Prof. N. MIDOUN, Faculté de Médecine d Oran, Mai Cours degraduation 6 ème Année «Organisation du Système de SantéetEconomiedeSanté»

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Prof. N. MIDOUN, Faculté de Médecine d Oran, Mai 2013. Cours degraduation 6 ème Année «Organisation du Système de SantéetEconomiedeSanté»"

Transcription

1 Prof. N. MIDOUN, Faculté de Médecine d Oran, Mai 2013 Cours degraduation 6 ème Année «Organisation du Système de SantéetEconomiedeSanté»

2 Médecinefondéesurdes[niveauxde]preuves: En1980:néeàl UniversitédeMcMasterdansl Ontario(Canada) Nouvelle méthode d enseignement : différente des cours magistraux et la recherche de preuves utilisée comme méthode de raisonnement et source d information dans la formation des étudiants. En 1990, méthodologie pour les praticiens. Actuellement EBM: Apprentissage de la médecine, pratique de la médecine en prenant en compte l évaluation des pratiques médicales et de la qualité des soins. Concerne les domaines de la médecine, de la psychiatrie, de l odontologie, de la pratique infirmière, la kinésithérapie, la santé publique

3 Dansl expression«evidencebasedmedicine»,leterme«evidence» signifie preuve et non pas évidence. En aucun cas, ces preuves ne peuvent remplacer le jugement et l expérience du médecin: ceci explique que la médecine factuelle remet en question la pratique médicale traditionnelle mais ne la remplace pas. Cerôleimportantaccordéauxpreuvesafaitl objetdecritiques.ilest aussi important d acquérir une formation méthodologique afin de pouvoir évaluer et critiquer la validité des preuves.

4 Définition pragmatique La médecine factuelle (ou Evidence-Based Medicine, EBM) est une approche méthodique de la pratique médicale fondée sur l'analyse critique de l'information médicale. Letermedemédecinefactuelleestunetentativede traduction de l'expression anglaise qui utilise le terme evidence.ilfautvoirencetermel'équivalentdelapreuve ou de l'argument au sens juridique du terme.

5 Définition «opérationnelle» de l'ebm L Evidence-Based Medicine(EBM) consiste: àformulerunequestionclaireàproposd unproblème clinique, puis à rechercher dans la littérature des articles pertinents qui y répondent, àévaluerdemanièrecritiquelavaliditéetl utilitédes résultats trouvés, etenfinàlesappliqueraucasdupatient.

6 Médecine fondée sur les faits : D abord, développée comme un ensemble de techniques pédagogiques de lecture et d'évaluation de la qualité scientifique de la littérature médicale. Maintenant, utilisée par des gestionnaires, des cliniciens, dont les objectifs sont: - Renouvellement de la pédagogie médicale, - Aide au jugement clinique -justification de programmes de rationalisation des ressources financières et matérielles dans l'organisation des soins.

7 Un problème de traduction «Evidence-BasedMedicine»aétéinventéauCanadaàla Faculté de médecine Mc Master dans les années 1980 pour nommer cette stratégie d'étude clinique que les gens de cette école avaient développée depuis plus d'une dizaine d'années. Evidence peut se traduire ici par donnée probante. «Evidence-based medicine» ne peut pas se traduire par "Médecine basée sur les preuves"(en français cet anglicisme est rejeté par l'académie). Les cliniciens préfèreraient «médecine fondée sur le niveau depreuve».

8 MÉDECINE FACTUELLE (Office de la langue française) MÉDECINE sur des faits démontrés MÉDECINE sur des preuves MÉDECINE fondée sur des données probantes

9 Considérons 2 patients identiques en tous points (de même âge, atteints de la même maladie grave au même stade évolutif ) se présentant dans 2 hôpitaux différents et se voyant proposer 2 traitements«lourds» différents: Il est vraisemblable que l un des 2 traitements est meilleur quel autrepourlecasprésenté

10 Si nous écartons l erreur ou la différence d appréciation de la situation par l un des praticiens.

11 1 ère question : Sur quels critères ces praticiens se fondent-ils pour proposer des conduites thérapeutiques aussi différentes, après évaluation de leurs conséquences pronostiques?

12 2 ème question : Peut-on penser que l évocation de leur expérience personnelle - très probablement différente - suffise à justifier à elle seule deux attitudes différentes avec leurs conséquences prévisibles, par exemple en termes de survie?

13 3 ème question:peut-ondemanderàchacund euxd expliquer son choix et de l argumenter sur la base de faits aussi indiscutables que possible?

14 4 ème question : Si une étude, publiée dans un journal scientifique de haut niveau, corrobore l option thérapeutique de l un des deux, renforce-t-elle la crédibilité de sa proposition?

15 Prendre une décision pour un patient donné est l aboutissement d un processus avec une rigueur intellectuelle et l éthique. Rigueur intellectuelle et éthique : exigent une perpétuelle mise à jour des connaissances. La pratique médicale classique est confrontée à la difficulté de maîtriser la connaissance produite par la recherche clinique et la masse de plus en plus importante d informations scientifiques diffusées.

16 Leproblèmede lavaliditédecesinformationssepose. Car il y a rapidité de l évolution des connaissances et de leur accessibilité grâce aux moyens offerts par les TIC. Analyser, critiquer et synthétiser les données nouvelles de la littérature scientifique devient, pour tout médecin, un exercice difficile.

17 Cet exercice vise: Evaluer la crédibilité d une information plus forte est la crédibilité d une information, plus cette information change de statut pour devenir in fine un«faitétabli»parlascience. Evaluer sa pertinence et son utilité pour la pratique.

18 D une manière plus formelle, les promoteurs de l EBM distinguent les 4 stades successifs suivants: formuler clairement le problème clinique à résoudre dans le cas du malade considéré réaliser une revue de la littérature en excluant les articles critiquables apprécier la validité et l applicabilité des conclusions pratiques des publications endéduirelaconduiteàtenirpourlemaladeencause.

19 Dans la démarche décisionnelle, le médecin doit: Minimiser l importance de l intuition et de l expérience clinique non systématique et non contrôlée Prendre en considération les résultats de la littérature considérés comme établis.

20 La littérature médicale scientifique, très abondante, Rapportedetrèsnombreusesobservations Estime de nombreux paramètres biologiques (dans certaines conditions, de manières différentes, avec une précision différente) Etablitdenombreuxfaits.

21 Questionsquel onsepose: Quellecrédibilitéaccorderàtoutescesinformations? Peuvent-elles toutes être considérées comme des faits scientifiquement établis? Questions qui renvoient à d autres questions: Commentlireunarticlemédical? Sous quel angle aborder la critique scientifique du travail rapportéparcetypededocument? Outre la crédibilité du résultat, quel est son intérêt en clinique, quelles sont son utilité pratique et son applicabilité?

22 Base scientifique minimale pour faire une lecture critique: Standards en recherche clinique : les concepts de base de la méthodologie de l épidémiologie, des essais thérapeutiques contrôlés et des tests diagnostiques. Avec les biostatistiques : base de référence pour apprécier la crédibilité d un résultat. Laconnaissancedesconceptsdebaseestdoncunpréalableà l appréciation critique de la lecture médicale.

23 Le médecin a une obligation de moyens de ne recourir qu à des traitements éprouvés(vis-à-vis de ses patients). L importante et la rapide diffusion des connaissances scientifiques et médicales ne permettent plus d admettre que, face à des patients présentant des cas similaires, les pratiques diagnostiques/thérapeutiques puissent varier de façon notable.

24 La lecture critique scientifique vise à établir un rapport de lecturequidoit: Identifier la question posée et la méthodologie adoptée Apprécier l adéquation du type d étude au but poursuivi Apprécierlaqualitédelamiseenœuvredel étude Identifier les biais Vérifier si la méthode statistique est adaptée Apprécier l intérêt clinique pratique de l étude

25 L EBMfaitappelà3sources 1.- La source scientifique: DONNÉES DE LA RECHERCHE Le clinicien doit consulter la littérature scientifique originale pour résoudre les problèmes cliniques et proposer une prise en charge optimale. L'étude et la compréhension de la physiopathologie sont nécessaires mais insuffisantes. La compréhension des règles méthodologiques est indispensable pour interpréter correctement la littérature sur la causalité, le pronostic, les tests diagnostiques et la stratégie thérapeutique.

26 2.- La source des conditions d'exercice et de l'expérience du praticien : EXPÉRIENCE CLINIQUE l'expérience clinique doit se fonder sur une analyse systématique des observations cliniques, de manière reproductible et non biaisée, en évitant toute interprétation intuitive de l'information.

27 3.-Latroisièmesource:LE PATIENT La prise de décision doit tenir compte des préférences du patient et de son entourage. C'est la réunion des 3 sources qui fonde l'ebm. L'intersection des 3 cercles permet d'insérer autour de la décision clinique : les considérations éthiques, les recommandations, les nouveaux savoirs du praticien.

28 Cette médecine factuelle repose sur 2 principes fondamentaux: 1.- La décision clinique doit reposer sur une analyse rigoureuse de l'état du patient, à partir de connaissances solidement établies. Chaque affirmation, chaque connaissance doit être elle-même évaluée selon un niveau de preuve Pour chaque patient, les avantages et les risques de chaque option diagnostique ou thérapeutique doivent être pesés le plus précisément possible. L'EBM n'est pas, bien au contraire une démarche systématisée et applicable sans discernement.

29 A chaque étape, nous appliquons une démarche EBM pour GARANTIR LA QUALITE des informations fournies. Cette démarche systématique consiste à rechercher de manière exhaustive l'information pertinente et à évaluer de manière critique l'information fournie

30 1.- Rechercher de manière exhaustive l'information pertinente Sélection des publications d'intérêt clinique Nous utilisons une série d outils empruntés à l EBM, appelés FILTRES METHODOLOGIQUES, pour retrouver rapidement des articles pertinents dans Medline ou d autres bases de données.

31 2.- Synthèse de l'information pertinente Sources: Les articles pertinents proviennent des bases de données Medline aussi des bases de données de type EBM qui fournissent des synthèses sur l état actuel des connaissances dans différents domaines de la médecine. Ces synthèses, sont présentées sous la forme de revues systématiques, réalisées par des organisations internationales et/ou sociétés savantes selon des critères validés.

32 3.- Evaluer de manière critique l'information fournie Adopterunestratégiepourjugerdelaqualitéetl'utilitéde toute information publiée. Les cliniciens peuvent se concentrer sur l'extraction des données, envisager leur intérêt et décider si elles sont ou non applicables dans le cadre de leur pratique clinique. Pour l'évaluation, il existe des grilles d évaluation critique de la littérature, tirées des "Users guides to the medical literature", qui sont régulièrement publiées dans le JAMA depuis 1993.

33 4.- Evaluation de la pratique professionnelle : évaluer les conséquences afin d'améliorer son expérience clinique. Aider à la décision pour choisir le traitement optimal donnant les meilleurs résultats possibles. Evaluationdelaqualité:coût/avantageetcoût/efficacité.

34 Ces grilles sont utiles pour identifier les articles porteurs d'un haut niveau de preuve. L'évaluation critique se fait en répondant successivement aux trois questions essentielles suivantes: 1.- Les résultats de l étude sont-ils valides? 2.- Quels sont ces résultats? (importance quantitative et précision) 3.-Les résultats vont-ils m aider à prendre soin de mon patient?

35

36 Aider le médecin à soigner leurs patients Insiste sur la base d'une méthodologie raisonnée et d'une recherche efficace de l'information pertinente. Former des médecins conscients du rythme d'évolution des DS, ne se fiant plus uniquement aux connaissances acquises au cours de la formation universitaire.. Motiver ses adeptes à s'impliquer davantage dans la recherche clinique et donc, dans la production de nouvelles informations cliniques de qualité.

37 Dans la majorité des situations pathologiques, des essais cliniques conduits donnent des informations dont certaines méritent, a des degrés divers, le nombre de preuves. Lesdomainesnoncouvertsacetégardsontappelés zones d ombre. Une preuve scientifique, même de haut niveau, n est jamais, pour autant une certitude. Les preuves médicales sont toujours susceptibles d être remises en cause par de nouveaux faits.

38 Dans le domaine thérapeutique, la finalité est d agir sur la morbidité, la qualité de vie et la mortalité. L essai prospectif contrôlé, randomisé en double aveugle qui constitue l étalon or qui produit le niveau de preuve le plus élevé

39 . Les études d observation ne permettent pas d affirmer l imputation causale, à savoir que l effet observé est bien du au traitement. Des échelles consensuelles internationales de niveaux de preuve de ces différents types d études et des ces synthèses existent.

40 Niveau de preuve : type de données utilisées dans les recommandations Niveau de preuve en médecine factuelle Les données de la recherche apportent des preuves scientifiques (donc datées) en considérant les résultats statistiques des essais cliniques. L'outil de production de cette connaissance qui a la faveur des chercheurs est l Essai Clinique Randomisé(ECR). Gradation des recommandations - Gradations des recommandations - Échelle A B C Définition Données disponibles justifiant une recommandation de niveau élevé Données disponibles justifiant une recommandation de niveau intermédiaire Données disponibles insuffisantes pour justifier une recommandation

41 NIVEAU DE PREUVE SELON LE TYPE DE DONNÉES ÉCHELLE I a, b II a, b III DEFINITION Au moins 1 essai clinique randomisé - métaanalyses d'essais randomisés Essais cliniques non randomisés - Cohortes ou études cas-contrôle - Méta-analyse de cohortes ou études cas-contrôle Analyse d'experts sur la base d'autres données disponibles Niveau de preuve: type de données utilisées dans les recommandations a : Données publiées dans un journal scientifique avec comité de lecture b : Données présentées dans un congrès scientifique avec comité de sélection, et disponible sous forme de résumé.

42 Niveaux de preuve fourni par la littérature (études thérapeutiques) Niveau de preuve scientifique et grades des recommandations (HAS) Niveau de preuve scientifique fourni par la littérature Niveau 1 (NP1) Essais comparatifs randomisés de forte puissance (effectifs suffisants) -Méta-analyse d'essais comparatifs randomisés -Analyse de décision basée sur des études bien menées. Niveau 2 (NP2) Essais comparatifs randomisés de faible puissance (effectifs insuffisants) -Études comparatives non randomisées bien menées -Etudes de cohortes. Niveau 3 (NP3) Études de cas témoins. Niveau 4 (NP4) Études comparatives comportant des biais importants -Études rétrospectives - Séries de cas En l'absence d'études Grade des recommandations Preuve scientifique établie A (Prouvé) Présomption scientifique B (Probable) Faible niveau de preuve C (Accepté) Faible niveau de preuve C (Accepté) les recommandations sont fondées sur un accord professionnel

43

44 Les cinq niveaux de preuve de l EBM Niveau 1 :Information fournie par des essais contrôlés randomisés avec des effectifs suffisants et des résultats méthodologiquement indiscutables Niveau 2 : Information fournie par des essais contrôlés non randomisés ou avec de petits effectifs ou des résultats méthodologiquement discutables Niveau 3 : Information fournie par une étude prospective, par des essais ouverts sans témoins (non contrôlés) non randomisés Niveau 4 : Information fournie par une série de cas, par une étude rétrospective cas-témoin comportant des biais Niveau 5 : Opinion d expert, expérience personnelle.

45 Illustration de la hiérarchie des sources d informations disponibles dans la littérature.

Recherche documentaire et autoformation. Lecture critique d un article médical. Recommandations pour la pratique. Les maladies orphelines

Recherche documentaire et autoformation. Lecture critique d un article médical. Recommandations pour la pratique. Les maladies orphelines 18. Recherche documentaire et autoformation. Lecture critique d un article médical. Recommandations pour la pratique. Les maladies orphelines KARILA LAURENT - APPRENTISSAGE DE L EXERCICE MÉDICAL + Objectifs

Plus en détail

Recherche et qualité de l information scientifique Dr Caroline Fonzo-Christe Pharmacie des HUG

Recherche et qualité de l information scientifique Dr Caroline Fonzo-Christe Pharmacie des HUG Recherche et qualité de l information scientifique Dr Caroline Fonzo-Christe Pharmacie des HUG 21.02.2002 CONTEXTE Evolution des connaissances Evaluation de nouvelles approches thérapeutiques, de nouvelles

Plus en détail

ÉVALUATION CRITIQUE : FICHE DE TRAVAIL 1

ÉVALUATION CRITIQUE : FICHE DE TRAVAIL 1 ÉVALUATION CRITIQUE : FICHE DE TRAVAIL 1 ARTICLE SUR LA THÉRAPEUTIQUE pour les résidents Cette fiche de travail devrait accompagner le Formulaire de soumission remis à votre superviseur. Elle s inspire

Plus en détail

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve

Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve Item 169 : Évaluation thérapeutique et niveau de preuve COFER, Collège Français des Enseignants en Rhumatologie Date de création du document 2010-2011 Table des matières ENC :...3 SPECIFIQUE :...3 I Différentes

Plus en détail

Lecture critique et pratique de la médecine

Lecture critique et pratique de la médecine 1-00.qxp 24/04/2006 11:23 Page 13 Lecture critique appliquée à la médecine vasculaireecture critique et pratique de la médecine Lecture critique et pratique de la médecine Introduction Si la médecine ne

Plus en détail

Vers un enseignement structuré de la médecine factuelle à l'ulb

Vers un enseignement structuré de la médecine factuelle à l'ulb Vers un enseignement structuré de la médecine factuelle à l'ulb Jean-Paul Sculier Service des soins intensifs et urgences oncologiques Oncologie Thoracique Institut Jules Bordet ULB Déclaration Absence

Plus en détail

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT Direction des affaires académiques et internationales Études supérieures COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE

Plus en détail

Lecture Critique d un Article Médical - Préparation à l Examen Classant National -

Lecture Critique d un Article Médical - Préparation à l Examen Classant National - Lecture Critique d un Article Médical - Préparation à l Examen Classant National - Bases et Objectifs Pédagogiques DIU de Pédagogie Médicale Christian Funck-Brentano Pharmacologie Clinique Centre d Investigation

Plus en détail

Cours de graduation 6 ème Année de Médecine «Organisation du Système de Santé et Economie de Santé»

Cours de graduation 6 ème Année de Médecine «Organisation du Système de Santé et Economie de Santé» Cours de graduation 6 ème Année de Médecine «Organisation du Système de Santé et Economie de Santé» Prof. N. MIDOUN, Médecin Chef de Service Epidémiologie et Médecine Préventive EHUOran Faculté de Médecine

Plus en détail

SOURCES D INFORMATION SUR LES MÉDICAMENTS. Hôpitaux Universitaires de Genève. Pr Pascal BONNABRY Pharmacien-chef. Etre les premiers pour vous

SOURCES D INFORMATION SUR LES MÉDICAMENTS. Hôpitaux Universitaires de Genève. Pr Pascal BONNABRY Pharmacien-chef. Etre les premiers pour vous Programme d introduction à la pharmacie hospitalière Hôpitaux Universitaires de Genève SOURCES D INFORMATION SUR LES MÉDICAMENTS Pr Pascal BONNABRY Pharmacien-chef Etre les premiers pour vous 1 OBJECTIFS

Plus en détail

5. Validité de la méta-analyse

5. Validité de la méta-analyse 5. Validité de la méta-analyse 5.1. Poids de la preuve d une méta-analyse Le poids de la preuve d un résultat scientifique quantifie le degré avec lequel ce résultat s approche de la réalité. Il ne s agit

Plus en détail

Recommandations, niveaux de preuve, EBM et décision médicale. Séminaire bien s informer pour mieux traiter. S Figon, S Erpeldinger et coll.

Recommandations, niveaux de preuve, EBM et décision médicale. Séminaire bien s informer pour mieux traiter. S Figon, S Erpeldinger et coll. Recommandations, niveaux de preuve, EBM et décision médicale Séminaire bien s informer pour mieux traiter 1 Les recommandations A- la conférence de consensus Toutes les écoles de pensée sont réunies. Jury

Plus en détail

Structure typique d un protocole de recherche. Préparé par Johanne Desrosiers dans le cadre d une formation au réseau FORMSAV

Structure typique d un protocole de recherche. Préparé par Johanne Desrosiers dans le cadre d une formation au réseau FORMSAV Structure typique d un protocole de recherche Préparé par Johanne Desrosiers dans le cadre d une formation au réseau FORMSAV Introduction Planification et développement d une proposition de recherche Étape

Plus en détail

Introduction à la lecture critique d articles médicaux et scientifiques. 1. Introduction

Introduction à la lecture critique d articles médicaux et scientifiques. 1. Introduction Introduction à la lecture critique d articles médicaux et scientifiques Marius Fieschi, Roch Giorgi, Joanny Gouvernet, Gilles Bouvenot 1. Introduction Le médecin a, vis-à-vis de ses patients, une obligation

Plus en détail

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique?

Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Comment élaborer un programme spécifique d une maladie chronique? Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à aider les sociétés savantes et organisations

Plus en détail

Evidence-based medicine en français

Evidence-based medicine en français Evidence-based medicine en français MÉDECINE FACTUELLE (Office de la langue française) Médecine fondée sur des faits démontrés Médecine fondée sur des preuves Médecine fondée sur des données probantes

Plus en détail

Il existe 3 types d études en épidémiologie qui répondent à 3 questions différentes :

Il existe 3 types d études en épidémiologie qui répondent à 3 questions différentes : Fiche : Rappel des études en épidémiologie 1 L épidémiologie est l étude de l état de santé de la population, et des facteurs influant sur la santé des populations humaines. Il existe 3 types d études

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

Evidence Based Medicine Aide ou négation du jugement clinique?

Evidence Based Medicine Aide ou négation du jugement clinique? Evidence Based Medicine Aide ou négation du jugement clinique? Elie Azria Maternité, Hôpital Paris Saint Joseph Faculté de médecine, Université Paris 5 Descartes DHU Risque et Grossesse - INSERM U1153

Plus en détail

Spécificités méthodologiques en pédiatrie : gestion des petits effectifs et des effets rares au long cours

Spécificités méthodologiques en pédiatrie : gestion des petits effectifs et des effets rares au long cours Spécificités méthodologiques en pédiatrie : gestion des petits effectifs et des effets rares au long cours Corinne Alberti CIE 5 : modèles et méthodes de l évaluation clinique et thérapeutique en pédiatrie

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Février 2013 1 Liste de contrôle des essais de non-infériorité N o Liste de contrôle (les clients peuvent se servir de cette

Plus en détail

Étape 2: Collecte et analyse des données

Étape 2: Collecte et analyse des données Étape 2: Collecte et analyse des données Méthode ancrée sur les consultations du Comité sur les guides de pratique dans le secteur des services sociaux Sylvie Beauchamp, Ph. D. Chercheure à l INESSS Montréal,

Plus en détail

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 2 ème année bachelor

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 2 ème année bachelor Semestre automne printemps Répétition Lieu de période de formation pratique Institution : Nom de l'étudiant-e : Service : Promotion : Site de formation : Période du / au : PFP 3 PFP 4 ÉVALUATION DES COMPÉTENCES

Plus en détail

Techniques d évaluation des risques norme ISO 31010

Techniques d évaluation des risques norme ISO 31010 Techniques d évaluation des risques norme ISO 31010 www.pr4gm4.com Gestion des risques Présentation Mars 2010 Copyright 2010 - PR4GM4 Actualité du 27 janvier 2010 2 Actualité du 11 février 2010 3 Domaine

Plus en détail

L utilisation des savoirs scientifiques dans le domaine du bloc ope ratoire

L utilisation des savoirs scientifiques dans le domaine du bloc ope ratoire JNEP 2015, Lyon L utilisation des savoirs scientifiques dans le domaine du bloc ope ratoire C. Debout Inf PhD Directeur de l Institut de Soins Infirmiers Supérieurs Membre de la Chaire Santé Sciences-Po/IDS

Plus en détail

Lecture critique d un article médical scientifique

Lecture critique d un article médical scientifique Lecture critique d un article médical scientifique Objectifs pédagogiques ENC Logique de Recherche Rédaction du résumé Dr Pascale FABBRO-PERAY MB6 2007-2008 Ecrire le résumé structuré d un article Lecture

Plus en détail

Mesure du transfert des connaissances dans les pratiques cliniques suite à un e-learning douleur

Mesure du transfert des connaissances dans les pratiques cliniques suite à un e-learning douleur Congrès SIDIIEF 2015 Montréal Mesure du transfert des connaissances dans les pratiques cliniques suite à un e-learning douleur Yolande KOTTELAT, inf, ICL Jenny GENTIZON, inf, MScSI Martine ROESSLI, responsable

Plus en détail

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES

L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES L ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT EN 15 QUESTIONS - RÉPONSES CONTEXTE 1. Pourquoi avoir élaboré un guide sur l éducation thérapeutique du En réponse à la demande croissante des professionnels de santé

Plus en détail

Partie 1. Principes. Karmela Krleža-Jerić, An-Wen Chan, Kay Dickersin, Ida Sim, Jeremy Grimshaw, Christian Gluud, for the Ottawa GroupT 1

Partie 1. Principes. Karmela Krleža-Jerić, An-Wen Chan, Kay Dickersin, Ida Sim, Jeremy Grimshaw, Christian Gluud, for the Ottawa GroupT 1 Déclaration d Ottawa sur l enregistrement des essais d interventions de santé: Proposition pour l enregistrement international d informations relatives au protocole et de résultats des essais réalisés

Plus en détail

MODULE 5 Enseigner et apprendre l EBM lors de colloques cliniques

MODULE 5 Enseigner et apprendre l EBM lors de colloques cliniques MODULE 5 Enseigner et apprendre l EBM lors de colloques cliniques Bienvenue au Module 5 du cours EBM formation des formateurs. Dans ce module, vous apprendrez comment enseigner la médecine fondée sur les

Plus en détail

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises

L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises L essai de Psy.D. (18 crédits) Définition et balises politique adoptée par le CECS le 6 novembre 2002 Suite à l adoption par le Comité des études de cycles supérieurs en psychologie du projet de modification

Plus en détail

Chapitre 3 : Principe des tests statistiques d hypothèse. José LABARERE

Chapitre 3 : Principe des tests statistiques d hypothèse. José LABARERE UE4 : Biostatistiques Chapitre 3 : Principe des tests statistiques d hypothèse José LABARERE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. Plan I. Introduction

Plus en détail

MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE

MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE MÉTHODES ET STATISTIQUES POUR LIRE UN ARTICLE Forum HH 05.02.2013 Ghislaine Gagnon Unité HPCI Qualitatif ou quantitatif? Les 2 méthodes peuvent être utilisées séparément ou en conjonction - le qualitatif

Plus en détail

Méthodologie des essais cliniques

Méthodologie des essais cliniques Méthodologie des essais cliniques Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale Pôle S3P, Centre d Investigation Clinique (CIC 1403 INSERM), Fédération de Recherche Clinique, Université de Lille

Plus en détail

Pièges de L EBM ou médecine Factuelle

Pièges de L EBM ou médecine Factuelle Pièges de L EBM ou médecine Factuelle Nicole Delépine et coll Service d oncologie www.nicoledelepine.fr L EBM ou médecine fondée sur des «preuves scientifiques» inventé par le Reich Nazi Par une théorie

Plus en détail

Méthodologie documentaire spécifique au repérage d actions de terrain

Méthodologie documentaire spécifique au repérage d actions de terrain Méthodologie documentaire spécifique au repérage d actions de terrain Journée de la préventions 2014 Atelier : «Repérer des actions de prévention : l exemple du tabac» Céline DEROCHE, Sandra KERZANET -

Plus en détail

06/04/2014. Liste Modèle des Médicaments Essentiels OMS accompagnée de la Liste Modèle des médicaments essentiels pédiatriques

06/04/2014. Liste Modèle des Médicaments Essentiels OMS accompagnée de la Liste Modèle des médicaments essentiels pédiatriques Pourquoi la sélection de médicaments essentiels est un élément de la politique pharmaceutique nationale? Liste Modèle des Médicaments Essentiels OMS accompagnée de la Liste Modèle des médicaments essentiels

Plus en détail

PRÉSENTATION GÉNÉRALE

PRÉSENTATION GÉNÉRALE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Cadrage institutionnel : Arrêté du 27 août 2013 fixant le cadre national des formations dispensées au sein des masters «métiers de l enseignement, de l éducation et de la formation»

Plus en détail

Récit de Situation clinique Complexe Authentique RSCA. Pr Thierry Valette

Récit de Situation clinique Complexe Authentique RSCA. Pr Thierry Valette Récit de Situation clinique Complexe Authentique RSCA Pr Thierry Valette Récit: Récit écrit descriptif chronologique détaillé ou décrivant les moments forts ou a problèmes d une situation De la plainte

Plus en détail

MASTER (LMD) STATISTIQUE DES SCIENCES DE LA VIE ET DE LA SANTE

MASTER (LMD) STATISTIQUE DES SCIENCES DE LA VIE ET DE LA SANTE MASTER (LMD) STATISTIQUE DES SCIENCES DE LA VIE ET DE LA SANTE RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Mention : MATHEMATIQUES, BIOSTATISTIQUE

Plus en détail

L ANALYSE COUT-EFFICACITE

L ANALYSE COUT-EFFICACITE L ANALYSE COUT-EFFICACITE 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? L analyse coût-efficacité est un outil d aide à la décision. Il a pour but d identifier la voie la plus efficace, du point de vue

Plus en détail

L'étape de planification de votre projet technologique

L'étape de planification de votre projet technologique L'étape de planification de votre projet technologique Résumé : Pour gérer l ensemble des contraintes de votre projet - humaines, matérielles, temporelles et surtout financières et accroître ses chances

Plus en détail

Pratique informée par

Pratique informée par Evidence-based practice Évidences Preuves Faits Données probantes Résultats probants Pratique factuelle Pratique exemplaire Pratique basée sur Pratique fondée sur Pratique informée par Quelques définitions

Plus en détail

Critères de qualité des projets

Critères de qualité des projets s de qualité des projets Pour pouvoir mener une réfleion systématique sur la qualité des projets, on a besoin de critères. Les critères présentés ici s'appliquent à des projets d'intervention en promotion

Plus en détail

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT www.imnrennes.fr ÉPREUVE E1 - CULTURE GÉNÉRALE ET EXPRESSION Coefficient 3 L objectif visé est de vérifier l aptitude des candidats à communiquer avec efficacité

Plus en détail

De la recherche clinique à l'evidence-based medicine : les guides de bonne pratique clinique

De la recherche clinique à l'evidence-based medicine : les guides de bonne pratique clinique jean-charles.dufour@univmed.fr De la recherche clinique à l'evidence-based medicine : les guides de bonne pratique clinique Dr Jean-Charles DUFOUR Séminaire Méthodologique «Dossier Médical et Recherche

Plus en détail

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière

Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière Les pages qui suivent constituent les Déclarations européennes de la pharmacie hospitalière. Elles représentent l expression consensuelle de ce que

Plus en détail

SYLLABUS DES STAGES BACCALAURÉAT EN COMMUNICATION (JOURNALISME)

SYLLABUS DES STAGES BACCALAURÉAT EN COMMUNICATION (JOURNALISME) SYLLABUS DES STAGES BACCALAURÉAT EN COMMUNICATION (JOURNALISME) EDM1201 : Presse écrite ou Internet I EDM1202 : Presse écrite ou Internet II EDM3201 : Journalisme télévisuel ou radiophonique I EDM3202

Plus en détail

admission aux urgences

admission aux urgences Société française de neurologie RÉFÉRENTIEL D AUTO-ÉVALUATION DES PRATIQUES EN NEUROLOGIE Prise en charge hospitalière initiale des personnes ayant fait un accident vasculaire cérébral (AVC) : admission

Plus en détail

Les dix points clés de la lecture critique. Michel Cucherat UMR 5558 - Lyon

Les dix points clés de la lecture critique. Michel Cucherat UMR 5558 - Lyon Les dix points clés de la lecture critique Michel Cucherat UMR 5558 - Lyon Point 1 Interpréter les résultats pour décider But de la lecture critique : Juger de la validité scientifique (fiabilité du résultat)

Plus en détail

ÉTAT DES LIEUX. Niveau de preuve et gradation des recommandations de bonne pratique

ÉTAT DES LIEUX. Niveau de preuve et gradation des recommandations de bonne pratique ÉTAT DES LIEUX Niveau de preuve et gradation des recommandations de bonne pratique Avril 2013 Les recommandations et leur synthèse sont téléchargeables sur www.has-sante.fr Haute Autorité de Santé Service

Plus en détail

Référentiel de compétences en psychologie clinique (V 29.8.09)

Référentiel de compétences en psychologie clinique (V 29.8.09) Référentiel de compétences en psychologie clinique (V 29.8.09). PSYCHOLOGIE CLINIQUE : définition de base o Nature du domaine professionnel : la psychologie clinique est une discipline se souciant du bien-être

Plus en détail

TNS Behaviour Change. Accompagner les changements de comportement TNS 2014 TNS

TNS Behaviour Change. Accompagner les changements de comportement TNS 2014 TNS Accompagner les changements de comportement TNS 2014 Comprendre et accompagner les changements de comportement Inciter et accompagner les changements de comportements des individus est un enjeu fondamental

Plus en détail

Méthodes Agiles et gestion de projets

Méthodes Agiles et gestion de projets Méthodes Agiles et gestion de projets Eric LELEU Consultant Solutions Collaboratives Contact ericleleu@nordnet.fr Site Personnel http://home.nordnet.fr/~ericleleu Blog http://ericleleu.spaces.live.fr La

Plus en détail

LA LITTERATURE SCIENTIFIQUE :

LA LITTERATURE SCIENTIFIQUE : 1 FACULTE DE MEDECINE DE LIMOGES LA LITTERATURE SCIENTIFIQUE : LA RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE LA LECTURE CRITIQUE LA REDACTION D UN RESUME D ARTICLES SCIENTIFIQUES LES STATISTIQUES DANS LA LITTERATURE SCIENTIFIQUE

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

COMPETENCES INFIRMIERES 1

COMPETENCES INFIRMIERES 1 COMPETENCES INFIRMIERES 1 Evaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine des soins infirmiers Communiquer et conduire une relation dans un contexte de soins Concevoir et conduire

Plus en détail

Docteur José LABARERE

Docteur José LABARERE UE7 - Santé Société Humanité Risques sanitaires Chapitre 3 : Epidémiologie étiologique Docteur José LABARERE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés.

Plus en détail

25/12/2012 www.toubkalit.ma

25/12/2012 www.toubkalit.ma 25/12/2012 www.toubkalit.ma 1 Définition Exemple des méthodes agiles Valeurs Principes Le cycle itératif et incrémental (Itération/Sprint) Schéma de travail Méthode Scrum. Méthode XP (Extreme programming).

Plus en détail

COMMENT FAIRE UNE FICHE PROJET POUR UNE ACTION D EPP?

COMMENT FAIRE UNE FICHE PROJET POUR UNE ACTION D EPP? COMMENT FAIRE UNE FICHE PROJET POUR UNE ACTION D EPP? Philippe SCHERPEREEL Consultant Centre Hospitalier Régional Universitaire de Lille 59037 LILLE 2007 p-scherpereel@chru-lille.fr 1 PRINCIPE DYNAMIQUE

Plus en détail

Recherches documentaires. Bases de données

Recherches documentaires. Bases de données Recherches documentaires Bases de données Les étapes de la recherche documentaire Analyser le sujet Choisir les mots clefs Débuter par une recherche générale Affiner sa recherche Mettre en place des alertes

Plus en détail

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 3 ème année bachelor

ÉVALUATION DES COMPÉTENCES niveau 3 ème année bachelor Semestre automne printemps Répétition Lieu de période de formation pratique Institution : Nom de l'étudiant-e : Service : Promotion : Site de formation : Période du / au : PFP 5 PFP 6 ÉVALUATION DES COMPÉTENCES

Plus en détail

L EBM. Et le diabète. J.Birgé Séminaire Diabète Metz 12 & 13 octobre 2012

L EBM. Et le diabète. J.Birgé Séminaire Diabète Metz 12 & 13 octobre 2012 1 L EBM Et le diabète Mes liens d intérêts 2 Spécialiste en médecine générale en activité Membre des commissions de bonnes pratiques, et de parcours de soins et maladies chroniques de la HAS Je déclare

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/2006/16 24 mars 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS

Plus en détail

Programme "Conception et simulation" COSINUS Edition 2009. Projet

Programme Conception et simulation COSINUS Edition 2009. Projet Projet Numéro d'ordre du projet : Acronyme du projet : Titre du projet : Coordonnateur du projet (nom/laboratoire) : Thématique principale : Montant total de l'aide demandée (en k ) : Durée du projet :

Plus en détail

ÉVALUATION DES STAGES FORMULAIRE A L'INTENTION DU GUIDE DE STAGE

ÉVALUATION DES STAGES FORMULAIRE A L'INTENTION DU GUIDE DE STAGE Identification du stagiaire ÉVALUATION DES STAGES FORMULAIRE A L'INTENTION DU GUIDE DE STAGE Nom et prénom du stagiaire Nom du guide de stage Dates de stage Identification du milieu de travail Nom de l

Plus en détail

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter Le pronostic des cancers du sein dépend de divers facteurs, dont la taille du cancer. En France, au cours d une étude, il a été observé un taux de survie plus important chez les femmes ayant un cancer

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Module 6 Enseigner et apprendre l EBM lors d un audit clinique

Module 6 Enseigner et apprendre l EBM lors d un audit clinique Module 6 Enseigner et apprendre l EBM lors d un audit clinique Bienvenue au Module 6 du cours EBM formation des formateurs. Dans ce module, vous apprendrez comment traduire un audit clinique en question

Plus en détail

L intégration de l éthique aux décisions politiques : Consultation sur les enjeux éthiques du dépistage prénatal de la trisomie 21 au Québec

L intégration de l éthique aux décisions politiques : Consultation sur les enjeux éthiques du dépistage prénatal de la trisomie 21 au Québec L intégration de l éthique aux décisions politiques : Consultation sur les enjeux éthiques du dépistage prénatal de la trisomie 21 au Québec «L éthique pour guider la réflexion et influencer l élaboration

Plus en détail

La Rédaction médicale. Dr Laurent ZINI Praticien Hospitalier Universitaire CHRU Lille

La Rédaction médicale. Dr Laurent ZINI Praticien Hospitalier Universitaire CHRU Lille La Rédaction médicale Dr Laurent ZINI Praticien Hospitalier Universitaire CHRU Lille S Différents textes S Article original: compte rendu d un travail de recherche S L éditorial (écrit à la demande du

Plus en détail

Valeur ajoutée relative basée sur les comparaisons indirectes Giens 2008, TR 5

Valeur ajoutée relative basée sur les comparaisons indirectes Giens 2008, TR 5 Valeur ajoutée relative basée sur les comparaisons indirectes Giens 2008, TR 5 Claire Le Jeunne Bertrand Xerri Cécile Rey-Coquais Jean-Michel Joubert Jean Delonca Martine Pigeon Michel Lièvre Patricia

Plus en détail

Sources d information et données probantes

Sources d information et données probantes Sources d information et données probantes Baccalauréat en physiothérapie 1 ère année MARIE-JOËLLE POITRAS PARISEAU CONSEILLÈRE À LA DOCUMENTATION RÉADAPTATION JANVIER 2013 Objectifs de la formation Objectif

Plus en détail

EPREUVE INTEGREE DE LA SECTION : BACHELIER EN INFORMATIQUE DE GESTION

EPREUVE INTEGREE DE LA SECTION : BACHELIER EN INFORMATIQUE DE GESTION MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION EPREUVE

Plus en détail

Grille d évaluation du Programme de Soutien aux Techniques Innovantes et Coûteuses ou Non (PSTIC) 2012

Grille d évaluation du Programme de Soutien aux Techniques Innovantes et Coûteuses ou Non (PSTIC) 2012 Grille d évaluation du Programme de Soutien aux Techniques Innovantes et Coûteuses ou Non (PSTIC) 2012 Pour information : l ensemble des champs est à renseigner obligatoirement. Si pour un champ donné,

Plus en détail

réalise les soins requis : organise son travail en tenant compte du contexte :

réalise les soins requis : organise son travail en tenant compte du contexte : Référentiel de compétences Bachelor filière Soins infirmiers 1. Concevoir une offre en soins en partenariat avec la clientèle, inscrite dans une démarche de soins - prend en considération l histoire et

Plus en détail

Pr Eric BELLISSANT. CIC INSERM 1414 CHU de Rennes - Université de Rennes 1

Pr Eric BELLISSANT. CIC INSERM 1414 CHU de Rennes - Université de Rennes 1 Pr Eric BELLISSANT CIC INSERM 1414 CHU de Rennes - Université de Rennes 1 Loi du 9 août 2004 : Recherche clinique Recherche Biomédicale Produit de Santé (RBM) Hors produit de Santé Soin Courant Sur collections

Plus en détail

Bulletin de pratique professionnelle n o 3

Bulletin de pratique professionnelle n o 3 Bulletin de pratique professionnelle n o 3 INDICATIONS SUR LES DIVERS TYPES DE RAPPORT D ÉVALUATION 1. Les Normes d exercice 110 et 120 s appliquent à tout rapport d évaluation par lequel est transmise

Plus en détail

Fracture de côte et kinésithérapie, mythe ou réalité? Étude FRA.CO.NOU

Fracture de côte et kinésithérapie, mythe ou réalité? Étude FRA.CO.NOU Fracture de côte et kinésithérapie, mythe ou réalité? Étude FRA.CO.NOU 13eme CPLF Lyon 18/01/2009 Aline CHAPUIS (KRA-Lyon) Audrey MAURRIC-DROUET (SUK-Paris) Eric BEAUVOIS (CKRF-Lyon) Contexte épidémiologique

Plus en détail

Mission de pédagogie universitaire Université Saint-Joseph Glossaire 1

Mission de pédagogie universitaire Université Saint-Joseph Glossaire 1 glossaire Les définitions succinctes, présentées dans ce glossaire, sont, en grande partie, tirées des chapitres du Manuel. Elles sont en harmonie avec les références relatives au Processus de Bologne.

Plus en détail

Directeur de la Gestion des projets et du portefeuille. 1. Informations générales Titre du poste:

Directeur de la Gestion des projets et du portefeuille. 1. Informations générales Titre du poste: Directeur de la Gestion des projets et du portefeuille 1. Informations générales Titre du poste: Directeur de la Gestion des projets et du portefeuille Grade: D1 Département: Gestion de projet et de portefeuille

Plus en détail

L externat en médecine générale L exemple de Paris V

L externat en médecine générale L exemple de Paris V L externat en médecine générale L exemple de Paris V Mémoire DIU Pédagogie Médicale 2010 Dr Olivier Benainous CCA médecine générale Dr Mirna Salloum Urgentiste 1 Sommaire I. Externat en médecine générale

Plus en détail

11. Evaluation de la qualité des essais

11. Evaluation de la qualité des essais 11. Evaluation de la qualité des essais L évaluation de la qualité méthodologique d un essai thérapeutique est une tâche difficile [117]. L essai thérapeutique contrôlé randomisé est considéré comme étant

Plus en détail

Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation

Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation Etude sur les garanties d emprunt en faveur du logement social -------------------- Cahier des charges de consultation Décembre 2013 Mission Bassin Minier décembre 2013 Page 2 Préambule Depuis 1982, le

Plus en détail

Conseil et formation

Conseil et formation Conseil et formation Pour répondre efficacement aux sollicitations de nos clients, nous avons bâti une relation «cousue-main» avec une équipe de consultants expérimentés indépendants dont la richesse se

Plus en détail

RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES

RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES RECOMMANDATIONS PROFESSIONNELLES METHODOLOGIE D ELABORATION DE RECOMMANDATIONS DE BONNES PRATIQUES POUR LES PROFESSIONNELS DE SANTE DOCUMENT DE SYNTHESE TABLE DES MATIERES INTRODUCTION... 2 1 NOTE DE CADRAGE...

Plus en détail

MASTER «Sciences de la Vie et de la Santé» Mention «Santé Publique»

MASTER «Sciences de la Vie et de la Santé» Mention «Santé Publique» M1_presentation_generale_4juil05.doc 1/11 MASTER «Sciences de la Vie et de la Santé» Mention «Santé Publique» La mention s articule autour de 6 spécialités : Recherche en éthique : Pr Christian HERVE (herve@necker.fr)

Plus en détail

Colloque International IEMA-4

Colloque International IEMA-4 Comment mettre en place un dispositif coordonné d intelligence collective au service de la stratégie de l entreprise. Conférence de Mr. Alain JUILLET - Le 17/05/2010 IEMA4 Pour ne pas rester dans les banalités

Plus en détail

ASSOCIATION MEDICALE MONDIALE DECLARATION D HELSINKI Principes éthiques applicables à la recherche médicale impliquant des êtres humains

ASSOCIATION MEDICALE MONDIALE DECLARATION D HELSINKI Principes éthiques applicables à la recherche médicale impliquant des êtres humains ASSOCIATION MEDICALE MONDIALE DECLARATION D HELSINKI Principes éthiques applicables à la recherche médicale impliquant des êtres humains Adoptée par la 18e Assemblée générale de l AMM, Helsinki, Finlande,

Plus en détail

Lecture critique d une étude publiée. Laure HUOT Unité de Recherche Clinique Pôle IMER HCL

Lecture critique d une étude publiée. Laure HUOT Unité de Recherche Clinique Pôle IMER HCL Lecture critique d une étude publiée Laure HUOT Unité de Recherche Clinique Pôle IMER HCL Notions de lecture critique Lecture critique = évaluation du résultat Sa validité scientifique (fiabilité) Son

Plus en détail

Coordinateur Finances et Ressources Humaines

Coordinateur Finances et Ressources Humaines Coordinateur Finances et Ressources Humaines L ASSOCIATION ALIMA ALIMA (the Alliance For International Medical Action) fête ses 4 ans d existence en 2013. Depuis sa création, l association a su se développer

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes. Rapport d'évaluation des licences de l'université d'aix-marseille I

Section des Formations et des diplômes. Rapport d'évaluation des licences de l'université d'aix-marseille I Section des Formations et des diplômes Rapport d'évaluation des licences de l'université d'aix-marseille I juin 2008 Section des Formations et des diplômes Rapport d'évaluation des licences de l'université

Plus en détail

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013

Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 Lignes directrices de l AAI sur l éducation 2013 1. Le Conseil de l AAI a approuvé le Programme-cadre d études et les Lignes directrices sur l éducation lors de la réunion qui a eu lieu le 6 juin 1998,

Plus en détail

ITIL, une approche qualité pour la gestion des services(*) informatiques. Pourquoi et comment introduire ITIL dans son organisation

ITIL, une approche qualité pour la gestion des services(*) informatiques. Pourquoi et comment introduire ITIL dans son organisation Livre blanc Le pragmatisme de votre système d information Rédacteur : Marc LORSCHEIDER / Expert ITIL Mise à jour : 05/06/2013 ITIL, une approche qualité pour la gestion des services(*) informatiques Pourquoi

Plus en détail

Parcours. Année scolaire 2006-2007. Programme de DANSE (506.A0)

Parcours. Année scolaire 2006-2007. Programme de DANSE (506.A0) Année scolaire 2006-2007 Parcours Programme de DANSE (506.A0) Marlène Parent, conseillère pédagogique Local 1001-4, poste tél. 243 (Courriel : parentm@cdrummond.qc.ca) Département de Danse, local 1908,

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations fondées sur des études non expérimentales (observationnelles)

Document d orientation sur les allégations fondées sur des études non expérimentales (observationnelles) Document d orientation sur les allégations fondées sur des études non expérimentales (observationnelles) Janvier 2013 1 Liste de contrôle des allégations fondées sur des études non expérimentales N o Liste

Plus en détail

CQP Inter-branches Technicien de la Qualité

CQP Inter-branches Technicien de la Qualité CQP Inter-branches Technicien de la Qualité Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification OBSERVATOIRE DES INDUSTRIES CHIMIQUES Désignation du métier ou des composantes du métier

Plus en détail

L infirmière Clinicienne

L infirmière Clinicienne DIRECTIVES AUX AUTEURS L Infirmière clinicienne est une revue scientifique en ligne. Elle diffuse principalement les travaux des infirmières, qu elles soient étudiantes, cliniciennes ou professeures. L

Plus en détail

POLITIQUE 2500-031. ADOPTÉE PAR : Conseil d administration Résolution : CA-2013-05-27-11. MODIFICATION : Conseil d administration Résolution :

POLITIQUE 2500-031. ADOPTÉE PAR : Conseil d administration Résolution : CA-2013-05-27-11. MODIFICATION : Conseil d administration Résolution : POLITIQUE 2500-031 TITRE : Politique de gestion intégrée des risques ADOPTÉE PAR : Conseil d administration Résolution : CA-2013-05-27-11 MODIFICATION : Conseil d administration Résolution : ENTRÉE EN

Plus en détail

Méthodologie des essais cliniques de phase III

Méthodologie des essais cliniques de phase III Méthodologie des essais cliniques de phase III Dr Patrick Rossignol p.rossignol@chu-nancy.fr Centre d Investigation Clinique & consultation multidisciplinaire d HTA du CHU de Nancy & INSERM 961 Phases

Plus en détail