015, entre 0,00 euro et 33,76 euros. Trois banques en 2011 et même quatre en 2015 proposaient un compte à vue gratuit. Le coût moyen pondéré d'un compte à vue pour un utilisateur ayant un profil standard augmente de 27,62 euros en 2011 à 28,46 euros en 2015 (+0,84 euro soit +3,0 %). Les prix de ce profil fluctuent, en 2011, entre 0,00 euro (une banque) et 33,90 euros et, en 2015, entre 0,00 euro (une banque) et 42,00 euros. Le coût moyen pondéré d'un compte à vue pour un utilisateur ayant un profil traditionnel baisse de 29,99 euros en 2011 à 29,86 euros en 2015 (-0,13 euro soit -0,5 %). Les prix de ce profil fluctuent, en 2011, entre 0,00 euro (une banque) et 40,34 euros et, en 2015, entre 0,00 euro (une banque) et 42,00 euros. Le coût moyen pondéré d'un compte à vue pour un utilisateur ayant un profil avec carte de crédit baisse de 41,30 euros en 2011 à 37,10 euros en 2015 (-4,20 euros soit -10,2 %). Les prix de ce profil fluctuent, en 2011, entre 0,00 euro (une banque) et 50,70 euros et, en 2015, entre 0,00 euro (une banque) et 50,50 euros. La baisse de la moyenne globale pondérée du prix d'un compte à vue peut toutefois résulter d'une adaptation du comportement de paiement de l'utilisateur et des coefficients de pondération des profils d'utilisateurs et des banques entre 2011 et Afin d'exclure ces facteurs d'explication, le comportement de paiement des utilisateurs ainsi que les coefficients de pondération des profils d'utilisateurs et des banques sont maintenus constants en 2015 par rapport à 2011 (voir point ci-dessous).

7 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services en Belgique.» Analyse du prix si le comportement de paiement reste inchangé et en appliquant les mêmes coefficients de pondération aux profils d'utilisateurs et aux banques en 2015 qu'en 2011 (scénario 2) Si le comportement de paiement de l'utilisateur (le nombre d opérations par transaction pertinente par profil) ainsi que les coefficients de pondération des différents profils et des banques restent inchangés en 2015 par rapport à 2011, la moyenne pondérée globale du prix d'un compte à vue augmente de 1,58 euro soit de 5,5 % : de 28,54 euros en 2011 à 30,12 euros en Dans ce scénario, un utilisateur ayant le profil avec carte de crédit continue de payer le plus pour un compte à vue et l'utilisateur avec un profil électronique le moins en Les utilisateurs ayant un profil électronique, standard ou traditionnel paient en 2015 (par rapport à 2011) plus pour leur compte à vue, respectivement 1,8 % (0,37 euro), 10,9 % (3,00 euros) et 15,7 % (4,71 euros) de plus, tandis que l'utilisateur ayant un profil avec carte de crédit paie moins (-8,3 % soit -3,41 euros). Il peut aussi y avoir des différences significatives entre les différentes banques sélectionnées. Le coût moyen pondéré d'un compte à vue pour un utilisateur ayant un profil électronique augmente de 20,06 euros en 2011 à 20,43 euros en 2015 (+0,37 euro soit +1,8 %). Les prix de ce profil fluctuent, en 2011, entre 0,00 euro et 31,20 euros et, en 2015, entre 0,00 euro et 33,26 euros. Trois banques en 2011 et même quatre en 2015 proposent un compte à vue gratuit. Le prix d'un compte à vue est resté identique dans cinq banques mais a augmenté dans une banque et a diminué dans une autre. Le coût moyen pondéré d'un compte à vue pour un utilisateur ayant un profil standard augmente de 27,62 euros en 2011 à 30,62 euros en 2015 (+3,00 euro soit +10,9 %). Les prix de ce profil fluctuent, en 2011, entre 0,00 euro (une banque) et 33,90 euros et, en 2015, entre 0,00 euro (une banque) et 42,00 euros. Le prix d'un compte à vue a augmenté dans quatre banques mais a diminué dans une. Il est resté identique dans deux banques. Le coût moyen pondéré d'un compte à vue pour un utilisateur ayant un profil traditionnel augmente de 29,99 euros en 2011 à 34,70 euros en 2015 (+4,71 euros soit +15,7 %). Les prix de ce profil fluctuent, en 2011, entre 0,00 euro (une banque) et 40,34 euros et, en 2015, entre 0,00 euro (une banque) et 43,20 euros. Le prix d'un compte à vue a augmenté dans cinq banques mais est resté identique dans deux banques. Le coût moyen pondéré d'un compte à vue pour un utilisateur ayant un profil avec carte de crédit baisse de 41,30 euros en 2011 à 37,89 euros en 2015 (-3,41 euros soit -8,3 %). Les prix de ce profil fluctuent, en 2011, entre 0,00 euro (une banque) et 50,70 euros et, en 2015, entre 0,00 euro (une banque) et 50,50 euros. Le prix d'un compte à vue a diminué dans quatre banques mais a augmenté dans une. Il est resté identique dans deux banques.

8 3. Conclusion Si l'utilisateur d'un compte à vue adapte son comportement de paiement en 2015 par rapport à 2011, la moyenne pondérée globale du coût d'un compte à vue baisse de 4,6 % entre 2011 et Cette baisse résulte davantage des modifications des coefficients de pondération des profils d'utilisateurs et des banques. Si l'utilisateur laisse inchangé son comportement de paiement en 2015 par rapport à 2011 et si les coefficients de pondération des profils d'utilisateurs et des banques restent constants, la moyenne pondérée globale du prix d'un compte à vue augmente de 5,5 % entre 2011 et Au cours de la même période, l indice des prix à la consommation a crû de 4,3 %. En montants absolus et selon le scénario, la baisse (de 1,31 euro) ou la hausse (de 1,58 euro) du prix d'un compte à vue reste limitée. De plus, selon le profil d'utilisateurs, il existe un ou plusieurs (uniquement pour le profil électronique) comptes à vue gratuits. L analyse a été clôturée le 29 septembre 2015.

LANCEMENT BELFIUS PULSE START. Conférence de presse 18 décembre 2013

LANCEMENT BELFIUS PULSE START. Conférence de presse 18 décembre 2013 LANCEMENT BELFIUS PULSE START Conférence de presse 18 décembre 2013 Ordre du jour Contexte banque de détail Besoins changeants de la clientèle de détail Les clients Belfius évoluent simultanément Paysage

Plus en détail

Le service de mobilité bancaire entre en application dans les banques belges.

Le service de mobilité bancaire entre en application dans les banques belges. Changer de banque désormais plus facile, plus rapide et sans frais À la demande du ministre Van Quickenborne, les banques belges vont plus loin que leurs collègues européennes Bruxelles, le 1 er novembre

Plus en détail

Conditions débit argent DEGIRO

Conditions débit argent DEGIRO Conditions débit argent DEGIRO Table de matières Article 1. Definitions... 3 Article 2. Relation contractuelle... 3 Article 3. Enregistrement de crédit... 4 Article 4. Débit argent... 4 Article 5. Execution

Plus en détail

Observatoire des tarifs bancaires aux particuliers dans les COM du Pacifique

Observatoire des tarifs bancaires aux particuliers dans les COM du Pacifique Infos financières Octobre 2014 Observatoire des tarifs bancaires aux particuliers dans les COM du Pacifique L IEOM établit l observatoire public des tarifs bancaires dans les COM du Pacifique, conformément

Plus en détail

Découvrez Business Blue, LE compte à vue all-in pour entrepreneurs intelligents. FINTRO. PROCHE ET PRO.

Découvrez Business Blue, LE compte à vue all-in pour entrepreneurs intelligents. FINTRO. PROCHE ET PRO. Découvrez, LE compte à vue all-in pour entrepreneurs intelligents. FINTRO. PROCHE ET PRO. Effectuez vos opérations bancaires de manière transparente et à un prix fixe Une carte bancaire polyvalente Avec

Plus en détail

Tarifs en vigueur à partir du 14/03/2014 (sujets à modifications) Applicables aux comptes Hello bank! à usage privé (Pour les consommateurs)

Tarifs en vigueur à partir du 14/03/2014 (sujets à modifications) Applicables aux comptes Hello bank! à usage privé (Pour les consommateurs) Tarifs en vigueur à partir du 14/03/2014 (sujets à modifications) Applicables aux comptes Hello bank! à usage privé (Pour les consommateurs) Sommaire 1 I. L OFFRE HELLO BANK!... 3 1.1. Compte à vue Hello...

Plus en détail

LISTE DES PRIX DES PRINCIPALES OPERATIONS BANCAIRES AU 01/06/2015

LISTE DES PRIX DES PRINCIPALES OPERATIONS BANCAIRES AU 01/06/2015 LISTE DES PRIX DES PRINCIPALES OPERATIONS BANCAIRES AU 01/06/2015 Ces tarifs s'appliquent aux consommateurs au sens de la Loi sur les Pratiques du marché et la Protection des consommateurs du 6 avril 2010,

Plus en détail

A V I S N 1.680 ---------------------- Séance du mercredi 1er avril 2009 -------------------------------------------

A V I S N 1.680 ---------------------- Séance du mercredi 1er avril 2009 ------------------------------------------- A V I S N 1.680 ---------------------- Séance du mercredi 1er avril 2009 ------------------------------------------- Utilisation de titres-repas électroniques : projet d'arrêté royal adapté modifiant l'article

Plus en détail

Guichet automatique de banque

Guichet automatique de banque Guichet automatique de banque Mastère 2004 1 Guichet automatique de banque : GAB Objectif : Illustrer la vue fonctionnelle et particulièrement la définition des cas d utilisation. 1. Spécification du problème

Plus en détail

Tarifs. des opérations bancaires les plus fréquentes pour les personnes physiques en vigueur au 1/12/2014

Tarifs. des opérations bancaires les plus fréquentes pour les personnes physiques en vigueur au 1/12/2014 Tarifs des opérations bancaires les plus fréquentes pour les personnes physiques en vigueur au 1/12/2014 Arrêté royal du 23 mars 1995 relatif à l'indication du prix des services financiers homogènes. Cette

Plus en détail

Le point sur le service bancaire de base, cinq ans après son introduction

Le point sur le service bancaire de base, cinq ans après son introduction Le point sur le service bancaire de base, cinq ans après son introduction Le rapport du Service de médiation banque-crédit-placements annonce une diminution du nombre de comptes bancaires de base ouverts

Plus en détail

Comment ouvre-t-on un compte bancaire?

Comment ouvre-t-on un compte bancaire? Comment ouvre-t-on un compte bancaire? Sans compte-chèques, la vie de tous les jours serait bien compliquée. Si la loi accorde à toute personne un droit au compte bancaire, l'ouverture d'un tel compte

Plus en détail

JPMorgan Liquidity Funds Société d Investissement à Capital Variable (la «SICAV») de droit Luxembourgeois Registered Office:

JPMorgan Liquidity Funds Société d Investissement à Capital Variable (la «SICAV») de droit Luxembourgeois Registered Office: JPMorgan Liquidity Funds Société d Investissement à Capital Variable (la «SICAV») de droit Luxembourgeois Registered Office: European Bank & Business Centre, 6 route de Trèves, L-2633 Senningerberg, Grand

Plus en détail

Coûts, avantages et inconvénients des différents moyens de paiement

Coûts, avantages et inconvénients des différents moyens de paiement Coûts, avantages et inconvénients des différents moyens de paiement Présentation de l'étude de la Banque nationale de Belgique à la conférence de l'esta (Valence, le 15 mai 2006) Historique de l'étude

Plus en détail

Ménage/Haushalt. Etude comparative des frais bancaires usuels. de Konsument. (mai 2010)

Ménage/Haushalt. Etude comparative des frais bancaires usuels. de Konsument. (mai 2010) Etude comparative des frais bancaires usuels (mai 2010) En novembre 2008, l ULC avait réalisé une étude destinée à comparer les frais bancaires usuels appliqués par six banques luxembourgeoises. Le même

Plus en détail

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France

Focus sur les politiques publiques de l épargne en France Focus sur les politiques publiques de l épargne en France T. Mosquera Yon Banque de France 1 En France, les pouvoirs publics ont, dès 1818, souhaité mettre en place des dispositifs visant à encourager

Plus en détail

Tarifs aux personnes physiques et assimilés

Tarifs aux personnes physiques et assimilés Tarifs aux personnes physiques et assimilés Tarif PP : 5615 (C : 6514) - 2005/2006 - Editeur responsable : Jean-François Buslain, Grand-Place 5, 1000 Bruxelles. RUBRIQUES I. COMPTES A VUE II. COMPTES D'EPARGNE

Plus en détail

Convention Beobank Online et Beobank Mobile

Convention Beobank Online et Beobank Mobile Convention Beobank Online et Beobank Mobile Lisez attentivement cette Convention ("la Convention"). Lisez en tout cas la Section 1 - Conditions générales Beobank Online et Beobank Mobile. Ces conditions

Plus en détail

Le taux d'actualisation en assurance

Le taux d'actualisation en assurance The Geneva Papers on Risk and Insurance, 13 (No 48, July 88), 265-272 Le taux d'actualisation en assurance par Pierre Devolder* Introduction Le taux d'actualisation joue un role determinant dans Ia vie

Plus en détail

CONDITIONS TARIFAIRES

CONDITIONS TARIFAIRES CONDITIONS TARIFAIRES COMPTE BANCAIRE BforBANK Au 26 mai 2015 Retrouvez l ensemble de nos tarifs sur www.bforbank.com SOMMAIRE 1 EXTRAIT STANDARD DES TARIFS 5 OFFRES GRPÉES DE SERVICES 2 VERTURE, FONCTIONNEMENT

Plus en détail

OBSERVATOIRE DES TARIFS BANCAIRES IEOM

OBSERVATOIRE DES TARIFS BANCAIRES IEOM OBSERVATOIRE DES TARIFS BANCAIRES IEOM RAPPORT D ACTIVITÉ 2011 1 INSTITUT D ÉMISSION D OUTRE-MER Siège social 164, rue de Rivoli - 75001 Paris Tél. +33 1 53 44 41 41 Fax +33 1 44 87 99 62 Rapport d activité

Plus en détail

CEC Centre d'echange et de Compensation ASBL Arrondissement judiciaire de Bruxelles TVA BE 0414.509.011. boulevard de Berlaimont 14 1000 Bruxelles

CEC Centre d'echange et de Compensation ASBL Arrondissement judiciaire de Bruxelles TVA BE 0414.509.011. boulevard de Berlaimont 14 1000 Bruxelles CEC Centre d'echange et de Compensation ASBL Arrondissement judiciaire de Bruxelles TVA BE 0414.509.011 boulevard de Berlaimont 14 1000 Bruxelles Rapport annuel 2004 TABLE DES MATIERES EVOLUTION GENERALE

Plus en détail

Code de conduite relatif au service de mobilité interbancaire

Code de conduite relatif au service de mobilité interbancaire switching-selfregulation-fr.docx version 2 Patrick Wynant 22/10/2010 Code de conduite relatif au service de mobilité interbancaire A la demande de la Commission européenne, le European Banking Industry

Plus en détail

REGLEMENT CRELAN-ONLINE.BE

REGLEMENT CRELAN-ONLINE.BE REGLEMENT CRELAN-ONLINE.BE Définitions Dans le cadre du présent Règlement, les termes repris ci-dessous ont la signification définie ci-après : a. «Banque» : le Groupe Crédit Agricole en tant que Fédération

Plus en détail

OBSERVATOIRE DES TARIFS BANCAIRES IEOM

OBSERVATOIRE DES TARIFS BANCAIRES IEOM ÉDITION 2013 OBSERVATOIRE DES TARIFS BANCAIRES IEOM RAPPORT D ACTIVITÉ 2012 INSTITUT D ÉMISSION D OUTRE-MER Siège social 164, rue de Rivoli - 75001 Paris Tél. +33 1 53 44 41 41 Fax +33 1 44 87 99 62 Rapport

Plus en détail

CARTE DE BANQUE: information précontractuelle

CARTE DE BANQUE: information précontractuelle CARTE DE BANQUE: information précontractuelle 1. Information relative à BNP Paribas Fortis SA La carte de banque est un produit de BNP Paribas Fortis SA, dont le siège social est établi à 1000 Bruxelles,

Plus en détail

Tarifs et taux valables pour la clientèle < 30 ans en vigueur au 03-04-2013

Tarifs et taux valables pour la clientèle < 30 ans en vigueur au 03-04-2013 Tarifs et taux valables pour la clientèle < 30 ans en vigueur au 03-04-2013 Les clients de mois de 25 ans ont à titre standard le compte Blue qui est entièrement. Sont notamment compris dans ce compte

Plus en détail

Infos financières Avril 2013

Infos financières Avril 2013 Infos financières Avril 213 Observatoire des tarifs bancaires aux particuliers dans les DOM et la collectivité de Saint-Pierre-et-Miquelon L IEDOM établit l observatoire public des tarifs bancaires dans

Plus en détail

JPMorgan Funds Société d Investissement à Capital Variable (la «SICAV») Registered Office:

JPMorgan Funds Société d Investissement à Capital Variable (la «SICAV») Registered Office: JPMorgan Funds Société d Investissement à Capital Variable (la «SICAV») Registered Office: European Bank & Business Centre, 6 route de Trèves, L-2633 Senningerberg, Grand Duchy of Luxembourg R.C.S. Luxembourg

Plus en détail

SÉCURISEZ LE TRAITEMENT DES PAIEMENTS AVEC KASPERSKY FRAUD PREVENTION. #EnterpriseSec http://www.kaspersky.com/fr/entreprise-securite-it/

SÉCURISEZ LE TRAITEMENT DES PAIEMENTS AVEC KASPERSKY FRAUD PREVENTION. #EnterpriseSec http://www.kaspersky.com/fr/entreprise-securite-it/ SÉCURISEZ LE TRAITEMENT DES PAIEMENTS AVEC KASPERSKY FRAUD PREVENTION #EnterpriseSec http://www.kaspersky.com/fr/entreprise-securite-it/ Aujourd'hui, les clients des banques peuvent effectuer la plupart

Plus en détail

Evaluation de la loi du 24 mars 2003 instaurant le service bancaire de base

Evaluation de la loi du 24 mars 2003 instaurant le service bancaire de base Evaluation de la loi du 24 mars 2003 instaurant le service bancaire de base Etude réalisée à la demande de Madame Freya Van den Bossche, Ministre en charge de la protection de la consommation. RESEAU FINANCEMENT

Plus en détail

Tarif KBC. des principales opérations bancaires. Actualisé au 17 août 2015

Tarif KBC. des principales opérations bancaires. Actualisé au 17 août 2015 des principales opérations bancaires Actualisé au 17 août 2015 Ces taux s appliquent aux consommateurs au sens du Livre Ier du Code de droit économique du 23 février 2013, sauf mention contraire explicite.

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE

ORGANISATION MONDIALE ORGANISATION MONDIALE DU COMMERCE Comité du commerce des services financiers S/FIN/W/25/Add.1 19 juin 2003 (03-3275) Original: anglais COMMUNICATION DE HONG KONG, CHINE Tendances du marché et questions

Plus en détail

OBSERVATOIRE DES TARIFS BANCAIRES IEDOM

OBSERVATOIRE DES TARIFS BANCAIRES IEDOM OBSERVATOIRE DES TARIFS BANCAIRES IEDOM RAPPORT D ACTIVITÉ 2011 INSTITUT D ÉMISSION DES DÉPARTEMENTS D OUTRE-MER Établissement public national 164, rue de Rivoli - 75001 PARIS Tél. 01 53 44 41 41 Rapport

Plus en détail

Lisez ce premier. Droit d'auteur

Lisez ce premier. Droit d'auteur Next Generation Banking system Cloud Banking Service Provider Mobile Banking Service Provider Lisez ce premier Nous vous remercions de votre intérêt pour MBSP (Prestataire de services de Mobile Banking)

Plus en détail

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles

NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles NC 06 Norme comptable relative aux Immobilisations incorporelles Objectif 01. Une entreprise peut acquérir des éléments incorporels ou peut elle-même les développer. Ces éléments peuvent constituer des

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

La banque solide comme La Poste

La banque solide comme La Poste Les primeurs et les infos de Banque de La Poste n 6 Avril 2009 La banque solide comme La Poste Placements : il faut donner du temps au temps Nouvelle législation compte d épargne : y voir clair PostMobile,

Plus en détail

Chapitre 4 : les stocks

Chapitre 4 : les stocks Chapitre 4 : les stocks Stocks et actifs Une entreprise achète généralement des biens pour les utiliser dans son processus de production, ce sont les matières premières et les fournitures, elle peut également

Plus en détail

Pro Pack. PROFESSIONnELs

Pro Pack. PROFESSIONnELs Pro Pack PROFESSIONnELs Le compte sur mesure Le compte à la mesure des professionnels. Des services bancaires étendus pour un prix fixe. Vous cherchez une solution globale pour vos opérations bancaires

Plus en détail

liste des tarifs AXA Banque

liste des tarifs AXA Banque liste des tarifs AXA Banque partie 1 de 6 : opérations de paiement tarifs et taux d'intérêt en vigueur au 1.8.2012 compte à vue 1 / 6 1. frais de gestion (payables anticipativement chaque année au 01/01)

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE AVRIL 2015

DOSSIER DE PRESSE AVRIL 2015 DOSSIER DE PRESSE AVRIL 2015 1- LA BANQUE EN LIGNE FORTUNEO Créée en 2000, Fortuneo est une banque en ligne qui propose une gamme complète de produits et services de bancassurance à destination des particuliers

Plus en détail

Deutsche Bank Dossier spécial

Deutsche Bank Dossier spécial Deutsche Bank Dossier spécial Tout ce que vous devez savoir sur la réforme du livret d épargne Sommaire La réforme des comptes d épargne réglementés en 9 points Introduction...3 1. Plus de conditions pour

Plus en détail

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique

Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique BANQUE NATIONALE DE BELGIQUE ENQUETES SUR LA CONJONCTURE Baromètre de conjoncture de la Banque Nationale de Belgique Janvier 211 15 1 5-5 -1-15 -2 - -3-35 21 22 23 24 26 27 28 29 21 211 Série dessaisonalisée

Plus en détail

Cas n COMP/M.5432 - CREDIT MUTUEL / COFIDIS. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS

Cas n COMP/M.5432 - CREDIT MUTUEL / COFIDIS. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS FR Cas n COMP/M.5432 - CREDIT MUTUEL / COFIDIS Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS Article 6, paragraphe 1, point b) NON-OPPOSITION

Plus en détail

Devenez expert. en trading d'or. Tout ce qu'il faut savoir pour trader l'or

Devenez expert. en trading d'or. Tout ce qu'il faut savoir pour trader l'or Devenez expert en trading d'or Tout ce qu'il faut savoir pour trader l'or 01 02 Pourquoi l'or est-il si précieux? Tout le monde sait que l'or est cher, mais pourquoi est-il si prisé partout dans le monde?

Plus en détail

Rapport S 3.2 «Informations non bilantaires»

Rapport S 3.2 «Informations non bilantaires» Rapport S 3.2 «Informations non bilantaires» Banque centrale du Luxembourg Sommaire 1 Introduction...3 1.1 Population déclarante...3 1.2 Périodicité et délai de communication...3 2 Renseignement des opérations...4

Plus en détail

Le nouveau régime de compte épargne temps

Le nouveau régime de compte épargne temps Le nouveau régime de compte épargne temps Pourquoi un nouveau régime de compte épargne temps? Les dispositions prévues élargissent les possibilités d'utilisation des jours déposés sur un compte épargne

Plus en détail

Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015

Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015 Pages 38 à 41. Pourquoi on a fait l'euro. Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015 - situe en 1970 le projet de créer une monnaie unique au sein de la Communauté économique européenne

Plus en détail

Changements au régime d'assurance collective au 1 er janvier 2015 qui s appliquent aux retraités du Mouvement Desjardins. Questions et réponses

Changements au régime d'assurance collective au 1 er janvier 2015 qui s appliquent aux retraités du Mouvement Desjardins. Questions et réponses Changements au régime d'assurance collective au 1 er janvier 2015 qui s appliquent aux retraités du Mouvement Desjardins Questions et réponses Q-1 Pourquoi modifier à nouveau le régime d'assurance collective

Plus en détail

Compte sur livret. Mots clés : Sommaire : Compte sur livret. 1. Qui peut bénéficier d un compte sur livret? 2. Le compte sur livret au quotidien

Compte sur livret. Mots clés : Sommaire : Compte sur livret. 1. Qui peut bénéficier d un compte sur livret? 2. Le compte sur livret au quotidien - 1 - Compte sur livret Mots clés :! Compte! Epargne! Versements! Rémunération! Livret! Fiscalité Sommaire : 1. Qui peut bénéficier d un compte sur livret? 1.1 Un produit d épargne ouvert à tous 1.2 Les

Plus en détail

Tarif Public. Sage BOB 50 PME Mode Licence

Tarif Public. Sage BOB 50 PME Mode Licence Tarif Public Sage BOB 50 PME Mode Licence Avril 2013 Sage BOB 50 SQL - Comptabilité et Finance Répartition fonctionnelle + Comptabilité (1) Personnalisation des écrans de recherche Export des grilles de

Plus en détail

I/ L adhésion au programme de fidélité des hôtels Roi Soleil

I/ L adhésion au programme de fidélité des hôtels Roi Soleil Conditions générales de la carte de Fidélité Les Cartes Gold s'inscrivent dans le programme de fidélité des Hôtels Roi Soleil, géré par la Sarl Hôtels Roi Soleil au capital de 11 650 000 dont le siège

Plus en détail

Code de conduite relatif au service de mobilité interbancaire

Code de conduite relatif au service de mobilité interbancaire switching - selfregulation - FR.d ocx v ersion 1.0 Patrick Wynant 30/10/2009 Code de conduite relatif au service de mobilité interbancaire A la demande de la Commission européenne, le European Banking

Plus en détail

ENTREPRISES, PROFESSIONNELS ET ASSOCIATIONS

ENTREPRISES, PROFESSIONNELS ET ASSOCIATIONS BARÈME ENTREPRISES, PROFESSIONNELS ET ASSOCIATIONS CONDITIONS TARIFAIRES APPLICABLES AU 1 ER SEPTEMBRE 2013 (EN F.CFP - TSS 5 % INCLUSE) V2 1 OUVERTURE, FONCTIONNEMENT ET SUIVI DE VOTRE COMPTE > Ouverture,

Plus en détail

Cartes de crédit ING Mode d emploi

Cartes de crédit ING Mode d emploi Cartes de crédit ING Mode d emploi 1 Bienvenue Nous sommes heureux de vous compter parmi les titulaires d une carte de crédit ING. En parcourant ce guide, vous découvrirez les nombreux avantages de votre

Plus en détail

Texte de l'arrêté "Site e-business"

Texte de l'arrêté Site e-business Texte de l'arrêté "Site e-business" Arrêté relatif à l'octroi d'une prime aux entreprises qui créent un site e-business tel que modifié par l'arrêté du 15 juin 2006 (MB 12.07.2006) Le Gouvernement wallon,

Plus en détail

ICC 109 8. 14 septembre 2012 Original : anglais. tendances de la consommation du café dans certains pays importateurs.

ICC 109 8. 14 septembre 2012 Original : anglais. tendances de la consommation du café dans certains pays importateurs. ICC 109 8 14 septembre 2012 Original : anglais F Conseil international du Café 109 e session 24 28 septembre 2012 Londres, Royaume Uni Tendances de la consommation du café dans certains pays importateurs

Plus en détail

Centrale des crédits aux entreprises

Centrale des crédits aux entreprises Centrale des crédits aux entreprises Bruxelles, mercredi 23 octobre 2013 Patrick BISSOT Introduction Le crédit est important et même nécessaire pour l'économie... 2 / 25 Crédits enregistrés à la CCE Comparaison

Plus en détail

Compte-titres. Sommaire : 1. Utilité du compte-titres. 1.1 Ouvrir un compte-titres 1.2 Services attachés au compte-titres. 2.

Compte-titres. Sommaire : 1. Utilité du compte-titres. 1.1 Ouvrir un compte-titres 1.2 Services attachés au compte-titres. 2. Compte-titres - 1 - Compte-titres Mots clés :! Banque! Société de Bourse! Valeur mobilière! Action! Obligation! Warrant! Certificat! Fiscalité! Plus-value! Dividende! Gestion! Courtage! Garde! Agrément!

Plus en détail

La Solution Crypto et les accès distants

La Solution Crypto et les accès distants La Solution Crypto et les accès distants Introduction L'objectif de ce document est de présenter les possibilités d'accès distants à La Solution Crypto. Cette étude s'appuie sur l'exemple d'un groupement

Plus en détail

Définition du compte courant

Définition du compte courant Définition du compte courant Un compte courant n est pas un compte bancaire, mais un simple compte dans le système comptable de l Office (SAP/R3), qui est inclus dans le grand livre des comptes clients.

Plus en détail

Les entreprises qui adoptent les communications unifiées et la collaboration constatent de réels bénéfices

Les entreprises qui adoptent les communications unifiées et la collaboration constatent de réels bénéfices Une étude personnalisée commandée par Cisco Systems Les entreprises qui adoptent les communications unifiées et la collaboration constatent de réels bénéfices Juillet 2013 Déploiement d'une large gamme

Plus en détail

BARÈME PARTICULIERS CONDITIONS TARIFAIRES APPLICABLES AU 1 ER FÉVRIER 2014 (EN F.CFP - TSS 5 % INCLUSE)

BARÈME PARTICULIERS CONDITIONS TARIFAIRES APPLICABLES AU 1 ER FÉVRIER 2014 (EN F.CFP - TSS 5 % INCLUSE) BARÈME PARTICULIERS CONDITIONS TARIFAIRES APPLICABLES AU 1 ER FÉVRIER 2014 (EN F.CFP - TSS 5 % INCLUSE) EXTRAIT STANDARD DES TARIFS Dans le but de vous faciliter la lecture de ses barèmes tarifaires, la

Plus en détail

Observatoire des tarifs bancaires aux particuliers dans les DOM et la collectivité de Saint-Pierre-et-Miquelon

Observatoire des tarifs bancaires aux particuliers dans les DOM et la collectivité de Saint-Pierre-et-Miquelon Infos financières Avril 215 Observatoire des tarifs bancaires aux particuliers dans les DOM et la collectivité de Saint-Pierre-et-Miquelon L IEDOM établit l observatoire public des tarifs bancaires dans

Plus en détail

PROJET DE GESTION PORTEFEUILLE. Evaluation d une Stratégie de Trading

PROJET DE GESTION PORTEFEUILLE. Evaluation d une Stratégie de Trading PROJET DE GESTION PORTEFEUILLE Evaluation d une Stratégie de Trading Encadré par M. Philippe Bernard Master 1 Economie Appliquée-Ingénierie Economique et Financière Taylan Kunal 2011-2012 Sommaire 1) Introduction

Plus en détail

INTRODUCTION 3 1. TAUX D INTÉRÊT POUR LES COMPTES DE PASSIF DES CLIENTS 4 2. PRÊTS, CRÉDITS, DÉPASSEMENTS ET DÉCOUVERTS 4

INTRODUCTION 3 1. TAUX D INTÉRÊT POUR LES COMPTES DE PASSIF DES CLIENTS 4 2. PRÊTS, CRÉDITS, DÉPASSEMENTS ET DÉCOUVERTS 4 Tarifs en vigueur INTRODUCTION 3 TARIFS 1. TAUX D INTÉRÊT POUR LES COMPTES DE PASSIF DES CLIENTS 4 1.1 PAR TYPE 1.2 REMBOURSEMENT ANTICIPÉ DE DÉPÔTS À TERME FIXE 2. PRÊTS, CRÉDITS, DÉPASSEMENTS ET DÉCOUVERTS

Plus en détail

Europe P aiements en

Europe P aiements en Paiements en Europe Payer en Europe comme si vous étiez dans votre pays 2 Grâce à la construction de la zone de paiement européenne unique SEPA (Single Euro Payments Area), la différence entre les paiements

Plus en détail

La crise n'a pas entamé la générosité des belges

La crise n'a pas entamé la générosité des belges INSTITUT POUR UN DÉVELOPPEMENT DURABLE Institut pour un Développement Durable Chaussée de Chastre, 113 B-5140 Sombreffe Tél : 0484.109.764 E-mail : idd@iddweb.be La crise n'a pas entamé la générosité des

Plus en détail

PEL et CEL. Mots clés : Sommaire : PEL et CEL. 1. Caractéristiques et fonctionnement du PEL. 2. Gestion du PEL du CEL.

PEL et CEL. Mots clés : Sommaire : PEL et CEL. 1. Caractéristiques et fonctionnement du PEL. 2. Gestion du PEL du CEL. - 1 - PEL et CEL Mots clés : Plan Epargne Logement Compte Prêt PEL CEL Crédit Construction Acquisition Résidence Versement Prime Sommaire : 1. Caractéristiques et fonctionnement du PEL 1.1 Caractéristiques

Plus en détail

Le coût des services bancaires

Le coût des services bancaires Juillet 2013 Le coût des services bancaires la Maison de la consommation et de l environnement a comparé, à partir des grilles tarifaires applicables en juillet 2013 de 10 établissements bancaires d Ille-et

Plus en détail

Description des services KBC-Touch

Description des services KBC-Touch Description des services KBC-Touch KBC-Touch est divisé en 5 grands domaines : Paiements, Épargne et Placements, Logement, Famille, Mobilité. Vous lirez ci-après une description des services par domaine.

Plus en détail

Baromètre Atradius des pratiques de paiement Etude internationale sur les comportements de paiement en B2B Principaux résultats - Belgique

Baromètre Atradius des pratiques de paiement Etude internationale sur les comportements de paiement en B2B Principaux résultats - Belgique RÉsultats Printemps 2012 Baromètre Atradius des pratiques Etude internationale sur les comportements en B2B Principaux résultats - Belgique Copyright Atradius N.V. 2012 Avertissement Ce rapport fournit

Plus en détail

Quels sont les grands déséquilibres macroéconomiques? Durée : maximum 4h30

Quels sont les grands déséquilibres macroéconomiques? Durée : maximum 4h30 Quels sont les grands déséquilibres macroéconomiques? Durée : maximum 4h30 Raphaël Pradeau (Académie de Nice) et Julien Scolaro (Académie de Poitiers) Programme : NOTIONS : Demande globale, inflation,

Plus en détail

CONDITIONS PARTICULIERES RELATIVES A LA FACILITE DE CAISSE I - En vigueur à partir du 23 mars 2015

CONDITIONS PARTICULIERES RELATIVES A LA FACILITE DE CAISSE I - En vigueur à partir du 23 mars 2015 Article 1. Terminologie CONDITIONS PARTICULIERES RELATIVES A LA FACILITE DE CAISSE I - La Banque : bpost banque S.A. Rue du Marquis 1 bte 2-1000 Bruxelles, TVA BE 0456.038.471, RPM Bruxelles qui agit en

Plus en détail

Le projet de système des paiements en euros

Le projet de système des paiements en euros Jean-François Pons, Fédération Bancaire Française Le projet de système des paiements en euros (SEPA) =Single Euro Payment Area Conférence de l Union des banques du Maghreb sur la carte bancaire, Hammamet,

Plus en détail

Liste des tarifs. Liste des tarifs. Tarifs en vigueur à partir du 01/09/2015 (sujets à modifications)

Liste des tarifs. Liste des tarifs. Tarifs en vigueur à partir du 01/09/2015 (sujets à modifications) Liste des tarifs Liste des tarifs Tarifs en vigueur à partir du 01/09/2015 (sujets à modifications) Applicables aux comptes Hello bank! à usage privé (Pour les consommateurs) Liste des tarifs 2 Sommaire

Plus en détail

COMPTES ETRANGERS EN DINARS ET COMPTES ETRANGERS EN DEVISES CONVERTIBLES. sont subordonnés à l'autorisation de la Banque Centrale de Tunisie (1).

COMPTES ETRANGERS EN DINARS ET COMPTES ETRANGERS EN DEVISES CONVERTIBLES. sont subordonnés à l'autorisation de la Banque Centrale de Tunisie (1). AVIS DE CHANGE N 5 DU MINISTRE DU PLAN ET DES FINANCES RELATIF AUX COMPTES DE NON-RESIDENTS ( Publié au J.O.R.T. du 5 octobre 1982 ) * * * * * Le présent texte pris dans le cadre de l'article 19 du décret

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME

CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME CONSEIL SUPERIEUR DES INDEPENDANTS ET DES PME F PRAT COM - compétence territoriale A2 Bruxelles, le 26 mai 2011 MH/AB/JP A V I S sur UNE PROPOSITION DE LOI MODIFIANT LA LOI DU 6 AVRIL 2010 RELATIVE AUX

Plus en détail

crédit-logement prospectus n 7 le crédit-logement d application à partir du 26 février 2010

crédit-logement prospectus n 7 le crédit-logement d application à partir du 26 février 2010 crédit-logement prospectus n 7 d application à partir du 26 février 2010 le crédit-logement Prospectus Crédits-logement Ce prospectus est applicable à toutes les sociétés appartenant au Groupe AXA, soit

Plus en détail

Gestion des fonds dans le bilan et hors du bilan de letat

Gestion des fonds dans le bilan et hors du bilan de letat SAGEFI Directive dexøcution No 18 07.018.01 Gestion des fonds dans le bilan et hors du bilan de letat Emetteur : Destinataires : Service d analyse et de gestion financières (SAGEFI) Secrétaires généraux

Plus en détail

Etablissement et dépôt des comptes consolidés et du rapport de gestion consolidé

Etablissement et dépôt des comptes consolidés et du rapport de gestion consolidé Département Informations micro-économiques Service Centrale des bilans boulevard de Berlaimont 14 - BE-1000 Bruxelles tél. 02 221 30 01 - fax 02 221 32 66 e-mail: centraledesbilans@nbb.be - site Internet:

Plus en détail

mon compte- LE 1 ER COMPTE sans banque utile économique fiable

mon compte- LE 1 ER COMPTE sans banque utile économique fiable mon compte- LE 1 ER COMPTE sans banque utile économique fiable 01 SOMMAIRE 100% UTILE p 4 Le 1 er compte sans banque 0% TOXIQUE p 6 Ce que Compte-Nickel vous épargne MAÎTRISEZ À 100% p 8 Les tarifs des

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

Copropriété: 31, rue des Abondances 92100 Boulogne-Billancourt

Copropriété: 31, rue des Abondances 92100 Boulogne-Billancourt Eléments utilisés: Copropriété: 31, rue des Abondances 92100 Boulogne-Billancourt Notice explicative sur la ventilation de la facture EDF annuelle entre les différents postes de consommation à répartir

Plus en détail

Tarification. des Opérations de caisse. Services relatifs aux comptes. Frais et commissions 8 (1)

Tarification. des Opérations de caisse. Services relatifs aux comptes. Frais et commissions 8 (1) Services relatifs aux comptes 1. Ouverture de comptes de comptes courants Gratuit 2. Délivrance de carnets de chèques 2.1 Au guichet Gratuit 2.2 Envoi sous plis recommandé avec accusé de réception 25 DH

Plus en détail

Réduire l effet de levier des banques, un impact néfaste sur notre économie? (2/2)

Réduire l effet de levier des banques, un impact néfaste sur notre économie? (2/2) Réduire l effet de levier des banques, un impact néfaste sur notre économie? (2/2) Une précédente analyse 1 a introduit le concept d'effet de levier, procédé visant à s'endetter pour chercher à accroître

Plus en détail

CONDITIONS TARIFAIRES BforBANK

CONDITIONS TARIFAIRES BforBANK CONDITIONS TARIFAIRES BforBANK Au 26 mai 2015 Retrouvez l ensemble de nos tarifs sur www.bforbank.com SOMMAIRE 1 EXTRAIT STANDARD DES TARIFS 2 VERTURE, FONCTIONNEMENT ET SUIVI DE VOTRE COMPTE n Ouverture,

Plus en détail

Professionnels. Visa & MasterCard Business. Mode d emploi

Professionnels. Visa & MasterCard Business. Mode d emploi Professionnels Visa & MasterCard Business Mode d emploi Vous voici titulaire d une carte Visa Business ou MasterCard Business. Félicitations! Ce mode d emploi reprend toutes les informations relatives

Plus en détail

Edition 2013 QUE SIGNIFIE SEPA DIRECT DEBIT (SDD) POUR LES CONSOMMATEURS?

Edition 2013 QUE SIGNIFIE SEPA DIRECT DEBIT (SDD) POUR LES CONSOMMATEURS? Edition 2013 QUE SIGNIFIE SEPA DIRECT DEBIT (SDD) POUR LES CONSOMMATEURS? 1. SEPA pour les consommateurs - en bref Qu est-ce que SEPA? SEPA = Single Euro Payments Area Le Single Euro Payments Area (SEPA)

Plus en détail

Règlement Spécifique DB Visa Card

Règlement Spécifique DB Visa Card Deutsche Bank Règlement Spécifique DB Visa Card AVRIL 2015 Deutsche Bank AG est un établissement de crédit de droit allemand, dont le siège social est établi 12, Taunusanlage, 60325 Francfort-sur-le-Main,

Plus en détail

L état du numérique dans l enseignement en Wallonie

L état du numérique dans l enseignement en Wallonie Note d éducation permanente de l ASBL Fondation Travail-Université (FTU) N 2013 8, juillet 2013 www.ftu.be/ep L état du numérique dans l enseignement en Wallonie Quelle évolution depuis le nouveau plan

Plus en détail

Par ailleurs, il donne lieu à un relevé de compte au moins une fois par mois, si des opérations sont effectuées.

Par ailleurs, il donne lieu à un relevé de compte au moins une fois par mois, si des opérations sont effectuées. Le compte à vue Le compte à vue est au centre de votre relation avec la banque. Il est donc essentiel de bien savoir de quoi on parle. Au moment de votre entrée en relation avec la banque, la première

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE FONCTIONNEMENT

CONDITIONS GENERALES DE FONCTIONNEMENT CONDITIONS GENERALES DE FONCTIONNEMENT Article 1 - objet du service Sur abonnement, la Banque de l Habitat du Sénégal (BHS) met à la disposition de son client ci-après individuellement dénommé "l'abonné"

Plus en détail

CERTIFICATS TURBOS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004

CERTIFICATS TURBOS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 CERTIFICATS TURBOS Instruments dérivés au sens du Règlement Européen 809/2004 du 29 avril 2004 Emétteur : BNP Paribas Arbitrage Issuance B.V. Garant du remboursement : BNP Paribas S.A. POURQUOI INVESTIR

Plus en détail

Macroéconomie. Catherine Fuss Banque Nationale de Belgique catherine.fuss@nbb.be

Macroéconomie. Catherine Fuss Banque Nationale de Belgique catherine.fuss@nbb.be Macroéconomie Catherine Fuss Banque Nationale de Belgique catherine.fuss@nbb.be Macroéconomie Monnaie Fonction de la monnaie Moyen de paiement: troc incompatible avec une forte division du travail acceptation

Plus en détail

RAPPORT TECHNIQUE CCE 2014-2415

RAPPORT TECHNIQUE CCE 2014-2415 RAPPORT TECHNIQUE CCE 2014-2415 CCE 2014-2415 Rapport technique 2014 22 décembre 2014 2 CCE 2014-2415 3 CCE 2014-2415 Le tableau 1 présente les principaux indicateurs du contexte macro-économique belge

Plus en détail

Le service de mobilité interbancaire. Pour un transfert confortable de vos paiements

Le service de mobilité interbancaire. Pour un transfert confortable de vos paiements Le service de mobilité interbancaire Pour un transfert confortable de vos paiements Le Service de mobilité interbancaire Pour les clients particuliers Pour un transfert confortable de vos paiements Vous

Plus en détail

Bourse de Casablanca. Arrêtés relatifs aux titres de créance n é g o c i a b l e s

Bourse de Casablanca. Arrêtés relatifs aux titres de créance n é g o c i a b l e s Bourse de Casablanca Arrêtés relatifs aux titres de créance n é g o c i a b l e s ARRETES RELATIFS AUX TITRES DE CREANCE NEGOCIABLES ARRETE DU MINISTRE DES FINANCES ET DES INVESTISSEMENTS EXTERIEURS N

Plus en détail