196. REQUETE DES FILS DE ZEBEDEE (Mt. 20:20-24 ; Mc. 10:35-41)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "196. REQUETE DES FILS DE ZEBEDEE (Mt. 20:20-24 ; Mc. 10:35-41)"

Transcription

1 196. REQUETE DES FILS DE ZEBEDEE (Mt. 20:20-24 ; Mc. 10:35-41) MATTHIEU Alors la mère des fils de Zébédée s approcha de Jésus avec ses fils, et se prosterna, pour lui faire une demande. 21. Il lui dit : Que veux-tu? Ordonne, lui dit-elle, que mes deux fils, que voici, soient assis, dans ton royaume, l un à ta droite et l autre à ta gauche. MARC Les fils de Zébédée, Jacques et Jean, s approchèrent de Jésus, et lui dirent : Maître, nous voudrions que tu fisses pour nous ce que nous te demanderons. 36. Il leur dit : Que voulez-vous que je fasse pour vous? 37. Accorde-nous, lui dirent-ils, d être assis l un à ta droite et l autre à ta gauche, quand tu seras dans ta gloire. LUC, JEAN Mt. 20:20, Mc. 10:35a alors la mère des fils de Zébédée s approcha de Jésus avec ses fils, Jacques et Jean et se prosterna, pour lui faire une demande : a) Jésus, en route vers Jérusalem, vient d'achever la parabole des ouvriers appelés à travailler dans la vigne à des heures différentes de la journée. A l'occasion de cet enseignement, entamé avec la venue d'un jeune homme riche et pieux, Jésus avait proclamé qu'aucun homme ne pouvait acheter son entrée dans le Royaume avec des œuvres méritoires, mais que Dieu avait le pouvoir d'ouvrir l'accès du Royaume par une œuvre de grâce et sans arbitraire. Pourront entrer ceux qui accepteront comme des enfants le don du cœur de Jésus-Christ. Jésus avait en outre promis aux disciples qu'ils seraient assis sur douze trônes pour juger les tribus d'israël (Mt. 19:28). Mais Jésus avait aussi conclu que, faute d'accepter ce que l'eternel avait pourvu, les premiers seront les derniers (Mt. 20:16). Puis Jésus a eu un entretien en aparté avec les apôtres au sujet de ses souffrances à venir. C'est alors que Salomé (= "paisible"), la mère de deux des apôtres, intervient pour demander que ses fils soient parmi les premiers! Le fait que la même requête soit formulée par les deux fils, montre que la mère et ses deux fils avaient eu le temps de se concerter. b) Ces interventions reflètent ce que les uns et les autres ont compris ou non des enseignements de Jésus. Ils ont cru : que Jésus est le Fils attendu de David, le Roi d'israël Mais ils se méprennent sur plusieurs points : de même que leurs compatriotes, ils ne conçoivent qu'un Royaume théocratique de l'israël géographique, soutenu par des armées invincibles, ils pensent que ce Royaume terrestre est imminent, 1

2 Lc. 19:11 (lors de la rencontre de Jésus et de Zachée) Ils écoutaient ces choses, et Jésus ajouta une parabole, parce qu'il était près de Jérusalem, et qu'on croyait qu'à l'instant le royaume de Dieu allait paraître. ils ne peuvent pas comprendre que leur gloire sera précédée de persécutions (Mc. 10:30), ils ne peuvent pas comprendre que Jésus va être crucifié (Lc. 18:33) pour sauver une humanité déchue dont ils font partie, ils se font des illusions sur leurs aptitudes et leurs mérites. c) Dans le texte de Matthieu, c'est Salomé qui présente la requête, et non les fils. A l'inverse, dans le texte de Marc, Salomé est totalement absente, et la requête est présentée par les deux frères Jacques (de "Jacob" = "usurpateur") et Jean (= "don de Dieu"). Mais dans les deux textes, Jésus ne répond finalement qu'aux deux frères. On peut imaginer le déroulement suivant : Salomé s'est approchée et s'est prosternée, une posture de respect préalable à la requête de ses deux fils dont elle cautionnait du même coup la demande. Puis les deux fils ont demandé s'ils pouvaient présenter leur requête. Ensuite il est possible que la mère et ses fils aient présenté, à tour de rôle et à la demande de Jésus, la même requête, mais il est plus simple d'imaginer que Matthieu a mis les paroles de la requête proprement dite dans la bouche de la seule Salomé qu'il venait de mettre en scène, et d'ailleurs ces paroles exprimaient la pensée de ces trois personnes. Il est possible aussi que Matthieu ait voulu rapprocher cette scène d'un récit de l'at. Bath Schéba avait tenté d'utiliser son rang de mère pour influencer son fils Salomon en faveur du frère aîné de ce dernier, Adonija (né d'une autre mère), dans ce qui était en fait une tentative d'usurpation du pouvoir (1 R. 2:13-21). Or ici, les deux frères tentent d'usurper à leur profit ce qui revient peut-être tout autant à leurs dix compagnons, en les prenant de vitesse. Salomé serait alors aussi insensée que Bath Schéba, et ses fils seraient aussi coupables qu'adonija dont la tentative s'était soldée par une exécution immédiate. Cela donnerait une couleur particulière à la réflexion de Jésus : Vous ne savez ce que vous demandez. Salomé aime ses fils! Mais une affection légitime peut devenir monstrueuse quand elle est animée par des forces obscures et cachées de la nature déchue. Ni Salomé, ni ses fils, n'ont discerné le Serpent à l'œuvre en eux. La démarche de Salomé et de ses deux fils peut paraître courageuse, car elle est faite publiquement. C'est une manière d'avoir plusieurs témoins (en particulier les autres apôtres) de la réponse de Jésus, réponse qui, pensent-ils, leur sera favorable. Jésus n'attendait-il pas que l'un de ses disciples ait assez d'audace pour faire une telle demande? N'a-t-il pas dit : Demandez, et l'on vous donnera (Mt. 7:7)? d) Salomé, la femme de Zébédée (= "l'eternel donne") fera partie des femmes présentes au pied de la croix : elle est expressément nommée par Matthieu et Marc : Mt. 27:56 Parmi (les femmes près de la croix) étaient Marie de Magdala, Marie, mère de Jacques et de Joseph, et la mère des fils de Zébédée. Mc. 15:40 Il y avait aussi des femmes qui regardaient de loin. Parmi elles étaient Marie de Magdala, Marie, mère de Jacques le mineur et de Joses, et Salomé. 2

3 Dans son Evangile, Jean semble à première lecture, passer sous silence cette présence de sa mère à Golgotha : Jn. 19:25 Près de la croix de Jésus se tenaient sa mère et la sœur de sa mère, Marie, femme de Clopas, et Marie de Magdala. Mais il serait étonnant que deux sœurs portent le même prénom ( Marie ), et donc la sœur de sa mère et Marie, femme de Clopas, citées par Jean, sont deux personnes différentes et non pas une seule personne. Cette Marie n'est autre que la mère de Jacques le Mineur et de Joseph citée par Matthieu et Marc. La sœur de la mère de Jésus mentionnée par Jean ne serait donc pas Marie, femme de Clopas, mais serait Salomé (mais le NT ne le confirme nulle part). Jean ne cite pas le nom de sa mère, par la même humilité qui le conduit aussi à ne pas se citer lui-même. Jacques et Jean seraient donc apparemment cousins de Jésus (le silence du NT sur cette parenté semble faire obstacle à cette conclusion, mais ce n'est de même que très incidemment que la parenté de Jésus et de Jean-Baptiste est signalée). Il est dès lors possible que la mère de Jean ait voulu tirer profit de ce lien de parenté. Ce lien de parenté avait pu renforcer les liens unissant Jean et Jean-Baptiste (Lc. 1:36) e) Salomé se prosterne, convaincue que Jésus va régner, et qu'elle n'est qu'un sujet du Roi, mais elle espère secrètement faire partie des sujets privilégiés : toute promotion de ses fils serait bénéfique pour elle. Elle sera sans doute au bénéfice de la gloire future de ses fils, mais elle n'imagine pas ce que sera la nature de cette gloire, et elle n'imagine pas le prix que devront payer ses deux fils : la mort violente pour l'un et l'exil pour l'autre. Si elle l'avait su, quelle aurait été sa réaction? C'est cependant une femme pieuse. Elle a laissé son mari près du lac de Tibériade, où il s'occupait des filets, pour aider Jésus et son petit groupe. Mt. 27:55 Il y avait là plusieurs femmes qui regardaient de loin ; qui avaient accompagné Jésus depuis la Galilée, pour le servir. Elle et son mari ne se sont jamais opposés à la vocation de deux fils qui auraient pu devenir patrons pêcheurs à leur tour. Elle fera partie du premier groupe de témoins de la résurrection de Jésus (Mc. 16:1-9). d) Jean a été le premier disciple, avec André, à suivre Jésus quand Jean-Baptiste avait rendu témoignage à ce dernier (Jn. 1:37). Jacques est sans doute son frère aîné. Tous les deux avaient fait partie du premier groupe appelé en Galilée, en même temps que Pierre et André (Mt. 4:18-22) Mt. 4:21-22 (21) De là étant allé plus loin, il vit deux autres frères, Jacques, fils de Zébédée, et Jean, son frère, qui étaient dans une barque avec Zébédée, leur père, et qui réparaient leurs filets. (22) Il les appela, et aussitôt ils laissèrent la barque et leur père, et le suivirent. 3

4 Ils pensaient peut-être que cela leur donnait une légitimité pour occuper une place d'honneur. Adonija pensait lui aussi avoir la légitimité pour détrôner Salomon (1 R. 2:15). Mc. 10:35b et lui dirent : Maître, nous voudrions que tu fisses pour nous ce que nous te demanderons : a) Il ne s'agit évidemment pas d'une tentative des deux frères de lier Jésus par une promesse aveugle! Cette phrase était un préliminaire protocolaire traditionnel, utilisé pour vérifier si la demande pouvait seulement être formulée, ou si le moment était mal choisi, ou si le requérant était indésirable. b) La solennité de cette approche montre que la mère et les deux fils ont conscience de la sainteté des enjeux. Ils ne viennent pas demander un jouet. Cette attitude peut sembler compassée, ou incongrue, ou artificielle et dérisoire, mais elle révèle combien ceux qui suivaient Jésus, hommes et femmes, avaient une haute idée (même si elle était encore incomplète et déformée) de la stature spirituelle de Jésus et des bénédictions futures attachées à sa personne. Leur démarche est sans aucune hypocrisie. La facilité apparente avec laquelle les apôtres pouvaient entrer en contact avec Jésus, allait de pair avec un immense respect et un total dévouement. Ils savaient par une expérience quotidienne du surnaturel, que la Main du Dieu d'abraham et de Moïse était en Jésus. La conscience de la Réalité et de la Présence divine sainte et omnisciente ne pouvait pas manquer de transparaître dans les comportements, les pensées et les sentiments. Ces sentiments d'affection et de crainte n'empêchaient cependant pas la manifestation chez les disciples de nombreux traits de l'homme déchu : l'orgueil, la peur, la jalousie, l'esprit de condamnation, etc. Il est sans doute impossible à l'homme naturel de concevoir ce que ressentaient ceux et celles qui suivaient Jésus en permanence. c) Si l'esprit de Christ avait l'opportunité de faire plus souvent prendre conscience aux croyants de sa proximité, la vie des individus, des foyers et des assemblées en serait métamorphosée. Jn. 8:31-32 (31) Et il dit aux Juifs qui avaient cru en lui : Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes vraiment mes disciples; (32) vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira. Jn. 15:4 Demeurez en moi, et je demeurerai en vous. Comme le sarment ne peut de lui-même porter du fruit, s'il ne demeure attaché au cep, ainsi vous ne le pouvez non plus, si vous ne demeurez en moi. Paul a exposé comment il demeurait en Christ : Phil. 3:7-11 (7) Mais ces choses qui étaient pour moi des gains, je les ai regardées comme une perte, à cause de Christ. (8) Et même je regarde toutes choses comme une perte, à cause de l'excellence de la connaissance de Jésus Christ mon Seigneur, pour lequel j'ai renoncé à tout, et je les regarde comme de la boue, afin de gagner Christ, (9) et d'être trouvé en lui, non avec ma justice, celle qui vient de la loi, mais avec celle qui s'obtient par la foi en Christ, la justice qui vient de Dieu par la foi, (10) afin de connaître Christ, et la puissance de sa résurrection, et la communion de ses souffrances, en devenant conforme à lui dans sa mort, pour parvenir, (11) si je puis, à la résurrection d'entre les morts. 4

5 Loin de présenter sa façon de vivre comme un idéal exceptionnel et élitiste, il en faisait au contraire un exemple que chaque croyant était exhorté à suivre (1 Cor. 4:16, 11:1 ; Phil. 3:15)! Mt. 20:21a, Mc. 10:36 il lui dit : Que veux-tu? il leur dit : Que voulez-vous que je fasse pour vous? : Selon Matthieu, Jésus interroge la mère. Selon Marc il interroge les deux frères. Jésus sait probablement déjà, non seulement ce que ces trois personnes vont lui demander, mais aussi ce qui motive cette requête. La requête a été publique, la réponse le sera aussi. L'Esprit sait ce que cela va déclencher parmi les autres apôtres. Mais ce sera l'occasion pour Jésus de dispenser un enseignement qui, une fois de plus, va purifier des cœurs, rétablir l'harmonie dans le groupe, et écraser des mauvaises herbes avant qu'elles ne deviennent des buissons épineux. L'action du Serpent aura été déjouée. Mt. 20:21b, Mc. 10:37 ordonne, lui dit-elle, que mes deux fils, que voici, soient assis, dans ton royaume, l un à ta droite et l autre à ta gauche accorde-nous, lui dirent-ils, d être assis l un à ta droite et l autre à ta gauche, quand tu seras dans ta gloire : a) Leur requête a été alimentée par la promesse solennelle de Jésus prononcée peu de temps auparavant : Mt. 19:28 Jésus leur répondit : Je vous le dis en vérité, quand le Fils de l'homme, au renouvellement de toutes choses, sera assis sur le trône de sa gloire, vous qui m'avez suivi, vous serez de même assis sur douze trônes, et vous jugerez les douze tribus d'israël. Jésus confirmera cette promesse plus tard, peu de temps avant son arrestation : Lc. 22:29 C est pourquoi je dispose du royaume en votre faveur, comme mon Père en a disposé en ma faveur ; - afin que vous mangiez et buviez à ma table dans mon royaume, et que vous soyez assis sur des trônes, pour juger les douze tribus d Israël. Les deux frères n'ont pas pris garde que Jésus avait annoncé, en même temps que la promesse, des persécutions (Mc. 10:30). Ils convoitent la place d'honneur, alors même que Jésus vient d'annoncer une nouvelle fois qu'il va bientôt être lui-même crucifié (Mt. 20:19). Ils ne savent pas que la croix précède la gloire. b) Ils font cette demande au moment même où Jésus vient d'annoncer sa crucifixion imminente. Cette requête : prouve qu'ils croient que Jésus est le Messie attendu, et qu'il va être couronné, entouré de gloire (celle du royaume terrestre qu'ils imaginent), manifeste un désir apparemment justifié d'être le plus proche possible de Jésus, mais révèle une ambition orgueilleuse secrète, qui les conduit à oublier leurs compagnons, révèle combien ils ignorent la nature du Royaume à venir et ses lois, 5

6 révèle leur ignorance du chemin difficile que Jésus va devoir suivre avant d'être couronné, révèle qu'ils n'imaginent pas le chemin de souffrances qu'eux-mêmes vont devoir emprunter. La réponse de Jésus va être sans concession, mais constructive et porteuse d'espérance pour des disciples ignorants, égoïstes, susceptibles, lents d'entendement et en qui Jésus voit déjà des saints glorieux. Pour le moment, Jacques et Jean sont égarés. Mais l'esprit va les former fidèlement, car ils sont malléables. MATTHIEU Jésus répondit : Vous ne savez ce que vous demandez. Pouvez-vous boire la coupe que je dois boire? Nous le pouvons, dirent-ils. 23. Et il leur répondit : Il est vrai que vous boirez ma coupe ; mais pour ce qui est d être assis à ma droite et à ma gauche, cela ne dépend pas de moi, et ne sera donné qu à ceux à qui mon Père l a réservé. MARC Jésus leur répondit : Vous ne savez ce que vous demandez. Pouvez-vous boire la coupe que je dois boire, ou être baptisés du baptême dont je dois être baptisé? Nous le pouvons dirent-ils. 39. Et Jésus leur répondit : Il est vrai que vous boirez la coupe que je dois boire, et que vous serez baptisés du baptême dont je dois être baptisé ; 40. mais pour ce qui est d être assis à ma droite ou à ma gauche, cela ne dépend pas de moi, et ne sera donné qu à ceux à qui cela est réservé. LUC, JEAN Mc. 10:38b vous ne savez ce que vous demandez. Pouvez-vous boire la coupe que je dois boire, ou être baptisés du baptême dont je dois être baptisé? : Le texte est au présent : la coupe que moi je bois, le baptême dont moi je suis baptisé. Jésus a commencé à boire la coupe dès la fuite de son père Joseph en Egypte. a) Jésus ne condamne pas leur demande, et ne nie pas qu'il y aura des places d'honneur réservées. Mais il souligne le caractère charnel de cette requête où se marient la présomption et l ignorance. Ils ne savent pas : ce que sera la nature du règne et du Trône de Christ glorifié, ce que signifie être à droite ou à gauche de ce Trône, que le chemin menant à cette gloire nécessite une circoncision intérieure, quel esprit anime leur requête. Cet esprit est celui du prince de Tyr et du roi de Babylone, un esprit qui traverse les siècles : Ez. 28:2,17 (2) Fils de l'homme, dis au prince de Tyr : Ainsi parle le Seigneur, l'éternel: Ton cœur s'est élevé, et tu as dit : Je suis Dieu, je suis assis sur le siège de Dieu, au sein des mers! Toi, tu es homme et non Dieu, et tu prends ta volonté pour la volonté de Dieu. - - (17) Ton cœur s'est élevé à cause de ta beauté, tu as 6

7 corrompu ta sagesse par ton éclat ; je te jette par terre, je te livre en spectacle aux rois. Es. 14:13 Tu disais en ton cœur : Je monterai au ciel, j'élèverai mon trône audessus des étoiles de Dieu ; je m'assiérai sur la montagne de l'assemblée, à l'extrémité du septentrion b) Même Jean et Jacques, deux futures colonnes de l'assemblée des élus, n'avaient encore rien compris! Ils avaient déjà voulu que Jésus détruise un village coupable de ne pas les avoir bien accueillis. S'il est légitime de vouloir être le plus près possible de Jésus, à supposer que l'on sache ce que cela signifie, il n'est pas légitime de vouloir atteindre cet objectif sans penser aux intérêts des autres croyants (d'autant plus qu'on partage le même pain avec eux chaque jour). Ils veulent bien aider les naufragés d'un navire en train de couler à monter dans le canot de sauvetage, mais à condition d'en être le capitaine. L'homme religieux aspire parfois à une place dans l'organisation, qui lui donnera autorité, renommée, admiration. L'homme religieux aimerait posséder le bras de Dieu, mais il lui faut du temps pour comprendre qu'il lui manque le cœur de Christ. Quel contraste avec l'attitude de Paul qui souhaitait être rabaissé pour permettre à ses concitoyens d'être relevés de leur chute (Rom. 9:3). L'homme terrestre veut grandir plus haut que les autres, l'homme céleste désire que les autres grandissent plus vite et plus haut que lui. Phil. 2:5-8 (5) Ayez en vous les sentiments qui étaient en Jésus Christ, (6) lequel, existant en forme de Dieu, n'a point regardé comme une proie à arracher d'être égal avec Dieu, (7) mais s'est dépouillé lui-même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes ; et ayant paru comme un simple homme, (8) il s'est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu'à la mort, même jusqu'à la mort de la croix. c) Mais l'homme naturel ne se contenterait pas longtemps d'être à droite ou à gauche : rapidement, il voudrait, comme son maître ténébreux, la première place. Ce cancer a ravagé le clergé dans l'église où il a instauré des hiérarchies pyramidales (de fausses montagnes de Sion). Cet esprit pousse les enfants de Dieu à se précipiter du haut du temple en citant les Ecritures (cf. Mt. 4:6). C'est l'esprit nicolaïte (= vainqueur des laïcs ) dénoncé par l'apocalypse (Ap. 2:6). Prêcher un Evangile qui promet la prospérité terrestre en omettant la coupe amère pour l'amour de Christ est un adultère : Jac. 4:3-4 (3) Vous demandez, et vous ne recevez pas, parce que vous demandez mal, dans le but de satisfaire vos passions. (4) Adultères que vous êtes! Ne savezvous pas que l'amour du monde est inimitié contre Dieu? Celui donc qui veut être ami du monde se rend ennemi de Dieu. Jn. 15:20 Souvenez-vous de la parole que je vous ai dite : Le serviteur n'est pas plus grand que son maître. S'ils m'ont persécuté, ils vous persécuteront aussi ; s'ils ont gardé ma parole, ils garderont aussi la vôtre. 7

8 Mat. 5:11-12 (11) Heureux serez-vous, lorsqu'on vous outragera, qu'on vous persécutera et qu'on dira faussement de vous toute sorte de mal, à cause de moi. (12) Réjouissez-vous et soyez dans l'allégresse, parce que votre récompense sera grande dans les cieux; car c'est ainsi qu'on a persécuté les prophètes qui ont été avant vous. La vie douloureuse de Paul était une prédication du vrai Evangile : voir l'annexe (les souffrances de Paul) d) Ils croient à la victoire, mais ne savent pas qu'elle passe par la croix de Jésus et par la leur, par une coupe et un baptême redoutables. Rom. 6:3-6 (3) Ignorez-vous que nous tous qui avons été baptisés en Jésus Christ, c'est en sa mort que nous avons été baptisés? (4) Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en la mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie. (5) En effet, si nous sommes devenus une même plante avec lui par la conformité à sa mort, nous le serons aussi par la conformité à sa résurrection, (6) sachant que notre vieil homme a été crucifié avec lui, afin que le corps du péché fût détruit, pour que nous ne soyons plus esclaves du péché; Rom. 8:17 Or, si nous sommes enfants, nous sommes aussi héritiers : héritiers de Dieu, et cohéritiers de Christ, si toutefois nous souffrons avec lui, afin d'être glorifiés avec lui. 2 Tim. 2:11-12 (11) Cette parole est certaine : Si nous sommes morts avec lui, nous vivrons aussi avec lui ; (12) si nous persévérons, nous régnerons aussi avec lui ; si nous le renions, lui aussi nous reniera; e) La coupe signifie ici la part de souffrances qui caractérise toute l'existence du Fils de Dieu et des disciples à qui elle est destinée et réservée. Le baptême souligne que tout l'être sera immergé dans la douleur, et que rien ne sera épargné : ce sera une immersion, et non pas une simple aspersion! Ps. 69:2-3 (Psaume de David) (2) J'enfonce dans la boue, sans pouvoir me tenir ; je suis tombé dans un gouffre, et les eaux m'inondent. (3) Je m'épuise à crier, mon gosier se dessèche, mes yeux se consument, tandis que je regarde vers mon Dieu. Cette coupe et ce baptême n'ont de vertu que si celui qui boit l'une ou est immergé dans l'autre, les accepte par passion pour la volonté de Dieu. Lc. 12:50 Il est un baptême dont je dois être baptisé, et combien il me tarde qu'il soit accompli! Mt. 26:39,42 (dans le jardin de Gethsémané) (49) Puis, ayant fait quelques pas en avant, il se jeta sur sa face, et pria ainsi : Mon Père, s'il est possible, que cette coupe s'éloigne de moi! Toutefois, non pas ce que je veux, mais ce que tu veux. - - (42) Il s'éloigna une seconde fois, et pria ainsi : Mon Père, s'il n'est pas possible que cette coupe s'éloigne sans que je la boive, que ta volonté soit faite! Jn. 18:11 Jésus dit à Pierre : Remets ton épée dans le fourreau. Ne boirai-je pas la coupe que le Père m'a donnée à boire? Mc. 10:38c nous le pouvons dirent-ils : a) Ils croient que Jésus leur présente la facture permettant d'accéder aux places convoitées, et le prix à payer leur semble à leur portée. 8

9 Ils pensent n'avoir qu'à suivre Jésus comme ils le suivent depuis le début, en supportant l'animosité des pharisiens et l'incompréhension du plus grand nombre, mais en ayant toujours Jésus à leur côté avec ses dons divins. Ils pensent en outre que cette situation inconfortable va être de courte durée. Ils pensent aux épreuves physiques endurées par David et ses fidèles compagnons de lutte. Ils n'imaginent pas qu'ils vont se retrouver seuls, qu'ils vont souffrir violemment dans leur chair et leur âme, et que cela va durer longtemps. b) La fougue de leur réponse est sincère. Mais leur engagement est présomptueux! Pierre aura les mêmes illusions. Mt. 26:56 (lors de l'arrestation de Jésus) Mais tout cela est arrivé afin que les écrits des prophètes fussent accomplis. Alors tous les disciples l'abandonnèrent, et prirent la fuite. Mt. 26:74-75 (74) Alors (Pierre) se mit à faire des imprécations et à jurer : Je ne connais pas cet homme. Aussitôt le coq chanta. (75) Et Pierre se souvint de la parole que Jésus avait dite : Avant que le coq chante, tu me renieras trois fois. Et étant sorti, il pleura amèrement. Mt. 20:23a, Mc. 10:39 et Jésus leur répondit : Il est vrai que vous boirez la coupe ma coupe que je dois boire, et que vous serez baptisés du baptême dont je dois être baptisé : Jésus sait qu'ils ne comprennent pas de quelles souffrances il parle. Jésus reçoit à la seconde même une révélation sur les destins des deux frères : il sait ce qu'ils vont endurer, et qu'ils n'imaginent pas. Jacques sera le premier martyr de l'eglise : Act. 12:1-2 (1) Vers le même temps, le roi Hérode se mit à maltraiter quelques membres de l'église, (2) et il fit mourir par l'épée Jacques, frère de Jean. Jean connaîtra la persécution, l'exil. Il aura en outre la douleur de voir l'apostasie s'infiltrer de son vivant dans l'assemblée, comme le montrent les lettres aux 7 églises d'asie dans l'apocalypse : Ap. 1:9 Moi Jean, votre frère, et qui ai part avec vous à la tribulation et au royaume et à la persévérance en Jésus, j'étais dans l'île appelée Patmos, à cause de la parole de Dieu et du témoignage de Jésus. Mt. 20:23b, Mc. 10:39 mais pour ce qui est d être assis à ma droite ou à ma gauche, cela ne dépend pas de moi, et ne sera donné qu à ceux à qui mon Père l a réservé : a) Par cette phrase, Jésus enseigne : que ces places sont déjà réservées, ou plutôt préparées (elles le sont par la prescience de Dieu, et non par un choix arbitraire ou par favoritisme, car l'équité est l'un des fondements du Royaume), que Jésus doit se manifester à nouveau, mais en gloire, et que des hommes et des femmes participeront à cette gloire (un revêtement de sagesse, de pureté, d'autorité). Jn. 17:1-2 (1) Après avoir ainsi parlé, Jésus leva les yeux au ciel, et dit : Père, l'heure est venue! Glorifie ton Fils, afin que ton Fils te glorifie, (2) selon que tu lui as donné pouvoir sur toute chair, afin qu'il accorde la vie éternelle à tous ceux que tu lui as donnés. 9

10 2 Thes. 2:13-14 (13) Pour nous, frères bien-aimés du Seigneur, nous devons à votre sujet rendre continuellement grâces à Dieu, parce que Dieu vous a choisis dès le commencement pour le salut, par la sanctification de l'esprit et par la foi en la vérité. (17) C'est à quoi il vous a appelés par notre Évangile, pour que vous possédiez la gloire de notre Seigneur Jésus Christ. 2 Tim. 4:8 Désormais la couronne de justice (aux trônes correspondront des couronnes) m'est réservée; le Seigneur, le juste juge, me le donnera dans ce jour-là, et non seulement à moi, mais encore à tous ceux qui auront aimé son avènement. qu il y aura des positions d'honneur prééminentes ( à droite et à gauche ) au contact du cœur de Jésus lui-même, là où il n'y aura pas lieu de distinguer entre ce qui est du Ciel et ce qui est de la terre. La nature et la gloire de chaque trône seront indissociables de la nature de l'élu. Son trône sera son cœur. Eph. 1:18 qu'il illumine les yeux de votre cœur, pour que vous sachiez quelle est l'espérance qui s'attache à son appel, quelle est la richesse de la gloire de son héritage qu'il réserve aux saints que tous les saints ne seront pas dans la même intensité de gloire (la gloire se mesurera dans l'éternité par la capacité à se donner, et non par la capacité à accaparer), même s ils ont bu la coupe du Seigneur (cf. parabole des mines, étude n 200, Lc. 19:17,19, où certains serviteurs reçoivent dix villes, d autres cinq), que la requête des deux frères ne peut être qu'un souhait, et encore doit-il être de plus en plus épuré de convoitise orgueilleuse et égoïste (ce qui conduit à se réjouir de voir d'autres occuper ces places). b) Par cette phrase, Jésus proclame : Que le fils est soumis au Père : ce n'est pas lui qui décide qui est appelé, qui est donné à Jésus (Jn. 10:29), qui sera à droite et à gauche de Jésus. 1 Cor. 15:27-28 (27) Dieu, en effet, a tout mis sous ses pieds. Mais lorsqu'il dit que tout lui a été soumis, il est évident que celui qui lui a soumis toutes choses est excepté. (28) Et lorsque toutes choses lui auront été soumises, alors le Fils lui-même sera soumis à celui qui lui a soumis toutes choses, afin que Dieu soit tout en tous. Jn. 14:28 le Père est plus grand que moi. Que lors de sa première venue, Jésus ignorait quel était le choix du Père, de même qu'il ignorait la date de sa seconde venue. Mt. 24:36 Pour ce qui est du jour et de l'heure, personne ne le sait, ni les anges des cieux, ni le Fils, mais le Père seul. Il ne précise même pas si les douze trônes des apôtres seront les plus proches du Trône de Jésus (qu'en sera-t-il de Noé, d'abraham, de Moïse, de Daniel, etc.?). Héb. 11:16 Mais maintenant ils en désirent une meilleure, c'est-à-dire une céleste. C'est pourquoi Dieu n'a pas honte d'être appelé leur Dieu, car il leur a préparé une cité. Si Jésus lui-même a été tenu dans l'ignorance de certains points futurs, c'est que la sagesse de Dieu l'a jugé nécessaire pour éviter des actions dommageables et inutiles de la part du Serpent. 10

11 c) Ces paroles prophétiques de Jésus sur le destin des deux frères ont sans doute été un grand réconfort à l heure de l épreuve. Sur le coup, ils n ont sans doute rien compris, et ont peut-être même été déçus. d) Cette position des élus à droite de Jésus-Christ correspond ici à une communion parfaite en pureté et en intensité (elle sera manifestée à l'occasion d'un Festin). Elle ne doit pas être confondue avec la mise à part à droite des brebis, lors du jugement des nations, quand de nombreuses âmes prendront à leur tour possession des promesses au sein d'un monde renouvelé. Ce sera alors un jugement et un tri, et le jugement sera rendu par Jésus-Christ et par les élus déjà assis sur des trônes autour de lui. Mt.25:34 Alors le roi dira à ceux qui seront à sa droite: Venez, vous qui êtes bénis de mon Père ; prenez possession du royaume qui vous a été préparé dès la fondation du monde. Jn. 5:22 Le Père ne juge personne, mais il a remis tout jugement au Fils. e) Les trônes (et les "couronnes") des élus sont les attributs décrits sous forme symbolique dans l'apocalypse. Ils appartiendront à chaque élu : Ap. 2:7 (lettre à l'église d'ephèse) A celui qui vaincra je donnerai à manger de l'arbre de vie, qui est dans le paradis de Dieu. Ap. 2:11 (lettre à l'église de Smyrne) Celui qui vaincra n'aura pas à souffrir la seconde mort. Ap. 2:17 (lettre à l'église de Pergame) A celui qui vaincra je donnerai de la manne cachée, et je lui donnerai un caillou blanc (celui qui est fixé sur l'épaule du sacrificateur et gravé du nom de l'élection); et sur ce caillou est écrit un nom nouveau, que personne ne connaît, si ce n'est celui qui le reçoit. Ap. 2:26,28 (lettre à l'église de Thyatire) (26) A celui qui vaincra, et qui gardera jusqu'à la fin mes œuvres, je donnerai autorité sur les nations (lors du jugement des nations). (27) Il les paîtra avec une verge de fer, comme on brise les vases d'argile, ainsi que moi-même j'en ai reçu le pouvoir de mon Père. (28) Et je lui donnerai l'étoile du matin. Ap. 3:5 (lettre à l'église de Sardes) Celui qui vaincra sera revêtu ainsi de vêtements blancs ; je n'effacerai point son nom du livre de vie, et je confesserai son nom devant mon Père et devant ses anges. Ap. 3:12 (lettre à l'église de Philadelphie) Celui qui vaincra, je ferai de lui une colonne dans le temple de mon Dieu, et il n'en sortira plus (il n'y aura plus de chute) ; j'écrirai sur lui le nom de mon Dieu, et le nom de la ville de mon Dieu, de la nouvelle Jérusalem qui descend du ciel d'auprès de mon Dieu, et mon nom nouveau. Ap. 3:21 (lettre à l'église de Laodicée) Celui qui vaincra, je le ferai asseoir avec moi sur mon trône (tous les trônes formeront un seul Corps dont Christ sera la Tête), comme moi j'ai vaincu et me suis assis avec mon Père sur son trône. MATTHIEU Les dix, ayant entendu cela, furent indignés contre les deux frères. MARC Les dix, ayant entendu cela, commencèrent à s indigner contre Jacques et Jean. LUC, JEAN 11

12 Mc. 10:41 les dix, ayant entendu cela, commencèrent à s indigner contre Jacques et Jean : La semence du Serpent a contaminé l'humanité entière depuis le jardin d'eden. Il faut très peu de chose pour que ces étincelles impures s'enflamment, comme elles l'ont fait dans les deux frères, et provoquent aussitôt un incendie dans les autres disciples. Ce travail de perversion du Serpent est redoutable et permanent, en particulier parmi le peuple se réclamant de Dieu. Ici, les semences sont celles d'une jalousie déguisée en indignation et qui se drape dans une morale offusquée. C'est la même ambition impure que chez les deux frères, mais elle s'arme d'un esprit de condamnation qui peut rapidement se transformer en haine. Les dix sont en fait furieux de ne pas avoir pensé les premiers à faire la même demande. Leur indignation est celle du loup qui a eu peur de se voir privé de sa proie. Satan en profite aussitôt pour introduire la zizanie dans le groupe même des disciples de Jésus! Jésus va réagir immédiatement (Mt. 20:25-28 ; Mc. 10:42-45 ; Lc.22:24-30 ; voir étude suivante n 197) avant que les semences deviennent des buissons inextricables. ANNEXE- Les souffrances de Paul 1) Il est impressionnant de voir la place qu'occupait la souffrance chez Paul, non seulement dans son expérience, mais aussi dans sa doctrine et son enseignement : Rom. 5:3 Bien plus, nous nous glorifions même des afflictions, sachant que l'affliction produit la persévérance, (4) la persévérance la victoire dans l'épreuve, et cette victoire l'espérance. 2 Cor. 4:8-10 (8) Nous sommes pressés de toute manière, mais non réduits à l'extrémité ; dans la détresse, mais non dans le désespoir ; (9) persécutés, mais non abandonnés ; abattus, mais non perdus ; (10) portant toujours avec nous dans notre corps la mort de Jésus, afin que la vie de Jésus soit aussi manifestée dans notre corps. 2 Cor. 4:11 Car nous qui vivons, nous sommes sans cesse livrés à la mort à cause de Jésus, afin que la vie de Jésus soit aussi manifestée dans notre chair mortelle. 2 Cor. 6:4-5 (4) Mais nous nous rendons à tous égards recommandables, comme serviteurs de Dieu, par beaucoup de patience dans les tribulations, dans les calamités, dans les détresses, (5) sous les coups, dans les prisons, dans les troubles, dans les travaux, dans les veilles, dans les jeûnes. 2 Cor. 7:5 Car, depuis notre arrivée en Macédoine, notre chair n'eut aucun repos ; nous étions affligés de toute manière : luttes au dehors, craintes au dedans. 2 Cor. 11:22-26 (22) Sont-ils Hébreux? Moi aussi. Sont-ils Israélites? Moi aussi. Sont-ils de la postérité d'abraham? Moi aussi. (23) Sont-ils ministres de Christ? - Je parle en homme qui extravague. - Je le suis plus encore : par les travaux, bien plus ; par les coups, bien plus ; par les emprisonnements, bien plus. Souvent en danger de mort, (24) cinq fois j'ai reçu des Juifs quarante coups moins un, (25) trois fois j'ai été battu de verges, une fois j'ai été lapidé, trois fois j'ai fait 12

13 naufrage, j'ai passé un jour et une nuit dans l'abîme. (26) Fréquemment en voyage, j'ai été en péril sur les fleuves, en péril de la part des brigands, en péril de la part de ceux de ma nation, en péril de la part des païens, en péril dans les villes, en péril dans les déserts, en péril sur la mer, en péril parmi les faux frères. 2 Cor. 11:27-28 (27) J'ai été dans le travail et dans la peine, exposé à de nombreuses veilles, à la faim et à la soif, à des jeûnes multipliés, au froid et à la nudité. (28) Et, sans parler d'autres choses, je suis assiégé chaque jour par les soucis que me donnent toutes les Églises. 2 Cor. 11:30-33 (30) S'il faut se glorifier, c'est de ma faiblesse que je me glorifierai! (31) Dieu, qui est le Père du Seigneur Jésus, et qui est béni éternellement, sait que je ne mens point!... (32) A Damas, le gouverneur du roi Arétas faisait garder la ville des Damascéniens, pour se saisir de moi ; (33) mais on me descendit par une fenêtre, dans une corbeille, le long de la muraille, et j'échappai de leurs mains. 2 Cor. 12:7-9 (7) Et pour que je ne sois pas enflé d'orgueil, à cause de l'excellence de ces révélations, il m'a été mis une écharde dans la chair, un ange de Satan pour me souffleter et m'empêcher de m'enorgueillir. (8) Trois fois j'ai prié le Seigneur de l'éloigner de moi, (9) et il m'a dit : Ma grâce te suffit, car ma puissance s'accomplit dans la faiblesse. Je me glorifierai donc bien plus volontiers de mes faiblesses, afin que la puissance de Christ repose sur moi. 2 Cor. 12:10 C'est pourquoi je me plais dans les faiblesses, dans les outrages, dans les calamités, dans les persécutions, dans les détresses, pour Christ ; car, quand je suis faible, c'est alors que je suis fort. 2 Cor. 13:4 Car il (Christ) a été crucifié à cause de sa faiblesse, mais il vit par la puissance de Dieu ; nous aussi, nous sommes faibles en lui, mais nous vivrons avec lui par la puissance de Dieu pour agir envers vous. Gal. 6:17 Que personne désormais ne me fasse de la peine, car je porte sur mon corps les marques de Jésus. Col. 1:24 Je me réjouis maintenant dans mes souffrances pour vous ; et ce qui manque aux souffrances de Christ, je l'achève en ma chair, pour son corps, qui est l'église. Phil. 2:17-18 (17) Et même si je sers de libation pour le sacrifice et pour le service de votre foi, je m'en réjouis, et je me réjouis avec vous tous. (18) Vous aussi, réjouissez-vous de même, et réjouissez-vous avec moi. 1 Thes. 2:2 Après avoir souffert et reçu des outrages à Philippes, comme vous le savez, nous prîmes de l'assurance en notre Dieu, pour vous annoncer l'évangile de Dieu, au milieu de bien des combats. 1 Thes. 3:2-3 (2) Nous envoyâmes Timothée, notre frère, ministre de Dieu dans l'évangile de Christ, pour vous affermir et vous exhorter au sujet de votre foi, (3) afin que personne ne fût ébranlé au milieu des tribulations présentes; car vous savez vous-mêmes que nous sommes destinés à cela. 2 Tim. 2:8-10 (8) Souviens-toi de Jésus Christ, issu de la postérité de David, ressuscité des morts, selon mon Évangile, (9) pour lequel je souffre jusqu'à être lié comme un malfaiteur. Mais la parole de Dieu n'est pas liée. (10) C'est pourquoi je supporte tout à cause des élus, afin qu'eux aussi obtiennent le salut qui est en Jésus Christ, avec la gloire éternelle. 2 Tim. 3:10-12 (10) Pour toi, tu as suivi de près mon enseignement, ma conduite, mes résolutions, ma foi, ma douceur, ma charité, ma constance, (11) mes persécutions, mes souffrances. A quelles souffrances n'ai-je pas été exposé à Antioche, à Icone, à Lystre? Quelles persécutions n'ai-je pas supportées? Et le 13

14 Seigneur m'a délivré de toutes. (12) Or, tous ceux qui veulent vivre pieusement en Jésus Christ seront persécutés. 2 Tim. 4:6-8 (6) Car pour moi, je sers déjà de libation, et le moment de mon départ approche. (7) J'ai combattu le bon combat, j'ai achevé la course, j'ai gardé la foi. (8) Désormais la couronne de justice m'est réservée ; le Seigneur, le juste juge, me le donnera dans ce jour-là, et non seulement à moi, mais encore à tous ceux qui auront aimé son avènement. 2) La pensée de Paul était celle des autres saints : Jac. 1:2 Mes frères, regardez comme un sujet de joie complète les diverses épreuves auxquelles vous pouvez être exposés, Jac. 5:10-11 (10) Prenez, mes frères, pour modèles de souffrance et de patience les prophètes qui ont parlé au nom du Seigneur. (11) Voici, nous disons bienheureux ceux qui ont souffert patiemment. Vous avez entendu parler de la patience de Job, et vous avez vu la fin que le Seigneur lui accorda, car le Seigneur est plein de miséricorde et de compassion. 1 P. 4:13-14 (13) Réjouissez-vous, au contraire, de la part que vous avez aux souffrances de Christ, afin que vous soyez aussi dans la joie et dans l'allégresse lorsque sa gloire apparaîtra. (14) Si vous êtes outragés pour le nom de Christ, vous êtes heureux, parce que l'esprit de gloire, l'esprit de Dieu, repose sur vous. 14