Pauvreté et fécondité au Congo

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Pauvreté et fécondité au Congo"

Transcription

1 BUREAU D'APPLICATION DES METHODES STATISTIQUES ET INFORMATIQUES DT 14/2007 Pauvreté et fécondté au Congo Samuel AMBAPOUR Armel MOUSSANA HYLOD BAMSSII BAMSI B.P Brazzavlle

2 DT 14/2007 Pauvreté et fécondté au Congo Samuel AMBAPOUR* Armel MOUSSANA HYLOD** Résumé : Dans ce texte, on se propose d analyser la relaton entre pauvreté et fécondté à partr des données de l Enquête Démographque et de Santé (EDS) du Congo de Cette relaton qu a déjà fat l objet de nombreuses recherches dans dfférents pays, a suscté de nombreux débats dans la lttérature démo-économque. Il ressort que, l assocaton pauvreté et fécondté donnent des résultats paradoxaux étrotement dépendants des ndcateurs de mesure de la pauvreté. Dans ce paper, la pauvreté est abordée selon une approche non monétare et multdmensonnelle ; plus précsément, elle est appréhendée selon tros sous approches : actfs essentels, stratfcaton socoéconomque du nveau de ve des ménages, et approche des capabltés de Sen. Quant à la fécondté, l ndcateur retenu est la parté : nombre d enfants qu a eu une femme au cours des cnq dernères années précédant l enquête. Les résultats des analyses économétrques montrent qu effectvement, le sens de la relaton entre pauvreté et fécondté peut dfférer d un ndcateur de pauvreté à l autre. Mots-clés : actfs essentels, capabltés, fécondté, fonctonnements, pauvreté non monétare, stratfcaton soco-économque. * CNSEE BP 2031 Brazzavlle. E-mal : **Ingéneur Statstcen au CNLS (stagare au CNSEE au moment de la rédacton de ce texte). Ces documents de traval ne reflètent pas la poston du BAMSI, mas n engagent que ses auteurs. These workng papers don t reflect the poston of BAMSI but only ther authors vew 2

3 Introducton La relaton entre pauvreté et fécondté qu a déjà fat l objet de nombreuses recherches dans dfférents pays, a suscté de nombreux débats dans la lttérature démo - économque. Il ressort que, l assocaton pauvreté et fécondté donnent des résultats paradoxaux 1 étrotement dépendants des ndcateurs de mesure de la pauvreté (Schoumaker, 1998 ; Schoumaker et Tabutn, 1999 ; Schoumaker, 2004). En effet, on note des ndcateurs très varés tant pour la pauvreté (revenu total du ménage, revenu par personne, ndcateur composte, classe soco-économque, etc.) que pour la fécondté (ndce synthétque de fécondté, parté par âge, descendance par âge, taux global de fécondté, etc.). Dans ce paper, l ndcateur retenu pour la fécondté est la parté : le nombre d enfants qu a eu une femme au cours des cnq dernères années précédant l enquête. Quant à la pauvreté, elle est abordée selon une approche non monétare et multdmensonnelle 2 ; plus précsément, elle est appréhendée selon tros sous approches (Beaulère, 2004) : actfs essentels, stratfcaton socoéconomque du nveau de ve des ménages, et approche des capabltés 5 de Sen. Dans la premère approche dte tradtonnelle, certans éléments lés à l habtat et au confort sont utlsés comme régresseurs dans l étude de la relaton pauvreté - fécondté. Dans la deuxème, qualfée de restrente, toujours à partr des actfs physques lés à l habtat et aux bens durables, on construt un ndcateur de rchesse pour chaque ménage, lequel ndcateur permet de grouper les ménages en dfférentes classes. Dans l approche des capabltés ou des fonctonnements de Sen, on s appue sur une mesure mcro-dmensonnelle de la pauvreté. Les dfférents actfs physques et bens durables sont regroupés et notés selon les nveaux de précarté ou de non précarté. Au sen de chaque groupe, une sommaton est ensute effectuée et un nveau de subsstance est chos. Les fonctonnements qu en résultent sont exprmés en termes d écarts ou de défcts par rapport au nveau de subsstance respectf. L analyse de la relaton pauvreté-fécondté se stue dans l optque de la Nouvelle Econome de la Famlle (New Home Economcs) selon laquelle, l est possble d applquer aux comportements démographques les nstruments classques de la théore du consommateur. En d autres termes, cette analyse englobe les varables 1 Lettre du CICRED n 2, 2000 (Pauvreté, fécondté et planfcaton famlale, Mexco, 2-4 jun 1998) 2 Ambapour (2006) 5 La pauvreté se tradut par un manque de capactés fonctonnelles élémentares pour attendre certans mnma acceptables. 3

4 habtuelles de revenu et de dépenses, mas également la qualté des enfants 4, et les contrantes en termes de temps et coût d opportunté des nassances. Ce cadre d analyse est d alleurs amendé pour tenr compte des spécfctés des pays en développement, dans lesquels les enfants consttuent d une part une source de man d œuvre mportante, et d autre part une assurance contre les aléas de la conjoncture ou les rsques de vellesse. S l on se réfère à l dée très répandue, ssue de la Nouvelle Econome de la Famlle selon laquelle la pauvreté est à l orgne d une fécondté élevée, cette affrmaton est corroborée ou rejetée selon les ndcateurs de pauvreté choss. Le mouvement de ce texte est le suvant : dans la premère parte, on ndque la source des données ans que les ndcateurs utlsés dans l étude de la relaton pauvreté - fécondté. La deuxème parte est consacrée à la présentaton du modèle théorque et aux procédures économétrques utlsées. La trosème parte donne les résultats des estmatons économétrques. D abord sont présentés les résultats de la relaton drecte pauvreté fécondté, ensute ceux des détermnants de la fécondté sute à l ntroducton des varables de contrôle. 1. Source des données et ndcateurs utlsés 1.1. Source des données Les données utlsées provennent de la premère enquête démographque et de santé du Congo (EDS-I) condute en 2005 par le Centre Natonal de la Statstque et des Etudes Economques, en collaboraton avec ORC Macro. L échantllon de cette enquête est représentatf au nveau natonal, et stratfé à deux degrés. Il a été tré ndépendamment dans chaque strate : - au premer degré, 225 grappes ont été trées, proportonnellement à leur talle, à partr de la lste des Zones de Dénombrement (ZD) étable lors du Recensement Général de la Populaton et de l Habtat (RGPH) de Toutes les grappes sélectonnées ont fat l objet d un dénombrement exhaustf des ménages ; - au deuxème degré, des ménages ont été trés, à probablté égale, à partr de la lste des ménages étable lors de l opératon de dénombrement. Au total 6012 ménages ont été sélectonnés pour l enquête ménage. 4 Cet aspect ne sera pas prs en compte dans l analyse 4

5 Toutes les 225 grappes sélectonnées dans l échantllon ont pu être enquêtées. Sur les 6012 ménages sélectonnés, 5926 ménages ont été dentfés et trouvés au moment de l enquête et, parm ces derners, 5879 ont pu être enquêtés avec succès. A l ntéreur des 5879 ménages, un questonnare a été admnstré à 7440 femmes élgbles en âge de procréer, sot celles âgées de 15 à 49 ans, ntervewées avec un taux de réponse de 95% ; sot en défntve, 7051 femmes. S agssant des hommes, dans un sous échantllon de ménages (un sur deux), 3515 hommes de 15 à 49 ans ont été dentfés et parm ces derners, 3146 ont été enquêtés avec succès, sot un taux de réponse de 90%. Cette étude porte sur un sous échantllon de 3928 femmes de 15 à 49 ans pour lesquelles on avat des nformatons complètes sur les ndcateurs choss. Ans, l EDS-I du Congo a perms de collecter à l échelle natonale, des nformatons permettant de connaître les nveaux et les tendances de la fécondté et d en analyser les facteurs explcatfs et d apprécer les atttudes, connassances et utlsaton en matère contraceptve. Cependant, l faut noter que l EDS-1 du Congo (comme beaucoup d enquêtes de ce genre réalsées dans beaucoup de pays) n a pas perms de collecter les données relatves aux ndcateurs monétares de nveau de ve. Il est donc mpossble d aborder la pauvreté selon l aspect monétare pour lequel de nombreux travaux se sont penchés, sot pour détermner une lgne de pauvreté (Ravallon, 1996), sot pour calculer des ndces de pauvreté (Forster et al., 1984). Dans ces condtons, la prse en compte de l aspect monétare de la pauvreté est abandonnée au proft d autres approches où les revenus (où les dépenses) ne permettent pas de mesurer toutes les dmensons de la pauvreté (Sen, 1985). Dans cette optque, l approche non monétare basée sur l utlsaton des nformatons relatves aux actfs et condtons de ve des ménages offre une alternatve ntéressante. Ce texte s nscrt donc dans ce contexte. Ce sont des nformatons relatves aux actfs physques des ménages et comprennent deux éléments : les caractérstques de l habtaton et la dsponblté des bens durables. Les éléments relatfs à l habtat et au confort sont les suvants : - nature des murs (terre battue, bos/planche, brque en terre non cute, tôle, brque cute, cment/agglo/parpang, autre) ; - nature du tot (palle/chaume/natte, tôle, tule, autre); - nature du sol (terre/sable, bos/planches, parquet ou bos pol, vnyle/lno/gerflex, carreaux, cment, moquette, autre) ; - type d asance (chasse d eau, fosse/latrnes amélorées, fosse/latrnes rudmentares, pas de tolette/nature, autre); 5

6 - mode d accès à l eau (robnet ntéreur propre, robnet ntéreur partagé, fontane publque ; puts protégé ntéreur, forage/puts à pompe ; puts non protégé ntéreur, puts non protégé publc ; source protégée, source non protégée, rvère/fleuve/margot ; eau de plue, camon cterne, eau boutelle, autre) ; - énerge pour la cusson des alments (électrcté, gaz boutelle/naturel, pétrole, charbon de bos, bos à brûler, scure/copeaux de bos, autre). Les avors des ménages concernent un nombre lmté des bens fonctonnels du ménage, lés aux transports, à l habtaton ou à la communcaton : rado, télévson, téléphone fxe, téléphone portable, ordnateur, réfrgérateur, réchaud à gaz/cusnère, réchaud à pétrole, bcyclette, mobylette ou motocyclette, voture ou camon, progue sans moteur, bateau/progue hors-bord Indcateurs utlsés Indcateurs de pauvreté L approche de la pauvreté adoptée est comme, on l a déjà ndqué, non monétare et multdmensonnelle, et le chox des ndcateurs résulte de la dsponblté des données dans l enquête. Tros sous approches sont utlsées : actfs essentels, stratfcaton soco-économque du nveau de ve des ménages et capabltés de Sen. () Actfs essentels. Les ménages pauvres sont défns en foncton de leur degré de précarté en termes d accès à un certan nombre d actfs. Il s agt : des ben durables (rado, télévseur, réfrgérateur, cusnère, bcyclette, camon, progue) et des caractérstques de l habtat, notamment, de l assanssement (source d eau potable, type de tolette) et de l habtat proprement dt (accès à l électrcté, nature du sol). Ans pour tout ménage et pour tout actf j, on obtent un tableau X dont les données sont en 0 et 1, ayant valeur booléenne : x = 0 s le ménage n a pas accès à l actf j, j = 1 snon. Dans ce cas le crtère de pauvreté retenu est le suvant : { xj j J} = 0, le ménage est pauvre, 1 snon ( 1 ) ( J étant l ensemble des ndcateurs). 6

7 Ans, pour un nveau de précarté codé 0, sont retenus comme pauvres : - les ménages dont l accès aux bens durables ne sont pas assurés ; - les ménages n ayant pas accès à l eau potable ; - les ménages habtant une mason dont le sol est naturel (en terre/sable) ; - les ménages n utlsant pas de tolette moderne ; - les ménages n ayant pas accès à l électrcté. () Stratfcaton soco-économque Comme les données de l enquête Démographque et de Santé ne collectent aucune nformaton sur les revenus (ou les dépenses), l s agt dans un premer temps, d estmer un ndcateur de rchesse pour chaque ménage basé sur la somme pondérée de dfférents ndcateurs de ben-être (Bollen, Glanvlle, et al., 2002 ; Flmer et Prtchett, 2001 ; Montgomery et al., 2000 ; Sahn et Stfel, 2000). S l on note par l ndcateur de rchesse pour le ménage, α j le pods de chaque beson essentel, l expresson de x j sa dotaton en beson essentel X est donnée par : j X et par X = α x + + α x 1 1 J J ( 2 ) Dfférentes technques d analyse multvarée (Lebart et al, 1995) sont souvent utlsées pour construre cet ndcateur. A la sute des travaux de Meulman (1992), on emploe l analyse en composantes prncpales non lnéare avec codage optmal (Beaulère, 2004 ; Lachaud, 1999). Sahn et Stfel (2000) préfèrent l analyse confrmatore, car selon eux, cette méthode peut se satsfare d un nombre lmté de facteurs communs. Dans le but de rédure l arbtrare dans le chox de la méthode de réducton des données, deux approches sont utlsées ces derners temps. La premère se fonde sur la méthodologe proposée par Asseln (2002) et se sert de l analyse des correspondances multples (Ambapour, 2006 ; Vodounou et Ahovey, 2001) comme technque de réducton des données. La deuxème approche utlse l analyse confrmatore avec varables qualtatves 5 (Moustak, 2000 ; Jöresk et Moustak, 2001, Mawek-Batana, 2007). La présente étude se base sur l analyse des correspondances multples (ACM). Ans, dsposant de l ndcateur de rchesse pour chaque ménage, on réalse dans un deuxème temps une classfcaton ascendante hérarchque (Ambapour-Kosso, 1992) à partr des coordonnées des deux premers facteurs de l ACM, permettant de grouper les ménages en tros classes : non pauvre, ntermédare et pauvre. 5 Deux approches sont proposées : l approche de la varable de réponse sous-jacente et l approche de la foncton réponse (Jöresk et Moustak,, 2001) 7

8 ()Capabltés de Sen. Ic, l s agt d exprmer un ndcateur de pauvreté multdmensonnel décomposable, à la fos selon les sous-groupes et les attrbuts 6 (Chakravaty, Mukherjee et Ranade, 1997 ; Bourgugnon, Chakravaty, 2003). Consdérons le tableau X des besons essentels de terme x j mesurant la quantté du j ème beson essentel possédée par le ménage. L ndce de pauvreté multdmensonnel PXz ( ; ) est exprmé par : n k 1 x j PXz ( ; ) = α j g n = 1 j= 1 z j ( 3 ) Où les α j (pondératons accordées aux besons essentels) sont des constantes >0 telles que α j = 1. La foncton g assocée à ( xj, z j ) est une foncton de dénuement ressent par le ménage lorsque la quantté du beson essentel j possédée est nféreure ou égale au nveau de subsstance z j. La contrbuton du sous groupe en n PX ( ; z) pourcentage à l ensemble de la pauvreté est estmée par : 100 n P( X; z) où n est l effectf des ndvdus ou des ménages du groupe, PX ( ; z) l ndce de pauvreté du groupe. Et, la contrbuton du beson essentel j à la pauvreté en pourcentage total est égale à : pauvreté du beson essentel j. Px ( j; zj) α j 100 où Px ( j; zj ) est l ndce de PXz ( ; ) Le reproche fat à cet ndce multdmensonnel, c est le caractère arbtrare de la défnton des seuls de pauvreté. Il est donc susceptble de varer avec l ntuton de l auteur. L approche de Sen permet donc de tenr compte de la lberté de chosr entre dfférentes combnasons de fonctonnements 7. Dans le cas de la présente étude, l analyse multdmensonnelle de la pauvreté se lmte à tros dmensons de l accès aux besons essentels : bens durables, assanssement et habtat. De ce fat, comme le soulgne Lachaud (1999), l on suppose mplctement que l accès à ces besons tradut 6 Cet ndce consttue une extenson de la décomposton undmensonnelle des mesures FGT, et, en même temps une tentatve pour rendre opératonnel l approche des capabltés de Sen (vor les travaux de Lachaud ) 7 «Un fonctonnement est une réalsaton, tands que la capablté renvoe à l apttude à réalser. Les fonctonnements sont donc plus drectement lés aux condtons de ve pusqu ls correspondent à dfférents aspects des condtons de ve» (Sen, 1992) 8

9 un nveau de ben-être observé non seulement par rapport aux fonctonnements spécfques appréhendés, mas également en relaton avec d autres besons de base ; et que ces tros besons retenus exprment les capactés d accès à la fos à des bens prvés (habtat, envronnement santare ndvduel) et à des servces publcs (assanssement santare collectf). Explctons concrètement le mode opératore de cette approche à partr des tros dmensons du ben-être appréhendées précédemment 8. Dans un premer temps toutes les catégores d actfs sont préalablement regroupées selon les nveaux de précarté ou de non précarté. La précarté totale est notée 0 et la non précarté 1. Dans un deuxème temps, au sen des tros groupes (bens durables, assanssement et habtat), on addtonne les notes de précarté relatves à chaque actf. Elles vont, respectvement pour les bens durables, l assanssement et l habtat de 0 à 7, 0 à 2 et 0 à 2 ; les notes maxmales 7, 2 et 2 correspondant à une absence de précarté. Dans ces condtons, tout ménage ayant un handcap est déclaré pauvre. Ce qu revent à fxer une lgne de pauvreté z = 1. Dans ce contexte, les fonctonnements qu en résultent, s exprment en termes d écarts ou de défcts par rapport au nveau de substance respectf ( z = 1) Indcateur de fécondté La fécondté est consdérée c, comme un phénomène en rapport avec les nassances vvantes du pont de vue de la femme ou du couple. Pluseurs ndcateurs permettent de sasr ce phénomène (Tabutn, 2000). Dans le cas de l EDS-I du Congo parm les ndcateurs fourns, on peut cter : le taux de fécondté par âge, l ndce synthétque de fécondté, le taux de natalté, le taux global de fécondté pour la pérode des tros années précédant l enquête. Dans la présente étude, l ndcateur de fécondté retenu est la parté : nombre d enfants qu a eu une femme au cours des cnq dernères années précédent l enquête. L nconvénent de cette mesure est connu. Selon Rogers (cté par Schoumaker et Tabutn, 2004), la parté fat référence à une pérode passée 9, alors que la plupart des mesures de nveau de ve se rapportent au présent. Notre étude n échappe donc pas à cette crtque. Néanmons, la tonalté de ce commentare peut être atténuée s l on tent compte de l argumentaton de Lerdon (Schoumaker et Tabutn, op. cté) selon laquelle, pour une femme, l exsterat une forte corrélaton entre le statut soco-économque à 25 ans et le statut soco-économque à 45 ans. 8 Vor Lachaud (2001) 9 Possblté des rsques d omssons ou de confusons (entre par exemple mort-nés et nassances vvantes). 9

10 2. Modélsaton et procédures économétrques 2.1. Modélsaton La fécondté semble être parm les tros composantes prncpales de la démographe (fécondté, mortalté, mgraton), celle qu dspose des fondatons théorques les plus fournes et les plus complètes (De Brujn, 2002). Dans ce domane, on note cependant que les seules approches théorques ayant fat l objet des formulatons précses et de réelles tentatves de valdaton provennent des économstes (Lerdon et Toulemon, 1997). Dans cette optque, le modèle théorque présenté c se base sur la Nouvelle Econome de la Famlle» assocé au nom de G. Becker, dont le but avéré est l analyse de l ensemble des comportements au sen de la famlle, avec l ade des outls de la théore mcro-économque. Cette Nouvelle Econome de la Famlle de l Ecole de Chcago est fondée sur la théore du chox du consommateur 10 : dans toutes ses actvtés, l homme s efforce d effectuer des chox ratonnels, en arbtrant entre les coûts et les bénéfces attendus de chaque décson. Ans, cette approche mcroéconomque englobe les varables habtuelles de revenu et de dépenses, mas également la qualté des enfants, et les contrantes en termes de temps et coût d opportunté des nassances. Le modèle fat ans le len entre les décsons prses en matère de fécondté et celles qu touchent aux autres actvtés du ménage, comme la partcpaton à la force de traval, l éducaton et la consommaton. L approche de Becker est souvent utlsée pour explquer les dfférences de comportement de fécondté entre pays développés et pays en voe de développement en termes d analyse de la structure des coûts (Vgnolle, 2004). Dans les premers, les coûts lés à la quantté sont élevés, alors que les coûts assocés à la qualté sont fables. La stuaton est nversée dans les pays en développement 11. La formulaton de l approche mcro-économque est la suvante : soent q et p, les quanttés et les prx du ben consommé, r le revenu, S la foncton de satsfacton du consommateur. Le comportement du consommateur est défn par 12 : 10 Lebensten est le premer économste à fare entrer l enfant dans la lste des «bens de consommaton» possbles pour les parents et Becker a ajouté à l analyse «un effet qualté» (Dolger, 2006 ; Lerdon et Toulemon, 1997) 11 Un arbtrage ratonnel entre les dfférents types de coûts peut ans permettre de comprendre les comportements de fécondté. 12 Pour plus de détals on pourra consulter Lerdon et Toulemon (1997), Beaulère (2004, 2007). 10

11 ( ) Max S q,,, 1 q sc p q r ( 4 ) Sous l hypothèse que la foncton de satsfacton est contnue, crossante, dfférentable jusqu au second ordre, avec des dérvées premères non smultanément nulles, et strctement quas concave, l exste un vecteur S maxmsant sous la contrante de revenu r. Les fonctons de demande : S ( ) q= q,,, 1 q unque q ( r, p) ( 5 ) défnssent comment vare q ( q,, 1 q ) = ( ) et r p p,, 1 p = quand les données exogènes varent et permettent de défnr les élastctés de revenu, de prx ou crosées. A chaque ben non marchand (comme les enfants ou la santé) que peut produre le ménage, on assoce une foncton de producton : Z ( xt, ) ( 6 ) qu dépend de l ensemble des bens et servces nécessares x et des temps qu devront y être consacrés par les dvers membres du ménage t. De là, on défnt une foncton d utlté famlale U plus large que la foncton de satsfacton S, prenant en compte l ensemble des bens et servces, et donc le nombre d enfants souhaté, c'est-à-dre la fécondté F : U = U( F, S, Z) ( 7 ) La contrante à respecter est c double : en ressources fnancères dsponbles ( r ) et en temps dsponble (t ). Apparaît donc la nécessté d arbtrer entre le temps consacré au traval (qu génère des revenus) et celu consacré à l éducaton des enfants (qu augmente la producton Z ). Sous certanes hypothèses (addtvté et lnéarté pour les fonctons de demande et de producton, sgnes des dverses élastctés) et en travallant sur l ensemble de la durée 11

12 du ménage, on aboutt à une équaton de régresson classque relant le nombre fnal d enfants à certanes varables explcatves 13. Il devent ntéressant, tant du pont théorque que pratque de savor s la modélsaton c-dessus est réellement pertnente dans le cas des pays en développement 14 (Wakam, 2004). Beaulère (2004) note que la modélsaton présentée c-dessus semble être attrayante pour l étude de la relaton pauvreté - fécondté, mas cependant elle reste trop smplste. Le modèle dot donc être amendé pour tenr compte des partculartés des pays en développement, dans lesquels les enfants consttuent d une part une source de man-d œuvre non néglgeable, et d autre part une assurance contre les aléas de la conjoncture ou les rsque de la vellesse. Le modèle est alors enrch par des dées pusées dans d autres dscplnes, de façon à tenr compte des aspects démographques, culturels et médcaux 15 (Pcard-Tortoroc, 1999). Dans cette optque, la foncton de demande d enfants peut de façon générale s écrre : ϕ = ϕλ (, λ, λ, λ, ε) h f m c (8) avec λ h, un ensemble des caractérstques du ménage, λ f et λ m respectvement les caractérstques de la femme et du conjont/mar, l envronnement ou de la communauté et λ c les caractérstques de ε l erreur aléatore qu reflète l hétérogénété de la fécondté des femmes et les facteurs nobservables. De peut extrare la lason drecte entre pauvreté non monétare et fécondté en posant : ( 8), on ϕ = ϕλ (, ε) hp avec λ h p, une caractérstque du ménage lée à la pauvreté non monétare (actfs des ménages par exemple). ( 9 ) 13 Où la fécondté F peut dépendre par exemple, du coût de la planfcaton famlale, du prx des bens échangeables sur le marché, du nveau de salare des parents, des actfs ou des capactés productves du ménage (vor Beaulère, 2004) 14 Plus précsément dans le contexte soco-culturel négro-afrcan 15 «L aspect épdémologque permet de mettre en évdence les processus susceptbles de condure au décès d un enfant et d en dédure les nstruments potentels pour dentfer l mpact de la mortalté nfantle sur la fécondté L aspect culturel peut guder le chox des hypothèses et des varables exogènes» (Pcard-Tortorc, 1999). 12

13 2.2. Procédures économétrques Dans cette étude, deux formes fonctonnelles des modèles ( 8 ) et ( 9 ) ont été utlsées. La premère est le modèle lnéare suvant ϕ = X β + ν ( 10 ) où { h, f, m, c} X = λ λ λ λ ( 11 ) L équaton ( 10) est estmée par la méthode des mondres carrés ordnares (MCO). La deuxème forme est le modèle de régresson de Posson. C est un modèle adapté à l analyse de varables entères non négatves (données de comptage) telles que le nombre d enfants nés vvants chez une femme. Sa formulaton est la suvante : µ γ e µ Pr ob( y = γ) = ; γ Ν, µ > 0 γ! ( 12 ) Où µ est le paramètre de la dstrbuton de Posson, tel que : E( y ) = Var( y ) = µ ( 13 ) Ce paramètre est lé à des varables exogènes par la forme log-lnéare : log µ = X β + ν ( 14 ) Le modèle ( 14) Cependant, l hypothèse est estmé par la méthode du maxmum de vrasemblance. ( 13) pas réalste ; c'est-à-dre que condtonnellement à selon laquelle la moyenne est égale à la varance n est x, la varance de l observaton ne peut varer ndépendamment de sa moyenne 16. Certans auteurs préfèrent alors utlser le modèle Negbn (le modèle de régresson de la lo bnomale négatve). Il y 16 Pour paller cet handcap, des tests de la surdsperson (la varance supéreure à la moyenne), et des spécfcatons alternatves ont été proposés. C est le cas du modèle de régresson de la lo bnomale où, y sut toujours une lo de Posson mas son espérance mathématque est entachée d un terme d erreur (Cameron et Trved, 1998). 13

14 sufft pour ce fare, de tester un paramètre supplémentare α tel que (Cameron et Trved, 1998) : = { + α } ( 15 ) Vary ( ) Ey ( ) 1 Ey ( ) La spécfcaton de Posson est donc testée par l hypothèse nulle : H : Var( y ) = E( y ) 0 contre l hypothèse alternatve : ( 16 ) H : Var( y ) E( y ) + α g E y 1 = ( ) { } g (.) est une foncton spécfée et défne de R + dans R +. Accepter l hypothèse nulle revent donc à accepter l hypothèse que α = Résultats des estmatons 3.1. Relaton drecte pauvreté - fécondté Approche par les actfs essentels Le tableau 1 donne les résultats des estmatons économétrques du modèle avec comme varables explcatves, les dfférents actfs détenus par les ménages. Du pont de vue de la technque d estmaton, l faut sgnaler, qu on trouve cnq varables sgnfcatves dans le cas des mondres carrés ordnares contre seulement deux dans le modèle de Posson. Il y a donc homogénété des résultats que pour deux varables : la possesson d une cusnère et la nature du sol. Cela étant, s l on consdère les mondres carrés ordnares, quatre varables sur cnq ont un effet négatf sur la fécondté : c est le cas de la possesson d une cusnère, de l accès à un plancher correct, à l eau potable et à l électrcté. En effet, la possesson d une cusnère par le ménage de la femme rédut la fécondté de 0,0899 enfants. Par alleurs les négaltés nhérentes à l accès à l eau potable, à l électrcté et à un type de sol correct condusent à basse de la fécondté respectvement de 0,0615, 0,651 et 0,1669 enfants. De l autre côté, le modèle de Posson ndque que la détenton par le ménage dont fat parte la femme, d une cusnère supplémentare fat basser la fécondté de 0,10 ponts ; tands que l accès à un sol moderne la rédut de 0, 157 ponts. ( 9) 14

15 Tableau 1 : Coeffcents de régresson et effets margnaux des estmatons de la relaton entre les besons (actfs) essentels et la fécondté. MCO Posson Coeff. t-stat Coeff. t-stat ef.mg Besons essentels Rado Télévson Réfrgérateur Cusnère ** ** ** Bcyclette * Camon Progue sans moteur Type de tolette (moderne) Eau potable ou non * Type de sol *** *** *** Accès à l électrcté * Constante N= 3928 N= 3928 F(11,3916)= 15,34 LR CHI(11)= 121,87 R 2 = 0,0413 Log Lkelhood= -4580,73 Note : ***, **, * : est sgnfcatf à 1%, 5% et 10% Stratfcaton soco-économque Sgnalons que l on a réalsé une analyse des correspondances multples du tableau crosant ménages et besons essentels. Le premer facteur rend compte de 28% de l nerte totale du tableau et le plan (1,2) cumule près de 39% de cette même nerte. Ensute une classfcaton ascendante hérarchque en tros classes a été effectuée : 30.8% non pauvres, 53.9% ntermédares et 15.3% pauvres. En réalté les deux dernères classes représentent les pauvres et extrêmement pauvres, ce qu nous donne 69.3% des pauvres. Ce résultat est proche de celu obtenu par la même méthode dans le cas des données de l ECOM, sot 70.67% (Ambapour, 2006) ; ce qu est très rassurant. 15

16 En ce qu concerne les résultats économétrques, ls sont très sgnfcatfs (au seul de 1%) tant pour la classe ntermédare que pour la classe pauvre et sont homogènes pour les deux technques d estmaton utlsées. L honneur échot c à la méthode d analyse des données utlsée, en l occurrence, l analyse des correspondances multples, technque qu permet une exploraton en profondeur de l nformaton recuelle, en rectfant parfos les erreurs venant de l observaton drecte. Ans dt, les deux facteurs analysés ont un mpact postf sur la demande d enfants corroborant de ce fat, la théore selon laquelle la pauvreté est à l orgne d une fécondté élevée. En effet, s l on regarde les résultats fourns par la méthode des MCO, on note que le fat pour une femme d appartenr à la classe ntermédare plutôt qu à la classe non pauvre accroît la fécondté de 0,175 enfants, toutes choses égales par alleurs. De même, l appartenance d une femme à la classe des ménages pauvres s accompagne, ceters parbus, d une augmentaton du nombre d enfants déjà nés de 0,466. La même nterprétaton peut être fate auss dans le cas du modèle de Posson : le fat pour une femme d appartenr à des ménages ntermédare et pauvre condut à un accrossement de la fécondté, respectvement de 0,19 et 0,52 enfants. Tableau 2 : Coeffcents de régresson et effets margnaux des estmatons de la relaton entre la stratfcaton soco-économque et la fécondté MCO Posson Coeff. t-stat Coeff. t-stat ef.mg Stratfcaton socoéconomque Intermédare *** *** *** Pauvre *** *** *** Constante N= 3928 N= 3928 F(2,3925)= 74,55 LR CHI(2)= 103,73 R 2 = 0,0366 Log Lkelhood= -4589,79 Note : ***, **, * : est sgnfcatf à 1%, 5% et 10%. 16

17 Fonctonnements essentels Comme on peut le noter, les résultats obtenus dans le tableau 3, sont dans une certane mesure en adéquaton avec ceux fourns pour les actfs essentels. En dehors du coeffcent des bens durables qu n est sgnfcatf (au seul de 10%) que dans le cas des MCO, les coeffcents des deux autres fonctonnements sont très sgnfcatfs (au seul de 1%) quel que sot l opton économétrque utlsée. Tableau 3 : Coeffcents de régresson et effets margnaux des estmatons de la relaton entre les fonctonnements essentels et la fécondté MCO Posson Coeff. t-stat Coeff. t-stat ef.mg Fonctonnements vtaux Bens durables * Assanssement *** *** *** Habtat *** *** *** Constante N= 3928 N= 3928 F(3,3924)= 46,91 LR CHI(3)= 97,87 R 2 = 0,0346 Log Lkelhood= -4592,72 Note : ***, **, * : est sgnfcatf à 1%, 5% et 10%. On observe par alleurs que tous ces fonctonnements sont négatvement lés au nombre d enfants déjà nés. La possesson des bens durables par le ménage de la femme rédut la parté de 0, 053 enfants. D un côté, les écarts en termes d accès à un cadre de ve assane et à un habtat décent font basser la fécondté respectvement de 0,102 et 0,236 enfants s l on se réfère aux estmatons des MCO. De l autre côté, dans le modèle de Posson, les négaltés relatves à l accès un cadre de ve assane et à un habtat adéquat entraînent une réducton de la parté de 0,10 et 0,232 enfants Les détermnants de la fécondté et pauvreté non monétare Ic, la relaton pauvreté fécondté est enrche par l ntroducton d autres varables dtes varables de contrôle 17. Cela permet d apprécer l effet net de la pauvreté non monétare sur la fécondté sute au contrôle des varables comme l éducaton de la 17 Les tableaux des résultats sont donnés en annexe (Annexes A2, A3, A4) 17

18 femme, l actvté professonnelle de la femme, la stuaton matrmonale, ou la présence du conjont/mar dans le foyer ou encore le mleu ou la régon de résdence. Les annexes A2, A3 et A4 montrent que, l ntroducton de ces varables modfe sensblement les estmatons. Dans le cas de la relaton entre actfs essentels et fécondté, on constate désormas qu un seul actf a un coeffcent sgnfcatf. Il s agt de la possesson d une cusnère. L mpact de cet actf sur la fécondté reste négatf et son coeffcent stable en valeur absolue : 0, 0878 contre 0,08991 dans l estmaton drecte en ce qu concerne les MCO et respectvement 0,91187 et 0,10307 pour les effets margnaux. Dans l approche de la stratfcaton soco-économque (Annexe 3), l y a une smltude avec les résultats obtenus dans la relaton drecte. Les classes (ntermédare et pauvre) conservent le même seul de sgnfcatvté dans les deux procédures économétrques et le sgne de leur mpact reste le même : la pauvreté est à l orgne d une fécondté élevée. On observe cependant une dmnuton de la valeur de ces coeffcents (en valeur absolue) dans le cas du modèle lnéare, et un accrossement des effets margnaux en ce qu concerne le modèle de Posson. Ans, l appartenance d une femme à la classe ntermédare accroît la fécondté de 0,101 enfants contre 0,175 dans la relaton drecte. Pour la classe pauvre on obtent une hausse de 0,227 enfants après ntroducton des varables de contrôle contre 0, 466 dans la relaton drecte. Dans la spécfcaton de Posson, l effet margnal assocé à une femme appartenant aux ménages ntermédares passe à 0,1026 contre 0,1920 dans la relaton drecte. Pour les ménages pauvres, cet effet état de 0,5227 dans la relaton drecte contre 0,2073 après ntroducton des varables de contrôle. Enfn, en ce qu concerne l approche des capabltés (Annexe A4), les coeffcents des tros fonctonnements ont le même sgne que ceux observés dans la relaton drecte ; cependant un seul coeffcent, celu de l habtat garde une nfluence sgnfcatve et ce, dans les deux optons économétrques. Ce coeffcent dans les deux cas a dmnué en valeur absolue. Nous allons mantenant examner l mpact des autres varables explcatves dtes varables de contrôle. Ce sont les varables qu font parte de la routne démographque. Commençons par l éducaton de la femme, exprmée c par le nveau d nstructon. Une documentaton mportante exste dans l étude de la relaton éducaton fécondté. L mpact de l nstructon sur la basse de la fécondté est souvent consdéré comme un len fort et quas unversel. On nous apprend à ce sujet que l nstructon (Josh et Davd, 2002) : - élève l âge au marage et donc rédut la durée de la ve reproductve ; 18

19 - lorsqu elle va au-delà de quelques années d école, elle s accompagne également d une réducton du nombre d enfants désrés ; - permet de franchr les obstacles à la contracepton, notamment en rédusant le coût psychologque ; - renforce le statut de l autonome des femmes ; - accroît également l autonome des femmes par rapport à leur propre corps et, du coup, leur capacté à refuser des relatons sexuelles non désrées. Sur les quatre modaltés de cette varable, tros sont sgnfcatves. Les nveaux d nstructon : secondare premer cycle, secondare deuxème cycle et supéreur ont une nfluence négatve sur la fécondté. Cette assocaton est valable quel que sot l ndcateur de pauvreté et la spécfcaton retenus. Par exemple l effet margnal relatf à une année supplémentare d éducaton secondare (deuxème cycle) est de -0, 14 en ce qu concerne les actfs essentels, -0,15 pour la stratfcaton soco-économque et -0,16 pour les fonctonnements essentels. La deuxème varable explcatve étudée est l âge découpé en tranches. L âge est consdéré comme un ndcateur de la santé physque et de la capacté de reproducton de la mère. Du pont de vue de la sgnfcatvté et du sgne des coeffcents, les résultats sont les mêmes ndépendamment de l opton économétrque et de l ndcateur de pauvreté. Les tranches d âges plus jeunes, ans et ans ont un effet postf sur la fécondté. A l nverse, les tranches d âges, et ans, ont un mpact négatf sur la fécondté. Cela peut être dû à la varable dépendante chose : le nombre d enfants nés vvants au cours des cnq dernères années précédent l enquête. En effet, la fécondté étant précoce au Congo, cec peut en parte explquer cela. La trosème varable de contrôle concerne l actvté professonnelle de la femme. Cette varable est avec l éducaton des facteurs mportants de la fécondté. Les modèles estmés permettent de conclure que le secteur de l artsanat, la catégore des ouvrers qualfés ou non et le secteur agrcole exercent une nfluence sgnfcatve sur la fécondté. Le fat pour une femme de travaller dans le secteur agrcole plutôt que dans le secteur moderne (admnstraton prvée/publque) accroît la fécondté, toutes choses égales par alleurs ; cette dernère basse (unquement dans les MCO) dans le cas ou la femme travalle dans l artsanat où appartent à la catégore des ouvrers qualfés ou non. La stuaton matrmonale de la femme est la quatrème varable de contrôle ntrodute. Comme facteur de la fécondté, cette varable a le sgne attendu, c'est-àdre qu elle est lée postvement à la fécondté, mas cependant, elle n est sgnfcatve 19

20 qu en ce qu concerne les actfs essentels dans le modèle des mondres carrés ordnares. La présence du conjont/mar a été chose comme varable reflétant la composton du ménage. Cette varable nflue très postvement sur la fécondté et ce, quel que sot le modèle et l ndcateur de pauvreté retenus. La sxème varable de contrôle étudée concerne la dscusson sur l usage du plannng famlal avec le conjont. C est une varable relatve au coût socal du contrôle des nassances et donc, un détermnant mportant de la fécondté. Les deux technques d estmaton MCO et Posson ndquent que le sens de la relaton entre la parté et cette varable est le même quel que sot l ndcateur de pauvreté : les dscussons sur l utlsaton du plannng famlal avec son conjont/mar sont postvement assocées à la fécondté. Par exemple s l on chos comme ndcateur de pauvreté, les actfs essentels et comme technque d estmaton les MCO, on conclura que le fat pour une femme de dscuter de l utlsaton du plannng famlal avec son conjont/mar pendant une ou deux fos entraîne une hausse de la fécondté de 0,134 enfants toutes choses égales par alleurs. Enfn, s agssant de la localsaton spatale des ménages, les résultats montrent que les coeffcents de régresson du mleu de résdence et de la régon de résdence ont le sgne attendu conformément aux statstques descrptves (Annexe 1) ; cependant ls ne sont pas sgnfcatfs. On peut dre dans ce cas, que ces deux varables n ntervennent pas dans la demande d enfants. Concluson L objectf de ce texte état d étuder la relaton entre pauvreté non monétare et fécondté, en utlsant les données de l Enquête Démographque et de santé du Congo de Pour ce fare nous avons, dans un premer temps, analysé la relaton drecte entre pauvreté et fécondté. A cet effet, tros types d ndcateurs de pauvreté ont été utlsés : actfs essentels, stratfcaton économque du nveau de ve et fonctonnements de Sen. L étude a montré que d une part, le chox de l ndcateur de pauvreté avat une nfluence non néglgeable sur l ntensté de cette relaton ; et que d autre part, s l on se réfère à l dée très répandue, ssue de la Nouvelle Econome de la Famlle selon laquelle la pauvreté est à l orgne d une fécondté élevée, cette affrmaton est corroborée (dans le cas de la stratfcaton économque du nveau de ve) ou rejetée (dans le cas des fonctonnements ou de certans actfs) selon les ndcateurs de pauvreté choss. Dans un deuxème temps, l analyse est enrche par l ntroducton d autres varables explcatves permettant de tenr compte des aspects économques, démographques, culturels ou socaux. Ce qu permet d apprécer l effet 20

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire

Assurance maladie et aléa de moralité ex-ante : L incidence de l hétérogénéité de la perte sanitaire Assurance malade et aléa de moralté ex-ante : L ncdence de l hétérogénété de la perte santare Davd Alary 1 et Franck Ben 2 Cet artcle examne l ncdence de l hétérogénété de la perte santare sur les contrats

Plus en détail

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks

Plan. Gestion des stocks. Les opérations de gestions des stocks. Les opérations de gestions des stocks Plan Geston des stocks Abdellah El Fallah Ensa de Tétouan 2011 Les opératons de gestons des stocks Les coûts assocés à la geston des stocks Le rôle des stocks Modèle de la quantté économque Geston calendare

Plus en détail

Remboursement d un emprunt par annuités constantes

Remboursement d un emprunt par annuités constantes Sére STG Journées de formaton Janver 2006 Remboursement d un emprunt par annutés constantes Le prncpe Utlsaton du tableur Un emprunteur s adresse à un prêteur pour obtenr une somme d argent (la dette)

Plus en détail

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES

MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES MÉTHODES DE SONDAGES UTILISÉES DANS LES PROGRAMMES D ÉVALUATIONS DES ÉLÈVES Émle Garca, Maron Le Cam et Therry Rocher MENESR-DEPP, bureau de l évaluaton des élèves Cet artcle porte sur les méthodes de

Plus en détail

Les jeunes économistes

Les jeunes économistes Chaptre1 : les ntérêts smples 1. défnton et calcul pratque : Défnton : Dans le cas de l ntérêt smple, le captal reste nvarable pendant toute la durée du prêt. L emprunteur dot verser, à la fn de chaque

Plus en détail

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations

Contrats prévoyance des TNS : Clarifier les règles pour sécuriser les prestations Contrats prévoyance des TNS : Clarfer les règles pour sécurser les prestatons Résumé de notre proposton : A - Amélorer l nformaton des souscrpteurs B Prévor plus de souplesse dans l apprécaton des revenus

Plus en détail

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises Les détermnants de la détenton et de l usage de la carte de débt : une analyse emprque sur données ndvduelles françases Davd Boune Marc Bourreau Abel Franços Jun 2006 Département Scences Economques et

Plus en détail

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques

Système solaire combiné Estimation des besoins énergétiques Revue des Energes Renouvelables ICRESD-07 Tlemcen (007) 109 114 Système solare combné Estmaton des besons énergétques R. Kharch 1, B. Benyoucef et M. Belhamel 1 1 Centre de Développement des Energes Renouvelables

Plus en détail

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle»

I. Présentation générale des méthodes d estimation des projets de type «unité industrielle» Evaluaton des projets et estmaton des coûts Le budget d un projet est un élément mportant dans l étude d un projet pusque les résultats économques auront un mpact sur la réalsaton ou non et sur la concepton

Plus en détail

UNE ETUDE ECONOMÉTRIQUE DU NOMBRE D ACCIDENTS

UNE ETUDE ECONOMÉTRIQUE DU NOMBRE D ACCIDENTS BRUSSELS ECONOMIC REVIEW - CAHIERS ECONOMIQUES DE BRUXELLES VOL. 49 - N 2 SUMMER 2006 UNE ETUDE ECONOMÉTRIQUE DU NOMBRE D ACCIDENTS DANS LE SECTEUR DE L ASSURANCE AUTOMOBILE* MARÍA DEL CARMEN MELGAR**

Plus en détail

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises

Les déterminants de la détention et de l usage de la carte de débit : une analyse empirique sur données individuelles françaises Les détermnants de la détenton et de l usage de la carte de débt : une analyse emprque sur données ndvduelles françases Davd Boune a, Marc Bourreau a,b et Abel Franços a,c a Télécom ParsTech, Département

Plus en détail

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social

Dirigeant de SAS : Laisser le choix du statut social Drgeant de SAS : Lasser le chox du statut socal Résumé de notre proposton : Ouvrr le chox du statut socal du drgeant de SAS avec 2 solutons possbles : apprécer la stuaton socale des drgeants de SAS comme

Plus en détail

santé Les arrêts de travail des séniors en emploi

santé Les arrêts de travail des séniors en emploi soldarté et DOSSIERS Les arrêts de traval des sénors en emplo N 2 2007 Les sénors en emplo se dstnguent-ls de leurs cadets en termes de recours aux arrêts de traval? Les sénors ne déclarent pas plus d

Plus en détail

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe

Les prix quotidiens de clôture des échanges de quotas EUA et de crédits CER sont fournis par ICE Futures Europe Méthodologe CDC Clmat Recherche puble chaque mos, en collaboraton avec Clmpact Metnext, Tendances Carbone, le bulletn mensuel d nformaton sur le marché européen du carbone (EU ETS). L obectf de cette publcaton

Plus en détail

L enseignement virtuel dans une économie émergente : perception des étudiants et perspectives d avenir

L enseignement virtuel dans une économie émergente : perception des étudiants et perspectives d avenir L ensegnement vrtuel dans une économe émergente : percepton des étudants et perspectves d avenr Hatem Dellag Laboratore d Econome et de Fnances applquées Faculté des scences économques et de geston de

Plus en détail

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes

EH SmartView. Identifiez vos risques et vos opportunités. www.eulerhermes.be. Pilotez votre assurance-crédit. Services en ligne Euler Hermes EH SmartVew Servces en lgne Euler Hermes Identfez vos rsques et vos opportuntés Plotez votre assurance-crédt www.eulerhermes.be Les avantages d EH SmartVew L expertse Euler Hermes présentée de manère clare

Plus en détail

Montage émetteur commun

Montage émetteur commun tour au menu ontage émetteur commun Polarsaton d un transstor. ôle de la polarsaton La polarsaton a pour rôle de placer le pont de fonctonnement du transstor dans une zone où ses caractérstques sont lnéares.

Plus en détail

IDEI Report # 18. Transport. December 2010. Elasticités de la demande de transport ferroviaire: définitions et mesures

IDEI Report # 18. Transport. December 2010. Elasticités de la demande de transport ferroviaire: définitions et mesures IDEI Report # 18 Transport December 2010 Elastctés de la demande de transport ferrovare: défntons et mesures Elastctés de la demande de transport ferrovare : Défntons et mesures Marc Ivald Toulouse School

Plus en détail

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait

Editions ENI. Project 2010. Collection Référence Bureautique. Extrait Edtons ENI Project 2010 Collecton Référence Bureautque Extrat Défnton des tâches Défnton des tâches Project 2010 Sasr les tâches d'un projet Les tâches représentent le traval à accomplr pour attendre l'objectf

Plus en détail

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria.

Calculer le coût amorti d une obligation sur chaque exercice et présenter les écritures dans les comptes individuels de la société Plumeria. 1 CAS nédt d applcaton sur les normes IAS/IFRS Coût amort sur oblgatons à taux varable ou révsable La socété Plumera présente ses comptes annuels dans le référentel IFRS. Elle détent dans son portefeulle

Plus en détail

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD

Impôt sur la fortune et investissement dans les PME Professeur Didier MAILLARD Conservatore atonal des Arts et Méters Chare de BAQUE Document de recherche n 9 Impôt sur la fortune et nvestssement dans les PME Professeur Dder MAILLARD Avertssement ovembre 2007 La chare de Banque du

Plus en détail

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h.

1 Introduction. 2 Définitions des sources de tension et de courant : Cours. Date : A2 Analyser le système Conversion statique de l énergie. 2 h. A2 Analyser le système Converson statque de l énerge Date : Nom : Cours 2 h 1 Introducton Un ConVertsseur Statque d énerge (CVS) est un montage utlsant des nterrupteurs à semconducteurs permettant par

Plus en détail

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE?

CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? CREATION DE VALEUR EN ASSURANCE NON VIE : COMMENT FRANCHIR UNE NOUVELLE ETAPE? Boulanger Frédérc Avanssur, Groupe AXA 163-167, Avenue Georges Clémenceau 92742 Nanterre Cedex France Tel: +33 1 46 14 43

Plus en détail

COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION

COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION COMPARAISON DE MÉTHODES POUR LA CORRECTION DE LA NON-RÉPONSE TOTALE : MÉTHODE DES SCORES ET SEGMENTATION Émle Dequdt, Benoît Busson 2 & Ncolas Sgler 3 Insee, Drecton régonale des Pays de la Lore, Servce

Plus en détail

Mesure avec une règle

Mesure avec une règle Mesure avec une règle par Matheu ROUAUD Professeur de Scences Physques en prépa, Dplômé en Physque Théorque. Lycée Alan-Fourner 8000 Bourges ecrre@ncerttudes.fr RÉSUMÉ La mesure d'une grandeur par un système

Plus en détail

TD 1. Statistiques à une variable.

TD 1. Statistiques à une variable. Danel Abécasss. Année unverstare 2010/2011 Prépa-L1 TD de bostatstques. Exercce 1. On consdère la sére suvante : TD 1. Statstques à une varable. 1. Calculer la moyenne et l écart type. 2. Calculer la médane

Plus en détail

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3.

Chapitre 3 : Incertitudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES. Lignes directrices 2006 du GIEC pour les inventaires nationaux de gaz à effet de serre 3. Chaptre 3 : Incerttudes CHAPITRE 3 INCERTITUDES Lgnes drectrces 2006 du GIEC pour les nventares natonaux de gaz à effet de serre 3.1 Volume 1 : Orentatons générales et établssement des rapports Auteurs

Plus en détail

DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS

DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS DES EFFETS PERVERS DU MORCELLEMENT DES STOCKS Le cabnet Enetek nous démontre les mpacts négatfs de la multplcaton des stocks qu au leu d amélorer le taux de servce en se rapprochant du clent, le dégradent

Plus en détail

Le Prêt Efficience Fioul

Le Prêt Efficience Fioul Le Prêt Effcence Foul EMPRUNTEUR M. Mme CO-EMPRUNTEUR M. Mlle Mme Mlle (CONJOINT, PACSÉ, CONCUBIN ) Départ. de nass. Nature de la pèce d dentté : Natonalté : CNI Passeport Ttre de séjour N : Salaré Stuaton

Plus en détail

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF

LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régime») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF 1 LE RÉGIME DE RETRAITE DU PERSONNEL CANADIEN DE LA CANADA-VIE (le «régme») INFORMATION IMPORTANTE CONCERNANT LE RECOURS COLLECTIF AVIS AUX RETRAITÉS ET AUX PARTICIPANTS AVEC DROITS ACQUIS DIFFÉRÉS Expédteurs

Plus en détail

Version provisoire Ne pas citer sans l accord des auteurs

Version provisoire Ne pas citer sans l accord des auteurs Verson provsore Ne pas cter sans l accord des auteurs Les détermnants du beson d ade non satsfat des personnes âgées vvant à domcle : un modèle probt bvaré avec sélecton d échantllon Bérengère Davn 1,2,

Plus en détail

Prise en compte des politiques de transport dans le choix des fournisseurs

Prise en compte des politiques de transport dans le choix des fournisseurs INSTITUT NATIONAL POLYTECHNIQUE DE GRENOBLE N attrbué par la bblothèque THÈSE Pour obtenr le grade de DOCTEUR DE L I.N.P.G. Spécalté : Géne Industrel Préparée au Laboratore d Automatque de Grenoble Dans

Plus en détail

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage

Fiche n 7 : Vérification du débit et de la vitesse par la méthode de traçage Fche n 7 : Vérfcaton du débt et de la vtesse par la méthode de traçage 1. PRINCIPE La méthode de traçage permet de calculer le débt d un écoulement ndépendamment des mesurages de hauteur et de vtesse.

Plus en détail

La Quantification du Risque Opérationnel des Institutions Bancaires

La Quantification du Risque Opérationnel des Institutions Bancaires HEC Montréal Afflée à l Unversté de Montréal La Quantfcaton du Rsque Opératonnel des Insttutons Bancares par Hela Dahen Département Fnance Thèse présentée à la Faculté des études supéreures en vue d obtenton

Plus en détail

GATE Groupe d Analyse et de Théorie Économique DOCUMENTS DE TRAVAIL - WORKING PAPERS W.P. 08-24. Préférences temporelles et recherche d emploi

GATE Groupe d Analyse et de Théorie Économique DOCUMENTS DE TRAVAIL - WORKING PAPERS W.P. 08-24. Préférences temporelles et recherche d emploi GATE Groupe d Analyse et de Théore Économque UMR 5824 du CNRS DOCUMENTS DE TRAVAIL - WORKING PAPERS W.P. 08-24 Préférences temporelles et recherche d emplo «Applcatons économétrques sur le panel Européen

Plus en détail

VIELLE Marc. CEA-IDEI Janvier 1998. 1 La nomenclature retenue 3. 2 Vue d ensemble du modèle 4

VIELLE Marc. CEA-IDEI Janvier 1998. 1 La nomenclature retenue 3. 2 Vue d ensemble du modèle 4 GEMINI-E3 XL France Un outl destné à l étude des mpacts ndustrels de poltques énergétques et envronnementales VIELLE Marc CEA-IDEI Janver 1998 I LA STRUCTURE DU MODELE GEMINI-E3 XL FRANCE 3 1 La nomenclature

Plus en détail

Parlons. retraite. au service du «bien vieillir» L Assurance retraite. en chiffres* 639 192 retraités payés pour un montant de 4,2 milliards d euros

Parlons. retraite. au service du «bien vieillir» L Assurance retraite. en chiffres* 639 192 retraités payés pour un montant de 4,2 milliards d euros Édton Pays de la Lore Parlons La lettre aux retratés du régme général de la Sécurté socale 2012 retrate L Assurance retrate en chffres* 12,88 mllons de retratés 17,58 mllons de cotsants 346 000 bénéfcares

Plus en détail

Intégration financière et croissance économique : évidence empirique dans. la région MENA

Intégration financière et croissance économique : évidence empirique dans. la région MENA Décembre 2011 Volume 6, No.2 (pp. 115-131) Zouher Abda Revue Congolase d Econome Intégraton fnancère et crossance économque : évdence emprque dans la régon MENA Zouher ABIDA * Résumé: L objectf de cet

Plus en détail

Afflux de capitaux, taux de change réel et développement financier : évidence empirique pour les pays du Maghreb

Afflux de capitaux, taux de change réel et développement financier : évidence empirique pour les pays du Maghreb Global Journal of Management and Busness Research Volume Issue Verson.0 November 20 Type: Double Blnd Peer Revewed Internatonal Research Journal Publsher: Global Journals Inc. (USA) Onlne ISSN: 2249-4588

Plus en détail

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DE L INFORMATION POUR LES COMMUNICATIONS.

ÉLÉMENTS DE THÉORIE DE L INFORMATION POUR LES COMMUNICATIONS. ÉLÉMETS DE THÉORIE DE L IFORMATIO POUR LES COMMUICATIOS. L a théore de l nformaton est une dscplne qu s appue non seulement sur les (télé-) communcatons, mas auss sur l nformatque, la statstque, la physque

Plus en détail

EURIsCO. Cahiers de recherche. Cahier n 2008-05. L épargne des ménages au Maroc : Une analyse macroéconomique et microéconomique.

EURIsCO. Cahiers de recherche. Cahier n 2008-05. L épargne des ménages au Maroc : Une analyse macroéconomique et microéconomique. Cahers de recherche EURIsCO Caher n 2008-05 L épargne des ménages au Maroc : Une analyse macroéconomque et mcroéconomque Rapport d étude Najat El Mekkaou de Fretas (coordnateur) Eursco Unversté Pars Dauphne

Plus en détail

Page 5 TABLE DES MATIÈRES

Page 5 TABLE DES MATIÈRES Page 5 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE I LES POURCENTAGES 1. LES OBJECTIFS 12 2. LES DÉFINITIONS 14 1. La varaton absolue d'une grandeur 2. La varaton moyenne d'une grandeur (par unté de temps) 3. Le coeffcent

Plus en détail

Pourquoi LICIEL? Avec LICIEL passez à la vitesse supérieure EPROUVE TECHNICITE CONNECTE STABILITE SUIVIE COMMUNAUTE

Pourquoi LICIEL? Avec LICIEL passez à la vitesse supérieure EPROUVE TECHNICITE CONNECTE STABILITE SUIVIE COMMUNAUTE L og c el s de D agnos t c s I mmob l er s Cont ac t eznous 32BddeS t r as bougcs3010875468 Par scedex10tel. 0253354064Fax0278084116 ma l : s er v c e. c l ent @l c el. f r Pourquo LICIEL? Implanté sur

Plus en détail

INTERNET. Initiation à

INTERNET. Initiation à Intaton à INTERNET Surfez sur Internet Envoyez des messages Téléchargez Dscutez avec Skype Découvrez Facebook Regardez des vdéos Protégez votre ordnateur Myram GRIS Table des matères Internet Introducton

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL L ASSURANCE AUTOMOBILE AU QUÉBEC : UNE PRIME SELON LE COÛT SOCIAL MARGINAL MÉMOIRE PRÉSENTÉ COMME EXIGENCE PARTIELLE DE LA MAÎTRISE EN ÉCONOMIQUE PAR ERIC LÉVESQUE JANVIER

Plus en détail

LA SURVIE DES ENTREPRISES DÉPEND-ELLE DU TERRITOIRE D'IMPLANTATION?

LA SURVIE DES ENTREPRISES DÉPEND-ELLE DU TERRITOIRE D'IMPLANTATION? LA SURVIE DES ENTREPRISES DÉPEND-ELLE DU TERRITOIRE D'IMPLANTATION? Anne PERRAUD (CRÉDOC) Phlppe MOATI (CRÉDOC Unversté Pars) Nadège COUVERT (ENSAE) INTRODUCTION Au cours des dernères années, de nombreux

Plus en détail

STATISTIQUE AVEC EXCEL

STATISTIQUE AVEC EXCEL STATISTIQUE AVEC EXCEL Excel offre d nnombrables possbltés de recuellr des données statstques, de les classer, de les analyser et de les représenter graphquement. Ce sont prncpalement les tros éléments

Plus en détail

BUREAU D'APPLICATION DES METHODES STATISTIQUES ET INFORMATIQUES

BUREAU D'APPLICATION DES METHODES STATISTIQUES ET INFORMATIQUES BUREAU DAPPLICATION DES METHODES STATISTIQUES ET INFORMATIQUES BAMSI REPRINT 04/2003 Introducton à l analyse des données Samuel AMBAPOUR BAMSSI I BAMSI B.P. 13734 Brazzavlle BAMSI REPRINT 04/2003 Introducton

Plus en détail

Interface OneNote 2013

Interface OneNote 2013 Interface OneNote 2013 Interface OneNote 2013 Offce 2013 - Fonctons avancées Lancer OneNote 2013 À partr de l'nterface Wndows 8, utlsez une des méthodes suvantes : - Clquez sur la vgnette OneNote 2013

Plus en détail

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES

BTS GPN 2EME ANNEE-MATHEMATIQUES-MATHS FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES MATHEMATIQUES FINANCIERES I. Concepts généraux. Le référentel précse : Cette parte du module M4 «Acquérr des outls mathématques de base nécessares à l'analyse de données économques» est en relaton avec

Plus en détail

Integral T 3 Compact. raccordé aux installations Integral 5. Notice d utilisation

Integral T 3 Compact. raccordé aux installations Integral 5. Notice d utilisation Integral T 3 Compact raccordé aux nstallatons Integral 5 Notce d utlsaton Remarques mportantes Remarques mportantes A quelle nstallaton pouvez-vous connecter votre téléphone Ce téléphone est conçu unquement

Plus en détail

Terminal numérique TM 13 raccordé aux installations Integral 33

Terminal numérique TM 13 raccordé aux installations Integral 33 Termnal numérque TM 13 raccordé aux nstallatons Integral 33 Notce d utlsaton Vous garderez une longueur d avance. Famlarsez--vous avec votre téléphone Remarques mportantes Chaptres à lre en prorté -- Vue

Plus en détail

Exercices d Électrocinétique

Exercices d Électrocinétique ercces d Électrocnétque Intensté et densté de courant -1.1 Vtesse des porteurs de charges : On dssout une masse m = 20g de chlorure de sodum NaCl dans un bac électrolytque de longueur l = 20cm et de secton

Plus en détail

1. Les enjeux de la prévision du risque de défaut de paiement

1. Les enjeux de la prévision du risque de défaut de paiement Scorng sur données d entreprses : nstrument de dagnostc ndvduel et outl d analyse de portefeulle d une clentèle Mrelle Bardos Ancen chef de servce de l Observatore des entreprses de la Banque de France

Plus en détail

Documents de travail. «La taxe Tobin : une synthèse des travaux basés sur la théorie des jeux et l économétrie» Auteurs

Documents de travail. «La taxe Tobin : une synthèse des travaux basés sur la théorie des jeux et l économétrie» Auteurs Documents de traval «La taxe Tobn : une synthèse des travaux basés sur la théore des jeux et l économétre» Auteurs Francs Bsmans, Olver Damette Document de Traval n 2012-09 Jullet 2012 Faculté des scences

Plus en détail

MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Un Peuple - Un But Une Fo MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES Document de traval N 03 GESTION DU RISQUE DE CREDIT ET FINANCEMENT DES ECONOMIES DE

Plus en détail

Prêt de groupe et sanction sociale Group lending and social fine

Prêt de groupe et sanction sociale Group lending and social fine Prêt de roupe et sancton socale Group lendn and socal fne Davd Alary Résumé Dans cet artcle, nous présentons un modèle d antsélecton sur un marché concurrentel du crédt. Nous consdérons l ntroducton de

Plus en détail

Chapitre IV : Inductance propre, inductance mutuelle. Energie électromagnétique

Chapitre IV : Inductance propre, inductance mutuelle. Energie électromagnétique Spécale PSI - Cours "Electromagnétsme" 1 Inducton électromagnétque Chaptre IV : Inductance propre, nductance mutuelle. Energe électromagnétque Objectfs: Coecents d nductance propre L et mutuelle M Blan

Plus en détail

17th Annual Conference on Global Economic Analysis/GTAP 2014. Commerce intra CEMAC et consommation des ménages au Cameroun : analyse par un MEGC

17th Annual Conference on Global Economic Analysis/GTAP 2014. Commerce intra CEMAC et consommation des ménages au Cameroun : analyse par un MEGC 17t Annual Conference on Global Economc Analyss/GTAP 2014 Commerce ntra CEMAC et consommaton des ménages au Cameroun : analyse par un MEGC Gankou Jean-Mare Fowagap Professeur Ttulare Hors Ecelle, Agrégé

Plus en détail

TABLE DES MATIERES CONTROLE D INTEGRITE AU SEIN DE LA RECHERCHE LOCALE DE LA POLICE LOCALE DE BRUXELLES-CAPITALE/IXELLES (DEUXIEME DISTRICT) 1

TABLE DES MATIERES CONTROLE D INTEGRITE AU SEIN DE LA RECHERCHE LOCALE DE LA POLICE LOCALE DE BRUXELLES-CAPITALE/IXELLES (DEUXIEME DISTRICT) 1 TABLE DES MATIERES CONTROLE D INTEGRITE AU SEIN DE LA RECHERCHE LOCALE DE LA POLICE LOCALE DE BRUXELLES-CAPITALE/IXELLES (DEUXIEME DISTRICT) 1 1. PROBLEMATIQUE 1 2. MISSION 1 3. ACTES D ENQUETE 2 4. ANALYSE

Plus en détail

En vue de l'obtention du. Présentée et soutenue par Meva DODO Le 06 novembre 2008

En vue de l'obtention du. Présentée et soutenue par Meva DODO Le 06 novembre 2008 THÈSE En vue de l'obtenton du DOCTORAT DE L UNIVERSITÉ DE TOULOUSE Délvré par l'unversté Toulouse III - Paul Sabater Spécalté : Informatque Présentée et soutenue par Meva DODO Le 06 novembre 2008 Ttre

Plus en détail

Professionnel de santé équipé de Médiclick!

Professionnel de santé équipé de Médiclick! Professonnel de santé équpé de Médclck! Dosser Médcal Partagé en Aqutane Ce gude vous présente les prncpales fonctonnaltés réservées aux professonnels de santé membres du réseau AquDMP. Sommare Connexon

Plus en détail

1.0 Probabilité vs statistique...1. 1.1 Expérience aléatoire et espace échantillonnal...1. 1.2 Événement...2

1.0 Probabilité vs statistique...1. 1.1 Expérience aléatoire et espace échantillonnal...1. 1.2 Événement...2 - robabltés - haptre : Introducton à la théore des probabltés.0 robablté vs statstque.... Expérence aléatore et espace échantllonnal.... Événement.... xomes défnton de probablté..... Quelques théorèmes

Plus en détail

Paquets. Paquets nationaux 1. Paquets internationaux 11

Paquets. Paquets nationaux 1. Paquets internationaux 11 Paquets Paquets natonaux 1 Paquets nternatonaux 11 Paquets natonaux Servces & optons 1 Créaton 3 1. Dmensons, pods & épasseurs 3 2. Présentaton des paquets 4 2.1. Face avant du paquet 4 2.2. Comment obtenr

Plus en détail

Économétrie. Annexes : exercices et corrigés. 5 e édition. William Greene New York University

Économétrie. Annexes : exercices et corrigés. 5 e édition. William Greene New York University Économétre 5 e édton Annexes : exercces et corrgés Wllam Greene New York Unversty Édton françase drgée par Dder Schlacther, IEP Pars, unversté Pars II Traducton : Stéphane Monjon, unversté Pars I Panthéon-Sorbonne

Plus en détail

TABLEAU DE BORD DE L ÉVOLUTION DES EFFECTIFS D ÉLÈVES DE L ENSEIGNEMENT PRIMAIRE PUBLIC À UN NIVEAU LOCAL. Choisir une commune

TABLEAU DE BORD DE L ÉVOLUTION DES EFFECTIFS D ÉLÈVES DE L ENSEIGNEMENT PRIMAIRE PUBLIC À UN NIVEAU LOCAL. Choisir une commune Servce de la recherche en éducaton / DIP, Genève - Prévsons localsées d effectfs de l ensegnement prmare TABLEAU DE BORD DE L ÉVOLUTION DES EFFECTIFS D ÉLÈVES DE L ENSEIGNEMENT PRIMAIRE PUBLIC À UN NIVEAU

Plus en détail

Q x2 = 1 2. est dans l ensemble plus grand des rationnels Q. Continuons ainsi, l équation x 2 = 1 2

Q x2 = 1 2. est dans l ensemble plus grand des rationnels Q. Continuons ainsi, l équation x 2 = 1 2 Exo7 Nombres complexes Vdéo parte. Les nombres complexes, défntons et opératons Vdéo parte. Racnes carrées, équaton du second degré Vdéo parte 3. Argument et trgonométre Vdéo parte 4. Nombres complexes

Plus en détail

ErP : éco-conception et étiquetage énergétique. Les solutions Vaillant. Pour dépasser la performance. La satisfaction de faire le bon choix.

ErP : éco-conception et étiquetage énergétique. Les solutions Vaillant. Pour dépasser la performance. La satisfaction de faire le bon choix. ErP : éco-concepton et étquetage énergétque Les solutons Vallant Pour dépasser la performance La satsfacton de fare le bon chox. ErP : éco-concepton et étquetage énergétque Eco-concepton et Etquetage

Plus en détail

Grandeur physique, chiffres significatifs

Grandeur physique, chiffres significatifs Grandeur physque, chffres sgnfcatfs I) Donner le résultat d une mesure en correspondance avec l nstrument utlsé : S avec un nstrument, ren n est ndqué sur l ncerttude absolue X d une mesure X, on consdère

Plus en détail

GUIDE D ÉLABORATION D UN PLAN D INTERVENTION POUR LE RENOUVELLEMENT DES CONDUITES D EAU POTABLE, D ÉGOUTS ET DES CHAUSSÉES

GUIDE D ÉLABORATION D UN PLAN D INTERVENTION POUR LE RENOUVELLEMENT DES CONDUITES D EAU POTABLE, D ÉGOUTS ET DES CHAUSSÉES GUIDE D ÉLABORATION D UN PLAN D INTERVENTION POUR LE RENOUVELLEMENT DES CONDUITES D EAU POTABLE, D ÉGOUTS ET DES CHAUSSÉES Gude destné au mleu muncpal québécos NOVEMBRE 2013 Coordnaton : Martn Cormer,

Plus en détail

Table des Matières RÉSUMÉ ANALYTIQUE... 1 I. CONTEXTE... 2 1. La dette publique du Gouvernement... 2 2. Contexte institutionnel de gestion de la

Table des Matières RÉSUMÉ ANALYTIQUE... 1 I. CONTEXTE... 2 1. La dette publique du Gouvernement... 2 2. Contexte institutionnel de gestion de la Out ld éval uat on del aper f or manceen mat èr e degest on del adet t e (empa) Maur t an a Mar s2011 LeeMPA estunemét hodol og epouréval uerl aper f or manceenmat èr edegest on del adet t eàt r aver sunensembl

Plus en détail

hal-00409942, version 1-14 Aug 2009

hal-00409942, version 1-14 Aug 2009 Manuscrt auteur, publé dans "MOSIM' 008, Pars : France (008)" 7 e Conférence Francophone de MOdélsaton et SIMulaton - MOSIM 08 - du mars au avrl 008 - Pars - France «Modélsaton, Optmsaton et Smulaton des

Plus en détail

GEA I Mathématiques nancières Poly. de révision. Lionel Darondeau

GEA I Mathématiques nancières Poly. de révision. Lionel Darondeau GEA I Mathématques nancères Poly de révson Lonel Darondeau Intérêts smples et composés Voc la lste des exercces à révser, corrgés en cours : Exercce 2 Exercce 3 Exercce 5 Exercce 6 Exercce 7 Exercce 8

Plus en détail

OPTIMALITÉ DU MÉCANISME DE RATIONNEMENT DE CRÉDIT DANS LE MODÈLE ISLAMIQUE DE FINANCEMENT

OPTIMALITÉ DU MÉCANISME DE RATIONNEMENT DE CRÉDIT DANS LE MODÈLE ISLAMIQUE DE FINANCEMENT Etudes en Econoe Islaque, Vol. 6, Nos. & (-7) Mouharra, Raab 434H (Novebre 0, Ma 03) OPTIMALITÉ DU MÉCANISME DE RATIONNEMENT DE CRÉDIT DANS LE MODÈLE ISLAMIQUE DE FINANCEMENT ALIM BELEK Résué Le ratonneent

Plus en détail

P R I S E E N M A I N R A P I D E O L I V E 4 H D

P R I S E E N M A I N R A P I D E O L I V E 4 H D P R I S E E N M A I N R A P I D E O L I V E 4 H D Sommare 1 2 2.1 2.2 2.3 3 3.1 3.2 3.3 4 4.1 4.2 4.3 4.4 4.5 4.6 5 6 7 7.1 7.2 7.3 8 8.1 8.2 8.3 8.4 8.5 8.6 Contenu du carton... 4 Paramétrage... 4 Connexon

Plus en détail

Be inspired. Numéro Vert. Via Caracciolo 20 20155 Milano tel. +39 02 365 22 990 fax +39 02 365 22 991

Be inspired. Numéro Vert. Via Caracciolo 20 20155 Milano tel. +39 02 365 22 990 fax +39 02 365 22 991 Ggaset SX353 / französsch / A31008-X353-P100-1-7719 / cover_0_hedelberg.fm / 03.12.2003 s Be nspred www.onedrect.fr www.onedrect.es www.onedrect.t www.onedrect.pt 0 800 72 4000 902 30 32 32 02 365 22 990

Plus en détail

Généralités sur les fonctions 1ES

Généralités sur les fonctions 1ES Généraltés sur les fonctons ES GENERALITES SUR LES FNCTINS I. RAPPELS a. Vocabulare Défnton Une foncton est un procédé qu permet d assocer à un nombre x appartenant à un ensemble D un nombre y n note :

Plus en détail

Des solutions globales fi ables et innovantes. www.calyon.com

Des solutions globales fi ables et innovantes. www.calyon.com Des solutons globales f ables et nnovantes www.calyon.com OPTIM Internet: un outl smple et performant Suv de vos comptes Tratement de vos opératons bancares Accès à un servce de reportng complet Une nterface

Plus en détail

GENESIS - Generalized System for Imputation Simulations (Système généralisé pour simuler l imputation)

GENESIS - Generalized System for Imputation Simulations (Système généralisé pour simuler l imputation) GENESS - Generalzed System for mputaton Smulatons (Système généralsé pour smuler l mputaton) GENESS est un système qu permet d exécuter des smulatons en présence d mputaton. L utlsateur fournt un ensemble

Plus en détail

master Objectif Université d Auvergne - Université Blaise Pascal Rentrée 2014 AUVERGNE

master Objectif Université d Auvergne - Université Blaise Pascal Rentrée 2014 AUVERGNE entrée 2014 Objectf master Unversté d Auvergne - Unversté Blase ascal Certans masters sont cohabltés avec d autres établssements d ensegnement supéreur mnstère de l éducaton natonale, de l ensegnement

Plus en détail

RÉSUMÉ ANALYTIQUE... 1

RÉSUMÉ ANALYTIQUE... 1 Out ld éval uat on del aper f or manceen mat èr e degest on del adet t e (DeMPA) Républ quedu Sénégal Ma2010 LeDeMPA estunemét hodol og epouréval uerl aper f or manceenmat èr edegest on del adet t eàt

Plus en détail

Pratique de la statistique avec SPSS

Pratique de la statistique avec SPSS Pratque de la statstque avec SPSS SUPPORT Transparents ultéreurement amélorés et ms à jour sur le ste du SMCS LIENS UTILES Ste du SMCS (Support en Méthodologe et Calcul Statstque) : http://www.stat.ucl.ac.be/smcs/

Plus en détail

PREMIERS PAS en REGRESSION LINEAIRE avec SAS. Josiane Confais (UPMC-ISUP) - Monique Le Guen (CNRS-CES-MATISSE- UMR8174)

PREMIERS PAS en REGRESSION LINEAIRE avec SAS. Josiane Confais (UPMC-ISUP) - Monique Le Guen (CNRS-CES-MATISSE- UMR8174) PREMIERS PAS en REGRESSION LINEAIRE avec SAS Josane Confas (UPMC-ISUP) - Monque Le Guen (CNRS-CES-MATISSE- UMR874) e-mal : confas@ccr.jusseu.fr e-mal : monque.leguen@unv-pars.fr Résumé Ce tutorel accessble

Plus en détail

Analyse des Performances et Modélisation d un Serveur Web

Analyse des Performances et Modélisation d un Serveur Web SETIT 2009 5 th Internatonal Conference: Scences of Electronc, Technologes of Informaton and Telecommuncatons March 22-26, 2009 TUNISIA Analyse des Performances et Modélsaton d un Serveur Web Fontane RAFAMANTANANTSOA*,

Plus en détail

Pour plus d'informations, veuillez nous contacter au 04.75.05.52.62. ou à contact@arclim.fr.

Pour plus d'informations, veuillez nous contacter au 04.75.05.52.62. ou à contact@arclim.fr. Régulaton Sondes & Capteurs Détente frgo électronque Supervson & GTC Humdfcaton & Déshu. Vannes & Servomoteurs Comptage eau, elec., énerge Ancens artcles Cette documentaton provent du ste www.arclm.eu

Plus en détail

Projet de fin d études

Projet de fin d études Unversté Franços Rabelas Tours Ecole Polytechnque Unverstare de Tours Département Informatque Projet de fn d études Ordonnancement Juste à Temps avec geston des stocks Chopn Antone Mrault Arnaud 3ème année

Plus en détail

Étranglement du crédit, prêts bancaires et politique monétaire : un modèle d intermédiation financière à projets hétérogènes

Étranglement du crédit, prêts bancaires et politique monétaire : un modèle d intermédiation financière à projets hétérogènes Étranglement du crédt, prêts bancares et poltque monétare : un modèle d ntermédaton fnancère à projets hétérogènes Mngwe Yuan et Chrstan Zmmermann Introducton et objet de l étude Par étranglement du crédt

Plus en détail

THESE. Khalid LEKOUCH

THESE. Khalid LEKOUCH N d ordre : /2012 THESE Présentée à la FACULTE DES SCIENCES D AGADIR En vue de l obtenton du GRADE DE DOCTEUR EN PHYSIQUE (Spécalté : Energétque, Thermque et Métrologe) Par Khald LEKOUCH MODELISATION ET

Plus en détail

Contact SCD Nancy 1 : theses.sciences@scd.uhp-nancy.fr

Contact SCD Nancy 1 : theses.sciences@scd.uhp-nancy.fr AVERTISSEMENT Ce document est le frut d'un long traval approuvé par le jury de soutenance et ms à dsposton de l'ensemble de la communauté unverstare élarge. Il est soums à la proprété ntellectuelle de

Plus en détail

Faire des régimes TNS les laboratoires de la protection sociale de demain appelle des évolutions à deux niveaux :

Faire des régimes TNS les laboratoires de la protection sociale de demain appelle des évolutions à deux niveaux : Réformer en profondeur la protecton socale des TNS pour la rendre plus effcace Résumé de notre proposton : Fare des régmes TNS les laboratores de la protecton socale de deman appelle des évolutons à deux

Plus en détail

Corrections adiabatiques et nonadiabatiques dans les systèmes diatomiques par calculs ab-initio

Corrections adiabatiques et nonadiabatiques dans les systèmes diatomiques par calculs ab-initio Correctons adabatques et nonadabatques dans les systèmes datomques par calculs ab-nto Compte rendu du traval réalsé dans le cadre d un stage de quatre mos au sen du Groupe de Spectroscope Moléculare et

Plus en détail

APPROXIMATION PAR RÉSEAUX À FONCTIONS RADIALES DE BASE APPLICATION À LA DÉTERMINATION DU PRIX D ACHAT D UNE

APPROXIMATION PAR RÉSEAUX À FONCTIONS RADIALES DE BASE APPLICATION À LA DÉTERMINATION DU PRIX D ACHAT D UNE APPROXIMATION PAR RÉSEAUX À FONCTIONS RADIALES DE BASE APPLICATION À LA DÉTERMINATION DU PRIX D ACHAT D UNE OPTION. A. Lendasse, J. Lee 2, E. de Bodt 3, V. Wertz, M. Verleysen 2 Unversté catholque de Louvan,

Plus en détail

En vue de l'obtention du. Présentée et soutenue par Elayeb Bilel Le 26 juin 2009

En vue de l'obtention du. Présentée et soutenue par Elayeb Bilel Le 26 juin 2009 THÈSE En vue de l'obtenton du DOCTORAT DE L UNIVERSITÉ DE TOULOUSE Délvré par Insttut Natonal Polytechnque de Toulouse (INPT) Dscplne ou spécalté : Informatque Présentée et soutenue par Elayeb Blel Le

Plus en détail

L ABC du traitement cognitivo-comportemental de l insomnie primaire

L ABC du traitement cognitivo-comportemental de l insomnie primaire F É D É R A T I O N D E S M É D E C I N S O M N I P R A T I C I E N S D U Q U É B E C L ABC du tratement cogntvo-comportemental de l nsomne prmare par Anne Vallères, Bernard Guay et Charles Morn M me Tousgnant

Plus en détail

Qualité de service 7. Ordonnanceurs de paquets. Contexte. Intégration de services. Plan. Multiplexage. FIFO/DropTail. Priorités

Qualité de service 7. Ordonnanceurs de paquets. Contexte. Intégration de services. Plan. Multiplexage. FIFO/DropTail. Priorités NE52 éseaux avancés Qualté de servce hrstophe Deleuze ESISA/INPG LIS 7 déc 24/3 jan 25 ontexte commutaton de crcuts partage statque solaton complète ex : vox gaspllage de la bande passante commutaton de

Plus en détail

Méthodologie version 1, juillet 2006

Méthodologie version 1, juillet 2006 Méthodologe verson, ullet 2006 Tendances Carbone résente chaque mos sx groues d ndcateurs :. Synthèse du mos 2. Clmat 3. Actvté économque. Energe 5. Envronnement nsttutonnel 6. Tableau de bord Ce document

Plus en détail

STRATEGIE NATIONALE DES BANQUES CEREALIERES DU NIGER

STRATEGIE NATIONALE DES BANQUES CEREALIERES DU NIGER REPUBLIQUE DU NIGER MINISTERE DE L'AGRICULTURE ET DE L'ELEVAGE B-P, 12091 NIAMEY NIGER Té1 : 7320-58 Drecton de Promoton des Organsatons Rurales et de la Geston de l'espace Rural (DPOR/GER) NIAMEY Té1

Plus en détail

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE. MEMOIRE Présentée à

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE. MEMOIRE Présentée à REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE MEMOIRE Présentée à L Unversté de Batna Faculté des Scences Département de Physque

Plus en détail

Thermodynamique statistique Master Chimie Université d Aix-Marseille. Bogdan Kuchta

Thermodynamique statistique Master Chimie Université d Aix-Marseille. Bogdan Kuchta hermodynamque statstque Master Chme Unversté d Ax-Marselle Bogdan Kuchta Plan: Rappel: thermodynamque phénoménologque (dscuter l entrope, l évoluton de gaz parfat,) Premer prncpe Deuxème prncpe (transformaton

Plus en détail

Stéganographie Adaptative par Oracle (ASO)

Stéganographie Adaptative par Oracle (ASO) Stéganographe Adaptatve par Oracle ASO Sarra Kouder, Marc Chaumont, Wllam Puech To cte ths verson: Sarra Kouder, Marc Chaumont, Wllam Puech. Stéganographe Adaptatve par Oracle ASO. CORESA 12: COmpresson

Plus en détail