Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage

Save this PDF as:
Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage"

Transcription

1 Energie et construction Cycle technique 2014 Formations supportées par la Wallonie Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage A.Tilmans Laboratoire caractéristiques énergétiques CSTC Isolation thermique, condensation et confort Les Isnes 24 avril 2014 Master title - 16/04/ Page 1

2 Contenu 1. Introduction 2. Performances thermiques des solutions de rénovation 3. Risque de condensation et climat intérieur 4. Surchauffe et contrôle solaire 5. Resserrage des fenêtres en rénovation Rénovation des châssis existants et remplacement des simples vitrages Aspects thermiques 24/04/ Page 2

3 Energie et construction 2014 Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage Introduction Rénovation des châssis existants et remplacement des simples vitrages Aspects thermiques 24/04/ Page 3

4 Introduction Déperditions par les fenêtres K moy K31 Dans bâtiment isolé : Fenêtres = part la plus faible de la surface de déperdition, mais déperdition la plus grande! Source graphiques: «CALE, précurseur de la PEB» Statistiques sur 426 maisons ( ) Rénovation des châssis existants et remplacement des simples vitrages Aspects thermiques 24/04/ Page 4

5 Introduction Impact du niveau d isolation Source: CALE 2 Statistiques sur 426 maisons (sept.2007-déc.2009) K74 (SENVIVV) Plafonds et toitures Plafonds en daken planchers Vloeren 17% K25-K35 répartition des déperditions énergétiques par types de parois 13.6% 16.5% Ponts Koudebruggen thermiques 11% 18% 21% Muren murs 27.8% 2.2% 7% 6% 24% Appartementsgebouwen appart. Eengezinswoningen Maisons unifamiliales 24% 27% 1% 36.4% 3.5% Immeubles à 4% 40% portes Deuren Vensters fenêtres fenêtre porte murs ext toiture plancher paroi EANC K35-K45 répartition des déperditions énergétiques par types de parois 12.3% 17.8% K15-K25 répartition des déperditions énergétiques par types de parois (K15 K25) 14.3% 11.7% 27.7% 27.0% 41.9% Rénovation des châssis existants et remplacement des simples vitrages Aspects thermiques 24/04/ Page 5 2.6% 2.5% 2.6% 36.4% 3.2% fenêtre porte murs ext toiture plancher paroi EANC fenêtre porte murs ext toiture plancher paroi EANC

6 Introduction Réglementation PEB et rénovation Rénovations importantes Bâtiment de plus de 1000m² >25% de la surface de déperdition fait l objet de travaux OU Coût des travaux >25% de la valeur du bâtiment (sans compter le terrain) Rénovation simple (avec PU) travaux avec permis d urbanisme qui influencent la performance énergétique Changement d affectation bâtiments qui acquièrent une nouvelle destination et dans lesquels, contrairement à la situation antérieure,de l énergie est consommée pour obtenir une température intérieure spécifique pour les personnes. Rénovation des châssis existants et remplacement des simples vitrages Aspects thermiques 24/04/ Page 6

7 Introduction Exigences PEB rénovation Rénovations/transformations Changements d affectation Rénovation des châssis existants et remplacement des simples vitrages Aspects thermiques 24/04/ Page 7

8 Introduction Coefficient de transmission thermique (valeur U) Flux de chaleur Q à travers une paroi Extérieur Intérieur Q = A U ( i e ) [W] A Valeur U : Puissance calorifique qui traverse 1 m² de paroi pour une différence de température de 1 C de part et d autre de la paroi R se R 1 R s R 2 R si Coefficient de transmission thermique (valeur U) d une paroi U = 1 / R t [W / m² K] Résistance thermique totale (d ambiance à ambiance) R t = R si + ΣR i + R se [m² K / W] Rénovation des châssis existants et remplacement des simples vitrages Aspects thermiques 24/04/ Page 8

9 Introduction Performance thermique de la fenêtre Vitrage U g [W/m²K] NBN EN 673 ; NBN EN 674 ; NBN EN 675 Caractérisée par U w [W/m²K] A g l g Espaceur de vitrage Ψ g [W/mK] NBN EN ISO ; NBN EN ISO NBN EN ISO NBN EN ISO Réglementation PEB A f Profilé d encadrement U f [W/m²K] NBN EN ISO ; NBN EN Vitrage = 70 à 80% de la surface des fenêtres! Rénovation des châssis existants et remplacement des simples vitrages Aspects thermiques 24/04/ Page 9

10 Introduction Réglementation PEB : exigences thermiques Ex : profilé bois 58mm double vitrage HR espaceur standard Rénovation des châssis existants et remplacement des simples vitrages Aspects thermiques 24/04/ Page 10

11 Introduction Fonctionnement du vitrage : valeur U g U g du vitrage dépend : R e R g R i Des résistances d échanges intérieures et extérieures (R e et R i ) De la résistance de la lame d air Type de gaz de remplissage Epaisseur Emissivités des faces 2 et Air Air HR Argon HR Krypton HR Ext Int U g value [W/m²K] d Thickness [mm] Rénovation des châssis existants et remplacement des simples vitrages Aspects thermiques 24/04/ Page 11

12 Introduction Fonctionnement du vitrage : transmission lumineuse Lumière nm v Une partie de la lumière est Transmise directement vers l intérieur : v v Pas de transmission indirecte! v = 90% Absorbée par la paroi : v Réfléchie vers l extérieur : v v Lumière entrante Lumière incidente Rénovation des châssis existants et remplacement des simples vitrages Aspects thermiques 24/04/ Page 12

13 Introduction Fonctionnement du vitrage : facteur solaire Une partie du rayonnement solaire est Transmise directement vers l intérieur : e e Absorbée par la paroi : e e e Réfléchie vers l extérieur : e g transmission indirecte Chaleur transmise ( W ) Rayonnement solaire incident ( W ) g = 87% La partie absorbée est réémise en partie vers l intérieur et en partie vers l extérieur Rénovation des châssis existants et remplacement des simples vitrages Aspects thermiques 24/04/ Page 13

14 Energie et construction 2014 Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage Performances thermiques des solutions de rénovation Rénovation des châssis existants et remplacement des simples vitrages Aspects thermiques 24/04/ Page 14

15 Solutions de rénovation Le fenêtre existante Châssis bois Fenêtre de 1,23m x 1,48 m 70% de vitrage Châssis en chêne de 45mm U f = 2,5 W/m²K Simple vitrage U g = 5,7 W/m²K U w = 4,7 W/m²K Châssis métallique Fenêtre de 1,23m x 1,48 m 80% de vitrage Châssis métallique U f = 5,9 W/m²K Simple vitrage U g = 5,7 W/m²K U w = 5,7 W/m²K Rénovation des châssis existants et remplacement des simples vitrages Aspects thermiques 24/04/ Page 15

16 Solutions de rénovation 1. Remplacement de la fenêtre Ex. fenêtre standard actuelle Châssis bois dense 68 mm Double vitrage HR (couche basse émissivité) Espaceur de vitrage non isolant Fenêtre de 1,23 m x 1,48 m avec 70% de vitrage Caractéristiques thermiques : Châssis : U f = 1,6 W/m²K Vitrage : U g = 1,1 W/m²K Fenêtre U w = 1,5 W/m²K Facteur solaire du vitrage : g = 0,62 Rénovation des châssis existants et remplacement des simples vitrages Aspects thermiques 24/04/ Page 16

17 Solutions de rénovation 2. Film sur vitrage 1 2 Pose d un simple vitrage avec couche basse émissivité Films sur vitrage Contrôle solaire, sécurité, protection UV, ET amélioration thermique Couche basse émissivité Diminution des échanges par rayonnement (ε = 0,15) R e R i Pour un simple vitrage : Ext Int U g = 5,7 3,6 W/m²K ( 37%) Rénovation des châssis existants et remplacement des simples vitrages Aspects thermiques 24/04/ Page 17

18 Solutions de rénovation 3. Survitrage Performance du châssis pas modifiée (châssis bois) Performance du vitrage : maximum 3 mm 2 Rénovation des châssis existants et remplacement des simples vitrages Aspects thermiques 24/04/ Page 18

19 Solutions de rénovation 3. Survitrage Dans le cas de deux vitrages de 4 mm espacés de 15 mm: U g = 5,7 2,8 W/m²K ( 51%) Dans le cas d une feuille de verre clair de 4 mm et d une feuille de verre avec couche à faible émissivité (εn = 0,15) espacées de 15 mm: U g = 5,7 1,7 W/m²K ( 70%) Rénovation des châssis existants et remplacement des simples vitrages Aspects thermiques 24/04/ Page 19

20 Solutions de rénovation 4. Remplacement du vitrage Performance du châssis pas modifiée (châssis bois) Performance du vitrage = celle du nouveau vitrage Possibilité double vitrage d épaisseur réduite : l espaceur Possibilités de mise en oeuvre : Pose dans la feuillure existante Elargissement de la feuillure Profilé d adaptation Rénovation des châssis existants et remplacement des simples vitrages Aspects thermiques 24/04/ Page 20

21 Solutions de rénovation 5. Double fenêtre Pratiquement seule solution envisageable pour certains cas: Fenêtres de géométrie complexe ou ayant une esthétique à préserver Performance thermique de la fenêtre existante + ajout d une nouvelle fenêtre Rénovation des châssis existants et remplacement des simples vitrages Aspects thermiques 24/04/ Page 21

22 Solutions de rénovation 5. Double fenêtre Calcul du U w dans le cas d une double fenêtre: Rénovation des châssis existants et remplacement des simples vitrages Aspects thermiques 24/04/ Page 22

23 Solutions de rénovation 5. Exemple double fenêtre (châssis bois) 1. Fenêtre existante avec châssis bois U w1 = 4,8 W/m²K 2. Fenêtre ajoutée : Châssis bois de 68mm Double vitrage 1.1 W/m²K Espaceur de vitrage non isolant U w2 = 1,5 W/m²K mm entre les deux fenêtres Performance thermique de la double fenêtre : U w = 1,1 W/m²K ( 77%) Rénovation des châssis existants et remplacement des simples vitrages Aspects thermiques 24/04/ Page 23

24 Solutions de rénovation 5. Exemple double fenêtre (châssis métallique) Si fenêtre existante avec châssis métallique U w1 = 5,8 W/m²K Performance thermique de la double fenêtre : U w = 1,15 W/m²K ( 80%) Rénovation des châssis existants et remplacement des simples vitrages Aspects thermiques 24/04/ Page 24

25 Solutions de rénovation Synthèse (châssis bois) 1. Situation initiale : Fenêtre de 1,23m x 1,48 m 70% de vitrage Châssis en chêne de 45mm Simple vitrage U w = 4,7 W/m²K 1.4 Double fenêtre Pose d une fenêtre avec U w = 1,5 W/m²K U w = 1,1 W/m²K ( 77%) Risque de condensation sur vitrage existant 1.1 Simple vitrage amélioré (ou film) Couche basse émissivité côté intérieur (ε = 0,15) U w = 3,3 W/m²K ( 31%) 1.2 Survitrage Ajout d un vitrage basse émissivité Risque de condensation entre vitrages U w = 2,1 W/m²K ( 55%) 1.3 Remplacement de vitrage Pose d un double vitrage U g 1,1 avec profilé d adaptation U w = 1,7 W/m²K ( 64%) Pose d un double vitrage mince (16mm) dans feuillure (U g 1,7) U w = 2,1 W/m²K ( 55%) Drainage sous vitrage Rénovation des châssis existants et remplacement des simples vitrages Aspects thermiques 24/04/ Page 25

26 Solutions de rénovation Synthèse (châssis métallique) 2. Situation initiale : Fenêtre de 1,23m x 1,48 m 80% de vitrage Châssis métallique Simple vitrage U w = 5,7 W/m²K 2.4 Double fenêtre Pose d une fenêtre avec U w = 1,5 W/m²K U w = 1,2 W/m²K ( 80%) Risque de condensation sur vitrage existant 2.1 Simple vitrage amélioré (ou film) Couche basse émissivité côté intérieur (ε = 0,15) U w = 4,1 W/m²K ( 29%) 2.2 Survitrage Ajout d un vitrage basse émissivité Risque de condensation entre vitrages U w = 2,7 W/m²K ( 54%) 2.3 Remplacement de vitrage Pose d un double vitrage U g 1,1 avec profilé d adaptation U w = 2,2 W/m²K ( 62%) Pose d un double vitrage mince (16mm) dans feuillure (U g 1,7) U w = 2,7 W/m²K ( 53%) Drainage sous vitrage Rénovation des châssis existants et remplacement des simples vitrages Aspects thermiques 24/04/ Page 26

27 Energie et construction 2014 Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage Risque de condensation et climat intérieur Rénovation des châssis existants et remplacement des simples vitrages Aspects thermiques 24/04/ Page 27

28 Risque de condensation Quand y a t il condensation? Diagramme de l air humide La quantité maximale de vapeur d eau que peut contenir l air dépend de la température (augmentation avec la température) Humidité relative (HR) : rapport entre le contenu en vapeur d'eau de l'air et sa capacité maximale à en contenir à une température donnée Teneur en eau [kg eau /kg air sec ] Saturation : HR = 100% Température de l air [ C] Rénovation des châssis existants et remplacement des simples vitrages Aspects thermiques 24/04/ Page 28

29 Risque de condensation Quand y a t il condensation? Diagramme de l air humide Apparition de condensation dépend : du climat intérieur (T et HR) de la température du vitrage ou du châssis Air intérieur : 20 C 50% HR Teneur en eau [kg eau /kg air sec ] CONDENSATION + 9 C Température de l air MOISISSURES + 12 C [ C] Rénovation des châssis existants et remplacement des simples vitrages Aspects thermiques 24/04/ Page 29

30 Risque de condensation Condensation sur vitrage 20 C 10 C 9 C 9,3 C 13,8 C 15,2 C 1,6 C 0 C 2,4 C 6,4 C 7,9 C 8,4 C T ext : 10 C Air intérieur : 20 C 50% HR Fenêtre existante Survitrage Remplacement vitrage Double fenêtre Mur maçonné en brique TC de 30 cm d épaisseur : température de surface intérieure = 11,2 C Rénovation des châssis existants et remplacement des simples vitrages Aspects thermiques 24/04/ Page 30

31 Risque de condensation Condensation sur vitrage En cas de survitrage ou de double fenêtre, la condensation peut se produire du côté interne de la fenêtre existante Principes à respecter: Survitrage : soigner l étanchéité à l air entre le vitrageajoutéet le vitrage existant prévoir joint Double fenêtre : Eviter les infiltrations d air entre la fenêtre ajoutée et la fenêtre existante Prévoir une légère ventilation de l espace entre les deux fenêtres par de l air extérieur (fente de max 3 mm vers l extérieur sur tout le pourtour) Rénovation des châssis existants et remplacement des simples vitrages Aspects thermiques 24/04/ Page 31

32 Risque de condensation Condensation sur châssis Survitrage et remplacement du vitrage Pas de modification du châssis Si châssis bois : Risque de déplacement condensation du vitrage vers le châssis si U f > U g Si châssis métal : condensation sur le châssis inévitable Double fenêtre : Si bonne étanchéité entre la fenêtre ajoutée et la fenêtre existante, le risque de condensation au niveau des châssis est réduit 32 Rénovation des châssis existants et remplacement des simples vitrages Aspects thermiques 24/04/ Page 32

33 Climat intérieur Rôle des fenêtres dans la régulation du climat Les fenêtres anciennes ont un impact important sur le climat intérieur Ventilation (incontrolée) par les fuites d air Déshumidification par condensation sur le vitrage Amélioration énergétique des fenêtres déplacement de la condensation Prévoir un système de ventilation!!! Rénovation des châssis existants et remplacement des simples vitrages Aspects thermiques 24/04/ Page 33

34 Climat intérieur Possibilités de ventilation hygiénique Si remplacement du vitrage, possibilité d intégrer une grille de ventilation en connection avec le vitrage Attention à l impact mécanique! Rénovation des châssis existants et remplacement des simples vitrages Aspects thermiques 24/04/ Page 34

35 Climat intérieur Possibilités de ventilation hygiénique Si survitrage ou double fenêtre, pas de possibilité d intégrer une grille dans la fenêtre MAIS ventilation peut se faire par ailleurs En cas de rénovation avec remplacement de fenêtres, obligation de prévoir une ventilation hygiénique dans les locaux concernés Rénovation des châssis existants et remplacement des simples vitrages Aspects thermiques 24/04/ Page 35

36 Energie et construction 2014 Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage Surchauffe et contrôle solaire Rénovation des châssis existants et remplacement des simples vitrages Aspects thermiques 24/04/ Page 36

37 La surchauffe Problématique en rénovation Dans bâtiments anciens, problèmes de surchauffe si Grandes surfaces vitrées Parois légères peu isolées (combles, toiture plate, ) Lors de rénovation, risque d apparition de surchauffe si isolation par l intérieur Rénovation des châssis existants et remplacement des simples vitrages Aspects thermiques 24/04/ Page 37

38 Surchauffe Quelles solutions lors de la rénovation des fenêtres Survitrage ou remplacement du vitrage possibilité de placer un vitrage à contrôle solaire (effet fixe hiver/été) protection solaire (screen) interieure ou extérieure (modulation hiver/été) Double fenêtre Diminue par principe les apports solaires possibilité de placer un vitrage à contrôle solaire protection solaire intérieure, extérieure ou entre les fenêtres Rénovation des châssis existants et remplacement des simples vitrages Aspects thermiques 24/04/ Page 38

39 Surchauffe Efficacité des différentes solutions Type de vitrage U W / m² K g (combinaison) - v - 1. Simple vitrage Exemple de double vitrage (4/15/4) Survitrage 3. Exemple de double vitrage HR Survitrage ou remplacement 4. Exemple de double vitrage HR sélectif Remplacement 5. Exemple de triple vitrage Double fenêtre (simple vitrage + double HR) Protection extérieure blanche Protection solaire intérieure blanche Rénovation des châssis existants et remplacement des simples vitrages Aspects thermiques 24/04/ Page 39

40 Energie et construction 2014 Rénovation des châssis existants et remplacement du simple vitrage Resserrage des fenêtres en rénovation Rénovation des châssis existants et remplacement des simples vitrages Aspects thermiques 24/04/ Page 40

41 Resserrage des fenêtres Isolation par l extérieur Prévoir un retour d isolant sur la menuiserie! Sciage des batées! Ψ e = 0,4 W/mK ΔU w = +1,12 W/m²K Ψ e = 0,12 W/mK ΔU w = W/m²K Rénovation des châssis existants et remplacement des simples vitrages Aspects thermiques 24/04/ Page 41

42 Resserrage des fenêtres Isolation par l intérieur Si double fenêtre isolation continue! Sinon, prévoir un retour d isolant (ex : 3cm d épaisseur) Ψ e = 0,57 W/mK ΔU w = +1,59 W/m²K Ψ e = 0,18 W/mK ΔU w = W/m²K Rénovation des châssis existants et remplacement des simples vitrages Aspects thermiques 24/04/ Page 42

43 Merci pour votre attention! Questions? Rénovation des châssis existants et remplacement des simples vitrages Aspects thermiques 24/04/ Page 43

Que nous enseigne la base de données PAE?

Que nous enseigne la base de données PAE? Que nous enseigne la base de données PAE? Séminaire auditeurs PAE 8 juin 2009 Nicolas Heijmans, ir Division Energie et Climat CSTC - Centre Scientifique et Technique de la Construction 00/00/2006 Contenu

Plus en détail

Maison Modèle BIG BOX Altersmith

Maison Modèle BIG BOX Altersmith Maison Modèle BIG BOX Altersmith SOLUTIONS D ENVELOPPE & DE SYSTÈMES PERFORMANCES RT 2005 & LABELS I. Présentation de la maison BIG BOX - T3...2 II. Enveloppes...3 1. Présentation de l enveloppe...3 2.

Plus en détail

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Etanchéité à l air dans la construction bois Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Pourquoi des bâtiments étanches à l air? Ne pas confondre : étanchéité à l air et confinement Une bonne étanchéité à l air

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Menuiseries extérieures : comment choisir? Bruxelles Environnement EN RÉNOVATION, CONSERVATION, RESTAURATION ET AMÉLIORATION DES CHÂSSIS Dispositifs et éléments du choix durable

Plus en détail

Prise en compte des nœuds constructifs dans la PEB Formation développée dans le cadre de PATHB2010

Prise en compte des nœuds constructifs dans la PEB Formation développée dans le cadre de PATHB2010 Prise en compte des nœuds constructifs dans la PEB Formation développée dans le cadre de PATHB2010 PROGRAMME DE FORMATION Dans le cadre du PROJET PAThB2010 Practical Approach for Thermal Bridges 2010 AVEC

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique: détails techniques Bruxelles Environnement LE SYSTÈME DE CHAUFFAGE ET LA PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE François LECLERCQ et

Plus en détail

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif du l audit énergétique de RANTIGNY 1 Sommaire I. Introduction... 3 II. Visite du site... 4

Plus en détail

Retours d expériences: le suivi de bureaux. Christophe Schmauch Pierrick Nussbaumer CETE de l Est

Retours d expériences: le suivi de bureaux. Christophe Schmauch Pierrick Nussbaumer CETE de l Est Retours d expériences: le suivi de bureaux Christophe Schmauch Pierrick Nussbaumer CETE de l Est Sommaire 2 L opération étudiée Visite de chantier Instrumentation Explication des consommations Analyse

Plus en détail

ISOLER LA TOITURE INCLINÉE

ISOLER LA TOITURE INCLINÉE Lisez aussi : Fiche 1 INTRODUCTION + Fiche 2 MAÎTRISER L ÉTANCHÉITÉ ET PROTÉGER L ISOLANT + Fiche 10 AMÉLIORER LA VENTILATION RÉNOVER POUR CONSOMMER MOINS D ÉNERGIE : GUIDE PRATIQUE ISOLER LA TOITURE INCLINÉE

Plus en détail

Déroulement de la certification PEB de votre bâtiment

Déroulement de la certification PEB de votre bâtiment Déroulement de la certification PEB de votre bâtiment La certification énergétique de votre habitation se déroulera en 2 étapes : 1) la visite de votre habitation et le relevé de ses caractéristiques ;

Plus en détail

Rt 5. L isolant Thermo-réfléchissant. Isolation Maximum... Épaisseur Minimum! 6.1 10.2. www.thermosulit.be. Système de recouvrements plats

Rt 5. L isolant Thermo-réfléchissant. Isolation Maximum... Épaisseur Minimum! 6.1 10.2. www.thermosulit.be. Système de recouvrements plats 6. 0. L isolant Thermo-réfléchissant Rt 5 m²k/w (Rapport CIM 0/007) Système de recouvrements plats Isolation Maximum... Épaisseur Minimum! www.thermosulit.be Découvrez Thermosulit Thermosulit 6. et 0.

Plus en détail

CERTIFICAT DE PERFORMANCE ENERGETIQUE

CERTIFICAT DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Rue Knapen 11 100 SCHAERBEEK Superficie brute: 242 m² 1 Performance énergétique du bâtiment Très économe

Plus en détail

Coulissant. Confort 160 : le coulissant très grandes dimensions. Sapa Building System

Coulissant. Confort 160 : le coulissant très grandes dimensions. Sapa Building System Coulissant Confort 160 : le coulissant très grandes dimensions Sapa Building System Confort 160 : le coulissant très grandes dimensions Avec un design judicieusement élaboré, Confort 160 est un système

Plus en détail

ISOLANTS EN FIBRES DE BOIS SyLvAcTIS. En isolation, le progrès c est aussi de savoir s inspirer de la nature. Entreprise certifiée

ISOLANTS EN FIBRES DE BOIS SyLvAcTIS. En isolation, le progrès c est aussi de savoir s inspirer de la nature. Entreprise certifiée En isolation, le progrès c est aussi de savoir s inspirer de la nature. ISOLANTS EN FIBRES DE BOIS SyLvAcTIS Entreprise certifiée PEFC/10-31-2030 PROMOUVOIR LA GESTION DURABLE DE LA FORÊT UNE ISOLATION

Plus en détail

Contrôle thermographique Tarifs et prestations :

Contrôle thermographique Tarifs et prestations : 20 rue Emile ZOLA 41200 ROMORANTIN technimursdeveloppement@gmail.com Tél : 02.54.98.50.15 Mr et Mme DUPONT 20 Rue Emile ZOLA 41200 ROMORANTIN Contrôle thermographique Tarifs et prestations : Habitations

Plus en détail

Zone Région de Bruxelles Capitale

Zone Région de Bruxelles Capitale Objet Zone Au Fédéral Région Wallonne Région de Bruxelles Capitale Région Flamande Audit énergétique Thermographie infrarouge Pour audit énergétique (auditeur agréé PAE1 ou 2) dans habitation existante,

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE TERTIAIRE

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE TERTIAIRE DATE : 14/02/2011 N AFFAIRE : 003387/2255629/1/1 ANNEE DE CONSTRUCTION : NON COMMUNIQUE SURFACE UTILE : 489.44 TYPE DE BATIMENT : IMMEUBLE D HABITATION + BUREAUX TYPE D ACTIVITES : ADMINISTRATION - BUREAUX

Plus en détail

en rénovation habitat Qualifications et certifications RGE Comprendre

en rénovation habitat Qualifications et certifications RGE Comprendre Qualifications et certifications RGE en rénovation Les qualifications et certifications RGE éligibles pour vos travaux de rénovation énergétique en métropole Le recours a un professionnel RGE est obligatoire

Plus en détail

L opération étudiée : le SDEF

L opération étudiée : le SDEF L opération étudiée : le SDEF Situation géographique 29 Landivisiau Finistére Zone H2a Altitude : 34 m Acteurs de l opération Maitrise d ouvrage Maître d œuvre / Architecte BET Thermique SDEF Atelier 3

Plus en détail

Amanlis le 10 mai 2014 AUDIT THERMIQUE EHPAD LANGOURLA

Amanlis le 10 mai 2014 AUDIT THERMIQUE EHPAD LANGOURLA Amanlis le 10 mai 2014 AUDIT THERMIQUE EHPAD LANGOURLA Cet Audit de l existant a été effectué suite à la visite du 17/02/2014. Il prend en considération tous les points ayant un rattachement à la thermique

Plus en détail

Cours de Structures en béton

Cours de Structures en béton Cours de Structures en béton Chapitre 12 DETAILS DE CONSTRUCTION Section 12.3 Les murs 12.3.1 Le mur extérieur en béton armé 12.3.2 Le mur extérieur en maçonnerie traditionnelle 12.3.3 Le mur extérieur

Plus en détail

L HABITAT. Technologie 5ème

L HABITAT. Technologie 5ème L HABITAT LES FONCTIONS CLORE: air, eau RESISTER: poids propre, charges d exploitation, charges climatiques (neige, vent) ISOLER: thermique, acoustique CHAUFFER l hiver RAFFRAICHIR l été PROCURER: hygiène,

Plus en détail

L isolation thermique des bâtiments en Région de Bruxelles-Capitale

L isolation thermique des bâtiments en Région de Bruxelles-Capitale L isolation thermique des bâtiments en Région de Bruxelles-Capitale L isolation thermique des bâtiments en Région de Bruxelles-Capitale Editeurs responsables: E. Schamp et J.-P. Hannequart Institut bruxellois

Plus en détail

Émissions de gaz à effet de serre (GES) pour le chauffage, la production d eau chaude sanitaire et le refroidissement

Émissions de gaz à effet de serre (GES) pour le chauffage, la production d eau chaude sanitaire et le refroidissement SDH - SARL n 23 Avenue Gambetta 17100 Saintes Tél. : 05 46 97 61 34 - Fax : 05 46 97 26 30 N SIREN : 504 761 248 Compagnie d assurance : Generali Assurances n AL169975 Diagnostic de performance énergétique

Plus en détail

Principe de fonctionnement de la façade active Lucido. K:\15.Lucido \Dossier d'envoi\annexe\2011_12_explicatif du principe de la façade Lucido.

Principe de fonctionnement de la façade active Lucido. K:\15.Lucido \Dossier d'envoi\annexe\2011_12_explicatif du principe de la façade Lucido. Principe de fonctionnement de la façade active Lucido K:\15.Lucido \Dossier d'envoi\annexe\2011_12_explicatif du principe de la façade Lucido.doc 0. Préambule Le présent document est élaboré dans le but

Plus en détail

Pourquoi isoler? Réduire l'usage d'énergie Economiser les frais de chauffage Protéger l'environnement Augmenter la valeur des bâtiments

Pourquoi isoler? Réduire l'usage d'énergie Economiser les frais de chauffage Protéger l'environnement Augmenter la valeur des bâtiments Thème Pourquoi isoler? Pourquoi isoler? Réduire l'usage d'énergie Economiser les frais de chauffage Protéger l'environnement Augmenter la valeur des bâtiments Les indications, illustrations, informations

Plus en détail

Communauté de Communes des 4B Sud-Charente

Communauté de Communes des 4B Sud-Charente Communauté de Communes des 4B Sud-Charente Suivi-animation du PIG Intervention auprès des artisans 10 décembre 2013 SOMMAIRE 1. Qui est URBANiS et quel est son rôle? 2. Qu est-ce qu un PIG? 3. Les types

Plus en détail

ISOLER LES MURS PAR L EXTÉRIEUR

ISOLER LES MURS PAR L EXTÉRIEUR Lisez aussi : Fiche 1 INTRODUCTION + Fiche 2 MAÎTRISER L ÉTANCHÉITÉ ET PROTÉGER L ISOLANT + Fiche 10 AMÉLIORER LA VENTILATION RÉNOVER POUR CONSOMMER MOINS DÉNERGIE : GUIDE PRATIQUE ISOLER LES MURS PAR

Plus en détail

ANNEXE 2 L ACOUSTIQUE

ANNEXE 2 L ACOUSTIQUE ANNEXE 2 L ACOUSTIQUE LE BRUIT DÉFINITION Niveaux de l ambiance sonore résultant des activités Bruit admissible et confort à l intérieur L ISOLATION ACOUSTIQUE L INDICE D AFFAIBLISSEMENT ACOUSTIQUE PONDÉRÉ

Plus en détail

Bâtiments bois à basse consommation d énergie. L étanchéité à l air. Auvergne Promobois Jean-Pierre Mathé chargé de mission construction bois

Bâtiments bois à basse consommation d énergie. L étanchéité à l air. Auvergne Promobois Jean-Pierre Mathé chargé de mission construction bois Auvergne Promobois Jean-Pierre Mathé chargé de mission construction bois Objectifs Performance thermique Pérennité du bâtiment Performance acoustique Protection incendie Santé Confort d été Confort ressenti

Plus en détail

IMMEUBLES COLLECTIFS DE LOGEMENTS CONSTRUITS ENTRE 1949 ET 1974

IMMEUBLES COLLECTIFS DE LOGEMENTS CONSTRUITS ENTRE 1949 ET 1974 DÉPARTEMENT ÉNERGIE SANTÉ ENVIRONNEMENT Division Energie Pôle Performance Energétique des bâtiments DÉPARTEMENT ECONOMIE ET SCIENCES HUMAINES Laboratoire Services Process Innovations ESE/DE/PEB-12.039RR

Plus en détail

PLOMBIERS CHAUFFAGISTES ECO ARTISAN

PLOMBIERS CHAUFFAGISTES ECO ARTISAN PLOMBIERS CHAUFFAGISTES Le monde change, votre métier aussi. Aujourd hui vos clients n ont qu un mot à la bouche : ECONOMIES D ENERGIE. Écoutez-les! Pour la performance environnementale et économique de

Plus en détail

Etude et amélioration du comportement thermique d une habitation

Etude et amélioration du comportement thermique d une habitation Etude et amélioration du comportement thermique d une habitation menée avec ARCHIWIZARD Contexte de l étude Mr et Mme LE LOUSTIC viennent d acquérir une maison se situant à Hennebont (56). Peu de travaux

Plus en détail

Conseils techniques. L'isolant doit disposer de numéros de certification ACERMI et CE en cours de validité. R 5,5m²K/w

Conseils techniques. L'isolant doit disposer de numéros de certification ACERMI et CE en cours de validité. R 5,5m²K/w Conseils techniques Pour bénéficier du «Micro crédit régional 0 % Energie verte en Poitou-Charentes», le programme impose l utilisation de matériaux répondant à des niveaux de performances minimales. Pour

Plus en détail

De La Terre Au Soleil

De La Terre Au Soleil De La Terre Au Soleil Atelier d Architecture S. Anwoir Architecte Les motivations Respect environnemental et investissement à long terme: Participation au développement durable (protéger notre environnement,

Plus en détail

Liste et caractéristiques des équipements et matériaux éligibles au CITE

Liste et caractéristiques des équipements et matériaux éligibles au CITE À jour au 1 er janvier 2015 Liste et caractéristiques des équipements et matériaux éligibles au CITE Nature des dépenses Matériaux d isolation thermique des parois vitrées Matériaux d isolation thermique

Plus en détail

Version 1. Demandeur de l étude : VM - BETON SERVICES 51 Boulevard des Marchandises 85260 L'HERBERGEMENT. Auteur * Approbateur Vérificateur(s)

Version 1. Demandeur de l étude : VM - BETON SERVICES 51 Boulevard des Marchandises 85260 L'HERBERGEMENT. Auteur * Approbateur Vérificateur(s) Département Enveloppe et Revêtements Division HygroThermique des Ouvrages N affaire : 12-007 Le 10 avril 2012 Réf. DER/HTO 2012-093-BB/LS CALCUL DES COEFFICIENTS DE TRANSMISSION SURFACIQUE UP ET DES COEFFICIENTS

Plus en détail

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro Financez vos économies d énergie l éco-prêt à taux zéro SOMMAIRE Écoutez vos envies d économies d énergie............ 3 Un éco-prêt à

Plus en détail

Guide d utilisation. Partie VIII - Module DPE

Guide d utilisation. Partie VIII - Module DPE Guide d utilisation Partie VIII - Module DPE Sommaire 1 OBJET DU DIAGNOSTIC... 4 1.1 Préambule... 4 1.2 Définitions... 5 1.3 Applications... 6 1.3.1 Définition... 6 1.3.2 Index des types de DPE... 6 1.3.3

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.2) Diagnostic de performance énergétique logement (6.2) N :... 2014-09-3370 Valable jusqu au :... 29/09/2024 Type de bâtiment :... Habitation (parties privatives d immeuble collectif) Année de construction

Plus en détail

Un bâti en tuffeau pour aujourd hui

Un bâti en tuffeau pour aujourd hui P a r c naturel régional Loire-Anjou-Touraine Les fiches techniques du Parc Patrimoine bâti Un bâti en tuffeau pour aujourd hui Réhabilitation d une ancienne grange en gîte touristique Localisation : Gîte

Plus en détail

LE RÉSULTAT DU CERTIFICAT PEB Pour le résidentiel

LE RÉSULTAT DU CERTIFICAT PEB Pour le résidentiel LE RÉSULTAT DU CERTIFICAT PEB Pour le résidentiel 1. A QUOI CORRESPOND LA LETTRE (A,B G) SUR MON CERTIFICAT PEB? La lettre correspond à une consommation théorique qui se base sur les caractéristiques propres

Plus en détail

Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016.

Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016. FINANCER MON PROJET Crédit d'impôt développement durable Ce dispositif fiscal, mis en place en 2005, est en vigueur jusqu'en 2016. Mais attention, il ne s'applique pas dans les mêmes conditions et au même

Plus en détail

Fiche d application. 7 octobre 2013 1.0

Fiche d application. 7 octobre 2013 1.0 MINISTÈRE DE L ÉGALITÉ DES TERRITOIRES ET DU LOGEMENT MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L ÉNERGIE Diagnostic de Performance Energétique Fiche d application Date Version 7 octobre

Plus en détail

Efficacité énergétique des logements à haute performance énergétique, HPE : Application au site de Béchar

Efficacité énergétique des logements à haute performance énergétique, HPE : Application au site de Béchar Revue des Energies Renouvelables Vol. 15 N 2 (2012) 357-364 Efficacité énergétique des logements à haute performance énergétique, HPE : Application au site de Béchar S. Sami-Mécheri 1*, D. Semmar 2 et

Plus en détail

UNE IMPERIEUSE NECESSITE CHALONS EN CHAMPAGNE 1 er juillet 2011

UNE IMPERIEUSE NECESSITE CHALONS EN CHAMPAGNE 1 er juillet 2011 ETANCHEITE A L AIR DANS LE BATIMENT UNE IMPERIEUSE NECESSITE CHALONS EN CHAMPAGNE 1 er juillet 2011 Ressources documentaires: bureaux d étude: WIGWAM, ALSATECH, EXPAIR 21, AFORDEX, ENERTECH Contexte général

Plus en détail

40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère.

40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère. «Consommer moins en consommant mieux» 40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère. Maîtriser notre consommation en électricité, c est nous engager à adopter des gestes

Plus en détail

Comment optimiser la performance énergétique de son logement?

Comment optimiser la performance énergétique de son logement? Comment optimiser la performance énergétique de son logement? Janvier 2014 AHF / J.M. VOGEL Plan de la présentation Contexte Objectifs Faire un premier bilan énergétique Les différents travaux d économies

Plus en détail

Bilan thermique et social simplifié

Bilan thermique et social simplifié Bilan thermique et social simplifié Fiche descriptive logement 34 Maître d Ouvrage d Insertion : Pact Métropole Nord 25 rue de Lille 59 057 Roubaix Adresse logement : 32 quai de Rouen 59 100 ROUBAIX Informations

Plus en détail

habitat RÉNOVATION Quelles qualifications et certifications RGE pour quels travaux? Comprendre

habitat RÉNOVATION Quelles qualifications et certifications RGE pour quels travaux? Comprendre Comprendre RÉNOVATION Quelles qualifications et certifications RGE pour quels travaux? Mise à jour le 15 juin 2015 Près de 40 000 professionnels qualifiés RGE en métropole Les propriétaires, locataires,

Plus en détail

isolons mieux. Parlons peu Multimax 30 Les solutions gain de place pour toute la maison L isolation de toute la maison

isolons mieux. Parlons peu Multimax 30 Les solutions gain de place pour toute la maison L isolation de toute la maison Parlons peu isolons mieux. Multimax 0 Les solutions gain de place pour toute la maison L isolation de toute la maison En rénovation, Multimax 0 permet d optimiser efficacité thermique et espace habitable

Plus en détail

Systèmes de ventilation double flux CWL

Systèmes de ventilation double flux CWL Economie d énergie et respect de l environnement de série Systèmes de ventilation double flux CWL CWL 180 : jusqu à 180 m 3 /h CWL 300 : jusqu à 300 m 3 /h avec ou sans bypass CWL 400 : jusqu à 400 m 3

Plus en détail

Bilan thermique et social simplifié

Bilan thermique et social simplifié Bilan thermique et social simplifié Fiche descriptive logement Maître d Ouvrage d Insertion : Pact Métropole Nord 25 rue de Lille 59 057 Roubaix Adresse logement : 72 rue de Rome 59 100 Roubaix Informations

Plus en détail

Construisons en aluminium pour les générations futures

Construisons en aluminium pour les générations futures Construisons en aluminium pour les générations futures La Haute Qualité Environnementale avec l aluminium Les qualités de l aluminium (résistance, légèreté, malléabilité, recyclabilité ) répondent aux

Plus en détail

Les règles d or de la. con struction écologique. Rénover l habitat. écologique économique climatiquement. en énergie sain durable

Les règles d or de la. con struction écologique. Rénover l habitat. écologique économique climatiquement. en énergie sain durable Les règles d or de la con struction écologique Rénover l habitat écologique économique climatiquement neutre peu gourmand en énergie sain durable Le Centre suisse d études pour la rationalisation de la

Plus en détail

Objet : Evaluation des audits PAE réalisés en Région wallonne

Objet : Evaluation des audits PAE réalisés en Région wallonne Madame, Monsieur, Objet : Evaluation des audits PAE réalisés en Région wallonne Depuis plusieurs années, les trois Régions et l'etat fédéral ont travaillé au développement d'une procédure commune visant

Plus en détail

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ

1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT ARRÊTÉ 1 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT NOR : SOCU 00611881A ARRÊTÉ relatif au diagnostic de performance énergétique pour les bâtiments existants proposés à

Plus en détail

fioul domestique La rénovation thermique des immeubles collectifs

fioul domestique La rénovation thermique des immeubles collectifs fioul domestique La rénovation thermique des immeubles collectifs Fiche conseil Édition décembre 212 Sommaire P 2 : Obligations P 3 : Démarches volontaires P 4 : Les points clés d une rénovation réussie

Plus en détail

Changer ses fenêtres Changer ses fenêtres Changer ses fenêtres Réceptio n des travaux Entretien et usage Conseil

Changer ses fenêtres Changer ses fenêtres Changer ses fenêtres Réceptio n des travaux Entretien et usage Conseil Ce document est réalisé par l'agence Qualité Construction, association dont la mission est d'améliorer la qualité dans la construction. Il a été rédigé avec le concours des professionnels du bâtiment,

Plus en détail

Compétences Bois. inclinées en rénovation

Compétences Bois. inclinées en rénovation 4 Compétences Isolation des toitures inclinées en rénovation Bois Sommaire 1. Les risques d humidité 2. Notions générales pour isoler une toiture 3. Cas de figures proposés dans le cadre de Compétences

Plus en détail

T. BONNARDOT 17/12/2010

T. BONNARDOT 17/12/2010 CYTHELIA Conseil & Expertise La Maison ZEN 350, route de la traverse 73 000 MONTAGNOLE Tel +33 (0) 4 79 25 31 75 www.cythelia.fr SARL au capital de 140 000 - RCS Chambéry B 393 290 937 - APE 7219 Z RT

Plus en détail

OFFRE DE SERVICE. Référence : GA/NT/P.180613593

OFFRE DE SERVICE. Référence : GA/NT/P.180613593 Etudes & Contrôles thermiques 38, avenue du Midi - 91760 ITTEVILLE Tél. : 01 69 90 86 10 - Fax : 01 69 90 91 59 Adresse postale: BP 70017-91610- BALLANCOURT E-mail : bet.ecic@wanadoo.fr - Site : www.bet-ecic.fr

Plus en détail

Fiche Technique pour un bâtiment modulaire à ossature en bois de 54 m²

Fiche Technique pour un bâtiment modulaire à ossature en bois de 54 m² Fiche Technique pour un bâtiment modulaire à ossature en bois de 54 m² Cahier de charge NON définitif. Adaptations possibles selon l arrivée de nouveaux matériaux bois ou la mise en œuvre de techniques

Plus en détail

Bienvenue Helpdesk Chauffage PEB 03/10/2013 1

Bienvenue Helpdesk Chauffage PEB 03/10/2013 1 Bienvenue Helpdesk Chauffage PEB 03/10/2013 1 La réglementation Chauffage PEB en Région de Bruxelles Capitale: aujourd hui et demain Helpdesk Chauffage PEB /EPB Verwarming 03/10/2013 2 Agenda Introduction

Plus en détail

possibilités et limites des logiciels existants

possibilités et limites des logiciels existants possibilités et limites des logiciels existants Dominique Groleau CERMA, UMR CNRS 1563, Ecole d Architecture de Nantes Journée thématique SFT- IBPSA, Outils de simulation thermo-aéraulique du bâtiment.

Plus en détail

ROTEX Solaris - Utiliser l énergie solaire gratuite. Nouveau : Chauffe-eau électro-solaire ROTEX HybridCube 343/0/0

ROTEX Solaris - Utiliser l énergie solaire gratuite. Nouveau : Chauffe-eau électro-solaire ROTEX HybridCube 343/0/0 ROTEX Solaris - Utiliser l énergie solaire gratuite Nouveau : Chauffe-eau électro-solaire ROTEX HybridCube 343/0/0 Nouvelle solution eau chaude solaire auto-vidangeable estampillée NF CESI et Bleu Ciel

Plus en détail

Aménagement d'un point Multi-services

Aménagement d'un point Multi-services 1 MAITRE D'OUVRAGE VILLE DE FEYZIN Aménagement d'un point Multi-services (marché n 10.054 T) CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUE PARTICULIERES (C.C.T.P) LOT N 2 SERRURERIE 2 SOMMAIRE 1 OBJET DU MARCHE... 3 1.1

Plus en détail

le 06 Octobre 2010 Opportunité Nouveau métier

le 06 Octobre 2010 Opportunité Nouveau métier Étanchéitéàl air le 06 Octobre 2010 Opportunité Nouveau métier Les rencontres du Groupe PROTEC - CONFERENCE Qui sommes nous? Bureau de mesure et contrôle de la perméabilité à l air Formations en Infiltrométrie

Plus en détail

La rénovation énergétique des logements collectifs à chauffage collectif. Performance et potentiel des systèmes de chauffage à eau chaude

La rénovation énergétique des logements collectifs à chauffage collectif. Performance et potentiel des systèmes de chauffage à eau chaude La rénovation énergétique des logements collectifs à chauffage collectif Performance et potentiel des systèmes de chauffage à eau chaude Étude 2011 La rénovation énergétique des logements collectifs à

Plus en détail

D i a g n o s t i q u e u r I m m o b i l i e r Tél. 04 94 19 18 39 Port. 06 60 96 06 83 Fax 04 94 19 22 50

D i a g n o s t i q u e u r I m m o b i l i e r Tél. 04 94 19 18 39 Port. 06 60 96 06 83 Fax 04 94 19 22 50 A DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Logement (6.2) Décret n 2006-1114 du 5 septembre 2006, Décret n 2006-1147 du 14 septembre 2006, Arrêtés du 15 septembre 2006 INFORMATIONS GENERALES N de rapport

Plus en détail

Toitures plates. www.norbord.eu

Toitures plates. www.norbord.eu Toitures plates www.norbord.eu INTRODUCTION Toitures plates Les toitures plates, un marché avec du potentiel pour la construction en bois Les toits plats et les toits plats en pente sont particulièrement

Plus en détail

MONIER CLIMA COMFORT PLUS L isolation de toiture la plus mince. Des performances thermiques maximales et plus de confort

MONIER CLIMA COMFORT PLUS L isolation de toiture la plus mince. Des performances thermiques maximales et plus de confort MONIER CLIMA COMFORT PLUS L isolation de toiture la plus mince. Des performances thermiques maximales et plus de confort www.monier.be MONIER systèmes d isolation de toiture à l extérieur Savez-vous que

Plus en détail

DE RENOVATION? GUIDE DES AIDES FINANCIÈRES 2015 VOUS AVEZ UN PROJET. Confort amélioré Economies d'énergie Patrimoine valorisé

DE RENOVATION? GUIDE DES AIDES FINANCIÈRES 2015 VOUS AVEZ UN PROJET. Confort amélioré Economies d'énergie Patrimoine valorisé VOUS AVEZ UN PROJET DE RENOVATION? GUIDE DES AIDES FINANCIÈRES 2015 EDITION 2015 avec la mention RGE et le CITE Confort amélioré Economies d'énergie Patrimoine valorisé SOMMAIRE ECO PTZ P.2 CREDIT D IMPÔT

Plus en détail

A. Toitures terrasses support d étanchéité 154

A. Toitures terrasses support d étanchéité 154 > Guide de choix... 152 A. Toitures terrasses support d étanchéité 154 B. Combles et rampants 157 www.placo.fr 151 Guid Isolation du Bâti 4. Isolation des toitures Guide de choix Isolation des toitures

Plus en détail

En MIDI- PYRENEES SOIREE DREAL LES AIDES. Quercy Energies

En MIDI- PYRENEES SOIREE DREAL LES AIDES. Quercy Energies En MIDI- PYRENEES SOIREE DREAL LES AIDES Quercy Energies Le réseau EIE en Midi-Pyrénées 4 premiers EIE créés en novembre 2001, toute la région est couverte en 2007 avec 11 CIE dans 9 EIE En MIDI- PYRENEES

Plus en détail

5 Applications. Isolation intérieure des murs de fondation. ISOFOIL est un panneau isolant rigide laminé d un pare-vapeur d aluminium réfléchissant.

5 Applications. Isolation intérieure des murs de fondation. ISOFOIL est un panneau isolant rigide laminé d un pare-vapeur d aluminium réfléchissant. FICHE TECHNIQUE 120-1.4 07.21.13.13 1 Nom du produit ISOFOIL 2 Manufacturier ISOFOIL est fabriqué par Groupe Isolofoam, entreprise québécoise et important manufacturier de produits isolants depuis plus

Plus en détail

La mise en œuvre BBC. Formation pour entreprises IBSE

La mise en œuvre BBC. Formation pour entreprises IBSE La mise en œuvre BBC Formation pour entreprises IBSE 2 Les labels Maison bioclimatique Maison conçue pour bénéficier de tous les avantages du climat et du terrain ainsi que de la végétation environnante.

Plus en détail

Maison QUATRE FAçades

Maison QUATRE FAçades Maison QUATRE FAçades Bruxelles Lieu : Woluwé-Saint-Lambert Typologie : Maison quatre façades DATE DE CONSTRUCTION : 1945-1946 DATE DE RENOVATION : 2008 -... Surface chauffee : 147 m² BESOIN DE CHAUFFAGE

Plus en détail

«RGE» travaux Liste des qualifications, certifications et parcours de formation par domaine de travaux. Date d édition : 1 septembre 2014

«RGE» travaux Liste des qualifications, certifications et parcours de formation par domaine de travaux. Date d édition : 1 septembre 2014 «RGE» travaux Liste des qualifications, certifications et parcours de formation par domaine de travaux Ce document présente : Date d édition : 1 septembre 2014 Les qualifications et certifications «RGE»

Plus en détail

Styrodur C, un XPS exempt de CFC, HCFC et HFC. De l air, tout simplement. Ecologique, tout simplement.

Styrodur C, un XPS exempt de CFC, HCFC et HFC. De l air, tout simplement. Ecologique, tout simplement. Styrodur C, un XPS exempt de CFC, HCFC et HFC. De l air, tout simplement. Ecologique, tout simplement. Isolation thermique plus qu une simple protection de l environnement Une isolation thermique optimale

Plus en détail

Contenu de la présentation Programme 28.10.2010

Contenu de la présentation Programme 28.10.2010 Fire Safety Day 2010 28 octobre 2010 - Leuven Note d information technique NIT 238 L application de systèmes de peinture intumescente sur structures en acier Source: Leighs Paints ir. Y. Martin CSTC/WTCB

Plus en détail

Isoler son logement. Pour réduire les dépenses d énergie et améliorer le confort d un logement existant

Isoler son logement. Pour réduire les dépenses d énergie et améliorer le confort d un logement existant Isoler son logement Pour réduire les dépenses d énergie et améliorer le confort d un logement existant Édition : juillet 2015 sommaire glossaire introduction De nombreuses raisons d isoler votre maison....

Plus en détail

«RGE» travaux Liste des qualifications et certifications par domaine de travaux 16/01/2014

«RGE» travaux Liste des qualifications et certifications par domaine de travaux 16/01/2014 «RGE» travaux Liste des qualifications et certifications par domaine de travaux 16/01/2014 Ce document présente la liste des qualifications et certifications «RGE» classées par domaine de travaux liés

Plus en détail

NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine

NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine NOTICE TECHNIQUE SSC : Système Solaire Combiné eau chaude sanitaire / appui chauffage maison / appui eau chaude piscine «Capteur autonome eau chaude» Choix de la gamme ECOAUTONOME a retenu un capteur solaire

Plus en détail

Datacentre : concilier faisabilité, performance et éco-responsabilité

Datacentre : concilier faisabilité, performance et éco-responsabilité Datacentre : concilier faisabilité, performance et éco-responsabilité La climatisation des salles informatiques: compréhension et état des lieux Charles Vion, Responsable Service Projet Sylvain Ferrier,

Plus en détail

Terminologie et définitions

Terminologie et définitions IV.70 OUVERTURES EXTÉRIEURES IV.701.1 IV.701 TERMINOLOGIE ET DÉFINITIONS RELATIVES AUX FENÊTRES ET PORTES EXTÉRIEURES IV.701.1 Terminologie et définitions extrémités inférieure et supérieure de la porte

Plus en détail

Libre-Service de l agence ISOPAR Garges-lès-Gonesse

Libre-Service de l agence ISOPAR Garges-lès-Gonesse Libre-Service de l agence ISOPAR Garges-lès-Gonesse 60 Tarif Public H.T. (réservé aux professionnels) Verre cellulaire FOAMGLAS T4+ FOAMGLAS S3 FOAMGLAS F FOAMGLAS TAPERED FOAMGLAS BOARD PANNEAU READY

Plus en détail

«RGE» travaux Liste des qualifications et certifications par domaine de travaux. Date d édition : Janvier 2014

«RGE» travaux Liste des qualifications et certifications par domaine de travaux. Date d édition : Janvier 2014 «RGE» travaux Liste des qualifications et certifications par domaine de travaux Date d édition : Janvier 2014 Ce document présente la liste des qualifications et certifications«rge» classées par domaine

Plus en détail

TABLEAU RECAPITULATIF DES CONDITIONS DE REALISATION DE TRAVAUX EN MÉTROPOLE

TABLEAU RECAPITULATIF DES CONDITIONS DE REALISATION DE TRAVAUX EN MÉTROPOLE TABLEAU RECAPITULATIF DES CONDITIONS DE REALISATION DE TRAVAUX EN MÉTROPOLE d isolation thermique la totalité la toiture d isolation thermique s murs donnant sur l extérieur (au moins la moitié la surface

Plus en détail

Chauffage individuel FICHE TECHNIQUE

Chauffage individuel FICHE TECHNIQUE FICHE TECHNIQUE Chauffage individuel 2 9 10 CONNAÎTRE > Chauffage central à eau > Chauffage par pièce > Autres systèmes REGARDER > Energies utilisées > Consommations > Inconforts ENTRETENIR > Contrat de

Plus en détail

CHAUFFAGE. choisissez intelligemment votre confort POURQUOI PAS DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE? Avec le soutien de la Région de Bruxelles-Capitale

CHAUFFAGE. choisissez intelligemment votre confort POURQUOI PAS DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE? Avec le soutien de la Région de Bruxelles-Capitale POURQUOI PAS DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE? CHAUFFAGE choisissez intelligemment votre confort Avec le soutien de la Région de Bruxelles-Capitale AGENCE BRUXELLOISE DE L ÉNERGIE Le Centre Urbain asbl Chauffage

Plus en détail

Isoler son logement. Pour réduire les dépenses d énergie et améliorer le confort d un logement existant

Isoler son logement. Pour réduire les dépenses d énergie et améliorer le confort d un logement existant Isoler son logement Pour réduire les dépenses d énergie et améliorer le confort d un logement existant Édition : juillet 2014 sommaire glossaire introduction De nombreuses raisons d isoler votre maison....

Plus en détail

Energie solaire www.euroclima.fr

Energie solaire www.euroclima.fr Chaudières françaises fabriquées en Alsace depuis 1973 Energie solaire www.euroclima.fr E U R O C L i M A Un système complet La clé de l efficience solaire réside dans l association et l optimisation des

Plus en détail

Dalle Activ Kerkstoel Activation du noyau de béton

Dalle Activ Kerkstoel Activation du noyau de béton Dalle Activ Kerkstoel Activation du noyau de béton Basé sur l expérience, piloté par l innovation L activation du noyau de béton : un système bien conçu, économe et durable. Construire selon ce principe,

Plus en détail

L HUMIDITÉ DANS LES BÂTIMENTS

L HUMIDITÉ DANS LES BÂTIMENTS INFORMATIONS TECHNIQUES T 22 Mutuelle des Architectes Français assurances SEPTEMBRE 2011 ANNULE ET REMPLACE LA FICHE T 22 DE NOVEMBRE 1996 L HUMIDITÉ DANS LES BÂTIMENTS Fiche élaborée par Clément Carpentier,

Plus en détail

Contribution des vitrages de Prelco TM à l obtention de points au système d évaluation de bâtiment écologique

Contribution des vitrages de Prelco TM à l obtention de points au système d évaluation de bâtiment écologique Contribution des vitrages de Prelco TM à l obtention de points au système d évaluation de bâtiment écologique LEED Canada pour les nouvelles constructions et les rénovations importantes 2009 Prelco offre

Plus en détail

Colle époxydique multi usages, à 2 composants

Colle époxydique multi usages, à 2 composants Notice Produit Edition 20 01 2014 Numéro 9.11 Version n 2013-310 01 04 02 03 001 0 000144 Colle époxydique multi usages, à 2 composants Description est une colle structurale thixotrope à 2 composants,

Plus en détail

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http://

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http:// 2.0. Ballon de stockage : Capacité : L Lien vers la documentation technique : http:// Retrouver les caractéristiques techniques complètes (performances énergétiques et niveau d isolation, recommandation

Plus en détail

Domosol : Système solaire combiné (SSC) de production d eau chaude et chauffage

Domosol : Système solaire combiné (SSC) de production d eau chaude et chauffage Domosol : Système solaire combiné (SSC) de production d eau chaude et chauffage Tc Le système solaire combiné (SSC) Domosol de ESE est basé sur le Dynasol 3X-C. Le Dynasol 3X-C est l interface entre les

Plus en détail

protection incendie Ouvrant de façade : Orcades

protection incendie Ouvrant de façade : Orcades protection incendie Ouvrant de façade : Orcades FTE 502 130 D Mai 2011 Orcades ouvrant de façade d amenée d air Avantages Esthétique soignée (grille Cyclades en façade intérieure en option). Bonne isolation

Plus en détail