Cambridge (Ontario) Le jeudi 15 novembre 2007 L ÉNONCÉ FAIT FOI. Pour de plus amples renseignements, s adresser à :

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cambridge (Ontario) Le jeudi 15 novembre 2007 L ÉNONCÉ FAIT FOI. Pour de plus amples renseignements, s adresser à :"

Transcription

1 Allocution présentée par la surintendante Julie Dickson Bureau du surintendant des institutions financières Canada (BSIF) dans le cadre du Forum sur l assurance-vie Cambridge (Ontario) Le jeudi 15 novembre 2007 L ÉNONCÉ FAIT FOI Pour de plus amples renseignements, s adresser à : Jason LaMontagne Communications et affaires publiques

2 Allocution présentée par la surintendante Julie Dickson Bureau du surintendant des institutions financières Canada (BSIF) dans le cadre du Forum sur l assurance-vie Langdon Hall, Cambridge (Ontario) Le jeudi 15 novembre 2007 La gestion des risques dans le secteur de l assurance-vie Introduction L agitation des marchés financiers mondiaux fait les manchettes depuis plus de trois mois. Des PDG bien en vue de banques et de maisons d investissement aux États-Unis se voient remerciés de leurs services. Sur la scène internationale, les positions de fonds propres des banques sont touchées, et leur rentabilité diminue. Voilà ce qui se passe dans le secteur bancaire. Pour sa part, le secteur des assurances multirisques a connu des hauts et des bas importants, allant des pires résultats jamais vus aux environs de 2002 à des sommets de rendement l an dernier ce qui témoigne de la cyclicité du secteur (que les timides feraient bien d éviter). Les régimes de retraite à prestations déterminées ont été la proie d une tempête parfaite il y a quelques années, et près de 75 % d entre eux ont été en difficulté financière à un moment ou un autre. Le secteur canadien de l assurance-vie est-il à l abri de telles perturbations? Nous nous rappelons tous l effondrement de la Sovereign Life et de la Confederation Life, pour ne nommer que celles-là mais leur échec remonte à longtemps. Il y a quelques années à peine, les assureurs européens ont été rudement secoués lorsque les marchés boursiers ont chuté. Cependant, les sociétés canadiennes ont semblé s en tirer indemnes. On m avait expliqué alors qu elles étaient protégées par la MCAB (une méthode qui les oblige à apparier actifs et passifs, principe qui a freiné le recours excessif aux placements en actions). Je suis entrée au Bureau du surintendant des institutions financières (BSIF) en 1999, et je n ai pas vraiment eu connaissance depuis d un problème important qui aurait ébranlé l ensemble du secteur de l assurance-vie et beaucoup suscité l attention du public c est-àdire aucune «tempête parfaite» ni de variation extrême, à la hausse ou à la baisse. Voilà ce qui m amène à me poser la question suivante : Quels problèmes pourraient menacer le secteur? Aura-t-il à faire face à de nouveaux risques? Est-il exposé à des risques permanents? Malgré tout ce que nous croyons savoir sur les risques, nous pouvons toujours en apprendre davantage. Il est utile de se faire rappeler à l occasion les risques qui pèsent sur le secteur des assurances. J ai justement pris connaissance récemment d une critique du livre intitulé When Insurers Go Bust (Lorsque les assureurs font faillite). Avec un titre pareil, le livre a piqué ma curiosité, car de tels ouvrages nous rappellent que les choses peuvent aller très mal, ce que confirme d ailleurs l expérience. La plupart des livres et des études qui traitent de l échec des institutions financières et celui-ci ne fait pas exception à la règle mettent carrément en cause la direction et les conseils d administration, qui n auraient pas su réagir aux premiers signes de problèmes ou à des chocs.

3 - 2 - Un chapitre du livre dont je vous parle traite de la «théorie actuarielle de la ruine». L expression a aussi éveillé mon intérêt, car elle évoque l image d actuaires qui sèment la ruine. En réalité, la théorie repose plutôt sur le fait pour les actuaires de prendre les bonnes mesures au bon moment. Allan Brender, père du montant minimal permanent requis pour le capital et l excédent (MMPRCE), m a appris qu il s agit d une théorie mathématique qui a jeté les bases du MMPRCE, un régime de fonds propres axé sur les risques qui s est révélé remarquablement efficace lorsqu il a vu le jour. Et c est peut-être là un premier exemple de problème qui pourrait menacer le secteur de l assurance-vie, à savoir ne pas comprendre le propos des actuaires, soit parce qu ils affublent des concepts parfaitement acceptables d étiquettes comme «théorie actuarielle de la ruine», soit parce que les questions dont ils traitent sont extrêmement complexes pour le commun des mortels. Comme l a illustré l agitation des marchés du crédit, le marché en général aime les choses simples en période difficile. S il ne peut pas comprendre l information que vous divulguez, ou les explications actuarielles, un grave problème peut s ensuivre. À cet égard, j ai souvent entendu des gens parler de la «boîte noire actuarielle», et je crois qu on s efforce de la démystifier. Cependant, 2007 est l année où les boîtes noires sont décidément devenues désuètes sur les marchés du crédit. S il y a quelque chose dans votre milieu qui pourrait s apparenter à une «boîte noire», il est grand temps d y voir. Des situations comparables à celle de l agitation du marché mondial Les produits d assurance-vie sont parfois compliqués, puisqu ils sont adaptés aux besoins changeants des consommateurs. Le risque que présente la tarification erronée de tels produits est familier au secteur. Il y a quelques années, nous avons bénéficié d une excellente séance sur les produits dits «toxiques» à cette conférence même. La vente sous des représentations trompeuses est également un risque qui peut surgir, comme nous l enseigne l expérience. En effet, il y a de nombreux rapprochements possibles entre ce qu a connu le secteur de l assurance-vie et les problèmes que connaissent actuellement certaines banques d envergure mondiale. Je crois que l agitation des marchés financiers mondiaux souligne aussi le danger de trop s en remettre aux experts. Les experts sont indispensables parce qu ils vont au fond des choses et, en bout de ligne, ils en savent plus que quiconque sur une question donnée. Or, on risque de se fier excessivement à eux. Combien de gens sont tombés dans le piège lorsqu ils ont décidé d étendre leurs activités au domaine complexe du financement structuré? Combien de conseils d administration remettent vraiment en question l opinion des spécialistes lorsqu ils traitent de sujets arides? Les sociétés d assurances exercent-elles des activités compliquées, alors que les experts soutiennent que les risques sont bien gérés et circonscrits? Les risques peuvent bel et bien être gérés et circonscrits, encore vous faut-il savoir pourquoi.

4 - 3 - La réassurance Sur quels autres risques pouvons-nous nous pencher? La réassurance semble toujours figurer sur la liste (quoique j aie remarqué que selon le sondage «Banana Skins» de 2007 du secteur des assurances, la sécurité et la disponibilité de la réassurance se situaient respectivement au 27 e et au 28 e rangs des risques, sur un total de 33). Il est parfois utile de réévaluer le risque perçu comme étant le plus faible, car par le fait même, ce risque sera surveillé de moins près, ce qui en soi pourrait poser un risque. J ai donc cru bon de me demander s il convenait que la réassurance soit considérée comme présentant un risque si faible. La réassurance devrait-elle figurer au 27 e et au 28 e rangs? Peut-être que oui, mais il convient d en discuter. La réassurance est un bon moyen d atténuer le risque d assurance, mais le partage de celuici à l aide de la réassurance présente en soi des dangers pour le secteur, et la dépendance envers les réassureurs a augmenté ces dernières années. Il est généralement reconnu que les réassureurs ont une connaissance spécialisée du risque d assurance, qu ils sont bien capitalisés, prudents et généralement sûrs. Nous savons également que le recours à la réassurance est une caractéristique commune, sinon intrinsèque, du secteur de l assurance-vie. Vu cet état de choses, l échec d un réassureur serait de très mauvais augure pour le secteur au complet. Nous avons été témoins récemment du transfert, par un certain nombre de sociétés d assurance-vie, de portefeuilles complets à des réassureurs, car : 1. cette façon de faire allège les exigences de fonds propres (on pourrait dire qu elle en accroît le rendement); 2. elle lisse les bénéfices en diminuant la fluctuation du taux de sinistres; 3. elle permet de profiter de prix avantageux (dans un environnement concurrentiel). Grâce à la réassurance, des sociétés peuvent souscrire des polices, en céder la plus grande part et quand même toucher des bénéfices. La formule semble donc être un moyen facile de gagner de l argent. Elle semble également comporter peu de risques; les réassureurs connaissent le secteur (du moins les risques d assurance) mieux que quiconque étant donné qu ils font affaire avec de nombreux acteurs, ce qui leur procure une vue globale. Toutefois, par la même occasion, nous constatons que le profil de risque des réassureurs n est pas toujours bien diversifié puisque l activité des réassureurs consiste principalement à assumer le risque d assurance que leur cèdent divers assureurs. Ainsi, quoique l activité des réassureurs soit diversifié parce que répartie entre de nombreuses entreprises, la portée de leurs portefeuilles est limitée, en ce sens qu ils assument surtout des risques de mortalité et sont donc exposés à la fluctuation possible d un seul élément du marché. Pour leur part, les assureurs-vie diversifient leurs activités en s intéressant à plusieurs domaines, dont la gestion du patrimoine de particuliers, y compris des produits comme les fonds distincts; l administration de régimes collectifs de prestations et de régimes de retraite; et un intérêt grandissant pour la gestion de fonds communs de placement et de caisses de retraite.

5 - 4 - En outre, le nombre de réassureurs qui exercent des activités au Canada est relativement modeste, ce qui nous amène à nous demander si les assureurs s exposent à un type de risque de concentration. Jamais ils ne laisseraient un tel risque menacer leurs portefeuilles de placements, mais ils acceptent couramment un risque de cette nature dans les conventions de réassurance auxquelles ils sont partie. Un autre risque dont il a beaucoup été question il y a quelques années se présente lorsque la réassurance sert à alléger les exigences de fonds propres sans transfert de risque. En pareilles circonstances, la sécurité des souscripteurs n est pas renforcée, et elle pourrait même être affaiblie. Les assureurs tout comme les réassureurs doivent bien comprendre et accepter les motifs d une convention de réassurance de même que les répercussions qu elle peut avoir sur la divulgation de leur information financière, tant de leur propre point de vue et que de celui de la contrepartie. Si une des contreparties fournit de l information incomplète ou trompeuse en réponse à des demandes de renseignements, l institution devrait s interroger sur le bienfondé de faire affaires avec la contrepartie en question. Modèles Application de Bâle II aux sociétés d assurances Les régimes de fonds propres doivent être mis à jour rapidement pour tenir compte des nouvelles connaissances sur les risques. Bien que l application de Bâle II aux banques ait été fortement critiquée au fil des ans (du fait que l Accord était trop complexe, trop coûteux, etc.), ce qui a beaucoup retardé son adoption, il est intéressant d observer un renversement du courant, à ce point que bon nombre de gens affirment maintenant que, s il avait été mis en œuvre plus tôt, les banques d envergure mondiale auraient été en meilleure posture pour faire face à l agitation du marché mondial à laquelle elles sont confrontés actuellement. Les gens reconnaissent désormais les nombreux avantages de Bâle II, dont un traitement de la titrisation qui tient davantage compte des risques et la reconnaissance de la présence possible d actifs non liquides dans les portefeuilles de négociation. Que l expérience de Bâle nous serve de leçon : si l adoption de nouvelles approches normalisées et d approches avancées est parfois longue et coûteuse (surtout dans le cas de ces dernières), il vaut mieux se montrer stoïques et aller de l avant, car la préoccupation première est de mieux gérer les risques, et il est préférable de se montrer d attaque lorsque les choses vont bien. Voilà ce qui nous amène à parler d un risque propre, selon moi, aux sociétés canadiennes d assurance-vie : le moment opportun à l élaboration de modèles de fonds propres davantage axés sur les risques. Il y a de nombreuses années, le Canada a pris l initiative d établir le MMPRCE, une méthode progressiste. Il est plus difficile d aller de l avant de nos jours, à cause de l expansion prise par les sociétés, qui se sont étendues largement aux États-Unis, entre autres. Est-il logique de foncer et d adopter des approches comme celles de Solvabilité II ou de Bâle II avant les États-Unis? Est-il judicieux d exiger impétueusement l application d approches avancées à des opérations importantes dans des coins perdus de la planète où on n envisage pas l adoption de Solvabilité II pour le moment? Est-il sensé

6 - 5 - d agir de la sorte à cause de l Europe, alors que l activité des sociétés canadiennes y est relativement modeste? Je crois que oui. En bout de ligne, cela dépend de l importance qu on accorde aux avantages d une meilleure gestion des risques par rapport aux coûts de mise en œuvre de systèmes de gestion des risques améliorés. Les avis sont partagés. Certains affirment que les nouveaux systèmes constituent un avantage concurrentiel parce qu ils leur permettront d éviter des erreurs coûteuses et ainsi de se voir attribuer une cote plus élevée que leurs concurrents alors que d autres croient que les coûts sont si élevés et les gains si peu tangibles que leurs concurrents en tireront profit pendant qu ils se consacreront à l adoption de processus de gestion des risques d avant-garde. Dans le cas des banques, les préoccupations concernant des règles du jeu équitables dans la perspective de la réglementation étaient moins importantes, car les principaux organismes de réglementation de la planète (en Europe, au Canada, aux É.-U. au Japon, en Australie) allaient tous de l avant au même moment. Ainsi, le BSIF suit actuellement une démarche à deux voies. La première consiste à revoir le MMPRCE pour y intégrer les nouvelles normes internationales sur les rapports financiers (NIRF) ainsi que tous les autres changements qu il aura été jugé utile d apporter au facteur de calcul des fonds propres après avoir consulté l industrie. La nouvelle version du MMPRCE est appelée «approche standard». Toutes les sociétés d assurance-vie fédérales pourront s en prévaloir une fois les NIRF adoptées. La seconde voie conduit progressivement à une approche des fonds propres axée davantage sur les modèles et sur les risques, conformément aux orientations définies dans Solvabilité II et Bâle II. L approche axée sur les risques pourrait avoir pour effet l augmentation ou la diminution des exigences de fonds propres dans les différentes branches d assurance. Par contre, il n est pas pratique pour le BSIF d imposer l approche avancée que je viens de décrire aux sociétés qui exercent des activités à l échelle internationale (comme il l a fait dans le cas des banques qui se livraient à de telles activités), car l approche n en est qu à ses tous débuts, tous les organismes de réglementation du monde n ont pas pris la même orientation, et ceux qui l ont fait n avancent pas tous au même rythme. Cela dit, dans un monde idéal, tous les grands acteurs poursuivraient l adoption, à plus ou moins long terme, des approches avancées, puisque d importants écarts entre les régimes de fonds propres et de gestion des risques correspondants ne profiteraient à personne. Comptabilité NIRF Les changements comptables occasionnent invariablement des risques pour une entreprise. Or, si on les compare à l adoption des NIRF, les changements comptables qui ont eu lieu par le passé ressemblent à un jeu d enfant. Je sais que de grands cabinets de comptabilité internationaux ont publié des rapports sur le passage de leurs clients européens aux NIRF. Ils ont conclu en général que la transition est longue et compliquée. Ceux qui s y lancent doivent s y préparer longtemps d avance et savoir ce que l aventure leur réserve. Comme la date limite prévue pour la mise en œuvre des NIRF point à la l horizon, de plus en plus d entreprises me disent que les délais risquent d être trop courts pour que la transition au Canada s effectue en temps opportun et avec succès. Je suis portée à croire que les inquiétudes sont encore plus grandes dans le secteur des assurances, étant donné que la

7 - 6 - mise en œuvre des NIRF comprendra probablement une nouvelle norme comptable sur les contrats d assurance. Dans les circonstances, certaines parties du secteur de l assurance-vie semblent singulièrement mal préparées. Si c est votre cas, il conviendrait de vous adjoindre dès maintenant les spécialistes dont vous aurez besoin. Vous feriez bien de surveiller attentivement les décisions prises au sujet des contrats d assurance et d intégrer les changements prévus à votre projet de mise en œuvre. Vous serez peut-être obligés de consulter davantage vos vérificateurs en prévision des NIRF, compte tenu du nombre de changements, de leur complexité et des lacunes en matière de connaissances qu il vous faudra combler. J ai ceci à dire à toutes les sociétés d assurances (peu importe leur taille) : vous devez amorcer dès maintenant votre transition aux NIRF. Vos employés sauront ainsi à quoi s attendre lorsque les normes entreront en vigueur et vous pourrez vous y adapter sans heurt. Pratiques exemplaires Ceux qui ne s emploient pas à examiner et à actualiser de façon continue leurs pratiques de gestion des risques s attirent également de sérieux ennuis. Les conseils d administration des grandes institutions financières disent souvent au BSIF qu ils souhaiteraient de plus nombreux examens de questions précises à l échelle du secteur, qui les renseigneraient sur la situation de leur entreprise par rapport à la concurrence. Nous sommes d accord sur l utilité des examens comparatifs effectués par le BSIF et par le secteur lui-même, et nous en avons augmenté le nombre prévu dans notre programme de surveillance. Mais les entreprises ne doivent pas dépendre que du BSIF: si un conseil ou un PDG a des doutes sur son entreprise ou souhaite savoir où elle se situe par rapport aux autres, il dispose des moyens de le faire. En effet, de nombreux cabinets de consultation possèdent de tels renseignements grâce à leur connaissance approfondie du secteur à l échelle mondiale. Le BSIF s est intéressé récemment à la gestion du risque de crédit par les assureurs. D après nos observations sur le terrain, les assureurs extrêmement efficaces répondent à cinq critères de gestion du risque de crédit (GRC). D abord, ils disposent d un cadre qui circonscrit la gestion de tous les risques de crédit et de placement de l ensemble des activités d affaires. Que leur fonction de GRC soit centralisée ou décentralisée, l essentiel est que le travail se fasse, que les résultats soient agrégés et puis ventilés en fonction de critères cohérents afin de brosser un tableau clair des risques de l organisation. Deuxièmement, les assureurs procèdent à la validation continue des modèles utilisés. La modélisation ne peut avoir lieu en vase clos. Tant les gestionnaires de portefeuilles de prêts que la haute direction doivent examiner, comprendre et approuver les paramètres et les hypothèses retenus. Troisièmement, des limites doivent être imposées aux portefeuilles, et elles doivent être soumises à un processus consigné d examen et d approbation. Toute exception doit être

8 - 7 - approuvée par un groupe distinct. Les exceptions, et surtout les écarts, doivent déclencher des discussions avec le conseil d administration qui débouchent sur un plan d action adéquat et, au besoin, sur une décision quant aux approbations nécessaires. Quatrièmement, l information que contiennent les rapports sur les risques destinés aux conseils d administration et à la haute direction doit être claire et suffisamment détaillée pour mettre au jour les tendances et les risques particuliers. Les rapports doivent faire état de la qualité des risques posés par les titres particuliers aux portefeuilles et la ventiler par secteur, région géographique, produit et taille de l exposition, et ils doivent offrir des indicateurs du rendement des portefeuilles et préciser tous risques qui pourraient menacer la qualité du crédit. Les rapports sur les risques doivent offrir une vue d ensemble approfondie, car les rapports de piètre qualité sont eux-mêmes sources de risque. Cinquièmement, les examens dynamiques de suffisance du capital (EDSC) devraient comprendre des examens poussés fréquents à l égard de divers scénarios portant sur des risques de crédit. À l heure actuelle, très peu de rapports sur les EDSC font état des scénarios examinés et, le cas échéant, de leurs résultats. Pourtant, le risque de crédit peut changer rapidement (je pense notamment au cas récent des PCAA). Il ne suffit donc pas d effectuer un examen annuel, à un moment déterminé par l entreprise, généralement vers la fin de l année. En procédant régulièrement à des examens, vous serez en mesure de réagir plus tôt, avant d en arriver à un point où un rééquilibrage en profondeur s impose. Chez bon nombre d entre vous, de telles procédures sont déjà en place. Dans le cas contraire, je vous encourage à y penser sérieusement. Conclusion En conclusion, je tiens à ajouter que, à mon avis, la population du Canada a profité grandement de la présence d un secteur des assurances robuste. Le secteur a raison de s enorgueillir des résultats obtenus ces dernières années. Ce succès s explique par toutes les mesures qui ont été prises. Mais il y a toujours beaucoup à faire, comme nous le savons tous. J envisage avec plaisir de collaborer avec vous tous, au cours de mon mandat, à l instauration d un système financier solide dans lequel tous les Canadiens et toutes les Canadiennes peuvent avoir confiance. Je vous remercie.

Toronto (Ontario) Le vendredi 26 octobre 2007 L ÉNONCÉ FAIT FOI. Pour de plus amples renseignements, s adresser à :

Toronto (Ontario) Le vendredi 26 octobre 2007 L ÉNONCÉ FAIT FOI. Pour de plus amples renseignements, s adresser à : Allocution présentée par la surintendante Julie Dickson Bureau du surintendant des institutions financières Canada (BSIF) dans le cadre du Colloque des affaires réglementaires du Bureau d assurance du

Plus en détail

DEUXIÈME ÉTUDE D'IMPACT QUANTITATIVE SUR LE RISQUE DE MARCHÉ SOMMAIRE DES RÉSULTATS

DEUXIÈME ÉTUDE D'IMPACT QUANTITATIVE SUR LE RISQUE DE MARCHÉ SOMMAIRE DES RÉSULTATS Deuxième étude d impact quantitative sur le risque de marché Sommaire des résultats Comité mixte BSIF, AMF et Assuris Janvier 2011 DEUXIÈME ÉTUDE D'IMPACT QUANTITATIVE SUR LE RISQUE DE MARCHÉ SOMMAIRE

Plus en détail

Allocution de la surintendante Julie Dickson Bureau du surintendant des institutions financières Canada (BSIF) devant le Financial Services Institute

Allocution de la surintendante Julie Dickson Bureau du surintendant des institutions financières Canada (BSIF) devant le Financial Services Institute Allocution de la surintendante Julie Dickson Bureau du surintendant des institutions financières Canada (BSIF) devant le Financial Services Institute Toronto (Ontario) Le jeudi 26 juin 2008 LE TEXTE PRONONCÉ

Plus en détail

Comité de la réglementation des assurance de l AAI Le rôle de l actuaire dans le contrôle prudentiel des sociétés d assurances

Comité de la réglementation des assurance de l AAI Le rôle de l actuaire dans le contrôle prudentiel des sociétés d assurances Le rôle de l actuaire dans le contrôle prudentiel Introduction Cette note a pour but d établir la position de l AAI sur le rôle que les actuaires devraient jouer dans le contrôle prudentiel des sociétés

Plus en détail

N o : D-1A Version initiale : décembre 1997 Révision : juillet 2010

N o : D-1A Version initiale : décembre 1997 Révision : juillet 2010 Ligne directrice Objet : (entreprises d assurance-vie) Catégorie : Comptabilité N o : D-1A Version initiale : décembre 1997 Révision : juillet 2010 Introduction La présente ligne directrice énonce les

Plus en détail

OSGOODE HALL LAW SCHOOL Université York MÉMOIRE PRIVILÉGIÉ ET CONFIDENTIEL

OSGOODE HALL LAW SCHOOL Université York MÉMOIRE PRIVILÉGIÉ ET CONFIDENTIEL OSGOODE HALL LAW SCHOOL Université York MÉMOIRE PRIVILÉGIÉ ET CONFIDENTIEL À : &' 1$,'6 M. Richard Drouin, O.C., c.r. Président, Commission d examen sur la rémunération des juges 2CVTKEM,/QPCJCP DATE :

Plus en détail

Cadre de surveillance

Cadre de surveillance Cadre de surveillance Bureau du surintendant des institutions financières 255, rue Albert, 16 e étage, Ottawa, ON K1A 0H2 Téléphone : 613-990-7788 Télécopieur : 613-952-8219 N o sans frais : 1 800-385-8647

Plus en détail

Établissement des taux d actualisation fondés sur la meilleure estimation aux fins des évaluations de provisionnement sur base de continuité

Établissement des taux d actualisation fondés sur la meilleure estimation aux fins des évaluations de provisionnement sur base de continuité Ébauche de note éducative Établissement des taux d actualisation fondés sur la meilleure estimation aux fins des évaluations de provisionnement sur base de continuité Commission des rapports financiers

Plus en détail

Guide de travail pour l auto-évaluation:

Guide de travail pour l auto-évaluation: Guide de travail pour l auto-évaluation: Gouvernance d entreprise comité d audit Mars 2015 This document is also available in English. Conditions d application Le Guide de travail pour l auto-évaluation

Plus en détail

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English.

Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2. Novembre 2013. This document is also available in English. Note d orientation : La simulation de crise Établissements de catégorie 2 This document is also available in English. La présente Note d orientation s adresse à toutes les caisses populaires de catégorie

Plus en détail

CESSATION DES OPÉRATIONS D ASSURANCE AU CANADA DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES ÉTRANGÈRES

CESSATION DES OPÉRATIONS D ASSURANCE AU CANADA DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES ÉTRANGÈRES Index A n o 9 CESSATION DES OPÉRATIONS D ASSURANCE AU CANADA DES SOCIÉTÉS D ASSURANCES ÉTRANGÈRES Fondement législatif Articles 650, 651 et 654 de la Loi sur les sociétés d assurances (la «Loi») Définitions

Plus en détail

ÉNONCÉ DE PRINCIPES LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE DES PRODUITS D ASSURANCE

ÉNONCÉ DE PRINCIPES LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE DES PRODUITS D ASSURANCE ÉNONCÉ DE PRINCIPES LE COMMERCE ÉLECTRONIQUE DES PRODUITS D ASSURANCE Le présent document reflète le travail d organismes de réglementation membres du CCRRA. Les opinions qui y sont exprimées ne doivent

Plus en détail

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières Discours d ouverture Andrew J. Kriegler Président et chef de la direction Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières 25

Plus en détail

Exposé-sondage. Conseil des normes actuarielles. Avril 2013. Document 213018

Exposé-sondage. Conseil des normes actuarielles. Avril 2013. Document 213018 Exposé-sondage Révisions aux Normes de pratique applicables aux régimes de retraite Hypothèses pour les évaluations de liquidation hypothétique et de solvabilité Conseil des normes actuarielles Avril 2013

Plus en détail

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées

Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Ligne directrice Objet : Ligne directrice sur les simulations de crise à l intention des régimes de retraite assortis de dispositions à prestations déterminées Date : Introduction La simulation de crise

Plus en détail

Comprendre le financement des placements par emprunt. Prêts placement

Comprendre le financement des placements par emprunt. Prêts placement Comprendre le financement des placements par emprunt Prêts placement Comprendre le financement des placements par emprunt Le financement des placements par emprunt consiste simplement à emprunter pour

Plus en détail

devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable

devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable VERSION DÉFINITIVE Allocution prononcée par Anthony Ariganello, CGA Président-directeur général CGA-Canada devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable Toronto (Ontario) Le 20 octobre

Plus en détail

Compte rendu de l examen par le BSIF des coefficients du risque d assurance

Compte rendu de l examen par le BSIF des coefficients du risque d assurance Compte rendu de l examen par le BSIF des coefficients du risque d assurance Le présent document précise encore davantage les données et la méthodologie utilisées par le BSIF pour calculer les marges pour

Plus en détail

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 1211122 GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 RAPPORT SOMMAIRE Cette proposition présente les recommandations de Genworth Financial Canada («Genworth») au Comité permanent des

Plus en détail

NOTE ÉDUCATIVE EXAMEN DYNAMIQUE DE SUFFISANCE DU CAPITAL ASSURANCE-VIE ET ASSURANCES IARD

NOTE ÉDUCATIVE EXAMEN DYNAMIQUE DE SUFFISANCE DU CAPITAL ASSURANCE-VIE ET ASSURANCES IARD NOTE ÉDUCATIVE Les notes éducatives ne constituent pas des normes de pratique. Elles visent à aider les actuaires en ce qui concerne l application de normes de pratique dans des cas spécifiques. Le mode

Plus en détail

Allocution de Mme Françoise Bertrand Présidente directrice générale Fédération des chambres de commerce du Québec

Allocution de Mme Françoise Bertrand Présidente directrice générale Fédération des chambres de commerce du Québec Allocution de Mme Françoise Bertrand Présidente directrice générale Fédération des chambres de commerce du Québec Comment les entreprises devraient-elles entrevoir l avenir en matière de régime de retraite

Plus en détail

Information Le secteur des services financiers canadien

Information Le secteur des services financiers canadien Les assurances multirisques au Canada Aperçu Information Le secteur des services financiers canadien L industrie canadienne des assurances multirisques couvre les risques de toutes les branches d assurance,

Plus en détail

ENJEUX, PRATIQUES ET RÉGLEMENTATION EN ASSURANCE AUTOMOBILE : UNE COLLABORATION RÉUSSIE ENTRE L AUTORITÉ ET LE GAA

ENJEUX, PRATIQUES ET RÉGLEMENTATION EN ASSURANCE AUTOMOBILE : UNE COLLABORATION RÉUSSIE ENTRE L AUTORITÉ ET LE GAA ENJEUX, PRATIQUES ET RÉGLEMENTATION EN ASSURANCE AUTOMOBILE : UNE COLLABORATION RÉUSSIE ENTRE L AUTORITÉ ET LE GAA Notes pour une allocution prononcée par M. Patrick Déry Surintendant de l encadrement

Plus en détail

La situation financière des Canadiens

La situation financière des Canadiens La situation financière des Canadiens 1 Approche client Microsoft Advertising Hiver 2015 LA SITUATION FINANCIÈRE DES CANADIENS 2 Des décisions financières difficiles et importantes doivent être prises

Plus en détail

COMITÉ CONSULTATIF SUR LA SOLVABILITÉ ASSUREURS DE PERSONNES À CHARTE DU QUÉBEC

COMITÉ CONSULTATIF SUR LA SOLVABILITÉ ASSUREURS DE PERSONNES À CHARTE DU QUÉBEC COMITÉ CONSULTATIF SUR LA SOLVABILITÉ ASSUREURS DE PERSONNES À CHARTE DU QUÉBEC Novembre 2008 volume 6 APPROCHE STANDARD POUR LE CALCUL DU COUSSIN DE SOLVABILITÉ LIÉ AU RISQUE DE MARCHÉ AUTORITE DES MARCHES

Plus en détail

Bureau du surintendant des institutions financières. Audit interne des Services intégrés : Services de la sécurité et de l administration

Bureau du surintendant des institutions financières. Audit interne des Services intégrés : Services de la sécurité et de l administration Bureau du surintendant des institutions financières Audit interne des Services intégrés : Services de la sécurité et de l administration Avril 2014 Table des matières 1. Contexte... 3 2. Objectif, délimitation

Plus en détail

Annexe A de la norme 110

Annexe A de la norme 110 Annexe A de la norme 110 RAPPORTS D ÉVALUATION PRÉPARÉS AUX FINS DES TEXTES LÉGAUX OU RÉGLEMENTAIRES OU DES INSTRUCTIONS GÉNÉRALES CONCERNANT LES VALEURS MOBILIÈRES Introduction 1. L'annexe A a pour objet

Plus en détail

vos objectifs Investir pour atteindre

vos objectifs Investir pour atteindre Investir pour atteindre vos objectifs Que ce soit pour prendre une retraite confortable, effectuer un achat important, financer les études de votre enfant ou épargner en vue de laisser un legs, investir

Plus en détail

l assurance-vie avec participation de la London Life

l assurance-vie avec participation de la London Life Votre guide de l assurance-vie avec participation de la London Life Valeur, solidité et choix Ce que vous découvrirez dans ce guide En combinant les renseignements contenus dans ce guide aux conseils professionnels

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

SECTION IV. Facility, FA, FARSP et le P.R.R. sont des organismes distincts aux fonctions semblables.

SECTION IV. Facility, FA, FARSP et le P.R.R. sont des organismes distincts aux fonctions semblables. SECTION IV Les établissements «Facility», «Facility Association» («FA»), «FA Risk Sharing Pool» («FARSP») et le «Plan de répartition des risques établi par le Groupement des assureurs automobiles» (le

Plus en détail

Les pratiques de simulation de crise: enquête auprès de quarante-trois grands établissements financiers

Les pratiques de simulation de crise: enquête auprès de quarante-trois grands établissements financiers Ingo Fender (+41 61) 280 9458 ingo.fender@bis.org Michael S. Gibson (+1 202) 452 2495 michael.s.gibson@frb.gov Les pratiques de simulation de crise: enquête auprès de quarante-trois grands établissements

Plus en détail

Des caisses diversifiées et gérées professionnellement. Les Caisses privées

Des caisses diversifiées et gérées professionnellement. Les Caisses privées Des caisses diversifiées et gérées professionnellement Les Caisses privées 3 La simplicité rendue accessible 4 Qu est-ce qu une Caisse privée? 6 La diversification, ou comment réduire votre risque 8 Une

Plus en détail

Notes d allocution de la présidente et première dirigeante de la SADC, Michèle Bourque

Notes d allocution de la présidente et première dirigeante de la SADC, Michèle Bourque 1 Notes d allocution de la présidente et première dirigeante de la SADC, Michèle Bourque Autorité de règlement de faillite : le nouveau rôle de la SADC CD Howe Institute 9 juin 2014 INTRODUCTION Bonjour,

Plus en détail

Veuillez transmettre vos soumissions et vos questions à : M me Maria Policelli Directrice de politique

Veuillez transmettre vos soumissions et vos questions à : M me Maria Policelli Directrice de politique CCRRA Le 30 mars 2004 Madame, Monsieur, Au nom du Conseil canadien des responsables de la réglementation d assurance (CCRRA), je suis heureux de vous annoncer la publication d un document de consultation

Plus en détail

Solutions d assurance-vie pour les. propriétaires d entreprise

Solutions d assurance-vie pour les. propriétaires d entreprise Solutions d assurance-vie pour les propriétaires d entreprise Solutions d assurance-vie pour les propriétaires d entreprise Quel type d assurance-vie convient le mieux aux propriétaires d entreprise? Tout

Plus en détail

Principes généraux de l imposition des contrats d assurance-vie au Canada

Principes généraux de l imposition des contrats d assurance-vie au Canada Principes généraux de l imposition des contrats d assurance-vie au Canada Janvier 2015 L assurance-vie joue un rôle de plus en plus important dans la planification financière en raison du patrimoine croissant

Plus en détail

Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires

Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires Principaux défis et facteurs de réussite Dans le cadre de leurs plans stratégiques à long terme, les banques cherchent à tirer profit

Plus en détail

Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications

Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications La présente annexe au document de politique du Procureur

Plus en détail

L assurance, un secteur singulier : En quoi les assurances diffèrent-elles des banques? Synthèse Juin 2010

L assurance, un secteur singulier : En quoi les assurances diffèrent-elles des banques? Synthèse Juin 2010 L assurance, un secteur singulier : En quoi les assurances diffèrent-elles des banques? Synthèse Juin 2010 L impact de la crise financière récente sur le secteur financier et les économies a été extrêmement

Plus en détail

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers entre assureurs de dommages et carrossiers Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers Novembre 2006 entre assureurs de dommages et carrossiers 2 PRÉAMBULE Le Groupement des assureurs automobiles

Plus en détail

Assurances véhicules à moteur. Assurance occupants pourquoi est-elle nécessaire? Assurance accidents

Assurances véhicules à moteur. Assurance occupants pourquoi est-elle nécessaire? Assurance accidents Assurances véhicules à moteur 68 69 Assurance occupants pourquoi est-elle nécessaire? J entends des avis très contradictoires sur la nécessité de l assurance occupants d un véhicule à moteur. En Suisse,

Plus en détail

Passer à un modèle services de conseils tarifés. Parlons vrai avec les clients : les frais

Passer à un modèle services de conseils tarifés. Parlons vrai avec les clients : les frais Passer à un modèle services de conseils tarifés Parlons vrai avec les clients : les frais De plus en plus d investisseurs dans le monde exigent une meilleure transparence des frais de placement. Le Royaume-Uni

Plus en détail

Comment avoir accès à la valeur de rachat de votre police d assurance vie universelle de RBC Assurances

Comment avoir accès à la valeur de rachat de votre police d assurance vie universelle de RBC Assurances Comment avoir accès à la valeur de rachat de votre police d assurance vie universelle de RBC Assurances Découvrez les avantages et désavantages des trois méthodes vous permettant d avoir accès à vos fonds.

Plus en détail

Les principes du professionnalisme

Les principes du professionnalisme 1. Au sein de la profession actuarielle, le professionnalisme signifie : l application des connaissances et du savoir-faire spécialisés de l actuaire; un comportement éthique, plus particulièrement dans

Plus en détail

Cartes de crédit à vous de choisir. Choisir la carte de crédit qui vous convient

Cartes de crédit à vous de choisir. Choisir la carte de crédit qui vous convient Cartes de crédit à vous de choisir Choisir la carte de crédit qui vous convient À propos de l Agence de la consommation en matière financière du Canada (ACFC) À l aide de ses ressources éducatives et de

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DE LA CONTINUITÉ DES ACTIVITÉS

LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DE LA CONTINUITÉ DES ACTIVITÉS LIGNE DIRECTRICE SUR LA GESTION DE LA CONTINUITÉ DES ACTIVITÉS Avril 2010 Table des matières Préambule...3 Introduction...4 Champ d application...5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour...6 1.

Plus en détail

Devenir un employeur de choix. Utilisation du régime de pension agréé collectif pour attirer et fidéliser les meilleurs éléments

Devenir un employeur de choix. Utilisation du régime de pension agréé collectif pour attirer et fidéliser les meilleurs éléments Devenir un employeur de choix Utilisation du régime de pension agréé collectif pour attirer et fidéliser les meilleurs éléments Les propriétaires de petites et moyennes entreprises ont tout intérêt à mettre

Plus en détail

5points que. les conseillers omettent souvent d exposer à leurs clients aisés. Wayne G. Miller BMATH, ASA, ACIA

5points que. les conseillers omettent souvent d exposer à leurs clients aisés. Wayne G. Miller BMATH, ASA, ACIA FÉVRIER 2015 5points que les conseillers omettent souvent d exposer à leurs clients aisés Le moment est venu de réfuter les idées préconçues qui empêchent les gens d obtenir la protection financière dont

Plus en détail

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions

Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions Table des matières: Guidelines Fonds de Pensions TABLE DES MATIERES... 1 INTRODUCTION... 2 1 FINANCEMENT ET FINANCEMENT MINIMUM... 3 1.1 FINANCEMENT... 3 1.2 FINANCEMENT DE PLAN... 3 1.3 FINANCEMENT MÉTHODE

Plus en détail

Fonds d assurance responsabilité professionnelle de l Association des courtiers et agents immobiliers du Québec RAPPORT ANNUEL 2006

Fonds d assurance responsabilité professionnelle de l Association des courtiers et agents immobiliers du Québec RAPPORT ANNUEL 2006 Fonds d assurance responsabilité professionnelle de l Association des courtiers et agents immobiliers du Québec RAPPORT ANNUEL 2006 Table des matières Mission 1 Message du président du conseil 2 Message

Plus en détail

Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur.

Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur. Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur. Bienvenue. Des arguments qui comptent Les points forts des fonds de placement du Credit Suisse. De nets avantages Les fonds de placement:

Plus en détail

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ

LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ LIGNE DIRECTRICE SUR LA CONFORMITÉ Avril 2009 Table des matières Préambule... 3 Introduction... 4 Champ d application... 5 Entrée en vigueur et processus de mise à jour... 6 1. Cadre de gestion de la conformité...

Plus en détail

Étude d impact quantitative No 4 Risque de crédit - Instructions

Étude d impact quantitative No 4 Risque de crédit - Instructions Étude d impact quantitative No 4 Risque de crédit - Instructions Le but de cette étude est de recueillir de l information afin d évaluer diverses méthodes possibles de calcul des exigences de capital liées

Plus en détail

Notes d allocution au Comité permanent des banques et commerce du Sénat

Notes d allocution au Comité permanent des banques et commerce du Sénat Notes d allocution au Comité permanent des banques et commerce du Sénat Étude de la capacité des particuliers à se prévaloir d'un régime enregistré d'épargne-invalidité (REEI) Ryan Fontaine Conseiller

Plus en détail

Nouvelles et opinions

Nouvelles et opinions Publications Nouvelles et opinions Volume 12 numéro 3 Mars 2015 Dans ce numéro 1 Modifications au règlement fédéral sur les pensions 3 La baisse de la solvabilité des régimes de retraite pourrait avoir

Plus en détail

Exposé au Comité spécial sur les coopératives de la Chambre des communes 7 août 2012

Exposé au Comité spécial sur les coopératives de la Chambre des communes 7 août 2012 Exposé au Comité spécial sur les coopératives de la Chambre des communes 7 août 2012 Introduction Le Groupe Co-operators limitée est détenu et dirigé par 45 membres-propriétaires de tout le Canada, issus

Plus en détail

APERÇU DES OBLIGATIONS

APERÇU DES OBLIGATIONS Avis sur les règles Note d orientation Règles des courtiers membres Destinataires à l'interne : Affaires juridiques et conformité Détail Formation Haute direction Institutions Vérification interne Personne-ressource

Plus en détail

COMMISSARIAT À LA PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE DU CANADA. Vérification de la gestion des ressources humaines

COMMISSARIAT À LA PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE DU CANADA. Vérification de la gestion des ressources humaines COMMISSARIAT À LA PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE DU CANADA Vérification de la gestion des ressources humaines 13 mai 2010 Préparée par le Centre de gestion publique Inc. TABLE DES MATIÈRES 1.0 Sommaire...

Plus en détail

Gestion du risque de change

Gestion du risque de change LIVRE BLANC Gestion du risque de change Le dollar canadien a fait la manchette à maintes reprises au cours des dernières années. Sa valeur a fluctué de manière importante et soudaine à de nombreuses occasions,

Plus en détail

NOTE D INFORMATION. Conseils sur l autoévaluation en matière de cybersécurité

NOTE D INFORMATION. Conseils sur l autoévaluation en matière de cybersécurité Date : Le 28 octobre 2013 NOTE D INFORMATION Destinataires : Institutions financières fédérales Objet : Conseils sur l autoévaluation en matière de cybersécurité Les cyberattaques sont de plus en plus

Plus en détail

Sans cet agrément, il est interdit de pratiquer l assurance, en Suisse ou à partir de la Suisse (art. 87 LSA).

Sans cet agrément, il est interdit de pratiquer l assurance, en Suisse ou à partir de la Suisse (art. 87 LSA). Département fédéral des finances DFF Office fédéral des assurances privées OFAP Conditions d octroi de l agrément pour l exercice de l activité d assurance Institution d assurance sur la vie avec siège

Plus en détail

CFP 059M C.P. Rapport D Amours

CFP 059M C.P. Rapport D Amours Mémoire du Régime de retraite de l Université du Québec (RRUQ) sur le rapport du Comité D Amours Mémoire déposé à la Commission des finances publiques le 22 août 2013 CFP 059M C.P. Rapport D Amours Table

Plus en détail

COMMENTAIRE LES CANADIENS SONT-ILS PRÉPARÉS À UNE HAUSSE DES TAUX D INTÉRÊT? Services économiques TD

COMMENTAIRE LES CANADIENS SONT-ILS PRÉPARÉS À UNE HAUSSE DES TAUX D INTÉRÊT? Services économiques TD COMMENTAIRE Services économiques TD mai LES CANADIENS SONT-ILS PRÉPARÉS À UNE HAUSSE DES TAUX D INTÉRÊT? Faits saillants Le fait que la Banque du Canada ait récemment indiqué que les taux d intérêt pourraient

Plus en détail

Guides de Tangerine sur les finances personnelles. Prise de possession. Points à considérer lors de l achat d une première propriété

Guides de Tangerine sur les finances personnelles. Prise de possession. Points à considérer lors de l achat d une première propriété Guides de Tangerine sur les finances personnelles Prise de possession Points à considérer lors de l achat d une première propriété «Les acheteurs sont souvent surpris d apprendre que les maisons neuves

Plus en détail

guide clarté épargne www.creditmutuel.fr

guide clarté épargne www.creditmutuel.fr guide clarté épargne UNE BANQUE QUI N A PAS D ACTIONNAIRE, ÇA CHANGE L ÉPARGNE. www.creditmutuel.fr AVEC VOTRE CONSEILLER CRÉDIT MUTUEL, ENVISAGEZ L ÉPARGNE DIFFÉREMMENT. Comme toutes les banques, le Crédit

Plus en détail

Codes des banques 9 septembre 2009

Codes des banques 9 septembre 2009 Codes des banques 9 septembre 2009 1/16 PREAMBULE Le Code des banques a été établi par l Association des banques néerlandaises (NVB) en réponse au rapport intitulé Naar herstel van vertrouwen (vers le

Plus en détail

DOCUMENT DE CONSULTATION

DOCUMENT DE CONSULTATION DOCUMENT DE CONSULTATION Août 1998 DOCUMENT DE CONSULTATION Août 1998 Pour obtenir des exemplaires supplémentaires de ce document : Centre de distribution Ministère des Finances 300, avenue Laurier Ouest

Plus en détail

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective.

Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. Compte d exploitation 2012. Assurance vie collective. 2012 Votre assureur suisse. 1/12 Compte d exploitation Assurance vie collective 2012 2012: des résultats positifs et encore plus de transparence. Chère

Plus en détail

Rapport du comité d experts du Québec sur les moyens de pérenniser le système de retraite

Rapport du comité d experts du Québec sur les moyens de pérenniser le système de retraite Le 19 avril 2013 Rapport du comité d experts du Québec sur les moyens de pérenniser le système de retraite Le comité d experts a été formé vers la fin de 2011, et on lui a donné le mandat de formuler des

Plus en détail

NOUVEAUX REPRÉSENTANTS DES RETRAITÉS AU CIRR

NOUVEAUX REPRÉSENTANTS DES RETRAITÉS AU CIRR Bulletin de la Section de Québec Septembre 2012 NOUVEAUX REPRÉSENTANTS DES RETRAITÉS AU CIRR Suite aux élections qui ont été tenues au cours des dernières semaines, Michel Doyon est devenu le représentant

Plus en détail

Vérification des procédures en fin d exercice

Vérification des procédures en fin d exercice Vérification des procédures en fin d exercice DIVERSIFICATION DE L ÉCONOMIE DE L OUEST CANADA Direction générale de la vérification et de l évaluation Décembre 2011 Table des matières 1.0 Résumé 1 2.0

Plus en détail

évaluations avec date de calcul à compter du 31 décembre 2014 (mais au plus tard le 30 décembre 2015).

évaluations avec date de calcul à compter du 31 décembre 2014 (mais au plus tard le 30 décembre 2015). NOTE DE SERVICE À : De : Tous les actuaires des régimes de retraite Bruce Langstroth, président Direction de la pratique actuarielle Manuel Monteiro, président Commission des rapports financiers des régimes

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

Rapport 2014 sur le financement des régimes de retraite à prestations déterminées en Ontario Survol et résultats choisis 2011-2014

Rapport 2014 sur le financement des régimes de retraite à prestations déterminées en Ontario Survol et résultats choisis 2011-2014 Rapport 2014 sur le financement des de retraite à prestations déterminées en Ontario Survol et résultats choisis 2011-2014 Commission des services financiers de l Ontario Mars 2015 Table des matières 1.0

Plus en détail

Notes de recherche de l

Notes de recherche de l Notes de recherche de l DÉCEMBRE 2009 La situation du régime complémentaire de retraite de l industrie de la construction du Québec François L Italien, Doctorant, Département de sociologie, Université

Plus en détail

La vente d assurance accessoire : La multiplicité des régimes de réglementation avantage-t-elle les consommateurs?

La vente d assurance accessoire : La multiplicité des régimes de réglementation avantage-t-elle les consommateurs? La vente d assurance accessoire : La multiplicité des régimes de réglementation avantage-t-elle les consommateurs? Robert W. McDowell Robert E. Elliott Marvin Mikhail Partie I Contexte, législation en

Plus en détail

Quelle attitude face aux devises? Conseils aux hôteliers-restaurateurs

Quelle attitude face aux devises? Conseils aux hôteliers-restaurateurs Quelle attitude face aux devises? Conseils aux hôteliers-restaurateurs L hôtellerie-restauration suisse souffre depuis belle lurette de la cherté du franc suisse. Ces derniers mois tout particulièrement,

Plus en détail

À propos de Co operators

À propos de Co operators Co-operators est heureuse de présenter un mémoire en réponse au document de réflexion du Groupe de travail sur les pointages de crédit du CCRRA sur l utilisation des pointages de crédit par les assureurs,

Plus en détail

1. FAIR Canada est favorable aux obligations d information sur les coûts et le rendement

1. FAIR Canada est favorable aux obligations d information sur les coûts et le rendement 10 avril 2014 Richard J. Corner Vice-président à la politique de réglementation des membres Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières 121, rue King Ouest, bureau 2000 Toronto

Plus en détail

Donnéesfinancières. sur l assurance-vie avec participation. Responsabilité Solidité Rendement

Donnéesfinancières. sur l assurance-vie avec participation. Responsabilité Solidité Rendement 2014 Donnéesfinancières sur l assurance-vie avec participation Responsabilité Solidité Rendement Ce guide fournit des données financières clés à propos de la gestion, du rendement et de la solidité du

Plus en détail

Préparez la retraite que vous voulez

Préparez la retraite que vous voulez Préparez la retraite que vous voulez Vous méritez une retraite agréable La retraite est l un des événements les plus importants de votre vie. Elle marque le passage vers une nouvelle étape merveilleuse

Plus en détail

Étude d impact quantitative No 3 Risque de crédit - Instructions

Étude d impact quantitative No 3 Risque de crédit - Instructions Étude d impact quantitative No 3 Risque de crédit - Instructions Nous vous remercions de votre participation à cette étude d impact quantitative (EIQt n o 3), qui a pour but de recueillir de l information

Plus en détail

PROFIL DE RISQUE INTÉGRÉ DE RENTES DU MOUVEMENT DESJARDINS (RRMD)

PROFIL DE RISQUE INTÉGRÉ DE RENTES DU MOUVEMENT DESJARDINS (RRMD) PROFIL DE RISQUE INTÉGRÉ DU RÉGIME R DE RENTES DU MOUVEMENT DESJARDINS (RRMD) 1 ICA 15 avril 2008 Le RRMD en chiffres Plus de 500 employeurs 35 900 participants actifs 6 600 retraités 12 000 en 2014 5,5

Plus en détail

MODÈLE DE PROCURATION ET NOTE EXPLICATIVE

MODÈLE DE PROCURATION ET NOTE EXPLICATIVE MODÈLE DE PROCURATION ET NOTE EXPLICATIVE TABLE DES MATIÈRES Votre procuration est un document important Mise en garde 4 Pour bien comprendre la procuration Note explicative 6 1. Qu est-ce qu une procuration?...

Plus en détail

Résultats financiers et d exploitation du quatrième trimestre et de l exercice 2005

Résultats financiers et d exploitation du quatrième trimestre et de l exercice 2005 Résultats financiers et d exploitation du quatrième trimestre et de l exercice 2005 16 février 2006 P. 1 Mise en garde - énoncés prospectifs Certains énoncés contenus dans cette présentation concernant

Plus en détail

GROUPE DE CONTACT DES DIRECTEURS

GROUPE DE CONTACT DES DIRECTEURS GROUPE DE CONTACT DES DIRECTEURS PREMIÈRE ÉDITION (4 Juin 2014) LISTE DE CONTROLE POUR ENGAGER UN BON CONSULTANT I. Travaux préparatoires en interne II. Critères personnels concernant le consultant III.

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

MODERNISATION DE LA LOI

MODERNISATION DE LA LOI MODERNISATION DE LA LOI SUR LES CAISSES POPULAIRES ET LES CREDIT UNIONS Document de consultation sur la révision de la Loi de 2005 Ministère des Finances Novembre 2005 Modernisation de la Loi sur les caisses

Plus en détail

Politique...2 Procédures...2 Limites...3 Approbation...3 Communication de l'information au Bureau...4 Annexe...5

Politique...2 Procédures...2 Limites...3 Approbation...3 Communication de l'information au Bureau...4 Annexe...5 Bureau du surintendant des institutions financières Canada Office of the Superintendent of Financial Institutions Canada 255, rue Albert 255 Albert Street Ottawa, Canada Ottawa, Canada K1A 0H2 K1A 0H2

Plus en détail

1. Assurance-invalidité : si vous devenez incapable de travailler

1. Assurance-invalidité : si vous devenez incapable de travailler Assurances Aspects financiers du statut d associé : les assurances 1. Assurance-invalidité 2. Assurance-vie 3. Assurance responsabilité professionnelle Votre cabinet a peut-être déjà mis en place un programme

Plus en détail

La responsabilité de l'administration des prestations reste celle de l'administrateur.

La responsabilité de l'administration des prestations reste celle de l'administrateur. Financial Services Commission of Ontario Commission des services financiers de l Ontario SECTION : INDEX N O : TITRE : APPROUVÉ PAR : PUBLICATION : DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : Notes d'orientation sur les

Plus en détail

rv de septembre - 09/09/2008 - XC

rv de septembre - 09/09/2008 - XC rv de septembre - 09/09/2008 - XC Rendez-vous de septembre 9 septembre 2008 - Monte Carlo LE TRANSFERT DE RISQUES DANS SOLVABILITÉ II Xavier Cognat Fédération Française des Sociétés d Assurances rv de

Plus en détail

Services bancaires. Introduction. Objectifs d apprentissage

Services bancaires. Introduction. Objectifs d apprentissage Services bancaires Introduction Les institutions financières, notamment les banques, les sociétés de fiducie, les coopératives de crédit et les caisses populaires, sont des entités essentielles à la gestion

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE PLACEMENT DU FONDS DE PENSION BANQUE DU CANADA

MANDAT DU COMITÉ DE PLACEMENT DU FONDS DE PENSION BANQUE DU CANADA 24 septembre 2013 MANDAT DU COMITÉ DE PLACEMENT DU FONDS DE PENSION BANQUE DU CANADA 1. Introduction La Banque du Canada (la «Banque») est l administrateur du Régime de pension de la Banque du Canada (le

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉMUNÉRATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC.

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉMUNÉRATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC. CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉMUNÉRATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC. Adoptée le 28 septembre 2009 (Modification la plus récente : novembre 2013) La présente charte

Plus en détail

Document de recherche. Établissement du coût de l assurance-vie et analyse des risques

Document de recherche. Établissement du coût de l assurance-vie et analyse des risques Document de recherche Établissement du coût de l assurance-vie et analyse des risques Groupe de travail sur l établissement des coûts des produits d assurance de personnes Juin 2008 Document 208047 This

Plus en détail

Obtenir le titre de prêteur. agréé. La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION

Obtenir le titre de prêteur. agréé. La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION Obtenir le titre de prêteur agréé La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION La SCHL aide les Canadiens à répondre à leurs besoins en matière de logement. En tant qu autorité en matière

Plus en détail

Le 8 mai 2015. Bonjour,

Le 8 mai 2015. Bonjour, Le 8 mai 2015 Bonjour, En janvier, La Compagnie d Assurance-Vie Manufacturers (Manuvie) a annoncé la conclusion de l acquisition des activités canadiennes de la Standard Life. Je souhaite vous informer

Plus en détail