Étude de l impact économique du 55 ème Festival des Arts et Traditions Populaires de Confolens

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Étude de l impact économique du 55 ème Festival des Arts et Traditions Populaires de Confolens"

Transcription

1 Étude de l impact économique du 55 ème Festival des Arts et Traditions Populaires de Confolens Festival 2012 ERIC MAURENCE CONSULTANTS Etudes économiques. Institut de sondages 6 bis, rue des Jotglars Perpignan Tél : Fax :

2 RÉFÉRENCES MÉTHODOLOGIQUES Les partis-pris de méthode retenus pour la réalisation de cette étude sont conformes aux préconisations du guide méthodologique de la Direction générale de la compétitivité, de l'industrie et des services Ministère de l'économie, des finances et de l'industrie "La mesure de l'impact économique d'un évènement touristique" 2

3 SOMMAIRE 1. OBJET ET CHAMP D'ANALYSE 2. LA MESURE DE L'IMPACT "ORGANISATEURS" 3. LA MESURE DE L'IMPACT "STANDS" 4. LA MESURE DE L'IMPACT "VISITEURS" 5. SYNTHÈSE Remerciements 3

4 2. IMPACT ORGANISATEURS 1. OBJET ET CHAMP D'ANALYSE 2. LA MESURE DE L'IMPACT "ORGANISATEURS" 3. LA MESURE DE L'IMPACT "STANDS" 4. LA MESURE DE L'IMPACT "VISITEURS" 5. SYNTHÈSE Remerciements 4

5 1 LA DÉFINITION DU CHAMP D'ANALYSE Objet de l'étude : Évaluer l'impact économique du 55 ème festival des Arts et Musique du Monde de Confolens sur son territoire environnant Festival étudié : Festival 2012 [55 ème édition] Organisé du jeudi 9 au mercredi 15 août [7 jours] 3 questions préalables importantes pour la définition du champ d analyse Question 1 : De quel phénomène mesurer l'impact? Sujet de l'étude Question 2 : Quel type d'impact prendre en compte? Finalité de l'étude Question 3 : Sur quel périmètre géographique? Territoire d'étude 5

6 2 1 ère question : de quel phénomène mesurer l'impact? FOCALISATION SUR LA DYNAMIQUE ÉVÈNEMENTIELLE? 6

7 3 2 ème question : quel type d impact? UNE FOCALISATION SUR L IMPACT ÉCONOMIQUE Les impacts potentiels d'un évènement sur un territoire sont multiples et interdépendants Ils ne peuvent réduits à la seule dimension économique Impact environnemental Surlafaune,laflore,leséléments,lessitesetpaysages: dégradation, pollution, entretien Impact social Sur le bien-être de la population: fierté, utilité mais aussi nuisances (congestion, bruit) Impact sur l activité Sur le développement de l activité localement : niveau de pratique, soutien, reconnaissance Impact sur l économie Sur le niveau d activité et de richesses: activité du système productif et commercial, emploi, revenus Compte tenu de l'objet de l'étude, nous n'aborderons ici que la mesure de l'impact économique 7

8 4 2 ème question : quel type d impact? UNE FOCALISATION SUR L IMPACT DE COURT TERME Un évènement peut générer des impacts économiques à de multiples niveaux. Tableau impact P9 Impact de court terme Impact de "dépenses" Activité économique généré par les dépenses réalisées sur le territoire du fait de la présence de l'évènement : organisation, visiteurs Impacts de moyen / long termes Liés aux nouvelles potentialités découlant de la présence de l'évènement Impact "différé" Activité post évènement découlant des dépenses réalisées sur le territoire par des visiteurs l'ayant connu grâce à l'évènement Impact "attractivité" ou "médiatique" Accroissement de la notoriété et de l attractivité du territoire : tourisme, implantation (ménages / entreprises), positionnement concurrentiel Impact "structuration" Amélioration des potentialités productives du territoire : structuration de filières, développement d activités périphériques, effet d'expérience Focalisation sur le type d'impact pour lequel des outils de mesure accessibles et éprouvés existent : l'impact économique de "court terme" Principe DGCIS / Atout France unmodule central et des modules complémentaires 8

9 5 2 ème question : quel type d impact? RAPPEL DES DIFFÉRENTS TYPES D IMPACTS ÉCONOMIQUES Impacts non mesurés. P10 Retour. P8 (Eric Maurence) 9

10 6 2 ème question : quel type d impact? LES IMPACTS NON MESURÉS Retour. P9 Impactmédiatique (impact sur la notoriété, l'imagedu territoire) qui a comme conséquence une amélioration de l'attractivité du territoire et, in fine, la venue de nouveaux visiteurs, ménages ou entreprises Impact généré par la nouvelle fréquentation touristique attribuabledirectement ou indirectement au festival : les visiteurs du festival susceptibles de revenir sur le territoire les proches de ces visiteurs exposés à un bouche-à-oreille positif Activité découlant du développement de nouvelles activités en lien avec l'objet du festival : Activités artistiques, artisanales, industrielles, commerciales Organisation de nouvelles manifestations du fait de l'amélioration des savoir-faire et de la présence de nouvelles potentialités : Équipements structurants (salles de spectacles, réhabilitation de sites ) Compétences en matière d'organisation, de relations avec les médias, les partenaires 10

11 7 2 ème question : quel type d impact? UN IMPACT EN DEUX TEMPS : injections -répercussions L'impact de court terme se manifeste en deux temps. Pour des raisons techniques, seul le temps 1 sera pris en compte. Relations clients fournisseurs. P12 Consommation des ménages. P13 11

12 8 2 ème question : quel type d impact? RÉPERCUSSIONS LIÉES AUX ÉCHANGES INTER-ENTREPRISES ou impact indirect Chiffre d affaires HT des entreprises de première ligne CA impact primaire Marchés intérieurs Importations Sorties des échanges inter-entreprises Tour 1 ❶ Achats auprès de fournisseurs locaux ❷ Achats hors territoire ❸ Autres postes : salaires, impôts et taxes, épargne Tour 2 ❶ ❷ ❸ A chaque tour de dépenses des flux financiers ❷❸ sortent du circuit économique de court terme Tour 3 ❶ ❷ ❸ Tour 4 ❶❷❸ L impact indirect correspond ici à la somme de tous les courants d affaires entre entreprises locales ❶ qui découlent de l activité initiale générée par la présence de l événement Tour 5 Tour 1 Tour 2 etc. Retour P11 Etc. Impact secondaire total lié aux échanges interentreprises (Eric Maurence) Le mécanisme, exprimé ici en chiffre d affaires peut l être à d autres niveaux: emplois, valeur ajoutée, revenus net des ménages, etc 12

13 9 2 ème question : quel type d impact? RÉPERCUSSIONS LIÉES À LA CONSOMMATION DES MÉNAGES ou impact induit Personnel local des entreprises directement ou indirectement bénéficiaires de l activité générée par l événement Rétributions perçues (salaires, dividendes ) ❶ Dépenses de consommation locales EMPRISE ❷ Dépenses de consom. hors territoire ÉVASION ❸ Autres : impôts et taxes, épargne et remboursements AUTRES FUITES Tour 1 CA TTC entreprises locales Rétributions personnel du territoire Autres : personnel hors terr., achats, impôts Comme précédemment, à chaque tour de dépenses des flux financiers sortent du circuit économique à court terme ❷❸ ❶ Conso locales ❷ ❸ Activité induite par la consommation des ménages Tour 2 CA TTC ent. locales Rétrib. Autre Tours > 1 2 / CA TTC entreprises locales CA TTC ent. locales Retour P11 ❶ Rétributions personnel du territoire Rétrib. pers / (Eric Maurence) Revenus induits par la consommation des ménages 13

14 10 2 ème question : quel type d impact? LES SOURCES DE L IMPACT PRIMAIRE Trois sources d impact primaires sont généralement observées : les organisateurs, les visiteurs et les entreprises présentes localement durant toute la durée du festival. Toutes trois ont été étudiées dans le cadre de l'étude. 14

15 11 2 ème question : quel type d impact? LES FLUX FINANCIERS PRIS EN COMPTE Conformément aux principes régissant la réalisation des impacts économiques de l impact économique de court terme seuls ont été pris en compte les flux Décisions importantes Principe 1 AVEC DES ACTEURS EXTÉRIEURS AU TERRITOIRE Définition du TERRITOIRE DE RÉFÉRENCE P16 Principe 2 ATTRIBUABLES À LA PRÉSENCE DE L ÉVÈNEMENT Choix des conditions D ATTRIBUTION et D ÉVICTION Principe 3 PRODUISANT LEURS EFFETS À COURT TERME Sélection des FLUX DE COURT TERME 15

16 12 2 ème question : quel type d impact? INCIDENCE DES LA LOCALISATIONDES ACTEURS Seuls les flux impliquant des acteurs du territoire avec des acteurs extérieurs au territoire sont pris en compte. Retour P11 Ainsi, les échanges entre les acteurs locaux ne sont pas comptabilisés de même que le échanges entre des acteurs extérieurs au territoire, neutres économiquement sur le plan local. Provenance des RESSOURCES Les flux entrant sur le territoire sont considérés comme des injections et impactent positivement l'économie locale. A l'inverse, les flux sortant du territoire sont considérés comme des fuites sources d'impact négatif. Territoire Hors territoire Territoire Non pris en compte REDISTRIBUTION Entrées Injection Destination des DÉPENSES Hors territoire Sorties Fuites Non pris en compte PAS D INCIDENCE 16

17 13 3 ème question : quel territoire d impact? CHOIX DU PAYS DE CHARENTE LIMOUSINE Le choix du territoire au niveau duquel l impact est calculé est un élément déterminant de l étude. Une modificationde la taille du territoire va en effet avoir des conséquences directes sur les niveaux d impact observés Plusieurs solutions ont été envisagées : La commune de Confolens La communauté de communes du Confolentais Le Pays Charente Limousine Le département de la Charente Le choix s est porté sur le Pays de Charente Limousine (+ la commune de Saint-Junien). Source carte : Gîtes de France en Charente (site internet) 17

18 2. IMPACT ORGANISATEURS 1. OBJET ET CHAMP D'ANALYSE 2. LA MESURE DE L'IMPACT "ORGANISATEURS" 3. LA MESURE DE L'IMPACT "STANDS" 4. LA MESURE DE L'IMPACT "VISITEURS" 5. SYNTHÈSE Remerciements 18

19 1 OBJET ET PARTI-PRIS DE MÉTHODE Rappel de l objet : Évaluer le supplément d activité généré dans le tissu économique local du fait de l organisation du festival Principe d analyse : Analyse de type INJECTION - FUITE Rappel territoire : Pays de Charente Limousine (+ la commune de Saint-Junien) 19

20 2 MODE OPÉRATOIRE Données sources : L analyse a été réalisée à partir des données comptables de l association organisatrice Les données ont été communiquées de manière exhaustive (détail par opération) Informations disponibles par opération : 1. Nomde l organisme ou de la structure 2. Nature de l opération (détail du type de recette ou de dépense) 3. Localisation de la structure impliquée : code postal et commune 4. MontantHT et TTC 5. Affectationde l opération : (1) «festival» ; (2) «tournée» ; (3) Général (non affectation) Exploitation : L exploitation des données a été effectuée via le modèle d analyse ORG IMPACT formalisé spécifiquement par EMC à cet effet. Elle a pris en compte deux paramètres importants : 1/ LA LOCALISATION DES FLUX à partir de la localisation des acteurs concernés Pour les structures : code postal (données organisateurs) Pour les individus : lieu de résidence principale (lien avec l enquête visiteurs et les données organisateurs concernant notamment les bénévoles) 2/ L AFFECTATION DES FLUX aux activités de l association Affectation réalisée par les organisateurs Les opérations transversales(communes aux deux activités) ont été réparties au prorata des flux spécifiques affectés 20

21 3 LES RESSOURCES DE L ASSOCIATION Le budget de l association est de HT HT en ressources financières et en prestations (bénévolat et apports en nature effectués par la mairie). Les trois principales sources de ressources financières sont : Labilletterie: (29,7%) Lavente des prestations des groupes: (25,9%) Lessubventions: (24,1%) Logiquement, la structure des ressources diffère fortement selon le type d activités (festival ou tournées). Association (festival + tournées) 21

22 4 LA PROVENANCE DES SUBVENTIONS Environ 20 % des subventions versées pour l'organisation du festival proviennent du territoire : Mairie de Confolens et Communauté de communes du Confolentais. Soit 4,5 % du budget de l'association 25 % sont attribuées par le Département. 6,2 % du budget 55 % par le Conseil Régional de Poitou Charente 13,3 % du budget 22

23 5 LA PROVENANCE DES RESSOURCES Les ressources de l association proviennent en premier lieu de l extérieur de la région: 38% Un quart du budget émane des acteurs de la région. Une proportion identique(un peu moins de 20%) du territoire et du département de la Charente Si l on restreint l analyse au seul festival, la répartition de la provenance des ressources est équilibrée entre les 4 zones. Plus de 80% des ressources générées par l activité «tournées» viennent par contre de l extérieur de la région. Association (festival + tournées) 23

24 6 LA DESTINATION DES DÉPENSES L association totalise HT de dépenses (1 million d'euros TTC) pour ses différentes activités : attribuables au festival et aux tournées 1. Plus de la moitié de cette dépense (57%) est effectuée dans la région Poitou-Charente. Cette proportion est plus importante en ce qui concerne le festival: près de 44%. Cela tient principalement au fait que les organisateurs doivent rechercher, à l'extérieur du territoire, des prestataires et fournisseurs non présents localement L association réinjecte 35 % de ses ressources sur le territoire : 23% pour le festival et 68% pour les tournées. 1 D'un point de vue comptable, l'association distingue trois types de dépenses : les dépenses directement liées au festival, celles directement liées à l'organisation des tournées et les dépenses "générales", non affectables à l'une ou l'autre des deux activités. Pour être en mesure de déterminer les dépenses attribuables au festival, les dépenses générales ont été réparties entre les deux activités au prorata des dépenses spécifiques. Modélisation Org Impact Association (festival + tournées) 24

25 7 ÉVALUATION DE L IMPACT ORGANISATEURS L ensemble des activités de l associationgénère un impact économique de HT sur le territoire. Ces retombées sont principalement liées à l organisation de tournées du fait de la forte proportion de recettes extra-territoriales et du recours important à des prestataires locaux : HT. Le festival quant à lui équilibre quasiment les recettes et dépenses à l'échelle du territoire avec un solde légèrement négatif de HT. 25

26 2; IMPACT ORGANISATEURS 1. OBJET ET CHAMP D'ANALYSE 2. LA MESURE DE L'IMPACT "ORGANISATEURS" 3. LA MESURE DE L'IMPACT "STANDS" 4. LA MESURE DE L'IMPACT "VISITEURS" 5. SYNTHÈSE Remerciements 26

27 1 LA PRÉSENCE "D'ENTREPRISES ÉVÈNEMENT" : LES STANDS 41 stands Durant le festival, une quarantaine de stands commercialisent des produits sur les sites du festival ou à leur périphérie. Il s'agit : - Essentiellementde stands de ventes de produits d'artisanat du monde : 32 stands - Dans une moindre mesure de stands alimentaires: 7 stands (vente de crêpes, de produits régionaux de Charente, plats à emporter, de confiserie ) - Plus marginalement, de stands de loisirs et de jeux : 2 stands Outre le fait de proposer des produits aux visiteurs ces stands constituent un facteur d'animation et prolongent l'ambiance de l'évènement au-delà des seuls sites et périodes de spectacles. C'est notamment le cas de ceux regroupés au Marché du Monde (Place de la mairie rebaptisée le temps du festival Place du Monde) : 19 stands artisanaux et alimentaires. Tousces stands ont été retenus par des commerçants et artisans originaires de l'extérieur de la zone d'impact. Les dépenses qu'ils réalisent localement pendant le festival constituent donc des injections de ressourcesdevant être comptabilisées comme autant d'impacts positifs. Ces dépenses sont de deux natures : - La location de l'emplacement ou du stand - Les achats de produits et services pour l'exercice de l'activité (marchandises, fournitures ) 27

28 2 INJECTIONS ET FUITES GÉNÉRÉES PAR LES STANDS 28

29 3 LES DÉPENSES LOCALES DES STANDS. 1/2 Les dépenses de location d'emplacement La prise en compte des locations de stands nécessite de distinguer : Les stands inscrits auprès des organisateurs: Il s'agit des stands présents sur les sites du festival : 20 stands artisanaux et alimentaires Place du Monde 2 stands de jeux et de loisirs à l'espace enfant (Parc du festival) Le montant de ces locations ont été prises en compte lors de l'analyse de l'impact organisateurs en ressources extra-territoriales. Elles ne doivent donc pas être comptabilisées à nouveau ici. Les stands inscrits auprès de la mairie de Confolens : Ces stands artisanaux sont localisés en périphérie des sites du festival : Nombre de stands : 19 Montants des locations : 2945 (ressources fiscales) 29

30 4 LES DÉPENSES LOCALES DES STANDS. 2/2 Les achats de biens et services pour l'activité Les différents types de dépenses d'exploitationpouvant subvenir en cours de festival ont été retenues : Achats de marchandises Achats de fournitures Location de matériels ou équipements Prestations de service (sécurité, entretien,réparation ) Leur évaluation a été faite directement auprès des professionnels dans le cadre d'une enquête par sondage. Échantillon : 26 stands. Les dépenses locales varient fortement selon l'activité des stands. Il convient ainsi de distinguer : Les stands avec production alimentaire [crêperie, repas à emporter ] Approvisionnement local pour la production des produits et repas vendus Dépense moyenne par stand = 418,00. Dépense totale = 2090 Les stands sans production alimentaire [stands artisanaux, de produits de confiserie ] Quelques achats de fournitures. Les 2/3 des stands n'ont effectué aucune dépense Dépense moyenne par stand = 11,10.Dépense totale =400 Dépenses locales d'exploitation des stands =

31 5 IMPACT ÉCONOMIQUE GÉNÉRÉ PAR LES STANDS Dépenses totales Au total, la présence des stands a généré près de de recettes pour les acteurs économiques du territoire. La moitié de ces recettes est constituée du montant des locations de stands et emplacements versés auprès des organisateurs : TTC ( HT). Cette injection a été comptabilisée en ressources lors du calcul de l'impact organisateurs. Les dépenses personnelles des "standistes" et de leurs proches (environ TTC) seront prises en compte lors de l'analyse de l'impact visiteurs. Le montant additionnel de ressources, soit 5435, est ainsi constitué : des locations de stands auprès de la Mairie : 2945 (pour les stands situés hors des sites du festival) des dépenses faites auprès de fournisseurs locaux : 2490 Dépenses additionnelles

32 3. IMPACT VISITEURS 1. OBJET ET CHAMP D'ANALYSE 2. LA MESURE DE L'IMPACT "ORGANISATEURS" 3. LA MESURE DE L'IMPACT "STANDS" 4. LA MESURE DE L'IMPACT "VISITEURS" 5. SYNTHÈSE Remerciements 32

33 1 PRINCIPE GÉNÉRAL DU CALCUL DE L IMPACT VISITEURS Objectifs de l'étude : ❶ Évaluer le nombre total de visiteurs ❷ Estimer la proportion de visiteurs générateurs d'impact ❸ Mesurer la dépense moyenne par visiteur 33

34 2 UNE ANALYSE PAR CATÉGORIE DE VISITEURS Point 3 : L évènement attire sur le territoire des individus très différents en termes de PROFILS, de MODALITÉS DE PRÉSENCE, de COMPORTEMENTSet de NIVEAUX DE DÉPENSES Ex. : - Le spectateur occasionnel venu pour une demi-journée ou une soirée - Le spectateur assidu venus plusieurs jours - L artiste venus avec sa troupe - Le bénévole Il est nécessaire, d un point de vue statistiqueet pratique,de procéder à une analyse par catégorie de visiteurs (stratification) La logique précédente doit être adoptée pour chaque catégorie de visiteurs ❶ Effectif de la strate ❷ Nombre de visiteurs générateurs d'impact ❸ Dépense moyenne par VGI 34

35 LE CHOIX DES STRATES DE VISITEURS 35

36 1 LES CATÉGORIES DE VISITEURS RETENUES Compte tenu de la configuration du festival et après concertation avec les organisateurs 4 catégories de visiteurspotentiellement générateurs d impact économique ont été retenues et ont fait l'objet d'une analyse spécifique : 1 Le PUBLIC Spectateursvenus assister au festival dans le cadre d'une visite à la journée ou en séjour 2 Les ARTISTES Artisteset autres membres des troupes (responsables, techniciens) 3 Les BÉNÉVOLES Intervenantsà titre bénévole dans l organisation du festival 4 Le personnel des STANDS Personnel travaillant dans le standsprésents sur le festival et leurs accompagnateurs 36

37 LA MESURE DE LA DÉPENSE DES VISITEURS PAR STRATE Impact généré par les artistes Impact généré par les bénévoles Impact généré par les personnels des stands Impact généré par le grand public 37

38 IMPACT GÉNÉRÉ PAR LES ARTISTES 38

39 1 LA MESURE DE LA DÉPENSE DES ARTISTES Effectif : Le nombre d artistes présents dans le cadre du festival était connu des organisateurs. 397 artistes étrangers se sont ainsi produits dans le cadre des 15 groupes. Attribution : (VGI) Tous ces artistes (et autres membres les accompagnants) sont considérés comme générateurs d impact dans la mesure où : ❶ Ils proviennent de l extérieur du territoire ❷ Ils ne seraient pas venus à Confolens si le festival n avait pas eu lieu Dépenses : (Données) Les données sur leurs dépenses ont été recueillies par enquête par sondage directement auprès des membres des troupes. Ces questionnement individuels ont été réalisés : - Principalement en face-à-face par l équipe d enquêteurs - De manière secondaire, par la voie auto-administrée. Les artistes ont alors été invités à répondre seuls à un questionnaire qui leur avait été communiqué. Au total 145 artistes ont répondu à l enquête (36 %). 39

40 2 DÉPENSES LOCALES DES ARTISTES / pers Globalement les artistes ont dépensé près de sur le territoire durant leur séjour Soit environ 5,80 par jour / 50 par personne. Principal poste de consommation : les achats(alimentaires et non alimentaires) suivis des consommations dans les cafés et les repas(au restaurant ou à emporter). La présence des troupes n'a pas généré de retombées dans les hébergements marchands dans la mesure où elles étaient logées à titre gratuit par les organisateurs. Interprétation: 37% des membres des troupes ont acheté au moins un repas à titre marchand (restaurant ou repas à emporter) Interprétation: 31% de la dépense des artistes ont été consacrés à l'achat de repas (au restaurant ou à emporter) 40

41 IMPACT GÉNÉRÉ PAR LES BÉNÉVOLES 41

42 1 LA MESURE DE LA DÉPENSE DES BÉNÉVOLES Effectif : Comme les artistes, le nombre de bénévoles était connu des organisateurs. 300 bénévoles ont ainsi participé à la réalisation du festival en 2012 Attribution : (VGI) A la différence des artistes toutefois, tous les bénévoles ne sont pas générateurs d impact dans la mesure ou la majorité d'entre eux est originaire de la région. 90 bénévoles (30%) sont venus de l extérieur du territoire et ont donc été considérés comme potentiellement générateurs d impact. Dépenses : (Données) Les informations sur la dépense de ces bénévoles ont été recueillies par sondage. Cette enquête a été réalisée par la voie auto-administrée: distribution de questionnaires et, dans une moindre mesure, envoi d un questionnaire par internet. 100 bénévoles ont répondu à l enquête (33 %) dont 53 extra-territoriaux (59%). 42

43 2 DÉPENSES LOCALES DES BÉNÉVOLES EXTRA-TERRITORIAUX / VGI* 26 / bénévole** Les bénévoles extra-locaux ont dépensé environ 7700 sur le territoire durant le festival Environ 10 par jour/ 85 par personne. Principaux postes de consommation : les achats dans les commerces (36%) suivis des consommations dans les bars (26%) et les repas (au restaurant ou à emporter) : 23%. * VGI: Visiteur Générateur d'impact(visiteurs dont les dépenses sont prises en compte dans le calcul de l'impact économique). En l'occurrence ici les bénévoles n'habitant pas le Pays de Charente Limousine ou Saint Junien, soit 90 personnes. ** Impact généré par les bénévoles extraterritoriaux (7700 )/ Nombre total de bénévoles (300) Interprétation: 5,5% des bénévoles extra-territoriaux ont séjourné au moins une nuit dans un hébergement marchand Interprétation: 14% de la dépense des bénévoles extraterritoriaux ont été effectués dans les hébergements marchands 43

44 IMPACT GÉNÉRÉ PAR LE PERSONNEL DES STANDS 44

45 1 LA MESURE DE LA DÉPENSE DES "STANDISTES" Effectif : Le nombre de personnes travaillant dans les stands durant le festival n est pas connu des organisateurs (responsables et employés). Il a été déterminé par le croisement de deux données : le nombre de stands présents (source organisateurs) et le nombre moyen de personnes par stand déterminé par sondage. Le nombre de personnes travaillant dans les stands a ainsi pu être évalué à 100 personnes Attribution : (VGI) Comme pour les artistes, les personnes présentes dans le cadre des stands sont considérées comme génératrices d impact du fait de leur provenance extraterritoriale et du motif de leur présence sur le territoire, centré sur la participation au festival à des fins commerciales. Dépenses : (Données) Les informations sur la dépense de ces bénévoles ont été recueillies par sondage. Cette enquête a été réalisée en face-à-face par l équipe d enquêteurs. 27 des 40 responsables de stands ont répondu à l enquête. 45

46 2 DÉPENSES LOCALES DES "STANDISTES" / pers. Les 100 "standistes" présents pendant le festival ont dépensé environ 110 en moyenne durant leur séjour à Confolens. Soit un impact total de La structure de leur consommation se caractérise par une plus forte proportion d'utilisateurs d'hébergements marchands (55%) et une plus forte consommation dans les commerces (notamment au niveau des achats courants). Interprétation: 54,9% des personnels des stands ont séjourné au moins une nuit dans un hébergement marchand Interprétation: 26% de la dépense des "standistes" ont été effectués dans les hébergements marchands 46

47 IMPACT GÉNÉRÉ PAR LE PUBLIC 47

48 1 L ÉVALUATION DU NOMBRE DE VISITEURS GRAND PUBLIC Effectif : Le nombre de visiteurs grand public est inconnu des organisateurs. La configuration du festival n a pas permis de l estimer : - Parcomptage: du fait de la présence de manifestations en milieu ouvert (déambulations, concerts sur les places ) - A partir des seules données de la billetterie : du fait de la présence de nombreuses manifestations gratuites ou mixtes (gratuités sous conditions ) Formalisation d un protocole en deux temps Temps 1: Estimation du nombre de visiteurs assistant aux spectacles payants À partir : - Des données de la billetterie (nombre d entrées) - Des données de l enquête auprès des visiteurs (nombre moyen d entrées par pers.) Temps 2 : Estimation du nombre de visiteurs ayant assisté exclusivement aux spectacles gratuits Point d ancrage à partir du nombre de visiteurs aux spectacles payants 48

49 2 LOGIQUE GÉNÉRALE DE L ESTIMATION + 49

50 3 LE NOMBRE DE VISITEURS UNIQUES AUX SPECTACLES PAYANTS Nombre d'entrées "grand public" à titre payant : Temps 1 Nombre total d'entrées tous spectacles confondus, durant les 7 jours du festival. Entrées payantes et gratuites grand public + entrées partenaires Nombre moyen d'entrées payantes par visiteur payant : 1,76 Estimé par sondage Nombre de visiteurs uniques payants : personnes 50

51 4 ESTIMATION DU NOMBRE TOTAL DE VISITEURS GRAND PUBLIC Temps visiteurs Le nombre de visiteurs grand public peut être estimé à environ personnes visiteurs aux spectacles payants dont exclusivement (pas de spectacles gratuits) visiteurs aux manifestations gratuites. 28% (5 000) n'ont assisté à aucun spectacle payant (soit 60%) ont assisté aux deux types de spectacles (gratuits et payants). 51

52 5 ESTIMATION DU NOMBRE DE VISITEURS GÉNÉRATEURS D IMPACT Attribution : (VGI) Tous les visiteurs présents au festival ne seront pas pris en compte dans le cadre de l'étude. Leurs dépenses ne seront donc pas apportées au crédit du festival. Deux catégories seront notamment exclues : - Les habitants du territoire (locaux) L'étude ayant deux niveaux géographiques d'analyse, le nombre des locaux dont les dépenses ne seront pas prises en compte variera selon les - Les visiteurs extra-territoriaux qui seraient tout de même venus dans la région si le festival n'avait pas eu lieu (occasionnels) Nous retrouvons ici essentiellement des personnes venues voir des proches et des touristes en vacances dans la région et des visiteurs en séjour venus passer une journée au festival. 52

53 6 CRITÈRE 1 : PROVENANCE GÉOGRAPHIQUE Le festival attire principalement une fréquentation régionale (63%). Un quart des visiteurs est originaire du territoire de Charente Limousine (soit près de 5000 personnes) 53

54 7 CRITÈRE 2 : L'EXCLUSION DES VISITEURS "OCCASIONNELS" Deuxième condition à remplir pour pouvoir attribuer les dépenses des visiteurs à l'évènement: que ces dépenses n'aient pas été réalisées sur le territoire si le festival n'avait pas eu lieu. Ainsi, seront considérés comme visiteurs générateurs et verront donc leurs dépenses affectées à l'impact du festival les visiteurs résidant à l'extérieur du territoire et qui n'auraient pas effectués leur visite localement si le festival n'avait pas eu lieu. Les visiteurs pouvant être présents dans le cadre de visites à la journée ou en séjour, nous pouvons lesrépartiren4catégories: I. Les visiteurs générateurs d'impact à la journée : ces visiteurs sont venus de l'extérieur du territoire (depuis leur résidence principale ou un lieu de séjour) et ne seraient pas venus sur le territoire en l'absence du festival. Toutes les dépenses de leurs journées constituent des retombées économiques additionnelles pour le tissu local. II. Les visiteurs générateurs d'impact en séjour. Ces visiteurs proviennent de l'extérieur du territoire et ont séjourné localement pour assister au festival. Comme les précédents, ils n'auraient pas effectué leurs dépenses de séjour si le festival n'avait pas eu lieu. III. Les visiteurs à la journée non générateurs d'impact(nvgi). Venus de l'extérieur du territoire dans le cadre d'une visite à la journée, ils auraient effectué cette visite même en l'absence du festival. IV. Les visiteurs en séjour non générateurs d'impact (NVGI). Ces visiteurs séjournent sur le territoire mais ce séjour n'est pas conditionné par le festival. Les principaux motifs de visite sont alors le tourismeoulavisitedeprochesrésidantouenvacancesdanslarégion. 54

55 8 NOMBRE DE VISITEURS GÉNÉRATEURS D IMPACT Visiteurs 64% des visiteurs sont générateurs d impact soit personnes. Il s agit essentiellement de visiteurs à la journée: personnes. Le festival a également généré le séjour de 2280 visiteurs venus spécialement pour y assister. La proportion de visiteurs non locaux qui ne sont pas venus spécialement pour le festival (à la journée ou en séjour) est limitée : 10,5 % Visiteurs générateurs d impact Journées de visite 55

56 9 ESTIMATION DE LA DÉPENSE DU PUBLIC GÉNÉRATEUR D IMPACT Dépenses : (VGI) Comme pour les autres catégories de visiteurs, la dépense locale du public a été évaluée à partir de données recueillies par sondage. Les questions sur les dépenses (35) ont porté sur les 6 principales catégories de dépenses touristiques : Deux types de dépenses n'ont pas été retenus dans le calcul de l'impact généré par les visiteurs : ❶ Les dépenses auprès des organisateurs : billetterie, achats aux stands et points de restauration tenus par le festival (buvettes, bodega, restaurant du Théâtre des Ribières ). Dépenses déjà comptabilisées en ressources lors de la mesure de l'impact organisateurs. ❷ Les achats dans les stands artisanaux, non tenus par des locaux. Ces dépenses ne profitent pas au tissu économique local. Elles sont à l'origine d'un impact négatif lorsqu'elles émanent des visiteurs locaux. Montant estimé de la dépense des visiteurs locaux aux stands :

57 10 DÉPENSES LOCALES DES VISITEURS GRAND PUBLIC / VGI 17 / pers. Globalement les 64% de visiteurs grand public générateurs d impact ont dépensé sur le territoire durant leur séjour, soit une moyenne de 27 par personne. Présents à 82% dans le cadre de visites à la journée (voire à la soirée) les taux de consommation sont plus faibles que pour les autres catégories de visiteurs sur l'ensemble des postes de dépenses. Près de 40% de cette consommation a été réalisée dans les restaurants, 23% dans les hébergements marchands, 18% dans les cafés. 74 % de l'impact économique attribuable au public a été généré par les 18 % de visiteurs en séjour. Interprétation: 11 % du public générateur d'impact ont séjourné au moins une nuit dans un hébergement marchand Interprétation: 22% de la dépense du public générateur d'impact ont été effectués dans les hébergements marchands 57

LA MESURE DE L IMPACT ECONOMIQUE D UN EVENEMENT TOURISTIQUE

LA MESURE DE L IMPACT ECONOMIQUE D UN EVENEMENT TOURISTIQUE E M C ERIC MAURENCE CONSULTANTS Etudes économiques LA MESURE DE L IMPACT ECONOMIQUE D UN EVENEMENT TOURISTIQUE GUIDE METHODOLOGIQUE Avril 2010 AVANT PROPOS Ce document de synthèse est issu d un rapport

Plus en détail

Les Médiévales de Provins Edition 2012

Les Médiévales de Provins Edition 2012 Étude sur les retombées économiques d un évènement culturel Les Médiévales de Provins Edition 2012 Provins xx/xx/2013 1 1 - Introduction : objectifs de l étude Une méthodologie nationale pour le calcul

Plus en détail

Septembre 2010 - N 87 L édition 2010 du Game Fair en Loir-et-Cher Profil des visiteurs et impact économique. Enquête réalisée du 18 au 20 juin 2010

Septembre 2010 - N 87 L édition 2010 du Game Fair en Loir-et-Cher Profil des visiteurs et impact économique. Enquête réalisée du 18 au 20 juin 2010 Septembre 10 - N 87 L édition 10 du Game Fair en Loir-et-Cher Profil des visiteurs et impact économique Enquête réalisée du 18 au juin 10 Depuis 1987, le Game Fair a élu domicile dans le cadre prestigieux

Plus en détail

ENQUÊTE SUR L'IMPACT ECONOMIQUE DU FESTIVAL MONDIAL DES THEATRES DE MARIONNETTES ENQUÊTE CHALANDS

ENQUÊTE SUR L'IMPACT ECONOMIQUE DU FESTIVAL MONDIAL DES THEATRES DE MARIONNETTES ENQUÊTE CHALANDS Le 11 décembre 2006 ENQUÊTE SUR L'IMPACT ECONOMIQUE DU FESTIVAL MONDIAL DES THEATRES DE MARIONNETTES ENQUÊTE CHALANDS Enquête réalisée par questionnaire direct auprès des visiteurs pendant la période du

Plus en détail

Avec près des deux tiers des

Avec près des deux tiers des Les Dossiers de l Observatoire Régional du Tourisme n 42 - mars 2012 Le poids économique de l hôtellerie de plein air en Pays de la Loire Plus de 600 campings Un chiffre d affaires annuel de 230 millions

Plus en détail

EVALUATION DE L'IMPACT ECONOMIQUE DU TOURISME DANS LE PAYS HORLOGER

EVALUATION DE L'IMPACT ECONOMIQUE DU TOURISME DANS LE PAYS HORLOGER EVALUATION DE L'IMPACT ECONOMIQUE DU TOURISME DANS LE PAYS HORLOGER Syndicat mixte du Pays Horloger Comité Régional du Tourisme - Observatoire Régional du Tourisme CARTE DES COMMUNES DU PAYS HORLOGER Laval-le-

Plus en détail

Fiscalité des associations du secteur du spectacle vivant

Fiscalité des associations du secteur du spectacle vivant Fiscalité des associations du secteur du spectacle vivant Annexe 10 1. Association de création artistique Question : Dans quels cas les activités des associations de création artistique sont-elles exonérées

Plus en détail

PROPOSITION DE LOI SUR LA LOCATION DE LOGEMENT CHEZ L HABITANT EXPOSE DES MOTIFS

PROPOSITION DE LOI SUR LA LOCATION DE LOGEMENT CHEZ L HABITANT EXPOSE DES MOTIFS PROPOSITION DE LOI SUR LA LOCATION DE LOGEMENT CHEZ L HABITANT EXPOSE DES MOTIFS L hébergement chez l habitant existe depuis de nombreuses années sous différentes formes et son développement s est accentué

Plus en détail

QuickTime et un décompresseur sont requis pour visionner cette image. ETUDE DE CLIENTELE TOURISTIQUE DU LIMOUSIN. 7 avril 2009

QuickTime et un décompresseur sont requis pour visionner cette image. ETUDE DE CLIENTELE TOURISTIQUE DU LIMOUSIN. 7 avril 2009 ETUDE DE CLIENTELE TOURISTIQUE DU LIMOUSIN 7 avril 2009 Objectifs de l enquête Définir les caractéristiques des clientèles touristiques du Limousin : motivations, profils et comportements Mesurer leur

Plus en détail

Projets loisirs et vacances Aide scolaire Aides facultatives du CCAS en partenariat avec le Conseil général

Projets loisirs et vacances Aide scolaire Aides facultatives du CCAS en partenariat avec le Conseil général Projets loisirs et vacances Aide scolaire Aides facultatives du CCAS en partenariat avec le Conseil général 1 EDITORIAL L édition 2012-2013 du Livret d Accueil du Centre Communal d Action Sociale rassemble

Plus en détail

AQUITAINE. Suivi de la Demande touristique 2010 1 ~

AQUITAINE. Suivi de la Demande touristique 2010 1 ~ SUIVI DE LA DEMANDE TOURISTIQUE AQUITAINE ANNEE 2010 Note dee conjoncture TNS SOFRES-CRTA Suivi de la Demande touristique 2010 CRTAA DIRECCTE Aquitaine TNS T SOFRES 1 ~ SOMMAIRE AVERTISSEMENT METHODOLOGIQUE...

Plus en détail

LES RETOMBÉES ÉCONOMIQUES DE LA PÊCHE DE LOISIRS DANS LE SECTEUR DU LAC DU BOURGET. Restitution - 13 octobre 2014

LES RETOMBÉES ÉCONOMIQUES DE LA PÊCHE DE LOISIRS DANS LE SECTEUR DU LAC DU BOURGET. Restitution - 13 octobre 2014 LES RETOMBÉES ÉCONOMIQUES DE LA PÊCHE DE LOISIRS DANS LE SECTEUR DU LAC DU BOURGET Restitution - 13 octobre 2014 ATTENTION Ne pas cumuler! LE DISPOSITIF D ÉTUDE Evaluer la contribution à l économie locale

Plus en détail

Enquête sur la réforme des rythmes scolaires

Enquête sur la réforme des rythmes scolaires Enquête sur la réforme des rythmes scolaires Une étude exclusive de l AMF Enquête sur la réforme des rythmes scolaires Près de 4 000 communes, soit 17% des municipalités scolarisant 22% des élèves du public,

Plus en détail

NOTE SUR L APPLICATION DE LA TAXE DE SEJOUR AU REEL ET LES DIFFICULTES LIEES A L INTERPRETATION DU BAREME Mise à jour 15 avril 2008

NOTE SUR L APPLICATION DE LA TAXE DE SEJOUR AU REEL ET LES DIFFICULTES LIEES A L INTERPRETATION DU BAREME Mise à jour 15 avril 2008 NOTE SUR L APPLICATION DE LA TAXE DE SEJOUR AU REEL ET LES DIFFICULTES LIEES A L INTERPRETATION DU BAREME Mise à jour 15 avril 2008 Note réalisée par le Comité Départemental du Tourisme à l attention des

Plus en détail

L emploi lié au tourisme dans le Territoire de Belfort

L emploi lié au tourisme dans le Territoire de Belfort Chiffres clés 1 207 emplois en moyenne sur l année 2011 dans le Territoire de Belfort*. Soit 850 emplois en équivalent temps plein (dont plus de 700 en zone urbaine). 2,4 % de l emploi total du département.

Plus en détail

GUIDE D'APPLICATION DE LA TAXE DE SEJOUR

GUIDE D'APPLICATION DE LA TAXE DE SEJOUR Office de Tourisme d'istres GUIDE D'APPLICATION DE LA TAXE DE SEJOUR Pour toute information : Office de Tourisme, 30 allée Jean Jaurès 13800 Istres Tél. : 04 42 81 76 00 PRESENTATION La taxe de Séjour

Plus en détail

Comportement Web des touristes québécois

Comportement Web des touristes québécois Comportement Web des touristes québécois Faits saillants - Mai 2011 Sondage Ipsos Descarie Réseau de veille en tourisme En partenariat avec le ministère du Tourisme du Québec Le sondage concernant le comportement

Plus en détail

Pour vous aider à comprendre : Le règlement applicable, expliqué pas à pas

Pour vous aider à comprendre : Le règlement applicable, expliqué pas à pas Ce qui change en 2015, suite à la réforme Pour vous aider à comprendre : Le applicable, expliqué pas à pas Loi n 2014-1654 du 29 décembre 2014 art 67 La loi de finances 2015 a été adoptée en dernière lecture

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE II 1/7

FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE II 1/7 FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE II 1/7 DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE II (Code du tourisme : art. L.133-1 et suivants, D. 133-20 et

Plus en détail

ANALYSE «CONCURRENTS»

ANALYSE «CONCURRENTS» ANALYSE «CONCURRENTS» ANALYSE DES CONCURRENTS DEFINITION L analyse de la concurrence est un outil d évaluation de la compétitivité des entreprises sur un secteur d activité ou sur un domaine d activités

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANÇAISE 2015/... DCM N 15-04-30-27

REPUBLIQUE FRANÇAISE 2015/... DCM N 15-04-30-27 REPUBLIQUE FRANÇAISE 2015/... MAIRIE DE METZ CONSEIL MUNICIPAL DE LA VILLE DE METZ REGISTRE DES DELIBERATIONS Séance du 30 avril 2015 DCM N 15-04-30-27 Objet : Actualisation des dispositions relatives

Plus en détail

3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT

3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT 3 e partie L OFFRE D HÉBERGEMENT 3 - L offre d hébergement Définitions Dans ce chapitre sont présentés les parcs d hébergement marchand et non marchand qui constituent l offre touristique française. Le

Plus en détail

TAXE DE SEJOUR GUIDE PRATIQUE.

TAXE DE SEJOUR GUIDE PRATIQUE. TAXE DE SEJOUR GUIDE PRATIQUE. 1 Champs d application. - Modalités générales d application Conformément à l article L 2 333 26 et suivant du CGCT, la Ville du Teich a institué la taxe séjour : o pour réaliser

Plus en détail

Pérennisation de l entreprise. Participation au contrôle de gestion

Pérennisation de l entreprise. Participation au contrôle de gestion btsag.com 1/15 26/09/2011 Pérennisation de l entreprise Auteur : C. Terrier; mailto:webmaster@btsag.com ; http://www.btsag.com Utilisation: Reproduction libre pour des formateurs dans un cadre pédagogique

Plus en détail

REGLEMENT D APPLICATION DE LA TAXE DE SEJOUR SUR LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA SOLOGNE DES ETANGS

REGLEMENT D APPLICATION DE LA TAXE DE SEJOUR SUR LA COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA SOLOGNE DES ETANGS REGLEMENT D APPLICATION DE LA TAXE DE SEJOUR SUR LA 1 Modalités pratiques de la mise en place de la taxe de séjour sur le territoire de la communauté de communes de la Sologne des Etangs ( Délibération

Plus en détail

GUIDE DU PARTENAIRE DE L OFFICE DE TOURISME DES VOSGES MERIDIONALES

GUIDE DU PARTENAIRE DE L OFFICE DE TOURISME DES VOSGES MERIDIONALES GUIDE DU PARTENAIRE DE L OFFICE DE TOURISME DES VOSGES MERIDIONALES Office de tourisme des Vosges méridionales 1 Accueil de Plombières-les-Bains Place Maurice Janot - Tél. 03 29 66 01 30 Fax : 03 29 66

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE I 1/7

FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE I 1/7 FORMULAIRE DE DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE I 1/7 DEMANDE DE CLASSEMENT D UN OFFICE DE TOURISME DE CATEGORIE I (Code du tourisme : art. L.133-1 et suivants, D. 133-20 et suivants)

Plus en détail

Principaux partenaires de la CCI Paris Ile-de-France dans la filière des rencontres et événements d affaires

Principaux partenaires de la CCI Paris Ile-de-France dans la filière des rencontres et événements d affaires Principaux partenaires de la CCI Paris Ile-de-France dans la filière des rencontres et événements d affaires ATOUT France ATOUT FRANCE, né du rapprochement en 2009 d ODIT FRANCE et de Maison de la France

Plus en détail

Typologie des séjours en Bourgogne en 2007 Suivi de la Demande Touristique 2007

Typologie des séjours en Bourgogne en 2007 Suivi de la Demande Touristique 2007 Typologie des séjours en Bourgogne en 2007 Suivi de la Demande Touristique 2007 1 Sommaire 1. Objectif et méthode p. 3 2. Données de cadrage : les séjours en Bourgogne en 2007, Suivi de la Demande Touristique

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE 3 novembre 2014 AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE 3 novembre 2014 AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE 3 novembre 2014 PLF POUR 2015 - (N 2234) Commission Gouvernement Adopté AMENDEMENT présenté par le Gouvernement ---------- ARTICLE ADDITIONNEL N o II-464 (2ème Rect) APRÈS L'ARTICLE

Plus en détail

Madame la Maire, Je vous prie d agréer, Madame la Maire, l expression de ma considération la plus distinguée.

Madame la Maire, Je vous prie d agréer, Madame la Maire, l expression de ma considération la plus distinguée. La Présidente Lyon, le 22 Juillet 2013 N Recommandée avec A.R. REF : ma lettre n 508 du 20 juin 2013 P.J. : 1 Madame la Maire, Par lettre citée en référence, je vous ai communiqué le rapport d observations

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

Les salariés et les Jeux Olympiques de 2024 à Paris

Les salariés et les Jeux Olympiques de 2024 à Paris Les salariés et les Jeux Olympiques de 2024 à Paris Sondage Ifop pour la FFSE Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Anne-Sophie Vautrey Département Opinion et Stratégies d Entreprise 01 45 84 14 44 prenom.nom@ifop.com

Plus en détail

Mme Élise MOURA souhaite que soient remis dans la délibération les tarifs du marché comportant l abonnement annuel.

Mme Élise MOURA souhaite que soient remis dans la délibération les tarifs du marché comportant l abonnement annuel. COMPTE-RENDU DU CONSEIL MUNICIPAL L an deux mil douze, le treize novembre, le Conseil Municipal de la Commune du Porge, dûment convoqué s est réuni en séance ordinaire, à la Mairie, sous la présidence

Plus en détail

COMPTE D'EXPLOITATION 2014

COMPTE D'EXPLOITATION 2014 Dans une volonté de transparence absolue, nous vous présentons les comptes d AHI, CHARTE ETHIQUE : Conformément à notre charte, tous les frais de fonctionnement engagés pouvant apparaitre dans ce document,

Plus en détail

LES ÉVÉNEMENTS INTERNATIONAUX MONTRÉALAIS Programme de soutien de Tourisme Montréal

LES ÉVÉNEMENTS INTERNATIONAUX MONTRÉALAIS Programme de soutien de Tourisme Montréal Orlando G. Cerocchi LES ÉVÉNEMENTS INTERNATIONAUX MONTRÉALAIS Programme de soutien de Tourisme Montréal :: INTRODUCTION :: OBJECTIF DU PROGRAMME :: FESTIVALS ET ÉVÉNEMENTS TOURISTIQUES ADMISSIBLES :: CHAMPS

Plus en détail

de l office de tourisme 1/12

de l office de tourisme 1/12 de l office de tourisme 1/12 Vous êtes acteur de la vie touristique? Ensemble, réalisons vos objectifs! Accroître votre notoriété Promouvoir votre activité Rejoindre un réseau fort de 215 adhérents Bénéficier

Plus en détail

Chapitre 3. La répartition

Chapitre 3. La répartition Chapitre 3. La répartition 1. La répartition de la valeur ajoutée La valeur ajoutée (1) Valeur ajoutée : solde du compte de production = > VA = P CI = > Richesse effectivement créée par les organisations

Plus en détail

La fiscalité des associations. Les critères de non-lucrativité. fiche pratique 7. 1. La gestion désintéressée

La fiscalité des associations. Les critères de non-lucrativité. fiche pratique 7. 1. La gestion désintéressée La fiscalité des associations Mise à jour : avril 2005 fiche pratique 7 Les critères de non-lucrativité 1. La gestion désintéressée, 2. Une activité non concurrentielle Les locaux de l association L association

Plus en détail

FASCICULE 1 - Mesures portant réforme de la taxe de séjour et de la taxe de séjour forfaitaire

FASCICULE 1 - Mesures portant réforme de la taxe de séjour et de la taxe de séjour forfaitaire FASCICULE 1 - Mesures portant réforme de la taxe de séjour et de la taxe de séjour forfaitaire L article 67 de la loi de finances pour 2015 procède à une refonte d ampleur de la taxe de séjour et de la

Plus en détail

Tableau de bord économique du tourisme en Maurienne Hiver 2005/2006

Tableau de bord économique du tourisme en Maurienne Hiver 2005/2006 Tableau de bord économique du tourisme en Maurienne Hiver 2005/2006 Modane, 15 décembre 2006 François VICTOR 1 Les points à traiter Quel bilan pour l activité touristique en Maurienne pour l hiver 2005/2006?

Plus en détail

L accueil comme priorité. Fréquentation des principaux sites touristiques en millions de visiteurs

L accueil comme priorité. Fréquentation des principaux sites touristiques en millions de visiteurs 27 millions de visiteurs, dont 7 millions d étrangers et 0 millions de Français 44 millions de visiteurs au total pour Paris et sa région Basilique du Sacré-Cœur de Montmartre Principales nationalités

Plus en détail

Guide du Partenaire OFFICE DE TOURISME de LANGEAIS & CASTELVALÉRIE

Guide du Partenaire OFFICE DE TOURISME de LANGEAIS & CASTELVALÉRIE Nos valeurs Nos services Devenir partenaire Guide du Partenaire OFFICE DE TOURISME de LANGEAIS & CASTELVALÉRIE année 2015 2 SOMMAIRE Nos valeurs... Nos missions p. 3-4 L équipe associative L équipe salariée

Plus en détail

DOSSIER DE CANDIDATURE PARTIE A : PRESENTATION DU PROJET ET DU(ES) CREATEUR(S)

DOSSIER DE CANDIDATURE PARTIE A : PRESENTATION DU PROJET ET DU(ES) CREATEUR(S) DOSSIER DE CANDIDATURE PARTIE A : PRESENTATION DU PROJET ET DU(ES) CREATEUR(S) Entreprise/Projet Nom CA Année 1 CA Année 2 CA Année 3 Effectif Année 1 Effectif Année 2 Effectif Année 3 Secteur d activité

Plus en détail

RAPPORT DES QUESTIONNAIRES ENTREPRISES ET ETUDIANTS EDITION 2008

RAPPORT DES QUESTIONNAIRES ENTREPRISES ET ETUDIANTS EDITION 2008 RAPPORT DES QUESTIONNAIRES ENTREPRISES ET ETUDIANTS EDITION 2008 Version non définitive um Etudiants Entreprises de l UTC 1 Sommaire Introduction... 4 1. Point de vue des étudiants... 4 1.1. Nombre d étudiants...

Plus en détail

L activité des casinos en Alsace

L activité des casinos en Alsace L activité des casinos en Alsace Une analyse de l Observatoire Régional du Tourisme d Alsace (ORTA) Les casinos en France Un casino est «un établissement comportant trois activités distinctes, le spectacle,

Plus en détail

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris

Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Compte rendu de la journée technique du mardi 23 septembre organisée par ODIT France à la Maison du Tourisme 75014 Paris Thème : Commercialiser la campagne : les questions de base posées aux territoires

Plus en détail

La mobilité professionnelle revêt

La mobilité professionnelle revêt Mobilité professionnelle 17 Du changement de poste au changement d entreprise, en passant par la promotion : la mobilité des Franciliens Les salariés franciliens, notamment les cadres, ont une propension

Plus en détail

1 - Pourquoi devenir partenaire de l Office de Tourisme?

1 - Pourquoi devenir partenaire de l Office de Tourisme? 1 - Pourquoi devenir partenaire de l Office de Tourisme? L'équipe de l'office de Tourisme de Tulle et de Corrèze a souhaité repenser les services et tarifs des packs afin de vous apporter davantage de

Plus en détail

PRÉSENTATION DES QUESTIONS DE LA FEUILLE DE LOGEMENT

PRÉSENTATION DES QUESTIONS DE LA FEUILLE DE LOGEMENT PRÉSENTATION DES QUESTIONS DE LA FEUILLE DE LOGEMENT Chacune des questions de la feuille de logement fait l'objet d'une fiche recto-verso. Ces fiches ont vocation à être mises en ligne sur le site web

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION DE FONCTIONNEMENT - ANNEE 2015 Association Loi du 1 er Juillet 1901 1. PRÉSENTATION DE VOTRE ASSOCIATION

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION DE FONCTIONNEMENT - ANNEE 2015 Association Loi du 1 er Juillet 1901 1. PRÉSENTATION DE VOTRE ASSOCIATION DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION DE FONCTIONNEMENT - ANNEE 2015 Association Loi du 1 er Juillet 1901 1ère demande Renouvellement 1. PRÉSENTATION DE VOTRE ASSOCIATION Nom de votre association :... Sigle:...

Plus en détail

COMPTE RENDU COMITE DE DIRECTION

COMPTE RENDU COMITE DE DIRECTION COMPTE RENDU COMITE DE DIRECTION Présents : FAUCHON Patrick, CANOVILLE Michel, COTTEBRUNE Bruno, AUCHER Philippe, CHEVEREAU Gérard, BONNISSENT Yves-Marie, BEAUMONT Denis, CAUVIN Christian Excusé : LEROUVILLOIS

Plus en détail

Observation et Conjoncture Économique. Économie Nationale approche par les revenus

Observation et Conjoncture Économique. Économie Nationale approche par les revenus Observation et Conjoncture Économique Économie Nationale approche par les revenus qu est ce que le Revenu? La rémunération des facteurs de production? Le capital Le travail La consommation intermédiaire

Plus en détail

Centre d excellence Numérique en territoire rural

Centre d excellence Numérique en territoire rural «S adapter au numérique est une obligation mais aussi une opportunité pour la France, tant au niveau économique que social» Philippe Lemoine, président du Forum Action Modernités et Président de la FING

Plus en détail

Aujourd hui vous franchissez un grand pas : vous êtes décidé, «vous créez votre entreprise»!

Aujourd hui vous franchissez un grand pas : vous êtes décidé, «vous créez votre entreprise»! 1 Aujourd hui vous franchissez un grand pas : vous êtes décidé, «vous créez votre entreprise»! La démarche rationnelle qui vise à élaborer un projet de création ou de reprise d entreprise doit se traduire

Plus en détail

Trébeurden Synthèse financière

Trébeurden Synthèse financière Jeudi 27 juin 2013 Trébeurden Synthèse financière Yvan Pellé Réunion publique Méthodologie (1) 2 Charges courantes ( personnel, fluides, entretien, contrats..) Excédent brut courant Produits courants (impôts,

Plus en détail

Recettes de fonctionnement et capacité d'épargne

Recettes de fonctionnement et capacité d'épargne 1 - Recettes réelles de fonctionnement/population Recettes réelles de fonctionnement : total des recettes de la colonne mouvements réels de la balance générale en section de fonctionnement. Evaluation

Plus en détail

Instructeur du dossier : Adresse : Téléphone : E-mail :

Instructeur du dossier : Adresse : Téléphone : E-mail : Commission Permanente d Action Sociale. DEMANDE d AIDE FINANCIERE 2015 Vacances Familiales ou Individuelles, Cures, Voyages pour Insuffisants Respiratoires, Maladies rares, Neurologiques, Asthme Séjours

Plus en détail

Guide de l accompagnement numérique. Office de Tourisme de LANGEAIS & CASTELVALÉRIE. L animation numérique, c est quoi?

Guide de l accompagnement numérique. Office de Tourisme de LANGEAIS & CASTELVALÉRIE. L animation numérique, c est quoi? L animation numérique, c est quoi? L Office de Tourisme vous accompagne Vos rendez-vous numériques Guide de l accompagnement numérique Office de Tourisme de LANGEAIS & CASTELVALÉRIE 2014 2015 2 Sommaire

Plus en détail

Les incitants à l'épargne sont-ils équitables en Belgique?

Les incitants à l'épargne sont-ils équitables en Belgique? Les incitants à l'épargne sont-ils équitables en Belgique? Fiscalité de l'épargne (1/2) Le Belge est, d'après les statistiques disponibles, un des meilleurs épargnants d'europe. Pourtant, plus d'un quart

Plus en détail

Séance du conseil municipal du 20 Novembre 2014

Séance du conseil municipal du 20 Novembre 2014 Séance du conseil municipal du 20 Novembre 2014 L an deux mil quatorze le vingt novembre à 20 H 30, le Conseil Municipal de la Commune, dûment convoqué s est réuni en session ordinaire, à la Mairie, sous

Plus en détail

PRESTATIONS 2015 DEVELOPPEZ-VOUS! Anne LEROND Conseil

PRESTATIONS 2015 DEVELOPPEZ-VOUS! Anne LEROND Conseil PRESTATIONS 2015 DEVELOPPEZ-VOUS! Anne LEROND Conseil Conseil en développement hôtelier et touristique Gestionnaire de Communauté Formatrice Chemin des Loups 19160 Liginiac Tél : 06 16 58 64 08 Mél : anne.lerond.conseil@gmail.com

Plus en détail

TAXE DE SEJOUR GUIDE D'INFORMATION ET D APPLICATION

TAXE DE SEJOUR GUIDE D'INFORMATION ET D APPLICATION MAIRIE DE COURNON D'AUVERGNE SERVICE TOURISME TAXE DE SEJOUR GUIDE D'INFORMATION ET D APPLICATION Sommaire : Page 2 : Page 4 : Page 5 : Page 6 : Page 7 : Présentation de la taxe de séjour -qui est habilité

Plus en détail

Projet de création / reprise d entreprises

Projet de création / reprise d entreprises Projet de création / reprise d entreprises Repère méthodologique pour élaborer votre plan d affaires Cet outil est destiné à vous aider dans l élaboration de votre plan d affaires. Il est scindé en 2 parties

Plus en détail

Dossier de presse. Opération vacances à la neige : accueillir les vacanciers en toute sécurité, une préoccupation majeure pour les services de l état

Dossier de presse. Opération vacances à la neige : accueillir les vacanciers en toute sécurité, une préoccupation majeure pour les services de l état Dossier de presse Opération vacances à la neige : accueillir les vacanciers en toute sécurité, une préoccupation majeure pour les services de l état le mercredi 11 janvier 2015 à la Clusaz Contact : Service

Plus en détail

Les touristes français et internationaux de la destination Paris Ile-de-France

Les touristes français et internationaux de la destination Paris Ile-de-France Les touristes français et internationaux de la destination Paris Ile-de-France Résultats annuels 2014 des dispositifs permanents d enquêtes dans les aéroports, dans les trains et sur les aires d autoroutes

Plus en détail

GUIDE D APPLICATION DE LA TAXE DE SEJOUR

GUIDE D APPLICATION DE LA TAXE DE SEJOUR Lubersac, Montgibaud, Benayes, Saint-Pardoux Corbier, Saint-Martin Sepert, Saint-Julien le Vendomois GUIDE D APPLICATION DE LA TAXE DE SEJOUR Comme dans toute le France, la Taxe de séjour est supportée

Plus en détail

INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur

INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur Université Montesquieu Bordeaux IV 1 ère année Licence AES Année universitaire 2012-2013 INTRODUCTION A LA MACROECONOMIE Séance de travaux dirigés n 4 Construction des comptes de secteur Questions préliminaires

Plus en détail

DÉMARCHE DE CLASSEMENT MEUBLÉ DE TOURISME

DÉMARCHE DE CLASSEMENT MEUBLÉ DE TOURISME DÉMARCHE DE CLASSEMENT MEUBLÉ DE TOURISME Qu est-ce qu un meublé de tourisme? Définitions du Code du Tourisme (art. D324-1 et D324-2) : «Les meublés de tourisme sont des villas, appartements ou studios

Plus en détail

1 - Salaires nets tous secteurs confondus

1 - Salaires nets tous secteurs confondus N 627 Résultats l enquête annuelle sur les s auprès s entreprises - Mai 2011 - L enquête annuelle sur les s auprès s entreprises, réalisée par voie postale par l ONS a donné les résultats présentés ci-ssous.

Plus en détail

Saint-Vallier-de-Thiey Bar-sur-Loup. Grasse. Grasse-sud

Saint-Vallier-de-Thiey Bar-sur-Loup. Grasse. Grasse-sud PROVENCE-ALPES-COTE D'AZUR 17 rue Menpenti 13387 MARSEILLE CEDEX 1 Tél. : 4 91 17 57 57 Fax : 4 91 17 59 59 http://www.insee.fr TERRITOIRE CA POLE AZUR PROVENCE 5 communes, 2 chefs lieux de cantons, unité

Plus en détail

RÈGLES ET PRATIQUES EN COMPTABILITÉ DE GESTION FACTURATION INTERNE Août 2000

RÈGLES ET PRATIQUES EN COMPTABILITÉ DE GESTION FACTURATION INTERNE Août 2000 A Hydro-Québec Requête R-3401-98 RÈGLES ET PRATIQUES EN COMPTABILITÉ DE GESTION FACTURATION INTERNE Original : 2000-11-21 HQT-13, Document 1.1.2 (En liasse) 1 1. PRINCIPES ET RÈGLES DE FACTURATION INTERNE

Plus en détail

ASSOCIATION ÉNERGIE PARTAGÉE Assemblée Générale Ordinaire du 24 mai 2013 Rapport financier 2012

ASSOCIATION ÉNERGIE PARTAGÉE Assemblée Générale Ordinaire du 24 mai 2013 Rapport financier 2012 ASSOCIATION ÉNERGIE PARTAGÉE Assemblée Générale Ordinaire du 24 mai 2013 Rapport financier 2012 INTRODUCTION Le premier exercice comptable de l'association Énergie Partagée a couru de la création de association,

Plus en détail

ATTENDU QU un montant de 43 543 $ est à pourvoir pour l année 2015, par l ensemble des contribuables de la Municipalité pour la solidarité sociale;

ATTENDU QU un montant de 43 543 $ est à pourvoir pour l année 2015, par l ensemble des contribuables de la Municipalité pour la solidarité sociale; PROVINCE DE QUÉBEC MRC DE MEMPHRÉMAGOG MUNICIPALITÉ D EASTMAN RÈGLEMENT 2015-01 FIXANT, POUR L ANNÉE 2015, LES TAUX DE TAXES, DE TARIFICATION POUR LES SERVICES, LES MODALITÉS DE PAIEMENT DES TAXES ET DES

Plus en détail

L empreinte environnementale du groupe Accor Application de l approche cycle de vie au niveau d une organisation

L empreinte environnementale du groupe Accor Application de l approche cycle de vie au niveau d une organisation L empreinte environnementale du groupe Accor Application de l approche cycle de vie au niveau d une organisation Accor a mené la 1 ère empreinte environnementale dans le secteur hôtelier En 2010, suite

Plus en détail

TAXE DE SEJOUR Guide d Application TOURISME. Communauté Communes Florac Sud Lozère. www.vacances-cevennes.com

TAXE DE SEJOUR Guide d Application TOURISME. Communauté Communes Florac Sud Lozère. www.vacances-cevennes.com TOURISME TAXE DE SEJOUR Guide d Application 2015 Communauté Communes Florac Sud Lozère www.vacances-cevennes.com Qu est-ce qu une taxe de séjour? La taxe de séjour a été instituée par la loi du 13 avril

Plus en détail

L État et la TVA SENS ET PORTÉE DE L ÉTUDE

L État et la TVA SENS ET PORTÉE DE L ÉTUDE L État et la TVA 25 C H A P I T R E8 SENS ET PORTÉE DE L ÉTUDE La TVA représente plus de 40 % des recettes de l État. Son importance justifie l étude de son fonctionnement pour lequel les entreprises jouent

Plus en détail

TOURISME CHAUDIÈRE- APPALACHES

TOURISME CHAUDIÈRE- APPALACHES États financiers TOURISME CHAUDIÈRE- APPALACHES États financiers Rapport de l'auditeur indépendant 1 États financiers Bilan 3 État des résultats 4 État de l'évolution de l actif net 6 État des flux de

Plus en détail

action sociale en faveur des personnels de l académie de Paris et des retraités résidant à Paris

action sociale en faveur des personnels de l académie de Paris et des retraités résidant à Paris action sociale en faveur des personnels de l académie de Paris et des retraités résidant à Paris 2014 2015 Sommaire - Les bénéficiaires de l action sociale 3 - Les différentes allocations proposées aux

Plus en détail

B.O.I. N 46 du 7 MARS 2000 [BOI 5J-1-00]

B.O.I. N 46 du 7 MARS 2000 [BOI 5J-1-00] B.O.I. N 46 du 7 MARS 2000 [BOI 5J-1-00] Références du document 5J-1-00 Date du document 07/03/00 SECTION 2 : TABLEAU V - NOMBRE D'ADHERENTS ET DE COMPTABILITES PAR REGIME D'IMPOSITION S'agissant du nombre

Plus en détail

RÈGLEMENT INTERCOMMUNAL SUR LA TAXE DE SÉJOUR. Règlement intercommunal sur la taxe de séjour. Chapitre premier. Généralités

RÈGLEMENT INTERCOMMUNAL SUR LA TAXE DE SÉJOUR. Règlement intercommunal sur la taxe de séjour. Chapitre premier. Généralités Vu l'article 3 bis de la Loi sur les impôts communaux (LICom), les communes de l'entente adoptent le présent règlement intercommunal, Vu l'article 45 LICom, Vu la Convention intercommunale au sens des

Plus en détail

LA COMPTABILITÉ DU COMITÉ D ENTREPRISE : DE NOUVELLES OBLIGATIONS DE TRANSPARENCE À PARTIR DU 1 er JANVIER 2015

LA COMPTABILITÉ DU COMITÉ D ENTREPRISE : DE NOUVELLES OBLIGATIONS DE TRANSPARENCE À PARTIR DU 1 er JANVIER 2015 Groupement des Métiers de l Imprimerie -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- DÉCEMBRE 2014 NOTE N 24 LA

Plus en détail

I) Le contexte HIGH HOSPITALITY ACADEMY. II) Le programme HIGH HOSPITALITY ACADEMY

I) Le contexte HIGH HOSPITALITY ACADEMY. II) Le programme HIGH HOSPITALITY ACADEMY I) Le contexte II) Le programme I) Le contexte II) Le contexte La destination France 1 ère destination mondiale en nombre de touristes avec 84,7 millions de visiteurs étrangers (en 2013). 1 touriste sur

Plus en détail

Chapitre 1 : La consommation et l épargne

Chapitre 1 : La consommation et l épargne Chapitre 1 : La consommation et l épargne - 7 - Dans ce chapitre vous allez : - Distinguer les différents types de consommation. - Découvrir de quels facteurs dépend la consommation. - Étudier ce qu est

Plus en détail

Déclaration Mensuelle des Impôts

Déclaration Mensuelle des Impôts REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES DIRECTION GENERALE DES IMPOTS Déclaration Mensuelle des Impôts Code acte (1) Mois Année N de registre de commerce Identifiant fiscal Identifiant T. V. A. Code

Plus en détail

ÉCONOMIE ET GESTION LYCÉES TECHNOLOGIQUE ET PROFESSIONNEL

ÉCONOMIE ET GESTION LYCÉES TECHNOLOGIQUE ET PROFESSIONNEL ÉCONOMIE ET GESTION LYCÉES TECHNOLOGIQUE ET PROFESSIONNEL Au niveau du second degré, l'économie et gestion recouvre un ensemble de champs disciplinaires relevant de l'économie, du droit, des sciences de

Plus en détail

A.D.E.A. Titre homologué au niveau IV par arrêté du 4 février 1993

A.D.E.A. Titre homologué au niveau IV par arrêté du 4 février 1993 ASSISTANT DE DIRIGEANT D ENTREPRISE ARTISANALE A.D.E.A. Titre homologué au niveau IV par arrêté du 4 février 1993 PRESENTATION GENERALE : Le Diplôme d Assistant de Dirigeant d Entreprise Artisanale se

Plus en détail

DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DES COMMUNES

DIAGNOSTIC SOCIO-ÉCONOMIQUE ET FINANCIER LE BILAN-SANTÉ DES COMMUNES LE BILAN-SANTÉ DES COMMUNES EYSINES FÉVRIER 214 POPULATION Population 1999 (sans double compte) Population 26 (municipale) Population 211 (municipale) Classement en fonction de la population (211) Rangs

Plus en détail

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs

le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs LIVRET D ACCUEIL le Service d Accompagnement à la Vie Sociale Fondation Maison des Champs 23, rue du docteur potain 75019 Paris 01 53 38 62 50 Portraits des membres du groupe d expression du SAVS par Catel

Plus en détail

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles

Étude auprès de la génération X. Le paiement virtuel et la gestion des finances personnelles Étude auprès de la génération X Le paiement virtuel et la gestion des finances Rapport Présenté à Madame Martine Robergeau Agente de Développement et des Communications 11 octobre 2011 Réf. : 1855_201109/EL/cp

Plus en détail

Guide Leader + 16 pages 12/07/05 11:20 Page 1. En Pays Portes de Gascogne l Europe est partenaire de vos projets LEADER +

Guide Leader + 16 pages 12/07/05 11:20 Page 1. En Pays Portes de Gascogne l Europe est partenaire de vos projets LEADER + Guide Leader + 16 pages 12/07/05 11:20 Page 1 En Pays Portes de Gascogne l Europe est partenaire de vos projets LEADER + Guide Leader + 16 pages 12/07/05 11:20 Page 2 LEADER + Qu est-ce que c est? Liaison

Plus en détail

PLANIFICATION & GESTION DE PROJETS

PLANIFICATION & GESTION DE PROJETS Séminaire de Formation: PLANIFICATION & GESTION DE PROJETS BAMAKO Sommaire Présentation ---------------------------------------------- 3 Le Contexte ---------------------------------------------- 4 Objectifs

Plus en détail

SOCIETES AUXILIAIRES ET SOCIETES LIEES IMPACTS DIRECT INDIRECT ET INDUIT SUR L'ECONOMIE GENEVOISE

SOCIETES AUXILIAIRES ET SOCIETES LIEES IMPACTS DIRECT INDIRECT ET INDUIT SUR L'ECONOMIE GENEVOISE SOCIETES AUXILIAIRES ET SOCIETES LIEES IMPACTS DIRECT INDIRECT ET INDUIT SUR L'ECONOMIE GENEVOISE Délia Nilles Juin 2012 Sociétés auxiliaires et sociétés liées aux sociétés auxiliaires Impacts direct,

Plus en détail

Licence professionnelle Gestion de l'économie sociale et solidaire et entrepreneuriat

Licence professionnelle Gestion de l'économie sociale et solidaire et entrepreneuriat Promotion / Site : Clermont-Ferrand Licence professionnelle Gestion de l'économie sociale et solidaire et entrepreneuriat Objectif de cette licence professionnelle : Former des cadres intermédiaires du

Plus en détail

INFORMATIONS RELATIVES AUX AIDES À LA FORMATION BOURSES ET PRÊTS D ÉTUDES

INFORMATIONS RELATIVES AUX AIDES À LA FORMATION BOURSES ET PRÊTS D ÉTUDES INFORMATIONS RELATIVES AUX AIDES À LA FORMATION BOURSES ET PRÊTS D ÉTUDES Rentrée 2014-2015 La loi sur les aides à la formation du 19 février 2013 a pour but d'encourager les études et formations de toutes

Plus en détail

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques

publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques Dares Analyses FÉVRIER 2014 N 016 publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques L EMPLOI DANS LES TRÈS PETITES ENTREPRISES EN DÉCEMBRE 2012 Les entreprises

Plus en détail

Questionnaire pour visiteurs (Par personne, chef de famille, chef de groupe)

Questionnaire pour visiteurs (Par personne, chef de famille, chef de groupe) Questionnaire pour visiteurs (Par personne, chef de famille, chef de groupe) Première partie : estimation économique 1. Genre Date: / / Masculin (s) Féminin(s)...... Prière d indiquer le nombre de personnes

Plus en détail

DORDOGNE-PERIGORD. Le label d excellence

DORDOGNE-PERIGORD. Le label d excellence DORDOGNE-PERIGORD Le label d excellence Les Gîtes de France, c est la force d un réseau bien établi et bien structure, qui oeuvre depuis 55 ans au service des propriétaires et des clients : Premier réseau

Plus en détail