Mise au point. Dossier. Zoom. Moi, mon diabète, mon entourage. Observance aux règles d hygiène de vie et au traitement

Save this PDF as:
Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mise au point. Dossier. Zoom. www.magpatients.org. Moi, mon diabète, mon entourage. Observance aux règles d hygiène de vie et au traitement"

Transcription

1 Mise au point Moi, mon diabète, mon entourage Dossier Observance aux règles d hygiène de vie et au traitement Zoom Le diabète des populations africaines et nord-africaines Informations communiquées en collaboration avec

2 Mise au point 04 Sommaire 3 Editorial 4 Mise au point Moi, mon diabète, mon entourage 6 Témoignage Rémi, une graine de champion! 7 Dossier Observance aux règles d hygiène de vie et au traitement 10 Enquête Activité physique, les lauriers de la lutte 12 En savoir plus La prise en charge du patient par les professionnels de santé 14 Zoom Le diabète des populations africaines et nord-africaines 15 Focus La légende de «sous le 7» Dossier 07 Zoom Directeur de la publicitation Daniel Rodriguez Directeur département communication santé Frédérique Jeske Chef de projet Emmanuelle Gérard Gestion éditoriale et administration Brigitte Delort 14 Rédactrice en chef Astrid Charlery Directeur des ventes Diabétologie Mare-Pierre Cancel Publicité Magpatients Photographies Getty images, Fotolia Conception graphique Courant d Idées Retrouvez Magpatients sur Internet : Ce magazine gratuit a été édité à exemplaires. Imprimé en France par Imprimerie de Champagne, Langres (52) Dépot légal : Novembre 2009 ISSN : Elsevier Masson SAS ; Tous droits réservés. Edité par Elsevier Masson SAS, Société par actions simplifiée au capital de RCS Nanterre B Siège social : 62, rue Camille Desmoulins, Issy-les-Moulineaux. Actionnaire unique : Elsevier Holding France Une collection du département Communication Santé Elsevier Masson

3 La prévention des complications liées au diabète nécessite une normalisation du taux d hémoglobine glyquée dans la majorité des cas inférieur à 7 % *. C est grâce à une prise en charge globale et coordonnée des professionnels de santé de proximité, à l information, l éducation et l accompagnement des patients, pour les rendre acteurs de leur santé, que l on peut prévenir les complications. Souhaitons que cette édition spéciale de MAGPATIENTS, combinée aux actions de proximité menées par l Association Française des Diabétiques et à la campagne de sensibilisation grand public «sous le 7» en partenariat avec sanofi-aventis France, participe à cette dynamique d information, d éducation et d accompagnement du patient. Gérard Raymond Président de l Association Française des Diabétiques * Cet objectif d HbA1c peut être différent selon les patients. 3

4 Mise au point Moi, mon diabète, mon entourage > L annonce d un diabète dans une famille suscite des questionnements. Chacun a un rôle à jouer dans l accompagnement du patient mais ce dernier reste l acteur principal. La prise en charge du diabète repose sur un suivi de règles hygiéno-diététiques (équilibre alimentaire, activité physique régulière), un bon respect de l ordonnance et une compréhension de la maladie. Ces changements ne se font pas facilement et le maillage familial est un atout pour faciliter l évolution des comportements. S entraider, c est s informer, se parler, être solidaire L apprentissage de la maladie peut s élaborer au sein de services hospitaliers et de réseaux. On y propose des ateliers d éducation, sur la diététique, l activité physique ou sur la gestion de son traitement. On y favorise les échanges avec des professionnels pour améliorer la prise en charge. «Le réseau Paris Diabète sert d interface entre la ville et l hôpital. Il fédère ainsi son activité d éducation 4 >

5 Mise au point thérapeutique en réunissant les personnes dans des ateliers de 1h30 animés par des professionnels de santé, explique la Directrice, Claire Suzanne- Lamarre. Nous assurons un suivi psycho-médico-social». Les patients se rencontrent et échangent, ce qui leur permet d envisager la pathologie autrement. Le patient rentre à son domicile mieux informé et se fait le relais des informations auprès de ses proches. Les associations de patients comme l Association Française des Diabétiques qui fédère l ensemble des associations régionales peuvent être le relais de la famille : réunion d information où l on peut venir en couple, ateliers ou activités sur la diététique et dialogue patient à patient. Enfin, le médecin reste le pilier principal dans la prise en charge de la maladie, de l annonce diagnostique au suivi du patient. Le fossé diététique se réduit Dans la vie quotidienne, les repas avec une personne diabétique ne doivent être ni à l origine de conflit ni source d isolement. D ailleurs, leur régime est passé à un modèle alimentaire proche de ce qui est recommandé par le PNNS* aux personnes non-diabétiques. Si les principes culturels nutritionnels sont ancrés dans les mentalités, l action et la motivation familiale facilitent l adaptation. «Ma femme m aide beaucoup, explique Jean Claude, jeune diabétique de 54 ans, car c est elle qui fait les courses, la cuisine. Elle fait aussi attention à ne pas me tenter en remplissant le réfrigérateur. Elle remplace souvent le fromage que je mangeais en trop grande quantité par un yaourt allégé». Maryse, sa femme s est engagée dans l accompagnement de son mari après la visite recommandée chez la diététicienne. Elle suit ses conseils : «J ai appris à cuisiner différemment. Je fais attention aux quantités, aux portions et à la répartition dans l assiette». Les habitudes alimentaires du couple ont évolué, une alimentation adaptée et équilibrée est privilégiée. Partager c est aussi se donner les moyens d agir La solidarité familiale va plus loin que l accompagnement de l évolution des comportements alimentaires, elle peut jouer le rôle de dépistage, voire de signal d alarme. Ainsi, il est important que les membres de la famille restent vigilants devant des symptômes d un diabète tels qu une polyurie une envie fréquente d uriner et une polydipsie une soif excessive. Par ailleurs pour les membres de la famille, connaître et identifier les signes annonciateurs d une hypoglycémie, comme un changement d attitude ou d humeur peut sauver la vie ; Il en est de même de la connaissance de la conduite à tenir face à une personne qui fait un malaise hypoglycémique. Enfin, l éducation du jeune diabétique et de sa famille est essentielle pour limiter les complications. Il est important de faire circuler les informations. Reste à trouver le bon équilibre, se laisser accompagner ou accompagner sans devenir ni trop pressant, ni désinvolte! *PNNS Plan National Nutrition Santé 95 % des soins du diabétique à domicile sont pris en charge par la personne ou son entourage. Pour en savoir plus Site d information des patients diabétiques et de leur entourage Association Française des Diabétiques Association des Jeunes Diabétiques Plan National Nutrition Santé 5

6 Témoignage > Rémi a juste 18 ans. Il a passé son bac en juin 2009 et est classé quatrième au championnat de France de BMX, catégorie des 17/18 ans. Il a été diagnostiqué diabétique de type 1, il y a deux ans. Rémi, appartenez vous à une association de patients? Oui, j ai adhéré à l Association Française des Diabétiques* dès le diagnostic de mon diabète de type 1 à 16 ans. Comment vous êtes vous informé sur le diabète et le vôtre en particulier? L annonce a été brutale. J étais souvent très fatigué et j avais également souvent envie de boire. Une consultation médicale et des résultats sanguins m ont expédié directement à l hôpital. Une fois le diabète équilibré, le danger s éloignant, on m a gardé en observation une semaine. Là, le médecin et les infirmières m ont renseigné sur la maladie, afin de me rendre autonome le plus vite possible. Les infirmières m ont appris à me piquer pour mon contrôle glycémique, ça c est facile et rapide. Pour les injections d insuline, j avais peur... Elles m ont rassuré. Ma grande panique, c était de savoir si je n allais pas être coupé dans mon élan sportif. Pratiquant le BMX à un haut niveau, je pensais devoir abandonner. Le médecin au contraire, m a soutenu et encouragé. Depuis, il me suit 5 à 6 fois par an et nous échangeons souvent des s où il me tient au courant de l avancée précise des nouvelles technologies concernant le diabète : je pense que très bientôt je vais passer à la pompe à insuline. Enfin ma dernière source d information, c est la revue de l AFD, «Equilibre» qui pointe du doigt des phénomènes de société comme la discrimination dans le travail pour les diabétiques ou les aides qu ils peuvent obtenir. Comment votre famille et votre entourage ont géré l annonce de votre diabète? Je suis le seul diabétique dans ma famille, peut-être un arrière grand-père... L essentiel de l information sur ma maladie, c est moi qui la donne à mon entourage. Ma mère, au moment de l annonce du diagnostic a été cependant conseillée par les diététiciennes et infirmières de l hôpital. A la maison, maintenant tout le monde mange des plats plus équilibrés, c est parfait! Je suis pensionnaire en sport étude, aussi un médecin sportif qui nous encadre a organisé une petite conférence pour tous les élèves. Une infirmière du service de diabétologie était là aussi. Pour ma part, j étais sous les feux des projecteurs, j ai expliqué et ne souffre d aucune discrimination. Côté restauration collective, j ai discuté avec les cuisiniers et la diététicienne du centre. Je n ai pas eu à bouleverser mon régime alimentaire car je suis un grand sportif et nous sommes bien accompagnés à ce niveau. Mais je fais attention à ce que je mange par rapport à mon activité physique. Pour en savoir plus Site d information des patients diabétiques et de leur entourage * Association Française des Diabétiques 6 >

7 Dossier Observance aux règles d hygiène de vie et au traitement > Le diabète est mieux géré lorsque la maladie est bien acceptée et le traitement bien suivi. Cette démarche passe par une vraie éducation thérapeutique et une concordance entre la prescription du médecin et son suivi par le patient, c est ce qu on nomme l observance, source d autonomie. L observance médicamenteuse ne suffit pas dans la prise en charge du diabète. Le terme observance englobe également la prescription diététique et l exercice physique. L équilibre du diabète dépend de la qualité de l observance, qu elle soit médicamenteuse ou non. D où l importance de la part éducative dans la prise en charge du diabétique de type 1 ou 2. S éduquer Le thème principal de la Journée Mondiale du Diabète pour la période est «Education et Prévention». La campagne invite tous les acteurs à comprendre la maladie et à en prendre le contrôle. Pour les patients, il s agit d un message d émancipation par l éducation. Pour les gouvernements, ce thème vise à l implémentation de stratégies et de politiques efficaces de contrôle afin de préserver HORS-SERIE N > 7

8 la santé des citoyens atteints ou à risque. Pour les professionnels de la santé, il s agit d un appel à améliorer les connaissances afin que les recommandations sur le diabète soient mises en pratique. Pour le public, il s agit de comprendre l importance de l impact du diabète. S approprier la maladie Certains patients au moment du diagnostic peuvent basculer dans le déni de la maladie. Pas de douleur, pas ou peu de symptômes. C est le cas de Jean-Claude (voir article : Mise au point) dont on peut lire aussi le témoignage sur le site Jean Claude s est petit à petit intéressé à sa pathologie pour mieux la soigner. «Ce n est que quelques temps après mon diagnostic, que j ai voulu comprendre cette maladie... Je voulais en savoir plus et mon médecin m a adressé au centre de diabétologie où je vais encore aujourd hui ( ). Je suis maintenant convaincu qu il est important d avoir le plus d informations possibles sur sa maladie... Cela m a permis de comprendre l intérêt de me traiter...». Pour le médecin, la mise en place du traitement nécessite d éduquer plus particulièrement le patient à respecter la prescription et le bon usage du médicament, à contacter un médecin en cas de difficultés ou d effets secondaires pour adapter le traitement. Il lui enseigne la gestion des hypoglycémies et l autosurveillance glycémique. D ailleurs, dans le diabète (de type 2), l auto-surveillance glycémique peut s avérer utile comme instrument de sensibilisation et d éducation, permettant d apprécier l effet de l activité physique et de l alimentation mais aussi d aider au choix thérapeutique. L infirmière formée à l éducation peut également être l éducatrice thérapeutique. Elle a acquis des compétences spécifiques ; elle écoute, répond et rassure. Quand la maladie évolue, que les traitements doivent changer, l infirmière a aussi un rôle à jouer. Elle reste disponible pour écouter et soutenir le malade et sa famille. Un cycle perpétuel pour faire face à une maladie chronique. Gildas, diabétique de type 1 raconte sur le site : «Tout est possible si l on respecte 8 >

9 Dossier les règles de base. Je pense réellement qu en se prenant en charge on peut vivre pleinement Avoir un diabète équilibré, c est se sentir mieux au quotidien. Et ça c est du concret! C est mon diabétologue qui m a aidé à mieux comprendre ma maladie et ses enjeux!». Se donner des repères Outre les objectifs fixés, l appréciation chiffrée d une glycémie, le suivi et l encouragement à la perte de poids, le patient possède d autres outils pour faciliter l observance. Les Maisons du diabète, les réseaux de santé diabète ou les associations de patients sont des lieux de rencontre entre patients et professionnels de santé. En accès libre, les maisons du diabète, par exemple, permettent d avoir des entretiens gratuits et personnalisés avec des infirmières et des diététiciennes. Ces Maisons sont là pour épauler le patient diabétique lors de ses démarches médicales, administratives ou personnelles, elles sont de véritable centre d information. Elles sont un moyen pour le patient de se motiver, d entendre des messages adaptés et personnalisés, d échanger avec une équipe interdisciplinaire de proximité. Les réseaux proposent aussi des activités et ateliers diététiques ou de podologie qui sont autant d outils pour activer le suivi et faciliter l observance. Le magazine du diabète solidaire Tous les 2 mois, informe, accompagne, conseille. Tout savoir sur l actualité du diabète. Tout savoir sur les nouveaux traitements et l actualité de la Recherche. Tout savoir sur les événements nationaux, régionaux et les activités près de chez vous. Et aussi : Des témoignages de vie Des fiches pratiques de diététiques, de recettes et d activités physiques Bulletin d abonnement à compléter et à retourner à : AFD - Abonnements - 88, rue de la Roquette Paris Cedex 11 Oui, je veux recevoir un numéro d Equilibre gratuitement pour découvrir la revue Oui, je profite de l offre d abonnement pour 1 an soit 6 n au tarif de 28 au lieu de 36 Oui, je profite de l offre d abonnement pour 2 ans soit 12 n au tarif de 48 au lieu de 72 Mme Mlle M. Nom : Prénom : Adresse : Code Postal : Ville : Tél. : Je choisis de régler mon abonnement par : Chèque bancaire Chèque postal à l ordre de l Association Française des Diabétiques. ou par Carte bancaire : CB Visa Mastercard N : I I I I I I I I I I I I I I I I I Date d expiration : I I I I I 3 derniers chiffres au verso de votre carte : I I I I Date et signature obligatoires SANOFI09 Informations nominatives : Les informations recueillies par l AFD relatives à l adhérent et à l abonné bénéfi cient de la protection de la loi Informatique et Libertés n du 6 janvier Elles pourront donner lieu à l exercice du droit individuel d accès, de rectifi cation ou d opposition par courrier auprès de l AFD (88, rue de la Roquette, Paris cedex 11) dans les conditions prévues par la délibération CNIL n du 1 er avril Par ailleurs, l AFD et le réseau d associations fédérées se réserve le droit d utiliser et/ou de communiquer les informations concernant l adhérent à des instituts de sondage, d étude de marché et/ou à des personnes physiques ou morales, sociétés, ou associations partenaires dans le cadre d opérations. Si vous ne le souhaitez pas, cochez la case HORS-SERIE N > 9

10 Enquête Activité physique, les lauriers de la lutte > L activité physique a des effets bénéfiques sur l organisme et réduit les risques de développer d autres maladies. L activité physique régulière permet de diminuer la pression artérielle et le risque d hypertension artérielle, ainsi que le risque de survenue d un diabète de type 2 ; elle améliore le profil lipidique, la sensibilité à l insuline et atténue la prise de poids liée à l âge. Certains de ces effets bénéfiques sont très transitoires ce qui indique l impor- «Le sport ne se prescrit pas il se propose» tance de pratiquer l activité physique de façon régulière. Les résultats sur le diabète peuvent être marqués mais il faut être régulier dans la pratique : «Aujourd hui, je fais au minimum 30 mn de vélo d appartement quotidiennement et je complète selon les jours soit par des abdos ou de la musculation, des claquettes, de la gymnastique et de la marche le week-end, raconte avec enthousiasme Frédérique, assistante de direction. Ma motivation de départ, il y a 4 ans, outre un diabète et une obésité bien installée qu il fallait réduire, c était l arrivée de ma petite fille. Je voulais pouvoir être active avec elle. Aujourd hui, j éprouve un besoin naturel de pratiquer cette activité physique, je ressens en plus un vrai bien être». Diabète 1 et diabète 2, sport pour tous! Une activité physique même de faible intensité contribue à améliorer l équilibre du diabète de type 2, c est une partie Témoignage, Yves, diabétique et sportif confirmé Quelle place le sport tient-il dans la gestion de votre diabète? J avais 49 ans quand on a diagnostiqué mon diabète. Comme j étais déjà sportif, on m a expliqué que la régularité de l activité sportive ne pouvait qu être bénéfique pour ma maladie. Je fais des marathons, du vélo avec des entraînements préparatifs à des épreuves, je surveille ma glycémie plusieurs fois par jour et prend régulièrement mon traitement. Le diabète m a appris à mieux me connaître et connaître mon organisme. Ainsi je suis sensible aux tous premiers symptômes précurseurs d une hypoglycémie, alors j emporte toujours avec moi mon lecteur de glycémie et quelques morceaux de sucre pour être capable de réagir et rééquilibrer ma glycémie. 10 >

11 Enquête importante du traitement. Marcher régulièrement est vivement recommandé. La gymnastique douce est également très bénéfique, autant pour le diabète que pour la souplesse des articulations. Ensuite on peut choisir des activités plus intenses, mais au préalable, il faut en parler avec son médecin traitant. Dans un contexte de diabète de type 2, c est plus souvent le bien-être et le bénéfice général qui est visé (ex. : la réconciliation avec le corps...). On envisage l activité dans la prudence, la progression comme un outil thérapeutique et la banalisation de l activité dans la vie de tous les jours. Dans le diabète de type 1 qui touche les sujets plus jeunes, le sport peut représenter un attrait supplémentaire de part la compétition, en visant autonomie et performances. Pour en savoir plus Site d information des patients diabétiques et de leur entourage Diabète de type 2 et activité physique 3 questions au Dr Said Bekka, diabétologue à Chartres. Quels sont les effets du sport sur le diabète, le système cardiovasculaire, le moral? L activité sportive améliore l équilibre glycémique, réduit la résistance à l insuline et diminue les graisses autour des viscères. L activité diminue aussi la pression artérielle, améliore le profil lipidique et le bon cholestérol en diminuant les triglycérides. Par ailleurs, associée à un bon équilibre alimentaire, l activité physique pérennise la perte de poids. Enfin sur le moral et l humeur, elle a un effet positif car elle renforce l estime de soi. Y a-t-il des dangers à pratiquer une activité physique au sein d un club avec des non diabétiques? Il n y a pas de danger, seulement le diabétique peut faire un malaise hypoglycémique. L entourage doit être au courant, car les symptômes du malaise sont souvent cachés par la fatigue de l effort. Certaines activités sportives plus solitaires type parachutisme ou planche à voile, ne sont pas recommandées et doivent être discutées avec son médecin traitant. Est-ce possible de passer de l activité physique au sport pour un diabétique? Oui, passer de l activité physique au sport est possible chez certains patients. Le patient diabétique doit être bien suivi, bien encadré, bien équilibré. Certains champions olympiques sont diabétiques. Comment passer de l activité physique vers une pratique sportive régulière? Les deux partenaires l Association Française des Diabétiques et la Fédération Française Sports pour tous unissent leur savoir faire afin de faciliter l accès aux loisirs sportifs en toute sécurité. De ce fait, les personnes diabétiques désireuses d améliorer leur condition physique peuvent se tourner vers les clubs Sports pour tous et/ou être accompagnés par les associations locales de l AFD. Aujourd hui, une «passerelle» nommée Diabetaction peut également être proposée dans des régions pilotes. Les participants peuvent recevoir des conseils spécifiques pour mieux gérer leur diabète au quotidien, faire évaluer leur condition physique et découvrir des activités physiques adaptées. Des renseignements sur ce programme et des conseils sont disponibles sur le site Les adresses des 2700 clubs affiliés sont sur 11

12 En savoir plus La prise en charge du patient par les professionnels de santé > Le diabète est une maladie chronique. Sa prise en charge est pluridisciplinaire. Toute une équipe accompagne le patient diabétique. Le médecin généraliste, le diabétologue et les autres médecins spécialistes Le médecin généraliste et/ou le diabétologue font un examen clinique complet (poids, pression artérielle, pouls, pieds...). Ils prescrivent des examens biologiques (dosage d hémoglobine glyquée, du cholestérol total, du HDL cholestérol et des triglycérides) et adaptent le traitement médicamenteux quand il est nécessaire. Ils insistent sur l évolution des habitudes alimentaires et hygiéno-diététiques. lls surveillent une éventuelle atteinte rénale, en évaluant le taux de créatinine dans le sang. Ils proposent également au patient de consulter un cardiologue et un ophtalmologue pour limiter la survenue des complications du diabète. Le cardiologue surveille l état du cœur, son bon fonctionnement ainsi que l état des artères pour éviter ou contrôler les éventuelles complications cardiovasculaires. De son côté l ophtalmologue surveille les complications éventuelles au niveau des petits vaisseaux de la rétine (rétinopathie). Trois quarts des médecins spécialistes et un quart des médecins généralistes assurent des consultations dédiées à l éducation thérapeutique du patient diabétique, le plus souvent à l hôpital. À consulter! La prise en charge des patients à domicile fait désormais l objet d une charte qui définit les droits et les devoirs réciproques des patients et des prestataires à domicile. Soucieuse de l amélioration de la qualité de vie des patients, l Association Française des Diabétiques est l une des premières associations de patients à l avoir signée. Pour télécharger le texte de la charte : L infirmière A l hôpital, à domicile, dans une maison du diabète, au sein d un réseau, l infirmière aide le patient à mieux connaître sa maladie et à la gérer au quotidien. Elle assure aussi l apprentissage technique des outils de contrôle et de traitement. Cet apprentissage peut se faire en séances collectives ou individuelles. 12 >

13 En savoir plus Le pharmacien C est le professionnel de santé de proximité. Il peut répondre à des questions, donner des conseils techniques ou diététiques, servir de relais de l information et adresser le patient à un spécialiste ou un paramédical, podologue ou infirmier. Le pharmacien peut faire des démonstrations individuelles et donne des conseils sur les traitements, l utilisation des lecteurs de glycémie, les autopiqueurs, les stylos injecteurs, etc. Son rôle est aussi informatif. Il distribue des brochures thématiques ou des carnets de suivi de glycémie. Au quotidien, le pharmacien rassure le patient et peut suivre son dossier pharmaceutique informatisé et vérifier la bonne observance de son traitement. Enfin le pharmacien, même s il n a aucune obligation jusqu à présent, peut reprendre les déchets de soins à risque infectieux, seringues, aiguilles pour stylo Le podologue Le podologue est un acteur important dans la prévention des complications du diabète. Depuis le 24 août 2008, l assurance maladie rembourse les séances de soins de prévention réalisées par un pédicure podologue conventionné, pour les patients diabétiques dont les pieds présentent des risques élevés de lésions et de blessures importantes, c est-à-dire les lésions aux pieds de grade 2 ou 3. Ce forfait prévention prescrit par le médecin traitant consiste en 4 à 6 consultations selon le cas. Le podologue conventionné fait un bilan diagnostic des pieds de la personne atteinte de diabète, nettoie les plaies éventuelles et traite les hyperkératoses (épaississement de la peau). Il propose orthèses* et semelles orthopédiques. Il insiste sur l hygiène et l hydratation des pieds et explique au patient qu il peut agir pour prévenir les dégradations. * Chez la personne diabétique, on parle d orthèse plantaire, appareillage au semelle dont le principe est la répartition des pressions plantaires, du poids du corps et la diminution des forces de cisaillements. Pour en savoir plus sur les complications du diabète et l équilibre alimentaire : Site d information des patients diabétiques et de leur entourage Le diététicien L éducation diététique est fondamentale pour une prévention du diabète et de l obésité ainsi que des complications cardiovasculaires qu ils engendrent. Pour être efficace, la prise en charge diététique du patient doit être organisée et se référer à un programme planifié et défini. Le diététicien joue un rôle central dans cette organisation. Concrètement, il va effectuer une analyse qualitative et quantitative des apports alimentaires, donner des conseils diététiques et surveiller les prescriptions diététiques. Son activité est complémentaire de celle des médecins. Le diététicien exerce en libéral, en milieu hospitalier ou dans les maisons du diabète. Dans ces dernières, des séances collectives d éducation peuvent être réalisées par un binôme diététicien / infirmière et plus largement par une équipe pluridisciplinaire comprenant kinésithérapeute et psychologue. 13

14 Zoom Le diabète des populations africaines et nord-africaines > On remarque une sensibilité plus importante à développer un diabète dans les communautés africaines et nord-africaines. Raisons et tendances. Pour en savoir plus sur le diabète des populations africaines et nord-africaines Site d information des patients diabétiques et de leur entourage Les populations immigrées africaines et nordafricaines ont une prévalence du diabète plus élevée que la population générale. Plusieurs raisons à ce constat. Pour commencer, les habitudes alimentaires. Par tradition, les communautés africaines et nord-africaines sont de grandes consommatrices de matières grasses et d aliments sucrés. Un autre facteur important est le changement du mode de vie et la sédentarisation de ces populations. On peut noter que le phénomène s observe aussi lorsque les habitants des zones rurales africaines s installent en ville. Enfin, le stress, engendré par ces changements, serait également un paramètre aggravant. En Afrique ou en France, l évolution est donc la même : le nombre de personnes sédentaires, obèses, en surpoids augmente, favorisant le développement du diabète. Pour mieux prendre en charge ces populations à plus grands risques, les personnels de santé ont adapté leurs programmes aux spécificités alimentaires de ces patients. Certains établissements hospitaliers ont développé dans leur service de diabétologie un accueil spécifique. L accompagnement, souvent sous forme d ateliers diététiques répond à des besoins d adaptation alimentaire particulière. Pour aider à une meilleure compréhension, les personnes diabétiques peuvent visionner des vidéos où sont mises en scène des activités culinaires adaptées à leur culture. Les infirmières et les diététiciennes formées à l éducation thérapeutique savent adapter le discours et les conseils. 14 >

15 Focus La légende de «sous le 7» > Il est arrivé, il s est fait connaître, il est aujourd hui un élément majeur dans le suivi du diabète. Le 7 %, c est un repère pour l équilibre du diabète à chaque contrôle trimestriel de l HbA1c. D où vient-il? Il s agit d un des messages phares des recommandations des autorités de santé sur la prise en charge du diabète de type 2, publiées en novembre Nom de code HbA1c? HbA1c pour Hémoglobine glyquée est la partie d hémoglobine qui a fixé le sucre présent dans le sang. L hémoglobine est une protéine contenue dans les globules rouges, responsable de la couleur du sang, qui assure le transport de l oxygène entre les poumons et les cellules de l organisme. Le contrôle de l hémoglobine glyquée est un test sanguin reflétant le niveau moyen du taux de sucre dans le sang sur une période de 3 à 4 mois. Quand mesurer l HbA1c? L examen biologique doit être pratiqué tous les 3 à 4 mois. Pourquoi ce repère? Il s agit du meilleur témoin de l équilibre du diabète au cours des 3 ou 4 derniers mois (contrairement à la mesure de la glycémie à jeun qui ne donne qu une image instantanée anée du taux de sucre sanguin). C est l examen de référence dans le diabète pour surveiller la maladie et juger l efficacité des mesures mises en place : régime alimentaire, activité physique, médicaments. Plus le taux d hémoglobine glyquée est élevé, plus le risque de développer des complications est important. Inversement, toute diminution, même minime, réduit le risque de développer ou d aggraver les complications du diabète par rapport à l objectif fixé par le médecin. Quels objectifs pour cette hémoglobine glyquée? 7 % est un repère pour l équilibre du diabète. Pour les personnes atteintes de diabète de type 1, le taux d HbA1c visé est de maintenir l HbA1c inférieur à 7,5 %. Le médecin fixera un objectif d HbA1c adapté au cas de chaque patient. t. Pour en savoir plus Site d information on des patients diabétiques et de leur entourage Haute Autorité de santé

La prise en charge du diabète de type 1 chez l enfant et l adolescent

La prise en charge du diabète de type 1 chez l enfant et l adolescent GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge du diabète de type 1 chez l enfant et l adolescent Vivre avec un diabète de type 1 Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous remet ce

Plus en détail

POUVONS NOUS METTRE EN PLACE UN RESEAU OBESITE DIABETE SUR TOURCOING ET LES COMMUNES PROCHES DE LA VALLEE DE LA LYS?

POUVONS NOUS METTRE EN PLACE UN RESEAU OBESITE DIABETE SUR TOURCOING ET LES COMMUNES PROCHES DE LA VALLEE DE LA LYS? POUVONS NOUS METTRE EN PLACE UN RESEAU OBESIT... http://www.fmc-tourcoing.org/spip/print-article-mb.php3?id_article=45 POUVONS NOUS METTRE EN PLACE UN RESEAU OBESITE DIABETE SUR TOURCOING ET LES COMMUNES

Plus en détail

Tel : 02 62 38 22 79. Messagerie : mbesson.sportspourtous@gmail.com Site : http://cr.sportspourtous.org/la-reunion

Tel : 02 62 38 22 79. Messagerie : mbesson.sportspourtous@gmail.com Site : http://cr.sportspourtous.org/la-reunion Comité régional Sports pour Tous, chemin kerbel, LES AVIRONS Tel :. Messagerie : mbesson.sportspourtous@gmail.com Site : http://cr.sportspourtous.org/la-reunion Sommaire I - Contexte... II- Le programme...

Plus en détail

PROGRAMME RSI~Diabète

PROGRAMME RSI~Diabète MON PARCOURS PRÉVENTION diabète PROGRAMME RSI~Diabète Vous aider à prendre en charge votre diabète Support patients www.rsi.fr/diabete Qu est-ce que le diabète? Le diabète se caractérise par une hyperglycémie

Plus en détail

L Éducation thérapeutique du patient (etp)

L Éducation thérapeutique du patient (etp) L Éducation Thérapeutique du Patient (ETP) Préface La maladie chronique a un impact important sur la vie quotidienne du patient et de son entourage (changement du mode de vie, prise quotidienne d un traitement,

Plus en détail

Le diabète de type 2. 1. Contexte

Le diabète de type 2. 1. Contexte Le diabète de type 2 1. Contexte Le diabète de type 2 est une maladie caractérisée par une hyperglycémie chronique, c est-à-dire par un taux trop élevé de sucre dans le sang. Cette maladie survient généralement

Plus en détail

SOMMAIRE. I Préambule. II Les missions de l association la Maison du Diabétique

SOMMAIRE. I Préambule. II Les missions de l association la Maison du Diabétique Association Loi 1901, reconnue d intérêt général par arrêté CM n 1230/30 août 2007 SOMMAIRE I Préambule II Les missions de l association la Maison du Diabétique III Manifestation du 20 novembre 2011 1

Plus en détail

Informations personnelles

Informations personnelles Informations personnelles Remplir ou coller ici la vignette de votre mutuelle Vignette mutuelle Nom :... Prénom :... Âge :... Adresse :... Tél. :... Type de diabète :... Votre Traitement :... En cas d

Plus en détail

Bulletin de partenariat

Bulletin de partenariat Bulletin de partenariat Gratuit et sans engagement MFTEL SERVICES, société à responsabilité limitée au capital social de 15 000 euros. Inscrite au RCS sous le numéro 790 192 017 RCS CHARTRES. Siège social

Plus en détail

LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Un peu de physiopathologie Quels sont les symptômes d une hyperglycémie? Le traitement du diabète

LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Un peu de physiopathologie Quels sont les symptômes d une hyperglycémie? Le traitement du diabète LE DIABETE Qu est ce que c est? Définition Le diabète est une pathologie chronique, c'est-à-dire dont on ne guéri pas, qui se définit comme une hyperglycémie constante. Cela veut dire que le taux de sucre

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 2 Vivre avec un diabète de type 2 Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous remet ce guide, La

Plus en détail

La surveillance utile : un guide pour vous. De nouveaux renseignements sur le diabète de type 2 et la surveillance de la glycémie

La surveillance utile : un guide pour vous. De nouveaux renseignements sur le diabète de type 2 et la surveillance de la glycémie La surveillance utile : un guide pour vous De nouveaux renseignements sur le diabète de type 2 et la surveillance de la glycémie Surveillance de la glycémie La vérification du taux de glucose (glycémie)

Plus en détail

Du nouveau avec Santéclair

Du nouveau avec Santéclair ITEENTRAIDESOLIDARITEFRATERNITEENTRAIDESOLIDARITEFRATERNITEENTRAIDESOLIDARITEFRATERNITEENTRAIDESOLIDARITEFRATERNIT Société Mutualiste du Personnel du Groupe MMA et ses Filiales ERNITEENTRAIDESOLIDARITEFRATERNITEENTRAIDESOLIDARITEFRATERNITEENTRAIDESOLIDARITEFRATERNITEENTRAIDESOLIDARITEFRATERNITEENTRAIDESOLIDARITEFRATERNITEENTRAIDESOLIDARITEFRATERNITEENTRAIDESOLIDA

Plus en détail

INTERÊTS DU SUIVI NUTRITIONNEL CHEZ LE SPORTIF

INTERÊTS DU SUIVI NUTRITIONNEL CHEZ LE SPORTIF INTERÊTS DU SUIVI NUTRITIONNEL CHEZ LE SPORTIF Institut Régional de Biologie et Médecine du Sport Dr Frédéric MATON www.medecinedusport.fr Médecine du Sport Nutrition du Sportif INTERÊTS DU SUIVI NUTRITIONNEL

Plus en détail

Aide et Soins à Domicile en Province de Luxembourg. Le secret professionnel dans un service d Aide et de Soins à Domicile Place des volontaires

Aide et Soins à Domicile en Province de Luxembourg. Le secret professionnel dans un service d Aide et de Soins à Domicile Place des volontaires Le secret professionnel dans un service d Aide et de Soins à Domicile Place des volontaires Aide et Soins à Domicile, c est Un réseau de professionnels de l aide et des soins qui ont pour objectif de proposer

Plus en détail

Charte. Qualité et Service VOTRE SATISFACTION 2009-2010 NOTRE PRIORITÉ : Recherche et Information. Développement de Clientèle

Charte. Qualité et Service VOTRE SATISFACTION 2009-2010 NOTRE PRIORITÉ : Recherche et Information. Développement de Clientèle Charte Qualité et Service 2009-2010 NOTRE PRIORITÉ : VOTRE SATISFACTION TOUTES VOS SOLUTIONS D INFORMATION ET DE GESTION Recherche et Information Solution de Gestion Métier Gestion du Risque Développement

Plus en détail

Programmes d enseignement thérapeutique. Vous souffrez d obésité? Trouvons ensemble des solutions adaptées pour perdre du poids

Programmes d enseignement thérapeutique. Vous souffrez d obésité? Trouvons ensemble des solutions adaptées pour perdre du poids Programmes d enseignement thérapeutique Vous souffrez d obésité? Trouvons ensemble des solutions adaptées pour perdre du poids Pour qui? Quelles prestations? 3 Les programmes proposés par le service d

Plus en détail

Avenue du Président François Mitterrand 76405 FECAMP Pôle mère enfant Tel 02.35.10.92.01 Programme d éducation thérapeutique ( ETP) Service Pédiatrie

Avenue du Président François Mitterrand 76405 FECAMP Pôle mère enfant Tel 02.35.10.92.01 Programme d éducation thérapeutique ( ETP) Service Pédiatrie Avenue du Président François Mitterrand 76405 FECAMP Pôle mère enfant Tel 02.35.10.92.01 Programme d éducation thérapeutique ( ETP) Service Pédiatrie 1. objectifs du programme : Les finalités spécifiques

Plus en détail

Maladie de Parkinson. et prise en charge. La prise en charge à 100 %

Maladie de Parkinson. et prise en charge. La prise en charge à 100 % Actuellement, vous êtes près de 6,5 millions dans le monde et 150 000 en France à être atteints par la maladie de Parkinson. Vous pourrez avoir besoin d informations administratives, pratiques... ou tout

Plus en détail

L ASSURANCE MALADIE EN LIGNE

L ASSURANCE MALADIE EN LIGNE BIEN GÉRER MA SANTÉ AVEC L ACS Ce que l Assurance Maladie fait pour moi L Assurance Maladie me permet de bénéficier de l Aide pour une complémentaire santé : l ACS. Des offres et des services pour m accompagner

Plus en détail

La prise en charge de votre affection de longue durée. Comment cela se passe-t-il? Quels sont les bénéfices pour vous? À quoi vous engagez-vous?

La prise en charge de votre affection de longue durée. Comment cela se passe-t-il? Quels sont les bénéfices pour vous? À quoi vous engagez-vous? La prise en charge de votre affection de longue durée Comment cela se passe-t-il? Quels sont les bénéfices pour vous? À quoi vous engagez-vous? Sommaire Edito Votre prise en charge à 100 % Comment cela

Plus en détail

ACTIONNAIRE AU NOMINATIF

ACTIONNAIRE AU NOMINATIF DEVENEZ ACTIONNAIRE AU NOMINATIF +10 % de prime de fidélité Pour tous, le nominatif c est... plus performant Profitez d une prime de fidélité : un dividende majoré de 10 % (1) plus pratique Conservez une

Plus en détail

STAGE D OBSERVATION CLASSE DE 3 : DÉCOUVERTE DES INDUSTRIES ALIMENTAIRES GUIDE : ACCUEILLIR UN JEUNE STAGIAIRE, MODE D EMPLOI

STAGE D OBSERVATION CLASSE DE 3 : DÉCOUVERTE DES INDUSTRIES ALIMENTAIRES GUIDE : ACCUEILLIR UN JEUNE STAGIAIRE, MODE D EMPLOI STAGE D OBSERVATION CLASSE DE 3 : DÉCOUVERTE DES INDUSTRIES ALIMENTAIRES GUIDE : ACCUEILLIR UN JEUNE STAGIAIRE, MODE D EMPLOI Introduction L Association Nationale des Industries Alimentaires (ANIA) s associe

Plus en détail

L adresse de référence

L adresse de référence Version n : 1 Dernière actualisation : 18-12-2006 1) À quoi sert cette fiche? 2) Qu est-ce qu une adresse de référence? 3) Quels sont les avantages d une adresse de référence? 4) Qui peut s inscrire en

Plus en détail

Collaboration infirmières / diététiciennes dans la prise en charge du patient coronarien. Caroline Bravin Laetitia Gnaly Julie Lesaffre

Collaboration infirmières / diététiciennes dans la prise en charge du patient coronarien. Caroline Bravin Laetitia Gnaly Julie Lesaffre Collaboration infirmières / diététiciennes dans la prise en charge du patient coronarien Caroline Bravin Laetitia Gnaly Julie Lesaffre Nous n avons aucun conflit d intérêt avec l industrie pharmaceutique

Plus en détail

Victime d un accident causé par une autre personne : il faut le déclarer à l Assurance Maladie

Victime d un accident causé par une autre personne : il faut le déclarer à l Assurance Maladie Victime d un accident causé par une autre personne : il faut le déclarer à l Assurance Maladie dossier de presse Contact presse CNAMTS : Sandra Garnier 01 72 60 15 91 sandra.garnier@cnamts.fr Paris, le

Plus en détail

Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com

Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com À l origine, en 2011, je voulais créer le site sous la forme d une communauté interactive. Plusieurs rédacteurs pour partager des conseils sur l écriture et la

Plus en détail

la qualité de vie des salariés

la qualité de vie des salariés facilit Un service innovant pour améliorer la qualité de vie des salariés VIE FAMILIALE VIE PROFESSIONNELLE SANTÉ LOGEMENT Service gratuit réservé aux adhérents en Prévoyance de la mutuelle CHORUM S engager

Plus en détail

DÉFINITIONS - REPÈRES Un vocabulaire commun indispensable

DÉFINITIONS - REPÈRES Un vocabulaire commun indispensable DÉFINITIONS - REPÈRES Un vocabulaire commun indispensable Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) Le Programme National Nutrition Santé (PNNS) est l instance de référence en matière de nutrition.

Plus en détail

Restauration scolaire : l'enjeu d e la qualité

Restauration scolaire : l'enjeu d e la qualité Formation sur 1 journée Lundi 20 octobre 2014 ou Jeudi 13 novembre 2014 Présentation et objectifs Cette formation a pour but de définir le contexte global de la restauration scolaire en précisant toutes

Plus en détail

Le dépistage du diabète : de détection de la maladie NOM DE L ENTREPRISE DATE DE VISITE OU D ENVOI

Le dépistage du diabète : de détection de la maladie NOM DE L ENTREPRISE DATE DE VISITE OU D ENVOI Le dépistage du diabète : premier geste de détection de la maladie PROGRAMME D INTERVENTION EN ENTREPRISE NOM DE L ENTREPRISE DATE DE VISITE OU D ENVOI Sommaire Le diabète en entreprise Le Programme d

Plus en détail

MODES DE GARDE POUR VOTRE ENFANT

MODES DE GARDE POUR VOTRE ENFANT MODES DE GARDE POUR VOTRE ENFANT LE RELAIS ACCUEIL PETITE ENFANCE VOUS GUIDE Qu est-ce que le Relais accueil petite enfance? Le Relais accueil petite enfance est un guichet unique pour informer, conseiller

Plus en détail

COACH. Françoise Barquin. Déclaration d activité de Formation enregistrée sous le n 11 75 50467 75. Lobby&com

COACH. Françoise Barquin. Déclaration d activité de Formation enregistrée sous le n 11 75 50467 75. Lobby&com COACH Françoise Barquin Déclaration d activité de Formation enregistrée sous le n 11 75 50467 75 Lobby&com 68 rue AMELOT 75011 PARIS tel : 01 42 73 18 36/ 06 79 64 01 15 www.lobbycom.fr Note d intention

Plus en détail

Aujourd hui le chef vous propose: menus

Aujourd hui le chef vous propose: menus Aujourd hui le chef vous propose: La commission des menus Aude Massoulard Médecin coordonnateur Réseau LINUT Quelles recommandations? Outil Angélique Repas Attentes et souhaits Existe t-il un dispositif

Plus en détail

Développez la connaissance de votre infrastructure d impression et optimisez son efficacité

Développez la connaissance de votre infrastructure d impression et optimisez son efficacité Audit d Impression * Développez la connaissance de votre infrastructure d impression et optimisez son efficacité SERVICES D EVALUATION * Bien sûr, vous pouvez Améliorer L impression une tâche omniprésente

Plus en détail

F.N.E.C 5 rue des Jonquilles 85590 Saint Mars La Réorthe 09.72.39.12.35 www.fnec.eu. BULLETIN Adhésion individuel

F.N.E.C 5 rue des Jonquilles 85590 Saint Mars La Réorthe 09.72.39.12.35 www.fnec.eu. BULLETIN Adhésion individuel F.N.E.C 5 rue des Jonquilles 85590 Saint Mars La Réorthe 09.72.39.12.35 www.fnec.eu *Nom : BULLETIN Adhésion individuel *Prénom : *Adresse : *Ville : *Code Postal : Téléphone : *Portable : *Email : *Date

Plus en détail

ALAIN DUNBERRY Avec la collaboration de Frédéric Legault Professeurs DEFS, UQAM Septembre 2013 2 1. Introduction 5 6 7 8 11 12 2. La méthodologie 14 15 16 3. Les résultats des opérations d évaluation

Plus en détail

POUR ÊTRE AIDÉ(E), POUR S INFORMER

POUR ÊTRE AIDÉ(E), POUR S INFORMER DROGUES INFO SERVICE 0 800 23 13 13 WWW.DROGUES-INFO-SERVICE.FR 7 jours sur 7. De 8 à 2 heures. Appel anonyme et gratuit d un poste fixe. Appel depuis un portable au coût d un appel ordinaire : 01 70 23

Plus en détail

Phase d identification de la personne avant apprentissage

Phase d identification de la personne avant apprentissage CHU DE ROUEN - DIABETOLOGIE PLAN DE SOINS GUIDE D ENSEIGNEMENT Diagnostic Infirmier : Manque de connaissances lié à la mise en route d un traitement par insuline. Définition : la personne n a pas les informations

Plus en détail

SUPPORT D AIDE MEMOIRE.LAVOIXDUNORD.FR

SUPPORT D AIDE MEMOIRE.LAVOIXDUNORD.FR SUPPORT D AIDE MEMOIRE.LAVOIXDUNORD.FR 1 Qu est ce que Memoire.lavoixdunord.fr? Memoire.lavoixdunord.fr est un site qui s adresse aux familles des défunts Parce que nous sommes soucieux de proposer aux

Plus en détail

CAPITAINE D EQUIPE : Quel est votre rôle à jouer? Félicitations!

CAPITAINE D EQUIPE : Quel est votre rôle à jouer? Félicitations! 24H DE MOBILISATION CONTRE LE CANCER Une manifestation de la ligue contre le cancer CAPITAINE D EQUIPE : Quel est votre rôle à jouer? Félicitations! Vous venez de créer votre équipe pour participer au

Plus en détail

Vous organisez un événement pour l ARSLA CONVENTION DE PARTENARIAT OBLIGATOIRE ENTRE L ARSLA & L ORGANISATEUR

Vous organisez un événement pour l ARSLA CONVENTION DE PARTENARIAT OBLIGATOIRE ENTRE L ARSLA & L ORGANISATEUR Vous organisez un événement pour l ARSLA CONVENTION DE PARTENARIAT OBLIGATOIRE ENTRE L ARSLA & L ORGANISATEUR 1/ Qui?.. _ le responsable _ Adresse N Rue...... Code postal Ville... Tél. portable... Tél.

Plus en détail

Conduire les entretiens annuels d évaluation

Conduire les entretiens annuels d évaluation Ce guide s adresse aux dirigeants et aux responsables en charge de la fonction ressources humaines qui envisagent de mettre en place des entretiens annuels. Il constitue un préalable à l instauration d

Plus en détail

Tout ce que les hommes doivent savoir sur la grossesse

Tout ce que les hommes doivent savoir sur la grossesse Tout ce que les hommes doivent savoir sur la grossesse Partenaires pour la santé, partenaires pour la vie! «Il faut accompagner ta femme à l hôpital! Si tu le fais, c est bien pour la santé de vos enfants,

Plus en détail

Charte du bénévole 1. LA MISSION DE L ASSOCIATION PARENTRAIDE CANCER

Charte du bénévole 1. LA MISSION DE L ASSOCIATION PARENTRAIDE CANCER Charte du bénévole Tout bénévole accueilli et intégré dans l association Parentraide Cancer se voit remettre la présente charte. Elle définit le cadre des relations et des règles qui doivent s instituer

Plus en détail

Prévenir... par plus d activité physique

Prévenir... par plus d activité physique Prévenir... par plus d activité physique 13 L activité physique: Pour la santé, c est capital et c est bon pour le moral! La pratique régulière d une activité physique est essentielle pour préserver un

Plus en détail

L utilisation d un réseau social pour améliorer la prise en charge de vos patients

L utilisation d un réseau social pour améliorer la prise en charge de vos patients L utilisation d un réseau social pour améliorer la prise en charge de vos patients 2 Un réseau social pour améliorer la prise en charge des patients. MeltingDoc valorise les compétences des médecins et

Plus en détail

ntred 2007 Résultats de l étude Description des personnes diabétiques

ntred 2007 Résultats de l étude Description des personnes diabétiques Résultats de l étude ntred 2007 EÉCHANTILLON NATIONAL TÉMOIN REPRÉSENTATIF DES PERSONNES DIABÉTIQUES Le diabète est une maladie chronique de plus en plus fréquente, qui touche en France plus de 2 millions

Plus en détail

Dossier de presse. La Ville de Paris lance. un programme d actions pour prévenir et prendre en charge l obésité dès le plus jeune âge

Dossier de presse. La Ville de Paris lance. un programme d actions pour prévenir et prendre en charge l obésité dès le plus jeune âge 1 er février 2010 Dossier de presse La Ville de Paris lance un programme d actions pour prévenir et prendre en charge l obésité dès le plus jeune âge Contact presse Nathalie Royer : 01 42 76 49 61 - service.presse@paris.fr

Plus en détail

N 13 LE DOCUMENT UNIQUE

N 13 LE DOCUMENT UNIQUE Fiche Info Prévention & Sécurité N 13 LE DOCUMENT UNIQUE REGLEMENTATION Médecine préventive - Nombreux sont les élus qui ont été contactés par des entreprises privées ou ont entendu parler du «document

Plus en détail

Au cœur de la santé en entreprise. Prestations 2016.

Au cœur de la santé en entreprise. Prestations 2016. Au cœur de la santé en entreprise. Prestations 2016. La prévention de la santé en entreprise comprend différentes facettes. Découvrez neuf de nos prestations actuelles. Bienvenue! La santé en entreprise

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13 TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS...9 PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13 Comment accroître la motivation de mon enfant à l école?...15 Comment favoriser l autonomie et le sens des responsabilités chez mon enfant?...29

Plus en détail

Bienvenue. Sommaire. Annexes

Bienvenue. Sommaire. Annexes Bienvenue Sommaire - Bienvenue p 2 - L inscription - l admission p 3 - La vie dans l établissement p 4-5 - Les prestations d hébergement p 6 - Soins et surveillance médicale p 7 - Les conditions financières

Plus en détail

Référent et management

Référent et management Référent et management Manager pour une efficacité de prévention Rôle, mission du référent et relais avec l encadrement Comment fédérer tous les acteurs de soins Référent et management Manager pour une

Plus en détail

France Systèmes l équilibre informatique

France Systèmes l équilibre informatique Sommaire interactif : > Cliquer pour naviguer... 1 A propos du site... Page 3 2 S identifier sur www.francesystemes.fr... Page 4 2-1 Se connecter à un compte utilisateur existant 2-2 Créer un nouveau compte

Plus en détail

PROMOTION DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET ADOLESCENTS DIABÉTIQUES DE TYPE I

PROMOTION DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET ADOLESCENTS DIABÉTIQUES DE TYPE I PROMOTION DE L ACTIVITÉ PHYSIQUE CHEZ LES ENFANTS ET ADOLESCENTS DIABÉTIQUES DE TYPE I UN PROJET DU PROGRAMME CANTONAL DIABÈTE Jérôme Spring Maître de sport APA Diabétologie pédiatrique Riviera-Chablais

Plus en détail

NUTRITION EN MEDECINE GENERALE : QUELLES REALITES? Résultats de l enquête SFMG réalisée en mars 2006

NUTRITION EN MEDECINE GENERALE : QUELLES REALITES? Résultats de l enquête SFMG réalisée en mars 2006 NUTRITION EN MEDECINE GENERALE : QUELLES REALITES? Résultats de l enquête SFMG réalisée en mars 2006 Une enquête réalisée sur la nutrition en médecine générale * pour l montre que la nutrition est un sujet

Plus en détail

La participation de votre enfant à l étude Esteban. www.esteban.invs.sante.fr

La participation de votre enfant à l étude Esteban. www.esteban.invs.sante.fr La participation de votre enfant à l étude Esteban www.esteban.invs.sante.fr Esteban est une nouvelle étude nationale qui porte sur plusieurs aspects de la santé : l exposition à certaines substances de

Plus en détail

www.ville-joinville-le-pont.fr Le Portail famille mode d emploi du portail

www.ville-joinville-le-pont.fr Le Portail famille mode d emploi du portail www.ville-joinville-le-pont.fr Le Portail famille mode d emploi du portail SOMMAIRE 1 > Bienvenue sur le portail Famille... 4 2 > Comment vous connecter au portail Famille?... 4 3 > Les conditions générales

Plus en détail

Cultiver la solidarité www.contrelecancer.ma

Cultiver la solidarité www.contrelecancer.ma LE BÉNÉVOLAT Cultiver la solidarité www.contrelecancer.ma le bénévolat CULTIVER LA SOLIDARITÉ La mobilisation dans la lutte contre le cancer, à laquelle a appelé Son Altesse Royale la Princesse Lalla Salma

Plus en détail

THEME : COMPRENDRE SON DIABETE, SON TRAITEMENT, SON SUIVI

THEME : COMPRENDRE SON DIABETE, SON TRAITEMENT, SON SUIVI THEME : COMPRENDRE SON DIABETE, SON TRAITEMENT, SON SUIVI Séquence éducation de groupe Groupe de 10 patients maximum Durée : 45 min Animateur : Médecins Objectif général : Exprimer la perception que l

Plus en détail

Patient : Contacts : Nom : Prénom : Nom de jeune fille : Sexe : F M. Date de naissance : Adresse : Téléphone : Téléphone portable :

Patient : Contacts : Nom : Prénom : Nom de jeune fille : Sexe : F M. Date de naissance : Adresse : Téléphone : Téléphone portable : Patient : Nom : Prénom : Nom de jeune fille : Sexe : F M Date de naissance : Adresse : Téléphone : Téléphone portable : Personnes à joindre : Contacts : Service hospitalier Etablissement de santé Acteurs

Plus en détail

SOMMAIRE BIENVENUE SUR LE COMPTE CITOYEN FAMILLE!... 3 COMMENT VOUS CONNECTER AU COMPTE CITOYEN FAMILLE?... 5

SOMMAIRE BIENVENUE SUR LE COMPTE CITOYEN FAMILLE!... 3 COMMENT VOUS CONNECTER AU COMPTE CITOYEN FAMILLE?... 5 MODE D EMPLOI SOMMAIRE BIENVENUE SUR LE COMPTE CITOYEN FAMILLE!... 3 COMMENT VOUS CONNECTER AU COMPTE CITOYEN FAMILLE?... 5 LES CONDITIONS GENERALES D UTILISATION DU COMPTE CITOYEN FAMILLE... 6 LE COMPTE

Plus en détail

SOMMAIRE. Le programme 2015 Les thèmes des tables rondes Les déclinaisons des thèmes de tables rondes Les animations et activités

SOMMAIRE. Le programme 2015 Les thèmes des tables rondes Les déclinaisons des thèmes de tables rondes Les animations et activités SOMMAIRE Quelques définitions Contexte de l événement Objectifs de l événement Parlait + Santé 2014 Le programme 2015 Les thèmes des tables rondes Les déclinaisons des thèmes de tables rondes Les animations

Plus en détail

«ETRE MANAGER AU QUOTIDIEN»

«ETRE MANAGER AU QUOTIDIEN» ATELIER 1 FORMATION-ACTION «ETRE MANAGER AU QUOTIDIEN» 20-10 -2014 Formatrice : Myriam GAYOT myriam.gayot@mg-rh.fr MGRH - «être Manager au quotidien» 1 20/10/2014 Objectifs de l atelier 1 Visualiser le

Plus en détail

Manuel d utilisation du Site Internet Professionnel

Manuel d utilisation du Site Internet Professionnel Manuel d utilisation du Site Internet Professionnel www.uni-presse.fr/pro UNI-Presse 112 rue Réaumur, 75080 Paris Cedex 02 France Tél : 01 42 78 37 72 Fax : 01 42 78 06 57 E-mail : servicepro@uni-presse.fr

Plus en détail

Pharmacie d officine et renforcement éducatif de proximité. Dalila LALEJ, Ghislaine HOCHBERG

Pharmacie d officine et renforcement éducatif de proximité. Dalila LALEJ, Ghislaine HOCHBERG Pharmacie d officine et renforcement éducatif de proximité Dalila LALEJ, Ghislaine HOCHBERG PREMIERE FORMATION NATIONALE du pharmacien d officine d (1999-2002) Dr Ghislaine HOCHBERG Le CESPHARM pour la

Plus en détail

Guide d insuline basale.

Guide d insuline basale. Guide basale. Déterminez votre optimale. Ligne d'appel à votre service Nom:......... :... Si vous avez des questions, vous pouvez téléphoner 24h/24 et 7j/7 au numéro vert B-GLA 09 12 01 Bien vivre avec

Plus en détail

Performance et débordements du travail sur la vie personnelle Les enseignements d une étude menée auprès de cadres en France

Performance et débordements du travail sur la vie personnelle Les enseignements d une étude menée auprès de cadres en France Performance et débordements du travail sur la vie personnelle Les enseignements d une étude menée auprès de cadres en France Émilie Genin École de Relations Industrielles Université de Montréal Colloque

Plus en détail

6.3 - Séq.2 / Jeu de rôle («ABCD») / Étude de cas / paramédicaux et équipes professionnelles

6.3 - Séq.2 / Jeu de rôle («ABCD») / Étude de cas / paramédicaux et équipes professionnelles 01 Cas n o 1 Thème : Annonce d une mauvaise nouvelle : Madame S. FICHE À REMETTRE AU «PROFESSIONNEL» Vous êtes aide-soignante dans un établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes. Mme S.

Plus en détail

Transcription Webémission Évaluation au service de l apprentissage

Transcription Webémission Évaluation au service de l apprentissage Transcription Webémission Évaluation au service de l apprentissage 00 : 00 ANIMATEUR : Bienvenue à cette série de quatre vidéos portant sur l évaluation du rendement. Depuis de nombreuses années, les enseignants

Plus en détail

Le secteur de la santé. Votre guide SMS

Le secteur de la santé. Votre guide SMS Le secteur de la santé Votre guide SMS Pourquoi utiliser le SMS? Le secteur médical est un milieu où l information doit circuler très rapidement et où les rapports entre médecins et patients sont primordiaux.

Plus en détail

KAALISI 81, rue des bons enfants 13006 Marseille Tél. 09.82.31.40.30 - Mèl : contact@kaalisi.fr - Site : www.kaalisi.fr RCS 805 378 890 Marseille

KAALISI 81, rue des bons enfants 13006 Marseille Tél. 09.82.31.40.30 - Mèl : contact@kaalisi.fr - Site : www.kaalisi.fr RCS 805 378 890 Marseille Bienvenue sur KAALISI Vous avez choisi de rejoindre Kaalisi plate-forme euro-méditerranéenne de crowdfunding et nous vous en remercions. Vous faites désormais partie des 1,75 million de précurseurs ayant

Plus en détail

Société financière de la Nef 30/09/2013

Société financière de la Nef 30/09/2013 POLITIQUE DE TRAITEMENT ET DE SUIVI DES RECLAMATIONS CLIENTS Société financière de la Nef 30/09/2013 1 Introduction Cette politique de La Société financière de la Nef décrit le circuit de traitement de

Plus en détail

Aide à l utilisation de

Aide à l utilisation de A C T I C E accompagnement à l usage des TICE année 2009-2010 Guide d usage Aide à l utilisation de livret 5b : les annuaires-catalogues Sommaire (version du 6 décembre 2010) Introduction... 3 1. Création

Plus en détail

Vous pouvez me retourner ce questionnaire soit par mail à : anne-sophie.lapointe@orange.fr

Vous pouvez me retourner ce questionnaire soit par mail à : anne-sophie.lapointe@orange.fr Madame la Présidente, Monsieur le Président, Représentant(e) à l Alliance Maladies Rares, Président(e) d une association de malades dans les maladies rares ou son représentant à l Alliance Maladies Rares,

Plus en détail

Perte d autonomie AXA s engage à vos côtés

Perte d autonomie AXA s engage à vos côtés Pour tout renseignement complémentaire, contactez-nous : Vous souhaitez vivre pleinement votre vie, faire des projets et préparer l avenir en toute confiance. Notre métier est de vous proposer les solutions

Plus en détail

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 1 de l adulte

La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 1 de l adulte GUIDE - AFFECTION DE LONGUE DURÉE La prise en charge de votre maladie, le diabète de type 1 de l adulte Vivre avec un diabète de type 1 Avril 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous remet ce

Plus en détail

L enseignement intensif de l anglais, langue seconde Faits saillants du sondage de la FCPQ Enseignement intensif de l anglais, langue seconde

L enseignement intensif de l anglais, langue seconde Faits saillants du sondage de la FCPQ Enseignement intensif de l anglais, langue seconde L enseignement intensif de l anglais, langue seconde Faits saillants du sondage de la FCPQ Enseignement intensif de l anglais, langue seconde Fédération des comités de parents du Québec (FCPQ) Février

Plus en détail

Charte Mutuelle Existence

Charte Mutuelle Existence Charte Mutuelle Existence Développement Durable Développement Durable Environnement - Social - Économique Sommaire Définition du Développement Durable p. 2 Nos valeurs et nos engagements p. 3 Charte Sociale

Plus en détail

La santé au travail, ce n est pas qu une question d aptitude. Couverture territoriale. Nos adhérents. par secteur d activité

La santé au travail, ce n est pas qu une question d aptitude. Couverture territoriale. Nos adhérents. par secteur d activité La santé au travail, ce n est pas qu une question d aptitude Nous, chefs d entreprise, sommes responsables de la santé et de la sécurité de nos salariés dans nos entreprises. Depuis plusieurs années, une

Plus en détail

Le dépistage néonatal et votre bébé : Un départ en santé pour une vie en meilleure santé

Le dépistage néonatal et votre bébé : Un départ en santé pour une vie en meilleure santé N ONATAL Le dépistage néonatal et votre bébé : Un départ en santé pour une vie en meilleure santé Un dépistage PréCoCe favorise Un TraiTemenT rapide En tant que nouveau ou futur parent, vous avez à cœur

Plus en détail

a pour objectif de faciliter les démarches administratives des membres des Conseils de quartier du 13e.

a pour objectif de faciliter les démarches administratives des membres des Conseils de quartier du 13e. Le pôle démocratie locale : Eric TAVER Adjoint au Maire chargé des questions relatives à la démocratie locale et aux Conseils de quartier erictaver@parisfr Charlotte DEBOEUF Chargée de mission Sécurité,

Plus en détail

Le diabète et ses complications

Le diabète et ses complications Le diabète et ses complications Toujours plus de diabétiques De quoi s agit-il? On est diabétique lorsqu on a trop de sucre dans le sang. Normalement, notre taux de sucre dans le sang (glycémie) à jeûn

Plus en détail

Guide d utilisation conçu par Vacances Ouvertes pour APVWEB, l outil de saisie de bilan de l ANCV

Guide d utilisation conçu par Vacances Ouvertes pour APVWEB, l outil de saisie de bilan de l ANCV Guide d utilisation conçu par Vacances Ouvertes pour APVWEB, l outil de saisie de bilan de l ANCV Depuis 2010, APV Web est l outil informatique des Aides aux Projets Vacances, programme d'action sociale

Plus en détail

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE RELATIVE À L APPRÉCIATION DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DUPERSONNEL DE SOUTIEN (PO 13) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE RELATIVE À L APPRÉCIATION DU PERSONNEL

Plus en détail

www.ascensia.ca Choisissez un indicateur de glycémie Ascensia

www.ascensia.ca Choisissez un indicateur de glycémie Ascensia V O U S I N F O R M E www.ascensia.ca Choisissez un indicateur de glycémie Ascensia En quoi consiste l épreuve de glycémie? Le glucose est une sorte de sucre que l on trouve dans le sang. L épreuve de

Plus en détail

Sommaire... 1. Introduction... 2. Méthodologie...3. L opération de prospection...3. Cible :... 3. Objectifs :... 4. Fichier client :...

Sommaire... 1. Introduction... 2. Méthodologie...3. L opération de prospection...3. Cible :... 3. Objectifs :... 4. Fichier client :... Sommaire Sommaire... 1 Introduction... 2 Méthodologie...3 L opération de prospection...3 Cible :... 3 Objectifs :... 4 Fichier client :... 5 Information nécessaire pour mieux vendre :...6 Les techniques

Plus en détail

Comment s est passée cette deuxième saison de GrippeNet.fr?

Comment s est passée cette deuxième saison de GrippeNet.fr? Le site a reçu 139 646 visites, soit une moyenne de 1 visite par minute pendant toute la saison! Chers participants à GrippeNet.fr, Vous avez été 6 068 à participer à la seconde saison de GrippeNet.fr,

Plus en détail

De précieux conseils pour l utilisation des jeux de hasard

De précieux conseils pour l utilisation des jeux de hasard Aides aux personnes concernées et à leurs proches Pour une consultation professionnelle, veuillez vous adresser à un centre de consultation ou à un groupe de parole proche de chez vous. Avec un carnet

Plus en détail

Le diabète gestationnel

Le diabète gestationnel Le diabète gestationnel Nature du diabète gestationnel Le diabète gestationnel apparait durant la grossesse et disparaît généralement après l accouchement. Dans la plupart des cas, il est trouvé par une

Plus en détail

Le FICP Fichier national des Incidents de remboursement des Crédits aux Particuliers

Le FICP Fichier national des Incidents de remboursement des Crédits aux Particuliers LES MINI-GUIDES BANCAIRES Repère n 17 Le FICP Fichier national des Incidents de remboursement des Crédits aux Particuliers Ce mini-guide a été conçu par le Centre d Information Bancaire 18 rue La Fayette

Plus en détail

Comment t accueillir dans la classe?

Comment t accueillir dans la classe? Comment t accueillir dans la classe? Souvent, l accueil des élèves en début d année est limité à son strict minimum (visite, présentation rapide et informelle, quelques activités d échanges ) En plus de

Plus en détail

Façonne ton avenir. Grâce à un apprentissage professionnel chez Swisscom.

Façonne ton avenir. Grâce à un apprentissage professionnel chez Swisscom. Façonne ton avenir. Grâce à un apprentissage professionnel chez Swisscom. Prêt pour le marché du travail. Un apprentissage professionnel te permet d accéder directement à la vie professionnelle en sortant

Plus en détail

Proposé par www.posineo.fr GUIDE DU WEB. CONSEILS ET OUTILS PRATIQUES «5 conseils à suivre pour votre entreprise»

Proposé par www.posineo.fr GUIDE DU WEB. CONSEILS ET OUTILS PRATIQUES «5 conseils à suivre pour votre entreprise» Proposé par GUIDE DU WEB CONSEILS ET OUTILS PRATIQUES «5 conseils à suivre pour votre entreprise» 1 Gardez une trace de vos réalisations Photos, vidéos, témoignages, commentaires sur vos projets Quelle

Plus en détail

LE PORTAIL INTERNET / INTRANET DES ARS www.ars.sante.fr. Agence Régionale desanté

LE PORTAIL INTERNET / INTRANET DES ARS www.ars.sante.fr. Agence Régionale desanté LE PORTAIL INTERNET / INTRANET DES ARS www.ars.sante.fr Agence Régionale desanté Le portail ARS en trois points 1 Un site national et 26 sites régionaux Le portail regroupe un site Internet / national

Plus en détail

Catalogue de formations. Un programme de

Catalogue de formations. Un programme de Catalogue de formations 2015 Un programme de Présentation des formations d Emmaüs Connect Une expertise capitalisée depuis 5 ans par un travail de terrain Emmaüs Connect est une association du Mouvement

Plus en détail

Petit guide du parrainage

Petit guide du parrainage Petit guide du parrainage La solidarité est essentielle. Tous ensemble, nous pouvons les aider à réaliser leur rêve, celui d un monde meilleur! www.iccvnazemse.org «Le développement humain durable et local

Plus en détail

Fiche Pratique CNDS Construire un Projet Territorial Concerté

Fiche Pratique CNDS Construire un Projet Territorial Concerté Fiche Pratique CNDS Construire un Projet Territorial Concerté I - Définition du Projet Territorial Concerté - PTC Le "Projet Territorial Concerté" est une démarche de coopération et de mutualisation des

Plus en détail

Livret d accueil du service Accueil temporaire. Maison Saint Cyr Rennes

Livret d accueil du service Accueil temporaire. Maison Saint Cyr Rennes Livret d accueil du service Accueil temporaire Maison Saint Cyr Rennes 1 L Accueil temporaire pour qui? L Accueil temporaire s adresse aux personnes âgées qui vivent à domicile et qui souhaitent un séjour

Plus en détail