SOCIOLOGIE DES ORGANISATIONS

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SOCIOLOGIE DES ORGANISATIONS"

Transcription

1 Objectifs spécifiques Les fonctions économiques Production et répartition des biens et services : deux fonctions économiques classique des entreprises L innovation, une récente fonction économique de l entreprise Les fonctions sociales de l entreprise Les raisons d émergence du caractère social des entreprises Les différentes responsabilités sociales de l entreprise... 4 Concepteur: NIKIEMA N. Rose / ZOMA

2 CHAPITRE V : FONCTIONS ECONOMIQUES ET SOCIALES DES ENTREPRISES Objectifs spécifiques Dans ce chapitre, nous allons développer les fonctions des entreprises, ce qui nous permettra de mieux comprendre l organisation. A l issue du ce cours, les apprenants sont seront capable de: Décrire les concepts qui y sont contenus. Décrire les fonctions sociales de toute entreprise. 1- Les fonctions économiques 1.1- Production et répartition des biens et services : deux fonctions économiques classique des entreprises Très longtemps et sur le plan macro, l entreprise a été considérée comme une unité de production et de répartition des biens et services. L entreprise productrice de biens et services L entreprise est le lieu de transformation des matières premières en produit semi- finis et finis. Elle combine donc des facteurs de production qu elle se procure sur les marchés spécialisés en contrepartie d une rémunération avec lesquels elle fabrique des biens et services destinés au consommateur final. Ayant pour objectif la recherche du profit, L activité productive suppose que les recettes soient supérieures aux dépenses. Par conséquent l entreprise apparaît comme une source de richesse pour une économie locale et nationale. L entreprise dans la répartition de biens et services Cette fonction économique de l entreprise peut être perçue à trois niveaux : -Répartition de revenus sous toutes ses formes. Chaque partenaire de l entreprise reçoit à cet effet une fraction du surplus dégagé. -La distribution des biens et services sur le marché -L enseignement du savoir (instruction et formation du personnel). Concepteur: NIKIEMA N. Rose / ZOMA 2

3 1.2-L innovation, une récente fonction économique de l entreprise Notion d innovation Il ne faut pas confondre les terminologies de novation et d innovation. La novation suppose qu on apporte un certain changement à ce qui existait. Exple : la décentralisation et l organisation de la SNC. Alors que substitue une demande nouvelle à des consommations passées.exple : les innovations technologiques dans le domaine des transports ou des NTIC. C est ainsi qu on parle de plus en plus d innovation technologique relative au progrès technique incorporé dans les machines tendent aujourd hui à remplacer l homme. L innovation de l entreprise De nos jours et face aux mutations environnementales une entreprise ne peut pas se concevoir sans innovation.elle se doit d être innovatrice, pour se positionner par rapport à ses concurrents. La concurrence se fait de moins en moins par les prix mais de plus en plus par la mise de nouveaux produits sur le marché. Par conséquent si l innovation est une ardente obligation pour les entreprises, il est possible de noter que sa mise en œuvre est difficile : difficulté liée à un état d esprit, le coût de financement souvent élevé des investissements et des risques qui y sont liés, du manque de stratégie adéquat des innovations (quand, comment et où innover). 2- Les fonctions sociales de l entreprise Si théoriquement- on distingue le rôle social du rôle économique, logiquement cette dissociation est illusoire. Plusieurs raisons justifient cet état de fait : - en fabriquant des biens et en fournissant des services, l entreprise offre des emplois à la population active et distribue des revenus. - L entreprise comme centre d innovation permet le progrès technique. - Les entreprises influencent les niveaux et les styles de vie des citoyens par leurs actions. - Les entreprises modèlent la vie des régions par leurs activités, leur taille mais également au plan écologique par leur nuisance. Concepteur: NIKIEMA N. Rose / ZOMA 3

4 2.1-Les raisons d émergence du caractère social des entreprises Si le rôle social de l entreprise est évident, il est important de noter que cela ne fait pas l objet d une analyse proprement dite dans les entreprises. La reconnaissance du rôle social de l entreprise fait que l on parle aujourd hui de bilan social ou sociétal. C est l entreprise qui est au centre du monde industriel qui en est le moteur et qui est devenue tellement omniprésente qu on peut parfois se demander si l entreprise appartient à la cité ou la cité à l entreprise. L entreprise comme une cité L entreprise a modelé notre urbanisme, nos moyens de communications, elle a déplacé les hommes, les richesses ; elle a donné ou enlevé des pouvoirs aux individus et aux nations ; elle a accéléré le processus de découverte scientifique ; elle a fait des guerres et a gagné des guerres ; elle a relevé des nations de leur ruine ; elle a apporté tour à tour l abondance et la pauvreté ; le plein emploi et le chômage. Le tissu de relation que, l entreprise a crée est tel que notre société ne peut s identifier qu à elle. L entreprise dans la cité Cette omniprésence de l entreprise dans tous les secteurs économiques est aussi à l origine de sa mouvance observée, appuyée, contrôlée, car elle subit les influences de son environnement. Produit de notre société, elle change avec elle. La réforme de l entreprise est le produit d une mutation de la société comme les systèmes de valeur ; d un type d organisation humaine, des modalités de pouvoir, d un ensemble de code écrit et coutumier. Il apparaît que l entreprise est un élément de la société qui doit s interroger en tenant compte de l influence du reste du monde. 2.2-Les différentes responsabilités sociales de l entreprise Les responsabilités sociales de l entreprise peuvent s avaliser à trois niveaux : Responsabilité sociale, conséquence d une activité productive Ce point a été développé plus haut pour expliquer la convergence entre rôle social et économique de l entreprise.en produisant des biens et services, l entreprise se voit soumise à un certain nombre d obligations sociales que nous illustrerons par des exemples. Concepteur: NIKIEMA N. Rose / ZOMA 4

5 Exemple 1 : le secteur de l automobile - équipement de ressources stables - la pollution de l environnement - Conditions de travail du personnel - dégradation du budget de l Etat et de celui des collectivités - l activité endommage la foret - Pollution de la ville par la circulation des véhicules. La voiture rend beaucoup de services à l homme mais c est elle qui envoie beaucoup à l hôpital et au cimetière. On peut aussi dire que l activité automobile entraîne des coûts d assurance, police, Exemple 2 : La société de cuir et de peaux -la pollution de la ville - la condition de vie désagréable liée aux bruits aux odorats, l écoulement des eaux polluées. Concepteur: NIKIEMA N. Rose / ZOMA 5

6 Exemple 3 : le secteur de l orpaillage - la pollution de l environnement - la dégradation des terres Responsabilité sociale liée aux relations de travail L entreprise en tant qu offreur d emplois à des responsabilités sociales vis-à-vis de son personnel qui vont souvent hors du milieu de travail. -Les dirigeants de l entreprise se doivent de se comporter en bon citoyen, - éviter la discrimination dans les critères d embauche et tenir compte du genre. -La formation des employés (l entreprise doit être un lieu d instruction de l homme) -crée un cadre agréable de travail -réunir les conditions de travail (prévoir l incidence maladive) -crée un cadre familial agréable. C est le rôle de l entreprise dans la cité de contribuer à créer de bonne condition de vie pour la population qu elle emploie. Responsabilité morale (l éthique d entreprise) Les juristes ont toujours distingué les obligations que la loi impose de celle que dicte la morale personnelle, c est ce qu on appelle couramment la jurisprudence. L éthique d entreprise à fait l objet d études récentes à cause de certaines pratiques observées dans les entreprises jugées allant à l encontre du bien être de l individu. L exemple le plus frappant est celui de la publicité.de nos jours, la publicité est devenue tellement agressive que l on peut se questionner sur sa véracité, même quand la est conforme à la vérité, elle est souvent reprochable. Le contenu de beaucoup de publicité méprise la personnalité de l homme. Concepteur: NIKIEMA N. Rose / ZOMA 6

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Confédération des Organisations Familiales de l Union européenne Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Commentaire général Le premier

Plus en détail

La responsabilité sociétale de l entreprise numérique

La responsabilité sociétale de l entreprise numérique La responsabilité sociétale de l entreprise numérique Comme toute organisation, l entreprise numérique génère des attentes fortes en matière de responsabilité sociale, environnementale et de respect des

Plus en détail

Gestion de Développement des Ressources Humaines

Gestion de Développement des Ressources Humaines Gestion de Développement des Ressources Humaines DE LA FONCTION PERSONNEL A LA FONCTION RESSOURCES HUMAINES : EVOLUTION HISTORIQUE Pour assurer sa fonction de production, l'entreprise utilise des facteurs

Plus en détail

CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013

CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013 1 CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013 2 Groupama Asset Management s engage par le biais de cette présente Charte à appliquer et promouvoir une politique de Responsabilité Sociale de

Plus en détail

Crise, austérité, compétitivité : Et le travail dans tout ça?

Crise, austérité, compétitivité : Et le travail dans tout ça? Crise, austérité, compétitivité : Et le travail dans tout ça? Jacques Perrat Emmanuelle Puissant Meeting CGT, 9 septembre 2013, Lyon 1 Quel est le problème : La rémunération du travail ou le coût du capital?

Plus en détail

Le financement de l entreprise

Le financement de l entreprise Le financement de l entreprise Lors de sa création, puis au cours de son développement, l entreprise au moment opportun, doit détenir les ressources financières nécessaires pour faire face à ses échéances,

Plus en détail

La Responsabilité sociétale d entreprise est une démarche

La Responsabilité sociétale d entreprise est une démarche La Responsabilité sociétale d entreprise est une démarche volontaire de l entreprise, d intégration des enjeux du développement durable dans son modèle et dans son offre qui va au-delà du respect de la

Plus en détail

Dictionnaire des inégalités sous la direction d Alain Bihr et Roland Pfefferkorn. Armand Colin, 2014

Dictionnaire des inégalités sous la direction d Alain Bihr et Roland Pfefferkorn. Armand Colin, 2014 Dictionnaire des inégalités sous la direction d Alain Bihr et Roland Pfefferkorn. Armand Colin, 2014 Contributions Michel Husson Productivité / Gains de productivité / Salaire / Profit / Part salariale

Plus en détail

LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE. Les aspects fiscaux propres à la création de l entreprise individuelle

LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE. Les aspects fiscaux propres à la création de l entreprise individuelle CHAPITRE 1 LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE 022- Lorsqu il décide de créer une entreprise, un entrepreneur a le choix d adopter la forme juridique la mieux adaptée à sa situation. Soit il crée une

Plus en détail

FICHE DE PROPOSITION

FICHE DE PROPOSITION GRENELLE DE L ENVIRONNEMENT Groupe de travail n 5 : Construire une démocratie écologique : institutions et gouvernance. Pour l Atelier 5 FICHE DE PROPOSITION I. Intitulé de la mesure Méthode de mise en

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

Le RSE de BEDEL. Responsabilité sociale de l'entreprise. BEDEL est une entreprise socialement responsable.

Le RSE de BEDEL. Responsabilité sociale de l'entreprise. BEDEL est une entreprise socialement responsable. Le RSE de BEDEL Responsabilité sociale de l'entreprise. BEDEL est une entreprise socialement responsable. Notre démarche commerciale ne découle pas seulement d une maximisation des profits, mais exige

Plus en détail

Responsable d agence

Responsable d agence Responsable d agence La filière certifications de l afpols l école L afpols conçoit et met en œuvre depuis plus de 20 ans des cycles de formations qualifiantes pour répondre aux besoins de professionnaliser

Plus en détail

Une «nouvelle gouvernance» inspirée de la gestion des entreprises

Une «nouvelle gouvernance» inspirée de la gestion des entreprises 1 Performance hospitalière / sécurité des soins : deux objectifs antinomiques? janvier 2009, par Chauvancy Marie-Claire Rompant avec une histoire fondée sur une logique de moyens, la gestion hospitalière

Plus en détail

Bien vivre, dans les limites de notre planète

Bien vivre, dans les limites de notre planète isstock Bien vivre, dans les limites de notre planète 7e PAE le programme d action général de l Union pour l environnement à l horizon 2020 Depuis le milieu des années 70, la politique environnementale

Plus en détail

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes L égalité professionnelle entre hommes et femmes est un enjeu historique. En effet, il fait l objet de toutes les attentions

Plus en détail

La réforme du régime d assurance-emploi : Des nuances à apporter

La réforme du régime d assurance-emploi : Des nuances à apporter La réforme du régime d assurance-emploi : Des nuances à apporter Mémoire de la Fédération des chambres de commerce du Québec Présenté à la Commission nationale d examen sur l assurance-emploi Montréal,

Plus en détail

PIB = somme des valeurs ajoutées + impôts sur les produits subventions à l importation

PIB = somme des valeurs ajoutées + impôts sur les produits subventions à l importation CHAPITRE 3 : LE PIB PLAN I/ définition du PIB Le PIB se définit selon 3 optiques. 1. PIB selon l optique de la production 2. PIB selon l optique de la demande 3. PIB selon l optique des revenus II/ Le

Plus en détail

L assurance qualité N 4. Décembre 2014

L assurance qualité N 4. Décembre 2014 N 4 L assurance qualité Décembre 2014 L es investissements dans les systèmes et services d orientation tout au long de la vie (OTLV) doivent démontrer le bénéfice pour les individus, les communautés et

Plus en détail

PROGRAMME DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS

PROGRAMME DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS PROGRAMME DE MANAGEMENT DES ORGANISATIONS Cycle terminal de la série sciences et technologies du management et de la gestion I. INDICATIONS GÉNÉRALES L enseignement de management des organisations vise

Plus en détail

L ÂGE EN TANT QUE DÉTERMINANT DE LA CLASSE TARIFAIRE EN ASSURANCE

L ÂGE EN TANT QUE DÉTERMINANT DE LA CLASSE TARIFAIRE EN ASSURANCE L ÂGE EN TANT QUE DÉTERMINANT DE LA CLASSE TARIFAIRE EN ASSURANCE Robert L. Brown Professeur d actuariat Darren Charters Professeur adjoint de droit commercial Sally Gunz Professeure de droit commercial

Plus en détail

1 Questionnaire à choix multiples

1 Questionnaire à choix multiples EXAMEN FINAL mercredi 19 janvier 2011, Durée h00 Pierre Fleckinger Une attention particulière doit être portée à la rédaction et à l explication des calculs faits. Utiliser un feuillet simple pour le QCM

Plus en détail

Note de présentation APDISCRI. «Mise en évidence de discriminations envers les jeunes»

Note de présentation APDISCRI. «Mise en évidence de discriminations envers les jeunes» Note de présentation APDISCRI «Mise en évidence de discriminations envers les jeunes» Juin 2015 L appel à projets «Mise en évidence de discriminations envers les jeunes» - APDISCRI a été lancé en février

Plus en détail

1.1 Quelles sont les sources de la croissance économique? CH- Intérêts et limites du PIB comme mesure de l activité économique

1.1 Quelles sont les sources de la croissance économique? CH- Intérêts et limites du PIB comme mesure de l activité économique 1. Croissance, fluctuations et crises 1.1 Quelles sont les sources de la croissance économique? CH- Intérêts et limites du PIB comme mesure de l activité économique I/ Intérêts et limites du PIB comme

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

GUIDE D ASSISTANCE CONSEIL AUX COMMUNES

GUIDE D ASSISTANCE CONSEIL AUX COMMUNES REPUBLIQUE DU BENIN MINISTERE DE LA DECENTRALISATION, DE LA GOUVERNANCE LOCALE, DE L ADMINISTRATION ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE GUIDE D ASSISTANCE CONSEIL AUX COMMUNES Elaboré par la Direction Générale

Plus en détail

GUIDE ISO 26000. www.ecocert.com

GUIDE ISO 26000. www.ecocert.com GUIDE ISO 26000 1 ECOCERT, organisme de contrôle et de certification au service du développement durable, opère à travers un réseau international dans plus de 90 pays. Certification des produits biologique

Plus en détail

Les chartes de France Investissement

Les chartes de France Investissement Les chartes de France Investissement Introduction : le dispositif France Investissement Les PME les plus dynamiques ou à fort potentiel de croissance apportent une contribution essentielle au développement

Plus en détail

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011 Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement 1. La présente note d orientation a pour objet d exposer l approche plus vaste

Plus en détail

OBJETS D ETUDE EN ECONOMIE-DROIT

OBJETS D ETUDE EN ECONOMIE-DROIT ACADEMIE DE CRETEIL OBJETS EN ECONOMIE-DROIT Liste de problématiques classées Enseignants en économie-gestion Tertiaire administratif 2012-2013 Ce document présente une liste de pistes de problématiques

Plus en détail

Ce qu on ne nous dit pas

Ce qu on ne nous dit pas Retraites Ce qu on ne nous dit pas L argument de la démographie Nous vivons de plus en plus longtemps Il y a de plus en plus de retraités pour toujours moins d actifs Il faut donc travailler plus longtemps

Plus en détail

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION Distr.: GÉNÉRALE E/ECA/CM.38/6 6 avril 2005 NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE Vingt-quatrième réunion du Comité d experts de la

Plus en détail

Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé

Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé Responsabilité sociétale de l entreprise : principes et applications en santé Dr Hervé LECLET Médecin radiologue Consultant et formateur en management, gestion des risques et évaluation des pratiques en

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE ÉDITION 2014 TABLE DES MATIÈRES 1. À propos du CETEQ 2. Politique de développement durable 3. Notre vision du développement durable 4. L intégration de la responsabilité

Plus en détail

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe.

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe. Cours 12 Le pouvoir au sein d une organisation Les liens entre pouvoir, autorité et obéissance Le leadership et les traits personnels Les théories du leadership situationnel Pouvoir Capacité d un individu

Plus en détail

EcoSenS : système partenarial de développement de l Economie sociale et solidaire

EcoSenS : système partenarial de développement de l Economie sociale et solidaire EcoSenS : système partenarial de développement de l Economie sociale et solidaire Parler d économie sociale et solidaire n est plus aujourd hui ni une incongruité, ni une affirmation écoutée avec commisération

Plus en détail

MASTER SCIENCES DE L INGENIEUR

MASTER SCIENCES DE L INGENIEUR La Formation Le parcours Conception Innovante de Produits et Systèmes Durables du Master spécialité Energétique et Environnement de l UPMC Paris 6 a pour objectif de former les futurs cadres de l industrie

Plus en détail

Les éco-activités et les emplois de l environnement Intervenante: Christelle Insergueix

Les éco-activités et les emplois de l environnement Intervenante: Christelle Insergueix Atelier économie sociale et solidaire Les éco-activités et les emplois de l environnement Intervenante: Christelle Insergueix L ARENE ILE-DE-FRANCE a pour mission de produire, mobiliser et transmettre

Plus en détail

LE MÉMENTO POUR LES DIRIGEANTS D ASSOCIATIONS SPORTIVES

LE MÉMENTO POUR LES DIRIGEANTS D ASSOCIATIONS SPORTIVES LE MÉMENTO POUR LES DIRIGEANTS D ASSOCIATIONS SPORTIVES LES RESSOURCES HUMAINES DE L ASSOCIATION SPORTIVE F1 LE STATUT DE L INTERVENANT : SALARIÉ OU TRAVAILLEUR INDÉPENDANT? F2 L ASSOCIATION SPORTIVE

Plus en détail

Délibération n 2010-51 du 22 février 2010

Délibération n 2010-51 du 22 février 2010 Délibération n 2010-51 du 22 février 2010 Gens du voyage Arrêté municipal interdisant le camping et le stationnement de caravanes et de mobil-homes sur l ensemble du territoire de la commune Discrimination

Plus en détail

Mise à jour le 28 mai 2013

Mise à jour le 28 mai 2013 Mise à jour le 28 mai 2013 Association District-Solidaire Association loi 1901, déclarée à la Préfecture du Rhône Tél. : (33) 670-939-939 coordination@district-solidaire.org www.district-solidaire.org

Plus en détail

Code à l intention des partenaires commerciaux

Code à l intention des partenaires commerciaux Code à l intention des partenaires commerciaux Groupe Axpo Code à l intention des partenaires commerciaux 02 03 Table des matières Introduction... 05 I. Éthique commerciale et intégrité... 07 II. Respect

Plus en détail

Développer le potentiel de vos équipes

Développer le potentiel de vos équipes Développer le potentiel de vos équipes Notre mission : vous accompagner vers la réussite de vos objectifs Alter Ego RH vous aide à anticiper, développer et valoriser vos relations avec vos salariés et

Plus en détail

Pourquoi la responsabilité sociétale est-elle importante?

Pourquoi la responsabilité sociétale est-elle importante? Découvrir ISO 26000 La présente brochure permet de comprendre les grandes lignes de la Norme internationale d application volontaire, ISO 26000:2010, Lignes directrices relatives à la responsabilité. Elle

Plus en détail

FORME JURIDIQUE DE L ENTREPRISE

FORME JURIDIQUE DE L ENTREPRISE FORME JURIDIQUE DE L LE CHOIX DE LA FORME JURIDIQUE DE L Démarche à effectuer Exploitation de par l entrepreneur sous ses noms et prénoms complets Aucune démarche particulière Exploitation de par l entrepreneur

Plus en détail

Guide méthodologique Evaluation des impacts économiques, sociaux et environnementaux globaux des projets des pôles de compétitivité

Guide méthodologique Evaluation des impacts économiques, sociaux et environnementaux globaux des projets des pôles de compétitivité Guide méthodologique Evaluation des impacts économiques, sociaux et environnementaux globaux des projets des pôles de compétitivité Résumé : La cartographie des impacts économiques, sociaux et environnementaux

Plus en détail

Parcours de formation modulaire

Parcours de formation modulaire Parcours de formation modulaire CQPM 0264 : Coordinateur (trice) du développement des ressources humaines de l entreprise CQPM 0265 : Technicien (ne) en gestion et administration des ressources humaines

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS

CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS SOMMAIRE 01. 02. 03. 04. NOS PRINCIPES ÉTHIQUES DANS LA CONDUITE DES AFFAIRES NOS OBJECTIFS ET ENGAGEMENTS VIS-À-VIS DE NOS PRINCIPAUX PUBLICS PROMOTION ET APPLICATION DU

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE L ACTION COLLECTIVE

CAHIER DES CHARGES DE L ACTION COLLECTIVE CAHIER DES CHARGES DE L ACTION COLLECTIVE «Accompagner la CROissance des TPE-PME à travers une stratégie de Développement Durable» (ACRODD MER) La «Responsabilité Sociétale des Entreprises» n est pas une

Plus en détail

Art. base Loi Marchés publics Exigence COBS

Art. base Loi Marchés publics Exigence COBS Art. base Loi Marchés publics Exigence COBS Résultat de l'évaluation Outil mis à disposition par l'unité de développement durable du Département des infrastructures de l'état de Vaud. Données concernant

Plus en détail

Catalogue des Formations

Catalogue des Formations 67, Rue Aziz Bellal, Etage 3, N 2, Maarif. 32, Avenue Abdelali Benchekroune, Etage 5, N 20. Nos atouts formation Thèmes de formation En partenariat avec un réseau national et International, nous dispensons

Plus en détail

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION DOSSIER RETRAITES: MAI 2003 SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION 1. LE SYSTEME DE RETRAITES PAR REPARTITION 1.1. INTRODUCTION Les régimes de retraites des travailleurs

Plus en détail

TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III)

TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III) TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III) DIRECTIVES ET FORMAT POUR LA PRÉPARATION DE RAPPORTS NATIONAUX SUR SIX SUJETS PRINCIPAUX, TRENTE

Plus en détail

L évaluation financière et économique de la foresterie?

L évaluation financière et économique de la foresterie? L évaluation financière et économique de la foresterie? Comment la mesurer? Quelle méthode utiliser? Dans quelles situations? Mélissa Lainesse, Économiste, M.A. François-Robert Nadeau, ing.f., M.Sc. Le

Plus en détail

MOBILITÉ DURABLE: CONCEPT ET APPLICATIONS, DE LA THÉORIE À LA PRATIQUE. Présenté par Monique Léveillé Sherbrooke, le 17 février 2011

MOBILITÉ DURABLE: CONCEPT ET APPLICATIONS, DE LA THÉORIE À LA PRATIQUE. Présenté par Monique Léveillé Sherbrooke, le 17 février 2011 MOBILITÉ DURABLE: CONCEPT ET APPLICATIONS, DE LA THÉORIE À LA PRATIQUE. Présenté par Monique Léveillé Sherbrooke, le 17 février 2011 MOBILITÉ DURABLE: CONCEPT En théorie,un concept à déclinaisons multiples,

Plus en détail

10 bonnes raisons. de planter des arbres EN FRANCE

10 bonnes raisons. de planter des arbres EN FRANCE 10 bonnes raisons de planter des arbres EN FRANCE «La forêt française est en bonne santé» Les idées reçues de ce type sur l état des forêts de l Hexagone sont légions. Pourtant sur le terrain, la réalité

Plus en détail

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada

Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Consultations du Ministère des Finances du Canada : Maintenir la solidité du système de revenu de retraite du Canada Commentaires du Conseil du patronat du Québec Mai 2010 Maintenir la solidité du système

Plus en détail

Chapitre 2 L économie et l échange

Chapitre 2 L économie et l échange Chapitre 2 L économie et l échange Pourquoi vivre en société? Plan du chapitre Spécialisation : quels sont les causes de la «division du travail»? Apprentissage : l intérêt dynamique de la spécialisation

Plus en détail

Débits de boissons et restaurants. Réglementation. J ouvre mon commerce Formalités et exploitation

Débits de boissons et restaurants. Réglementation. J ouvre mon commerce Formalités et exploitation Débits de boissons et J ouvre mon commerce Formalités et exploitation Ce qu il faut savoir Débits de boissons? Sous cette dénomination, on trouve des établissements aussi divers que les cafés, les bars,

Plus en détail

Conventionnement sélectif, efficacité économique et inégalités de santé

Conventionnement sélectif, efficacité économique et inégalités de santé Conventionnement sélectif, efficacité économique et inégalités de santé Philippe Abecassis, Nathalie Coutinet, Ariane Ghirardello (CEPN- U- Paris 13) Nouveaux enjeux de l'assurance complémentaire en Europe,

Plus en détail

Tableau synoptique du chapitre 7

Tableau synoptique du chapitre 7 Tableau synoptique du chapitre 7 Le rôle du superviseur dans le processus de rémunération Le superviseur peut être appelé à : participer à l évaluation des postes de ses employés. prendre des décisions

Plus en détail

Chapitre 9. La théorie du choix du consommateur

Chapitre 9. La théorie du choix du consommateur Chapitre 9 La théorie du choix du consommateur Le consommateur Comment sont prises les décisions de consommation? La théorie économique propose un modèle Le consommateur a un comportement maximisateur

Plus en détail

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro?

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Document 1. L évolution des taux d intérêt directeurs de la Banque centrale européenne

Plus en détail

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Principes européens et code de conduite Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Une proposition du réseau IRENE Préambule Le réseau IRENE réunit des praticiens, experts, chercheurs,

Plus en détail

Par M e Marc-André Laroche, CRIA

Par M e Marc-André Laroche, CRIA CONTRAT DE TRAVAIL OU CONTRAT DE SERVICE? COMMENT DÉTERMINER LA VÉRITABLE NATURE D UNE RELATION CONTRACTUELLE ET SES CONSÉQUENCES Par M e Marc-André Laroche, CRIA lecorre.com Le 29 novembre 2013 PLAN DE

Plus en détail

Communication de progrès 2013

Communication de progrès 2013 Communication de progrès 2013 La GMF (Garantie Mutuelle des Fonctionnaires) est un acteur important de l assurance des particuliers en France. Avec ses filiales, elle emploie 6787 salariés et a plus de

Plus en détail

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Gens du voyage - Schéma départemental exemptant une commune de ses obligations en matière d accueil des gens du voyage - Violation de la Loi Besson Recommandations.

Plus en détail

UN NOUVEAU MODE DE RUPTURE DU CONTRAT DE TRAVAIL A DUREE INDETERMINEE : LA RUPTURE CONVENTIONNELLE

UN NOUVEAU MODE DE RUPTURE DU CONTRAT DE TRAVAIL A DUREE INDETERMINEE : LA RUPTURE CONVENTIONNELLE UN NOUVEAU MODE DE RUPTURE DU CONTRAT DE TRAVAIL A DUREE INDETERMINEE : LA RUPTURE CONVENTIONNELLE UN BREF HISTORIQUE EN INTRODUCTION : DE L ANI du 11/01/2008 A LA LOI : L accord national interprofessionnel

Plus en détail

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle

Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Chap 1 : L accès à une activité professionnelle Toute personne accède à une activité professionnelle en devenant salarié, fonctionnaire ou travailleur indépendant. Chacun de ces trois régimes juridiques

Plus en détail

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples!

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! Comité pour l annulation de la dette du tiers monde http://www.cadtm.org/ensemble-pour-imposer-une-autre La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! L argument de la dette publique

Plus en détail

Les outils classiques de diagnostic stratégique

Les outils classiques de diagnostic stratégique Chapitre I Les outils classiques de diagnostic stratégique Ce chapitre présentera les principaux outils de diagnostic stratégique dans l optique d aider le lecteur à la compréhension et à la manipulation

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 17/06/2014 Angoulême 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national: la reprise économique se dessine, mais le chômage frappe encore trop fort notre pays.

Plus en détail

II. LE CONTRAT DE TRAVAIL, CONSEQUENCE DU LIEN DE SUBORDINATION

II. LE CONTRAT DE TRAVAIL, CONSEQUENCE DU LIEN DE SUBORDINATION CHAPITRE 8 LE LIEN DE SUBORDINATION : LE CONTRAT DE TRAVAIL ET LES POUVOIRS DE L EMPLOYEUR I. LA DISTINCTION ENTRE LE TRAVAIL SUBORDONNE ET LE TRAVAIL INDEPENDANT La loi n a pas défini la notion de salarié.

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

LES «JEUNES» LEUR APPORT DANS LA DEMOCRATIE LOCALE AU TRAVERS D UNE MUNICIPALITE ET LES ENJEUX EDUCATIFS QUI EN DECOULENT.

LES «JEUNES» LEUR APPORT DANS LA DEMOCRATIE LOCALE AU TRAVERS D UNE MUNICIPALITE ET LES ENJEUX EDUCATIFS QUI EN DECOULENT. LES «JEUNES» LEUR APPORT DANS LA DEMOCRATIE LOCALE AU TRAVERS D UNE MUNICIPALITE ET LES ENJEUX EDUCATIFS QUI EN DECOULENT. Gérard SERVANT, Personnel de Direction, Académie d Aix-Marseille, Docteur en Sciences

Plus en détail

Etude menée dans 18 entreprises de la région Nord-Pas de Calais FRANCE

Etude menée dans 18 entreprises de la région Nord-Pas de Calais FRANCE Etude menée dans 18 entreprises de la région Nord-Pas de Calais FRANCE La santé au travail : une obligation de résultat L employeur est tenu d assurer la santé physique et mentale des salariés de son

Plus en détail

NEWSLETTER I.A.D.L (BULLETIN D INFORMATIONS TRIMESTRIEL) SEPTEMBRE 2014

NEWSLETTER I.A.D.L (BULLETIN D INFORMATIONS TRIMESTRIEL) SEPTEMBRE 2014 NEWSLETTER I.A.D.L (BULLETIN D INFORMATIONS TRIMESTRIEL) SEPTEMBRE 2014 Fondé en 2011, sous les cendres du Cabinet-Conseil PRACTIDEV-CONSULT qui avait déjà totalisé 20 ans d existence, L institut Africain

Plus en détail

POUR UNE ECONOMIE ECOLOGIQUE ET EQUITABLE Synthèse de l étude réalisée par 4D pour la CFDT dans le cadre de l Agence d objectifs IRES

POUR UNE ECONOMIE ECOLOGIQUE ET EQUITABLE Synthèse de l étude réalisée par 4D pour la CFDT dans le cadre de l Agence d objectifs IRES POUR UNE ECONOMIE ECOLOGIQUE ET EQUITABLE Synthèse de l étude réalisée par 4D pour la CFDT dans le cadre de l Agence d objectifs IRES Coordination et rédaction : Ana HOURS Catherine LAPIERRE Co-rédacteurs

Plus en détail

Point de vue d experts

Point de vue d experts Point de vue d experts Vous trouverez dans ce numéro l actualité sociale relative aux thèmes suivants : Portabilité des régimes frais de santé : nouveautés applicables depuis le 1 er juin 2014 Réforme

Plus en détail

Date: 20 02 2007 Ref: 071/07/OL. Architecture et durabilité

Date: 20 02 2007 Ref: 071/07/OL. Architecture et durabilité Architecture et Société - TA 3 anglaise Architecture et durabilité Le secteur de la construction joue un rôle clé dans toute politique visant un développement durable pour le 21ème siècle. L environnement

Plus en détail

FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES

FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES L ENVIRONNEMENT EN FRANCE 2 FACE AUX DÉFIS ÉCOLOGIQUES des initiatives locales et des actions de long terme VERS UN RAPPROCHEMENT DES ACTIVITÉS ÉCONOMIQUES ET DE L ENVIRONNEMENT? INTRODUCTION L OBSERVATION

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-166

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-166 Décision du Défenseur des droits MSP-2014-166 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à la prescription d indus sur rémunération réclamés par les comptables publics aux agents publics de l Etat

Plus en détail

Pré-diagnostic du Développement Durable

Pré-diagnostic du Développement Durable Pré-diagnostic du Développement Durable à l usage des PME-PMI et Autres Entreprises Le présent questionnaire a été réalisé par le groupe Développement Durable de l AUEG qui comprenait des membres d entreprises,

Plus en détail

II. - Dispositions du projet de loi

II. - Dispositions du projet de loi Le développement de l économie passe en priorité par la réhabilitation du travail comme moyen de procurer aux salariés un meilleur confort de vie et de relancer la machine économique. Le confort de vie,

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/18/Add.30 28 février 2005 FRANÇAIS Original: RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention sur

Plus en détail

8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace

8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace Aller plus loin 8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace 8) Certification ISO 14 001 8 La norme ISO 14001 et la certification Cette norme internationale vise à établir dans l organisme

Plus en détail

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde

au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde Fiche prolongement 6 Du lien entre environnement et développement au concept de «développement durable» Pour une éducation ouverte sur le monde 20% de la population mondiale consomme 87 % des ressources

Plus en détail

PARCOURS DE FORMATION DES CHA COURTIERS

PARCOURS DE FORMATION DES CHA COURTIERS Utilisez les résumés ci-dessous pour évaluer votre niveau de connaissances dans chaque champ de compétences. Les questions de l examen de compétence national sont basées sur ces thèmes et sous-thèmes.

Plus en détail

0. La science économique n aborde pas directement. 1.0 Science Economique? 1.1 Possible Définitions

0. La science économique n aborde pas directement. 1.0 Science Economique? 1.1 Possible Définitions 0. La science économique n aborde pas directement Comment spéculer en bourse Comment démarrer sa propre entreprise Comment trouver un job bien payé Comment investir ou dépenser intelligemment La science

Plus en détail

NEWSLETTER DU SOCIAL

NEWSLETTER DU SOCIAL NEWSLETTER DU SOCIAL Les chiffres clés La Garantie Minimale de Points 2014 : Les cotisations minimales annuelles de retraite complémentaire AGIRC sont fixées à 796,08. Ces cotisations correspondent à un

Plus en détail

CONCEPTION ANIMATION EVALUATION CONTACTEZ NOUS! SOFT FORMATION

CONCEPTION ANIMATION EVALUATION CONTACTEZ NOUS! SOFT FORMATION DEVENEZ FORMATEUR POUR ADULTES CONCEPTION ANIMATION EVALUATION CONTACTEZ NOUS! Marseille Tél : 04.91.15.71.00 Toulon Tél : 04.91.15.71.10 Élaborer des programmes de formation et transmettre des Connaissances

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

Parcours de formation modulaire

Parcours de formation modulaire Parcours de formation modulaire CQPM 0264 : Coordinateur (trice) du développement des ressources humaines de l entreprise Public concerné Assistant(e) RH débutant dans le poste ou personne chargée de la

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

Chap 1 : LA DEMARCHE MERCATIQUE

Chap 1 : LA DEMARCHE MERCATIQUE I. La démarche mercatique globale A. Définition Chap 1 : LA DEMARCHE MERCATIQUE La mercatique est l ensemble des techniques et actions ayant pour objet de prévoir, constater, stimuler, susciter ou renouveler

Plus en détail

Programme de formation. «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique»

Programme de formation. «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique» Intitulé de la formation Programme de formation «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique» Organisateur Organisme de formation : ARMETI : Email : armetiformations@gmail.com

Plus en détail

DISSERTATION. I La stratégie des RH peut servir l objectif de compétitivité de la stratégie globale

DISSERTATION. I La stratégie des RH peut servir l objectif de compétitivité de la stratégie globale DISSERTATION INTRODUCTION L évolution du contexte économique, technique et socioculturel amène les entreprises à adopter une stratégie qui leur permettra d établir des axes de développement afin de rester

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RESPONSABLE COMMERCIAL & MARKETING DU CENTRE DE FORMATION POUR LE DEVELOPPEMENT- GLOBAL DEVELOPMENT LEARNING CENTER

TERMES DE REFERENCE POUR LE RESPONSABLE COMMERCIAL & MARKETING DU CENTRE DE FORMATION POUR LE DEVELOPPEMENT- GLOBAL DEVELOPMENT LEARNING CENTER TERME DE REFERENCE POUR LE REPONABLE COMMERCIAL & MARKETING DU CENTRE DE FORMATION POUR LE DEVELOPPEMENT- GLOBAL DEVELOPMENT LEARNING CENTER Composante 3 Renforcement institutionnel et gestion des connaissances

Plus en détail

REGARDS CROISES SUR L IMAGE SOCIALE DES ENTREPRISES

REGARDS CROISES SUR L IMAGE SOCIALE DES ENTREPRISES REGARDS CROISES SUR L IMAGE SOCIALE DES ENTREPRISES SOMMAIRE I - VIVIENNE16 ET L IMAGE SOCIALE DES ENTREPRISES... 3 II - METHODOLOGIE... 4 III - LA NOTION D IMAGE SOCIALE DES ENTREPRISES EST PRIORITAIREMENT

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail