avec des nombres entiers

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "avec des nombres entiers"

Transcription

1 Calculer avec des nombres entiers Effectuez les calculs suivants Calculez. 9 9 Calculez le quotient et le rest. : : : : 0 :. : : 9 : : 9 0 : Calculez : : 0 : 9 : :. : : 0 : 99 : 9 : 0 Pearson France Tout ce que vous avez appris et oublié en MATHS!

2 Calculer avec des nombres entiers Addition, soustraction et multiplication La suite,,,,,,,, 9, 0,,... est la suite des nombres entiers positifs, celle avec laquelle chaque enfant apprend à compter. On apprend à additionner, soustraire et multiplier ces nombres sans calculatrice à l école primair Voici des exemples Division avec reste Une division sans calculatrice s effectue selon le schéma présenté ci-contre pour :, ce qui signifie divisé par. Le quotient 9 se trouve sous le diviseur et le reste en bas du schém On voit que = 9 + ou, de façon équivalente, = 9 +. En écrivant le membre de droite plus brièvement 9, on obtient = quotient reste 0 Pearson France Tout ce que vous avez appris et oublié en MATHS!

3 I Nombres Décomposez les nombres suivants en facteurs premiers votre date de naissance votre code postal votre code pin Déterminez tous les facteurs des nombres suivants. Faites-le soigneusement, étape par étape, pour ne pas en oublier. Un conseil : décomposez d abord ces nombres en facteurs premiers Pearson France Tout ce que vous avez appris et oublié en MATHS!

4 Calculer avec des nombres entiers Diviseurs et nombres premiers Il arrive parfois qu une division s arrête, autrement dit, que le reste soit nul. Par exemple, : =, ce qui revient à =. Les nombres et s appellent diviseurs de et l expression = s appelle décomposition en facteurs de. Ici, les termes «diviseurs» et «facteurs» sont synonymes. Un de ces deux facteurs peut à son tour être décomposé, à savoir =. La décomposition de ne peut pas être poursuivie car, et sont tous les trois des nombres premiers. Cela signifie que ces nombres ne peuvent pas être décomposés en facteurs plus petits. Finalement la décomposition en facteurs premiers de est : =. Comme = est aussi une décomposition de, les nombres et sont aussi des diviseurs de. Tout nombre entier admet et lui-même comme diviseur. Les diviseurs intéressants, les vrais diviseurs, sont en fait les diviseurs supérieurs à et inférieurs au nombre lui-mêm Les nombres premiers sont les nombres supérieurs à et qui n ont pas de vrais diviseurs. Voici le début de la suite des nombres premiers :,,,,,,, 9,, 9,,,,,,, 9,,,,, 9,... Tout nombre entier supérieur à peut être décomposé en facteurs premiers. Ci-contre, vous trouvez des exemples de cette décomposition en facteurs premiers : on cherche systématiquement des facteurs premiers, à commencer par les plus petits Chaque fois qu on en trouve un, on effectue la division et on reprend la recherche sur le quotient. La procédure se termine lorsqu on obtient. Les facteurs premiers se trouvent dans la colonne de droit De ces trois diagrammes, on peut déduire les décompositions en facteurs premiers que voici : 0 = = = = 00 =. Il est pratique de regrouper les facteurs premiers qui apparaissent plusieurs fois sous forme de puissances : = et =. Voici quelques exemples supplémentaires (utilisez des diagrammes comme ci-dessus) : 0 = = = = = =. 0 Pearson France Tout ce que vous avez appris et oublié en MATHS! 9

5 I Nombres Déterminez le plus grand commun diviseur (PGCD).. et 0 et et et et. et et 90 et 9 et et.9 0 et et et 90 et 0 0 et.0 et et et et 0 0 et 0 Déterminez le plus petit commun multiple (PPCM).. et 0 et et et 0 et. et 9 et 0 et 0 9 et 0 et. 0 et et 0 et 90 et et Déterminez le PGCD et le PPCM.. 9, et 0, 0 et 0, et, et, et. 0 et 0 et et 0 et 9 0 et., et 9, 0 et 9, et 0, et 9, et 0 0 Pearson France Tout ce que vous avez appris et oublié en MATHS!

6 Calculer avec des nombres entiers PGCD et PPCM Deux nombres peuvent avoir des facteurs en commun. Le plus grand commun diviseur (PGCD) est, comme son nom l indique, leur plus grand facteur commun. Le PGCD se déduit directement des décompositions en facteurs premiers des deux nombres. Nous avons effectué, à la page 9, les décompositions en facteurs premiers des nombres : De là, nous obtenons 0 = = 00 =. PGCD(0, ) = PGCD(, ) = = PGCD(0, 00) = PGCD(, ) = PGCD(, 00) = PGCD(, ) = = 9. Le plus petit commun multiple (PPCM) de deux nombres est le plus petit nombre qui est à la fois multiple de l un et de l autre nombr En d autres mots, c est le plus petit nombre qui est divisible par chacun des deux nombres. Le PPCM aussi s obtient aisément à partir de la décomposition en facteurs premiers. Ainsi, PPCM(0, ) = PPCM(, ) = = 0. Il est utile d observer que le produit du PGCD et du PPCM de deux nombres est égal au produit des deux nombres. Ainsi, PGCD(0, ) PPCM(0, ) = 0 = 000 = 0. Le PGCD et le PPCM de plus de deux nombres s obtiennent tout aussi facilement à partir de leurs décompositions en facteurs premiers. Par exemple, PGCD(0,, 00) =, PPCM(0,, 00) = = 00. Une bonne idée Il existe une méthode pour déterminer le PGCD et le PPCM de deux nombres qui ne requiert pas leurs décompositions en facteurs premiers et qui souvent s avère plus rapid L idée de base est que le PGCD de deux nombres est aussi forcément un diviseur de leur différenc Voyez-vous pourquoi il en est ainsi? Le PGCD(, ) doit aussi être un facteur de = 0. Or 0 n a que deux facteurs premiers, et. Il est clair que n est pas un facteur des deux nombres, par conséquent seul l est ; d où PGCD(, ) =. Qui est futé peut ainsi s épargner beaucoup de pein 0 Pearson France Tout ce que vous avez appris et oublié en MATHS!

7 Calculer avec des fractions. Simplifiez Réduisez au même dénominateur. et 9 0 et et 9 et 0 et. Simplifiez Réduisez au même dénominateur., et, et, et 9 0, et, et. Réduisez au même dénominateur. et et 9 et et et. Réduisez au même dénominateur., et, 0 et, et 0, et, 9 et Déterminez laquelle des deux fractions est la plus grande après les avoir réduites au même dénominateur.. et 9 et 9 et 0 et 9 0 et. et et 9 et et 90 9 et Pearson France Tout ce que vous avez appris et oublié en MATHS!

8 Calculer avec des fractions Nombres rationnels La suite...,,,, 0,,,,... est la suite de tous les nombres entiers. La droite graduée ci-dessous en donne une représentation géométriqu 0 Les nombres rationnels, c est-à-dire les nombres qui peuvent être écrits sous la forme d une fraction, sont aussi associés à une graduation sur la droit Vous trouverez ci-dessous la représentation de quelques nombres rationnels. 0 9 Une fraction se compose de deux nombres entiers, le numérateur et le dénominateur, séparés par une barre horizontale ou obliqu Par exemple, est le numérateur et est le dénominateur de la fraction. Le dénominateur d une fraction ne peut jamais être nul. S il est vrai qu un nombre est rationnel dès qu il peut s écrire sous la forme d une fraction, cette écriture n est cependant pas univoque : chaque fois qu on multiplie le numérateur et le dénominateur d une fraction par un même nombre entier (non nul) ou qu on les divise par un facteur commun, la valeur de la fraction ne change pas. Ainsi, = = = 0. Des fractions comme et sont plus souvent écrites, respectivement. Les nombres entiers peuvent aussi être écrits sous forme de fraction, par exemple =, = et 0 = 0. Les nombres entiers appartiennent donc à l ensemble des nombres rationnels. Diviser les numérateur et dénominateur par un même facteur (supérieur à ) s appelle simplifier. La fraction se simplifie en en divisant numérateur et dénominateur par. Une fraction est irréductible lorsque le plus grand diviseur commun (PGCD) du numérateur et du dénominateur est. La fraction est irréductible tandis que ne l est pas. Toute fraction peut être rendue irréductible en divisant son numérateur et son dénominateur par leur PGCD. Il est toujours possible de faire en sorte que deux fractions aient le même dénominateur. Par exemple : et n ont pas le même dénominateur. Mais en leur imposant = comme dénominateur, elles s écrivent respectivement = et =. Cependant, en leur choisissant comme dénominateur commun le plus petit commun multiple des dénominateurs de départ PPCM(, ) = 0, on obtient une expression plus simple, à savoir 0. 0 et 0 Pearson France Tout ce que vous avez appris et oublié en MATHS!

9 I Nombres Calculez Pearson France Tout ce que vous avez appris et oublié en MATHS!

10 Calculer avec des fractions Additionner et soustraire des fractions Additionner deux fractions qui ont le même dénominateur est simple : il suffit d additionner les numérateurs. Il en est de même pour soustraire deux fractions de même dénominateur. Par exemple : + = et = =. Au cas où les dénominateurs sont différents, il faut d abord réduire les fractions au même dénominateur. Le plus économique est de choisir comme dénominateur commun le PPCM des dénominateurs. Voici quelques exemples : + + = + 0 = = = = 9 0 = 9. Il en va de même lorsqu il s agit d additionner ou de soustraire plus de deux fractions. Il faut d abord les réduire au même dénominateur en prenant comme dénominateur commun le PPCM des différents dénominateurs. Par exemple : + 0 = = 0 =. Vous voyez ici qu il est encore parfois possible de simplifier le résultat. Fractions et nombres rationnels Une fraction est une manière d écrire un nombre rationnel. En multipliant par un même facteur le numérateur et le dénominateur d une fraction, on change la fraction, mais pas le nombre rationnel qu elle représent On pourrait encore dire que la valeur de la fraction ne change pas lorsque le numérateur et le dénominateur sont multipliés par un même facteur. Les fractions, 0 et 0 ont toutes la même valeur, et sur la droite graduée elles occupent la même place, à mi-chemin entre et. On manque d ailleurs souvent de précision : on dit «fraction» alors qu on devrait dire plus précisément «valeur de la fraction». Il en est de même quand on écrit = ou quand on dit que est égal à. 0 Pearson France Tout ce que vous avez appris et oublié en MATHS!

11 I Nombres Calculez : : : : 0 9 :. : 9 0 : 0 : : 9 : Pearson France Tout ce que vous avez appris et oublié en MATHS!

12 Calculer avec des fractions Multiplication et division des fractions Le produit de deux fractions est la fraction qui a pour numérateur le produit des numérateurs et comme dénominateur le produit des dénominateurs. Voici deux exemples : = = 0 9 et = ( ) = 0. Pour diviser une fraction par une autre, on multiplie la première par l inverse de la second La fraction inverse s obtient en échangeant le numérateur et le dénominateur. Par exemple : : = = et : = =. La division d une fraction par une autre est parfois notée autrement, à savoir par une barre horizontal Exemple : au lieu de :. C est une fraction dont le numérateur et le dénominateur sont eux-mêmes des fractions. Autres notations pour les fractions On emploie parfois une barre oblique de séparation entre le numérateur et le dénominateur au lieu d une barre horizontale : / au lieu de. Ce sont souvent des raisons typographiques qui imposent la barre obliqu Parfois, les deux notations sont utilisées simultanément, aussi pour des raisons typographiques. Par exemple / / ou /. Il arrive que, dans certaines situations, il y ait avantage à employer une notation mixte, c est-à-dire que la partie entière soit écrite à part comme dans au lieu de. Cette dernière notation n est vraiment pas pratique pour la multiplication ou la division des fractions. Aussi, nous ne l emploierons jamais dans cet ouvrag 0 Pearson France Tout ce que vous avez appris et oublié en MATHS!

13 Puissances et racines Écrivez les expressions suivantes sous la forme d un nombre entier ou d une fraction irréductibl ( ) ( ) ( ) ( ).0 ( ) ( )0 ( ) ( ). ( ) ( ) ( ) ( ) ( ). ( ) ( ) ( ). ( ) ( ) ( 9 ) ( ). ( ) ( )0 ( ) ( ).. ( ) 0 0 ( ) ( ).9 ( ) ( ) ( ) ( ). ( 9 ) ( ) ( ) ( ) 0 Pearson France Tout ce que vous avez appris et oublié en MATHS!

14 Puissances et racines Puissances entières Quel que soit a, nombre positif non nul, et quel que soit l entier positif k, on a a k = a 0 = a k = a k. k fois { }} { a a a Ainsi, a n est défini pour tout n entier. Le nombre a s appelle la base et n l exposant. Exemples : = = 0 ( ) 0 = ( ) = = 0 = 0 = 000. Voici les règles de calcul des exposants : a n a m = a n+m a n : a m = a n m (a n ) m = a n m (a b) n = a n b n ( a b ) n = an b n La base 0 est à considérer séparément. Nous avons choisi ci-dessus a différent de 0 pour éviter, dans le cas d un exposant entier négatif, d avoir affaire à une fraction dont le dénominateur est nul. Par définition, une puissance entière positive de 0, 0 n, vaut 0. Mais le cas où n = 0 conduit à 0 0 considéré comme une indétermination.. Pour simplifier l écriture de certaines formules de mathématiques, il peut être nécessaire de donner un sens à a 0, même lorsque a est nul, et on lui attribue la valeur. 0 Pearson France Tout ce que vous avez appris et oublié en MATHS! 9

15 I Nombres Écrivez les expressions suivantes sous la forme a b où a est un nombre entier et b une racine qui ne peut plus être simplifié Pearson France Tout ce que vous avez appris et oublié en MATHS!

16 Puissances et racines Racines carrées de nombres entiers La racine carrée d un nombre a 0 est le nombre w tel que w 0 et w = On le note : w = Par exemple : = car =. Si on remarque que ( ) =, on pourrait aussi vouloir appeler «racine carrée de». Mais d après la définition, l écriture a comprend exclusivement le nombre non négatif dont le carré est égal à a, donc = +. Le nombre 0 n est pas un entier car = < 0 et = > 0, d où < 0 <. Serait-il possible d écrire 0 comme une fraction? La réponse est non : la racine carrée d un nombre entier positif qui n est pas le carré d un nombre entier est toujours un nombre irrationnel, ce qui signifie qu il n est pas possible de l écrire sous la forme d une fraction. Il est cependant possible de simplifier 0, car 0 = et de là 0 = =. Cette dernière expression s écrit plus brièvement. La racine carrée a d un nombre entier positif a ne peut plus être simplifiée lorsqu aucun facteur de a n est le carré d un entier supérieur à. Ainsi, les racines carrées =, = et 9 = ne peuvent plus être simplifiées, alors que peut encore l être, car = 9 = =. Toute racine carrée d un nombre entier positif peut être écrite soit comme un nombre entier, soit comme le produit d un nombre entier par une racine carrée qui ne peut plus être simplifié Cette écriture s obtient en faisant sortir du radical tous les carrés. Par exemple : 00 = 0 = 0. Pourquoi 0 est irrationnel Pour montrer que 0 est irrationnel, on se sert d une démonstration par l absurde : supposons que 0 soit rationnel. Dans ce cas, ce nombre pourrait être écrit sous la forme d une fraction p/q où p et q sont des entiers positifs dont le PGCD vaudrait. De 0 = p/q il suit 0 q = p ou q = p. Comme le membre de gauche est divisible par, le membre de droite doit l être aussi. Parmi les facteurs premiers de p, il faut que y figure au moins une fois, et parmi les facteurs premiers de p, il faut que y figure au moins deux fois. Or PGCD(p, q) =. Il n y a donc pas parmi les facteurs premiers de q. La décomposition en facteurs premiers de 0 q présente exactement un seul, alors que celle de p en comporte, selon notre raisonnement, au moins deux. Voilà qui est en contradiction avec 0 q = p. Notre supposition 0 est rationnel nous a donc conduit à une contradiction. Conclusion : le nombre 0 est irrationnel. La même démonstration s applique à la racine carrée de n importe quel nombre entier positif qui n est pas un carré. 0 Pearson France Tout ce que vous avez appris et oublié en MATHS!

17 I Nombres Écrivez les expressions suivantes sous la forme a b, où a est un nombre entier ou une fraction non réductible et b une racine carrée qui ne peut plus être simplifié. ( ). ( ). ( ) ( ) ( ) ( ) ( ( ) ) ( ) ( ) Pearson France Tout ce que vous avez appris et oublié en MATHS!

18 Puissances et racines Racines carrées des quotients La racine carrée d une fraction dont les numérateur et dénominateur sont positifs est égale au quotient des racines carrées respectivement du numérateur et du dénominateur. Ainsi, 9 = = ( ) 9. On vérifie que = 9. La racine carrée d une fraction positive peut toujours être écrite sous la forme d une fraction non réductible ou comme le produit d une fraction non réductible et d une racine carrée qui ne peut plus être simplifié Voici deux exemples : = = et = =. Pour arriver à cette écriture, il faut d abord multiplier numérateur et dénominateur de la fraction par un facteur qui fait du dénominateur le carré d un nombre entier. Parfois, la racine carrée du numérateur peut encore être simplifiée en un produit d un nombre entier par une racine qui ne peut plus être simplifié La racine carrée de la fraction initiale est désormais sous la forme recherché De cette manière, on peut toujours éliminer la racine carrée d un dénominateur. Par exemple : = = =. 0 Pearson France Tout ce que vous avez appris et oublié en MATHS!

19 I Nombres Écrivez toutes les expressions suivantes sous forme simplifié Pearson France Tout ce que vous avez appris et oublié en MATHS!

20 Puissances et racines Racines d indice plus élevé Les racines de la section précédente étaient des racines carrées ou «racines d indice deux», mais on définit de la même manière des racines d indice plus élevé. Ainsi, la racine d indice trois, dite aussi racine cubique, d un nombre a est le nombre w tel que w = On le note : Exemples : = car = et = car ( ) =. Notons que, contrairement à la racine carrée, on peut calculer la racine cubique des nombres négatifs ; cette racine est unique : il n y a qu un nombre qui, élevé à la puissance trois, est égal à, c est ; et il n y a qu un nombre qui, élevé à la puissance trois, est égal à, c est. Plus généralement, la racine n ième de a, notée n a, est le nombre w tel que w n = Lorsque n est pair, a doit être positif. Mais comme w n = ( w) n, il y a deux racines possibles. Par convention cependant, on retient toujours la racine non négative w telle que w n = Il y a beaucoup de ressemblances entre les racines n ièmes et les racines carrées. La racine n ième d un nombre entier est un nombre irrationnel sauf si a est la n ième puissance d un nombre entier. La racine n ième d un nombre entier positif a ne peut plus être simplifiée si aucun des facteurs de a n est une puissance n ième à part. La racine n ième d une fraction peut s écrire comme une fraction ou comme le produit d une fraction et d une racine n ième qui ne peut plus être simplifié Voici quelques exemples de racines cubiques : peut être simplifiée, car = =, mais pas les racines, et 0. Pour arriver à la forme simplifiée d une racine cubique de fraction, il faut multiplier les numérateur et dénominateur de la fraction par un facteur tel que le dénominateur soit un cub Par exemple : = = = 0. 0 Pearson France Tout ce que vous avez appris et oublié en MATHS!

21 I Nombres. Écrivez avec une racin. Écrivez avec une racin. Écrivez avec un exposant. 9. Écrivez avec un exposant.. Écrivez une puissance de.. Écrivez une puissance de. Mettez les expressions suivantes sous forme simplifié : 9 : : 9 : : 0 Pearson France Tout ce que vous avez appris et oublié en MATHS!

22 Puissances et racines Exposants fractionnaires Dans cette section, nous faisons l hypothèse que la base est positiv Par définition, a m n n = a m où m n est une fraction (n > ). En particulier, si m =, a n = n a, d où a = a, a = a, a = a, et De même, si m =, a = a = a =, a = a = a a =, a et Voici d autres exemples : = =, = et = =. Le dernier exemple peut aussi être traité à partir de = = +. Règles de calcul avec des exposants : = + = = = a r a s = a r+s a r : a s = a r s (a r ) s = a r s (a b) r = a r b r ( a ) r = ar b Ces règles de calcul sont valables pour tous les nombres rationnels r et s et tous les nombres positifs a et b r 0 Pearson France Tout ce que vous avez appris et oublié en MATHS!

Définition 0,752 = 0,7 + 0,05 + 0,002 SYSTÈMES DE NUMÉRATION POSITIONNELS = 7 10 1 + 5 10 2 + 2 10 3

Définition 0,752 = 0,7 + 0,05 + 0,002 SYSTÈMES DE NUMÉRATION POSITIONNELS = 7 10 1 + 5 10 2 + 2 10 3 8 Systèmes de numération INTRODUCTION SYSTÈMES DE NUMÉRATION POSITIONNELS Dans un système positionnel, le nombre de symboles est fixe On représente par un symbole chaque chiffre inférieur à la base, incluant

Plus en détail

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes

Exercices - Polynômes : corrigé. Opérations sur les polynômes Opérations sur les polynômes Exercice 1 - Carré - L1/Math Sup - Si P = Q est le carré d un polynôme, alors Q est nécessairement de degré, et son coefficient dominant est égal à 1. On peut donc écrire Q(X)

Plus en détail

Définition : On obtient les nombres entiers en ajoutant ou retranchant des unités à zéro.

Définition : On obtient les nombres entiers en ajoutant ou retranchant des unités à zéro. Chapitre : Les nombres rationnels Programme officiel BO du 8/08/08 Connaissances : Diviseurs communs à deux entiers, PGCD. Fractions irréductibles. Opérations sur les nombres relatifs en écriture fractionnaire.

Plus en détail

Glossaire des nombres

Glossaire des nombres Glossaire des nombres Numérisation et sens du nombre (4-6) Imprimeur de la Reine pour l'ontario, 008 Nombre : Objet mathématique qui représente une valeur numérique. Le chiffre est le symbole utilisé pour

Plus en détail

Petit lexique de calcul à l usage des élèves de sixième et de cinquième par M. PARCABE, professeur au collège Alain FOURNIER de BORDEAUX, mars 2007

Petit lexique de calcul à l usage des élèves de sixième et de cinquième par M. PARCABE, professeur au collège Alain FOURNIER de BORDEAUX, mars 2007 Petit lexique de calcul à l usage des élèves de sixième et de cinquième par M. PARCABE, professeur au collège Alain FOURNIER de BORDEAUX, mars 2007 page 1 / 10 abscisse addition additionner ajouter appliquer

Plus en détail

Priorités de calcul :

Priorités de calcul : EXERCICES DE REVISION POUR LE PASSAGE EN QUATRIEME : Priorités de calcul : Exercice 1 : Calcule en détaillant : A = 4 + 5 6 + 7 B = 6 3 + 5 C = 35 5 3 D = 6 7 + 8 E = 38 6 3 + 7 Exercice : Calcule en détaillant

Plus en détail

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR POUR LE BREVET

TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR POUR LE BREVET TOUT E QU IL FUT SVOIR POUR LE REVET NUMERIQUE / FONTIONS eci n est qu un rappel de tout ce qu il faut savoir en maths pour le brevet. I- Opérations sur les nombres et les fractions : Les priorités par

Plus en détail

III- Raisonnement par récurrence

III- Raisonnement par récurrence III- Raisonnement par récurrence Les raisonnements en mathématiques se font en général par une suite de déductions, du style : si alors, ou mieux encore si c est possible, par une suite d équivalences,

Plus en détail

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que

De même, le périmètre P d un cercle de rayon 1 vaut P = 2π (par définition de π). Mais, on peut démontrer (difficilement!) que Introduction. On suppose connus les ensembles N (des entiers naturels), Z des entiers relatifs et Q (des nombres rationnels). On s est rendu compte, depuis l antiquité, que l on ne peut pas tout mesurer

Plus en détail

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes.

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. 1 Définitions, notations Calcul matriciel Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. On utilise aussi la notation m n pour le

Plus en détail

Fibonacci et les paquerettes

Fibonacci et les paquerettes Fibonacci et les paquerettes JOLY Romain & RIVOAL Tanguy Introduction Quand on entend dire que l on peut trouver le nombre d or et la suite de Fibonacci dans les fleurs et les pommes de pin, on est au

Plus en détail

DOCM 2013 http://docm.math.ca/ Solutions officielles. 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10.

DOCM 2013 http://docm.math.ca/ Solutions officielles. 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10. A1 Trouvez l entier positif n qui satisfait l équation suivante: Solution 1 2 10 + 1 2 9 + 1 2 8 = n 2 10. En additionnant les termes du côté gauche de l équation en les mettant sur le même dénominateur

Plus en détail

Compter à Babylone. L écriture des nombres

Compter à Babylone. L écriture des nombres Compter à Babylone d après l article de Christine Proust «Le calcul sexagésimal en Mésopotamie : enseignement dans les écoles de scribes» disponible sur http://www.dma.ens.fr/culturemath/ Les mathématiciens

Plus en détail

Développement décimal d un réel

Développement décimal d un réel 4 Développement décimal d un réel On rappelle que le corps R des nombres réels est archimédien, ce qui permet d y définir la fonction partie entière. En utilisant cette partie entière on verra dans ce

Plus en détail

OPÉRATIONS SUR LES FRACTIONS

OPÉRATIONS SUR LES FRACTIONS OPÉRATIONS SUR LES FRACTIONS Sommaire 1. Composantes d'une fraction... 1. Fractions équivalentes... 1. Simplification d'une fraction... 4. Règle d'addition et soustraction de fractions... 5. Règle de multiplication

Plus en détail

THEME : CLES DE CONTROLE. Division euclidienne

THEME : CLES DE CONTROLE. Division euclidienne THEME : CLES DE CONTROLE Division euclidienne Soit à diviser 12 par 3. Nous pouvons écrire : 12 12 : 3 = 4 ou 12 3 = 4 ou = 4 3 Si par contre, il est demandé de calculer le quotient de 12 par 7, la division

Plus en détail

Chapitre 1 : Évolution COURS

Chapitre 1 : Évolution COURS Chapitre 1 : Évolution COURS OBJECTIFS DU CHAPITRE Savoir déterminer le taux d évolution, le coefficient multiplicateur et l indice en base d une évolution. Connaître les liens entre ces notions et savoir

Plus en détail

Factorisation Factoriser en utilisant un facteur commun Fiche méthode

Factorisation Factoriser en utilisant un facteur commun Fiche méthode Factorisation Factoriser en utilisant un facteur commun Fiche méthode Rappel : Distributivité simple Soient les nombres, et. On a : Factoriser, c est transformer une somme ou une différence de termes en

Plus en détail

Représentation des Nombres

Représentation des Nombres Chapitre 5 Représentation des Nombres 5. Representation des entiers 5.. Principe des représentations en base b Base L entier écrit 344 correspond a 3 mille + 4 cent + dix + 4. Plus généralement a n a n...

Plus en détail

Présentation du cours de mathématiques de D.A.E.U. B, remise à niveau

Présentation du cours de mathématiques de D.A.E.U. B, remise à niveau i Présentation du cours de mathématiques de D.A.E.U. B, remise à niveau Bonjour, bienvenue dans votre début d étude du cours de mathématiques de l année de remise à niveau en vue du D.A.E.U. B Au cours

Plus en détail

Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités

Groupe symétrique. Chapitre II. 1 Définitions et généralités Chapitre II Groupe symétrique 1 Définitions et généralités Définition. Soient n et X l ensemble 1,..., n. On appelle permutation de X toute application bijective f : X X. On note S n l ensemble des permutations

Plus en détail

COURS EULER: PROGRAMME DE LA PREMIÈRE ANNÉE

COURS EULER: PROGRAMME DE LA PREMIÈRE ANNÉE COURS EULER: PROGRAMME DE LA PREMIÈRE ANNÉE Le cours de la première année concerne les sujets de 9ème et 10ème années scolaires. Il y a bien sûr des différences puisque nous commençons par exemple par

Plus en détail

Exo7. Limites de fonctions. 1 Théorie. 2 Calculs

Exo7. Limites de fonctions. 1 Théorie. 2 Calculs Eo7 Limites de fonctions Théorie Eercice Montrer que toute fonction périodique et non constante n admet pas de ite en + Montrer que toute fonction croissante et majorée admet une ite finie en + Indication

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

Cours d arithmétique Première partie

Cours d arithmétique Première partie Cours d arithmétique Première partie Pierre Bornsztein Xavier Caruso Pierre Nolin Mehdi Tibouchi Décembre 2004 Ce document est la première partie d un cours d arithmétique écrit pour les élèves préparant

Plus en détail

Correction de l examen de la première session

Correction de l examen de la première session de l examen de la première session Julian Tugaut, Franck Licini, Didier Vincent Si vous trouvez des erreurs de Français ou de mathématiques ou bien si vous avez des questions et/ou des suggestions, envoyez-moi

Plus en détail

Feuille TD n 1 Exercices d algorithmique éléments de correction

Feuille TD n 1 Exercices d algorithmique éléments de correction Master Sciences, Technologies, Santé Mention Mathématiques, spécialité Enseignement des mathématiques Algorithmique et graphes, thèmes du second degré Feuille TD n 1 Exercices d algorithmique éléments

Plus en détail

Les nombres entiers. Durée suggérée: 3 semaines

Les nombres entiers. Durée suggérée: 3 semaines Les nombres entiers Durée suggérée: 3 semaines Aperçu du module Orientation et contexte Pourquoi est-ce important? Dans le présent module, les élèves multiplieront et diviseront des nombres entiers concrètement,

Plus en détail

Puissances d un nombre relatif

Puissances d un nombre relatif Puissances d un nombre relatif Activités 1. Puissances d un entier relatif 1. Diffusion d information (Activité avec un tableur) Stéphane vient d apprendre à 10h, la sortie d une nouvelle console de jeu.

Plus en détail

Licence Sciences et Technologies Examen janvier 2010

Licence Sciences et Technologies Examen janvier 2010 Université de Provence Introduction à l Informatique Licence Sciences et Technologies Examen janvier 2010 Année 2009-10 Aucun document n est autorisé Les exercices peuvent être traités dans le désordre.

Plus en détail

Arithmétique binaire. Chapitre. 5.1 Notions. 5.1.1 Bit. 5.1.2 Mot

Arithmétique binaire. Chapitre. 5.1 Notions. 5.1.1 Bit. 5.1.2 Mot Chapitre 5 Arithmétique binaire L es codes sont manipulés au quotidien sans qu on s en rende compte, et leur compréhension est quasi instinctive. Le seul fait de lire fait appel au codage alphabétique,

Plus en détail

CORRIGE LES NOMBRES DECIMAUX RELATIFS. «Réfléchir avant d agir!»

CORRIGE LES NOMBRES DECIMAUX RELATIFS. «Réfléchir avant d agir!» Corrigé Cours de Mr JULES v3.3 Classe de Quatrième Contrat 1 Page 1 sur 13 CORRIGE LES NOMBRES DECIMAUX RELATIFS. «Réfléchir avant d agir!» «Correction en rouge et italique.» I. Les nombres décimaux relatifs.

Plus en détail

Vous revisiterez tous les nombres rencontrés au collège, en commençant par les nombres entiers pour finir par les nombres réels.

Vous revisiterez tous les nombres rencontrés au collège, en commençant par les nombres entiers pour finir par les nombres réels. Cette partie est consacrée aux nombres. Vous revisiterez tous les nombres rencontrés au collège, en commençant par les nombres entiers pour finir par les nombres réels. L aperçu historique vous permettra

Plus en détail

a)390 + 520 + 150 b)702 + 159 +100

a)390 + 520 + 150 b)702 + 159 +100 Ex 1 : Calcule un ordre de grandeur du résultat et indique s il sera supérieur à 1 000 L addition est une opération qui permet de calculer la somme de plusieurs nombres. On peut changer l ordre de ses

Plus en détail

EXERCICES DE REVISIONS MATHEMATIQUES CM2

EXERCICES DE REVISIONS MATHEMATIQUES CM2 EXERCICES DE REVISIONS MATHEMATIQUES CM2 NOMBRES ET CALCUL Exercices FRACTIONS Nommer les fractions simples et décimales en utilisant le vocabulaire : 3 R1 demi, tiers, quart, dixième, centième. Utiliser

Plus en détail

Conversion d un entier. Méthode par soustraction

Conversion d un entier. Méthode par soustraction Conversion entre bases Pour passer d un nombre en base b à un nombre en base 10, on utilise l écriture polynomiale décrite précédemment. Pour passer d un nombre en base 10 à un nombre en base b, on peut

Plus en détail

Carl-Louis-Ferdinand von Lindemann (1852-1939)

Carl-Louis-Ferdinand von Lindemann (1852-1939) Par Boris Gourévitch "L'univers de Pi" http://go.to/pi314 sai1042@ensai.fr Alors ça, c'est fort... Tranches de vie Autour de Carl-Louis-Ferdinand von Lindemann (1852-1939) est transcendant!!! Carl Louis

Plus en détail

Extrait du poly de Stage de Grésillon 1, août 2010

Extrait du poly de Stage de Grésillon 1, août 2010 MINI-COURS SUR LES POLYNÔMES À UNE VARIABLE Extrait du poly de Stage de Grésillon 1, août 2010 Table des matières I Opérations sur les polynômes 3 II Division euclidienne et racines 5 1 Division euclidienne

Plus en détail

Algorithme. Table des matières

Algorithme. Table des matières 1 Algorithme Table des matières 1 Codage 2 1.1 Système binaire.............................. 2 1.2 La numérotation de position en base décimale............ 2 1.3 La numérotation de position en base binaire..............

Plus en détail

Introduction à l étude des Corps Finis

Introduction à l étude des Corps Finis Introduction à l étude des Corps Finis Robert Rolland (Résumé) 1 Introduction La structure de corps fini intervient dans divers domaines des mathématiques, en particulier dans la théorie de Galois sur

Plus en détail

Le produit semi-direct

Le produit semi-direct Le produit semi-direct Préparation à l agrégation de mathématiques Université de Nice - Sophia Antipolis Antoine Ducros Octobre 2007 Ce texte est consacré, comme son titre l indique, au produit semi-direct.

Plus en détail

V- Manipulations de nombres en binaire

V- Manipulations de nombres en binaire 1 V- Manipulations de nombres en binaire L ordinateur est constitué de milliards de transistors qui travaillent comme des interrupteurs électriques, soit ouverts soit fermés. Soit la ligne est activée,

Plus en détail

Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN

Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN Table des matières. Introduction....3 Mesures et incertitudes en sciences physiques

Plus en détail

Complément d information concernant la fiche de concordance

Complément d information concernant la fiche de concordance Sommaire SAMEDI 0 DÉCEMBRE 20 Vous trouverez dans ce dossier les documents correspondants à ce que nous allons travailler aujourd hui : La fiche de concordance pour le DAEU ; Page 2 Un rappel de cours

Plus en détail

Bien lire l énoncé 2 fois avant de continuer - Méthodes et/ou Explications Réponses. Antécédents d un nombre par une fonction

Bien lire l énoncé 2 fois avant de continuer - Méthodes et/ou Explications Réponses. Antécédents d un nombre par une fonction Antécédents d un nombre par une fonction 1) Par lecture graphique Méthode / Explications : Pour déterminer le ou les antécédents d un nombre a donné, on trace la droite (d) d équation. On lit les abscisses

Plus en détail

FctsAffines.nb 1. Mathématiques, 1-ère année Edition 2007-2008. Fonctions affines

FctsAffines.nb 1. Mathématiques, 1-ère année Edition 2007-2008. Fonctions affines FctsAffines.nb 1 Mathématiques, 1-ère année Edition 2007-2008 Fonctions affines Supports de cours de mathématiques de degré secondaire II, lien hpertete vers la page mère http://www.deleze.name/marcel/sec2/inde.html

Plus en détail

Continuité d une fonction de plusieurs variables

Continuité d une fonction de plusieurs variables Chapitre 2 Continuité d une fonction de plusieurs variables Maintenant qu on a défini la notion de limite pour des suites dans R n, la notion de continuité s étend sans problème à des fonctions de plusieurs

Plus en détail

Baccalauréat L spécialité, Métropole et Réunion, 19 juin 2009 Corrigé.

Baccalauréat L spécialité, Métropole et Réunion, 19 juin 2009 Corrigé. Baccalauréat L spécialité, Métropole et Réunion, 19 juin 2009 Corrigé. L usage d une calculatrice est autorisé Durée : 3heures Deux annexes sont à rendre avec la copie. Exercice 1 5 points 1_ Soit f la

Plus en détail

Fiche PanaMaths Calculs avec les fonctions sous Xcas

Fiche PanaMaths Calculs avec les fonctions sous Xcas Fiche PanaMaths Calculs avec les fonctions sous Xcas Cette fiche destinée aux élèves des classes de Terminale requiert un premier niveau de connaissance du logiciel Xcas. Définition d une fonction Fonctions

Plus en détail

Quelques tests de primalité

Quelques tests de primalité Quelques tests de primalité J.-M. Couveignes (merci à T. Ezome et R. Lercier) Institut de Mathématiques de Bordeaux & INRIA Bordeaux Sud-Ouest Jean-Marc.Couveignes@u-bordeaux.fr École de printemps C2 Mars

Plus en détail

La Clé informatique. Formation Excel XP Aide-mémoire

La Clé informatique. Formation Excel XP Aide-mémoire La Clé informatique Formation Excel XP Aide-mémoire Septembre 2005 Table des matières Qu est-ce que le logiciel Microsoft Excel?... 3 Classeur... 4 Cellule... 5 Barre d outil dans Excel...6 Fonctions habituelles

Plus en détail

Maple: premiers calculs et premières applications

Maple: premiers calculs et premières applications TP Maple: premiers calculs et premières applications Maple: un logiciel de calcul formel Le logiciel Maple est un système de calcul formel. Alors que la plupart des logiciels de mathématiques utilisent

Plus en détail

Date : 18.11.2013 Tangram en carré page

Date : 18.11.2013 Tangram en carré page Date : 18.11.2013 Tangram en carré page Titre : Tangram en carré Numéro de la dernière page : 14 Degrés : 1 e 4 e du Collège Durée : 90 minutes Résumé : Le jeu de Tangram (appelé en chinois les sept planches

Plus en détail

Chapitre VI - Méthodes de factorisation

Chapitre VI - Méthodes de factorisation Université Pierre et Marie Curie Cours de cryptographie MM067-2012/13 Alain Kraus Chapitre VI - Méthodes de factorisation Le problème de la factorisation des grands entiers est a priori très difficile.

Plus en détail

Probabilités sur un univers fini

Probabilités sur un univers fini [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 7 août 204 Enoncés Probabilités sur un univers fini Evènements et langage ensembliste A quelle condition sur (a, b, c, d) ]0, [ 4 existe-t-il une probabilité P sur

Plus en détail

Introduction. Mathématiques Quantiques Discrètes

Introduction. Mathématiques Quantiques Discrètes Mathématiques Quantiques Discrètes Didier Robert Facultés des Sciences et Techniques Laboratoire de Mathématiques Jean Leray, Université de Nantes email: v-nantes.fr Commençons par expliquer le titre.

Plus en détail

6. Les différents types de démonstrations

6. Les différents types de démonstrations LES DIFFÉRENTS TYPES DE DÉMONSTRATIONS 33 6. Les différents types de démonstrations 6.1. Un peu de logique En mathématiques, une démonstration est un raisonnement qui permet, à partir de certains axiomes,

Plus en détail

I. Ensemble de définition d'une fonction

I. Ensemble de définition d'une fonction Chapitre 2 Généralités sur les fonctions Fonctions de références et fonctions associées Ce que dit le programme : Étude de fonctions Fonctions de référence x x et x x Connaître les variations de ces deux

Plus en détail

La persistance des nombres

La persistance des nombres regards logique & calcul La persistance des nombres Quand on multiplie les chiffres d un nombre entier, on trouve un autre nombre entier, et l on peut recommencer. Combien de fois? Onze fois au plus...

Plus en détail

Pour l épreuve d algèbre, les calculatrices sont interdites.

Pour l épreuve d algèbre, les calculatrices sont interdites. Les pages qui suivent comportent, à titre d exemples, les questions d algèbre depuis juillet 003 jusqu à juillet 015, avec leurs solutions. Pour l épreuve d algèbre, les calculatrices sont interdites.

Plus en détail

Précision d un résultat et calculs d incertitudes

Précision d un résultat et calculs d incertitudes Précision d un résultat et calculs d incertitudes PSI* 2012-2013 Lycée Chaptal 3 Table des matières Table des matières 1. Présentation d un résultat numérique................................ 4 1.1 Notations.........................................................

Plus en détail

ANNUITES. Les annuités définissent une suite de versements identiques ou non effectués à intervalles de temps égaux. -annuités non constantes

ANNUITES. Les annuités définissent une suite de versements identiques ou non effectués à intervalles de temps égaux. -annuités non constantes ANNUITES I Notions d annuités a.définition Les annuités définissent une suite de versements identiques ou non effectués à intervalles de temps égaux. Le processus de versements dépend du montant de l annuité,

Plus en détail

Rappels sur les suites - Algorithme

Rappels sur les suites - Algorithme DERNIÈRE IMPRESSION LE 14 septembre 2015 à 12:36 Rappels sur les suites - Algorithme Table des matières 1 Suite : généralités 2 1.1 Déition................................. 2 1.2 Exemples de suites............................

Plus en détail

Synthèse «Le Plus Grand Produit»

Synthèse «Le Plus Grand Produit» Introduction et Objectifs Synthèse «Le Plus Grand Produit» Le document suivant est extrait d un ensemble de ressources plus vastes construites par un groupe de recherche INRP-IREM-IUFM-LEPS. La problématique

Plus en détail

Fonctions homographiques

Fonctions homographiques Seconde-Fonctions homographiques-cours Mai 0 Fonctions homographiques Introduction Voir le TP Géogébra. La fonction inverse. Définition Considérons la fonction f définie par f() =. Alors :. f est définie

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre

Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre IUFM du Limousin 2009-10 PLC1 Mathématiques S. Vinatier Rappels de cours Fonctions de plusieurs variables, intégrales multiples, et intégrales dépendant d un paramètre 1 Fonctions de plusieurs variables

Plus en détail

Définitions. Numéro à préciser. (Durée : )

Définitions. Numéro à préciser. (Durée : ) Numéro à préciser (Durée : ) On étudie dans ce problème l ordre lexicographique pour les mots sur un alphabet fini et plusieurs constructions des cycles de De Bruijn. Les trois parties sont largement indépendantes.

Plus en détail

Développements limités, équivalents et calculs de limites

Développements limités, équivalents et calculs de limites Développements ités, équivalents et calculs de ites Eercice. Déterminer le développement ité en 0 à l ordre n des fonctions suivantes :. f() e (+) 3 n. g() sin() +ln(+) n 3 3. h() e sh() n 4. i() sin(

Plus en détail

Les indices à surplus constant

Les indices à surplus constant Les indices à surplus constant Une tentative de généralisation des indices à utilité constante On cherche ici en s inspirant des indices à utilité constante à définir un indice de prix de référence adapté

Plus en détail

UEO11 COURS/TD 1. nombres entiers et réels codés en mémoire centrale. Caractères alphabétiques et caractères spéciaux.

UEO11 COURS/TD 1. nombres entiers et réels codés en mémoire centrale. Caractères alphabétiques et caractères spéciaux. UEO11 COURS/TD 1 Contenu du semestre Cours et TDs sont intégrés L objectif de ce cours équivalent a 6h de cours, 10h de TD et 8h de TP est le suivant : - initiation à l algorithmique - notions de bases

Plus en détail

Fonction inverse Fonctions homographiques

Fonction inverse Fonctions homographiques Fonction inverse Fonctions homographiques Année scolaire 203/204 Table des matières Fonction inverse 2. Définition Parité............................................ 2.2 Variations Courbe représentative...................................

Plus en détail

EVALUATIONS MI-PARCOURS CM2

EVALUATIONS MI-PARCOURS CM2 Les enseignants de CM2 de la circonscription de METZ-SUD proposent EVALUATIONS MI-PARCOURS CM2 Mathématiques Livret enseignant NOMBRES ET CALCUL Circonscription de METZ-SUD Page 1 Séquence 1 : Exercice

Plus en détail

Fonctions de plusieurs variables

Fonctions de plusieurs variables Module : Analyse 03 Chapitre 00 : Fonctions de plusieurs variables Généralités et Rappels des notions topologiques dans : Qu est- ce que?: Mathématiquement, n étant un entier non nul, on définit comme

Plus en détail

Taux d évolution moyen.

Taux d évolution moyen. Chapitre 1 Indice Taux d'évolution moyen Terminale STMG Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Indice simple en base 100. Passer de l indice au taux d évolution, et réciproquement.

Plus en détail

Eteindre. les. lumières MATH EN JEAN 2013-2014. Mme BACHOC. Elèves de seconde, première et terminale scientifiques :

Eteindre. les. lumières MATH EN JEAN 2013-2014. Mme BACHOC. Elèves de seconde, première et terminale scientifiques : MTH EN JEN 2013-2014 Elèves de seconde, première et terminale scientifiques : Lycée Michel Montaigne : HERITEL ôme T S POLLOZE Hélène 1 S SOK Sophie 1 S Eteindre Lycée Sud Médoc : ROSIO Gauthier 2 nd PELGE

Plus en détail

Exercices de dénombrement

Exercices de dénombrement Exercices de dénombrement Exercice En turbo Pascal, un entier relatif (type integer) est codé sur 6 bits. Cela signifie que l'on réserve 6 cases mémoires contenant des "0" ou des "" pour écrire un entier.

Plus en détail

Chapitre 2. Eléments pour comprendre un énoncé

Chapitre 2. Eléments pour comprendre un énoncé Chapitre 2 Eléments pour comprendre un énoncé Ce chapitre est consacré à la compréhension d un énoncé. Pour démontrer un énoncé donné, il faut se reporter au chapitre suivant. Les tables de vérité données

Plus en détail

Exercices - Nombres complexes : corrigé. Formes algébriques et trigonométriques, module et argument

Exercices - Nombres complexes : corrigé. Formes algébriques et trigonométriques, module et argument Formes algébriques et trigonométriques, module et argument Exercice - - L/Math Sup - On multiplie le dénominateur par sa quantité conjuguée, et on obtient : Z = 4 i 3 + i 3 i 3 = 4 i 3 + 3 = + i 3. Pour

Plus en détail

Probabilités sur un univers fini

Probabilités sur un univers fini [http://mp.cpgedupuydelome.fr] édité le 10 août 2015 Enoncés 1 Proailités sur un univers fini Evènements et langage ensemliste A quelle condition sur (a,, c, d) ]0, 1[ 4 existe-t-il une proailité P sur

Plus en détail

Proposition de programmes de calculs en mise en train

Proposition de programmes de calculs en mise en train Proposition de programmes de calculs en mise en train Programme 1 : Je choisis un nombre, je lui ajoute 1, je calcule le carré du résultat, je retranche le carré du nombre de départ. Essai-conjecture-preuve.

Plus en détail

Chapitre 2. Matrices

Chapitre 2. Matrices Département de mathématiques et informatique L1S1, module A ou B Chapitre 2 Matrices Emmanuel Royer emmanuelroyer@mathuniv-bpclermontfr Ce texte mis gratuitement à votre disposition a été rédigé grâce

Plus en détail

Continuité et dérivabilité d une fonction

Continuité et dérivabilité d une fonction DERNIÈRE IMPRESSIN LE 7 novembre 014 à 10:3 Continuité et dérivabilité d une fonction Table des matières 1 Continuité d une fonction 1.1 Limite finie en un point.......................... 1. Continuité

Plus en détail

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme

Chapitre 3. Quelques fonctions usuelles. 1 Fonctions logarithme et exponentielle. 1.1 La fonction logarithme Chapitre 3 Quelques fonctions usuelles 1 Fonctions logarithme et eponentielle 1.1 La fonction logarithme Définition 1.1 La fonction 7! 1/ est continue sur ]0, +1[. Elle admet donc des primitives sur cet

Plus en détail

Etude de fonctions: procédure et exemple

Etude de fonctions: procédure et exemple Etude de fonctions: procédure et exemple Yves Delhaye 8 juillet 2007 Résumé Dans ce court travail, nous présentons les différentes étapes d une étude de fonction à travers un exemple. Nous nous limitons

Plus en détail

Soit la fonction affine qui, pour représentant le nombre de mois écoulés, renvoie la somme économisée.

Soit la fonction affine qui, pour représentant le nombre de mois écoulés, renvoie la somme économisée. ANALYSE 5 points Exercice 1 : Léonie souhaite acheter un lecteur MP3. Le prix affiché (49 ) dépasse largement la somme dont elle dispose. Elle décide donc d économiser régulièrement. Elle a relevé qu elle

Plus en détail

Sommaire de la séquence 8

Sommaire de la séquence 8 Sommaire de la séquence 8 Séance 1........................................................................................................ Je prends un bon départ.......................................................................................

Plus en détail

IMAGES NUMÉRIQUES MATRICIELLES EN SCILAB

IMAGES NUMÉRIQUES MATRICIELLES EN SCILAB IMAGES NUMÉRIQUES MATRICIELLES EN SCILAB Ce document, écrit par des animateurs de l IREM de Besançon, a pour objectif de présenter quelques unes des fonctions du logiciel Scilab, celles qui sont spécifiques

Plus en détail

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite

Suites numériques 3. 1 Convergence et limite d une suite Suites numériques 3 1 Convergence et limite d une suite Nous savons que les termes de certaines suites s approchent de plus en plus d une certaine valeur quand n augmente : par exemple, les nombres u n

Plus en détail

B = A = B = A = B = A = B = A = Recopier sur la copie chaque expression numérique et la réponse exacte. Réponse A Réponse B Réponse C Solution

B = A = B = A = B = A = B = A = Recopier sur la copie chaque expression numérique et la réponse exacte. Réponse A Réponse B Réponse C Solution Q.C.M. Recopier sur la copie chaque expression numérique et la réponse exacte. Réponse A Réponse B Réponse C Solution Exercice 1 On considère les trois nombres A, B et C : 2 x (60 5 x 4 ²) (8 15) Calculer

Plus en détail

Logiciel de Base. I. Représentation des nombres

Logiciel de Base. I. Représentation des nombres Logiciel de Base (A1-06/07) Léon Mugwaneza ESIL/Dépt. Informatique (bureau A118) mugwaneza@univmed.fr I. Représentation des nombres Codage et représentation de l'information Information externe formats

Plus en détail

UNE EXPERIENCE, EN COURS PREPARATOIRE, POUR FAIRE ORGANISER DE L INFORMATION EN TABLEAU

UNE EXPERIENCE, EN COURS PREPARATOIRE, POUR FAIRE ORGANISER DE L INFORMATION EN TABLEAU Odile VERBAERE UNE EXPERIENCE, EN COURS PREPARATOIRE, POUR FAIRE ORGANISER DE L INFORMATION EN TABLEAU Résumé : Cet article présente une réflexion sur une activité de construction de tableau, y compris

Plus en détail

Primaire. analyse a priori. Lucie Passaplan et Sébastien Toninato 1

Primaire. analyse a priori. Lucie Passaplan et Sébastien Toninato 1 Primaire l ESCALIER Une activité sur les multiples et diviseurs en fin de primaire Lucie Passaplan et Sébastien Toninato 1 Dans le but d observer les stratégies usitées dans la résolution d un problème

Plus en détail

RÉALISATION DE GRAPHIQUES AVEC OPENOFFICE.ORG 2.3

RÉALISATION DE GRAPHIQUES AVEC OPENOFFICE.ORG 2.3 RÉALISATION DE GRAPHIQUES AVEC OPENOFFICE.ORG 2.3 Pour construire un graphique : On lance l assistant graphique à l aide du menu Insérer è Diagramme en ayant sélectionné au préalable une cellule vide dans

Plus en détail

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer

Exercices - Fonctions de plusieurs variables : corrigé. Pour commencer Pour commencer Exercice 1 - Ensembles de définition - Première année - 1. Le logarithme est défini si x + y > 0. On trouve donc le demi-plan supérieur délimité par la droite d équation x + y = 0.. 1 xy

Plus en détail

Raisonnement par récurrence Suites numériques

Raisonnement par récurrence Suites numériques Chapitre 1 Raisonnement par récurrence Suites numériques Terminale S Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Raisonnement par récurrence. Limite finie ou infinie d une suite.

Plus en détail

3 ème 2 DÉVELOPPEMENT FACTORISATIONS ET IDENTITÉS REMARQUABLES 1/5 1 - Développements

3 ème 2 DÉVELOPPEMENT FACTORISATIONS ET IDENTITÉS REMARQUABLES 1/5 1 - Développements 3 ème 2 DÉVELOPPEMENT FACTORISATIONS ET IDENTITÉS REMARQUABLES 1/5 1 - Développements Développer une expression consiste à transformer un produit en une somme Qu est-ce qu une somme? Qu est-ce qu un produit?

Plus en détail

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications

Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010. Applications Université Paris-Dauphine DUMI2E 1ère année, 2009-2010 Applications 1 Introduction Une fonction f (plus précisément, une fonction réelle d une variable réelle) est une règle qui associe à tout réel x au

Plus en détail

3 Approximation de solutions d équations

3 Approximation de solutions d équations 3 Approximation de solutions d équations Une équation scalaire a la forme générale f(x) =0où f est une fonction de IR dans IR. Un système de n équations à n inconnues peut aussi se mettre sous une telle

Plus en détail

Formules et Approches Utilisées dans le Calcul du Coût Réel

Formules et Approches Utilisées dans le Calcul du Coût Réel Formules et Approches Utilisées dans le Calcul du Coût Réel Objectifs du Taux Annuel Effectif Global (TAEG) et du Taux d Intérêt Effectif (TIE) Le coût réel d un crédit inclut non seulement l intérêt,

Plus en détail

Limites finies en un point

Limites finies en un point 8 Limites finies en un point Pour ce chapitre, sauf précision contraire, I désigne une partie non vide de R et f une fonction définie sur I et à valeurs réelles ou complees. Là encore, les fonctions usuelles,

Plus en détail